Avertir le modérateur

30/12/2012

Lettre au Président HOLLANDE et au Ministre Manuel VALLS pour défendre les Roms, les pères expulsés, un jeune hémiplégique expulsé et de jeunes étrangers en danger de retour dans leur pays.


immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéMonsieur le Président François HOLLANDE,

Monsieur le Ministre Manuel VALLS,

 


J'ai l'honneur de vous écrire pour vous dire que je suis profondément déçue par votre politique de l'Immigration.immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité

Pendant le Gouvernement de Monsieur Sarkozy, je me suis indignée et ai souvent écrit pour des familles expulsées de France, dont on arrachait si souvent pour se faire les enfants exclus de France aux bancs de leur école, comme cela s'est passé à l'école du Jardin de Ville de Grenoble, ma ville, et dans bien d'autres écoles, au pays des Droits de l'Homme et bien entendu des Droits de l'Enfant.

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéSans parler des pères expulsés alors que leurs enfants nés en France pleuraient l'absence d'un père... Combien de fois ai-je répété au cours de mes articles dans "Chloé défend les pères expulsés" que mon fils a perdu son papa à cause d'un cancer à l'âge de quarante-sept ans... qu'il le pleure à cause de la mort, cause inéluctable... mais ces enfants qui pleurent et sont privés de leur père ne sont frappés du destin que par la cause de certains hommes politiques, aux terribles mains guidées par des lois iniques et inhumaines.

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéAujourd'hui, après avoir voté pour vous en ayant l'espoir que les étrangers présents sur le sol français et ayant des enfants scolarisés en France ne se verront plus jamais inquiétés, que les camps de Roms ne seront plus jamais expulsés sans relogement décent, que des jeunes mineurs ne seront pas renvoyés dans leur pays avec la mise en danger pour beaucoup que ce renvoi leur apporte... Je suis déçue donc de voir que la même politique d'immigration s'est mise en place, que les Roms se voient expulsés de lieux en lieux, qu'ils sont comme Marie et Joseph rejetés par tous avant d'avoir été accueillis à la marge de la société, dans une étable, que des enfants Roms à Grenoble errent dans les rues et ne sont pas scolarisés, qu'à Fontaine, on a relogé douze personnes dans 25 mètres carré, qu'une femme enceinte Rom a accouché et a été renvoyée avec son bébé au bout de trois jours à peine dans son campement, que les pouvoirs locaux grenoblois répondent : "On ne peut s'occuper de toute la misère du monde". immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité

Il est facile de jeter la pierre à un campement de Roms et à cette population qui "fait peur". Quand on veut noyer son chien, on l'accuse de la rage. C'est ce qui s'est passé pour l'évacuation du camp de Roms à La Tronche, près de l'Hôpital. Les habitants se sont plaint et au final, le camp a été expulsé lamentablement. Les associations avaient commencé un travail d'insertion avec eux et d'aide aux enfants. Après, chaque famille ayant été disséminée, le travail n'a pu être poursuivi, au détriment d'un grand nombre de petits Roms.

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéJe souhaite vous dire et vous signaler que lorsque la population d'un quartier a envie d'accueillir les Roms comme des êtres humains normaux, cela se passe très bien ; les Roms sont respectueux et renvoient une image d'harmonie et de respect des consignes et des quartiers. Personne ne déplore de vols et de cambriolages, car chacun a fait un pas vers l'autre. Cela s'est passé cet automne au quartier des Granges d'Échirolles, avec un témoignage d'une habitante, Cheryl Pereira, qui un jour, recevant un tract horrible de médisances sur le campement de Roms basé près d'Alpexpo, entre Grenoble et Échirolles, a décidé de s'occuper d'eux et de renverser l'opinion, en regardant avec ses propres voisins chaque Rom à travers un oeil empli d'humanité et de respect envers des êtres humains vivant dans des conditions terribles, sous des tentes, par toutes conditions atmosphériques.immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité

Un collectif s'est monté pour venir en aide à ces Roms, les emmenant chez le médecin, leur apportant couvertures et vêtements, consolidant leurs tentes, trouvant gâteaux et repas chauds. Il y avait une soixantaine de personnes, dont beaucoup de femmes et d'enfants. Ils avaient froid, craignaient les rats. Des enfants marchaient en sandalettes, les pieds tout mouillés.


immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité,sarkozyEt puis, ils ont été évacués vers un gymnase de Grenoble. Le collectif s'est relayé pour servir des repas chauds, trouvant de multiples idées pour venir en aide aux Roms. Lorsque soudain, honteusement, les familles ont été évacuées du gymnase. Certaines, ayant des enfants mineurs, sont parties en foyer, les autres dans la rue... Le collectif continue de soutenir ces familles, interpelant sans relâche les autorités.

Ce collectif se nomme :

«Collectif citoyen des habitants des Granges et d’Echirolles, soutien aux gens de l’ex-Yougoslavie, atterris sous des tentes sur les terrains d’Alpexpo».

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéJe viens d'apprendre par ailleurs que vous avez refusé la demande d'un jeune handicapé de onze ans de pouvoir revenir sur le sol français, expulsé sous le gouvernement de Monsieur Sarkozy. Il se nomme Blendon Gashi et a été expulsé vers le Kosovo avec son frère jumeau et ses parents en janvier dernier par ordre de Monsieur Guéant. Depuis, Monsieur Ayrault refuse son retour, malgré que cette expulsion ait empêché une opération très importante prévue pour le petit garçon, devant traiter les conséquences de son hémiplégie.immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité

Cet enfant était scolarisé avec son frère à Châlons-en-Champagne. De quel droit arrache-t-on des enfants à une classe, à une école, à un traitement médical, à la France devenue leur pays ? De quel droit respectez-vous fidèlement la décision ignominieuse de Monsieur Guéant ? De quel droit refusez-vous d'octroyer des visas à ces enfants, à cette famille déjà assez marquée par le sort ?

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéComment avez-vous pu en outre enfermer le jeune Ahmed Sohail, 23 ans, et ordonner contre lui un avis d'expulsion pour le 30 décembre ? Ce jeune a vu ses parents assassinés au Pakistan. Il a pu être sauvé en venant en France, à l'âge de quinze ans, où il se trouve depuis donc huit années. S'il retourne là-bas, il sera enfermé. Il faudrait qu'une personne verse trois cent euros pour qu'il soit libéré. Mais là-bas, il ne connaît plus personne. Il a manqué son CAP de plombier à cause de tous ces déboires, à cause de l'absence de papiers, à cause surtout du rejet de notre pays. Pourtant, aujourd'hui, il ne connaît qu'une langue, le français.immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité

De plus, à cette date du 30 décembre, un papa cap-verdien, Monsieur Ribeiro, doit aussi être expulsé de Marignane alors qu'il vit en France depuis douze ans et qu'il a un enfant, un fils qui n'a pas vu son papa depuis septembre, celui-ci étant enfermé en camp de rétention pour étrangers. Cet enfant est scolarisé en CP, il est né en France et va être privé d'un père vivant à quatre mille kilomètres de lui.

Je vous parle de l'actualité, du présent des expulsions. Malheureusement, il y en a eu de nombreuses autres depuis votre élection. Cela me déçoit tellement, me remplit de larmes...

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéJe vous fais cette lettre car je me suis engagée personnellement dans la cause de la défense des étrangers, accueillant successivement chez moi trois jeunes filles africaines, placées par des juges français chez moi et par la Sauvegarde de l'Enfance et l'ASE. J'ai vu leur détresse, j'ai entendu leur histoire, très douloureuse pour chacune, avec des viols, le meurtre d'un père pour l'une devant ses yeux, un avortement suite à un viol pour l'autre. Je reconnais les efforts des associations et du Gouvernement français pour elles et pour grand nombre d'étrangers, mais par pitié, ne renvoyez pas de papas, ne séparez pas les familles, n'enlevez pas les enfants de leur école, ne démembrez pas les familles, ne rejetez pas de France les étrangers mineurs, les lycéens, les jeunes vivant depuis des années sur notre sol.immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité



J'ai recueillie en 2003 une jeune béninoise. Je viens d'obtenir pour elle seulement ce mois-ci, au bout de presque dix années de combat, une carte d'identité et la nationalité française. C'est un grand bonheur pour cette enfant devenue ma fille. Je remercie pour cela le Gouvernement français, le Tribunal de Grenoble, dont Monsieur Parra, la Préfecture et la Mairie de Grenoble.

Je vous prie, Monsieur le Président, Monsieur Manuel Valls, d'accéder à mes demandes indiquées ci-dessus et de faire revenir le jeune Blendon Gashi, ainsi que de ne pas expulser le jeune Ahmed Sohail ni le papa cap-verdien, Monsieur Ribeiro. Je vous remercie aussi de ne plus expulser de pères de famille et de ne plus séparer de familles, au nom des Droits de l'Enfant et de l'Homme.

Veuillez agréer, Monsieur le Président et Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments distingués, respectueux et courtois.


Chloé LAROCHE______________________________________immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéimmigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité 




ARTICLES À LIRE  (en rapport avec mon article) :


http://www.rue89.com/2012/11/09/pourquoi-nous-avons-aide-les-roms-en-bas-de-chez-nous-echirolles-236889

http://www.educationsansfrontieres.org/article45489.html?var_confirm=92zdxktX

http://www.educationsansfrontieres.org/article45335.html

 

_____________________ Si vous voulez les aidez, lisez ceci et écrivez..... SIGNEZ les pétitions :



1/ Vol prévu à Roissy pour Ahmed SOHAIL jeune ressortissant pakistanais de 23 ans arrivé en France à l'âge de 15 ans.

Ses parents, victimes de persécutions, et sans doute assassinés depuis, avaient fait le pari de lui donner une chance en le confiant à un passeur.

Il s'est retrouvé à 15 ans, errant dans les rues de Paris. Balloté de foyer en foyer pour mineurs étrangers, il fugue à plusieurs reprises. Pris en charge par l’ASE en 2006, il tente de se reconstruire dans une famille d’accueil. A 18 ans, il bénéficie d’un contrat “jeune majeur” passé avec l’ASE et obtient un titre de séjour « étudiant » jusqu’à 21 ans. Mais au terme de ce contrat, plus d’accompagnement social, plus de logement.

Il trouve un patron disposé à l’embaucher comme plombier. Il demande le changement du statut étudiant au statut salarié. Mais la Préfecture de Seine-Saint-Denis fait traîner les choses, plus d’un an, tant et si bien que le patron, lassé, renonce à employer Ahmed qui se retrouve sans emploi et sans papiers ! Résultat... une OQTF de mai 2011. Ahmed travaille, comme plombier (il a un CAP), comme maçon, ou électricien. Il est hébergé chez des compatriotes, à qui il verse régulièrement un loyer. Il a des amis, ses éducateurs se souviennent de lui et témoignent en sa faveur.

Il est en rétention depuis plus d’un mois, depuis le 21 novembre 2012 et il devrait être monté de force dans un avion le 30 décembre à destination d’un pays où personne ne l’attend.

 

Préfet de police de Paris : Bernard BOUCAULT

Fax : 01 53 73 67 23
mail : prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

 

 

2/ Expulsion programmée à Marignane pour M. Ribeiro

Depuis le 3 septembre, M. Ribeiro, cap-verdien, père d’un enfant français scolarisé en CP n’aura connu que l’enfermement : .garde à vue + rétention (25 jours) + rétention (20 jours) + prison (2 mois) + rétention (25 jours), il vient d’apprendre qu’il sera expulsé demain 30 décembre.

Dangereux criminel, ou étranger contre lequel la machine à expulser s’acharne ? Le 18 octobre, après 44 jours au CRA de Marseille, veille de sa fin de période de rétention, M. Ribeiro a refusé l’embarquement à l’aéroport de Marignane.  

Le TGI d'Aix en Provence l’a condamné à 2 mois de prison ferme, qui l’ont conduit à la  prison des Baumettes pour "s’être soustrait à une mesure de reconduite à la frontière". Le 6 décembre, jour de sa « libération », 4 policiers l’ont cueilli directement à la prison pour le ramener  au centre de rétention.

M. Ribeiro vit en France depuis 12 ans, il a déjà eu une carte de séjour, dont le renouvellement lui a été refusé suite au verdict du juge des affaires familiales considérant que depuis sa séparation avec sa femme, il n’assurait pas convenablement l’éducation de son fils, E. Depuis, son ex-compagne a écrit au juge pour expliquer les dégâts que causerait une expulsion. Un père peu présent dans l’éducation de son fils, ce n’est pas pareil qu’un père banni à 4000 km!. Et pendant que la justice délibère, pendant que le préfet prend ses arrêtés d’expulsions, pendant que la police trimbale Mr Ribeiro de cellule en cellule, ce petit garçon n’a vu son père qu’au travers d’un parloir depuis 4 mois, ne l’a pas vu à Noël et si nous n’arrivons pas à faire revenir M. le Préfet sur sa décision, ne le verra plus.

Pourtant, le 18 janvier, M. Ribeiro doit repasser devant le juge des affaires familiales, et prétendre à nouveau à une carte de séjour pour parent d’enfant français. Pourtant, la pétition lancée par le RESF a recueilli plus de 1000 signatures. Pourtant, M. Charroux, député de la circonscription de Martigues, a écrit au Préfet pour attirer son attention sur cette situation. Pourtant une délégation du RESF et de la LDH a été reçue à la sous-préfecture d’Istres pour demander la libération de Mr Ribeiro.

Demain, M Ribeiro doit passer à 10 h 30 devant un Juge qui pourrait décider de sa mise en liberté.  ! Quelques heures plus tôt, il aura été conduit  à l’aéroport

 

Préfecture des Bouches du Rhône : Standard 04 84 35 40 00

Prefet 13 :  hugues.parant@bouches-du-rhone.pref.gouv.fr;

Secretariat general :  pref-secretariat-sg@bouches-du-rhone.gouv.fr;

Directeur de cabinet :  christophe.merlin@bouches-du-rhone.gouv.fr

Directeur service Immigration et intégration :  francis.izquierdo@bouches-du-rhone.gouv.fr

 

 

3/ Un père géorgien enfermé au CRA de Saint-Jacques de La Lande

Zviad SULADZE, géorgien, réside avec sa famille à Saint-Brieuc, il a été interpelé par la police à Rennes lors d’un contrôle routier le 18 décembre et conduit au Centre de Rétention Administrative de Saint-Jacques de La Lande

En France depuis 2004, il a demandé plusieurs fois l’asile et a sollicité sa régularisation, mais les réponses furent toujours négatives.

Il est père de 2 enfants, Olga 16 ans, venue rejoindre son père après le décès de sa mère il y a deux ans en Géorgie, et scolarisée au Sacré-Cœur, et un petit garçon de 21 mois d’un second mariage.

Le matin de Noël, la Police des frontières (PAF) est venue au domicile de la famille. Depuis, Olga et sa belle-mère vivent dans la crainte. Zviad est malade, il a un rendez-vous à l’hôpital de Saint-Brieuc le 15 janvier. Mais il peut être monté dans l’avion à tout moment.

 

Préfecture Ile et Vilaine : Tél: +33 2 99 02 10 35

Télécopie : +33 2 99 02 10 15

Préfet : michel.cadot@ille-et-vilaine.gouv.fr

Secrétaire général : claude.fleutiaux@ille-et-vilaine.gouv.fr

 

 

Préfecture des Côtes d’Armor (22) : Tél : +33 2 96 62 44 22

Fax : +33 2 96 62 05 75

Préfet : pierre.soubelet@cotes-darmor.gouv.fr

Tél : +33 2 96 62 43 88

Fax : +33 2 96 62 44 21


Téléphone :  +33 2 96 62 43 28

Fax : +33 2 96 62 43 28

 

Et là où se prennent les décisions :

A l'Elysée :

Secrétaire général : pierre-rene.lemas@elysee.fr

Directrice de cabinet : sylvie.hubac@elysee.fr

Directeur de cabinet adjoint : alain.zabulon@elysee.fr

Chef de cabinet : pierre.besnard@elysee.fr

Conseiller politique : aquilino.morelle@elysee.fr

Matignon : premier-ministre@cab.pm.gouv.fr

A l'Intérieur :

Conseiller yves.colmou@interieur.gouv.fr

Dircab adjoint renaud.vedel@interieur.gouv.fr

Dircab adjoint thomas.andrieu@interieur.gouv.fr

Conseiller immigration : raphael.sodini@interieur.gouv.fr

Chef de cabinet sec.chefcab@interieur.gouv.fr

 

 

NOUS EXIGEONS LE RETOUR DE BLENDON GASHI

Le 18 janvier 2012 au matin, Blendon GASHI, 10 ans, hémiplégique, était expulsé avec ses parents et son frère jumeau Blendi vers le Kosovo. Cela se passait sous Sarkozy et Guéant.

Interpellé sur ces faits inacceptables, le gouvernement Ayrault refuse de revenir sur la décision de son prédécesseur et l’entérine : la demande de visa de la mère de Blendi et Blendon pour ses fils et elle-même vient d’être rejetée par les services consulaires sur instruction du cabinet du ministre de l’Intérieur.

Ces faits déshonorent ceux qui les ordonnent, ne peuvent que bouleverser ceux qui les exécutent et font honte à ceux qui les laissent se commettre. Il faut réagir !

Nous exigeons le retour immédiat et sans délai de Blendon et de sa famille en France pour qu’il bénéficie des soins que son état impose.

Pour voir la liste des premiers signataires et signer : http://www.educationsansfrontieres.org/article45489.html?id_rubrique=

 

20/07/2012

Fêtons l'avancée de la protection des enfants étrangers qui ne seront plus enfermés en CRA, centres de rétention... mais il demeure que des pères continuent à être expulsés de notre pays.

msadarmorique_1231341281335_LOGO_FAMILLE_NOMBREUSE.gifBonjour à tous et toutes,


Vous savez que depuis quelques années, je prends la défense de nombreux papas expulsés et de familles aussi, ainsi que d'enfants arrachés à leur école pour être placés en camp de rétention avant expulsion définitive.

Le gouvernement ayant changé, de nombreuses associations ont l'espoir que les choses changent. Elles commencent à changer effectivement puisque Monsieur VALLS a décidé de ne plus accepter les enfermements des enfants en CRA, centre de rétention.

Je vous invite à lire à ce sujet ce très bel article : 

http://www.placeauxdroits.net/portail/node/19

Cet article démontre tout ce qui reste à faire après ces premières mesures décidées par le Ministre de l'Intérieur.

rose-09-vip-blog-com-778674scsnowflake-vip-blog-com-714971p.jpgEn effet, des papas continuent d'être expulsés alors que le premier droit d'un enfant est d'avoir ses parents près de lui.

Aujourd'hui, un père risque l'expulsion vers l'Italie alors que son fils de cinq ans est à Paris. Pourquoi ceci ? C'est révoltant. Je vous invite donc à prendre position et à signer la pétition ci-dessous.

Je terminerai mon article en demandant avec force au nouveau Gouvernement que les familles ne soient plus jamais écartelées comme je l'ai constaté ces dernières années. Je vous rappelle que dans ma ville, à l'école du Jardin de Ville, trois enfants ont été arrachés aux bancs de leur école primaire et maternelle pour être expulsés avec leurs parents le 24 novembre 2008.

Voir mon article écrit pour eux : 

http://sosmaman.20minutes-blogs.fr/archive/2008/12/02/un-pere-est-venu-chercher-ses-enfants-a-l-ecole-encadre-de-p.html#trackbacksh

Je vous remercie de lire à ce sujet tous les articles écrits dans la catégorie que vous trouverez à gauche de la page de mon blog : "Chloé défend les pères expulsés" et "Non aux expulsions et aux camps".

Et que Monsieur CHEN ne soit pas expulsé en ce jour. Je vous tiens au courant de son sort. Puisse-t-il demeurer avec son fils. 

expulsion étranger,monsieur chen,cra,centre de rétention,réseau education sans frontieres,france,immigration,valls,ministre,politique,hollande,droits de l'enfant,Dernièrement le papa d'une fillette, expulsé lui aussi, m'a écrit que sa fille devait ressentir la même chose que mon fils orphelin : cette absence déchirante de la présence du père.

La seule chose est que dans ce cas, ce sont les hommes qui créent la souffrance et qu'elle pourrait être évitée, le destin étant déjà largement suffisant à apporter la mort et les épreuves dans les familles.


Chloé LAROCHE



__________________________________________________


TEXTE DE LA PÉTITION pour Monsieur CHEN____________

"Les hommes changent, les méthodes restent…

 "Le préfet de police de Paris, nouvellement nommé par Manuel Valls, a obtenu, la rétention de M. Ou CHEN, Chinois de Belleville dont le seul tort est de ne pas connaître le Code des étrangers (Ceséda), ce qui l'a conduit à croire que son titre de séjour italien valait pour l'espace Schengen et notamment la France.

Le construction européenne est ainsi faite que l’espace Schengen qui permet la libre circulation des européens, ne vaut pas pour les étrangers et qu’un titre de séjour valable dans un pays de cet espace ne permet pas de s’installer dans un autre pays de ce même espace…

C’est en vertu de cette discrimination, qu’un père de famille chinois, M. Ou CHEN, régularisé en Italie ne peut rejoindre sa famille en France et s’occuper de son fils scolarisé à la maternelle Tourtille et qu’ainsi, arrêté à Paris, il va être expulsé vers l’Italie incessamment

La politique du chiffre, pourtant amplement dénoncée, continue de faire des victimes.

Demandons au Préfet de police de Paris, nouvellement nommé, de libérer M. CHEN afin qu’il puisse retrouver les siens et poursuivre une vie familiale normale.

 
L'expulsion vers l'Italie de cet homme, dont toute la famille réside à Paris (et notamment son fils de cinq ans) est absurde mais conforme au Ceséda. 
 
Les autorités italiennes ont donné leur accord pour son retour en Italie, il y a plus de 20 jours.
 
Or depuis, la préfecture s'est « endormie » – la privation de liberté d'un étranger ne pesant pas cher – et vient seulement de se réveiller la veille du passage devant le Juge des libertés et de la détention (JLD) au 24e jour. Ce dernier, en effet serait obligé de prononcer une libération devant le peu de diligence du Préfet à trouver un billet d'avion ou de train durant ces 20 jours.
 
Aussi, le nouveau préfet a donc décidé en catastrophe d'expulser par avion quelques heures seulement avant la présentation devant le JLD !"
 
Si, pour vous, les droits humains ne se bradent pas, signez la pétition :
 
http://www.educationsansfrontieres.org/article43848.html?id_rubrique=
 
_______________________________________________________________________

20/01/2012

Ma lettre ouverte au Préfet d'Eure et Loir pour un papa géorgien expulsé hier en double peine, marié à une femme lourdement handicapée et père de deux garçons nés en France.

Je partage aujourd'hui avec vous ma lettre ouverte au Préfet d'Eure et Loir. Mon blog est lu chaque jour par de nombreux lecteurs, entre 400 et 500. J'écris pour atteindre le plus grand nombre et faire réagir et agir ceux qui me lisent. Afin que ce pays retrouve sa dignité, soyons des acteurs d'humanité !        

Chloé L


OBJET DE MA LETTRE

Demander le retour en France de David Kuridze.

_______________________________________________________________


Monsieur le Préfet d'Eure et Loir,

 

Hier jeudi, vous avez ordonné et laissé faire quelque chose de terrible puisque vous avez piétiné les Droits de l'enfant en expulsant un père de famille.

Un des premiers droits des enfants est de pouvoir vivre avec leurs parents. 

Mon fils a sept ans dans un mois et a été privé par la mort de son papa il y a quatre ans. C'est la vie qui a frappé mais là, c'est vous qui frappez, avec brutalité et inhumanité, en expulsant un papa géorgien vers son pays. C'est beaucoup de souffrance pour un enfant de se retrouver privé définitivement de l'un de ses parents.

David Kuridze venait de terminer une peine de prison et devait rentrer chez lui pour s'occuper de sa femme Lali, handicapée à 80 pour cent, et de ses deux enfants de neuf et dix ans.

Vous avez préféré appliquer la double peine alors que le Président s'était engagé en 2004 dans une opposition catégorique à cette mesure terrible, qui condamne deux fois la personne, une fois par la prison, la deuxième fois par l'expulsion du pays où il a fondé famille et vie durable.

Luka et Zaza, les deux fils de David, sont nés en France. Pourquoi devraient-ils payer tout cela par leur peine, leur souffrance d'enfants orphelins, leur déchirure.

Monsieur le Préfet, vous savez comme moi que Monsieur Guéant a dépassé ses objectifs d'expulsions de plus de cinq mille étrangers, alors pourquoi ne pas laisser ces deux enfants innocents auprès de leur père ?

Je vous rappelle que la Convention des Droits de l'Enfant signés en 1990 demande ceci aux États :


« Les États parties veillent à ce que l'enfant ne soit pas séparé de ses parents contre leur gré ».


 Monsieur le Préfet, je vous demande de faire revenir ce père en France afin qu'il puisse s'occuper de sa famille, de sa femme lourdement handicapée, de ses deux fils qui ont besoin de leur père pour construire une vie d'adulte saine et équilibrée.

Je vous fais confiance et m'adresse à votre esprit civique et humain.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de mes sentiments républicains.

Chloé LAROCHE


david kuridze,géorgie,expulsion,handicap,famille,droits de l'enfant,enfants,orphelin,courbevoie,prefet eure et loir,lionel beffrey,immigration,mr gueant,chiffre,sarkozy,france,politique,cruauté,double peine,prison,école marcel achard,oqtf,resf,reseau education sans frontieres,pétition,père,papa,séparation,destin,injustice,convention des droits de l'enfant,Préfet des Hauts-de-Seine,____________________________________david kuridze,géorgie,expulsion,handicap,famille,droits de l'enfant,enfants,orphelin,courbevoie,prefet eure et loir,lionel beffrey,immigration,mr gueant,chiffre,sarkozy,france,politique,cruauté,double peine,prison,école marcel achard,oqtf,resf,reseau education sans frontieres,pétition,père,papa,séparation,destin,injustice,convention des droits de l'enfant,préfet des hauts-de-seine


PÉTITION pour David Kuridze :

http://www.educationsansfrontieres.org/article40515.html


POUR ÉCRIRE AU PRÉFET :

 

Pour dire fermement mais sans injure ni diffamation ce que vous pensez de leur attitude à ces très hauts fonctionnaires :

 

 


Préfet d'Eure et Loir :lionel.beffre@eure-et-loir.gouv.fr
Secrétaire de la Préfecture d'Eur et Loir : blaise.gourtay@eure-et-loir.gouv.fr 
Préfet des Hauts-de-Seine : pierre-andre.peyvel@hauts-de-seine.gouv.fr
Secrétaire général de la préf. des Hauts-de-Seine : didier.montchamp@hauts-de-seine.gouv.fr 
  

 


19/01/2012

Les pandas valent-ils plus qu'un père de famille chinois ? Oui, ils valent une fortune mais les pères, eux, ne sont que des pions sur l'échiquier politique. Je vous parle ici de Monsieur LIU et de Monsieur MO.

Bonsoir à tous et toutes,

sipa_rex40206391_000004.jpgDeux pandas géants sont arrivés ces derniers jours en grande pompe, prêtés par la Chine à la France pour dix ans, après des années de négociations. Ils sont ici pour faire des petits et assurer une descendance à cette race désormais protégée.

Monsieur MO, 28 ans, est resté aussi en France durant dix ans. Il a fait deux enfants et vient d'être expulsé comme un malpropre vers la Chine, son pays d'origine, laissant son fils et sa fille derrière lui. La France va peut-être les prendre en charge dans le zoo où se trouvent les pandas...thumbnail-3.aspx.jpeg

rodney_peinture_chinoise.jpgCes deux pandas géants valent-ils plus qu'un père de famille chinois ...? Oui, ils valent une fortune mais le père chinois, lui, n'est qu'un pion sur l'échiquier politique. Il a servi à remplir les chiffres de l'expulsion des étrangers, demandés par notre politique de l'Immigration.

u18573166.jpgMais Monsieur MO n'a pas suffi. Aujourd'hui, un autre papa d'origine chinoise s'est vu emprisonné le 11 janvier. La menace d'une expulsion vers la Chine est imminente, bien qu'impensable humainement. Il a été arraché à ses deux enfants. Lui aussi en a deux : un garçon en maternelle et une fille en CM2. Le plus petit, Rémi, est né en France. Le couple est arrivé dans notre pays en 2004. S'ils retournaient en Chine, les enfants ne seraient pas scolarisés, car considérés comme étrangers. Ces deux enfants sont implantés en France. C'est leur pays depuis sept ans.u15651853.jpg

C'est un traitement inhumain que le Gouvernement fait subir à ces deux familles chinoises.IE032-042.jpg

Monsieur Mo a été expulsé définitivement loin de ses deux enfants de deux et trois ans.

J'avais fait un article pour lui le 6 janvier et une pétition a été ouverte pour demander son retour :

______MR MO A ÉTÉ EXPULSÉ LE 7 JANVIER___________

VOICI LE LIEN VOUS PERMETTANT DE PROTESTER ET DE SIGNER LA PÉTITION CONCERNANT CETTE FAMILLE.

Merci de signer et de diffuser largement cette pétition.

http://www.educationsansfrontieres.org/?page=article&id_article=40591

monsieur mo,chine,expulsion,famille démembrée,resf,reseau education sans frontieres,politique,actualité,urgent,appel à faxer,écrire,indigner,s'indigner,immigration,camp de rétention,suicide,enfants,famille,chinois,étranger,40 jours de rétention,noël seul,préfet,arrachement,indignation,colère,pétition,aubervilliers




_____________________ Pour que Monsieur LIU ne connaisse pas le même sort que Monsieur MO, il faut qu'un grand nombre de lecteurs écrivent comme moi au Préfet (Préfecture de Police de Paris) la lettre ci-dessous et signent aussi la pétition suivante : 

http ://resf.info/P2108

_____________________________________

IS592-050.jpg

Appel à mails/fax :

-Adresse mail : 

prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr...

-Fax : 01 53 71 67 23 ________________________

 

Monsieur le Préfet,


Monsieur LIU Shijie, né le 4 décembre 1974 à Wenzhou, n° étranger 7503625301, habitant Paris 10°, a été arrêté sur son lieu de travail mercredi 11 janvier 2012. Il a été conduit au centre de rétention de Vincennes. Monsieur LIU Shijie est arrivé en France avec sa femme en 2004 et leur fils Rémi est né en avril 2006 à Paris. Rémi est à la maternelle Boy Zelenski (10°) et sa sœur ainée Kaihui, âgée de 10 ans, scolarisée depuis septembre 2007, est actuellement en CM2 à l’école Eugene Varlin (10°) où ils sont très bien intégrés. 
REMI et KAIHUI ne peuvent vivre qu’en France et doivent poursuivre leur scolarité entourés de leurs deux parents. Les enfants vivent dans l’angoisse depuis mercredi. Ils ont besoin de retrouver leur père et de voir leurs parents réunis. 
La vie de Monsieur LIU Shijie s’est construite en France et doit s’y poursuivre. C’est la raison pour laquelle je vous demande de le libérer afin qu’il retrouve sa famille et de réexaminer sa situation administrative.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de mes sentiments républicains.

thumbnail-2.aspx.jpegChloé LAROCHE

_______________________________________thumbnail.aspx.jpeg

thumbnail-1.aspx.jpeg



Et là où se prennent les décisions :

- Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

 

marche-nouvel-an-chinois-a-guangzhou_1209612173.JPG============= Pour obtenir la libération de Mr Liu et la levée de son ordre de quitter le territoire, signez la pétition : 

http ://resf.info/P2108

 

Voir : http://www.educationsansfrontieres.org/article40635.html

et 

http://blogs.mediapart.fr/blog/resf/130112/expulsion-de-m-mo-lettre-ouverte-m-le-prefet-de-police-de-paris-et-m-le-minist

 __________________________________________________________

________  PAGE SOURCE DE L'IMAGE du panda calLigraphié :

http://blog.4ucreate.fr/post/2008/01/30/Votre-prenom-en-caractere-ideogramme-chinois-

sur-le-site-wwwchine-informationscom 

____________   Nota bene  : Les photos choisies par l'auteur pour son article et pour les précédents proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits.

06/01/2012

Deux jeunes enfants nés en France voient leur père expulsé en Chine, dans un pays où ils seraient eux-mêmes étrangers. Appel urgent à agir pour cette famille. MR MO A ÉTÉ EXPULSÉ LE 7 JANVIER.

Article Urgent ______________ URGENCE URGENCE URGENCE URGENCE URGENCE URGENCE______________________________

monsieur mo,chine,expulsion,famille démembrée,resf,reseau education sans frontieres,politique,actualité,urgent,appel à faxer,écrire,indigner,s'indigner,immigration,camp de rétention,suicide,enfants,famille,chinois,étranger,40 jours de rétention,noël seul,préfet,arrachement,indignation,colère,pétition,aubervilliers

J'ai été alertée par la situation d'un jeune chinois de 28 ans, Monsieur Mo, qui est en France depuis l'âge de 18 ans.

Il est dans notre pays depuis dix ans et a eu deux enfants qui ont deux et trois ans, nés tous les deux en France : Félix et Soufia. monsieur mo,chine,expulsion,famille démembrée,resf,reseau education sans frontieres,politique,actualité,urgent,appel à faxer,écrire,indigner,s'indigner,immigration,camp de rétention,suicide,enfants,famille,chinois,étranger,40 jours de rétention,noël seul,préfet,arrachement,indignation,colère,pétition,aubervilliers

Changfeng s'est construit sur notre territoire depuis sa majorité, à une période fragilisée de la vie où il sortait de l'état d'enfance pour entrer dans le monde des adultes.

Il a été arraché à sa famille en décembre, à ses enfants et sa femme, pour être placé en centre de rétention et être expulsé vers la Chine, son pays de naissance.

monsieur mo,chine,expulsion,famille démembrée,resf,reseau education sans frontieres,politique,actualité,urgent,appel à faxer,écrire,indigner,s'indigner,immigration,camp de rétention,suicide,enfants,famille,chinois,étranger,40 jours de rétention,noël seul,préfet,arrachement,indignation,colère,pétition,aubervilliersIl devait être expulsé hier mais il a fait une tentative de suicide, devant l'issue dramatique de cet arrachement cruel.

Après quelques heures d'hospitalisation, il a été ramené très rapidement en Centre de rétention.

Il doit être expulsé ce dimanche.


Vous pouvez l'aider à rester en France en faxant le message suivant ou en écrivant à l'adresse mail donnée plus bas. Vous pouvez le personnaliser, mais en veillant à demeurer courtois dans vos propos :


Monsieur Changfeng MO est arrivé en France depuis dix ans. Il était alors âgé de 18 ans. Il y a fondé une famille. Ses jeunes enfants Félix, 3 ans, et Soufia, qui aura 2 ans en février, sont privés de leur père depuis 37 jours. Le petit Félix a "fêté" son anniversaire le 15 décembre sans son père. Félix et Soufia et leur mère Hongxia ont passé Noël dans l'angoisse.

Monsieur le Préfet, je vous demande de libérer immédiatement Monsieur MO afin qu'il retrouve sa famille au plus vite.

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, à mes salutations respectueuses. 

Le 6 janvier 2012, à ...........

Signature
--------------------------------

 

Mail de la préfecture de police



 

prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

 

Fax du cabinet du Préfet :  01 53 71 67 23 


_________________ Merci de votre aide pour aider cette famille à rester unie en France et sans être obligée de rentrer en Chine, car en Chine, les deux enfants seraient considérés comme des étrangers et seraient non scolarisés.monsieur mo,chine,expulsion,famille démembrée,resf,reseau education sans frontieres,politique,actualité,urgent,appel à faxer,écrire,indigner,s'indigner,immigration,camp de rétention,suicide,enfants,famille,chinois,étranger,40 jours de rétention,noël seul,préfet,arrachement,indignation,colère,pétition,aubervilliers


Chloé LAROCHE

________________________ 


______MR MO A ÉTÉ EXPULSÉ LE 7 JANVIER___________

VOICI LE LIEN VOUS PERMETTANT DE PROTESTER ET DE SIGNER LA PÉTITION CONCERNANT CETTE FAMILLE.

Merci de signer et de diffuser largement cette pétition.

http://www.educationsansfrontieres.org/?page=article&id_article=40591

monsieur mo,chine,expulsion,famille démembrée,resf,reseau education sans frontieres,politique,actualité,urgent,appel à faxer,écrire,indigner,s'indigner,immigration,camp de rétention,suicide,enfants,famille,chinois,étranger,40 jours de rétention,noël seul,préfet,arrachement,indignation,colère,pétition,aubervilliers

http://www.educationsansfrontieres.org/article40351.html

31/01/2011

Situation monstrueuse aux Pays-Bas. Une mère morte d'avoir trop erré avec trois enfants orphelins. Rendez-vous demain à Paris. Appel du Réseau RESF.

2_a0fb8e8899.pngBonjour à tous et toutes,

2_a0fb8e8899.pngJe suis désolée d'avoir été si longue à refaire un article. Me revoici en tout cas.

Je suis touchée par ce qui arrive à cette famille dont la maman vient de décéder.

Sa photo est celle que vous voyez juste près de mon texte.

Elle avait 34 ans et est morte à Rennes début janvier d'avoir erré dans la rue avec ses trois enfants, entre la France et les Pays-Bas.

Aujourd'hui, le papa est enfermé aux Pays-Bas, et on ne reconnaît pas sa paternité, devant l'absence de certificats.

C'est ainsi qu'un petit bébé orphelin de sa mère grandit sans son père, dans un hôpital en France, ainsi qu'un enfant de treize ans et un autre de deux ans qui se retrouvent en famille d'accueil.

La famille d'accueil elle-même, d'origine mongole, est en demande d'asile. "Cette famille n’a pas les moyens d’assumer la charge de trois enfants. Si les services sociaux décident de placer les gamins ailleurs, ils vont être traumatisés… Quoi qu'il arrive, la situation ne sera pas vivable très longtemps !"

Venez donc nombreux demain à l'appel suivant :

Le Réseau Education sans frontières, la Cimade, le Gisti et le MRAP 35 appellent à un rassemblement le mercredi 2 février à 14 heures 30
devant l’ambassade des Pays-Bas, 7 rue Eblé, à Paris 7° (métro Duroc).

Merci à tous pour cette famille.

IS098R8YB.jpgEn mémoire de la maman, Alta MING, qui ne méritait pas cela, de mourir ainsi, si jeune, et de n'avoir pas été prise en charge et accueillie correctement.977734.jpgk3894199.jpg

Chloé LAROCHE

x20945832.jpg

____________________________________________

Article du RÉSEAU D'ÉDUCATION SANS FRONTIÈRES :

13 ANS, 2 ANS, 3 SEMAINES : LEUR MÈRE EST MORTE, LEUR PÈRE EN RÉTENTION

(ARTICLE : http://www.educationsansfrontieres.org/article34112.html)

 

"C’est la situation monstrueuse que les lois contre les immigrés et l’acharnement des brutes qui nous gouvernent aux Pays-Bas comme en France font subir à trois enfants de 13 ans, 2 ans et trois semaines.

Amarjargal GANAA et Alta MING, un couple de Mongols, demandent l’asile aux Pays-Bas en 2007. Déboutés, ils rejoignent la trop longue cohorte des réfugiés sans papiers. Leur fils Ulaaka (né en 1997) les rejoint. En juillet 2008, nait à Rotterdam un second enfant, Amarbayasqalan. Alta Ming est arrêtée le 25 juin 2010 et placée en centre fermé aux Pays-Bas. Le 28 octobre, le père, Amarjargal GANAA est également arrêté. Enceinte et malade, Alta est libérée le 20 novembre 2010. Les autorités néerlandaises lui donnent 48 heures pour quitter le pays. Amarjargal GANAA est maintenu en rétention pendant que sa femme et ses enfants sont chassés. Ils se réfugient en France, à Rennes, où vit une petite communauté mongole.

Hébergés tant bien que mal par leurs compatriotes, dormant parfois dans la rue, Alta et ses enfants sont brinqueballés d’hébergements d’urgence en hôtels miteux. Elle s’épuise. Le 4 janvier, elle décède à l’hôpital de Rennes, à l’âge de 34 ans. L’enfant qu’elle porte peut être sauvé. Prématuré, il est encore hospitalisé. Les deux aînés sont recueillis provisoirement par une famille mongole sous le contrôle de l’ASE. Le plus grand est scolarisé au Collège des Hautes Ourmes à Rennes.

Leur père, Amarjargal GANAA, a été présenté le 18 janvier à un juge néerlandais qui a décidé la prolongation de sa rétention. Il exige un document attestant la paternité pour le libérer !

Pour l’heure, les documents exigés de façon bureaucratique ne peuvent pas être produits. Mais les enfants, eux, existent bien. Au-delà des vérifications légitimes de l’identité des uns et des autres et des nécessaires précautions, des mesures d’urgence s’imposent. A commencer par la libération du père, Amarjargal GANAA, et l’autorisation de séjour indispensable pour qu’il retrouve ses enfants à Rennes. Avec l’aide et, bien entendu, la vigilance de l’ASE.

C’est pourquoi le Réseau Education sans frontières, la Cimade, le Gisti et le MRAP 35 appellent à un rassemblement
le mercredi 2 février à 14 heures 30
devant l’ambassade des Pays-Bas, 7 rue Eblé, à Paris 7° (métro Duroc).

La famille d’accueil et les enfants du couple seront présents, accompagnés de leurs soutiens et d’une partie de la communauté mongole rennaise, venus de Rennes en autocar, pour exprimer leur indignation face à la situation révoltante dans laquelle on maintient cette famille."


Voir à ce sujet :

  • Medias - Le Télégramme - Le Télégramme de BrestOrphelin de mère, un bébé mongol attend son père
    mercredi 26 janvier 2011
  • Medias - AFP - Agence France PresseUn bébé mongol de 3 semaines, casse-tête pour la France et les Pays Bas
    mercredi 26 janvier 2011
  • Le Mensuel de Rennes / Trois orphelins mongols attendent leur père, retenu aux Pays-Bas
    jeudi 20 janvier 2011
  • Le Mensuel de Rennes / Mingaltai, trois enfants, demandeuse d’asile, morte d’avoir trop erré
    samedi 8 janvier 2011
    _____________________________________________________________
    ___________________________________________________________________ AJOUT DERNIÈRES NOUVELLES DE CHLOÉ LAROCHE :


    15 février 2011____________________   SUPER NOUVELLE :

    HOURRA !!!!!!!!!!!!

    (http://www.educationsansfrontieres.org/article34420.html)

    LES ENFANTS GANAA ONT RETROUVE LEUR PERE… REGULARISE !

    "Ulaaka (13 ans) et Amarbayasqalan (2 ans), les fils aînés d’Amarjargal GANAA, ont retrouvé leur père lundi 7 février vers 9 heures à l’aéroport Charles De Gaulle. Le plus jeune des enfants, né prématurément le 4 janvier, est toujours hospitalisé. Accueilli d’abord à Roissy par ses enfants et leur famille d’accueil, une députée européenne, des militants RESF et des caméras de télévision, Amarjargal était attendu à Rennes par plusieurs dizaines de soutiens et la presse.

    Ce matin, il a été reçu en préfecture d’Ille et Vilaine. Une autorisation provisoire de séjour lui a été délivrée en attendant la carte Vie privée et familiale qu’il obtiendra dès qu’il aura un passeport.

    Le voilà donc tiré d’affaire… du moins sur le plan administratif, parce que, pour le reste, les autorités néerlandaises et françaises coalisées ont tout fait pour dévaster sa vie ! Il vient de passer trois mois d’internement en centre fermé, sa femme est morte d’épuisement en accouchant de leur troisième enfant après avoir elle-même été enfermée cinq mois en rétention, suivis de six semaines d’errance à Rennes avec ses deux enfants, à la rue ou dans des hébergements précaires.

    Mais cette issue, qu’on n’ose qualifier « d’heureuse » compte tenu des circonstances, n’est en rien l’effet d’un quelconque sens de l’humanité des autorités néerlandaises et françaises. Les Pays-Bas n’ont libéré Amarjargal GANAA et la France ne l’a accueilli que parce que la situation tragique des trois enfants, orphelins de mère et privés de père, abandonnés à Rennes, commençait à faire scandale. A Rennes, bien sûr, où la mobilisation s’est immédiatement mise en place, mais aussi au niveau national. Un rassemblement prévu devant l’ambassade des Pays-Bas qui, visiblement, ne savait plus comment se dépêtrer de cette affaire, n’a été annulé que lorsque les autorités néerlandaises et françaises se sont enfin mises d’accord pour qu’Amarjargal GANAA soit libéré et accueilli en France.

    Au-delà de la situation particulière de la famille Ganaa, on ne peut manquer de souligner l’attitude cynique de gouvernants qui s’emparent de chaque fait divers tragique pour faire leur auto-promotion mais se taisent honteusement devant les drames qu’occasionne leur politique démagogique contre les immigrés."


28/12/2010

Hay Kathusca, 7 ans et Syrandi Georgio, 4 ans, ont passé tous les deux Noël sans leur père. Monsieur RAKOTOMALALA est en rétention depuis le 13 décembre, privé de sa famille.

beo03009.jpgURGENT ! Appel à fax/mail pour M. RAKOTOMALALA___

Son avion est prévu le 29 décembre !! Mais il va être arraché à ses jeunes enfants et à sa femme...


Merci d'envoyer fax/mails pour la libération de M. RAKOTOMALALA au Préfet de Paris.p_transports_pirogue_plantes_maroant.jpgk0541403.jpg

Faxer, mailer à la Préfecture de police de Paris
la lettre que je signe ci-dessous :

Fax : 01 53 71 67 23
Mail :
prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

 

 

p_petite_nounou_tana.jpgMonsieur le Préfet,


Hay Kathusca, 7 ans et Syrandi Georgio, 4 ans, ont passé tous les deux Noël sans leur père. Monsieur RAKOTOMALALA est en rétention à Vincennes depuis le 13 décembre. Monsieur le Préfet, vous en êtes responsable.


Nous avons appris l'arrestation et la mise en rétention le 13 décembre 2010 au centre de rétention de Vincennes 2 de Monsieur Mamisoa Calixte RAKOTOMALALA né le 22/08/1973 à Befalatanana à Madagascar.


Pour cette famille malgache qui a choisi de vivre en France parce que l'avenir était sombre chez eux après que la mère ait été molestée l'an dernier lors des troubles, Noël a été triste.k1870743.jpg


Entré en France le 18/07/2010, avec un visa, cet homme est venu rejoindre son épouse Mme RATEFIARIVONY Amdriamifidinirina Eliette épouse RAKOTOMALALA née le 16/03/19768 à Andriamanjaka, qui elle était en France depuis le 18/07/2009.

 

Sa plus grande crainte est que ses enfants doivent retourner à Madagascar qui les accueillera très mal.

 

k0634778.jpgLe couple a deux enfants qui s'appellent :


- ANDRIAMANJAKA Hay Kathusca née à Ankadifotsy Madagascar le 7/11/2003, scolarisée à l'école élémentaire 20 rue Falguière 75015 Paris en classe de CP


- ANDRIAMANJAKA Syrandi Georgio, né le 25/08/2006 à Befelatanana Madagascar

Scolarisé à la maternelle 149 rue Vaugirard 75015 Paris.


Monsieur Mamisoa Calixte RAKOTOMALALA a trouvé un travail de livreur pour faire vivre sa famille. Il n’avait fait encore aucune démarche pour demander un titre de séjour, attendant d’avoir une promesse d’embauche pour présenter un dossier.2cec9d394fb0e47e.jpg


k2668091.jpgMonsieur le Préfet, dans cette semaine de Noël nous vous demandons d’avoir un geste généreux, de faire libérer Monsieur Mamisoa Calixte RAKOTOMALALA et d’annuler l’Aprf (arrêté préfectoral de reconduite à la frontière) que vous avez pris à son encontre, afin qu’il puisse rejoindre son épouse et ses deux enfants de 7 ans et 4 ans qui ont besoin de leur papa.k0998598.jpg


En espérant que vous donnerez une suite favorable à notre demande, veuillez acceptez, Monsieur le Préfet, nos respectueuses salutations.


Chloé LAROCHE

et tous les membres d'Éducation sans Frontières, réseau libre, uni et solidaire.u10829291.jpgu10453855.jpgmoton459.jpg



"On ne sait plus quoi dire pour que les hommes, les femmes et les enfants arrêtent d'être des numéros d'un quota à atteindre. De grâce derrière vos décisions des drames se jouent. Un peu d'humanité c'est juste ce que nous réclamons, ce que je demande."
(Joscelyne Burgard)

________________________________Les photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits (Banque de Photographies et de Séquences Vidéos Libres de Droits Images).

Sauf les deux photos de Madagascar (les deux enfants et la pirogue) qui proviennent du site : http://www.madareve.com et ont été prises par Christophe Leroy.


13/12/2010

J'écris au Préfet de l'Oise pour qu'un papa, le père d'une petite fille de cinq ans, puisse rester en France, pour que Ilinca puisse passer son Noël comme les autres enfants.

1808102.jpgBonjour à tous et toutes,867R-1356.jpg

Cette nuit, vous lisiez mon article précédent sur les enfants privés de leur père et de leur mère enfermés dans des camps de rétention pour étrangers ou expulsés par avion ou bateau, selon les cas.

Je vous parlais de la petite Ilinca qui a cinq ans et dont les parents sont moldaves.BLD057756.jpg

Elle a pu retrouver ses deux parents dernièrement, alors qu'ils ont eu l'immense bonheur de pouvoir enfin la faire venir en France.

La maman avait dû venir dans notre pays seule, laissant sa fille et préparant sa venue.

Mais Ilinca est privée de la présence de son papa, Ilie Chiorescu, depuis le 30 novembre, enfermé en centre de rétention.

k0333871.jpgDepuis une semaine, la petite fille va très mal et est tombée malade, souffrant de l'absence de son père et de l'immense angoisse de sa maman.

Un avion est prévu aujourd'hui pour l'expulsion de ce père.

Alors il faut agir et envoyer rapidement au Préfet de l'Oise la lettre suivante au mail donné ci-dessous.

Enlevez bien sûr le paragraphe personnel qui parle de mon fils et mettez-y votre propre pensée :ispi036030.jpg

nicolas.desforges@oise.pref.gouv.fr

 

Monsieur le Préfet,

 

Monsieur Ilie Chiorescu, de nationalité Moldave, né le 14/09/1981 est en rétention au CRA du Mesnil Amelot depuis le mardi 30 novembre.

Il a été arrêté lors d’un contrôle routier alors qu’il se rendait sur un lieu de travail et n’avait commis aucun délit.

Entré en France le 4/02/2008, pour rejoindre son épouse, il est installateur de panneaux solaires, régulièrement payé et déclaré à l'URSSAFF.

Sa femme, Maricica Chiorescu, Moldave, est entrée en France le 12/06/2007.

Elle aussi travaille. Elle s’occupe de deux très jeunes enfants dans une famille qui apprécie ses qualités et sa disponibilité.

Le couple a une petite fille, Ilinca de cinq ans, née en Moldavie le 8/08/2005. Elle est scolarisée à la maternelle de la rue Vaneau dans le 7e arrondissement de Paris.

Depuis une semaine la petite Ilinca est malade. L’angoisse de sa mère et l’absence de son père la perturbent profondément. Cela ne fait pas très longtemps qu’elle a pu enfin rejoindre ses parents et elle a intégré une école maternelle où elle est très bien accueillie.

1774812.jpgRien ne justifie que cette famille qui vient de se réunir soit déchirée.

Partir, quitter son pays, sa famille, ses amis est un choix difficile. Il ne s’agit pas d’un voyage d’agrément. Surtout quand une mère part en laissant derrière elle sa petite fille de deux ans.

Cette décision est forcément motivée par des raisons majeures.

Dès leur arrivée en France, ils se sont battus pour trouver du travail, un appartement et enfin faire venir leur petite fille et lui assurer la vie familiale et sécurisée à laquelle chaque enfant a droit (article 3-1 de la CIDE).

Les séparer maintenant, à trois semaines de Noël, alors qu’ils viennent de se retrouver, me semble d’une profonde injustice.

Ilie, Maricica et Ilinca se sont très bien intégrés en France, et souhaitent obtenir leur régularisation pour vivre et élever dignement leur fille dans le pays qu’ils ont choisi.

J'ai moi-même un fils de cinq ans qui n'a plus son père. Son papa est décédé malheureusement d'un cancer. Mon fils sera privé de son père toute sa vie et devra vivre avec ce coup terrible du destin. Mais pourquoi une petite fille de l'âge de mon fils devrait vivre orpheline alors que son père est vivant et qu'il s'est battu pour faire venir sa fille en France, restée dans son pays d'origine durant trois longues années sans ses parents ?k0266611.jpg

C’est pourquoi je vous demande, Monsieur le Préfet, d’user de toute urgence de votre bienveillance pour faire libérer Monsieur Ilie Chiorescu et annuler l’arrêté de reconduite à la frontière dont il fait l’objet.

En espérant une réponse favorable, je vous prie, Monsieur le Préfet, d’agréer mes respectueuses salutations.

 

Chloé LAROCHE

(Lettre écrite d'après le modèle donné dans l'article du Réseau d'Éducation sans frontières : http://www.educationsansfrontieres.org/article32795.html)

 

Les photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits (Banque de Photographies et de Séquences Vidéos Libres de Droits Images). Merci à ce site !BLD059444.jpgu10088201.jpg

J'écris ce soir pour les orphelins de Noël.... ceux qui ont un papa mais ne pourront plus le voir ou ne le voient plus, pour cause d'expulsions du territoire français.

k2668091.jpgBonsoir à tous et toutes,

Je n'irai pas dans cet article par quatre chemins mais sans langue de bois, je dis que c'est une honte que pour faire du chiffre d'expulsions, on en arrive dans notre pays à expulser coûte que coûte et au prix des larmes de centaines d'enfants.

Mon fils a perdu son papa de mort par maladie. C'est un coup de la vie et c'est déjà assez difficile mais quand je vois des enfants, souvent nés en France, pleurer à la veille des fêtes de fin d'année car leur père est emprisonné en centre de rétention pour étrangers et en voie d'être expulsés vers un pays qui n'est souvent plus le leur.... quelle honte pour la France.

Des enfants deviennent orphelins par force dans un pays où on défend les Droits de l'Homme et de l'Enfant !!!??? Je rappelle selon ces Droits que chaque enfant a le droit de vivre auprès de son parent, auprès de son père et de sa mère.

Mon fils pleure et beaucoup d'enfants pleurent à cause de la mort, à cause d'un accident, à cause du cancer de leur parent.

Mais que des enfants soient privés d'amour et de tendresse à cause de la politique d'immigration de mon pays, je ne saurais le supporter.u10083353.jpg

Je ne saurais supporter que mes enfants ouvrent leurs cadeaux en riant quand je sais que Naki (14 ans), Gülbahar (11 ans), Eren-Can (7 ans) enfants d’Ozay YILDIZ, Emilie (4 ans), son frère Enzo (2 ans) et Erine, leur petite sœur de 8 mois enfants de Xiaoshao LIN, Nakemin (8 ans), Mohamed (7 ans) et les deux jumeaux Lassina et Laséni (4 ans), enfants de Vakoleba KARAMAKO, Stéphane et Steve (4 ans) dont la maman attend un troisième enfant de Darios Elvis KUTCHE, Ilinca (5 ans), fille d’Ilie CHIORESCU, Zhengdan (10 ans), fille de Zhisheng ZHU, Xiao (12 ans) dont la maman Shumei ZHANG est en rétention, Dominique (9 ans) et Dylan (3 ans), fils d’Antonio DIAS VARELA, Taiba (11 ans), Djabri (6 ans), Sophia (3 ans) enfants de Mustapha Jelikli, Elena (10 ans) et Abram (8 ans) enfants de David Amirov.......

ne seront pas avec leur père, leur mère.... le soir de Noël.

Cela est intolérable et je pense très fort à eux, à tous ces enfants et à  ceux que je n'ai pas mentionné mais qui pleurent depuis des mois déjà le départ de leur père, de leur mère, d'un oncle, d'un grand-père, d'un frère expulsés vers l'inconnu d'un pays souvent terrifiant.

k0903024.jpgOussama Benbrahim, lycéen tunisien à Meaux, a été expulsé le 4 décembre après avoir été présenté trois fois à l’avion et tabassé trois fois en moins de 36 heures. L’affaire n’est pas terminée heureusement et des personnes se battent pour son retour.

Quand on sait qu'une nouvelle loi est sortie autorisant l'expulsion de mineur isolé, nous avons de quoi trembler pour les jeunes mineurs étrangers, lesquels ne peuvent plus faire un pas de travers sans craindre le rejet de toute la société.

Je souhaite que beaucoup de pères et de mamans inquiétés et incarcérés dans les centres de rétention français puissent ressortir libres pour que leurs enfants sourient et passent d'heureuses fêtes de Noël.

Je souhaite que mon gouvernement, celui de la France, ait plus de coeur et S'AMENDE des chiffres à faire, afin que chaque Préfet de France n'ait plus de taux de chiffres d'expulsion à honorer au mépris de l'humanisme et du respect des familles.k1824943.jpg

Je souhaite que la petite Ilinca, 5 ans, retrouve son papa, Ilie Chiorescu, 29 ans, moldave, placé en centre de rétention le 30 novembre par la préfecture de l'Oise.

Je souhaite que les quatre enfants de Vakoleba KARAMOKO, de nationalité ivoirienne, en France depuis 12 ans, retrouvent leur papa.

Il a fait plusieurs demandes de régularisation en 2002, 2006 et 2008, sans succès.

L’ainé des enfants a 8 ans ; les 2 derniers sont des jumeaux qui ont bientôt 4 ans.

L’un d’entre eux souffre de graves allergies alimentaires qui nécessitent des soins en France.

Arrêté sur son lieu de travail à Goussainville, M. Karamoko a été placé en rétention le 8 décembre par le préfet du Val d’Oise.

 

k0407154.jpgCi-dessous, vous trouverez d'autres situations signalées par le Réseau d'Éducation sans frontières dont j'indique l'article d'urgence pour Noël. Vous trouverez aussi les coordonnées des personnes soutenant chaque famille ainsi que les adresses  et mails des ministères auprès de qui agir concrètement.

 

Celui qui se tait fait plus de mal que celui qui parle.


Chloé LAROCHE

Ce 13 décembre 2010.

 

_________________________________________________________________ Les photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits. (Banque de Photographies et de Séquences Vidéos Libres de Droits Images). Merci à ce site !

 

1805931.jpgAPPEL du Réseau d'Éducation sans Frontières :

 

 

LES ORPHELINS DE NOEL

"Dans 15 jours, ce sera Noël, fête entre toutes des enfants et des parents, pour beaucoup. Joie, bisous, cadeaux, émerveillement des tout petits. Pourtant, pour un certain nombre d’enfants, Noël 2010 aura le goût de l’amertume, des larmes et de la souffrance. Pas pour des coups du sort inévitables, la maladie, la mort. Mais par la volonté délibérée d’un homme, Nicolas Sarkozy, qui dans l’espoir de remonter dans les sondages estime de son intérêt d’afficher le nombre d’expulsions à pratiquer dans l’année. Or, à en croire la Voix de son maître, le ministre de la Rafle, du drapeau et de la circulation routière hivernale, les chiffres prévus pour 2010 ne seraient pas atteints. Il faut donc expulser, expulser, expulser.k0390709.jpg

 

Et voilà pourquoi Hortefeux veut rendre quasi-orphelins de père Naki (14 ans), Gülbahar (11 ans), Eren-Can (7 ans) enfants d’Ozay YILDIZ, Emilie (4 ans), son frère Enzo (2 ans) et Erine, leur petite sœur de 8 mois enfants de Xiaoshao LIN, Nakemin (8 ans), Mohamed (7 ans) et les deux jumeaux Lassina et Laséni (4 ans), enfants de Vakoleba KARAMAKO, Stéphane et Steve (4 ans) dont la maman attend un troisième enfant de Darios Elvis KUTCHE, Ilinca (5 ans), fille d’ Ilie CHIORESCU, Zhengdan (10 ans), fille de Zhisheng ZHU, Xiao (12 ans) dont la maman Shumei ZHANG est en rétention, Dominique (9 ans) et Dylan (3 ans), fils d’Antonio DIAS VARELA, Taiba (11 ans), Djabri (6 ans), Sophia (3 ans) enfants de Mustapha Jelikli, Elena (10 ans) et Abram (8 ans) enfants de David Amirov. Aux yeux de Monsieur Hortefeux, les comptes sont vite faits : dix expulsions valent bien vingt-deux enfants de quelques mois à 14 ans qui pleurent leur père ou leur mère un jour de Noël.

 

k1539367.jpgCette façon de faire de la démagogie en méprisant les dégâts provoqués sur les enfants et les parents utilisés comme victimes expiatoires est inadmissible. Elle déshonore ceux qui  en décident mais aussi ceux qui, par cynisme, imbécilité politique ou soumission à leur maître la mettent en œuvre. Brice Hortefeux est au premier rang de ceux-là, probablement pour chacune des trois raisons.

 

Nous lui souhaitons donc de passer un excellent Noel en famille et d’avoir à ce moment-là une pensée pour les gamins dont il bousille non seulement Noël mais aussi toute l’enfance.

 

Nous publierons régulièrement une actualisation de la situation des futurs orphelins de Noel rêvés par Nicolas Sarkozy et servis par Brice Hortefeux.

 

Ci-dessous un bref résumé de la situation de chacune des familles avec les coordonnées de la préfecture responsable. Il est possible d’écrire au préfet, au ministre et au président (poliment et sans diffamation) pour leur souhaiter par anticipation de passer un joyeux Noël en famille."

_________________________ http://www.educationsansfrontieres.org

 

Pour protester : le ministère de la Rafle et du drapeau est en réorganisation. Il semble que ce soit le secrétaire général de l’ex-ministère qui gère :

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00
Secrétaire général
secretariat-general@immigration-integration.gouv.frSecrétaire général : stephane.fratacci@immigration-integration.gouv.fr


Au ministère de l’Intérieur Guillaume Larrivé (Directeur-adjoint du cabinet qui était déjà en charge des expulsions quand Sarkozy était ministre de l’Intérieur) guillaume.larrive@interieur.gouv.fr

Idem pour jean-marc.berlioz@interieur.gouv.fr

Matignon : http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/ecrire
Et là où se prennent les décisions
Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html <http://www.elysee.fr/ecrire/index.html>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration, immortel rédacteur du discours de Grenoble) maxime.tandonnet@elysee.fr

 

 

LISTE PROBABLEMENT NON-EXHAUSTIVE DES ACTUELS MEFAITS

DU MINISTRE DE LA RAFLE ET DU DRAPEAU

OQTF 93 – CRA Mesnil Amelot

Darios Elvis KUTCHE, de nationalité camerounaise, 28 ans, arrivé en France en 2007.

Arrêté lors d’un contrôle routier, il est placé en rétention le 03 décembre par la préfecture de Seine et Marne.

Il est le conjoint de Stéphanie LEUWAT en situation régulière et enceinte de lui de 6 mois. Il est aussi le beau-père de Stéphane (élémentaire Paul Langevin à Saint-Denis) et de Steve (classe de moyenne section à l’école Henri WALLON à Saint-Denis) dont il s'occupe, les enfants n'ayant plus de lien avec leur père naturel.

S’adresser à la préfecture du 77 pour sa libération : fax 01 64 71 78 64

jean-michel.drevet@seine-et-marne.pref.gouv.fr

A la préfecture du 93 pour l'annulation de l’OQTF Fax : 01 48 30 22 88

pref-secretariat-prefet@seine-saint-denis.gouv.fr courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

Contact : Malika CHEMMAH 06 43 34 51 47 / Rodolphe CIULLA, 06 70 19 67 61

 

 

APRF DE LA PP 75 CRA de Vincennes

Fax : 01 53 71 67 23

prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

 

M. LIN Xiaoshao, né en Chine, âgé de 32 ans, vit en France depuis 10 ans, sa femme depuis 6 ans, et est convoqué en janvier 2011 à la préfecture de Paris pour un examen de dossier.

Arrêté sur son lieu de travail, il est placé en rétention par la même préfecture le 8 décembre.

Il est père de 3 enfants, tous nés en France, Emilie, 4 ans, scolarisée à la maternelle, Enzo 2 ans ½ et Erine, 8 mois. Il possède une nombreuse famille régularisée en France, oncles, tantes, neveux, nièces.
contact : sylvie Brod 06 76 74 10 78

 

 

 

APRF DE L’OISE 60 CRA Mesnil Amelot

Fax 03 44 45 39 00 et 03 44 06 11 30
nicolas.desforges@oise.pref.gouv.fr

M. Ilie CHIORESCU, 29 ans, de nationalité moldave, a rejoint son épouse en France en février 2008.

Arrêté lors d’un contrôle routier, il est placé en rétention le 30 novembre par la préfecture de l’Oise.

Et pourtant, il est le père d’Ilinca, 5 ans, scolarisée en maternelle à Paris.

Il est installateur de panneaux solaires, régulièrement payé et déclaré à l’Urssaf. Lui et sa femme ont fait des études supérieures et parlent le français.

Contact : Jacqueline Dartigues 06 62 02 54 50

 

APRF du 94 - EN LRA à Choisy le Roi 94

Fax : 01 49 56 64 10 / 01 48 99 38 04 / 01 49 56 60 13 Tél : 01 49 56 64 17

Mail : michel.camux@val-de-marne.pref.gouv.fr

 

M. ZHU Zhisheng, 47 ans, de nationalité chinoise, vit en France depuis 8 ans avec sa femme, leur fille Zhengdan les a rejoints en France en 2007, à l’âge de 10 ans. Elle est en 5ème au Collège Lucie Aubrac à Paris et obtient de très bons résultats scolaires.

Arrêté à la sortie du métro à Maisons-Alfort, il est en rétention depuis le 9 décembre.

 

 

APRF du 95 CRA de PLAISIR (78)

Fax 01 30 32 51 85

pierre-henry.maccioni@val-doise.pref.gouv.fr

 

M. Vakoleba KARAMOKO, de nationalité ivoirienne, est en France depuis 12 ans, sa femme depuis 9 ans.

Il a fait plusieurs demandes de régularisation en 2002, 2006 et 2008, sans succès.

Ils ont 4 enfants nés en France, scolarisés dans le 17°, l’ainé a 8 ans, les 2 derniers, des jumeaux bientôt 4 ans.

L’un d’entre eux souffre de graves allergies alimentaires qui nécessitent des soins en France.

Arrêté sur son lieu de travail à Goussainville, M. Karamoko a été placé en rétention le 8 décembre par le préfet du Val d’Oise.

Contact : Malika 06 18 41 56 21

 

APRF DE LA PP 75 CRA de Cité

Fax : 01 53 71 67 23

prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

 

Mme Shumei ZHANG, née en Chine, âgée de 40 ans, est arrivée en France avec sa fille Xiao Man en 2007.

La famille a été parrainée en décembre 2007 à la mairie du 13°. Xiao Man est actuellement scolarisée en 5° au Kremlin Bicêtre.

Un autre enfant, une petite fille, est née à Paris en janvier 2010.

Mme ZHANG a été arrêtée sur son lieu de travail dans le 16° et placée en rétention le 11 décembre au CRA de Cité.

Contact : Emmanuelle Cézard  06 45 56 24 44 - Jocelyne Vaudenay 06 86 90 42 04

 

 

APRF D'AVIGNON – CRA de Nice

Fax préfecture : 04 90 86 20 76 et 04 90 85 03 00

Mails : francois.burdeyron@vaucluse.pref.gouv.frmyriel.porteous@vaucluse.gouv.fr ; valerie.grasset@vaucluse.gouv.fr ; agnes.pinault@vaucluse.gouv.fr ; pref-contact@vaucluse.gouv.fr

 

Monsieur Ozay  YILDIZ, ressortissant turc d’origine kurde a été interpellé mardi 7 décembre à Bollène.  Les gendarmes sont venus le chercher à son domicile le matin. Il était absent, ils ont demandé à ce qu'il se présente à la gendarmerie de Bollène ("sinon on reviendra le chercher") et sont repartis... avec le passeport ! M. Yildiz s'est rendu au commissariat à 15h, a été mis en GAV à Avignon, puis amené à l'aéroport de Nice le lendemain mercredi.

Pendant tout ce temps la famille n'a pas été prévenue ! Sa femme, ses enfants, ses parents, sont donc restés sans nouvelle du mardi après-midi au lendemain mercredi, pour apprendre que M. Yildiz avait été arrêté et qu'il risquait d'être renvoyé en Turquie. Un recours a été fait devant la Cour d'Appel de Marseille.

Ce maçon, père de famille, vit ici depuis 8 ans avec son épouse et leurs trois enfants, dont le dernier est né en France. Les parents de M. YILDIZ vivent à Marseille en toute légalité.

Ses trois enfants sont scolarisés à Bollène, ils ne connaissent que l’école française :

- Naki YILDIZ , 14 ans, est scolarisé au collège de Bollène.

- Gülbahar, 11 ans, et Eren- Can, 7 ans (né à Marseille), sont tous les deux scolarisés à l’école primaire Jean Giono

Contact : Pascale Arraou - 06 59 20 65 22 - pascale_arraou@orange.fr

 

APRF du 77 - EN CRA au Mesnil-Amelot

Fax préfecture 77 :  01 64 71 78 64 jean-michel.drevet@seine-et-marne.pref.gouv.fr

 

Antonio DIAS VARELA, 29 ans, Capverdien, en France depuis dix ans, habitant Villeneuve-le-Roi (94). Sa femme Josefa est aussi sans-papiers. Ils ont deux enfants, tous deux nés en France et y ayant toujours vécu, Dominique (9 ans) et Dylan (3 ans). Toute sa famille (parents, frères et sœurs) ainsi que celle de sa femme sont en situation régulière

Six demandes de régularisation à Créteil. Interpellé le 08/12 contrôle routier gendarmerie sur un péage à Meaux ;

Contact : Thierry Lerch <lerch.thierry@wanadoo.fr>,  tel 06 30 55 66 58

 

 

APRF du 69 - CRA Saint-Exupéry

Fax préfecture 04 78 60 49 38 jean-francois.carenco@rhone.pref.gouv.fr,

 

Mustapha JELIKHI, algérien, est entré en France en 2007 avec sa femme et ses deux premiers enfants, Taiba 11 ans, et Djabri 6 ans. Sophia 3 ans la troisième est née en FRANCE.

Arrêté le 7 décembre, lors d’un contrôle d’identité sur la voie publique, il risque l’expulsion car sa demande de régularisation a été rejetée. Technicien supérieur en agronomie, il parle parfaitement français . Ses trois enfants sont scolarisés à Villeurbanne . La plupart de ses frères et sœurs vivent hors d’Algérie, en situation régulière.

 

 

APRF de la Vienne - CRA de Palaiseau (91)

Fax préfecture 05.49.88.25.34 Préfet : bernard.tomasini@vienne.pref.gouv.fr

Directeur de cabinet : jean-philippe.setbon@vienne.pref.gouv.fr

David AMIROV est Yézide de nationalité… en discussion : le consulat de Géorgie a refusé de le reconnaître, celui de Russie ne s’est pas prononcé. Cela ne l’empêche pas d’être emprisonné au CRA de Palaiseau, à 300 km de sa famille depuis 22 jours. Naïrat, sa femme est de confession musulmane. Le mariage mixte n’a pas été accepté par sa famille. Ils vivent à Poitiers depuis trois ans. Les deux enfants, Elena (10 ans) et Abram ( 8 ans) attendent leur père. Elena, inconsolable, a écrit une lettre au maire de Poitiers lui demandant pour tout cadeau de Noël le retour de son papa.


07/04/2010

Un papa de quatre enfants est en train d'être arraché à la France : expulsion en cours de Guilherme Hauka Azanga, vol Roissy Luanda 22h05 AF 628...

654531210.jpg

 

Monsieur le Médiateur d'Air France,

Je m'insurge contre l'éventuel embarquement forcé de Monsieur Hauka-Azanga ce soir sur le vol AF 928. Je vous demande instamment de ne pas l'autoriser, au nom de la dignité humaine.2-picture3.gif

Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur l'histoire de cet homme et de sa famille ici : http://www.gmain.fr

Je suis écrivaine pour la solidarité et musicienne violoniste pour l'amitié entre les peuples.
Je suis maman de quatre enfants et j'habite Grenoble.
Je travaille comme taxi TPMR transportant des personnes handicapées.

Et en tant que citoyenne française, je ne tolère pas qu'un père de famille soit arraché à ses enfants.

Monsieur Hauka-Azanga doit rester en France.

Recevez mes cordiales pensées.

Chloé Laroche

____________ VOIR MON ARTICLE DU 25 MARS ÉCRIT POUR Guilherme HAUKA-AZANGAimages2m8hul.jpeg

 

URGENT____________________________________________________ 
Communiqué de presse RESF Lyon (7 avril) :

Expulsion en cours de Guilherme Hauka Azanga, vol Roissy Luanda 22h05 AF 628.


"Aujourd’hui à 16 h 30, Guilherme ne répond plus au téléphone,il a été a été extrait du CRA à 15h50 , et a sans doute été embarqué dans un avion qui a décollé de Bron à 17h10.... Il est probablement en cours d’expulsion. A l’aéroport de Lyon Bron, on a noté une présence très forte et très inhabituelle de forces de police, avec survol de l’aéroport par des hélicoptères , et semble t-il la présence d’autorités ?  
Un avion d’Air France part pour Luanda ce soir à 22 h 05, vol AF 928, terminal 2 F. Des parents d’élèves sont en route pour Roissy pour être au départ de l’avion. Actuellement, nous ne savons pas où est Guilherme, ni par quel moyen de transport il pourrait être transféré vers Paris ou ailleurs.

pr82767.jpgHier, mardi 6 avril, les parents d’élèves de l’école remettaient la lettre ci-dessous à Madame Simone Veil ; à 17 h ils étaient reçus en préfecture par Monsieur Hénin pour expliquer la situation de Guilherme Hauka Azanga et demander à la préfecture de le libérer et de le régulariser. Ce matin, la préfecture indiquait que sa position ne changeait pas. Donc qu’elle voulait expulser Guilherme et disloquer sa famille.

Les parents, enseignants, citoyens vont manifester ce soir à 18 h, comme hier et comme demain, place des Terreaux pour réclamer un peu d’humanité.

Est-ce vraiment trop demander ?


imagesFxmNsM.jpegMadame Simone Veil,

C’est parce que vous avez toujours su incarner la lutte pour la justice et les droits de l’homme que nous vous sollicitons aujourd’hui en urgence en faveur de notre voisin et ami, Guilherme Hauka-Azanga, père de famille angolais menacé d’expulsion imminente vers un pays où sa vie est en danger en raison de ses combats pour la défense de la minorité ethnique à laquelle il appartient.

Monsieur Hauka-Azanga a en effet quitté son pays en 2002 après avoir échappé au massacre de tout son village, auquel sa mère et sa fratrie ont succombé. Ne pouvait emmener sa compagne et leurs cinq enfants hors du pays, il les a confiés à une autorité religieuse, alors qu’il choisissait comme terre d’asile la France, où il espérait pouvoir faire venir sa famille.

En 2004, sa compagne angolaise a été tuée par balle et ses deux plus jeunes enfants ont disparu. Les trois aînés ont pu être accueillis au Congo, où ils sont élevés par une famille d’accueil. Monsieur Hauka-azanga est en contact régulier avec eux et leur envoie régulièrement un mandat.moton459.jpg

Il vit depuis cinq ans avec Madame Maweté avec qui il a deux enfants, Gaël trois ans, et Dorcas quinze mois, et dont il élève aussi les deux filles aînées.

N’ayant pu présenter à temps les documents nécessaires, ses demandes d’asile et ses recours ont été rejetés.

Il est actuellement en rétention et menacé d’une expulsion imminente.imagesT6bk6A.jpeg

Nous sommes des voisins, amis et parents d’élèves le côtoyant quotidiennement depuis plusieurs années et nous ne pouvons pas supporter de voir détruire cette famille et envoyer cet homme à un destin funeste.

Nous vous supplions instamment, Madame, au nom des valeurs de justice et d’humanité que vous avez toujours défendues, de nous aider dans notre combat, en intervenant auprès de qui de droit.

Nous vous prions de bien vouloir agréer, Madame, l’expression de nos sentiments les plus respectueux.

Sandrine Delanoë et Annabelle Billaud pour le comité de soutien à Guilherme Hauka Azanga voisins et parents d’élèves de l’école Gilbert Dru, à Lyon 7e.

[Lettre remise à Simone Veil le 6 avril, lors de sa présence au Mémorial d'Izieu]

Catherine T.
mercredi 7 avril 2010.imagesYbFjqk.jpeg654531210.jpg

25/03/2010

Guilherme Hauka-Azanga a encore été arrêté en vue d'une expulsion alors qu'il a quatre enfants nés en France. LA PÉTITION À FAIRE POUR LUI.

 

pr75950.jpgpr82767.jpgBonjour à tous et toutes,1511247090.jpg

Je prépare un article pour ce soir et notamment une lettre ouverte à Éric ZEMMOUR en réponse à ses propos... pour lui dire qu'il n'a qu'à aller voir sur les chantiers de la voirie... Qui travaillent en majorité sur le bitume ? Des NOIRS et des ARABES... Alors arrêtons l'hypocrisie et le racisme latent.

Mais en attendant, voici la dépêche concernant le papa de quatre enfants nés en France, Guilherme Hauka-Azanga, qui a vécu ce matin une mesure d'enfermement -en vue de son expulsion- tout à fait inhumaine. Je proteste contre ces agissements anti-républicains. Je proteste et je fais suivre l'action suivante. Je rappelle que ce papa a déjà été expulsé le 18 mars et s'était enduit de matières fécales pour rester avec ses enfants mais qu'on l'a mis ce jour-là de force dans l'avion.

rassemblement-de-soutien-a-Guilherme-le-11-fevrier_image-gauche.jpgCe matin, ce sont quatre enfants qui pleuraient. Des enfants nés ici mais de père angolais. À l'heure où on débat en tous sens sur les Noirs et les Arabes ainsi que sur "leur propension à la délinquance", suite aux propos d'Éric Zemmour, on pourrait se pencher sur le cas de cette famille torturée par l'État français qui ne tient pas compte des larmes de quatre petits blacks français qui n'ont qu'une envie : c'est d'avoir leur père avec eux.

 

1405647376.jpg

Chloé Laroche

____________________________________________________________________________________________

AI03120.jpgURGENT : LA PÉTITION À SIGNER pour Guilherme Hauka-Azanga :

http://www.educationsansfrontieres.org/?page=article&id_article=25824

______________________________________________________________________________________________________________________

Dépêche AFP reproduite sur les site du Figaro et de France INFO :

______________________________________________________



"Un sans-papier angolais a été interpellé ce matin à Lyon devant ses enfants, en vue de son expulsion. Et ce malgré les protestations de parents d'élèves de leur école, mobilisés depuis des semaines pour demander sa régularisation, a souligné son avocat. "Guilherme Hauka Azanga a été placé en garde à vue dans les locaux de la PAF (police aux frontières), en attente d'être conduit en centre de rétention administrative", a affirmé Me Laurent Sabatier.pr83716.jpg

Son client avait déjà été arrêté une première fois pour être expulsé mais le juge des libertés et de la détention (JLD) avait ordonné samedi sa libération, lui donnant sept jours pour quitter le territoire. Le préfet a toutefois fait appel de cette décision qui a été annulée par un arrêt rendu mardi, ouvrant la voie à une nouvelle interpellation, a expliqué l'avocat.

Selon Me Sabatier, le cas de M. Hauka est "spécial" : cet Angolais de 37 ans, qui a déjà purgé deux mois de prison ferme pour "refus d'embarquer", avait été conduit directement à l'aéroport à sa sortie de prison le 18 mars.

"Là, il a préféré s'enduire de matières fécales plutôt que d'embarquer. Les policiers lui ont demandé de se nettoyer, il a refusé, et il a été alors recouvert d'une couverture avant d'être mis dans l'avion", a raconté l'avocat. A l'escale de Francfort, le pilote a alors refusé de partir, ce qui avait conduit au rapatriement de M. Hauka en France, où il réside depuis huit ans, et à son passage devant le JLD samedi.

1072060335.5.jpeg"Une dizaine de policiers ont défoncé la porte de son appartement vers 8h30", a raconté à l'AFP Annabel Billaud, une mère d'élève de l'école où sont scolarisés deux des quatre enfants de M. Hauka - tous nés en France - et de sa compagne, une Congolaise en situation régulière.

L'aînée, en pleurs, a assisté à la scène avant d'aller à l'école. Plusieurs parents ont expliqué avoir essayé de s'interposer, en vain, et tenté de prendre des photos.

"C'était inhumain", a confié l'une des mères d'élèves. Une manifestation spontanée des parents s'est tenue dans la matinée à l'école, tandis qu'une délégation de parents, soutenue par le Réseau éducation sans frontières (RESF), se rendait à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry."

 

 

_____________________________________________ ARTICLE DE LYONCAPITAL.FR :1511247090.jpg

LE LIEN : http://www.lyoncapitale.fr/lyoncapitale/journal/univers/Actualite/Immigration/Arrestation-musclee-d-un-sans-papier-angolais



"Guilherme Hauka-Azanga est reparti pour la troisième fois derrière les barbelés du centre de rétention administrative de Lyon. Et pour l’y conduire, la police a employé la manière forte. Récit.

Jeudi matin, Guilherme Hauka-Azanga, emmène trois de ses quatre enfants à l’école du quartier de la Guillotière, dans le 7e arrondissement de Lyon. Libéré samedi dernier du centre de rétention par le juge des libertés, ce père de famille sans-papier d’origine angolaise pense avoir sept jours de tranquillité. Sept jours pendant lesquels, il ne peut pas, au terme de la loi, être arrêté. Mais il ignore que la cour d’appel de Lyon a annulé la décision du juge des libertés, suite à l’appel de la préfecture du Rhône. Ce qui permet aux forces de l’ordre de procéder à sa mise en rétention.

C’est en retournant chez lui qu’il repère des policiers. “je l’ai vu arriver chez nous en courant, raconte sa concubine, Florence. Il était poursuivi”. A l’intérieur, outre sa femme et leur dernière fille d’un an, se trouve une copine de leur aînée. Elle est passée à l’appartement pensant trouver son amie. Toute la scène de l’arrestation se déroulera sous ses yeux de dix ans. “J’ai refusé d’ouvrir la porte, poursuit la femme de Guilherme Hauka-Azanga. On m’avait dit de ne pas ouvrir sans avoir vu un mandat”.

Arme dégainée et menottes sous les yeux d’une enfant :

Après avoir “défoncé” la porte d’entrée, les policiers se précipitent à l’intérieur. Mais Guilherme s’est réfugié dans la chambre qu’il a fermé à clé. “J’étais dans le salon avec ma fille dans le dos et la copine de ma fille. Un policier a fait sauter la serrure puis a dégainé son arme dans la direction de Guilherme”. Menotté, le père de famille est emmené. Devant l’immeuble, une vingtaine de parents d’élève tentent de s’interposer. Mais une voiture arrive rapidement, direction les locaux de la police aux frontières (PAF) puis le centre de rétention de l’aéroport Saint-Exupéry.

“Quand j’ai reçu le message de Florence, je me suis précipitée avec d’autres parents”, explique Sandrine Barrat, parent d'élève et membres active du collectif de soutien. Les parents ont tenté de filmer et de prendre des photos de l’intervention policière. “J’étais au premier rang, poursuit Sandrine Barrat. Un policier m’a dit que c’était interdit de filmer puis m’a fait une clé de bras, en me retournant le pouce de la main gauche”. Le médecin qu’elle est allée consulter a effectivement pu constater une douleur de la “face antérieure de l’avant bras consécutive d’une hyperextension”. Il a préconisé une interruption temporaire de travail (ITT) de deux jours.

“La procédure a été respectée” : 

Contactée par Lyon Capitale, la préfecture du Rhône considère que la procédure de mise en rétention “a été respectée”. Pendant toute la journée, jusqu’à la sortie des enfants à 16h30, un groupe d’une dizaine de parents d’élèves est resté devant l’école. Choqués par l’arrestation de Guilherme Hauka-Azanga, ces parents parlent “d’acharnement” de la part de la préfecture. “Elle veut faire un exemple. Lors de son intervention, la police n’a pas hésité à défoncer la porte et à sortir une arme devant des enfants, souligne Sandrine Barrat. Quand j’ai vu la petite de dix ans, je ne l’ai pas reconnue tellement elle était sous le choc”. L’élève a malgré tout rejoint sa classe.

“Ils ont pointé une arme alors que Guilherme n’est pas un criminel. Il ne vole pas, il ne vend pas de drogue. Simplement, il n’a pas de papiers et ne veut pas laisser sa famille", reprend Florence, sa femme. D’origine congolaise, elle a été régularisée en 2005. Décrit comme “un papa très investi” par les nombreux parents du collectif de soutien, Guilherme vit en France depuis huit ans. Avec sa femme, il élève quatre enfants dont les deux premiers enfants de sa compagne. Il est vu comme un “soutien de famille au sens fort du terme” par la directrice Sophie Buisson qui dénonce “un démantèlement familial” (lire par ailleurs).

Cinq jours de répit :

Pour la troisième fois en deux mois, Guilherme est en rétention où il a déposé une nouvelle demande d'asile. Cinq jours sont nécessaires pour y répondre. Il ne peut donc pas être expulsé pendant ce délai. S’il est expulsé peut-être s’opposera-t-il de nouveau à son retour en Angola. Comme il l’a déjà fait par deux fois, ce qui l’avait conduit à être condamné à deux mois de prison (lire ici). Soutenu par le Réseau Éducation Sans Frontières (RESF), le cas de Guilherme sera en tête de la manifestation “contre les expulsions” organisée ce samedi à 14h, place des Terreaux, à Lyon 1er."

Mots-clés : RESF, Guilherme Hauka-Azanga, Centre Rétention Administrative, Préfecture du Rhône.

02/02/2010

Il faut qu'on se bouge. Pour des jeunes gens d'à peine 18 ans qui sont obligés de se cacher pour ne pas être expulsés, pour un jeune père de 23 ans, papa d'une enfant française, enfermé en vue d'expulsion... Cela suffit !

sf_n7z8427.jpgBonjour à tous et toutes,images.jpeg

Vous savez que je suis portée à défendre très souvent des personnes expulsées de France dans mon blog. Ce sont la plupart du temps des parents, très souvent des papas... qui ont leurs enfants scolarisés ici... et bien souvent nés en FRANCE !ITF025051.jpg

Dans ce que je vous présente ci-dessous à travers le communiqué reçu de RESF, le Réseau  d'Éducation sans Frontières, nous trouvons un papa de 23 ans qui est père de la petite Lola, née en 2005. Elle a le même âge que mon fils.

New_Prnt.jpgMon fils va avoir cinq ans et il a perdu son papa, décédé d'un cancer au poumon, sur la table d'opération. Il pleure son père disparu et c'est très difficile pour un enfant. Alors quand un père est vivant, soyons assez humain pour le laisser auprès de ses enfants !! Ne pas l'arracher à sa famille. Ce père est en prison, en centre de rétention pour étrangers de Marseille, et son expulsion est imminente. Il s'appelle Harrag Belhadj et vous pouvez écrire pour lui, téléphoner aussi aux numéros donnés, pour le défendre, pour éviter cette expulsion terrible pour sa famille et sa petite. Vous trouverez plus bas les coordonnées afin d'agir.imageslC9Hqt.jpeg

Que cette terre est triste des larmes des enfants arrachés à leurs parents. Quand c'est la mort, la maladie ou un tremblement de terre qui séparent et démembrent les familles, on parle de destin... mais là, on hurle : CRUAUTÉ, ACHARNEMENT, SCANDALE ABOMINABLE.

Chloé Laroche

imagesb3ZZtt.jpeg

___________________________________________________________________________________________________________________

2 février 2010___________________________ Communiqué reçu ce jour du Réseau d'Éducation sans Frontières : 


"Désavoué publiquement par les juges pour avoir arbitrairement privé de leurs droits 124 demandeurs d’asile, Eric Besson se venge sur les jeunes et les familles. Qu’importent les études en cours, les liens familiaux, la vie reconstruite. Qu’importent les droits. 

Ci-dessous quatre affaires, quatre vrais drames qui menacent la vie d’enfants ou de tout jeunes gens. Sans parler des autres, pareillement traqués et arrêtés, mais qui ont devant eux quelques jours ou semaines d’espoir. Le racolage de voix en saccageant des vies, ça suffit ! Le Ministre de la chasse à l’enfant est responsable, son président encore plus, mais il faut aussi que les hauts fonctionnaires et les moins hauts qu’on implique dans ces affaires honteuses prennent leurs responsabilités. Et qu’on les mette face à elles. Poliment, sans diffamation, mais fermement. Mails, fax, téléphone, tout est bon pour faire savoir ce qui se passe vraiment."

___________________________________________________________________________________________________________________


Ministre de l’Immigration :

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr

Secrétaire général : stephane.fratacci@iminidco.gouv.fr

fax : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00

Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr

Matignon :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

Et là où se prennent les décisions

Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

___________________________________________________________________________________________________________________



Les coordonnées des préfectures concernées se trouvent après chaque situation décrite.

1/ Expulsion programmée pour jeudi de Salima Boulazhar, 18 ans, sa sœur jumelle Salma, forcée de se cacher :

Salma et Salima, deux sœurs jumelles marocaines de 18 ans, venues en France à 13 ans, confiées par kafala (acte de prise en charge) à leur tante résidente en France quand leur grand-mère qui les élevait décède. Or la France ne reconnaît pas la kafala et comme l’adoption est impossible en droit marocain, les démarches de régularisation sont rendues difficiles. Elles font toute leur scolarité à Clermont-Ferrand : Collège La Charme, Collège Gérard Philippe, Lycée Camille Claudel, Lycée Marie Laurencin. Salima - cette année- est en apprentissage à l'Institut des métiers de Clermont-Ferrand.

Une demande de titre déposée avant leur majorité a été refusée par courrier du 27 Juillet. Après 7 mois de silence de la préfecture, le 19 janvier, les policiers sont venus chez leur tante, ont emmené Salima et l’ont conduite au centre de rétention de Lyon.

Salma a échappé à l’arrestation. Elle était alors hospitalisée, angoissée et dépressive depuis l’annonce du refus de séjour. Depuis elle se cache. Le juge des libertés a décidé de prolonger de 15 jours la détention de Salima. Nous savons que cela accorde 15 jours aux autorités pour obtenir « l’accord de réadmission » de Salima de la part des autorités marocaines. Tous ces établissements y compris se mobilisent pour elles, vendredi plus de 150 personnes se mobilisaient avec des élus devant la préfecture de Clermont Ferrand.

Malgré ce soutien, le préfet de région (qui n’est autre que l’ancien secrétaire général d’Hortefeux quand il était ministre de la rafle et du drapeau !) n’en démord pas : pas d’adoption, pas de papier. L’expulsion de Salima est programmée pour le 4/02/2010 à 9h.



Patrick STEFANINI Préfet de la région AUVERGNE

patrick.stefanini@puy-de-dome.pref.gouv.fr
Directeur du cabinet : fabien.masson@puy-de-dome.pref.gouv.fr

Chef des services administratifs du cabinet : david.besson@puy-de-dome.pref.gouv.fr

Préfecture du Puy de Dôme 18, Bd Desaix - 63033 CLERMONT-FERRAND CEDEX 01

Tél. : 04 73 98 63 63 Télécopie : 04 73 98 61 00

www.auvergne.pref.gouv.fr
public@puy-de-dome.pref.gouv.fr

Et aujourd'hui Youssouf un lycéen de 21 ans du LP Camille Claudel à Clermont-Ferrand a été arrêté près de chez lui en rentrant du lycée. Il doit être conduit au CRA de Lyon.

___________________________________________________________________________________________________________________



3/ Expulsion imminente pour Harrag Belhadj, 23 ans, détenu au Centre de rétention du Canet à Marseille, père d’une enfant française :  

Il est papa de la petite Lola, née en 2005, de nationalité française. Il vit avec la maman et le premier enfant de celle-ci. Il contribue aux besoins et aux soins des deux enfants.

Harrag est arrivé en 2005 de manière régulière pour rejoindre son père séjournant en France depuis 2001 et détenteur d’une carte de séjour de 10 ans. C’est en novembre dernier que la préfecture a refusé de prolonger son séjour. Il a un jeune frère de 14 ans scolarisé dans un collège de Marseille.

Durant son séjour, il a mis tout en oeuvre pour construire sa vie professionnelle. Il a obtenu deux CAP, l’un d’Informatique à l’EMO à St Joseph et l’autre en Électricité bâtiment et industrielle à Angoulême. Il est également certifié d’une formation en tant qu’agent de sécurité et a travaillé 6 mois dans ce secteur. L’expulsion est imminente (peut-être aujourd'hui mardi ).



Préfet Michel SAPPIN michel.sappin@bouches-du-rhone.pref.gouv.fr


Cabinet du Préfet cabinet@bouches-du-rhone.pref.gouv.fr


Secrétariat Général : Tel 04 91 15 64 90 / Fax : 04 91 15 62 10


Standard préfecture : Tel 04 91 15 60 00 - Fax 04 91 15 60 70

___________________________________________________________________________________________________________________



3/ Lahouari CHALI, père de famille algérien, en rétention au CRA de Palaiseau (91) :

Arrêté à Gennevilliers le 26 janvier 2010, lors d'un contrôle d'identité, Lahouari CHALI a été placé dans la prison administrative pour étrangers de Palaiseau.

Lahouari CHALI est entré en France le 5 mai 2004 en compagnie de sa femme et de leur fils aîné. Yacine, 6 ans, né en Algérie, est scolarisé en CP, à Paris 18ème. Sa sœur Rachida Farah, 5 ans, est née à Paris, elle est en en moyenne section à l'école maternelle André Del Sarte dans le 18e.

Le père de M. Chali vit en France ainsi que la mère, les deux demi-frères et la demi-soeur de sa femme, tous en situation régulière. Le 1er février, rejet du recours au Tribunal administratif. La machine à expulser est en marche.

Récemment deux retenus du CRA de Palaiseau ont tenté de mettre fin à leurs jours pour échapper à l’expulsion : tentative de pendaison, grève de la faim, vis avalées. Pas même une nuit entre l’hôpital à l’aéroport, et à l’arrivée à Tunis, la prison pour ce père de famille.



Patrick Strzoda - Préfet des Hauts-de-Seine (92) :

patrick.strzoda@hauts-de-seine.pref.gouv.fr

Secrétaire Général :

didier.montchamp@hauts-de-seine.pref.gouv.fr

Directrice de cabinet :

josiane.chevalier@hauts-de-seine.pref.gouv.fr

N° Fax du Préfet : 01 47 25 21 21 - 01 40 97 27 92

___________________________________________________________________________________________________________________



4/ 12 ans d’errance, ça n’est pas assez ! Nouvelle menace d’expulsion pour un père rom d’Evreux :

Mehmet OMEROVIC a été arrêté à Evreux le 29 janvier 2010, mis en garde à vue au motif d'un retard dans les formalités de mise à jour de son permis de conduire, et placé le 30 janvier en rétention au Centre de Rétention Administrative (CRA) de Oissel.

12 années d’errance, de souffrances et d’humiliations pour cette famille de cinq enfants ! Originaires de Bosnie, les Omérovic ont vécu, depuis 1992, tous les drames du conflit entre Serbes et Bosniaques. Accablés par les persécutions de tous ordres, parce qu’ils sont aussi roms et musulmans, privés du droit de travailler, de se loger, de se soigner, d’éduquer leurs enfants, ils ont fui leur pays une première fois pour demander l’asile en Allemagne en 1997. Déboutés, de leur demande, ils retournent en Bosnie, mais subissent à nouveau persécutions et privations de droits élémentaires. Ils tentent alors leur chance en France en 2005, où leur demande d’asile échoue également. Renvoyés de force en Bosnie, ils retrouvent la même situation et survivent grâce à des moyens de fortune. Nouvelle errance vers la France où ils sont arrivés en janvier 2009. Ils déposent une demande de titre de séjour auprès de la Préfecture d’Evreux, s’appuyant sur les dispositions légales en vigueur relatives à la préservation de la vie privée et familiale. Leur demande est rejetée en septembre 2009, rejet assorti d’une Obligation de Quitter le Territoire (OQTF). Un recours a été déposé par leur avocat auprès du Tribunal Administratif, et leur audience doit avoir lieu dès ce mois de février.

Soutenue depuis plus d’un an par divers intervenants sociaux et associations impliqués dans le soutien aux migrants en situation de détresse, la famille Omérovic pouvait encore, jusqu’à l’arrestation, espérer que l’Etat français prendrait en considération sa situation exceptionnelle et lui fournirait enfin la possibilité de se reconstruire. Ce père est aujourd’hui en très grand danger d’expulsion et la famille martyrisée une nouvelle fois.

Préfète de l’Eure : Fabienne BUCCIO : fabienne.buccio@eure.pref.gouv.fr

Préfecture : Bd. G. Chauvin 27022 EVREUX CEDEX Tél. : 02 32 78 27 27
Télécopie : 02 32 38 24 15 www.eure.pref.gouv.fr

___________________________________________________________________________________________________________________

29/12/2009

Une française aime un algérien. Elle est enceinte de lui mais n'a plus le droit de le voir car il a été expulsé vers l'Algérie le 6 août 2009. L'identité nationale, c'est donc ça... Enlever un père à son enfant avant même qu'il ne soit né ?!

imagesDGkJ3g.jpeg_______"Mohamed doit obtenir un VISA lui permettant d'être présent pour la NAISSANCE de son enfant !"_______________________imagesXGHX5b.jpegAI03120.jpg

 

Bonsoir à tous et toutes,

Ce soir, j'ai reçu cet appel urgent des Amoureux au Ban public pour Angelina et son amoureux Mohammed. Ils s'aiment et attendent un enfant. Ils se sont mariés et lui a été expulsé de l'autre côté de la mer. Alors que Angelina va donner le jour à leur enfant, Mohammed se bat pour revenir.

imagesX9Lt0C.jpegMais la France fait la sourde oreille. Elle préfère se battre pour l'identité nationale et voir naître un nouveau petit français sans papa. Cela doit être la nouvelle France, celle qui croit qu'une seule couleur doit vivre ici et que nous demeurerons longtemps français en éliminant les browns, les noirs, les jaunes, les rouges, les violets et les gris. Peut-être que les stroumpfs trouveront grâce à leurs yeux. Je suis en colère pour cette famille, en colère contre les autorités françaises, en colère contre la politique d'immigration qui -pour faire du chiffre- écartèle les familles.

Ramenez Mohammed en France près de sa femme, s'il vous plaît.imagesESoqva.jpeg

Chloé Laroche

 

_______________________Signez la pétition : http://placeauxdroits.net/petition2/index.php?petition=28 ____________

 

TEXTE DES AMOUREUX AU BAN PUBLIC :

(http://amoureuxauban.net)

 

hennapose5.jpg"Mohamed, algérien, et Angelina, française, se sont mariés en France en avril 2008. Suite au mariage, Mohamed dépose une demande de titre de séjour qui est rejetée plusieurs mois plus tard avec obligation de quitter le territoire français. Le 5 août 2009, alors qu'Angélina est enceinte de 4 mois, Mohamed est arrêté au domicile conjugal par la police. Conduit au centre de rétention, il est expulsé le lendemain vers l'Algérie.

Le 8 octobre, l'avocate de Mohamed a saisi le consulat de France à Annaba d'une demande de visa. Le 25 novembre, Mohamed a confirmé cette demande en redéposant un dossier auprès des autorités consulaires françaises. A ce jour, aucune réponse n'a été donnée à ces demandes malgré l'imminence de l'accouchement d'Angélina. Le couple vit dans l'angoisse de ne pas pouvoir être réuni pour la naissance de leur enfant prévue dans moins d'un mois.imageseuowdM.jpeg

Nous, signataires de la pétition, nous associons aux Amoureux au ban public pour demander qu'un visa soit délivré à Mohamed dans les meilleurs délais afin qu'il soit présent auprès de son épouse pendant les derniers jours de grossesse et pour la naissance de l'enfant.

Nous dénonçons l'expulsion de Mohamed qui a constitué une violation manifeste du droit au respect de la vie familiale garanti par l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme."

Signez la pétition : http://placeauxdroits.net/petition2/index.php?petition=28

 

imagesOwKKHX.jpeg_____________ Urgent !!

Ecrivez à M. William BUNEL, consul de France à Annaba (Algérie) :
contact@ambafrance-dz.org

Monsieur le Consul,

Nous souhaitons attirer votre attention sur la situation de M. Khelfa Mohamed Fares qui vous a saisi d'une demande de visa en qualité de conjoint d'une ressortissante française.

Monsieur FARES et son épouse française, se sont mariés en France en avril 2008. M. FARES a été reconduit à la frontière le 6 août 2009 alors que sa femme était enceinte de 4 mois. Son avocate vous a saisi d'une demande de visa le 8 octobre dernier, demande confirmé par le dépôt auprès de vos services par M. FARES d'un dossier de visa le 25 novembre. A ce jour l'intéressé n'a reçu aucune réponse à cette demande et le couple vit dans l'angoisse de ne pas pouvoir être réuni pour la naissance de leur enfant prévue dans moins d'un mois.

Compte tenu des circonstances particulières de cette affaire, nous vous demandons par la présente de procéder à l'instruction de la demande de visa dans les meilleurs délais afin que M. FARES puisse être auprès de son épouse pour l'accouchement.

Veuillez recevoir, Monsieur le Consul, l'expression de ma considération distinguée.

Votre signature____

06/12/2009

Ma demande spéciale au Président de la République dans le cadre du débat sur l'Identité Nationale. Quatre enfants attendent que la grâce de Noël opère.

15290-18PS.jpgBonjour à tous et toutes,

Après une longue période de silence sur mon blog que je n’ai pu alimenter, je reviens vers vous pour poursuivre mon écriture de ce monde.

La raison est que j’ai déménagé et je n’avais plus accès à internet. J’ai le plaisir de vous annoncer que je vis toujours à Grenoble, ville merveilleuse entourée de verdure et de montagnes. J’ai juste changé de quartier et de rue. De voisinage aussi. Et je suis heureuse de pouvoir à nouveau reprendre la correpondance avec tous mes lecteurs.

Je reprendrai avec le sujet de l’Identité Nationale, qui titille la France depuis quelques temps.x11128900.jpg

Quand on se pose la question, en temps qu’individu, de son identité, on se recentre, on refléchit.

Qui suis-je, où vais-je, dans quel état j’ère ?

Dans quel état j’ère ? C’est bien la question aujourd’hui.

En effet, que penser en tant que français d’un état qui peut mettre à la porte du pays des parents d’enfants français ? Que penser d’un état qui fabrique des orphelins pour satisfaire les chiffres d’expulsion du Ministère de l’Immigration ?

Certains vont me répondre que “cest normal”, qu’il faut une “régulation”. J’appelle ça une régulation de l’égoïsme, de la discrimination, de l’étroitesse d’esprit et de coeur.

x14510161.jpgEn effet, comment expliquer qu’un père de famille marié depuis 2007 à une femme sourde et muette, Madame Allouche, soit expulsé vers la Tunisie comme un malpropre, tendant à faire penser qu’une femme handicapée ne peut éprouver de sentiments.. !!!? ... et que leur relation n’est qu’un mariage blanc ?!

Il y a un petit garçon au milieu de tout cela, au milieu de cette situation sordide. Il s’appelle Noufel. Il a onze ans et a écrit au Président Monsieur Sarkozy pour lui demander le retour de son papa, expulsé depuis le 7 mai 2009. Je vous invite à aller lire cette lettre et à lire aussi l’article qui l’accompagne. Voici le lien :1788034.jpg

http://www.educationsansfrontieres.org/article23840.html

Je pense aussi au petit Amine, dont le père Mohammed HAHROUR risque l’expulsion, et aussi à deux petites filles de deux ans et trois ans et demi, dont le père Kamal AKAYEV risque aussi l’expulsion. Elles risquent de se retrouver à l’ASE, car leur maman ne va pas bien, et cela peut se comprendre dans le contexte qu’ils vivent.

Je vous invite à lire toute la situation de ces trois enfants, à travers les articles donnés en fin de mon article, textes que j’ai reçu le 4 décembre du Réseau d’Éducation sans Frontières.

Je voudrais interpeler au sujet du débat sur l’Identité Nationale le Président de la République, Monsieur Nicolas Sarkozy, en lui citant simplement des passages du célèbre livre : “Le Tour de France par deux enfants” écrit par Monsieur Bruno. Les mots du sous-titre étaient “Devoir et Patrie”.

L07-294345.jpgVoici ces passages : “Les enfants d’une même patrie doivent s’aimer et se soutenir comme les enfants d’une même mère”.

“Brave et chère jeunesse, va, cours porter à la patrie des coeurs de plus pour la chérir.”

“Nous tâcherons d’être dignes de la patrie et pour cela, nous aimerons par-dessus toute chose le bien, la justice, tout ce qui est grand, tout ce qui est généreux, tout ce qui doit faire que la patrie française ne saurait périr.”

PAA267000001.jpgAlors, au nom de ces valeurs de justice et de générosité, au nom de l’amour que l’on doit se porter, Monsieur Nicolas Sarkozy, et vous, Monsieur Besson, je vous demande de ne pas expulser Messieurs Mohammed HAHROUR, qui a un fils de onze ans, et Kamal AKAYEV, le papa des deux petites filles dont j’ai parlé plus haut.

Je vous demande la grâce que soit rapatrié au plus vite Monsieur Mohammed ALLOUCHE, le papa de Noufel, demeurant à Montrouge, ce petit garçon qui vous a écrit cette lettre bouleversante citée plus haut.u19044824.jpg

u15119882.jpgJe vous le demande comme une grâce de Noël pour ces quatre enfants qui méritent autant de la France que tous les enfants du monde... en premier lieu et Droit... de pouvoir avoir leur papa auprès d’eux.

En souhaitant une bonne et heureuse Fête au Président de la République, Monsieur Nicolas Sarkozy.

Chloé LAROCHE


__________________________
Textes envoyés par RESF
http://www.educationsansfrontieres.org :


“Deux appels urgents : l’un pour Kamal AKAYEV (de Bordeaux), père de deux fillettes qui peut être expulsé au Daghestan d’un jour à l’autre. Le second pour Mohammed HAHROUR, Egyptien d’Ivry (94), père d’un garçon de 11 ans.

Des nouvelles, pas bonnes, de Serguei expulsé vers l’Arménie où il est en danger. Sa petite fille a fêté son deuxième anniversaire sans son père. Denise B. qui a suivi toute l’affaire a adressé une lettre ouverte au préfet du Rhône M. Géraud. A lire et à faire lire http://www.educationsansfrontieres.org/article24481.html

1/ Kamal AKAYEV, père de deux fillettes, expulsable au Daghestan d’un jour à l’autre d’ici le 9 décembre
Kamel, originaire de Guély au Daghestan (capitale Makhatchkala), peut d’un jour à l’autre se retrouver expulsé à Moscou, capitale de la Russie à plus de 1600 kilomètres de chez lui… Erreur d’appréciation géopolitique du préfet du 64 ? C’est plus trivial. Il n’y a pas d’aéroport international à Makhatchkala et les policiers français dans le cadre de leur mission d’expulsion ne pourraient y avoir accès. C’est aussi plus subtil. Le Daghestan fait partie des 21 républiques « sujets » de la Fédération de Russie qui sont indépendantes sauf pour les questions de politique étrangère. Si la Russie voulait prendre le relais…, ce serait bon pour le respect des quotas d’expulsion du 64.
Kamal qui se trouvait dans la région de Pau pour les besoins de son employeur y a été arrêté et se retrouve depuis le 5 novembre dernier au Centre de Rétention d’Hendaye tous recours épuisés. Sa situation familiale est dramatique, son épouse, Anna, et ses petites filles sont sans ressources à Bordeaux.
Il vivait avec son épouse Anna au Daghestan dans la province de Guély qui touche à la Tchéchénie. Le Daghestan sert de repli aux forces tchétchènes, particulièrement dans cette région. Les habitants, islamistes soufies de tradition, y sont soupçonnés sans nuance de terrorisme islamiste du simple fait d’y vivre. Ce qui fut le cas pour Kamal et Anna qui suite à une perquisition et des brutalités sans nom se retrouvèrent l’un en prison, l’autre à l’hôpital. Ils ont réussi à fuir leur pays et sont arrivés en France en décembre 2005 où Tatouv qui manifestait déjà une résistance exceptionnelle est née en février 2006. Kamila a suivi en avril 2007.
La violence est revenue dans leur vie. Ils se sont vus refuser à deux reprises le statut de réfugié, faute de témoignages dit probants : les violences subies au Daghestan, ça n’était pas assez. Depuis le refus, l’état de santé de la maman s’est gravement détérioré.
Quelques jours à peine après le 20e anniversaire des droits de l’enfant, deux petites filles de 3 ans et demi et deux et demi, risquent à tout moment de se trouver privées de leur papa, et placées à l’ASE si leur mère va plus mal. Le renvoyer dans un pays qu’ils ont fui, Anna et lui, à la suite de traitements violents et injustifiés, c’est l’envoyer vers un inconnu insoutenable et plonger Anna et les enfants dans la plus grande détresse. Expulsé à Moscou, Kamal se retrouvera citoyen « sans propiska » - soit de deuxième zone -, contraint à nouveau à la vie d’un sans-papiers au sein cette fois de la Fédération de Russie. Au Daghestan, Kamal est activement recherché. La police des frontières de Moscou n’aurait qu’à terminer le travail, et Kamal pourrait bien plonger, lui, dans l’oubli.
Contact : resf 33 . 06 16 23  27 39

Pyrénées Atlantiques : Préfet Philippe Rey    philippe.rey@pyrenees-atlantiques.pref.gouv.fr
Fax secrétariat du préfet : 05 59 98 26 44,
bureau des étrangers :Pierre Larroque-Laborde   
pierre.larroque-laborde@pyrenees-atlantiques.pref.gouv.fr
Fax du bureau des étrangers : 05 59 98 26 42
Gironde : Préfet: M. Dominique Schmitt . Fax du préfet : 05 56 90 64 76 dominique.schmitt@gironde.pref.gouv.fr
prefet@gironde.pref.gouv.fr
Fax de la préfecture de Gironde :  05 56 90 60 67
secrétaire général de la préfecture : bernard.gonzalez@gironde.pref.gouv.fr
préfet délégué à la sécurité et à la défense : jean-marc.falcone@gironde.pref.gouv.fr

Ministre de l’immigration
Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général : stephane.fratacci@iminidco.gouv.fr
fax :  01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Matignon :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire
Et là où se prennent les décisions  
Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr



2)  Expulsion imminente du père d’Amine, enfant d’Ivry-sur-Seine :

Monsieur Mohammed HAHROUR est enfermé dans le centre de rétention du Mesnil-Amelot pour être expulsé vers l’Egypte, son pays natal. En France depuis 1992 mais sans papiers, il est le père d’Amine HAHROUR, 11 ans, un enfant d’Ivry qui a fait toute sa scolarité à l’école Joliot-Curie. Cette année, il est entré en classe de sixième au collège Sœur Rosalie (Paris 5ème).
Une première tentative d’expulsion a échoué la semaine dernière. Depuis le 17 novembre, jour de l’interpellation, l’angoisse grandit chaque jour davantage pour Amine et sa mère, Hasna. Les parents d’Amine sont séparés après un divorce douloureux. Mais Amine a droit à ses deux parents, la Justice ayant accordé la garde à la mère et un droit de visite au père. Hasna, qui dispose d’une carte de résidente de dix ans, ne veut pas que son fils soit privé de son père.
Mais ces considérations humaines n’effleurent pas les autorités. Alors que nous venons de célébrer le 20ème anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, qui impose que dans toute décision administrative « l’intérêt supérieur de l’enfant » soit une « considération primordiale » (Art. 3-1), seule compte la politique du chiffre pour la préfecture du Val-de-Marne et le Ministère de l’Identité nationale.
Amine attend impatiemment son papa. De quel droit demander à ce garçon de 11 ans de renoncer définitivement à le voir, sauf à le rejoindre en Egypte, un pays qu’il ne connaît pas, qui n’est pas celui où il a grandi ? De quel droit demander à sa mère, pourtant autorisée à séjourner en France, de priver Amine de son père, sauf à s’exiler en Egypte ? Si le ministre de la rafle et du drapeau accomplissait son forfait en ajoutant Monsieur HAHROUR à son tableau de chasse, les parents d’élèves, les habitants d’Ivry, les enseignants ne lâcheraient pas l’affaire pour autant, jusqu’à ce qu’Amine retrouve son père.
L’« intérêt supérieur » d’Amine commande que les autorités remettent Monsieur HAHROUR en liberté et lui permettent de vivre non loin de son fils. Il commande aussi que la préfecture du Val-de-Marne le régularise. Mais apparemment, Monsieur BESSON et le prince de l’Elysée se sentent exonérés des considérations humanitaires, de l’« intérêt supérieur de l’enfant » et de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant dont nous venons de célébrer le 20ème anniversaire.

Si vous voulez exprimer votre indignation, poliment mais fermement, adressez-vous à la préfecture du Val-de-Marne et au ministère de la rafle et du drapeau:

Préfet du Val-de-Marne : M. Michel CALMUX
Fax 01 49 56 64 06  ou 01 49 56 64 10 / 01 48 99 38 04 / 01 49 56 60 13
michel.camux@val-de-marne.pref.gouv.fr
Cabinet du Préfet : 01 49 56 64 17
Madame Courcoul, chef de cabinet : 01 49 56 60 68
Fax 01 49 56 64 17
Philippe Chopin directeur de cabinet
Jean-Luc Névache  secrétaire général

Ministre de l’immigration
Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général : stephane.fratacci@iminidco.gouv.fr
fax :  01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Matignon :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire
Et là où se prennent les décisions  
Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

2/ Des nouvelles (2 décembre) de M. H. ADB  EL GAWWAD (dernier resf info)

Le JLD avait libéré M. ABD EL GAWWAD « pour manque de diligence de la préfecture à entrer en possession du laisser-passer mis à disposition par le consulat ». Mais le procureur avait fait appel.  Monsieur et son avocat ont fait un  recours contre cet appel, et ont gagné : victoire ! Trois très jeunes enfants (5, 4 et 2 ans) ont retrouvé leur père !! La régularisation reste à gagner.

3/ Le 20ème anniversaire de la CIDE (Convention internationale des droits de l’enfant) a été l’occasion pour RESF, à travers plus d’une vingtaine d’initiatives, de mener campagne pour le respect par l’Etat des droits de l’enfant. Retrouvez leurs échos :
A Marseille : http://www.educationsansfrontieres.org/article24188.html
A Lyon : http://www.educationsansfrontieres.org/article24437.html
A Paris : Six heures pour les droits de l’enfant au CentQuatre. Pour patienter avant le DVD, vous pouvez disposer :
- des enregistrements audio : http://www.educationsansfrontieres.org/radio
- l’intervention de Aminata Traoré, interpellant les politiques
http://www.dailymotion.com/video/xb946k_aminata-traore-le-22-nov-2009_news
et des photos de Jean Claude Saget  http://picasaweb.google.fr/lh/sredir?uname=saget78&target=ALBUM&id=5408125520823859393&authkey=Gv1sRgCJ6Fy7KZivTC0gE&feat=email

Cette dernière initiative (au CentQuatre) nous couté quelques sous et même un peu plus… Ce sont bientôt les fêtes, les dons, subventions, oboles, étrennes, etc… de ceux qui le peuvent seront les bienvenus (chèques à l’ordre de RESF, à envoyer à RESF/EDMP 8 impasse Crozatier, 75012 Paris)."

 

21/10/2009

Un papa d'origine arménienne a avalé des lames de rasoir aujourd'hui, alors qu'il devait être expulsé de France loin de ses enfants et de ses parents.

Bonjour à tous et toutes,
Rebonjour plutôt, après mon article écrit tout à l'heure sur la famine de Centrafrique,images-8.jpeg
images-6.jpegJe vous fais part en urgence de la réalité vécue par Monsieur Arkadi Akopian, qui devait être expulsé aujourd'hui de France vers l'Arménie. Vous vous rendez compte que sa seule issue a été d'avaler des lames de rasoir afin de ne pas être mis dans l'avion et arraché à ses enfants, encore petits, arraché à sa compagne, arraché à ses parents.
Je pense que les Arméniens ont assez souffert. Je rappelle le génocide auquel ils ont été confrontés.
Les Arméniens ont droit au bonheur, à la paix, au respect dû à une famille, à des enfants, à un papa.
Pourquoi la France doit-elle se séparer d'un arménien qui a vu naître ses deux enfants en France ?
Pourquoi deux enfants nés en France, dont l'un est scolarisé en maternelle, doivent-ils être privés de leur père ?
Soyez très nombreux à protester, à appeler, à envoyer mails et fax aux numéros suivants, donnés plus bas.
Merci de lire l'appel du Réseau d'Éducation sans Frontières envoyé aujourd'hui et transmis ci-dessous.
Pensées à tous.
images-7.jpegChloé LAROCHE
____________________________________
Arkadi Akopian ne doit pas être expulsé, et encore moins vers un pays où sa femme et ses enfants ne pourront jamais le retrouver.
"Arkadi Akopian a été interpellé le 5 octobre à Châteauroux. Sans papiers, il a été rapidement conduit en rétention au centre de Mesnil-Amelot.

Arkadi est papa de deux enfants nés en France, Bagdasar l’aîné,  scolarisé à l’école maternelle, et Gohar la petite dernière de 2 ans. Il vit en France, à Vierzon, avec sa compagne, et ses parents depuis près de 5 ans.

Ses parents sont en situation régulière, et sa mère est atteinte d’une grave maladie.

Alors qu’Arkadi est arménien, sa compagne Lala est azérie (Azerbaïdjan) et s’il devait être expulsé en Arménie, elle et ses enfants auraient beaucoup de difficultés à le rejoindre même s’ils le souhaitaient.

Aujourd’hui, mercredi 20 octobre, sur ordre de la préfecture de l'Indre, il a été conduit à l’aéroport de Roissy et devait embarquer dans l’avion de 13h20 pour être expulsé vers l'Arménie.

Parce qu’il voulait rester en France avec sa famille et qu’il a de sérieuses raisons de craindre pour sa sécurité en Arménie, il a préféré mettre sa vie en danger en avalant des lames de rasoirs plutôt que de se laisser expulser.

Le préfet de l’Indre dispose de la possibilité d’empêcher un drame et celle de permettre à une famille de rester unie, en mettant fin à la procédure d’expulsion et en faisant en sorte qu’Arkadi Akopian soit libéré."

 

Contact sur ce dossier : Nadia resf18 06.43.31.45.51

PREFECTURE DE L’INDRE : Merci de teléphoner (02.54.29.50.00) faxer (02.54.34.10.08) mailer (aller sur le site de la préfecture et cliquer sur contact) nombreux.

MINISTERE DU DEMEMBREMENT DES FAMILLES ET DES CHARTERS DE LA HONTE :

Fax: 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre
eric.besson@iminidco.gouv.fr

sp.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet : christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

 

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE DU DEMEMBREMENT DES FAMILLES :

Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <
franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration)
maxime.tandonnet@elysee.fr

 

__________________________________________

 

COMMENTAIRES :

______________________________________________________ATTENTION :

 

Appel à une pétition pour Sergey, arménien, pour sa fille et sa femme :

(voir sur le site de RESF : http://www.educationsansfrontieres.org)


P1343 - Sergey ne doit pas être expulsé - Gayané, 2 ans, doit garder son papa

“ Les états signent la convention, c’est que des mots pour faire joli !”.... Meriem (12 ans).
On aimerait pouvoir lui dire qu’elle a tort. 

Gayané va à la crèche. C’est une petite fille dont les yeux pétillent de malice et de curiosité. ... Mais qui comme n’importe quelle petite fille a besoin de son père, de sa mère. 

Du haut de ses quelques mois, cette petite fille a déjà largement vécu son taf de galère : peur et angoisse des parents d’une arrestation, de ne pas ou savoir dormir ... 

Gayané est née en France à Lyon. Elle aura 2 ans le 29 novembre 2009 quelques jours après le 20ème anniversaire de la déclaration des droits de l’enfant.

Le 28 octobre elle a vu son père disparaitre
Pourra-t-elle fêter son 2ème anniversaire avec lui?
Et pourtant :

« Les États parties veillent à ce que l’enfant ne soit pas séparé de ses parents contre leur gré, à moins que les autorités compétentes ne décident, sous réserve de révision judiciaire et conformément aux lois et procédures applicables, que cette séparation est nécessaire dans l’intérêt supérieur de l’enfant. »
Convention internationale des droits de l’enfant (art.9)

Mr Besson n’a t-il par ailleurs pas déclaré en juin 2009 que « le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore un droit qui s’applique à toutes les familles, qu’elles soient ou non en situation irrégulière. »

Serguey et sa femme sont arméniens. Ils sont arrivés en France en mars 2007. Dès leur arrivée, ils ont fait une demande d'asile qui a été rejetée en février 2009. Ils ont, alors, reçu une Obligation à Quitter le Territoire (OQTF) confirmée au TA en juillet 2009.

Compte-tenu d’éléments nouveaux, une demande de réexamen de la demande d’asile a été envoyée le 27 avril 2009 et en l’absence de réponse renouvellée le 22 sept 2009. 

Ils sont donc en France depuis 2 ans 1/2 et ont tissé des liens avec diverses personnes. Sergey a travaillé pendant 18 mois dans une entreprise de maintenance. Il a payé des impôts. 

Le 23 février 2009 Il déposait, avec la CGT, une demande de régularisation au titre du travail, auprès de la préfecture du Rhône. Cette demande est restée sans réponse.

Le 28 octobre il est arrêté en sortant d’une voiture devant le foyer où il logeait. Le 29, il était transféré au Centre de rétention de Lyon.
Une nouvelle demande d’asile a été déposée du centre de rétention avec des éléments nouveaux et sérieux.

Gayané attend son papa.
L'acharnement à démembrer les familles doit cesser.
Nous refusons que Gayané soit comdamnée à dire comme Meriem:
“ Les états signent la convention, c’est que des mots pour faire joli !”."

Allez signer nombreux la pétition sur le site donné plus haut !!

Ecrit par : Chloé Laroche | 04.11.2009

 

 

30/08/2009

Chama rentre en CP mais n'aura peut-être plus son père près de lui pour la rentrée de tous les enfants français. Son papa est vivant, alors pourquoi pleurerait-il ? Pourquoi son père doit-il être expulsé de France après avoir élevé son fils tout seul ?!?

Bonjour à tous et toutes,

____________________________

tc_dads_009539.jpgSix ans que ce papa élève seul son enfant et on voudrait l'expulser, laissant seul ce petit garçon qui a besoin de son père !?! Mais où va-t-on ?? Dans quel État j'erre ? Pauvres humains qui expulsent d'autres humains rien que pour faire du chiffre !!

_____________________________

nan0010.jpg

Je suis révoltée et scandalisée par ce que vivent nombre de familles démembrées. Cet été a été marqué par nombre de batailles pour aider des familles menacées d'expulsion ou de déchirement. Certains combats ont pu sauver des pères et des mères finalement acceptés en France mais d'autres expulsions n'ont pu être évitées.images-2.jpeg

Vous pouvez vous rendre sur le site suivant et vous constaterez par vous -même : http://www.educationsansfrontieres.org

images-3.jpegChama est un petit garçon de six ans et il entre en CP. Cependant, son papa vient d'être enfermé sous prétexte qu'il est angolais et sans-papiers, ce qui ne l'a pas empêché d'élever son fils seul et d'honorer son rôle de père. Chama est né en France en 2003 et son pays de naissance voudrait renvoyer son père, celui qui s'occupe de lui avec sérieux et amour depuis sa naissance !?!

_____________________________________

images-1.jpeg

Pourquoi la France créerait-elle des orphelins alors que le destin a laissé un père à son fils. Bien vivants tous les deux, ils ont le droit de pouvoir vivre ensemble et de pouvoir vivre cet amour filial que nul sur cette terre ne saurait séparer.

_______________________________________

images-4.jpegSoyez donc nombreux à écrire la lettre donnée ci-dessous (proposée par le Réseau d'Éducation Sans Frontières) et à envoyer au Préfet de Saint-Denis, par fax ou mail. Vous pouvez aussi signer la pétition créée pour M. ABEL GABRIEL Joao et son fils Chama.

___________________

Chloé LAROCHE

 

images.jpeg________________________________ Envoyé par le Réseau d'Éducation Sans Frontières :tc_dads_009639.jpg

"URGENT : FAXEZ MAILEZ POUR DEMANDER LA LIBÉRATION DE M. ABEL GABRIEL Joao RETENU AU CRA DE BOBIGNY. SON ENFANT SE RETROUVE SEUL A QUELQUES JOURS DE LA RENTRÉE."

Préfecture de Seine-Saint-Denis : 

nacer.meddah@seine-saint-denis.pref.gouv.fr 
courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr
Fax :  01 48 30 22 88

Contact RESF - Malika Chemmah : 06 03 69 91 30

 

Signer la pétition

 

Modèle de lettre

 

 

A Monsieur Nacer MEDDAH,

Préfet de Seine Saint-Denis

Préfecture de la Seine-Saint-Denis

1, Esplanade Jean Moulin

93007 Bobigny Cedex

 

Saint-Denis, le 29 août 2009,

 

"Monsieur le Préfet,

 

Priverez-vous Chama Dieumerci, âgé de six ans, de sa rentrée scolaire, du soutien affectif et financier de son père ?

Arrêté le mercredi 26 août 2009 à Roissy, son papa, Monsieur Joao ABEL GABRIEL, ressortissant angolais, né le 24 août 1965 (n° étranger : 7503512525) a été placé au CRA de Bobigny le même jour.

Vendredi 28 août il a été présenté devant le juge des libertés qui a décidé de son maintien en rétention.

Il est arrivé en France en 2002 et vit à Saint-Denis de façon ininterrompue depuis 7 ans. En 2003, il a été débouté du droit d’asile et n’a depuis pas fait d’autres demandes de régularisation, non pas par négligence, au contraire il s’en souciait beaucoup, mais parce qu’il a été plus ou moins mal conseillé

M. ABEL GABRIEL se trouve dans un état d’angoisse extrême car arraché brutalement à son fils qu’il élève seul et de manière exemplaire depuis plusieurs années. Vous conviendrez comme moi que la place d’un père n’est pas en rétention mais auprès de son enfant et encore davantage à quelques jours de la rentrée scolaire.

Que diront parents et enseignants aux camarades de Chama Dieumerci devant sa chaise laissée vide ?

Parce que je pense également que « le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore qu’un droit, qui s’applique à toutes les familles », c’est avec confiance et détermination que je vous demande de procéder à la libération, à l’abrogation de l’APRF pris à l’ encontre de M. ABEL GABRIEL et à sa régularisation pour raisons humanitaires et à mettre tout en œuvre pour qu’il retrouve son fils au plus vite.

Recevez, Monsieur le Préfet, l’expression de mes sentiments citoyens les plus déterminés."

Votre signature__

______________________________________________

Commentaires

Bonsoir - vous pouvez aider Chama Dieumerci en vous associant à l'action lancée par le site http://www.dieumerci.fr - merci

Ecrit par : Thierry | 31.08.2009

 

____________________

 

Merci beaucoup Thierry. J'y vais tout de suite. De gros bisous pour Chama.
Chloé

Ecrit par : Chloé Laroche | 31.08.2009

 

____________________

Communiqué Resf / Après la conférence de M. Besson :

Le 4 septembre 2009 /
APRES LA CONFERENCE DE PRESSE DE M. BESSON__

"Les déclarations d’Eric Besson lors de sa conférence de presse du 3 septembre appellent quelques commentaires.
Il assure que « les parents [emprisonnés en CRA] sont libres de choisir d’amener ou pas leur enfants dans un centre de rétention ou de les confier à l’extérieur » et qu’il « ne suffit pas que l'on entre en France, que l'on inscrive son enfant à l'école pour qu'il y ait protection (ndlr: régularisation) des parents ». Arrogance, vulgarité, démagogie, M. Besson a vite appris de ses nouveaux amis. On dirait du Frédéric Lefèbvre !
Sur le fond, son discours oscille entre inconsistance et monstruosité. Il est stupéfiant d’entendre un ministre tenir des propos d’une telle légèreté sur les questions dont il a la charge. Ramener la véritable odyssée qu’est le parcours de nombre d’immigrés à de vagues formules simplistes (« Il ne suffit pas que l’on entre en France ») témoigne d’une inculture inquiétante. Ce sont des vies entières, des enfants, mais aussi un travail, un logement, des années de présence, une famille souvent que le ministre traite avec tant de désinvolture.
La « liberté » qu’accorde M. Besson aux parents de faire enfermer leurs enfants avec eux ou de les « confier à l’extérieur » (à qui ? A l’assistance publique ?) est une imbécillité ou une monstruosité. Probablement les deux. M. Besson s’imagine-t-il que c’est quand la police débarque à 7 h du matin, arrache les enfants du lit, menotte les parents, qu’on a la « liberté » d’abandonner ses enfants ?
En d’autres temps, les possédants, les bien-pensants et les parvenus soupçonnaient les milieux populaires de faire des enfants pour vivre des allocations familiales. M. Besson renouvelle le genre en les accusant d’utiliser leurs enfants pour obtenir des papiers. Le style, c’est l’homme. Il ne suffit pas d’énoncer des platitudes pour justifier des infamies."

Allez voir le site : http://www.educationsansfrontieres.org

Ecrit par : Chloé Laroche | 06.09.2009

 

____________________________________Le 9/09/09 : LE PÈRE DE CHAMA EST ENFIN LIBRE !!!!

 

Une heureuse nouvelle pour Chama et son papa, pour tous ceux qui les ont défendus et aidés :

le père Chama est enfin LIBRE depuis le 9 / 09 / 09.
Puisse-t-il être régularisé sur un long terme et vivre avec son fils une longue vie heureuse en France !!

Chloé

Ecrit par : Chloé Laroche | 11.09.2009

 

24/08/2009

Pour un père serbe expulsable de France et ses deux enfants dont l'un est né en France en 2000. Il a neuf ans et sa soeur a treize ans. Ils risquent de ne jamais revoir leur père. "Le maintien de l'unité familiale est une règle immuable."

images-10.jpeg
Bonjour à tous et toutes,images-11.jpeg
images-5.jpegActuellement, une famille est encore malmenée, déchirée, écartelée... et c'est insupportable.
Un père serbe en prison.
images-12.jpegDeux enfants de treize et neuf ans qui pleurent leur papa.
Des enfants scolarisés en France depuis toujours et un père, Vojin MILIC, présent sur notre sol depuis treize ans.
Il est enfermé depuis le 12 août au Centre de Rétention de Palaiseau, dans l'attente d'une expulsion de France.
Je vous informe de cette situation car nous ne pouvons laisser mentir Monsieur Besson qui a déclaré, je cite :
"Le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore un droit, qui s’applique à toutes les familles, qu’elles soient ou non en situation régulière".images-3.jpeg
C'est une très belle phrase et j'aimerais que Monsieur Besson l'assume et la rende vivante. Que ces deux enfants et leur mère ne pleurent plus et qu'on stoppe cette situation, qu'on leur rende leur père et leur mari.
Je vous transmets à cet effet l'appel du Réseau d'Éducation sans Frontières que vous trouverez ci-dessous, ainsi que les actions à faire.
Soyons nombreux à réagir et à agir vite en écrivant aux différentes adresses INDIQUÉES EN FIN D'ARTICLE.
Chloé LAROCHE
images-4.jpeg_______________________
"Vojin MILIC est serbe. Il est enfermé au CRA de Palaiseau depuis son arrestation à Beauvais lors d'un contrôle routier le 12 août. Il vit en France depuis 1996, soit 13 ans. Sa femme Snezana MILIC qui vit en France depuis 10 ans a rendez-vous la semaine prochaine en préfecture de Bobigny pour y retirer son titre Vie privée et familiale. Jouana, l’aînée de ses enfants est arrivée en France en 1999, à l’âge de 3 ans, son jeune frère y est né, en 2000. L’un et l’autre y ont fait toute leur scolarité. Ils sont très affectés par la disparition de leur père.

En outre, immédiatement après une première arrestation, il y a un an, Vojin MILIC a fait une septicémie. Il a passé six jours dans le coma et son état nécessite des soins.

Son arrestation et l’éventualité de son expulsion suscitent stupeur et incompréhension de tous ceux qui connaissent la famille. Aussi, ce matin (22 août), quand il a été traduit devant le juge des libertés d'Evry, sa femme, sa fille, son frère et sa belle-soeur (Français), la directrice de l'école de son fils qui était venue de Drancy avec son mari, les militants du RESF, tous avaient bon espoir : un juge, ‑‑celui des Libertés, qui plus est !‑‑ ne pouvait laisser une telle injustice en l'état.

C'était se tromper lourdement. Le juge était là pour dire la loi, celle de Monsieur Sarkozy. Il l'a dite, sans trembler ni rougir : Vojin MILIC reste en prison administrative. Sa femme et sa fille en pleurs ? Sa famille étranglée d'indignation ? Les policiers présents qui avaient honte du travail qu'on leur fait faire ? Ce n'est pas son problème... On lui a souhaité de déjeuner de bon appétit quand on l'a croisé, quittant ce qu'on peine à appeler le palais de Justice...images-6.jpeg

images-9.jpegVojin MILIC sera ramené au CRA de Palaiseau. Il était prévu qu’il soit expulsé lundi mais la police n’a pas obtenu de laissez-passer. On va donc le laisser mariner et se désespérer des jours et des jours encore. Des jours qu’il faut mettre à profit pour réagir encore plus fort. Alerter la presse, faire savoir ce qui se passe au pays dont Sarkozy est président. Dire, clamer partout que Besson ment quand il soutient « Le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore un droit, qui s’applique à toutes les familles, qu’elles soient ou non en situation régulière ».

 

images-7.jpegLE DEMEMBREMENT DES FAMILLES, CA SUFFIT !

 

Pour protester (sans injures ni diffamation)

Préfecture de Seine-Saint-Denis qui a pris l'APRF du 05/09/2008

Nacer MEDDAH, Préfet : nacer.meddah@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

Directrice des étrangers : arlette.magne@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

et : courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

Fax : 01 48 30 22 88

Préfecture de l'Oise qui a procédé à l'arrestation et à la mise en rétention

courrier@oise.pref.gouv.fr

philippe.gregoire@oise.pref.gouv.fr

Fax 03 44 45 39 00

 

Ministère du démembrement des familles

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

 


Elysée parce que c'est là en réalité que les décisions se prennent  fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

______________

_________________ Le Réseau d'Éducation Sans Frontières : http://www.educationsansfrontieres.org

 

 

23/07/2009

Lettre ouverte à l'épouse du Président de la République, Carla BRUNI-SARKOZY, pour Jynia, une mère de famille qui va accoucher en août seule alors que le futur père vient d'être expulsé de France.

 

132015-carla-bruni-sarkozy-156x133-1.jpgMadame Carla BRUNI-SARKOZY,

 

Je me permets de vous écrire car je suis sûre que vous m’entendrez et que vous saurez percevoir dans mes mots l’urgence d’une situation qui ne saurait attendre.Photo 398.jpg

Tout d’abord, croyez-vous que les enfants se font dans des oeufs ? Couvés ou non couvés ? Choyés ou abandonnés dans la nature, au gré des vents et des vagues ?900577.jpg

Des femmes… attendent des enfants. Elles attendent... Mais pourquoi donc ?

k0650580.jpgUne femme attend un enfant… Il grandit dans son ventre et vient un jour au monde. Croyez-vous qu’elle soit seule ce jour-là ? Y aurait-il un papa ? Sa présence serait-elle utile et même nécessaire à l’enfant qui arrive ?

Une femme attend un enfant. Elle pleure. Pourquoi ? Elle a porté cet enfant huit mois dans son ventre et dans quelques jours il va naître. Mais elle va accoucher seule. Elle s’appelle Jynia.

Malheureusement pour la santé de la maman et de l’enfant, qui plus est dans le cadre d’une grossesse à risques, le papa vient d’être expulsé de force, mis à l’avion sur l’ordre de votre mari.

Il a été renvoyé au Nigéria, alors qu’il a déjà une petite fille d’un peu plus de deux ans et qu’il élève la première fille de Jynia, sa compagne.

Ces deux petites filles s’appellent Aimée et Emmanuella.

Vous chantez ces paroles, vos paroles, que j’adore : “Il faudrait que tout le monde réclame auprès des autorités une loi contre toute notre indifférence… Que personne ne soit oublié… Et que personne ne soit oublié.”FD004264.jpg

Carla, oui je réclame que vous ne soyez pas indifférente au sort de cette famille démembrée, au sort de ce papa exclu de sa paternité : Emmanuel Oladipo, au sort de Jynia, cette femme qui va accoucher seule, au sort d’Aimée et d’Emmanuella.

1912001.jpgJe vous en prie, demandez à votre mari qu’une mesure soit mise en place pour qu’Emmanuel revienne s’occuper de ses enfants et soit présent à l’accouchement de sa femme.

Vous chantez : “On me dit que le temps qui glisse est un salaud… Que de nos chagrins il s’en fait des manteaux.” N’habillons pas cette famille pour l”hiver. Cette famille écartelée pleure et le chagrin de chacun de ses membres est intolérable.

“Il semble que quelqu’un ait convoqué l’espoir”, avez-vous encore écrit et chanté… Soyez ce quelqu’un, Carla, pour Emmanuel Oladipo. Convoquez l’espoir, au nom de votre statut de Première Dame de France.

acu_024.jpgJe suis artiste comme vous et je crois que les anges nous suivent et nous accompagnent, afin que nous ne vivions pas comme des salauds mais que nous puissions chanter avec vous : “Il semble que mes bras soient devenus des ailes”.

“Tu fleuris au plus doux de mon âme”… Cet espoir, vous pouvez le semer dans le coeur de cet enfant à naître afin qu’il voit son père le serrer dans ses bras lorsqu’il viendra au monde au mois d’août 2009.

Je vous remercie de m’avoir lu et vous envoie tout cet espoir que je mets en cette lettre que je vous fais. De mon violon et de ma plume, je fais une flèche magique pour atteindre votre coeur.INGDMYFS0944.jpg

Très sincèrement,

282869SDC.jpgChloé LAROCHE

 

 

° La photo à gauche en haut : Carla Bruni-Sarkozy.

La photo à droite en haut : moi-même.

Les autres photos proviennent du site de Fotosearch.fr, que je remercie vivement.

19/07/2009

Une femme enceinte privée de son mari et deux fillettes privées de leur papa. C'est le cadeau du 14 juillet à la FAMILLE.

BLD050933.jpgBonjour à tous et toutes,

 

J'ai reçu le communiqué de presse du 17 juillet du Réseau d'Éducation Sans Frontières (RESF) concernant l'expulsion d'un père de famille vers le Nigéria. Des choses graves se passent... qui me hérissent. Aussi, je vous en parle et vous transmets le communiqué en bas de mon article.

Vous savez que depuis quelques mois, j'ai déjà écrit quelques articles sur des pères expulsés de France, des pères ayant des enfants en France, lesquels pleurent tous leur papa.

ks110799.jpg

Vous pouvez découvrir la tragédie de ces situations d'écartèlement des familles en cliquant à gauche sur la catégorie : "Non aux expulsions et aux camps" et sur la catégorie : "Chloé défend les pères expulsés".

Pendant que le Président de la République régalait à l'Élysée lors du 14 juillet, pendant le concert et le feu d'artifice à la Tour Eiffel, pendant le défilé militaire... un drame se tramait à Paris.

75627162.jpgJynia, une maman enceinte devant accoucher au mois d'août, a dû emmener ses deux fillettes en RER et en bus voir une dernière fois leur papa Emmanuel à la prison administrative du Mesnil-Amelot, avant son expulsion vers le Nigéria. Ces fillettes s'appellent Aimée et Emmanuella. L'une a 5 ans, la deuxième a deux ans et 7 mois.

Leur père s'occupait d'elles jusqu'alors au quotidien car c'est la maman qui allait travailler, en usine.

On a supplié le Président, envoyé des mails, des faxs.BLD057095.jpg

La réponse... froide, fut la suivante : "Les Etats n’ont pas de sentiments, ils n’ont que des intérêts".

Emmanuel Oladipo a été expulsé le 14 juillet avec d'autres sans papiers, en larmes, désespéré, laissant une famille démembrée, une femme devant accoucher sans lui, un nourrisson qui n'aura pas de papa à la maternité.

Je trouve cela si triste, si révoltant !scp018788.jpg

Je souhaite que ce père de famille puisse revenir en France au plus vite et que l'État français fasse des excuses à cette famille déchirée.

73142405.jpgPlus tard, ces enfants porteront plainte pour atteinte aux Droits élémentaires de la Famille, ce droit parmi d'autres Droits d'avoir leur père et leur mère près d'eux.

Emmanuel, nous ne t'oublions pas. Je suis vraiment désolée pour toi.

Que Dieu te vienne en aide et te sorte de cette situation totalement injuste et horrible pour ta famille.

Que ta compagne ait la force d'espérer et d'accoucher sereinement, sans ta présence physique à ses côtés.

Que Carla Sarkozy lise mon article et fasse un geste pour toucher le coeur de son mari, pour qu'Emmanuel soit présent à l'accouchement de son futur enfant.BLD057098.jpg

 

Chloé LAROCHEpe0058169.jpg

 

PS : Voici ci-après l'article relatant l'expulsion d'Emmanuel vers le Nigéria envoyé par le site de RESF : http://www.educationsansfrontieres.org

__________________________________________________

 

 

200352333-001.jpg17 juillet 2009 / COMMUNIQUÉ DE PRESSE sur l'expulsion d'Emmanuel Oladipo envoyé par le Réseau d'Éducation sans Frontières :

Contact sur ce dossier : Danièle Thuillier-Jugan : 06 16 66 08 84 / Richard Moyon : 06 12 17 63 81

 

"Le 14 juillet 2009 a été un grand jour pour le Président : parade militaire sur les Champs-Elysées, garden-partie à l’Elysée, concert sur le Champ-de-Mars, feu d’artifice sur la Tour Eiffel et, cerise sur le gâteau, une famille démantibulée, éclatée entre deux continents, le père, Emmanuel OLADIPO, expédié par charter à des milliers de kilomètres de sa femme et de ses enfants. Une décision personnelle du chef de l’Etat.

Sa femme a deux enfants, Aimée, 5 ans, française, issue d'une première union et Emmanuella 2 ans et 7 mois, fille d’Emmanuel OLADIPO. Toutes deux sont élevées au quotidien par Emmanuel : c’est en effet sa femme qui travaille en usine de 5h à 14h puisqu’on lui interdit de travailler.

Madame Sylla, la mère des deux fillettes, est enceinte de huit mois. Elle doit accoucher début août. Elle s’est rendue le 14 juillet à la prison administrative du Mesnil-Amelot, avec ses deux fillettes, en RER et en bus, pour que les enfants voient une dernière fois leur père avant son expulsion.

Pendant ce temps, des centaines de mails et de fax demandant que la famille OLADIPO ne soit pas démembrée étaient adressés au Ministère de la Rafle et du drapeau ainsi qu'à l’Elysée. Les centaines de coups de téléphone, passés d’abord au Ministère puis à l’Elysée -quand il s’est confirmé que M. Besson compte pour du beurre-, n’ont pas réussi à empêcher l’irréparable. Les appels à l’humanité, la demande que les enfants ne soient pas privés de leur père, que Jinia Sylla n’accouche pas sans son compagnon n’ont pas été entendus.

« Le Président est informé, il suit l’affaire, il prendra une décision » répondait invariablement Olivier Thévenet, fonctionnaire chargé par ses supérieurs de couvrir de mots policés une politique abjecte. La décision du Président est tombée, méprisante, glaciale, inhumaine : l’expulsion pour Emmanuel OLADIPO, la privation de leur père pour trois enfants, de son compagnon pour une femme. « Les Etats n’ont pas de sentiments, ils n’ont que des intérêts » dit-on. C’est pareil pour les chefs d’Etat.

Le RESF, toutes celles et tous ceux qui sont intervenus au nom du droit à vivre en famille, du droit des enfants de vivre avec leurs parents et de la simple humanité adressent leurs vives félicitations à ceux qui, directement ou indirectement, ont collaboré à ce haut fait. Dans l’ordre le Président de la République qui, comme chacun sait, fait tout dans ce pays, même comme ici, les basses œuvres. Il faut aussi féliciter ses collaborateurs, son premier ministre et ses services mais aussi, de façon nominale, Messieurs Laurent Mercier (Conseiller de Besson), Olivier Thévenet, Maxime Tandonnet et Cédric Goubet qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour conduire cette lamentable histoire à son terme lamentable.

L’affaire ne s’arrête pourtant pas là. A cette attitude de barbares, nos technocrates de l’Elysée et d’ailleurs ajoutent un gaspillage insensé des deniers publics et une incurie qui partout ailleurs qu’à la Cour vaudrait le congédiement sans délai. Qu’on en juge.

 

Emmanuel Oladipo est réveillé à 4h30 du matin et conduit au Bourget. Il est monté dans un charter d’une capacité minimum de 80 places où le rejoignent une femme, nigériane aussi et six policiers. L’appareil décolle pour Amsterdam. 33 Nigérians (dont des femmes et des enfants) sont à leur tour embarqués ainsi que 6 policiers néerlandais. Direction Madrid où quelques sans papiers supplémentaires sont chargés avec 6 policiers espagnols. L’avion part pour Lagos. Mais, pris dans des turbulences (un gros trou d'air, ils ont eu une vraie peur), l’appareil tombe en panne. Il fait demi-tour et revient à Madrid vers 19h. Bricolages tous azimuts, l’avion repart vers 1 h du matin et atterrit à Lagos à 6h40. 24h de voyage, plus le retour pour les policiers à qui on souhaite de ne pas emprunter le même appareil… On imagine le prix ! Pas étonnant que le gouvernement doive emprunter !

 

Il est hors de question que l’affaire en reste là. Emmanuel Oladipo se rend sur le champ au consulat de France pour y demander un visa afin de pouvoir assister à la naissance de son enfant. Il est évident qu’après un tel enchaînement de gestes inhumains et d’incompétence, les plus hautes autorités de l’état auront à cœur de se faire pardonner en le lui faisant délivrer d’urgence."

* * *

____________________________________________________________ Article précédent du RESF :

 

[Resf.info] URGENT et IMPORTANT

M. EMMANUEL OLADIPO,

père menacé d'expulsion samedi

  • 9 juil. 09 à 17:20

    11/06/2009

    Je défends un père de famille expulsé vers la Turquie, laissant trois enfants de 17, 12 et 6 ans et une épouse désemparée et sans ressources. Eux sont français... POURTANT. Mais pas ce papa à qui on vole toute parentalité... par toute humanité perdue.

    images-11.jpeg
    Bonjour à tous et toutes,
    images-7.jpeg
    Un père de famille a été expulsé le 5 juin 2009 : "Nesemi est expulsé vers la Turquie depuis Roissy par le vol Air France de 12h 30."
    Je suis alertée par le Réseau d'Éducation Sans Frontières sur ce drame terrible, qui laisse seuls trois enfants et leur maman, tous français :
    "Nesemi, né en 1962, kurde de Turquie, en France depuis 198, est conjoint de Française et père de trois enfants français scolarisés à Paris. Il est aussi soutien de famille pour sa mère et son frère handicapé, tous deux restés en Turquie." 
    Comment ne pas se révolter devant une situation intolérable qui prive trois enfants et une épouse d'un père et d'un mari.
    images-8.jpeg
    Voici les faits envoyés par le Réseau RESF. Je vous en fais part ci-après.
    Soyons nombreux à protester et à écrire aux adresses indiquées plus bas.
    Je suis infiniment désolée pour cette famille et ce déchirement imposé par la loi du chiffre du Gouvernement français.
    Il est inhumain de priver un père de ses enfants et des enfants de leur papa. Ces enfants ont 17, 12 et 6 ans. Ils sont désemparés et sans ressources. 
    images-10.jpegLorsque l'intolérable se fait jour, nous devons, en tant que citoyens et citoyennes, réagir.
    Merci de m'avoir lue.
    Merci de réagir en écrivant nombreux.
    Chloé LAROCHE
    images-9.jpeg
    _____________________________   Transmis
    par le Réseau d'Éducation Sans Frontières :
    http://www.educationsansfrontieres.org/article20432.html
    images-14.jpeg"NON À LA DOUBLE PEINE !"

    "3 enfants français viennent de perdre définitivement leur père !

    L'exécution ce vendredi 5 juin 2009 de la mesure d'éloignement qui frappait Nesemi laisse une femme et trois enfants français de 17, 12 et 6 ans désemparés et sans ressources.

    Alors qu'il aurait dû bénéficier de la protection absolue, Nesemi est une victime de la double peine à laquelle l’actuel président de la République affirme avoir mis fin.

    C'est une atteinte insupportable aux droits fondamentaux ainsi qu’un reniement des engagements pris par les plus hautes autorités de l’Etat.images-12.jpeg

    Est-ce ainsi que le Ministère entend respecter le droit à la vie privée et familiale , en brisant celle d'une famille française unie et celle d'un homme en France depuis 22 ans, ex-réfugié, et ex- titulaire d'une carte de résident ?

     Nesemi, né en 1962, kurde de Turquie,  en France depuis 1987, est conjoint de Française et père de trois enfants français scolarisés à Paris. Il est aussi soutien de famille pour sa mère et son frère handicapé, tous deux restés en Turquie. Il a toujours travaillé et toujours subvenu aux besoins de sa famille. Il a été condamné à deux reprises, une fois à six mois de prison, et une seconde fois par la cour d'appel de Paris en 2003 à sept ans d'emprisonnement assortis d'une ITF définitive.

    En 2007, à sa sortie de prison (réduction de peine de 7 à 5 ans pour bonne conduite), il est cueilli direct pour l'aéroport, 1er refus d'embarquer, passage au TGI de Bobigny : libération.

    Depuis sa libération en 2007, Nesemi avait repris sa place au sein de la famille à Paris et retravaillait malgré les refus de l'administration de régulariser sa situation. Il avait plusieurs promesses d'embauche tant dans le bâtiment que dans la confection.

    Le 2/06/ 2008  : la cour d'appel de Paris rejette sa requête de mainlevée de l'interdiction du territoire, en dépit de toutes les garanties et soutiens familiaux .

    Le 26/01/2009 : arrêté alors qu'il est en Moselle pour travailler sur un chantier, le préfet de la Moselle prend à son encontre un APRF et une décision de placement en rétention.

     Le 24/02/2009 : amené à Roissy, il réussit à refuser d’embarquer. Placé d'abord en GAV, il n'est pas déféré en comparution immédiate mais ramené le soir même au CRA de METZ. Des élus parisiens interviennent auprès du ministère.

    26/02/2009 : le JLD saisi pour interruption de la rétention par la GAV décide le maintien en rétention.

    27/02/2009 : au 32e et dernier jour de sa rétention qui se terminait à 15 h, Nesemi est mis à 13 h 10  sur un vol pour la Turquie depuis l'aéroport de Bale-Mulhouse. Débarqué, il est placé en GAV et comparait samedi 28  devant le TGI de Mulhouse et est écroué.

    02/03/2009 : le TGI de Mulhouse le condamne à 4 mois de prison ferme .

    30/05/2009 : libéré avec remise de peine, il est à nouveau cueilli par la PAF et placé en rétention à Strasbourg.

    05/06/2009 : Nesemi est expulsé vers la Turquie depuis Roissy par le vol Air France de 12h 30.  

    L’expulsion de Nesemi est une remise en cause de l’article 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme qui protège le droit à la vie privée et familiale.

    images-13.jpegEn effet, il est entré en France en 1987, soit il y a plus de 22 ans, et a épousé en 1991, soit il y 18 ans, une ressortissante française. De cette union sont nés trois enfants français.  

    Les liens qui unissent ce père à son épouse et ses enfants sont si forts que sa famille n'a jamais cessé de venir le voir pendant les années de privation de liberté en prison ou en retention administrative que ce soit en région parisienne ou jusqu'à Metz.

    L'éloignement forcé de ce père de famille est un traumatisme irréversible pour ses enfants, nés en 1992, 1996 et 2003, donc tous mineurs, et scolarisés, l'aîné en lycée, le second en collège, la petite en maternelle."
     

    En vous inspirant de ces texte et en gardant des termes mesurés pour ne pas nuire aux intéressés, nous vous demandons de réagir auprès des autorités concernées :

     

    Ministère :

    Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard : 01 77 72 61 00
    Ministre : eric.besson@iminidco.gouv.fr
    Secrétaire général : secretariat.general@iminidco.gouv.fr
    Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
    Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
    Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
    Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel : laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

     

    Matignon  :
    http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_minis...
    Jean-Paul Faugère : <jean..paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr>,
    Antoine Gosset-Grainville : <antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr>,
    Arno Klarsfeld : <arno.klarsfeld@premier-ministre.gouv.fr>,
    Myriam Lévy : <myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr>
    Igor Mitrofanoff : <igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr>

    Elysée :

    fax : 01 47 42 24 65
    http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
    Claude Guéant : <claude.gueant@elysee.fr>
    Franck Louvrier : <franck.louvrier@elysee.fr>
    Maxime Tandonnet (conseiller immigration) : maxime.tandonnet@elysee.fr

    samedi 6 juin 2009.

    22/04/2009

    Ma lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l’Immigration pour Vassili KOCHKADZE, atteint par l'hépatite C et menacé d'expulsion vers la Géorgie.

    wef003.jpgLETTRE OUVERTE à Monsieur le Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité Nationale et du Co-Développement.


    Objet : Demande de ne pas expulser Vassili KOCHKADZE en Géorgie.

    _________________________________________________________AA035484.jpg


    Monsieur le Ministre Éric BESSON,

    Sous couvert de Monsieur le Préfet de la Somme et de la Picardie,

     

    Je me permets de solliciter votre attention sur le cas de Monsieur et Madame KOCHKADZE.

    Voici un rappel des faits : Vassili KOCHKAZE, né le 16 mars 1979, et Choréna KOCHKAZE, son épouse, ont fui la GEORGIE pour arriver en France le 13 mai 2002 afin de solliciter une demande d’asile politique, leurs vies étant menacées en cas de retour… En effet, en avril 2000, Vassili KOCHKAZE a été arrêté, battu et gravement blessé par un coup de couteau à la poitrine nécessitant une hospitalisation, parce que son père était un militant politique. La demande d’asile politique a été rejetée tout comme les recours. Vassili est maintenant atteint de l’hépatite C. Leur fille Anano est née, en France, le 15 novembre 2002. Leur fils David, né le 16 octobre 1998 en GEORGIE les a rejoints le 17 septembre 2004.e003114.jpg


    Arrêté, alors qu’il sortait de la prison d’Amiens, lundi 20 avril 2009 au matin, Vassili KOCHKADZE vient d’être placé au Centre de Rétention de Mesnil Amelot pour une possible expulsion en GEORGIE. Il reste que son arrestation après qu’il ait purgé sa peine, le risque d’une expulsion parce qu’il est déjà placé en Centre de Rétention, sans qu’il puisse revoir sa famille, constituent une réponse inhumaine aux actes républicains que devraient se donner un service d’Etat, car la « double peine » est maintenant abolie, semble-t-il…

    De plus, la Préfecture de la Somme sait juridiquement :

    images.jpeg- Que Vassili KOCHKADZE est en grande difficulté de santé : il est atteint d’une hépatite de type C. Il est consulté régulièrement par le Docteur CAPRON du Centre Hospitalier Nord d’Amiens.
    - Qu’il ressort d’une jurisprudence établie que l’hépatite C ne peut être soignée en Géorgie : « tribunal administratif de Rouen, ord. Juge des référés, 18 dec.2006 –M.M.BASAEV ; N°06-02993 + ord. Juge des référés, 12 jan.2007- M. Zaza GOGUADZE; N°6-03260 + Juge délégué, M. Zourabe KASSOIANE ; N°7-00076 (R.07-025) + ord. Juge des référés, 13 mars 2007- M. Mamouka BROAIN. ; N°07DA01169 Cour Adm.d’Appel de Douai, M.Ura TELOIAN déc.2007…».


    Une possible expulsion est totalement insupportable pour Vassili KOCHKADZE car l’absence de traitement peut amener des conséquences d’une exceptionnelle gravité, à savoir le risque d’évolution vers une cirrhose du foie à moyen terme. C’est pourquoi je me permets de vous interpeller, Monsieur le Ministre, car je souhaite qu’un regard bienveillant et humain puisse être apporté à Vassili KOCHKADZE en le libérant au plus vite et en faisant en sorte qu’il puisse se soigner décemment à Amiens.200385377-001.jpg


    K30-403835.jpgEn outre, il est insoutenable pour Vassili KOCHKAZE, ayant fui la GEORGIE en 2002, de se voir expulser : il est marié avec Choréna et a deux enfants dont la petite Anano, je vous le rappelle, est née en France et a six ans.

    Je vous prie, Monsieur le Ministre, de bien vouloir considérer ma demande et agréer l'expression de mon attachement aux Droits de l’Homme ainsi que l’expression respectueuse de mes salutations républicaines.

    Chloé LAROCHE

     

    Fait à Grenoble, le 22 avril 2009.

     

     

    ________________ VOUS POUVEZ VOUS AUSSI ÉCRIRE POUR CETTE FAMILLE, EN REPRODUISANT CETTE LETTRE ET EN L'ENVOYANT AUX ADRESSES MAILS SUIVANTES :

     

    A la préfecture d’Amiens par courriel :

     

    courrier@somme.pref.gouv.fr 

    lena.cojan@interieur.gouv.fr




    - Aux Ministères de l’Immigration, Élysée, Matignon, Affaires étrangères :

    patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

    thierry.coudert@iminidco.gouv.fr

    guillaume.larrive@iminidco.gouv.fr

    sabrina.belkhiri-fadel@iminidco.gouv.fr

    geoffroy.didier@iminidco.gouv.fr

    g@larrive.com

    maxime.tandonnet@elysee.fr

    claude.gueant@elysee.fr

    emmanuelle.mignon@elysee.fr

    david.martinon@elysee.fr

    franck.louvrier@elysee.fr

    jean-paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr

    antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr

    igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr

    myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr

    brigitte.collet@diplomatie.gouv.fr

    olivier.serot-almeras@diplomatie.gouv.fr

    'patrice.champion@diplomatie.gouv.fr

    pierre.thenard@diplomatie.gouv.fr




    ________ POUR PLUS D'INFOS :

     

    Réseau Education Sans Frontières de la Somme, BP80713, 80007 AMIENS cdx 01,

    Contacts tel 06 31 91 08 07,

    Permanences Hebdomadaires : Tous les mercredis à 17h30, salle Dewailly à Amiens

     

    _________ et bien sûr : http://www.educationsansfrontieres.org

    17/04/2009

    Dans une gare de l'Ain, Miao LIN, un futur père de famille est menotté par les agents de la PAF sous les yeux horrifiés de sa compagne en état de choc.

    1241993-1.jpgJe souhaite vous faire connaître le sort d'un jeune arrivé en France en 2003, Miao LIN. Sa compagne attend un bébé et Miao est un heureux futur papa. Il s'est très bien intégré en France. Il souhaite y vivre et y travailler. Il fait tout dans ce sens-là, mais malheureusement tout le monde n'est pas de cet avis.200392248-001.jpg

    En effet, il attend de connaître le sort qui lui sera réservé depuis qu'il a été emmené dans un camp de rétention, menotté sous les yeux apeurés de sa compagne.

    Je partage aujourd'hui avec vous le texte envoyé par le réseau d'Éducation sans Frontières (voir ci-après), en espérant que vous serez touchés, révoltés, retournés par cette situation révoltante et que vous irez signer nombreux la pétition sur le site www.educationsansfrontieres.org .... et pourquoi pas... envoyer fax et mails aux adresses données ci-dessous.

    Je souhaite à Miao LIN de ne pas être expulsé vers la Chine, où il n'a plus aucune attache, ses parents étant ici en France.

    dds_63.jpgJe lui souhaite de pouvoir regarder naître son enfant et de pouvoir l'élever avec sa compagne.SB10065545IW-001.jpg

    Je souhaite aux autorités françaises de se souvenir encore et toujours que chaque enfant du monde a le DROIT de grandir auprès de ses deux parents.

    Chloé Laroche

    _________________________________1715003.jpg

     

    "Miao Lin : jeunesse volée, bientôt bâillonné et attaché au siège d’un avion ?"  

    TEXTE DU SITE www.educationsansfrontieres.org
    du Mercredi 15 avril 2009.

     

    "Le 31 mars, Miao est arrêté à la faveur d'un contrôle d'identité. En gare de Bellegarde sur Valserine (01), les agents de la PAF se font un malin plaisir de menotter ce futur père de famille sous les yeux horrifiés de sa compagne en état de choc. Miao fait partie de la vague d'arrestation des "18 de Paris" autrement dit du 1er avril offert par Eric Besson.

    A partir de là, la situation se dégrade très vite : en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, aucun juge ne trouve à redire de l'étroitesse des lois, la légalité de la procédure est confirmée. L'une après l'autre, les voies de droit se ferment.

    Plus de mille signatures sont recueillies dans les 48 heures. Régis Guyot (préfet de l'Ain, auteur de l'APRF pris contre Miao) a manifestement mieux à faire que de répondre aux nombreuses et pertinentes interventions émanant d'élus PS, Verts, PC (des conseillers d'arrondissements aux parlementaires compétents en passant par les vices-présidents de région et les maires : chacun-e s'est mobilisé-e).

    "Culture du résultat"

    Encore retenu au centre Satolas (Lyon), plus rien ne s'oppose à ce que, à tout instant, Miao soit placé dans un avion.

    Il est urgent de faire entendre la voix des citoyens comme des élus et de libérer Miao.

    Il est urgent d'obtenir l'abrogation de cette ignoble décision prescrivant la reconduite de Miao en Chine, conséquence directe du "culture du résultat" si cher aux préfets soumis aux impératifs du chiffre.

    "Jeunesse sans-papiers, jeunesse volée"

    Miao LIN, 23 ans, vit à Paris, sans papiers. En 2003, Miao est venu retrouver ses parents en France. Miao a été scolarisé dès son arrivée. Remarqué pour son assiduité, Miao est soutenu par ses professeurs. Son mérite est salué de tous. Après une année d'adaptation et deux CAP, toujours sans titre de séjour et pour autant dans l'obligation d'aider sa famille, à l'été 2008 Miao trouve du travail dans la restauration.

    Enthousiaste, autonome, Miao s'est toujours acharné à travailler – beaucoup, tout le temps. Famille, corps enseignant, amis : Miao fait l'unanimité.

    Sa compagne attend un enfant de lui. Un artisan des métiers du bois se démène pour pouvoir l'embaucher. Miao n'a plus d'attaches en Chine, il n'est du reste jamais allé à Pékin. Le renvoyer brisera sa famille et sa vie si chèrement construite en France."


    Contacts :
    Lucille Prado 06 65 64 86 72
    Muriel Carpentier 06 30 91 27 81


    Liens
    http://www.educationsansfrontieres.org/?article18790
    http://www.educationsansfrontieres.org/?article19098
    http://www.educationsansfrontieres.org/?article18765
    http://www.educationsansfrontieres.org/?article18820
    http://www.educationsansfrontieres.org/?article18821


    Actions d'envoi de fax et mails:


    Le texte de la pétition http://resf.info/P1112 ou le modèle de fax dans l'appel à fax/mail peuvent servir de modèle dans vos courriers adressés:

    A la préfecture de l'Ain, préfet Monsieur Régis GUYOT pour obtenir l'abrogation de l'APRF

    Fax: 04 74 23 26 56

    Mail: regis.guyot@ain.pref.gouv.fr

    et Françoise GUILLERMIN /
    Mail: francoise.guillermin@ain.pref.gouv.fr (même fax)

    A la préfecture de Paris, préfet Monsieur Michel GAUDIN pour obtenir la régularisation :

    Fax: 01 53 71 67 23

    Mail: prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

    Au MIIIN (Ministère de l'immigration, de l'intégration et de l'identité nationale ...) Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00

    Standard 01 77 72 61 00

    Secrétaire général:  secretariat.general@iminidco.gouv.fr (pensez à modifier l'en-tête de votre courrier).
    Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr
    Conseillère en communication: laure.frugier@iminidco.gouv.fr

    ____________________________

    23/03/2009

    Aucune loi ne doit priver un enfant de grandir au côté de ses deux parents. "M. Patel Rakesh doit rester en France pour s'occuper de son enfant et le voir grandir."

    31132246.tCRW_5491fW.jpg

    Ma lettre à un indien père de famille menacé d'expulsion :

    Monsieur Rakesh Patel, je suis scandalisée que vous puissiez être renvoyé dans votre pays alors que vous avez un enfant de trois ans. Mon fils est né aussi en 2005 et j'imagine votre angoisse d'être séparé de lui et de votre compagne. Tenez bon et espoir. Il faut que nous soyons très nombreux à vous soutenir et à signer la pétition. 

    Pour aller signer la pétition : http://www.educationsansfrontieres.org/?article18490images-1.jpeg

    Voici le texte expliquant la situation que vous vivez, publié par le site du Réseau d'Éducation Sans Frontières :

    "Monsieur PATEL Rakesh né le 30/08/1975 de nationalité indienne (n° 7503504938) est en France depuis huit ans.  Il a rencontré sa compagne ici et ils ont eu un garçon qui est né le 21/12/05 à Bagnolet (93) et scolarisé à l'école Langevin. Il s'est fait arrêter le 12 mars en sortant de son consulat comme trois autres de ses compatriotes et est retenu au CRA de Vincennes. Il est passé en audience devant le JLD (Cité) le 14 mars qui a ordonné  son expulsion en rejetant les "nullités". Décision dont il a fait appel. L'appel a été examiné hier et l'ordonnance d'expulsion a été confirmée. *Son départ risque de se concrétiser très vite.*"

    images-2.jpegVoici ci-dessous quelques textes écrits par des signataires de la pétition, qui expriment bien ce que pensent nombre de personnes :

    Mohamed Djennane : "Aucune loi et aucune logique qu'elle quelle soit ne doit priver un enfant de grandir au côté de ses deux parents. Aucune convention ne l'y autorise et surtout pas la convention internationale des droits de l'enfant. M. Patel doit rester en France pour s'occuper de son enfant et le voir grandir."

    Manoubasket : "Il est indigne de séparer ainsi les familles. La psychologie n'est décidement pas le fort de nos dirigeants !!! Il y a déjà assez de familles mono parentales, sans que le ministre de l'immigration n'en crée une "fabrique".images.jpeg

    Stéphane Delorme : "Déclaration universelle des droits de l’homme : Article 13 1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un État."

    Thibaut Granier : "Ma fille a trois ans, peut importe qui, quoi, comment ... on ne doit pas séparer une famille contre son gré. Ce n'est pas une question de droit : c'est juste impensable."36997587.stCRW_9315fW.jpg

    Bernard Bulteau (enseignant 85) : "Simple rappel : "Le droit de vivre en famille et, pour les enfants, le droit de vivre avec ses parents, est un droit fondamental prévu dans le préambule de la Constitution française de 1946 et inscrit dans de nombreux textes internationaux". Je soutiens la demande auprès des autorités pour que ce père de famille ne soit pas séparé de son épouse ni de son enfant. Le respect des textes internationaux est prioritaire sur toute autre considération locale, restrictive et inhumaine."


    Louis-Marie HAMEL, Bibliothécaire pour la jeunesse. Paris Briser et compromettre gravement ainsi l'avenir d'une famille et notamment celui d'un tout jeune enfant est un acte cruel et inhumain qui viole le respect de la justice et l'humanité. Monsieur Patel et sa famille doivent pouvoir rester ensemble et non traités avec une désinvolture coupable.

    Mn_4a.jpg_________ J'espère de tout coeur que vous pourrez rester en France auprès de votre compagne et de votre jeune fils, qui ont besoin de vous et vous d'eux. Que le Ciel vous aide et que les humains deviennent moins inhumains.

    Sincèrement,

    Chloé Laroche

     

    ___________________________

    22/03/2009

    Arrêté à l’hôpital, expulsé vers Kinshasa, renvoyé vers Paris... Romano KANDA a un fils de vingt mois et une compagne qui a elle-même deux enfants. Histoire douloureuse de la politique d'immigration actuelle dont les expulsions ne se comptent plus.

     

     

    arton17859-185b7.jpgBonjour à tous et toutes,accueil.jpg

    À l'heure actuelle, Monsieur Romano Kanda  a dû rentrer du Congo où il n'a pas été accepté... et retrouver sa famille, du moins je l'espère. Adonaï, son fils de vingt mois, a dû être heureux de serrer dans ses petits bras son papa. Je souhaite que cette famille ne vive plus la peur et le déchirement de cette séparation forcée, que les enfants ne soient plus jamais séparés de cette manière que vous allez découvrir en lisant les articles ci-dessous, envoyés par le Réseau d'Éducation Sans Frontières.

    Chloé Larochepe0062810.jpg

     

     

    jp2006_0003589.jpg_______________________ Articles du RESF :

    Source / auteur : http://www.educationsansfrontieres.org

     

    Venu voir sa fille aux urgences... il est expulsé !

    Récit d’une très mauvaise histoire :

     

    "Monsieur Kanda, père de Famille de Thorigny en Seine et Marne arrêté le 18 mars aux urgences de l’hôpital alors qu’il était venu voir sa fille, a été expulsé ce matin à Kinshasa.

    C’est à 9h ce matin alors que j’attendais avec sa compagne et leurs 3 enfants l’ouverture du tribunal de Meaux qu’il nous a appelé : Il était à la PAF de Roissy.

    L’avion de Kinshasa décollait à 10h30, plus le temps de ne rien faire à part appeler préfecture et ministère pour essayer de bloquer le départ.

    Voilà - je suis en colère, Romano est parti pour Kinshasa sans rien sans pouvoir dire, sans pouvoir dire au revoir à personne laissant son fils de 20 mois sa compagne et les deux enfants de celle-ci desemparés. 9 ans sur le sol francais ne suffisent plus, le droit à vivre en famille n’existe plus.

    Maintenant il faut obtenir son retour immédiat.

    ON NE PEUT LAISSER FAIRE ÇA."

    B.C.

    images.jpeg______________________________________BLD047984.jpg

    Samedi 21 mars à 22 heures :

    Complément au communiqué RESF pour Romano Kanda du samedi 21 mars à 18h14. 

     

    “Arrivé à Kinshasa avec son escorte (combien de policiers ?) mais sans passeport et avec un vieux laissez-passer, Romano Kanda, ressortissant angolais, n’a pas été admis sur le territoire congolais. Retour à la case départ. Tout le monde a été remis dans l’avion à destination de Paris.

    Il atterrit demain dimanche 22 mars à 6h00 au terminal 2C de l’aéroport Charles De Gaulle. Sa famille et une délégation du RESF seront là pour l’accueillir car personne n’envisage qu’après s’être comporté de façon aussi inhumaine et s’être ridiculisé de surcroît le ministère de l’expulsion minute ose continuer à le persécuter.jp2006_0003587.jpg

    La presse est invitée à venir l’accueillir avec nous.”

     

    00014606.jpg________________________________ TOUTE L'HISTOIRE :

     

    Article précédent (communiqué du Réseau d’Éducation sans Frontières) du samedi 21 mars :

     

    “Monsieur Besson doit être un ministre heureux : à l’heure où nous écrivons, Romano Kanda, ressortissant angolais vole vers Kinshasa, peut-être encore menotté, scotché à son siège et bâillonné. Son fils, Adonai (20 mois) reste en France. Bon voyage, papa !

     Romano vivait en France, en Seine et Marne, depuis neuf ans (2000). Il était établi avec Mimi, congolaise (RDC) en situation régulière et mère de deux enfants, Estelle 5 ans et Maxime 6 ans (enfant atteint d’un handicap mental) nés d’une première union.

     Le 18 mars dans la soirée, Mimi, a un geste malheureux : énervée par le bruit des enfants dans le studio où s’entasse la famille, elle donne un violent coup de balai à sa fille…Elle appelle aussitôt les secours qui, eux-mêmes appellent la police. L’enfant est hospitalisé. La gendarmerie place la mère en garde à vue, accompagnée des deux enfants restants. Informé, Romano abandonne son travail pour l’hôpital où se trouve Estelle. Les gendarmes lui demandent de venir chercher les enfants. Mais, coincé à l’hôpital, Romano ne peut s’exécuter immédiatement. Qu’à cela ne tienne, les gendarmes se déplacent à l’hôpital… l’arrêtent et l’expédient au Mesnil-Amelot. La classe !

     Une enfant à l’hôpital, les deux autres précairement hébergés chez la grand-mère, la mère en garde à vue, le père en rétention : sous la responsabilité de Monsieur Besson les services de l’Etat agissent au mieux de l’intérêt des enfants !

    Mn_81a.jpg Romano Kanda devait être présenté au juge des libertés et de la détention ce matin, 21 mars, après 48 h de rétention. Sa femme et ses enfants accompagnés de militants du RESF l’y attendaient quand ils ont été informés par un coup de téléphone de Romano qu’il était à Roissy, en cours d’embarquement pour Kinshasa.

     Joint en urgence, le directeur-adjoint du cabinet de Monsieur Besson se renseignait auprès des préfectures responsables (Essonne et Seine-et-Marne) et, finalement, estimait que tout était pour le mieux. Pour un peu il se féliciterait de cette application sans faille des lois. Certes, il allait se renseigner sur les conditions de l’interpellation qui, peut-être, étaient un peu limites mais pour le reste l’Arrêté préfectoral de reconduite à la frontière a été validé par le tribunal administratif et la cour d’appel…  Tout baigne ! C’est jouer les Ponce-Pilate au petit-pied ! Les lois sont faites pour fabriquer des sans-papiers et pour les expulser, les tribunaux respectent les lois, les hauts-fonctionnaires appliquent les décisions des tribunaux et les saloperies se font en toute légalité pour le plus grand confort des belles âmes.

     Chez Besson, on a le plus grand respect du droit… à géométrie variable ! En effet, Romano Kanda n’a pas de passeport, la police a vainement perquisitionné (de quel droit ?) chez la grand-mère des enfants et chez la belle sœur pour le trouver. Romano n’a été présenté à aucun consulat, il a été expulsé vers la RDC avec un ancien laissez-passer… Une expulsion conduite dans des conditions suffisamment hasardeuses pour que, semble-t-il, la mention à expulser en moins de 48 heures (pour éviter le passage devant le juge des libertés) figure sur son dossier en préfecture !vols.jpg

     On ne peut pas laisser faire. Il faut exiger le retour sans délai de Romano Kanda, arrêté dans des conditions scandaleuses, expulsé à la va-vite et arraché à sa compagne et à ses enfants.”arton17859-185b7.jpg

     

     

     

    07/03/2009

    Expulsé deux mois avant la naissance de son enfant français ! Abdulkadir a un CDI en France et est parfaitement intégré. Je vous transmets l'action proposée par le Mouvement des Amoureux au Ban Public.

    images-7.jpegCe blog a été visité 40 000 fois depuis sa création en avril 2008.

     

     

     

     

    Bonsoir à tous et toutes,

    Abdulkadir a un CDI en France et est parfaitement intégré mais l'État français veut faire du chiffre en expulsions et a décidé que cet homme d'origine turque ne serait pas là pour voir son enfant naître. Je suis scandalisée et je vous transmets l'action proposée par le Mouvement des Amoureux au Ban Public ainsi que la pétition que je vous invite à signer nombreux.3432-23.jpg

    Chloé Laroche

    --------------------------------------------------------------------------images-3.jpeg

     

    Texte transmis par le Mouvement des Amoureux au Ban Public :

     

    "Monsieur Abdulkadir A, de nationalité turque, a été interpellé le week end dernier. Ne disposant pas de titre de séjour, il a reçu un arrêté de reconduite à la frontière et a été placé au centre de rétention lundi 2 mars, son expulsion devant intervenir rapidement.

     

    images.jpegPourtant, Abdulkadir mène une relation amoureuse avec Mlle Ingrid J., française, depuis près de deux ans. Ingrid est actuellement enceinte de plus de sept mois, la naissance de leur enfant est prévue pour le 30 avril prochain. Abdulkadir dispose d'un contrat de travail à durée indéterminée en qualité de fondeur et est parfaitement intégré au sein de la société française.

     

    Comment peut-on séparer une femme enceinte du père de l'enfant qu'elle porte ? Comment peut-on empêcher qu'un père soit présent au moment de la naissance de son enfant ? En tant que parent d'enfant français, Abdulkadir ne serait plus expulsable du territoire français et aurait droit automatiquement à un titre de séjour. Son expulsion précipitée deux mois avant la naissance de son enfant n'en est que plus injuste et inhumaine.2647-40.jpg

     

    2596-18.jpgNous, signataires de la pétition, exigeons la libération immédiate d'Abdulkadir afin qu'il puisse continuer à vivre auprès de sa compagne, l'accompagner dans les dernières semaines de grossesse et qu'il puisse avoir le bonheur de voir naître son enfant.

     

    Nous demandons sa régularisation au nom du droit au respect de la vie familiale garanti par l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme."

     

    Texte transmis par le Mouvement des Amoureux au Ban Public.

    ----------------------------------------------------

    P.-S. : De la part de Chloé LAROCHE, créatrice de ce blog :

    Allez SVP signer nombreux la pétition sur le site du Mouvement des Amoureux au Ban Public : 

    http://amoureuxauban.net

     

     

    ___________ URGENT !!

     

     Ecrivez au Préfet de l'Isère pour demander la régularisation d'Abdulkadir et pour exprimer votre indignation !!!

    Préfecture de l'Isère  (adresse - fax - mail) :

    PREFECTURE DE L'ISERE

     12, place de Verdun  B.P.1046  

    38 021 GRENOBLE Cedex 1

    Fax : 04 76 44 68 00 

     

    Préfet : albert.dupuy@isere.pref.gouv.fr

    cabinet@isere.pref.gouv.fr

    Service des étrangers : etrangers-public@isere.pref.gouv.fr

     

    "Voici un exemple de texte que vous pouvez envoyer au préfet. Si vous l'envoyez par mail, ne mettez pas le nom d'Abdulkadir dans le titre pour éviter les filtres." (recommandation du Mouvement des Amoureux au Ban Public)

     

    Monsieur le Préfet,

     

    Je vous écris pour vous demander de réexaminer la situation de Monsieur Abdulkadir ASLAN, de nationalité turque, contre lequel vous avez notifié un arrêté de reconduite à la fontière le lundi 2 mars. Ce monsieur est actuellement retenu au centre de rétention de Lyon Saint Exupéry.

     

    Monsieur Abdulkadir ASLAN mène une relation amoureuse avec Mlle Ingrid JOURDAIN, française, depuis près de deux ans. Ingrid est actuellement enceinte de plus de sept mois, la naissance de leur enfant est prévue pour le 30 avril prochain (il a fait une reconnaissance anticipée de cet enfantil y a déjà plusieurs mois). Monsieur Abdulkadir ASLAN dispose d'un contrat de travail à durée indéterminée en qualité de fondeur et est parfaitement intégré au sein de la société française.

     

    En tant que parent d'enfant français, Abdulkadir ne serait plus expulsable du territoire français et aurait droit automatiquement à un titre de séjour. Son expulsion précipitée deux mois avant la naissance de son enfant n'en est que plus injuste et inhumaine.

     

    Nous vous demandons d'abroger l'arrêté de reconuite à la frontière afin que Monsieur Abdulkadir ASLAN puisse continuer à vivre auprès de sa compagne, l'accompagner dans les dernières semaines de grossesse et qu'il puisse avoir le bonheur de voir naître son enfant. "

     

    Texte proposé par le Mouvement des Amoureux au Ban Public.

     

    ___________________________________

     

    images-8.jpeg"Se marier, vivre en couple et fonder une famille sont des droits fondamentaux garantis par la Constitution et les Conventions internationales protectrices des droits de l'homme. 

     

    En France pourtant, des milliers de couples mixtes sont privés de ces droits ou doivent, pour y accéder, lever de nombreux obstacles et subir bien des humiliations. En effet, le durcissement continu des lois sur l'immigration et des pratiques administratives produit des situations inadmissibles : multiplication des procédures d'opposition à mariage, difficultés pour obtenir la transcription des unions célébrées à l'étranger, multiplication des refus de visa ou de titres de séjour, éloignement des étrangers en situation irrégulière mariés ou sur le point de se marier à des français, enquêtes de police sur la communauté de vie ne respectant pas les règles élémentaires de déontologie, d'objectivité et de respect des personnes auditionnées, non reconnaissance du droit au séjour des couples mixtes vivant hors mariage.... images-5.jpeg

     

    A l'initiative de la CIMADE, des collectifs de couples mixtes se sont réunis au sein du mouvement des « Amoureux au ban public » pour assurer la défense collective du droit à une vie familiale...".

     

     

    images-1.jpegVisitez le site des Amoureux au Ban Public : http://amoureuxauban.net

     

    Signez aussi l'appel des amoureux sur ce site.

     

    Contact  : coordination@amoureuxauban.net

     

     

     

     

    03/03/2009

    Quatre pères expulsés la semaine dernière, d'autres très menacés. Ne laissons pas faire. Enrayer la casse des familles, urgence absolue ! Un père, encore un à libérer, une famille à sauver !

     

    Monsieur le Préfet, libérez Alexandre MRKTICHYAN !

    Donnez lui des papiers, ainsi qu'à sa femme et sa mère !

     

    IS051-100.jpgVos services ont arrêté Alexandre MKRTICHYAN le lundi 23 Février à Meyzieu et l'ont mis en rétention.

     

    Nina, 4 ans et Nicolas, 2 ans, tous les deux nés en France, tremblent de devoir bientôt vivre sans leur père... Et la grand-mère, pour qui Alexandre est le seul rescapé des hommes de sa vie (deux fils et un mari morts) ne dort plus de savoir qu'il va peut-être être renvoyé vers le pays où tous les autres ont été tués...pe0061046.jpg

     

    Né en Géorgie, mais d'origine arménienne, Alexandre est arrivé en France en 2003 suite à des persécutions en Géorgie (agressions, racket, assassinat de son frère devant chez eux). Il a été rejoint par sa mère et sa femme en 2004. Tous les trois ont demandé l'asile qui leur a été refusé, malgré les trois morts de la famille liés à la situation en Géorgie (un frère d'Alexandre mort dans la guerre abkhaze, son père mort des suites de blessures en rapatriant le corps de son premier fils, un second frère mort assassiné devant chez eux).  

     

    bxp156146.jpgNina est en maternelle à l'école René CASSIN à Meyzieu.

     

    Alexandre est malade. Plusieurs certificats médicaux attestent que les persécutions subies l'ont profondément marqué et qu'il ne peut pas être renvoyé dans son pays pour raison médicale.

     

    En Géorgie... : un frère enrôlé de force et décédé durant la guerre, un frère assassiné, un père décédé de suite de blessures, des troubles liés à toutes ces violences, une situation de minorité discriminée, un réel risque pour sa vie...

    En France : sa femme, deux enfants nés ici, sa mère, cinq ans de vie, la perspective de se reconstruire après cette vie difficile...bxp63900.jpg

     

    DEW1002.jpgOui, la vie de cette famille est en France, auprès de nous!

    Non, on ne peut pas envisager de renvoyer cet homme dans son pays où il est en danger, en laissant ici sa femme, sa mère et ses deux enfants !

     

    Pétition : http://www.educationsansfrontieres.org/?article18229

     

     

     

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------42-17377585.jpg

     

    3 mars 2009_____________ (appel du Réseau d'Éducation sans Frontières) 

     

    Enrayer la casse des familles, urgence absolue !

    Un père, encore un à libérer, une famille à sauver !

     

     "Malade, persécuté dans le pays qu’on dit le sien (la Géorgie), Alexandre MKRTICHYAN (prononciation Mekertichian) est menacé d’expulsion. Il a été arrêté lundi 23 Février et mis en rétention à Lyon.

    1788032.jpgIl est le papa de Nina, 4 ans, scolarisée en maternelle, à l'école René Cassin de Meyzieu (69), et de Nicolas, 2 ans. Les deux enfants sont nés en France.

     

    Né en Géorgie, Alexandre est d'origine arménienne. Il est arrivé en France en 2003 suite à des persécutions (agressions, racket, assassinat de son frère devant chez eux).

    Sa mère Tatiana, et sa femme Irma (d'origine mixte russe et géorgienne) l'ont rejoint en 2004.

     

    La famille a durement été touchée en Géorgie : un frère d'Alexandre est mort dans les combats de la guerre en Abkhazie, son père a été blessé en allant chercher le corps qui n'avait pas été rapatrié par l'armée géorgienne et est décédé jeune des suites de ces blessures, l'autre frère d'Alexandre a été assassiné devant chez eux. Dans ces trois cas, leur appartenance à la minorité arménienne a pesé (enrôlement militaire de force, discrimination dans le rapatriement des corps...).

     

    Arrivé en France, la famille demande l'asile. Les demandes d’asile ont été rejetées. En novembre 2008, la CNDA a produit une ordonnance rejetant le recours… sans même donner la possibilité à Alexandre MKRTICHYAN de s'expliquer, sans permettre à la défense de faire des observations (cette pratique a été sanctionnée par le Conseil d’Etat en Janvier 2009).

     

    En outre, Alexandre, Irma et Tatiana présentent tous des troubles liés aux persécutions qu'ils ont connus dans leur pays, et ces troubles sont particulièrement forts pour Alexandre, très éprouvé par ce qu'il a vécu. Plusieurs médecins confirment par des certificats médicaux qu'Alexandre nécessite des soins continus de longue durée, et que ces soins ne peuvent pas être administrés dans son pays, où sont localisés les causes de ces troubles.

    Un titre de séjour pour raison de santé a été déposé en mars 2008. La préfecture rejette cette  demande, et prend une OQTF le 23 Décembre 2008.

     

    Alors que Alexandre est en rétention, le docteur Luminet, médecin inspecteur de la santé publique, écrit le 26 février 2009 :

    « - des soins doivent être poursuivis pendant 12 mois

    - Mr ne peut avoir accès dans son pays d’origine à un traitement approprié,

    - Mr ne peut voyager sans risques vers son pays d’origine,

    - si le traitement médicamenteux est disponible éventuellement dans le pays il ne présente pour autant qu’un volet du traitement et ne peut traiter la cause de la pathologie qui demande un suivi spécialisé hors de son pays. »

     

    Alors que ce certificat médical aurait dû permettre à Alexandre de sortir de rétention, le Tribunal Administratif de Lyon confirme, vendredi 27 février, l’OQTF et le pays de renvoi.bxp198474.jpg

     

    La vie de cette famille est en France, auprès de nous !

    On ne peut pas envisager de renvoyer dans son pays, cet homme où il est en danger, en laissant ici sa femme, sa mère et ses deux enfants !

     

    Il faut obtenir la libération et la régularisation de Alexandre MKRTICHYAN, écrivez à la préfecture et au ministère pour demander sa libération immédiate, et des papiers pour la famille !!"

     

    mél + fax préfet : jacques.gerault@rhone.pref.gouv.fr  ,

    04 78 60 49 38

     

    mél + fax secrétaire général : rene.bidal@rhone.pref.gouv.fr ,

    04 72 61 49 38

     

    mél + fax directeur de cabinet : michel.tournaire@rhone.pref.gouv.fr ,

    04 78 60 15 46

     

    mél + fax directrice de la réglementation : michele.denis@rhone.pref.gouv.fr ,

    04 72 61 62 41

     

    mél + fax sous-directeur de la réglementation : stephane.beroud@rhone.pref.gouv.fr ou sylvia.legris@rhone.pref.gouv.fr ,

    04 72 61 62 52

     

    Ministre de l’Immigration :

    Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00

    Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr

    Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr 

    fax :  01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 

    Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr

     

    Pétition : http://www.educationsansfrontieres.org/?article18229

     

     

     

     

    01/03/2009

    "ARRACHER UN HOMME A SA FEMME, UN PAPA A SES ENFANTS : Y A T-IL UNE VIOLENCE PIRE QUE CELLE-CI ?!!" Je défends Ammar AMEDJAR : ce père marocain menacé d'expulsion par le Gouvernement français.

    "ARRACHER UN HOMME A SA FEMME, UN PAPA A SES ENFANTS : Y A T-IL UNE VIOLENCE PIRE QUE CELLE-CI ?!!
    VISIBLEMENT NOUS N'AVONS PAS TOUS LA MEME NOTION DE CE QU'EST LA VIOLENCE."____________________________carte_photos_maroc_amour_006_petite.gif

     

    images-3.jpegBonsoir à tous et toutes,

    Dernièrement, j'ai parlé de Ammar AMEDJAR : ce père marocain menacé d'expulsion par le Gouvernement français, dans mon article du 21 février titré "Je prends partie pour ces cinq histoires vraies, ordinaires et tragiques, de pères, de mères aussi, qu'on expulse. De familles qu'on démembre et d'enfants qu'on martyrise en les rendant quasi-orphelins."

    Aujourd'hui, Ammar AMEDJAR a refusé d'embarquer... mais après ?images-4.jpeg

    Je pense à sa femme, à ses enfants aussi : Maria et Amina.

    Je suis horrifiée par cette situation scandaleuse, par laquelle on empêche un homme et une femme de vivre ensemble tranquillement avec leur deux enfants. On empêche ce père de vivre avec sa famille.

    Voici le texte relatant l'histoire de cette famille écrit aujourd'hui sur le site du Réseau RESF, que je choisis ci-dessous de partager avec vous.

    moton43.jpgVous pourrez lire en final la lettre poignante de l'épouse de Ammar : Rahma AMEDJAR.images-2.jpeg

    S'il vous plaît, soyez nombreux à signer la pétition pour ce papa, pour ses deux filles qui pleurent leur père, pour Rahma, qui a le droit humain de vivre avec l'homme qu'elle aime.

    Vous trouverez le lien pour la pétition en fin d'article, après la lettre de Rahma. Vous pourrez la retrouver aussi sur le site du Réseau d'Éducation sans Frontières : http://www.educationsansfrontieres.org

    Sincèrement vôtre,

    Chloé LAROCHE

     

    moton50.jpg_______________"Un sans-papier calomnié et bientôt expulsé ?"

     

    MISE À JOUR : Dimanche 1ER MARS 2009 : 12h10

    "Richard Moyon, un des membres de RESF, vient d'être interpellé. Il est au poste de police 2F de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Il informait les passagers du vol Paris-Casablanca de 12h55 des conditions de l'expulsion de Ammar Amedjar : celui-ci serait entravé, menotté, bâillonné. Libération a entendu l'interpellation de ce responsable de Réseau Education sans frontières via le téléphone portable de l'intéressé.

    Richard Moyon a été arrêté en vue d'une «vérification d'identité», en compagnie d'un autre membre de RESF. C'est la première fois, selon RESF, que la police répond ainsi à une information des passagers.

    Les documents dont était porteur les deux membres de RESF ont été confisqués. En échange, si l'on peut dire, la police leur a donné un texte, retraçant les différentes peines de prison et amende encourues en cas d'outrage, d'entrave à la circulation d'un aéronef et autres délits.

    Richard Moyon vient de refuser de signer un procès-verbal, lui reprochant une «destruction de tracts» (sic).

    A 13h, les deux membres de RESF ont été libérés. Ils seront convoqués au tribunal de police pour «distribution de tracts dans un lieu public», selon le PV (corrigé) qui leur a été remis et qu'ils ont refusé de signer.

    Voici un rappel des faits, concernant Ammar Amedjar :mini_meknes.jpg

    Ammar Amedjar va probablement être victime d’une tentative d’expulsion dans les tout prochaines heures, après avoir fait les frais d'un campagne de dénigrement et de calomnies de la part de fonctionnaires.

    Il a 27 ans, il est marocain, mari d’une jeune femme de nationalité marocaine elle aussi mais qui réside en France depuis l'âge d'un an et qui est titulaire d'une carte de résident (10 ans).

    Ils se sont mariés en 2005 au Maroc. Après le mariage, elle rentre chez elle, en France, où vit toute sa famille, afin de faire une demande de regroupement familial. Déchirée, entre la France où est sa vie depuis toujours et le Maroc où se trouve son mari, elle fait des aller-retour. Des enfants naissent, Maria puis Amina.

    En mars 2008, lassé d'attendre un regroupement familial qui ne vient jamais, Ammar entre en France avec un visa de trois mois ; lorsque celui-ci expire, il décide de rester près de sa femme et de sa première fille, la seconde devant naître peu après.

    En juin 2008, à quelques jours de la naissance d’Amina, la police l'interpelle à son domicile, le place en garde à vue puis en rétention à Rennes. Conduit à l'aéroport, il refuse d’embarquer. Il est remis en garde à vue et passe en comparution immédiate à Rennes. Il est libéré mais condamné à un mois de prison pour refus d'embarquement.

    Il retourne chez lui ; quelques jours après des policiers se présentent à son domicile en lui demandant de les suivre « pour des formalités administratives à la préfecture ». Il se retrouve à nouveau en garde à vue. L'après midi même, il est monté dans l'avion. Craignant une nouvelle condamnation, il embarque pour Casablanca.mini_essaouira.jpg

    Après 2 mois loin de sa femme et de ses enfants, il décide en septembre de revenir clandestinement en France.

    Et voilà que le 6 février, à la veille des vacances scolaires (un hasard, sans doute !), il est arrêté, à moins de 100 m de l'école où il vient à pied, comme chaque matin, déposer sa fille. Il est emprisonné à la maison d'arrêt d'Angers pour purger sa peine.

    Le 28 février à l’aube, il est extrait de prison pour être conduit au centre de rétention du Mesnil-Amelot en attendant l’expulsion.

    Mais, dans cette affaire comme dans d’autres, le fait de priver une femme de son compagnon et deux enfants de leur père s’accompagne d’une honteuse campagne de dénigrement et de calomnies. Il est plus confortable d’expulser quelqu’un qu’on a au préalable sali… Certains hauts fonctionnaires ne s’en privent pas, ça leur soulage la conscience.

    Le préfet d’Angers et les membres du cabinet du ministre Besson l’ont fait avec ardeur, prenant l’air entendu, citant complaisamment un rapport de police, procédant par sous-entendus, insinuant, se fondant sur des ragots démentis… Toute une vilaine entreprise de démolition maîtrisée. On reste pantois devant ces procédés : ces très hauts fonctionnaires, polytechniciens, énarques, préfets qui se veulent l’élite font leur miel des trous de serrure.

    Sur la prétendue violence d’Ammar, Rahma s’est expliquée, longuement et directement auprès du préfet et du directeur-adjoint du cabinet du ministre. L’un comme l’autre savent qu’elle dit la vérité mais, en service commandé, ils ne peuvent pas le reconnaître et répètent en boucle leurs pauvres ragots. On les plaint. Rahma s’explique à nouveau dans la lettre ci-dessous. La dignité qu’elle y manifeste contraste avec la bassesse des procédés qui lui sont opposés.

    mini_casa.jpgAjoutons que s’il y avait eu délit, c’était à la justice de sanctionner. Ce n’est pas à l’administration de décider d’une peine arbitraire et disproportionnée (le bannissement) pour un délit qui n’existe pas. En outre si tous les maris contre qui une main courante a été déposée avaient été expulsés, on en connait qui ne seraient pas là où ils sont… Vous voulez des noms ? Selon que vous serez puissant ou misérable…

    Il en va de même pour la sordide affaire d’allocation de parent isolé que Rahma a continué de percevoir alors qu’Ammar était revenu… Que voulait-on qu’elle fasse ? Qu’elle signale à l’administration le retour clandestin de son mari expulsé quelques mois auparavant et condamné à de la prison pour refus d’embarquer ? Si Rahma a commis une faute, qu’on la poursuive en justice ! Pourquoi s’acharner sur son mari et ses enfants ?

    Ne concernerait-elle que le sort d’Ammar Amedjar et de ses enfants, cette affaire serait insupportable. Elle est l’emblème de la politique de démagogie anti-immigrés conduite sous l’égide de M. Sarkozy. Ammar Amedjar a une épouse qui est française de langue, de culture et pourrait l’être de papiers si elle s’en était souciée, le couple a un logement, deux enfants dont une scolarisée, Ammar a une promesse d’embauche. Mais il va être expulsé (aux frais du contribuable !) pour que l’électorat de Le Pen reste acquis à Sarkozy lors des prochaines élections européennes ! 

    Mais cette histoire inquiète aussi par ce qu’elle dit des dérives de la haute administration amenée pour satisfaire aux exigences du régime à clabauder dans le cloaque de la calomnie pour justifier servilement une décision que chacun des fonctionnaires qui ont rencontré Rahma sait illégitime. Dans Grandeur et servitude du service de l’Etat, certains ont surtout retenu la servilité."

    • Katia Beudin, Richard Moyon •


    carte_photos_maroc_amour_003_petite.gifDECLARATION DE RAHMA AMEDJAR :


    "JE SUIS L'EPOUSE DE AMMAR AMEDJAR. MON MARI A VECU LA PRISON, AUJOURD'HUI C'EST LA RETENTION.
    MAIS CE N'EST PAS ASSEZ POUR UN HOMME QUI REFUSE D'ABANDONNER SA FAMILLE, IL EST MENACE DE RECONDUITE A LA FRONTIERE.
    IL EST ACCUSE DE VIOLENCE, UN PRETEXTE TROP FACILE MAIS IDEAL AUX YEUX DES AUTORITES DANS LE BUT DE DENIGRER, DE RABAISSER ET D'HUMILIER MON MARI ET MA FAMILLE MAIS ENCORE DE CREDIBILISER DES ACTES DEPLORABLES ET INADMISSIBLES. 
    PIRE, AFIN DE S'ACCORDER LE DROIT DE BRISER A VOLONTE UNE FAMILLE ! 


    ARRACHER UN HOMME A SA FEMME, UN PAPA A SES ENFANTS : Y A T-IL UNE VIOLENCE PIRE QUE CELLE-CI ?!!images-4.jpeg
    VISIBLEMENT NOUS N'AVONS PAS TOUS LA MEME NOTION DE CE QU'EST LA VIOLENCE.


    MON MARI EST SANS-PAPIERS MAIS PAS SANS SENTIMENTS, CELA NE FAIT PAS DE LUI UN SOUSHOMME ET ENCORE MOINS UN CRIMINEL.
    IL SERAIT VIOLENT MAIS CA N'A PAS EMPECHE LE JUGE PUIS LE PREFET (QUI SOI-DISANT CHERCHENT A ME PROTEGER) DE ME CONSEILLER D'ALLER REJOINDRE ET VIVRE AU MAROC AVEC MON MARI. CETTE PRETENDUE VIOLENCE N'INTERESSERAIT-ELLE PLUS PERSONNE HORS DU TERRITOIRE FRANCAIS ??


    MON MARI EST VICTIME D'UNE POLITIQUE D'AFFLIGEANCE ET DE DIFFAMATION !!!


    LA VIOLENCE C'EST A 4 PERSONNES QU'ELLE EST FAITE, C'EST A MARIA, AMINA A AMMAR ET A MOI. NOUS CHERCHONS TOUT LES quatre PROTECTION CONTRE CETTE VIOLENCE-CI.
    ON NE PEUT PAS EN VOULOIR A UN MARI QUI NE CHERCHE QU'A ASSUMER SES RESPONSABILITES DE PERE, QUI VEUT VIVRE ET PROTEGER SA FAMILLE. 


    IL A, DEPUIS SON ARRIVEE EN SEPTEMBRE 2008 VECU DANS LA CRAINTE D'UNE NOUVELLE SEPARATION AVEC NOUS. 
    IL ME DISAIT SANS CESSE : " CE N'EST MA SITUATION DE SANS-PAPIER ET DE MANQUE DE LIBERTE QUI ME CHAGRINE LE PLUS MAIS MA PEUR D'ETRE ARRACHE A VOUS UNE NOUVELLE FOIS, JE NE POURRAI PAS SUPPORTER "


    moton50.jpgAUJOURD'HUI, LE MINISTERE ME REPROCHE DE NE PAS AVOIR DECLARE A LA CAF VIVRE A MON MARI. COMMENT POURRAIT-JE FAIRE UNE TELLE DECLARATION A DES SERVICES QUI ME DEMANDERAIENT L'IDENTITE DE MON MARI ALORS QUE MA SEULE CRAINTE ETAIT DE PERDRE UNE NOUVELLE FOIS CE DERNIER ? ON NE PEUT PAS M'EN VOULOIR D'AVOIR CHERCHE A PROTEGER LE PERE DE MES ENFANTS. N'IMPORTE QUI EN FERAIT AUTANT. MAIS SI J'AI BIEN COMPRIS LA PROTECTION SELON LES AUTORITES, C'EST ARRACHER UN HOMME A SA FAMILLE ET METTRE EN PERIL TOUT SES MEMBRES.


    QUI PEUT ADHERER A DE TELLES IDEES ???"


    RAHMA AMEDJAR

    __________________________  PÉTITION : 

    SIGNEZ MASSIVEMENT ET RAPIDEMENT pour Ammar AMEDJAR.

    Les petites MARIA ET AMINA ne doivent pas perdre une nouvelle fois leur papa !
     
    Pour que le droit de vivre en famille soit respecté ... Parce qu’un homme qui refuse d’être séparé de sa famille n’est pas un criminel ...

     

    21/02/2009

    Je prends partie pour ces cinq histoires vraies, ordinaires et tragiques, de pères, de mères aussi, qu'on expulse. De familles qu'on démembre et d'enfants qu'on martyrise en les rendant quasi-orphelins.

    images-3.jpegBonjour à tous et toutes,

    J'ai reçu cette semaine un texte urgent du Réseau d'Éducation sans Frontières, à propos des pères et mères expulsés de France étant obligés de laisser des enfants derrière eux, leurs enfants. Vous pourrez lire ces témoignages ci-dessous.

    images.jpegJe choisis d'éditer ci-dessous ce texte dans mon blog, comme j'en ai édité d'autres pour les faire connaître au plus grand nombre... et pour que vous réagissiez afin d'aider ces familles.images-10.jpeg

    Je sais le risque encouru mais je pense comme le Réseau : "Ministres, préfets, conseillers divers sont des personnes publiques, qui ont des comptes à rendre à l'opinion. Il est sain, normal, légitime qu'ils sachent ce qui se pense et se dit de leur action… en des termes qui ne soient ni injurieux, ni diffamatoires même si d'aventure leur action semblerait parfois mériter de tels qualificatifs."

    Je défends les personnes dont vous allez connaître l'histoire ci-dessous. Elles souffrent. Ce sont des êtres humains, des pères, des mères.images-2.jpeg
    70677,1214010886,1.jpg

    Des enfants ont le coeur explosé de voir leurs parents arrachés à leur foyer. Naphtali, Élodie, Maria, Juliana, Beverly, Davidson... sont les enfants martyrs d'une politique qui nie la famille.

    Je suis choquée de savoir que ces enfants vivent des situations pareilles. Ils ont 3 ans, 13 ans, 3 ans et demi, 15 mois... Ils pleurent à cause de Ministres qui ne se souviennent pas des Droits de l'Enfant.. notamment d'avoir ce DROIT ESSENTIEL d'avoir leurs parents auprès d'eux, leur père, leur mère.

    Chaque enfant sur Terre a ce droit. Ne le bafouons pas !!!!!!!images-6.jpeg
    images-1.jpeg

    Bien à vous et... réagissez aux adresses données.70677,1178578980,1.jpg

    Ne laissons pas ces enfants, ne les abandonnons pas.

    Chloé LAROCHE

     

    _______________________

     

    moton6.png

     

     

    Voici donc le mail URGENT reçu du Réseau "ÉDUCATION SANS FRONTIÈRES" :

    (http://www.educationsansfrontieres.org)

     

    "Ci-dessous cinq histoires, ordinaires et tragiques, de pères, de mères aussi, qu'on expulse. De familles qu'on démembre et d'enfants qu'on martyrise en les rendant quasi-orphelins.

    Son efficacité glacée mais chiffrée dans l'inhumanité, avait valu à M. Hortefeux le titre de ministre de la Rafle et du drapeau. M. Besson a déclaré à la presse que le titre ne lui plaît pas. On le comprend… mais encore faudrait-il qu'il fasse ce qu'il faut pour ne pas le mériter. Pour l'heure, il n'en prend pas le chemin comme en attestent les faits relatés ci-dessous, petite partie, hélas, des misères qu'engendre la politique de ce gouvernement.

    images-5.jpegMinistres, préfets, conseillers divers sont des personnes publiques, qui ont des comptes à rendre à l'opinion. Il est sain, normal, légitime qu'ils sachent ce qui se pense et se dit de leur action… en des termes qui ne soient ni injurieux, ni diffamatoires même si d'aventure leur action semblerait parfois mériter de tels qualificatifs.
    Les coordonnées de préfectures responsables se trouvent après chaque cas.

    Ci-dessous celles des principaux responsables :
    Ministère Besson
    Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00
    Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
    Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
    Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr
    Directeur de cabinet : christian.decharrière@iminidco.gouv.fr
    Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
    Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
    Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

    Matignon : http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

    Elysée fax : 01 47 42 24 65 http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
    Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr


    images-9.jpeg________ L'EXPULSION DE PIERRE LAPOINTE SERA EXECUTEE LE VENDREDI 20 FEVRIER A 10h10 A ORLY-SUD :


    Pierre Lapointe, père de famille haïtien de Drancy sera expulsé par la force demain vendredi en direction de Port au Prince.
    Sa compagne sera abandonnée à elle-même, la petite Beverly sera privée de son père.
    Le petit Davidson, né d'une précédente union et pour lequel son père versait régulièrement une pension, sera privé de ce soutien.
    La fabrique à orphelins s'est mise en route aussi en Seine Saint-Denis !
    Pourtant nombreux sont ceux (parents, enseignants, élus, etc) qui ont réclamé au préfet une décision humanitaire et avec de bonnes raisons : Pierre Lapointe est en France depuis 9 ans, il travaille comme peintre en bâtiment, son employeur soutient sa demande de régularisation. Sa famille est ici : deux enfants nés en France. Le Ministère envisage-t-il de les expulser aussi ? Et leurs mères avec ? Vers Haïti, pays dévasté par la misère et la violence. Entre absurde et monstrueux, il faut choisir.70677,1199660931,1.jpg
    La seule alternative honorable est de libérer Pierre LAPOINTE et de rendre un père à ses enfants et un compagnon à sa femme.
    Votre soutien est urgent et peut seul enrayer la machine !

    Préfecture de Seine Saint-Denis (M. Nacer MEDDAH)
    fax cabinet du préfet = 01 48 30 22 88 / 01 41 60 60 72
    mails : courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr
    serge.morvan@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

    (= DERNIÈRE MINUTE : NOUS SAVONS AUJOURD'HUI MALHEUREUSEMENT QUE PIERRE LAPOINTE A ÉTÉ EXPULSÉ.

     

     

    261733,1225621383,5.jpg_______ QUASI-ORPHELINE DE PERE A 3 ANS : MERCI M. LE PREFET :

     

    Arrêté le 11 février sur son lieu de travail à Levallois (92), Monsieur Shixiong LIN (dossier n° 7503612346) est enfermé au CRA de Palaiseau (91). La préfecture des Hauts de Seine a décidé son expulsion qui est prévue demain vendredi 20 février 20 à 17h20 (vol CA964, Roissy CDG1).


    Shixiong Lin a 27 ans, il vit en France depuis l'âge de 21 ans. Il s'est marié en France, il a une fillette de 3 ans, Juliana, née en France qui doit faire sa rentrée à l'école de la rue Domrémy (Paris XIII) en septembre prochain.1224,1231069189,2.jpg

    La seule question est de savoir si Juliana va être rendue quasi-orpheline de père ou pas par la décision de fonctionnaires français.

    À l'évidence, quelles que soient les bonnes raisons que les fonctionnaires et les hauts fonctionnaires se donneront pour justifier leur décision, l'expulsion de Shixiong Lin en laissant sa femme et sa fille en France serait une saloperie. Elle ne doit pas avoir lieu, Shixiong Lin doit être libéré et régularisé.

    Préfecture des Hauts-de-Seine (qui veut expulser Shixiong Lin)
    patrick.strzoda@hauts-de-seine.pref.gouv.fr
    Fax préfecture Nanterre : 01 40 97 21 19
    N° de fax du préfet : 01 47 25 21 21
    Mail secrétaire général : didier.montchamp@hauts-de-seine.pref.gouv.fr
    Directrice de cabinet : josiane.chevalier@hauts-de-seine.pref.gouv.fr

    Préfecture de police de Paris (qui peut régulariser Shixiong Lin)
    fax PP 75 : 01 53 71 67 23
    mail : prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

    ==== Pétition : http://www.educationsansfrontieres.org/?article17917

    Anel a écrit : "Laissez ce jeune couple vivre tranquillement leur vie de famille, il y a d'autres manières de faire "du chiffre"."

     

    (= DERNIÈRE MINUTE : NOUS SAVONS AUJOURD'HUI MALHEUREUSEMENT QUE Monsieur Shixiong LIN A ÉTÉ EXPULSÉ / Ajout le 22 février 2009

     

    images-4.jpeg___________ ELODIE, 13 ANS RENDUE QUASI-ORPHELINE DE MERE PAR LA GRACE DE M. LE PREFET DU RHÔNE LE 20 FEVRIER :

    Marie-Noelle M'BANI est Camerounaise. Elle est en Europe (Espagne et Italie) depuis 2000. Depuis six ans elle est venue en France pour être avec sa fille Elodie, 13 ans, dont le père est Français est pensionnaire à Bapaume dans le Nord, près de chez ses parents ; Marie-Noelle était en déplacement à Lyon où elle espérait trouver du travail.
    Contrôlée à la Lyon-La Part Dieu, elle a été placée en rétention et doit être expulsée demain.images-7.jpeg

    mél + fax préfet du Rhône : jacques.gerault@rhone.pref.gouv.fr , 04 78 60 49 38
    mél + fax secrétaire général : rene.bidal@rhone.pref.gouv.fr, 04 72 61 49 38
    mél + fax directeur de cabinet : michel.tournaire@rhone.pref.gouv.fr ,04 78 60 15 46
    mél + fax directrice de la réglementation : michele.denis@rhone.pref.gouv.fr , 04 72 61 62 41
    mél + fax sous-directeur de la réglementation : stephane.beroud@rhone.pref.gouv.fr
    ou sylvia.legris@rhone.pref.gouv.fr , 04 72 61 62 52



    images-8.jpeg__________ DOUCEUR ANGEVINE ET ACHARNEMENT POLICIER :


    Ammar Amedjar est en prison depuis 15 jours. Il n'a commis aucun délit si ce n'est, en juin 2008, de refuser d'embarquer pour ne pas quitter ses deux filles et sa femme (Marocaine, en France depuis l'âge d'un an, carte de séjour).

    Ramah et Ammar s'étaient mariés au Maroc. Impossible de faire venir Ammar en France, regroupement familial refusé. En mars 2008, il passe outre et arrive à Angers. En juin, la police l'arrête chez lui. Il refuse d'embarquer et est donc condamné à de la prison ferme mais est libéré. Quelques jours après, nouvelle arrestation à domicile, il est mis dans l'avion. Deux mois après, il revient clandestinement auprès des siens. Le 6 février, il est arrêté à côté de l'école où il venait de déposer Maria (3,5 ans) et emprisonné.
    Maintenant, les choses sont simples : si on laisse faire, au terme de sa peine, Ammar risque d'être conduit directement de la prison à l'aéroport pour être expulsé une fois encore.

    Il faut qu'Ammar Amedjar bénéficie de la grâce présidentielle pour sortir immédiatement de prison. Il faut d'autre part et évidemment, qu'un titre de séjour vie privée et familiale soit immédiatement délivré à Ammar Amedjar et que des excuses publiques soient faites à Rahma Amedjar pour le traitement scandaleux dont son mari a été victime.70677,1220866136,5.jpg

    Le préalable à tout cela est l'engagement public du ministre Besson de ne pas faire conduire Ammar directement de la prison à l'aéroport ou au centre de rétention.

    Numéros tel : 02 41 81 81 81 & 02 41 81 80 20
    Fax: 02 41 88 04 63
    Mails : marc.cabane@maine-et-loire.pref.gouv.fr
    cabinet-prefet@maine-et-loire.pref.gouv.fr

     

    70677,1178578980,1.jpg____________ LE PERE DE NAPHTALI, 15 MOIS, BANNI :


    Ogima TSASA NDUKA a été condamné à une peine de prison il y a 10 ans. C'est du passé mais l'interdiction du territoire dont il avait été frappé court toujours. Cela signifie qu'Ogima conjoint d'Irène (naturalisée française) père de Naphtali, 15 mois, a été placé en rétention pour des faits qui remontent à 10 ans et pour lesquels il a payé. Il risque à tout moment d'être expulsé en république Démocratique du Congo.
    Toute la vie d' Ogima est en France, ses oncles, ses tantes, sa soeur, sa conjointe et son fils .

    Lors des dernières élections congolaises Ogima a été interviewé par un journaliste qui a transmis cette vidéo avec la photo et le nom d'Ogima au Congo. Les conséquences immédiates ont été la dévastation de l'appartement de sa soeur vivant à Kinshassa.
    Nous ne pouvons accepter le départ d'Ogima, d'abord parce que son retour là bas est risqué, ensuite parce que nous ne voulons pas que Nephtali soit privé de son père et Irène de son conjoint."

    Aidez nous en écrivant au ministère de l'intérieur pour demander qu'Ogima soit assigné à résidence pour que son interdiction du territoire français puisse être levée –c'est compliqué, mais ce sont les textes) :
    site http://www.interieur.gouv.fr/sections/contact/ministre/ministre

    ___(Texte envoyé par le Réseau d'Éducation Sans Frontières)

     

    moton6.pngATTENTION !!!! _________________ RAPPORT OFFICIEL :

     

    "En 2007, en France,

    74 enfants de moins de 2 ans,

    53 entre 3 et 5 ans,

    56 entre 6 en 10 ans,

    et 59 de plus de 10 ansimages-9.jpeg

    ont été privés de liberté et placés

    dans des centres de rétention

    avec leurs parents sans papiers.

    Soit un total de 242 enfants.

    ________ En 2008, les chiffres exacts d'enfants privés de liberté en France ne sont pas encore connus.

    En 2009, la comptabilisation a déjà commencé."_______________________

     

    89599,1226418873,2.jpgDernier mot de Chloé : ALLEZ, S'IL VOUS PLAÎT, SUR LE SITE SUIVANT SIGNER LES PÉTITIONS POUR QUE TOUT CELA S'ARRÊTE : http://www.educationsansfrontieres.org

     

    Exemples des pétitions que vous trouverez sur ce site. Cela vous donnera une idée de l'ampleur de la situation :


     

     
    Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
    high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu