Avertir le modérateur

09/11/2017

VIOLENCE INSTITUTIONNELLE - Phobie Scolaire - Je partage avec vous le texte d'Agnès GUILLAUBY ainsi que les références du livre et site de l'association PHOBIE SCOLAIRE.

Bonjour à tous et toutes,

phobie scolaire,déscolarisation,enseignement obligatoire,instruction,mal-être,maladie,maux physiques,association,maux de ventre,temps,durée,mdph,handicap,isolement,parent,angoisse,peur,signalement,institutions,violence,menace,incompréhension,jugement,exclusion,désespoir,injustice,solitude,enfant,jeune,souffrance,cned,solution,cmp,pédo-psychiatre,psychiatrie,médecine,médecin,psy,refus,troubles anxieux,insomnie,espoir,soutien,facebook,groupe fermé,livre,témoignage,guillauby,éducation nationale,académie

 

Vous avez lu auparavant mes articles concernant le parcours de mon fils. Le lien ci-dessous vous y conduira en le copiant dans votre barre internet ou bien en cliquant à gauche de cette page dans : "mes confidences de mère adoptive et biologique".

http://sosmaman.20minutes-blogs.fr/mes-confidences-de-mere-adoptive-et-biologique/

J'ai eu la chance depuis septembre de découvrir et de rejoindre l'association de "Phobie Scolaire" qui a une page Facebook sur laquelle les parents peuvent s'entraider. Voici ci-dessous leur livre que vous pouvez commander pour vous aider.

Il y a aussi un site de l'association :

http://www.phobiescolaire.org/

phobie scolaire,déscolarisation,troubles anxieux,éducation,éducation nationale,peurs,mdph,handicap,parent,enfant,jeune,maux de ventre,douleurs,refus scolaire,violence institutionnelle,guillauby,association phobie scolaire,pasad,pai,aide éducative,signalement,enquête sociale,menace,académie,inspecteur,cned,solutions,cmp,pédo-psychiatre,médecin,maison des adolescent,solenn,angoisse,désespoir,idées suicide,repli,isolement,communication,espoir,facebook,groupe fermé,soutien,psychologie,témoignage,injustice,tristesse,santé,inconnu,diagnostic,temps,patience,écoute,pathologie,moderne,collége,primaire,lycée,

Et je partage aussi avec vous ce texte lu dans le groupe fermé du groupe Facebook officiel de Phobie Scolaire. Avec la permission de l'auteure, je vous le transmets ci-après.

Bonne lecture à tous et un grand courage aux parents en difficulté.

Chloé LAROCHE

 

--------------------------------------------------------------

 

VIOLENCE INSTITUTIONNELLE☀️

 

Texte et réflexions d'Agnès GUILLAUBY,

(retransmis du groupe Facebook de Parents d'enfants souffrant de Phobie Scolaire)

 

 

Tous les parents que nous sommes accompagnons nos enfants et nos ados lors de leurs consultations, parfois dans des cabinets privés et bien souvent à l’hôpital ou dans un CMP.

À la lecture de tous les témoignages sur le Facebook de l’association, je remarque que nombre de parents se sentent incompris, désemparés, parfois agressés par des commentaires faits par les médecins ou les thérapeutes, sans parler des réactions du corps enseignant, mais ça, c’est encore un autre débat. Nous en faisons souvent les frais.

En tant que parents, nous sollicitons ces services de soins pour nos enfants afin de les aider à se sortir de cette situation de blocage et d’enfermement qu’est la phobie scolaire ainsi que les autres troubles qui y sont associés. Nous-même venons chercher de l’aide, un soutien afin d’aider nos enfants à retrouver leur bien-être perdu.

Le problème auquel nous sommes souvent confrontés est celui d’une forme de violence institutionnelle à peine visible mais bien présente et dont nos enfants pâtissent et nous avec.

Qu’entend-on par violence institutionnelle ?

C’est une violence invisible mais bien là. Par violence on se réfère le plus souvent à des atteintes qui supposent un contact physique. On parle aussi de plus en plus des violences psychologiques, celles que l’on peut subir au sein d’un groupe d’individus, familiale, professionnel ou plus malheureusement à l’école. Nos enfants en savent quelque chose. Toutefois, on reste très silencieux sur la question des violences provoquées par l’institution.

Par institution on désigne là un organisme créé par l’Etat pour servir l’organisation de la société par l’éducation, le soin, la justice, la culture etc... On parle donc d’un groupe d’individus organisés régis par un système dispensant un enseignement, des soins ou d’autres choses visant à procurer du mieux-être et améliorer la condition des gens. Ce ne sont plus des actions isolées. La plupart des institutions auxquelles je fais allusion ont été créées dans un but de service. Lorsque je parle de service, il ne s’agit pas d’une relation d’assujettissement mais d’une relation de réciprocité.

Je sollicite un soin, on m'apporte une réponse et une solution en fonction du problème soulevé, également en fonction des moyens pouvant être mis en œuvre.

Le domaine du soin nous concerne directement étant donné la situation de souffrance de nos enfants.

Dans bien des cas, cela fonctionne plutôt bien. Là où ça déraille et où commence la violence institutionnelle, c’est lorsque à l’issue d’une consultation, d’une demande d’aide, on en ressort plus brisés qu’on y est arrivé, c’est lorsqu'on a le sentiment d’être stigmatisé par la personne même qui est sensée vous apporter de l’aide par une attitude de mépris ou de refus. C’est lorsqu’au lieu de vous apporter une aide humaine, on vous oppose un fonctionnement institutionnel rigide ou obsolète.

Je citerais les propos de Jacques Pain, professeur des sciences de l’éducation : "L’institution, omniprésente dans notre société, règle et prédéfinit l’objet et le comportement des personnes. Les violences institutionnelles, à dimension pénale ou « infra-invisible » ne sont pas le fait des seules personnes. Elles sont toujours liées, en totalité ou en partie à l’institution elle-même et à ses dysfonctionnements de "personne morale"… Enfin, il faut dire que la plupart des violences institutionnelles ne se font pas à l’insu des personnes. Tout ou partie du personnel est au courant et les tolère, pour des raisons ou des intérêts personnels de « maintenance »."

Voilà en substance ce qui nous arrive, une incompréhension, des incompétences qui se retranchent derrière des principes institutionnels de fonctionnement, un manque d’écoute pour cause d’agendas de consultations overbookés, des jugements de valeurs, des consultations de pédopsychiatrie faites par des masses d’internes plein de bonnes volontés mais peu rodés à affronter la complexité de certaines situations.

Pendant ce temps, nous parents, nous nous débattons seuls avec nos enfants, l’institution parfois rajoute des problèmes aux problèmes en faisant des signalements en dépit du bon sens, en préconisant des solutions inadaptées, en générant des situations encore plus anxiogènes pour nos enfants. Dans la somme des difficultés générées par la violence institutionnelle, il y a aussi le manque d’écoute du patient à qui on répond par des « il faut » « y’a qu’à ». Nouvelle incantation thérapeutique ? On est aussi confrontés à des petites affaires d’égo ou d’orgueil, je ne sais pas trop comment appeler ça, lorsque le médecin référent n’admet pas que le patient puisse ne pas être satisfait de la qualité de soins et fait tout pour le dissuader de changer d’établissement pour se soigner ailleurs.

Le résultat de cette violence institutionnelle subit par nos enfants et nous les parents, c’est qu’un temps précieux est perdu, beaucoup d’énergie et d’argent. Nos enfants se trouvent en grande situation de vulnérabilité et nous aussi par la force des choses.

Si je me permets d’écrire ce texte, c’est pour vous encourager à garder le cap et ne pas vous laisser démonter par ces atteintes. On lit souvent sur la page Facebook de l’association qu’il faut laisser souffler nos enfants. C’est tout à fait vrai mais on s’oublie soi-même. Je pense à l’aune de l’expérience qu’en pleine tourmente il faut se poser, s’accorder un temps de recul lorsqu’on se sent dépossédé de ses propos, pas écoutés voir méprisés. Au fond de chacun d’entre nous on sait ce qu’il faut faire et ce qui est juste pour nos enfants et pour faire la part des choses il faut, dans l’ouragan trouver l’œil du cyclone (image parlante par les temps qui courent).

Reprendre des forces, c’est important aussi pour se réapproprier sa dignité de parents meurtrie par ces institutions qui peuvent parfois être maltraitantes, dire ce qu’on pense et assumer le désaccord quand on sent que l’angle de soins, les solutions proposées ne conviennent pas à notre enfant, ne pas perdre de vu que souvent certains soignants jouent et entretiennent un certain conflit de loyauté en nous car à la base nous les respectons et leur faisons confiance puisqu’on les sollicite.

Fort heureusement, le tableau n’est pas tout noir, il y a aussi des gens à l’écoute compétents qui n’abordent pas la pratique du soin dans un rapport de domination mais de réelle collaboration avec pour seule visée, l’intérêt de nos enfants.

Voilà la somme des réflexions dont je voulais vous faire part et ce, non pas pour dénoncer les institutions mais mettre en lumière ce problème de violence institutionnelle afin que chaque parent que vous êtes ne se braque pas contre le système mais sache en repérer les dysfonctionnements et surtout ne pas en être victime. Faites confiance à vos sentiments et votre bon sens.


Texte d'Agnès GUILLAUBY

 

-------------------------------------phobie scolaire,déscolarisation,enseignement obligatoire,instruction,mal-être,maladie,maux physiques,association,maux de ventre,temps,durée,mdph,handicap,isolement,parent,angoisse,peur,signalement,institutions,violence,menace,incompréhension,jugement,exclusion,désespoir,injustice,solitude,enfant,jeune,souffrance,cned,solution,cmp,pédo-psychiatre,psychiatrie,médecine,médecin,psy,refus,troubles anxieux,insomnie,espoir,soutien,facebook,groupe fermé,livre,témoignage,guillauby,éducation nationale,académiephobie scolaire,déscolarisation,enseignement obligatoire,instruction,mal-être,maladie,maux physiques,association,maux de ventre,temps,durée,mdph,handicap,isolement,parent,angoisse,peur,signalement,institutions,violence,menace,incompréhension,jugement,exclusion,désespoir,injustice,solitude,enfant,jeune,souffrance,cned,solution,cmp,pédo-psychiatre,psychiatrie,médecine,médecin,psy,refus,troubles anxieux,insomnie,espoir,soutien,facebook,groupe fermé,livre,témoignage,guillauby,éducation nationale,académiephobie scolaire,déscolarisation,enseignement obligatoire,instruction,mal-être,maladie,maux physiques,association,maux de ventre,temps,durée,mdph,handicap,isolement,parent,angoisse,peur,signalement,institutions,violence,menace,incompréhension,jugement,exclusion,désespoir,injustice,solitude,enfant,jeune,souffrance,cned,solution,cmp,pédo-psychiatre,psychiatrie,médecine,médecin,psy,refus,troubles anxieux,insomnie,espoir,soutien,facebook,groupe fermé,livre,témoignage,guillauby,éducation nationale,académiephobie scolaire,déscolarisation,enseignement obligatoire,instruction,mal-être,maladie,maux physiques,association,maux de ventre,temps,durée,mdph,handicap,isolement,parent,angoisse,peur,signalement,institutions,violence,menace,incompréhension,jugement,exclusion,désespoir,injustice,solitude,enfant,jeune,souffrance,cned,solution,cmp,pédo-psychiatre,psychiatrie,médecine,médecin,psy,refus,troubles anxieux,insomnie,espoir,soutien,facebook,groupe fermé,livre,témoignage,guillauby,éducation nationale,académie

phobie scolaire

phobie scolaire

 

 

 

 

 

10/09/2014

J'écris pour cette famille de Moernach traversant l'enfer suite au crime commis par le fils aîné de quinze ans.... Mon propos sur la violence, les jeux vidéos, la vigilance des parents.


moernach,haut-rhin,famille,drame,deuil,jeune homme 15 ans,a tué sa soeur,fillette,11 ans,garçon dans un état grave,souffrance,folie,crime,jeux vidéos,violence,pegi,frère aîné,justice,procureur,police,parents,choc,couteau,dépendance,santé mentale,haine,amour,destruction,adolescent,frère,soeur,assassinat,examen,garde à vue,éducation,vigilance parentale,soirée,baby-sitter,confiance,méfiance,voisin,parrain,mort,âme,terreur,tristesse,france,souvenir,plus jamaisBonsoir à tous et à toutes,moernach,haut-rhin,famille,drame,deuil,jeune homme 15 ans,a tué sa soeur,fillette,11 ans,garçon dans un état grave,souffrance,folie,crime,jeux vidéos,violence,pegi,frère aîné,justice,procureur,police,parents,choc,couteau,dépendance,santé mentale,haine,amour,destruction,adolescent,frère,soeur,assassinat,examen,garde à vue,éducation,vigilance parentale,soirée,baby-sitter,confiance,méfiance,voisin,parrain,mort,âme,terreur,tristesse,france,souvenir,plus jamais

 

Je pense très fortement à cette petite fille assassinée par son frère de quinze ans, à son frère cadet de huit ans hospitalisé dans un état grave, poignardé lui aussi par ce frère aîné... et à leurs parents qui ont tout perdu, en une soirée d'enfer abominable, après avoir élevé ces trois enfants et fondé une famille.

La France entière a été secouée par ce drame et par la souffrance terrible de ces deux parents à qui des milliers de personnes pensent, depuis plusieurs jours, depuis cet horrible crime. 

L'adolescent jouait, d'après l'enquête, aux jeux vidéos, avec une dépendance déjà remarquée et un intérêt excessif pour eux. Il a pu basculer dans la folie et la déconnection du réel par la simple appartenance à des univers irréels dans lesquels il a trouvé la dualité et la schizophrénie d'une violence inouïe. Il a collé sa haine sur un personnage nommé "l'homme en noir" qui a décuplé sa force pour arriver à détruire toute sa famille, ne lui laissant aucune chance d'épargner l'amour des siens. moernach,haut-rhin,famille,drame,deuil,jeune homme 15 ans,a tué sa soeur,fillette,11 ans,garçon dans un état grave,souffrance,folie,crime,jeux vidéos,violence,pegi,frère aîné,justice,procureur,police,parents,choc,couteau,dépendance,santé mentale,haine,amour,destruction,adolescent,frère,soeur,assassinat,examen,garde à vue,éducation,vigilance parentale,soirée,baby-sitter,confiance,méfiance,voisin,parrain,mort,âme,terreur,tristesse,france,souvenir,plus jamais

De nombreuses familles pensent que les jeux vidéos, du moment que ce sont des jeux.... peuvent être visualisés par tous, et même par des petits de trois-quatre ans. Je le constate dans certaines familles autour de moi. 

Nous pouvons réfléchir, nous interroger et nous rappeler que les jeux vidéos possèdent des limites d'âge appelées PEGI, rarement respectées par les parents ou la famille proche, pensant faire de beaux cadeaux...

moernach,haut-rhin,famille,drame,deuil,jeune homme 15 ans,a tué sa soeur,fillette,11 ans,garçon dans un état grave,souffrance,folie,crime,jeux vidéos,violence,pegi,frère aîné,justice,procureur,police,parents,choc,couteau,dépendance,santé mentale,haine,amour,destruction,adolescent,frère,soeur,assassinat,examen,garde à vue,éducation,vigilance parentale,soirée,baby-sitter,confiance,méfiance,voisin,parrain,mort,âme,terreur,tristesse,france,souvenir,plus jamaisCadeaux empoisonnés d'une société de consommation qui distille la violence en injections brutales et sournoises. La violence est semée en abondance dans notre société à travers certains films, à travers des mangas et de nombreux jeux vidéos.

 

Lisez cet article, si vous ne l'avez déjà lu :

 http://www.midilibre.fr/2014/04/10/tu-tues-mon-frere-je-tue-papa-tu-tues-maman,846868.php 

 

La violence s'inscrit dans les cellules et se distille dans les cellules et la mémoire de la personne, d'autant plus chez des enfants en pleine structuration mentale.

Un père de famille, voyant que son fils adolescent commençait à devenir dépendant de certains jeux, ne lui laissa plus que deux heures le dimanche pour en faire et le protégea ainsi d'une mauvaise influence.

moernach,haut-rhin,famille,drame,deuil,jeune homme 15 ans,a tué sa soeur,fillette,11 ans,garçon dans un état grave,souffrance,folie,crime,jeux vidéos,violence,pegi,frère aîné,justice,procureur,police,parents,choc,couteau,dépendance,santé mentale,haine,amour,destruction,adolescent,frère,soeur,assassinat,examen,garde à vue,éducation,vigilance parentale,soirée,baby-sitter,confiance,méfiance,voisin,parrain,mort,âme,terreur,tristesse,france,souvenir,plus jamais

Mon fils, qui a neuf ans et demi, s'est vu proposer à l'école, sous le manteau et dans les premiers jours de la rentrée, un échange de jeux vidéos interdits aux moins de seize ans, échange proposé par un autre enfant d'une dizaine d'années...

La société devient violente, lorsque l'on voit aux actualités qu'un père de famille perd la vie pour avoir demandé que des jeunes fassent moins de bruit, quand on voit des jeunes de vingt ans massacrés par une bande, quand on voit une jeune joggueuse assassinée par un passant, quand on voit une famille entière terrorisée dans leur maison par une bande de cambrioleurs, n'hésitant pas à menacer un jeune enfant avec un couteau sous la gorge. 

La guerre est dans nos coeurs, à la porte de nos vies, avec toutes ces personnes partant se battre en Syrie, emmenant des jeunes gens dans des convictions extrémistes... La guerre n'est pas loin de nous, avec tous ces enfants, ces civils massacrés sous nos yeux impuissants. La guerre est dans tant de pays que nous ne pouvons aider. Mais la guerre est aussi ici, avec une lame de fond emportant nos illusions de paix et de tolérance.

Un enfant n'a pas à payer de sa vie pour la violence d'un autre, pour une guerre, pour un frère malade... Alors, que les parents soient vigilants et protègent leurs enfants du pire ! En évitant de  demander à un jeune homme de quinze ans d'être baby-sitter... lourde responsabilité pour un adolescent pouvant basculer dans la violence et la haine jalouse de ses frères et soeurs...

moernach,haut-rhin,famille,drame,deuil,jeune homme 15 ans,a tué sa soeur,fillette,11 ans,garçon dans un état grave,souffrance,folie,crime,jeux vidéos,violence,pegi,frère aîné,justice,procureur,police,parents,choc,couteau,dépendance,santé mentale,haine,amour,destruction,adolescent,frère,soeur,assassinat,examen,garde à vue,éducation,vigilance parentale,soirée,baby-sitter,confiance,méfiance,voisin,parrain,mort,âme,terreur,tristesse,france,souvenir,plus jamaisLes parents peuvent être vigilants aussi en respectant les limites d'âge inscrites sur les jeux vidéos, en faisant attention aux mangas, en surveillant les films regardés par leurs enfants et leurs jeunes, en refusant la télé et l'ordinateur dans les chambres, en parlant des réalités à leurs enfants afin de leur ouvrir les yeux et la raison, afin qu'ils soient conscients du danger de ces mondes dans lesquels ils pénètrent et qui pourraient les happer.

Je termine mon article avec toutes mes pensées pour cette famille, pour ces parents sous le choc, traumatisés dans leurs entrailles par la mort de leur fillette, par leur jeune fils dans un état grave et par les actes terribles de leur grand fils. La vie arrivera t-elle à mettre un semblant de baume sur une blessure aussi béante de douleur et aussi ouverte sur l'horreur ? Je demande aux Anges que leur jeune fils soit guéri et rétabli et que leur grand fils soit soigné et accompagné dans sa terrible et profonde souffrance.

Chloé LAROCHEmoernach,haut-rhin,famille,drame,deuil,jeune homme 15 ans,a tué sa soeur,fillette,11 ans,garçon dans un état grave,souffrance,folie,crime,jeux vidéos,violence,pegi,frère aîné,justice,procureur,police,parents,choc,couteau,dépendance,santé mentale,haine,amour,destruction,adolescent,frère,soeur,assassinat,examen,garde à vue,éducation,vigilance parentale,soirée,baby-sitter,confiance,méfiance,voisin,parrain,mort,âme,terreur,tristesse,france,souvenir,plus jamais


http://www.pegi.info/fr/index/id/65

 

 

 

 

 

07/10/2013

L'enfant ne peut vivre à mon sens chaque semaine la rupture renouvelée avec l'un de ses parents. Réflexions sur l'amendement récent concernant la Résidence Alternée.

th-28.jpegBonsoir à tous et toutes,


L'association "SOS les Mamans" qui m'avait déjà contactée vient de m'alerter sur l'amendement de la Sénatrice Laborde qui a été adoptée au Sénat le 17 septembre, imposant la Résidence Alternée par défaut en cas de séparation des parents, dès lors qu'un seul parent la demande.

Cette association a peur que cette loi qui risque de passer en décembre pose de gros problèmes pour des enfants en bas âge ou dans des cas de souffrance familiale intense ou de violences conjugales ou pour des cas inadaptés à la résidence alternée.th-30.jpeg

Une avocate de Lyon a donné son point de vue sur le site Psychologies.com. J'ai trouvé sa réflexion très intelligente et je souhaite la partager avec vous :

 

"La garde alternée est à manier avec beaucoup de prudence. Le rôle de l'avocat est d'amener les parents à réfléchir aux implications concrètes de leur choix : distance école-lieux de vie, aspect matériel... On se rend souvent rapidement compte que le projet n'a pas suffisamment été réfléchi.th-27.jpeg

Nos interrogations pratiques remettent parfois en question le choix initial de parents qui n'arrivent pas à se projeter de manière concrète. En ce sens, nos questions les aident et peuvent leur éviter de se lancer dans une solution non viable sur le long terme ou toxique pour les enfants. On n'est pas là pour décider à leur place, mais pour les aider dans leur choix...

th-29.jpegUn de nos juges aux affaires familiales propose à certains couples indécis une "garde alternée à l'essai". Le juge renvoie l'affaire à six mois pour observer comment la garde alternée se met en place (ou ne se met pas). L'avantage de cette solution est que les parents reviennent en sachant généralement très clairement ce qu'ils veulent : « Ça a été l'horreur, nous avons très vite arrêté, le petit ne se sentait pas bien du tout... » ou au contraire, « Ce n'était pas la solution qu'on privilégiait, mais finalement on s'est organisé et ça fonctionne plutôt bien... »

La garde alternée ce n'est pas un concept, c'est du concret qu'il faut soumettre à l'épreuve du réel !" 

(Claire, avocate)

----------------------------------------------------

Voici aussi un autre article que je vous invite à lire :

http://www.psychologies.com/Couple/Crises-Divorce/Enfants-et-separation/Articles-et-Dossiers/Garde-alternee-attention-danger-!#

---------------------------------------------------------------------------------------------------

 

th-31.jpegLorsque je lis que des juges se permettent de choisir la garde alternée en disant aux parents qu'ils devront ainsi faire l'effort de mieux s'entendre, cela m'afflige, comme si les enfants devenaient l'otage d'une histoire d'amour terminée.

Pour moi, ce n'est pas une histoire de parents mais d'enfants. Ce sont les enfants qui devraient être écoutés ici et dont on devrait observer tous les signes d'angoisse et de mal-être. On ne peut forcer à tout prix -et sous prétexte de principes- le cours de la vie et de l'enfance. Il faut s'adapter à chaque cas familial et se donner le temps de la réflexion et de l'observation avant de placer les enfants dans des ruptures hebdomadaires successives et souvent angoissantes.

th-23.jpegLes plus petits ont besoin de leur père et de leur mère. La rupture est pour eux une épreuve immense, s'ils sont privés de l'un des deux. Il faudrait que l'enfant puisse garder un chez-lui référent en ayant la possibilité de voir l'autre parent tous les week-ends, le samedi ou le dimanche, plus les mercredis, avec un soir par semaine. 

L'enfant ne peut vivre à mon sens chaque semaine la rupture renouvelée avec l'un de ses parents. C'est honteux d'imposer cela à des enfants, surtout aux bébés et aux plus jeunes enfants. th-26.jpeg

Voir cet amendement :

http://www.senat.fr/amendements/2012-2013/808/Amdt_108.html


Avec mes meilleures pensées à vous tous, mes lecteurs fidèles ou ponctuels. Sachez que vous êtes environ quatre cents personnes à venir chaque jour me lire, voire plus à certains moments de l'année. Merci de me lire aussi nombreux et nombreuses.


th-16.jpegChloé LAROCHE


______________________________


Nota bene :

Lire la tribune de Bernard GOLSE : "À qui profite la résidence alternée ?" :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/14/a-qui-profite-la-residence-alternee_1618424_3232.html


13/09/2013

Vous rencontrez des difficultés à sortir votre enfant ou votre adolescent du monde virtuel et de l'ordinateur. Vous vous sentez démunis et ne savez comment faire. Mettez des limites techniques.

_____________________________________________________


Bonsoir à tous et toutes,


th-5.jpegVoici une astuce et des conseils pour les parents qui n'arrivent pas à trouver de solutions pour leurs enfants pré-ados et même pour les huit-dix  ans...


Être accro à l'ordinateur et au virtuel, cela peut commencer tôt, alors, parents, prenez les devants, avant de vous retrouver face à des adolescents déconnectés de la réalité sans que vous n'ayez rien vu.


enfant,adolescent,dépendance,ordinateur,jeux vidéos,site,internet,éducation,limite,contrôle parental,écran,préférences système,mac,pc,parent,accro,insomnie,limitation,horaires,équilibre,sport,nature,santé,angoisse,témoignage,youtube,vidéos,influence,méfiance,prévention,maman,détresse,virtuel,réalité,perdre piedSans interdire l'ordinateur à vos enfants, mettez des limites : il existe sur votre ordinateur (voir dans "Préférences système") la possibilité de créer des sessions, une pour chaque membre de la famille avec un mot de passe à chacun, sauf que pour votre enfant ou votre jeune, vous limiterez -dans sa session- l'ordinateur à une heure par jour (par exemple), durant la semaine et à des horaires précis, par exemple avant 19 h, en utilisant le "contrôle parental" que vous trouvez dans "Préférences système", à la case "Comptes".th-4.jpeg


Après la fin de votre restriction, sa session se fermera automatiquement, sans les cris et les supplications que vous connaissiez pour le faire sortir de l'ordinateur, devant les vidéos sans fin de jeux enregistrés sur Youtube par exemple, avec une abondance de gros mots enregistrés en direct par une bande de jeunes dégénérés.


Le week-end, vous pouvez lui accorder un peu plus, une heure et demi entre 10 h et 19 h par exemple.th-8.jpeg


Bien sûr, vous avez un mot de passe général qui contrôle tout l'ordinateur (en tant que "administrateur", selon le terme informaticien). Mes informations concernent le MAC (étant sur un ordinateur Mac), mais vous devez retrouver ces applications sur votre PC. Si vous n'y arrivez pas, demandez conseil à un informaticien ou à un ami éclairé.


Dans la session que vous aurez créé à votre enfant, installez lui Google Earth, afin de lui faire connaître la planète et ses trésors, ainsi que des sites éducatifs et ludiques intelligents... dont vous mettrez les liens en faisant glisser l'icône de chaque site choisi sur son écran. C'est un cadeau que vous lui faites ainsi, en lui indiquant d'autres sources d'intérêts offerts par internet. À vous de lui accorder alors plus de temps (un quart d'heure, vingt minutes, trente minutes), pour qu'il aille explorer d'autres intelligences pouvant nourrir son être profond.th-6.jpeg


th-7.jpegLes enfants et ados ont besoin de ces limites, sinon ils sortent du monde réel et parfois ne se lavent même plus, ne veulent plus aller à l'école et ne se couchent plus. Si les parents souhaitent garder un équilibre pour leurs enfants chéris, qu'ils réfléchissent bien à l'impact du monde virtuel sur eux et les protègent en leur indiquant que la nature extérieure existe, avec l'herbe, les balades, la musique, la lecture, un bon lit, les amis réels, les conversations entre potes les yeux dans les yeux, les sports, etc.th-9.jpeg


  Chloé Laroche________________________


Ps : n'hésitez pas à témoigner dans les commentaires (voir ci-dessous, après l'article) et à nous donner, à mes lecteurs et à moi-même, vos conseils et difficultés. 


Info : ce blog totalise chaque mois en moyenne entre 400 et 600 lecteurs. Je vous remercie de me lire aussi nombreux.

 

16/07/2013

Du transport des enfants et mineurs en ambulance et de la responsabilité des chauffeurs. Mon témoignage véridique sur la profession d'ambulancier et la déontologie de ce métier passionnant.

Bonjour à tous,


ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,Suite à mes articles sur le métier d'ambulancier, j'ai eu une question d'un lecteur me demandant -en tant qu'ambulancier- quelle est la responsabilité juridique des chauffeurs conduisant des enfants et des mineurs en VSL, en taxi médicalisé et ambulances.ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,

En fait, on nous confie des enfants, c'est vrai ; des enfants handicapés, handicapés physiques ou mentaux, des jeunes atteints de graves maladies, des enfants allant en Centres Médico- Psychologique ou en rééducation d'orthophonie ou de kinésithérapie.

J'en ai souvent transporté et j'en transporte encore. C'est parce qu'on nous fait confiance, en tant qu'ambulanciers et professionnels de l'accompagnement routier médical. Les parents, les établissements hospitaliers, les patrons nous font confiance.

Nous devons effectivement être à la hauteur de cette confiance puisque nous devenons un adulte responsable de l'enfant qu'on nous confie, que ce soit au niveau de la sécurité routière, de la bonne mise de la ceinture de sécurité et du fait de protéger l'enfant lorsqu'il entre et descend du véhicule.ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,

Nous sommes aussi responsables de l'enfant qui peut nous confier des secrets, secret de famille ou confidences de coeur lourd. Nous avons le devoir de le soutenir et de l'écouter, voire de signaler des faits graves le concernant... auprès des autorités judiciaires, médicales et administratives, selon l'article226-14 du code pénal - article 44 du code de déontologie médicale. Les faits peuvent englober toute maltraitance, tout abus sexuel, toute cruauté mentale, toute négligence ayant des conséquences préjudiciables à l'enfant pour sa santé et son développement physique et psychique.ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,sécurité routière,maîtrise,contrôle,rôle,autorité,devoirs,justice

Et puis, parfois l'enfant ne parle pas, ce qu'il convient aussi de respecter.

ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,Il ne faut jamais brusquer un enfant ni lui demander de se taire alors qu'il a envie de parler. 

Il faut savoir que des ambulanciers ont pu, en transportant des enfants handicapés mentaux, s'en occuper avec bien peu de considération ou de respect, pensant que ces enfants ne parlent pas ou sont diminués intellectuellement et émotionnellement. Ils ont pu leur hurler dessus par rapport à leur comportement mais c'est totalement contraire à la déontologie de notre métier. J'ai été témoin occasionnellement du mauvais comportement de collègues, bien que ce soit un fait rare, mais pas exceptionnel. Il n'y a pas que des personnes exemplaires dans notre profession, et parfois, des ambulanciers n'ont aucun coeur et font ce métier par obligation et nécessité de manger.ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,

Comme il y a un grand turn-over dans le métier et que seuls ceux qui ont vraiment la vocation arrivent à rester... pensons qu'un certain nombre de chauffeurs ambulanciers peuvent manquer de patience et parfois de conscience professionnelle. C'est un métier où nous faisons aussi beaucoup d'heures, alors certains peuvent faire passer leur stress de conduite et de route sur les patients transportés et donc sur les enfants.

ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,Personnellement, je pense qu'on en demande beaucoup parfois aux ambulanciers, c'est sûr, puisque certains jeunes ou adolescents auraient besoin d'une personne accompagnante dans le VSL ou le taxi. L'ambulancier conducteur de VSL et taxi médicalisé se retrouve seul à conduire, en devant gérer en même temps des jeunes pouvant saisir le volant ou bien même donner des coups, puisque cela m'est arrivé avec un jeune autiste adolescent.

Je me souviens aussi d'une jeune autiste de treize ans que je transportais et qui donnait de grands coups sur le tableau avant de la voiture et dans la portière. Il fallait que je lui parle pour la rassurer et ma voix l'apaisait... Tout cela en conduisant et en assurant la sécurité !ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,sécurité routière,maîtrise,contrôle,rôle,autorité,devoirs,justice

Une collègue m'avait confié que cette jeune s'était enfuie une fois de la voiture sur un pont. Elle avait dû lui courir après, laissant le véhicule. Ce dernier ne fermait pas de l'intérieur et lorsque ma collègue en a parlé au patron que j'avais alors... il lui a répondu qu'elle n'avait qu'à se débrouiller et que ce n'était pas son problème, en tant que patron !!!

J'ai aussi transporté un jeune paraplégique adolescent dont je mettais le fauteuil dans le coffre. Il commençait à avoir des besoins sexuels et me mettait à chaque fois la main sur la cuisse, alors que je conduisais. Il essayait de me caresser. Je lui expliquais à chaque fois que non, il ne fallait pas faire cela, que c'était interdit. ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,

Un jour, une collègue d'une boîte qui n'existe plus, est arrivée en pleurant. Un patient s'était masturbé à côté d'elle, sans qu'elle n'ait pu rien faire ni l'empêcher. Elle en était traumatisée. Sa réaction a été tout à fait normal, dans une situation gravissime. Nous sommes au service d'autrui mais nous n'avons pas à tout accepter, sous prétexte que ceux que nous transportons nous manquent de respect. Un adolescent autiste presque adulte m'a frappée alors que je le conduisais, en 2008. Ma plainte est toujours sur le bureau du Procureur, classée parmi toutes les autres, irrecevables et incongrues... Normal, les parents de ce jeune ne voulaient pas entendre parler de traitement médicamenteux, aussi valait-il mieux dire comme ils l'ont fait que je n'avais "pas assez d'autorité" et que je manquais de compétence !

Toujours est-il que j'ai évité par deux fois l'accident et que leur fils est toujours vivant ! J'ai juste essuyé de violents coups dans le dos, le cou et l'épaule droite.

Ceci pour conclure que quoi qu'il se passe, l'ambulancier doit juriquement et dans les faits amener l'enfant ou le jeune mineur à bon port, sans accident et sans traumatisme moral.ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,

Quant à l'ambulancier, il lui reste le choix d'aller voir un bon psy pour vider son sac ou sa boîte à gants.

Chloé LAROCHE


À lire :

http://www.secourisme.net/spip.php?article174

http://sos-ambulanciers.forumactif.com/t172-les-responsabilites-de-lambulancier

 

 

 

 

 

 

13/01/2013

Du mariage pour tous et de ma position quant au mariage homosexuel et à la procréation médicalement assistée. Propos envers les croyants.

k2277959.jpgBonjour à tous et toutes,


Aujourd'hui, des isérois et personnes venues de toutes provinces se sont retrouvés à Paris pour manifester contre le "Mariage pour tous". Il y a dans les rangs de cette manifestation nombre de religieux de tous bords, pensant lutter pour des croyances légitimes.

ispi045285.jpgQuelle perte de temps et d'énergie quand on pense que ces personnes donnent un dimanche pour dire NON à une loi ne les concernant pas. Alors qu'en tant que personnes croyantes et porteuses d'un certain idéal, sont-elles descendues dans la rue avec tous ceux qui sont venus à Paris -dont quinze mille kurdes- rassemblés hier pour manifester contre la mort des trois jeunes femmes kurdes assassinées dans notre pays ?

Ont-elles été là aussi, ces personnes bien-pensantes pour défendre les enfants expulsés de France, avec leurs parents, actes faits régulièrement depuis des années ? Pour arrêter les policiers venus dans nos écoles arracher des gosses à leur banc pour être mis dans un avion ?k0402730.jpg

Beaucoup de gens mélangent le terme de mariage civil avec le terme de mariage religieux. Pourtant le premier, que la nouvelle loi traite, est laïque et ne devrait pas autant remuer les croyants et les foules offusquées.  Le mariage laïque donne l'égalité des droits aux homosexuels qui s'aiment et c'est normal. 


012904BL.jpgD'autre part, si on ne veut pas donner le droit à la procréation médicalement assistée aux homosexuels, en parlant de l'inconnu du donneur et de ce problème évident pour les enfants à venir qui ne connaîtront pas la lignée paternelle... Pourquoi l'a-t-on donné aux autres couples, ce droit ???? Quelle hypocrisie !!! Si on ne donne pas ce droit aux couples homosexuels, alors enlevons-le à tous les couples ! Car quelle discrimination ce serait d'accorder ce droit à certains mais pas à d'autres... à cause de prétextes de morale et d'éthique.

Le jour où les enfants venus au monde par la procréation médicalement assistée grandiront et ne pourront pas savoir d'où ils viennent et quelle est leur deuxième lignée, le monde s'apercevra que le progrès est parfois égoïste et que l'enfant n'est pas un dû, ni pour les couples hétérosexuels ni pour les couples homosexuels.42-19860150.jpg

Il reste que des enfants bien vivants sont adoptables et abandonnés dans des orphelinats. Qu'ils soient adoptés par un homme et une femme ou par deux femmes ou deux hommes... m'est égal. C'est le bonheur de l'enfant qui compte ainsi que le fait qu'il ait enfin une famille et des personnes qui l'aiment et prennent soin de lui. 


42-19860091.jpgDeux français homosexuels sont partis au Brésil et ont adopté un petit garçon déficient et très abimé par la situation qu'il vivait, négligé par ses propres parents qui se droguaient. Ces deux hommes ont pris cet enfant sous leurs ailes et l'ont tant choyé et protégé que ce garçon va bien aujourd'hui. Imaginez qu'ils reviennent en France aujourd'hui... Seront-ils acceptés et reconnus comme les pères de cet enfant ? Cet enfant aura quelle place dans notre société et au sein de sa famille non reconnue dans notre pays ? 

k5320333.jpgQue tous les religieux et les croyants du monde se regardent dans une glace et se demandent quel genre d'amour est-ce  celui que Dieu demande à chacun et qui devrait rejeter deux personnes qui s'aiment ? Dieu a-t-il demandé que nous adoptions ce genre d'amour discriminant ? Je ne crois pas en cette supposition, sincèrement. L'amour universel nous demande d'être tolérant, ouvert, accueillant envers la différence, aimant envers autrui et hospitalier.u18085635.jpg

Chloé LAROCHEk5046541.jpgk10511989.jpg


27/08/2012

Mais où va le monde, où se dirige la parentalité, où se loge la conscience des nouveaux parents ?

enfant oublié,négligence,incendie enfant seul sans maison,enfant laissé seul,parents,parentalité,éducation,antoine,issoire,facebook,nounou,garde enfant,maltraitance,famille,enfant,discothèque,aller danser,bébé sieste laissé seul,justice,france,monde,actualité,mèreBonsoir à tous et toutes,


Je suis scandalisée d'apprendre que cette semaine une maman de Béziers est allée chercher une nounou pour sa fille de deux ans et demi sur Facebook afin de sortir en boîte. Trouvant un adolescent de quatorze ans prêt à venir chez elle garder sa fille, elle a laissé son enfant entre les mains de ce jeune inconnu.

Je suis scandalisée de savoir qu'un autre maman a laissé sa fille de sept ans seule dehors devant la discothèque où elle est allée danser, à Clermont-Ferrand, l'été dernier. La petite errait seule à quatre heures du matin lorsque la police l'a trouvée.enfant oublié,négligence,incendie enfant seul sans maison,enfant laissé seul,parents,parentalité,éducation,antoine,issoire,facebook,nounou,garde enfant,maltraitance,famille,enfant,discothèque,aller danser,bébé sieste laissé seul,justice,france,monde,actualité,mère

Une personne a répondu ceci dans un commentaire déposé sur internet :

"A sept ans elle est quand même débrouillarde. Faut pas exagérer. Elle est capable de rester seule à la maison, elle l'est également sur un parking de discothèque où sa mère est juste à côté. Elle n'était pas enfermée dans la voiture, elle pouvait sortir. Donc pas d'affolements." (signé Choupi)

Comment pouvez-vous écrire ceci, Choupi, et penser que cette enfant était à sa place sur ce parking, au lieu d'être dans son lit et au chaud chez elle, près d'une mère sachant la protéger. Vous rendez-vous compte de ce qui aurait pu aussi lui arriver : mauvaises rencontres, enlèvement, viol, assassinat...

enfant oublié,négligence,incendie enfant seul sans maison,enfant laissé seul,parents,parentalité,éducation,antoine,issoire,facebook,nounou,garde enfant,maltraitance,famille,enfant,discothèque,aller danser,bébé sieste laissé seul,justice,france,monde,actualité,mèreLe monde tourne à l'envers, essayant de trouver des excuses à l'inexcusable. 

Pourtant, un père a déjà été condamné fin 2011 près de Colmar pour avoir laissé sa fille sur un parking de discothèque. La petite pleurait toute seule dans le froid à trois heures du matin devant la boîte de nuit de Riquewihr dans le Haut-Rhin.

En juillet dernier, dans la Loire, une maman a laissé ses quatre enfants en bas âge enfermés chez elle, alors qu'elle allait faire les courses. Un torchon a pris feu. Un des enfants, ayant sept ans, a sauvé la maison en suivant les conseils d'un pompier au téléphone.

Un enfant de trois ans laissé seul chez lui, des enfants laissés dans une voiture qui a pris feu, des bébés laissés seuls chez eux pour faire la sieste... C'est honteux.

Lisez ceci, ce forum dans lequel des parents témoignent :

http://forum.infobebes.com/Detente-et-debats/Coups-de-gueule/incroyable-laisser-enfants-sujet_209521_1.htm

Je vous rappelle cette disparition inquiétante et dramatique de ce petit garçon d'Issoire disparu il y a quatre ans déjà, dont j'avais parlé à l'époque sur ce blog. Sa mère l'avait laissé seul le soir pour aller manger au restaurant avec son compagnon. Personne ne l'a jamais revu, il avait disparu à jamais lorsque sa mère est rentrée. Il s'appelait Antoine et avait six ans.

J'ai mon idée aujourd'hui sur cette disparition ; je pense, au vu des nouveaux éléments entendus cette année, que c'est plus grave que tout ce qu'a pu dire la mère ce soir-là.

Aujourd'hui, la police recherche le cadavre d'Antoine.

enfant oublié,négligence,incendie enfant seul sans maison,enfant laissé seul,parents,parentalité,éducation,antoine,issoire,facebook,nounou,garde enfant,maltraitance,famille,enfant,discothèque,aller danser,bébé sieste laissé seul,justice,france,monde,actualité,mèreMoi, je recherche une amélioration de la conscience parentale. Dire aux parents qu'on ne laisse jamais un enfant seul dans une maison ou un appartement. Ni dans une voiture.enfant oublié,négligence,incendie enfant seul sans maison,enfant laissé seul,parents,parentalité,éducation,antoine,issoire,facebook,nounou,garde enfant,maltraitance,famille,enfant,discothèque,aller danser,bébé sieste laissé seul,justice,france,monde,actualité,mère

Et que Antoine puisse trouver la paix... ainsi que ce voeu pour tous ces enfants délaissés et négligés, oubliés et mal-aimés : qu'ils soient protégés et aimés par un parent adulte et responsable.

enfant oublié,négligence,incendie enfant seul sans maison,enfant laissé seul,parents,parentalité,éducation,antoine,issoire,facebook,nounou,garde enfant,maltraitance,famille,enfant,discothèque,aller danser,bébé sieste laissé seul,justice,france,monde,actualité,mère,société,consommation,égoïsmeMais c'est peut-être trop demander et espérer dans une société où l'égoïsme gagne du terrain, au sein d'une société où le plaisir et la consommation deviennent maîtres et divinités, au prix du sacrifice des plus petits et des plus vulnérables.

Chloé LAROCHEenfant oublié,négligence,incendie enfant seul sans maison,enfant laissé seul,parents,parentalité,éducation,antoine,issoire,facebook,nounou,garde enfant,maltraitance,famille,enfant,discothèque,aller danser,bébé sieste laissé seul,justice,france,monde,actualité,mère,société,consommation,égoïsme


27/01/2012

L'adoption d'une jeune tigresse par une maman éléphant. Petit conte véridique pour les parents adoptifs et les enfants adoptés.

Petit conte véridique pour les parents adoptifs

et les enfants adoptés____________________





adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,franceUn jour, dans la jungle, on appela une maman éléphant car elle avait déjà recueilli une petite girafe de huit ans qui semblait se plaire auprès de sa nouvelle maman. 

La petite girafe ne tenait pas sur ses pattes quand l'éléphante commença à s'occuper d'elle. Elle n'entendait pas et aucun son se sortait de sa bouche.

L'éléphante l'entoura de ses soins et la girafe se sentit de mieux en mieux. Maintenant elle galopait et souriait, même si les sons ne venaient encore pas.adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,france

Un jour donc, on appela cette maman afin qu'elle s'occupe d'un petit tigre trouvé dans la jungle, abandonné et renié par son père volage. En fait, c'était une petite tigresse de huit ans. Au début, l'éléphante réussit à élever ce petit animal qui faisait parfois un peu mal avec ses griffes et ses crocs mais cela était encore possible à gérer.

adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,franceCependant, la petite grandit à vue d'oeil et la maman éléphante se retrouva vite en face d'une jeune fauve, laquelle avait des envies de courir en liberté et de sortir la nuit à toute heure et en compagnie d'autres fauves bien plus âgés.adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,france

La mère éléphant ne savait plus que faire, se rendant malade d'impuissance devant cette jeune tigresse qui devenait bien plus forte qu'elle et prenait de l'assurance en crocs et griffes, armes dont la féline n'hésitait pas à se servir dans des combats parfois féroces avec cette mère éléphant, au moment où la jeune tigresse voulait sortir la nuit dans la jungle cruelle.adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,france

Parfois, comme les chats partent de leur foyer plusieurs jours, la jeune féline s'échappait ainsi en des lieux inconnus, vers d'autres  repères d'animaux secrets. L'éléphante ne voyait pas revenir sa protégée et elle pleurait, se lamentant et s'inquiétant.

adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,franceUn jour, alors que cinq ans avait passé, une vieille hyène recueillit la jeune tigresse, un soir où cette dernière s'était égarée. Lorsque l'éléphante voulut récupérer sa protégée, quelques jours après, la hyène la regarda de haut et avec méchanceté en lui disant qu'elle s'était très mal occupée de cette jeune animal et que désormais, c'est chez elle qu'elle resterait.adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,france

La hyène avait un élevage de chevaux et avait trouvé une employée facile pour garder son troupeau. La jeune tigresse était heureuse d'avoir trouvé une nouvelle demeure et un travail bénévole. Mais au bout de quelques semaines, elle se mit à ruer et à vouloir vivre la liberté totale. Aussi se mit-elle à sortir en secret, profitant du sommeil de la hyène. 

adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,franceLa maman éléphant, de son côté, se mourait de chagrin, croyant avoir perdu cet enfant tant aimée. La hyène l'avait emmenée si loin et l'avait même inscrite à l'école des hyènes... La tigresse était revenue un jour et avait décollé tous les posters de sa chambre éléphantesque. Elle avait emporté tous ses habits tigrés et toutes ses affaires, jetant un regard de hyène vers sa mère adoptive en pleurs et désespérée.

Et puis, un jour, six mois plus tard, la hyène appela la mère éléphant et lui demanda de reprendre sa protégée, lui expliquant qu'elle était insupportable et qu'elle ne pouvait la garder.adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,france

Maman éléphant fut très heureuse de reprendre sa tigresse mais elle s'en morda vite la trompe, puisque la jeune féline reprit son activité nocturne, ses fréquentations douteuses et ses attitudes agressives envers sa mère, l'insultant même et la poussant sur l'arrière-train.

adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,franceAlors l'éléphante alla voir le Conseil de la jungle et demanda une entrevue. Elle fut entendue et reçu dans sa détresse éducative. Le Conseil décida un éloignement provisoire pour la jeune tigresse -en semaine seulement- en milieu ouvert forestier, entre jeunes tigres venant de divers pays.

Ils étaient encadrés par de jeunes lions adultes, par des pumas et des gazelles formées à l'éducation des fauves.adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,france

La tigresse revenait voir la mère éléphante chaque semaine mais elle avait donc rejoint ce milieu éducatif lui donnant le cadre nécessaire pour gérer ses impulsions naturelles la mettant en danger.

adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,franceDurant plusieurs années, les choses ont dû rester ainsi avec des hauts et des bas, des progrès et des replongées, des fugues dans la jungle, des fuites et des retours, du respect envers sa mère éléphant et aussi des mots très durs envers elle avec les griffes toutes dehors.

Maman éléphant avait dû accepter les éloignements, les fugues régulières, les disparitions successives, les retours heureux.

Elle aimait sa fille et cet amour était aussi vivant que le soleil se levait chaque jour sur la jungle et la savane.adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,france

 Mais elle







remerciait aussi d'avoir été entendue par le Conseil de la jungle qui lui avait apporté aide et compréhension, car sans lui, sans les jeunes éducateurs qui l'avaient secondée dans l'éducation de cette jeune tigresse, aurait-elle survécu sans se jeter dans l'abîme des flots du fleuve Lobé ?

adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,franceUn jour, sa fille tigresse lui dit :

"Maman, je t'aime, mais tu sais, la mère qui m'a mise au monde est en moi et je ne voulais pas la trahir, j'avais peur de l'oublier, comment pouvais-je te montrer mon amour ? Il fallait aussi que je te pousse à bout pour que tu me montres jusqu'où tu pouvais m'aimer."adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,france

L'important pour la mère éléphant est d'avoir toujours été là pour sa fille féline de coeur, même en étant loin parfois.


adoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,franceChloé Larocheadoption,témoignage,conte vrai,afrique,bénin,adopter un grand,tigre,éléphant,jungle,conseil,éducateur,troubles de l'attachement,filiation,lien de coeur,maman adoptive,parent adoptif,difficulté,violence,famille,orphelin,orphelinat,france







23/01/2012

Lettre à une jeune femme, un jeune homme... ne respectant pas leur mère. Propos sur le respect aux parents. Ma réflexion sur l'attention envers ceux qui nous ont élevés, envers celle qui nous a portés.

À toi homme ou femme qui ne regardes pas ta mère,

À toi qui ne la respectes pas,

À toi qui lui manques de respect,

À toi qui profites de ta mère,

 

parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partageJe pense qu'on doit le respect à sa mère, qu'elle ait trente ou soixante-dix ans.

Ta mère est âgée, dépressive ; elle n'a pas fait, à ton sens, les bons choix dans la vie ; elle se plaint tout le temps. Alors tu t'en plains et tu ne veux pas la voir. Tu ne supportes pas de devoir la rencontrer.parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partage

Pourtant, elle souffre. Elle est seule. Sur quelle épaule peut-elle trouver du réconfort, dans quels yeux ? Que lui donnes-tu, toi sa fille, pour qu'elle ne se plaigne plus de sa vie ? 

Devenir vieux ou vieille n'est pas si facile, on devient aussi très seul ou seule, selon, délaissé de tous, oublié par la famille, la société, comme un déchet qui a servi, comme un rebut qu'on mettrait au grenier ou à la cave, ou bien dans une maison de retraite, pire dans un mouroir.

parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partageEt toi qui a une mère encore jeune : tu as pensé à toutes ces années de sacrifices données pour ses enfants, données pour toi, à te langer, à te changer, à te nourrir, à t'éduquer, à ne plus sortir, à ne rien s'acheter pour privilégier tes propres achats, tes études et tout le reste. Car bien sûr, il faut payer le loyer, les factures, les téléphones de chacun, des adolescents surtout, friands de téléphonie et autres virtualités coûtant cher.parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partage


À toi, jeune homme, qui prends ta mère pour une bonne, lui criant dessus et lui donnant des ordres, parfois lui tapant dessus, te trouves-tu honnête en te regardant dans une glace ? Te trouves-tu à ton avantage d'être humain ? Je pense plutôt que tu pourrais faire partie de la race des crocodiles aux dents longues et à la mâchoire acérée. Avec juste les yeux qui sortent pour satisfaire ton intelligence étriquée de progéniture pourrie par une société d'égoïsme et d'égocentrisme. 

parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partageEt toi qui a trente ans, vivant encore chez ta mère : tu es une jeune femme travaillant mais ne reversant rien à ta mère, la prenant pour un hôtel et n'ayant aucun respect pour elle, dans ta façon de lui parler, la prenant pour ta servante et ton logeur gratuit... Toi, n'as-tu pas honte de cette attitude profiteuse et avare, sans aucune pitié pour une mère qui mériterait de souffler et de se reposer, d'être aidée aussi, par sa fille ?parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partage

Les mères ont assez pleuré durant des millénaires... Aussi, je remercie d'avance tous ceux qui ont encore le bonheur d'avoir leur mère vivante de lui accorder votre regard, votre attention et votre respect.

parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partageCar vous lui devez la vie avant toute chose. Votre maman va partir certainement avant vous. Sa vie est déjà bien avancée. Que lui avez-vous redonné en bonheur, en plaisir, en considération d'elle-même ?

Chloé LAROCHEparents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partageparents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partageparents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partage




 

19/03/2011

Un bébé est né mais n'a aucune identité. La maman est effondrée. La loi est implacable et la bêtise... sans limites.

Mn_55.jpgBonsoir à toutes et tous,

 

Ce soir, je choisis de vous communiquer cette lettre envoyée à tous les journalistes et à tous les médias.

Étant une journaliste libre et bénévole au service de la solidarité et de l'entraide, je vous transmets le courrier du Docteur Ménard, qui m'a beaucoup émue et révoltée.Mn_57a.jpg

Puisse ce bébé retrouver une identité et sa maman retrouver la tranquillité et la paix.

Je suis sensible à cette terrible histoire, car depuis huit ans, j'ai adopté et recueilli une enfant... qui est maintenant une adolescente de quinze ans... et qui n'a toujours pas la nationalité française ni de carte d'identité ni d'accueil de la France en son sein.

Je me bats toujours car elle n'est pas reconnue aux yeux de l'État français comme ma fille et je ne suis pas sa mère.... sauf pour des organismes intelligents comme la Sécu, la Caf... qui prennent en compte les personnes qui ont à charge et en responsabilité tel enfant et le prouvent.Mn_30a.jpg

J'ai créé une pétition pour la situation de ma fille :

http://www.mesopinions.com/L-adoption-de-ma-fille-n-est-pas-validée-en-France-depuis-7-ans-petition-petitions-63113acadfd163c940ec9228182e1d58.html#signer-petition

btn-signez-petition-1.png

Il est très difficile pour des parents et des enfants de vivre dans un espace-temps où personne ne veut de nous, ne nous considère, où les racines n'existent plus et où même les relations parentales et familiales sont reniées, comme si on appartenait au néant, au grand vide.

Mn_2a.jpgPuisse ce bébé être aidé !

Puisse ma fille être aidée aussi.

 

Chloé LAROCHE  ________________________


Communiqué de presse du 17 mars 2011____________________________

Par la diffusion de ce témoignage, le Syndicat de la Médecine Générale soutient ouvertement l’initiative d’un de ses membres, le Dr Didier Ménard.


"Amel est une jeune mère de famille, elle élève avec son mari deux charmantes petites filles. Lui travaille comme ouvrier, elle reste à la maison pour s'occuper du dernier né de trois mois. Leur séjour en France est totalement légal : ils disposent d'une carte de séjours de dix ans. A la cité des Francs-Moisins, à Saint-Denis, où ils habitent, tout cela est relativement habituel, du moins on pourrait le croire, car cette famille vit en fait un cauchemar : leur nourrisson est un « touriste de passage pour 3 mois ».

Amel est enceinte de sept mois quand elle doit partir en urgence en Algérie au chevet de sa mère gravement malade. Elle ne sait pas que ce voyage la conduira dans un monde kafkaïen. Elle accouche prématurément en Algérie à sept mois. Après cet épisode difficile à vivre, elle a hâte de rentrer auprès de sa famille. Hélas, la loi française ne le permet pas. Son enfant étant né à l'étranger, elle ne peut le ramener directement. Elle doit attendre un visa provisoire pour l'enfant, si elle veut revoir ses filles. Sinon, elle doit entamer une procédure de rapprochement familial. Amel s'effondre. Elle vit une dépression. Il faut absolument rentrer. Son mari et ses enfants lui manquent. Elle choisit le visa. Le retour à la maison ne résout pas le problème, loin s'en faut : une cascade de difficultés l'attend. La préfecture lui signifie qu'au terme du visa, elle doit retourner en Algérie et demander pour l'enfant le regroupement familial, ce qui peut prendre beaucoup de temps. En France, le bébé n'a aucun droit, même pas celui d'être rattaché à la Sécurité sociale de son papa, puisqu'il y est en séjour provisoire.

C'est cette situation qu'Amel me raconte un soir de janvier, quand elle m'amène le bébé qui a de la fièvre. Je le soigne et, bien forcé par la situation, je rédige l'ordonnance au nom de sa grande sœur en espérant que le pharmacien ne tiquera pas trop sur la posologie inadaptée.

Et je m'indigne ! Comment cela est-il possible ? Cet enfant a un papa qui travaille, qui cotise à la Sécurité sociale, qui a des droits. Je me renseigne auprès des personnes connaissant mieux que moi ces situations : eh bien, non, cet enfant n'a pas de droit, car il a eu le tort de naître où il ne fallait pas. Nous faisons le « forcing » à la CPAM du 93 pour procurer une couverture sociale à ce bébé car, si par malheur il devait être hospitalisé, le coût serait rédhibitoire. Il faut du temps et de la pugnacité, mais heureusement, nous y arrivons, car aujourd'hui, l'enfant est hospitalisé pour une infection des voies respiratoires. Mais cela ne change pas la situation du bébé qui va bientôt être clandestin, puisque tout le monde conseille à Amel, même les institutions sociales, de ne pas retourner en Algérie.

De toute façon l'état psychologique d'Amel ne le permet pas, état psychologique encore plus aggravé par la décision de la Caisse d'Allocation Familiale, qui demande le remboursement de la prime de naissance (eh oui, il y a là suspicion de fraude !) et qui, pour être certaine d'être remboursée, supprime le versement des autres prestations. Nous supposons que, comme d'habitude, quand il y a un problème déclaratif ou autre, la CAF suspend tout les allocations, fait son enquête, et prend sa décision. On remarquera qu'habituellement, en vertu des principes constitutionnels, il faut d'abord faire l'instruction avant de prononcer le jugement, mais pour la CAF, les principes constitutionnels sont accessoires ! Outre que la suppression arbitraire des prestations auxquelles elle a droit enfonce un peu plus cette famille dans la précarité, la violence institutionnelle qu’elle traduit projette Amel et les siens dans l’incompréhension et la détresse.

Comment en est-on arrivé là ? Dans quel monde vivons-nous, pour fabriquer des bébés clandestins ? Quelle faute Amel a-t-elle commise pour être autant punie ?

Je voudrais connaître celle ou celui qui au consulat de France a refusé de délivrer les papiers à cette jeune mère de famille. Il ou elle a appliqué la loi, me dira-t-on. Quelle loi ? Celle qui est écrite sur le fronton de son bâtiment : liberté, égalité, fraternité ou celle d'un Etat français redevenu ouvertement xénophobe. Je voudrais comprendre ce qui se passe dans la tête de tous ces acteurs de la préfecture qui, au nom de la France, perdent leur humanité. Les lois et les règlements ne cessent de brimer les étrangers. La France a-t-elle si peur qu’elle doive craindre la venue sur son territoire d'un nourrisson de trois mois ? Voit-elle en lui un possible perturbateur de l'ordre public ?

Comment peut on oublier à ce point les missions et les valeurs de la protection sociale, pour que la CAF se conduise de cette manière, est-ce le poison de la suspicion face à la fraude qui provoque ce comportement d'exclusion ?

Que puis-je dire à cette famille ? Que ce monde est devenu fou, de cette folie qui conduit à ne plus savoir faire la part des choses. Que la loi fixe les conditions de la vie en société, mais qu'elle n'est jamais à l'abri de devenir stupide et ignoble dans son application. Que la citoyenneté que les hommes et les femmes politiques prétendent défendre n'existe pas pour un bébé né de parents maghrébins.

La loi que nous allons appliquer pour cet enfant, c'est la loi de la cité, celle qui est faite de solidarité, de soutien, d'amour et de fraternité. Et nous allons nous mobiliser pour rendre à ce bébé ses droits, pour que son arrivée dans la vie ne soit pas à jamais marquée par la culpabilité d'être né où il ne fallait pas."

Docteur Didier MénardMn_7.jpgMn_3.jpg

Médecin généraliste à la cité des Francs-Moisins à Saint-Denis


 

COMMUNIQUÉ :

http://fontenay-diversite.over-blog.com/article-un-bebe-clandestin-69620293.html

 

Les photos de l'article choisies par l'auteur proviennent du site suivant :

http://www.photo-libre.fr/

 

<a href="http://www.photo-libre.fr">Photos Libres</a>

26/12/2010

Romain avait 17 ans et est mort dans un attentat en février 2007. Son père n'a pas été prévenu de son décès et l'a appris deux ans et demi après.

k0294806-1.jpgBonsoir à toutes et tous,

 

Il est des époques dans l'année qui font encore plus mal.

Comme les périodes de Noël... et des fêtes de fin d'année.k0507606-1.jpgk0028266.jpg

Mal à ceux qui souffrent de ne plus voir leur enfant.

Les parents qui pleurent leur enfant décédé et

aussi ceux qui ne peuvent voir leur enfant

car ils ou elles sont en prison

ou bien privés par l'autre conjoint

de la présence de leur enfant.

 

Le 26 février 2007, un jeune homme est mort dans un attentat et son père n'a pas été mis au courant. Il avait 17 ans et faisait partie du groupe de français tués en Arabie Saoudite ce jour-là. Il s'appelait Romain et mourut le lendemain, le 27 février.

Le Président de la République lui a rendu hommage à son enterrement et son propre père n'a pas été prévenu !

Nous sommes dans un pays de communication où les nouvelles se savent à la seconde et où les rumeurs vont bon train dès qu'elles veulent se frayer chemin, mais annoncer le décès d'un fils à son père a été impossible à la maman et à la famille maternelle ?!!!?

Le papa de Romain a appris sa mort deux ans et demi après.

k1673884.jpgCe fils lui a déjà manqué de longues années, à cause d'un divorce douloureux, mais le priver ainsi de dire adieu à son fils est d'une cruauté extrême.

Il est dommage que de nombreux pères soient privés de voir leur enfant, comme des mères sont, elles aussi, privées pour différentes raisons.

Des pères qui ne payent pas leur pension sont punis alors qu'ils sont dans une situation inextricable et peuvent se retrouver en prison.

Certains parents manipulateurs n'hésitent pas à raconter n'importe quoi sur l'autre parent pour le discréditer auprès des juges et cela est horriblement injuste.

Une femme s'est suicidée après une décision de justice en Isère il y a quelques années, la privant de la garde de ses enfants.

Un enfant a le droit de voir ses deux parents mais pas non plus dans n'importe quelles conditions.k0520229.jpg

Il est évident que si le père boit ou qu'il prend des crises de démence, ou bien qu'il délaisse ses enfants pour jouer sur internet... la justice l'autorisera à voir son fils accompagné dans une maison spécialisée comme il en existe à Grenoble, nommée la Passerelle.

Il est évident que si la mère se drogue et maltraite ses enfants, au point de ne pas les nourrir ou les soigner correctement... la justice se penchera sur le problème.

Parfois, il est nécessaire d'enlever un enfant à des parents malfaisants, maltraitants ou tout simplement fous, dénués de raison.

k0604362.jpgMais pas dans n'importe quelles conditions. Je pense que le placement peut être violent et que nombre d'enfants souffrent d'être placés puis déplacés, comme si les familles d'accueil ne devaient pas créer d'attachement ni de liens durables et continus.

Les enfants ont besoin de liens d'amour et d'affection qui perdurent dans le temps. Ils ont besoin de pouvoir s'attacher aux personnes qui les accueillent et de trouver de nouvelles racines, alors que les leurs ont été arrachées.

Et puis les parents doivent être aidés et accompagnés pour qu'à nouveau, ils puissent s'occuper de leur enfant.k0660097.jpg

Pour qu'ils comprennent que leur devoir est d'élever leur enfant avec soi, attention et respect et que c'est un être vivant, humain.

Pour qu'ils comprennent qu'au-delà du fait d'avoir été mari et femme, ils doivent rester des parents après un divorce et assumer à deux leur rôle de parents. Et ne pas évincer l'autre du couple parental.k1984682.jpg

Car il en va de l'équilibre de l'enfant qui ne souffrira jamais d'un divorce s'il sent qu'il est toujours aimé par ses deux parents... et qu'on le rassure : il n'est coupable en rien de la séparation de ses parents.

Chloé LAROCHE

PS : pour plus d'informations sur cette affaire concernant le papa de Romain, contacter le site http://fmcp.org/ et vous aurez accès au dossier directement en cliquant sur "Romain, décédé sans son père"

_______________________________________________________

FÉDÉRATION DES MOUVEMENTS DE LA CONDITION PATERNELLE

pour une responsabilité parentale égale en cas de séparation et de divorcek0035382.jpgk0583380.jpgk1750611.jpg
F.M.C.P. - 144 avenue Daumesnil, 75012 Paris

tél. 01 43 41 45 18 - fax. 01 40 04 94 95u14451222.jpg

Mail : info@fmcp.orgk0982848.jpg

____________________________________________________Les photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits (Banque de Photographies et de Séquences Vidéos Libres de Droits Images).

 

 

 

 

04/11/2010

Je tire la sonnette d’alarme sur le dépistage précoce de la violence et le fichage des jeunes enfants turbulents ou à comportements difficiles.

pr26666.jpgBonjour à toutes et tous,k0154629.jpg


Hier matin, j’écoutais les Grandes Gueules sur la radio RMC, à propos du projet de dépistage précoce de la violence auprès des jeunes enfants, projet tentant à faire croire que la délinquance des adolescents prend racine dans le comportement des plus jeunes.

J’ai soudain entendu cette phrase qui disait que si l’enfant est violent, c’est peut-être parce qu’il y a un "climat malsain à la maison".

On culpabilise les parents à longueur de journée, allant jusqu’à priver certaines familles des allocations en cas d’absences en cours pour les adolescents.INGSEYFS0510.jpg

Dans ces rapports où on classe les enfants de trois ans turbulents ou à comportements à risque.... voit-on ce que vit l’enfant, voit-on son malaise, son besoin d’être écouté, entendu.... Parfois (et souvent d’ailleurs) il vit un deuil et personne n’entend sa douleur. Il a perdu une cousine de son âge, emportée par la mort. Il a perdu un grand-père, il a perdu sa mère, son père. Qui prend conscience de la colère contre la vie qu’il exprime à travers son agressivité, lorsqu’il n’a que ses petits poings et son attitude pour dire sa blessure ? Et après, on se demande pourquoi le suicide est en recrudescence chez les pré-adolescents ??

GS166015.jpgEt par ailleurs, l’enfant ne trouve plus les limites nécessaires à son développement, dans des familles débordées et souvent dépassées, en situations économiques parfois très précaires. Au lieu de stigmatiser ces familles en difficultés affectives ou autres, pourquoi ne pas aider ces parents en les incitant, en les invitant officiellement à participer à des sessions ou des conférences à l’École des Parents ?? Pourquoi ne pas accompagner ces parents et ces enfants en demande d’écoute par des réunions de parole familiale où chacun aurait sa place pour exprimer ce qu’il ressent, parents et enfants ? Les centres médico-psychologues gratuits offrent de telles possibilités. Pourquoi ne pas engager les familles en difficultés à y aller pour se faire aider au lieu de sévir et de maltraiter des familles déjà courbées sous le poids du sort marqué par le chômage, le divorce, la dépression, l’alcoolisme et parfois le deuil.k0185514.jpgk0361219.jpg

Nous sommes de plus en plus censurés individuellement et l’Éducation Nationale est censurée aussi dans l'aide qu'elle peut apporter aux enfants en difficultés, avec la suppression de nombreux postes et de dispositifs comme les Rased. Les psychologues scolaires devraient avoir aussi plus de moyens et d’effectifs pour aider les enfants en souffrance. Les professeurs et les encadrants pédagogiques tremblent de peur dès qu’ils engagent un projet et ne peuvent même plus donner trois granules d’arnica à un enfant qui s’est cogné, car cela est devenu interdit.

k1078021.jpgUn enfant qui se retrouve en conseil des maîtres pour avoir cherché à soulever la jupe d'une fille afin de voir sa culotte devient aujourd'hui immédiatement un délinquant sexuel, montrant que la relativité de l’enfance avec le monde adulte n’existe plus. On projette la délinquance des plus grands sur le monde des petits. On projette aussi nos peurs d’adultes, vivant dans une société où la liberté individuelle est de plus en plus muselée.

Je souhaite vraiment que le projet de loi actuel sur le dépistage de la violence chez les jeunes enfants ne passe pas, surtout si c’est pour dire d’eux dans dix ans : «Vous voyez, on vous l’avait bien dit qu’il allait devenir violent ???!!!!». Si le projet prévoit un accompagnement et tout une batterie de moyens pour redonner sa place à la protection sociale des familles et à l’écoute des parents et des enfants, alors je dirai oui.k2240982.jpg

bandeau-besson-mail-grande.JPGJe souhaite que cette loi ne passe pas comme est passée la loi sur la fin de la médecine du travail indépendante ou comme la loi Besson qui permet d'enfermer des enfants 45 jours en attendant d'être expulsés de France avec leurs parents... Savez-vous que les médecins du travail ne seront plus indépendants mais assujettis à la volonté et à la demande des entreprises...? Savez-vous que cette loi est passée tranquillement avec le projet de loi sur les retraites ? Savez-vous que "les enfants d'une personne en situation irrégulière figureront dorénavant sur les registres des centres de rétention. Ils seront donc officiellement enfermés avec leur parent dans des centres de rétention pendant toute la durée de la rétention, soit jusqu'à 45 jours. En officialisant l'enfermement d'enfants, le gouvernement assume ouvertement cette pratique qui va à l'encontre de l'intérêt supérieur de l'enfant, pourtant protégé par plusieurs conventions internationales."visuel-besson-web.JPG


Chloé LAROCHE

_________________________________________________________________________________


POUR ALLER PLUS LOIN :


UN ARTICLE À LIRE :

http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article3481  : nos enfants sous haute surveillance

À PROPOS DE L'ÉCOLE DES PARENTS :

http://www.ecoledesparents.org/epe/eej.html
http://www.ecoledesparents.org/epe/adresses.html (permanences téléphoniques écoute aux parents)

NUMÉROS GRATUITS D'ÉCOUTE PARENTS-ENFANTS-ADOS :

___Ligne téléphonique Inter-Service-Parents : 0 810 659 009

Mardi (15h30-18h30 psychologue)

mercredi (10h-13h psychologue et orientation scolaire)

jeudi (9h30-12h30 psychologue)
et vendredi (14h-17h juriste et médiatrice familiale)

k0154629.jpg____Espace-Ecoute-Jeunes / Ligne téléphonique : 0 810 659 009

Lundi (9h30-12h30 psychologue) -
mercredi (9h-12h psychologue et orientation scolaire) -

jeudi (9h30-12h30 psychologue)
et vendredi (14h-17h juriste et médiatrice familiale)

___LE SITE DU RÉSEAU D'ÉDUCTAION SANS FRONTIÈRES :

http://www.educationsansfrontieres.org

25/01/2010

Une maman pleure ses deux enfants de 3 et 6 ans retenus en Tunisie. L'aîné se tape la tête contre les murs et le second réclame sa maman. Comment les gouvernements tolèrent-ils cela au bout de plusieurs mois ? Je soutiens Sabine BRUTO. Pétition en cours.

imagesVWLjBU.jpegBonsoir à tous et toutes,

J'ai été très touchée par le drame et l'appel au secours d'une maman désespérée, Sabine BRUTO.

Elle pleure ses deux garçons de 3 et 6 ans, qui sont retenus par leur père en Tunisie.

Les enfants souffrent aussi de cette situation, l'aîné se tapant la tête contre les murs.images4rOa3V.jpeg

Des enfants de cet âge ont besoin de leur mère. Ils ont besoin de sa tendresse, de sa présence, de son amour.

Une pétition a été créée pour elle et je vous invite à aller la signer sur le lien suivant :

http://www.mesopinions.com/detail-petition.php?ID_PETITION=1dcab0f6ec3be32d2a0ef6fa1bc67e49

imagesjVF8z4.jpegJe souhaite aussi vous faire partager l'article tiré du site de Top-alerte.com, écrit par Lorène Russell et donné ci-après.

Que Sabine garde le courage de se battre car tout cela est long et peut amener au désespoir.629941_10549046-o.gif

Je lui donne tout mon soutien et j'invite le père de ses enfants à les faire revenir en France, dans leur intérêt.

Chloé Laroche

 

___________________________________________________________________________

"Il est urgent de médiatiser cette affaire pour faire libérer deux enfants français qui n’ont pas pu faire leur rentrée scolaire en France, le 2 septembre 2009, et enrayer la tentative d’aliénation parentale en cours."

COMMUNIQUE DE PRESSE du 6 novembre 2009 sur http://www.top-alerte.com :

"Sabine BRUTO et R.H. se sont mariés à FONTENAY-SOUS- BOIS le 15 janvier 2005. Deux enfants sont nés de cette union : imagesKPQw5r.jpeg

- Adam, le 12 septembre 2003 à Saint Maurice (94), - Alexandre, le 29 septembre 2006 à Saint Maurice (94).

Après avoir vécu quelques temps en TUNISIE, Sabine BRUTO est revenue vivre en France avec Adam (enceinte d’Alexandre) au mois de juillet 2006. Monsieur R.H. est resté en TUNISIE, Sabine BRUTO lui a toujours amené régulièrement les enfants pendant les vacances scolaires. Monsieur R.H. n’a jamais vécu en France.

Par requête enregistrée auprès du greffe du Tribunal de Grande Instance de CRÉTEIL (94) le 6 mai 2009, Sabine BRUTO a entamé une procédure de divorce. Les époux sont convoqués à l’audience de conciliation le 26 avril 2010. Monsieur R.H n’a pas supporté que sa femme le quitte et a décidé de se venger en prenant leurs enfants Adam (6 ans) et Alexandre (3ans) en otage.

Les enfants étaient en vacances en Tunisie, chez leur père depuis le 28 juin 2009. Sabine BRUTO devait venir les chercher le 6 août 2009. Depuis cette date, ils sont retenus de force à Djerba par leur Père qui détient leurs passeports.

C’est un enlèvement international pour lequel l’ État français est totalement concerné, les deux enfants étant français. Les violences psychologiques qu’Adam et Alexandre subissent actuellement par leur père sont intolérables pour un État de droit comme la France.

imagesN7YMqU.jpegCes enfants ont été coupés brutalement de leur famille, désocialisés, isolés, parachutés dans des écoles où ils ne comprennent pas un mot puisqu’ils parlent français, la langue de leur pays de naissance. Comment Adam peut-il apprendre à lire, écrire et compter dans de telles conditions ?

Cet enlèvement est une atteinte aux droits des enfants les plus élémentaires.

Notre pays se doit de les protéger et d’agir d’urgence pour qu’Adam et Alexandre rentrent en France et retrouvent la vie qu’ils ont toujours connue auprès de leur mère Sabine, de leur grand-mère, Brigitte Nagard.

Cela faisait trois ans et demi que Sabine vivait seule à Fontenay-sous-Bois sans aucune aide financière du père alors qu’il possède des biens et des moyens financiers importants dans son pays. Il apparaît aujourd’hui que c’était le début d’une stratégie pour isoler Sabine.

Cette mère courage a été menacée. Mu par son désir de vengeance, sans aucune considération pour ses enfants, son ex-mari a été jusqu’à lui dire qu’il avait un réseau qui le rendait intouchable et qu’il allait engager des procédures pour arriver à ce qu’il désirait allant jusqu’à préciser qu’il « paie » la police.

Il a été jusqu’à affirmer qu’il connaissait par le biais d'un amie, des gens ‘haut-placés’ en France, lui permettant par exemple de mettre Sabine et son entourage sur écoute…

Il a effectivement engagé une procédure pour obtenir la garde des enfants avec un droit de visite infime pour la mère. On peut effectivement se demander jusqu’où vont ses relations puisque qu’il a obtenu la garde provisoire, vendredi dernier ?

On peut également se demander comment l’ État français n’a-t-il pas encore réagi pour permettre à ces deux enfants, citoyens français d’être libérés de cette séquestration arbitraire.

Sabine, a réussi à rester auprès de ses enfants en Tunisie jusqu’au procès, qu’en sera-t-il désormais. Toute sa vie est en France : travail, logement, famille. Son ex-mari a organisé en Tunisie son total isolement sous forme de séquestration organisée pour l’entraîner vers un épuisement physique et mental plus où moins rapide sans parler des insultes et menaces de mort devant les enfants.

Le père manipule et menace Adam. Il lui confie des ‘secrets’. Il lui dit que s’il rentre à Paris avec sa maman, il ne verra plus son papa… Il le culpabilise et cultive son syndrome de l’abandon.

En présence d’un témoin, Adam a été contraint pas son père de dormir sur une serviette sale, lui disant que c’était la faute de sa maman s’il devait dormir sur le sol…

Il apparaît clairement dans ce dossier que le père œuvre uniquement par vengeance et qu’il mettra tout en œuvre pour exclure leur mère de leur vie.

Le terrorisme psychologique que Sabine BRUTO et ses enfants subissent, sera lourd de conséquences pour le devenir des enfants, si la France n’agit pas rapidement.images4Akpkn.jpeg

R.H. se sent intouchable et apparemment, il l’est ! Lors d’une des audiences, Sabine BRUTO n’a pas eu le droit à la parole. Monsieur R.H. s’est exprimé pour sa part à sa convenance, en arabe (Sabine Bruto ne parlant pas arabe…) L’avocate n’était pas présente.

Le juge s’est déclaré incompétent et conseille de saisir le Juge aux affaires familiales.

Étant donné la gravité et l’urgence de la situation, les enfants étant retenus contre leur gré en TUNISIE par Monsieur R.H., une procédure de référé avait été déclenchée en FRANCE afin qu’il soit statué sur les modalités d’exercice de l’autorité parentale. L’audience, devant avoir lieu en avril 2010, a été ramenée au 1er décembre 2009.

De son côté Monsieur R.H. a déclenché une procédure de divorce en Tunisie en date du 29 août 2009 alors même que les enfants étaient sous le coup de l’enlèvement et donc interdits de rentrer en France.

Par ailleurs il faut préciser que Sabine Bruto avait saisi en France, le Juge aux affaires familiales le 6 mai 2009, le mariage ayant été célébré en France, donc le magistrat tunisien aurait du se déclarer incompétent. Une audience de conciliation a eu lieu le 23 septembre, à laquelle Sabine ne s’est pas présentée sur les conseils de ses avocats, au regard de l’illégalité de la procédure.

Lors de cette audience et comme je vous le disais précédemment, le père a obtenu la garde provisoire avec pour Sabine, un droit de visite de 1 journée tous les quinze jours. A aucun moment, le magistrat n’a demandé des preuves sur la véracité des arguments du père.

Les enfants sont aujourd’hui totalement sous l’emprise de leur père et sont déjà confrontés à un processus dans lequel il a commencé à les programmer pour qu’ils haïssent leur mère sans que ce ne soit justifié. Ce processus porte un nom : aliénation parentale et les conséquences pour Alexandre et Adam ainsi que leur mère, parent victime, peuvent rapidement devenir dramatiques.

Le syndrome d’aliénation parentale a été mis en lumière par le psychiatre Richard Gardner. Il se manifeste en général chez la mère, toutefois, le cas se présente chez des pères aveuglés par la vengeance ou dans des cultures où la femme n’a traditionnellement aucun droit tangible.

C’est actuellement la situation vécue par Sabine BRUTO sur les deux plans !

imagesG2m87d.jpegJ’espère que vous serez sensible à cette douloureuse affaire et que vous pourrez la rendre publique." 


Lorène Russell

Experte Enfance Maltraitée
Fondatrice Association l’ENFANT BLEU
Fondatrice Association ELAVIE

Vendredi 27 Novembre 2009_______________ http://www.top-alerte.com/Urgent-enlevement-d-enfants,-affaire-Sabine-Bruto-a-Fontenay-sous-Bois_a67.html


http://www.mesopinions.com/detail-petition.php?ID_PETITION=1dcab0f6ec3be32d2a0ef6fa1bc67e49

http://www.top-alerte.com/URGENT-marche-de-solidarite-pour-les-enfants-de-Sabine-BRUTO-%E2%80%8F_a149.html

http://videos.tf1.fr/jt-20h/le-combat-d-une-mere-5594494.html

21/01/2010

Super Nanny était un ange pour des milliers de parents désespérés et demandeurs d'aide dans l'éducation de leurs enfants souvent terribles et ingérables. De l'autorité en douceur. Des limites et des règles pour l'harmonie.

imagesUS33MV.jpegBonsoir à tous et toutes,

article_super_n.jpgSuper Nanny s’est éteinte dans la nuit de mardi à mercredi des suites d’un cancer au poumon. Elle s’appelait Cathy Sarraï et elle avait 47 ans.images.jpeg

J’adorais ses émissions sur l’éducation dans lesquelles elle arrivait au sein de familles débordées par le comportement de leurs enfants turbulents, sots, grossiers, terribles, en souffrance et sans limites ni règles.

Cathy apportait un cadre, une sécurisation à l’enfant en lui rendant le respect des parents. Le respect du parent pour son enfant, c’est se responsabiliser en tant qu’éducateur fiable et en tant qu’adulte qui sait mettre des limites de façon claire et sans violence. C'est savoir partager avec son enfant des moments de calme et d'échange où la tendresse et l'amour peuvent s'exprimer.

INGSEYFS0129.jpgSuper Nanny apportait de la douceur ferme et de la fermeté douce, réapprenant à certains parents à lire une histoire à leur enfant le soir, à prendre les repas tous ensemble à des heures raisonnables, à ne plus laisser la télévision garder les enfants, à coucher les enfants assez tôt afin de respecter leur important besoin de sommeil. Elle réapprenait aussi aux parents à parler aux enfants et à leur dire ce qu’ils attendent d’eux clairement ; par exemple elle conseillait de parler à un enfant avant une sortie ou avant de rentrer dans un magasin en fixant la conduite et en réglant par avance les possibles débordements.

28.jpgElle disait aux familles qu’il est impensable de laisser un enfant lever la main sur sa mère, ce qu’elle constatait souvent dans nombre de familles visitées. Apprendre à se faire respecter pour que l’enfant se respecte lui-même et grandisse dans un univers familial où tout n’est pas permis. Accepter de pouvoir punir son enfant et de l’entendre pleurer sans céder. Pour ne pas qu’il devienne un tyran ou un monstre, ce que l’on peut remarquer dans certains comportements d’enfants filmés avant que Super Nanny n’intervienne dans ces familles désespérées. Certains parents étaient à bout, certaines mamans n’en peuvent plus.

Se dire qu’apprendre à un enfant à obéir, ce n’est pas ringard et que obéir veut d’abord dire écouter. Trop de méthodes éducatives ont laissé à l’enfant la place de l’enfant-roi, ce qui laisse à ce dernier une liberté d’action angoissante. En effet, l’enfant n’est plus à sa place et se sent insécurisé devant des parents qui ne savent pas mettre de limites et ne savent plus se faire respecter.42.jpg

Un petit enfant un jour répondit “ta gueule” à Super Nanny avec un doigt d’honneur en prime. Elle resta calme mais fut complètement stupéfaite devant cet enfant qui se détachait dans la voiture, en présence d’une maman qui ne réagissait même plus, tant la situation la dépassait.

Le père et la mère d’un enfant ne doivent pas démissionner de leur rôle. Éduquer est un travail quotidien. Il faut être patient car il faut redire les choses, reposer les règles, rappeler, s’en tenir à ce qu’on a dit, ne pas céder. Bien souvent, les adultes sont fatigués et l’enfant saura tester les parents pour voir s’ils tiennent bon dans leurs exigences.

23.jpgCertains enfants peuvent se placer aux postes de commande de la maison et faire régner un climat de terreur, ne se couchant pas, criant, hurlant, insultant, tapant. Mais les parents doivent réagir et ne pas le laisser poursuivre ainsi, quitte à consulter un psychologue et même aller parler tous ensemble devant un professionnel pour exprimer chacun ses difficultés et remettre les choses à plat devant une personne extérieure à la famille. Les Centres Médico-Psychologiques sont habilités à faire ce genre de rencontres familiales et en plus, c’est gratuit.

J’ai gardé et je garderai en mémoire le fameux 1, 2, 3 dit tout haut à l’enfant pour lui laisser le temps d’obéir à une demande parentale. Au bout des trois chiffres, si l’enfant n’avait pas bougé... il était placé devant son choix délibéré de désobéir et était donc puni. La punition pouvait être de rester un quart d’heure dans la chambre ou bien de rester un moment sur une chaise sans bouger.imagesvXVgEO.jpeg

Je rends hommage par cet article à Cathy Sarraï et je pense à sa famille et à tous les enfants qui la pleurent depuis son départ, ainsi qu’à toutes les familles qu’elle a aidées lors de son émission sur M6. Que cette femme généreuse et admirable, qui avait un si grand coeur, repose en paix.

images36hf8g.jpegChloé Laroche21.jpg

25/12/2009

J'écris à un adolescent qui frappe sa mère. À tous les adolescents qui frappent et terrorisent leurs parents.

gs343077.jpgLettre à un adolescent qui frappe sa mère,



Je viens te parler et tout d’abord te souhaiter un joyeux Noël.1780153.jpg

Ta mère a encore appelé le numéro vert “Jeunes Violence Écoute” mais tu ne le sais pas. Tu ne vois pas ses larmes et son désespoir.

Le numéro de Jeunes Violence Écoute est le 0 800 20 22 23.

Là-bas, ils reçoivent près de 650 appels par an de parents dans le cas de ta mère. Certains se font gifler, d’autres insultés tous les jours par leur fille, leur fils. Certains parents sont menacés de mort.images.jpeg

Toi, cette semaine, tu as poussé ta mère contre un mur et je ne répèterai pas ici ce que tu lui as dit.

Pourquoi cette haine, cette violence ? Pourquoi la laisser envahir ton coeur jusqu’à humilier ta mère, jusqu’à arracher le cordon comme on coupe un arbre qui nous embarrasse.

ks110392.jpgLe cordon de ta naissance existe ; il vit, même coupé par des ciseaux ; le lien physique et affectif existe et ta mère sera toujours ta mère, celle qui t’a donné la vie, celle qui t’a allaité, celle qui est allée travailler pour te nourrir, celle qui a passé cent nuits blanches, celle qui a eu peur de te perdre quand tu étais très malade, celle qui t’a toujours protégé de tous les dangers.bn267037.jpgbxp32798.jpg

Tu n’es pas devenu cet homme qui veut le pouvoir dans la maison et faire ce qu’il veut, au mépris des personnes autour ?!

Tu n’es pas devenu cette ombre qui insulte et méprise, qui domine avec sa force et qui terrifie son entourage ?!

Tu n’es pas devenu le crocodile qui te faisait peur tout petit, le requin qui croque tout ce qu’il trouve même si on dit de lui parfois qu’il est inoffensif... pour sauver ce qu’il reste de gentil en lui ?IS543-033.jpg

Ta mère va en être réduite à porter plainte un jour contre toi, même si elle ne l’a pas encore fait, par amour et... parce qu’elle pardonne tout.

Tu le sais et tu en joues. Tu joues de sa peur. Tu joues de ta force. Afin d’obtenir ce que tu veux. Afin de régner en maître.



k0045393.jpgMais tu as encore besoin de limites et tu en demandes. Tu as besoin qu’on puisse s’opposer à toi et... te laisser tout faire n’est pas la solution. Tu as besoin de tierces personnes qui pourraient venir aider ta mère : éducateurs, justice, juge des enfants, police, psychologues, amis, famille.

Ta mère a attendu longtemps dans le désarroi, trop longtemps. Elle est en dépression. Plusieurs fois, tu aurais pu devenir orphelin car elle a eu envie de mettre fin à ses jours. Voir son enfant nous battre ou nous menacer de mort, nous insulter des pires mots comme “va te faire enc”... est insupportable pour une maman.images2H85dq.jpeg

Aujourd’hui, les enfants ont grandi en étant gâtés par la technologie, en étant gâtés par leurs parents qui offrent tant, en étant pris dans une communauté sociale qui mêle l’abondance d’une société de consommation avec la peur des lendemains sans travail, avec la peur d’une terre qui se réchauffe et d’un futur imprécis, incertain.

BCP043-60.jpgQuand le sol se dérobe sous nos pieds et dans nos têtes, on peut être tenté de se défouler sur nos proches... mais ce n’est pas la solution, n’est-ce-pas ?!

Si tu mettais un peu d’amour dans tes gestes, dans tes mots... si tu voyais ta mère comme celle qui t’a donné la vie et t’a élevé... Et pas comme une femme que tu détestes parce que tu te prends pour l’homme de la maison, que tu n’es pas.ispi052097.jpg

Si tu prenais tes peurs, tes angoisses, tes envies de frapper... et que tu les mettais en un autre endroit que sur ta mère ? Tu pourrais aller faire de la boxe, des arts martiaux, apprendre une discipline, un ordre de vie, des limites naturelles enseignées. Tu pourrais aller courir, écrire des mots sur un cahier et le jeter dans la rivière... pour que personne ne reçoive ta haine, sauf l’univers.KS95587.jpg

Je vais te laisser et t’offrir quelques textes d’adolescents comme toi qui ont écrit dans le livre : “Poèmes d’adolescents / Avec ces quelques mots qui enfantent le jour” (Pédagogie Frénet-1974).BCP043-61.jpg

En ce jour où des enfants pleurent de faim et de misère, où des sans-abris dorment dans leur voiture ou dans la rue et pleurent ceux qui sont morts avant eux (265 sans-abris morts en 2008), en ce jour où des parents orphelins pleurent leur enfant décédé de maladie ou d’accident et regardent tristement le sapin planté sur la tombe...

Promets-moi de mettre ton énergie et ton envie de tout casser... à des causes justes... et non contre ta mère.

Chloé Laroche

imagesESoqva.jpeg__________________

“Il fait froid dans mon coeur comme il fait froid en hiver.
Un singe tremble dans la neige.

Il gèlera dans mon coeur comme il gèlera en hiver.
Un singe tombera dans la neige.

Un singe MOURRA dans la neige.”

(Marie-Odile, classe de troisième)


__________________

“Il s’abat des oiseaux sur toutes les vitres
Le sang gicle à chaque giboulée.
Il fait froid au-dehors
Et mon coeur est glacé
de cent mille averses
Qui m’inondent d’une grande tristesse.
Pas une larme de soleil
Pour déchirer un ciel impitoyable.
Les oiseaux meurent par milliers
Et s’abattent à jamais
Sur des vitres mouillées
Par le sang des années.”

Marie-Claire (classe de seconde)adolescent,violence,parent,mère solo,jeunes violence écoute,numéro vert parent battu,haine,insultes,éducation,société,noël,consommation

___________________

“Le jour où les voitures reposeront
en tas
Leurs roues tournant en vain
Nous courrons le long
des autoroutes vides
Criant, hurlant, chantant,
Fort, fort, fort.”

Olivier (classe de Première)

_____________________images0Xhlkh.jpeg

“Je rechercherai parmi les brumes du désert une voix humaine
J’écouterai à l’aube de l’humanité, la plainte d’un clavier
Je chanterai le délire d’une étoile éteinte par la foudre des hommes
Je maudirai les canons et leurs bruits sourds aux oreilles de Dieu
Je renierai les fleurs enflammées par le poison du coeur
Je serai hanté par l’arme de la mort dansla nuit souveraine
Je rechercherai l’homme de la mer et sa prière tintant aux larmes du soleil
Je pleurerai sur la tombe désemparée de la paix
J’adopterai l’enfant semé dans la terre du malheur
J’aimerai la mer et son visage doux comme l’amour
Je trouverai l’Homme errant dans la vie comme la bougie éclairant le jour
J’implorerai la voix chantant l’espoir d’un monde meilleur
J’adorerai le soleil comme une idole
Je haïrai le sang lâche.”

Anne-Marie (classe de Troisième)

_____________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________   JOYEUX NOËL À TOUS !! Chloéadolescent,violence,parent,mère solo,jeunes violence écoute,numéro vert parent battu,haine,insultes,éducation,société,noël,consommation


Copie de -22-.JPG

29/10/2009

J'écris ce jour pour les deux garçons tués en Isère par leur père. Je m'adresse aux parents en difficultés, pouvant être victimes de pulsions. Comment analyser ces pulsions et ne pas leur donner réalité.

 

images-1.jpegBonsoir à tous et toutes,

J’adresse toutes mes condoléances et mes pensées de tristesse à la maman des deux jeunes garçons assassinés par leur père à Bourgoin-Jallieu dans l’Isère. Ils étaient âgés de sept et dix ans.images-10.jpeg

J’ai travaillé il y a quelques années dans leur école comme musicienne intervenante et j’adresse toutes mes pensées aux enseignants et aux camarades de ces deux garçons.

Voici ce que j'ai écrit pour ces deux enfants, pour leur mère et pour d’autres parents :

images-9.jpeg
images-18.jpegDeux enfants sont partis de cette terre brutalement, étouffés cette semaine par leur père... Un père qui venait d’être licencié, un père souffrant d’addiction aux jeux internet, un père vivant des conflits au sein de son couple.images-5.jpeg

Deux enfants sont partis et ils ne comprennent pas qu’un père puisse les aimer autant et les tuer ainsi. L’être humain révèle des monstres tapis dans l’ombre, qui se saisissent des moindres failles de la vie pour prendre le pouvoir sur une âme. Un licenciement et on perd pied. Plus d’estime de soi. On se sent inutile. La société nous rejette... alors on rejette. Tuer, c’est aussi se tuer.

Ce père s’est suicidé à travers ses enfants car il n’a pas su le faire contre lui. Il s’est saisi de leur vie, de ces vies qu’il a mises au monde. Il a préféré tout perdre et se perdre... se perdre puisque aujourd’hui, comment pourra-t-il porter cela jusqu’au bout sans souffrir atrocement ?images-4.jpeg

Il a suicidé son couple et sa compagne... Car comment arracher le coeur de sa femme si ce n’est en lui enlevant le fruit de ses entrailles ?

Beaucoup d’enfants partent ainsi et j’ai déjà parlé de ce problème dans mon blog à plusieurs reprises.

images-8.jpegQuand vous sentez monter une pulsion criminelle envers votre enfant, n’attendez pas de passer à l’acte. Demandez-vous si ce n’est pas vous que vous voulez tuer, demandez-vous ce qui se passe et pourquoi vous vous retrouvez à ressentir des pensées de ce genre (les causes peuvent être : solitude, désespoir, problèmes au travail, malaise profond, conflits, divorce, colère forte, propre enfance non résolue) et appelez immédiatement un numéro d’urgence. Sortez de la maison si nécessaire, courez à l’extérieur, mais ne passez pas à l’acte.

Voici des numéros à appeler :images-19.jpeg

-Le 112 (urgences)

-Le 15 (le Samu)

-Pour les parents d'un bébé : le 0800 00 3 4 5 6. C'est un Numéro Vert national, gratuit et anonyme. Allo Parents Bébé est ouvert du lundi au vendredi, de 10h à 13h et de 17h à 21h. L’équipe du 0800 00 3 4 5 6 garantit une écoute anonyme, disponible et personnalisée. Les écoutants sont des professionnels de la santé et de la petite enfance (psychologues, infirmières, puéricultrices) dotés d’une formation et d’une expérience reconnues dans le domaine de la périnatalité.images-17.jpeg

-Le 119 (le numéro d'aide pour la protection des mineurs a été élargi depuis cet l'été pour aider les parents dépassés dans leur rôle, à reprendre le contrôle de la situation)

images-3.jpeg.-APF Ecoute Parents : 0800 800 766 : Un nouveau numéro vert "par et pour" des parents d'enfant en situation de handicap.

-Ecoute Parents Enfants 0 800 835 792, numéro vert anonyme et gratuit (sauf portables).

-Un numéro vert national anonyme et gratuit 0800 235 236, géré par l'Ecole des Parents et des Educateurs d'Ile de France. Tous les jours de 8h à minuit. ...

_______________________________________

images-7.jpeg

Je souhaite que des parents en difficulté puissent lire mon article et ainsi éviter un drame car ce n’est pas le premier drame de ce genre qui se produit. Je me souviens de cette jeune maman de vingt ans qui a tué son petit car elle était seule et complètement paniquée. Des dizaines de parents infanticides sont en prison pour une souffrance qu’ils n’ont pas su gérer et qui a causé la mort de leur enfant chéri.

Au lieu de juger, essayons de comprendre et d’aider d’autres parents en détresse avant qu’il ne soit trop tard. La politique de nos sociétés est l’individualisme et l’égocentrisme. Des mamans se retrouvent seules à tout gérer alors que dans des sociétés comme l’Afrique, elles sont entourées et aidées.images.jpeg

Les pulsions peuvent arriver sur une crise de panique, sur une pulsion de suicide et de désespoir, sur des problèmes à gérer paraissant insurmontables.

Je souhaite que les parents en difficultés qui me lisent affichent les numéros ci-dessus sur leur bureau afin d’être en mesure d’appeler rapidement en cas de besoin.

Car vous pouvez penser être à l’abri de pulsions. Sauf que quand la pulsion est là, c’est trop tard.

Quand elle arrive, l’urgence de se battre contre elle est bien là. Afin d'éviter tout drame.images-6.jpeg

images-14.jpegChloé LAROCHE

 

 

images-2.jpeg

Commentaires :

Vous pouvez lire aussi ma lettre du 13 septembre intitulée : "Lettre à une mère de famille qui risque de mettre fin à ses jours...".

Il y a d'autres numéros que vous pouvez appeler en cas de besoin, que je rajoute ici ; certains fonctionnent la nuit, ce qui n'est pas le cas de tous !!

-Cap Écoute : le 0800 333 435 (9 h - 21 h) ou le 04 72 33 34 35

-Sos Suicide Phénix : 01 40 44 46 45 (12 h - 24 h)

-Sos Amitié : le 0800 066 066

-Croix-Rouge Écoute : le 0800 858 858

-Suicide Écoute : le 01 45 39 40 00

-Numéro national d’aide aux victimes : le 08 842 846 37

-Sos Suicide : le 01 40 50 34 34

BON COURAGE À TOUS.

Chloé

Ecrit par : Chloé Laroche | 01.11.2009

 

Voici de nombreux numéros d'écoute pour ceux qui en ont besoin :

-Sida Info Service : 0 800 840 800 (n°vert) 24h/24h 7j/7 - (n°vert) 9h-23h 7j/7 
-Hépatites Info Service : 0 800 845 800
-Sida Info Droit : 0 801 636 636 (n°azur) mardi-mercredi-jeudi: 16h-20h vendredi: 14h-18h
-VIH info soignants : 0 801 630 515 (n°azur) lundi au vendredi: 17h-21h samedi et dimanche: 14h-21h
-Ligne de Vie (accompagnement): 0 801 037 037 (n°azur) lundi au vendredi: 17h-21h
-Drogue Info Service: 0 800 23 13 13 (n°vert) 24h/24h 7j/7 
-Ecoute alcool : 0 811 91 30 30 (n°azur) 14h-02h 7J/7
-Ecoute cannabis : 0 811 91 20 20 (n°azur) 8h-20h 7J/7
-Cap écoute : 0 800 33 34 35 (n°vert) lundi à vendredi : 9h-21h
-Fil santé jeunes :0 800 235 236 (n°vert) 8h-00h 7J/7
-Ecoute, sexualité, contraception : 0 800 803 803 (n°vert) lundi à vendredi : 9h30-19h30 samedi: 9h30-12h30
-Samu social : 115 (n°vert) 24h/24h 7j/7

Numéro Vert : appel gratuit
Numéro Azur : coût d'une communication locale

- 01 44 93 44 93 : Inter service parents (en semaine)

-01 44 49 29 30 : Fil info jeunes

-01 53 24 67 67 : SOS racisme

-01 42 40 20 42 (jour) ou 01 44 52 03 34 (nuit) : Paris ados services

-01 45 22 17 98 : Lutte contre les sectes

-0 800 202 223 : Violences et racket, ne pas se taire (appel gratuit)

- le 113 : Drogues Alcool Tabac Info Service (appel gratuit et anonyme 24h/24) 

-0 800 802 984 : SOS violence à l'école (appel gratuit)

- le 114 : contre le racisme, si l'on est victime ou témoin d'un acte raciste (appel gratuit et anonyme)

-0 803 309 310 : Viol femmes information

-0 810 098 609 : SOS détresse INAVEM (numéro AZUR)

- 01 43 38 57 13 : Stop la violence

- 01 45 39 40 00 : Suicide écoute

- 01 45 88 18 00 : Paris aide aux victimes

- 0 800 232 600 : Réseau accès aux soins gratuits

- 01 58 41 24 24 : Maison de Solenn (Cochin)

Ecrit par : Chloé Laroche | 01.11.2009

 

 

 

09/10/2009

Letttre d’une maman à sa fille mineure victime d’un viol en réunion.

 

1347158198.jpgLettre d’une maman à sa fille victime d’un viol en réunion.

 

Ma fille,

Je t'écris pour te parler et te dire qu'il fallait que je porte plainte contre tes agresseurs car en tant que maman, j'en ai d'abord l'obligation et que ensuite un adulte ne peut garder un tel secret. Le viol en réunion est un crime, considéré ainsi dans la loi. Les adultes qui t’ont écoutée et ont gardé ce secret n’avaient pas le droit de garder le silence comme ils l’ont fait.

images-4.jpegTu vas me répondre que cela ne regarde que toi et personne d'autre. C'est vrai dans le sens que toi seule a vécu ce drame horrible mais c'est aussi faux, dans le sens que en tant que maman, je te dois et je me dois de te protéger et de te défendre contre tout agresseur. Dans un cas aussi grave que la séquestration et un viol en réunion, je ne pouvais garder pour moi ce que je viens d’apprendre. Je dois le dénoncer à la police même si tu n’es pas d’accord, même si tu as demandé à tous de garder le silence. Car tu es encore mineure et sous ma responsabilité.images-3.jpeg

Les adultes qui gardent pour eux de tels secrets sont condamnables aux yeux de la justice, pour non assistance à mineur en danger et non dénonciation de faits graves atteignant l’intégrité d’un mineur.

Je souhaite te dire... que tu ne dois pas te sentir responsable parce que tu as suivi ce garçon chez lui. Tout le monde a pu un jour aller chez un ami sans pour autant que cette personne nous viole et invite ses amis à le faire. Ces garçons sont très dangereux et pourraient encore faire du mal à d'autres filles. C'est pour cela aussi qu'il faut parler, quand tu t'en sentiras la force et le courage.images.jpeg

Unknown-1.jpegTu dis que tu te sens en partie responsable de ce qui t’est arrivé. Parce que tu ne t’es "pas défendue". Mais tu n'as pas eu le choix de dire oui ou non, ni de te battre contre ces criminels.

Tu as eu peur de perdre ta vie et ton cerveau a géré la situation comme si tu n’étais plus présente. Ils t’ont violée pendant des heures, séquestrée. En fait, en toi, tu étais comme morte. Ton corps n’était plus qu’une chose inerte et ton âme s’est meurtrie comme si on l’égorgeait.

images-5.jpegLes hommes n'ont pas le droit de prendre ce que la femme ne veut pas et c'est un crime en France. Le viol en réunion, à plusieurs, est pire aux yeux de la loi.

Alors ne m'en veux pas d'avoir porté plainte mais parfois il faut prendre le taureau par les cornes et arrêter le silence et le mutisme. C'est pire de ne rien faire, ne rien dire. Au fond de toi, tu le sais. Tu sais au moins qu'un adulte s'est levé, ta maman, et qu’elle a eu le courage d'aller tout dire pour que ces criminels aillent en prison, pour que cette chose horrible qui t'est arrivée ne reste pas impunie, pour que tu puisses te réparer, te guérir de cette horrible épreuve, pour que le mal qu’ils t’ont fait arrête de te ronger à l’acide au creux de toutes tes cellules.images-6.jpeg

images-1.jpegIl existe des lieux où tu peux aller parler de ce que tu as vécu de façon anonyme, comme les centres d’aide aux victimes, avec des écoutants qui savent respecter les jeunes filles qui ont vécu cela, et des numéros que tu peux appeler anonymement, comme le numéro de Jeunes Violences Écoute 0800 20 22 23  et le 0800 05 95 95 qui est le numéro de SOS Femmes Viol Informations, numéros qui sont gratuits et anonymes..

Je comprends que tu ne veuilles pas me parler pour l’instant mais quand je me suis présentée à la Brigade des Mineurs, j’ai agi comme tout parent, tout adulte doit le faire, même si tu ne voulais pas porter plainte. Je ne peux laisser mon enfant se débattre seul et sans protection dans un tel drame qui est un crime. Ces hommes ont tué la colombe qui vivait en toi, dans ton coeur. Je suis si triste pour toi. Je suis si désolée.

Je t'embrasse très fort.

 

Ta Maman

 

images-2.jpeg_____________Quelques liens pour aider et réfléchir :

 

http://espoir.jeun.fr/aides-informations-conseils-f71/info-viol-t162.htm

 

http://www.lepost.fr/article/2008/11/10/1321604_une-ado-violee-par-4-jeunes-pour-les-educateurs-c-est-la-fin-du-monde.html

 

http://c-l-t.skyrock.com/

 

http://scandale.bleublog.lematin.ch/tag/viol

 

http://www.leparisien.fr/carrieres-sous-poissy-78955/une-adolescente-victime-d-un-viol-collectif-12-02-2009-408016.php

 

___________

___________________   Viol, viol collectif, agressions sexuelles (Source: www.filsantejeunes.com)

 

“-Le viol est un crime. Il dégrade la dignité de la personne. Il a des conséquences énormes sur la vie des victimes, surtout lorsqu'elles n'osent pas en parler et que personne ne les aide.

 

-Quelles que soient les circonstances de l'agression, la victime ne doit pas se sentir coupable et ne doit pas avoir honte. La victime a peur de la réaction de son entourage. Pour s'en sortir, elle a besoin d'être crue et soutenue. Il ne faut pas hésiter à faire appel à des personnes de confiance, des professionnels (infirmière scolaire, psychologues) et essayer de leur raconter les faits, même si cela se fait en plusieurs fois.

 

-Si le viol et l'agression sexuelle ne sont pas exprimés verbalement, cela entraîne des dégats psychologiques graves sur ta vie comme l'anorexie, boulimie, dépression ...! La drogue ou l'alcool anesthésient sans faire disparaître la douleur.

 

-Une agression sexuelle te marque à vie et peut avoir des conséquences dramatiques sur ton comportement. Si tu n'arrives pas à parler, tu peux écrire ou t'exprimer par le moyen qui te convient.

 

-C'est pour cela que nous vous invitons à en parler pour vous soulager, on ne jugera pas on est là pour écouter, comprendre et aider. De plus c'est totalement anonyme !! Libérez vous.

 

Le viol : réagir immédiatement

Même si souvent le premier réflexe est de rentrer chez soi et d’essayer de tout oublier, il faut savoir qu’il y a urgence à consulter. D’une part pour prouver qu’il y a eu viol, (dans la mesure du possible, ne pas se laver et conserver dans un sac en papier vêtements ou linge souillés, pour aider à identifier le violeur) et d’autre part pour faire des examens médicaux dans un service d’urgence ou de gynécologie-obstétrique de préférence.

 

Il est parfois nécessaire de suivre un traitement prophylactique du Sida (dans les 48 heures) et prendre une contraception d’urgence (dans les 72 heures). Consulter n’engage pas à porter plainte, même si la proposition peut vous être faite.

 

Si vous préférez vous adresser à la police ou la gendarmerie en appelant le 17, ils vous proposeront de vous conduire à l’hôpital pour que les dépistages et les traitements d’urgence soient réalisés.

 

Comment porter plainte ?

Si tu es victime d’une agression, il est préférable d’en parler le plus rapidement possible à un adulte en qui tu as confiance. Les adultes sont là pour t’écouter, te protéger et t’aider dans tes démarches. Tu peux bien sûr alerter tes parents ou un autre membre de ta famille. Tu peux aussi en discuter avec les adultes de ton établissement (professeur, conseiller principal d’éducation (CPE), infirmière scolaire ?) ou tout autre adulte en qui tu as confiance (parents d’un copain ?).

Si cette démarche est difficile, tu as des amis autour de toi qui pourront aussi te soutenir et t’accompagner.

Cependant, pour agir en justice, certaines règles sont à respecter.

 

1 - Le dépôt de plainte au commissariat

Si tu es mineur :

 

Tu dois être accompagnée de tes parents pour aller porter plainte au commissariat du lieu de l’agression, ou à défaut, au commissariat du lieu de ton domicile.

Tu peux néanmoins te rendre seul au commissariat où tu pourras être entendu mais tes parents seront immédiatement convoqués.

Si tes parents sont défaillants (si tu penses que tes parents vont refuser de t’aider tu peux te déplacer au commissariat avec un adulte en qui tu as confiance).

Si tes parents sont eux-mêmes les auteurs de l’infraction (parents maltraitants par exemple), tu peux te rendre seul au commissariat où tu seras pris en charge.

La brigade des mineurs est compétente pour tous les crimes commis sur un mineur ainsi que pour l’ensemble des infractions sexuelles et des infractions intra-familiales. Il en existe une par département.

 

Si tu es majeur :

 

Tu peux te rendre seul au commissariat et tu as la possibilité de porter plainte sans avertir tes parents.

 

2 - La plainte auprès du Procureur de la République

Tu peux également porter plainte en écrivant au Procureur de la République ou en te déplaçant au bureau des plaintes au tribunal de grande instance de ton département. Si tu es mineur, ce sont tes représentants légaux qui effectueront cette démarche.

C’est un peu plus long lorsque c’est un écrit.

Ta lettre doit comporter un certain nombre d’éléments :

 

1) Nom, prénom, date

2) Faits, lieu de l’agression, nom du ou des agresseurs (si connus).

Si l’agresseur est inconnu, il est possible de porter plainte contre X.

4) Si l’agression t’a empêché d’aller travailler, tu peux préciser une ITT éventuelle (incapacité totale de travail). Pense à joindre une copie des certificats médicaux.

5) Précise et essaie d’évaluer les dommages causés (physiques, moraux, corporels).

 

Délais d’action pour porter plainte :

 

Pour les crimes

Le délai est de 10 ans à compter du jour où le crime a été commis. Si le fait a été commis plusieurs fois, on prend en considération la date du dernier acte pour faire courir le délai. La victime pourra porter plainte pendant ces 10 ans. A son expiration, l’action n’est plus possible.

NB :

Pour les crimes commis sur mineur, c’est un peu différent. Le délai de prescription court durant la minorité de l’enfant MAIS il court à nouveau à la majorité de celui-ci. Concrètement, les parents du mineur pourront porter plainte pendant la minorité de leur enfant, ou le mineur lui-même si les parents sont les agresseurs. Celui-ci pourra entreprendre ces démarches seul à sa majorité si aucun dépôt de plainte n’a été effectué avant, et ce pendant 10 ans, c’est à dire jusqu’à 28 ans (art 7 NCPP).

Ces dispositions sont applicables aux infractions non encore prescrites lors de l’entrée en vigueur de la loi du 17 juin 1998.

 

Pour les délits

Le délai pour agir en justice est de trois ans à partir de la commission des faits. Ce délai court à nouveau à partir de la majorité de l’enfant c’est à dire jusqu’à 21ans (art 8 NCPP).

Par dérogation, le délai de prescription est de 10 ans lorsque la victime est mineure et qu’il s’agit de certains délits :

- violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente.

- violences ayant entraîné une ITT pendant plus de 8 jours.

- avec circonstances aggravantes : violences habituelles.

- agression sexuelle, d’autant plus s’il y a des circonstances aggravantes (ayant entraîné une blessure ou lésion, commise par un ascendant, ou par une personne qui abuse de son autorité, commise en réunion, ou par usage ou menace d’une arme).

- proxénétisme.

- corruption de mineur.

- atteinte sexuelle.

 

Pour les contraventions

Le délai pour porter plainte est de 1 an à partir de la commission des faits. Ce délai repart aux 18 ans de la victime jusqu’à ses 19 ans (art 9 NCPP).

 

Le viol devant la loi :

 

Au regard de la loi, le viol est un crime et la plus grave des agressions sexuelles.

Notre corps nous appartient et personne n’a le droit de le toucher sans notre consentement.

Les victimes de viol ne sont pas que des femmes, mais aussi des hommes ou des enfants.

Les tentatives de viol sont également punissables. Assister à un viol revient à être complice et est également puni la loi.

Dénoncer un viol peut être est une démarche extrêmement pénible. Il est fondamental d’en parler, même longtemps après, mais il y a des risques médicaux à écarter d’urgence : éventualité de grossesse et de contamination par MST, Sida.

 

DEFINITION :

°Le viol se définit comme " tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise " (art 222-23 du NCP).

Autrement dit, un viol est constitué dès qu’il y a rapport sexuel sans consentement.

° Le viol désigne toute pénétration sexuelle, qu’elle soit vaginale, anale (sodomie) ou orale (fellation) ou pénétration sexuelle par la main ou des objets.

° La tentative de viol est aussi punissable.

 

REPRESSION :

 

Principe : Le viol est puni de 15 ans de réclusion criminelle.

 

Circonstances aggravantes :

 

La peine encourue pourra aller jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle dans certaines circonstances (art 222-24 du NCP) :

 

Lorsque le viol a entraîné une mutilation ou une infirmité permanente.

 

- Lorsqu’il est commis sur un mineur de moins de 15 ans.

- Lorsqu’il est commis sur une personne particulièrement vulnérable (très jeune, malade, infirme, enceinte...). Cet état doit être apparent ou connu de l’agresseur.

- Lorsqu’il s’agit d’inceste (l’agresseur est alors un des parents mais il peut aussi s’agir d’un oncle, du second mari de la mère...)

- Lorsqu’il est commis par une personne qui abuse de l’autorité que lui confère ses fonctions : directeur du centre d’accueil où la victime était placée (cass crim.3 mai 1989, droit pénal 1990, n°52).

- Lorsque le viol est commis en réunion (par exemple, les tournantes).

- Lorsqu’il est commis avec usage ou menace d’une arme.

 

Le viol est puni de trente ans de réclusion criminelle lorsqu’il a entraîné la mort de la victime(art 222-25 du NCP) et de la réclusion criminelle à perpétuité, lorsqu’il est précédé, accompagné, ou suivi de tortures ou d’actes de barbarie(art 222-26 du NCP).

 

Les autres agressions sexuelles

 

I - L’AGRESSION SEXUELLE

 

DEFINITION :

"Constitue une agression sexuelle toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise".

"Lorsque les agressions sexuelles sont commises à l’étranger contre un mineur par un Français ou par une personne résidant habituellement sur le territoire français, la loi française est applicable(...)" art 222-27 du NCP.

 

Si l’agression se traduit par un acte de pénétration sexuelle, il y a nécessairement viol. (Une fiche y est entièrement consacrée). Les actes d’attouchements ou de mise à nu des organes sexuels, quel que soit l’âge de la victime, constituent une agression. Pour d’autres agissements tels que caresses ou baisers l’appréciation peut dépendre des circonstances ou de l’âge de la victime.

Exemples : des attouchements sur les seins, mais avec violences collectives ou le fait de pincer les fesses d’une jeune fille majeure et de tenter de la faire monter de force dans une voiture ont été sanctionnés.

 

REPRESSION

Les agressions sexuelles autres que le viol sont en principe punies de 5 ans d’emprisonnement et de 50000 F d’amende. Les peines pourront être aggravées si la victime a moins de 15 ans, si l’agresseur est un parent ou toute autre personne ayant autorité sur l’enfant.

 

II - L’ATTEINTE SEXUELLE (ou attouchements)

 

L’atteinte sexuelle se différencie de l’agression sexuelle car il n’y a pas de violence, de menace, ni de surprise. L’élément fondamental de ce délit est le jeune âge de la victime. Un enfant ne peut émettre un consentement éclairé, on protège son immaturité et son innocence.

La loi fait une distinction :

° Mineur de moins de 16 ans : l’agresseur est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 500 000 F d’amende.

° Mineur entre 16 et 18 ans (non émancipé par le mariage) : l’agresseur est puni de 2 ans d’emprisonnement et de 200 000 F d’amende dans deux cas :

- Lorsqu’il s’agit d’un parent, du beau-père, de la belle-mère, d’un oncle... de toute personne ayant une autorité sur le jeune.

- Lorsqu’il s’agit d’une personne ayant une autorité grâce à ses fonctions comme un prof, un moniteur de colonie, un entraîneur sportif...”.

 

(Source de ce texte " Viol, viol collectif, agressions sexuelles" : www.filsantejeunes.com)

 

images-2.jpeg_______________________  Sos viol femmes informations: 0 800 05 95 95

10 h-19 h/ Appel vert national gratuit du lundi au vendredi

 

 

16/08/2009

Je vous salue Marie... Pour tous les enfants morts à cause de l'inconscience humaine, de la folie et de la haine ancrée dans les cellules survenant telle un cyclone.

images-6.jpegJe vous salue Marie

Par tous les enfants morts

Près de leur mère, de leur père

Par ces deux enfants

Tués par leur maman

À Nice, le onze août

... pour Teddy et Lisa

Trois ans et demi et deux ans

 

Ils sont morts noyésk1948260.jpg

Par des mains devenues folles...

De ces mains qui les ont choyés

Dans un sourire immense

Dans le ventre d'une mère

Ils avaient grandi

Mais l'océan les a repris

Dans les larmes d'un père

 

images-1.jpegUn père dont le chagrin

Ressemble au tsunami

Quand la femme devient furie

Tempête terrible

Force monstrueuse de vie

Et de mort fulgurante

Vague sans retour

Suicide de sa propre chair

 

Je vous salue Marieimages-2.jpeg

Par ce nouveau-né retrouvé mort

Cadavre jeté dans une poubelle

Près de Cornillon-Confoux

Par sa mère peut-être atteinte

Du déni de grossesse

Terrible découverte

D'une naissance non vécue

 

images-5.jpegJe vous salue Marie

Par cette fillette de sept mois

Tombé d'un quai de port d'Erquy

Dans son landau échappé

À la surveillance de ses parents

Un frein oublié, une négligence

Et la mort est là qui rôde

Au mépris de l'amour

 

Je vous salue Marieimages.jpeg

Par une douce maman

Qui entend des paroles de mort

De la bouche de sa fille ado

"Dans la tombe Maman

Quand tu seras

Je serais heureuse"

Temps méprisables !

 

u17124213.jpgJe vous salue Marie

Par ces deux jumeaux de dix ans

Tués par leur frère adolescent

D'un coup de fusil dans leur sommeil

La Corse s'est réveillée meurtrie

Leurs parents morts aussi

Le jeune ne sait pas pourquoi

La mort est passée par lui

 

Je vous salue Marieimages-4.jpeg

Par cet enfant de deux ans

Laissé seul par sa mère

Dans son lit, pour sa sieste

Pendant deux heures et demi

Retrouvé inconscient à Bezons

Et brûlé on ne sait pourquoi

Comment ? Pourquoi ?

 

u18977811.jpgJe vous salue Marie

Par ce petit garçon de cinq ans

Laissé de l'autre côté de la route

Par sa maman qui a traversé sans lui

Une voiture l'a renversé

"PRENDRE UN ENFANT PAR LA MAIN

... Pour l'emmener vers demain"

Un geste qui peut éviter l'Hôpital Necker et la tombe.

 

Chloé LAROCHE

 

 

__________________________________

 

images-8.jpegJE VOUS SALUE MARIE ________ de Georges Brassens

 

"Par le petit garçon qui meurt près de sa mère
Tandis que des enfants s'amusent au parterre
Et par l'oiseau blessé qui ne sait pas comment
Son aile tout à coup s'ensanglante et descend
Par la soif et la faim et le délire ardent Je vous salue, Marie.

Par les gosses battus, par l'ivrogne qui rentre
Par l'âne qui reçoit des coups de pied au ventre
Et par l'humiliation de l'innocent châtié
Par la vierge vendue qu'on a déshabillée
Par le fils dont la mère a été insultée Je vous salue, Marie.

Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids
S'écrie: " Mon Dieu ! " par le malheureux dont les bras
Ne purent s'appuyer sur une amour humaine
Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène
Par le cheval tombé sous le chariot qu'il traîne Je vous salue, Marie.

Par les quatre horizons qui crucifient le monde
Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe
Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans mains
Par le malade que l'on opère et qui geint
Et par le juste mis au rang des assassins Je vous salue, Marie.

Par la mère apprenant que son fils est guériimages-9.jpeg
Par l'oiseau rappelant l'oiseau tombé du nid
Par l'herbe qui a soif et recueille l'ondée
Par le baiser perdu par l'amour redonné
Et par le mendiant retrouvant sa monnaie Je vous salue, Marie."

 

__________________________________

Commentaires

 

Bonjour Chloé,

Je suis outrée de voir que des gens irresponsables, ayant tout perdu (dignité, conscience, esprit, lucidité, etc...) peuvent arriver à TUER. Comment peut-on en arriver là. Malgré que quelqu'un ait d'énormes soucis, on ne peut pas TUER sans réfléchir à son geste et à ses conséquences : ôter la vie de quelqu'un qui n'a pas demandé de mourir. Tellement de femmes demandent à choyer un enfant, aimer tout simplement.
Il y a tellement de solutions pour éviter de passer à l'acte (TUER). Demandez-vous : pourquoi je vais faire cela ? N'ai-je pas une autre solution ? A méditer.

Lolotte73

Ecrit par : Lolotte73 | 16.08.2009

 

______________________

 

Oui, c'est terrible d'en arriver à commettre l'irréparable, mais je pense que nombre de personnes qui tuent dans "un instant de folie" sont malades, c'est à dire ont besoin d'être aidées, mais comme la plupart du temps, elles gardent tout en elles et ne parlent à personne de ces orages intérieurs.. un jour, cela fait un tsunami et elles tuent. Elles tuent leur enfant mais, en réalité, en premier, c'est elles qu'elles tuent. Car comment vivre après cela ? La maman de Nice qui vient d'être internée ne pourra jamais revivre quand elle sera guérie. La personne qu'elle est aujourd'hui sera morte et une autre vivra le reste de sa vie en survivant de la mort de ses enfants.

La nature humaine est complexe, comme l'univers, mais si on ne fait pas face à nos ombres en les reconnaissant, en les apprivoisant, en les sublimant... elles prennent notre âme. Cette maman n'a pas tué. En réalité, ce sont des forces inconscientes qui se transforment en pulsions incontrôlables. C'est pour cela qu'il est primordial de parler, d'écrire, de travailler sur son enfance, sur tous les coups reçus, sur les névroses, sur les rêves, sur son chemin de vie... L'âme, si on la force à prendre un chemin qu'elle ne doit pas... se distord et crée aussi de l'ombre. Si une personne se sent mal et pense faire le pire un jour, sous l'effet de pulsions qu'elle sent monter... doit impérativement aller en parler à un thérapeute ou bien appeler un numéro anonyme d'écoute, comme Cap Écoute. Parfois, il suffit de parler, de tout déverser, de pleurer, de se mettre à nu, de se rendre humble... et on sauvera son enfant, on sauvera les êtres chers que l'on aime, car cette pulsion de mort n'existera plus.

Chloé Laroche

Ecrit par : Chloé Laroche | 16.08.2009

21/06/2009

J'ai écrit une histoire pour la Fête des Pères. Sur la paternalité, de son importance pour l'enfant, sur le silence et le mutisme à propos de l'existence d'un enfant, sur la séparation et le droit de garde.

 

PAA327000019.jpgAux pères du monde entier.

 

 

images-4.jpegMaréva pensait à une de ses amies, Milka. Cette dernière était une jeune maman qui n’avait rien dit de sa maternité au propre père de son enfant. Cet homme ne savait pas que cette femme avait attendu un fils de lui ni qu’elle avait accouché ni que son enfant grandissait. Ils s’étaient rencontrés, lui et elle quelquefois, mais n’avaient jamais vécu ensemble. Ils ne se voyaient plus depuis un an et le papa ignorant ne se doutait de rien.

 

Un jour, Maréva envoya à Milka un conte qu’elle avait écrit pour lui exprimer l’importance qu’a un père dans la vie de son enfant. Il mériterait d’être lu par toutes les mères, par toutes les femmes, pour les pères... Voici le conte du Papa des étoiles.images-5.jpeg

 

 

LE CONTE DU PAPA DES ÉTOILES----------

 

Un matin d’automne, une femme sut qu’elle avait un petit bébé dans son ventre mais elle ne voulut pas en parler au papa. Et puis l’enfant est arrivé ; il est né et sa mère lui a dit :

 

-Je suis ta maman mais tu as aussi un papa ; il n’est pas là car il est à des années-lumière de savoir que tu existes ! Mais un jour, tu le retrouveras et tu sauras que c’est lui, ton papa.”images-3.jpeg

 

Bien sûr, le bébé a écouté ces paroles et il les a retenues. Aussi, un soir, alors qu’il avait grandi, il demanda à sa maman :

 

images-12.jpeg-Papa vit sur quelle étoile ? Des années-lumières, ça fait loin... Comment faire pour le retrouver ?”

 

Sa mère sourit et lui dit :

 

-Pourquoi serait-il sur une étoile ? Il est là, tout près de toi, dans ton coeur. Appelle-le, parle-lui, dis-lui que tu l’aimes dans le secret de ton jardin et envoie-lui un signe. Il te répondra !”

 

Alors l’enfant alla dans un champ, cueillit le plus petit des myosotis et dit à son papa, dans l’étoile de son coeur :images-8.jpeg

 

-Papa chéri, que je voudrais connaître, à qui je voudrais faire des bisous... Si tu m’aimes, envoie-moi un myosotis comme signe de reconnaissance. Montre-moi que tu n’es pas sur une étoile dans le Ciel, mais bien sur la Terre !”

 

Le petit garçon attendit longtemps un signe et puis un jour le facteur apporta une carte postale... Il y avait de jolis myosotis sur cette carte.

 

-Maman, demanda l’enfant, qui t’a écrit cette carte ?

 

images-17.jpeg-C’est un ami qui me dit qu’il est moine dans un monastère. Sur la carte, il a écrit une belle phrase : “Les étoiles ne sont pas si loin lorsqu’on sait les aimer !”

Le visage de l’enfant s’éclaira : "Maman, peut-on aller le voir ? Il est loin d’ici ? Et puis c’est quoi “moine” ?”

Sa mère répondit, une flamme dans les yeux :

-Cet homme a choisi d’être moine... Cela veut dire qu’il vit à l’écart du monde pour se rapprocher de Dieu dans la paix de son coeur.”

 

L’enfant réfléchit et dit soudain : "Alors, pour vivre près de son père, il a renoncé à tout... Je veux aller vivre avec lui, parce qu’on m’a dit que Dieu, c’est le Père de tous les hommes, et comme c’est le père de ton ami moine, il sera aussi mon papa !”

images-18.jpeg

 

PAA186000054.jpgL’enfant, depuis ce jour-là, ne mangea plus ; il refusait de s’alimenter et sa maman était désespérée ; elle ne savait plus que faire... Lorsque soudain, un beau matin, il reprit goût à la vie, au soleil, à sa maman. Celle-ci ne comprenait pas, jusqu’au jour où il lui offrit un bouquet de myosotis en lui disant :

 

-Mon papa a trouvé la paix de son coeur près de son père, mais comme son Père, c’est aussi le mien... c’est comme si j’étais près de mon papa. Notre Père à tous les deux, c’est aussi ton papa, et Il t’aime, comme je t’aime aussi, Maman !”

 

Sa mère fondit en larmes et serra son enfant dans ses bras. Plus tard, elle l’emmena en Grèce, à la rencontre de l’étoile qui s’était faite moine.images-7.jpeg

 

Le jeune garçon fut heureux car il put réunir son Père du Ciel et son père de la Terre !

 

Les étoiles ne sont pas si loin, lorsqu’on sait les aimer ! On sait toujours où les trouver, même si cela met des années... lumière ! _______ FIN DU CONTE du Papa des Étoiles.

 

IS191-075.jpgEn réalité, lorsque l’amie de Maréva, Milka, reçut ce conte et le lut, elle le déchira et le mit à la poubelle car elle s’était fermée définitivement à l’idée que son fils puisse voir son père.

 

Elle en voulait à cet homme pour diverses raisons et ne pouvait s’empêcher de se venger en le privant d’être papa. Elle n’avait pas compris que la relation d’un homme et d’une femme ne se mélange pas à la relation qu’ils ont avec leur enfant.images-10.jpeg

 

Cependant, un jour, son enfant ne voulut plus manger car, à l’école, ses camarades de classe lui parlaient de son père absent, invisible, inconnu ; ils lui montraient en fait du doigt le vide effroyable de cette place manquante du père ; la plupart des parents de ses petits copains étaient séparés mais ils continuaient à voir leur père, même si c’était pour la majorité un week-end toutes les deux semaines.

 

Milka s’inquiéta pour son petit Gali et l’emmena chez le pédiatre. Celui-ci parla quelques instants seul à seul avec le petit garçon.PAA186000054.jpg

 

-Que se passe-t-il, Gali ? Pourquoi ne manges-tu plus ?

 

-C’est que mon père me manque. Il n’est pas là et donc je n’ai pas faim. À  l’école, les autres me parlent de mon papa alors j’y pense beaucoup.

 

-Tu sais, Gali, ton père est quelque part. On va en parler à Maman tous les deux, tu veux bien ?

 

-Oui, je veux bien. Mais il voudra bien de moi ?

 

-Oui, Gali, ne t’inquiète pas. Je suis sûr qu’il te porte à l’intérieur de son coeur en secret.”

 

images-2.jpegGali poussa un soupir et sa maman revint dans la pièce. Elle écouta le médecin et ils parlèrent ensemble du papa de Gali ; le petit garçon était suspendu aux lèvres de sa mère ; la vie semblait revenir en lui ; il exultait d’espoir.images.jpeg

 

Quelques temps après, Milka retrouva le père de son fils et lui annonça qu’il était papa. Mathis fut si heureux qu’il alla crier sa joie dans la rue. Il rencontra Gali et le reconnut comme son enfant. Il le prend désormais avec lui tous les mercredis et un week-end sur deux. Le petit garçon est en pleine santé. Il a retrouvé enfin l’autre moitié de sa vie.

Chloé LAROCHE

07/06/2009

Je pense à toutes les mères en ce jour, notamment à celles qui pleurent, en deuil de leur enfant ou en baby blues, en éloignement de leur enfant ou en souffrance, en difficulté matérielle ou en désert affectif.

images-2.jpegBonjour à tous et toutes,

 

En ce jour, nous fêtons les mamans.k0441790.jpg

Les mamans du monde entier. La mienne, celle de la mienne, la tienne, la sienne, la nôtre.

Mais il y a des mamans aujourd'hui qui n'ont pas fêté cette fête parce que personne ne leur a souhaité.

Car certaines mères sont seules. Abandonnées de tous, même de leurs enfants...

... Des enfants grands, adultes, qui en veulent à leur mère, pour diverses raisons : problèmes d'héritage, problèmes de l'enfance, difficultés à respecter l'éducation des petits-enfants donnée par les parents, ressentiments envers une mère qui ne les a pas protégés étant enfants, rancune envers une mère qui est partie en laissant ses enfants, incompréhension basée parfois sur des malentendus ou des mensonges de l'entourage.

bxp64901.jpgCertaines n'ont plus leur enfant parce qu'il est mort. Elles ressentent un immense vide au creux de leur âme, jusqu'au plus profond de leurs cellules. Elles souffrent seules et, au bout de plusieurs années, personne ne se souvient qu'elles pleurent ce jour-là, comme tous les autres jours de l'année.images-4.jpeg

Certaines mères aussi vivent en accompagnant leur enfant handicapé, enfant ou adulte. Parfois, il n'y a aucune communication possible, dans le cas du handicap mental, et parfois aussi, l'enfant grandit sans bouger, sans marcher, sans parler. Le courage qu'il faut à ces mères est digne de la création des montagnes. Elles sont fortes pour deux, pour trois, pour mille actes de la vie quotidienne. Parfois il y en a qui se suicident, ou qui veulent arrêter l'enfer du handicap, en suicidant leur enfant. Mais beaucoup poursuivent. Elles poursuivent avec l'énergie du désespoir. Avec l'amour de leur enfant né de leur chair, de leur coeur crucifié.

images-5.jpegEt puis il y a les mères qui vivent la difficulté de devenir maman. Elles le sont mais elles n'y arrivent pas. Elles ont besoin d'aide. Parfois elles en ont conscience et elles demandent du soutien. Elles vont alors en unité "mère-enfant". Mais certaines se suicident pour ne pas sombrer avec leur enfant. Pour ne pas lui faire du mal, dans le malaise profond qu'elles vivent en face de lui. Je donne des informations plus loin pour aider ces mamans en détresse.
bull_index.gif

alloparentsbebe.gifJe pense aussi aux mères qui ont des difficultés financières, à celles qui travaillent mais sans arriver à joindre les deux bouts. Je pense à celles qui n'auront jamais le RSA car il faut qu'elles poursuivent le père de leur(s) enfant(s), lequel les a menacées si elles demandaient une pension. Elles ne font donc pas de démarches judiciaires pour garder une harmonie acceptable... afin de garder le père avec ce qu'il a à donner (du temps pour ses enfants, parfois) et n'ont de ce fait aucun jugement à présenter à la CAF, donc elles n'auront pas d'aides ni de RSA. De toute façon, le RSA n'est que le changement de nom du RMI et de l'Allocation de parent isolé, entre autres aides existant avant.

 

u13434912.jpgJ'embrasse toutes ces mères, celles qui gardent le courage de se battre chaque jour pour leur famille, pour rester debout et dignes, moralement fortes, physiquement aussi... pour assumer le travail, les enfants, le ménage, les courses, la cuisine, la lessive, les papiers, les dossiers, l'autorité parentale conjointe ou non, les factures, leurs handicaps personnels, le logement et les loyers, la solitude, les soucis, les maladies, les pannes, etc.

 

images-7.jpeg

J'embrasse aussi les mères qui sont en combat contre un homme qui les bat ou qui les a battues. Certaines ont quitté ce compagnon violent qui l'a été aussi parfois avec les enfants. Mais certaines aussi perdent le combat et se retrouvent privées de la garde de leurs enfants, par décision de justice. Certaines doivent faire de la prison à cause d'une décision incompréhensible, leur compagnon ayant été défendu au delà du possible. Je pense à cette maman qui s'est suicidée après un jugement en la faveur du mari, contre l'avis de toutes les associations sociales et les instances de défense des enfants. Elle a vu son compagnon avoir la garde de son enfant, au mépris de tous les avertissements. Aujourd'hui, elle est morte et cet enfant ne peut souhaiter bonne fête à sa maman.images-8.jpegimages-9.jpeg

BCP042-43.jpg

 

J'embrasse aussi toutes les mères qui n'y arrivent plus, qui ont des idées noires, désespérées, et je leur dis qu'il faut poursuivre car la vie est imprévisible. Elle donne des épines puis après arrivent les roses. Le soleil revient un beau jour. Alors gardons le parapluie du bon moral, du courage, de la ténacité, de la patience, du calme, de l'humour, de la confiance, de l'amour.

Chloé LAROCHE

 

 

images-1.jpeg________________________________ Pour information :

 

www.maman-blues.org est le site consacré à la Difficulté Maternelle.

"On ne naît pas mère, On le devient... C'est un long parcours qui retrouve un trésor laissé de côté depuis l'enfance, constitué pendant l'enfance : la mère est un secret d'enfance." Jean-Marie Delassus


"Événement éminemment physiologique, la Maternité s'accompagne également de remaniements psychiques qui changent radicalement l'être de la femme.
Devenir mère est un voyage intérieur, un retour en soi qui s'accompagne parfois de bouleversements sensibles et imprévus.
C'est une traversée d'une rive à une autre, d'une femme à une mère qui peut prendre du temps et nécessiter un accompagnement spécifique.

Nous avons donc souhaité que les aléas émotionnels et psychiques de la maternité ne restent pas sans avoir eux aussi un lieu d'expression et de partage, en complément de leur nécessaire accompagnement par les services de santé.

Une femme sur 10 serait touchée par ce tremblement de mère !

Avertissement : ce site ne saurait en aucun cas se substituer à un avis ou suivi médical.
www.maman-blues.org se place résolument du côté des mères et des parents, dans un esprit de soutien, de solidarité et de partage de leur histoire et leurs souffrances.
Les conseils ou adresses que nous pouvons être amenés à formuler dans le cadre des échanges sur notre forum de discussions ne peuvent remplacer ceux émis dans le cadre d'un suivi médical."

 

 

06/06/2009

Être un bon parent, un parent adulte, c'est quoi ? Je dresse la liste des comportements positifs et constructifs d'un parent responsable.


-Users-Anne_Chloe-Desktop-253221SDC.jpgBonjour à tous et toutes,

Je voulais depuis un moment faire un article sur les bons parents, sur les mauvais et les moyens. Je provoque volontairement car je sais qu’aussitôt, certains vont me dire qu’il n’y a pas de bons parents ni de mauvais. 

Alors je vais tout de suite donner le ton. J’ai vu encore ce matin, en roulant dans mon taxi, une petite fille de six ans non attachée, à l’arrière d’une voiture conduite par une femme. 

Il y a quelques jours encore, j’ai stoppé net de colère quand j’ai vu à l’avant d’une voiture en marche un bébé debout sur les jambes de sa mère. Ce bébé de quelques mois était appuyé sur le devant intérieur, au-dessus de la boîte à gants, donc juste près du pare-brise. Vous allez me faire croire que ce ne sont pas de mauvais parents ? Qu’ils sont juste négligents ? C’est bien cela le problème !! Quand je vois en sillonnant la ville des bébés l’été sans chapeau... et l’hiver sans bonnet, ça me donne envie de ramoner les parents.

Alors voilà, j’ai décidé de réfléchir et de faire une liste pour aider les parents à réfléchir eux-aussi.

Que font les bons parents, les parents responsables et adultes ?-Users-Anne_Chloe-Desktop-BLD065652.jpg

ILS............

-attachent leurs enfants dans la voiture, même pour une courte distance,
-veillent à les protéger du soleil et du froid, en leur mettant chapeaux, bonnets, crème solaire, lunette de soleil à la plage et sur la neige,
-veillent à leur hygiène corporelle (cheveux, surveillance des poux, coupage d’ongles, mains propres et lavées régulièrement, dents brossées tous les jours),
-Users-Anne_Chloe-Desktop-u21549466.jpg-proposent des horaires réguliers (repas, dodo, devoirs) et ne laissent pas leurs enfants veiller (jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de veiller),
-sont conscient du fait qu’un enfant a besoin de dormir un certain nombre d’heures donc ils font en sorte que leur enfant se couche, en mettant en place un rituel : histoire à raconter, chanson, berceuse, calin, petite prière rassurante chassant les angoisses et les fantômes (à l’ange gardien, au Saint Esprit, au Créateur... pour ceux qui veulent),
-connaissent les dangers domestiques et appliquent une surveillance adaptée à l’âge de l’enfant (le bain, les fenêtres, les médicaments, la table à langer, les cacahuètes, les petits objets risquant d’être avalés, les cordons, les colliers et les chaînettes risquant d’étrangler, les sacs plastiques risquant d’étouffer, les escaliers, les casseroles risquant de brûler),
-vérifient l’eau du bain avant de baigner leur enfant (37 °C) et ne laissent jamais leur enfant seul dans le bain,
-savent qu’il faut seulement trois secondes pour qu’un enfant se brûle au 3ème degré avec de l’eau à 60 °C (la peau des enfants est très sensible), 
-testent la température du biberon avant de le donner à leur enfant et ne laissent jamais un enfant seul dans la cuisine,
-ne fument jamais en présence de leur enfant et ne laissent pas d’allumettes et de briquets ni de bougies allumées à la portée de leur enfant,
-ont conscience du danger des prises électriques, installent des cache-prises et apprennent à leur enfant à ne pas y toucher ni à jouer avec,
-ne donnent pas de médicaments à l’enfant pour dormir et ne secouent jamais leur bébé parce qu’il pleure,
-sont conscient du moment où ils peuvent déraper et savent se faire relayer, voire aider psychologiquement, lorqu’ils sentent qu’ils peuvent faire du mal à leur enfant par mal-être, malaise, fatigue extrême,
-Users-Anne_Chloe-Desktop-pr91988.jpg-surveillent leur enfant sur les aires de jeux et veillent à ce que ses vêtements ne risquent pas de l’étrangler en jouant (ceintures, écharpes, cordons, colliers, chaînettes)... Des enfants sont morts ainsi sur une balançoire ou un toboggan),
-ne laissent jamais un enfant seul dans une voiture ou près d’un point d’eau (piscine, lac, étang, mer)... Un enfant peut se noyer en quelques minutes, sans un bruit, même dans 20 cm d’eau,
-ne laissent jamais leur enfant seul avec des animaux, mêmes familiers, et lui apprennent qu’un animal peut avoir des réactions inattendues et dangereuses, lui rappelant qu’on ne doit jamais surprendre un animal ni lui tirer les oreilles ou la queue ni approcher sa tête de celle de la bête,
-ne fument jamais et ne boivent jamais en étant enceintes, étant conscientes des séquelles que va supporter le bébé (retard mental, petit poids, gros problèmes de santé, débilité, handicaps divers, asthme, leucémie, etc),
-ne gâtent pas leur enfant et ne les adorent pas “matériellement” (en les couvrant de cadeaux au lieu de s’occuper d’eux, de jouer avec eux et de leur faire découvrir le monde),
-n’étouffent pas leur enfant pour le programmer comme un clone (sur-investissement pathologique), en l’obligeant à faire des activités (musique, sport, jeu d’échecs, compétitions à outrance, “il faut que tu sois le meilleur”, “tu dois réussir”,etc),
-laissent l’enfant rêver et lui apprennent à jouer seul, à écrire ou à lire, à retrouver les jeux de son âge, sans être dépendant de la télévision, de l’ordinateur et des jeux vidéos,
-lui expliquent que le tri sélectif est important et qu’il peut le faire depuis tout petit (exemple : mettre la bouteille de lait vide dans le sac destiné à la poubelle verte),
-apprennent à leur enfant à protéger la terre, à ne rien jeter par terre et dans la nature, à respecter l’eau, les rivières, la mer, à recycler les piles, à ne pas changer de portable tous les six mois, à utiliser du papier recyclé, à ne pas gâcher la nourriture,-Users-Anne_Chloe-Desktop-56381384.jpg
-savent que l’enfant a besoin de limites et de règles claires encadrant le quotidien, gardant cette pensée à l’esprit que tout cela le sécurise et lui évite des angoisses, 
-apprennent à l’enfant à respecter les autres, à pratiquer la politesse et l’entraide, mais aussi à savoir dire non aux adultes qui déraillent et à se protéger de leurs agissements et de leurs approches,
-n’acceptent pas de garder des secrets de famille concernant leur enfant sans lui en parler (sur ses origines, sa venue au monde, sa conception, son adoption, ses frères et soeurs, même décédés, le décès d’un parent, les grands-parents, etc),
-respectent l’amour et l’attachement de l’enfant à l’autre parent (père et mère), en se rappelant que chacun lui apporte un univers différent, ces deux univers faisant la construction de l’enfant,
-ne se battent jamais devant leurs enfants (coups, insultes, menaces, conflits, etc),
-Users-Anne_Chloe-Desktop-u13598153.jpg-essayent dans un divorce et une séparation de rester des parents dignes, en dehors des conflits du couple, et d’aménager la garde des enfants dans leur intérêt,
-ne déménagent pas à l’autre bout de la France ou à l’étranger quand il y a divorce car l’autre parent n’a pas à subir cela, ni l’enfant,
-ont le courage de protéger leur enfant si l’autre parent est dangereux (viols, maltraitance sur enfant, barbarie, attouchements sexuels, violences, etc) et préviennent dans ce cas les autorités, avec plainte déposée si nécessaire, sans avoir peur des représailles, sachant que des associations existent et peuvent protéger les familles en danger,
-n’acceptent jamais, au grand jamais, que l’autre parent maltraite les enfants, les viole, les enferme, les frappe, les violente, 
-ont conscience que l’enfant peut être détruit par des phrases de ce genre : “Quand mes filles sont venues au monde, elles ont tué ma vie. Elles auraient mieux fait de ne pas naître. Depuis, je n’ai que souffrance...”.. Dans ce cas-là, il vaut mieux que l’enfant parte dans une autre famille, une famille accueillante, une famille qui soutiendra l’enfant dans son évolution, son envie de grandir et qui lui donnera l’amour dont a besoin tout enfant pour se construire.

-Users-Anne_Chloe-Desktop-hmt008.jpg_______ Voilà, je crois que tout parent peut être un bon parent. S'il ne l'est pas, il peut le devenir, en sortant de l’ignorance, en s’informant, en se disant que devenir un parent adulte, cela s’apprend... en demandant conseil, en parlant, en sollicitant de l’aide, en lisant des livres sur le sujet, en appelant l’École des Parents pour se faire aider, soutenir, accompagner, en se faisant aider sur le plan psychologique pour parfois dépasser et régler un passé d’enfance personnelle douloureuse. Je crois que parfois un bon parent peut aussi déraper... dans un des 
points évoqués ci-dessus, mais dans certains cas, il faut être conscient que c’est la mort ou l’accident (quand il suffit d’une seconde pour que l’enfant se noit), voire une maladie grave qui est risquée dans la négligence ou l’incapacité (par exemple, dans l’addiction à la cigarette en étant enceinte ou devant l’enfant présent).

Voilà, peut-être pourrais-je aider un peu avec cet article. -Users-Anne_Chloe-Desktop-sf_n7z8427.jpg

Si vous avez d’autres idées ou des remarques à faire sur cet article, n’hésitez pas ! Je les rajouterai à ma liste.

Avec mes meilleures pensées à tous et toutes.

Chloé LAROCHE

09/03/2009

Lettre aux jumeaux dont l'avortement soulève une vague d'indignation contre le Pape, l'Église Catholique, le Vatican, à cause de l'excommunication prononcée contre la maman de cette enfant de neuf ans violée par son beau-père et enceinte de lui..

images-2.jpeg

Chers petits,

Vous étiez venus dans le ventre d'une enfant et des personnes sensées ont décidé d'arrêter votre venue, car votre mère avait neuf ans, que c'est encore une enfant et qu'elle subit depuis l'âge de six ans des viols de son beau-père, lequel était votre père. Cet homme abusait aussi votre tante de quatorze ans, laquelle est handicapée mentale.

Votre grand-mère ainsi que l'équipe médicale qui vous ont aidé à repartir sont maintenant jugés par ceux qui se prennent pour le porte-parole de Dieu. Ils sont tous "excommuniés", mis au ban de l'église, par l'Évêque de votre région, soutenu dans sa décision par le Pape.k0377678.jpg

Les croyants chrétiens et les catholiques sont révoltés de cette décision terrible. Le père Patrick Gourrier a déclaré aujourd'hui dans les Grandes Gueules : "Je crois en la défense de la vie mais ce qui n'est PAS HUMAIN ne peut être DIVIN." Il a rajouté que le Vatican montrait une absence totale de compassion dans cette situation et il a demandé au Pape de lever l'excommunication. "On inflige à cette famille une double peine !", a-t-il dit encore et il a prononcé aussi ces mots, inquiétants pour toute l'église : "Actuellement, la liberté de parole est un peu malmenée dans l'Église." J'ai trouvé ce prêtre très courageux dans ses propos car il prend partie officiellement, avec les risques que cela comporte pour lui, de défendre l'amour, la compassion, la compréhension, la colère contre l'intégrisme montant dans cette religion.

images-7.jpegSophie de Menton, qui réagit comme ce Père chaque jour dans les Grandes Gueules sur les ondes de RMC Radio, a prononcé ces mots et je vous les offre : "Cette excommunication est une insulte aux femmes... une insulte à l'Humanité."

Leur collègue animateur Jacques Maillot, très en colère, s'est prononcé lui aussi en ces termes : "On est en train de tuer Vatican II. Les catholiques doivent se mobiliser pour lutter contre cette montée de l'intégrisme. On peut faire pression sur nos évêques. Benoît 16 doit démissionner."

Un des auditeurs a d'ailleurs dit, très en colère, qu'il avait écrit à son évêque, pour demander à se faire dé-baptiser, afin d'être excommunié, en solidarité avec cette famille brésilienne.

Une mère de famille, Stéphanie de Grasse, a appelé aussi en disant : "Je suis en colère, très en colère. Cette excommunication envers la mère de cette enfant et l'équipe médicale est insupportable."images.jpeg

Une femme a écrit en disant de vous que vous étiez les bébés du diable : "Ce n'est pas les enfants de Dieu qui étaient dans le ventre de cette enfant, c'était les enfants du Diable."

Comment peut-on être humain, se dire croyant, et dire ce genre d' horreurs ? Alors... pour suivre la logique de Monique, l'enfant né d'un adultère est-il l'enfant du Diable lui aussi ? Et l'enfant né d'un viol... mais dont la mère n'a pu avorter, vous iriez lui dire en face que l'adulte qu'il est devenu porte le Diable en lui ??!!!!!! Arrêtez d'être si méchants, dans le jugement, dans l'enfer de vos pensées pourries et nauséabondes, dans cette haine qui transpire de votre coeur. L'enfer, c'est peut-être vous, Monique. L'enfer est pavé de bonnes intentions, de bonnes paroles bien hypocrites.

images-4.jpegVoilà, chers petits... Vous, vous êtes retournés au pays des Anges et vous voyez. Votre maman va être protégée, je l'espère, retirée de cet enfer qu'elle vivait, violée par ce beau-père... qui lui, n'est pas excommunié par le Vatican. À leurs yeux de démons déguisés, le viol est moins grave que l'avortement d'une petite fille qui serait morte de vous avoir mis au monde. Quel scandale ! pr79987.jpg

Je vous envoie plein de bisous et à votre maman aussi, ainsi qu'à votre Grand-mère. Dans mon coeur, celle-ci n'est pas excommuniée. Par contre, j'ai excommunié le Pape. Si je retourne à la messe un jour, et je le ferais, ce sera pour le Christ et son message d'amour et de fraternité, mais pas pour les beaux yeux du Vatican et de ses sbires.

Chloé LAROCHEk0435325.jpg

 

 

k0249251.jpg

_____________ Voici un texte qui raconte toute votre histoire :

 

SAMEDI 07 MARS 2009

AFP - L'archevêque de Recife (nord-est du Brésil) a excommunié la mère d'une enfant de 9 ans ayant avorté de jumeaux à la suite d'un viol, ainsi que toute l'équipe médicale, a-t-on appris jeudi de source médicale.

Mgr José Cardoso Sobrinho a argué qu'aux yeux de l'Eglise catholique l'avortement était un "crime" et que la loi de Dieu était "au-dessus" de celle des hommes.

"La loi de Dieu est au-dessus de n'importe quelle loi humaine. Alors, quand une loi promulguée par des législateurs humains est contraire à la loi de Dieu, cette loi n'a aucune valeur", a souligné Mgr Sobrinho qui menace d'attaquer la mère en justice pour "homicide".

La grossesse, de quinze semaines, de la fillette a été découverte il y a quelques jours quand elle a commencé à ressentir des douleurs et a été conduite à l'hôpital par sa mère qui n'était au courant de rien.

"La grossesse comportait de hauts risques et mettait la vie de l'enfant en danger", a déclaré à la presse le docteur Sergio Cabral qui a réalisé l'intervention mercredi dans un hôpital public de Recife, la capitale de l'Etat du Pernambouc.

La police a découvert que le beau-père de l'enfant abusait d'elle depuis qu'elle avait six ans, ainsi que de sa soeur aînée de 14 ans, handicapée de surcroît. Le beau-père de 23 ans, a avoué les délits et encourt 15 ans de prison.

L'interruption volontaire de grossesse est toujours interdite au Brésil, sauf en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère. Cela n'empêche pas un million de femmes d'avorter clandestinement, lors d'opérations qui coûtent la vie à des milliers d'entre elles chaque année, selon les autorités. 

"L'état de la fillette s'appliquait aux deux cas et, comme médecins, nous ne pouvions pas faire courir de risques à une enfant de 9 ans, dont les organes ne sont pas encore formés", a ajouté le docteur Cabral.

Plusieurs organisations non gouvernementales de défense de la femme ont soutenu l'interruption de grossesse de la fillette.

Le ministère de la Santé tente actuellement de dépénaliser l'avortement mais il se heurte à la réaction de l'Eglise. Le Brésil est le plus grand pays catholique du monde.

 

Commentaires

Ouf ! Enfin des réactions ! Je vous assure que je souffre autant en tant que femme, mère et catholique. Bien à vous.

Ecrit par : ciboulette100 | 10.03.2009

 

Click here to find out more!

05/03/2009

Mon propos ce soir sur la "violence" des enfants, sur le travail des instituteurs, sur l'impact du deuil, des adultes, de leurs comportements, de leur exemple... sur les enfants.

Bonsoir à tous et toutes,

 

thumb_bebe~1.jpgLundi matin, j’ai écouté avec bonheur le témoignage d’une institutrice en maternelle, Tina, sur RMC. Elle témoignait sur les enfants dits “difficiles” et répondait à la question : “Êtes-vous d’accord pour le dépistage précoce de la violence chez les jeunes enfants ?”... Elle a répondu : “Mais on le fait déjà dans les écoles. On dépiste les comportements débordants des enfants dont on s’occupe et, en travaillant avec les parents, on arrive à aider l’enfant. Il est vrai que si les parents baissent les bras et délaissent l’éducation et l’accompagnement de leur enfant, c’est perdu, on n’y arrive pas... Mais vous vous rendez compte, ce serait stigmatiser un enfant que de le mettre dans un fichier pour un acte violent, pour un comportement inquiétant à une époque de sa vie. Cela le suivrait partout, durant toute sa existence. Non, il faut aider l’enfant qui a des problèmes de comportement. Il a besoin qu’on l’aide, qu’on l’écoute. C’est essentiel.”thumb_bebe~9.jpg


Un enfant qui est violent peut l’être, à mon sens, à cause d’un deuil, à cause d’un traumatisme, à cause d’un manque (manque de sa mère ou de son père qui travaille trop ou est absent), pas assez de calins, d’attentions, trop de négligence, ou alors un manque total de limites... qui l’insécurise aussi. Un enfant peut être violent parcequ’il a vu un film, des images qu’il ne devait pas voir, même pornographiques, anodines pour certains mais graves pour de jeunes enfants, perturbés par la mise en scène de la sexualité d’adultes. Certains parents laissent leurs enfants visionner de tels films avec eux ; j’en ai eu le témoignage et la confirmation, sans savoir qui sont ces personnes, mais elles existent et je ne pense pas qu’elles se vantent de cela !!! Je suis horrifiée de savoir que de tels parents agissent ainsi et font plus graves encore.thumb_cee2c671.jpg

thumb_swimming-ba45bies-8.jpgBrigitte Lahaie disait très justement dans son émission d’aujourd’hui sur RMC, à propos du divorce et de la séparation des parents, que être adulte, c’est savoir protéger ses enfants et faire passer leur intégrité et leur équilibre avant de satisfaire nos envies et nos désirs. Je pense que dans le cadre d’un divorce, si l’un des parents se sert de l’enfant comme objet de chantage et de monnaie d’échange dans la relation à son ex-conjoint, le petit aura bien du mal à grandir en paix, sans violence : cette violence peut être rentrée, telle une colère de volcan souterraine qui explose un jour brutalement soit par une violence qui s’exprime par des mots, de l’agressivité, un mal-être général. Deux parents qui se séparent doivent le faire intelligemment pour leurs enfants et se comporter en adultes, c’est-à-dire dans la paix, la communication et une organisation à l’écoute des enfants et de leur rythme. Un père qui dit et avoue humblement qu’il ne peut assumer la garde de son fils mais qu’il sera toujours là pour lui et qu’il le prendra régulièrement à des moments bien définis et réguliers... ce père est un point d’équilibre pour un enfant, un point d’ancrage, de rassurance pour l’enfant. Un jeune homme a témoigné dans l’émission en disant que le divorce de ses parents s’était passé merveilleusement car il avait libéré son père et sa mère, et qu’ils ont réussi à aimer leur fils chacun, sans conflit entre eux et en total accord, pour le bien de leur enfant. C’est bien cela être adulte.thumb_bebe3.jpg

À propos du deuil d’un enfant et de ses conséquences, je peux témoigner pour mon fils. Mon fils avait trois ans quand son papa est décédé, l’année passée. Cela a provoqué beaucoup de tristesse et puis de la colère en lui, qui s’est transformée en agressivité, en coups sortant de lui et qui se portaient sur moi. Après il me disait : “Maman, c’est parce que Papa est parti.”.. ou bien : “Je suis en colère pour mon Papa.”

Ce n’est pas facile de voir son enfant lever la main sur vous, si petit, prendre ses petits poings et vous frapper au visage, comme si les vivants étaient coupables de rester, comme si la colère pouvait traverser les corps physiques pour parler aux morts, coupables d’être partis.

thumb_1187463400.jpgJ’ai toujours réagi par la douceur, l’écoute, la fermeté aussi de lui dire que frapper sa mère est interdit. Lui proposer un coussin pour frapper dessus, sortir cette colère.

Je l’ai beaucoup entouré, écouté, rassuré. Parfois j’ai mis des mots sur des émotions que je ressentais de lui, sur son deuil, sur cette colère qui ne se disait plus mais qui était là.

Il a eu aussi une période où il voulait quelque chose et puis son contraire tout de suite après, puis il revenait ensuite à son premier choix, avec une contradiction dans son comportement très inquiétante.

L’homéopathie l’a beaucoup aidé dans tous ces passages. Pour ce comportement dont je viens de parler, un remède s'est révélé miraculeux : "Staphysagria" en 9 ch trois fois par jour, trois granules, durant plusieurs jours. Ce remède convient aussi pour la colère rentrée. Pour la perte d’appétit, l'agressivité, les crises de colère, le remède "Lypocodium" en 15 ch (3 granules deux fois par jour durant plusieurs jours) a été très efficace. Vous pouvez aller voir un médecin homéopathe pour vous faire aider pour vos enfants et vous-même. Il y a aussi des livres très bien sur comment soigner ses enfants et les aider en homéopathie, sans forcément courir chez les médecins. Ceci est d'ailleurs recommandé aujourd'hui par la Sécurité Sociale, qui apprécie de nos jours que nous nous prenions en main. L'homéopathie n'est pas très chère et chacun pourrait s'autonomiser en s'intéressant de plus près à cette médecine douce et peu coûteuse.


thumb_swimming-ba45bies-8.jpgPour en revenir au deuil vécu par un enfant : quand j’ai perdu ma fille Océana il y a douze ans, mon neveu, qui avait à peu près le même âge qu’elle, a beaucoup souffert du départ de ma fille. Il avait trois ans et demi et ce deuil brutal l’a mis en face de cette réalité de la mort, absence inéluctable qui peut ébranler le psychisme d’un enfant. À l’époque, des adultes lui ont dit que ma fille était sous la terre dans une boîte et qu’elle n’existait plus.... Plus rien que le néant. Comment voulez-vous qu’un enfant vive avec ces mots ? De mon côté, je lui ai parlé du papillon, lui disant que la mort, c’est une nouvelle vie qui commence, que l’âme quitte son enveloppe et prend son envol pour d’autres chemins... et surtout que l’amour se poursuit, que notre amour est infini, éternel, ne meurt pas, lui. Que ma fille vivait dans notre coeur, qu’elle était partie mais que, nous, nous poursuivions notre route en la gardant dans nos pensées bien vivante.thumb_normal_bibi.jpg

Au début de la semaine, un petit garçon a été accusé d’avoir poignardé sa soeur... Chacun sur les ondes a parlé de la violence chez les enfants, de cette société, des jeux vidéo, de la télévision... En fait, ce n’était pas lui qui avait frappé, c’était sa mère. Une mère dépassée par sa propre vie, ses responsabilités... Le trou noir.

Combien d’enfants voient leurs parents dépassés, perdus, sans espoir, sans le goût de la vie, sans réactions.... Combien payent dans leur comportement celui des parents ? Combien prennent sur eux les croix de leurs ascendants...
Combien servent d’éponge aux larmes de leur mère, de leur père ?

thumb_329421558[1].jpgJe pense à ces fillettes qui ne voient plus leur père car leur mère a décidé de partir à mille kilomètres du domicile conjugal.

Je pense à cette petite fille emmenée par sa mère aux États-Unis. Je pense à son père qui a fait une dépression de ne plus la voir. Depuis, il a refait sa vie et a refondé une famille.

Je pense à cette mère qui a laissé ses quatre enfants pour vivre le grand amour. La plus âgée avait treize ans. Elle s’est occupée de ses frères et soeurs. Ils ont vu leur père se tordre de chagrin au plus profond du coeur.

Où sont les adultes ?thumb_Bebe_.jpg

Réveillez-vous, les enfants ont besoin de vous pour devenir d’autres adultes responsables et harmonieux.

Secouez-vous, les enfants de ce monde ont besoin de votre écoute, de votre parole, de votre regard, de votre force intérieure, de votre courage, de votre énergie pour avancer et se battre dans un monde qui demande des forces nouvelles et battantes.

Chloé LAROCHE

26/02/2009

Je voudrais vous dire ce soir que je suis triste pour ces trois petites filles en bas âge tuées chez elles à Amilly dans le Loiret, par leur père qui s'est immolé ensuite par le feu. Dépression, violence, aide, écoute, numéros verts.

Bonsoir à tous et toutes,

 

images.jpegJe remercie Bohème pour son commentaire, suite à mes deux textes pour les enfants de la Crèche de Termonde en Belgique (voir dans la catégorie "Révolte pour l'Enfance").

Je remercie toutes les personnes qui ont envoyé des mots, des textes et des pensées de condoléances pour les familles belges choquées et endeuillées.ange_ange_coeur.gif

Je remercie toutes les personnes qui m'écrivent ici ou sur mon e-mail.

 

ange_ange_danseuse.jpgJe voudrais vous dire ce soir que je suis triste pour ces trois petites filles en bas âge tuées chez elles à Amilly dans le Loiret, par leur père qui s'est immolé ensuite par le feu.ange_ange_danseuse.jpg
ange_ange_violet_repos.jpg

Des jumelles de 14 mois et leur soeur de quatre ans retrouvées mortes, assassinées, et leur mère grièvement blessée, assassinée elle aussi jusqu'à la fin de sa vie.

Je suis restée figée devant l'horreur, devant ces drames qui reviennent régulièrement, drames familiaux, drames de la folie "ordinaire", drames des coeurs en souffrance, drames de ceux qui ne peuvent plus regarder la vie en face, vies trop lourde, deuils non accompagnés, violence qui remonte en vague de fond, lame d'un tsunami qui broie les vies, jusqu'aux vies de ses propres enfants.images-1.jpeg

ange_berceau.jpgQue ces enfants soient dans les ailes des Anges, petites filles terrifiées dans cette horreur humaine... Ailes des Anges emplies de douceur et d'amour.

Nous sommes désolés pour vos sourires arrachés, pour vos vies coupées, pour cette violence extrême.

Des drames se vivent derrière les portes fermées. Et puis la mort arrive, le suicide, l'infanticide, le meurtre conjugal.

Il est trop tard. C'est fini. On entend des cris, des hurlements. La mère découvre les corps de ses enfants, de ses petits chéris.

Leur âme est partie. Elles ont quitté leur corps. Elles ont peur, sont paniquées. Elles voient leur père brûlé, terrifiées.

ange_ange_violet_repos.jpgLa vie sur terre, c'était donc ça ?!!!!!ange_dos_tourn_.jpg

Non, petites filles, la vie sur terre, c'est aussi des enfants qui vivent et deviennent adultes, des enfants choyés par des adultes sains d'esprit, équilibrés, responsables. Cet homme qui vous a tuées n'allait pas bien. Il souffrait profondément. Il le savait mais il a laissé le tsunami de désespoir envahir son cerveau et son coeur. Il a pris votre vie pour entrer dans la mort, comme un pirate qui saborde son propre navire et qui jette l'ancre au plus profond de l'enfer.

images.jpegLa vie sur terre n'est pas rose mais vous vous êtes envolées et je vois des plumes de douceur et de tendresse tout autour de vous.

Puissiez-vous être dans un tel amour qu'il balaye tout le reste.

Je crois que dans l'Infini, la pureté d'un enfant est immortelle et renverse toute haine, toute folie, toute horreur.

Comme une neige lavée jusqu'au dernier cristal de toute coupure, de toute trace de sang.

Chloé LAROCHE

images.jpeg

 

ange_ange_danseuse.jpg_____________________ Voici des numéros où vous pouvez appeler pour parler, dire les choses, ne pas aller droit vers la catastrophe :

 

-Cap éCOUTE : n° vert 0800 33 34 35 (gratuit)

et aussi le 04 72 33 34 35

-SOS Suicide (écoute anonyme de toute souffrance) :
01 45 39 40 00

-Numéro gratuit d’écoute anonyme pour les Parents, Adolescents et Professionnels de l’éducation :
0 810 659 009 (numéro azur) ...

-Croix-Rouge Écoute Parents-Enfants :
0 800 858 858 (de 10 h à 22 h et week-end : de 10 h à 20 h)

-Femmes Battues : le 39 19 (anonyme et gratuit)

-SOS Viols : 0800 05 95 95 (numéro vert gratuit)

-SOS Femmes Violences conjugales :
(toutes violences -psychologiques, morales et physiques-) 01 40 33 80 60

SOLITUDE ET DEPRESSION

SOS Dépression    08 92 70 12 38
Des psychiatres et des psychologues essaient de soulager l'appelant et peuvent lui conseiller une adresse pour aller consulter. Le service peut également envoyer un psychiatre ou un psychologue à domicile en cas de crise grave. 
Ouvert 7 j/7, 24 h/24.

SOS Suicide    01 40 44 46 45
Bénévoles ayant suivi une formation psy. 
Pas d'antenne en province.

SOS Psychiatrie    01 47 07 24 24
Médecins psychiatres.

Urgences Psychiatrie    01 40 47 04 47
Médecins psychiatres.

Suicide écoute    01.45.39.40.00
Suicide Ecoute, s'est donné pour mission d'être à l'écoute téléphonique des suicidaires et des suicidant. Cinquante bénévoles formés à cette écoute particulière se succèdent pour recevoir 24heures sur 24 les appels des désespérés, dans l'anonymat et le respect des convictions de chacun.

Sos Espoir    01.43.70.69.26
SOS Espoir est une association de 1901. Des professeurs et des infirmières sont à l'écoute. Ils sont là pour aider les personnes qui sont en difficultés personnelles, en leur donnant un avis ou les orienter vers d'autres associations si le problème se trouve en dehors de leur cadre de compétence.

VIOLENCE

Allo Enfance Maltraitée    0 800 054 141 ou 119
Des professionnels de l'enfance (psychologues, médecins, enseignants, travailleurs sociaux) reçoivent, 7 j/7 et 24 h/24, des appels concernant en majorité les mauvais traitements et les abus sexuels.

Violence conjugale    01 40 33 80 60 
Femmes info service

L'équipe, composée d'une vingtaine de femmes, dispose d'une base de données pour fournir des informations sur les droits, les possibilités de dépôt de plainte et les centres d'accueil. 
Permanence du lundi au vendredi de 7 h 30 à 23 h 30 et le samedi de 10 h à 20 h.

Viols femmes informations    0 800 059 595
(appel gratuit)

Phare enfants-parents    01 42 66 55 55

SOS Homophobie    08 10 108 135 (coût appel local) 
Un service d'éute téléphonique pour les personnes victimes ou témoins, d'actes ou de discriminations homophobes. Ligne d'écoute anonyme ouverte de 20h00 à 22h00 du dimanche au vendredi sauf jours fériés et samedi de 14h à 16h.

SOS Femmes    03.25.06.50.70
SOS Femmes est une association qui vient en aide aux femmes en difficulté ou qui subissent des violences . Le numéro de téléphone n'est pas un numéro d'urgence mais d'orientation.

SANTE

Fil Santé Jeunes    0 800 235 236 (numéro vert) 
Ecoutants professionnels dont des médecins psychiatres, des juristes et des assistants sociaux. 
Permanence de 8 heures à minuit, 7 j/7.

Alcooliques Anonymes    01 43 25 75 00
Permanence 24h/24.

Drogues Alcool Tabac Info Service    0 800 231 313 ou 113 (numéros vert) 
Ouvert 7 j/7 et 24 h/24.

Sida Info Service    0 800 840 800 (numéro vert) 
Ecoutants professionnels, ayant suivi une formation complète sur le virus, la maladie et les techniques d'écoute. La plupart d'entre eux sont médecins, infirmiers, psychologues ou assistants social, et renseignent sur les les moyens de dépistage et de prévention, ainsi que sur les risques de transmission. 
Ouvert 7 j/7 et 24 h/24.

Ecoute cancer    0810.810.821
Numéro azur (prix d'une communication locale) de la Ligue nationale contre le cancer. Ecoute personnalisée et anonyme. Permanences : lundi, mardi, jeudi et vendredi de 9 h 00 à 19 h 00, mercredi de 9 h 00 à 20 h 00 et le samedi de 9 h 00 à 12 h 30. Les écoutants bénévoles suivent une formation assuréepar des psychologues et des médecins.

GEFAB    01 45 43 44 75
Le GEFAB, Groupe Européen pour les Anorexiques, les Boulimiques et les familles, fondée en 1983 est une association régie par la loi de 1901 qui se propose de mieux comprendre les pathologies du comportement alimentaire. La permanence téléphonique est assurée par une psychologue les lundi, mardi et mercredi de 14H00 à 15H00. Des bénévoles répondent également, à des horaires fixes précisés numéro de téléphone ci-dessus.

JEUNES

Allô Enfance Maltraitée     119
Allô Enfance Maltraitée a été créée par une loi relative à la protection de l'enfance.

Jeunes Violences Ecoute    0 800 20 22 23
(appel Anonyme & Gratuit)

SERVICES GENERALISTES

SOS Amitié 01 40 09 15 22
- Nombreuses antennes réparties dans les grandes villes de France. 
- Animé par des bénévoles ayant suivi une formation de 3 à 6 mois. 
- Ouvert 7 j/7, 24 h/24.

Croix-Rouge Ecoute    0 800 858 858 (n° vert, gratuit) 
- Animé par des bénévoles formés à l'écoute téléphonique par des médecins et des psy. 
- Du lundi au vendredi de 10h à 22h. 
- le Samedi et Dimanche de 12h à 18h

La Porte Ouverte     0 800 212 145 (n° vert, gratuit) 
- Des lieux d'accueils dans les grandes villes de France (Paris, Lyon, Nîmes, Besançon, Rouen, Toulouse).

 

_______________________________________________ Commentaires :

 

bonjour, 
je vous signale que le 3919 est le numéro sur les violences conjugales et a remplacé le 01 40 33 80 60 (qui fonctionne toujours). C'est la même équipe professionnelle. C'est anonyme (sauf si la personne souhaite lever l'anonymat pour une raison spécifique) mais pas gratuit. Prix d'un appel local. 

la situation qui vous fait réagir est malheureusement ssez typique d'une situation de violences conjugales. Tous les ans environ 170 hommes tuent leur femme, 45 hommes se suicident après et certains tuent également les enfants: en 2006 11 sont morts, en 2007 seulement 1 enfant. Les causes sont presque toujours les mêmes: il veut l'empêcher de partir, de divorcer, de reprendre sa liberté. Des femmes aussi tuent leur conjoint ou ex. Mais le plus souvent parce qu'il la menace ou la battait déjà, et également parce qu'il ne la laisse pas partir. 

Elevons nos enfants et surtout nos garçons, dans la liberté et le respect de l'autre, de son autonomie et de ses projets. c'est comme ça que ça changera. L'amour ne peut être une prison, la possession de l'autre, ce n'est pas possible.

Ecrit par : dominique | 06.03.2009

______________ Réponse de Chloé :

Merci Dominique pour votre commentaire. Je l'ai trouvé très intéressant et je l'ai placé en avant sur une des dernières notes du 6 mars, dans la catégorie "Quand l'amour dépasse l'entendement". À très bientôt ! Chloé

Ecrit par : Chloé Laroche | 07.03.2009

17/01/2009

Pour les parents en souffrance, pour les mères frappées par leur adolescent, menacées, insultées... Mon avis sur la menace de retrait des allocations familiales comme sanction des "mauvais" parents.

J'ai entendu dernièrement une personne affirmer sur la radio "RMC Info" : "Mais que font les parents quand ils laissent leurs enfants traîner dans les rues tard le soir ? Il faudrait les pénaliser !" ....u15992547.jpg

57447021.jpgLa menace d'enlèvement des allocations familiales plane malheureusement déjà sur ces parents déjà malmenés par leur progéniture. Quand je dis malheureusement, je ne parle pas ici des parents qui laissent délibérément et inconsciemment leur enfant de cinq, six, huit ans jouer dans la rue jusqu'à des heures tardives... ce qui est condamnable et intolérable... mais des parents d'adolescents de l'âge de 12 ans et plus qui malmènent l'autorité parentale à un point que vous ne pouvez imaginer.

Certains de ces parents ne parlent pas et taisent leur situation, pour ne pas avoir la justice sur le dos... "Votre fils vous bat ? Mais qu'avez-vous fait ou pas fait pour que votre fils en arrive là ? Et quelle enfance avez-vous vécu pour être un parent qui ne se fait pas respecter ?" Voilà les paroles de certaines justices...57447403.jpg Une juge des enfants a dit à une maman malmenée par sa fille de 15 ans et inquiète pour son jeune fils de la terreur vécue à la maison : "Sachez que je suis là pour votre fille, pour la protéger, et non pour protéger les parents." Et le jeune enfant dans tout ça ? La juge l'a sûrement oublié !!!? La justice humaine est faite de deux poids, deux mesures.

Quand un adolescent ou une adolescente en arrive à semer la terreur dans la maison, à en venir aux mains, à menacer sa propre mère de lui casser la tête, à la traiter avec insultes et mépris voire avec haine, à donner des ordres et à décider de son emploi du temps et de l'heure de rentrée le soir à la maison, à couper le téléphone fixe familial en cachant la batterie, à prendre son foyer pour un hôtel et sa mère pour une bonne... quelle est cette société qui punit les parents ?!! Quelle est cette société qui menace de couper les allocations familiales sur un papier envoyé à une maman en fin d'année 2008 : avertissement officiel d'un collège public indiquant des absences répétées de son enfant aux cours ?!!!

bn269019.jpgLes parents ne sont pas tous démissionnaires et beaucoup, c'est certain, sont en réelle souffrance et infinie solitude, face à l'attitude terrible et déroutante de leurs ados.

Aujourd'hui, dans l'émission de M6: "66 Minutes", on voyait une maman qui prenait des cours de self-défense pour se défendre de son fils de 12 ans qui la frappe régulièrement ; cette femme disait : "Je ne veux pas lui faire de mal. Juste me défendre et qu'il arrête."u15992547.jpg

bn269021.jpgQue les choses bougent, que la violence recule, que la paix arrive dans les familles, car la paix commence à petite échelle avant de la penser à grande échelle.

Chloé

 

°°°°° Pour info :

Réponse du Ministère : Affaires sociales 
  • publiée dans le JO Sénat du 10/06/1993 - page 943

Réponse. - Il est précisé à l'honorable parlementaire que la loi du 4 juillet 1975, portant généralisation de la sécurité sociale a étendu, à compter du 1er janvier 1978, le bénéfice des prestations familiales, jusqu'alors réservé à la population active, à toute personne résidant en France, assumant la charge d'enfants demeurant en France. Le séjour en France des ressortissants étrangers et des enfants au titre desquels les prestations sont demandées, doit de plus, aux termes de l'article L. 512-2 du code de la sécurité sociale, être assorti d'une condition de régularité, attestée par la production d'un titre de séjour ou document exigé d'eux en vertu, soit de dispositions législatives ou réglementaires, soit de traités ou accords internationaux et dont la liste est fixée par décret. Peut ainsi, sous réserve des règles particulières à chacune d'entre elles, ouvrir droit aux prestations familiales, toute personne française ou étrangère résidant en France ayant à sa charge un ou plusieurs enfants vivant de manière permanente en France. Or, la condition de charge ne s'entend pas uniquement de la charge financière mais de l'ensemble des responsabilités parentales exercées par les représentants légaux de l'enfant (devoirs de garde, de surveillance, d'éducation dans le but de protéger l'enfant dans sa sécurité, sa santé et sa moralité). Il faut souligner que les dispositions de l'article L. 521-2 du code de la sécurité sociale prévoient de sanctionner par une suspension ou un retrait du droit aux prestations les infractions dans l'exercice des attributs de l'autorité parentale portant sur la protection de l'enfant, notamment en cas de : déchéance totale ou partielle de l'autorité parentale ; condamnation pénale en application de la loi sur les enfants maltraités ou moralement abandonnés ; placement de l'enfant à la suite d'une mesure prise dans le cadre de l'enfance délinquante (les allocations peuvent cependant être servies à la famille, sur demande du magistrat ou du président du conseil général) ; condamnation pour ivresse. Il en est de même lorsque les enfants donnant droit aux prestations familiales sont élevés dans des conditions d'alimentation, de logement et d'hygiène manifestement défectueuses, ou lorsque le montant des prestations n'est pas employé dans l'intérêt des enfants. L'article L. 552-6 du code de la sécurité sociale précise en effet que le juge des enfants peut, dans ce cas, ordonner le versement total ou partiel des prestations à une personne physique ou morale qualifiée, dite tuteur aux prestations sociales. Ces dispositions ne sont, en tout état de cause, applicables qu'après décision judiciaire. En effet, il n'entre pas dans la mission des organismes débiteurs de prestations familiales, de sanctionner, à défaut de faits juridiquement constatés, l'absence de surveillance des parents à l'égard de leurs enfants. Par ailleurs, les articles L. 552-3 et R. 513-3 prévoient la suspension ou la suppression des prestations en cas de défaut d'assiduité scolaire des enfants soumis à l'obligation scolaire et adolescents poursuivant leurs études au-delà de l'âge scolaire.

16/07/2008

Pour l'enfant décédé oublié par son père dans une voiture. Pour tous les papas pris dans l'hyperactivité. Ma réflexion sur l'oubli des enfants et les tueries des familles. Numéros verts et urgences familiales.

Ce matin, j’ai été bouleversée d’apprendre le décès d’un petit garçon de deux ans et demi, Yanis, oublié hier dans la voiture par son père, à Pont-de-Chéruy dans le Nord-Isère. Petit homme mort lentement sous la chaleur écrasante de 45 degrés dans le véhicule fermé à double-tour. 1730744766.jpg Petit homme qui a vu la mort rôder et puis l’emmener, en se demandant ce que faisait son papa. Un papa pris par le tourbillon de la vie, en hyper activité de pharmacien. Comme le papa de la toute jeune Noémie, oubliée dans la voiture en juin 2007, à Béziers, morte en quelques heures sous le soleil brûlant. Enfants morts de l’oubli d’un papa, comme ce cas il y a déjà quelques années, où le père avait oublié son enfant car cela sortait de sa routine habituelle, parce que c’était la mère qui l’amenait habituellement à la crèche.

La mère hurle dans son coeur, dans son âme, devant la mort de son enfant. Le père fautif, lui, est écrasé à vie par ce poids effarant d’un oubli vertigineux. Ces mères et ces pères brisés à jamais par un drame incompréhensible, drame des choses qui arrivent dans un monde qui va trop vite, drame de l’amour qui se casse en mille morceaux devant la colère de la mère endeuillée, qui reste là à ne rien comprendre au drame de cet oubli effarant. 1730744766.jpg

On accable ces papas mais peut-être ceux-là souffrent-ils de trous noirs mentaux dûs à une activité débordante, à des soucis écrasants, à une hyper-activité où la place n’existe plus pour la surveillance et la protection des enfants... tels des chasseurs dont la mission est inscrite dans les gênes de l’homme depuis le début des âges, les enfants étant depuis les origines laissés en garde à la femme. Chasser, nourrir la famille, braver les dangers pour protéger les siens : certains hommes peuvent être si concentrés sur ce rôle qu'ils en arrivent à oublier qu'ils ont un enfant à regarder, surveiller, garder, protéger, mettre à l'abri. On accable ces papas mais qui aurait le droit de juger...

Un trou noir voulu dans le destin ?

Peut-être était-ce inscrit... Un accident, pourquoi il se produit ? Par négligence ou par oubli, par hasard ou par ennui. Dégoût de sa vie, fuite par l’oubli, oublier son bébé. S’oublier soi-même à travers son enfant, comme un acte posé d’un mal-être invisible.

D’autres posent des actes définitifs conscients, comme ce père qui vient de se pendre avec ses deux fillettes de deux et sept ans, près de Compiègne... dans la maison de son ex-compagne dont il était séparé depuis deux ans. Il a choisi délibérément de quitter cette vie avec ses enfants. Comme un chasseur de vie qui, n’ayant plus l’amour, se retrouve dépossédé de sa mission et préfère sacrifier sa descendance, au mépris de la vie à venir.

J’ai déjà parlé dans un de mes articles des hommes qui tuent leurs enfants et leur femme suite à une séparation ou un divorce. C’est effarant comme la liste s’allonge... Dans ma région, à Bougé-Chambalud : trois enfants tués par leur père, lequel s'est suicidé ensuite, en 2006. À Saint Siméon de Bressieux : un informaticien isérois de 48 ans a tué les trois enfants de sa femme avant de se suicider. L’homme avait menacé de mort sa compagne, qui a réussi à s’enfuir et se réfugier chez des voisins. Quand elle a voulu revenir, la maison était en feu et ses enfants issus d’un premier lit (5, 6, 17 ans) tués par balle. Le meurtrier a épargné le bébé de 18 mois dont il était le père. Aux Abrets en 2006 : Nicolas, 10 ans, tué par son ex-beau-père, lequel voulait se venger de la mère de l’enfant.... . Antoine a été retrouvé dernièrement flottant entre deux mondes, après avoir été jeté sciemment dans un lac par un homme qui avait “aimé” sa maman, petite Anne aide soignante, retrouvée morte assassinée, baignant dans son sang et frappée à mort par son ex-compagnon. En janvier 2008, un homme s’est défenestré, à Metz, avec le fils de sa compagne âgé de deux ans, suite à une rupture... Maxime Giasson Saint-Hilaire, 7 ans, a été abattu d’un coup de fusil de chasse le 27 septembre 1998 à Montmagny, au Québec, par son père adoptif, Pascal Giasson, 23 ans, quelques semaines après sa séparation d’avec la mère de l’enfant. Quelques jours plus tard, au Québec, le 30, par influence probable du drame précédent.... Myriam Chrétien, 6 ans, et Audrey, 3 ans, ont été abattues à coups de fusils de chasse à Hull par leur père René Chrétien, 32 ans. Celui-ci “bénéficiait de la garde alternée et est passé les chercher à une date indue, à l’école et à la garderie, soi-disant pour les amener en camping”.

Pourquoi les enfants payent-ils un si lourd tribut dans ce bas-monde ? Parce qu'ils sont issus de deux personnes, dont l’un s’appelle la mère et l’autre le père. Deux êtres façonnés par des sentiments et des comportements humains, qui impliquent l’erreur, l’erreur humaine, et des choix aussi, le choix de construire ou de détruire, le choix de partir ou celui de mourir, le choix de fuir la vie et ses responsabilités ou celui d’assumer. Deux êtres façonnés par des forces qui dépassent parfois l’entendement comme la force d’amour et la violence liée aux passions, comme aussi le chaos vécu dans le chômage, l’hyperactivité, le surendettement, la peur de tout perdre, le divorce.

La vie ne tient qu’à un fil... et les parents devraient garder cela à l’esprit, marqué au fer rouge... Le fil de la conscience, celle de protéger son enfant à tout prix, la conscience de penser à lui avant soi, la conscience de préférer rester à la maison avec son bébé plutôt que de le laisser dans une voiture la nuit pour aller danser en boîte, la conscience d’installer une protection autour de sa piscine pour éviter les 500 noyades annuelles d’enfants, la conscience d’accepter que la vie change et que l’autre nous quitte, la conscience de devoir protéger les enfants des conflits parentaux, la conscience d’arriver à oublier ses soucis pour ne penser qu’à l’enfant et à sa survie (survie = ne pas l’oublier dans une voiture ou sur une aire d’autoroute), la conscience de soi-même qui fait que si l’on a besoin d’aide psychologique, on ne reste pas tout seul à gérer ses problèmes... car les problèmes peuvent devenir monstres et un humain est bien seul devant les monstres de la haine, de la peur, de l’oubli, de la dépendance.

J’écris ce chapitre aujourd’hui en hommage à tous ces enfants décédés, oubliés, tués... et aussi pour dire à tous les papas et les mamans :

La vie est dure, pas facile ; elle demande des sacrifices, un renoncement à l’égoïsme quand on a des enfants... mais si on sent qu’on dérape, qu’on ne va pas bien, qu’on n’en peut plus, qu’on ne va plus se contrôler, qu’on va vers le pire, qu’on oublie des pans de sa vie et qu’on risque d’être négligent.... alors allez consultez... parlez à quelqu’un... prenez le téléphone et parlez anonymement.

Voici des numéros qui pourront vous aider à diminuer la cocotte minute et le stress de la vie accumulé :

-Cap éCOUTE : n° vert 0800 33 34 35 (gratuit)
et aussi le 0472 33 34 35

-SOS Suicide (écoute anonyme de toute souffrance) :
01 45 39 40 00

-Numéro gratuit d’écoute anonyme pour les Parents, Adolescents et Professionnels de l’éducation :
0 810 659 009 (numéro azur) ...

-Croix-Rouge Écoute Parents-Enfants :
0800 85 88 58 (de 10 h à 22 h et week-end : de 10 h à 20 h)


_______________________________________ 1730744766.jpg
1730744766.jpg



L’enfant par lequel j’ai écrit ce chapitre, décédé hier dans une voiture fermée en plein soleil, est arrivé dans une oasis d’eau, rafraîchi par des Anges, qui lui ont expliqué qu’il s’était déshydraté sous le soleil, à la suite d’une terrible bêtise de Papa, que son heure était venue et que ses parents allaient devoir faire l’immense chemin de pardon, le papa à lui-même et la maman au papa, afin de poursuivre leur chemin sans ce petit garçon né de leur amour. L’endroit est plein de fontaines et de fraîcheur où l’enfant désaltère son âme, dans la paix et l’acceptation d’un destin dont il ne dit rien, car il sait -là où il est maintenant- que chacun sur terre doit mourir. Il a pardonné à son père l'oubli de sa vie. La colère est sans effet sur le temps, sur l'amour, sur la naissance et la mort.

Petit garçon, petit Yanis, je t’envoie de gros bisous et je souhaite force et courage à tes parents.

Je souhaite aussi force et courage à toutes ces mamans qui ont perdu un enfant ou plusieurs tués par un ex-compagnon, dans toutes les horribles situations dont j’ai parlé plus haut.

Et j’exhorte les papas à appeler les numéros ci-dessus, avant qu’il n’arrivent au pire. Cela concerne les mamans aussi, car il y a celles qui tuent leur enfant et celles qui ont failli le faire mais qui sont allées se faire aider, en en parlant, en cherchant de l’aide... au lieu de commettre l’irréparable par désespoir, fatigue extrême et malaise incommensurable.

Bien à vous,

Chloé L



1730744766.jpg

Commentaires

AP - Mardi 22 juillet, 21h52 :


CHALON-SUR-SAONE - "Une fillette de trois ans a été retrouvée morte mardi en fin d'après-midi par son père, qui l'avait oubliée dans sa voiture stationnée au soleil à Saint-Marcel (Saône-et-Loire), a-t-on appris auprès du substitut du procureur de la République de Chalon-sur-Saône, Thierry Bas.

Le père a été placé en garde à vue à l'hôpital de Chalon-sur-Saône où il a été admis en état de choc. L'autopsie de la fillette doit avoir lieu mercredi matin et les enquêteurs tenteront d'entendre le père le même jour si son état le permet, a-t-il ajouté.

Selon M. Bas, "l'enfant a passé toute la journée dans la voiture de 9h jusqu'à 16h30. Ce (mardi) matin, le père devait emmener sa fille chez la nourrice mais pour une raison qu'on ignore, il est allé travailler. Quand il a repris sa voiture en fin de journée, il ne s'est aperçu de rien. C'est en récupérant son fils à la crèche qu'il a vu sa fille inanimée à l'arrière", a-t-il expliqué.

Selon le magistrat, le père s'est ensuite rendu à la caserne des pompiers de la commune qui ont tenté en vain de réanimer l'enfant. Les parents de la fillette, sous le choc, ont été admis au centre hospitalier de Chalon-sur-Saône.

La semaine dernière, le 16 juillet, un drame similaire s'était produit à Pont-de-Chéruy (Isère). Un petit garçon de deux ans et demi oublié par son père pendant plusieurs heures dans une voiture garée en plein soleil, dans le centre-ville, est mort de déshydratation."

_______________________________________________________________________________________________________________________

COMMENTAIRE de BABOU :

Au sein de mes collègues, amis et famille, tout le monde est terrifié. Tout le monde accable ces papas (et ces mamans) qui "oublient" leurs enfants en pleine canicule dans une voiture. Les cas sont de plus en plus nombreux depuis 2-3 ans en Belgique, France, Pays-Bas... 
Je voudrais soutenir ces parents qui, après ces drames, n'auront plus de vie, plus assez de larmes pour pleurer, et personne sur qui rejeter la faute !!! Que EUX, tous seuls, avec leur immense souffrance et le mépris des autres ..... Le monde est devenu tel, que je remercie le ciel d'avoir des ados de 14 et 16 ans. Car dans l'état d'esprit dans lequel je me retrouve aujourd'hui, dans ce monde de fous, je me dis que.... aïe aïe, je ferais quoi de mes deux tous petits anges en bas-âge ?? On court, on s'inquiète pour son couple, son job, les finances,... On perd les pédales... on prend des médocs pour dormir, on en reprend pour être en forme, on se dit qu'il va y avoir une nouvelle guerre mondiale ... On meurt.... 
Je soutiens de tout coeur ces parents effondrés.... et j'embrasse tous les petits anges qui boivent aux fontaines dans un monde meilleur , un monde que ces papas et mamans auraient sûrement bien eu envie de leur offrir..
.

Ecrit par : babou2505 | 26.09.2008

1730744766.jpg
1730744766.jpg

22/06/2008

Je tire mon chapeau aux parents qui se battent pour leurs enfants... non-démissionnaires et présents dans leur rôle éducatif.

Bonjour à tous et toutes,

 

images-19.jpegUne femme m’a dit ceci : “Je vais mourir car je suis malade. J’aurais aimé faire ce que vous avez fait. Je vous envie car moi je n’ai rien fait. J’aurais voulu adopter comme vous. Chloé, ce que vous faites est admirable mais pour moi cela dépasse l’entendement. Votre action est même maso à mon goût, car adopter d’accord, mais accueillir une enfant handicapée puis une enfant grande qui vient d’Afrique avec une histoire comme la sienne déjà si difficile... c’est incompréhensible pour moi. Je n’arrive pas à comprendre comment vous faites... Oui, d’accord vous avez cette force car vous avez perdu un enfant mais peut-on remplacer un enfant par un autre et est-ce vraiment sain ?”


Je répondrai à cette femme ceci : Oui, cet amour laissé dans mon coeur par le départ de ma fille il y a onze ans m’a donné des ailes pour donner de l’amour à d’autres enfants. Non, aucun enfant ne remplace un autre enfant, même si mon jeune fils ressemble étonnamment à ma fille décédée au même âge. Je sais qu’il y a des parents comme ceux de Dali qui donnent le même prénom qu’un précédent enfant décédé. Cela est très préjudiciable pour l’enfant vivant. Dali disait lui-même que quand il allait sur la tombe de son frère, avec son prénom inscrit sur la tombe, il avait l’impression d’être mort. Pourtant il s’est servi de cette souffrance pour devenir un grand peintre. À tout obstacle, on peut trouver une sublimation, une offrande de sa vie au beau, au juste, au don de soi.images-12.jpeg

Cette femme me dit qu’elle n’a rien fait de “bien” de sa vie et qu’elle aurait voulu faire quelque chose dont elle serait fière. Je lui ai fait remarquer qu’elle avait élevé plusieurs enfants. “Oui, mais c’était les miens et vous, vous élevez des enfants qui ne sont pas les vôtres”. Je lui ai répondu que élever ses enfants était quelque chose de formidable et que bien des parents, au contraire d'elle, sont démissionnaires ou abandonnent leur enfant ou les maltraitent ou les éduquent mal.

images-20.jpegDernièrement, un homme m’a avoué qu’il connaissait des personnes qui laissent leurs enfants jeunes, de moins de dix ans, devant des films pornographiques et qu'ils regardent ce genre de films avec eux. Et ceci se répète au fil du temps. Cela me donne envie d'aller chez ce genre de parents et de leur ôter l'envie de recommencer ce genre de pratiques terribles pour un enfant.images-22.jpeg

Aussi, je tire mon chapeau à tous les parents qui savent éduquer leurs enfants, leur donner des limites, les protéger, leur parler du monde sans tout leur montrer, les aimer, leur apporter de la tendresse tout en respectant leur corps et leur intimité, les nourrir et les choyer sans les pourrir de société de consommation.

images-4.jpegJe tire mon chapeau aux pères qui se retrouvent seuls avec leurs enfants parce que Madame a rencontré le grand amour et se tire avec “l’homme de sa vie”. J’ai une amie très chère qui s’est retrouvée à l’âge de treize ans avec ses trois frères et soeurs, abandonnés par leur mère tombée amoureuse d’un autre. Elle a tout laissé derrière elle.... Tout : ses enfants marqués à vie. Elle a vécu cet amour indescriptible qui prend toute la vie, tous les sens et même les non-sens.

Je tire aussi mon chapeau aux mères qui vivent des choses extrêmement difficiles... Travailler sans papier en France en élevant seule ses enfants, dans une pièce unique comme seule habitation. Vivre avec la peur au ventre en protégeant ses enfants. En se demandant si on va être expulsée... de son logement ou de son pays... En travaillant au noir... En étant obligée de laisser ses enfants seuls la nuit pour aller travailler... Femmes acculées au pire.images-16.jpeg

Où est donc passée en France cette notion humaniste de défendre la veuve et l’orphelin ? Qui a encore cette notion de protéger la femme seule élevant à la force de son mental et de ses reins ses enfants seule ? Qui pourrait donner des papiers aux mamans étrangères qui travaillent pour la France mais... qui pleurent chaque nuit de l'inespérance de leurs lendemains... quand leurs enfants dorment à côté d'elles du sommeil de tous les enfants du monde.

Chloé LAROCHE

16/04/2008

Mères jumelles en adoption

77d094434876197d5aaefb101719d84d.gif Mères jumelles en adoption________________________à Évelyne

(Poème dédié à tous les parents, pères et mères adoptifs
qui subissent des violences de la part de leur enfant devenu adolescent)


La rose dérive sur les vagues
D'une mère en dérive d'adoption
Se rappeler tous les bisous
Et puis voir les coups et les insultes

Voir la haine dans les yeux de ses enfants
La rose dérive sur les vagues
D'un océan de tendresse
Le coeur cloué sur une croix blanche

Je pense à vous qui vivez
L'arrachement de rêves passés
La rose dérive sur les vagues
Venant s'échouer sur les berges tristes

Le bonheur tient dans un regard
Cet engagement pris avec le coeur
D'un enfant qu'on a pris par la main
Pour l'emmener vers demain

Mais plus on a aimé l'enfant
Plus il a besoin de se détacher
Et plus il a été abandonné
Plus il agit pour se faire haïr

Je pense à vous qui êtes mère
À vous qui êtes père en adoption
Vous avez vécu la colère et le rejet
De ce petit qui vous admirait autrefois

La rose dérive sur les vagues
Et je vous prends dans mes bras
Pour les blessures invisibles
Des insultes insolentes

Vous avez regardé les yeux
De vos adolescents orphelins
Vous avez soudain eu peur de ces racines
Qui remontent dans leur vie

Ils se battent au fond d'eux
Contre des forces qui les dépassent
Luttant contre l'amour étonnant
Des parents adoptifs fidèles au lien

La rose dérive sur les vagues
Pour vous la mère de trois enfants
Que vous avez aimés pour toujours
Vous êtes ma soeur en mère

Ce soir la rose ne dérive plus
Je me sens moins seule
Car vous m'avez témoigné
Que les vagues sont infinies

En amour d'adoption


Chloé77d094434876197d5aaefb101719d84d.gif

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu