Avertir le modérateur

04/01/2011

La Flûte du Sentier sanglant. Ma nouvelle pour tous les parents orphelins du Pérou et toutes les victimes du Sentier Lumineux.

SI UN ÉDITEUR LISAIT CE TEXTE ET CE BLOG ET QU'IL AIT L'IDÉE DE RÉÉDITER CET OUVRAGE ET CES TEXTES, MERCI DE CONTACTER L'AUTEUR DU BLOG... QUI RECHERCHE UN ÉDITEUR POUR PLUSIEURS LIVRES... chloe.email@laposte.net. Merci d'avance !

Cette nouvelle est la neuvième du livre de Chloé LAROCHE : "les Semences de l'Après-Vie"_______________________________

 

 

u11992016.jpgLA 

FLÛTE

DU

SENTIER

SANGLANT

 

____________ Nouvelle n° 9 de Chloé LAROCHEk3567435.jpg


CE TEXTE EST PROTÉGÉ ET TOUS DROITS RÉSERVÉS



Les feuilles tombaient
Comme des soldats au front
Front de Dieu plissé

(Haïku de Chloé L.)




“La musique est un cri qui vient de l’intérieur.”
Bernard Lavilliers





PER-358.jpgElle marchait, marchait pendant des heures ; la nuit, dans ses rêves, elle marchait... puis elle retrouvait la clé de son fils disparu ; elle trouvait sa clé dans la boue. Etrange clé...

Et ses larmes mouillaient la terre, devenant rivière puis mer et océan de larmes... Enfin les vagues rejettaient le corps de son fils et elle l’embrassait ; puis elle jouait de la flûte pour lui, devant sa chair assassinée par des hommes sans humanité.1791423.jpg

Juanita faisait ce rêve toutes les nuits ; elle vivait au Pérou... Dans ce pays, des milliers de personnes ont disparu depuis 1980 et disparaissent encore tous les jours, torturées et massacrées, brûlées.

Le fils de Juanita avait disparu un jour, à l’âge de vingt ans, sans qu’on puisse jamais retrouver son corps ; on avait parlé du Sentier Lumineux, de cette milice armée qui représente la terreur et l’horreur d’une sente menant à l’Enfer personnifié sur la Terre.

Parfois, quelqu’un parlait à Juanita de son fils, parce que cette personne croyait peut-être l’avoir aperçu.

k0355331.jpgElle espérait revoir un jour Juan ; tant qu’on ne lui rendrait pas son corps, elle ne pouvait  imaginer sa mort.

Le soir, elle prenait sa flûte pour aller jouer dans la montagne ; elle se disait que la musique pouvait peut-être déplacer les rochers de la haine et qu’un seul son pouvait remettre en place les idées de meurtre ; elle jouait pour son enfant, pour tous ceux qui avaient été tués, pour tous ceux dont on ne savait pas s’ils avaient été tués ; elle jouait les cris de son âme désespérée et anesthésiée par la douleur ; elle jouait pour ce silence innommable de la mort planante qui ne se pose pas, qui ne se pose jamais.u14852937.jpg

Un jour, pourtant, quelqu’un vint la voir. C’était quelqu’un du gouvernement.

"On nous a dit que dans la montagne se trouvait la cendre de corps brûlés, peut-être ceux de personnes disparues.
Votre fils y est peut-être. Venez, nous vous emmenons.”

gwt231046.jpgJuanita suivit cette piste énigmatique ; des dizaines de parents effondrés étaient déjà arrivés sur le lieu des fosses emplies de cendre.

Des soldats se mirent à creuser ; ils trouvèrent quelques objets...
Juanita reconnut tristement la clé de son fils, celle de son rêve ; elle sut ainsi qu’il n’était plus de ce monde...

Ses larmes coulèrent et l’aigle de la mort se posa sur sa vie.

Beaucoup de parents ne surent jamais si le corps de leur enfant se trouvait là ; des femmes ne purent savoir si leur mari avait été brûlé ; toutes ces personnes, les yeux arrachés par le sel des larmes, repartirent avec l’espoir dans le coeur et l’aigle de la mort planant au-dessus de leur vie.

Juanita emporta la clé de son fils ; elle prit sa flûte et partit dans la montagne. Elle joua longuement puis creusa une tombe où elle plaça la clé ainsi que des vêtements et des photos de son fils ; elle dit adieu à Juan et replaça la terre dans la sépulture.k0295437.jpg

Elle dessina un coeur et dans les sillons du coeur fit couler ses larmes et le sang de son âme de mère ; elle brisa sa flûte en deux et en fit une croix qu’elle planta sur la tombe de son fils.

Le vent soufflait et la flûte se mit à jouer le chant de la paix que chantent toutes les mères d’Amérique du Sud et celles du monde entier, de Tchéchénie ou d’ailleurs, dont la haine a arraché leur enfant.

JP2007_0004269.jpgJuanita se souvint alors des enfants décapités de son pays, de tous les crimes du Sentier Lumineux...

Elle se rappela soudain que son fils avait assisté tout petit au pillage de leur village.

“Il était encore enfant et dans ses mains, dans ses deux poings serrés, il ne restait que deux choses : la clé de sa maison brûlée et un crucifix,” cria-t-elle à la montagne, en explosant soudain de colère contre les hommes de la mort.

Elle comprit tout à coup que la clé de son rêve, c’était cette même clé sauvée du désastre par son fils encore enfant.k3060157.jpg

Les clés de la vie servent peut-être à ouvrir les portes de la mort ! Juan avait sauvé la clé de sa maison, maison de la vie et du bonheur, et c’est en fait cette même clé qui aida Juanita à accomplir son deuil, puisque c’était le seul signe qu’elle ait eu pour comprendre que son fils était parti dans l’ autre monde.

Juan avait toujours gardé la clé du bonheur sur lui... mais sa mère ne le savait pas. C’est son rêve qui le lui a révélé... réveillant ensuite la mémoire du passé enfouie dans son inconscient désespéré et anesthésié par la douleur.

 

PER-258.jpgChloé LAROCHE

Ps : j'ai écrit cette nouvelle en 1997 à partir de faits réels qui se sont passés au Pérou (assassinats, enlèvements nombreux, pillages de villages). "Qu'ils soient imputés au Sentier Lumineux, à leurs « ennemis » du Mouvement révolutionnaire Tupac Amaru ou au gouvernement péruvien, les massacres présentent un bilan très lourd : plus de 26 000 morts, 4 000 disparus et 50 000 orphelins (chiffres fin 2002)." (citation de Wikipédia.org)u14175154.jpg

 

Nota bene ____________________________ Les photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits.




Prendre ton regardgwt235039.jpg
Et le planter en Terre
De résurrection

(HAÏKU DE CHLOÉ L)

_____________________________________________________________________

 

 

________________________ Ce texte est protégé et ne doit pas être recopié ou utilisé sans l'accord de l'auteur.

Ouvrage déposé. ______________

"Les Semences de l'Après-vie" est l'ouvrage inspiré par l'amour infini que porte Chloé Laroche à sa fille Océana, envolée à l'âge de deux ans et demi vers l'Au-Delà. Elle a écrit 13 nouvelles dans ce livre qu'on ne trouve plus dans le commerce. C'est pour cela que Chloé a choisi de partager avec vous ces 13 nouvelles, ici sur son blog.... "Je souhaite par ce livre donner force et courage à toutes les personnes endeuillées et leur dire que la mort n'est pas véritable séparation ni trou noir du néant ; les êtres aimés disparus sont unis à nous pour la vie... qui ne finit pas."

(extrait de la 4ème de couverture du livre de Chloé Laroche)______________________________________

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu