Avertir le modérateur

29/01/2009

Hommage aux Justes et à tous ceux qui ont sauvé la vie d'autrui dans un élan de solidarité et d'entraide, jusqu'au péril de leur propre vie.

Bonsoir à tous et toutes,

 

images-1.jpegSur Terre, vous n’imaginez pas combien de personnes ont eu, et ont encore, de beaux gestes envers autrui, des comportements héroïques passés sous silence, des vies de saints totalement inconnues...

C’est parce qu’il y a tant de belles âmes dans l’humanité qu’il est important que certaines soient reconnues pour servir d’exemple. Ainsi, pour Jeanne Brousse, nous aurons attendu cinquante ans la remise de sa Médaille du Juste pour avoir sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a dit, lors de la cérémonie, ces mots : “Je n’ai fait que mon devoir. C’est un devoir de conscience et de solidarité que de porter assistance à personne en danger. Je n’ai rien fait d’extraordinaire. J’ai simplement aidé des Juifs en danger.”

La Médaille du Juste a été créée en 1963 pour honorer les non-Juifs qui ont secouru et aidé des Juifs contre la menace nazie. Mille sept cent français l’ont reçue. Ils servent ainsi d’exemple et contrebalancent par leurs actions les actes honteux que l’Histoire de la France a connu : dénonciations, pactes avec l’Ennemi, collaboration avec les nazis, complicité dans la Déportation.

images-7.jpegLe Talmud dit : “Considère toujours que de ton propre acte dépend la valeur du monde, ou sa faute gravissime.” L’écrivain Raphaël Cohen a commenté le texte sacré ainsi : “Ce que tu fais toi-même est essentiel, pour le monde entier. Reconnais l’importance de ton acte, dans ses intentions, dans sa portée infinie. Ne considère jamais qu’il appartient à d’autres d’oeuvrer pour le monde.” Je rajouterais que... ce que tu fais est essentiel car ce que tu ne fais pas peut causer la mort, la perte de vies... Il y a quelques mois, un jeune a été agressé devant son lycée.. Une dizaine de jeunes l’ont attendu et l’ont passé à tabac. Autour d’eux, des jeunes ont ouvert leur téléphone portable... Pour appeler la police ou les secours..., me direz-vous ?! Non, c’était pour filmer la scène ! Voilà où se situe la faute gravissime. Assister à une scène où une victime aurait besoin de vous et prendre plaisir à enregistrer le mal qu’on lui fait. Des adultes ont dû intervenir et ont pu arrêter le massacre.

Si Froduald Karuhije, maçon au Rwanda, n’avait pas creusé des tranchées ingénieuses pour y cacher des personnes et les nourrir pendant le génocide de 1994, quatorze Tutsis seraient morts.

En juillet 2004, si le jeune Damien Gladieux n’avait pas plongé d’un pont pour sauver un enfant de quatre ans de la noyade, une famille serait en deuil.images-8.jpeg

Si Cornélia Walser Kruse n’avait pas agi avec sang-froid et un courage extraordinaire le 10 septembre 1999, une femme et son bébé seraient morts dans leur voiture tombée dans le lac de Zurich. Cornélia n’a pas hésité à rentrer dans l’eau pour ramener la mère sur la terre ferme puis à replonger pour sauver le bébé pris au piège dans son siège-auto. Cette femme a été la première lauréate des Chevaliers de la Route de l’An 2000.

En 1984, si John Kriticos, camionneur canadien, avait pensé à sa propre sécurité, il n’aurait pas porté secours à ce bébé de 19 mois attaché sur le siège arrière d’une voiture en flammes. Depuis 1956, un prix est attribué chaque année à un héros canadien de “camionnage” qui a fait preuve de courage, de présence d’esprit et d’intégrité dans une situation d’urgence, comme John.

images-3.jpegToutes ces personnes sont un exemple de solidarité et du "réflexe de solidarité" dont j'ai déjà parlé. À un moment donné, précis, elles ont croisé le destin d’un autrui en danger et elles n’ont pas hésité à leur venir en aide. Vous allez me dire : “Le fait de sauver quelqu’un de la noyade ou du feu suffit-il pour être un héros ?” Je vous répondrai ceci : toutes ces personnes sont sur le chemin du coeur, simplement, et leur acte le prouve sans grand discours. Le jeune Damien, après le sauvetage de l’enfant, a déclaré : “J’ai juste sauvé un petit. Pour moi, c’est normal.” Comme je l’écrivais précédemment, il y a énormément de héros sur cette Terre... héros méconnus, invisibles, cachés... si simples dans leur quotidien, si saints dans leur simplicité.

Un auteur québécois, Richard Thibodeau, a écrit très justement que “être un héros, c’est tenir le coup lorsque tu as envie de tout abandonner, de garder tes rêves vivants quoiqu’il arrive, d’avoir le courage d’apprendre de tes erreurs, de faire ce qui a besoin d’être fait pour améliorer ta vie et améliorer celles des gens qui t’entourent, d’accueillir tes peurs et de les guérir, de consoler un enfant, de prendre le risque d’aimer tout en sachant que tu peux perdre cet amour à n’importe quel moment.”

Chloé LAROCHEimages-10.jpeg

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu