Avertir le modérateur

27/08/2016

Je suis d'accord avec le Conseil d'État concernant sa décision envers le burkini. Laissez les femmes s'habiller comme elles le souhaitent.

 

Amis lecteurs,burkini,conseil d'état,tolérance,politique,france,risée,monde,liberté,religion,signe,vêtement,pudeur,baignade,mer,plage,femme,homme,corps,nudité,choix,loi,amende,police,

 

Je suis d'accord avec le Conseil d'État et sa décision d'hier à propos du burkini, décision sage essayant de calmer le jeu et les esprits surchauffés à ce sujet.

J'en ai discuté aujourd'hui avec un ami qui est handicapé et a déjà beaucoup souffert. Il connait  par son épreuve d'AVC les priorités de la vie et de ce qui demeure essentiel. Il m'a dit : "Personne n'a à dire à une femme comment s'habiller. Tout cela est un faux problème. Il y a des choses plus graves à traiter." Je suis d'accord avec lui sur la liberté de s'habiller comme on veut. Nous sommes depuis ce débat national la risée de nombreux pays sur ce sujet. La liberté se trouve où lorsqu'on voit une femme avec burkini se faire arrêter sur la plage ?

burkini,conseil d'état,tolérance,politique,france,risée,monde,liberté,religion,signe,vêtement,pudeur,baignade,mer,plage,femme,homme,corps,nudité,choix,loi,amende,policeIl faut retrouver la paix de vivre ensemble, d'accepter que l'autre ne soit pas comme soi. Sinon, nous allons nous retrouver à nous regarder à couteaux tirés et des incidents comme celui d'hier se feront nombreux : un jeune homme s'est fait arracher sa croix en pleine rue.

Cette femme secouriste ci-dessous porte un burkini mais pourrait vous sauver la vie. Ce maillot de bains a un rapport avec la pudeur de la femme, pas avec son intégrité. Respectons cela et arrêtons les amalgames dangereux pouvant nous porter vers l'intolérance.  

Aujourd'hui, dans les Grandes Gueules sur la radio RMC, un animateur a osé dire : "Imaginez que j'agresse une femme portant le burkini parce qu'elle crée chez moi une agression directe par la vue de ce vêtement. Qui sera fautif ? Elle ou moi ? Hé bien, ce sera elle, car elle aura créé un désordre public."

Je lui réponds à cette Grande Gueule de RMC que ce sera lui le fautif et tous ceux qui montent en épingle toute cette histoire sur le burkini. La loi a déjà interdit la burqa, alors pourquoi ne pas laisser les femmes qui le souhaitent se baigner en étant couvertes ? Le burkini laisse voir le visage et la seule chose est que le corps est couvert, ainsi que les cheveux. Cela déplait-il aux messieurs de ne pouvoir voir le corps des femmes à leur aise et de dénigrer celles qui n'ont pas envie de se montrer ?

 

Chloé Laroche

___________________________________

 

LIEN :

 

http://www.huffingtonpost.fr/2016/08/14/burkini-australie-international_n_11507734.html

 
 
 

INTERNATIONAL – Alors que le débat sur le burkini agite l'opinion publique en France, avec deux maires ayant pris récemment un arrêté municipal l'interdisant sur leurs plages, un pays dans le monde a su particulièrement l'intégrer sur ses rivages: l'Australie.

Afin de permettre à ses coreligionnaires de pouvoir elles aussi s'adonner aux joies de la plage, tout en respectant leurs convictions, c'est une musulmane australienne qui avait ainsi inventé le "burkini" dès 2007, croisement entre le bikini sexy et la stricte burqa.

"Je la regardais jouer: elle portait un voile, une chemise longue et des pantalons. Et, par dessus tout, elle avait enfilé le maillot et la jupe de son équipe. Je me suis dit: 'Mon Dieu, on doit pouvoir faire quelque chose'": c'est en regardant sa nièce jouer au netball (sorte de basketball) qu'Aheda Zanetti avait décidé de concevoir elle-même une tenue qui serait à la fois pratique et "religieusement correcte".

"Un si grand nombre de filles et de femmes ne pouvaient pas pratiquer de nombreux sports, dont la natation... Il n'y avait rien de vraiment pratique pour elles... Le tissu, la conception... ça n'allait pas", expliquait la Libanaise d'origine.

Cette mère de quatre enfants, qui n'a jamais porté la burqa, avait d'abord conçu un haut qui reliait un voile à une chemise, avant de se lancer dans des tenues de sport plus complètes et de jeter son dévolu sur les maillots de bain.

Dans un pays où la plage est une véritable "culture", que ce soit pour le surf ou la simple baignade, il y avait "un vide qu'il fallait combler", selon Aheda Zanetti.

Des commandes dans le monde entier

La styliste crée alors le "burkini": un costume de bain en polyester, d'une rigoureuse couleur noire, qui enveloppe l'ensemble du corps, des cheveux jusqu'aux chevilles.

Et à l'époque, sa société "Ahiida", installée dans une banlieue de Sydney, reçoit alors des centaines de commandes, venues de toute l'Australie mais également de l'étranger. Neuf ans après, le succès est toujours au rendez-vous. "Maintenant, nous avons des ventes partout dans le monde, et quand ils (des pays) l'interdisent comme au Maroc, cela va quand même très bien pour moi, explique-t-elle à Newsweek. Les gens l'achètent juste pour chez eux."

En 2007, année coïncidant avec le centenaire des Surfeurs sauveteurs en mer d'Australie, Aheda Zanetti avait également sorti un burkini rouge et jaune, aux couleurs des sauveteurs.

Pour la jeune Mecca Laalaa (en photo ci-dessous), 20 ans, cela a été le déclencheur qui l'a convaincue de rejoindre le programme d'entraînement des maîtres-nageurs. "Ce que je portais pour nager m'empêcher de m'impliquer dans des activités nautiques... Pour moi, le burkini signifie que plus rien ne peut m'arrêter", témoignait-elle à l'époque.

burkini australie

Et le nouveau "maillot" avait reçu la bénédiction du mufti d'Australie, le cheikh Taj Aldin al-Hilali, dans un pays où les musulmans sont 300.000 sur une vingtaine de millions d'habitants.

En France, le 28 juillet, le maire Les Républicains de Cannes, David Lisnard, avait pris un arrêté disposant que "l'accès aux plages et à la baignade sont interdits à toute personne n'ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité, respectant les règles d'hygiène et de sécurité des baignades adaptées au domaine public maritime". Une semaine plus tard, le maire, lui aussi LR, de Villeneuve-Loubet, Lionnel Luca, avait pris à son tour un arrêté interdisant la baignade en burkini sur les plages de sa commune.

09/01/2016

Horrifiée par ce qui se passe à MADAYA, en Syrie... Je prie pour que les vivres leur arrivent.

 

madaya,guerre,famine,mort,syrie,faim,enfant,colère,créateur,choix,libre arbitre,silence,cri,tristesse,amour,peine,

 

Je suis horrifiée par ce qui se passe à Madaya et je prie pour que ce que j'ai lu en fin de cet article du 8 janvier se produise réellement, que les vivres puissent arriver à Madaya.

Que ces souffrances s'arrêtent, que ces enfants reprennent vie... Une personne m'a dit aujourd'hui qu'il ne pouvait croire en un Créateur car si ce dernier existait, la souffrance s'arrêterait.

 

madaya,guerre,famine,mort,syrie,faim,enfant,colère,créateur,choix,libre arbitre,silence,cri,tristesse,amour,peine

 

 

madaya,guerre,famine,mort,syrie,faim,enfant,colère,créateur,choix,libre arbitre,silence,cri,tristesse,amour,peine

 

Je dis que s'Il n'existait pas, nous ne serions pas là non plus, avec notre libre arbitre, avec nos combats, avec nos haines d'hommes, avec nos paradoxes de nations, avec la violence qui coule dans le sang humain. Mais que la Paix qui coule aussi en nos veines puisse arriver, justement parce que tout cela doit s'arrêter, face à l'Univers, face à la beauté du monde, parfait et infini.

madaya,guerre,famine,mort,syrie,faim,enfant,colère,créateur,choix,libre arbitre,silence,cri,tristesse,amour,peine,

 

Nous avons le choix de nous battre pour dire NON à ces horreurs, pour envoyer de l'argent aux ONG, pour envoyer toutes nos pensées de FORCE et de réconciliation à ces femmes, ces hommes, ces enfants qui meurent là-bas.

 

Que nous soyons croyants ou laïques, athées ou déçus, chrétiens, musulmans ou bouddhistes.

 

Chloé Laroche, ce 8 janvier 2016.

 

---------------------------------------------

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160108.

OBS2464/syrie-dans-madaya-assiegee-on-mange-des-

feuilles-pour-survivre-a-la-famine.html

madaya,guerre,famine,mort,syrie,faim,enfant,colère,créateur,choix,libre arbitre,silence,cri,tristesse,amour,peine

01/12/2015

Ma verte lettre ouverte pour la COP 21, en tant que citoyenne d'un monde en marche et en évolution.

Bonsoir à tous et toutes,cop 21,mnei,grenoble,écologie,tri, compost,humanité,espoir,repli,planète,signature,solidarité,maison de la nature,grenoble,politique,avenir,changement,voiture,futur,pollution,pesticides,bio,vie,choix,décision,monde,réunion,planétaire,lucidité,rené char,usines,polluant,découverte,enfant,foi,croire,faillite,isolement,solitude,déception,

 

En cette période cruciale de la COP 21, j'avais envie de réfléchir avec vous qui me lisez.

Je connais une personne qui ne sort plus de chez lui, pour ne plus polluer, et aussi parce que la société lui semble devenue trop compliquée, parce que paradoxale (exemple : il faut consommer mais ne pas polluer).

cop 21,mnei,grenoble,écologie,tri, compost,humanité,espoir,repli,planète,signature,solidarité,maison de la nature,grenoble,politique,avenir,changement,voiture,futur,pollution,pesticides,bio,vie,choix,décision,monde,réunion,planétaire,lucidité,rené char,usines,polluant,découverte,enfant,foi,croire,faillite,isolement,solitude,déception,Cet ami m'a dit  : "Tu te rends compte, certains font des choix de vie écoeurants, sans se soucier du monde, de la planète." Je lui ai dit à cet ami qui ne sort plus du tout : "Mais laisse faire les personnes qui font ces choix que tu dénigres, et vis. Tu as des capacités, c'est dommage de les enfermer. Tu as ton rôle de colibri à jouer dans ce monde, chacun à sa façon, en apportant ta goutte d'eau pour éteindre l'incendie et faire que d'autres aient envie d'apporter leur jarre, leur gobelet, leur verre, leur seau... afin d'arrêter la catastrophe." 

Cette façon qu'il a de se refermer parce qu'il est en définitive trop honnête, trop pur, trop intègre... devant le monde qui va à sa perte, avec sa lucidité d'observateur externe de la société... me pousse à réfléchir à la phrase de René CHAR : "La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil." cop 21,mnei,grenoble,écologie,tri, compost,humanité,espoir,repli,planète,signature,solidarité,maison de la nature,grenoble,politique,avenir,changement,voiture,futur,pollution,pesticides,bio,vie,choix,décision,monde,réunion,planétaire,lucidité,rené char,usines,polluant,découverte,enfant,foi,croire,faillite,isolement,solitude,déception,

Lorsqu'on est lucide, on peut en effet ressembler à Icare : trop s'approcher de la vérité pure, de cette vérité qui nous terrasse et nous enlève nos ailes. Pour avancer dans notre monde et trouver des solutions pour l'avenir, il faut garder un certain espoir, un certain idéal positif, ne pas tout voir en noir ou en négatif. Nous devons garder l'innocence de l'enfant qui grandit en regardant le soleil mais pas trop et en avançant avec l'astre dans le dos vers un ailleurs inconnu mais merveilleux. 


Je crois qu'il faut bien réfléchir au fait que le monde tel qu'il est va poursuivre, avec des choses que nous ne maîtrisons plus : les usines, les polluants, les pesticides, les voitures non électriques, le nucléaire, l'industrie alimentaire, les cosmétiques, etc. Tout cela peut s'améliorer, aurait pu déjà s'améliorer, mais gardons espoir que certains éléments peuvent trouver substitutions. Exemple pour les voitures électriques, que nous rêvons de voir trôner dans le futur afin d'arrêter essence et 
gasoil. cop 21,mnei,grenoble,écologie,tri, compost,humanité,espoir,repli,planète,signature,solidarité,maison de la nature,grenoble,politique,avenir,changement,voiture,futur,pollution,pesticides,bio,vie,choix,décision,monde,réunion,planétaire,lucidité,rené char,usines,polluant,découverte,enfant,foi,croire,faillite,isolement,solitude,déception,

J'ai pensé aussi à ce que nous pouvons faire dans le cadre de la COP 21, à ce que je peux faire. Je trie mes déchets familiaux depuis des années mais voilà, je n'avais pas démarré le compost. Maintenant, je l'ai fait. En plus, cela fait des économies pour ma mairie car ce sont des déchets en moins à traiter dans les poubelles. On peut le faire en appartement ou même si on a quelques mètres carrés de verdure ou de jardin. Et ce qui vient de la terre revient à la terre. Dans un cycle naturel de compostage et de partage avec d'autres personnes faisant des jardins, si nous sommes en appartement. 

Lorsque j'habitais la Villeneuve, j'ai été effarée de voir qu'un concierge disait à tous de ne pas trier, que cela ne servait à rien. Et beaucoup l'écoutaient par flemme, par non envie de trier, par manque de conviction. Il ne faut pas écouter ce genre de discours. Chacun peut évoluer au moment où il a envie de le faire, au moment où il prend conscience de son petit rôle dans l'univers, d'un grand rôle finalement.

cop 21,mnei,grenoble,écologie,tri, compost,humanité,espoir,repli,planète,signature,solidarité,maison de la nature,grenoble,politique,avenir,changement,voiture,futur,pollution,pesticides,bio,vie,choix,décision,monde,réunion,planétaire,lucidité,rené char,usines,polluant,découverte,enfant,foi,croire,faillite,isolement,solitude,déception,Chacun peut acheter des pommes de terre bios en sachant que les pommes de terre "normales" sont traitées cinq fois, avec forcément des polluants introduits dans la pomme de terre... Ceci est idem pour les pommes et les salades. Chacun peut acheter du lait bio (moins cher à Leclerc) afin de préserver ses enfants des antibiotiques données aux vaches "normales". 

Chacun peut co-voiturer lorsqu'il a un trajet en voiture à faire, s'inscrire sur un site et proposer des places dans sa voiture ou bien voyager dans la voiture de quelqu'un d'autre. 

Chacun peut respecter aussi la consommation de l'autre et éviter de critiquer à tout va ce que l'autre a envie d'acheter, ce que l'autre a envie de donner, d'échanger. Tout cela est un choix personnel et ce serait une ingérence d'obliger chacun à consommer ou à ne pas consommer suivant un critère commun. 

Ce que j'aime personnellement, c'est consommer en allant chez Emmaüs ou Ozanam ou bien à la Remise, qui sont des communautés vivant de récupérations, car je sais en achetant chez eux que je donne une seconde vie à des objets, de la vaisselle, des vêtements,  des livres, etc... qui auraient été jetés et qui apportent de l'argent à ces communautés de réinsertion.cop 21,mnei,grenoble,écologie,tri, compost,humanité,espoir,repli,planète,signature,solidarité,maison de la nature,grenoble,politique,avenir,changement,voiture,futur,pollution,pesticides,bio,vie,choix,décision,monde,réunion,planétaire,lucidité,rené char,usines,polluant,découverte,enfant,foi,croire,faillite,isolement,solitude,déception,

Ceci s'appelle l'économie solidaire !

Je suis heureuse de la faire fonctionner et ainsi -aussi- de trouver mon équilibre budgétaire dans la famille que je dois assumer seule, en maman solo ayant un seul salaire et un jeune enfant encore à charge, sans pension du papa malheureusement décédé. La CAF ne me donne pas d'allocations familiales depuis que mes deux grandes filles ont dépassé la majorité, alors que des familles gagnant plus que moi, mais ayant deux ou trois enfants, vont toucher les allocations familiales. Lorsque l'État se plaint de n'avoir plus d'argent mais qu'Il continue à s'aveugler sur des choix de politique familiale plaisant aux plus aisés mais contribuant à enfoncer les plus pauvres, dont les familles mono-parentales avec un seul enfant... comment ne pas se poser de questions sur la lucidité des dirigeants de notre pays. 

La lucidité restant la blessure la plus rapprochée du soleil, je vais aller me détendre sur la plage de mes rêves et vous inviter à ma prochaine signature qui sera organisée le samedi 19 décembre à Grenoble, à la Médiathèque de la Maison de la Nature et de l'Environnement (MNEI), entre 15 h et 18 h, à l'adresse : n° 5 place Bir Hakeim, afin de vous faire découvrir mon dernier livre : "Solidarité Puissance Toi". Des extraits de mon livre seront lus et un goûter partagé aura lieu vers 16 h 30.

J'espère que cet ami dont j'ai parlé plus haut sera présent ce jour-là afin que vous lui redonniez la confiance en l'humanité. 

 

Chloé LAROCHEcop 21,mnei,grenoble,écologie,tri, compost,humanité,espoir,repli,planète,signature,solidarité,maison de la nature,grenoble,politique,avenir,changement,voiture,futur,pollution,pesticides,bio,vie,choix,décision,monde,réunion,planétaire,lucidité,rené char,usines,polluant,découverte,enfant,foi,croire,faillite,isolement,solitude,déception,cop 21,mnei,grenoble,écologie,tri, compost,humanité,espoir,repli,planète,signature,solidarité,maison de la nature,grenoble,politique,avenir,changement,voiture,futur,pollution,pesticides,bio,vie,choix,décision,monde,réunion,planétaire,lucidité,rené char,usines,polluant,découverte,enfant,foi,croire,faillite,isolement,solitude,déception,

 

 

 

 

 

 

29/09/2015

À toi qui dis qu'en tant que femme, je suis impure et ne veux me serrer la main...

 

À toi qui dis qu'en tant que femme, je suis impure, et ne veux me serrer la main...th-4.jpeg

Je dis que tant que je vivrais, je n'accepterais pas ce genre de bêtises et te planterai mon regard dans le coeur en te disant que je suis aussi pure que toi...

La pureté résidant dans mon âme et toutes les cellules de mon corps passées à tabac par les multiples épreuves de la vie, le pureté venant du ventre de ma mère expulsant ma vie vers un nouveau ciel...th-31.jpeg

À toi qui dis qu'en tant que femme, je suis impure, et ne veux m'embrasser...

Je dis que tant que je vivrais, ma pureté existera dans le seul fait que je sois venue au monde au même titre que toi, homme qui pense être supérieur à la femme, mais te rappelle-tu toi-même que tu viens d'une femme ?

Sorti de son ventre, comment ne pas penser que tu puisses être aussi impur que moi ou bien aussi pur... dans la lumière de l'humanité rayonnante de beauté, d'amour et de joie ?

 

Chloé Laroche

WP_20150517_012.jpg

 

 

15/07/2014

Du désir de l'univers que nous soyons vivants... Du désir de la femme d'enfantement et de porter la vie. De notre raison d'être.

th-9.jpegUn jour, un membre de ma famille m'a appris que je n'avais pas été désirée.

Pas désirée par mes parents, c'est-à-dire pas attendue, pas programmée.

Pur fruit du "hasard".

Cela m'avait alors donné un coup sérieux au moral. Comme un coup d'épée au coeur de ma vie d'existant, d'existante.

C'est comme si une personne avait pénétré le destin pour venir me révéler un secret enfoui dans les entrailles de mes parents.

Cela ressemblait à un vol de secret de naissance.

Car au fond, qui peut dire que notre mère ne nous désirait pas ? 

Qui peut dire à quel point elle nous désirait ou non, pour finalement nous porter et nous mettre au monde, pour finalement laisser passer la vie et nous offrir à la temporalité ?

Combien de femmes tombent enceintes, même sous pilule, ou enfantent au mépris de toutes les réserves et de tous les interdits ? Au mépris même de la demande de leur mari ne souhaitant pas d'enfant.

La vie s'impose à travers la femme et le destin s'accomplit afin d'accueillir le bel enfant de l'innocence.

Une phrase m'a sauvée un jour, beaucoup plus tard, entendue et recueillie dans un film. Je l'ai gardée comme un trésor, pierre précieuse que je vous livre ce soir :

"Tu es peut-être un accident pour ta mère mais tu n'es pas un accident pour l'humanité. Nous venons au monde pour une bonne raison."

Ce que je garde aussi en moi comme un présent, c'est que ma mère m'a dit un jour : "Ta naissance a été l'un des plus beaux jours de mon existence, un très beau cadeau, dont je me souviendrai toute ma vie."

Aujourd'hui, elle est décédée, mais je sais que sa vie à elle demeure un grand cadeau aussi, par le don qu'elle m'a fait de son ventre et de ses bras. Même si elle n'a pas su me protéger contre mon père.

 

Chloé Laroche


P.-S. : mon frère vient de sortir son livre "Vainqueur des ténèbres", aux éditions RIC, relatant l'histoire de la famille dans laquelle j'ai grandi. Ce livre est extraordinaire, tant par le talent de son écriture que par la véracité d'un récit poignant et véridique.

LA RÉALITÉ EST BIEN PLUS DÉMENTE QUE LA FICTION

Phryxos Durand, Vainqueur des ténèbreséditions RIC, 2014, 388 pages, ISBN 979-10-92986-29-7

http://www.phryxos.com/premiere_couv.jpg

 

17/06/2014

La diversité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ? (sujet Bac Philo 2014)

bac,sujet bac,philosophie,philo,cultures,diversité,unité,genre humain,universel,paix,guerre,religion,homme,dieu,croyance,planète,dissertation,citation,musique,platon,grèce,tradition,excision,combat,justice,écrivain,étudiantLa diversité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ?

_______________________________________ écrit en une heure à partir d'un sujet du Baccalauréat du 16 juin 2014__________ Défi relevé par l'écrivaine que je suis, votre serviteur_____________________



Nous vivons sur une planète qui s'appelle la terre avec plusieurs milliards d'individus. Chaque humain vit sur un continent, dans un pays et pratique une religion ou un refus de religion, embrasse sa propre foi, choisit son mode de pensée, s'habille différemment, mange autrement. Pouvons-nous dire que cette diversité fait obstacle à l'unité du genre humain ? Et que peut nous apporter cette volonté d'unité à tout prix ? Est-ce que les guerres nous divisent et nous diminuent ? Est-ce parce que l'autre est différent de moi par sa culture que je vais me mettre en conflit avec lui, avec elle ?

 

 Si on prend acte que les traditions font partie de la culture de chacun, alors oui, je peux ne pas me sentir en unité avec ceux qui pratiquent l'excision des femmes et celle des petites filles ;  cent quarante millions de femmes auraient subi cette opération horrible, en Afrique, en Égypte, en Malaisie. Je peux m'élever aussi contre cette pratique qui veut qu'au Népal, on expose devant  des petites filles des dizaines de têtes de buffles fraîchement coupées, afin de trouver la nouvelle "kumari", jeune représentante vivante de la redoutable déesse Durga-Kali. La plus impassible des fillettes est désignée à la suite de ce rituel, afin de recevoir offrandes et sacrifices.   


Si l'unité du genre humain est de respecter les droits de l'homme et de l'enfant, universellement et sur toute la terre , alors comment accepter certaines pratiques ancestrales gardées dans le respect des cultures de certains pays, pratiques qui bafouent le respect de l'individu et le soumettent à d'atroces souffrances morales et physiques. On peut apprécier la culture grecque, mais savez-vous que les spartiates précipitaient les enfants et bébés handicapés dans les gouffres pour ne pas encombrer leur civilisation ? On peut apprécier le Tibet et le défendre, mais savez-vous qu'on arrache des petits à leur famille car ils sont reconnus comme l'incarnation d'un grand Lama ? Dans certains pays, on tue des femmes pour laver  l'honneur de la famille, même si elles ont été violées. Elles sont victimes mais c'est elles qui doivent payer à la place de leurs bourreaux.


Lorsque la culture demeure belle et sereine, emplie de beauté et d'art harmonieux, alors elle nous unit dans une paix et un amour universel certain, comme la musique, langage traversant les frontières. Léon Fleisher a dit : "La musique est une force horizontale qui se déroule dans le temps." Elle se déplie dans chaque culture, chaque pays et nous relie, faisant apprécier chaque identité culturelle, chaque couleur de culture, avec la différence de ses timbres, de ses instruments, de ses airs, de ses mélodies.

Platon a dit : "Si on veut connaître un peuple, il faut écouter sa musique." En effet, lorsqu'avec mon violon, je joue du tzigane, du klezmer, du country ou de l'irlandais, ou encore du bolivien, alors je vois les sourires apparaître chez les écoutants qui voyagent dans chaque tradition, dans chaque tonalité de musique, de couleurs locales. L'oreille intérieure reconnaît la musique de chaque pays, Espagne, Russie, Italie, Maroc... C'est alors que l'unité se fait, comme l'harmonie d'un grand orchestre qui jouerait mille lumières d'étoiles pour former le grand univers de nos âmes unies en humanité.

Comme l'a très bien exprimé Monsieur Sarkozy, lors de l'inauguration du Centre Pompidou, en 2011 : "La culture, c'est un peu comme le bonheur, ça se partage." En effet, la peinture, la sculpture, la musique, l'écriture nourrissent la culture et permettent de relier les hommes entre eux, sans forcément parler la même langue et vivre dans les mêmes pays. La beauté, l'esthétisme, le caractère universel de la création nous invitent à puiser au fond de notre inspiration et de notre contemplation le meilleur de l'humain.

Les guerres, le racisme, les conflits, la haine, reculent alors afin d'unir les hommes vers la paix, la douceur d'exister ensemble, la sérénité d'un chemin ouvert à la diversité.

Les religions, partie intégrante de la culture, ont tenté et essayent toujours d'apporter leur patte à l'unification humaine, à l'unité mais souvent malheureusement par une exclusivité de la bonne parole. "Pensez comme nous, croyez au même Dieu, et vous serez sauvés." Chacun tire la couverture à lui. Sans songer que Dieu est le même, par la nature de son universalité. Homme et femme en même temps, dans la communion des genres.

Maurice Merleau-Ponty a écrit : "La religion fait partie de la culture, non comme dogme, ni même comme croyance, mais comme cri." Oui, le cri de l'amour, de la tolérance, de la paix... mais jamais plus celui de l'intolérance, de l'exclusion, de la haine, de la séparation des églises et des croyances. 

Lorsque j'entends le membre d'une église me dire que seuls ceux qui croient ce qu'il croit seront sauvés, je lui dis : non, seuls ceux qui croient en l'amour et le pratiquent peuvent penser que tout le monde sera sauvé, sans exception, mais nous sommes de minuscules grains de sable face à la grande horloge du temps. Et si nous la déréglons, personne ne sera alors sauvé, au sens de l'existence de notre humanité sur la planète qui nous accueille.

Et même la culture n'y pourra rien changer.

Cependant, il faut essayer... et tout faire pour aller dans le sens de l'unité planétaire, dans l'art de vivre tous ensemble et dans le respect de la différence de chacun, comme les couleurs de l'arc-en-ciel vivant en harmonie et soudées par la lumière universelle.


Chloé Laroche 

 

 

03/12/2013

Envie de vous parler de Doucy, petit village de Savoie de mes aïeux, en Tarentaise...

th-39.jpegBonjour à tous et toutes,doucy,savoie,aigueblanche,élodie bouvier,raclaz,combelouvière,tarentaise,paysan,vache,agricole,maison,famille,grand-parent,village,france,sacrifice,dureté,vie,montagne,souvenir,gouffre,miracle,église,baroque,témoignage,vérité,loup,station,valmorel,les avanchers,le villaret,st oyen,facebook,hommage,petite-fille,lignée,ancêtre,généalogie,descendance,neige,ski,vacance,foin,barillon,randonnée,col de la madeleine,celliers,grange,champ,ferme


Mes Grands-parents maternels vivaient dans un joli petit village de Savoie, Doucy, lequel se trouve près de Valmorel et au-dessus d'Aigueblanche, pas loin de Combelouvière.

Combelouvière signifie la Combe aux loups, car avant leur disparition, au 18 ème siècle, "les loups des grandes forêts voisines venaient se réchauffer sur le haut plateau ensoleillé durant toute la journée, même aux jours les plus courts de l'année".th-54.jpeg

Mes Grands-parents étaient paysans et avaient un troupeau de vaches qu'ils emmenaient l'été au col de la Madeleine. Mon Grand-père allait travailler très tôt le matin à l'usine qui se trouvait dans la vallée et remontait ensuite pour s'occuper des bêtes et des champs.

doucy,savoie,aigueblanche,élodie bouvier,raclaz,combelouvière,tarentaise,paysan,vache,agricole,maison,famille,grand-parent,village,france,sacrifice,dureté,vie,montagne,souvenir,gouffre,miracle,église,baroque,témoignage,vérité,loup,station,valmorel,les avanchers,le villaret,st oyen,facebook,hommage,petite-fille,lignée,ancêtre,généalogie,descendance,neige,ski,vacance,foin,barillon,randonnée,col de la madeleine,celliers,grange,champ,fermeLeur vie était très dure, à mille mètres et plus en altitude. Lors des foins, je les voyais porter des barillons de foin très lourds à même le corps. Les barillons étaient des tas de foin énormes, serrés par des bois et des cordes. Ma Grand-mère avait les jambes ravagées par le travail fourni. Elles étaient violettes, tellement elle a reçu de traumatismes. Elle était obligée, lors du travail à l'usine de son mari, de tout faire : s'occuper des enfants, de la maison, du bois, des bêtes, du jardin, des champs, du linge, de la nourriture, du ménage.th-48.jpeg

Elle aurait voulu être infirmière mais elle a renoncé à cette vocation pour élever ses enfants et suivre son mari dans cette vie paysanne exemplaire et héroïque.

En sa mémoire, en leur mémoire, j'ai créé une page Facebook afin de parler de Doucy, de leur vie, de ce pays de la Tarentaise, du col de la Madeleine et de tous les petits villages alentours comme Raclaz, les Avanchers ou Celliers.doucy,savoie,aigueblanche,élodie bouvier,raclaz,combelouvière,tarentaise,paysan,vache,agricole,maison,famille,grand-parent,village,france,sacrifice,dureté,vie,montagne,souvenir,gouffre,miracle,église,baroque,témoignage,vérité,loup,station,valmorel,les avanchers,le villaret,st oyen,facebook,hommage,petite-fille,lignée,ancêtre,généalogie,descendance,neige,ski,vacance,foin,barillon,randonnée,col de la madeleine,celliers,grange,champ,ferme

doucy,savoie,aigueblanche,élodie bouvier,raclaz,combelouvière,tarentaise,paysan,vache,agricole,maison,famille,grand-parent,village,france,sacrifice,dureté,vie,montagne,souvenir,gouffre,miracle,église,baroque,témoignage,vérité,loup,station,valmorel,les avanchers,le villaret,st oyen,facebook,hommage,petite-fille,lignée,ancêtre,généalogie,descendance,neige,ski,vacance,foin,barillon,randonnée,col de la madeleine,celliers,grange,champ,fermeEn voici le lien :

https://www.facebook.com/doucy.en.tarentaise

1388equeville-4.jpgSi vous y passez, à Doucy, arrêtez-vous. L'église du village de Doucy fait partie du parcours baroque, avec sa porte monumentale datant de 1680. L'intérieur surtout exprime l'art baroque dans sa magnificence. Cet édifice attire beaucoup de visiteurs. Il témoigne "de la foi, du sens artistique et de l'esprit d'entreprise des ancêtres".doucy,savoie,aigueblanche,élodie bouvier,raclaz,combelouvière,tarentaise,paysan,vache,agricole,maison,famille,grand-parent,village,france,sacrifice,dureté,vie,montagne,souvenir,gouffre,miracle,église,baroque,témoignage,vérité,loup,station,valmorel,les avanchers,le villaret,st oyen,facebook,hommage,petite-fille,lignée,ancêtre,généalogie,descendance,neige,ski,vacance,foin,barillon,randonnée,col de la madeleine,celliers,grange,champ,ferme

 

Les archives municipales de Doucy conservent un souvenir émouvant, dans un document daté du 2 octobre 1876 et signé du curé Trésallet.

doucy,savoie,aigueblanche,élodie bouvier,raclaz,combelouvière,tarentaise,paysan,vache,agricole,maison,famille,grand-parent,village,france,sacrifice,dureté,vie,montagne,souvenir,gouffre,miracle,église,baroque,témoignage,vérité,loup,station,valmorel,les avanchers,le villaret,st oyen,facebook,hommage,petite-fille,lignée,ancêtre,généalogie,descendance,neige,ski,vacance,foin,barillon,randonnée,col de la madeleine,celliers,grange,champ,fermeVoici cette belle histoire, véritable miracle : 

"On nous fait part d'un fait qui a mis en émoi tout le village de Doucy. Lundi 2 octobre, une enfant de deux et demi, Cécile-Eugénie Jugand, sous les yeux de ses parents qui travaillaient aux champs, s'amusait dans le grand chemin près de la croix du Martolay à trois cent pas avant d'arriver à l'église de Doucy. Neuf heures sonnaient au clocher, cette enfant s'achemine du côté du village.. Cinq minutes ne s'étaient pas écoulées que sa belle-mère court à sa poursuite ; mais l'enfant a disparu. On court, on cherche et l'on ne découvre rien. Tout le village est sur pied et l'on fait les recherches les plus minutieuses dans tous les buissons et les ravins des Lanches ; les vignes même de la Combe de St Oyen sont visitées soigneusement mais sans résultat. La nuit se passe dans la plus grande anxiété. Le lendemain, nouvelles recherches, mais neuf heures sonnent et l'enfant n'est pas trouvée. On décide alors de descendre dans les crevasses ou tanières qui sont au-delà de l'église. Les cordes sont préparées, tout à coup l'on entend des pleurs dans la profondeur du gouffre. Jugez de l'émotion des parents et des nombreuses personnes accourues pour aider dans cette périlleuse descente. On prête l'oreille : il n'y a plus de doute, elle est là. Deux jeunes gens sont suspendus par des cordes dans la gueule béante de l'abîme. Cinq minutes après, ils apparaissent avec l'enfant dans leurs bras. Ô prodige ! L'enfant n'a aucun mal, pas même une égratignure ; et pourtant la profondeur du gouffre mesure 89 pieds ; elle a passé 25 heures dans cet abîme. Les larmes viennent aux yeux de tout le monde quand on leur fait remarquer que le 2 octobre était la fête des Saints Anges Gardiens. In manibus portabunt te !"th-22.jpeg

Cela fait chaud au coeur d'entendre une histoire qui se termine aussi bien !

Un jour, mon grand aïeul qui était Chouan est venu se réfugier en Savoie et a rencontré mon aïeule. Ils ont fondé une grande famille, dont je descends, avec une arrière-grand-mère qui s'appelait Élodie Bouvier et qui était respectée dans tout le pays, pour avoir élevé neuf enfants et en avoir perdu deux.

doucy,savoie,aigueblanche,élodie bouvier,raclaz,combelouvière,tarentaise,paysan,vache,agricole,maison,famille,grand-parent,village,france,sacrifice,dureté,vie,montagne,souvenir,gouffre,miracle,église,baroque,témoignage,vérité,loup,station,valmorel,les avanchers,le villaret,st oyen,facebook,hommage,petite-fille,lignée,ancêtre,généalogie,descendance,neige,ski,vacance,foin,barillon,randonnée,col de la madeleine,celliers,grange,champ,fermeElle a eu beaucoup de courage, son mari étant décédé très tôt. Je pense à elle avec beaucoup de respect, ainsi qu'à toute ma famille, dont la plupart des membres a rejoint le ciel.

Chloé LAROCHEdoucy,savoie,aigueblanche,élodie bouvier,raclaz,combelouvière,tarentaise,paysan,vache,agricole,maison,famille,grand-parent,village,france,sacrifice,dureté,vie,montagne,souvenir,gouffre,miracle,église,baroque,témoignage,vérité,loup,station,valmorel,les avanchers,le villaret,st oyen,facebook,hommage,petite-fille,lignée,ancêtre,généalogie,descendance,neige,ski,vacance,foin,barillon,randonnée,col de la madeleine,celliers,grange,champ,fermedoucy,savoie,aigueblanche,élodie bouvier,raclaz,combelouvière,tarentaise,paysan,vache,agricole,maison,famille,grand-parent,village,france,sacrifice,dureté,vie,montagne,souvenir,gouffre,miracle,église,baroque,témoignage,vérité,loup,station,valmorel,les avanchers,le villaret,st oyen,facebook,hommage,petite-fille,lignée,ancêtre,généalogie,descendance,neige,ski,vacance,foin,barillon,randonnée,col de la madeleine,celliers,grange,champ,ferme


https://www.facebook.com/doucy.en.tarentaise


06/12/2012

Blessures invisibles... Pour un soldat survivant, pour une mère orpheline, pour les souffrants de l'Intérieur, pour les donneurs d'Amour.

Pour un soldat survivant

______________________


64d2bf1a.jpgQuand tu es né

Tu ne savais pas

Les blessures de la vie

Les tourments armés

Des blessures invisibles

 

 

Quand tu es né d8b1ff5c.jpg

Avais-tu accepté ce destin

De voir ton ami de vingt ans

Se faire tuer devant toi

En pleine guerre ?


Quand tu es né, toi 

Savais-tu que tu souffrirais autant

De maux qui ne se voient pas

De plaies ouvertes en dedans,

Soldat désespéré...


a8951415.gifTu t'es engagé vaillamment

Pour défendre ton pays

Ayant vu le pire de l'humain

Tu ne peux plus dormir en paix

La guerre a pris ton âme


Blessures invisibles et crues

Inconnues du reste du monde

Avec elles, tu portes seul

La croix des braves oubliés

Personne ne voit tes larmes 


Handicapée de l'intérieurgx8b6xzf.jpg

Je le suis comme toi

Soldat de la vie, de la route

Mère orpheline d'une enfant 

Partie au ciel si tôt


Nous avons en commun 

De vivre avec nos maux silencieux

Nos larmes rentrées et solitaires

Quand personne ne voit

La souffrance qui n'est pas dehors


055a1935.jpgNous avons en commun

Ce regard sur les choses

De n'avoir plus rien à perdre

À être authentiques

Puisqu'on est déjà morts


Morts au monde de l'apparenceamour,blessures invisibles,soldat,guerre,souffrance morale,choc,mort,tuerie,massacre,crime,silence,incompréhension,solitude,dépression,vie,espoir,bébé,enfant,destin,acceptation,offrande,résilience,beauté intérieure,larme,douleur morale,souffrance,âme,ange,don,sacrifice,armée,engagement,handicap,ignorance,sagesse,foi,humanité,humanisme,transcendance,courage,anne geddes,

Nous sommes de l'Intérieur

Pour aller à l'essentiel

Trouver la main d'autrui

Et traverser l'amour


BIC2062.jpgTraverser l'amour et s'y baigner2659022025.jpeg

Comme une nouvelle peau

Qui guérirait les blessures 

Se donner en solidarité

Dans un don de paix


Et renaître pour sourire

Infiniment guéris

amour,blessures invisibles,soldat,guerre,souffrance morale,choc,mort,tuerie,massacre,crime,silence,incompréhension,solitude,dépression,vie,espoir,bébé,enfant,destin,acceptation,offrande,résilience,beauté intérieure,larme,douleur morale,souffrance,âme,ange,don,sacrifice,armée,engagement,handicap,ignorance,sagesse,foi,humanité,humanisme,transcendance,courage,anne geddes,

Dans la rassurance d'un monde

Où les mots ne tueraient plus

Où les armes seraient violons.


Chloé Laroche_____________amour,blessures invisibles,soldat,guerre,souffrance morale,choc,mort,tuerie,massacre,crime,silence,incompréhension,solitude,dépression,vie,espoir,bébé,enfant,destin,acceptation,offrande,résilience,beauté intérieure,larme,douleur morale,souffrance,âme,ange,don,sacrifice,armée,engagement,handicap,ignorance,sagesse,foi,humanité,humanisme,transcendance,courage,anne geddes,amour,blessures invisibles,soldat,guerre,souffrance morale,choc,mort,tuerie,massacre,crime,silence,incompréhension,solitude,dépression,vie,espoir,bébé,enfant,destin,acceptation,offrande,résilience,beauté intérieure,larme,douleur morale,souffrance,âme,ange,don,sacrifice,armée,engagement,handicap,ignorance,sagesse,foi,humanité,humanisme,transcendance,courage,anne geddes,






05/12/2012

J'ai trouvé la flamme de cet oiseau qui s'envole, m'emportant vers l'espoir de tous ceux qui soignent leur feu comme un phare dans la nuit.

ca3kpw75.jpgLe feu d'un respect__________________z432iimh.jpg

 



J'ai trouvé un oiseau mort

je l'ai pris dans mes mains

et l'ai porté au pied d'un arbre

afin de lui donner dernière demeure

pour lui offrir humanité

 

J'ai trouvé un enfant vivantortehsru.jpg

derrière une porte gémissant

je lui ai donné mon sourire

et la confiance en la vie

je l'ai guidé vers son soleil

 

h049uvii.jpgJ'ai trouvé une femme malade

au fond de mon taxi

je l'ai écoutée jusqu'au bout

sur la route enneigée

elle a pris son envol dans la nuitfemme,espoir,résilience,chagrin,amour,respect,handicap,ange,aide,compassion,humanité,amitié,guérison,mort,oiseau,vie,sensualité,rêve,poète,poésie,avenir,présent,passé,fleur,nudité,offrande,phare,pardon,rose,violon,musique,silence,néant,taxi,maladie,regard,souffrance,sincérité,solitude

 

J'ai trouvé un homme handicapé

il a regardé mes yeux

comme lumière dans l'orage

il a trouvé une amitié en moi

telle une ange pour sa solitude

 

35yf4w2m.jpgJ'ai trouvé un homme qui m'a aimée

il est dans mon coeur

mais notre rose a souffert de néant

je reste seule sur le carreau

d'une vie à pic

 

Puis j'ai trouvé la flammephare de la vieille.jpg

de cet oiseau qui s'envole

m'emportant vers l'espoir

de tous ceux qui soignent leur feu

comme un phare dans la nuitk5979528.jpg

 

k1928665.jpgJ'ai trouvé l'instrument

qui fera de mon corps un violon

pour qu'un archet l'éveille

dans l'esprit d'un amour

au respect éternel.6v5jg0b4.gif

 

Chloé Laroche7yu5i304.gif

___________________________________________________________

Merci à Isabelle de m'avoir prêté les images dont j'ai illustré mon poème :

http://aujardindesroses.centerblog.net

 

Merci à Kriscounette pour la fée scintillante que j'ai choisie parmi les images de son blog :

http://kriscounette.centerblog.net


 

 

 

06/11/2012

Parfois on peut aider quelqu'un à un moment de sa vie, puis il part sans se retourner... Parfois on peut aimer aussi et... Quand deux ponts se rejoignent.

Quand deux ponts se rejoignent_______________passeur,lien,accompagnement,pont,aide,soutien,soulager,autrui,amour,amour inconditionnel,chagrin,peine,amour,séparation,tristesse,traces,infini,éternel,souvenir,absence,fin,partir,silence,blessure,communication,souffrance,



Parfois on peut aider

quelqu'un

à un moment de sa vie

puis il part 

sans se retourner

 

Parfois on peut aimer

une personne

très longtemps

puis elle part

sans se retourner

 

Alors il faut se dire

qu'il, qu'elle

était comme une étoile filante

 

passeur,lien,accompagnement,pont,aide,soutien,soulager,autrui,amour,amour inconditionnel,chagrin,peine,amour,séparation,tristesse,traces,infini,éternel,souvenir,absence,fin,partir,silence,blessure,communication,souffrance,Ils nous ont permis 

de faire un voeu

un geste d'amour

de tout donner

le don sans retour.

 

Ces personnes nous ont pris

comme un pont, pour un pont,

et ont laissé des empreintes

qui nous marqueront 

à jamais

 

Passage d'infini.


passeur,lien,accompagnement,pont,aide,soutien,soulager,autrui,amour,amour inconditionnel,chagrin,peine,amour,séparation,tristesse,traces,infini,éternel,souvenir,absence,fin,partir,silence,blessure,communication,souffrance,Et puis il y a ceux qui restent

qui nous aident à repriser le pont

lorsqu'il est cassé

rompu d'avoir trop donné 


Il y a ceux qui donnent

eux aussi

sans réserve.


passeur,lien,accompagnement,pont,aide,soutien,soulager,autrui,amour,amour inconditionnel,chagrin,peine,amour,séparation,tristesse,traces,infini,éternel,souvenir,absence,fin,partir,silence,blessure,communication,souffrance,Quand deux ponts se rejoignent...

beauté généreuse des âmes

humaines, simplement humaines.


Chloé Larochepasseur,lien,accompagnement,pont,aide,soutien,soulager,autrui,amour,amour inconditionnel,chagrin,peine,amour,séparation,tristesse,traces,infini,éternel,souvenir,absence,fin,partir,silence,blessure,communication,souffrance,

 

 

01/01/2011

"Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir"... et de résister à l'indifférence.

IMG_4135.JPGJE VOUS SOUHAITE___________________________017.JPG55-1.jpg

"Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir

et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns.

Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer
et d'oublier ce qu'il faut oublier.
Je vous souhaite des passions.
Je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil
et des rires d'enfants.
Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférencePhoto 0903.jpgPhoto 0825.jpgPhoto 0794.jpg
aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite surtout d'être vous. "

Jacques Brel

____________________________________________________

Mon petit mot du Nouvel An _______________

Que pour ceux qui sont seuls chez eux ou dans leur coeur... l'année 2011 leur apporte plus de bonheur et la consolation des peines passées... en espérant ne plus en avoir à l'avenir.... mais la vie est ainsi faite que le "fabuleux destin d'Amélie" est semé d'embûches et qu'il nous faut beaucoup de courage parfois pour avancer.

MEILLEURS VOEUX POUR TOUS EN 2011 !Photo 0888.jpgPhoto 0877.jpg

COURAGE, FORCE, PROSPÉRITÉ, AMOUR, ÉNERGIE, ESPOIR, FÉLICITÉ, SÉRÉNITÉ, AMITIÉ, FRATERNITÉ, ENTRAIDE, VIGILANCE, ÉCOUTE, RESPECT, TOLÉRANCE, SOLIDARITÉ.

Chloé LAROCHE________________________________________________________Photo 0873.jpgPhoto 0662.jpgPhoto 0645.jpgPhoto 0633.jpgPhoto 0642.jpgPhoto 0646.jpg

IMG_0936.JPGIMG_0927.JPG

 

_______Photos de mes enfants, de mes sorties-balades Ovs (site "on va sortir.com" de Grenoble), balades que j'ai organisées dans les Bauges et à la Croix du Charmant Som en 2010.

 

Photos au parc de Vizille

aussi.Photo 0685.jpgPhoto 0668.jpgPhoto 0711.jpgPhoto 0663.jpgPhoto 0676.jpgPhoto 0682.jpgPhoto 0690.jpg

27/12/2010

Ce soir, je vous aide à voir la vie en rose car tout ce que j'écris sur mon blog n'est pas toujours rose... Mais c'est la vie, la vraie. Pluie de pétales de rose sur tous mes lecteurs.

1788958.jpgÀ mes chers lecteurs,

 

Depuis bientôt trois ans que je fais ce blog, je ne vous ai pas toujours gâtés en beauté de la vie et en joie.

Car je traite souvent de sujets graves et sérieux, de souffrances vécues par moi ou par d'autres,

des combats que je mène pour mes enfants et aussi sur d'autres plans

et des vies de bien des familles en crise ou tout simplement en pauvreté.Copie de 098.JPG

 

Pourtant, vous êtes toujours là et en chiffre croissant, puisque il y a quelques jours, vous avez été huit cent lecteurs en une seule journée. En général, vous êtes entre trois cent et quatre cent visiteurs par jour et cela m'encourage à poursuivre car selon les dires de certains, j'aide beaucoup de personnes à trouver le courage et la force de poursuivre et de se battre.

 

C'est le but de ce blog et aussi de résister à l'indifférence et à l'injustice.

Ainsi que d'écrire sans langue de bois et avec franchise.

 

k0751865.jpgAussi pour vous remercier de votre fidélité, je vous offre ces quelques phrases et propositions choisies pour vous parmi les 512 propositions de Dominique Glocheux proposées dans son livre : "La vie en rose, mode d'emploi".

 

J'aime beaucoup cet ouvrage et je me suis amusée à choisir pour vous celles qui me parlaient le plus, en choisissant aussi quelques photos accompagnant les textes, que j'ai prélevées sur le site Fotosearch, comme à mon habitude.... photos libres de droits.k1422569.jpg

 

Bonne ballade donc et à demain pour le prochain article !

 

k2894681.jpgChloé LAROCHE

________________________________________________________________________________________

 

Tirés de "LA VIE EN ROSE, mode d'emploi" de Dominique GLOCHEUX :u14818407.jpgk0342529.jpg

 

200. "Ne râtez pas une occasion de déjeuner sur l'herbe."u13841053.jpg

242. "Prenez l'habitude de ramener des fleurs chez vous, au moins une fois par semaine."

255. "Si vous deviez mourir d'ici demain, que feriez-vous de vos derniers instants ?

Faites-le dans les 48 heures."

283. "Apprenez à dire "je t'aime" en italien, hébreu, grec, japonais, arabe, chinois, russe, suédois, espagnol."

u27778063.jpg284. (Ti amo, Ani ohev otar, S'Agapo, Ai shite imassu, Bahibak, Wo ai nei, Ya liubliu tiebia, Jag alskar dig, Te quiero.)

442. "Ouvrez vos armoires, triez, rangez, et donnez à des oeuvres humanitaires, tout ce que vous n'avez pas porté ou utilisé depuis deux ans."

474. "Offrez un exemplaire de ce livre, avec votre dédicace, à tous les êtres qui vous sont chers."

475. "Organisez une soirée chez vous. Sans raison spéciale. Mais officiellement, trouvez-en une."41SLZfMLbpL._SL500_AA300_.jpg

134. "Visitez des lieux historiques."

27. "Au volant, laissez les piétons traverser tranquillement."

26. "Emmenez votre amour contempler le cosmos qui disparait, juste une heure avant l'aube. Magique."

243. "Emmenez votre amour en pique-nique. En bord de mer ou de rivière. En haut d'un phare ou dans la neige."

221. "Cherchez à être le plus souvent possible avec la bonne personne, au bon endroit, au bon moment."

217. "Achetez beaucoup plus de légumes et de fruits."

22. "Ne gagnez pas du temps. Utilisez-le à fond."k1960764.jpg

206. "Apprenez trois tours de magie."

257. "Lisez des histoires aux enfants."k0151316.jpg

274. "Montez une fois à dos de chameau ou d'éléphant."

291. "Soyez votre meilleur ami."

300. "Enfilez le tee-shirt porté par votre amour."

302. "Dégustez un délicieux vin chaud à la cannelle, quand la neige tombe."

305. "Créez une fête annuelle à date fixe, pour réunir tous vos amis. Exemple : le dernier dimanche de janvier."juf01008.jpgk0138689.jpgk0048670.jpgk0561902.jpg

 

 

 

 

 

Moi, j'inviterai tous mes amis le dernier dimanche de juin à L'AUBERGE DU CHARMANT SOM afin de monter à la Croix du Charmant Som à 14 h 30 pour un super concert à la Croix avec mon violon.

Copie de 098.JPGHEUREUSES FÊTES DE FIN D'ANNÉE À TOUS !

CHLOÉ

 

1832227.jpgk2588891.jpgk0617198.jpg

26/08/2010

Mon poème pour la maternité... Quand un écrivain et un photographe allient leur art. Mon texte sur une photo de Skander, photographe émérite.

J'ai un ami, Skander, qui est un excellent photographe.

Il a fait cette magnifique photo de maternité et j'ai eu envie d'écrire ce texte que je partage avec vous.

http://www.flickr.com/photos/skazar/4862244617/in/set-721...

 

_Users_Anne_Chloe_Desktop_4862244617_6b90e3b83d_s.jpgQUAND UN COEUR PREND FORME____________________

Quand un coeur prend forme
sur le ventre d’une femme
un enfant vit en son sein
et les mains de ses parents
se fondent dans l’amour de lui

Quand le ventre d’une femme
devient aussi rond que la terre
les mains du couple se retrouvent
pour fêter la tendresse d’un monde
qui se crée à chaque instant

Quand la tendresse du monde
vient à s’échapper du nombril
les mains s’enlacent pour donner
l’amour de deux coeurs qui se croisent
à jamais réunies dans un petit être futur

Quand deux coeurs se croisent
la vie tressaille au fond d’un utérus
petit berceau étonnant de la vie
dans lequel une âme tisse les liens
de sa venue dans une lignée terrestre.

Chloé Laroche

_______________ Les sites de photos de Skander :

www.skazar.book.fr

http://www.flickr.com/photos/skazar

18/01/2009

Mon appel à la PAIX pour la bande de Gaza fait sur Radio "RMC Info". Le quotidien des palestiniens et de leurs enfants à Gaza. Je relaie le témoignage de Mohammed Ali, habitant de Gaza.

images-2.jpegBonjour,

Cette semaine, j'ai lancé sur la radio "RMC Info", grâce à Jean-Jacques Bourdin, animateur de "Bourdin and Co", un appel pour la Paix à Gaza... que l'État d'Israël arrête son offensive et que le Hamas n'envoie plus de roquettes. Monsieur Bourdin avait demandé que des juifs et des musulmans interviennent pour lancer un appel à la paix. Je suis intervenue en tant que croyante ouverte à la sagesse du monde entier, disant que la religion, les religions... existent toutes à la base pour manifester la solidarité, l'amour universel, l'entraide. J'ai dit que si on alignait tous les cercueils des enfants morts durant cette guerre dans la bande de Gaza... chacun pleurerait toutes les larmes de son corps devant ce "spectacle" insoutenable, et que cela suffisait que des petites victimes payent de leur vie et de leur souffrance ce conflit inhumain.images-7.jpeg

J'ai découvert sur internet le témoignage du quotidien d'un palestinien à Gaza pendant l'offensive israëlienne ; il s'appelle Mohammed Ali et j'ai souhaité vous faire connaître ses écrits. Mohammed exprime la peur des enfants, le dénuement dans lequel ils vivent, la terreur de cette guerre terrible pour les civils, l'horreur des images réelles. Vou pourrez le lire ci-dessous. images-3.jpeg

images-4.jpegQue leur chemin évite les bombes. Que les enfants soient épargnés. Qu'on ne voit plus de petits cadavres inertes dans les bras des parents palestiniens. Qu'on ne voit plus de petites jambes arrachées, d'enfants rendus aveugles, de corps pris dans les décombres, petits corps crucifiés par la haine, la violence éternelle. Que les enfants dans les deux camps n'aient plus la terreur la nuit dans leur lit à cause des bombes et de la mort qui rôde.

Que la Paix revienne, que la trêve se fasse réellement entre Israël et la Palestine.

Chloé Laroche

___________________________________

 

images.jpeg"NE SOMMES-NOUS PAS HUMAINS ?"___________ Témoignage de Mohammed Ali :

Mohammed Ali vit à Gaza et travaille pour Oxfam.
Il raconte la vie à Gaza pendant l’offensive militaire israélienne. 

 

Le 14 Janvier.

"Mon petit garçon de 15 mois présente déjà des signes de traumatisme. Quand il parvient enfin à s’endormir pendant quelques heures il se réveille soudain, en criant comme si on lui faisait du mal. Je me demande ce que son petit esprit peut bien penser. J’aimerais tellement le consoler, mais que pourrais-je lui dire ? Comment pourrais-je le rassurer ?

Aujourd’hui il a de la fièvre et il est malade, mais je ne peux pas me rendre chez le docteur car seulement les cas les plus urgents reçoivent l’attention des médecins. Les cas les plus urgents sont ceux aux portes de la mort.

Ma sœur m’a téléphoné. Elle était hors d’haleine et n’arrivait pas à parler clairement. En bruits de fond, j’entendais ses enfants qui criaient. Elle me suppliait « S’il te plait, essaie de les calmer ». Ma nièce de 10 ans a alors pris le téléphone en geignant. Je lui ai demandé pourquoi elle pleurait. « On va mourir », me dit-elle. « Je récitais la prière de la mort… il y a eu une bombe tout près de nous… mon frère avait du verre brisé sur lui » 

Ma sœur a rappelé un peu plus tard dans la journée, cette fois pour me dire que les voisins avaient reçu un avis de l’armée israélienne que leur maison allait être démolie. Chaque fois que les avions israéliens passaient au-dessus de la maison des voisins, ma sœur pouvait entendre leurs cris de panique.

Aujourd’hui, vers la fin de la pause quotidienne des combats, mon frère est sorti pour chercher de la nourriture. Il est revenu à la maison les mains vides. La seul chose qu’il ait ramené est comment, à quelques pas de lui, trois personnes ont été tuées.

J’ai passé la plus grande partie de la journée dans une école administrée par l’UNRWA (Agence de l’Onu pour les réfugiés palestiniens). Là-bas une femme m’a dit quelque chose que je ne parviens pas encore à sortir de ma tête. Elle m’a dit : « Les morts sont chanceux. Ils n’ont pas à voir et entendre toutes les horreurs qui sont autour de nous. Nous sommes tous entre la vie et la mort. » Je n’ai rien su lui dire pour soulager sa souffrance. J’ai simplement posé ma main sur mon cœur en signe de sincérité.

Dernièrement, j’ai été content d’avoir un peu plus d’électricité que d’habitude, mais aujourd’hui quand j’ai allumé la télévision j’aurais préféré ne rien voir du tout. On y montrait des images d’une fillette de 13 ans qui venait de perdre ses deux jambes dans une attaque de l’armée israélienne. Elle continuait de sourire.

J’étais assis dans mon salon, devant la télé et des larmes coulaient le long de mes joues et j’écoutais cette petite dire au journaliste qu’elle aussi un jour ferait le même métier.

Tout de suite après on a montré un petit garçon qui a perdu ses deux yeux. À la fin du reportage, il tourne sa tête vers la caméra et dit simplement « Merci ». Je me disais ‘le pauvre vient de perdre la vue à jamais et c’est comme si il remerciait le monde entier de le regarder dans cet état. Pourquoi ? On remercie le monde de son inaction ? On le remercie de voir encore plus de morts et de destruction passer devant ses yeux ?

C’est le monde qui est aveugle à ce qui se passe ici. Combien d’enfants verront leurs futurs réduits à néant avant que tout cela cesse, avant que l’on vienne à notre aide?

Quand je vois ces enfants, je pense aux miens et je ne peux me retenir de sangloter.

Je me demande, combien de vies seront détruites avant que le monde ne se décide à agir. Je ne saurai peut-être jamais…"

 

Le 7 Janvier.


"L’air, la mer et le sol de la ville de Gaza sont maintenant occupés par l’armée israélienne. L’armée occupe même les esprits, les nerfs et les oreilles des Gazaouis. J’ai essayé de mettre du coton dans les oreilles de mes deux enfants afin de les arrêter de trembler et de sursauter à chaque fois qu’ils entendent le bruit d’une attaque pendant le peu de temps où ils arrivent enfin à trouver le sommeil mais l’idée du coton n’a pas fonctionné. 

Quels dégâts sont fait à leurs petits cœurs qui peinent à supporter tout ce stress ?

Il y a quelques jours, nous n’avions plus de diesel pour le générateur de la maison. Pendant trois jours, nous sommes restés coincés dans une petite chambre avec 11 personnes et très peu de lumière. Nous n’avions plus d’eau non plus ; la pompe du puits ne fonctionne que s’il y a suffisamment d’électricité, ce qui fait cruellement défaut à toute la bande de Gaza depuis le début de ce cauchemar.

Contrairement à plusieurs autres familles, nous avons eu la chance de trouver 20 litres de diesel pour alimenter le générateur. L’approvisionnement en essence depuis Israël vers Gaza est interrompu depuis le début de l’attaque actuelle et nous avons dû payer sept fois le prix normal.

Il nous reste l’équivalent d’une journée de nourriture et la provision de couches pour les bébés est au plus bas. Comme presque rien ne rentre à Gaza depuis le début du blocus, il y a 18 mois, les couches ne sont pas de très bonne qualité. Mauvaise qualité veut dire grosses fuites et en plus nous devons baigner les petits dans de l’eau glacée.

Ma sœur, qui habitait avec nous quand j’écrivais la dernière fois, a décidé de retourner chez elle, malgré nos vives protestations. Elle avait peur qu’à cause du manque de nourriture, nous n’aurions pas assez pour manger plus d’un repas par jour, au lieu des deux repas que nous avons pour le moment. Ma sœur avait encore un peu de nourriture chez elle, ce qui lui permettra à elle et sa famille de tenir un peu plus longtemps.

Nous sommes maintenant 11, entassés dans la salle à manger de mes parents. Mon frère et moi avons déménagé nos familles ici en croyant que le rez-de-chaussée serait l’option la plus sécuritaire. Nous avons une expression en Arabe qui dit ‘mourir en groupe est une grâce’. Je me dis que peut-être, et seulement peut-être, mourir tous ensemble serait moins douloureux que de mourir seuls.

Je n’ai dormi en tout que huit heures depuis le début de ce conflit; nous entendons des attaques à chaque minute.

En mon for intérieur, je pense à ce qui se passerait si l’un de nous était blessé ou avait besoin d’un docteur ? Les ambulances ont des difficultés à rejoindre les blessés, les routes sont bloquées par des débris et l’armée israélienne est toujours sur le chemin des secours. On pourrait se vider de notre sang et même si les secours arrivaient jusqu’à nous, on pourrait être bombardés sur le chemin de l’hôpital… une fois à l’hôpital qui dit qu’il y aurait de la place pour nous … y aurait-il assez de médicaments, d’électricité ou d’essence pour faire fonctionner l’équipement médical essentiel… nous ne pourrions même pas sortir de la Bande de Gaza pour recevoir un traitement d’urgence.

Les hôpitaux fonctionnent maintenant à l’aide de générateurs, ce qui rend la vie encore plus difficile pour les docteurs qui tentent désespérément de s’occuper des blessés qui arrivent jusqu’aux urgences. Si l’essence vient à manquer, tous ceux qui dépendent de machines pour survivre mourrons.

Aujourd’hui j’ai entendu l’appel d’une femme à une station de radio, alors que les secours ne pouvaient arriver jusqu’à elle. J’imagine qu’elle devait croire que la station de radio pourrait lui venir en aide. Elle pleurait « ma maison est en feu, mes enfants sont en train de mourir ». Je ne sais pas ce qui est advenu d’elle et des enfants. Je n’ose pas l’imaginer.

Je passe beaucoup trop de temps à penser que cette heure est peut-être ma dernière heure. Chaque soir, alors que j’essaie de trouver le sommeil, j’entends à la radio le nombre de morts. Je me demande si le journal du matin parlera de moi, si je ferai partie du décompte des corps. Je serai un chiffre de plus pour tous ceux qui voient les morts et la destruction de Gaza. Peut-être que puisque je travaille pour Oxfam je serais alors un nom et pas seulement un chiffre. Peut-être que l’on parlerait de moi pendant une minute pour ensuite m’oublier, comme tous ceux qui ont récemment perdu la vie.

Je n’ai pas peur de mourir. Je sais bien qu’un jour nous devrons tous mourir. Mais je ne veux pas mourir comme ça, assis chez moi avec mes enfants dans les bras, dans l’attente de notre mort. Je suis dégoûté par cette injustice. 

Mais qu’est-ce que la communauté internationale attend ? On veut plus de gens démembrés, encore plus de familles anéanties ? Le temps passe et le nombre de morts et de blessés augmente. Mais qu’est-ce qu’elle attend ?

Ce qui se passe est contre tout sens d’humanité. Ne sommes-nous pas humains ?"

MOHAMMED ALI.

06/01/2009

Une école maternelle israëlienne vide détruite par une roquette de la branche armée du Hamas. Que les roquettes s'arrêtent et que le massacre des enfants palestiniens s'arrête aussi à ce jour. Que le massacre des Kurdes s'arrête aussi.

images-5.jpegimages-11.jpegimages-7.jpegimages-14.jpegBonjour à tous et toutes,

 

Une école maternelle israëlienne heureusement vide a été détruite par une roquette de la branche armée du Hamas.

Hier, je parlais dans mon article des 87 enfants palestiniens morts depuis décembre, tués dans les bombardements israëliens.

Obama ne dit toujours rien sur cette guerre et son silence est assourdissant. Il s'est exprimé sur les actes terroristes qui ont frappé l'Inde mais là, il reste coi... Le monde reste coi.images-6.jpeg

Israël ne peut poursuivre le massacre de la population de Gaza qui n'est pas mêlée aux actes terroristes de la branche armée du Hamas. Israël ne peut continuer de massacrer des enfants parce que des enfants sont morts ou pourraient mourir, tués par des roquettes dont les tirs ne proviennent pas des palestiniens pacifiques mais d'un groupe terroriste.

Il faut s'écouter. Entendre les demandes de chacun. Chacun a le droit d'exister. Jean-Jacques Bourdin, sur RMC, a donné une parole sage ce matin en disant : "Il faut que chacun écoute l'autre sinon rien ne viendra, seulement la guerre. La paix ne peut naître que de l'écoute réciproque."

images-8.jpegJean-Jacques Bourdin a rappelé ce matin aussi dans son émission que les turques et les iraniens bombardent le nord de l'Irak, détruisant la population kurde... sans que le monde réagisse non plus. Mais là, personne ne s'en émeut. Personne ne connaît le nombre non plus des victimes. Pourquoi ? Imaginez le désarroi d'une population détruite et apeurée dans des régions montagneuses, bombardée par deux pays... population décimée vers qui les secours n'arrivent même pas. je pense encore à ces familles, ces femmes, ces enfants, ces hommes pères de famille... qui pleurent des larmes de sang devant le corps inerte de la chair de leur chair, enfants explosés par les mitrailles des avions meurtriers.

Les anges pleurent... Les hommes se tuent.

Les femmes pleurent... Un enfant meurt sans raison, sans autre raison que la haine pure.images-10.jpeg

images-9.jpegDes enfants meurent... Les anges les enveloppent doucement dans leurs ailes impuissantes.

 

Chloé Laroche

 

 

05/01/2009

87 petits cercueils d'enfants palestiniens... 87 cercueils d'enfants d'humains. Mon voeu pour la Paix à Gaza.

Bonjour,


C’est la nouvelle année et je vous souhaite tout le bonheur du monde.... que votre chemin évite les bombes.

images-1.jpegMalheureusement, ce n’est pas le cas de tout le monde, de pouvoir éviter les bombes et je pense à ceux-là... 87 enfants palestiniens ont payé de leur vie durant cette période de “fêtes” la dure loi de la guerre. Tu as tué, je te tuerai... Tu m’as tué, tu es mort... Tous massacrés des deux côtés... Que de souffrances pour ceux qui n’y sont pour rien des deux côtés, femmes, enfants, hommes innocents qui suivent le pouvoir, les ordres, cette implacable loi de la jungle humaine qui piétine les coeurs et les âmes.

Imaginez-vous 87 petits cercueils allignés, 87 corps mutilés, des vies de petits envolés, leurs parents aux coeurs arrachés pour la vie. Et ne me dites pas : “Ah, tu es anti-juive !” Non, je dirais la même chose si c’était 87 petits israëliens. images-2.jpeg

Point à la ligne.

517 victimes palestiniennes tombées depuis le début de la guerre. 2450 blessés. Les gens à Gaza ont faim. Ils n’ont plus d’électricité. La situation est catastrophique pour les familles. Ce sont des êtres humains. Alors arrêtons de prendre partie. Ce n’est pas un match de ping-pong. Des gens meurent dans les deux camps. Ce massacre doit s’arrêter.

images-3.jpegD’autant quand un adversaire est plus fort. Écraser l’autre ne sert à rien. La sagesse et l’humanité demandent le recul des forces engagées pour permettre la reconstruction et la clémence. C’est mon voeu pour 2009.

Mon voeu le plus cher aussi est qu’on retrouve le petit Antoine disparu à Issoire. Tous les enfants disparus. Que plus aucun enfant ne soit maltraité et sacrifié à la violence familiale.

Sincèrement,


Chloé Laroche




________________________________________________________________________images.jpeg



___________ LA GUERRE À GAZA_________   (D'après LCI.fr, info internet)

 

• Les troupes israéliennes ont avancé dans plusieurs secteurs du territoire contrôlé par le Hamas. Leurs bombardements se poursuivaient lundi matin.
• La guerre a entraîné une profonde dégradation d'une situation humanitaire déjà précaire à Gaza, l'électricité étant coupée dans la plupart des localités.

- le 05/01/2009 - 09h31

“Les forces israéliennes ont poursuivi dans la nuit de dimanche à lundi leur offensive terrestre au coeur de la bande de Gaza, où plus de 510 Palestiniens ont péri depuis le début de la guerre déclenchée par Israël pour mettre fin aux tirs de roquettes palestiniennes.

Appuyées par des bombardements de l'artillerie et de l'aviation, les troupes israéliennes ont avancé en profondeur dans plusieurs secteurs du territoire contrôlé par le Hamas, où elles avaient pénétré samedi soir après une semaine de frappes aériennes. En dépit de la détérioration de la situation humanitaire à Gaza, Israël a souligné dimanche qu'il n'arrêterait pas son offensive, alors que plusieurs initiatives diplomatiques tentaient d'arracher un cessez-le-feu. Preuve de sa détermination, son aviation a attaqué 130 objectifs dans la bande de Gaza durant la nuit de dimanche à lundi, a indiqué une porte-parole militaire à Tel-Aviv.
Electricité coupée

Le chef des services d'urgences à Gaza a annoncé que 512 Palestiniens, dont 87 enfants, avaient été tués et plus de 2.450 autres blessés depuis le début de la guerre, le 27 décembre. Il a averti que ce bilan était sans doute inférieur à la réalité, du fait des difficultés des ambulances à se rendre sur les lieux des combats. Lundi en début de matinée, cinq enfants ont été tués dans des bombardements israéliens, portant à 517 le bilan provisoire des victimes palestiniennes. Des témoins ont affirmé que les blindés israéliens avaient notamment pris position dimanche sur l'axe Salaheddine, la principale route nord-sud du territoire, isolant la ville de Gaza du sud. Des troupes israéliennes ont également progressé vers la périphérie de Gaza, et notamment dans le quartier de Zeïtoun (est). Côté israélien, un bilan officiel a fait état d'un soldat tué et de 19 autres blessés dimanche, ce qui porte à 49 le nombre de militaires blessés depuis le début de l'offensive terrestre.

La guerre a entraîné une profonde dégradation d'une situation humanitaire déjà précaire dans un territoire où s'entassent 1,5 million d'habitants. L'électricité était coupée dans la plupart des localités et les pénuries de carburant s'aggravaient. Commerces et administrations sont restés fermés dimanche. Les rues étaient désertes, à l'exception de files d'attente devant les quelques boulangeries ouvertes en prévision d'un siège prolongé."

(D'après LCI.fr, info internet)

12/12/2008

Je souhaite offrir cette histoire pour toutes les mamans et les papas en cet attente de Noël. Pour le bonheur de tous les enfants du monde. Parentalité et sérénité.

 

ange_berceau.jpgTrois Aigles

pour une mère

à  Chalais___________________________

 

Conte de Chloé Laroche pour tous les pères et les mères du monde. Pour les mères qui ont peur d'être mère, pour celles qui veulent être mère toute seule, pour celles qui attendent un enfant et celles qui n'arrivent pas à aimer le leur. Pour les papas qui se sentent mis à l'écart, pour ceux qui ont peur d'être père, pour ceux qui voudraient comprendre les réactions de désarroi de leur femme devenue mère.

 

 

Mn_30.jpgDans l’église de Chalais,  le silence fut rompu.  Une femme était entrée en pleurant. Elle s’assit sur les derniers bancs, loin derrière Sogyal et Maréva. C’était une femme enceinte. Sans se concerter, le couple en recueillement se mit à prier pour cette âme en souffrance. Le choeur vit un rayon de soleil se poser sur les murs en pierre dépouillée. La corde de la cloche vibrait doucement, comme si des ailes invisibles indiquait l’arrivée d’un ange voulant devenir être humain. La montagne proche ne disait mot. La Chartreuse était muette. Seules les moniales laissaient imaginer la neige immaculée des cimes de l’hiver tombant sur les arbres centenaires de leur parc.Mn_1.jpg

Au bout d’un moment, la femme en pleurs s’approcha d’eux et demanda à Maréva si elle avait un mouchoir ; Maréva avait un petit carré en soie rose hérité de sa grand-mère couturière ; elle le sortit de son sac et le donna à la jeune maman qui s’essuya les yeux avec vigueur.

Celle-ci la remercia et lui dit :

-Vous savez, je vis une situation très difficile... J’ai besoin de me confier et j’ai envie d’en parler avec vous. Vous me paraissez très gentille et capable aussi de m’apporter un début de réponse. Voulez-vous marcher dehors un moment avec moi ?”

Maréva aussitôt se leva et accepta d’accompagner la jeune femme à l’extérieur, laissant un baiser de rose sur les lèvres de Sogyal qui demeura en prière dans l’église.

Les montagnes étaient belles, imposantes de légèreté tranquille, comme si leur sort pesait moins lourd que la destinée des humains.

-Comment vous appelez-vous  ?” demanda Maréva à son interlocutrice.

-Mon nom est Galathée. Je suis en réalité très bouleversée car je vais subir un avortement. J’attends un bébé dont j’ai peur de devoir assumer la vie seule, son père m’ayant abandonnée. J’ai peur aussi de prendre une décision que je regretterai ensuite. J’ai une amie qui a subi deux avortements assez jeune et qui, quinze après, reconnaît que cela pèse très lourd dans sa vie, dans son ventre, au plus profond d’elle-même. Je ne sais que faire. Comment pourrais-je élever seule cet enfant... Vous en avez, vous, des enfants ?”

ange_ange_nuage2.jpgMaréva sourit tristement et dit : “J’ai un fils au ciel. Il s’appelle Coranit . Il a pris un virus. Son médecin a cru d’abord que c’était une forte grippe. Mais c’était un virus mortel que la médecine d’aujourd’hui n’arrive pas à arrêter, même détecté tout de suite...

-Mais c’est horrible ! Je suis désolée pour vous... Vraiment désolée. Et moi qui vient vous parler d’avortement ! Non, je préfère vous laisser tranquille...

-Galathée, je vous en prie, restez. Je souffre, mais la souffrance que vous ressentez, je la ressens aussi, car vous êtes maman déjà dans votre coeur. Asseyons-nous ici, près de cet arbre, sur le banc. Je vais vous raconter une histoire... Votre bébé aussi écoute. C’est un conte qui m’est venu un jour pour une amie. Écoutez.

 

Il était une fois une jeune fille qui avait soif d’amour. Elle ne mangeait presque rien ; elle avait seulement besoin d’amour ; elle avait besoin de l’eau fraîche et limpide de l’amour. Or ses parents s’inquiétaient beaucoup parce qu’elle ne mangeait presque plus.

Elle était triste aussi, car elle ne trouvait pas tout l’amour dont elle avait besoin pour survivre. Ses parents avaient cultivé pour elle un grand jardin, mais ce qu’elle attendait, c’était un océan d’amour, un immense parc verdoyant sans palissades et sans tondeuses à gazon.

Enfin un jour, elle rencontra un garçon qui versa dans son coeur des torrents de bonheur ; elle crut trouver en lui une source d’amour infini et elle souhaita lui donner ce qu’une femme peut donner de plus précieux à un homme : un enfant.ange_ange_fleur3.jpg

Mais lorsque le jeune homme apprit que la jeune femme était enceinte de lui, il s’échappa de sa vie, comme une rivière de son lit. Cela créa de terribles inondations dans le coeur de sa compagne, qui ne voulut plus garder son enfant ; dans le fond de son âme, elle le rejetait... comme s’il était la cause du tarissement de sa source d’amour... comme si elle n’était plus capable d’aimer.

C’est alors qu’elle alla voir le vieux sage de la tribu afin de lui parler de son désir de ne pas poursuivre sa grossesse. Elle lui parla d’avortement, d’interruption, de soulagement, de déception, de découragement...

ange_art_ange.jpgLe vieil homme hocha la tête et lui dit : “Cet enfant est le fruit de l’Arbre de Vie ; il est la fleur de deux branches, le lac de deux rivières. Même si une des deux rivières s’écarte de son lit, comme l’a fait le père de ton enfant, le lac continue d’exister ! Ton enfant est ce lac et il existe déjà, là, au creux de ton ventre. Il est tout petit mais il vit. Il est en toi la source de tout Amour. C’est la plus belle chose qui puisse t’arriver d’avoir cet enfant. C’est la plus belle des créations... C’est comme si, d’un coup de baguette magique, tu étais la fée qui fait jaillir de terre une source qui deviendra rivière, torrent ou océan. Cet enfant aura pour toi l’amour infini dont ton âme a besoin. Il ne te trahira jamais, sauf, bien sûr, si tu dévies le cours de sa vie... Un torrent qu’on essaye d’endiguer peut parfois créer des surprises ! Mais tu sauras donner à ton enfant tout l’amour de la Terre, pour que sa vie puisse s’écouler dans la paix et la sérénité ; tu auras le respect et l’écoute de son chemin.

Il a choisi de prendre sa source en toi... Sois digne de lui donner le lit de la meilleure des rivières. Mais ne tarit pas cette source, non ! Ne la détruit pas ! Tu ne le regretteras jamais... et cette source deviendra un jour cet océan d’amour dont tu as tant rêvé.”

La jeune femme embrassa les genoux du vieil homme sage ; des larmes brillaient dans ses yeux... Elle décida de garder son enfant et elle fut la maman la plus heureuse du monde... et la plus comblée aussi, car en réalité, elle attendait deux enfants : une fille et un garçon, deux petites rivières qui l’aimèrent si fort tout au long de sa vie que son coeur ne fut plus jamais asséché.

Après la venue au monde des deux enfants, une fontaine d’amour intarissable avait jailli de la source de leur mère, au carrefour des chemins de la Vie.

De son coeur s’écoulaient l’eau pure de l’Espoir, le lait immaculé de la Paix, le vin doré de la Joie et l’huile verdoyante de l’Amour.

Tous les habitants de la contrée où elle vivait venaient guérir leur âme en buvant à cette source miraculeuse.

ange_ange_temple3.jpgLes femmes qui ne pouvaient pas avoir d’enfants s’y rendaient et leur rivière stérile donnait naissance à de merveilleux bébés ; les hommes qui n’avaient pas de bonnes graines pouvaient de nouveau semer ; enfin les enfants tristes d’être nés repartaient chez eux avec des myosotis, des roses, des fleurs d’églantine et du muguet plein le coeur.

Mais un jour, la source se tarit et le mince filet d’eau qui en sortait encore avait malheureusement été empoisonné. Les deux enfants de la jeune femme-fontaine s’inquiétèrent beaucoup pour la santé de leur mère, aussi décidèrent-ils d’aller voir le vieux sage de la tribu.

 

Celui-ci leur dit : “Il vous faut trouver le pommier le plus vieux de l’histoire du monde et prendre les pépins de l’un de ses fruits afin de les semer dans la source miraculeuse du coeur de votre maman. Il y a dans ces pépins le secret de la Vie et la Mémoire du monde qui guérit... Allez et trouvez cet arbre !”

Les deux enfants partirent donc et traversèrent de nombreux pays. Ils rencontrèrent des personnages étranges, des gens énigmatiques, des magiciens venus d’ailleurs...

Ainsi, une fée voulut les marier parce qu’elle souhaitait les lier à tout jamais à son domaine... mais une sorcière les sauva en les emportant sur son balai ; puis un roi voulut les enchaîner car il souhaitait leur laisser le royaume de l’amour en héritage or un lutin les sauva en les enlevant sur un âne couvert de clochettes.

Enfin, un moine voulut les enfermer, car il n’était pas convenable pour lui qu’un garçon se promène avec une fille, seuls dans la nature... à la recherche d’une pomme venue d’un paradis lointain. Heureusement, un chevalier les sauva en les enlevant sur un cheval couvert de lumière d’or.

-D’où vient cette lumière, ô Chevalier ?” demanda le garçon.

-Elle vient du pays où l’Impossible est possible”, répondit l’étrange cavalier.

-Est-ce que c’est un pays où l’on pourrait trouver le plus vieux pommier de l’histoire du monde ?

- Oui, c’est un pays où les mères isolées et les pères sans femme élèvent seuls leurs enfants, malgré les difficultés... C’est un pays où les pauvres arrivent à vivre, malgré la faim et le dénuement...

ange_ange_fleur3.jpgC’est un pays où l’on peut sauter à l’eau pour sauver quelqu’un, même si on ne sait pas nager, et où l’on peut trouver en une seconde d’éternité la force d’apprendre à nager... pour sauver celui qui se noie. C’est un pays où il est possible à tous de lutter contre l’injustice, contre l’indifférence, contre la drogue, contre la pollution, contre la violence... car chacun devient responsable au sein de sa ville, de son village, de sa famille ; chacun devient adulte devant la Vie, face à la liberté d’agir qu’elle propose... C’est un pays, enfin, où celui qui verrait des brigands proposer de la drogue à un enfant... n’hésiterait pas à foncer vers eux, laissant la main de l’impossible courage opérer son oeuvre d’amour et de justice ! Voilà le pays d’où vient la lumière d’or de ma monture !

-Pouvez-vous nous y emmener ?” lui demanda la petite fille.

-Vous pouvez y aller sans moi ! Le roi Soleil disait : “Pour venir à bout des choses, le premier pas est de les croire possibles.” Votre mère, avant votre venue au monde, a cru en votre existence et elle vous a gardés pour la vie. Mais elle est malade aujourd’hui, car il lui manque la soif qu’elle avait avant de vous accueillir : il lui manque la soif de la connaissance, il lui manque la soif d’apprendre et de redonner au monde ce qu’elle sait. Trouvez les pépins sacrés et cette soif reviendra, pour son salut.”

Alors les deux enfants s’assirent au bord d’une rivière ; ils se donnèrent la main et pensèrent très fort au pommier si précieux.

-Me voici, je suis là ! Que me voulez-vous ?” C’était un petit pommier qui les interpellait ainsi ; il était couvert de fruits rouges et appétissants.

-Tu es un arbre bien trop jeune pour nous... Nous recherchons un très vieux pommier, un pommier millénaire, le premier de tous les pommiers !

-Je le représente sur la Terre car celui que vous cherchez se trouve dans une autre dimension, en un autre temps, dans un autre monde. Vous ne pourriez pas y arriver avant très longtemps,” leur dit l’arbre. “Aussi, prenez un de mes fruits et emportez ses pépins. Ils donneront la soif d’Amour  et de Connaissance  à tous ceux qui boiront à la source de votre maman. Ils donneront aussi aux hommes et aux femmes le désir de mettre au monde des enfants... Ces parents sauront AIMER  leurs descendants et leur APPRENDRE  que le monde est grand et beau !”

C’est ainsi que la fontaine miraculeuse se remit à couler car la soif était revenue dans toute la contrée et dans le coeur de la jeune femme ; cette maman comblée devint la reine du pays où l’Impossible est possible, où l’Amour est possible jusqu’à l’impossible des limites de l’Univers et où le don de sa source intérieure est toujours possible !”

Maréva s’arrêta de parler et prit la main de la jeune femme qui pleurait doucement. Mais cette fois, c’étaient des larmes de paix et de sérénité qui s’écoulaient et non plus des larmes de peur et d’angoisse. Elles restèrent là un long moment, bercées par le battement d’un coeur d’enfant qui était heureux... car il savait désormais qu’il allait vivre.

ange_miroir.jpgL’enfant qui jouait dans le ventre de Galathée allait venir au monde. Il verrait bientôt les montagnes, le ciel, les yeux bleus de sa maman, ses cheveux blonds, ses ongles roses comme l’aurore, sa bouche de coquelicot épanoui.

Maréva, en tenant la main de Galathée, avait pensé à une de ses amies, Milka. C’était une jeune maman qui n’avait rien dit de sa maternité au propre père de son enfant. Cet homme ne savait pas que cette femme avait attendu un fils de lui ni qu’elle avait accouché ni que son enfant grandissait. Ils s’étaient rencontrés, lui et elle quelquefois, mais n’avaient jamais vécu ensemble. Ils ne se voyaient plus depuis un an et le papa ignorant ne se doutait de rien.

Un jour, Maréva envoya à Milka un conte qu’elle avait écrit pour lui exprimer l’importance qu’a un père dans la vie de son enfant. Il mériterait d’être lu par toutes les mères, par toutes les femmes, pour les pères... Voici le conte du Papa des étoiles.

---------- Un matin d’automne, une femme sut qu’elle avait un petit bébé dans son ventre mais elle ne voulut pas en parler au papa. Et puis l’enfant est arrivé ; il est né et sa mère lui a dit :

-Je suis ta maman mais tu as aussi un papa ; il n’est pas là car il est à des années-lumière de savoir que tu existes ! Mais un jour, tu le retrouveras et tu sauras que c’est lui, ton papa.”

Bien sûr, le bébé a écouté ces paroles et il les a retenues. Aussi, un soir, alors qu’il avait grandi, il demanda à sa maman :

-Papa vit sur quelle étoile ? Des années-lumières, ça fait loin... Comment faire pour le retrouver ?”

Sa mère sourit et lui dit :

-Pourquoi serait-il sur une étoile ? Il est là, tout près de toi, dans ton coeur. Appelle-le, parle-lui, dis-lui que tu l’aimes dans le secret de ton jardin et envoie-lui un signe. Il te répondra !”

Alors l’enfant alla dans un champ, cueillit le plus petit des myosotis et dit à son papa, dans l’étoile de son coeur :

ange_ange_debout.jpg-Papa chéri, que je voudrais connaître, à qui je voudrais faire des bisous... Si tu m’aimes, envoie-moi un myosotis comme signe de reconnaissance. Montre-moi que tu n’es pas sur une étoile dans le Ciel, mais bien sur la Terre !”

Il attendit longtemps un signe et puis un jour le facteur apporta une carte postale... Il y avait de jolis myosotis sur cette carte.

-Maman, demanda l’enfant, qui t’a écrit cette carte ?

-C’est un ami qui me dit qu’il est moine dans un monastère. Sur la carte, il a écrit une belle phrase : “Les étoiles ne sont pas si loin lorsqu’on sait les aimer !”

Le visage de l’enfant s’éclaira :

-Maman, peut-on aller le voir ? Il est loin d’ici ? Et puis c’est quoi “moine” ?”

Sa mère répondit, une flamme dans les yeux :

-Il a choisi d’être moine... Cela veut dire qu’il vit à l’écart du monde pour se rapprocher de Dieu dans la paix de son coeur.”

L’enfant réfléchit et dit soudain :

-Alors, pour vivre près de son père, il a renoncé à tout... Je veux aller vivre avec lui, parce qu’on m’a dit que Dieu, c’est le Père de tous les hommes, et comme c’est le père de ton ami moine, il sera aussi mon papa !”ange_bart_ange.jpg

L’enfant, depuis ce jour-là, ne mangea plus ; il refusait de s’alimenter et sa maman était désespérée ; elle ne savait plus que faire... Lorsque soudain, un beau matin, il reprit goût à la vie, au soleil, à sa maman. Celle-ci ne comprenait pas, jusqu’au jour où il lui offrit un bouquet de myosotis en lui disant :

-Mon papa a trouvé la paix de son coeur près de son père, mais comme son Père, c’est aussi le mien... c’est comme si j’étais près de mon papa. Notre Père à tous les deux, c’est aussi ton papa, et Il t’aime, comme je t’aime aussi, Maman !”

Sa mère fondit en larmes et serra son enfant dans ses bras. Plus tard, elle l’emmena en Grèce, à la rencontre de l’étoile qui s’était fait moine.

Le jeune garçon fut heureux car il put réunir son Père du Ciel et son père de la Terre !

Les étoiles ne sont pas si loin, lorsqu’on sait les aimer ! On sait toujours où les trouver, même si cela met des années... lumière !

 

ange_ange_lune.jpgEn réalité, lorsque l’amie de Maréva, Milka, reçut ce conte et le lut, elle le déchira et le mit à la poubelle car elle s’était fermée définitivement à l’idée que son fils puisse voir son père.

Elle en voulait à cet homme pour diverses raisons et ne pouvait s’empêcher de se venger en le privant d’être papa. Elle n’avait pas compris que la relation d’un homme et d’une femme ne se mélange pas à la relation qu’ils ont avec leur enfant.

Cependant, un jour, son enfant ne voulut plus manger car, à l’école, ses camarades de classe lui parlaient de son père absent, invisible, inconnu ; ils lui montraient en fait du doigt le vide effroyable de cette place manquante du père ; la plupart des parents de ses petits copains étaient séparés mais ils continuaient à voir leur père, même si c’était pour la majorité un week-end toutes les deux semaines.

Milka s’inquiéta pour son petit Gali et l’emmena chez le pédiatre. Celui-ci parla quelques instants seul à seul avec le petit garçon.

-Que se passe-t-il, Gali ? Pourquoi ne manges-tu plus ?

-C’est que mon père me manque. Il n’est pas là et donc je n’ai pas faim. À  l’école, les autres me parlent de mon papa alors j’y pense beaucoup.

-Tu sais, Gali, ton père est quelque part. On va en parler à Maman tous les deux, tu veux bien ?

-Oui, je veux bien. Mais il voudra bien de moi ?

-Oui, Gali, ne t’inquiète pas. Je suis sûr qu’il te porte à l’intérieur de son coeur en secret.”

Gali poussa un soupir et sa maman revint dans la pièce. Elle écouta le médecin et ils parlèrent ensemble du père de Gali ; le petit garçon était suspendu aux lèvres de sa mère ; la vie semblait revenir en lui ; il exultait d’espoir.

ange_ange_eclairant.jpgQuelques temps après, Milka retrouva le père de son fils et lui annonça qu’il était papa. Mathis fut si heureux qu’il alla crier sa joie dans la rue. Il rencontra Gali et le reconnut comme son enfant. Il le prend désormais avec lui tous les mercredis et un week-end sur deux. Le petit garçon est en pleine santé. Il a retrouvé enfin l’autre moitié de sa vie.

Maréva, depuis sa rencontre à Chalais avec Galathée, était devenue très amie avec la jeune maman ; le jour de son accouchement, elle accourut à son chevet ; le père de l’enfant avait été prévenu mais il ne vint pas. Une petite fille est née ce jour-là ; sa maman la nomma Sarina, ce qui signifie petite princesse.

Galathée était si heureuse de recevoir cette enfant dans sa vie qu’elle proposa dès le lendemain à Maréva d’être la marraine de sa fille.

-C’est grâce à ton aide, au conte que tu m’as enseigné à Chalais, que j’ai choisi de garder Sarina. Ma vie a désormais changé. Je suis mère maintenant et heureuse d’avoir donné la vie. Je ressens que je ne suis plus pareille, que des forces nouvelles m’envahissent, que des sentiments différents emplissent mon coeur. Est-ce que cela va durer ? J’ai peur de trop pleurer dans quelques jours.”

Maréva lui répondit : “Être maman, c’est comme un tremblement de terre. Tout change et tout changera encore car l’enfant nous fait grandir, évoluer, nous métamorphoser au fur et à mesure de sa propre croissance. À l’âge de deux ans déjà, le bébé qu’il était s’est totalement transformé. À l’âge de dix ans, l’enfant change encore et cela chaque année puis vient l’adolescence et l’adulte se transforme toujours. La vie est faite de métamorphoses, alors que l’on voudrait parfois qu’elle demeure figée, qu’elle soit éternelle dans l’instant... Je vais te dire un autre conte. C’est l’histoire des trois Aigles protecteurs des mères. Il a déjà aidé beaucoup de mamans désespérées, qui avaient peur de leur nouveau rôle de mère ou qui avaient l’impression de ne pouvoir aimer leur propre enfant. Ce conte t’aidera à la transformation de toi-même en tant que fille de ta mère à devenir la mère de ta fille..

 

ange_ange_nuage2.jpg____________Un jour, une fillette remarqua un livre dont le titre était : “Le bébé est une personne”. Elle aimait lire et allait souvent à la bibliothèque ; elle trouva donc cet ouvrage dans un des rayons et le lut tout entier, en un seul jour.

 

Cependant, la nuit suivante, elle n’arriva pas à dormir ; en effet, un des chapitres lui revenait toujours en mémoire : celui de la “maman-assassine”. Cette femme avait tué sa fillette comme si elle s’était tué elle-même, comme si elle avait sacrifié le meilleur d’elle-même...Elle expliquait dans le livre que personne ne pouvait comprendre jusqu’où la folie pouvait mener... et que personne ne la comprenait.

 

La fillette, après avoir lu cela, essaya pourtant de comprendre...  mais elle n’y arriva pas. Cette lecture la bouleversait car elle avait toujours pensé que les parents ne pouvaient faire que du bien à leur enfant et que “être maman” est quelque chose de si beau que personne n’a le droit d’y toucher !  Dans un des chapitres elle avait lu aussi que c’est une dame, Françoise Dolto, qui avait découvert que tout enfant qui naissait devait être un jour adopté par ses propres parents... “Je crois, disait-elle, qu’on a trop dit que la naissance c’était quelque chose de facile... Il faut comprendre qu’on n’est pas une mauvaise maman si, à un moment donné, pendant les jours qui suivent la naissance, on se dit : Ce bébé-là, en ce moment, franchement, ce n’est pas mon problème. Moi, je suis très triste, et j’ai besoin de régler des comptes avec moi d’abord, pour continuer, un jour peut-être, à pouvoir rencontrer mieux cet enfant-là que, tout compte fait, je ne connais pas.” ange_baby_ange.jpg

 

ange_ange_jardin.jpgLa petite fille repensait sans arrêt à tout cela et ne trouvait pas le sommeil...

 

Aussi, le lendemain, elle alla trouver son Grand-Père, dans la forêt, et lui demanda pourquoi il existe des mamans qui font du mal à leur enfant et pourquoi il y en a qui refusent leur bébé à la naissance. Son pépé réfléchit longuement et lui dit ceci :

 

-Ma petite fille, être maman, c’est comme un ciel bleu sans nuages. Tout le monde croit que c’est toujours comme ça, mais il peut y avoir des nuages, des tempêtes aussi, du grand vent...et quelquefois même des ouragans. Pourtant, derrière, le ciel est toujours bleu. En général, tout le monde pense que, pour une femme qui vient d’avoir un enfant, tout est forcément toujours rose... mais une naissance, c’est un véritable tremblement de terre, qui permet à de merveilleuses montagnes de vivre, mais quelquefois, ce sont des volcans qui se réveillent avec l’enfant qui naît. ange_baby_ange.jpg

Ainsi, cela arrive parfois, certaines femmes ne veulent plus voir leur bébé après la naissance ; elles le refusent soudain comme une branche coupée de l’arbre. Et puis, il y a celles qui font du mal à leur enfant... ; en réalité, c’est à elles-mêmes qu’elles font ce mal... Il faut beaucoup les aimer, pour qu’elles puissent à leur tour aimer leur bébé. À toutes ces femmes meurtries, à celles qui veulent abandonner ou donner leur enfant, à toutes celles qui ont peur d’être mamans...  il faut leur dire avec les mots du coeur que leur enfant est comme un ange venu pour qu’elles apprennent à s’aimer, comme jamais leur propre mère ne les a aimées et acceptées. Ces femmes en veulent au monde entier pour différentes raisons et elles n’arrivent pas à devenir mères, car, devenir maman, c’est faire fi de son passé et offrir sa vie, son ventre et tout son amour... pour l’Avenir.”

 

La petite fille remarqua :

-C’est comme une rivière bloquée par un barrage... L’eau de l’amour ne peut pas rejoindre la mer, alors cela crée des raz-de-marées ou des inondations.”`

Son Grand-Père lui répondit :

ange_baby_ange.jpg-C’est vrai, tu as raison. En fait, toutes les mamans du monde aiment leurs enfants, même si certaines montrent le contraire. Pour détruire les barrages, il faut apprendre à toutes les femmes à pardonner à leur mère, à leur père aussi ! Ainsi, l’eau du pardon enlèvera tous les nuages. Il faut apprendre à toutes les femmes que leur bébé est le fruit de leurs entrailles... mais qu’elles ne sont que la porte par où passe un ange. Leur enfant n’est pas une partie d’elle-même : il est un tout aux yeux de tous ! Lorsque la porte se referme, après l’accouchement, une fenêtre s’ouvre dans le coeur des mamans pour que le papillon s’envole... et que le petit ange grandisse dans le ciel bleu.”

La fillette s’exclama soudain :

-Moi, quand je serai grande, j’aurai un bébé, et il y aura plein de fenêtres dans mon coeur. Je ne l’enfermerai pas car je lui offrirai la Terre entière pour qu’il puisse la découvrir ! Dans mon coeur, il y aura aussi une grande rivière et un beau ciel bleu... parce que j’aime ma maman et que j’apprendrai à toutes les petites filles à aimer et à comprendre leurs mères... car être une maman, ce n’est pas facile !

-Oui, ma petite fille, lui dit soudain sa vieille Grand-Mère, qui avait tout entendu. Être maman, c’est une grande aventure. Il faut du courage, de la volonté, de la patience, de la générosité et une mer d’amour... Et surtout, il faut savoir écouter son bébé, car il porte en lui toute la sagesse du monde et tout le bleu des océans ; il est comme une petite personne qui comprend tout... et de cela il ne faut pas avoir peur : il faut lui parler, avec les mots de la douceur, et même lui demander pardon, si cela est nécessaire. Il a besoin de vérité et de franchise, car il n’est pas un paquet jeté à la mer... qu’on recueillerait seulement avec précaution ! De précautions, il a besoin, mais surtout d’attentions, de respect, de douceur, de vérités saines dites par son papa et sa maman. Il a besoin d’être rassuré, d’être aimé, d’être respecté... comme chaque mère a aussi besoin de l’être.”

 

La petite fille  alla embrasser sa Grand-Mère et lui dit dans le creux de l’oreille :

-Je t’aime, Mamie, parce que tu es la mère de ma maman et que, dans l’arbre de mon coeur, tu représentes mes racines. C’est important qu’elles tiennent bien et qu’elles soient solides... pour les tremblements de terre !”

Sa Grand-Mère lui répondit : -

Écoute, ma petite fille, écoute le conte des trois Aigles... Ils te porteront vers l’Amour.”

 

La petite fille ferma alors les yeux et écouta, le dos contre un arbre, celui de son âme ouverte au monde.

La Grand-Mère parla en ces termes :

-Il était une fois une maman qui voulait mourir parce qu’elle était triste et désespérée. Un jour, elle décida d’aller à la rivière ; avant de se jeter dans le courant, elle regarda le soleil ; mais la lumière l’aveugla et ses yeux se mirent à pleurer.

Les larmes ne s’arrêtaient pas de couler et une rivière d’eau salée se forma, rejoignant la rivière d’eau douce ; celle-ci, étonnée de trouver dans son lit un goût d’eau salée, demanda à la maman :

-Pourquoi pleures-tu ainsi, petite mère ? Et pourquoi as-tu envie de te jeter dans mes bras ? N’as-tu personne qui pourrait te serrer dans ses bras ? N’as-tu point de mère, de mari, de compagnon, de frère ?”

La jeune femme répondit :

-Non, rivière, je n’ai personne qui me protège et me soutienne.  Comment pourrais-je élever un enfant dans la solitude du désert de mon coeur ? Je suis si asséchée, j’ai tant pleuré de souffrances, j’ai subi tant d’affronts... que mon âme est recroquevillée dans un coin de mon coeur, comme une biche blessée. Je suis dans la peine et je vis dans la peur, mais personne ne rassure mes pas... J’aime mon enfant mais j’ai aussi peur de lui, j’ai peur pour lui, j’ai très peur d’être une mère, j’ai peur d’en être une mauvaise... Pourtant je l’aime plus que moi-même !”

La rivière lui parla alors en ces termes :

ange_ange_glamour.jpg-Bien sûr que tu l’aimes plus que toi-même et c’est pour cela que tu ne feras jamais de mal à ton enfant. Te tuer aujourd’hui et le priver ainsi de son unique maman serait lui faire beaucoup de mal... Pense toujours à cela ! Il est vrai aussi que tu l’aimes trop comme toi-même, comme une partie de toi, alors que déjà, lorsqu’il était dans ton ventre, il était autonome ! En fait, tu l’as perdu en accouchant, lorsqu’il est sorti de ton ventre... et tu as peur de le perdre une seconde fois !... Voilà pourquoi tu as peur de lui, de sa liberté intrinsèque, et que tu as aussi peur pour lui, peur qu’il reparte ! Tu as peur aussi d’être une mauvaise mère mais, en fait, c’est à toi que tu veux tout ce mal... et la preuve en est que tu es là, en train de m’écouter, tout en haut d’un pont d’où tu voulais sauter. Ce n’est qu’une peur... et toutes les peurs ne sont que des fenêtres que les princesses, tenues prisonnières dans leur donjon, utilisent pour s’échapper, aidées par le prince gardien de leur vie profonde. Toi, petite mère, tu es une de ces princesses, alors trouve les clés de tes fenêtres et sors de ta prison par la grande porte, celle de la libération de ton âme.”

La jeune femme écouta les dernières paroles de la rivière et courut jusqu’à l’un de ses rivages ; elle se pencha vers la terre et ramassa trois cailloux blancs qu’elle serra très fort dans ses mains. Puis elle lança un des cailloux dans la rivière et dit :

-Voici la clé de ma première fenêtre. Cette clé s’appelle le Pardon et le verrou qu’elle ouvre se nomme la rancune.”

Le caillou, en touchant l’eau, se transforma en aigle, qui lui parla en ces termes :

-On peut en vouloir à son enfant d’avoir bouleversé le ciel de notre vie, par le tremblement de terre de sa venue, aussi est-il nécessaire de se pardonner à soi-même... et de pardonner à son enfant cette intrusion parfois non désirée mais acceptée... Il est nécessaire de lui demander pardon pour tous ces sentiments, qu’ils soient minuscules ou bien gigantesques.”

 

La jeune mère lança le deuxième caillou et dit :

-Voici la clé de ma deuxième fenêtre. Cette clé porte le nom de l’Amour et le verrou qu’elle ouvre s’appelle l’égoïsme.”

Le caillou se transforma en un aigle différent du premier, mais tout aussi lumineux, qui lui dit :

-Beaucoup de personnes ne veulent pas d’enfants parce qu’ils pensent à eux seuls, à leur petite vie tranquille, à leur liberté. Un enfant, c’est un raz-de-marée dans le pays sec des coeurs égoïstes. Mais c’est aussi un puits d’amour dans l’oasis des coeurs généreux. Devenir  parents, c’est apprendre à donner comme le soleil donne sa lumière. C’est apprendre à aimer par-delà ses limitations, ses barbelés intérieurs, ses paravents et ses para-soleils.”

 

Enfin la jeune femme lança le dernier caillou dans la rivière, en disant :

-Voici la clé de ma troisième fenêtre. Cette clé s’appelle la Joie et le verrou qu’elle ouvre porte le nom du désespoir.”

Au moment où le caillou toucha l’eau, un troisième aigle s’élança au-dessus de l’onde pure, en criant :

-Avoir un enfant est une joie immense ; pourtant, tant de mères pleurent de tristesse dans les jours et les mois qui suivent l’arrivée de leur enfant ! Cette tristesse provient du vide qu’elles ressentent en elles ; elles viennent de perdre le rêve de leurs entrailles : il est devenu réalité, comme un bateau se retrouvant dans l’embouchure d’une rivière. Toutes les rivières arrivent dans la mer ou dans l’océan, et c’est une joie immense d’accueillir dans l’estuaire la goutte d’eau qui a germé dans la source et qui est devenue vaisseau de lumière, porteur d’âme. La joie d’une mère est aussi grande que son désir d’accompagner la goutte de la source jusqu’à la haute mer. Chaque enfant est une goutte dans l’océan de l’Univers ; chaque enfant est une rivière riche d’espoirs pour l’Avenir ; chaque enfant est un Soleil qui donne ses rayons à la Terre qui l’a nourri.”

 

ange_ange_trio.jpgLorsque le troisième aigle eut fini de parler, ses deux frères le rejoignirent et enlevèrent la jeune maman dans le ciel de l’espérance ; elle avait ouvert la porte du donjon des mères aux larmes amères et elle put s’envoler au-dessus des nuages de son désespoir vers le Soleil d’Amour de son bébé bleu aux doigts roses.

Au moment du crépuscule, alors que le Soleil laissait la Terre se reposer, le premier des aigles déposa aux pieds de la mère comblée une fleur d’un rouge flamboyant nommée Clémence ; le second déposa sur le coeur de la jeune femme une fleur d’un vert éclatant appelée Patience et le troisième déposa sur la tête de la maman une fleur d’un bleu océan portant le nom de Confiance.

Enfin, avant de s’envoler vers l’infini azuré, ils donnèrent à la jeune mère le prénom de Florence, réunissant en son sein les trois fleurs de l’Amour... qui ouvrent et parfument l’âme des mères de toute la Terre.”

 

Maréva, en terminant ce conte, fit le geste de la rose qui s’ouvre et déposa sur le coeur de Galathée un parfum que seuls les Anges pouvaient sentir. La jeune mère fut très émue. Elle prit sa fille Sarina dans les bras et la serra tendrement.

-Tu m’as donné quelque chose avec cette histoire qui me donnera à jamais la force d’être maman jusqu’au bout de ma vie,” exprima Galathée avec émotion. “À moi de t’offrir quelque chose... Je ressens que Coranit est dans chacune de tes cellules et que tu le portes en toi. Nous portons l’univers en nous... Tu étais maman et tu l’es toujours. Mais aujourd’hui tu es la maman de tout le monde. Tes chansons et tes contes sont les rayons que ton coeur donne avec amour pour tous ceux qui t’écoutent. Il faudra toujours chanter et quand tu pleures, chanter aussi pour que tes larmes deviennent source.”

 

Le dimanche suivant, Sogyal et Maréva retournèrent dans l’église dénudée du monastère de Chalais. Ils restèrent là longtemps... à contempler la lumière du soleil qui psalmodiait sur l’autel en mille rayons d’arc-en-ciel. Cette fois, il n’y avait personne qui pleurait.

ange_ange_deploy_.jpgTrois aigles majestueux planaient au-dessus du Couvent des Dominicaines. Des moniales en promenade les remarquèrent avec surprise et s’exclamèrent :

-Un enfant est né ! Les rois mages s’envolent dans le ciel de l’Esprit... Les trois rois de Royauté intérieure où chaque enfant qui naît est un petit prince ou une princesse.”

 

Chloé LAROCHE        ______________

Cette nouvelle et ces contes sont protégés et édités dans le livre de Chloé (livre épuisé pour l'instant) intitulé "Un homme et une femme au coeur des Alpes"...... ISBN : 2-9516004-1-0 / Éditions L'ÂME DU CIEL.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

02/08/2008

Les Fleurs de l'Amour. Être une femme. Parole d'ange. Violon de vie. La Terre et la Colombe.

____________________39734794.jpg
Introduction spéciale de Chloé Laroche :

J’ai choisi dans ce blog d’offrir et de partager gratuitement mes écrits, nouvelles, poèmes, témoignages, réflexions... ainsi que mon dernier livre : “Solidarité Puissance Toi”, que vous pourrez découvrir dans la catégorie "Solidarité Puissance Toi" et aussi dans celle intitulée "Amour, tolérance et croyances" (voir à gauche de cette page en dessous de ma photo).

Les Nouvelles du Paradis et les Lettres à Océana (catégorie "Survivre à la mort d'un enfant") proviennent de mon ouvrage : "les Semences de l'Après-Vie", paru en 1998. Beaucoup d'articles de la catégorie "Ne tirez pas sur l'ambulance" proviennent de mon ouvrage écrit entre 2002 et 2003 : "Transports d'âmes et d'hommes".

D'autres textes, contes et nouvelles arriveront encore sortis du livre "Un homme et une femme au coeur des Alpes", paru en 2001... sur la montagne, l'amour, les relations parentales et la résilience.


_________________________________ Important :

Les poèmes qui suivent sont protégés dans l’ouvrage aujourd’hui épuisé : “Soleil d’amour Soleil de colère” écrit par Chloé Laroche et paru en 2000 aux Éditions L’Âme du Ciel, sous l’ISBN : 2-9516004-0-2. Si vous souhaitez les utiliser ou les imprimer, merci d’envoyer un mail à l’auteur à : chloe.email@laposte.net

__________________________________39734794.jpg



LES FLEURS DE L'AMOUR___________




Si votre amour doit être le roman du siècle
Vous aurez toujours un long siècle pour le vivre
Et il demeurera pour les siècles des siècles
Par-delà les mots qu’on peut lire dans les livres
Laissez pousser les fleurs et jaillir les rivières
Laissez faire les yeux et tomber la poussière
Du coup de foudre qui emplit nos vies de sable
Laissez les coeurs s’étreindre avant d’unir vos mains
Pour que le temps présent puisse embraser vos demains
Sous le feuillage tendre et vert d’un grand érable


Si votre amour est la plus belle des histoires
Vous aurez un océan d’encre pour l’écrire
Ne jetez pas votre stylo d’or dans un miroir
Celui du passé qui vous revient en noirs soupirs
Mais choisissez le chemin de l’avenir sans peur
Sans crainte d’aimer et de partager votre coeur
Si pour vous l’amour n’est qu’un morceau de rivière
Vous ne connaîtrez jamais le bonheur du fleuve
Qui grandit au fil des méandres qui se meuvent
Dans la contrée d’une tendresse sans frontières


Si votre amour doit être le plus profond des films
Vous aurez toujours le doux scénario du hasard
Ne craignez pas d’ouvrir votre coeur dans la mine
Et de le tendre à votre âme-soeur, même en retard
Celui qui ose lancer sa flèche sans cible
L’atteint au-delà des limites du possible
Mais celui qui jette son arc en plein désespoir
Par déception ou par peur d’aimer et de chérir
Verra le gai soleil de son âme se flétrir
Dans l’enfer des regrets et des pâles histoires




CHAPELET D'AMOUR____________




Sur la plage
De mon éternité
Tu t’approches
Sur les ailes d’un ange
Et tu me dis que
Je compte pour toi



Alors je compte pour toi
Les pétales des roses
Que j’effeuille d’amour
Jusqu’au soleil de ton âme



Alors je compte pour toi
Les vagues des océans
Que je filtre à travers
Le soleil de ma vie



Alors je compte pour toi
Les coccinelles dans la neige
Que je réchauffe sur mon coeur
Dans le soleil de tes yeux



Et tu comptes pour moi
Les jours de mon infini
Et l’infini de tes nuits sacrées


________________________________ Dédié à mon ange gardien







FOI D'AMOUR______________________

(poème dédié à toutes les victimes des guerres touchées par des attentats sur les marchés,
comme celui de Sarajevo ou en Irak, en Palestine et en Israël)



Il n’y a pas d’ailleurs
Où l’amour ne fleurit pas
Il chante dans ton coeur
Et au coeur du gouffre intense


Il n’y a pas d’ailleurs
Où l’amour ne fleurit pas
Il pousse sur les berges
Du torrent dévastateur


Il n’y a pas d’ailleurs
Où l’amour ne fleurit pas
Il défit le temps qui passe
Sous le pont de la torture


Il n’y a pas d’ailleurs
Où l’amour ne fleurit pas
Il est la rose du sang qui coule
Sur le marché des fleurs martyrs


Il n’y a pas d’ailleurs
Où l’amour ne fleurit pas
Il est vainqueur de vie
Pour tous les coeurs vaillants


Il n’y a pas d’ailleurs
Où l’amour ne fleurit pas
Il est la source du désert
Et l’oasis de l’Espérance



1995________________________________________________






L’AMOUR
EN CIMES D'AILES______________






Dans les cimes écloses
De l’amour en quête
Je m’absente du monde
Pour plonger en moi

Lorsque je remonte
Le ciel s’est mis à l’endroit
Pour fondre sur moi
Comme un faucon affamé

Alors je me laisse faire
Et il me met les menottes
En jetant la clé au fond
De la rivière de mon âme





Dans les cimes écloses
De l’amour en quête
Je m’absente du monde
Pour en retrouver la clé

Lorsque je reviens
L’oiseau s’est transformé
En colombe immaculée
Qui m’enlève vers le ciel

Alors je la laisse faire
Et elle me montre son coeur
Ensanglanté d’insupportable
D’où je tombe inanimée





Dans les cimes écloses
De l’amour en quête
Je m’absente du monde
Pour soigner la colombe

Lorsque je reviens
L’oiseau ressuscité se plaint
Le sol est recouvert de plumes
De mille oiseaux défunts

Alors je les laisse faire
Et ils viennent sur mon corps
Pour tisser la lumière
Des chemins de l’Amour


1995_____________________________




AMOUR SUBLIME___________________


Aux veuves qui pleurent





Il n’y a rien qui puisse
Me faire oublier
Ton amour
Toi qui es parti
Dans l’autre monde
Arraché par un ange
À notre montagne


Il n’y a rien qui puisse
Me faire oublier
Ta voix
Toi qui me parles encore
De notre union
Dans les rêves de mon coeur
Adossé au cimetière


Il n’y a rien qui puisse
Me faire oublier
Ton regard
Toi qui me scrutes
Du haut du clocher
De l’éternité découverte
Par ton âme paysanne


Il n’y a rien qui puisse
Me faire oublier ma peine
Sauf peut-être nos enfants
Et les enfants de nos enfants
Toi que j’aimerai toujours
Dans le bleu de l’océan
De leurs yeux épanouis



______________________________
Dédié à ma grand-mère Madeleine
qui a rejoint son mari au Ciel au bout
de quinze longues années de solitude



LETTRE SAUVÉE DES EAUX____________________





Pour sauver un chat
Il s’est mis à l’eau
Puis le ramena
Sur son coeur tout chaud

Sauvant son puîné
Elle s’est mise à l’eau
Au bord de l’été
Pris sous un bateau

Pour sauver le bien
Ils ont tout donné
Jeunes musiciens
À l’humanité

Pour sauver l’amour
Ils se sont battus
En donnant toujours
Et à corps perdus

Pour sauver l’espoir
Nous nous sommes vus
Dans un contre-soir
Nos vies étaient nues

Pour sauver demain
Tire l’alarme
Donne-moi la main
Sèche mes larmes





__________________________1992



CONSÉCRATION_________________

(Dédié à Mireille Nègre,
danseuse et vierge consacrée,
aux alpinistes et aux artistes,
aux paysans et aux moines)





Se consacrer au plus haut
À l’essence du ciel
Au sublime éternel
De l’essentielle ardeur
C’est le don du grimpeur éreinté
Conquérant les sommets
De l’âme véridique


Se consacrer aux larmes
D’une vie de labeur
Labourage lumineux
Du semeur d’espérance
C’est le don du paysan fatigué
Jusqu’au bout des sillons
De la terre retrouvée


Se consacrer à la toile
Des couleurs de l’amour
En puisant l’arc-en-ciel
Dans les yeux des enfants
C’est le don du peintre irisé
Exprimant l’Univers
À la mesure de son être


Se consacrer aux pauvres
À ceux qui n’ont plus que leurs yeux
Et sécher leurs peines
En chantant la Paix
C’est le don de la colombe envolée
Qui prend leurs mains dans les siennes
Pour serrer le monde dans ses bras


Se consacrer à l’Amour
Qui descend du Soleil
Jusqu’aux racines de l’Esprit
C’est le don du poète inspiré
Regardant vers demain
En marche vers Celui
Qui marche devant lui


Se consacrer à Lui
Par-delà l’espoir ténu
D’un bonheur terrestre
C’est le don le plus grand
De l’âme verdoyante
Qui renaît à la source radieuse...
De l’Amour en Esprit


1995___________________________________





TU DONNES SANS RIEN ATTENDRE_______


(À Claire Bécaud
Aux peintres du monde entier)




Je suis le très vieux peintre Wang-Fô
J’aime traverser le monde à pied
Pour semer le riz de mes tableaux
Dans les yeux gris des enfants blessés


Wang-Fô revient de loin
C’est un être sage
Le pays d’où il vient
Est un ciel sans âge
Et celui où il va
Est un pays sans rois


Cet enfant qui erre
C’est ton élève Ling
Comme nous sur Terre
Si verts que des figues
Dans cet art du bonheur
Sortant de tes couleurs


Tu donnes sans prendre
Dans le creux de tes mains
Mais tu sais attendre
Le parfum des jardins
Car tel un long chemin
Aussitôt tu les peins


Tu nous emmèneras
Loin de tous nos soucis
Sur cet océan-là
Où jadis tu partis
Pour un ailleurs fleuri
Par tes mains amaigries


Wang-Fô tu es si bon
Esprit si généreux
C’est toi la vraie leçon
Que nous a donnée Dieu
Car ton coeur courageux
Reste pauvre mais bleu


Tu n’as jamais vendu
De tableaux alentour
Le corps à moitié nu
Au monde tu donnes
Les couleurs de l’amour
Et puis tu pardonnes



Je suis le très vieux peintre Wang-Fô
J’aime traverser le monde à pied
Pour semer le riz de mes tableaux
Dans les yeux gris des enfants blessés





1989_______________Poème inspiré par une nouvelle de Marguerite Yourcenar : “Comment Wang-Fô fut sauvé”, elle-même inspirée par un vieux conte chinois (collection Folio cadet n° 67).





RESTE
VIVANT_________




Tu vis la mort dans l’âme
Comme la naissance
D’une âme sans vie



Tu vis la mort dans l’âme
Comme la souffrance
D’un coeur sans voix



Tu vis la mort dans l’âme
Comme l’absence
D’un amour sans espoir



Mais pourquoi mourir
Lorsque l’âme vit
Lorsque le coeur chante
Lorsque l’amour crépite ?



1995_________________________




AMOUR
INCRUSTÉ____________


(À ceux et celles qui
pratiquent l’art de l’icône)


Tu peins
Avec les gouttes
De ton coeur
Larmes d’or
Sang d’esprit
Sainteté


Tu peins
Avec les rêves
Sculptés dans le réel
Oiseau rare
Alcyon qui pond
Mille oeufs de lumière


Tu peins
Avec les rênes
De ta vie
Maître du sillage
De l’amour semé
Au creux de l’icône


Tu peins
Avec l’essence
De ton âme
Imprégnée de Dieu
Embaumée d’univers
Éprise d’idéal serein




_______________________________________________________


ANCRE D'AMOUR
ENCRE DE VIE_________

Dédié à mes amis écrivains et poètes



Jaillissement d’une plume
Appelée par une étoile
Souviens-toi de la rive
Qui t’inspire à l’infini


Jaillissement d’un rire
Sorti d’un coeur d’enfant
Souviens-toi de ce ciel
Qui nous scrute à la racine


Jaillissement d’une fleur
Offerte à la lumière
Souviens-toi de l’amour
Qui sublime l’encre noire


1995________________________________________________






“Voyez, mes frères,
le printemps est venu.
La terre a reçu l’étreinte
du soleil, et nous verrons
bientôt les fruits
de cet amour.”

Sitting Bull,
chef sioux hunkpapa (1875)____________


s“L’enfant doit savoir qu’il ne doit pas toucher
la flamme éclatante qui l’attire tant.
De loin elle le réchauffe et
illumine son coeur ;
de trop près,
en cendres
elle le réduirait.
Un seul dans ce coeur
peut sans crainte résider ;
car il est le rayon qui l’a bien allumé.
Il est la salamandre qui dans le feu renaît.”


La Mère (Pondichéry)
27 Mars 1917 / “Prières et Méditations”



________________________________________________________________________





CHAQUE VIOLON EST UNE FORÊT_________________________




Chaque violon est une forêt
Dans laquelle grandit le bonheur
Dans chaque forêt bat un grand coeur
Un son qui vit dans l’arbre qui naît
Homme forestier fais attention
Ne renverse pas l’érable d’or
Recueille seulement le bois mort
En attendant que sève soit sons



Chaque violon est une prairie
Dans laquelle s’ébroue un cheval
Dans chaque prairie crie un archet
Un arc dans le poulain qui naît
En son âme la joie dévale
Par mille notes et sons fleuris
Au-delà des orages la vie
Prend pied dans l’amour d’un animal



Chaque violon... une colline
Dans laquelle s’ébat un enfant
Dans chaque colline... un mendiant
Et un vieil homme qui jardine
Ce sont les rêves du musicien
Qui cultive pour l’amour des siens
Mille arc-en-ciels de hautes ondes
Apaisant le coeur gris du monde




1992______________



L’ARME
DE PAIX________







À toi
Qui mit des épines
Dans mon coeur
Je t’offre
Cette rose sans ronces
Pour défaire
Les tempêtes sans fin
De la souffrance
Qui ronge ma Terre



À toi
Qui mit des sabres
Dans mon âme
Je t’offre
Cette épée sans épines
Pour annuler
Les guerres sans fin
De la haine
Qui tue ma Terre



À toi
Qui mit des bombes
Dans ma vie
Je t’offre
Cet archet sans flèches
Pour faire la Paix
Et enterrer la hache
De la rancune
Qui hante ma Terre




1995__________________________________________


VIOLON DE VIE________



À mon violon et aux
violons du monde entier




Arc d’amour
Violon au coeur pur
Tu sillonnes les âmes
Pour que la joie rayonne
En roses rouges de vie


Arc de vie
Flèche touchant la sève
Pour ramener aux racines
Le ciel des rêves
S’abreuvant au Soleil


Arc du Soleil
Archet de lumière
Tu viens des étoiles
Nous parler de la trêve
En rosée de paix


Arc de paix
Tu caresses les ouïes
Transperçant les êtres
Jusqu’au chant intime
Du violon intérieur


Arc de l’intérieur
Tu nous offres l’ultime
Pour dépasser les rêves
En leur rendant l’espoir
Réalité de l’amour




1996__________________________________________






CRI
DE PAIX______________________________





Jamais plus tu n’emprunteras
Les ponts ornés de bonsaï
Toi qui mourus à Nagasaki
Du vol d’un oiseau noir
Enfoui dans l’enfer éclaté


Jamais plus tu n’emprunteras
Les toits fleuris de violonistes
Toi qui mourus à Auschwitz
Dans le four de la haine
Attisée au creux de l’atome


Jamais plus tu n’emprunteras
Les rues étoilées d’enfants
Toi qui est mort à Sarajevo
Porté par ton coeur vers le coeur
De la souffrance irradiante


Mort d’un médecin
Ou mort d’une mère
Mort dans l’éclat d’une bombe
Ou dans un camp de concentration
Morts sur la route
De la vie
Au carrefour des haines
Je vous pleure
Dans l’amour de mon coeur
Je vous pleure
Sur les cimes de l’espoir


1995______________________________________








CONCERTO
POUR LA PAIX____________________________

Dédié à feu Yehudi MENUHIN
et à Miguel Angel ESTRELLA





C’est un voyage
Que nous risquerons
Dans les images
D’un globe tout rond

Nous nous en irons
Dans mille pays
Pour créer le pont
D’une mélodie

Entre les rires
Des petits enfants
Et le sourire
Des bleus océans

Car toutes les mers
Chantent ensemble
Dans les rivières
Qui les rassemblent

Et puis chaque enfant
Sans aucun doute
Est une goutte
Dans l’immense chant

Qu’il vienne d’ici
Qu’il vienne d’ailleurs
Il chante la vie
Semant le bonheur

Oui nous partirons
Sur les verts chemins
Échanger les sons
De nos gais refrains

Car nous le savons
Que la musique
Est un clair lagon
Vraiment magique

Elle est le vieux port
De toute amitié
Comme un long accord
Né d’éternité

Elle est la crique
Aux doux messages
Si fantastiques
Des plus grands sages

Elle nous donne
Les clés d’harmonie
Du monde infini
Qui nous étonne

Elle est l’arc-en-ciel
De toutes les vies
Et la merveille
De notre ouïe

Elle nous unit
Car elle est celle
Qui fleurit le lit
De notre âme en ciel

Oui nous partirons
Au seuil des maisons
Pour donner le son
De mon violon rond

Ton saxophone
Et la guitare
Seront les phares
Du téléphone

Où nous chanterons
Pour le monde entier
Frissons en chansons
Regards échangés

Nous sommes frères
Soeurs mères pères
Dans la conquête
De la planète

Pour qu’une vraie joie
Regagne les coeurs
Et qu’un grand émoi
Gomme le malheur

Pour qu’une vraie paix
Soit reine partout
Et que plus jamais
Ne passe les roues

D’un lourd char d’assaut
Sur un frêle enfant...
Prends donc ton saxo
Joue à tous les vents

Fleuris ton violon
Et sors de chez toi
Pour donner le ton
À toutes les voix

Cueille ton piano
Et sème l’amour
Peins toujours plus haut
La couleur des jours

D’un globe en larmes
Qui soudain sourit
Devant le calme
D’une mélodie





Avril 1991_______________ Poème écrit avant mon voyage autour du monde après avoir remporté le premier prix du concours “Exploit autour du monde” organisé par le Forum des Voyages de Grenoble en 1990. Mon projet gagnant était de rencontrer des enfants d’autres pays à travers la musique, langage universel, et de communiquer avec eux des chansons de paix et d’amitié, des musiques d’harmonie et de fraternité. Ils me
chantaient leurs chansons et je leur faisais écouter des enfants d’autres pays. Vous pouvez lire le poème “Troubadour chante avec amour” qui relate ce voyage.






TROUBADOUR CHANTE AVEC AMOUR__________________________

À tous mes petits amis, enfants du Dauphiné
et du monde, enfants de Nouméa ou de Papeete,
avec qui j’ai partagé la chanson de Renée Mayoud :
“Qu’importe d’où l’on vient pour devenir amis, pour inventer
demain et faire chanter la vie aujourd’hui” (“Enfants d’ici et d’ailleurs”)




Troubadour chante avec amour
Ton oreille avec le soleil
Mon violon voyage toujours
Ma voix est comme l’abeille
Elle a butiné mille fleurs
Semant le pollen du bonheur
Dans le coeur de tous les enfants
Rencontrés autour du monde
À nouveau la joie m’inonde
Je revois leurs yeux innocents


Troubadour chante avec amour
Te souviens-tu à Tahiti
Ces danseuses dans leurs atours
Après l’humble Californie
Nous surfions dans les écoles
Tels des colombes en envol
Je distribuais des chansons
D’amitié, de fraternité
En pétales éternisés
Par toi mon ange compagnon


Troubadour chante avec amour
Tous ces enfants nous ont aimés
Car la musique est sans détour
Leurs sourires nous ont épiés
De San Francisco à Sydney
Écoutant le son de la paix
D’un enthousiasme satisfait
Car ils ont soif de messages
Emplis d’ardeur, de partage
Pour un monde pur sans délai


Troubadour chante avec amour
Tout en égayant les âmes
Jeunes, vieilles, la nuit, le jour
De sons aux coeurs-oriflammes
S’envolant d’une flûte hardie
Capable en une mélodie
D’embraser la terre entière
Par un feu de joie éternel
Brûlant les scories du réel
Dans un canon sans frontières


Troubadour chante avec amour
Des mots pleins de fraternité
Sa décision est sans retour
Il suit sa route, critiqué
Mais sait que le soleil brille
Lorsqu’il cultive ses trilles
Il sait que les coeurs le suivent
Vers un avenir de refrains
Où vivront toujours les jardins
Pour que le meilleur arrive


Troubadour chante avec amour
Te souviens-tu à Djakarta
À Nouméa et Singapour
Les enfants dansaient sur nos pas
Les Tahitiens nous ont fleuri
Par colonnes nous ont chéri
Vois-tu dans l’île de Corfou
Ce grec ancien dans sa maison
Qui riait avec mon violon
Comme un enfant joyeux et fou


Troubadour chante avec amour
Dans le feu de l’espérance
Plus sage que le passé lourd
De guerres et de souffrances
Tous les coeurs battent ensemble
Rythmant la vie qui rassemble
Cinq milliards d’humains sur Terre...
Puissent les cordes de la Paix
Jouer sans fin et sans arrêt
Que l’avenir soit lumière !




____________________________ 1993__




LE VIOLON MAGIQUE_______________________

À tous les amoureux du violon



1. Ton violon a une âme______

À ma mère et à son père Lucien




Un jour un vieil homme m’a dit :
“Ton violon a une âme”
En regardant ses cheveux gris
J’ai entendu “une dame”


Je jouais souvent pour elle
Avec mes rêves et mes sons
Dans la demeure du soleil
Embellie de mille chansons


Puis le vieil homme est parti
Avec son âme dans le ciel
Durant la nuit je me suis dit
Il s’est envolé près d’elle !






2. L’âme de mon violon___________

À William Garcin,
Olivier d’Icarie,
Pierre Marinet,
violonistes sur
mon chemin




Elle est la dame du lac d’or
Et je suis son preux chevalier
La musique est mon doux trésor
Mon bel archet est une épée


Mon violon est un cheval
Avec lui j’enchante Terre
Afin d’effacer tout le mal
Gomme sonnant sans frontières


Le lac sans fond c’est l’univers
Où les sons construisent la vie
Vagues bleues d’une rivière
Descendue du Grand Paradis





3. L’archet magique_________

À
Jean Quiliquini
Anne-Charlotte Gérard
Violette Meunier-Carus
Ludivine Seigle-Vatte
Caroline Michel
Chloé Manceau
Marine Bodin
mes élèves
en violon



Bienveillante est le doux surnom
De ce sabre fier de la paix
Replongeant dans son clair lagon
Si nos pensées sentent mauvais



Car l’archet ne supporte pas
Le malheur et la souffrance
Il joue par-delà les tracas
Pour que tout le monde danse



C’est un bâton si magique
L’âme du lac nous le donne
Pour enrichir d’harmoniques
Toutes les vies qui résonnent



4. L’archetier_____________


À André Faynot, violoniste et peintre,
mon élève d’une septentaine d’années




L’archetier est comme Merlin
Il connaît les plus fins secrets
Et l’art de rassembler le crin
Pour faire le plus bel archet


Il sait découvrir le cheval
D’ou naîtra le fringuant objet
Ensemble ils galopent en aval
Traversant sept mille forêts


Le pernambouc est le doux bois
De ce petit arc épique
Qu’il doit rechercher avec foi
En plein coeur de l’Amérique


__________________________________1992___________




LE MUSICIEN ET
L'HOMME POLITIQUE___________

Poème adressé à l’ensemble des hommes et des femmes
politiques, de quelque parti qu’ils ou qu’elles soient




Dans la rue un musicien
Rencontra un jeune homme
Qui le prit pour un vieux chien
Lui lançant une pomme

Cet homme gagnait beaucoup
En gouvernant sa ville
Il avait un fier bagout
Sachant manier ses billes

Il était politique
Maire bientôt ministre
Souriant des critiques
Évitant les yeux tristes

Ce matin-là vraiment chaud
Il posa sa cravate
Sa veste et son chapeau
Et prit son jeu de cartes

Un roi de pique sortit
Et il pensa à son coeur
Puis à tous ses ennemis
Verdissant soudain de peur

Car il entendait un son
Qui l’entourait de partout
Bondissant comme un ballon
Il pensa devenir fou

Le violon était si clair
Qu’il nettoya ses erreurs
L’homme fit marche arrière
Pour faire notre bonheur

Il brûla ses factures
Faux papiers et mensonges
Et vendit ses peintures
Pour que les pauvres mangent

Il donna l’argent sale
Déblanchi par la drogue
Pour fleurir de pétales
La naissance d’un orgue

Il enleva sa veste
Pour jamais ne la tourner
Ayant sauvé le reste
De toutes ses qualités

Depuis ce matin il sut
Qu’une pomme toute nue
Peut bien faire à notre insu
Triompher l’homme des rues !

1992__________________________________




QUATUOR UNIQUE___________

À Heïdi Harrison, Nathalie Broll, Étienne Houssay
et à William Garcin, notre professeur de Musique de
Chambre au Conservatoire de Musique de Grenoble





Il est un quatuor semblable à tous les autres
Avec deux violons, un alto, un violoncelle
Quatre rires et quatre archets au crin d’apôtres
Jouent en choeur écoutés par huit fines oreilles
Il y a aussi huit grands yeux qui se regardent
Dans l’échange d’un monde où les mots se lézardent
Bref c’est un quatuor qui ressemble à ses frères
Formant le carré d’une musique ensoleillée
Par les quatre sourires d’âmes émerveillées
Ainsi cet ensemble est unique sur la Terre !

Unique parce que ses membres sont uniques
Dans l’immensité de l’éternelle symphonie
Unique parce que chaque note est unique
Dans la multiplicité des mondes infinis
Et qu’à la mort de ses quatre membres ou d’un seul
L’ esprit de notre quatuor sera au linceul
Cet ensemble charmant ne jouera plus comme avant
Il ne chantera plus alors la complicité
De ces quatre vies se démêlant dans l’amitié
À travers l’enthousiasme merveilleux du printemps

Ce fut une journée d’automne quatre-vingt-deux
Qu’une main invisible rassembla ces êtres
Ils apprirent à se connaître tous quatre heureux
De travailler ensemble avec les clés d’un maître
Il s’appelait William et leur enseigna la joie
De jouer “les Quintes” et l’Alouette” en rois
En souriant à Haydn et à Beethoven
Heïdi, Nathalie, Étienne et Anne-Chloé
Ont fait un long voyage durant toute une année
Où chaque réunion fut une étape reine

Ils ont mêlé leurs noms en un nom si unique
Que nul oeil ne le verra jamais, invisible
Il est imprononçable au coeur de la musique
Où quatre coeurs ont vécu le bonheur possible
De partager une oasis dans un grand désert
Traversant les tempêtes sans recevoir d’éclairs
Or ils ont dû se séparer un jour gris de juin
Car au détour de leurs vies une des quatre âmes
Lorsque j’y repense aujourd’hui mon coeur se pâme
Dût dire adieu aux trois autres pour partir très loin

C’était Heïdi qui venait des Amériques
Et qui devait retourner dans son pays lointain
Nous étions tristes après ces mois fantastiques
Nos instruments en deuil étaient emplis de chagrin
Lorsqu’elle partit, dans un nuage de regrets
Nous vîmes jaillir un arc-en-ciel beau et secret
Que depuis nous avons conservé en notre esprit
Par-delà le grand océan qui nous sépare
Si un jour se recroisaient ici-bas les regards
Notre fier quatuor s’entendrait à l’infini !


1993__________________À la mémoire de ce quatuor unique formé en 1982



“Aimer vraiment quelqu’un
C’est découvrir qu’il est unique.”







FEMMES DU VERSEAU______________________



À mes âmes-amies : Annie, Maïra, Héllè, Gisèle, Mireille, Monique, Gisela, Annie, Nathalie, Hélène, Anne-Marie, Chantal, Marhèse, Olga,Solange, Geneviève, Marianne, Marie, Manou, Aimée, Fabienne, Henriette, Denise, Emmanuelle, Marie-Dominique, Anne, Ghilaine, Agathe, Simone, Isabelle, Khristel, Agnès, Jacqueline, Noëlle, Marguerite, Chris, Madeleine, Pierrette, Élisabeth, Raymonde, Patricia, Maria, Françoise, Nicole, Ghislaine, Maëlle, Sylvie, Bernadette, Odile, Huguette, Édith, Danielle, Magali, Josette, Claude, Suzon, Laurette, Annick, Josiane,
Roselyne, Viviane, Christine, Sandrine, Rose, Claire, Marie-Françoise, Anne-Charlotte, Christiane, Maïté,Jacinthe,Cécile,Renée,Corinne,Catherine, Françoise, Éliane, Polka, Josiane, Élise, Suzanne, Fernande, Murielle, Éva, Renée, Charlotte, Martine_____________





Au fil de l’eau
Couturières d’éternité
Nous voguons vers les cieux
Tout en haut de la vague


Au creux de la vague
Tisseuses de sérénité
Nous nous accrochons
Aux falaises d’une chute


Tout en haut de la chute
Tricoteuses d’humanité
Nous sommes prêtes à sauter
Dans les bras de l’océan


Sur le bord de l’océan
Jardinières d’immensité
Nous voguons vers le large
Sur le fil de notre rivière intérieure




1994_____________________________________




MAÏRA______________À ma mère____________





Un jour vint l’hiver
Sous les grands arbres verts
Il faisait vraiment très froid
Partout dans la forêt

Une femme vivait là
Avec ses deux enfants
Sous le grand hêtre
Près du tronc chaleureux

Lorsque vinrent les glaces
Elle sut qu’ils devaient partir
Fuir au bout du silence
Au pays du Grand Soleil

Ils s’en furent avec courage
Quittant leur verte contrée
Sans repos et sans halte
Surmontant tous les dangers

Ils passèrent torrents et déserts
Montagnes et sombres forêts
Marchant durant huit semaines
Jusqu’au neuvième jour

Le Soleil apparut à leurs yeux
Et les inonda de lumière
Il les embrasa de son feu
Et leur donna sa magie

Il les fit monter tous trois
Dans sa demeure céleste
Dans la maison solaire
La grotte sacrée de Râ

Et c’est ainsi
Que la jeune femme
Devint Maïra
Mère de cinq étoiles




ÊTRE UNE FEMME_________




Être une femme
rose sur un ciel d’amour
envahie de feu
aux carrières de l’avenir


Être une femme
belle parmi les étoiles
épanouie aux rayons
du soleil levant


Être une femme
aux carrefours de l’Amour
envahie de sérénité
lumière d’éternité


Être une femme
sans voile ni amertume
voguant dans l’allégresse
d’un ailleurs adamantin


Être une femme
chevalier d’un futur proche
qui prend racine
au coeur de la pureté


Être une femme
l’âme de la Terre
la mousse des arbres
l’écume de l’infini


Être une femme
sur les sommets les plus hauts
noblesse de l’Univers
joie des galaxies


Être une femme
par mille pardons semés
sur le sentier des âmes croisées
jusqu’au don de son être


Être une femme
générosité d’un fruit
tendresse de l’extrême
par-delà le doute


Être une femme
ivresse des montagnes
sur les ailes d’un aigle
fidélité sans limites


Être une femme
cadeau du ciel
cordes qui vibrent
coeur d’enfant



Être une femme à l’infini



1993_____________




MOITIÉS JUMELLES____________________



Ô femme musulmane
Tu es la moitié jumelle
De l’homme qui prie
Ô femme musulmane
Tu es reine d’amour
Dans le palais de ton Dieu
Ô femme musulmane
Rencontre ta soeur en Christ



Ô femme chrétienne
Tu es la moitié jumelle
De l’homme qui prie
Ô femme chrétienne
Tu es reine d’amour
Dans le palais de ton Dieu
Ô femme chrétienne
Rencontre ta soeur en Mahomet



Ô mes soeurs
Rencontrons-nous en Dieu
Nous les moitiés jumelles
Des hommes qui prient
Nous les reines d’amour
Dans le palais sacré
Donnons-nous la main
Et tendons la paix
À nos moitiés de vie
Car l’Homme porte la vie
Et la Femme engendre l’espoir





1995____________________________________________________


TOUS ET TOUTES______________




Tu les as tous réunis
Tous debouts à Assise
Ils sont tous venus
Le monde n’y croyait plus

Ils sont tous venus
Tous les chefs religieux
Chefs indiens et Dalaï-Lama
Imams et Rabbins

Tous les chefs religieux
Étaient près de toi
Pour prier ensemble
La même prière

La même prière
De la paix qui naît
Au sein de l’humanité
Réunie en un seul bouquet

La même prière
Reprise en choeur
Par toutes les femmes
Qui prient dans l’ombre

Un jour viendra
Sur le sol d’Assise
Où les chefs religieux
Se salueront... hommes et femmes

Sur le sol d’Assise
Les épouses de Dieu
Relèveront le voile
De la colombe en larmes



Septembre 1996_____________________________en mémoire de la rencontre à Assise (1986) avec le Pape Jean-Paul II







ÉTOILE DE MÈRE_____________ pour les mamans



Tu es sa mère
Et lui est là
Au creux de tes mains
Déposé par l’Aurore

Il est ton enfant
Et tu es là
Tout au fond de ses yeux
Chavirée par l’Amour

Vous êtes reliés
Par le fil des étoiles
Dans le coeur du Soleil
Les oiseaux chantent

Un jour éloigné du nid
L’oiselet déplie ses ailes
En une salve de lumière
Il offre la Lune à sa mère

Elle ouvre alors les mains
S’envolent mille oiseaux
La liberté est belle
Lorsqu’elle est partagée

Lorsqu’il est enfant
Ne l’abandonne pas
Quand il sera grand
Ne le retiens pas

Toute mère est une mer
D’amour orchestré
Pour pousser l’enfant-vaisseau
Vers son chemin d’étoile... de mère


1996____________________________________________________







PRISME DE MÈRE_________ en hommage à La Mère de Pondichéry





Lorsque je regarde en moi
Je vois Jésus qui prie
Par une des fenêtres de mon coeur
Et à chacune des fenêtres
De mes larmes en prière
J’aperçois Marie en miroir
La Mère du Ciel en reflets


Lorsque je regarde en moi
Je vois Bouddha qui prie
Par une des fenêtres de mon âme
Et à chacune des fenêtres
De mes cellules en prières
J’aperçois la Mère en miroir
La Mère du Monde en reflets


Lorsque je regarde en moi
Je vois Moïse qui prie
Par une des fenêtres de mon corps
Et à chacune des fenêtres
De mes organes en prières
J’aperçois la Terre en miroir
La Terre-Mère en reflets


Lorsque je regarde en moi
Je vois Mahomet qui prie
Par une des fenêtres de mon être
Et à chacune des fenêtres
De ma mosquée intérieure
J’aperçois mille femmes en prière
La Mère du Monde en vérité





LA DAME À LA LICORNE________________

Poème inspiré par la célèbre tapisserie
de la Dame à la Licorne et dédié aux amoureux


Tu es mon seul désir
Mon seul amour mon Tout
Tu es mon sourire
Je te suivrai partout

Le temps n’existe plus
Le feu est dans mon coeur
Mon âme est mise à nue
En un cri de bonheur

Pourquoi es-tu si loin
J’entends ta voix si près
Dans les fleurs du jardin
Qui m’enivrent de paix



Tu es mon seul désir
Ma passion mon sommeil
Tes cheveux s’étirent
En eux je m’éveille

Le lion est force
De l’attente sacrée
En lui je m’efforce
De ne pas te pleurer

La licorne pure
Protège notre amour
Elle donne l’armure
La victoire pour toujours


Tu es mon seul désir
Le soleil de ma vie
Trésors de l’avenir
Fleurissez notre lit

Le chêne et l’oranger
Sont nos arbres de joie
Comme un fruit partagé
Au sommet de la foi

Sous le toit du futur
Je t’attends sans répit
Les fruits rouges sont mûrs
Viens à moi je t’en prie




__________________________________

GOD BLESS YOU_________Dieu vous bénisse


Dédié à feu Chantal et à tous ceux
que le désespoir inonde un jour





God bless you
Amie ne te blesse pas
Au chaos de la vie
Ne t’égare pas
Dans les lignes de tes mains

God bless you
Amie ne te blesse pas
Aux cactus du désert
Donne ton coeur au soleil
Il te rendra l’espoir d’aimer

God bless you
Amie ne te blesse pas
Sur les rêves perdus
Embrasse la terre vivante
Et remercie pour la lumière

God bless you
Amie ne te blesse pas
Par le désespoir qui t’inonde
Sois la rivière de joie
Parcourant tes cellules



God bless you
Amie tu t’es blessée
Que Dieu te pardonne
Qu’il pardonne à tous ceux
Qui se blessent un peu ou à jamais






Août 1996______________________________________


LE VIOL
DE LA COLOMBE_____________


Dédié à toutes les femmes d’ex-Yougoslavie
meurtries dans leur chair, dans leur âme, dans leur être







À l’aube d’un nouveau siècle dit spirituel
Nous savons que deux cent mille femmes sont violées
Toutes musulmanes, si jeunes, c’est irréel
Atrocement violentées par de lâches guerriers


Si toutes ces colombes criaient leur colère
Ensemble elles deviendraient telles des lionnes
Mais elles sont cloîtrées dans l’horreur d’une guerre
Traquées en des lieux où les armes déraisonnent


Ces armes appartiennent à de sombres corbeaux
Pensant vaincre l’ennemi en violant les dames
Mais c’est la honte qui les jettera au cachot
Quand à la mort la conscience juge notre âme


À l’aube d’un nouveau siècle dit spirituel
Trouons le silence pour sauver l’innocence
Ne levons pas seulement nos regards vers le ciel
Battons-nous sans répit contre l’indifférence



1993___________________________________________




CHAÎNE D'AMOUR________________

Dédié à feu mon grand-père Jean-Louis Laroche
à Éva, à sa maman Fabienne, à ma belle grand-mère Henriette






Éva est née
petite-fille de mon grand-père
elle est ma cousine
lui est mort juste avant


Jean-Louis était de roc
papy de Résistance
torturé dans les camps
concentration d’horreur


Il est revenu l’âme en peine
mais il a cru en la vie
il voulait aimer à pleine joie
échappé du sordide


Éva est née
fille de sa propre fille
elle continue le chemin
qu’il a laissé sur terre


Il gardait la souffrance
tout au fond de lui
les déceptions de sa destinée
les tortures infligées


Les mutilés de guerre
sont des plaies ouvertes
où chaque épreuve
vient renforcer la douleur


Éva est née
elle apporte le sourire
à trois femmes en deuil
à une lignée sans fin


Elle vient comme tous
nous venons au monde
à la suite d’une chaîne d’amour
où chaque maillon est rencontre


Rencontre de deux lignées
par lesquelles l’arbre grandit
s’épanouissant jusqu’à la cime
où nous rejoignons nos ancêtres


________________________________________________________Octobre 2000




LA NÉBULEUSE DE LA ROSE________________

à Sacha Dulic, le plus jeune astronome de France
à toutes les femmes poétesses de la Nébuleuse de la Rose
à la Nébuleuse de la Rose qui existe réellement dans le Ciel




Au coeur de la Nébuleuse de la Rose
Se trouve une âme si belle qu’elle embrase
Tout l’univers avec le ciel de sa prose
Lorsque l’étoile du matin lit ses phrases
Des années-lumière chantent sur la Terre
Et par-delà les galaxies millénaires
Vibre sa voix lactée tel un cri de femme
Qui sait ce qu’elle veut et que Dieu veut aussi
La Paix dans le monde jusqu’aux mille aphélies*
Du zénith au nadir dans toutes les âmes

L’Univers n’est pas né d’un hasard aussi grand
Que les millions de galaxies qui respirent
Au-dessus de nos têtes d’éternels enfants
Devant la beauté, l’harmonie du navire
Sur lequel nous sommes frères d’équipage
Pour élever les voiles d’un long voyage
Celui du Temps s’étirant comme l’Aurore
À travers l’ostensoir des météorites
Traversant le coeur d’une âme en orbite
Celle de notre Terre aux larmes emplis d’or

Devant les étoiles vit un astronome
Il s’appelle Sacha et aime l’Univers
Sans savoir que derrière se cache un Homme
Qui l’aime et régit les océans et les mers
Ce grand être est la force la plus immense
Certains l’appellent la Vie, d’autres l’encensent
Comme le Créateur des ciels et des terres
En fait Il est le souffle et nous donne l’Amour
L’amour de notre chemin, d’avancer toujours
Jusqu’aux frontières de l’Espoir loin des guerres



1993_______________________________________________________

*Une aphélie est le point de l’orbite d’une planète le plus éloigné du soleil.





TERRE D'ADUL-TAIRE____________


Elle avait dix années et elle aimait son père
Mais elle faillit mourir quand elle vit le désastre
Son papa était une étoile peu ordinaire
Ayant besoin de deux femmes autour de son astre


Or il n’éclipsa pas sa dame pour une autre
Mais amena une intruse au foyer devant tous
Bien sûr la petite ne fut pas son apôtre
Ses oeillades pour l’amante n’étaient pas douces


L’enfant voyait les yeux de sa mère si tristes
Qu’en son jeune coeur le feu d’un volcan l’incendiait
Heureusement le ciel mit fin à ce sinistre
Elle pria pour que cela ne revienne jamais


Ô parents, si vous souhaitez vivre un autre amour
Réalisez-le au plus haut de la montagne
Ne le faites pas devant vos enfants en plein jour
Pour eux vos deux mains enlacées seraient le bagne !



Janvier 1993____________________




CROIRE OU NE PAS CROIRE________________________




Mon ami, crois-tu en une survie après la mort ?
L’essentiel n’est pas de croire mais d’être soi-même
Dans le meilleur de son âme tout en restant d’accord
Avec la philosophie que l’on suit, que l’on aime
Au-delà des mots, des idées, de mille concepts
Dont beaucoup d’êtres humains se sont fait les adeptes.
Tu sais plus que tu n’en dis, d’autres disent sans savoir
N’écoute que ton coeur et la lumière de ta vie
Nous sommes sur une route qui mène au paradis
Rêver à lui n’est pas l’essentiel de ton histoire


Mon ami, crois-tu en l’existence de l’Architecte ?
L’essentiel n’est pas d’y croire mais d’être sous son toit
Comme un enfant curieux qui apprend et qui détecte
Les trésors enfouis dans le vieux grenier avec émoi
L’amour se trouvant dans son coeur pour la Terre entière
L’envie de tout savoir de l’intérieur d’une pierre.
Ceux qui ont eu la chance de revenir d’un coma
Après leur passage de l’autre côté de la vie
Parlent tous de l’importance d’offrir son coeur ici
Maintenant et toujours, en ouvrant nos yeux et nos bras


Mon ami, crois-tu au bel amour de ton étoile ?
Elle te parle tout bas et te suit fidèlement
Sans fin elle te protège par-delà le voile
Qui empêche les humains de lire le firmament.
Elle est la source de ta vie et te prend par la main
Pour t’emmener vers l’espoir, le plus fleuri des jardins
Te donnant sa lumière et le courage d’avancer
Sur ce long chemin qui te mène au palais de l’Amour
Celui pour lequel tous les êtres s’enchantent un jour
Cet arc-en-ciel qui entoure l’Univers de ses clés




1993____________________________________________________




CORDÉE D'ANGE_____________


Attrape la corde de mon âme
Mon ange
Et attache-la en croix
À l’étoile blanche
Qui trace ma vie
Comme une charrue
Dans les lourds sillons
De mon sang lacté
Déposé en pluie d’or
Sur mon front serein
Ridé de lumière


Attrape la corde de mon âme
Mon ange
Et passe-la moi autour du coeur
Je te suivrai sur les chemins
Du sentier court
Et escarpé
Comme un âne sacré
En route vers les sommets
De l’absolu
Suivant son guide
Pas à pas fidèlement


Attrape la corde de mon âme
Mon ange
Et accorde-la en joie
À l’orchestre divin
Afin que le violon de mon coeur
Gomme la tristesse
Qui l’envahit parfois
Comme un nuage nostalgique
De l’harmonie céleste
Qui règne parmi les anges
Et entre les hommes sages


1995________________________________________________



LE PAIN DES ANGES_________________________


Dédié à mes amis musiciens et compagnons de concert :
François Bourbon, accordéoniste,
Lucien Foucart et Jérôme Chartier, guitaristes,
Yves Crosat-Mestrallet : orgue et accordéon




Le pain des Anges
C’est la main bleue
Que tu tends
À celui qui a faim
C’est le sourire offert
Au coeur blessé
Décapité


Le pain des Anges
Ce sont les larmes
Qui coulent en dedans
Devant la souffrance éperdue
Des femmes violées
Par la folie de vils soldats
En rut de vengeance ethnique


Le pain des Anges
C’est le chant qui s’élève
Au coeur de la forêt
Pour que tous les troncs du monde
Se transforment en arbres à pain
Afin que chacun mange
À sa faim


Le pain des Anges
C’est cette musique céleste
Sortie tout droit de l’océan
Pour bercer tous les enfants
Ceux qui prient et ceux qui rêvent
Ceux qui rient et ceux qui souffrent
Ceux qui ne veulent plus manger


Le pain des Anges
C’est ton âme dans mes yeux
Lorsqu’elle brille de joie
D’amitié, de partage
Quand nos doigts de couleur
Pointent avec rage
Vers l’horizon de l’espoir


Le pain des Anges
C’est la flamme dans vos yeux
Vieillards et tous les ancêtres
Fiers d’être antiques et vrais
Cheveux blancs et gris d’argent
Cette crinière qui s’élève
En drapeau d’humanité


Le pain des Anges
C’est la harpe et le violon
La guitare, l’accordéon
Le chant du Paradis
Au jardin des exclus
Car ceux qui n’ont rien
Ont soif de nourriture céleste


1996_______________________




HOUX
D'AMOUR________________________




Marie ma joie
à tes pieds
je dépose mon houx
la haine incrustée
dans les gènes
d’un autrui collé
à mon âme



Marie ma vie
à tes pieds
je dépose mon gui
boules d’étoiles accrochées
à l’âme des saints
sève d’un chêne
jailli de l’amour



Marie ma paix
à tes pieds
je dépose mon lierre
en couronnes d’espoir
accouru du désert
pour clamer à la terre
le courage des anges




1995___________________________________






PAROLE
D'ANGE____________________




Lorsque tu vas sur le chemin
et que tout bascule

Lorsque tu croises le diable
derrière les barreaux d’une secte

Lorsque tu songes à mourir
pour t’échapper de prison

Lorsque tu pleures des larmes de sang
devant la haine éclatée

Lorsque tu cries devant les forêts mortes
et que le silence revient en écho

Lorsque tu vois la mer qui monte
à cause d’une pollution admise

Lorsque tu marches dans le cimetière
de tes amis emportés par le sida

Lorsque tu cours vers celle qui est partie
parce que le cancer a pris son âme

Lorsque tu penses à l’enfant violé
qui sommeille en ton passé intérieur

Lorsque ton être est déchiré
par la mort de ton enfant



Regarde le ciel et
suspends-y tes ailes____________________ (8 Mars 1996-Jour de la Femme)







ACCOUCHER
DE SOI-MÊME___________




Accoucher de soi-même
Comme on accouche d’une étoile
C’est l’histoire du monde
À l’échelle d’une fourmi
Car la fourmi est un monde
Qui accouche d’une échelle
Pour grimper jusqu’au firmament


Accoucher de soi-même
Comme on accouche d’une échelle
C’est l’histoire du monde
En balance avec lui-même
Car lui-même est un monde
Qui accouche d’une balance
Pour rester en équilibre


Accoucher de soi-même
Comme on accouche d’une balance
C’est l’histoire du monde
Qui a le compas dans l’oeil du soleil
Car le soleil est un monde
Qui accouche d’un compas
Pour tout arrondir


Accoucher de soi-même
Comme on accouche d’un compas
C’est l’histoire du monde
Qui cherche l’équerre de la croix
Car la croix est un monde
Qui accouche de la souffrance
Pour atteindre l’Amour



1995___________________________________






TRINITÉ SOUFIE__________________________





1. À la tombée du jour




Allah tombé du jour
je renais en Toi
comme un papillon
découvrant les couleurs
de l’Aurore en lui


Allah tombé du jour
je fusionne en Toi
au coeur de ma nuit
où tu es là me portant
le trésor de ta solitude


Allah tombé du jour
je ressuscite en Toi
par tes mains qui s’ouvrent
dans le lotus de mon âme
qui prie sur le tapis du Ciel






2. À la grâce de Dieu


Allah Grâce de Dieu
Éclaire les hommes
Et ne les laisse pas se battre
En ton nom d’infini

Allah Grâce de Dieu
Éclaire notre monde
Et ne permets pas que les fleurs
Meurent sous le feu des balles

Allah Grâce de Dieu
Éclaire les mosquées
Et n’empêche pas les femmes
De prier devant ta flamme

Allah Grâce de Dieu
Éclaire mes frères
Et ne punis pas leurs égarements
Dans l’indulgence de ta clémence

Allah Grâce de Dieu
Éclaire la Terre
Et ne détruis pas notre espérance
Lorsque ta lampe brûle de colère

Allah Grâce de Dieu
Éclaire nos coeurs
Et ne nous laisse pas dans l’insolence
D’avoir croqué l’indifférence

Allah Grâce de Dieu
Éclaire l’avenir
Et sème en nos âmes
L’amour de l’unique lumière


Celle qui brille dans les yeux
Des enfants venus au monde
À la grâce de Dieu




3. Allah pointe de mon épée



Jamais Allah pointe de mon épée
Tu n’iras me perçant le coeur
Mais toujours à la pointe de mon archet
Tu iras me blessant d’harmonie
Blessure d’amour
Départ du vieil homme
Qui meurt en moi
Revit la Joie


Jamais Allah cime des arbres
Tu n’iras me berçant d’espoir
Mais toujours à la cime de mon âme
Tu iras me chantant l’Amour
Chant de la Paix
Naissance d’un tronc
Qui vibre en moi
Revit la Foi


Jamais Allah croisée des chemins
Tu n’iras me promettant la lune
Mais toujours à la croisée de nos routes
Tu iras me guidant vers la Croix
Dans cette voie de l’unité
Où le Fils rejoint Dieu
Où tout vient du Père
Et retourne à Lui



Voie de l’Islam
Ouverte à ses soeurs
Où tout vient du Père
Mère infinie de toutes choses





____________________________________________1995



GUÉRISON
INTÉRIEURE___________






Pour guérir de la peine d’un amour sans sursis
En voilant mes deux iris j’ai expiré trois fois
J’ai ouvert ma poitrine et mon coeur en est sorti
Je l’ai lancé dans le cosmos de toute ma foi
L’Éternel a placé dedans mille tendresses
Il y a semé dix mille délicatesses
Lorsque mon nouveau coeur est revenu en son sein
Il était ciselé comme un pur diamant d’amour
Sa brisure s’était évanouie pour toujours
Et j’y ai fait entrer tous ceux que j’aime sans fin



Pour guérir de mille blessures non refermées
En chantant j’ai tout écrit sur une falaise
Puis j’ai pris un marteau blanc et j’ai tout fracassé
J’ai mis dans un voile ces morceaux de malaise
Et j’ai construit un bateau sauvé du naufrage
Pour rencontrer des peuples aux contes sages
Je leur ai parlé de paix et de fraternité
Puis au coeur du Pacifique j’ai jeté mon sac
Toutes mes blessures enfouies au fond du ressac
Et tous les pays m’ont parlé de joie, d’amitié



L’âme toute emplie de fleurs partagées et d’amour
Je suis rentrée sur la plage de la falaise
Et j’ai pleuré sur le sable tout au long du jour
Car des centaines de dessins d’enfants en glaise
Décoraient cet endroit où j’avais gravé mes plaies
Bien plus tard je suis remontée près de la forêt
Et me suis endormie dans l’immense clairière
Le soleil m’a prise dans ses bras pour m’emmener
Sur des terres d’avenir semées d’éternité
À travers le chant infini d’une rivière



Cette rivière sacrée coule en chacun de nous
Elle est celle de notre imagination fleurie
Elle peut réaliser nos rêves les plus fous
Ceux de retrouver la santé, la joie et la vie
En créant ses propres lois, en trouvant son maître
Celui qui se cache en nous et que l’on regrette
Lorsque l’on a l’impression qu’il nous abandonne
En fait il est toujours là, mais devant nos portes
Il attend patiemment que notre ardeur soit forte
Pour détruire le son d’un seul mur qui résonne






__________________Ce poème est inspiré de la pratique par l’auteur de deux exercices de visualisations appelés “l’autre coeur” et “l’Odyssée” proposés par l’ouvrage “Visualisations de guérison/Le pouvoir de votre imagination au service de votre santé” du Docteur Epstein (paru aux éditions Jouvence-Eau de Jouvence).

“Faites de vos problèmes le point de départ de votre transformation.
Utilisez la visualisation pour vous aider à devenir votre propre maître.
Laissez vos croyances créer vos expériences et dites oui à la vie.”
Docteur Gérard Epstein






FEU CHRISTIQUE__________________________



Un jour le Soleil est venu
Sa main a traversé mon coeur
Puis Il a mis mon âme à nu
Et il m’a laissé le bonheur


Il m’a donné un grain de feu
Me disant : “Cultive-le bien”
Avec un rire si radieux
Que je ne pensais plus à rien


Enfin Il m’a parlé tout bas
Pour me confier un grand secret
Comment replanter ce feu-là
Sans incendier mille forêts


J’ai jardiné cette flamme
Seuls la devinaient les enfants
Par les portes de leur âme
Lorsque nous semions des chansons


Je leur ai offert des germes
Leur ai confié la formule
De l’Amour contre la haine
Puis du Pardon qui annule


Dans l’amour d’une personne
D’un dieu ou d’une musique
C’est l’Esprit Saint qui nous donne
De sa lumière magique


À nous de garder son ardeur
Pour l’accueillir dans le monde
Afin de chasser le malheur
À des joules à la ronde


Que nos coeurs soient emplis d’amour
De Solidarité, de Paix
Que la rancune d’anciens jours
Soit effacée à tout jamais


Un jour vous verrez son Rire
Il aime sentir notre joie
Et lorsqu’Il reçoit nos soupirs
Il nous offre les clés de la Foi


Un jour vous viendrez vers son Feu
Car Il attend votre Flamme
Et vous danserez avec Dieu
Dans le soleil de votre Âme





____________________________écrit le jour du Vendredi Saint____________





ATHÉE BOUILLANT________________

Dédié à Christian, Stéphane,
Emmanuelle et tous les athées






Tu ne penses pas
Qu’il y ait un Dieu
Pourtant je le crois
Tu portes son feu

Tu es sincère
Lorsque tu aides
Et pour tes frères
Toujours tu plaides

Tu sembles si bon
Les traits généreux
Immense lagon
Ta belle âme est bleue

Lorsque tu grognes
C’est qu’elle est rouge
Tu es en rogne
Car nul ne bouge

Tu te renfermes
Lorsque tes yeux voient
Que des gens aiment
Qu’un vieux noir se noie

Non tu ne crois plus
Aux êtres humains
Car tu as trop vu
Arracher des mains

Pourtant tu repars
Tu es sûr qu’un rien
Qu’un seul beau regard
Peut faire du bien

Tu as conscience
De votre force
Dans la clémence
D’un coeur féroce

Toujours tu te bats
Tel un sage indien
Pour qu’une vraie joie
Règne sur les tiens

Puis tu ripostes
Face au sombre mal
Que certains postent
Comme des chacals

À jamais là-haut
Dieu te chérira
Car son fier cadeau
C’est ta vie en bas

Tu portes son feu
Au tréfonds de toi
Et tu es si preux
Comme un nouveau roi

Demeure bouillant
Ne sois pas tiède
Toi l’athée fringuant
Ne sois pas raide

Dieu grandit en toi
Fleur de silence
En toi Il a foi
De confidences



1993________________________________________________________









LOUP-ANGE D'HUMANITÉ____________________ À Onoée






Le loup n’est pas un loup
Pour son frère loup
Mais l’homme peut être loup
Pour son propre frère


Qui était donc ce loup
Mangeant la grand-mère
Rouge de sang dans le lit
Si ce n’est l’homme


Le vrai loup, lui
Était dans la forêt
Comme le vrai homme :
Celui qui n’est pas
Un loup pour autrui


Cet homme vit dans l’aura
D’un hêtre droit
Fier et intègre
Ange d’humanité


Cet ange vit de sagesse
Il attend au bord des villes
Ni impatient ni désolé
Loup-ange de liberté


Il attend simplement
Que les loups soient libres
Dans le coeur des hommes
Pour que l’Homme soit Ange


Ange d’humanité
Loin des guerres et loin des crimes
Ange de liberté
Celle de pouvoir choisir d’aimer


Il attendra des années
Mais un jour les loups captifs
Prendront leur envol
Car les hommes auront des ailes


Cependant “qui fait l’ange
Fait la bête”
Mais être ange sans faire semblant
C’est louer l’humanité


Loup-ange d’espérance
Au coeur de la bonté
Confiance aveugle en l’Homme
C’est le cadeau des cieux


Ne chutez pas, mes frères
Ange veut dire “messager”
Alors messagers de Paix
Relèverez-vous le pari être-ange ?




1996___________________________________________________





LES DIX DOIGTS DE L'ARCHER DIVIN_________________________





L’AUTHENTICITÉ dévoile l’âme du violon
La SIMPLICITÉ discrètement donne le La
La SOLIDARITÉ propose d’unir nos sons
La FRATERNITÉ nous demande d’ouvrir les bras
Pour que la BONTÉ puisse jaillir dans tous les coeurs
Et que l’UNITÉ éclose en une mer de fleurs
Dans l’AMITIÉ de milliards d’oiseaux en partance
Vers la TÉNACITÉ d’un bel orchestre d’enfants
Jouant avec HUMILITÉ l’air doux du Printemps
À travers la PURETÉ d’un chant d’espérance


L’AUTHENTICITÉ nous siffle le coup de l’envoi
La SIMPLICITÉ court en longues marches à pied
La SOLIDARITÉ ouvre de nouvelles voies
La FRATERNITÉ exulte dans toute mêlée
Et la BONTÉ se lit sur les visages sportifs
À travers l’UNITÉ qui fait rentrer les griffes
Grâce à l’AMITIÉ qui pagaie sur les eaux vives
Dans la TÉNACITÉ d’un cycliste montagnard
Pédalant avec HUMILITÉ sans nul écart
Vers la PURETÉ d’un nageur aimant la rive


L’AUTHENTICITÉ se voit dans l’âme de l’archer
La SIMPLICITÉ s’épanouit au coeur de l’art
De la SOLIDARITÉ des deux yeux concentrés
Vers la FRATERNITÉ d’une flèche et d’un regard
La BONTÉ frémit alors devant cette cible
En qui l’UNITÉ des âmes devient possible
Forgeant l’AMITIÉ loin des guerres incapables
Grâce à la TÉNACITÉ d’une paix solide
Brisant avec HUMILITÉ tous les bolides
PURETÉ d’une flèche fuyant les palabres





1993____________________________



“La terre ouvre
son corps
de mère
à l’enfant.”

Pierre Hugonnard
(“L’Amour tue”-Cairn éditions)

________________________



CELLULE
D'ESPOIR______________


Elle n’était pas grande
La joie de ce matin-là
Mais elle a accouché du soleil
Et je l’ai prise dans mes bras



Elle n’était pas grande
La vie de mon frère souffrant
Mais elle s’est épanouie d’espoir
Et je l’ai prise dans mon coeur



Elle n’était pas grande
La foi de ma soeur en larmes
Mais elle a chanté de joie
Et je l’ai prise en mon âme



Elle n’était pas grande
La paix de ma mère la Terre
Mais elle m’a embrassée
Et j’ai pleuré d’amour




1995____________________________________________________




PANDA
MENACÉ_____________



Notre bel ami le panda
Tu es tellement mystérieux
Végétarien au fond des yeux
Jadis était-ce vraiment toi
Le plus grand chasseur de ces bois ?
Tu nous transmets un mystère
Mangeur de bambous en terre

Tu as peut-être découvert
Le grand secret des étoiles
Quand elles prennent le voile
En déversant mille larmes
À chaque fois que les armes
Les fusils, les chars ou les crocs
Font couler au ciel le sang chaud

Nous devons te sauvegarder
Car ton espèce disparaît
Sur notre planète meurtrie
En détenteurs d’humanité
Vous avez choisi à jamais
De ne plus arracher l’esprit
Aux existences établies

Lorsque Losan la bergère
Se sacrifia pour le bébé
De ton arrière-grand-mère
En combattant même blessée
Contre un énorme léopard
Tous tes ancêtres pleurèrent
En un immense cercle noir

C’est depuis cette époque-là
Que les yeux rieurs des pandas
Sont toujours cerclés par un rond
Sur lequel la vie fait le pont
Avec ultime tendresse
Pour une femme tigresse
Qui adorait ton espèce________________________




LA TERRE
ET LA COLOMBE_____________



Ne me dites pas
Qu’un jour la Terre
Se retrouvera
Sans ciel bleu ni mers
Comme un grand ara
Dans sa volière
Ne me dites pas
Que sans colère
Elle survivra

Car je le sais
Dans ton grand tour
Si tu croisais
L’oiseau d’amour
Tu lui dirais :
“Renais toujours
Ne meurs jamais
Et suis ton cours
Fleuve de paix

Comme un éclair
Qui luit en mai
Écarte l’air
Et reste gai
Sans être amer
Devant les faits
De cent guerres
Cancers secrets
À extraire !”

Or cet oiseau
Tu l’as trouvé
Un jour sur l’eau
L’âme blessée
Sans dire un mot
Tu l’as chargé
Du fier rameau
D’un olivier
Sans oripeau

L’oiseau d’amour
Est dans nos coeurs
Et son parcours
Fuit les malheurs
Que les gens lourds
Dans leurs erreurs
Créent alentour
Dans le labeur
D’un monde sourd

L’oiseau en pleurs
Nous aime tous
Il sait l’heure
De la mousse
Et il a peur
Qu’elle pousse
Et que tout meurt
Privé de fleurs
Pollutions, peurs

Il sait très bien :
Tu crieras tard
Brisant tes liens
Même en retard
Et les terriens
Verront le fard
D’un air de rien
Brisant le dard
De vils vauriens

Nous revivrons
Toi ma Terre
Feras le pont
La charnière
Sur ton dos rond
En colère
Dans tes vallons
Au coeur des mers
Et des lagons



1990________________________________________






AU CIMETIÈRE
DES ARBRES________________________________



Qui massacra le si bel hêtre de ma mère
Couronnant de son vert tendre l’azur du grand lac
Et qui fit tomber le bouleau d’or de mon père ?


Tous les arbres coupés revivront-ils à Pâques ?
En Amazonie ils meurent seuls et sans un cri
Or les anges au paradis pleurent en ressac


Ils tombent sur le côté comme des corps sans vie
Souffrant en silence de perdre la lumière
Et priant pour que les hommes cessent leur folie


Dans l’avenir si la Terre se trouvait sans air
Alors que les forêts grandissent au paradis
Aurions-nous le temps de reboiser tous nos déserts ?


Janvier 1993___________________________________





JACINTHE_______________


(Écrit à l’âge de douze ans)



Il était une jacinthe
Sous le grand saule pleureur
Il était une fleur mauve
Se berçant dans le vent


C’était une belle fleur
Qui jouait avec Zéphyr
Elle disait : “Je suis le vent doux”
Elle riait : “Je suis l’herbe fraîche”


Et elle se secouait
Et elle resplendissait
Douce comme son ami Zéphyr
Fraîche comme l’herbe verte


Et quand elle mourut
Personne ne la pleura
Elle était restée dans le vent
Elle était restée dans l’herbe fraîche



________________





LA VRAIE COULEUR
DE LA MER_____________________


“C’est au fond des océans
que se joue notre avenir et celui de tous les êtres vivants.”
Le Commandant Cousteau




Joli dauphin blanc Bélouga
Nage en paix près de ta mère
Nous méditons pour le combat
Qui devra sauver la Terre

Crois-moi tu ne t’éteindras pas
À cause d’infâmes traîtres
Non ce n’est pas dans l’Au-delà
Que nous voulons te connaître

En mille-neuf-cent soixante-dix
Le Canada s’est arrêté
De pourchasser les corps lisses
De ton espèce sacrifiée

Ils trouvaient “trop de mercure”
Dans votre chair de bélougas
Devenus sales et impurs
Comme d’horribles renégats

Malgré la paix, la pollution
Poursuit le massacre affreux
Les dauphins meurent sous les ponts
Ils agonisent sous nos yeux

Peut-on voir la mort sans peine
De quatre-vingt-huit baleines
L’estuaire du Saint-Laurent
Les a enterrées en cinq ans

Durant neuf mois huit cent dauphins
Se sont tous échoués à l’est
Des États-Unis en reste
Pourquoi ? Personne n’en sait rien !

Tous ces drames se sont passés
Au coeur des années quatre-vingt
Les corps froids ont été testés
Pour découvrir leur assassin

On trouva quelques infections
On parla de “marée rouge”
Mais trop peu de la pollution
Elle n’attend pas qu’on bouge

Elle avance comme un soldat
Sur le front de la planète
Si personne ne l’arrête
Elle risque de prendre le pas

Bannissons les vils DDT
Et tous les déchets toxiques
Car sinon comment éviter
La course catastrophique ?

Sommes-nous condamnés à voir
Les doux marsouins disparaître
Dans l’enfer d’une mer noire
Comme on le laisse paraître

Des espèces sont menacées
Des coeurs humains s’en sont émus
Il nous reste bien peu d’années
Pour arrêter la mort en crue

Puissent les puissants du monde
Présidents, rois et PDG
Se pencher sur l’or des ondes
Bien loin des sombres pétroliers

Que les enfants puissent vivre
Des lendemains faits d’outre-mer
Sans regretter dans les livres
La vraie couleur de notre mer




1993___________________________________________________



 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu