Avertir le modérateur

23/01/2012

Lettre à une jeune femme, un jeune homme... ne respectant pas leur mère. Propos sur le respect aux parents. Ma réflexion sur l'attention envers ceux qui nous ont élevés, envers celle qui nous a portés.

À toi homme ou femme qui ne regardes pas ta mère,

À toi qui ne la respectes pas,

À toi qui lui manques de respect,

À toi qui profites de ta mère,

 

parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partageJe pense qu'on doit le respect à sa mère, qu'elle ait trente ou soixante-dix ans.

Ta mère est âgée, dépressive ; elle n'a pas fait, à ton sens, les bons choix dans la vie ; elle se plaint tout le temps. Alors tu t'en plains et tu ne veux pas la voir. Tu ne supportes pas de devoir la rencontrer.parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partage

Pourtant, elle souffre. Elle est seule. Sur quelle épaule peut-elle trouver du réconfort, dans quels yeux ? Que lui donnes-tu, toi sa fille, pour qu'elle ne se plaigne plus de sa vie ? 

Devenir vieux ou vieille n'est pas si facile, on devient aussi très seul ou seule, selon, délaissé de tous, oublié par la famille, la société, comme un déchet qui a servi, comme un rebut qu'on mettrait au grenier ou à la cave, ou bien dans une maison de retraite, pire dans un mouroir.

parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partageEt toi qui a une mère encore jeune : tu as pensé à toutes ces années de sacrifices données pour ses enfants, données pour toi, à te langer, à te changer, à te nourrir, à t'éduquer, à ne plus sortir, à ne rien s'acheter pour privilégier tes propres achats, tes études et tout le reste. Car bien sûr, il faut payer le loyer, les factures, les téléphones de chacun, des adolescents surtout, friands de téléphonie et autres virtualités coûtant cher.parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partage


À toi, jeune homme, qui prends ta mère pour une bonne, lui criant dessus et lui donnant des ordres, parfois lui tapant dessus, te trouves-tu honnête en te regardant dans une glace ? Te trouves-tu à ton avantage d'être humain ? Je pense plutôt que tu pourrais faire partie de la race des crocodiles aux dents longues et à la mâchoire acérée. Avec juste les yeux qui sortent pour satisfaire ton intelligence étriquée de progéniture pourrie par une société d'égoïsme et d'égocentrisme. 

parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partageEt toi qui a trente ans, vivant encore chez ta mère : tu es une jeune femme travaillant mais ne reversant rien à ta mère, la prenant pour un hôtel et n'ayant aucun respect pour elle, dans ta façon de lui parler, la prenant pour ta servante et ton logeur gratuit... Toi, n'as-tu pas honte de cette attitude profiteuse et avare, sans aucune pitié pour une mère qui mériterait de souffler et de se reposer, d'être aidée aussi, par sa fille ?parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partage

Les mères ont assez pleuré durant des millénaires... Aussi, je remercie d'avance tous ceux qui ont encore le bonheur d'avoir leur mère vivante de lui accorder votre regard, votre attention et votre respect.

parents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partageCar vous lui devez la vie avant toute chose. Votre maman va partir certainement avant vous. Sa vie est déjà bien avancée. Que lui avez-vous redonné en bonheur, en plaisir, en considération d'elle-même ?

Chloé LAROCHEparents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partageparents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partageparents,respect des parents,attention,parentalité,vieillesse,abandon,respect,amour,famille,insolence,irrespect,profiter,s'incruster,regard,isolement,solitude,âge,âgé,dépression,maison retraite,retraite,délaissé,considération,éducation,sacrifice,choix,juger,non jugement,protection,présence,enfant,adulte,mère,maman,bonheur,plaisir,ensemble,partage




 

14/11/2011

"Toutes nos envies", "Intouchables" et "L'Exercice de l'État". Ces trois films ont en commun de traiter de la mort ou du handicap et de l'essentiel de la vie, même si la dernière toile paraît ne traiter que de politique.

19732553.jpg-c_100_100_0-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110506_091325.jpgBonjour à tous et toutes,

 

 

Trois films m'ont bouleversée ces derniers temps : "Toutes nos envies", "Intouchables" et "L'Exercice de l'État".

 

Ces trois films ont en commun de traiter de la mort ou du handicap et de l'essentiel de la vie, même si la dernière toile paraît ne traiter que de politique, ce qui est faux, lorsqu'on approfondit l'histoire. 19826698.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111010_054130.jpg

 

"Toutes nos envies" est un film qui bouscule, qui va chercher dans les tripes, il renvoie à nos vies, c'est un film doux et si fort, un regard sur une existence, celle de Claire, une femme de conviction, qui porte un idéal et qui meurt telle une étoile filante en ayant accompli le voeu d'une femme endettée et broyée par une société qui donne sa priorité à la consommation, Céline.19777518.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110713_025416.jpg

 

Stéphane, joué par Vincent Lindon, arrive dans l'existence de Claire comme Driss arrive dans celle de Philippe, handicapé tétraplégique dans "Intouchables".

 

On retrouve dans les deux films un duo fait d'amitié et de jeu de complicité allant au-delà de l'amour et de la sexualité vers l'essentiel de l'humain : comment être là pour accompagner l'être souffrant qui se trouve devant nous et pour qui nous avons de l'empathie ?

 

toutes-nos-envies-2011-21233-890338229.jpgRespecter les envies de l'autre, le rendre intouchable à la  vilenie humaine et aux mauvais regards de la bienséance. De cette bienséance qui empêcherait une femme condamnée par un cancer d'avoir un ami proche parce qu'elle a un mari.

 

De ce confort  "petit bourgeois" qui empêcherait un être handicapé de sauter en parapente mais qui s'en donne le droit devant toutes les conventions de la société.

 

exercice-de-l-etat-93c4a.jpg"L'Exercice de l'État" est aussi un film puissant et redoutable sur les relations humaines mais ce qui m'a particulièrement touchée, c'est la mort du chauffeur du ministre, chauffeur qui a payé de sa vie pour une raison d'État. Prendre une autoroute non terminée et c'est l'accident. Un homme détruit par le chômage, vivant dans une caravane… Un homme qui ne parlait pas, ne disait rien. Le ministre avait préparé des mots qu'il dit finalement tout bas  et qui peuvent être résumés ainsi :  "Cet homme, mon chauffeur, faisait partie des braves de ce monde qui savent que parler ne sert à rien et que de toute façon, tout est appelé à la perte. Alors ils se taisent, lucides sur le monde. Il était de ces êtres sensibles et conscients de la manipulation des grands de ce monde sur les plus faibles, les plus pauvres."19807638.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110906_041313.jpg

 

Dans ce film de Pierre Schoeller, nous voyons le Ministre des Transports, joué par Olivier Gourmet, arriver sur le lieu d'un accident de car, où des enfants sont morts ou blessés. C'est terrible de constater qu'un drame tel que celui-ci permet à certains d'asseoir leur pouvoir, au travers de discours, de places politiques, de compassion déversée devant des médias choisis pour cela. Les victimes sont des pions, les petites gens des numéros et finalement, le jeu du pouvoir manipule les foules, sans qu'elles n'y puissent grand chose. Et c'est si vrai aujourd'hui.


Sauf que dans "Toutes nos envies" de Philippe Lioret , on voit deux juges qui se battent pour que la société change et ils y arrivent. En plus, c'est une histoire vraie, puisque ces deux juges ont existé à saint Étienne et ont réussi à aider de nombreuses personnes surendettées. Ce qui apporte de l'espoir au fait que chacun peut apporter son énergie et son intégrité afin de faire avancer notre monde vers plus d'équité.1595283_3_f21f_marie-gillain-dans-le-film-francais-de-philippe.jpg

 

P1100152.JPG

------------------------------------------




toutes nos envies,intouchables,l'exercice de l'état,politique,film,cinéma,cancer,deuil,handicap,résilience,amour,empathie,amitié,maladie,épreuve,duo,société,consommation,essentiel,chalais,musique nature,courage,espérance,11 novembre 2011,écoute,vincent lindon,marie gillain,olivier gourmetLe 11 novembre 2011, j'avais décidé d'emmener des amis en randonnée. Dans la voiture, nous avons débattu du film "Intouchables". Un ami a démonté ce film en disant qu'il faisait l'apologie de la classe riche contre la classe pauvre des banlieues et que c'était trop facile de mettre des clichés aussi gros pour avoir la compassion du public face à l'histoire d'un riche handicapé employant un jeune des banlieues, noir de surcroît. Cet ami n'a rien vu de l'aspect humain de ce film, qui montre toute l'énergie que met cet homme handicapé, Philippe, à sourire à nouveau, à s'émouvoir devant une femme, à rêver devant un tableau, à rire à nouveau devant les clowneries de Driss, qui de son côté est émouvant de vérité et d'honnêteté. Il sort de prison et accepte ce travail d'accompagnant garde-malade et chauffeur. Il apporte un souffle nouveau à Philippe, au-delà de toutes les barrières sociales. Il lui redonne envie de vivre, d'aimer. Il écoute ses envies, comme le fait Vincent Lindon pour Claire dans "Toutes nos envies". Lorsque Claire se baigne dans un lac froid, Stéphane la suit sans broncher et la sauve de la noyade lorsqu'elle fait un malaise. Lorsque Philippe demande à Driss de l'emmener, ils se retrouvent face à la montagne puis volant dans un parapente. Quand on sait qu'on va mourir, quand on sait qu'on ne marchera plus, la plus belle preuve d'humanité de l'autre, c'est qu'il respecte nos envies.19826699.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111010_054131.jpg

 

Le 11 / 11 / 2011, beaucoup de personnes avaient appelé à se retrouver pour plus de fraternité, plus de cohésion humaine.

 


toutes-nos-envies-2011-21233-1163562549.jpgCe jour-là, j'ai rencontré en randonnée un homme qui a perdu deux filles, une par un suicide il y a quatorze ans et une emportée par un cancer, il y a deux ans. Je l'ai écouté et ai frémi d'entendre autant de douleur et autant de vie poursuivie d'arrache-pied, au-delà de tout mot, de tous maux. La résilience est là, quand l'homme peut encore avancer et vivre dans le cirque de la vie, à marcher dans les feuilles de l'automne, au crépuscule de sa vie.

 

À 11 h ce jour-là, j'ai joué de la flûte dans la forêt de Chalais et quelques notes sont montées vers le ciel, envoyées dans l'espace pour plus de légèreté dans les coeurs.DSC_3016.jpg

 

P1100378.JPGCoeurs lourds des souffrances de ce monde, où on peut laisser une jeune femme, une de mes amies, se débattre seule avec ses deux parents âgés, deux parents dont la mère devenue sénile a cassé le bras et la jambe de son mari parce que devenue violente et incontrôlable. Personne n'intervient, il n'y a plus de moyens. Les gens se sentent seuls, comme cette mère face à cette réponse du Samu, une mère dont l'adolescente devient incontrôlable et se met à tout casser chez elle : "Lancez-lui un verre d'eau à la figure, ça va la calmer, ou bien vous la mettez dehors, elle se calmera."

 


Coeurs lourds de notre société où il n'y a plus de place pour accueillir les anciens… problème qui va s'étendre, INTOUCHABLE et insondable dans l'Exercice du Pouvoir, cette politique qui prend des décisions à l'encontre du réalisme de la vie actuelle, à l'encontre de TOUTES NOS ENVIES.toutes-nos-envies-2011-21233-644632435.jpg

 

P1100361.JPGChloé LAROCHE

toutes nos envies,intouchables,l'exercice de l'état,politique,film,cinéma,cancer,deuil,handicap,résilience,amour,empathie,amitié,maladie,épreuve,duo,société,consommation,essentiel,chalais,musique nature,courage,espérance,11 novembre 2011,écoute,vincent lindon,marie gillain,olivier gourmet

 

 

 

 toutes nos envies,intouchables,l'exercice de l'état,politique,film,cinéma,cancer,deuil,handicap,résilience,amour,empathie,amitié,maladie,épreuve,duo,société,consommation,essentiel,chalais,musique nature,courage,espérance,11 novembre 2011,écoute,vincent lindon,marie gillain,olivier gourmet

 

 
toutes nos envies,intouchables,l'exercice de l'état,politique,film,cinéma,cancer,deuil,handicap,résilience,amour,empathie,amitié,maladie,épreuve,duo,société,consommation,essentiel,chalais,musique nature,courage,espérance,11 novembre 2011,écoute,vincent lindon,marie gillain,olivier gourmet

 

04/10/2011

La petite fille hurlait et appelait au secours. Sa mère n'a rien pu faire pour sauver ses enfants car elle a été bâillonnée et ligotée par son mari avant d'être étouffée.

ain,crime,suicide,famille,femme,enfant,violence,violence conjugale,mort,violence masculine,actualité,franceBonjour à tous et toutes,

 

Ce matin, il y a un orphelin dans l'Ain.ain,crime,suicide,famille,femme,enfant,violence,violence conjugale,mort,violence masculine,actualité,france

Son père a tué sa maman 

et ses deux petits frère et soeur.

 

Cette maman avait presque 30 ans

et venait de Bosnie comme son mari.

 

Ses deux plus jeunes enfants ont été brûlés vifs dans la voiture

par leur père qui s'est laissé mourir avec eux dans le feu.

 


Ces petits avaient 4 et 5 ans.

La petite fille hurlait et appelait au secours.

 

Cette femme n'a rien pu faire pour sauver ses enfants

car elle a été bâillonnée et ligotée avant d'être étouffée.

 

ain,crime,suicide,famille,femme,enfant,violence,violence conjugale,mort,violence masculine,actualité,franceJ'ai souvent évoqué des drames de ce

genre en Franceau Canada et en divers pays…

drames du père qui tue toute sa famille.

 

Consulter mon chapitre :

http://sosmaman.20minutes-blogs.fr/

quand-l-amour-depasse-l-entendement/

 

(Faire dérouler votre curseur pour lire tous

les articles du chapitre et à la fin, cliquer sur 

"toutes les notes")__________________________________

 

 

Quand j'entends et je lis sur internet

que ce drame viendrait de la nationalité de cette famille

et même ai-je lu :

"Voilà à quoi mène une femme…."...

 

Je suis révoltée.

 

Ce père était dans une immense souffrance pour avoir commis cet

acte et surtout par la façon dont il a procédé. Pouvoir voir ses enfants

prendre feu, pouvoir avoir aspergé la voiture d'essence pour qu'ils brûlent,

 avoir pu ligoter la femme qu'il a aimé et surtout la mère de ses enfants :

tout cela relève d'une pathologie grave.

 

Je pense à toi, enfant de onze ans survivant

de cet horrible drame.

 

J'ai lu ce commentaire déposé après l'article du Figaro sur ce drame

par un certain Pierre Ghirardi. Je l'ai aimé et vous le fais partager :

 

 

"Le fils ainé se retrouve tout seul, pris en charge comme il se doit,

par notre Nation, jusqu'à sa complète guérison. Sa guérison

physique est certaine mais sa blessure émotionnelle sera longue.

Qu'adviendra-t'il de cet enfant quand il pourra quitter l'hôpital

dans lequel il a été admis ? A-t'il de la famille en Bosnie ?

J'attends des nouvelles de cet enfant dans quelques jours,

peut-être quelques semaines. La souffrance horrible

d'être brûlés vifs est un des moyens d'atteindre le

Paradis d'une barbarie insupportable : 

ce lâche de père, quitte à faire

mourir tout le monde,

le pistolet eût été 

un choix moins

cruel pour faire

passer ses trois enfants

de vie à trépas !

Je suis profondément révolté

contre ce père de famille qui est devenu complètement fou !"

 

(http://plus.lefigaro.fr/article/un-pere-incendie-sa-voiture-

ou-se-trouvent-ses-enfants-20111004-560443/commentaires)

 

Je souhaite aussi avoir des nouvelles de cet enfant

et savoir si on peut l'aider

de quelque façon que ce soit.ain,crime,suicide,famille,femme,enfant,violence,violence conjugale,mort,violence masculine,actualité,france

 

Je pense que pour un enfant, il n'est pas facile de

prendre conscience que son propre parent est devenu fou.

C'est une déchirure intérieure terrible.

Et de plus, être le seul survivant d'un si terrible tragédie

est d'un poids si lourd qu'il semble que cet enfant va avoir

l'Atlas à porter sur ses épaules.

 

ain,crime,suicide,famille,femme,enfant,violence,violence conjugale,mort,violence masculine,actualité,franceMais comme tous les survivants,

il va devoir trouver dans son chemin 

la force d'oser sa propre vie, en ayant

la vie des morts au fond de lui.

 

 

 

Chloé LAROCHE,

une maman très touchée 

pour cette famille

 

___________________________________________ 

 

NOTA : J'avais écrit un article à l'attention de PARENTS 

pouvant être victimes de pulsions de violence.

Voici le lien de cet article :

http://sosmaman.20minutes-blogs.fr/archive/2009/10/29/

j-ecris-ce-jour-pour-les-deux-garcons-tues-en-isere-par-leur.html 

 ain,crime,suicide,famille,femme,enfant,violence,violence conjugale,mort,violence masculine,actualité,franceain,crime,suicide,famille,femme,enfant,violence,violence conjugale,mort,violence masculine,actualité,franceain,crime,suicide,famille,femme,enfant,violence,violence conjugale,mort,violence masculine,actualité,france

 

 

23/07/2011

Je pense aux jeunes norvégiens fauchés par la mort. Mes textes et pensées pour eux et toute la Norvège.

bxp35965.jpgAujourd'hui, je pense aux 84 jeunes assassinés en Norvège.

Ils campaient en paix et un homme a pris leur vie.

Je pense aussi aux autres personnes dont on a pris la vie à Oslo.

Qu'ils trouvent la sérénité là-haut, hors de ce monde où la brutalité

est parfois tel un typhon imprévisible________________ Chloé


 

_________________________Pour eux, j'offre ces quelques textes inédits que j'ai écrit il y a quelques temps :

 

 

GS216035.jpgLorsque tu embrasses

ton enfant

tu penses à ceux qui sont partis là-haut si jeunes

à ces petits qui sont morts

que personne n'embrassait plus... parfois

que personne n'embrassera plus jamais

 

Tu donnes un baiser

et ce baiser va vers eux

 

Caresse invisible

pour chaque orphelin d'éternité.

 

Chloé Laroche

(octobre 2009)

 

___________________________________

 

bxp35962.jpgQue ceux qui ont été violés

ne violent jamais

mais travaillent à la loupe

sur leur colère intérieure

 

Que ceux qui ont été battus

ne battent jamais

mais apprennent la tendresse

qu'ils n'ont jamais connue

 

Que ceux qui ont été aimés

aiment toujours

et gardent à jamais en eux

la haine de la violence.

 

Chloé Laroche

(octobre 2009)

 

________________________________________

 

IS568-074.jpgLorsque je prends ta main

toi qui vas mourir

tu m'emmènes

sur les chemins de ta vie

et tu me dis

attends

 

"Je vais partir

mais toi tu restes

avec un peu de moi

qui va vivre en toi

comme un héritage

de vie

et d'amour."

 

Alors je continue ma vie

et toi je te porte en moi

jusqu'à la fin du chemin.

 

Chloé Laroche

(octobre 2009)

_______________________________

 

CB108033.jpgParfois on peut aider une personne

à un moment de sa vie

puis elle part sans se retourner

alors il faut se dire

qu'elle était comme une étoile

filante

 

Elle nous a permis

de faire un voeu

un geste d'amour

et de don sans retour

 

Cette personne nous a pris

comme un pont

et a laissé des empreintes

qui nous marqueront

à jamais...

 

Passage d'infini.10534.jpegP1070676.JPGIMG_8922.jpgP1070774 - copie.JPG1764923.jpg

 

 

 

Chloé Laroche

x19260168.jpgx11326395.jpg

 

 

 

 

 

 

25/05/2011

Le film "The Tree of Life" de Terrence Malick a mérité sa palme d'or au festival de Cannes. Une oeuvre grandiose et bouleversante de poésie, de profondeur et de sens donné à nos vies.

 

 

1770313.jpgLe film "The Tree of Life" de Terrence Malick a mérité sa palme d'or au festival de Cannes.

En effet, c'est une oeuvre grandiose et bouleversante de poésie, de profondeur et de sens donné à nos vies.

Je l'ai vécu comme un hommage à une maman qui a perdu son enfant. Cette femme est montrée dans la grâce de celle qui supporte tout, qui accepte tout, qui apporte amour et tendresse à ses fils.

Tree-of-Life-180x240.jpg

En face de la grâce se trouve la nature dans toute sa beauté brute et parfois violente se retrouvant dans la création du monde, dans la mort et la vie qui se forme et surgit sur la planète, dans les actes aussi d'un mari sévère et autoritaire, rigide et aride en tendresse.

L'arbre de la vie est un symbole se retrouvant dans de nombreuses traditions et exprimant l'évolution de la vie à travers le tronc, les branches, les fleurs et les fruits de l'arbre. Il nous rappelle aussi l'importance de nos racines, de ce qui nous relie à notre famille, de la façon dont on a été élevé et ce qu'on en a fait.

k3639311.jpgDevant la maison de cette famille de trois enfants se tient un arbre gigantesque dans lequel les frères se retrouvent pour grimper et s'amuser.

On vit dans ce film toute la souffrance de ces enfants soumis à la sévérité de leur père, très rigide et excessif dans ses exigences. On comprend que ce père vit pour ses ambitions et pour que ses enfants deviennent parfaits et ne ressemblent pas forcément à leur maman, car dit-il : la gentillesse n'aide pas à réussir.

L'enfant pleure devant l'univers, dans son impuissance à se protéger d'un père malfaisant, impuissant à protéger sa mère, et pris dans l'étau d'une violence qu'il sent monter en lui, jusqu'à souhaiter la mort de ce père.

Il crie à Dieu devant la mort d'un copain noyé dans la piscine, lui disant : "Si tu n'es pas bon, pourquoi le serais-je ?"20110522PHOWWW00144.jpg

De son côté, sa mère pleure en s'écriant après son fils mort, exprimant à Dieu son désespoir, son Lacrimosa, comme la Vierge pleure sur l'Humanité meurtrie. Devant la création du monde, de la terre et des océans, cette maman cherche son fils, se disant qu'il est entre les mains de Dieu, mais cette vie qu'elle a senti dans ses entrailles n'est plus et le vide est entré en elle.

k1558334.jpgCe film est une ode à cette mère, à toutes les mères orphelines de leur enfant décédé, à la grâce de toutes les femmes, à la grâce de ces mamans qui offrent leur vie, toute leur énergie, pour élever leurs enfants, chaque jour, leur lisant des histoires, chaque jour les protégeant, chaque jour les comprenant et leur pardonnant aussi leurs petites bêtises.

Mais on sent aussi la violence pesante des mots, des silences conjugaux, des regards glacials, de la haine qui fait place à l'effroi au sein du couple, de la soumission de la femme devant l'homme qui se sert de sa force pour maîtriser les révoltes de cette mère qui cherche à protéger ses enfants.Tree-of-Life-12-180x240.jpg

On ressent les regrets de cet homme, de ce père, qui a d'immenses talents de musicien, et qui a sacrifié cette vie d'artiste afin de devenir chef d'entreprise, sacrifiant tout pour assouvir sa soif de réussite et de possession de biens.

Et on comprend toute l'histoire de Job dans ce film, figure biblique qui se plaint d'avoir tout perdu alors qu'il est croyant… On comprend que les épreuves ne sont pas des punitions mais qu'elles arrivent aussi à ceux qui ne les méritent pas. On comprend que la vie est perpétuel changement et que nul n'est éternel, que la vie n'est pas un hasard et que l'amour est plus fort que la mort. On comprend que l'univers peut donner et reprendre et que rien n'est un dû. On perd son travail, sa maison, ses enfants… et on n'est plus rien.

Tree-of-Life-9-180x240.jpgSauf si on continue d'aimer, de donner, de partager, d'espérer, d'avancer.

Je remercie Terrence Malick de m'avoir fait ce cadeau en visionnant son film car à travers les vagues de l'océan en furie, à travers les planètes en fusion, à travers les larmes de cette maman, j'ai retrouvé ma fille chérie perdue depuis quatorze années dans l'immensité d'une mort brutale.

Et j'ai revécu mon enfance à travers les yeux de ces jeunes garçons, me terrant de peur devant un père tyrannique et une mère nous protégeant à peine, soumise et traumatisée elle aussi, dans une famille coupée des autres, dénuée d'amis.CB047623.jpg

Je comprends que nombre de personnes n'aient pas pu poursuivre la vision de ce film jusqu'à la fin car il émet une telle tension émotionnelle, il renvoie à tant de schémas de violence, qu'il faut pouvoir tenir bon pour ne pas être renvoyé dans le tréfonds de notre vécu jusqu'aux larmes de notre propre enfance.1978857547.JPG

Un homme a dit en quittant la salle : "J'ai aimé ce film, mais il me dérange, je ne sais pas pourquoi."

Dans l'histoire de ce spectateur existe sûrement une souffrance qu'il doit découvrir pour pouvoir avancer, un deuil, peut-être la mort d'un frère, une soeur qui n'a pas survécu, une mère en deuil d'un précédent enfant, un non-dit sur une mort dans la famille, des conflits entre ses parents, des violences dont on ne se souvient pas forcément mais qui existent dans un coin et ressurgissent en vous comme un volcan insidieux.

u28743726.jpgThe Tree of Life est une oeuvre qui nous relie à nos racines et qui offre nos vies au ciel par les branches de la vie qui s'élance par-delà nos souffrances et nos épreuves.

Un piano joue dans l'ombre et se referme à jamais sur une lumière qui se rallume, lumière bleue devant l'océan.

Tree-of-Life-2-180x240.jpgChloé LAROCHEpr26396.jpgk3662964.jpgk0542963.jpgIS244-048.jpg
Tree-of-Life-7-180x240.jpg

 

 

 

 

 

02/01/2011

Mon propos sur l'amour et les relations amoureuses. Je pense que l'amour mérite qu'on prenne soin de lui... surtout dans une époque où tant de personnes rêveraient de pouvoir aimer.

u27710181.jpgBonsoir à toutes et tous,

 

En ce 3 janvier, de quoi vais-je vous parler.....u11805109.jpg

Des CDD et des CDI... amoureux.

Un homme a dit à quelqu'un qui m'est cher que dans notre époque mouvementée... "l'amour était comme le travail,".. qu'il fallait prendre les relations amoureuses en CDD, donc ne pas s'attacher et les vivre en sachant d'avance qu'elles prennent fin au bout de tant de jours ou de mois... ou d'années.u15781274.jpg

Évidemment, qui pourrait être assez présompteux pour dire : "Telle relation est un CDI... Je sais que cela durera avec cette personne et pour la vie."

Bien sûr, personne ne pense cela... sauf les personnes qui se marient, s'engagent. Sauf les personnes aussi qui donnent une chance à l'amour, à la vie, au bonheur.

u18757104.jpgSauf les personnes qui ont le respect profond des sentiments, sachant qu'un pas posé après un pas devient un chemin et que l'important est de construire ce chemin pas à pas et non pas de prendre l'amour pour une passade, une passerelle, une aventure ou une amourette de passage.

Car piétiner l'amour est facile. Voici un exemple (que je n'ai pas vécu mais vécu par une autre)...Tu couches, (là, je parle à l'homme). La femme te donne son corps, tu prends du plaisir. Elle en prend aussi mais elle te donne son coeur en plus. Vous êtes ensemble depuis déjà quelques semaines. Et puis le lendemain du Réveillon, tu lui dis tranquillement : "Ah désolé, mais on va se quitter. Le CDD est terminé. Je t'aime beaucoup. On a passé de superbes moments ensemble mais cela doit s'arrêter entre nous. Car je m'aperçois que je n'arrive pas à oublier mon précédent CDD."u15894139.jpg

La femme commence l'année le coeur brisé. Les roses qui s'ouvraient en elle se sont toutes refermées et elle ressent la douleur du rejet dans sa chair. Car la femme prend l'homme en elle et le ressent dans sa chair, à l'intérieur d'elle. L'homme est à l'extérieur et vit son plaisir  à l'intérieur de la femme. Pour lui, la femme reste à l'extérieur.

pe0072644.jpgOn peut facilement trahir l'amour et dire que rien n'est sérieux, que rien n'a d'importance, comme cet ami qui me dit un jour en discutant de la rupture d'une amie qu'une relation de cinq mois, c'est rien, que ça ne compte pas, que ça ne doit pas avoir d'importance en cas de séparation. Une relation de six mois, de sept ou de huit pour lui sera un CDD, mais pas pour une personne qui s'est investie corps et âme, pas pour une personne qui se donne totalement et qui croit en l'amour, en ses valeurs profondes qui sont la confiance, la tendresse, le don, le partage, le respect, la connivence, la beauté de découvrir et d'aimer l'autre tel qu'il est dans sa différence.

Si on part perdant dans l'amour ou qu'on est comme un papillon s'essayant sur toutes les fleurs, en en égratignant certaines au passage... on ne connaîtra jamais les vertes prairies de l'amour confiant et serein.jp2006_0003042.jpg

k0410499.jpgCelui qui part gagnant est confiant et serein, car il a quelque chose à placer dans le panier du couple. Il sait qu'il a envie d'apporter son désir de faire plaisir à l'autre, les fleurs de réconfort et de tendresse, les étoiles du bonheur à décrocher dans ses pensées pour l'autre. Il a envie de donner, donner sans reprendre, donner sans attendre. Il a envie de respecter l'autre, d'apprendre à le découvrir et de donner le temps à la relation de grandir, de s'installer à son rythme, sans vouloir fuir dès que des sentiments semblent le rattacher à l'autre personne.

Avant de parler de CDD et de CDI, on peut aussi parler de période d'essai... terme qui, il me semble, peut sembler plus juste dans le sens que au début d'une relation, dans les premiers jours, il peut parfois arriver à des couples de se quitter immédiatement, sans espoir de retour, car les corps ne s'entendent pas, que des éléments semblent trop insurmontables et que l'amour ne peut prendre graine. Quand l'un heurte l'autre ou qu'une indélicatesse a fait fuir l'ange de l'amour et qu'il n'est plus possible d'engager l'amorce d'une relation saine.k4848692.jpg

u30236348.jpgMais quand des couples se sont aimés durant des semaines, des jours, se sont revus, puis perdus de vue et retrouvés... Là oui, je crois que les sentiments méritent qu'on ne les licencie pas d'un coup de lettre ou de sms ou de refus définitif de voir la personne. L'amour mérite qu'on prenne soin de lui... surtout dans une époque où tant de personnes rêveraient de pouvoir aimer. C'est une expérience précieuse et qui rend vivant au plus haut point les personnes qui acceptent de le vivre.

Je pense que l'amour ne peut être traduit en CDD, sauf dans le cas des chasseurs de femmes, séducteurs, collectionneurs d'aventures, manipulateurs et Don Juan divers et variés... sauf aussi dans le cas des chasseuses, manipulatrices et gourmandes d'hommes objets.

 

Chloé Larochea01223.jpgu11481962.jpgu17245841.jpg1574R-016743.jpgu12301940.jpgu11884823.jpg

 

 

 

________________________________Les photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits (Banque de Photographies et de Séquences Vidéos Libres de Droits Images).

01/01/2011

"Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir"... et de résister à l'indifférence.

IMG_4135.JPGJE VOUS SOUHAITE___________________________017.JPG55-1.jpg

"Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir

et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns.

Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer
et d'oublier ce qu'il faut oublier.
Je vous souhaite des passions.
Je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil
et des rires d'enfants.
Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférencePhoto 0903.jpgPhoto 0825.jpgPhoto 0794.jpg
aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite surtout d'être vous. "

Jacques Brel

____________________________________________________

Mon petit mot du Nouvel An _______________

Que pour ceux qui sont seuls chez eux ou dans leur coeur... l'année 2011 leur apporte plus de bonheur et la consolation des peines passées... en espérant ne plus en avoir à l'avenir.... mais la vie est ainsi faite que le "fabuleux destin d'Amélie" est semé d'embûches et qu'il nous faut beaucoup de courage parfois pour avancer.

MEILLEURS VOEUX POUR TOUS EN 2011 !Photo 0888.jpgPhoto 0877.jpg

COURAGE, FORCE, PROSPÉRITÉ, AMOUR, ÉNERGIE, ESPOIR, FÉLICITÉ, SÉRÉNITÉ, AMITIÉ, FRATERNITÉ, ENTRAIDE, VIGILANCE, ÉCOUTE, RESPECT, TOLÉRANCE, SOLIDARITÉ.

Chloé LAROCHE________________________________________________________Photo 0873.jpgPhoto 0662.jpgPhoto 0645.jpgPhoto 0633.jpgPhoto 0642.jpgPhoto 0646.jpg

IMG_0936.JPGIMG_0927.JPG

 

_______Photos de mes enfants, de mes sorties-balades Ovs (site "on va sortir.com" de Grenoble), balades que j'ai organisées dans les Bauges et à la Croix du Charmant Som en 2010.

 

Photos au parc de Vizille

aussi.Photo 0685.jpgPhoto 0668.jpgPhoto 0711.jpgPhoto 0663.jpgPhoto 0676.jpgPhoto 0682.jpgPhoto 0690.jpg

27/12/2010

Ce soir, je vous aide à voir la vie en rose car tout ce que j'écris sur mon blog n'est pas toujours rose... Mais c'est la vie, la vraie. Pluie de pétales de rose sur tous mes lecteurs.

1788958.jpgÀ mes chers lecteurs,

 

Depuis bientôt trois ans que je fais ce blog, je ne vous ai pas toujours gâtés en beauté de la vie et en joie.

Car je traite souvent de sujets graves et sérieux, de souffrances vécues par moi ou par d'autres,

des combats que je mène pour mes enfants et aussi sur d'autres plans

et des vies de bien des familles en crise ou tout simplement en pauvreté.Copie de 098.JPG

 

Pourtant, vous êtes toujours là et en chiffre croissant, puisque il y a quelques jours, vous avez été huit cent lecteurs en une seule journée. En général, vous êtes entre trois cent et quatre cent visiteurs par jour et cela m'encourage à poursuivre car selon les dires de certains, j'aide beaucoup de personnes à trouver le courage et la force de poursuivre et de se battre.

 

C'est le but de ce blog et aussi de résister à l'indifférence et à l'injustice.

Ainsi que d'écrire sans langue de bois et avec franchise.

 

k0751865.jpgAussi pour vous remercier de votre fidélité, je vous offre ces quelques phrases et propositions choisies pour vous parmi les 512 propositions de Dominique Glocheux proposées dans son livre : "La vie en rose, mode d'emploi".

 

J'aime beaucoup cet ouvrage et je me suis amusée à choisir pour vous celles qui me parlaient le plus, en choisissant aussi quelques photos accompagnant les textes, que j'ai prélevées sur le site Fotosearch, comme à mon habitude.... photos libres de droits.k1422569.jpg

 

Bonne ballade donc et à demain pour le prochain article !

 

k2894681.jpgChloé LAROCHE

________________________________________________________________________________________

 

Tirés de "LA VIE EN ROSE, mode d'emploi" de Dominique GLOCHEUX :u14818407.jpgk0342529.jpg

 

200. "Ne râtez pas une occasion de déjeuner sur l'herbe."u13841053.jpg

242. "Prenez l'habitude de ramener des fleurs chez vous, au moins une fois par semaine."

255. "Si vous deviez mourir d'ici demain, que feriez-vous de vos derniers instants ?

Faites-le dans les 48 heures."

283. "Apprenez à dire "je t'aime" en italien, hébreu, grec, japonais, arabe, chinois, russe, suédois, espagnol."

u27778063.jpg284. (Ti amo, Ani ohev otar, S'Agapo, Ai shite imassu, Bahibak, Wo ai nei, Ya liubliu tiebia, Jag alskar dig, Te quiero.)

442. "Ouvrez vos armoires, triez, rangez, et donnez à des oeuvres humanitaires, tout ce que vous n'avez pas porté ou utilisé depuis deux ans."

474. "Offrez un exemplaire de ce livre, avec votre dédicace, à tous les êtres qui vous sont chers."

475. "Organisez une soirée chez vous. Sans raison spéciale. Mais officiellement, trouvez-en une."41SLZfMLbpL._SL500_AA300_.jpg

134. "Visitez des lieux historiques."

27. "Au volant, laissez les piétons traverser tranquillement."

26. "Emmenez votre amour contempler le cosmos qui disparait, juste une heure avant l'aube. Magique."

243. "Emmenez votre amour en pique-nique. En bord de mer ou de rivière. En haut d'un phare ou dans la neige."

221. "Cherchez à être le plus souvent possible avec la bonne personne, au bon endroit, au bon moment."

217. "Achetez beaucoup plus de légumes et de fruits."

22. "Ne gagnez pas du temps. Utilisez-le à fond."k1960764.jpg

206. "Apprenez trois tours de magie."

257. "Lisez des histoires aux enfants."k0151316.jpg

274. "Montez une fois à dos de chameau ou d'éléphant."

291. "Soyez votre meilleur ami."

300. "Enfilez le tee-shirt porté par votre amour."

302. "Dégustez un délicieux vin chaud à la cannelle, quand la neige tombe."

305. "Créez une fête annuelle à date fixe, pour réunir tous vos amis. Exemple : le dernier dimanche de janvier."juf01008.jpgk0138689.jpgk0048670.jpgk0561902.jpg

 

 

 

 

 

Moi, j'inviterai tous mes amis le dernier dimanche de juin à L'AUBERGE DU CHARMANT SOM afin de monter à la Croix du Charmant Som à 14 h 30 pour un super concert à la Croix avec mon violon.

Copie de 098.JPGHEUREUSES FÊTES DE FIN D'ANNÉE À TOUS !

CHLOÉ

 

1832227.jpgk2588891.jpgk0617198.jpg

26/12/2010

Romain avait 17 ans et est mort dans un attentat en février 2007. Son père n'a pas été prévenu de son décès et l'a appris deux ans et demi après.

k0294806-1.jpgBonsoir à toutes et tous,

 

Il est des époques dans l'année qui font encore plus mal.

Comme les périodes de Noël... et des fêtes de fin d'année.k0507606-1.jpgk0028266.jpg

Mal à ceux qui souffrent de ne plus voir leur enfant.

Les parents qui pleurent leur enfant décédé et

aussi ceux qui ne peuvent voir leur enfant

car ils ou elles sont en prison

ou bien privés par l'autre conjoint

de la présence de leur enfant.

 

Le 26 février 2007, un jeune homme est mort dans un attentat et son père n'a pas été mis au courant. Il avait 17 ans et faisait partie du groupe de français tués en Arabie Saoudite ce jour-là. Il s'appelait Romain et mourut le lendemain, le 27 février.

Le Président de la République lui a rendu hommage à son enterrement et son propre père n'a pas été prévenu !

Nous sommes dans un pays de communication où les nouvelles se savent à la seconde et où les rumeurs vont bon train dès qu'elles veulent se frayer chemin, mais annoncer le décès d'un fils à son père a été impossible à la maman et à la famille maternelle ?!!!?

Le papa de Romain a appris sa mort deux ans et demi après.

k1673884.jpgCe fils lui a déjà manqué de longues années, à cause d'un divorce douloureux, mais le priver ainsi de dire adieu à son fils est d'une cruauté extrême.

Il est dommage que de nombreux pères soient privés de voir leur enfant, comme des mères sont, elles aussi, privées pour différentes raisons.

Des pères qui ne payent pas leur pension sont punis alors qu'ils sont dans une situation inextricable et peuvent se retrouver en prison.

Certains parents manipulateurs n'hésitent pas à raconter n'importe quoi sur l'autre parent pour le discréditer auprès des juges et cela est horriblement injuste.

Une femme s'est suicidée après une décision de justice en Isère il y a quelques années, la privant de la garde de ses enfants.

Un enfant a le droit de voir ses deux parents mais pas non plus dans n'importe quelles conditions.k0520229.jpg

Il est évident que si le père boit ou qu'il prend des crises de démence, ou bien qu'il délaisse ses enfants pour jouer sur internet... la justice l'autorisera à voir son fils accompagné dans une maison spécialisée comme il en existe à Grenoble, nommée la Passerelle.

Il est évident que si la mère se drogue et maltraite ses enfants, au point de ne pas les nourrir ou les soigner correctement... la justice se penchera sur le problème.

Parfois, il est nécessaire d'enlever un enfant à des parents malfaisants, maltraitants ou tout simplement fous, dénués de raison.

k0604362.jpgMais pas dans n'importe quelles conditions. Je pense que le placement peut être violent et que nombre d'enfants souffrent d'être placés puis déplacés, comme si les familles d'accueil ne devaient pas créer d'attachement ni de liens durables et continus.

Les enfants ont besoin de liens d'amour et d'affection qui perdurent dans le temps. Ils ont besoin de pouvoir s'attacher aux personnes qui les accueillent et de trouver de nouvelles racines, alors que les leurs ont été arrachées.

Et puis les parents doivent être aidés et accompagnés pour qu'à nouveau, ils puissent s'occuper de leur enfant.k0660097.jpg

Pour qu'ils comprennent que leur devoir est d'élever leur enfant avec soi, attention et respect et que c'est un être vivant, humain.

Pour qu'ils comprennent qu'au-delà du fait d'avoir été mari et femme, ils doivent rester des parents après un divorce et assumer à deux leur rôle de parents. Et ne pas évincer l'autre du couple parental.k1984682.jpg

Car il en va de l'équilibre de l'enfant qui ne souffrira jamais d'un divorce s'il sent qu'il est toujours aimé par ses deux parents... et qu'on le rassure : il n'est coupable en rien de la séparation de ses parents.

Chloé LAROCHE

PS : pour plus d'informations sur cette affaire concernant le papa de Romain, contacter le site http://fmcp.org/ et vous aurez accès au dossier directement en cliquant sur "Romain, décédé sans son père"

_______________________________________________________

FÉDÉRATION DES MOUVEMENTS DE LA CONDITION PATERNELLE

pour une responsabilité parentale égale en cas de séparation et de divorcek0035382.jpgk0583380.jpgk1750611.jpg
F.M.C.P. - 144 avenue Daumesnil, 75012 Paris

tél. 01 43 41 45 18 - fax. 01 40 04 94 95u14451222.jpg

Mail : info@fmcp.orgk0982848.jpg

____________________________________________________Les photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits (Banque de Photographies et de Séquences Vidéos Libres de Droits Images).

 

 

 

 

22/12/2010

Ma nouvelle : "Le Baiser du Pasteur". Rencontre de deux croyants, une mère endeuillée qui croit en Marie avec un pasteur protestant. Du désir de vivre, de l'envie d'aimer, de l'envie de vie.

SI UN ÉDITEUR LISAIT CE TEXTE ET CE BLOG ET QU'IL AIT L'IDÉE DE RÉÉDITER CET OUVRAGE ET CES TEXTES, MERCI DE CONTACTER L'AUTEUR DU BLOG... QUI RECHERCHE UN ÉDITEUR POUR PLUSIEURS LIVRES... chloe.email@laposte.net. Merci d'avance !

Cette nouvelle est la huitième du livre de Chloé LAROCHE : "les Semences de l'Après-Vie"_______________________________

 

 

u10060941.jpgLE

BAISER

DU

PASTEUR

 

 

 

____________ Nouvelle n° 8 de Chloé LAROCHEk0071838.jpgu17724221.jpg


CE TEXTE EST PROTÉGÉ ET TOUS DROITS RÉSERVÉS




Accueille la Vie
Comme un bouquet de roses
Cueillies en Mère934835.jpg

(Haïku de Chloé L)

 

“Un ange nous a pris par la main, vous et moi.
Nous sommes ainsi fixés
ensemble, l’un tout contre l’autre.
Seul un ange entre nous.”

Tobias Palmer : “Un ange auprès de moi”






C’était une Maman triste ; elle allait souvent à la messe et ses larmes coulaient dans le sang du Seigneur.

Son martyr était là, cruel, insensé...

Quel était le sens de la mort de sa fille ? Elle venait d’avoir seize ans, sa fille, et aujourd’hui elle était morte... morte renversée par une voiture... une voiture qui avait bu. Un chauffeur qui avait cru pouvoir conduire en noyant le monde dans l’alcool !NVS3491.jpg

Cette femme s’appelait Princesse et aujourd’hui elle avait envie de mourir ; en fait, elle n’avait pas vraiment envie de mourir mais plutôt de retrouver sa fille dans le monde où elle était... Sa détresse était si intense, même au bout de deux ans ! Ses larmes faisaient des rivières rejoignant la mer de tous les parents orphelins.

b11705.jpgPrincesse savait pourtant que sa fille était près de Dieu et qu’un jour elle la retrouverait ; mais elle souffrait tant que parfois elle faisait des choses insensées.

Ce jour-là, elle ne put assister à la fin de la messe... Elle était trop perturbée intérieurement ; elle sortit de l’église et chercha son véhicule. Mais elle ne se rappelait plus où il était garée ; en fait, elle ne connaissait pas la ville où elle se trouvait !

En effet, le matin même, elle avait pris sa voiture et roulé près de deux cent kilomètres, sans s’arrêter ; souvent elle partait, loin des siens, loin de ses amis, loin de tout. Partir, c’était alors comme mourir un peu... Elle avait l’impression ainsi de vivre une petite mort et de retrouver un peu sa fille dans cet ailleurs, dans cet inconnu sans frontières, dans ce départ renouvelé.GS212076.jpg

Princesse cherchait donc sa voiture ; dans sa quête, elle aperçut une autre église, une église au toit étrange, et se sentit attirée vers l’intérieur. Elle entra dans cette maison de Dieu ; un jeune officiant était là et l’accueillit.

“Que puis-je faire pour vous, Madame ?
-Mon père, je souffre tant. On m’a arraché mon âme, ma fille chérie est morte !...
-Madame, Dieu nous envoie les épreuves qu’on peut supporter... Vous avez sûrement beaucoup de force et Dieu le sait !
-Qu’en savez-vous... si j’ai assez de force pour supporter ce que je supporte ? Personne ne sait... Bénissez-moi, mon père, cela m’aidera à poursuivre mon chemin.”

u18909557.jpgA ces mots, l’homme d’église la saisit à plein bras et posa un baiser sur ses lèvres ; Princesse se débatit, ne comprenant rien à ce geste ; il la lâcha enfin et, la regardant avec amour, ne dit rien. La jeune femme sentit l’amour de Dieu en elle et sortit de l’église en courant ; elle venait de recevoir le baiser du Christ, ce qui n’était, semble-t-il, jamais encore arrivé à personne !

Elle venait de communier à la puissance d’amour qui bouleverse tout, qui embrase tout, qui renverse le chagrin.

C'était comme dans un rêve où la magie intérieure opère, pouvoir de renaissance et de résilience, où le prince embrasse sa princesse qui se réveille soudain d'un infini d'années endormies.u14195506.jpg

Princesse poursuivit son chemin tout en cherchant son véhicule... Or il y avait au coin de la rue une femme tzigane qui disait la bonne aventure aux passants ; elle interpela la jeune femme mais celle-ci passa son chemin, pensant en son for intérieur :

-Aujourd’hui, que pourrait-on me prédire ? J’ai tout perdu et, en même temps, le Ciel entier est soudain dans mon coeur... Les morts sont tous vivants autour de moi ! Même le Christ est vivant... sur mon front couronné par les couleurs de l’Espoir. Que pourrait bien me dire cette femme si ce n’est que les oiseaux volent dans le ciel et que les marmottes vivent dans la montagne..! Aujourd’hui, je sais tellement plus... Je sais que ma force de vie est digne de la confiance que Dieu a placée en moi.”78556-19mv.jpg

u12289498.jpgPrincesse retrouva enfin sa voiture et, pour la première fois, prit la route sur laquelle sa fille avait été renversée ; elle s’arrêta à l’endroit de sa mort et cria vers le ciel :

-Parfois, c’est vrai, je doute de l’existence d’une vie après la mort, je me laisse envahir par des pensées de néant, de destruction et de vide absolu, je ne sais plus si ma fille est vivante près de Vous... Je me condamne à ne plus vivre, à ne plus aimer comme une femme, à ne plus ressentir de vie dans mon corps...! L’acte de ce prêtre a servi à me sortir de mon état de choc et à voir la réalité en face... La preuve est que je suis venue en ce lieu du décès de ma fille, chose que je n’avais jamais pu faire jusqu’à présent ! Ne punissez pas ce prêtre pour son geste... S’il Vous plaît, jugez-le seulement sur son amour et sa compassion !”

C’est alors qu’un nuage se détacha des autres et forma un coeur rose entre les étoiles rendues invisibles par la lumière du jour...

Le regard de Princesse se posa sur un morceau de parchemin... glissé sous les essuie-glaces de sa voiture ; les paroles suivantes y étaient gravées en lettres blanches :

Lorsque nous mourrons, nos actes seront jugés selon les critères de l’Amour et non selon nos critères de sentiments coupables.

Le mot était signé :
Un pasteur qui vous aime.k1319768.jpg

Princesse rougit en lisant les mots “qui vous aime” . Elle pensa :

-Il est donc pasteur..! Les pasteurs peuvent se marier et avoir des enfants. Personne ne les empêche d’aimer et d’épouser une femme... Dieu a créé l’homme et la femme ; il a créé l’Amour ; il a créé l’Acte d’amour et seul cet acte permet de faire venir une âme sur la Terre ! Il n’y a rien de plus beau que l’union d’un homme et d’une femme ; c’est comme si le Ciel et la Terre s’embrassaient ; c’est comme si l’Univers entier communiait à l’Amour de Dieu. Salir l’amour ou le condamner est un blasphème contre Dieu car Dieu est seul Créateur ; il a créé l’amour et l’union sacrée entre l’homme et la femme.”

k0441657.jpgToute à ses pensées, Princesse n’avait pas remarqué qu’un petit lapin s’était approché d’elle ; il était blanc et semblait perdu. Il commença à grignoter les lacets des chaussures féminines. “Un lapin, s’écria la jeune femme. Que fais-tu là ? Serais-tu un signe de ma fille Ambre, qui est morte à cet endroit ? Je l’appelais souvent Angora, car elle était tendre et douce ; elle avait la lumière fragile qui traverse le lapin. Viens avec moi, petit animal, je vais te porter à quelqu’un, quelque part où tu seras bien.”RBF00066.jpg

Princesse monta dans sa voiture et prit la route de l’église où se trouvait le pasteur qui l’avait embrassée. Celui-ci l’attendait sur le seuil de sa demeure sacrée.

-Je n’ai cessé de penser à vous... Je suis désolé pour le baiser que je vous ai donné... Pardonnez-moi ! Je n’aurais pas dû... Je vous ai bouleversée !”k1749146.jpg

La jeune femme sourit et lui tendit le lapin ; mais celui-ci s’échappa avec promptitude et détala vers un parc, un jardin public proche de l’église protestante ; Princesse courut pour le rattraper, suivie par Ambroise, le pasteur.

Ils retrouvèrent l’animal immaculé blotti sous une statue de la Vierge en larmes ; tous deux se sentirent soulagés. Ambroise prit alors doucement la main de la mère orpheline et lui dit :

-Epousez-moi ! Vous serez heureuse avec moi. Ne refusez pas le bonheur au sein de votre douleur. ”

La jeune femme le regarda un long moment et s’agenouilla devant le pasteur surpris en s’adressant à lui en ces termes :

-Marie a perdu son fils Jésus comme j’ai perdu ma fille Ambre ; Elle comprend ma souffrance car Elle l’a vécue. Comment pourrais-je fréquenter, aimer un homme qui n’accepte pas Marie dans sa religion, qui n’accepte pas les larmes d’une Mère qui a perdu son Fils sacrifié à l’Humanité. Comment le pourrais-je ?”

pe0001159.jpgAmbroise s’agenouilla près d’elle et lui répondit avec sérénité :

-Vous savez, l’Amour peut tout. C’est vrai, je vous aime... aussi j’apprendrai à aimer et à connaître Marie à travers vous. J’aimerai la Mère du Christ et Elle m’apprendra les larmes de la Compassion versées sur le monde ; elle m’apprendra l’abnégation et le renoncement ; elle m’enseignera le dépassement de la souffrance par le don de mes larmes à ceux qui souffrent comme moi sur la Terre ; aujourd’hui, je suis atteint par le virus du sida, que j’ai contracté au cours d’une transfusion de sang après un accident de voiture ; je me bats pour vivre, je me battrai pour vous, en partageant ma vie avec vous, Princesse, et Marie me soutiendra dans l’offrande de mon épreuve au monde souffrant. Acceptez-vous de m’épouser, Soleil de mon âme ?k0111843.jpg

-Oui ! répondit la jeune femme. Je vous donne ma main et mes lendemains pour que nos vies soient le don de l’Espoir à l’Amour de Dieu. Nous vivrons jusqu’au bout de nos larmes et Marie les transformera en roses pour qu’une pluie bénite tombe sur tous les malades du sida et sur tous les endeuillés de la Terre.”

Les yeux de la statue s’étaient tournés vers eux mais ils ne le remarquèrent pas car leurs propres iris étaient enlacés dans la Joie de Dieu ; le lapin sauta sur les genoux de Princesse et se blottit sur son coeur.pe0001200.jpg

Ambre souriait dans le Ciel et fit tomber quelques gouttes de rosée sur l’aurore de la nouvelle vie de sa mère aimante.k1738086.jpg

 

Chloé LAROCHE

 

___________________________________________________________________________


k0981796.jpgVotre vie d’humain
Est une rose blanche
Que Dieu protège

 

(HAÏKU DE CHLOÉ L)

 

________________________ Ce texte est protégé et ne doit pas être recopié ou utilisé sans l'accord de l'auteur.

Ouvrage déposé. ______________

"Les Semences de l'Après-vie" est l'ouvrage inspiré par l'amour infini que porte Chloé Laroche à sa fille Océana, envolée à l'âge de deux ans et demi vers l'Au-Delà. Elle a écrit 13 nouvelles dans ce livre qu'on ne trouve plus dans le commerce. C'est pour cela que Chloé a choisi de partager avec vous ces 13 nouvelles dans ses 13 prochains articles, ici sur son blog.... "Je souhaite par ce livre donner force et courage à toutes les personnes endeuillées et leur dire que la mort n'est pas véritable séparation ni trou noir du néant ; les êtres aimés disparus sont unis à nous pour la vie... qui ne finit pas." (extrait de la 4ème de couverture du livre de Chloé Laroche)______________________________________

cri12005.jpgLes photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits (Banque de Photographies et de Séquences Vidéos Libres de Droits Images).

u16145515.jpg

17/12/2010

Il était une fois une petite fille enfermée par son père dans une tour. Elle ne s’appelait pas Raiponce mais lui ressemblait beaucoup.

15445-68MV.jpgJe vais vous raconter l’histoire vraie d’un conte de fée.

 

Il était une fois une petite fille enfermée par son père dans une tour. Elle ne s’appelait pas Raiponce mais lui ressemblait beaucoup. C'était moi.Unknown-1.jpeg

 

Elle ne pouvait aller dans le monde sans qu’elle entende des paroles blessantes de son père sur le monde extérieur.

 

Et il l'empêchait de créer des liens, la gardant à la maison et ne lui permettant pas d'aller à l'école.

 

gs325069.jpgIl lui faisait vivre un autre monde, un monde créé de ses propres rêves, de sa folie, de ses propres blessures. Il disait qu'ils devaient faire revivre une race perdue comptant sur leur présence ici-bas pour recréer un nouveau monde écartant celui qui était présent.

 

Mais la petite fille avait dans le coeur l’amour des autres et plein de fenêtres dans son être profond ouvertes sur les autres hommes, les autres femmes et les enfants.k2230670.jpg

 

Et c’est cela qui l’aida à tenir et à s’échapper un jour de sa tour.

 

Mais elle garda dans son coeur les traces de coups et les insultes d’un père qui ne respectaient pas la pureté et l’innocence de ses enfants, voulant noircir leur âme et leur inculquer la haine d’autrui. Elle garda dans son coeur à jamais indélébiles les pleurs et les cris de son frère, à jamais les sourires perdus d'une enfance meurtrie.

 

k2308981.jpgSon père ressemblait à cette mère abusive ayant volé la princesse Raiponce à ses parents. Cette mère tentait à chaque fois qu’elle voyait sa fille de la maintenir sous son joug et de faire en sorte de lui faire perdre toute confiance en elle. Mais la jeune fille était bien plus forte et puisait cette force dans sa propre âme, reconnaissant en secret la beauté du monde et cette liberté qu’elle retrouva un jour et qui ornait son être tout entier.

 

Notre jeune fille, à l'âge de dix-huit ans, regarda le monde en face et se construisit un chemin où la peur n’était plus de mise et où elle devint la reine de son propre destin, oubliant toute la culpabilité d’un père qui disait mourir si elle ne l'alimentait pas de sa présence et de l’offrande de sa vie à sa mission erronée.

bxp51183.jpg
La jeune fille devint femme et dut se libérer de l’image de ce père pour trouver son prince mais elle resta enfermée dans l’amour de ce père et dans cette tour dont il fallait qu’elle se libère. Tour invisible qui lui faisait toujours rencontrer des enfermeurs de liberté et des destructeurs de sa propre confiance.k0200760.jpg

 

Elle dut faire un gros travail pour se libérer de cette tour et de son passé afin de rencontrer une personne qui ne serait plus un geôlier.

 

k0006555.jpg

 

 

009021.jpgUn jour, bien plus tard, elle rencontra un homme enfermé lui-même dans une tour depuis des années. Alors elle renversa les rôles et se fit prince pour aller voir sa princesse et lui rendre visite le plus souvent possible.

 

Elle s’émut de cet homme qui avait eu les mêmes souffrances qu’elle et qui n’avait pu de toute sa vie sortir de sa tour, enfermé par sa mère par mille sortilèges l’empêchant d’être libre.Unknown-2.jpeg

 

Il l’attendait à sa fenêtre et était heureux de la retrouver. Elle était heureux de grimper jusqu’à chez lui mais lui n’arrivait pas à sortir de sa tour et à lui dire qu’un jour, il viendrait chez elle.

 

k0737017.jpgAlors il étouffait et comme il était un homme, il s’en voulait mais restait enfermé dans sa tour. La princesse étouffait aussi et ils se disputaient car le feu brûlait de deux enfances terribles qui avaient créé un couple insoluble.

 

raiponce-de-byron-howard-et-nathan-greno-10344923qxtfk.jpg

 

 

La princesse n’hésitait pas à aller chercher son prince jusque dans sa tour intérieure quand parfois il refusait son amour, leur amour, quand il disait que tout cela ne servait à rien.051006.jpgUnknown-6.jpeg

 

La jeune femme s’était tant battue dans sa vie pour acquérir sa liberté et pour briser la tour infernale où son père l’avait placée... qu’elle avait toujours la force de revenir même quand son prince la décevait ou ne voulait plus de ses baisers, dans les moments de refus extrêmes de la vie qu'il traversait.

 

C0028194.jpgElle comprenait que lorsque l’enfant a été brutalisé, battu, privé, humilié... l’homme qui grandit garde des séquelles à vie. Elle-même avait vécu les mêmes choses, parfois on lui avait tapé la tête contre les murs, parfois on l’avait privée de manger, parfois on l’avait humiliée à en mourir... mais elle avait pu s’enfuir un jour, à la force de son étoile.

 

Et elle était là, au pied de cette tour d’un homme qui ne voyait plus son étoile et qui même parfois ne voyait plus l’énergie de cette femme qui grimpait le voir et qui l’aimait.

 

Jusqu’au jour où elle eut un accident de parcours et elle ne put venir le voir.

Il ne reçut donc plus jamais de visites.

Elle pensait peut-être le voir mais elle ne vit jamais personne venir.u16966675.jpg

 

Car les tours sont telles que les êtres sont prisonniers de leur passé.

 

Et l’homme resta seul jusqu’au jour où soudain il se dit que le monde

pouvait être plus beau que les nuages intérieurs, se demandant aussi si sa belle était encore vivante.

 

bxp63152.jpgIl arriva à la retrouver et à lui montrer que son enfant intérieur était guéri et qu’il s’était libéré de l’emprise d’une mauvaise sorcière qui l’avait ensorcelé par sa haine du monde et par la peur de tout : sa propre mère.

 

Ils s’aimèrent de nouveau et la jeune femme n’eut plus jamais de tour à grimper ni de bisous à mendier à son chéri.k0873873.jpg

 

Chloé LAROCHEpr77000.jpg

 

 

Les photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits (Banque de Photographies et de Séquences Vidéos Libres de Droits Images). Sauf les six dessins du film Raiponce qui proviennent du film lui-même des productions © Walt Disney Studios Motion PicturesUnknown-5.jpeg France.Unknown-4.jpeg

06/12/2010

Je crois en l’être qui vit dans l’éternité de sa peau noire. Voici la sixième nouvelle de mon premier ouvrage : "Le prêtre noir du Mont Saint-Michel".

SI UN ÉDITEUR LISAIT CE TEXTE ET CE BLOG ET QU'IL AIT L'IDÉE DE RÉÉDITER CET OUVRAGE ET CES TEXTES, MERCI DE CONTACTER L'AUTEUR DU BLOG... QUI RECHERCHE UN ÉDITEUR POUR PLUSIEURS LIVRES...chloe.email@laposte.net. Merci d'avance !

Cette nouvelle est la sixième du livre de Chloé LAROCHE : "les Semences de l'Après-Vie"_______________________________

 

 

15463-07dg.jpgLE

PRÊTRE

NOIR

DU MONT

SAINT-MICHEL

 

____________ Nouvelle n° 6 de Chloé LAROCHEu26467582.jpg


CE TEXTE EST PROTÉGÉ ET TOUS DROITS RÉSERVÉS

 

Je crois en l’Être
Qui vit dans l’éternité
De sa peau noire

(Haïku de Chloé L)

 

“L’Amour que vous donnerez,
même du fond du malheur,
vous sera toujours retourné.”

Alain Guillo : “A l’adresse de ceux qui cherchent”
au chapitre “L’enfant qui meurt”




k1304623-1.jpgLe Mont-Saint-Michel était voilé de pourpre derrière les coquelicots rougis par le soleil couchant ; il émergeait des eaux comme un ange à genoux taillé dans l’albâtre de la pureté céleste.

Le Christ semblait égréner dans le cri des mouettes le chapelet des morts de la Terre, rappelés au souvenir de l’Archange par les pèlerins...

-Saint Michel, laissez passer l’âme de mon époux ; pardonnez-lui ses péchés, ses beuveries et ses coups portés à mon corps... -O Grand Archange, ouvrez le Paradis à ma mère arrachée à la Terre par un cancer... -O toi Grand Saint, je te confie l’âme de mon fils mort à la guerre ; donnez-moi la force de poursuivre mon chemin... -Ma fille s’est suicidée... Je ne sais si c’est de ma faute ou non. Je porte cela comme un boulet qui emprisonne mon âme comme un cachot sans lumière. Eclairez-moi ! Je vous en supplie... -Ma compagne  a été emportée par le sida... Notre bébé est malade... Je ne pourrai pas continuer tout seul à supporter cette épreuve. J’ai renié Dieu, j’ai renié les Anges, j’ai renié l’Espoir, mais tout seul je n’y arriverai pas... Alors oubliez mes insultes proférés contre le Ciel et accompagnez-moi tous les jours de ma vie...”.

Telles étaient les supplications des âmes orphelines ; l’océan les entourait avec compassion de ses bras puissants et emportait toutes les larmes vers le grand large où tout est partage... où chaque goutte salée est un voyage. Après cette expérience intérieure vécue sur le Mont, les âmes repartaient... le coeur allégé, l’espoir au ventre, une espérance née au bout de la vie.

Marie-Ange et Jean-Noël avaient marché longtemps avant d’apercevoir au loin le Mont sacré émergeant des eaux du Monde ; les coquelicots étaient embrasés par le feu du Ciel et le soleil semblait s’être accroché à la flèche de l’Abbaye.k3786678.jpg

Ils venaient en ce lieu chargé de Paradis pour méditer et offrir leur immense souffrance... Ils avaient perdu leur enfant, à la naissance... leur unique enfant, cinq mois auparavant.

Après leur séjour à l’hôpital, ils étaient rentrés chez eux et avaient retrouvé la chambre de leur bébé prête à l’accueillir, préparée avec amour depuis des mois... Un prêtre accepta de les recevoir pour les aider à surmonter leur douleur et le déchirement de voir mourir l’avenir ; il s’exprima à eux en ces termes :

-Les bébés ne meurent pas... Ils deviennent des anges. Le vôtre sera toujours là, près de vous, blotti au chaud dans votre coeur. Il vous conduira sur des chemins inespérés... des chemins d’amour dignes de celui du Créateur pour toutes ses créatures.”

En ce jour de leur arrivée au Mont, Marie-Ange regardait le soleil de l’océan se coucher dans les yeux de Jean-Noël ; elle savait que le prêtre avait raison ; mais comment évacuer cette colère qu’elle ressentait en elle... toute la révolte d’une mère face au vide de la mort, privée à jamais de la chaleur de ce petit être qui l’avait habitée durant neuf mois !?... Parfois, elle avait envie de frapper, de hurler, de détruire et ne plus reconstruire.

k1580034.jpgC’est pour cette raison qu’elle alla voir un prêtre dès le lendemain dans la vieille chapelle du Mont, l’église Saint Pierre ; l’officiant qui la reçut avait la peau noire et une immense foi en l’Archange ; il avait traversé l’Afrique pour offrir une grande partie de son temps à l’accueil des pélerins de Saint Michel ; ce matin-là, donc, il accueillit Marie-Ange, qui lui expliqua tout ; il fut immensément touché par l’épreuve de cette femme.

-Allez prier devant la statue de la Vierge aux Anges, Madame ; elle vous consolera et vous ouvrira le chemin qui relie votre âme à celle de votre enfant. Pensez toujours que vous êtes à jamais unie à lui et que la communion d’âme à âme est la chose la plus intense qui existe sur Terre.”

La jeune femme alla prier devant la Vierge aux Anges ; elle parla intérieurement à son enfant, lui envoyant plein d’amour et de tendresse maternelle.

La nuit suivante, elle fit un rêve étrange : elle tenait dans ses mains un bébé minuscule à la peau noire, comme le prêtre africain qui l’avait reçue. Elle se réveilla en disant : “Je veux adopter un petit africain. Un enfant de là-bas m’attend quelque part... Je serai sa maman ! Sa peau, dans mon rêve, était si fine, faite d’un ébène si noir et brillant... qu’elle paraissait réelle. Ce petit garçon m’attend, j’en suis sûre...!”

Jean-Noël ne fut pas d’accord du tout avec cette “idée” ; il avait toujours été opposé à l’adoption et il aurait préféré que sa compagne accepte de porter un deuxième enfant... engendré par leur couple. Ils se disputèrent fortement devant l’Abbaye qui surplombe le Mont-Saint-Michel... Un moine vint les voir et leur dit, en leur montrant l’infini de l’horizon :

-Est-ce que votre querelle va empêcher l’océan d’être vivant... et de venir mourir dans chaque vague qui vient s’écraser sur la côte ? Est-ce que votre querelle va arrêter votre chemin en route vers demain ?... Mais peut-être avez-vous deux chemins...?! Peut-être se croisent-ils aujourd’hui à un carrefour où l’inéluctable apparaît... Prenez le calme de ce lieu et emportez la paix avec vous.”u10066375.jpg

Marie-Ange et Jean-Noël s’excusèrent auprès du moine ; ils restèrent longtemps silencieux, accoudés au balcon de la Baie.

Au-dessus d’eux, rayonnait la statue de l’Archange ; tant de finesse mêlée à la force attirait le respect du regard sur le geste victorieux de Saint Michel brandissant l’épée.

Jean-Noël ne put s’empêcher de penser à l’Eglise Saint Michel de Chamonix, cette ville chérie où il avait grandi ; il était souvent entré dans ce sanctuaire pour donner à l’Archange ses prières les plus secrètes, destinées au Tout-Puissant ; il était toujours reparti de cet endroit l’âme humble, dépouillée d’orgueil... et emplie de compassion envers les siens et le monde entier.

Mais, en ce jour précis, il n’arrivait pas à s’accorder aux nouvelles vibrations de sa compagne ; il savait intérieurement que personne ne le ferait changer d’avis : il ne serait jamais, au grand jamais, le père adoptif d’un enfant noir...!!

Soudain, à l’instar de cette pensée, une femme désespérée accourut dans leur direction.

-Avez-vous vu ma fille ? C’est une petite africaine... Elle porte une robe blanche... Elle a cinq ans... Mon Dieu, je l’ai perdue dans tous ces dédales... Aidez-moi, je vous en supplie. Aidez-moi à la retrouver !”

Le couple se mit à aider cette femme.
“Comment s’appelle votre fille ?
-Violina, elle s’appelle Violina."

-Violina, Violina”, cria Jean-Noël de toutes ses forces... Personne ne répondait. Il cria plusieurs fois ainsi...

Tout à coup, il eut une idée ; il pénétra dans l’Abbaye et se laissa guider par la beauté des lieux ; il descendit vers le niveau qui se trouve sous l’église abbatiale et trouva la petite fille assise près de la grande roue ; des prisonniers la faisaient tourner autrefois, en un temps lointain où l’administration pénitenciaire installa un poulain afin de hisser un chariot le long du rocher.

“C’est quoi cette roue, monsieur ?
-Violina, ta maman te cherche partout. Viens !
-Mais, monsieur, c’est quoi cette roue ?
-Cette roue ? Autrefois, des méchantes personnes ont attaché des prisonniers à l’intérieur de cette machine pour que ceux-ci la fassent tourner en marchant... afin de faire monter un chariot sur une échelle de pierre... un poulain.
-Ces personnes cruelles croyaient sûrement que le monde entier devait tourner pour elles toutes seules !”

Jean-Noël, surpris, s’accroupit près de la petite fille ; elle était belle dans sa robe à dentelles ; ses yeux étaient profonds et emplis de gravité devant le cynisme humain... qui avait pu placer cette roue dans l’ancien ossuaire des moines, cimetière des âmes priantes de ce lieu saint et vénéré !

15419-76NS-1.jpgViolina mit sa main dans celle de Jean-Noël.
“Viens, dit-elle, il faut laisser la roue à Dieu. Il sait bien, Lui, comment faire tourner la Vie !...”.

Elle retrouva sa maman, qui fut aux anges.

Jean-Noël, de son côté, offrit une plume noire, trouvée sur la terrasse de l’ouest, à sa compagne, en lui disant :

-Nous partirons ensemble en Afrique ; j’ai des amis là-bas ; nous adopterons un enfant et nous deviendrons durant sa vie entière ses parents, son père et sa mère, pour toujours et à jamais.”

 

Chloé LAROCHE

PS : j'ai fait un pèlerinage au Mont Saint-Michel cinq mois après le décès de ma fille et beaucoup d'éléments autobiographiques se trouvent dans cette nouvelle, avec aussi ce même rêve et cette même rencontre avec un prêtre africain, et l'adoption cinq ans plus tard d'une petite fille africaine qui avait cinq ans au moment de mon rêve au Mont Saint-Michel.

_______________________________ Nota Bene : les photos de cette nouvelle sont libres de droits et choisies par l'auteur

dans le site : "fotosearch.com".

 


Le Mont-Saint-Michel
Grand point d’orgue de l’Esprit
Sur la Bible nue

(HAÏKU DE CHLOÉ L)

 

________________________ Ce texte est protégé et ne doit pas être recopié ou utilisé sans l'accord de l'auteur.

Ouvrage déposé. ______________

"Les Semences de l'Après-vie" est l'ouvrage inspiré par l'amour infini que porte Chloé Laroche à sa fille Océana, envolée à l'âge de deux ans et demi vers l'Au-Delà. Elle a écrit 13 nouvelles dans ce livre qu'on ne trouve plus dans le commerce. C'est pour cela que Chloé a choisi de partager avec vous ces 13 nouvelles dans ses 13 prochains articles, ici sur son blog.... "Je souhaite par ce livre donner force et courage à toutes les personnes endeuillées et leur dire que la mort n'est pas véritable séparation ni trou noir du néant ; les êtres aimés disparus sont unis à nous pour la vie... qui ne finit pas."

(extrait de la 4ème de couverture du livre de Chloé Laroche)______________________________________


06/11/2010

Dieu seul sait si la mort d’un ange peut en sauver d’autres... L'histoire d'une maman orpheline de sa fille, dont la mort a été offerte pour deux vies.

SI UN ÉDITEUR LISAIT CE TEXTE ET CE BLOG ET QU'IL AIT L'IDÉE DE RÉÉDITER CET OUVRAGE ET CES TEXTES, MERCI DE CONTACTER L'AUTEUR DU BLOG... QUI RECHERCHE UN ÉDITEUR POUR PLUSIEURS LIVRES... ac.laroche38@gmail.com. Merci d'avance !

Cette nouvelle est la cinquième du livre de Chloé LAROCHE : "les Semences de l'Après-Vie"_______________________________

 

 

2e0c38b4dd3c1378.jpgLe

Don

de

Flore

 

____________ Nouvelle n° 5 de Chloé LAROCHE416500fd42b96950.jpg


CE TEXTE EST PROTÉGÉ ET TOUS DROITS RÉSERVÉS

 

La Vierge pleure
Des chapelets de roses
Qui tombent du Ciel

(haïku de Chloé L)

 

“On ne meurt pas chacun pour soi,
mais les uns pour les autres,
ou même les uns à la place des autres.”

(Soeur Constance dans le “Dialogue des Carmélites”
de Georges Bernanos)





92fa763a1950b944.jpgLes fleurs exhalent un parfum capable de traverser notre monde pour rejoindre celui de nos morts ; elles touchent ainsi leur âme ouverte à l’amour des aimés de la Terre.

Une maman avait compris cela et plaçait devant la photo de sa fille décédée des fleurs odorantes ; elle savait que leurs parfums traversaient mille espaces pour porter son amour à son enfant chérie.

Cette mère s’appelait Flore et sa fille portait le nom d’Eglantine ; sa tombe était toujours couverte de mille fleurs, fleurs de printemps et fleurs d’hiver.99393a71542ed8ba.jpg

Là où se trouvait Eglantine depuis l’âge de ses trois ans, elle percevait des odeurs de courage, de force, de beauté, de douceur et tout l’amour que lui transmettait sa maman à travers les fleurs.

Un jour, alors que le soleil était caché depuis longtemps derrière les nuages et qu’il faisait froid, Flore s’était rendue malgré tout sur la tombe de sa fille ; elle lui avait apporté un joli bouquet multicolore qu’elle avait placé délicatement dans un vase.

15158330c108d452.jpgSon coeur était lourd, ce jour-là, si lourd qu’elle n’arrivait pas à pleurer ; ses larmes restaient accrochées aux parois de son âme écorchée.

Soudain, un rayon de soleil illumina la tombe et un sourire brilla dans le visage d’Eglantine, dont la photographie irradiait la stèle ; les larmes coulèrent sur le visage de Flore, telle une rosée d’aurore aux doigts de roses.

Elle se mit à parler à haute voix : “Mon Dieu, si vous m’écoutez, prenez ma vie. Je Vous la donne en échange de la vie d’un enfant d’Algérie... pour qu’il ne soit pas tué. C’est horrible, ce qu’il se passe là-bas ! Si ma vie peut en sauver une, alors prenez-la et laissez-moi rejoindre ma fille... Je Vous laisse la décision de ma mort, brutale ou par longue maladie.”421576f1d30948fa.jpg

Flore souffrait en effet au plus profond de son être de savoir qu’en Algérie, des enfants, des femmes, des hommes innocents étaient massacrés par milliers sans que personne ne puisse empêcher ces crimes perpétrés par les terroristes...

Elle ne savait pas si Dieu l’écouterait mais si elle pouvait sauver un seul enfant de cette horreur, ce serait pour elle le paradis... et elle retrouverait sa fille peut-être plus vite que prévu.

1b3c0a4a72b2948a.jpgDix ans plus tôt, elle était allée en Algérie, à Blida ; elle avait fait la connaissance d’une grande famille... si hospitalière que la jeune femme aurait souhaité devenir l’une des leurs ! Une femme, notamment, l’avait prise en affection et lui avait offert un bracelet avec deux serpents d’argent qui se regardaient ; Flore avait toujours gardé ce présent comme un signe d’amitié entre leurs deux peuples, un signe de paix ; or, depuis la vague d’atrocités des crimes terroristes en Algérie, elle s’inquiétait terriblement pour cette famille de Blida et toutes les familles de ce pays... un pays meurtri et ensanglanté par les corps de ses bébés assassinés et égorgés devant les yeux de leurs propres mères !...

Ce jour-là, Dieu entendit sûrement l’offre de son don car la maman d’Eglantine se piqua à une rose ; Flore n’était pas vaccinée contre le tétanos ; elle tomba gravement malade et rejoignit sa fille au Ciel quelques jours plus tard.

On apprit peu de temps après qu’une enfant de sept ans avait été la seule rescapée d’un terrible massacre qui eut lieu en Algérie, au moment de la mort de Flore.b367296ff4aca39c.jpg

La maman de cette enfant remercia le Ciel de l’avoir sauvée...

On sut aussi qu’au même moment, un jeune enfant de trois ans avait survécu, seul et unique être vivant, après le crash d’un avion en Asie.

94ea97b8fa62c344.jpgPeut-être que Flore avait sauvé deux enfants, l’un en Orient, l’autre en Occident, comme Jésus avait lui aussi souffert sur la Croix par ses deux bras écartés en acte d’amour et de don à l’Humanité.

Peut-être que sa fille, par sa propre mort et à travers le don de sa mère, avait sauvé aussi un de ces deux enfants... Dieu seul sait si la mort d’un ange peut en sauver d’autres... En tout cas, les Anges, eux, doivent sûrement le savoir !

7ee27f4a9bb8ed22.jpgDepuis le décès de Flore, des personnes avisées disent que sur la tombe de la mère et de l’enfant viennent très souvent un homme très âgé, au faciès asiatique, accompagné d’un vieil homme de type arabe... Ils apportent à chaque fois des branches d’églantine, qu’ils déposent de chaque côté de la sépulture de Flore et de sa fille.00a34fe98499f7fc.jpg0c73501ed8b700a2.jpg

Ces personnes disent qu’ils représentent sur la Terre les larmes des Sages descendus de la maison des pleurs qui se trouve c66e0593449202d6.jpgdans l’Arc-en-Ciel.

Chloé LAROCHE

________________________________

 

 

Le soleil vivant
Respire sur la terre
Le parfum des fleurs

(HAÏKU DE CHLOÉ L)

 

________________________ Ce texte est protégé et ne doit pas être recopié ou utilisé sans l'accord de l'auteur.

Ouvrage déposé. ______________

"Les Semences de l'Après-vie" est l'ouvrage inspiré par l'amour infini que porte Chloé Laroche à sa fille Océana, envolée à l'âge de deux ans et demi vers l'Au-Delà. Elle a écrit 13 nouvelles dans ce livre qu'on ne trouve plus dans le commerce. C'est pour cela que Chloé a choisi de partager avec vous ces 13 nouvelles dans ses 13 prochains articles, ici sur son blog.... "Je souhaite par ce livre donner force et courage à toutes les personnes endeuillées et leur dire que la mort n'est pas véritable séparation ni trou noir du néant ; les êtres aimés disparus sont unis à nous pour la vie... qui ne finit pas." (extrait de la 4ème de couverture du livre de Chloé Laroche)______________________________________

___________________________________

 

NOTA :

-La photo de la tombe est celle de Jacques BREL :  sa tombe est dans le cimetière d’Atunoa sur l’île  d’Hiva Oa,

là où Gauguin repose aussi.

-LES DEUX DESSINS DE FEMMES PROVIENNENT DE LA GALERIE DE FARID BENYAA :

http://www.farid-benyaa.com/cartes_voeux_algerie/cartes_f...

Contact


Adresse Galerie d'art Alger - Peinture Algérie

03/11/2010

J'ai écrit ce texte pour tous les amoureux des arbres et ceux qui croient aux racines de l'amour, celles qui s'ancrent dans les larmes devenues source.

SI UN ÉDITEUR LISAIT CE TEXTE ET CE BLOG ET QU'IL AIT L'IDÉE DE RÉÉDITER CET OUVRAGE ET CES TEXTES, MERCI DE CONTACTER L'AUTEUR DU BLOG... QUI RECHERCHE UN ÉDITEUR POUR PLUSIEURS LIVRES... ac.laroche38@gmail.com. Merci d'avance !

Cette nouvelle est la quatrième du livre de Chloé LAROCHE : "les Semences de l'Après-Vie"_______________________________Unknown.jpeg

 

Unknown-13.jpegLes

Racines

de

l’Amour

 

____________ Nouvelle n° 4 de Chloé LAROCHE


CE TEXTE EST PROTÉGÉ ET TOUS DROITS RÉSERVÉS

 

Le cierge s’éteint

Comme le feu de ta vie

Nourris-le d’amour

(haïku de Chloé)

 

“Dire des morts : “ils ne sont plus”,

c’est non seulement les renier,

mais se renier soi-même et peut-être

renier absolument l’être parlant.”

(de Gabriel Marcel)

 

Unknown-7.jpegCe jour-là de la Saint-Valentin, Clémentine emmena son fiancé voir son arbre saule. Cet arbre faisait partie de sa vie ; il représentait ses racines, isolé dans un pré.Unknown-15.jpeg

Ses parents avait décidé, lorsqu’elle était petite, que chacun des membres de la famille aurait un arbre, qu’il choisirait dans la nature. Clémentine était enfant lorsqu’elle choisit cet arbre et ce fut le même que celui que prit son frère ; elle et lui étaient presque jumeaux, avec seulement quelques mois de différence.Unknown-9.jpeg

Souvent, elle avait rendu visite à son arbre, l’embrassant et nettoyant ses branches ; chaque fois, elle entourait le tronc avec ses bras et lui racontait sa vie, ses chagrins et ses joies.

C’était un saule pleureur ; sa vitalité et ses bourgeons renvoyaient les pleurs humains à la joie et à l’extase de l’âme saisie par un coucher de soleil.

Ce jour de la Saint-Valentin, Clémentine eut un choc terrible en apercevant de loin le pré nu, désert. Son arbre n’était plus là...

Unknown-4.jpegElle comprit qu’il avait été coupé et elle s’effondra dans l’herbe en sanglotant.

“Clémentine, lui dit Olivier, son fiancé, que t’arrive-t-il ?

-On a coupé mon saule ! C’est terrible ! On a coupé mes racines ! Je l’aimais tant ! Ce n’est pas possible !”

Elle restait là, choquée, sans comprendre. Olivier, de son côté, n’arrivait pas à admettre sa peine immense ; il n’avait jamais pensé à la douleur de perdre un arbre ami ; il n’en avait pas. Si, il avait bien aimé autrefois un chêne près de la maison de ses parents, un chêne immense auquel il s’était attaché ; mais Clémentine ressentait une si grande souffrance pour ce saule, comme si elle avait perdu sa propre mère...! Cela prenait à ses yeux de fiancé des proportions inquiétantes ; il essaya néanmoins de la consoler...00376e8bc87d0b54.jpg

Elle courut vers l’endroit où avait vécu son arbre ;  Olivier la suivit ; ils ne trouvèrent que la souche du saule avec des copeaux éparpillés, traces immondes d’un crime sans nom.

Unknown-3.jpeg“Ils ont coupé mon arbre. Quand arrêteront-ils ? Ils ont déjà coupé celui de mon père, un bouleau, un magnifique bouleau, et celui de ma mère, un hêtre majestueux, à l’orée d’une forêt, à trente kilomètres d’ici. Ce hêtre vivait dans un bosquet, à l’abri du regard des hommes ; ma mère l’aimait car il ressemblait à son être intérieur ; nous l’aimions tous. Un jour, en rentrant de promenade, mes parents nous ont dit : “Quelqu’un a coupé l’arbre de votre mère.” Je n’ai jamais eu le courage de retourner sur les lieux, dans cet endroit où vivait le hêtre de ma mère ; et aujourd’hui c’est mon arbre qui est mort. Pourquoi ?  Je suis si peinée. Ils ont même coupé le petit frêne qui poussait près de mon saule... On disait en souriant, mon frère cadet et moi, que c’était le frêne de notre petit frère benjamin (l’arbre que tu vois là-haut, au sommet de la colline) qui avait voulu se rapprocher de notre arbre ; il représentait notre amour de frères et soeur.”

Olivier serra fort sa fiancée et lui dit :

1e0a099f6e90d1f6.jpg“Les racines de votre amour sont ancrées profondément en toi, en vous ; les racines de ton saule resteront à jamais dans ton coeur. Cet arbre continuera à faire des bourgeons  et à verdir au printemps ; il te donnera la force de traverser les pleurs de ta vie et d’affronter les deuils de ton existence... en pleurant toutes les larmes de ton corps sans perdre ton âme. Il t’apprendra que les larmes qu’on retient creusent une source qui ronge l’âme… Ton saule chantera toujours en toi la chanson éternelle de l’homme solitaire dans le grand pré de la vie ; il te donnera la dignité de rester droite face au mal, face aux rôdeurs de l’existence et face aux épreuves.”

Clémentine écoutait parler Olivier tout en se disant :Unknown-14.jpeg

“Comme il me parle ! Il doit être inspiré. Ce qu’il dit est si profond... Il ne m’avait jamais parlé ainsi.”

Elle l’embrassa et lui dit : “Ce que tu m’as dit est très beau. C’est ton cadeau pour ce jour de la Saint-Valentin ! Mon arbre nous donne le souffle de l’Amour et sera notre ange dans le Ciel de notre futur mariage.”

Jusqu’à ce jour, elle n’était pas sûre de vouloir épouser Olivier mais aujourd’hui elle avait la conviction qu’elle deviendrait sa femme ; elle sut que leur union prenait racine dans la compréhension et le partage du pire comme du meilleur.

Dans les jours et les semaines qui suivirent, elle pleura souvent la mort de son arbre chéri et elle repensait aux paroles d’Olivier...

99f1adffb5a6c2b0.jpgPetit à petit, elle sentit les racines du saule s’ancrer dans son coeur ainsi que son être faire corps avec le sien ; ses bras lui semblaient parfois être des branches et ses larmes des bourgeons.Unknown-5.jpeg

Elle sentait qu’elle devenait femme, ayant coupé les racines de son enfance tout en assimilant les souvenirs heureux et malheureux de cette période de sa vie.Unknown-14.jpeg

Le saule faisait revivre en elle tous les moments qu’elle avait partagés avec ses parents, tués dans un accident de voiture alors qu’elle était adolescente ; elle se dit que son arbre saurait les embrasser pour elle au Paradis et leur dire combien ils lui manquaient, combien ils lui avaient manqué, combien ils lui manqueraient toujours.

Ne plus voir ses parents, ne plus leur parler, ne plus les embrasser avait été et était toujours très difficile pour Clémentine, insurmontable parfois.

416500fd42b96950.jpgAujourd’hui, elle allait dire oui à son fiancé Olivier, oui pour la vie... une vie qui offre parfois le pire : perdre ceux que l’on aime.

 

Chloé LAROCHE

____________________________________Unknown-10.jpeg

 

Tuerie des forêts

Que Dieu a permis d’hêtre

Troncs du Paradis

(HAÏKU de Chloé L)

 

_____________ __________________________ Ce texte est protégé et ne doit pas être recopié ou utilisé sans l'accord de l'auteur. Ouvrage déposé. ______________

"Les Semences de l'Après-vie" est l'ouvrage inspiré par l'amour infini que porte Chloé Laroche à sa fille Océana, envolée à l'âge de deux ans et demi vers l'Au-Delà. Elle a écrit 13 nouvelles dans ce livre qu'on ne trouve plus dans le commerce. C'est pour cela que Chloé a choisi de partager avec vous ces 13 nouvelles dans ses 13 prochains articles, ici sur son blog.... "Je souhaite par ce livre donner force et courage à toutes les personnes endeuillées et leur dire que la mort n'est pas véritable séparation ni trou noir du néant ; les êtres aimés disparus sont unis à nous pour la vie... qui ne finit pas." (extrait de la 4ème de couverture du livre de Chloé Laroche)______________________________________

 

01/11/2010

Mon article pour la Toussaint 2010, pour tous les saints méconnus, inconnus et ceux qui se battent pour aider leur prochain, ceux qui portent leur croix invisible et si lourde pourtant.

4c41cd86873dbc0a.jpgMON ARTICLE POUR LA TOUSSAINT 2010_____________b86e09d58058b906.jpg

Bonjour à tous et toutes,

Aujourd’hui, c’est la Toussaint, la fête de tous les Saints. Pour moi, cette fête est celle de tous ceux qui font du bien autour d’eux et qui ont compris que chaque être humain a besoin d’un oui à sa propre existence, d’un accueil de sa dimension existentielle. Chaque être humain naît et meurt un jour mais entre les deux, il a besoin d’un accueil de sa propre existence.

Pour moi, un saint est celui qui a compris que chacun a besoin d’amour ici-bas et d’être accepté et reconnu... Pour moi, un saint n’a pas seulement compris cela mais agit aussi dans les actes.

1839962773.jpgAinsi le Saint Curé d’Ars, Jean-Marie Vianney, a donné un jour son lit pour une famille pauvre et dormait ensuite sur une planche. Un autre jour, il rencontra un homme allant sans chaussures. Il lui donna ses chaussures et rentra en chaussettes.dd5dda40f59bb174.jpg

Saint Augustin disait : «L’amour, c’est vouloir que l’autre soit.»

C’est tout le sens de ceux qui se battent pour que des familles d’origine étrangère ne soient pas renvoyées chez elles. Pourquoi vouloir en France faire du chiffre en expulsant un certain nombre de familles, en sachant que dans grand nombre d’entre elles, un bébé de ces familles est né en France ou un enfant d'entre elles est scolarisé dans nos écoles et a trouvé ses racines dans notre pays ??

L’Abbé Hennart, du diocèse d’Arras, a écrit un texte remarquable sur les Saints de tous les jours, que je souhaite partager avec vous :

«La récente béatification de sœur Jeanne Jugan, fondatrice des petites sœurs des pauvres, rappelle aussi que la mission passe par le souci des pauvres, des isolés et défavorisés, des "fin de vie". La guerre des communiqués à propos des étrangers en France et en Pas-de-Calais est là pour rappeler la complexité de la vie politique sans pour autant affadir la nécessaire reconnaissance de la dignité de tout être humain, en paroles et en actes. Ils sont nombreux les bénévoles et les professionnels des ONG et autres organisations à porter "la misère du monde". Le salut dont parle le Christ n'est pas uniquement spirituel, il est incarné : "ce que vous avez fait au plus petit des miens, c'est à moi que vous l'avez fait". Ce verset de Matthieu 25 devrait nous éviter de rester en marge de la société, laissant aux autres le soin du pauvre et de l'étranger. De nombreuses biographies de vies de saints évoquent le souci de  la charité vécue dans le don de sa propre vie pour que l'homme vive

b08c595e782f4798.jpgPour moi, le saint est effectivement celui de tous les jours, celui qui n’a pas fait de bruit mais beaucoup de bien... Celui qui a souffert en silence en portant la croix invisible que personne ne soupçonne. Un saint est cet homme que j’appréciais et qui vient de rejoindre le ciel. Il s’appelait Jean et avait perdu son fils de suicide. Jean a souffert le calvaire de la maladie à la fin de sa vie en mourant seul car éloigné de sa famille à cause de problèmes de places en hôpitaux. Il était généreux et aimant pour son entourage. Il était humble et restait doux avec ceux qui lui faisaient du mal. Il laissait la méchanceté passer en silence comme un soleil qui brille en regardant passer les nuages. Il a rejoint hier soir son fils qu’il a tant pleuré et regretté, ce fils déçu par la vie et l’amour. Jean, puisses-tu rejoindre les Saints là-haut dans la communion de tous ceux qui ont l’amour dans le coeur.350323fdbfbebf58.jpg

Et je resterai en communion avec toi, Jean, comme avec tous ceux et celles que j’ai aimés et qui sont partis, car Dieu est le Dieu des vivants et des morts et nous rassemble tous, au-delà de chaque croyance et religion. Je pense à mes amies, amis, à mes grand-parents et mes oncles et tantes, au père de mon fils, à ma fille chérie Océana. Qu’en ce jour, l’espérance de nous revoir un jour et l’espoir que nous restions unis à jamais restent dans notre coeur et apportent le réconfort d’un chemin qui ne s’arrête pas. Que le pardon apaise le coeur de ceux qui ont eu cent remords et regrets à leur mort.

c533772a0fd897c4.jpgMonseigneur Hippolyte Simon, archevêque de Clermont, a dit ceci sur la communion des Saints : «La communion des saints, c'est la communion de vie qui existe entre nous et ceux qui nous ont précédés. Il y a, dans le Christ, un lien mutuel et une solidarité entre les vivants et les morts. C'est cela que nous exprimons quand nous portons des fleurs sur les tombes le jour de la Toussaint.......... Sachons reconnaître que si nos disparus nous manquent, c'est qu'ils ont beaucoup compté pour nous. Mais nous ne pouvons pas les pleurer sans être invités à rendre grâces pour le bonheur de les avoir connus. Ainsi, notre méditation pourra nous faire entrer progressivement dans une meilleure compréhension de la Communion des Saints.»

Pour terminer mon article, je pense à tous ceux qui sont morts à cause de leurs conditions de travail, à cause d’un sacrifice à une vie professionnelle indigne du respect de l’Humain. Pour leur faire honneur, je souhaite partager avec vous cet excellent texte de Monseigneur Bernard Ginoux, évêque de Montauban, écrit pour la Toussaint 2009  :03ce2f7adcd5925c.jpg

«Depuis quelques jours les abords des cimetières voient l'arrivée des chrysanthèmes et d'autres plantes qui annoncent le retour des célébrations du souvenir. Parmi les défunts auxquels je pense particulièrement ces jours-ci et que je porte dans ma prière il y a les victimes d'une nouvelle « pandémie » : ceux que les conditions de travail conduisent à la mort, ceux qui, poussés par des conditions inhumaines, désespérés, se tuent : à France Télécom, à l'entreprise Thalès et dans d'autres entreprises... Qui plaidera pour eux ? Qui dira qu'ils sont morts sous la contrainte? Qui reconnaîtra qu'ils sont sacrifiés à des idoles mortifères : la rentabilité, la concurrence, la réduction des coûts, les techniques de gestion ? La barbarie du quotidien fait naître leur culpabilité au point qu'ils se donnent eux-mêmes la mort devant l'idole implacable qui demande toujours plus.

Ces réalités touchent des millions de personnes vouées au profit de grandes entreprises qui se font la guerre avec un armement humain et qui ne craignent pas les pertes « en matériel ». Ce matériel nous le connaissons bien : ce sont nos proches, nos voisins, ils travaillent depuis des décennies dans telle ou telle entreprise, ils ont acquis une maison qu'ils paient sur vingt ou vingt-cinq ans grâce à leur travail. Un jour tout s'arrête parce que l'entreprise est délocalisée, parce que l'acheteur étranger n'a rien à faire de cette usine.»


c5dd887368fc0140.jpgJe pense aussi particulièrement en ce week-end de Toussaint aux parents qui ont perdu un enfant, qui ont dans leurs tripes ce vertige de la mort, cette blessure invisible qui laisse un trou béant dans leur coeur et le sentiment immense d’être abandonnés par la vie.... cette vie qu’il faut pourtant poursuivre, car être saint, c’est aussi savoir avancer contre vents et marées, dans les épreuves et dans l’humilité de se dire que la mort, nous ne la choisissons pas et pour personne de notre entourage. La mort arrive et l’homme se plie. Elle arrive et c’est un ange qui s’envole. Elle arrive et nous nous courbons de douleur. Mais la vie est là et nous demande d’ouvrir nos mains pour aimer encore et toujours.87029a692b5bb078.jpg

Je pense aussi en ce jour à un homme qui s’appelle aussi Jean.... Jean Ferrante a donné sa vie en août dans ma ville de Grenoble en plongeant pour aller chercher une jeune femme suicidaire de 19 ans qui s’est jeté du pont Saint Laurent dans l’Isère. Cet homme de 53 ans, qui a passé sa vie à faire du bien autour de lui, a risqué son existence sans hésitation en se précipitant pour sauver cette femme qui allait se noyer. Il l’a sauvée. Je lui rends hommage en ce jour, en demandant à tous les Saints de l’accueillir parmi eux. Un inconnu a écrit de lui : «se sacrifier pour sauver son prochain est vraiment un acte hors du commun, que ton âme sublime reste dans nos mémoires.» Et je dis la même chose : que ton âme sublime reste dans nos mémoires»... ainsi que la mémoire de cette gentillesse et de ce grand coeur qui te caractérisaient.117ef0491f9df71a.jpg

DANS LA COMMUNION DE TOUS CEUX QUI SONT PARTIS ET DE CEUX QUI RESTENT,9eedbd64587d3ec8.jpg4fa3c5d3a779681a.jpg42-21058990.jpg

Chloé LAROCHE

24/10/2010

Les petits mouchoirs, un film qui m'a parlé d'humanité, de l'importance d'être près de ceux qui ont besoin de nous, car il y a parfois l'urgence d'une vie qui part alors qu'on a tout le reste de la vie.

0afe69482a68f1e0.jpg

Bonsoir à tous et toutes,

 

Le film des Petits Mouchoirs a rempli la salle ce soir.

Merci à Guillaume Canet qui a mis son âme et sa propre vie, ainsi que toutes ses émotions et son introspection, dans la création de ce film poignant et réellement humain.

Durant deux heures trente, les spectateurs ont ri et pleuré mais à la sortie, je l'ai senti, chacun pensait à un proche disparu.8db463791b6b98da.jpg

J’ai eu l’impression d’avoir assisté à une messe moderne sur la valeur des êtres, sur l’importance donnée au temps accordé à celui qui va partir, sur le parler vrai, sur ce qui est important et primordial face à ce qui ne l’est pas, sur ce que ressentent les enfants face au monde parfois abrupte des adultes.249c40c82859357c.jpg

Les petits mouchoirs, ce sont tous ces morceaux de coeur jetés à la poubelle et cachés sous le tapis du mensonge et de la bienséance.

6150ad317d1c82ce.jpgLes petits mouchoirs, c’est ce petit qui serre son doudou contre lui, face à un père qui l’arrache à ses vacances pour fuir une situation qui ne lui plaît pas. L’enfant subit, comme il continue à subir les contradictions des adultes depuis des millénaires.

Les petits mouchoirs, c’est la femme qui pleure de ne pas être aimée par son mari, son mari qui reste mais n’a pas le cran de lui révéler qu’il aime un homme.

Les petits mouchoirs, c’est cet homme qui fait cinq cent kilomètres pour aller chercher celle qu’il aime depuis onze ans, laquelle veut se marier avec un autre. Elle le choisit finalement... mais lui a oublié d’aller voir son ami qui se meurt dans un hôpital.

Cet ami meurt et ils sont tous partis en vacances... sans venir le voir (ou presque). Cela ressemble tellement à ces vieux délaissés, toutes ces personnes mourantes qui s’en vont dans le silence, les larmes et la solitude.280541ed5e20d06a.jpg

J’ai vu dans mon métier tellement de délaissement de la part des familles, tellement de méconnaissance de la douleur, de la mort imminente... de cette sorte d’évitement des souffrants. On se raccroche à la vie en occultant ceux qui vont mal... en se disant que de toute façon, tout est fichu pour eux et que nous, on est vivants et que on doit en profiter.

da4b7de840d7432e.jpgSeulement, cette lâcheté nous rejoint un jour... car seul on partira peut-être... sur un lit d’hôpital ou dans la rue... Et peut-être seul, on mourra. Alors laissons tomber les petits mouchoirs qui couvrent nos petits secrets et nos petites peurs, nos exigences irréelles devant la relativité de la vie et de la mort, devant l’impermanence des choses.6c6970567a937c16.jpg

Quand on a perdu des proches, quand on connaît la valeur d’un sourire éteint à jamais, quand on sait l’importance d’une amitié perdue à jamais dans la mort.... Il me semble qu’on peut vivre l’amour déchargé d’un poids.... celui des petits mouchoirs. Il me semble qu’on peut arriver à ne plus se perdre dans des petits détails et que là, le regard sur l’autre prend le sens d’une guitare offerte, comme un don à une personne qui ne sait pas forcément en jouer. Mais l’amour s’apprend au fil du temps, l’amour se donne, l’amour est précieux. Comme un mouchoir brodé de larmes de sang.98805c662ab4a27e.jpg

f42f925a7db7306a.jpgChloé Laroche

23/09/2010

Ma rencontre avec le film "Mange, prie, aime", dans son voyage au coeur de soi et jusqu'au bout du monde. Sagesse, amour et équilibre. Avec Julia Roberts.

julia_roberts_.jpgJ'ai voyagé ce soir avec Julia Roberts dans le film émouvant dont elle est l'héroïne : "Mange, prie, aime".

Il y a quelques années, elle a lu le livre qu'a écrit Élizabeth Gilbert sur sa vie, livre du même nom qui raconte l'histoire d'une jeune femme américaine qui est mariée mais sans être heureuse dans cette union.1284981731711.jpg

Julia Roberts a été très émue par cette histoire qui selon elle peut arriver à chacun de nous et elle a décidé de jouer le rôle de cette femme en quête du bonheur, du vrai bonheur.

Car quel est ce bonheur qui fait qu'on reste dans une relation parce qu'on a juste peur de se perdre en étant à nouveau seul dans la vie...?julia_roberts.jpg

Julia Roberts vit un divorce avec un homme qui l'aime mais ils ne sont pas heureux ensemble, alors un jour elle décide de divorcer malgré la douleur, malgré la souffrance d'une séparation qui stoppe les choix et les engagements pris plus tôt.

Cela ne fait pas de son ex-mari un mécréant ni un homme mauvais, non tout simplement un homme qui était dans sa vie à un moment mais avec qui rien n'avance aujourd'hui.

Et puis elle aime un homme mais la relation ne lui apporte rien. Elle reste mais elle est malheureuse. Quel est ce bonheur qui veut qu'on peut rester dans une union alors qu'on est malheureux : pour être heureux d'être avec quelqu'un avec qui on n'est pas heureux... !?

bali_map.jpgAlors Julia Roberts s'en va. Elle décide de voyager et traverse toutes les émotions de son coeur, ses remparts, ses peurs, ses verrous et les portes du passé qu'il faut refermer... Accepter de les refermer pour pouvoir poursuivre son chemin et croire encore en l'amour... Se pardonner certains choix qu'on a fait où on s'est oublié, où on s'est bafoué, où on a laissé l'inertie retenir notre destin.1284981614347.jpg

naples.jpgSe pardonner à soi-même au lieu d'attendre que le créateur le fasse et nous redonne l'envie de vivre... l'accès à nos envies, nos désirs. Manger est un de ces plaisirs qui fait que la vie s'adonne à notre âme.

C'est en Italie que Julia Roberts retrouve la douceur de vivre, du lâcher-prise, de goûter aux plaisirs de l'amitié, du partage d'un repas avec des amis, de la promenade dans les rues de Naples et Rome, de l'utilité d'être parfois en ruines pour qu'une nouvelle vague de reconstruction arrive.inde-vallee-gange-marche-93_cd16film1_31.jpg

C'est en Inde qu'elle comprend qu'on peut maîtriser ses propres pensées afin de choisir celles qu'on accepte en soi, comme on choisit le matin les vêtements qu'on va porter.

Elle apprend à savoir fermer la porte aux pensées qui nous obsèdent, pensées braquées sur le passé et sur ceux qu'on a pu aimer et qui deviennent les fantômes hantant notre vie si nous focalisons notre présent dessus.Nourriture-japonaise.jpg

Et c'est à Bali qu'elle découvre que le fait de perdre l'équilibre en vivant l'amour, en rencontrant quelqu'un, nous donne l'élément nécessaire pour rester en équilibre et que tout est une question de mesure entre le ciel et la terre.

Julia Roberts découvre aussi qu'elle peut aimer le monde entier et ouvrir son coeur, comme elle va venir en aide à une femme médecin et divorcée de Bali. Elle fait appel à la solidarité de ses amis pour elle et sa petite fille, afin qu'elles puissent avoir une maison à elles. Des chèques arrivent pour elles de partout. Car à Bali, quand une femme est divorcée, elle n'a plus rien et n'est plus rien, perdant même ses enfants, faute d'avoir un toit.

Et puis, Julia Roberts rencontre à nouveau l'amour et accepte de renoncer à ses peurs pour cet homme, traversant sur un bateau l'espace de mer qui les relie à l'île de leur bonheur.1284981731639.jpgbali_tanah-lot.jpg

Ce soir dans la salle, des personnes, hommes et femmes, ont pleuré en regardant ce film

car elles se sont dit : "Et moi, j'en suis où ? Suis-je à la fin du voyage et ai-trouvé cet équilibre si beau de la fin du film ou en suis-je au début à rester dans les oubliettes de l'amour véritable ?"

J'ai entendu la phrase suivante après le film de la part d'un spectateur qui s'interrogeait de savoir si quelqu'un croyait encore en l'amour et au mariage... et disant : "S'il faut se tromper 72 fois avant de trouver le véritable amour... c'est quand même dûr !"... Se rend-il compte qu'en disant cela, il se dit peut-être au fond de lui que l'amour ne vaut pas la peine d'être vécu puisque perdu d'avance... Et si par cela même il s'empêchait d'aimer et d'y croire, restant dans les ruines de son palais d'Auguste, sans jamais en sortir ? 9782702139042-V.jpg

Chloé LAROCHEbali-la-sensuelle_940x705.jpgimages-2.jpg

 

 

 

 

25/08/2010

J'ai été très émue par la découverte du film L'Arbre qui retrace le deuil d'une famille et d'une veuve avec une sensibilité remarquable.

_Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_19458330.jpgL’arbre, c’est un très beau film à l’affiche, avec l’histoire d’une mère qui est aussi une femme._Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_l-arbre-charlotte-gainsbourg-dans-un-drame_62053_w250.jpg

 

Cette mère a quatre enfants et aime un homme. Elle est incarnée par Charlotte Gainsbourg dans un rôle sensible et profond, où chaque nuance de tristesse ou de joie ressemble à un faisceau de lumière.

 

Ces six êtres vivent sous la protection d’un figuier en Australie, dans une maison où chacun vit avec bonheur une vie de famille harmonieuse.

 

Les racines de l’arbre les protègent de tout mais pas de la mort, puisque le père décède subitement.

 

L’une des quatre enfants, Simone, trouve dans cet arbre un immense réconfort et chacun vit son deuil à sa façon._Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_19458326.jpg

 

_Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_19447377.jpgLa maman, Dawn, sombre dans une profonde tristesse et avance sur le chemin de la résilience en regardant la nature, en s’occupant de ses enfants de mieux en mieux, en retrouvant un travail et puis un jour en retrouvant l’amour.

 

_Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_19447372.jpgMais cet amour est difficile à émerger lorsque le deuil est là. Ce nouvel amour est difficile à exister quand l’arbre enracine l’amour perdu dans son coeur encore vivant mais attaché si profondément à la personne disparue.

 

Les racines d’un amour précédent peuvent être si étouffantes qu’elles empêchent certaines personnes de vivre et d’aller de l’avant.

 

Dans le film, l’arbre prend tant de place qu’il en arrive à fissurer la maison et le puits, comme un symbole de cet amour passé qu’il faudrait fuir en emmenant sa maison très loin._Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_19458327.jpg

 

Une maison nomade avec des coeurs qui peuvent se mettre en voyage pour porsuivre l’odyssée de leur vie, en ouvrant grand les fenêtres de leur coeur à un nouvel amour, signe d’une vie qui continue, d’un espoir qui renaît au-delà de toutes les souffrances et de toutes les larmes.

 

À un moment, la petite Simone dit à sa copine : “Il y a deux choix : être triste ou être heureux. Moi, j’ai choisi d’être heureuse.”

 

La maman, dans un autre passage du film, dit à sa petite : “Ton papa est là et je ne l’oublierai jamais, jusqu’à la fin de ma vie. Je peux sourire à des moments, être heureuse, mais c’est là, cette tristesse au fond de moi, et il faut apprendre à vivre avec.”

 

Apprendre à vivre avec et un jour pouvoir dire “j’avance”, je tourne la page, je quitte l’arbre aimé et ses racines afin de m’enraciner ailleurs.

 

_Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_Photo 0610.jpgJ’ai été très émue par ce film car il m’a renvoyée à mes propres deuils, deuil de ma fille et deuil du père de mon fils. Chacun dans ce monde a ses croix. Chacun apprend à être crucifié dessus un moment et puis à les transformer en portails de lumière, en branches de vie, en destinées humaines responsables et dignes._Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_Photo 0614.jpg

 

L’arbre en nous prend racine dans nos émotions et nos rêves, nos espoirs et nos révoltes, nos colères exprimées et nos tristesses assumées. Et un jour, il poursuit notre route lorsque notre corps retourne à la poussière, tel une âme millénaire aux millions de feuilles manuscrites d’une vie ancrée dans la terre mais regardant vers le ciel._Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_Photo 0609.jpg

 

Chloé Laroche

 

 

 

17/08/2010

Hommage à une femme enceinte qui a sauté du 6ème étage à cause d'un amour déçu.

www.fotosearch.jpgPour Patricia, qui s'est jetée du 6ème étage à Grenoble il y a déjà un certain temps, mais des personnes pensent toujours à elle. __________________________________________________________________________________________________________

 à toi,www.fotosearch.jpg

à tous ceux qui se tuent par souffrance de coeur.

____________________________________________

 

www.fotosearch.jpgPatricia était une jeune femme

d'une trentaine d'années

Elle attendait un enfant

d'un homme peu fidèle

 

Patricia lui a proposé qu'ils se marient

mais il lui a dit abruptement NON

et elle l'attendait pendant des heures

la nuit le jour et jusqu'au petit matin

 

Patricia était enceinte de trois mois

d'un petit être qu'elle attendait

elle rêvait d'amour et de tendresse

et n'a plus voulu de cette vie

 

Patricia a renoncé à tout et s'est tuée

elle a sauté du sixième étage

comme une étoile qui fuit la terre

elle n'a plus vu le soleil dans son coeur

 

Patricia est partie pour toujours

et son homme a pleuré

de n'avoir pas su l'aimer

mais c'était trop tard

 

Des personnes peuvent se tuer par amour

ne croyez pas que les sentiments soient anodins

certains coeurs ne peuvent supporter l'insupportable

et préfèrent quitter l'enfer des sentiments.

 

Chloé Laroche

25/02/2010

J'écris pour les deux enfants de 4 et 7 ans dont le père a tué la maman avant de se suicider au Bois d'Arcy dans les Yvelines.

k2102538.jpgNous sommes deux enfants
orphelins et si tristes
notre père a tué notre mère
nous les aimions tant
et aujourd’hui comment
exprimer ces cris en nous
ces hurlements d’enfants
qui avons perdu nos parents

 

 

Perdus à jamaisk0220459.jpg
nous nous retrouvons seuls
mais Papa qu’as-tu fait
Nous as-tu oubliés
quelle folie t’a pris
tout entier
et l’amour de Maman
détruit pour toujours

 

imagesEFk96u.jpegTu nous as volé ses baisers
sa tendresse son amour
et aussi le tien enterré
tout au fond de la terre
et nous avons notre coeur
dans votre cercueil
comment vivre sans vous
pourquoi vous êtes partis

 

C’est l’année des violencesk0070304.jpg
de l’homme sur la femme
et toi Papa avec ton fusil
tu as tué le sourire maternel
tu as pris notre ventre
notre terre notre coeur bleu
on est deux enfants
et personne ne sait

 

k0210672.jpgPersonne ne sait
le trou à l’intérieur
de notre âme perdue
deux trous noirs
nos parents disparus
et notre vie emportée
par un terrible cyclone
de violence paternelle.

 

 

par Chloé pour les deux enfants orphelins du Bois d'Arcy_________________imagesS3SPca.jpeg

 

Je l'ai déjà écrit et je le répéterai...

si vous êtes à bout et que vous lisez ce texte....

en tant que parent,

N'infligez rien de tout cela à vos enfants....

APPELEZ LE numéro vert

CAP ÉCOUTE :

LE 0 800 33 34 35 (EN RHÔNE-ALPES)

ET LE 04 72 33 34 35 EN NATIONAL

de 9 h à 21 h du lundi au vendredi.

 

Il y a plein de numéros verts que j'ai déjà donné...

lisez "Quand l'amour dépasse l'entendement" ..

ou dans "Amour, droits de l'enfant, parentalité".

 

Chloé

k2443306.jpg

24/02/2010

Mes pensées de Saint-Valentin sur l'amour et les relations hommes-femmes, sur la vie, les rencontres, les deux sexes, les concessions, la violence dans le couple, sur l'absence de l'être aimé, des pensées à méditer.

 

images1ktda0.jpegVoici quelques textes écrits autour de la Saint Valentin du 14 février 2010.

Il y a 13 ans, ma fille Océana est décédée le jour de la Saint-Valentin. imagesQjYbhJ.jpeg
________________________________________________________________



Quand ma fille est décédée en 1997, je ne voulais plus manger ni sortir ni jouer du violon ni rien. Puis j'ai écrit un livre, puis deux, trois, quatre... J'ai rencontré d'autres parents en deuil par rapport à mon premier livre sorti (épuisé maintenant) et j'ai redonné de l'espoir à d'autres personnes dans le désespoir. Je suis allée en Ex-Yougoslavie jusqu'à Medjugorje, pays traversé où j'ai vu les maisons criblées de balles et les ponts détruits. C'était comme dans mon coeur, pareil, le même désastre, le même vide.. Et au retour, j'ai repris mon violon et mon premier morceau a été l'Ave Maria de Gounod. J'ai fait la formation de Jalmalv pour l'accompagnement aux mourants et je suis devenue ambulancière pour être au service des autres, avec beaucoup d'urgences effectuées dès le départ et un livre écrit sur ce métier. Et puis.. depuis que ma fille est décédée : j'ai recueilli deux filles déjà grandes qui étaient en orphelinat puis j'ai eu un garçon qui a maintenant 5 ans. Le père de mon fils est décédé et j'ai perdu beaucoup d'amis et amies de maladies diverses, de parents. Parfois, j'aimerais être là-haut près d'eux mais je dois rester là jusqu'au bout pour mes enfants et ceux qui m'aiment et qui comptent sur moi.

31 janvier 2010


imagesHW10hd.jpeg_____________________________ Une amie m’a envoyé ce magnifique texte de Jacques BREL que je partage ce soir avec vous :



“Je te souhaite des rêves à n'en plus finir,
Et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns.
Je te souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer,
Et d'oublier ce qu'il faut oublier.
Je te souhaite des passions,
Je te souhaite des chants d'oiseaux
Au réveil et des rires d'enfants.
Je te souhaite de résister à l'enlisement,
A l'indifférence, aux vertus négatives
De notre époque.
Je te souhaite surtout d'être toi-même.”

Jacques Brel

A bientôt ! 
Bises.

Brigitte

_____________________________________________________________________________________________________________________

imagesZdo30k.jpegMES RÉFLEXIONS SUR L’AMOUR :


Je ne suis pas d'accord avec l'idée suivante entendue quelque part : "On y trouve ce qu'on y apporte, dans une relation amoureuse"... C'est beaucoup plus compliqué que cela... L'amour, ce n'est pas de la nourriture ou un bon repas... bien que je sache que certains prennent l'acte d'amour pour un bon repas et puis on change de resto pour changer de menus (de conquêtes soit dit en passant) et parfois prennent juste le dessert en couchant avec leur maîtresse après leur femme légitime. Pourquoi c'est compliqué : pour toutes les raisons de cette société qui évolue très vite et dans un sens de sur-consommation. On aime, on jette, on regarde ailleurs, on se désaime, on aime à nouveau mais zut, on s'est trompé, alors on va voir ailleurs et puis si on trouve finalement, alors zut, celle-là, elle est peut-être mieux. 

Aussi retrouvons ces valeurs d'approfondir la relation, d'apprendre à connaître une personne avant de la jeter (parfois même de la jeter avant d'avoir commencé quoi que ce soit par peur des sentiments), d'arrêter d'avoir peur de la vie de l'autre, de pouvoir aimer sans avoir peur de la longueur ou de l'engagement, de pouvoir se désinscrire de Meetic quand on démarre une relation et d'arrêter d'être addicte, dépendant du site lui-même... Puisque c'est le cas de beaucoup de personnes de ne pouvoir décrocher des sites, du tchat, du sexe sans fin. 

Au final, je pense qu'on n'est pas égaux devant l'amour et c'est bien triste ! Il est plus facile à une jeune femme de rencontrer un homme quand elle n'a pas d'enfants, ni de passé ou presque pas. Quand vous êtes maman, beaucoup d'hommes ne vous veulent pas : il y a ceux dont les enfants ont grandi et qui vous disent tout net qu'ils ne veulent plus "s'emmerder"... Il y a ceux qui ont encore leurs enfants et ça leur suffit. Ils calculent le nombre d'enfants entre les nôtres et les siens... Il y a ceux qui veulent "jouir" de la vie et là franchement, on a l'impression de faire tâche avec nos responsabilités.

Et puis, on n'est pas égaux devant l'amour pour des raisons de destin, de chance... On peut aimer et perdre la personne qu'on aime de décès, accident. On peut aimer et ne pas être aimé en retour. On peut être aimé et ne pas aimer ou ne pas avoir de désir pour telle personne qui en a pour vous. On peut travailler sur soi, sur son enfance, ses parents, la vision de leur couple durant des années... ou ne pas travailler dessus. On peut être dépendant affectivement, nous amenant dans des relations de violences... ou bien refuser tout ce qui nous entrave et fuir très loin. Mais voilà, il faut toujours y croire car le célibat, c'est parfois un enfer, un désert, un horrible manège. Et l'amour, c'est beau.


imagesdB0N3E.jpeg_________________________


Nous sommes des êtres de pensée et l'amour peut aussi se réfléchir. Il y a un excellent livre qui s'appelle : "Choisir qui l'on aime" car à force de n'écouter que ses hormones, féromones et autres gentils arômes humains, on peut aussi se retrouver dans une histoire qui nous blesse, qui nous fait souffrir, voire qui nous rend dépendant. Car il faut savoir à l'évidence... que certaines femmes ayant eu une certaine enfance (et certains hommes aussi) ont un penchant à aller vers les bras cassés, les violents, les menteurs, les manipulateurs et autres séducteurs (oui, ça existe).... et que ces personnes doivent en avoir conscience et travailler sur elles et leur passé, leur enfance pour un jour avoir la chance de rencontrer une personne équilibrée, qui les respectera et qu'elles pourront aimer malgré leur gentillesse... car bien des femmes vont un homme destructeur au lieu de choisir un homme gentil. Parfois elles ont le choix et font le mauvais choix. Certaines par "amour" peuvent rester avec un homme violent et parfois même acceptent que celui-ci maltraite leurs enfants. Il y a malheureusement à l'évidence des drames tous les jours, relatifs aux choix amoureux et parfois c'est la mort au bout. L'amour ne doit jamais être évident. Restez les yeux ouverts et fuyez quand il est encore tant. Car parfois, l'évidence c'est de sauver sa peau. L'évidence aussi, c'est d'écouter ton coeur et de ne pas oublier que la seule évidence, c'est le soleil qui se lève tous les matins. C'est l'enfant qui naît et dont il faut s'occuper sinon il meurt. C'est la mère qui pleure ses enfants en Haïti parce qu'ils sont morts dans le tremblement de terre.

 

imagesOjK6vE.jpeg_____________________________________________



Il y a des courants spirituels qui invitent à faire croire que... "ta vie est faite de ce que tu en fais" ou "tu attires les malheurs que tu vis". C'est finalement assez enfermant. Jusqu'à dire que la victime est finalement son propre bourreau et qu'en fin de compte, les juifs gazés ont mérité leur sort car "karma". Tout cela, je l'ai entendu... et je pense personnellement qu'on est plus libre que tout ça et qu'il ne faut pas se laisser enfermer dans des schémas de pensées culpabilisantes et trop faciles. Je pense que les manipulateurs, les chasseurs de sexe, les hommes violents, les séducteurs sans frontières, les violeurs... ne ressemblent pas à leurs victimes, et que leurs victimes ne doivent pas rentrer dans le piège de l'auto-accusation qui est très culpabilisant et empêche la guérison. Une femme qui pleure ou un homme qui souffre d'avoir été manipulé pour se donner à quelqu'un d'autre, lequel n'a fait que prendre et rien donner et s'enfuit sans demander son reste... n'a pas demandé à vivre cela. Si tu lui dis : "Mon pauvre, hé bien, au fond de toi, tu as attiré ça et tu l'as mérité"... Non, je dis non !


imagesAAWgS2.jpeg_____________________________________________


Je pense ce soir à une personne amie qui vient de perdre son chien, un animal l'accompagnant depuis des années. Pourtant cette personne offre un grand sourire sur la scène, en tant qu’artiste donnant du bonheur à ceux qui viennent l’écouter... bien qu’elle souffre dans son coeur, portant encore bien d'autres épreuves.

Je pense à ma fille dont l'anniversaire de décès est dimanche. Elle me manque tellement. Elle avait deux ans et demi, foudroyée par un virus. Je suis très brassée à cette période et pourtant... il reste une chose importante à se dire et à vivre : on est là, encore vivant, pour on ne sait combien de temps alors donnons au maximum, aimons les autres car comme il est dit dans le film "Always" : "La seule chose qu'on regrette de l'autre côté, c'est de n'avoir pas assez dit : JE T’AIME à ceux que l'on aime"...

Et je pense ce soir à Alain sur son lit d'hôpital, en train de se battre à 55 ans contre une maladie qui l'a terrassé en quelques semaines. Il est devenu tout maigre, sans cheveux... alors qu'il gambadait dans les montagnes il y a quelques mois...

Je pense à ce vieux monsieur que j'ai ramené de l'hôpital cette semaine dans mon travail de taxi-vsl et qui m'a raconté qu'il ne voyait plus son fils ni ses 5 petits enfants, disparus et ne donnant plus aucune nouvelle. Deux vieux pleurent quelque part.... sans famille. Je pense à eux et à tous ceux aussi qui vont passer la Saint Valentin seuls, ici et ailleurs. Je pense à un homme veuf, Gilbert, qui a perdu sa femme, en ce jour des amoureux ; l'absence est cruelle et quand l'amour est fêté, on pense à l'éternité de ceux qui s'aiment.

Je pense au père de mon fils qui est parti au ciel d'un cancer aux poumons. J'ai une pensée pour tous les fumeurs pour qu'ils s'arrêtent de fumer. Car fumer, c'est mourir à petit feu et parfois dans d'atroces soufrances, la plus grande étant celle de laisser ceux qu'on aime tous seuls sur terre.

 

imageszgd1WA.jpeg__________________________________________________________________


Je réponds à un jeune homme de 30 ans qui me dit ne plus croire en l'amour : J'ai 43 ans et j'ai des blessures dans le coeur et même parfois j'ai l'impression que mon coeur est brisé en plusieurs morceaux mais je continue de croire en la vie, au chemin qu'on a chacun et même si la mort peut emporter un amour, que ce soit la mort physique ou le deuil d'une séparation... Hé bien, restons positif et visualisons notre bonheur : alors un jour notre bonheur arrivera même si c'est à 50 ans. Il restera alors environ 30 ans de bonheur à vivre ! Vivekananda disait : "Vous pouvez tomber 100 fois, relevez-vous pour la 101 ème fois."


imagesdPJjJ1.jpeg_______________________________________________

 

Je viens mettre un panneau DANGER quand il y a des enfants et qu'une relation se met en route entre deux personnes ! La difficulté pour les enfants dans ce monde d'aujourd'hui... aléatoire des sentiments.... c'est de pouvoir s'attacher à une tierce personne amoureuse du parent et de devoir vivre des deuils successifs de séparation puisque la plupart du temps, quand il y a séparation avec un conjoint "rapporté"... la personne n'est plus visible et les enfants doivent gérer cela.

De l'autre côté, quand cette personne s'en va, elle quitte l'homme ou la femme aimé mais souvent elle doit aussi faire le deuil de la relation avec les enfants qui ne sont pas les siens et que pourtant elle adorait. Je pense que deux amoureux doivent rester prudents et vivre les choses d'abord à deux, même si on ne peut pas se voir tout le temps.... afin de ménager les enfants et eux-mêmes aussi. Rester discrets même si on partage des sorties avec les enfants et ne pas étaler son amour et ses bisous devant eux. Je pense que les enfants n'ont pas à être mêlés à l'histoire d'amour. Ils ont la pudeur protectrice de leur âge et peuvent se sentir mal à l'aise en pensant dans le secret au parent divorcé, absent ou décédé qui n'est plus là, qui n'est pas là.

 

______________________________________________________________imagesS3SPca.jpeg


Une amie a écrit : "Les femmes sont-elles victimes ou coupables ? Face aux coups ou humiliations, sont-elles trop faibles pour partir ou courageuses de rester ?"

J’ai répondu : Tu dis avoir vécu cela et si tu poses cette question ainsi... c'est que : la femme se sent souvent, dans ces situations de violence, victime et aussi coupable par culpabilité.
Pourquoi victime : parce qu'elles sublissent des coups et humilations sans pouvoir se défendre.
Pourquoi coupables : car l'homme leur dit ce genre de choses : "si tu ne sais pas pourquoi tu bats ta femme, elle, elle le sait." ou il peut dire : "tu le mérites" ou il peut dire aussi : "tu n'auras pas le cran de partir car tu n'as rien et si tu pars, je tue tes enfants ou tu ne les reverras pas."

Même si la plupart des hommes sont équilibrés et bien dans leur tête, il y a des manipulateurs, des hommes violents, qui détestent la femme et ce qu'elle représente, des hommes aussi qui boivent et ne se rendent pas compte du mal fait, des hommes schizos, malade de la tête et tyrannique, faisant trembler la famille entière. Une femme est restée toute sa vie avec un homme comme ça et a eu aussi cette maladie mentale, cette faiblesse de rester et de ne pas protéger ses enfants, de l'assumer mais de souffrir comme pas possible.

Oui, pour moi, les femmes qui restent dans ces conditions ne sont pas courageuses et oui, elles sont faibles. Un homme me frappe, je le quitte dans l'heure, même si je l'aime. Pourtant à l'âge de 20 ans, un homme m'a giflée gravement après l'acte d'amour.... parce qu'il était dans un trip de chasteté et qu'il m'a reproché de l'avoir tentée. À l'époque, je n'ai pas eu le courage ni la force de le mettre hors de chez moi (il avait dix ans de plus et s'était incrusté) et c'est une amie plus âgée qui a pris la décision au bout de quelques temps, au vu de mon état de santé qui se dégradait. Je pense donc qu'il faut travailler sur soi et apprendre à s'affirmer, ce que j'ai fait en prenant de l'âge et des années, et aussi en allant travailler sur mon enfance et sur ma vision d'enfant ayant grandi avec l'exemple d'une mère soumise.

Il faut aussi pour certaines femmes arriver à être indépendantes pour pouvoir partir et vivre seules, mais là aussi, le bas blesse car prendre un autre logement est parfois un challenge insurmontable dans ce monde. Et pour celles qui subissent des menaces sur leurs enfants, se rappeler qu’elles peuvent fuir et se réfugier en foyer tout en demandant la protection de la justice, mais là aussi, il y a de quoi faire bouger les choses car tout n’est pas si simple.

imagesyy5nc3.jpeg___________________________________________________________________________


Libres mais seuls... !!!????? Il y en a marre, vous ne croyez pas, du célibat à rallonge. Il y a un moment, il faudrait peut-être se jeter à corps perdu du pont... pour trouver le bout de l'élastique tout en bas... quand on a fait un peu confiance... et puis remonter dans le lâcher-prise d'une belle relation durable et sincère. C'était une métaphore de l'amour en saut à l'élastique... vous m'avez comprise ! Le sport apprend beaucoup sur l'amour : endurance, volonté, courage, sang-froid, adrénaline, sprint, marathon, compétition, rival, confiance, observation, présence, abnégation, intégrité, droiture, engagement, précision, union des forces, équilibre, respiration, zen, communion, exaltation, enthousiasme, euphorie, combat, respect, amour.

____________________________________________________________________________________________________


imageszwgdJx.jpegÀ une amie qui vient de vivre une déception amoureuse, j’ai répondu : Je sais, c'est pas facile. Tu as écrit : "Mais franchement la vie est trop compliquée, je voudrais disparaître des fois mais heureusement que j'ai mon fils"... Tu as l'impression de n’être plus rien, que tu as donné ton corps à cet homme et qu'il t'a volé ton coeur car tu étais sincère et que tu restes le bec dans l'eau à vouloir te noyer... pour oublier tout simplement. Oui je l'ai pensé aussi après une grosse peine de coeur car là tu as envie de te balancer quelque part du haut d’un sommet, celui de ta douleur. Mais il y a des trucs à faire. Tu peux accepter de continuer de l'aimer dans ton coeur en te dissociant de lui, c'est à dire laisser vivre tes sentiments et les regarder s'amoindrir avec le temps. Aussi : Accepter ta colère et lui écrire par exemple tout ce que tu veux et même l'insulter mais sans lui envoyer la lettre, juste la brûler ou bien mettre la lettre dans l'eau et regarder l'encre se dissoudre comme s'est dissout votre relation.

Tu peux aussi visualiser ta relation et ce qui s'est passé ainsi que ton chagrin et imaginer que tu es dans un cercle et que tous ceux qui t'aiment, tous tes amis se trouvent autour de toi et t'envoient de l'amitié, de la consolation et te disent : "Mais tu es notre amie, tu vaux mieux que d'être prise pour un objet et une poupée gonflable et un jour tu trouveras quelqu'un qui ne se moquera pas de toi et ne te détruira pas." Et tu t'imagines revivre, passer à autre chose, prendre un autre chemin. La pensée est créatrice, alors essaye.

Enfin, tu imagines que tu marches avec cet homme au bord de la mer. À un moment vous vous quittez et tu le laisses. Tu reviens sur tes pas et tu rentres dans la mer. Tu nages vers le large et tu sens la liberté revenir dans ta vie. Puis tu reviens en nageant sur le dos. Tu t'installes sur le sable et tu prends le soleil et tu sens que tu vas mieux Tu sens la chaleur du soleil t'emplir de félicité et de bonheur, d'un amour univers qui te remplit et enlève tous les nuages. Je t'embrasse et te souhaite plein de courage.

 

____________________________________________________________________________________________________imagesXuup5Z.jpeg


Mon fils comme tu le sais a perdu son papa comme ton fils. J'ai pu l'aider par l’homéopathie au sujet de la colère et de l’immense tristesse provoquées par le décès de son père. Et puis j'ai pris contact avec le CMP (centre médico psychologique) pour une consultation gratuite avec une psychologue. Depuis on la voit tous les quinze jours et cela aide.

Mon fils peut exprimer ainsi ses ressentis, sa tristesse, la colère quand elle était là très présente et moi-même je peux parler de l'évolution et des difficultés que je rencontre parfois dans la relation parentale. Mon fils écoute mais parfois joue pendant ce temps et ne perd pas un mot de tout ce qu'on dit. Toujours garder en tête de mettre des limites et savoir rester maître du bateau familial car l'enfant en a besoin et a besoin de repères, même s'il n'a plus de père.

____________________________________________________________________________________________________

1794102.jpgJ'ai une énorme pensée ce soir pour les deux petits qui ont appris brutalement que leur père a tué leur mère avant de se tuer lui-même et aussi pour ce petit dont la jeune maman a été tuée par le papa, lequel va finir en prison. Le crime d'un homme sur une femme glace le sang et quand c'est la mère de ses propres enfants, cela glace des générations entières qui doivent vivre avec cet horrible poids et avancer sans un mot dans l'absence d'une grand-mère, d'une maman tant regrettée, d’une femme qui a mis au monde la génération future d’une lignée aux racines ensanglantées.imagesiVvbYD.jpeg

____________________________________________________________________________________________________________________


imagesFMAr0O.jpegIl y a des femmes vénales comme il y a des hommes soucieux du rang social de leur femme. Par exemple, certains hommes peuvent se montrer admiratifs d'apprendre que je suis musicienne mais au contraire sont distants, étonnés, parfois choqués... quand je leur dis que je suis conductrice professionnelle, taxi. Ils voient tout de suite la routarde, la routière, celle qui sait conduire... et ça peut faire peur, comme peut faire peur une femme qui réussit ou qui a du succès en quoi que ce soit. Parfois, une vie simple et sans éclat rassure plus qu'une vie sous le feu des rampes. Une femme qui a un emploi dit féminin peut sembler plus aimable qu'une femme qui fraye dans un milieu d'hommes. Le monde a évolué mais pas tant que ça.

Personnellement, je n'ai aucune honte à dire que je suis au smic et que je me débrouille très bien car je suis débrouillarde... et qu'au fond, la richesse, la vraie, c'est celle du coeur, de l'âme, du courage de l'autre, de sa capacité à oeuvrer, à chercher, à apprendre, étudier, avancer, comprendre. Je me souviendrai toujours des paroles de ma tante qui m'avait sermonnée il y a 15 ans car j'étais avec un homme qui ne lui plaisait pas professionnellement : "Tu vois, moi, j'ai choisi ton oncle pour sa place dans la société, pour son ambition et le fait qu'il gagnait bien sa vie."

Cela m'avait choquée et encore dernièrement, pour avoir eu devant mes yeux un homme intéressé par moi mais très riche... Il pouvait s'offrir une voiture très chère... mais il pensait aussi que les femmes n'étaient que l'esclave de son plaisir, sans avoir la moindre richesse du coeur ni la générosité d'un geste d'amour et de gentillesse envers sa compagne. Ce sont les femmes qui devaient venir le voir dans son immense maison mais se déplacer dans la modeste demeure de ses conquêtes devenait trop pénible. J'ai décliné sa proposition car l'argent a pourri sa vie et il ne voit plus qu'à travers la beauté de sa voiture. Organiser une fête pour sa nouvelle voiture mais surtout pas pour une femme !! Je pense qu'une promenade partagée, un coucher de soleil, un morceau de musique, une plage au soleil ou sous la lune.... des attentions, un repas aux chandelles, une sortie en amoureux compte des milliards de fois plus que la profession ou le salaire de son partenaire.imagesOqnzVd.jpeg

Cependant, dans ce monde souvent matérialiste, l'animal comme requin ou chacal sommeillant en certains individus... veille au grain, qu'il soit femme ou homme. On le voit souvent lors de la venue des divorces, quand l'un doit tout laisser à l'autre ou que les enfants sont même mis en balance avec la pension versée ou non versée. Combien d'hommes sont dépouillés, et parfois par des femmes qui travaillent et gagnent bien leur vie ! Alors regardons derrière les apparences et... croyons encore à l'amour vrai.

___________________________________________________________________________________________

imageswDsWPS.jpegLe problème est que quand l'homme rêve d'une femme fée qui le rendrait heureux, le chouchouterait, le ravirait aux anges... il ne fait que rêver et ne veut s’engager avec personne. Une femme pleure de l'autre côté car elle voudrait le rendre heureux mais lui ne veut pas d'histoire. Il aurait trop peur d'une fée à la maison, dans sa vie, lui prenant sa liberté. Et il passe à côté d'une belle histoire. Il y a les rêves et puis il y a la réalité d'aujourd'hui où les hommes et les femmes sont devenus individualistes et méfiants de l'amour avec un grand A.

Et puis, il y a des hommes qui sont vraiment prêts à s’engager et qui rêvent d'une bonne fée à la maison, qui s'occuperaient des enfants et les entoureraient d'un amour entier... Seulement voilà, ils tombent sur des femmes qui ne veulent que des amants de passage. Alors chacun pleure dans son coin. Pourvu que ça change ! Que les êtres humains aient moins peur des sentiments et de leurs désirs, de leurs besoins profonds. Qu'ils soient plus tournés vers l'autre et sa lente découverte ... qui est loin de pouvoir se faire en une nuit. C'est une évidence !

____________________________________________________________________________________________________


images4sTkyQ.jpegOn dit que les Anges nous regardent et que notre vue illumine leur regard car ils sont très souvent impressionnés de ce que les humains peuvent porter, encaisser, dépasser, transformer, sublimer. Pour ma part, 2009 a été une année difficile avec des coups, des batailles, des revers de médaille, des deuils, la cassure avec un père schizo qui n'a pas eu l'affection et l'amour -avec ma mère- de venir nous embrasser, moi et mes enfants, alors qu'ils sont montés de la région de Toulouse dans notre région. Il a écrit à tous ses enfants qu'il regrettait de nous avoir eu et a déversé sa haine sur sa progéniture dont il dit qu'on est de la "merde". C'est dur, surtout que ma mère a un cancer et que je ne l'ai pas revue depuis bientôt deux ans. Après, quand vous entendez votre fille adoptive vous dire un jour de colère adolescente qu'elle serait heureuse de visiter votre tombe... il faut être drôlement accroché pour maintenir le cap et poursuivre coûte que coûte. Parfois, les larmes coulent et elles font du bien, car le coeur déborde, et j'offre tous ces maux pour que d'autres soient heureux quelque part dans le monde, car le bonheur des autres me fait du bien, à défaut de l'être totalement moi-même. La musique et mon groupe du Trio Odyssée créé en 2009 est un exemple de l'amour qu'on peut partager à travers un violon et de cet art qui fait du bien, à soi et à ceux qui viennent nous écouter.5.jpg

http://letrioodyssee.site.voila.fr

____________________________________________________________________________________________________


cap001.jpg Vous vous demandez si cela vaut le coup de se battre en amour.... c'est à dire de ne pas lâcher même en cas de problèmes. Je pense effectivement que si le problème est facile à gérer, on peut se battre. Mais je vais vous citer des cas impossibles à gérer pour une femme même en patientant des mois : .... (ne riez pas) Imaginons un homme qui est impuissant ou avec un problème d'éjaculation précoce mais ne veut absolument rien faire, ni consulter ni prendre quelque chose (dans le cas de l'impuissance), alors on fait comment ? Pour l'éjaculation précoce, par amour, on peut y arriver en faisant des concessions et des femmes y sont arrivés. Dans le cas de l’impuissance, beaucoup de femmes font aussi des concessions dans certains couples et trouvent leur plaisir avec leur partenaire autrement.

D'autres exemples : vous rencontrez un homme maniaco-dépressif et vous tombez amoureuse de lui. C'est le grand amour pendant trois semaines et puis il disparait en disant les pires horreurs et que l'amour "est une dépendance", qu'il ne veut pas devenir dépendant alors il s'en va. Il se terre chez lui. Et puis il revient au bout de deux semaines, avec plein de flammes, et ses mots doux récupèrent la femme qui tombe dans ses bras. Cela m'est arrivé, c'est pour cela que je vous en parle. Je me suis battue presque un an pour cet homme que j'ai attendu et pour lequel j'ai pleuré car il m'a fait le coup bien sept fois, en mettant parfois deux mois de distance. Un jour, il est revenu en me disant des choses tellement merveilleuses et puis quinze jours après : "Ben, j'aurais pu les dire à n'importe quelle femme, ces mots-là." Là, ça casse... Vous êtes à terre. Démollie. Est-ce que ça vaut le coup, tout ça ? La question est : savoir se protéger aussi, malgré les sentiments qui nous tirent de l'avant, mais nous tirent à quel prix ? Alors depuis je me protège mais retrouver la confiance.... Oui, il le faut.imageseEIi6I.jpeg

Je pense que ce type d'hommes peut détruire profondément car parfois il a été très rejetant avec des mots blessants. À travers moi, je pense qu'il visait sa mère, son père, d'autres femmes, lui-même.... mais on n'est pas des robots. On encaisse et le problème est qu'on accuse les blessures. Après, il faut panser le coeur qui éclate en mille morceaux. Dans ce monde, où beaucoup d'êtres errent d'amours en amours, l'homme et la femme souffrent du monde moderne jusque dans le coeur : ultra consommation, mise à la poubelle rapide, mépris des sentiments, banalisation des séparations, etc.

____________________________________________________________________________________________________


images.jpegJe viens vous faire un petit cadeau... une citation de Jacques Salomé : "Vivre en couple dans la durée, c'est apprendre à créer et à vivre une intimité personnelle (reconnue par l'autre) et une intimité commune (respectée par chacun)". Il a écrit aussi : "Je veux que toi et moi osions l'impossible afin que chacun de nous rencontre l'incroyable."

En fait, pour vous livrer la suite de ma réflexion, je crois que tout cela n'est qu'un problème de rencontres de personnalités et de caractères, mais pas de rencontre homme-femme. Chaque homme, chaque femme est différent, différente. Parfois il y a incompatibilité entre deux personnes et elles peuvent s'acharner à poursuivre ensemble autant qu'elles le veulent, elles n'y arriveront pas forcément. Le mieux est de le reconnaître et de se séparer en bon terme, sans haine. Les orientaux savent bien cela. Certaines unions leur sont impossibles (comme le cheval avec le rat par exemple). Quelqu'un qui a beaucoup de feu se mettant avec une personne pleine d'eau en énergie se verra étouffer et mourir à petit feu. Alors il fera des concessions mais au détriment de quoi : de son propre équilibre. Il se réveillera un jour avec une dépression ou un cancer pour avoir étouffé son chemin de vie par "amour". J'ai plusieurs exemples de personnes ayant vécu cela dans mon entourage. L'amour doit donner de la vie, pas la mort ni le sacrifice.

____________________________________________________________________________________________________imagesLlg8Om.jpeg

imagesbavvxR.jpegJ'adore quand les hommes et les femmes découvrent que chacun souffre des deux côtés et qu'il y a des indélicats dans les deux bords. Arrêtons la guerre des sexes que certains vivent dans leur tête avec la haine, la rancune et le mépris pour l'autre sexe. Il y a des célibataires très bien des deux côtés qui sont sincères, gentils, généreux, attentionnés, respectueux de l'autre, fiables, sans enfants ou avec enfants, avec du tact et qui n'arrêteront jamais une relation par sms.

 

Chloé LAROCHE

 

Photos de mon groupe, le trio Odyssée :

http://www.casimages.com/photos/Akon38/123036/

8-picture3.jpgCopie de 100218102136990035471704.jpg

_________________________________________

Nous allons jouer le 10 avril à l'Heure Bleue pour la soirée annuelle

du Secours Populaire__________________________________________________________

26/01/2010

Quand Serge BEUZELIN chante BRASSENS et BREL dans un hymne à la vie et à l'amour formidable. Concert du 23 janvier à la Soupe aux Choux de Grenoble.

Bonsoir à tous et toutes,imagesacMEbM.jpeg

 

2010.01.23 Grenoble - Soupe au Chou Serge (9).jpgSamedi soir, j'ai passé une merveilleuse soirée en allant à la Soupe aux Choux pour écouter Serge Beuzelin, grâce au site “On va sortir.com” de Grenoble.images.jpeg


Mon coeur est passé de la joie pétillante de Georges Brassens à la lucidité sur ce monde vue par Jacques Brel. Dans un arc-en-ciel d'émotions fortes vécues tout en nuances pastel, j'ai été emportée par la voix de Serge qui nous mène au bout de ses cordes vocales dans un pays d'où l'on ne revient que transformé et empli de plénitude.2010.01.23 Grenoble - Soupe au Chou Serge (3).jpg


Ce soir, nous étions en tête-à-tête avec ce grand chanteur et c’est dans un voyage au coeur de l’amour qu’il nous a entrainés, de cet amour que chante Brel, avec tant de force et de conviction, autant qu’il chante “les Vieux” avec tant de ferveur et de vérité.


imagesPlEDXp.jpegSerge Beuzelin aussi chante “les Vieux” et tout à coup... devant moi, j’ai vu tous les visages de ces personnes âgées que je transporte dans mon taxi TPMR (transports de personnes à mobilité réduite). J’ai vu ce couple qui a du mal à marcher et qui vit côte à côte, l’un avec l’autre, dans une immense solidarité face aux douleurs, aux maux et à la solitude de la vieillesse. J’ai vu ma grand-mère maternelle porter jusqu’au bout ses fardeaux de santé perdue et son deuil de cet homme, mon grand-père, parti trop tôt. J’ai vu ma grand-mère paternelle suspendue à la vie dans un hôpital qui l’attachait car elle arrachait sa sonde alimentaire.imagesxzVMzw.jpeg

imagesGHZ2JX.jpegJ’ai vu là dans la salle tous les vieux qui n’ont plus assez pour manger, retraite médiocre oblige. Je les ai vus passer d’un lit à l’autre, lit de leur maison au lit dernier de la mort, grand repos éternel.images0GhApP.jpeg


Et Serge a chanté l’amour, l’amour qui dure, l’amour d’un soir, l’amour de l’inaccessible étoile de Brel, de cette quête où l’on aime “trop, même mal”, où l’humanité entière a besoin de ces âmes d’artistes qui donnent leurs tripes, leur coeur sur scène, leur espoir d’un monde meilleur, dénonçant les gens qui ne vivent que d’argent ou de bénéfice, de réalisme froid et d’embourgeoisement, ce dernier se contentant de vivre loin des plus pauvres, ceux-là que Brassens n’a jamais oublié.images6MmnAO.jpeg


imageslnmHQw.jpegEt lorsque Serge nous a chanté celui qui boit pour oublier un chagrin d’amour et les marins d’Amsterdam buvant sur les femmes infidèles... la tristesse humaine a traversé nos âmes comme une vision de brume sur l’âme ensoleillée de ceux qui traversent la vie sans dépendances.


images8lKAVG.jpegSerge Beuzelin a cette présence scénique qui me fait penser à un sagittaire bondissant, à travers un homme qui sait tirer les flèches de sa puissance vocale et l’animal qui rugit avec une force incomparable dans son interprétation des mots et des scènes de chaque chanson.


Chaque chanson est un univers qui nous emporte dans une danse de quelques minutes, de la vie à la mort, comme dans “le Testament” de Brassens ou “la non demande en mariage” du même chanteur. Un homme qui peut chanter à sa dulcinée : “J’ai l’honneur de ne pas te demander ta main” en lui chantant l’une des plus belles chansons d’amour existantes et en lui disant : “Mais non, n’inscrivons pas nos noms en bas d’un parchemin”... cet homme exprime que cet amour est écrit partout, dans les étoiles et sur la plage, dans son coeur profondément éperdu... et Serge en la chantant nous a transmis une part de cet amour.


imagesVSKSE9.jpegC’est ce qu’apportent les chanteurs, les musiciens, les photographes et les peintres : cette part d’amour donnée par d’autres artistes, des artistes encore vivants et aussi des artistes disparus, part d’amour relayée de décennies en décennies, de siècles en siècles.imagesY5LEBm.jpeg


Chloé Laroche

 

Le site de Serge BEUZELIN : http://sergebeuzelin.voila.net/

01/01/2010

Mes voeux 2010 vont vers les familles dont on expulse les parents hors de France, vers le Réseau d'Éducation sans frontières, vers tous ceux qui sont seuls ou dans le deuil, vers les ambulanciers et les conducteurs, vers les enfants abandonnés...

imagesO9tXuD.jpegBonjour à tous et toutes,

HEUREUSE ANNÉE 2010...

 

Mes voeux pour 2010 vont vers les familles séparées volontairement par l’État français. Le nombre de ces familles, dont les enfants (ou l’enfant) sont parfois nés en France, est effarant. Comme vous le savez, j’écris pour faire connaître des situations de pères expulsés de France et de familles aussi, dont les enfants sont arrachés au banc de leur école française pour aller dans un pays qu'ils ne connaissent pas.arton4631.jpg

moton8.pngMes voeux vont vers les membres du Réseau d’Éducation sans Frontières, réseau invisible et immense dont je fais partie par mon blog et mes textes (voir les catégories à gauche de cet article : “Chloé défend les pères expulsés” et “Non aux expulsions et aux camps”). Mes voeux vont aussi vers la Cimade et le site des Amoureux au ban public, lequel défend des couples interdits d’amour... car l’homme ou la femme sont d’origine étrangère.

Mes voeux vont vers tous ceux qui visitent le site du Réseau d’Éducation sans frontières et signent les nombreuses pétitions pour toutes les familles menacées d’expulsion : http://www.educationsansfrontieres.org

default.jpeg Mes voeux pour cette nouvelle année vont vers tous les ambulanciers et les conducteurs de personnes à mobilité réduite qui font un métier difficile, méconnu mais plein de coeur, dans l’accompagnement et l’écoute quotidienne des personnes malades, handicapées, dialysées, accidentées et dépressives.

images5bpjIV.jpegMes voeux et mes pensées vont vers tous ceux qui souffrent, qui sont seuls, qui pleurent un être cher... vers tous les parents qui ont perdu leur enfant.

imagessQjkAV.jpegMes voeux vont vers tous les enfants abandonnés par leurs parents, par leur père, leur mère partie vers un nouvel amour en les oubliant... Je pense particulièrement à deux papas qui s’occupent de leurs enfants sans que leur maman ne s’intéresse à eux... Plus jamais de bisous maternels pour ces enfants-là, parfois petits, et qui souffrent terriblement de l’absence de leur mère, partie pour une passion dévorante.

Mes voeux pour 2010 vont vers tous les automobilistes... pour qu’il y ait plus de vivants à l’arrivée des trajets et des voyages et plus jamais d’enfants non attachés ou de feux rouges grillés, plus jamais de bandes blanches violées et de piétons renversés.imagesEdf6Nw.jpeg

imagesoaVd22.jpegMes voeux vont vers une prise de conscience accrue envers notre planète et vers les efforts que nous pouvons faire individuellement pour améliorer le capital avenir de la Terre.

imagesB78MI9.jpegMes voeux vont vers tous les hommes et femmes politiques, afin qu’ils soient tournés vers l’humain, vers la sincérité, vers l’honnêteté et qu’ils laissent tomber les chiffres à faire... à tout prix... Qu’ils laissent tomber la course à l’Élysée, qu’ils laissent derrière eux les mesquineries et les jalousies au sein d’un même parti, qu’ils avancent en se souvenant qu’un peuple attend d’eux qu’ils soient justes et qu’ils respectent les êtres humains, les Droits de l’Homme et de l’Enfant, le droit d’asile et le droit de pouvoir grandir auprès de ses parents, sans devoir les voir monter menottés dans un avion, alors qu’on a cinq ans, huit ans ou six mois.arton23840.png

Meilleurs voeux à tous ceux qui me lisent et sont fidèles. Mon blog a aujourd’hui entre 170 et 250 visiteurs par jour, voire 350 selon les mois, avec 548 visiteurs le 26 janvier 2009 ! Et jusqu'à 16 725 pages lues par jour ! Que ce blog puisse perdurer afin de partager encore longtemps avec vous mes idées sur l'authentique, sur la profondeur humaine et sur le franc-parler au coeur d'un monde qui a soif de limpidité et de coeur à coeur.imagesj9gyHz.jpegimagesAhW4aA.jpeg

images5ymx5K.jpegQue cette nouvelle année vous soit propice dans les domaines qui vous sont chers et vous tiennent à coeur.imagesX9Lt0C.jpeg

Je souhaite aussi une très belle année à tous les membres d'OVS, "On va sortir.com"... site qui propose à chacun de se faire des amis, d'aller à des sorties diverses ou d'en organiser. Dans un monde où la solitude prime et où les solitaires peuvent souffrir d'être mis à l'écart à cause d'un passage douloureux de leur vie, comme le divorce, un deuil, etc... ce site permet sur un plan national et régional de sortir de chez soi, de se prendre par la main et même de faire des sorties avec ses enfants, afin qu'eux aussi puissent bénéficier d'une ouverture vers les autres et sortir d'un environnement familial parfois replié sur lui-même.imagesgNEdT6.jpeg

Chloé Laroche

(http://letrioodyssee.site.voila.fr)

 

29/12/2009

Une française aime un algérien. Elle est enceinte de lui mais n'a plus le droit de le voir car il a été expulsé vers l'Algérie le 6 août 2009. L'identité nationale, c'est donc ça... Enlever un père à son enfant avant même qu'il ne soit né ?!

imagesDGkJ3g.jpeg_______"Mohamed doit obtenir un VISA lui permettant d'être présent pour la NAISSANCE de son enfant !"_______________________imagesXGHX5b.jpegAI03120.jpg

 

Bonsoir à tous et toutes,

Ce soir, j'ai reçu cet appel urgent des Amoureux au Ban public pour Angelina et son amoureux Mohammed. Ils s'aiment et attendent un enfant. Ils se sont mariés et lui a été expulsé de l'autre côté de la mer. Alors que Angelina va donner le jour à leur enfant, Mohammed se bat pour revenir.

imagesX9Lt0C.jpegMais la France fait la sourde oreille. Elle préfère se battre pour l'identité nationale et voir naître un nouveau petit français sans papa. Cela doit être la nouvelle France, celle qui croit qu'une seule couleur doit vivre ici et que nous demeurerons longtemps français en éliminant les browns, les noirs, les jaunes, les rouges, les violets et les gris. Peut-être que les stroumpfs trouveront grâce à leurs yeux. Je suis en colère pour cette famille, en colère contre les autorités françaises, en colère contre la politique d'immigration qui -pour faire du chiffre- écartèle les familles.

Ramenez Mohammed en France près de sa femme, s'il vous plaît.imagesESoqva.jpeg

Chloé Laroche

 

_______________________Signez la pétition : http://placeauxdroits.net/petition2/index.php?petition=28 ____________

 

TEXTE DES AMOUREUX AU BAN PUBLIC :

(http://amoureuxauban.net)

 

hennapose5.jpg"Mohamed, algérien, et Angelina, française, se sont mariés en France en avril 2008. Suite au mariage, Mohamed dépose une demande de titre de séjour qui est rejetée plusieurs mois plus tard avec obligation de quitter le territoire français. Le 5 août 2009, alors qu'Angélina est enceinte de 4 mois, Mohamed est arrêté au domicile conjugal par la police. Conduit au centre de rétention, il est expulsé le lendemain vers l'Algérie.

Le 8 octobre, l'avocate de Mohamed a saisi le consulat de France à Annaba d'une demande de visa. Le 25 novembre, Mohamed a confirmé cette demande en redéposant un dossier auprès des autorités consulaires françaises. A ce jour, aucune réponse n'a été donnée à ces demandes malgré l'imminence de l'accouchement d'Angélina. Le couple vit dans l'angoisse de ne pas pouvoir être réuni pour la naissance de leur enfant prévue dans moins d'un mois.imageseuowdM.jpeg

Nous, signataires de la pétition, nous associons aux Amoureux au ban public pour demander qu'un visa soit délivré à Mohamed dans les meilleurs délais afin qu'il soit présent auprès de son épouse pendant les derniers jours de grossesse et pour la naissance de l'enfant.

Nous dénonçons l'expulsion de Mohamed qui a constitué une violation manifeste du droit au respect de la vie familiale garanti par l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme."

Signez la pétition : http://placeauxdroits.net/petition2/index.php?petition=28

 

imagesOwKKHX.jpeg_____________ Urgent !!

Ecrivez à M. William BUNEL, consul de France à Annaba (Algérie) :
contact@ambafrance-dz.org

Monsieur le Consul,

Nous souhaitons attirer votre attention sur la situation de M. Khelfa Mohamed Fares qui vous a saisi d'une demande de visa en qualité de conjoint d'une ressortissante française.

Monsieur FARES et son épouse française, se sont mariés en France en avril 2008. M. FARES a été reconduit à la frontière le 6 août 2009 alors que sa femme était enceinte de 4 mois. Son avocate vous a saisi d'une demande de visa le 8 octobre dernier, demande confirmé par le dépôt auprès de vos services par M. FARES d'un dossier de visa le 25 novembre. A ce jour l'intéressé n'a reçu aucune réponse à cette demande et le couple vit dans l'angoisse de ne pas pouvoir être réuni pour la naissance de leur enfant prévue dans moins d'un mois.

Compte tenu des circonstances particulières de cette affaire, nous vous demandons par la présente de procéder à l'instruction de la demande de visa dans les meilleurs délais afin que M. FARES puisse être auprès de son épouse pour l'accouchement.

Veuillez recevoir, Monsieur le Consul, l'expression de ma considération distinguée.

Votre signature____

25/12/2009

J'écris à un adolescent qui frappe sa mère. À tous les adolescents qui frappent et terrorisent leurs parents.

gs343077.jpgLettre à un adolescent qui frappe sa mère,



Je viens te parler et tout d’abord te souhaiter un joyeux Noël.1780153.jpg

Ta mère a encore appelé le numéro vert “Jeunes Violence Écoute” mais tu ne le sais pas. Tu ne vois pas ses larmes et son désespoir.

Le numéro de Jeunes Violence Écoute est le 0 800 20 22 23.

Là-bas, ils reçoivent près de 650 appels par an de parents dans le cas de ta mère. Certains se font gifler, d’autres insultés tous les jours par leur fille, leur fils. Certains parents sont menacés de mort.images.jpeg

Toi, cette semaine, tu as poussé ta mère contre un mur et je ne répèterai pas ici ce que tu lui as dit.

Pourquoi cette haine, cette violence ? Pourquoi la laisser envahir ton coeur jusqu’à humilier ta mère, jusqu’à arracher le cordon comme on coupe un arbre qui nous embarrasse.

ks110392.jpgLe cordon de ta naissance existe ; il vit, même coupé par des ciseaux ; le lien physique et affectif existe et ta mère sera toujours ta mère, celle qui t’a donné la vie, celle qui t’a allaité, celle qui est allée travailler pour te nourrir, celle qui a passé cent nuits blanches, celle qui a eu peur de te perdre quand tu étais très malade, celle qui t’a toujours protégé de tous les dangers.bn267037.jpgbxp32798.jpg

Tu n’es pas devenu cet homme qui veut le pouvoir dans la maison et faire ce qu’il veut, au mépris des personnes autour ?!

Tu n’es pas devenu cette ombre qui insulte et méprise, qui domine avec sa force et qui terrifie son entourage ?!

Tu n’es pas devenu le crocodile qui te faisait peur tout petit, le requin qui croque tout ce qu’il trouve même si on dit de lui parfois qu’il est inoffensif... pour sauver ce qu’il reste de gentil en lui ?IS543-033.jpg

Ta mère va en être réduite à porter plainte un jour contre toi, même si elle ne l’a pas encore fait, par amour et... parce qu’elle pardonne tout.

Tu le sais et tu en joues. Tu joues de sa peur. Tu joues de ta force. Afin d’obtenir ce que tu veux. Afin de régner en maître.



k0045393.jpgMais tu as encore besoin de limites et tu en demandes. Tu as besoin qu’on puisse s’opposer à toi et... te laisser tout faire n’est pas la solution. Tu as besoin de tierces personnes qui pourraient venir aider ta mère : éducateurs, justice, juge des enfants, police, psychologues, amis, famille.

Ta mère a attendu longtemps dans le désarroi, trop longtemps. Elle est en dépression. Plusieurs fois, tu aurais pu devenir orphelin car elle a eu envie de mettre fin à ses jours. Voir son enfant nous battre ou nous menacer de mort, nous insulter des pires mots comme “va te faire enc”... est insupportable pour une maman.images2H85dq.jpeg

Aujourd’hui, les enfants ont grandi en étant gâtés par la technologie, en étant gâtés par leurs parents qui offrent tant, en étant pris dans une communauté sociale qui mêle l’abondance d’une société de consommation avec la peur des lendemains sans travail, avec la peur d’une terre qui se réchauffe et d’un futur imprécis, incertain.

BCP043-60.jpgQuand le sol se dérobe sous nos pieds et dans nos têtes, on peut être tenté de se défouler sur nos proches... mais ce n’est pas la solution, n’est-ce-pas ?!

Si tu mettais un peu d’amour dans tes gestes, dans tes mots... si tu voyais ta mère comme celle qui t’a donné la vie et t’a élevé... Et pas comme une femme que tu détestes parce que tu te prends pour l’homme de la maison, que tu n’es pas.ispi052097.jpg

Si tu prenais tes peurs, tes angoisses, tes envies de frapper... et que tu les mettais en un autre endroit que sur ta mère ? Tu pourrais aller faire de la boxe, des arts martiaux, apprendre une discipline, un ordre de vie, des limites naturelles enseignées. Tu pourrais aller courir, écrire des mots sur un cahier et le jeter dans la rivière... pour que personne ne reçoive ta haine, sauf l’univers.KS95587.jpg

Je vais te laisser et t’offrir quelques textes d’adolescents comme toi qui ont écrit dans le livre : “Poèmes d’adolescents / Avec ces quelques mots qui enfantent le jour” (Pédagogie Frénet-1974).BCP043-61.jpg

En ce jour où des enfants pleurent de faim et de misère, où des sans-abris dorment dans leur voiture ou dans la rue et pleurent ceux qui sont morts avant eux (265 sans-abris morts en 2008), en ce jour où des parents orphelins pleurent leur enfant décédé de maladie ou d’accident et regardent tristement le sapin planté sur la tombe...

Promets-moi de mettre ton énergie et ton envie de tout casser... à des causes justes... et non contre ta mère.

Chloé Laroche

imagesESoqva.jpeg__________________

“Il fait froid dans mon coeur comme il fait froid en hiver.
Un singe tremble dans la neige.

Il gèlera dans mon coeur comme il gèlera en hiver.
Un singe tombera dans la neige.

Un singe MOURRA dans la neige.”

(Marie-Odile, classe de troisième)


__________________

“Il s’abat des oiseaux sur toutes les vitres
Le sang gicle à chaque giboulée.
Il fait froid au-dehors
Et mon coeur est glacé
de cent mille averses
Qui m’inondent d’une grande tristesse.
Pas une larme de soleil
Pour déchirer un ciel impitoyable.
Les oiseaux meurent par milliers
Et s’abattent à jamais
Sur des vitres mouillées
Par le sang des années.”

Marie-Claire (classe de seconde)adolescent,violence,parent,mère solo,jeunes violence écoute,numéro vert parent battu,haine,insultes,éducation,société,noël,consommation

___________________

“Le jour où les voitures reposeront
en tas
Leurs roues tournant en vain
Nous courrons le long
des autoroutes vides
Criant, hurlant, chantant,
Fort, fort, fort.”

Olivier (classe de Première)

_____________________images0Xhlkh.jpeg

“Je rechercherai parmi les brumes du désert une voix humaine
J’écouterai à l’aube de l’humanité, la plainte d’un clavier
Je chanterai le délire d’une étoile éteinte par la foudre des hommes
Je maudirai les canons et leurs bruits sourds aux oreilles de Dieu
Je renierai les fleurs enflammées par le poison du coeur
Je serai hanté par l’arme de la mort dansla nuit souveraine
Je rechercherai l’homme de la mer et sa prière tintant aux larmes du soleil
Je pleurerai sur la tombe désemparée de la paix
J’adopterai l’enfant semé dans la terre du malheur
J’aimerai la mer et son visage doux comme l’amour
Je trouverai l’Homme errant dans la vie comme la bougie éclairant le jour
J’implorerai la voix chantant l’espoir d’un monde meilleur
J’adorerai le soleil comme une idole
Je haïrai le sang lâche.”

Anne-Marie (classe de Troisième)

_____________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________   JOYEUX NOËL À TOUS !! Chloéadolescent,violence,parent,mère solo,jeunes violence écoute,numéro vert parent battu,haine,insultes,éducation,société,noël,consommation


Copie de -22-.JPG

13/09/2009

Lettre à une mère de famille qui risque de mettre fin à ses jours et de partir en laissant ses enfants. Les mamans et familles monoparentales face à la crise.

1803915.jpgLettre à une mère de famille qui risque de mettre fin à ses jours et de partir en laissant ses enfants.

 

Madame,

 

Vous avez des idées noires et désespérées dans un monde où il est de plus en plus difficile d’avancer, dans un monde où l’égoÏsme et la solitude des plus faibles s’amplifie.1823001.jpg

Je vous écris car vous me paraissez en danger moral et dans une grande détresse. Vous élevez seule vos enfants et devez faire face à la crise, aux factures, à votre travail, à l‘éducation de vos enfants. Une éducation rendue plus difficile d’années en années, étant donnée la demande accrue de repères, de rassurance et de limites à donner aux enfants, lesquels sont confrontés au monde actuel et à la violence visible jusque dans les images, à l’insécurité d’un monde qui offre déjà beaucoup d’angoisses aux adultes pour ne pas être en reste auprès des enfants.F76-283304.jpg

PAA195000029.jpgLes enfants sentent bien dans notre époque qu’ils vivent dans l’insécurité. Les couples divorcent, se séparent ; les familles éclatent et les enfants vont de gardes alternées en gardes partagées, offrant tant de bonne volonté d’adaptabilité à chacun de leur parent désireux de les avoir près d’eux. Ils sentent bien aussi que le travail manque, que notre terre est en survie pour cause de pollution.

Si vous les quittez en les abandonnant à leur vie alors que vous entrez dans la mort, que feront-ils ?

Et si vous les quittez en les abandonnant tout en poursuivant votre vie, comme ces deux mamans qui ont laissé leurs enfants pour un homme, comme elles auraient laissé des petits chats au beau milieu d’une rivière. La rivière de la vie n’est pas moindre. Elle est identique aux dangers d’un flot ravageur et aride de douceur.

Les enfants ont besoin de vous, de votre tendresse, de votre amour qui leur dit que vous serez toujours là pour eux. Ils en sont sûrs comme le soleil se lève le matin. Ils voient votre sourire et sont suspendus à votre coeur. Alors ils peuvent se construire et grandir sereinement.

Vos enfants ont besoin de vous et personne ne pourra vous remplacer. Ces enfants sont la Terre de demain et ce qui se passe entre eux et vous est très important pour l’avenir.

bxp51165.jpgVotre dépression n’est pas inéluctable. Le désespoir peut être consolé. Ne restez pas seule. Je vous conseille d’appeler dès que possible l’un des numéros suivants :

-Cap Écoute : le 0800 333 435 (9 h - 21 h) ou le 04 72 33 34 35

-Sos Suicide Phénix : 01 40 44 46 45 (12 h - 24 h)

-Sos Amitié : le 0800 066 066

-Croix-Rouge Écoute : le 0800 855 855k0402990.jpg

-Suicide Écoute : le 01 45 39 40 00

-Numéro national d’aide aux victimes : le 08 842 846 37

-Sos Suicide : le 01 40 50 34 34

 

Vous vous sentez mal car vous êtes au coeur de la bataille, comme le seul soldat survivant d’un bataillon. Vos amis vous ont lâchée ou bien la vie les a éloignés. Votre famille se compte sur les doigts d’une main mais préfère penser à sa propre survie plutôt que de vous soutenir et de vous épauler.

PAA150000070.jpgLa société actuelle, la conjoncture économique, l’évolution rapide du monde moderne ne contribuent pas à aider les personnes comme vous qui se retrouvent à batailler au quotidien. On parle par exemple d’aider les ménages afin qu’ils accèdent plus facilement à la propriété. Ainsi : vous avez un loyer, de plus en plus élevé ; vous décidez d’acheter un logement, le moins cher possible, afin d’arrêter de donner des loyers à un propriétaire. Les banques vous proposent un prêt sur 25-30 ans... dont le montant de remboursement mensuel est égal ou même inférieur à votre loyer. Mais, malheureusement, vous avez un refus de prêt de toutes les banques car vous avez trois enfants à charge et un petit revenu en CDI !

“Nous sommes vraiment désolés, Madame.” Vous entendez cette phrase et vous retournez payer votre loyer à vie. Vous venez de comprendre alors que le capitalisme donne à ceux qui possèdent et que vous n’êtes rien, juste bonne à payer le propriétaire qui s’en fiche que vos fenêtres laissent passer assez d’air et de froid pour faire grimper vos notes de gaz et d’électricité vers des sommes vertigineuses.BLD041812.jpg

C’est là qu’intervient la taxe Carbone. Taxe de ci, taxe de là, passage à l’euro qui a multiplié parfois de cinq à dix le prix de nos achats, perte du pouvoir d’achat, etc. Madame, je comprends votre raz-le-bol mais il va falloir vous accrocher et observer aussi les côtés positifs. Cette année, les ménages de la France d’en bas ont reçu deux fois 200 euros de la part du Gouvernement, plus une aide en chèques CESU emploi-service de 200 euros aussi. Souvenons-nous que nous bénéficions des allocations familiales et d’une aide pour la rentrée scolaire. On a des bons de vacances pour emmener les enfants une semaine en camping durant les congés. Imaginez que vous n’ayiez rien de tout cela, ni d’allocations logement non plus. Je pense que pour s’en sortir, il faut regarder vers le soleil même s’il y a une épaisse couche de nuages.

1821201.jpgÀ part tout ça, vous êtes seule et cette solitude vous pèse. Vous avez cherché un compagnon, démarrant cette quête au début avec espoir et conviction. Mais le monde actuel déteint aussi sur les relations humaines, après avoir repeint le paysage de la planète en tableau sombre pollué.

Vous avez rencontré des hommes dont le coeur est rongé par le doute, la dépression, le manque de confiance en l’amour, un passé douloureux, l’envie de vivre pour soi sans avoir d’embêtements (dans leur tête, embêtements = enfants, surtout les vôtres) et... finalement, vous êtes seule sur le bord de la route, débarquée de plusieurs liaisons et le coeur broyé par une montagne d’égocentrisme et de goujaterie. Le champ de roses que vous aviez dans le coeur a été moissonné par la batteuse des ruptures à répétition. Combien de fois avez-vous entendu : “Si tu étais seule sans enfant, je poursuivrais avec toi.” ? Et quand vous avez décidé de ne plus mêler votre vie sentimentale à votre vie familiale, vous vous êtes aperçue que l’homme qui acceptait cela ne vous apportait que la sensualité de quelques moments et rien d’autre. Cet homme-là  se met à culpabiliser au bout de quelques temps et vous quitte en disant que vous méritez de trouver un homme total avec qui vous pourriez refaire votre vie car finalement, vous êtes trop demandeuse de partager du temps qu’il n’a pas ou qu’il n’a pas la volonté de donner.1996086.jpg

Vous avez mille coups au coeur et c’est là qu’un ami vous appelle en vous demandant de laisser vos besoins d’être en couple de côté ainsi que vos désirs de femme. C’est là aussi qu’il vous propose de faire partie d’un groupe, de son groupe, de sa secte. L’amitié, il n’y a rien de telle ! Une main tendue pour sauter dans la dépendance d’un groupement : sortir de sa solitude pour s’oublier à jamais et plonger dans la fraternité illusoire de ceux qui pensent détenir seuls la vérité.

1789927.jpgMadame, tenez bon sur votre île déserte. Votre île finira par rencontrer le continent ou bien un bateau échouera-t-il dans une de vos criques. Vous devez rester forte car quand la montagne s’écroule, elle entraîne avec elle des millions de petits mondes, d’oasis de végétations et de paradis terrestres. Ces petits mondes sont vos enfants et ils ont besoin que vous restiez solide et forte. Pour cela, il faut rompre l’isolement et aller chercher de l’aide morale. Il vous faut prendre votre téléphone afin d’appeler les numéros que je vous ai précédemment donnés (en choisir un) et de déverser le trop plein de vos émotions de colère, de rancune et de tristesse.

images.jpegHier, lors du 11 septembre, nous avons commémoré l’événement terrible des attentats des deux Tours jumelles de New York. Des centaines de personnes sont restées coincées dans ces Tours jusqu’à la destruction finale des deux bâtiments. Mais une femme et treize pompiers se sont réveillés dans les décombres de la Tour Une, tous miraculés parmi les cadavres. Ces pompiers, avant que la tour ne s’effondre, étaient en train de descendre les étages pour se sauver quand ils ont rejoint une femme en détresse, Joséphine. Ils ont alors décidé de lui venir en aide en la soutenant pour descendre les marches de l’immense Tour Une. La Tour Deux s’était déjà effondrée et ils savaient que le temps était compté pour eux. Leur chef est allé chercher une chaise dans les bureaux pour faciliter le portage. La Tour s’est alors effondrée. Ils ont tous survécu, sauvés par cette femme qu’ils avaient aidée jusqu’au bout. Pourquoi ? Parce que là où ils se trouvaient au moment de l’effondrement, une bulle s’était faite autour d’eux par la configuration du bâtiment et des parois disloquées.images-2.jpeg
bn296063.jpg

Alors, Madame, écoutez-moi : trouvez votre bulle et soyez le pompier d’autres personnes qui ont besoin de vous. Vous verrez qu’une main qui se tend vers l’autre n’est jamais seule. S’il n’y a pas d’humain en face, il y aura un ange et cet ange vous enverra la force et le courage nécessaires. Il saura ouvrir les portes devant vous et donner du pain à vos enfants si vous n’avez plus rien. Cet ange peut être un bénévole du Resto du coeur ou de tout autre secours. Ne craignez jamais de manquer ou de vous retrouver à la rue. Faites les démarches nécessaires car dans toute descente aux enfers, une dé-marche peut éviter la Marche fatale. Répondez aux courriers, demandez de l’aide, laissez fierté et orgueil de côté. N’attendez pas que les huissiers arrivent. Avant, vous avez des recours et des possibilités d’arrangements.

BLD054288.jpgMadame, j’espère que cette lettre vous aura fait du bien et vous retiendra ici-bas, dans notre monde où la nature qui nous entoure est encore belle et souriante. Allez la voir et regardez la beauté qui se dégage des arbres, des paysages et des chemins si mutiples offerts aux carrefours de la vie.

Je vous embrasse.

Chloé Laroche

 

Ce 12 septembre 2009.

 

 

Commentaires

Bonjour Chloé, bonjour à toutes les personnes qui se sentent seules. Non, vous ne l'êtes pas, il existe des gens comme Chloé, des associations qu'elle vous donne dans cette note qui peuvent vous aider. Vous avez le droit de vivre en ayant de l'aide : eh alors, ce n'est pas honteux d'être aidé, au contraire c'est réconfortant et cela peut vous aider à aller de l'avant. Bon nombre de ces organismes sont là pour vous écouter, pour vous aider, et ils le font avec un sourire et avec joie. 
Vous qui êtes seul avec des enfants, ne "partez" pas, ce sont vos enfants qui ont le plus besoin de ce seul lien familial qui leur reste. Ils ont besoin du parent qui est à leur côté (Amour, soutien, tendresse, etc...). Cet enfant, c'est un peu vous (imagé bien sur) et la personne qui va vous aider, vous soutenir, et vous donner de son temps, de sa tendresse parfois. 
Ces organismes veulent vous aider, n'ayez pas honte d'être aidé, faites le pour vous et pour vos enfants. Courage et volonté, allez y prenez contact avec eux, ils vous accueilleront volontiers.
Personne ne veut que vous abandonniez. Vous n'êtes pas seul.
Merci à Chloé de son soutien.
Vous avez mon soutien également.
Lolotte73

Ecrit par : Lolotte73 | 17.09.2009

_____________________________________________

Merci Lolotte. Votre message fait chaud au coeur et cela aidera cette femme et bien d'autres qui sont dans la solitude et le désarroi. Je prépare un article pour ce soir... ou demain. Plein de pensées. Chloé

Ecrit par : Chloé Laroche | 17.09.2009

 

 

 

08/07/2009

Comment vivre la crise en ciblant les valeurs humaines et la solidarité ? “La crise est un bon moment pour se remettre en cause, se poser les questions essentielles.”

“La crise est un bon moment pour se remettre en cause, se poser les questions essentielles.” (Angélique Fornès)images-3.jpeg

 

images-1.jpegBonjour à tous et toutes,

 

Cette phrase a été prononcée par Angélique Fornès, de l’agence Fluoo. Je la reprends ici car elle me plaît, cette phrase.

 

Mon propos va être de la développer pour aller plus loin ensemble, sur le plan des entreprises en crise comme sur le plan individuel ou planétaire.

 

Tout est lié, ainsi que le constate très bien le Secrétaire général de l’ONU, Monsieur Ban Ki-Moon, qui dit que nous vivons une crise sans précédent faite de crises multiples (crise alimentaire, financière, épidémie mondiale de la grippe, crise des carburants, etc). Il poursuit en disant que du coup l’ONU ne reçoit plus assez d’aides des pays pour les missions de maintien à la Paix qu’ils gèrent. L’ONU emploie 78000 militaires, 11000 policiers, 23000 fonctionnaires pour 43  missions actuelles. Ils ont besoin d’aides financières et se retrouvent mis aux oubliettes de la crise.

 

La Paix est une solidarité. Sans solidarité, sans objectif précis auquel on tient, la Paix ne peut exister. La Paix est une cible. Si on l’oublie, la flèche risque de se ficher n’importe où... et la guerre arrive. La guerre amenant son lot de crises collectives et de souffrances individuelles et familiales.

 

La solidarité est donc partie prenante de la Paix. La solidarité fait qu’on peut se sortir de la crise. Vivre mieux, ne pas se renfermer sur soi. Comme le dit si bien Franck Pédersol, directeur d’Adn-Com, une agence de création et de communication sur Grenoble-Seyssinet : “La période incite beaucoup de gens à se replier sur eux-mêmes, donc ceux qui parlent peuvent mieux se faire entendre.” Oui, il faut parler, communiquer, donner aux autres l’envie de se battre, d’avancer, innover.

 

Marie Martèse, par exemple, a créé la Roue Verte dans la région de Grenoble, afin d’inciter au co-voiturage dans les entreprises mais aussi sur le plan individuel.

 

L’association Solexine existe depuis 1996 sur Grenoble et accueille plus de cent personnes par an, dans un esprit d’accueil et de solidarité basé sur le partage de la créativité.

 

“Souvent, quand on vient à Solexine, c’est qu’on cherche quelque chose pour nous aider, parce qu’on se sent seul, qu’on n’a pas de boulot, ou qu’on est mis en marge ou parce qu’on a peu de ressources financières. Mais quand on se trouve à Solexine, ce qui est apprécié, c’est le fait d’être accueilli pour ce qu’on est venu chercher, pour ce qu’on accepte de donner. Ici on n’est pas étiqueté, ni suivi par son passé.

 

Ce que propose Solexine, c’est de venir pratiquer, découvrir, créer dans différents domaines artistiques par le biais d’ateliers d’expression artistique tels que le dessin, la peinture, le chant, l’écriture créative, le théâtre, la poterie, l’informatique, le conte. Ces ateliers sont animés par des artistes professionnels, rémunérés, capables de communiquer leur passion et un certain nombre de techniques à un ensemble d’amateurs très divers, sans rentrer dans une logique de niveau de connaissances.”

 

Voici donc une association qui dure, qui a de l’avenir, qui emploie des artistes et offre du bonheur !

 

Je vais vous parler aussi de la Remise, association grenobloise de ré-insertion qui récupère, trie et revend des vêtements d’excellente qualité -bien que d’occasion. Elle existe depuis 1989, ce qui prouve que la solidarité n’a pas de crise, bien au contraire, puisque son rôle est aussi d’aider les familles à petits revenus à s’habiller correctement. On peut trouver à s’habiller dans ce lieu pour quelques euros, trouver des livres à vingt centimes, habiller les enfants toute l’année sans finir sous les ponts, trouver un petit haut à un euro, un pantalon à deux euros, des chaussures de montagne à quatre euros. Des personnes charmantes organisent tout cela, présentes et désireuses de s’en sortir, rémunérées dans le cadre d’un encouragement à la reprise du travail. Actuellement, la Remise, qui a deux sites, comprend 8 permanents salariés, 26 personnes en contrats d’insertion et 40 bénévoles.

 

Enfin, je voudrais vous parler des familles d’accueil qui font partie du réseau d’aide de l’association Point Virgule rattachée au Codase. Ces familles accueillent pendant une durée de trois à six mois une personne désireuse de ne plus reprendre la toxicomanie dont elle était dépendante et de retrouver un équilibre de vie. C’est un exemple de solidarité et aussi, dans un contexte de crise, un moyen pour ces familles de mettre du beurre dans les épinards... une indemnité mensuelle leur étant versée. Ces familles accueillent donc chez elles une personne, homme ou femme de tout âge, et leur offrent un cadre de vie familial, les faisant participer aux activités du foyer, les emmenant en balades et leur redonnant des repères, des horaires, des repas en commun, la sécurité d’un foyer les accueillant pendant un temps, un temps de passage, de reconstruction. Suzanne Joux, qui gère les accueils dans les familles, est éducatrice à Point Virgule et a écrit un livre passionnant : “Terribles récits ordinaires”, paru en juin 2009 aux éditions Thot (3, rue du Drac à Fontaine 38 600). Je vais citer pour vous un passage de l’ouvrage de Suzanne Joux : “En cas de rechute, l’expérience de l’abstinence pourra leur permettre de savoir que “c’est possible”. Tout ce qu’ils auront accompli servira peut-être de balise dans les mauvais moments ultérieurs. Une de ces personnes accueillies a écrit par la suite : “Quand j’étais en famille d’accueil, j’ai labouré avec des ânes, je ne savais pas que j’étais capable de faire ça. J’ai gardé des photos. Je suis monté avec eux jusqu’au col, ça faisait sept cent mètres de dénivelé. Je me suis dit que j’étais pas complètement fini.”

 

Peu de personnes se manifestent pour faire ce genre d’accueil, car il faut mettre de côté la peur, les craintes, parfois le jugement de ce qu’a pu être la personne avant. Aider quelqu’un qui a connu la dépendance de la drogue est un fait mais accueillir une personne qui a pu en faire le commerce peut heurter et remettre en question tous nos principes. C’est là que nous pouvons commencer à nous remettre en question, à nous positionner sur de vraies valeurs humaines. Cette personne a été en dérive, cette personne a pu causer du tort à d’autres, peut-être à de très jeunes en vendant de la drogue... mais aujourd’hui, elle veut s’en sortir, elle a fait amende honorable, elle fait une démarche de rentrer dans une famille... une famille inconnue, qui n’est pas la sienne, courageusement, pas à pas dans l’abstinence totale. Cette personne va connaître des angoisses, des doutes, des nostalgies du passé, ce passé où elle pouvait tout s’acheter sans travailler. Mais aujourd’hui, elle apprend ce qu’est une formation professionnelle, peut-être bientôt un travail.

 

Alors au diable les jugements hâtifs sur la vie des gens. La crise nous demande aujourd’hui de prendre en compte tous les parcours de vie et c’est en aidant et en tendant la main aux autres que nous nous en sortirons, pas en clamant sur tous les toits qu’en 2020... les retraites ne seront plus payées... ou en faisant croire aux plus crédules que ça y est, Il va revenir (le Christ).

 

La crise nous demande de nous repositionner et de sortir de notre coquille, de nous exprimer, de sortir ces dons que nous avons tous au fond de nous.

 

Gérer la crise dans une entreprise, ce peut être simplement l’envoi de cartes de voeux, agréables et conviviales, petites choses simples qui ramènent la pensée des clients oublieux une fois l’an. Recevoir un gentil courrier est une chose si rare aujourd’hui, où tout passe par internet, avec mille cartes virtuelles que personne ne peut accrocher au mur.

 

Gérer la crise financière dans la famille, ce peut être simplement s’inscrire et participer au Sel de sa région : Système d’Échange Local. Ce système permet d’échanger autrement et librement, sans argent. “Il privilégie le lien plutôt que le bien dans le respect des personnes, en valorisant la responsabilité de chacun, la coorpération et la solidarité.” Je vous donne le lien suivant afin de connaître le Sel de votre région : http://www.selidaire.org/spip/rubrique.php3?id_rubrique=211

 

Gérer la crise sur le plan mondial, c’est aider la Paix à survivre, c’est faire les gestes simples d’hygiène élémentaire pour éviter la propagation croissante de la grippe, c’est trier ses déchets quotidiennement, c’est placer en épargne intérieure suffisamment d’énergie jusqu’à la fin de sa vie pour pouvoir rester solidaire éternellement, même à soixante-dix ans.

 

Gérer la crise sur le plan individuel et au sein du couple, c’est arrêter de vivre les choses égoïstement, comme si l’amour était une course au temps perdu, une course effrénée de partenaires en partenaires, qui peut faire dire à certains : “Tu couches tout de suite ou pas... Si c’est non, je poursuis ma quête car je perds mon temps. J’ai besoin de savoir tout de suite.” Ou faire dire à d’autres : “Ah ben non, tu as des enfants. J’ai 54 ans. On a onze ans de différence. Je suis bien trop vieux. Je veux vivre pour moi. Ne plus m’embêter. En profiter avant qu’il ne soit trop tard. Je dois me grouiller car le temps passe si vite. Tu aurais été la femme de ma vie si tu avais été seule sans enfants. Alors comme je ne veux pas gâcher ma chance de rencontrer cette femme que j’attends et qui me correspondra, je préfère arrêter cette relation et me libérer.”

 

Libération pour une liberté virtuelle, virtuel d’une crise qui existe bien, elle, dans tous les domaines, même simplement dans le lit double d’une maison où un célibataire pleure tout bas chaque soir, larmes d’une quête improbable, d’une solitude qui s’aggrave de jour en jour, encouragée par la peur de l’autre, peur de se perdre, peur de donner, peur de partager, peur d’une maman qui élève seule ses enfants.

 

Chloé LAROCHE

 

 

POUR INFORMATION du solidaire existant sur Grenoble, ma ville :

______________________________________________________________

-La Brocante de Mamie : http://www.alpesolidaires.org/la-brocante-de-mamie-des-ordinateurs-pour-l-insertion

______________________________________________________________

-La Remise : laremise-asso.org. / 35, rue Général Ferrié 38100 Grenoble

et avenue Jean Perrot. Téléphone Tél. : 04 76 46 02 94.Tél. : 04 76 44 00 84. Fax : 04 76 46 75 65 ...

______________________________________________________________

-Le SEL de Grenoble : www.seldegrenoble.asso.fr/fr/liens.htm

______________________________________________________________

- Association Solexine : 12, Rue Ampère / 38100 Grenoble, France / 04 76 96 18 18

______________________________________________________________

-Centre de lutte contre l'Isolement. et Prévention du suicide à Grenoble. 1, place de l'Étoile 38000 Grenoble 04.76.87.90.45 ...

 

______________________________________________________________

-OZANAM. Centre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale / Brocante les mercredis et samedis :  38410 Vaulnaveys Le Bas Tél. 04 76 89 17 84. Fax. 04 76 89 01 06.

______________________________________________________________

 

-EMMAÛS (Sassenage, le Versoud, la Mure) :  La communauté de Grenoble est composée:

- d'environ 35 compagnons et compagnes sur le site de "Sassenage"

- de 9 compagnons et compagnes sur le site de "La Mure"

- de 12 compagnons et compagnes sur le site de "LE VERSOUD"

- de 3 responsables, salariés d'Emmaüs Grenoble (2 à Sassenage, André et Helmut, 1 à La Mure, Mohamed)

plus un futur responsable au Versoud à l'issue des travaux.

- d'amis (bénévoles)

Contact EMMAUS : http://www.emmaus-bourgoin.org. COMMUNAUTE DE GRENOBLE Z.I. Les Moironds Route de Valence 38360 SASSENAGE. Tél : 04 76 27 03 04 ...

______________________________________________________________

- L’ÉCOLE DE LA PAIX : www.ecoledelapaix.org

 

7, Rue Très Cloîtres

38000 Grenoble, France

04 76 63 81 41

 

______________________________________________________________

-LA ROUE VERTE (CO-VOITURAGE) : : http://www.LaRoueVerte.com

23/06/2009

Sur la route de mon taxi, à Grenoble, je croise des regards. Voici l’histoire de ces regards, regards d’enfants, d’adultes, d’hommes et de femmes.

 
 
images-1.jpegAu cours de mes trajets professionnels en taxi, véhicule dans lequel je transporte des personnes handicapées mentales et physiques, je croise des dizaines de regards.images-3.jpeg

Aujourd’hui, j’ai croisé le regard d’un ouvrier sur un chantier fermé au public. Il travaille dur sous le soleil et construit ce qui sera le toit de futurs habitants. Moi, je circule sur les routes, libre et curieuse de chaque virage, de ce qui m’attend après. Lui, il grimpe d’étage en étage, admirant l’ouvrage de ses mains, le fruit de ses efforts répétés, de son obéissance aux ordres précis de gestes minutieux.

images-7.jpegSouvent, je croise le regard d’un enfant marchant seul le long de la route, le regard gai ou triste selon l’enfant. Parfois il va à l’école, parfois va faire une course. Je suis étonnée de voir que des enfants de très jeunes âges vont à l’école tous seuls.

L’autre jour, en arrivant dans le quartier de l’Abbaye, j’ai croisé le regard d’un petit garçon de cinq-six ans. Il était assis sur le bord du trottoir, le cartable sur le dos, les pieds posés sur la chaussée. Il était 17 h 45 !! Je me suis arrêtée et lui ai demandé ce qu’il faisait assis au bord de la route. “Que fais-tu ici tout seul ? Ne reste pas ici. C’est dangereux !” Il me montre sa maison vide. Il attend ses parents. Des jeunes de la cité semblant le connaître lui crient : “Ne reste pas là sur la route, petit.”images-5.jpeg

Il y a ce regard d’une personne âgée qui a du mal à marcher et qui me sourit lorsque je la laisse passer. Ce regard d’une femme entourée d’enfants, avec un bébé dans une poussette et un petit dans un porte-bébé, plus des enfants encore autour. Regard du monde qui tourne et qui avance.
`
images-2.jpegJe rencontre le regard d’une femme voilée d’un hijab que je viens de laisser passer. Je me suis arrêtée pour elle alors que personne ne la laissait traverser. Elle me regarde et me remercie d’un grand sourire. Je me dis qu’elle est sage. Elle ne porte qu’un voile simple qui laisse voir son visage et son sourire, voile qui n’est ni le niqab ni la burqa. Elle porte le hijab et semble bien dans sa peau. Elle aimerait peut-être porter le niqab mais elle se dit que c’est plus raisonnable ainsi dans un pays où la plupart des femmes sortent les cheveux nus et les jambes à l’air. Peut-être travaille-t-elle et a-t-elle un poste qui lui donne la satisfaction de tenir son rôle dans une 
société où elle a sa place, même voilée.images-8.jpeg

J’ai croisé aussi le regard d’un homme qui avait cinq portables. Un dans chaque poche et trois dans la voiture. Vous ne me croyez pas ? Je vous dis qu’il existe. Il vit à Grenoble. C’est un voyageur. Les kilomètres qu’il fait chaque semaine dans le monde entier sont une toile d’araignée qu’il tisse sans que les femmes qu’il rencontre n’y prennent garde. 

images-6.jpegJ’ai croisé le regard d’un autre homme qui criait au volant : “Tu ne comprends pas le français ? C’est fini entre nous, terminé. Je suis volage. L’amour, ça me fait peur. Dégage de ma vie.” Et puis j’ai suivi le regard de la femme de l’autre côté de la route. Elle traversa, hagarde, en manquant de se faire renverser. Parfois, quand l’amour s’arrête brutalement, quelles raisons de vivre restent-ils ? Le sentiment de n’être plus rien, la route qui continue sans nous, l’humiliation des paroles redoutables et cruelles, la réalité d’un ventre vide dont un homme a pris l’espace durant quelques mois, s’enfuyant en laissant le vide et le néant, le mépris d’un coeur effondré sur lui-même.

Heureusement, un autre regard croise le mien. Celui d’un mendiant. Il vient vers moi et me demande de l’argent, alors que je suis arrêtée à un feu. Je vois sur son panneau : “trois enfants à nourrir.” Je cherche quelques pièces et lui donne. Je me dis que j’ai de la chance d’avoir un travail et de quoi nourrir mes enfants. 

Je me souviens de cet autre regard dans le magasin où je suis allée dernièrement. Une dame âgée de type gitan me regarde fixement dans un rayon. Elle tient dans la main un paquet de farine. Son regard se fait insistant. Elle tend le paquet vers moi de loin. Elle n’a toujours rien dit. Son regard m’appelle. Je m’approche. Elle me montre le prix. Il lui manque soixante centimes. Je lui donne. Elle repart contente avec son paquet.images-4.jpeg

Un autre regard me marque. Celui d’une femme qui s’est confiée à moi. Amoureuse d’un homme, elle ne supporte plus de vivre avec sa fille majeure qui vit sous le même toit. Cette fille ne la respecte pas. L’atmosphère devient lourde, conflictuelle ; c’est l’enfer dans son foyer. Son compagnon ne veut pas intervenir. Il laisse faire. Alors cette femme en tombe malade. D’une vraie maladie. Son regard aperçu une première fois a changé. Il est sombre, sans la flamme. Je parle un moment avec elle. Une étincelle apparaît à nouveau. Elle me fait la bise. Un moment d’amitié fait revenir le soleil.

images.jpeg“Nous nous reverrons”, m’a-t-elle dit.

Je rends hommage à tous ces regards, à toutes ces personnes croisées, à tous mes clients transportés, enfants, adolescents et adultes, à la population grenobloise que je côtois chaque jour.

Parfois je manque de me faire tuer... comme l’autre jour, à Sassenage. Un homme a grillé un stop. J’ai pu m’arrêter. Et puis ce jour dernièrement où un jeune fou a pris un rond-point en sens inverse, se mettant à ma droite, alors que je l’évitais à gauche. Il m’a narguée d’un regard inconscient et sot. Tout comme ce jeune homme qui est venu sur moi avec sa mobylette, traversant une ligne blanche en face de moi pour me provoquer. Ces regards sont pleins de violence et je préfère les reléguer au rang de l’imbécilité et d’une conduite hors-la-loi. Seulement, d’une conduite hors-la-loi, ils peuvent devenir criminels, comme ce motard roulant sans permis à Marseille et qui a heurté le 13 juin une maman enceinte de huit mois et son fils de deux ans, qui rentraient de la plage de Corbières. Ils sont morts tous les quatre, car cette femme portait des jumeaux. Le papa a été hospitalisé dans un état de choc moral indescriptible. 

Le regard que je tends à cette famille détruite est empli d’une immense tristesse. Je leur envoie à tous les cinq mes pensées les plus émues.

Chloé LAROCHE

18/06/2009

Chronique d'un fait grenoblois nocturne sur la violence ordinaire d'une femme jetée d'une voiture par son compagnon. Lorsque la société devient si dure que les hommes le deviennent aussi.

Bonsoir à tous et toutes,

 

u17953468.jpgLa violence ordinaire dans les mots et les actes entame la part d'humanité qui vit en chaque homme et en chaque femme.

Entre la crise et l'espoir, il reste du chemin, lorsque la société devient si dure que les hommes le deviennent aussi.

Hier soir, c'était mardi et une jeune femme a été jetée d'une voiture.

Jetée ? Mais par qui ?

Son ami, son compagnon de vie depuis trois ans.

Un peu avant minuit, elle marchait entre Grenoble et Meylan, rejoignant son domicile à pied.SB10063658EQ-001.jpg

Il faisait nuit et elle pleurait.

Elle marchait, traversant le pont de cette longue avenue qui part de la Mairie de Grenoble.

Son domicile à Meylan était encore loin.

Jolie et habillée d'une jupe courte, elle aurait pu tomber sur des hommes aux idées mal-intentionnées.

images-1.jpegJe me pose la question : quelle sorte d'homme est-ce pour laisser dans les rues cette jeune femme, pour la jeter hors de la voiture et la laisser marcher dans la nuit, en pleurs, désemparée, avec une très longue distance à parcourir pour rentrer, sans transports en commun à cette heure de la nuit ?

Depuis trois ans qu'il vit avec cette femme, cet homme la connaît. Il l'a aimée. Il l'aime. Quelle violence faut-il dans le coeur pour agir ainsi ?

AA024364.jpgCette femme a eu de la chance. Car soudain une voiture s'est arrêtée. C'était un de mes amis qui l'a aperçue et, soudain inquiet, lui a  demandé ce qu'il lui arrivait. Elle a expliqué les choses en pleurant. Il lui a proposé de la ramener chez elle. Elle a acceptée, visiblement soulagée.

Cet ami s'est confié à moi et m'a parlé de cette femme. Il m'a dit : "Mais dans quel monde on vit ? Cet homme qui ose faire cela envers une femme qui vit avec lui depuis trois ans... Quelle violence !"

J'espère que cette femme fera son bout de chemin pour prendre les décisions qui s'imposent. Mais parfois, des êtres restent dans une relation difficile, violente... et parfois aussi, il n'y a qu'un enfant de deux ans qui est témoin de la violence à la maison.k0211325.jpg

Parfois, l'enfant est seul témoin des coups portés à sa mère, des humiliations, des insultes... Là, il n'y a pas UNE victime, il y en a deux.

L'enfant se liquéfie à l'intérieur, se raidit, se durcit.

u16188958.jpgAlors, pour vous, la femme du pont de la route de Chambéry... n'attendez pas d'avoir un enfant avec cet homme.

Prenez votre coeur et sauvez-vous !

 

Chloé LAROCHE

 

Commentaires

Pourquoi les couples se déchirent-ils de cette façon ? Comment en sont-ils arrivés à se haïr à ce point ? Quand les enfants sont témoins de ces drames, cela doit perturber l'enfant intérieurement : la peur ressentie, les cris répétés des parents en sa présence, l'angoisse qu'il doit avoir. 
Les violences verbales et physiques doivent être déclarées aux autorités, mais faut-il encore que les victimes le veuillent. Certaines restent en couple, surtout quand il y a un enfant, mais cela ne va pas rassurer l'enfant, au contraire, il sera traumatisé le restant de sa vie. S'il arrive quelquechose à la maman (ou le papa), l'enfant sera placé automatiquement et enlevé de son cocon familial, ce qui entrainera une angoisse supplémentaire pour le petit.

Les victimes doivent absolument dire ce qu'elles vivent au quotidien pour que le conjoint "attaquant" soit punit pour ses actes irresponsables.
N'hésitez surtout pas, votre vie dépend de votre choix de dire les faits. Vous devez le faire IMPERATIVEMENT.

Merci à Chloé de soulever ce très grave problème. 

Prenons conscience que cela peut arriver à n'importe qui.

Lolotte73

Ecrit par : Lolotte73 | 18.06.2009

 

Lolotte, j'ai mis le temps pour vous remercier de ce commentaire qui m'a touchée. Vous parlez très justement et je suis heureuse que vous réagissiez à mes articles. Je sais que vous êtes là, intervenant avec des mots qui me vont droit au coeur ou parfois vous lisez et restez dans le silence. Merci infiniment. Je pense à cette femme qui marchait dans la nuit en pleurs et à toutes celles qui reçoivent les coups. Je pense aussi à ces femmes qui ne défendent pas leur enfant contre les mauvais traitements d'un conjoint. J'ai vécu cela en face de ma mère. Cela marque profondément. Hier encore je me rappelais quand j'ai été jetée dans les orties à 5-6 ans par mon père. Si j'avais été ma mère, je n'aurais jamais pu assister à cette scène sans réagir, sans aider mon enfant, sans hurler. Les choses se sont passées comme si c'était normal. Il fallait serrer les dents. Ma mère les a serrées mais au détriment de son rôle de maman. Aimer un homme ne veut pas dire tout accepter, tout voir sans broncher. Un enfant qui a vu sa mère inerte et passive devant son appel au secours intérieur voit la moitié de son âme agoniser. Je vous embrasse, Lolotte. Chloé L

Ecrit par : Chloé Laroche | 24.06.2009

 

06/06/2009

Plein jour sur le célibat des prêtres, hommes condamnés par l'Église à ne pas aimer quand le Christ ne parle que d'amour.

 

 

 

Bonsoir à tous et toutes,

images-1.jpegCela fait longtemps que je m'intéresse à ce problème du célibat des prêtres, non pas tant pour les prêtres que pour les femmes qui vivent dans l'ombre un amour culpabilisant. Parfois, ce sont aussi des enfants, les enfants de cette union non acceptée qui vivent ce lourd secret.images-8.jpeg

Je ne vis pas moi-même cette situation mais vous me connaissez maintenant. Je défends ceux et celles qui vivent l'injustice et qui sont opprimés par la bêtise de l'homme, le seul qui puisse empêcher un autre homme d'aimer.

Car empêcher un prêtre d'aimer une femme en plein jour et de se marier, puis d'avoir des enfants avec elle... Qui l'a décrété si ce n'est l'homme lui-même... au douzième  siècle seulement !!!

Jésus n'a jamais demandé cela, lui qui parlait d'amour et qui a même dit : "Aimez vous les uns les autres".

images-5.jpegIl s'arracherait les cheveux s'il voyait ce que provoque la frustration chez certains prêtres. Car devant l'interdit manifeste de toucher une femme, ces derniers s'en prennent parfois à des enfants. D'où le nombre incalculable d'affaires de prêtres pédophiles aux États-Unis, en Allemagne, en Suisse, en France et partout dans le monde. Certains se suicident. Des affaires sont volontairement étouffées et parfois même on a vu l'évêque demander aux victimes de donner leur pardon au fauteur.

Les prêtres sont des hommes et ils ont droit à l'amour, comme chacun ici bas. Pourquoi seraient-ils privés de tendresse, de présence féminine, d'amour physique, d'avoir des enfants, de fonder une famille. Un jour, un homme catholique, père de bonne famille, m'a répondu ceci : "Chloé, un prêtre ne doit pas avoir de femme pour accorder tout son temps à l'Église, aux autres, aux paroissiens, à sa mission."images-10.jpeg

Les pères qui travaillent passent du temps dans leur profession. Cela ne les empêche pas d'avoir une compagne et des enfants. Certains pères travaillent de nuit, d'autres ne rentrent pas de la semaine et sont présents le week-end, d'autres encore peuvent ressortir en urgence de chez eux, appelés par leur métier (personnels du Samu, médecins, policiers, gendarmes, etc). Alors quelle est cette hypocrisie qui menotte les prêtres au point de les rendre soumis à une loi arbitraire ?!!

Avez-vous pensé à ce bébé qui naît d'une union cachée entre un prêtre et sa compagne, la femme qu'il aime en secret ?

images.jpegCe bébé portera à vie le sceau du secret, le sceau du silence, le lourd héritage des pleurs de sa mère, aimée dans le secret, peut-être jusqu'à la fin de ses jours... pour que son bien-aimé ne soit pas jeté du métier qu'il aime : prêtre.

Voilà, c'était mon plaidoyer ce soir contre le célibat des prêtres.

À très bientôt.

 

Chloé LAROCHE

 

PS : Vous trouverez ci-après quelques documents, dont une lettre de Léon Laclau , auteur du livre : "Pour l'amour d'une femme, privé d'Eglise". Vous pourrez lire aussi des documents de l'association PLEIN JOUR : Plein Jour est une Association d'aide aux femmes compagnes de prêtres et qui lutte avec d'autres contre cette règle inadaptée d'un célibat imposé. Vous trouverez en plus une pétition concernant ce sujet : "Demande d'ouverture d'un dialogue sur la question du célibat ecclésiastique. La question du célibat ecclésiastique concerne d'abord les catholiques qui ont à faire le ménage dans leur propre église ! Elle concerne aussi tous ceux qui défendent la cause des Droits de l'homme. Comment peut-on mettre comme condition à une fonction l'obligation du célibat ? C'est la question des droits de ces hommes et de ces femmes victimes d'une loi moyenâgeuse qui ne vaut pas mieux que les pratiques inhumaines qu'on reproche aujourd'hui à certaines sectes." 

 

Extrait du site

http://plein-jour.eu

images-3.jpeg

 

 

"Chaque année, quelque 250 prêtres démissionnent (une moyenne de ces 40 dernières années. Ndlr) . 
La moitié pour aller vivre au grand jour une liaison amoureuse jusque-là clandestine. 
L’Eglise catholique préfère rester extrêmement discrète sur cette question…

Mais combien sont-ils à vivre ensuite, à un moment ou un autre de leur sacerdoce, ce déchirement entre l’amour de Dieu et celui d’une femmeOu d’un homme ? 

L’Eglise catholique n’est guère prolixe sur le sujet, préférant fermer les yeux aussi longtemps que cette "double vie" ne s’étale pas au grand jour, ou ne fait pas scandale.

Pourtant, les rares chiffres qui circulent montrent que le phénomène n’est pas anodin. 

Rien qu’en France, quelque 10.000 prêtres auraient raccroché la soutane depuis Vatican II (1965), soit environ 250 par anLa majorité le fait pour se marier."

 

images-9.jpeg

CONTACT avec la Présidente de Plein Jour et son équipe :

Dominique VENTURINI, Le Cigalon, 8 rue du Serpolet, 84160 Lourmarin
Mail : venturinid@wanadoo.fr  /  Tél. 04 90 68 02 30

 

Contact avec le gestionnaire du Site : jean.combe34@gmail.com
Adresse du Blog : http://pleinjour.wordpress.com

Adresse du Site : http://plein-jour.eu

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Pétition - Demande d'ouverture d'un dialogue 

sur la question du célibat ecclésiastique

La question du célibat ecclésiastique concerne d'abord les catholiques qui ont à faire le ménage dans leur propre église !
Elle concerne aussi tous ceux qui défendent la cause des droits de l'homme
Comment peut-on mettre comme condition à une fonction l'obligation du célibat ?
C'est la question des droits de ces hommes et de ces femmes victimes d'une loi moyenâgeuse qui ne vaut pas mieux que les pratiques inhumaines qu'on reproche aujourd'hui à certaines sectes.

APPUYEZ NOTRE LUTTE 
 diffusez-la autour de vous.

----------------------------

images-11.jpegPLEIN JOUR est issue de l’association CLAIRE-VOIE. En 1993, cette dernière, en contact avec de nombreuses femmes concernées par la règle du célibat obligatoire pour les prêtres, a demandé à la hiérarchie de l’Eglise catholique romaine de constituer avec elle une COMMISSION TRIPARTITE (responsables religieux, prêtres et femmes) aux fins d’examiner, entre toutes les parties impliquées, les problèmes multiformes engendrés par cette règle, et de leur rechercher des solutions, à la lumière des réalités,  et conformément aux principes de justice universellement admis. PLEIN JOUR s’associe à cette demande.

Rappelant que la règle du célibat ecclésiastique n’a pas été établie par le fondateur du christianisme (décret de 1139), elle souligne que les pressions exercées sur les prêtres et leurs compagnes, pour qu’ils se séparent ou demeurent dans la clandestinité, sont contraires à la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (art. 16), et elle condamne, au même titre, les persécutions ou discriminations dont les prêtres mariés et leur famille peuvent faire l’objet.

En conséquence, et compte tenu du nombre et de la gravité des situations qu’elle rencontre, elle renouvelle cette année cette demande de dialogue pour que cette question qui concerne non pas uniquement les clercs, mais des milliers de femmes et d’enfants, - soit enfin abordée de manière équitable par l’Autorité Catholique Romaine.

Nous, soussignés, déclarons nous associer à cette demande.

Nom et adresse: ...................................................................................


Signature
 ..............................................................................................


(Vous pouvez d'ailleurs l'envoyer à certains responsables de votre église : prêtres ou évêques)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

images-6.jpeg_____LETTRE de LÉON et MARGA :

Voeux pour tous_________________

 

Léon Laclau, 

chemin de Boué

64800 Asson

 

) 05 59 71 46 03

Léon : leon.laclau@free.fr

Marga : mlamadon@hotmail.fr

 

Asson, le 28 janvier 2009.

 

"Chers amis,

 

Notre Sud Ouest panse ses plaies après le passage de la tempête ‘Klaus’. La région est triste à cause des victimes et des dégâts considérables mais elle est forte de cet extraordinaire élan de solidarité qui s’est exprimé alors que tous les moyens traditionnels de communication (téléphone, électricité, routes, chemins de fer) étaient coupés. Preuve que le langage du cœur peut dépasser bien des obstacles pour laisser place à l'entraide matérielle et au soutien moral.

 

Voici un an, je vous envoyais des nouvelles de notre "parcours de combattant". Déjà, à cette époque, nous avions rebondi, grâce au soutien de nos familles et de celui de tant d'amis, connus ou inconnus ; grâce aussi à l'emploi que j'avais obtenu au Conseil Général des Pyrénées Atlantiques. Marga est toujours infirmière dans un service Alzheimer.

 

En fin janvier, ce fut la parution de mon livre-témoignage : "Pour l'amour d'une femme, privé d'Eglise". J'ai reçu beaucoup de réactions positives avec des encouragements à militer pour que l'Eglise évolue dans son fonctionnement. Les responsables religieux sont restés bien évidemment muets.

 

Le dernier trimestre 2008 a été marqué par deux temps forts :

 

Tout d’abord, notre mariage, le 4 octobre, à la mairie de Vic en Bigorre : un moment chaleureux, vécu avec nos familles respectives venues du Pays Basque et des Pays Bas et nos amis de la Bigorre, du Béarn et de la Gironde. Ce fut pour nous un immense bonheur de prononcer publiquement ce "oui" que nous nous chuchotions au creux de l'oreille depuis tant d'années. Les médias s'étaient donnés rendez-vous ce jour-là dans cette jolie petite ville des Hautes Pyrénées. Elles étaient venues couvrir ce qui leur paraissait être l'aboutissement logique d'une belle histoire douloureuse mais aussi, couvrir une histoire qui interroge l'Eglise catholique. Je sais que les autorités religieuses ont été exaspérées par cette médiatisation alors que, dans la même période, elles se sont réjouies de la couverture exceptionnelle accordée à Benoît XVI lors de son voyage très "catholique et romain" sur les terres parisiennes et bigourdanes. Bien sûr, des journalistes présents m'ont posé la question de circonstance : "cela vous fait quoi de ne pas pouvoir vous marier religieusement ?" - Rien…, leur ai-je répondu. Car je sais que le regard de Dieu est bien plus large que les restrictions disciplinaires de l'Eglise. Nous croyons que Dieu est heureux de nous savoir heureux et qu'il nous couvre de sa bénédiction.

Puis, en novembre, ce fut notre déménagement et notre retour à Asson : terre de relations fortes et vraies tissées pendant mes dernières années de sacerdoce, terre de souffrances profondes occasionnées par la sanction de l'Eglise, mais aussi terre d'espoir pour une nouvelle insertion humaine et laïque dans ce Piémont pyrénéen que nous aimons tant. Nous participons déjà à diverses associations : ADMR (aide à la personne), Asson Animations (animation-village), Gais Montagnards (camps de jeunes, loisirs), don du sang. Nous nous sommes rapprochés de nos lieux de travail (25 et 20 kms au lieu de 50 et 40 kms).

  

Dans les courriers que nous avons reçus, vous êtes très nombreux à souhaiter que l'Eglise évolue dans son organisation et dans son rapport au monde.

"Notre évêque est très loin des gens; il écoute mais il vit dans une bulle dorée. On ne sent pas d'humanité chez lui. Je ne vois plus d'avenir dans cette Eglise hypocrite, loin des gens du peuple, inaccessible pour une grande majorité, très jugeante et qui est devenue une machine à exclusion. Pour moi qui suis catholique pratiquante, c’est révoltant. Une grande majorité silencieuse est de cet avis et a pris ses distances non pas vis à vis du spirituel mais de l'Eglise catholique."

Des expressions comme celle-là, des cris de révolte dénonçant l'hypocrisie dans l’Eglise, nous en avons reçus… par centaines. Sont dénoncés aussi, dans le clergé, les amours mal vécues, les jeux de séduction amoureuse, l'appétit du pouvoir ou de l'argent. Autant de dérapages, autant de manques à gagner pour l'annonce de l'Évangile.

 

L'Évangile garde toujours pour moi beaucoup de fraîcheur. C'est une parole qui nous fait vivre dans l'espérance et qui nous donne envie de participer à la vie du monde. Mais l'Eglise est en souffrance. Les "cadres" vieillissent et se durcissent. Les courants traditionalistes, portés par une idéologie quelque peu réactionnaire, tentent de déconnecter les chrétiens des questions posées par le monde d'aujourd'hui en leur proposant une spiritualité sécuritaire faite de sacré et de liturgie (en latin, si possible). Nous avons de sérieuses raisons de nous inquiéter et nous devons rester vigilants.

Je me suis investi dans l’Eglise avec beaucoup de cœur pendant presque 30 ans. Aujourd’hui, je n'ai pas de haine mais une grande déception. Le fonctionnement même de l’institution enferme beaucoup trop de prêtres dans l’hypocrisie, souvent contre leur gré. Je pense à H. et à F qui sont venus nous voir cet été. H. est prêtre, avec une importante responsabilité dans son diocèse. F. est sa compagne depuis plusieurs années. Son évêque, qui est au courant de la situation, lui a simplement dit : « Pas de vagues… ». Nous sommes ici dans le registre du « pas vu, pas pris » qui disqualifie ceux qui se réclament de l’Evangile, parole de vie et parole de vérité. Combien sont-ils à vivre ainsi, à la fois tiraillés entre leurs deux passions et conscients qu’ils imposent à leur compagne de rester dans l’ombre alors que, quand on aime, on aspire au grand soleil ?

 

Qu’y a-t-il lieu de faire ?

Il nous faut surtout continuer à garder la foi et à nous donner des moyens pour entretenir cette foi.

Il nous faut continuer à participer à une Eglise proche des gens, telle que Vatican II l’a souhaité.

Il nous faut résister à tous ces courants conservateurs qui abusent de notre générosité et qui étouffent la vraie flamme de l’Evangile.

Il nous faut aussi libérer la parole au sujet de ces situations de souffrances que vivent tant de prêtres et de compagnes de prêtres. Les responsables de l’Eglise font la sourde oreille sur la question. Nous devons nous faire entendre. Alors, si vous êtes vous-mêmes concernés ou si vous êtes témoins de telle ou telle situation, prenez un moment pour témoigner. Et si vous connaissez quelqu’un qui est concerné, proposez-lui de témoigner. La discrétion à tous les nivaux sera préservée. 

Vous pouvez nous écrire, comme vous pouvez prendre contact avec Dominique Venturini (Cigalon - rue du Serpolet - 84160 Lourmarin, venturinid@wanadoo.fr). Elle est responsable de l’association « Plein Jour », une association de soutien aux femmes qui sont désemparées face à l’amour impossible avec un prêtre et qui se battent pour l'abolition de la règle du célibat dans l'Eglise catholique romaine. 

http://plein-jour.eu

 

Après le « parcours du combattant », c’est le temps du « parcours du militant »…

Marga se joint à moi pour vous redire toute notre amitié.

Nous vous souhaitons beaucoup de petits bonheurs tout au long de cette nouvelle année."

 

Léon LACLAU

 

Lire le livre de Léon LACLAU"Pour l'amour d'une femme, privé d'Eglise".  

 

 

___________ Voir aussi ci-dessous  tous les commentaires écrits par les lecteurs...  débat et échanges très intéressants !!

(cliquer sur "Commentaires")

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu