Avertir le modérateur

21/10/2009

Un papa d'origine arménienne a avalé des lames de rasoir aujourd'hui, alors qu'il devait être expulsé de France loin de ses enfants et de ses parents.

Bonjour à tous et toutes,
Rebonjour plutôt, après mon article écrit tout à l'heure sur la famine de Centrafrique,images-8.jpeg
images-6.jpegJe vous fais part en urgence de la réalité vécue par Monsieur Arkadi Akopian, qui devait être expulsé aujourd'hui de France vers l'Arménie. Vous vous rendez compte que sa seule issue a été d'avaler des lames de rasoir afin de ne pas être mis dans l'avion et arraché à ses enfants, encore petits, arraché à sa compagne, arraché à ses parents.
Je pense que les Arméniens ont assez souffert. Je rappelle le génocide auquel ils ont été confrontés.
Les Arméniens ont droit au bonheur, à la paix, au respect dû à une famille, à des enfants, à un papa.
Pourquoi la France doit-elle se séparer d'un arménien qui a vu naître ses deux enfants en France ?
Pourquoi deux enfants nés en France, dont l'un est scolarisé en maternelle, doivent-ils être privés de leur père ?
Soyez très nombreux à protester, à appeler, à envoyer mails et fax aux numéros suivants, donnés plus bas.
Merci de lire l'appel du Réseau d'Éducation sans Frontières envoyé aujourd'hui et transmis ci-dessous.
Pensées à tous.
images-7.jpegChloé LAROCHE
____________________________________
Arkadi Akopian ne doit pas être expulsé, et encore moins vers un pays où sa femme et ses enfants ne pourront jamais le retrouver.
"Arkadi Akopian a été interpellé le 5 octobre à Châteauroux. Sans papiers, il a été rapidement conduit en rétention au centre de Mesnil-Amelot.

Arkadi est papa de deux enfants nés en France, Bagdasar l’aîné,  scolarisé à l’école maternelle, et Gohar la petite dernière de 2 ans. Il vit en France, à Vierzon, avec sa compagne, et ses parents depuis près de 5 ans.

Ses parents sont en situation régulière, et sa mère est atteinte d’une grave maladie.

Alors qu’Arkadi est arménien, sa compagne Lala est azérie (Azerbaïdjan) et s’il devait être expulsé en Arménie, elle et ses enfants auraient beaucoup de difficultés à le rejoindre même s’ils le souhaitaient.

Aujourd’hui, mercredi 20 octobre, sur ordre de la préfecture de l'Indre, il a été conduit à l’aéroport de Roissy et devait embarquer dans l’avion de 13h20 pour être expulsé vers l'Arménie.

Parce qu’il voulait rester en France avec sa famille et qu’il a de sérieuses raisons de craindre pour sa sécurité en Arménie, il a préféré mettre sa vie en danger en avalant des lames de rasoirs plutôt que de se laisser expulser.

Le préfet de l’Indre dispose de la possibilité d’empêcher un drame et celle de permettre à une famille de rester unie, en mettant fin à la procédure d’expulsion et en faisant en sorte qu’Arkadi Akopian soit libéré."

 

Contact sur ce dossier : Nadia resf18 06.43.31.45.51

PREFECTURE DE L’INDRE : Merci de teléphoner (02.54.29.50.00) faxer (02.54.34.10.08) mailer (aller sur le site de la préfecture et cliquer sur contact) nombreux.

MINISTERE DU DEMEMBREMENT DES FAMILLES ET DES CHARTERS DE LA HONTE :

Fax: 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre
eric.besson@iminidco.gouv.fr

sp.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet : christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

 

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE DU DEMEMBREMENT DES FAMILLES :

Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <
franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration)
maxime.tandonnet@elysee.fr

 

__________________________________________

 

COMMENTAIRES :

______________________________________________________ATTENTION :

 

Appel à une pétition pour Sergey, arménien, pour sa fille et sa femme :

(voir sur le site de RESF : http://www.educationsansfrontieres.org)


P1343 - Sergey ne doit pas être expulsé - Gayané, 2 ans, doit garder son papa

“ Les états signent la convention, c’est que des mots pour faire joli !”.... Meriem (12 ans).
On aimerait pouvoir lui dire qu’elle a tort. 

Gayané va à la crèche. C’est une petite fille dont les yeux pétillent de malice et de curiosité. ... Mais qui comme n’importe quelle petite fille a besoin de son père, de sa mère. 

Du haut de ses quelques mois, cette petite fille a déjà largement vécu son taf de galère : peur et angoisse des parents d’une arrestation, de ne pas ou savoir dormir ... 

Gayané est née en France à Lyon. Elle aura 2 ans le 29 novembre 2009 quelques jours après le 20ème anniversaire de la déclaration des droits de l’enfant.

Le 28 octobre elle a vu son père disparaitre
Pourra-t-elle fêter son 2ème anniversaire avec lui?
Et pourtant :

« Les États parties veillent à ce que l’enfant ne soit pas séparé de ses parents contre leur gré, à moins que les autorités compétentes ne décident, sous réserve de révision judiciaire et conformément aux lois et procédures applicables, que cette séparation est nécessaire dans l’intérêt supérieur de l’enfant. »
Convention internationale des droits de l’enfant (art.9)

Mr Besson n’a t-il par ailleurs pas déclaré en juin 2009 que « le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore un droit qui s’applique à toutes les familles, qu’elles soient ou non en situation irrégulière. »

Serguey et sa femme sont arméniens. Ils sont arrivés en France en mars 2007. Dès leur arrivée, ils ont fait une demande d'asile qui a été rejetée en février 2009. Ils ont, alors, reçu une Obligation à Quitter le Territoire (OQTF) confirmée au TA en juillet 2009.

Compte-tenu d’éléments nouveaux, une demande de réexamen de la demande d’asile a été envoyée le 27 avril 2009 et en l’absence de réponse renouvellée le 22 sept 2009. 

Ils sont donc en France depuis 2 ans 1/2 et ont tissé des liens avec diverses personnes. Sergey a travaillé pendant 18 mois dans une entreprise de maintenance. Il a payé des impôts. 

Le 23 février 2009 Il déposait, avec la CGT, une demande de régularisation au titre du travail, auprès de la préfecture du Rhône. Cette demande est restée sans réponse.

Le 28 octobre il est arrêté en sortant d’une voiture devant le foyer où il logeait. Le 29, il était transféré au Centre de rétention de Lyon.
Une nouvelle demande d’asile a été déposée du centre de rétention avec des éléments nouveaux et sérieux.

Gayané attend son papa.
L'acharnement à démembrer les familles doit cesser.
Nous refusons que Gayané soit comdamnée à dire comme Meriem:
“ Les états signent la convention, c’est que des mots pour faire joli !”."

Allez signer nombreux la pétition sur le site donné plus haut !!

Ecrit par : Chloé Laroche | 04.11.2009

 

 

Commentaires

"Bonjour,

Cet après-midi dimanche à 16 h, il y a une rencontre-manifestation devant Notre Dame à Paris.

Voici l'info :

COMMUNIQUÉS RESF_____

"RONDE RESF POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE L’ENFANT ET DE LA FAMILLE SANS PAPIERS à 16h le dimanche 25 octobre, devant Notre-Dame de Paris."

Le Réseau Éducation Sans Frontières ( RESF) appelle à se rassembler , comme chaque dimanche depuis le 20 septembre, pour rappeler qu’aujourd’hui en France, tous les enfants n’ont pas les mêmes droits : des dizaines d’enfants étrangers n’ont plus revu, un jour, l’un de leur parents, disparu, arrêté, expulsé, certains même ne l’ont jamais connu, l’expulsion ayant eu lieu avant leur naissance ; des dizaines de milliers d’enfants étrangers vivent dans la terreur de l’arrestation de leurs parents, et chaque année, environ 200 enfants sont placés « en famille » dans les prisons spéciales pour étrangers, les CRA.

"Nanette, jeune congolaise de 19 ans privée de papiers, en 1ère année de BTS à Paris, a quitté « volontairement » sa mère en situation régulière, ses amis, son lycée et sans prévenir qui que ce soit pour le Congo en moins de 24 heures. A Paris, plusieurs centaines de lycéens, comme elle, vivent dans le désarroi et l’angoisse.

Chaque semaine, plusieurs centaines de personnes, des anonymes mais aussi des personnalités artistiques, littéraires, associatives syndicales et politiques montrent les photographies des enfants et des parents maltraités. Des personnalités, des représentants d’associations, de syndicats et de partis politiques prennent la parole pour marquer leur solidarité. Des familles témoignent ainsi que des travailleurs en grève pour la régularisation des salariés sans papiers.

Ces rassemblements continueront jusqu’au dimanche 15 novembre, date à laquelle Monseigneur Jacquin, Recteur de la cathédrale apportera le soutien de l’Eglise catholique aux familles sans papiers. Jean-Charles Tenreiro , représentera l’Eglise Réformée (le 8 novembre).

L’anniversaire de la Convention des droits de l’Enfant sera enfin marqué par une dernière initiative le 22 novembre : les « Six heures pour le respect par l’Etat des droits de l’enfant et des familles sans papiers » qui se dérouleront au Centquatre (104 rue d’Aubervilliers à Paris) : tables rondes, prises de parole, témoignages mais aussi théâtre, chansons, dessins, etc… Annick Coupé porte parole de l’Union syndicale solidaire, Stéphane Hessel, ancien ambassadeur de France, Pascale Boistard maire-adjointe de Paris ont annoncé leur présence.

Elles et ils ont protesté avec nous : Gérard Aschiéri (Secrétaire général FSU), Patrick Désiré (co-secrétaire général CGT Education), Nicole Borvo, Isabelle Laurens (PCF), Martine Billard (Ecologiste), Danielle Simonnet (PG), Alain Pojolat (NPA), Sandrine Mazetier (PS), Jacques Boutault (Verts), Florence Aubenas, Jean Pierre Dubois (président LDH), Dominique Guibert (SG de la LDH), Dominique Noguères ( avocate - LDH ), Bernadette HETIER (Mrap), Emmanuel Terray, Mireille Mendes France Fanon, Dominique Grange (artiste), Pierre Laurent ( PCF), Nicole Borvo, Franck Pupunat (PG), Patrice Bessac (Fédé PC Paris), Laure Pascarel, Utopia, Emmanuel Terray , Cali (artiste), Sylvie Copyans ( Salam Calais ), Dan Franck (écrivain), Nadia Doghramadjian (BN LDH), Gilles Lemaire (ATTAC), Serge Portelli (magistrat) Hélène Franco (Magistrate), Raymond Chauveau (CGT), Jean-Luc Mélenchon (PG), Patrick Pelloux (Médecin urgentiste) ...

____________________

À la Une cette semaine :

- Expulsion express de Nanette ALANHI BANGOFA
- Familles délogées, Enfants déscolarisés : "Trop de monde ! vous allez changer d’hôtel". C’est ainsi qu’ils ont dû quitter leur école début octobre... - -Un père menacé d'expulsion :
RESF au Secours d’Arkadi Akopian
- Charter : Jeunes afghans expulsés dans un pays en guerre
- Rafles : Les Restos du Coeur pris pour cible etc ...

Mais heureusement aussi : Billal libéré grâce à la mobilisation."

Samedi 24 octobre 2009.

Voir le site : http://www.educationsansfrontieres.org

Écrit par : Chloé Laroche | 25/10/2009

Appel à une pétition pour Sergey, arménien, pour sa fille et sa femme :

(voir sur le site de RESF : http://www.educationsansfrontieres.org)


P1343 - Sergey ne doit pas être expulsé - Gayané, 2 ans, doit garder son papa

“ Les états signent la convention, c’est que des mots pour faire joli !”.... Meriem (12 ans).
On aimerait pouvoir lui dire qu’elle a tort.

Gayané va à la crèche. C’est une petite fille dont les yeux pétillent de malice et de curiosité. ... Mais qui comme n’importe quelle petite fille a besoin de son père, de sa mère.

Du haut de ses quelques mois, cette petite fille a déjà largement vécu son taf de galère : peur et angoisse des parents d’une arrestation, de ne pas ou savoir dormir ...

Gayané est née en France à Lyon. Elle aura 2 ans le 29 novembre 2009 quelques jours après le 20ème anniversaire de la déclaration des droits de l’enfant.

Le 28 octobre elle a vu son père disparaitre
Pourra-t-elle fêter son 2ème anniversaire avec lui?
Et pourtant :

« Les États parties veillent à ce que l’enfant ne soit pas séparé de ses parents contre leur gré, à moins que les autorités compétentes ne décident, sous réserve de révision judiciaire et conformément aux lois et procédures applicables, que cette séparation est nécessaire dans l’intérêt supérieur de l’enfant. »
Convention internationale des droits de l’enfant (art.9)

Mr Besson n’a t-il par ailleurs pas déclaré en juin 2009 que « le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore un droit qui s’applique à toutes les familles, qu’elles soient ou non en situation irrégulière. »

Serguey et sa femme sont arméniens. Ils sont arrivés en France en mars 2007. Dès leur arrivée, ils ont fait une demande d'asile qui a été rejetée en février 2009. Ils ont, alors, reçu une Obligation à Quitter le Territoire (OQTF) confirmée au TA en juillet 2009.

Compte-tenu d’éléments nouveaux, une demande de réexamen de la demande d’asile a été envoyée le 27 avril 2009 et en l’absence de réponse renouvellée le 22 sept 2009.

Ils sont donc en France depuis 2 ans 1/2 et ont tissé des liens avec diverses personnes. Sergey a travaillé pendant 18 mois dans une entreprise de maintenance. Il a payé des impôts.

Le 23 février 2009 Il déposait, avec la CGT, une demande de régularisation au titre du travail, auprès de la préfecture du Rhône. Cette demande est restée sans réponse.

Le 28 octobre il est arrêté en sortant d’une voiture devant le foyer où il logeait. Le 29, il était transféré au Centre de rétention de Lyon.
Une nouvelle demande d’asile a été déposée du centre de rétention avec des éléments nouveaux et sérieux.

Gayané attend son papa.
L'acharnement à démembrer les familles doit cesser.
Nous refusons que Gayané soit comdamnée à dire comme Meriem:
“ Les états signent la convention, c’est que des mots pour faire joli !”."

Allez signer nombreux la pétition sur le site donné plus haut !! Chloé

Écrit par : Chloé Laroche | 04/11/2009

Communiqué de RESF reçu ce jour / URGENT :

"Nous venons d'apprendre que la demande de réexamen de sa demande d'asile a été refusée à SERGEY actuellement au CRA ST Exupery à Lyon;
nous craignons donc une tentative d'expulsion très rapidement ; encore une petite fille qui perdrait ainsi son papa ?

C'est inacceptable ; quelle belle manière de marquer l'anniversaire de la Convention des Droits de l'enfant et comme Meriem (enfant de parents sans papiers ) a raison quand elle nous dit : "La convention des droits de l'enfant ? Les états signent mais c'est que des mots pour faire joli".

Aidez nous à rendre son papa à GAYANE avant son anniversaire le 29 novembre ; elle aura deux ans ; elle est née ici et doit pouvoir y continuer sa vie avec ses deux parents, sa maman cherche à la rassurer mais on sent l'inquiétude s'étendre se partager ; comment pourrait-il en être autrement ? Merci à tous ceux qui enverront fax, mails à la Préfecture du Rhône et aux Ministères."


La pétition est : http://resf.info/P1343

Écrit par : Chloé Laroche | 11/11/2009

Et ça continue...

"Un demandeur d’asile tunisien -qui avait tenté de se suicider en avalant des vis- renvoyé, ses vis dans le ventre, vers les prisons de M. Ben Ali :

19 janvier 2010
UN TUNISIEN ENVOYE AVEC DES VIS DANS LE VENTRE DIRECTEMENT DANS LES PRISONS DE M. BEN ALI

Ammar Lamloum, demandeur d’asile tunisien qui avait fui son pays en 2008 a été expulsé le 16 janvier.

Le 4 janvier 2010, il est convoqué à l’OFPRA pour examen de sa demande d’asile. Il s’y rend accompagné de sa femme et de ses deux enfants âgés de 6 ans et 9 mois. Puis ils repartent vers Lyon où ils résident. La voiture est alors arrêtée par la police sur l’autoroute près d’Evry (91) : contrôle routier, contrôle d’identité. M. Lamloum est embarqué par la police sous les yeux de sa femme et de ses enfants. Femme et enfants, quant à eux, sont abandonnés sur le bas-côté de la route avec la voiture. Qu’ils se débrouillent !

Pour M. Lamloum, c’est la routine policière et administrative si bien rôdée qui commence : garde à vue, délivrance d’un arrêté de reconduite à la frontière, placement en rétention. Le CRA de Palaiseau est tout près et presque vide, il y est transféré.

Le tribunal administratif rejette le recours contre l’APRF. Monsieur LAMLOUM, avait son passeport sur lui. Il sait son expulsion vers la Tunisie inéluctable. En désespoir de cause, il entame une grève de la faim, avale des pièces de monnaie et dans la nuit du 14 au 15 janvier, ultime tentative pour échapper à ce retour forcé, il avale des vis. A l’hôpital, pas de chirurgien disponible. Le médecin de garde hésite : opérer ou attendre l’effet du transit intestinal ? Or M. Lamloum est en grève de la faim, son transit est donc très ralenti. Le médecin veut revoir son patient le lendemain. Il ne le reverra jamais. M. Lamloum ne sera jamais ramené à l’hôpital : il est tiré de son lit le lendemain matin, samedi 16 janvier 2010, extrait du CRA de Palaiseau en toute discrétion et expulsé vers la Tunisie. Non assistance à personne en danger ?

M. Lamloum a été interpellé par la police tunisienne dès son arrivée à l’aéroport de Tunis. Depuis lors, il est en prison quelque part en Tunisie, des vis dans le ventre, entre les mains de ceux qu’il avait fuis quelques années auparavant."

(de Richard Moyon, sur http://www.educationsansfrontieres.org)


mercredi 20 janvier 2010.

Écrit par : Chloé Laroche | 24/01/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu