Avertir le modérateur

14/09/2010

Beaucoup de vieux, je dis vieux comme les nommait Jacques Brel, n’ont plus envie de vivre et demandent à la mort de venir les chercher.

Unknown-12.jpegBonjour à tous et toutes,

 

Savez-vous qu’il ne fait pas bon vieillir dans notre pays ?Unknown-6.jpeg

Arrivés à un certain âge, vous ne pouvez rester chez vous et vous devez donc trouver une maison de retraite et de plus médicalisée si nécessaire.Unknown-11.jpeg

 

Savez-vous combien vous coûtera chaque mois ce genre de maison ?

 

Voici les tarifs : en Isère, les tarifs vont de 1200 euros pour une chambre à trois ou quatre lits jusqu’à 2700 euros pour une chambre seule. À Paris, les tarifs peuvent aller de 2740 euros jusqu’à 4575 euros par mois.

Ce sont des chiffres énormes pour beaucoup de retraités modestes.

Comment allez-vous payer si votre retraite n’est que de mille euros ??!

Unknown-8.jpegHé bien, soit vous avez un bien et vous le vendez, soit vous avez assez d’économies, soit vous demandez toutes les aides possibles à la Caf, au Conseil Général et au Centre Communal d’Action Sociale (CCAS).

Bien évidemment, la loi vous permet de demander à vos descendants (enfants, petits-enfants, arrières-petits-enfants) de vous aider au prorata de leurs revenus, même s’ils vous détestent ou ne vous ont jamais connu.

C’est ainsi que des familles entières se retrouvent décimées et en froid car le petit-fils qui vient de s’installer avec sa compagne et son bébé se voit réclamer un dû pour une grand-mère qui part en maison de retraite. Du coup, le petit-fils préfère fuir la famille et ne plus voir ses propres parents pour ne pas avoir à payer, pensant injustement échapper à la loi.

Le problème dans tout ça est que les jeunes pensent que tout leur est dû mais ils ne se souviennent pas que s’ils sont en vie, c’est parce que vous les aïeux sont à l’origine de la lignée qui leur a transmis la vie.Unknown-1.jpeg

Du coup, dans un monde où quasiment personne n’accueille sa vieille mère ou son vieux père à la maison, on se retrouve à devoir se partager en famille des sommes exorbitantes.

Et dans certaines familles, on en arrive à souhaiter la mort de ses ancêtres pour arrêter de payer.

Ce qui est terrible et néfaste pour toute la lignée descendante car on oublie trop souvent que chacun sur terre a un devoir de loyauté envers ses ascendants.

Sauf bien sûr en cas de problème grave comme l’inceste vécu de la part d’un père ou d’un grand-père.

Dans ce cas, la société nous évite-t-elle de devoir payer pour la fin de vie de notre bourreau ?____________________________

Unknown-2.jpegEn tout cas, il faut savoir que vieillir en couple n’est pas simple non plus... Si l’homme ou la femme part en maison de retraite à des centaines de kilomètres (par manque de places hélas), suite à une chute par exemple qui l’empêche de rentrer chez lui, que devient son conjoint dans ce cas ? Que devient le couple ? La mort arrive là aussi dans les âmes quand l’amour est tué, séparé, sans aucune solution de rapprochement.Unknown-9.jpegUnknown-10.jpeg

En plus des problèmes de santé, il faut accepter désormais de mourir hors de chez soi et éventuellement loin de son conjoint.

L’État n’a pas pris en compte le nombre croissant de demandes d’entrées en maisons de retraite et on se retrouve dans un grave engorgement de la situation, avec des établissements qui en profitent pour monter leurs prix devant un marché en expansion clairement visible.

Il faudrait construire de nouveaux lieux et permettre beaucoup plus d’accueils en familles agréées prêtes à accueillir une personne âgée chez elle, moyennant finances mais avec des tarifs raisonnables.

Les hospitalisations à domicile existent aussi de plus en plus, ce qui permet le maintien à la maison de beaucoup de personnes âgées qui ne sont pas ainsi déracinées loin de chez elles.

Photo 1076.jpgBeaucoup de vieux, je dis "vieux" comme les nommait Jacques Brel, n’ont du coup, après ce tableau dressé... plus envie de vivre et demandent à la mort de venir les chercher.

Ils ont les larmes plein le corps et leurs douleurs expriment toute la désespérance de leur existence en fin de parcours. La vie leur devient insupportable et ils portent tant de croix qu’ils supplient qu’on décroche les clous qui les relient à la vie.Photo 1067.jpg

Aujourd'hui, je suis allée sur le chemin des tunnels au-dessus de Grenoble. Je me suis trouvée dans l'un des tunnels le plus long et il y faisait noir comme parfois ici bas sur terre, quand on est pris dans plein de problèmes ou que le ciel s'abat sur nous... Au bout du tunnel, je voyais la lumière et j'observais le paysage arriver de l'autre côté avec sa verdure.... mais quand j'ai pris une photo (celle ci-dessus), il n'y avait plus sur le cliché que la lumière qui éblouissait la sortie du tunnel. Alors j’ai envie de dire à toutes ces personnes qui vivent l’imminence de leur mort : "N'aie pas peur. Là-bas de l'autre côté, au bout du tunnel que tu traverseras, tu sortiras de l'obscurité et tu ne verras plus que de la lumière et les formes de ceux que tu as aimés et que tu auras la joie de retrouver."Photo 1050.jpg

Photo 1048.jpgEn attendant, ces hommes et ces femmes qui souffrent et qui attendent la mort... sont bien vivants et ont besoin de ceux qui les entourent. Car l'amour pour ceux qui sont proches de nous quitter est essentiel, comme il est essentiel à toute personne sur terre.

Chloé LarocheUnknown-7.jpegUnknown-4.jpegPhoto 1069.jpgPhoto 1057 - copie.jpgPhoto 1050.jpgPhoto 1059.jpgPhoto 1065.jpg

Unknown-5.jpegUnknown-3.jpegUnknown.jpegPhoto 1054.jpgPhoto 1047.jpg

Commentaires

Nul ne sait votre sort,pauvres têtes perdues....!C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches!

Écrit par : vallguy | 16/10/2010

Réponse à vallguy : c'est un peu vrai mais je dirais, non cyniquement, qu'un pauvre n'est autre qu'un riche qui n'a pas réussi ; la véritable richesse, partagée autant par les 'pauvres' que par les 'riches', se situe réellement dans l'amour marié à l'humanité.
signé : un pauvre

Écrit par : MATHIEU | 17/10/2010

travailler plus pour gagner je ne sais quoi ; travailler plus longtemps pour mourir à sa retraite ; survivre à chaque jour en se persuadant de vivre ; se mentir en toute vérité ; mentir aux autres sans le savoir ; rendre l'injustice à chaque jour en tout bonne foi ; perdurer dans l'erreur sur un chemin clair et droit ; offrir le mal en donnant le bien ; le vertige de la vie et son illogisme inique et intrinsèque !!!
J'ai 34 ans mais je suis vieux, car mon futur fait partie également de mon présent, et une question se pose : que reste-t-il après une tornade sur une ville de l'Arkansas ? après le broyage de fruits au mixeur ? après un chablis dans une forêt ? un caillou jeté dans une mare au démon ? un voyage autour du vrai monde, celui du tiers-monde et de sa sublime et terrible réalité ?
Il reste une seule certitude : c'est qu'il est courageux de dire que l'on ne sait rien.

Le problème des vieux n'est rien d'autre que notre problème. C'est dans les petites actions de chaque instant que se font les grandes actions.

Écrit par : MATHIEU | 17/10/2010

Merci Mathieu pour votre texte très beau et très parlant sur la réalité des choses. Il exprime aussi les doutes d'une jeunesse qui arrive au milieu de son existence. Chloé L

Écrit par : Chloé Laroche | 17/10/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu