Avertir le modérateur

31/03/2009

Monsieur ORELSAN, si vous lisez cette lettre, je vous demande d’écouter ma demande : celle de retirer définitivement cette chanson d’internet et de tout lieu.

Ce blog a reçu 7240 visites au cours du mois de mars 2009.

 

SB10065419O-001.jpgMonsieur Orelsan,

Vous avez écrit une chanson intitulée “Sale pute” mettant en scène, en paroles et en clip, un homme trompé par son amie.

Cet homme souffre et vous le faites parler à travers votre chanson. Vous exprimez sa haine et sa colère dans des termes très choquants.SB10064396E-001.jpg

Cet homme souhaite de la violence à cette femme. Il souhaite la mort de son enfant. “J’veux que tu tombes enceinte et que tu perdes l’enfant”... sont ses paroles. “Si j’te casse un bras, considère qu’on s’est quitté en bons termes”.

Je vous ai entendu vous exprimer et vous défendre à la radio... depuis le tollé général soulevé par votre chanson.

Vous avez dit : “Je n’ai jamais frappé personne. Cela m’embête d’avoir à m’expliquer sur le fait d’avoir écrit cette chanson, d’autant plus qu’elle n’est pas sur mon album.”

Pourtant, cette chanson est visible sur internet depuis deux ans. La création voyage, la création entre dans les têtes, imbibent les esprits, façonnent les jeunes et les moins jeunes, perturbent les plus fragiles.

SB10064396F-001.jpgPour la liberté de créer, on ne peut tout accepter et surtout pas l’incitation à la haine, surtout pas la violence toute nue, surtout pas... quand on sait qu’en France et dans le monde, des femmes meurent chaque mois d’avoir voulu quitter leur mari, leur compagnon. Parfois même, les hommes tuent les enfants du couple, par vengeance, cette vengeance dont vous parlez tant dans votre chanson.

Il y a quelques mois, un homme a découpé sa compagne en envoyant son tronc flotter sur une rivière dans une valise. C’était le 10 juin 2008. On a retrouvé la tête de cette femme plus tard. Pourquoi a-t-il fait cela ? “Parce qu’elle voulait me quitter”, a-t-il avoué.

Le 1er novembre 2008, à Bègles en Gironde, nous apprenions qu’un homme avait tué sa femme de plusieurs coups de couteaux car il n’a pas supporté la séparation après des années de mariage, la supprimant de la surface de la Terre comme si sa femme était son objet.SB10065706E-001.jpg

Le 26 juillet 2008 à Francheville, un homme a tué sa femme et ses deux enfants de 11 et 13 ans. Pascal Peillon n’avait pas supporté l’IDÉE d’une séparation avec sa femme Jacqueline, 38 ans. Il a étouffé ses fils avec un sac plastique, avant de mettre le feu à la maison, un feu qui a eu d’abord l’apparence d’une accident mais qui s’est révélé être un triple meurtre.

Je peux vous citer des dizaines et des dizaines d’histoires de ce type. L’histoire se répète sans cesse. Même dans le département de l’Isère où j’habite. Trois enfants sont morts dans un village. Tués par leur père. La mère a pu s’enfuir. Fantôme survivante d’un drame horrible de la séparation. Celle qu’elle souhaitait. Celle qu’elle n’oserait plus, si elle pouvait revivre dans le passé, en connaissance de ce sombre destin.

Vous devriez avoir honte jusqu’au bout de votre vie d’avoir écrit autant de haine dans votre chanson car vous êtes un créateur et en tant que tel, vous avez des responsabilités.

SB10065474DI-001.jpgDans cette création précise “Sale pute”, vous avez insulté les femmes. Vous avez essayé de faire comprendre à la terre entière qu’un homme trompé peut devenir violent, très violent... mais ça, on le savait. Par contre, donner la parole à la violence conjugale en des termes aussi directs, c’est grave, infiniment grave.

Imaginez qu’un homme trompé écoute votre chanson. Il écoute, il écoute, il voit le clip. Les paroles lui ronge l’esprit, lui donne des idées. “Oui, la vengeance. Oui, lui faire mal. Oui, qu’elle en crève.” Hé bien oui, Monsieur Orelsan, le créateur a ce pouvoir de dynamiser l’esprit des gens, des écoutants, des admirateurs de son talent.

Si vous lisez cette lettre, je vous demande d’écouter ma demande : celle de retirer définitivement cette chanson d’internet et de tout lieu.SB10065375S-001.jpg

Au nom de toutes les femmes mortes, de tous les enfants assassinés par la folie d’un homme, un homme qui ne peut supporter qu’une femme, sa femme, le quitte. Un homme qui ne voit que la violence pour répondre, pour évacuer la souffrance qui le submerge. Qui ne voit que la destruction, que la mort.


 Chloé Laroche

 

567006547.jpgPS. Allez lire par curiosité ce que j'ai écrit dans la catégorie : "Quand l'amour dépasse l'entendement". En voici un extrait, texte que j'ai écrit le 16 juillet 2008 : J’ai déjà parlé dans un de mes articles des hommes qui tuent leurs enfants et leur femme suite à une séparation ou un divorce. C’est effarant comme la liste s’allonge... Dans ma région, à Bougé-Chambalud : trois enfants tués par leur père, lequel s'est suicidé ensuite, en 2006. À Saint Siméon de Bressieux : un informaticien isérois de 48 ans a tué les trois enfants de sa femme avant de se suicider. L’homme avait menacé de mort sa compagne, qui a réussi à s’enfuir et se réfugier chez des voisins. Quand elle a voulu revenir, la maison était en feu et ses enfants issus d’un premier lit (5, 6, 17 ans) tués par balle. Le meurtrier a épargné le bébé de 18 mois dont il était le père. Aux Abrets en 2006 : Nicolas, 10 ans, tué par son ex-beau-père, lequel voulait se venger de la mère de l’enfant.... . Antoine a été retrouvé dernièrement flottant entre deux mondes, après avoir été jeté sciemment dans un lac par un homme qui avait “aimé” sa maman, petite Anne aide soignante, retrouvée morte assassinée, baignant dans son sang et frappée à mort par son ex-compagnon. En janvier 2008, un homme s’est défenestré, à Metz, avec le fils de sa compagne âgé de deux ans, suite à une rupture... Maxime Giasson Saint-Hilaire, 7 ans, a été abattu d’un coup de fusil de chasse le 27 septembre 1998 à Montmagny, au Québec, par son père adoptif, Pascal Giasson, 23 ans, quelques semaines après sa séparation d’avec la mère de l’enfant. Quelques jours plus tard, au Québec, le 30, par influence probable du drame précédent.... Myriam Chrétien, 6 ans, et Audrey, 3 ans, ont été abattues à coups de fusils de chasse à Hull par leur père René Chrétien, 32 ans. Celui-ci “bénéficiait de la garde alternée et est passé les chercher à une date indue, à l’école et à la garderie, soi-disant pour les amener en camping”.

 

____________________________COMMENTAIRE D'ÉNORA à propos de la critique des "Censeurs", eux-mêmes critiques de la chanson :

"Le type en question n'en est pas à son coup d'essai, cf son titre "St Valentin" où il est question d'éjac faciale, où les femmes en tant que telle sont de la sous-merde, de la viande à baiser, comme dans les pire porno. Donc, personnellement, ça m'ennuie un tantinet que ma nièce connaisse déjà ce clip où une femme adultère est une "truie bonne pour l'abattoir, une salope qui mérite qu'on lui décroche la mâchoire (bravo pour la rime). Ma nièce a 14 ans et tous ses camarades de classes connaissent cette saloperie. Libre à vous de dénoncer la censure mais respectez 1 minimum les femmes qui se sentent insultées par cette prose à gerber - Citation : "On verra comment tu suces quand je te déboîterais la mâchoire".

Ecrit par : Enora | 28.03.2009 (sur le site de 20minutes.fr)

__________________________________________________________________________________________________________________

 

CE QU'A DIT L'ACTUALITÉ :

Tollé autour de la chanson "Sale pute" du rappeur Orelsan.

par AFP, 27 Mars 2009

"Une chanson intitulée "sale pute" diffusée sur internet fait scandale en France, une ministre la qualifiant d'"apologie sordide de la brutalité envers les femmes", au point que le rappeur Orelsan a décidé de présenter ses excuses.

La chanson décrit de façon très crue la "haine" d'un jeune homme qui, découvrant qu'il a été trompé, déambule une bouteille d'alcool à la main en promettant à sa petite amie toute une série de violences physiques.

"J'ai la haine, J'rêve de t'voir souffrir", "On verra comment tu fais la belle avec une jambe cassée", "si j'te casse un bras, considère qu'on s'est quitté en bons termes", "j'veux t'voir retourner brûler dans les flammes", dit-il notamment.

"J'te déteste, j'veux que tu crèves lentement, j'veux que tu tombes enceinte et que tu perdes l'enfant", dit-il aussi, reprenant par la suite ce thème en des termes encore plus violents.

Présenté parfois par la presse comme un "Eminem français", Orelsan, 26 ans, a fait ses excuses vendredi pour sa chanson controversée, assurant à l'AFP qu'il n'avait "pas voulu se faire un coup de pub". La chanson, en ligne depuis deux ans, "est choquante", a reconnu le jeune homme aux cheveux ras, lors d'une interview dans les locaux parisiens de son label 3e Bureau (Wagram Music).

L'artiste doit se produire le 25 avril au Printemps de Bourges. Mais des internautes, choqués par les paroles de la chanson, ont tiré la sonnette d'alarme et sensibilisé des politiques pour qu'il soit déprogrammé.

La ministre de la Culture, Christine Albanel, s'est déclarée "révoltée" par cette chanson, "apologie sordide de la brutalité envers les femmes, d?une cruauté inouïe", appelant vendredi à sa suppression des plateformes de diffusion de vidéos en ligne.

"La liberté d?expression s'arrête où commencent l'incitation à la violence et la manifestation de la haine la plus nauséabonde", écrit dans un communiqué la ministre, qui plaide pour "un internet civilisé".

Les plateformes YouTube et Dailymotion ont restreint l'accès du clip aux seules personnes enregistrées et adultes mais n'ont pas supprimé la vidéo.

YouTube a expliqué que le contenu ne lui semblait pas "manifestement illégal" mais qu'elle pourrait la retirer "sur réquisition judiciaire".

Une autre chanson avec le même titre et dont les paroles sont encore plus violentes était par ailleurs accessible sur internet, a constaté l'AFP.

L'association "ni putes, ni soumises", créée après le meurtre en 2002 d'une jeune fille brûlée vive par dépit amoureux, s'est prête à appeler au boycott du festival de Bourges (centre), l'un des plus importants festival de musique en France, si Orelsan était maintenu au programme.

"Nous ne pouvons nous satisfaire de la seule censure de la chanson +Sale pute+", a affirmé l'association.

Après le parti communiste, le parti socialiste a demandé à son tour vendredi que la chanson soit retirée des sites internet et que son auteur soit déprogrammé du festival. Les organisateurs ont pour l'heure refusé."

 

Commentaires

Magic m'a répondu ceci sur le site d'Orelsan où j'avais posté ma lettre :

"Madame Chloé Laroche,
Vous avez compris que la chanson n'était qu'une fiction mais malgré cela, vous êtes à côté de la plaque!
En effet, il existe plusieurs moyens de dénoncer les injustices. La méthode classique qui consiste, comme dans votre commentaire, à faire une liste des cas de violences répertoriés pour viser les sentiments du lecteur et provoquer un sentiment de pitié.
Une méthode plus élaborée consiste à créer une fiction et mettre en scène des situations afin de les dénoncer. Rappelez-vous Voltaire (Candide, Zadig...) qui utilisait exactement les mêmes méthodes qu'Orelsan, à savoir l'ironie, le second degré... non pas pour créer un sentiment d'empathie chez le lecteur, mais pour le faire réfléchir à certains problèmes. De plus, il est prouvé que la réflexion et la prise de conscience est largement plus efficace que le bourrage de crâne.

Je rajouterai que vous avez une fâcheuse tendance à prendre les gens pour des animaux dénués de sentiments! Quand vous dites:
"Imaginez qu’un homme trompé écoute votre chanson. Il écoute, il écoute, il voit le clip. Les paroles lui ronge l’esprit, lui donne des idées. “Oui, la vengeance. Oui, lui faire mal. Oui, qu’elle en crève.” Hé bien oui, Monsieur Orelsan, le créateur a ce pouvoir de dynamiser l’esprit des gens, des écoutants, des admirateurs de son talent."

Vous pensez vraiment ce que vous dites? Vous pensez vraiment qu'un artiste, inconnu du grand public jusqu'alors, puisse provoquer des délires meurtriers chez ses auditeurs ?"

Ecrit par : Magic | 18.04.2009

______ J'ai répondu et voici ma réponse, voir plus bas.
Chloé Laroche

Écrit par : Chloé Laroche | 30/04/2009

Ma réponse à Magic :

Vous m'avez répondu : "Vous pensez vraiment ce que vous dites? Vous pensez vraiment qu'un artiste, inconnu du grand public jusqu'alors, puisse provoquer des délires meurtriers chez ses auditeurs ?" Oui, je le pense, et j'en ai la preuve, puisque même la vision de films ont poussé des enfants et des adolescents à tuer. Les paroles de cette chanson, même si elles se veulent fiction, sont une incitation à la violence, puisque déjà en les lisant, elles sont insoutenables et des gens ont envie de vomir en les lisant. Les images, les mots marquent... Ils ne sont pas innocents. Ils sont porteurs de sens. Monsieur Orelsan, vous employez des images à travers vos mots, vous faites vivre des situations au sein du couple.... affreuses, terrifiantes. Elles ne sont pas seulement fiction. Elles représentent la haine en elles-mêmes. Je souhaite qu'un jour vous tombiez amoureux d'une femme et que vous la voyiez enceinte de votre enfant. Vous aurez alors honte des paroles écrites dans votre chanson concernant la femme qui porte un enfant, concernant la femme enceinte. Ne vous pensez pas "artiste inconnu du grand public jusqu'alors" mais pensez-vous : artiste responsable de vos écrits et soucieux de leur impact sur les générations présentes et futures. Chloé Laroche

Écrit par : Chloé Laroche | 30/04/2009

" Oui, je le pense, et j'en ai la preuve, puisque même la vision de films ont poussé des enfants et des adolescents à tuer. "
Non vous n'avez que des paroles, et non pas des preuves,
ensuite:
Je trouve pathétique vous vous attaquiez a ce garçon simplement parce que c'est un rappeur, Gainsbourg emploie des termes bien plus fort et plus violent en tout point dans ses chansons, il est au moins 1000 fois plus connu (donc a 1000 fois plus d'impact) qu'Orelsan et etrangement vous ne vous en etes jamais plains il me semble,
dans le même registre vous avez "Othello" de Shakespeare/Verdi
qui raconte l'histoire d'un homme qui croit que sa femme la trompe et la tue de la plus atroce des manière, vous ne vous en êtes jamais plains non plus,
ou peut être que votre infériorité culturelle et intellectuelle ne vous permet pas de connaitre ce dernier...
Je crois en effet que votre esprit féministe vous fait voir du sexisme la ou il n'y en a pas...

Sachez que je n'irai pas voir votre réponse, ce serai une perte de temps que d'écouter vos justifications stupides.

Adieu

Écrit par : Ryan Malik | 12/06/2010

bien dit Ryan Malik !!!

Écrit par : Mouelede | 04/03/2012

Vous faites partis des débiles qui font tout ce qu'on vous dis. Orelsan dit "frappe ta femme" vous pensez que tout le monde va le faire? Vous allez répondre que non, et bien Mme, sachez qu'Orelsan n'est pas responsable de toute la misère du monde, des mecs frappaient leur femmes bien avant "sale pute".
Vous faites chier juste parce que ça vous fait mal d'entendre la vérité, il faudrait ne pas en parler c'est ça? ne pas dire qu'il y a des violences ? et bien non, vous surfez juste sur une polémique pour faire du bruit, vous êtes consternante.
Comme le dit Orelsan lui même :
"Adieu, ces associations bien-pensante
Ces dictateurs de la bonne conscience
Bien content qu'on leur fasse du tort
C"est à celui qui condamnera le plus fort"

Il a plus de bon sens que vous n'en aurez jamais, continuez votre combat débile, tapez dans le vide, si ça vous amuse. Orelsan est un artiste, un vrai, à mon sens le plus grand Français car ses paroles ont du sens, pour une fois.

Empêchez le d'avoir le succès qu'il mérite en le condamnant, comme ça vous existerez un peu, égoïstes que vous êtes.
Et désolé, quand on se fait trompé par une fille, on a envie de dire "sale pute" et de lui souhaiter tout le malheur du monde... et je pense que c'est pareil pour les femmes envers les hommes, non?

Écrit par : lexum | 11/06/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu