Avertir le modérateur

13/09/2009

Lettre à une mère de famille qui risque de mettre fin à ses jours et de partir en laissant ses enfants. Les mamans et familles monoparentales face à la crise.

1803915.jpgLettre à une mère de famille qui risque de mettre fin à ses jours et de partir en laissant ses enfants.

 

Madame,

 

Vous avez des idées noires et désespérées dans un monde où il est de plus en plus difficile d’avancer, dans un monde où l’égoÏsme et la solitude des plus faibles s’amplifie.1823001.jpg

Je vous écris car vous me paraissez en danger moral et dans une grande détresse. Vous élevez seule vos enfants et devez faire face à la crise, aux factures, à votre travail, à l‘éducation de vos enfants. Une éducation rendue plus difficile d’années en années, étant donnée la demande accrue de repères, de rassurance et de limites à donner aux enfants, lesquels sont confrontés au monde actuel et à la violence visible jusque dans les images, à l’insécurité d’un monde qui offre déjà beaucoup d’angoisses aux adultes pour ne pas être en reste auprès des enfants.F76-283304.jpg

PAA195000029.jpgLes enfants sentent bien dans notre époque qu’ils vivent dans l’insécurité. Les couples divorcent, se séparent ; les familles éclatent et les enfants vont de gardes alternées en gardes partagées, offrant tant de bonne volonté d’adaptabilité à chacun de leur parent désireux de les avoir près d’eux. Ils sentent bien aussi que le travail manque, que notre terre est en survie pour cause de pollution.

Si vous les quittez en les abandonnant à leur vie alors que vous entrez dans la mort, que feront-ils ?

Et si vous les quittez en les abandonnant tout en poursuivant votre vie, comme ces deux mamans qui ont laissé leurs enfants pour un homme, comme elles auraient laissé des petits chats au beau milieu d’une rivière. La rivière de la vie n’est pas moindre. Elle est identique aux dangers d’un flot ravageur et aride de douceur.

Les enfants ont besoin de vous, de votre tendresse, de votre amour qui leur dit que vous serez toujours là pour eux. Ils en sont sûrs comme le soleil se lève le matin. Ils voient votre sourire et sont suspendus à votre coeur. Alors ils peuvent se construire et grandir sereinement.

Vos enfants ont besoin de vous et personne ne pourra vous remplacer. Ces enfants sont la Terre de demain et ce qui se passe entre eux et vous est très important pour l’avenir.

bxp51165.jpgVotre dépression n’est pas inéluctable. Le désespoir peut être consolé. Ne restez pas seule. Je vous conseille d’appeler dès que possible l’un des numéros suivants :

-Cap Écoute : le 0800 333 435 (9 h - 21 h) ou le 04 72 33 34 35

-Sos Suicide Phénix : 01 40 44 46 45 (12 h - 24 h)

-Sos Amitié : le 0800 066 066

-Croix-Rouge Écoute : le 0800 855 855k0402990.jpg

-Suicide Écoute : le 01 45 39 40 00

-Numéro national d’aide aux victimes : le 08 842 846 37

-Sos Suicide : le 01 40 50 34 34

 

Vous vous sentez mal car vous êtes au coeur de la bataille, comme le seul soldat survivant d’un bataillon. Vos amis vous ont lâchée ou bien la vie les a éloignés. Votre famille se compte sur les doigts d’une main mais préfère penser à sa propre survie plutôt que de vous soutenir et de vous épauler.

PAA150000070.jpgLa société actuelle, la conjoncture économique, l’évolution rapide du monde moderne ne contribuent pas à aider les personnes comme vous qui se retrouvent à batailler au quotidien. On parle par exemple d’aider les ménages afin qu’ils accèdent plus facilement à la propriété. Ainsi : vous avez un loyer, de plus en plus élevé ; vous décidez d’acheter un logement, le moins cher possible, afin d’arrêter de donner des loyers à un propriétaire. Les banques vous proposent un prêt sur 25-30 ans... dont le montant de remboursement mensuel est égal ou même inférieur à votre loyer. Mais, malheureusement, vous avez un refus de prêt de toutes les banques car vous avez trois enfants à charge et un petit revenu en CDI !

“Nous sommes vraiment désolés, Madame.” Vous entendez cette phrase et vous retournez payer votre loyer à vie. Vous venez de comprendre alors que le capitalisme donne à ceux qui possèdent et que vous n’êtes rien, juste bonne à payer le propriétaire qui s’en fiche que vos fenêtres laissent passer assez d’air et de froid pour faire grimper vos notes de gaz et d’électricité vers des sommes vertigineuses.BLD041812.jpg

C’est là qu’intervient la taxe Carbone. Taxe de ci, taxe de là, passage à l’euro qui a multiplié parfois de cinq à dix le prix de nos achats, perte du pouvoir d’achat, etc. Madame, je comprends votre raz-le-bol mais il va falloir vous accrocher et observer aussi les côtés positifs. Cette année, les ménages de la France d’en bas ont reçu deux fois 200 euros de la part du Gouvernement, plus une aide en chèques CESU emploi-service de 200 euros aussi. Souvenons-nous que nous bénéficions des allocations familiales et d’une aide pour la rentrée scolaire. On a des bons de vacances pour emmener les enfants une semaine en camping durant les congés. Imaginez que vous n’ayiez rien de tout cela, ni d’allocations logement non plus. Je pense que pour s’en sortir, il faut regarder vers le soleil même s’il y a une épaisse couche de nuages.

1821201.jpgÀ part tout ça, vous êtes seule et cette solitude vous pèse. Vous avez cherché un compagnon, démarrant cette quête au début avec espoir et conviction. Mais le monde actuel déteint aussi sur les relations humaines, après avoir repeint le paysage de la planète en tableau sombre pollué.

Vous avez rencontré des hommes dont le coeur est rongé par le doute, la dépression, le manque de confiance en l’amour, un passé douloureux, l’envie de vivre pour soi sans avoir d’embêtements (dans leur tête, embêtements = enfants, surtout les vôtres) et... finalement, vous êtes seule sur le bord de la route, débarquée de plusieurs liaisons et le coeur broyé par une montagne d’égocentrisme et de goujaterie. Le champ de roses que vous aviez dans le coeur a été moissonné par la batteuse des ruptures à répétition. Combien de fois avez-vous entendu : “Si tu étais seule sans enfant, je poursuivrais avec toi.” ? Et quand vous avez décidé de ne plus mêler votre vie sentimentale à votre vie familiale, vous vous êtes aperçue que l’homme qui acceptait cela ne vous apportait que la sensualité de quelques moments et rien d’autre. Cet homme-là  se met à culpabiliser au bout de quelques temps et vous quitte en disant que vous méritez de trouver un homme total avec qui vous pourriez refaire votre vie car finalement, vous êtes trop demandeuse de partager du temps qu’il n’a pas ou qu’il n’a pas la volonté de donner.1996086.jpg

Vous avez mille coups au coeur et c’est là qu’un ami vous appelle en vous demandant de laisser vos besoins d’être en couple de côté ainsi que vos désirs de femme. C’est là aussi qu’il vous propose de faire partie d’un groupe, de son groupe, de sa secte. L’amitié, il n’y a rien de telle ! Une main tendue pour sauter dans la dépendance d’un groupement : sortir de sa solitude pour s’oublier à jamais et plonger dans la fraternité illusoire de ceux qui pensent détenir seuls la vérité.

1789927.jpgMadame, tenez bon sur votre île déserte. Votre île finira par rencontrer le continent ou bien un bateau échouera-t-il dans une de vos criques. Vous devez rester forte car quand la montagne s’écroule, elle entraîne avec elle des millions de petits mondes, d’oasis de végétations et de paradis terrestres. Ces petits mondes sont vos enfants et ils ont besoin que vous restiez solide et forte. Pour cela, il faut rompre l’isolement et aller chercher de l’aide morale. Il vous faut prendre votre téléphone afin d’appeler les numéros que je vous ai précédemment donnés (en choisir un) et de déverser le trop plein de vos émotions de colère, de rancune et de tristesse.

images.jpegHier, lors du 11 septembre, nous avons commémoré l’événement terrible des attentats des deux Tours jumelles de New York. Des centaines de personnes sont restées coincées dans ces Tours jusqu’à la destruction finale des deux bâtiments. Mais une femme et treize pompiers se sont réveillés dans les décombres de la Tour Une, tous miraculés parmi les cadavres. Ces pompiers, avant que la tour ne s’effondre, étaient en train de descendre les étages pour se sauver quand ils ont rejoint une femme en détresse, Joséphine. Ils ont alors décidé de lui venir en aide en la soutenant pour descendre les marches de l’immense Tour Une. La Tour Deux s’était déjà effondrée et ils savaient que le temps était compté pour eux. Leur chef est allé chercher une chaise dans les bureaux pour faciliter le portage. La Tour s’est alors effondrée. Ils ont tous survécu, sauvés par cette femme qu’ils avaient aidée jusqu’au bout. Pourquoi ? Parce que là où ils se trouvaient au moment de l’effondrement, une bulle s’était faite autour d’eux par la configuration du bâtiment et des parois disloquées.images-2.jpeg
bn296063.jpg

Alors, Madame, écoutez-moi : trouvez votre bulle et soyez le pompier d’autres personnes qui ont besoin de vous. Vous verrez qu’une main qui se tend vers l’autre n’est jamais seule. S’il n’y a pas d’humain en face, il y aura un ange et cet ange vous enverra la force et le courage nécessaires. Il saura ouvrir les portes devant vous et donner du pain à vos enfants si vous n’avez plus rien. Cet ange peut être un bénévole du Resto du coeur ou de tout autre secours. Ne craignez jamais de manquer ou de vous retrouver à la rue. Faites les démarches nécessaires car dans toute descente aux enfers, une dé-marche peut éviter la Marche fatale. Répondez aux courriers, demandez de l’aide, laissez fierté et orgueil de côté. N’attendez pas que les huissiers arrivent. Avant, vous avez des recours et des possibilités d’arrangements.

BLD054288.jpgMadame, j’espère que cette lettre vous aura fait du bien et vous retiendra ici-bas, dans notre monde où la nature qui nous entoure est encore belle et souriante. Allez la voir et regardez la beauté qui se dégage des arbres, des paysages et des chemins si mutiples offerts aux carrefours de la vie.

Je vous embrasse.

Chloé Laroche

 

Ce 12 septembre 2009.

 

 

Commentaires

Bonjour Chloé, bonjour à toutes les personnes qui se sentent seules. Non, vous ne l'êtes pas, il existe des gens comme Chloé, des associations qu'elle vous donne dans cette note qui peuvent vous aider. Vous avez le droit de vivre en ayant de l'aide : eh alors, ce n'est pas honteux d'être aidé, au contraire c'est réconfortant et cela peut vous aider à aller de l'avant. Bon nombre de ces organismes sont là pour vous écouter, pour vous aider, et ils le font avec un sourire et avec joie. 
Vous qui êtes seul avec des enfants, ne "partez" pas, ce sont vos enfants qui ont le plus besoin de ce seul lien familial qui leur reste. Ils ont besoin du parent qui est à leur côté (Amour, soutien, tendresse, etc...). Cet enfant, c'est un peu vous (imagé bien sur) et la personne qui va vous aider, vous soutenir, et vous donner de son temps, de sa tendresse parfois. 
Ces organismes veulent vous aider, n'ayez pas honte d'être aidé, faites le pour vous et pour vos enfants. Courage et volonté, allez y prenez contact avec eux, ils vous accueilleront volontiers.
Personne ne veut que vous abandonniez. Vous n'êtes pas seul.
Merci à Chloé de son soutien.
Vous avez mon soutien également.
Lolotte73

Ecrit par : Lolotte73 | 17.09.2009

_____________________________________________

Merci Lolotte. Votre message fait chaud au coeur et cela aidera cette femme et bien d'autres qui sont dans la solitude et le désarroi. Je prépare un article pour ce soir... ou demain. Plein de pensées. Chloé

Ecrit par : Chloé Laroche | 17.09.2009

 

 

 

11/09/2009

Hommage à Antoine qui a disparu il y a un an aujourd'hui à Issoire. Ce jour est empli du souvenir de cet enfant. J'envoie des fleurs des îles à Marina dont on a appris la mort aujourd'hui, son corps ayant été découvert dans un container.

images.jpegBonsoir à tous et toutes,4861_1157828074321_1486331968_397756_1102676_t.jpg

 

antoine_300.jpgLe petit Antoine n'est pas revenu depuis un an. Personne ne sait ce qui est arrivé à ce petit garçon. Cela fait un an aujourd'hui et le Procureur pense qu'il n'y a peut-être plus d'espoir, à part dans le cadre d'une séquestration. Beaucoup de personnes pensent à toi et je pense à ta maman. Aujourd'hui, une plume d'ange a touché mon coeur, je ne sais pourquoi, comme une caresse d'âme d'un au-delà doux et serein. Où que tu sois, Antoine, je dépose sur ton coeur un nounours tout bleu avec des yeux pleins de sourires et d'étoiles. Je t'envoie mille bisous et que tu sois protégé.images-1.jpeg
images-3.jpeg

marinasabatier.jpgEn ce jour de ta disparition, nous apprenons que la petite fille portée disparue ces derniers jours a été en fait mise dans un container depuis août par ses propres parents, suite à un "accident domestique". Elle est donc morte depuis plus de trente jours, dans l'oubli, dans le silence, dans la pire des sépultures... sans adieu, sans respect, sans la moindre humanité. Elle avait huit ans et s'appelait Marina. Je t'offre ces fleurs des îles avec toute la tendresse que les humains ici-bas n'ont pas su te témoigner. Tu es partie dans l'horreur d'un hangar qui a enfermé ton corps tout au fond d'un container, après être restée morte dans le congélateur de ta maison...

Marina, ton âme s'est envolée loin de cet enfer et je prie pour que les anges te protègent et t'apportent douceur et amour. images.jpeg

Chloé Laroche

09/09/2009

Des femmes et des enfants sont violés chaque jour au Congo dans l'indifférence générale du monde. Une ONG, Heal Africa, menée par plusieurs médecins, fait un travail immense pour aider les victimes de cette guerre civile effroyable.

images-2.jpegBonjour à toutes et tous,images.jpeg

 

Aujourd’hui, en ce 9/09/2009, date symbolique de ceux qui défendent le Bien contre tout ce qui représente le mal. Le mal, c’est la guerre, les viols, les sévices et maltraitances sur les enfants, la pollution des mers, des terres et des océans, la souillure de l’air, le capitalisme quand il écrase et profite de ceux qui n’ont rien ou presque rien, le profit fait sur le dos de la naïveté, la haine, le racisme, le nazisme, le pouvoir d’une conscience sur d’autres consciences asservies à un dogme extrémiste, la drogue et toutes les substances qui détruisent et rendent dépendant, le fait de vendre de la drogue et d’en distribuer, le fait d’expulser des personnes contre leur gré alors qu’elles ont une famille dans ce pays et qu’elles travaillent, le fait de séparer des enfants de leurs parents ou d’empêcher un père d’assister à l’accouchement de son enfant en le maintenant dans un autre pays.normal_10174808.jpg

En ce jour, je vais vous parler particulièrement du Congo. La guerre se fait là-bas sur le ventre des femmes... violées tous les jours. La plupart ont entre 18 et 20 ans. Dix pour cent des victimes violées sont des jeunes garçons de 10 à 20 ans, mais les médecins ont vu aussi des enfants de deux ans être violentés gravement. Il se passe dans ce pays des choses abominables, dans l’indifférence générale du monde.1794102.jpg

images-1.jpegCela dure depuis plusieurs années, ce cauchemar des femmes dont on prend les corps au nom d’une guerre civile effroyable. Des hommes s’emparent de leur sexe, qu’elle soient enfants ou adultes, parfois devant leurs propres enfants. Très souvent leurs maris se détournent d’elles après le viol, par dégoût et par peur du Sida.

Une femme avait un bébé. Des combattants rebelles en uniforme sont entrés chez elle et ont menacé de tuer son enfant si elle ne se laissait pas violer. Son mari l’a soignée ensuite et est restée près d’elle.

Ces hommes monstrueux utilisent de multiples objets pour violer les femmes et les fillettes, comme des couteaux, des armes, des épis de maïs, introduits dans le vagin.

Un jour, ils seront jugés comme criminels de guerre. Si ce n’est pas sur terre, ce sera au ciel.images-4.jpeg

Rien n’est fait pour stopper ce désastre car le Congo possède des richesses naturelles, comme l’or, les minerais comme le coltan utilisé dans les téléphones portables, les mines de diamant. Le profit vaut mieux que la vie des femmes.

 

k0594615.jpgLE PROFIT VAUT MIEUX QUE LA VIE DES FEMMES !!!

 

Mais nous pouvons aider ces femmes, ces enfants.

Une ONG locale est présente là-bas. Elle s’appelle HEAL AFRICA.

Elle a un hôpital à Goma créé pour accueillir toutes les victimes des viols.

Ils se sont spécialisés dans la chirurgie gynécologique réparatrice.

 

Nous pouvons concrètement envoyer des dons en contactant leur site : http://www.healafrica.org

 

images-5.jpegJ’envoie toutes mes pensées fraternelles à ces femmes et ces enfants, à ces hommes qui vivent l’enfer et j’embrasse particulièrement les Docteurs Rosette et Bienvenu, deux médecins trentenaires congolais, qui aident toutes ces personnes. C’est le Docteur Jo Lusi qui a fondé cette ONG avec Lyn, sa femme. Une dizaine de médecins soutient le Docteur Lusi dans cette oeuvre immense d’aide aux personnes violées.

Puissent-ils poursuivre et avoir suffisamment de fonds pour continuer leur action indispensable.

Chloé LAROCHE

 

03/09/2009

J'écris aux parents d'Alexandre, tombé accidentellement du 7ème étage dans la banlieue de Grenoble, à Pont de Claix. Je pense en ce jour de la rentrée scolaire à Chama Dieumerci, à Antoine disparu à Issoire, aux enfants noyés cet été, aux autres.

images-4.jpegBonjour à tous et toutes,images-2.jpeg

 

Aujourd'hui, c'est la rentrée scolaire et je pense à ces enfants qui ne rentreront pas cette année à l'école car ils sont morts ou disparus.

Je pense bien sûr à Antoine qui a disparu à Issoire il y a bientôt un an, le 11 septembre, pour lequel j'ai écrit plusieurs articles (voir à gauche : "Révolte pour l'enfance").antoine-issoire-2650549_1378.jpg

images-6.jpegJe pense aux enfants décédés, renversés par une voiture, aux dix enfants de moins de six ans retrouvés noyés cet été dans leur piscine familiale, à ceux dont la vie a été arrachée par leurs parents, aux enfants morts dans l'accident d'avion Paris-Rio. Je pense aux enfants expulsés avec leur parents qui ne retrouveront pas leur banc d'école en cette rentrée.

chama_s.jpgJe pense à Chama Dieumerci, qui ne sait pas si son père va partir de France. Il rentre en CP et n'a pas revu son père depuis plusieurs jours ;  ce dernier est enfermé en Centre de Rétention pour étrangers. Sa mère a abandonné cet enfant tout petit et aujourd'hui, c'est son père qui l'élève depuis six ans. Comment peut-on arracher ainsi un fils à son papa, à celui qui l'élève !? Comment Monsieur Besson peut-il se montrer fier et satisfait, selon ses dernières déclarations, à propos du chiffre des expulsions qu'il a mené à bien cette année !? Vous pouvez aller lire mon article écrit pour Chama, daté du 30 août. Allez aussi voir le site suivant où des actions sont proposées pour aider Chama et son papa : http://www.dieumerci.com

1447_1_imagette.jpgAujourd'hui, en cette rentrée scolaire, je pense aussi à Alexandre qui est tombé du septième étage d'un immeuble de Pont de Claix, dans la banlieue de Grenoble. Il avait six ans et s'amusait dans sa chambre, pendant que sa mère changeait son petit frère et que son père se reposait du travail. Il a poussé un meuble et est monté puis s'est penché et a basculé dans le vide. Sa maman a été hospitalisée. Les parents sont en état de choc.images-2.jpeg

Je leur envoie plein de pensées et je souhaite leur dire ceci : je ne vous connais pas mais je suis près de vous ; c'est un terrible accident et rien ne vous consolera jamais. J'ai perdu un enfant il y a douze ans et c'est toujours le même vide dans le creux de l'âme. Les larmes aux anniversaires, à plein de dates, et tous les jours selon, et la colère au fond de soi contre le destin cruel. Apprendre à accepter, petit à petit, vivre avec, le souvenir à jamais ancré dans la mémoire, continuer d'aimer les autres enfants, les frères et soeurs. Se relever et continuer avec ce handicap immense d'être amputé d'une partie de soi, d'un tout qui nous écartèle. Se relever pour continuer à donner de soi, à donner toujours plus, à donner tout ce qu'on n'a plus à perdre puisqu'on a tout perdu. Je vous embrasse et vous envoie toutes mes condoléances.images-1.jpeg

Votre fils Alexandre a rejoint ma fille Océana. Aujourd'hui, elle aurait quinze ans et je pense très fort à elle. Elle a pris le chemin du ciel et a semé dans ma vie depuis douze ans un parfum d'espérance, par lequel j'ai pris par la main depuis deux enfants abandonnées en orphelinats. Elles ont maintenant grandi. L'une a 16 ans et l'autre bientôt 14. Et mon fils est arrivé en 2005. Il est rentré en moyenne section de maternelle ce matin, heureux et content de retrouver ses camarades. Océana, elle, depuis 1997, n'a fait aucune rentrée. Elle n'a jamais pu aller à l'école. Elle avait deux ans et demi. Elle est entrée dans mon coeur pour toujours mais mon âme est toujours choquée de ce départ brutal, de cette maladie foudroyante qui l'a emportée avant qu'elle ne s'asseye sur un banc d'école.

SWI-111.jpgChacun de nous doit partir un jour mais on ne peut apprivoiser l'idée que notre enfant parte avant nous. On pense pouvoir l'aimer, le chérir, le prendre dans nos bras... sans que cela ne s'arrête jamais. Mais chacun de nous part un jour et il nous faut durant notre chemin ici-bas remplir notre part de vie comme un soleil qui donne et qui tend les bras. Ainsi, notre enfant continue de vivre à travers l'amour partagé et cette énergie nous porte vers lui, puisque c'est inéluctable, notre vie est comptée comme elle l'a été pour lui, pour notre enfant décédé.

Chloé LAROCHE

______________________

 

Commentaires

Merci pour votre empathie. J'ai perdu mes deux enfants et cela est une plaie difficile à soigner mais Martin GRAY "au nom de tous les miens " m'a fait réfléchir. Merci de Valentine

Ecrit par : vouilloz | 04.09.2009

______________________

 

Valentine,

Je vous envoie plein de pensées et vous remercie de votre témoignage. Martin Gray m'a aussi beaucoup aidé par ses livres, comme le "Livre de la Vie"... quand en 1999, quelques mois après la mort de ma fille Océana, j'ai perdu mes deux grands-mères presque en même temps et des amis chers. Cet auteur qui a perdu ses quatre enfants et sa femme dans un incendie du Sud de la France est un homme donnant l'espoir et la force de poursuivre.

J'ai lu aussi "Ces enfants du Ciel" de Jean Toulat ainsi que "Apprivoiser l'absence" de Annick Ernoult-Delcourt (Éditions Fayard pour les deux).
Il y aussi : "Parents orphelins" de Louise Courteau (témoignages de parents à la suite du décès de leur enfant). Et de Jean Monbourquette : "Aimer, perdre, grandir". J'ai aussi écrit un livre "Les Semences de l'Après-vie" mais il est épuisé. J'en ai mis des extraits sur mon blog (notamment "Les lettres à ma fille", des contes et quelques haïkus).

Comme l'écrit une maman pour sa fille décédée : "Sur terre, nous sommes maintenant "une de moins" ; mais le Ciel s'est enrichi de toi."
Je crois fortement que la résilience passe par les larmes et l'expression de ses émotions, le respect de celles-ci, mais aussi par la bataille pour la vie, c'est-à-dire rester en mesure de donner et de partager après cette épreuve, rester dans la dignité de l'humain qui ne se laisse pas aller mais demeure debout... se remet debout après l'effondrement de sa vie par la mort d'un enfant ou d'un proche.

Je vous embrasse. Plein de pensées à vous et aux parents orphelins qui viennent sur ce blog prendre un peu de réconfort et de compréhension des émotions qui les animent : colère, culpabilité, tristesse, écartèlement intérieur, sensation de vertige et de vide, d'une amputation, maux physiques et angoisses, perte de désir et de motivation, incompréhension, injustice, révolte, repli dur soi.

On peut avancer et arriver à retrouver la connection à la vie, en lisant, en écrivant, en allant marcher dans la nature, en écrivant à son enfant, en écoutant ses besoins, en respectant son deuil et aussi qu'il faut du temps.

Pensées à tous.

Chloé LAROCHE

Ecrit par : Chloé Laroche | 04.09.2009

__________________________________________

Pour dire STOP ! 

Rassemblement le 09/09/09 devant la Préfecture de Grenoble à 17h30, À L'APPEL DU RÉSEAU D'EDUCATION SANS FRONTIÈRES :

"L’État a honteusement profité des vacances pour expulser, il faut que l’on soit nombreux pour dire STOP."

Appel du RESF 38 avec l'appui de la coordination iséroise de soutien aux sans papiers.

Pas une seule chaise vide à la rentrée !


"Trois jours avant la rentrée des classes, des enfants sont traqués et reconduits avec leur mère à la frontière de façon abusive. 
Dans les dernières semaines d'août, 2 familles sont pourchassées dans le dessein d'être expulsées juste avant le retour de leurs enfants en classe. 
Du jamais vu en Isère depuis la création du Réseau Education Sans Frontières en 2005. 

Le Réseau Education Sans Frontières 38 appelle à un rassemblement devant
La Préfecture de l'Isère, place de Verdun à Grenoble
Mercredi 9 septembre à 17h30 

Nous demandons à tous les citoyens et citoyennes d'êtres présents avec nous pour exiger que tous les enfants, sans discrimination, soient scolarisés dans des conditions sereines de vie et d'apprentissage."

Ecrit par : Chloé Laroche | 07.09.2009

________________Prévention des accidents domestiques : attention aux enfants.

5/02/2009
(Article du site : http://www.secourisme.net)

"Les accidents de la vie courante touchant les jeunes enfants sont à l’origine de 20 % des décès chez les 1-4 ans. Afin de développer l’information des parents, le ministère chargé de la santé et l’INPES ont lancé une campagne de prévention fin janvier qui se poursuivra jusqu’au 25 avril.

Une brochure « Protégez votre enfant des accidents domestique » est disponible sur le site de l’INPES. Elle délivre de nombreux conseils aux parents d’enfants de 0 à 6 ans et indique les réflexes à adopter pour éviter les risques d’étouffement, de noyade, de chute, d’intoxication, de brûlure et d’électrocution. Elle évoque également la mort subite du nourrisson, le syndrome du bébé secoué ou encore les morsures d’animaux. Numéros d’urgence et liens utiles figurent à la fin du document."

Partager :
Poster une contribution au forum

30/08/2009

Chama rentre en CP mais n'aura peut-être plus son père près de lui pour la rentrée de tous les enfants français. Son papa est vivant, alors pourquoi pleurerait-il ? Pourquoi son père doit-il être expulsé de France après avoir élevé son fils tout seul ?!?

Bonjour à tous et toutes,

____________________________

tc_dads_009539.jpgSix ans que ce papa élève seul son enfant et on voudrait l'expulser, laissant seul ce petit garçon qui a besoin de son père !?! Mais où va-t-on ?? Dans quel État j'erre ? Pauvres humains qui expulsent d'autres humains rien que pour faire du chiffre !!

_____________________________

nan0010.jpg

Je suis révoltée et scandalisée par ce que vivent nombre de familles démembrées. Cet été a été marqué par nombre de batailles pour aider des familles menacées d'expulsion ou de déchirement. Certains combats ont pu sauver des pères et des mères finalement acceptés en France mais d'autres expulsions n'ont pu être évitées.images-2.jpeg

Vous pouvez vous rendre sur le site suivant et vous constaterez par vous -même : http://www.educationsansfrontieres.org

images-3.jpegChama est un petit garçon de six ans et il entre en CP. Cependant, son papa vient d'être enfermé sous prétexte qu'il est angolais et sans-papiers, ce qui ne l'a pas empêché d'élever son fils seul et d'honorer son rôle de père. Chama est né en France en 2003 et son pays de naissance voudrait renvoyer son père, celui qui s'occupe de lui avec sérieux et amour depuis sa naissance !?!

_____________________________________

images-1.jpeg

Pourquoi la France créerait-elle des orphelins alors que le destin a laissé un père à son fils. Bien vivants tous les deux, ils ont le droit de pouvoir vivre ensemble et de pouvoir vivre cet amour filial que nul sur cette terre ne saurait séparer.

_______________________________________

images-4.jpegSoyez donc nombreux à écrire la lettre donnée ci-dessous (proposée par le Réseau d'Éducation Sans Frontières) et à envoyer au Préfet de Saint-Denis, par fax ou mail. Vous pouvez aussi signer la pétition créée pour M. ABEL GABRIEL Joao et son fils Chama.

___________________

Chloé LAROCHE

 

images.jpeg________________________________ Envoyé par le Réseau d'Éducation Sans Frontières :tc_dads_009639.jpg

"URGENT : FAXEZ MAILEZ POUR DEMANDER LA LIBÉRATION DE M. ABEL GABRIEL Joao RETENU AU CRA DE BOBIGNY. SON ENFANT SE RETROUVE SEUL A QUELQUES JOURS DE LA RENTRÉE."

Préfecture de Seine-Saint-Denis : 

nacer.meddah@seine-saint-denis.pref.gouv.fr 
courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr
Fax :  01 48 30 22 88

Contact RESF - Malika Chemmah : 06 03 69 91 30

 

Signer la pétition

 

Modèle de lettre

 

 

A Monsieur Nacer MEDDAH,

Préfet de Seine Saint-Denis

Préfecture de la Seine-Saint-Denis

1, Esplanade Jean Moulin

93007 Bobigny Cedex

 

Saint-Denis, le 29 août 2009,

 

"Monsieur le Préfet,

 

Priverez-vous Chama Dieumerci, âgé de six ans, de sa rentrée scolaire, du soutien affectif et financier de son père ?

Arrêté le mercredi 26 août 2009 à Roissy, son papa, Monsieur Joao ABEL GABRIEL, ressortissant angolais, né le 24 août 1965 (n° étranger : 7503512525) a été placé au CRA de Bobigny le même jour.

Vendredi 28 août il a été présenté devant le juge des libertés qui a décidé de son maintien en rétention.

Il est arrivé en France en 2002 et vit à Saint-Denis de façon ininterrompue depuis 7 ans. En 2003, il a été débouté du droit d’asile et n’a depuis pas fait d’autres demandes de régularisation, non pas par négligence, au contraire il s’en souciait beaucoup, mais parce qu’il a été plus ou moins mal conseillé

M. ABEL GABRIEL se trouve dans un état d’angoisse extrême car arraché brutalement à son fils qu’il élève seul et de manière exemplaire depuis plusieurs années. Vous conviendrez comme moi que la place d’un père n’est pas en rétention mais auprès de son enfant et encore davantage à quelques jours de la rentrée scolaire.

Que diront parents et enseignants aux camarades de Chama Dieumerci devant sa chaise laissée vide ?

Parce que je pense également que « le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore qu’un droit, qui s’applique à toutes les familles », c’est avec confiance et détermination que je vous demande de procéder à la libération, à l’abrogation de l’APRF pris à l’ encontre de M. ABEL GABRIEL et à sa régularisation pour raisons humanitaires et à mettre tout en œuvre pour qu’il retrouve son fils au plus vite.

Recevez, Monsieur le Préfet, l’expression de mes sentiments citoyens les plus déterminés."

Votre signature__

______________________________________________

Commentaires

Bonsoir - vous pouvez aider Chama Dieumerci en vous associant à l'action lancée par le site http://www.dieumerci.fr - merci

Ecrit par : Thierry | 31.08.2009

 

____________________

 

Merci beaucoup Thierry. J'y vais tout de suite. De gros bisous pour Chama.
Chloé

Ecrit par : Chloé Laroche | 31.08.2009

 

____________________

Communiqué Resf / Après la conférence de M. Besson :

Le 4 septembre 2009 /
APRES LA CONFERENCE DE PRESSE DE M. BESSON__

"Les déclarations d’Eric Besson lors de sa conférence de presse du 3 septembre appellent quelques commentaires.
Il assure que « les parents [emprisonnés en CRA] sont libres de choisir d’amener ou pas leur enfants dans un centre de rétention ou de les confier à l’extérieur » et qu’il « ne suffit pas que l'on entre en France, que l'on inscrive son enfant à l'école pour qu'il y ait protection (ndlr: régularisation) des parents ». Arrogance, vulgarité, démagogie, M. Besson a vite appris de ses nouveaux amis. On dirait du Frédéric Lefèbvre !
Sur le fond, son discours oscille entre inconsistance et monstruosité. Il est stupéfiant d’entendre un ministre tenir des propos d’une telle légèreté sur les questions dont il a la charge. Ramener la véritable odyssée qu’est le parcours de nombre d’immigrés à de vagues formules simplistes (« Il ne suffit pas que l’on entre en France ») témoigne d’une inculture inquiétante. Ce sont des vies entières, des enfants, mais aussi un travail, un logement, des années de présence, une famille souvent que le ministre traite avec tant de désinvolture.
La « liberté » qu’accorde M. Besson aux parents de faire enfermer leurs enfants avec eux ou de les « confier à l’extérieur » (à qui ? A l’assistance publique ?) est une imbécillité ou une monstruosité. Probablement les deux. M. Besson s’imagine-t-il que c’est quand la police débarque à 7 h du matin, arrache les enfants du lit, menotte les parents, qu’on a la « liberté » d’abandonner ses enfants ?
En d’autres temps, les possédants, les bien-pensants et les parvenus soupçonnaient les milieux populaires de faire des enfants pour vivre des allocations familiales. M. Besson renouvelle le genre en les accusant d’utiliser leurs enfants pour obtenir des papiers. Le style, c’est l’homme. Il ne suffit pas d’énoncer des platitudes pour justifier des infamies."

Allez voir le site : http://www.educationsansfrontieres.org

Ecrit par : Chloé Laroche | 06.09.2009

 

____________________________________Le 9/09/09 : LE PÈRE DE CHAMA EST ENFIN LIBRE !!!!

 

Une heureuse nouvelle pour Chama et son papa, pour tous ceux qui les ont défendus et aidés :

le père Chama est enfin LIBRE depuis le 9 / 09 / 09.
Puisse-t-il être régularisé sur un long terme et vivre avec son fils une longue vie heureuse en France !!

Chloé

Ecrit par : Chloé Laroche | 11.09.2009

 

26/08/2009

Je défends la famille OGELE, expulsée sauvagement à Orléans de son logement avec quatre enfants, à trois semaines de la rentrée. Colère et indignation aussi pour Dah, mauritanien demandeur d'emploi qui a été dénoncé par un employé du Pôle Emploi.

as1128mrgn_12.jpgBonjour à tous et toutes,dl_m40_0083.jpg

 

La rentrée se prépare mais pour certaines familles, elle ne se fera pas normalement. En effet, dans notre pays, des enfants sont mis à la rue avec leurs parents, sous prétexte que ces enfants “pleurent et font du bruit”.

817906245.JPG.jpegAinsi, une famille vivait à Orléans, hébergée dans l’ancienne gendarmerie d’Olivet, un Centre d’hébergement géré par la Croix-Rouge. C’est un couple nigérian,  Monsieur et Madame OGELE. Ils ont quatre enfants et étaient dans une dynamique d’insertion, avec un emploi honoré par Madame.

Le 13 août, ils ont été expulsés violemment par la responsable du 115 elle-même, sur les ordres de la Présidente orléanaise de la Croix-Rouge, organisation qui se démarque habituellement par un comportement solidaire basé sur l’entraide et le service à autrui.images.jpeg

Quatre enfants de deux à sept ans ont vu leurs affaires jetées par la fenêtre du premier étage, emballées dans des sacs plastiques ou des draps.hs065213_bc2_wj.jpg

Trois semaines avant la rentrée scolaire, on leur a proposé une solution d’urgence sur huit nuits. Huit nuits à l’abri et la journée : dans la rue. Aujourd’hui, le délai de cette semaine d’abri d’urgence est passé. Où sont-ils ? Trois de ces enfants sont scolarisés. Que va décider le Préfet qui laisse des enfants dormir dans la rue. Va-t-il les placer à la DASS et leur trouver une famille d’accueil, séparant parents et enfants, dans la pire des tortures morales ?!! C’est malheureusement un risque.

425050.jpgSanctionner une famille pour un manque de logement, pour une expulsion sauvage, est inhumain. Ces parents risquent de se voir arracher leurs enfants parce qu’on les a mis dehors, parce que leurs enfants pleuraient et qu’ils faisaient trop de bruit ?!!

C’est abominable.

Je suis très inquiète, ainsi que nombre de personnes du Réseau d’Éducation sans Frontières. Comment peut-on en arriver là dans l’indifférence générale ?

hs065200_bc2.jpgCette info est passée discrètement au mois d’août, alors que beaucoup de français sont en vacances. Maintenant que vous êtes au courant, j’espère que vous allez réagir et écrire en masse à ce Préfet, afin de protester et de montrer que nous nous occupons de cette famille en danger.  Vous pouvez aussi écrire à Monsieur Serge GROUARD (UMP), Député-Maire d’Orléans.jf771BBEA_0365.jpg

Merci pour la solidarité que vous montrerez pour cette famille nigériane.

À Orléans, un événement m'a aussi beaucoup troublée. Un agent du Pôle Emploi a profité d'un rendez-vous donné à un demandeur d'emploi mauritanais, Dah, sans-papiers, pour le livrer à la Police et aux autorités. Il y a deux ans, en Rhône-Alpes, cela s'était déjà produit et c'est inacceptable. Vous pouvez vous rendre sur le lien suivant : http://cgt-pole-emploi.fr/index.php/les-editos/408-a-orleans-du-pole-emploi-au-centre-de-retention.html

images-2.jpegEn tant que petite-fille de Résistant de la Seconde Guerre Mondiale, je n'oublie pas ce qu'on pu faire tous les collaborateurs de notre pays ainsi que le Gouvernement de Vichy, qui ont dénoncé des milliers de personnes et de familles en danger afin de les faire expulser vers l'Allemagne, déportées et massacrées.images-1.jpeg

Aujourd'hui, le massacre est moral mais il existe. On ne tue personne mais on terrorise, on expulse violemment, on démembre des familles entières, on prive des enfants de leurs parents. On place des enfants dans des Centres de Rétention pour étrangers, avec leurs parents, dans l'attente d'une expulsion. On arrache des enfants de leurs bancs d'école, on les retire de leur classe. Certains enfants voient leur père embarqué de force dans un charter. Enfants en pleurs, parents déchirés.

dl_m40_0056.jpgAlors, on ne peut se taire et je ne me tairais pas.

Chloé LAROCHE

 

____________Voir l’article suivant ainsi que les photos et le film de l’expulsion :

 

http://resf45.hautetfort.com/archive/2009/08/24/4-jeunes-enfants-et-leurs-parents-jetes-a-la-rue-par-des-res.html

---------------------------------------------------

 

24 août 2009.

"Quatre jeunes enfants et leurs parents jetés à la rue par des responsables de la Croix Rouge d’Orléans."

 

“Cette famille, avec 4 enfants de 2 à 7 ans, logeait dans une chambre à l’ancienne gendarmerie d’Olivet. La maman venait d’avoir un titre de séjour et avait trouvé un travail. 3 des enfants sont scolarisés sur Olivet.

Le 13 août 2009 (3 semaines avant la rentrée scolaire) la responsable du 115, exécutant les ordres de la Présidente orléanaise de la Croix Rouge, accompagnée de 2 vigiles les a expulsés violemment.

Il n’y avait rien à discuter. « Vos enfants pleurent et font du bruit. On vous l’a déjà dit. Vous sortez aujourd’hui j’ai une autre famille à mettre à votre place. Ici c’est moi le chef, vous n’irez pas vous plaindre à Tours » (Tours parce que c’est là que réside la nouvelle directrice qui a en charge l’ancienne gendarmerie d’Olivet, depuis le licenciement express  de l’ancienne directrice).

Rapidement l’ensemble des affaires de la famille a été mis dans des sacs qui ont été jetés par la fenêtre du 1er étage. D’autres affaires ont été emballées sauvagement dans des draps, le tout avec des réflexions désobligeantes du genre : « Mais quelle quantité de vêtements ils ont ! » Comme si la famille les avait volés ou qu’elle les imaginait vivant nus ! Alors qu’il est évident qu’il en faut des vêtements pour 4 enfants et 2 adultes pour l’hiver et l’été. Un vigile a même bousculé la maman qui s’est retrouvée au sol. Cette expulsion s’est entièrement déroulée en présence des enfants. Pour plus de détails regardez, par ailleurs,  les photos prises durant cette sauvagerie.

Depuis, la famille passe la nuit aux Centre des Montées mais le matin tout le monde est dehors dans la rue jusqu’au soir 19h. Et pour combien de temps car on leur a déjà dit que les Montées c’est 8 nuits par mois et qu’après rien n’est sûr. Déjà, ce dimanche soir 23 août, la famille est à la rue pour la nuit : « vous avez épuisé votre quota de 8 nuits et il n’y a pas de places » leur a-t-on dit.  Plusieurs fois depuis leur expulsion les enfants ont été malades et les consultations se multiplient à l’hôpital.

Que va devenir cette famille qui commençait à se construire un avenir ? Quelle va être la rentrée scolaire des enfants ?

Cette situation ne semble pas émouvoir particulièrement le préfet. Il n’y a rien d’étonnant à cela : depuis des mois, quasiment tous les jours, des enfants dorment dans la rue et il n’a pas encore bougé le petit doigt.

Les responsables de la DASS n’y voient rien à redire et ne se bougent pas plus. Sauf à suggérer un placement des enfants. Ce serait un comble car la famille n’est en rien responsable de cette situation !

Faut-il voir, dans l’attitude des uns et des autres, une connivence et des arrangements concertés entre « amis » ? Faut-il y voir un accord d’actions concertées pour appliquer une honteuse politique vis-à-vis des demandeurs d’asile et des sans papiers ? La multiplication des situations où les uns et les autres agissent de concert, nous servent les mêmes arguments au mot prêt, font semblant de se rejeter la balle ou se servent de la lâcheté de l’un pour couvrir la leur, nous font penser qu’il n’y a pas de fumée sans feu dans cette situation de l’hébergement d’urgence sur Orléans.”

Pour lire l'article paru dans la République du Centre : http://resf45.hautetfort.com/media/00/01/817906245.JPG

Pour visionner le reportage de France 3 : http://www.dailymotion.com/video/xa8c2p_france-3-centre-e...817906245.JPG.jpeg

Pour les photos prises au moment de l'expulsion, trois liens à consulter :

 

http://resf45.hautetfort.com/media/00/02/1142793111.pdf

http://resf45.hautetfort.com/media/00/00/344105532.pdf

http://resf45.hautetfort.com/media/00/00/272073714.pdf

 

François (Réseau d’Éducation sans Frontières)____________________________

 

Le lien de cet article est :

http://resf45.hautetfort.com/archive/2009/08/24/4-jeunes-enfants-et-leurs-parents-jetes-a-la-rue-par-des-res.html

___________________________________________________

 

Commentaires

La croix rouge ne met pas les familles dehors sans raisons !!!!!!!!
J'ai écouté le reportage et la famille en question n'a pas respecté les règles du bâtiment ce que toutes personnes se doit de respecter . Pourquoi la croix rouge aurait mis seulement cette famille dehors et pas une dizaine ? c'est une question que je me pose.
C'est trop facile de taper sur ceux qui font quelques choses ( flic,pompier,croix rouge ,resto du coeur ect.....)
Mais je voudrais bien savoir si les personnes qui sont si outrés on hébergés cette famille a la rue ou si ils ont trouvé un logement pour eux ???
Qu'a fait ce blog ou MR AUCHERE françois de éducation sans frontière ??

J'espère avoir une reponse et que mon message soit publié 

merci

Ecrit par : isa | 31.08.2009

 

________________

 

Bonjour Isa,

Et vous, qu'avez-vous fait, Isa ? Monsieur AUCHERE aidait cette famille pour son intégration et il est outré comme moi de voir une famille avec des enfants mise dehors de cette façon. Vous n'avez qu'à regarder le film et les photos de l'expulsion. Que retiendront les enfants de ces scènes violentes et expéditives ? Que ce soit la Croix Rouge est encore plus révoltant, ne trouvez-vous pas ? Les associations humanitaires ne sont pas intouchables... ou alors ça devient des sectes, un groupement qui a toujours raison et détient seule la vérité. Pas touche ou on en prend plein la figure si on ose les critiquer. Avec tout le travail social qu'ils font, je trouve personnellement qu'il y a eu là un problème que j'ai voulu dénoncer dans cet article. Après, je respecte cette association puisque je suis moi-même secouriste et que je connais l'ampleur de leur travail et de leur efficacité. 

Après, me demander ce que j'ai fait pour cette famille... J'ai écrit pour elle afin de lui témoigner ma sympathie et mon intérêt, ma révolte et mon indignation, comme tout citoyen en a le droit. Beaucoup se taisent ou préfèrent penser que tout va bien dans le meilleur des mondes et que ceux qui sont expulsés "doivent sûrement avoir des choses à se reprocher". Vous dites que cette famille n'a pas respecté les règles... On peut trouver d'autres solutions en sachant aussi qu'il y a des enfants dans cette situation. 

De plus, Isa, si vous lisez tous mes articles, j'aurais beaucoup de monde à héberger ou à protéger et j'aimerais beaucoup pouvoir le faire (que ce soit des familles expulsées de leur logement ou du territoire français) mais il faudrait que je crée une fondation et que j'ai un minimum de moyens. Je lance donc appel à mécène pour financer un logement plus grand afin de faire de l'accueil et de l'hébergement de personnes en difficulté. Car pour l'instant, je m'occupe de trois enfants dont deux que j'ai retiré d'orphelinats, l'un roumain et l'autre béninois. Dans mon modeste appartement, je pourrais loger en dépannage trois personnes, voire quatre... si une association a besoin de mon aide. Je lance d'ailleurs cette proposition au Réseau d'Éducation Sans Frontières. Et si cette famille d'Orléans veut venir à Grenoble en attendant d'avoir mieux, c'est possible. 

Vous voyez Isa... Votre message est publié et vous avez une réponse de ma part. J'aurais grand plaisir à vous relire et je vous adresse mes meilleures salutations, en espérant avoir des nouvelles de cette famille et de ces enfants qui doivent être dans le plus grand désarroi quand d'autres préparent paisiblement leur rentrée. 

Chloé LAROCHE

Ecrit par : Chloé Laroche | 31.08.2009

 

______________________________

 

bonjour Chloé

Je fais partie de pas mal d'associations , c'est pour celà que ma réaction est sans doute violente . Plus on en fait et plus c'est un dû pour certains (heureusement ils sont minoritaire a penser ainsi). Ce qui me deplait dans l'article c'est la mauvaise foi du journaliste ,de la famille et de éduc sans frontiere qui font passé une association de plus en citant des personnes d'inhumain alors que cette famille a eu des avertissements et ils y a eu des plaintes envers eux .
La croix rouge ou autres organisme n'ont aucun interet d'expulsé cette famille sans raison.
Il y a des regles a respecter surtout dans la structure que l'on voit dans le reportage .
Saviez vous que la pmi sur demande de voisin est venu constater si les enfants n'étaient pas martyrisés tellement ils hurlaient.
Sur la photo je vois des personnes qui ramassent des affaires et un enfant assis sur un fauteuil bien sagement ( pas du tout traumatisé mais plutot comme du déjà vecu, hélas!!!)
Je sais que les photos sont souvent mal interprété ou bien souvent déformé pour mettre a sa sauce .
autres choses vous avez retiré 2 enfants de l'orphelinat pour avoir une médaille ?
Je comprends bien que toutes ses personnes ont quitté famille et pays pour des causes dure a imaginé et surtout a vivre mais faut arreter de faire croire que la france ou autres c'est mieux .
sans les associations qui sont saturé que deviennent ses personnes ???
J'espere qu'un jour vous aurez assez d'argent pour ouvrir une structure d'herbergement sans jamais refuser une seule famille surtout l'hiver !

Je pense que cette famille n'a pas eu de chance mais elle l'a eu !
Je pense que des personnes qui expulses doivent avoir du mal a géré cette situation .
Savez vous ce que devient cette famille ?

Isa

Ecrit par : isa | 31.08.2009

 

_____________________

 

Isa,

Vous devez être très proche de la situation pour en savoir autant sur les causes de l'expulsion de cette famille. Plaintes, suspicion de mauvais traitements, hurlements des enfants. Peut-être connaissez-vous la personne qui a opéré l'expulsion ? Est-ce qu'elle dort bien ? N'y avait-il pas d'autres moyens ? Cette famille vivait dans combien de mètres carré à deux adultes plus quatre enfants ? Par quelles soufrances antérieures sont-ils passés ? Quelles batailles cette famille a dû mener pour s'intégrer en France ? Comment pouvez-vous juger si rapidement ? 

On juge l'arbre à ses fruits. Ce que je vois, c'est l'effort de certaines personnes comme Mr Auchere, du Réseau d'Éducation sans Frontières, envolés d'un coup de balai.

Ce que je vois, ce sont quatre enfants qui ont été expulsés de leur logement. Ils ont vécu dans la rue depuis, après un hébergement d'urgence de huit nuits, et qui sait où ils sont à cette heure ?

Votre solution me parait visiblement toute trouvée : ces enfants vont être placés pour être épargnés de "mauvais traitements". Ils vont grandir dans des familles "honorables" et ne verront peut-être plus leurs parents, étrangers à ce pays, étrangers à leurs enfants, étrangers à ceux qui ont grandi ici et qui ne voient pas d'un bon oeil arriver des africains.

Vous aidez, vous faites partie de plein d'associations et vous arrivez à tenir certains propos qui me font penser au Front National.

Vous me demandez si je veux une "médaille"... Non merci. Je vous parlais de mon action pour répondre à votre défi, pour vous dire ce que je fais de mes mains et avec mon coeur.

Une dernière chose, avant de juger cette famille, je vous conseille de marcher dans leurs mocassins durant un mois, c'est-à-dire de prendre durant un mois leur destin tout entier, les mètres carré où ils vivaient, la pauvreté dans laquelle ils étaient, les difficultés de toutes sortes durant leur parcours en France... et après, on pourra reparler.

Et si cette famille m'entend, la famille OGELE, qu'elle sache que je pense très fort à elle et à ces quatre enfants, balottés par la vie. Je souhaite qu'une solution soit trouvée pour qu'ils puissent vivre dans un logement adapté à six personnes et qu'ils puissent grandir sans la peur au ventre.

Cordialement,

Chloé LAROCHE

PS : Quand vous parlez de "mauvaise foi du journaliste", vous parlez de quel journaliste ?

Ecrit par : Chloé Laroche | 31.08.2009

 

_________________________________________

Chloé

Effectivement je connais des associations pour en avoir fait partie qui brassent beaucoup de parole et de vents mais le pire dans tout cela elles sont persuadés d'avoir agi . Là voyez vous et ce n'est que mon point vue ,il n'y a rien de pire que de faire croire ou espéré a une famille que tous va s'arranger grâce a son association ! pour moi c'est prendre les gens pour des cons.

Ce que je veux dire c'est qu'a part la croix rouge qui a donner un toit a cette famille ? 

Les autres assos savaient que la famille Ogele allait etre expulsé !!!! Qu'ont elles fait pour eux ???? une montagne d'oreiller et de couvertures devant la prefecture , franchement Chloé c'est facile de raler et de brasser du vent .

Quitter son pays je sais que s'est tres difficile a supporter car l'exclusion est des 2 pays.

Je m'inquiete autant que vous de cette famille mais je n'ai pas la solution helas pour eux et pour tant d'autres . je parle comme une personne réaliste et non comme le FN car pour vous dire ce que l'on pense doit forcement faire parti du FN ou AUTRES.

Je pense aussi aux personnes qui font parti d'une assos et qui sont obligé de mettre une famille dehors la decision est dure .

Voyez vous je ne choisis pas de clan ,je pense a toutes ses personnes.

les famille vivent dans quelques metre carré grace a la croix rouge ( je le precise car je ne connais pas d'autres assos pour hébergé 100 familles).Mais n'oublions pas quelles ont un toit toutes ses familles , voilà ce que je retient .
La famille Ogele a eu cette chance d'avoir un toit certes avec des règles mais pour hébergés 100 familles il faut imposer des règles surtout dans une structure ou tant de culture se mélange,qu'en pensez vous ??

quand je parle de la mauvaise foi du journaliste ,c'est du journalisme que je fait allusion car le présentateur ne fait que répéter ce qui est écrit . ce que je reproche c'est qu'il n'y a pas tous le monde d'interroger pendant le reportage (voisins extérieur , voisins de structure, Pmi,Dass,ect..... parler moins de 3 minutes dans un journal pour essayer d'expliquer des mois de galère. 
Savez vous que la famille Ogele a déjà été expulsé d'une autre structure avant que la croix rouge les accueille. (je ne pense pas que vous sachiez grand chose sur cette famille ) 

Voilà ce que je voulais dire aider les personnes c'est très bien et tant que je peux le faire je vais etre sur le terrain mais faut arrêter de dire des conneries sur les assos qui font des choses et même si on ne fait pas bien un jour ,on fera mieux le lendemain .c'est ce que je pense chère Chloé .

posez vous les bonnes questions et le pourquoi du comment et surtout que faire quand on peut sinon on brasse du vent .

bonne journée

Ecrit par : isa | 01.09.2009

 

_____________________________________

 

Merci Isa.

Quand je vous lis, je me dis que finalement, il n'y a pas d'espoir pour certaines trajectoires, certains destins. Expulsés, ré-expulsés... exclus, renvoyés, sans racines, déchirés, bientôt démembrés de leurs enfants peut-être... Le train est en route et même les associations qui aident rebroussent chemin devant l'inéluctable.

Ce que je souhaite, c'est juste que les enfants de cette famille soient sortis de cette galère, de cette destinée sans issu.

Juste qu'ils puissent vivre une vie comme tous les enfants.

Malheureusement, je sais trop que quand on est enfant, on fait partie d'une famille et qu'on subit la destinée de cette famille et les aléas de ses parents.

Alors je vais dire une chose : soit ces quatre enfants subissent des mauvais traitements et ils doivent être sortis de là, soit ils n'en subissent pas et la rumeur est terrible.

Cordialement,

Chloé Laroche

Ecrit par : Chloé Laroche | 01.09.2009

24/08/2009

Pour un père serbe expulsable de France et ses deux enfants dont l'un est né en France en 2000. Il a neuf ans et sa soeur a treize ans. Ils risquent de ne jamais revoir leur père. "Le maintien de l'unité familiale est une règle immuable."

images-10.jpeg
Bonjour à tous et toutes,images-11.jpeg
images-5.jpegActuellement, une famille est encore malmenée, déchirée, écartelée... et c'est insupportable.
Un père serbe en prison.
images-12.jpegDeux enfants de treize et neuf ans qui pleurent leur papa.
Des enfants scolarisés en France depuis toujours et un père, Vojin MILIC, présent sur notre sol depuis treize ans.
Il est enfermé depuis le 12 août au Centre de Rétention de Palaiseau, dans l'attente d'une expulsion de France.
Je vous informe de cette situation car nous ne pouvons laisser mentir Monsieur Besson qui a déclaré, je cite :
"Le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore un droit, qui s’applique à toutes les familles, qu’elles soient ou non en situation régulière".images-3.jpeg
C'est une très belle phrase et j'aimerais que Monsieur Besson l'assume et la rende vivante. Que ces deux enfants et leur mère ne pleurent plus et qu'on stoppe cette situation, qu'on leur rende leur père et leur mari.
Je vous transmets à cet effet l'appel du Réseau d'Éducation sans Frontières que vous trouverez ci-dessous, ainsi que les actions à faire.
Soyons nombreux à réagir et à agir vite en écrivant aux différentes adresses INDIQUÉES EN FIN D'ARTICLE.
Chloé LAROCHE
images-4.jpeg_______________________
"Vojin MILIC est serbe. Il est enfermé au CRA de Palaiseau depuis son arrestation à Beauvais lors d'un contrôle routier le 12 août. Il vit en France depuis 1996, soit 13 ans. Sa femme Snezana MILIC qui vit en France depuis 10 ans a rendez-vous la semaine prochaine en préfecture de Bobigny pour y retirer son titre Vie privée et familiale. Jouana, l’aînée de ses enfants est arrivée en France en 1999, à l’âge de 3 ans, son jeune frère y est né, en 2000. L’un et l’autre y ont fait toute leur scolarité. Ils sont très affectés par la disparition de leur père.

En outre, immédiatement après une première arrestation, il y a un an, Vojin MILIC a fait une septicémie. Il a passé six jours dans le coma et son état nécessite des soins.

Son arrestation et l’éventualité de son expulsion suscitent stupeur et incompréhension de tous ceux qui connaissent la famille. Aussi, ce matin (22 août), quand il a été traduit devant le juge des libertés d'Evry, sa femme, sa fille, son frère et sa belle-soeur (Français), la directrice de l'école de son fils qui était venue de Drancy avec son mari, les militants du RESF, tous avaient bon espoir : un juge, ‑‑celui des Libertés, qui plus est !‑‑ ne pouvait laisser une telle injustice en l'état.

C'était se tromper lourdement. Le juge était là pour dire la loi, celle de Monsieur Sarkozy. Il l'a dite, sans trembler ni rougir : Vojin MILIC reste en prison administrative. Sa femme et sa fille en pleurs ? Sa famille étranglée d'indignation ? Les policiers présents qui avaient honte du travail qu'on leur fait faire ? Ce n'est pas son problème... On lui a souhaité de déjeuner de bon appétit quand on l'a croisé, quittant ce qu'on peine à appeler le palais de Justice...images-6.jpeg

images-9.jpegVojin MILIC sera ramené au CRA de Palaiseau. Il était prévu qu’il soit expulsé lundi mais la police n’a pas obtenu de laissez-passer. On va donc le laisser mariner et se désespérer des jours et des jours encore. Des jours qu’il faut mettre à profit pour réagir encore plus fort. Alerter la presse, faire savoir ce qui se passe au pays dont Sarkozy est président. Dire, clamer partout que Besson ment quand il soutient « Le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore un droit, qui s’applique à toutes les familles, qu’elles soient ou non en situation régulière ».

 

images-7.jpegLE DEMEMBREMENT DES FAMILLES, CA SUFFIT !

 

Pour protester (sans injures ni diffamation)

Préfecture de Seine-Saint-Denis qui a pris l'APRF du 05/09/2008

Nacer MEDDAH, Préfet : nacer.meddah@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

Directrice des étrangers : arlette.magne@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

et : courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

Fax : 01 48 30 22 88

Préfecture de l'Oise qui a procédé à l'arrestation et à la mise en rétention

courrier@oise.pref.gouv.fr

philippe.gregoire@oise.pref.gouv.fr

Fax 03 44 45 39 00

 

Ministère du démembrement des familles

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

 


Elysée parce que c'est là en réalité que les décisions se prennent  fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

______________

_________________ Le Réseau d'Éducation Sans Frontières : http://www.educationsansfrontieres.org

 

 

22/08/2009

Pardon à Alain de Monéys, massacré par les habitants d'un village de Dordogne le 16 août 1870. Mon conte écrit il y a 28 ans et le livre de Jean Teulé "Mangez-le si vous voulez", récit de cet abominable crime.

images-14.jpeg

 

Bonjour à tous et toutes,

 

Il y a un peu plus de vingt cinq ans, j’ai écrit un conte, l’histoire d’un bébé déchiqueté par les habitants d'un village devenu fou et ressuscité par des enfants.images-8.jpeg

 

Jamais je n’aurais pensé que cela avait vraiment existé et que c’est arrivé à Alain de Monéys, le 16 août 1870, en Dordogne.

 

 

46.jpgCe jeune homme de 28 ans vivait près de Bretanges, dans un village du centre de la France où il était estimé, aimé. Il venait d’être élu premier adjoint au maire. Il avait le coeur sur la main et était aimable, gentil, intelligent, représentant la bonté incarnée.

Ce jour-là, il s’est rendu dans un autre village, celui de Hautefaye, pour aller à la foire acheter une vache, souhaitant faire plaisir à une voisine.

Mais en un après-midi, il est devenu martyr, vivant toutes les étapes du calvaire christique... lynché, crucifié, torturé, brûlé vif, mangé... par les villageois devenus fous.

15421-03NS.jpg

Tout cela parce qu’il avait pris la défense de son cousin, lequel venait de lire en place publique un journal annonçant la défaite de la France face à la Prusse. Alain Romuald de Monéys d'Ordières a été soudain accusé d'être pro-prussien.

images.jpegAlain est devenu le bouc-émissaire d’une foule entière, qui n’a pas supporté la défaite et la débacle française. Ils n’y croyaient pas. Aussi ils ont fait le pire, l’abominable carnage... ne sachant plus ensuite comment ils en étaient arrivés là. Deux cent personnes ont participé à ce carnage.images-3.jpeg

 

En mai 2009, l’écrivain et journaliste Jean Teulé a écrit un roman racontant le calvaire d’Alain de Monéys. Je l’ai entendu en interview à la radio. Et j’ai été stupéfaite de voir la similitude avec mon conte écrit quand j’étais adolescente, il y a 28 ans.

 

images-5.jpegEt puis, aujourd’hui, j’entends à nouveau Jean Teulé sur France Info qui reparle de son livre : “Mangez-le si vous voulez”, paru aux Éditions Juliard. Il m’a incitée en l'écoutant à écrire enfin cet article et à remettre mon conte en ligne.

J’offre mon conte à Alain de Monéys, en espérant que son âme a retrouvé la paix après cet abominable calvaire d’un corps déchiqueté... Qu’il a trouvé l’éternité d’un homme sacrifié et le bonheur de mille anges le consolant.

21.jpg

Une messe du pardon a été organisée le 16 août 1970 à Hautefaye où étaient présents les descendants d'Alain et ceux des assassins.

k1579274.jpgJe demande au Maire de la commune... qui me lira sûrement, de rendre un hommage à travers une stèle érigée dans le champ où a péri Alain de Monéys, champ dont les sillons sont souillés par la violence d'un sang versé par des âmes terribles. Cruelle histoire d'un village qui porte ce souvenir à travers les années comme un poids sur les générations futures et présentes, des descendants qui portent un regard horrifié et honteux sur leurs ancêtres.k0195035.jpg

 

Alain de Monéys, je vous demande pardon au nom de tous les Français et je souhaite profondément que votre histoire ne se répète jamais. Mais quand on voit l’actualité et ce que l’homme peut réaliser en horreurs, sur le plan individuel ou collectif, il y a de quoi s’inquiéter et travailler encore pour que l’abomination n’arrive jamais plus dans le coeur de l’Homme.

200457479-001.jpg

 

Voici donc mon conte ci-dessous.

 

Chloé LAROCHE

 

______________________________________________________ J'avais inclu ce conte dans mon article du 2 juin 2008 : Conte anti-pédophile : "Jason, petit ange du Mont-Blanc". Dédié à tous les enfants assassinés, abusés et violés.

 

AA030076.jpg

Le conte du bébé assassiné par un village et ressuscité par des enfants.

Il était une fois un homme qui habitait avec sa famille dans un village éloigné de la ville. Un matin, il partit chasser, bien que les provisions du verger soient suffisantes.

Soudain, il aperçut au milieu d’un champ un arbre immense, un chêne au tronc entouré de lierre, qu’il n’avait jamais vu auparavant. Sans s’émouvoir de la beauté et de la noblesse de cet arbre inconnu, il pensa : “Ce chêne pourrait servir de bois de chauffage pour l’hiver entier ! Sans le dire à personne, afin de le garder pour moi seul, je reviendrai cette nuit avec ma hache.”images-13.jpegimages-10.jpeg

images-7.jpegSe rapprochant de l’arbre, il entendit des cris ressemblant à ceux d’un enfant qui vient de naître et il découvrit dans le creux des branches un petit bébé, qui battit des mains à sa vue. “C’est très certainement le marmot de quelque fille fautive venue enfanter dans la forêt !” se dit-il. “Je vais l’emmener chez le curé, qui dira ce qu’on doit en faire.”

Prenant l’enfant dans ses bras, il partit vers le village. Alors qu’il traversait la forêt, il aperçut tout à coup un sanglier. Ne voulant pas rater cette occasion de chasser, il laissa tomber l’enfant et épaula son fusil pour tirer ; lorsque soudain un serpent passa devant lui. L’homme eut très peur ; il fit un bond en arrière et lâcha son arme en glissant sur une pierre. Le sanglier fonça alors sur lui mais le chasseur grimpa prestement sur un arbre.

Malheureusement pour lui, la branche sur laquelle il s’était réfugié cassa et l’homme tomba à terre, se retrouvant juste à côté du petit enfant. Celui-ci battait des mains et riait en voyant tout ce manège ; le chasseur ne fit pas attention à cela ; il pensait que les enfants ne peuvent ni comprendre ni sentir ce qu’il se passe et qu’il ne font que manger, dormir et grandir.

L’homme, voulant se défendre, chercha son fusil mais ne le trouva point. Par hasard, en levant la tête, il le vit se balançant fièrement au sommet d’un arbre. Il secoua d’abord les branches dans tous les sens mais le fusil ne bougea pas. Ensuite il décida d’aller chercher sa hache ; mais, alors qu’il s’en allait, il reçut le fusil sur la tête et perdit connaissance.images-12.jpeg

Quand il revint à lui, il était couché sur un lit, entouré par toute sa famille et par la plupart des villageois, venus le voir par curiosité. Il leur raconta ce qui lui était arrivé, en déformant la vérité à son avantage.

Tout à coup, pensant au bébé qu’il avait découvert, il leur demanda s’ils l’avaient amené ; les villageois ayant répondu par l’affirmative, il leur dit : “Tout ce qu’il m’est arrivé est survenu après avoir découvert ce gamin”, et, bien que pensant en lui que ce n’était pas vrai, il ajouta : “Et je sais bien qu’il se moquait de moi !”

images-8.jpegAlors chacun cria : “Il faut se venger. Le coupable doit être puni. Tuons le marmot et jetons-le aux chiens !” Mais quelqu’un suggéra : “Mangeons-le plutôt , ce serait un gâchis de le jeter aux chiens !” Après ces paroles terribles, tous se précipitèrent dans la pièce où avait été déposé le bébé... Les uns après les autres, ils tombèrent foudroyés en voulant porter à leur bouche la chair de l’enfant assassiné. Tous, sauf les enfants du village qui avaient compris l’énormité et la monstruosité de cet acte. Ils comprirent aussi dans quel chemin ignoble les avaient emmenés leurs parents... à qui ils devaient pourtant respect et considération.2080-2333XA2.jpg

Lorsqu’ils virent les adultes tomber les uns après les autres, ils se mirent à rire, et de tous les coins de l’univers, des rires d’enfants leur répondirent.

Ils entendirent soudain une voix venue de leur coeur, qui leur disait : "Montez au sommet de la montagne en portant chacune des parties de mon corps. N’ayez aucune crainte, aucune peur. Arrivés là-haut, vous reconstituerez mon corps comme un puzzle de vous-même et, en chantant, vous ferez une ronde tout autour de moi. Et sans jamais défaire votre ronde, vous attendrez.”

e002817.jpgLes enfants prirent donc chacun soigneusement une partie de l’enfant et, en file indienne, ils partirent vers le sommet de la montagne. Ils rencontrèrent bien des difficultés : ils durent franchir des torrents tumultueux, ils escaladèrent des parois abruptes, ils se cramponnèrent à la glace, ils traversèrent des tempêtes de neige, ils connurent le grand vent et la grêle... mais jamais ils ne virent tous ces éléments de la Terre comme des ennemis.

Pour eux, ces éléments de la nature étaient leur famille, leur unique et seule famille.01016030.jpg

C’est ainsi qu’ils arrivèrent sains et saufs au sommet de la montagne. Là, tous ensemble, ils recréèrent le corps de l’enfant mort. Puis ils se prirent par la main et firent une ronde autour de lui, en riant et en chantant.

ZKD055.jpgSoudain, l’orage éclata ; mille éclairs fusèrent de toutes parts et tout fut illuminé. Tout à coup, un éclair plus lumineux que les autres jaillit au milieu de la ronde des enfants. Le bébé ouvrit les yeux et leur sourit ; tous les enfants, d’un même élan, s’élancèrent vers lui et l’on vit, au bout de tous les bras réunis, un être lumineux projeté dans le ciel... et un arbre magnifique, un chêne immense au tronc couvert de lierre, s’élançant au milieu de la ronde.bxp36804-1.jpg

u12530759.jpgL’on entendit des rires d’enfants retentir à l’infini dans tous les coins de l’univers et un doux murmure chanter le nom de l’Amour.

Les villageois se réveillèrent de leur torpeur et accueillirent en eux l’enfant qui était mort mais qui maintenant revivait en chacun.

Chloé LAROCHE

 

200544805-001.jpgà Alain de Monéys

 

16/08/2009

Je vous salue Marie... Pour tous les enfants morts à cause de l'inconscience humaine, de la folie et de la haine ancrée dans les cellules survenant telle un cyclone.

images-6.jpegJe vous salue Marie

Par tous les enfants morts

Près de leur mère, de leur père

Par ces deux enfants

Tués par leur maman

À Nice, le onze août

... pour Teddy et Lisa

Trois ans et demi et deux ans

 

Ils sont morts noyésk1948260.jpg

Par des mains devenues folles...

De ces mains qui les ont choyés

Dans un sourire immense

Dans le ventre d'une mère

Ils avaient grandi

Mais l'océan les a repris

Dans les larmes d'un père

 

images-1.jpegUn père dont le chagrin

Ressemble au tsunami

Quand la femme devient furie

Tempête terrible

Force monstrueuse de vie

Et de mort fulgurante

Vague sans retour

Suicide de sa propre chair

 

Je vous salue Marieimages-2.jpeg

Par ce nouveau-né retrouvé mort

Cadavre jeté dans une poubelle

Près de Cornillon-Confoux

Par sa mère peut-être atteinte

Du déni de grossesse

Terrible découverte

D'une naissance non vécue

 

images-5.jpegJe vous salue Marie

Par cette fillette de sept mois

Tombé d'un quai de port d'Erquy

Dans son landau échappé

À la surveillance de ses parents

Un frein oublié, une négligence

Et la mort est là qui rôde

Au mépris de l'amour

 

Je vous salue Marieimages.jpeg

Par une douce maman

Qui entend des paroles de mort

De la bouche de sa fille ado

"Dans la tombe Maman

Quand tu seras

Je serais heureuse"

Temps méprisables !

 

u17124213.jpgJe vous salue Marie

Par ces deux jumeaux de dix ans

Tués par leur frère adolescent

D'un coup de fusil dans leur sommeil

La Corse s'est réveillée meurtrie

Leurs parents morts aussi

Le jeune ne sait pas pourquoi

La mort est passée par lui

 

Je vous salue Marieimages-4.jpeg

Par cet enfant de deux ans

Laissé seul par sa mère

Dans son lit, pour sa sieste

Pendant deux heures et demi

Retrouvé inconscient à Bezons

Et brûlé on ne sait pourquoi

Comment ? Pourquoi ?

 

u18977811.jpgJe vous salue Marie

Par ce petit garçon de cinq ans

Laissé de l'autre côté de la route

Par sa maman qui a traversé sans lui

Une voiture l'a renversé

"PRENDRE UN ENFANT PAR LA MAIN

... Pour l'emmener vers demain"

Un geste qui peut éviter l'Hôpital Necker et la tombe.

 

Chloé LAROCHE

 

 

__________________________________

 

images-8.jpegJE VOUS SALUE MARIE ________ de Georges Brassens

 

"Par le petit garçon qui meurt près de sa mère
Tandis que des enfants s'amusent au parterre
Et par l'oiseau blessé qui ne sait pas comment
Son aile tout à coup s'ensanglante et descend
Par la soif et la faim et le délire ardent Je vous salue, Marie.

Par les gosses battus, par l'ivrogne qui rentre
Par l'âne qui reçoit des coups de pied au ventre
Et par l'humiliation de l'innocent châtié
Par la vierge vendue qu'on a déshabillée
Par le fils dont la mère a été insultée Je vous salue, Marie.

Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids
S'écrie: " Mon Dieu ! " par le malheureux dont les bras
Ne purent s'appuyer sur une amour humaine
Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène
Par le cheval tombé sous le chariot qu'il traîne Je vous salue, Marie.

Par les quatre horizons qui crucifient le monde
Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe
Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans mains
Par le malade que l'on opère et qui geint
Et par le juste mis au rang des assassins Je vous salue, Marie.

Par la mère apprenant que son fils est guériimages-9.jpeg
Par l'oiseau rappelant l'oiseau tombé du nid
Par l'herbe qui a soif et recueille l'ondée
Par le baiser perdu par l'amour redonné
Et par le mendiant retrouvant sa monnaie Je vous salue, Marie."

 

__________________________________

Commentaires

 

Bonjour Chloé,

Je suis outrée de voir que des gens irresponsables, ayant tout perdu (dignité, conscience, esprit, lucidité, etc...) peuvent arriver à TUER. Comment peut-on en arriver là. Malgré que quelqu'un ait d'énormes soucis, on ne peut pas TUER sans réfléchir à son geste et à ses conséquences : ôter la vie de quelqu'un qui n'a pas demandé de mourir. Tellement de femmes demandent à choyer un enfant, aimer tout simplement.
Il y a tellement de solutions pour éviter de passer à l'acte (TUER). Demandez-vous : pourquoi je vais faire cela ? N'ai-je pas une autre solution ? A méditer.

Lolotte73

Ecrit par : Lolotte73 | 16.08.2009

 

______________________

 

Oui, c'est terrible d'en arriver à commettre l'irréparable, mais je pense que nombre de personnes qui tuent dans "un instant de folie" sont malades, c'est à dire ont besoin d'être aidées, mais comme la plupart du temps, elles gardent tout en elles et ne parlent à personne de ces orages intérieurs.. un jour, cela fait un tsunami et elles tuent. Elles tuent leur enfant mais, en réalité, en premier, c'est elles qu'elles tuent. Car comment vivre après cela ? La maman de Nice qui vient d'être internée ne pourra jamais revivre quand elle sera guérie. La personne qu'elle est aujourd'hui sera morte et une autre vivra le reste de sa vie en survivant de la mort de ses enfants.

La nature humaine est complexe, comme l'univers, mais si on ne fait pas face à nos ombres en les reconnaissant, en les apprivoisant, en les sublimant... elles prennent notre âme. Cette maman n'a pas tué. En réalité, ce sont des forces inconscientes qui se transforment en pulsions incontrôlables. C'est pour cela qu'il est primordial de parler, d'écrire, de travailler sur son enfance, sur tous les coups reçus, sur les névroses, sur les rêves, sur son chemin de vie... L'âme, si on la force à prendre un chemin qu'elle ne doit pas... se distord et crée aussi de l'ombre. Si une personne se sent mal et pense faire le pire un jour, sous l'effet de pulsions qu'elle sent monter... doit impérativement aller en parler à un thérapeute ou bien appeler un numéro anonyme d'écoute, comme Cap Écoute. Parfois, il suffit de parler, de tout déverser, de pleurer, de se mettre à nu, de se rendre humble... et on sauvera son enfant, on sauvera les êtres chers que l'on aime, car cette pulsion de mort n'existera plus.

Chloé Laroche

Ecrit par : Chloé Laroche | 16.08.2009

05/08/2009

"Tu t'es vu quand t'as bu ?"... Mon témoignage pour une jeune femme saoule retrouvée allongée par terre contre la fontaine de la Place Notre Dame hier soir à minuit, à Grenoble. Mon propos sur l'alcool et ses méfaits.

images-20.jpeg

Blog visité 64952 fois depuis avril 2008.

images.jpeg
Bonjour à tous et toutes,

 

images-2.jpegHier soir, je sortais d'une répétition de violon avec mon trio, au centre ville de Grenoble. Il était plus de minuit et je ne souhaitais pas m'attarder dans les rues désertes.

J'ai traversé la place Notre Dame où les cafés étaient encore ouverts avec une terrasse encore pleine de consommateurs.

Soudain, j'aperçois une forme allongée par terre, contre la fontaine de la place. Deux hommes s'affairaient près d'elle et semblaient ivres, bien plus qu'éméchés.images-9.jpegimages-6.jpeg

Il y avait à quelques pas une terrasse et personne ne bougeait pour porter secours à cette personne à terre.

Cela m'a beaucoup choquée et j'ai appelé le 112, pour avertir du danger de cette situation pour la personne à terre.

images-17.jpegLes pompiers m'ont demandé de me rapprocher de cette personne, en ayant entendu tout de même que j'étais seule et pas très rassurée. Je me suis approchée mais un des deux hommes m'a accueillie agressivement. J'ai dit que j'étais secouriste alors il s'est décalé et j'ai vu le visage d'une jeune femme, collé contre le sol, les yeux fermés. Elle était consciente mais vomissait et semblait vraiment mal.

Les pompiers m'ont passé le Samu et j'ai attendu un moment d'avoir un médecin en ligne. En attendant, le monsieur est devenu plus agressif envers moi, disant à la jeune femme que j'étais là et qu'on allait sûrement l'emmener aux Urgences. Alors elle a réagi et a montré à travers ses paroles une peur d'avoir "des ennuis". Elle s'est mise à grommeler agressivement. Elle a encore vomi et puis s'est levée difficilement et s'est appuyée sur l'homme pour partir de cet endroit. Le médecin m'a alors demandé de rentrer chez moi.images-12.jpeg

images-4.jpegEntre temps, personne n'a bougé. Je regardais les gens assis et indifférents.

Je suis rentrée avec mon violon et mes partitions, dans la rue de la Paix.

filles058p.jpgJe voudrais dire à cette jeune femme qu'elle s'est mise en danger hier soir et que chaque année en France 45 000 personnes meurent à cause de l'alcool.

Je voudrais que cette jeune femme entende cette phrase résonner : "Tu t'es vue quand t'as bu ??!" Je voudrais qu'elle ait conscience que des femmes sont violées à cause de l'alcool, que des femmes se mettent à faire des choses qu'elles regrettent ensuite, que des sites sont créés sur internet avec des photos de femmes saoules et que cela fait partie de certains fantasmes de pervers, que certains hommes aiment saouler les femmes pour les dés-inhiber et leur faire faire ce qu'ils veulent. Ensuite, les photos circulent en privé ou sur la toile.

images-3.jpegCe que je souhaite ajouter aussi est que les secours d'urgence ont bien changé, faute de moyens et d'effectifs. Un homme ayant travaillé au Samu dans les années soixante-dix m'a dit que dans un cas comme celui-ci, ils seraient venus tout de suite. Il a ajouté qu'ils n'ont pas eu conscience des risques qu'ils m'ont fait prendre. Au final, on ne sait pas ce qu'est devenu cette jeune femme et si elle est bien rentrée chez elle. Elle aurait été mieux aux Urgences. Mais les urgences d'aujourd'hui sont les urgences vitales, pas les autres.images-13.jpeg

Chloé LAROCHE

 

 

______________________ Informations sur l'alcool et ses dangers (extrait du site http://www.retourvital.com) :

 

Des seuils de dangerosité méconnusimages-11.jpeg

"Contrairement à ce que beaucoup de Français croient, il n'est pas nécessaire d'être physiquement dépendant de l'alcool ni de se « saouler » pour décéder d'un cancer ou d'une autre maladie causée par l'alcool. En effet, les seuils de dangerosité pour la santé de la consommation d'alcool déterminés par l'OMS sont de :

-deux verres par jour pour les femmes

-trois verres par jour pour les hommes

-quatre verres en cas de consommation occasionnelle

Au-delà de ses seuils, la consommation d'alcool devient rapidement dangereuse pour la santé, causant entre autres de nombreux cancers, maladies digestives et problèmes cardiaques. D'autre part, dans les cas suivants, toute boisson alcoolisée représente un risque :

  • pendant la grossesse et l'allaitement (en France, environ 1 000 cas de syndrome d'alcoolisme fœtal par an, qui se traduit par de nombreuses malformations pour l'enfant)images-21.jpeg
  • pour les enfants
  • quand on conduit un véhicule
  • pour les opérateurs de machines dans l'industrie
  • quand on exerce un travail qui nécessite de la vigilance
  • quand on prend certains médicaments
  • pour certaines maladies chroniques ou aiguës (hépatite virale, pancréatite, épilepsie…)

En France, les hommes qui consomment de l'alcool en consomment en moyenne 2,9 verres par jour, les femmes 1,7. Le nombre de buveurs qui dépassent les seuils de dangerosité représente 14 % des adultes pour les hommes, 4 % pour les femmes, soit au total 4,5 millions de personnes.

45 000 morts par an et 4,5 millions de Français en danger

La consommation d'alcool représente un risque majeur, en particulier pour les nombreux Français qui croient que le seuil de danger est plus élevé ou sous-estiment leur consommation. En effet, l'alcool est responsable d'environ 45 000 morts chaque année en France (soit 8 % de tous les décès) : 38 000 chez les hommes et 7 000 chez les femmes. En moyenne, l'alcool est à l'origine d'un décès sur 7 chez les hommes, contre 1 sur 33 chez les femmes.

La perte d'espérance de vie en cas de consommation excessive d'alcool est estimée à 1,2 ans. En mars 2000, un rapport publié dans « la documentation Française » estimait que la répartition des décès dus à l'alcool en France était la suivante :

Type de décès Total Hommes Femmes
Cancers* 16 000 14 000 2 000
Maladies digestives** 8 200 6 000 2 200
Maladies cardio-vasculaires 7 600 7 000 600
Accidents*** 7 100 6 000 1 100
Troubles mentaux 2 500 2 000 500
Maladies respiratoires 1 100 1 000 100
Autres 2 500 2 000 500
Total : 45 000 38 000 7 000

* lèvres, bouche, pharynx, œsophage, larynx

** dont cirrhoses du foie

*** de la route, du travail, domestiques, suicides

 

images-16.jpegLes risques de cirrhose du foie et d'accident sont bien connus de la majorité des Français, mais il n'en est pas de même des risques de cancers et de maladies cardio-vasculaires.

Pour ce qui est des maladies cardio-vasculaires, autant certaines études semblent montrer qu'une consommation modérée (un verre par jour par exemple) diminue les risques cardio-vasculaires, autant une consommation de plus de trois verres les augmente rapidement.

L'excès d'alcool crée également des carences en vitamines, ce qui diminue la résistance aux maladies.

L'association alcool – tabac est un facteur d'aggravation du risque, qui devient alors supérieur à la somme des risques de l'alcool et du tabac pris séparément.

Des conséquences sociales graves

La consommation trop importante d'alcool a également un effet destructeur pour la société, pour la minorité de buveurs excessifs qui deviennent dépendants et ne contrôlent plus leur consommation.

L'alcool est en effet responsable de nombreuses violences contre soi-même (suicides ou tentatives de suicides) et contre les autres (conjoints et enfants battus)."

_____________________________________________________________________________________________________________________

 

____________________________________boutaddurl.gif Le blog de Chloé LAROCHE est référencé sur internet par Actulab :

<a href="http://www.actulab.com/referencer-un-site.php" target="_blank" title="gratuit et sans contrepartie...">Référencement instantané</a>

 

02/08/2009

J'écris pour Cillian Sausset, petit garçon décédé dans un accident, et pour ses parents qui se battent afin que les administrations (la CAF, la SÉCU, les Impôts) reconnaissent nos enfants décédés et ne les rayent pas de la mémoire collective.

26678531_p.jpgBonjour à tous et toutes,

Il y a quatre ans, le 28 juillet 2005, les parents de Cillian ont reçu une terrible nouvelle : leur fils venait d'avoir un accident dans le car qui l'emmenait avec ses copains en sortie de centre aéré.

Un automobiliste a percuté le minibus qui transportait une dizaine d'enfants et c'est Cillian que la mort a emporté ; il est le seul enfant décédé dans cette tragédie.

En cette journée ensoleillée d'été, Cillian a regardé le ciel une dernière fois et avait embrassé une dernière fois ses parents qui ne savaient pas que c'était la dernière fois.1786420.jpg

Ils étaient heureux avec Cillian, 7 ans, et un deuxième enfant, Élouan, pour lequel Mireille avait choisi de prendre un congé parental de trois ans, afin de s'occuper de ses deux fils. Ils avaient le projet de construire une maison et de poursuivre cette vie familiale dans l'harmonie et le bonheur.

CB051128.jpgMais le destin a frappé comme un éclair foudroyant. Mireille et Benoît ont vu leur fils mort. Ils l'ont embrassé et lui ont dit au revoir une dernière fois. L'enterrement a eu lieu avec tout l'effroi et la douleur de se dire que plus jamais ils ne reverront leur petit Cillian.

Et puis, quelques jours après, ils ont reçu une lettre. Un courrier de la Caf, la Caisse d'Allocations Familiales, leur exprimant en termes peu humains qu'ils avaient dorénavant un seul enfant. Un seul enfant ne permet pas de bénéficier du congé parental pour le deuxième enfant, puisqu'il est tout seul.. alors qu'il avait encore un frère quelques jours avant. Et puis, les allocations familiales n'existent plus, d'un coup. Du coup, la maman a dû trouver rapidement un moyen de faire garder son jeune fils, afin de reprendre son travail, et le projet de construire a été mis de côté.

PRP053.jpgQuand on perd son enfant et qu'il était notre unique enfant, comme quand j'ai perdu ma fille Océana... les administrations (la Sécu, la Caf, les Impôts, etc) indiquent dans la case enfant : 0= zéro. La naissance et l'existence de l'enfant sont complètement niées. Nous étions des parents et d'un coup, en plus de l'absence terrible de notre enfant, on devient dépossédé de notre état de maman ou de papa. Notre enfant n'apparaît nul part, comme si nous n'avions jamais accouché, jamais allaité, jamais pouponné, jamais éduqué.42-15342541.jpg

Une association nommée ORPHEDENF se bat pour la reconnaissance de l'existence de nos enfants décédés, en demandant notamment que mille euros soient versés aux parents orphelins pour les frais d'obsèques et que les allocations soient encore versées sur un trimestre après le décès de l'enfant.

Les parents de Cillian Sausset se battent aussi pour que plus jamais ce qu'ils ont enduré avec les administrations n'arrivent à d'autres parents, pour que plus jamais on n'arrête un congé parental abruptement pour un petit frère endeuillé, pour que plus jamais une assistance sociale ne dise : "Hé bien, il va falloir vous rendre à l'évidence que votre enfant est mort et vous faire à cette idée."

74333.jpgMireille et Benoît Sausset ont créé un site internet et ont mis en place une pétition pour que les choses bougent, pour lutter contre la froideur et la rigidité des organismes publics, pour que les administrations reconnaissent nos enfants décédés. Leur site est : http://www.cillian-asso.fr

Chaque année en France, 800 000 enfants naissent. Chaque année en France, 7 000 enfants décèdent, de la naissance à l'âge de vingt ans.k0523006.jpg

Il n'est pas imaginable que la situation actuelle se poursuive ainsi au niveau de la conduite des administrations face au deuil des parents qui viennent de perdre un enfant. Je demande aux instances politiques de prendre ce sujet en considération et de ne pas effacer le prénom ni le nom de notre enfant de vos dossiers et de l'histoire familiale administrative.

Chloé LAROCHE

 

__________________________ LIENS :



Haut de page

Le site des parents de Cillian SAUSSET :

http://www.cillian-asso.fr

===== Signons nombreux leur pétition !!

POUR QUE LES ADMINISTRATIONS RECONNAISSENT L'EXISTENCE DE NOS ENFANTS DÉCÉDÉS.

 

Association Audrey

Association pour l'Information et la Prévention contre la méningite.
Association d'accompagnement des familles endeuillées en luttant pour humaniser l'administration.

 

associationaudrey.free.fr/antennes.htm Antennes: Regis76, Emeric42...



Haut de page

Association Jonathan Pierres Vivantes

Association de parents en deuil, bénévoles, qui propose:
  • un partage moral de la souffrance,
  • une entraide,
  • des accueils personnels,
  • des rencontres de groupes,
  • des sessions à thèmes,
  • un accompagnement des frères et sœurs,
  • un bulletin périodique...



Haut de page

Association LéA V.I.E.

Regroupement de parents ayant vécu la perte d'un enfant dès la conception, avant ou après la naissance.
  • APPORTE un soutien, une écoute, un partage,
  • PROPOSE une aide aux démarches administratives et matérielles,
  • SENSIBILISE et informe des besoins,



Haut de page

Association Orphedenf

Association qui regroupe les parents orphelins d’enfants, désireux en priorité de faire évoluer la législation en faveur des orphedenfants, terme qu'elle souhaite officialiser.

 

_____________________________________
______________________________________________

Commentaires

 

Bonjour Chloé,

Les administrations sont inhumaines en cas de décès d'un proche. Je comprends que pour la Caf et les impôts cela choque : je suis entièrement d'accord. Ces personnes (ou enfants) ont été déclarées à leur naissance, pourquoi les raye-t-on d'un seul coup de crayon ou de souris parce qu'ils sont partis. C'est honteux, un peu de dignité, zut (pour être polie).
Que les administrations trouvent un moyen pour laisser exister le souvenir de nos défunts. Je ne sais pas moi, par exemple un sigle qui signifierait : décédé, pour que leur mémoire reste intact à nos yeux.
Merci Chloé pour ce témoignage.

Ecrit par : Lolotte73 | 05.08.2009

 

Oui Lolotte, je suis d'accord. Le sigle "décédé" serait bien. Mais ne pas rayer les personnes.

Merci de venir me lire.

Sincèrement, Chloé

Ecrit par : Chloé Laroche | 05.08.2009

 

 

01/08/2009

Le sacrifice d'un petit élu tibétain pour le bien de l'humanité. "Ne me laisse pas, Papa," a-t-il supplié sur le seuil du monastère, à l'âge de trois ans et demi. Traditions et religion bouddhiste. Ma réflexion sur l'offrande et l'impermanence.

344-243XR1.jpgBonjour à tous et toutes,

 

Je vais vous parler d’un sujet qui peut déranger.

Pourquoi ?

Parce que je vais vous parler d’un petit garçon tibétain de trois ans et demi qui un jour a vu partir ses parents pour rester dans un monastère. Quand il les a vu s’éloigner, il a crié : “Vous allez revenir ?!! Vous n’allez pas me laisser ?”

“Ne me laisse pas, Papa,” a t-il supplié devant les dos de ses parents muets et courbés de chagrin... qui s’éloignaient aussi rapidement que possible.BLD045916.jpg

Ses parents l’ont laissé, à son grand désarroi.

AA025132.jpgC’est Tenzin Zopa qui a trouvé ce petit garçon en 2006, après une quête de cinq ans, dans la vallée de Tsum au Népal, où résident de nombreux réfugiés tibétains. Ce jeune moine recherchait la réincarnation de son maître décédé, Geshe Konchog, et, n’arrivant pas à faire son deuil, a choisi de devenir le père adoptif de cet enfant, rebaptisé Tenzin Phuntsok, lequel a dû renoncer à son enfance avec ses parents, des parents ne pouvant refuser l’annonce du départ de leur petit pour une destination lointaine, un destin d’élu.

J’ai visionné le 11 juillet sur Arte le documentaire concernant cette quête, filmée par Nati Baratz : “L’enfant élu : voyage au coeur du Tibet”. Cet enfant si petit, trouvé et reconnu comme la réincarnation d’un sage ermite, puis enlevé à sa famille pour être emmené au monastère m’a beaucoup interpelée par son charisme et par son chagrin au départ de ses parents. La pression de la religion est telle que ceux-ci s’inclinent en cachant leurs larmes et en acceptant de voir partir leur enfant loin d’eux et définitivement.

42-17428766.jpgJe suis horrifiée par ce genre de “traditions”. Je me place ici en tant qu’humaine, en tant que maman, et je m’insurge contre ces pratiques qui visent à dire : “Cet enfant est élu alors on le retire de sa famille. Il va faire le bien autour de lui, il va être adulé, il va prier, etc.” Encore, si on le laissait en paix jusqu’à ce qu’il soit grand mais là, on l’a emmené très loin, dans un hélicoptère. Ses parents sont venus à sa fête d’intronisation. Quand ses parents sont partis, le petit a dit à son père : “Ne me laisse pas, Papa.” Il ne sait même pas qu’il ne reverra pas ses parents pendant longtemps ou même jamais.180px-Phutthamonthon_Buddha.JPG.jpeg

200450837-001.jpgCe petit avait à peine trois ans et demi. On dit que le Bouddhisme n’est pas une religion. Mais si, et elle possède son lot de casseroles... que le monde n’ose pas dénoncer ni regarder en face, car considérée comme une philosophie intouchable. Elle a ses traditions et ses obligations, ses rituels et ses absurdités, ses joyaux et ses croyances, ses merveilles et ses démons.

Certains courants bouddhiques refusent la notion de Dieu car Dieu est à leurs yeux un concept trop galvaudé par le Christianisme et d’autres religions... un terme désignant l'être suprême trop imprégné du pouvoir des hommes qui se sont servi de ce concept transcendant pour assouvir leur volonté de puissance et leur cruauté. Entre nous, je leur donne raison, même s'ils donnent l'impression de jeter le bébé avec l'eau du bain ! Pour finir, la notion d’Ultime et d’Essentiel, la notion de perfection et de transcendance, la notion de totalité est bien présente dans la croyance bouddhiste. La notion de sacrifice est présente aussi très fortement, comme ce sacrifice demandé à ce petit garçon et à ses parents pour le bien de tous et de l’humanité.1535024.jpg

180px-Buddha_with_gods.jpgAu-delà de toute considération sur les droits de l’enfant et par-delà toute compassion pour cette famille, je me suis penchée sur ce sacrifice, sur cette offrande faite pour le bien-être d’autrui.

Je pense que ce qu’a donné ce petit garçon ainsi que sa famille est remarquable et qu’ils nous donnent une leçon universelle sur l’impermanence, sur le fait qu’on est séparé un jour ou l’autre de ceux que l’on aime pour accomplir son destin ou sa mort. On peut aussi offrir sa souffrance de façon invisible, comme l’ont fait le Christ et Bouddha... comme un acte d’amour envers nos semblables et aussi envers nos contraires, envers ceux qui nous font du mal. Comme l’a dit Gyalwa Karmapa : “Vous absorbez tout. Vous laissez la douleur du monde vous toucher  au coeur et vous la transformez en compassion.”SB10062601O-001.jpg

112406H.jpgMerci Tenzin Phuntsok. Je t’envoie plein de tendresse et de pensées d’une maman qui connait ton coeur d’élu, orphelin de l’amour de ta mère et de celui de ton papa qui te manque.

Tu es la victime malgré de toi de traditions et l’acteur d’un destin qui t’a obligé à t’offrir en élu... mais si le Dalaï-Lama m’entend, qu’Il puisse changer ceci et respecter l’enfance des futurs élus, attendant qu’ils deviennent plus grands avant de les ôter à leurs milieux familiaux, à l’amour de leurs parents, au sourire de leur papa, aux bisous de leur maman.

Chloé LAROCHE

 

___________________________

 

P.-S. : J'ai aimé cet article :

http://www.abstrait-concret.com/2009/06/04/osel-reincarnation-lama-qui-a-renie-le-bouddhisme-pour-vivre-la-vie/#comment-3410

 

180px-Buddha_with_gods.jpgUn autre article_________Du site : http://www.tibet-info.net

 

“Pendant cinq ans, Nati Baratz a suivi un jeune moine tibétain parti à la recherche de la réincarnation de son maître spirituel. Un conte initiatique aussi passionnant que dérangeant.

Octobre 2001. Au monastère de Kopan, au Népal, on procède à l’incinération du lama Geshe Konchog, révéré comme un maître spirituel par les bouddhistes tibétains. Au cours de la cérémonie, plusieurs signes - arcs-en-ciel, perles réchappées des flammes, trace dans les cendres... - indiquent qu’il n’aurait pas définitivement quitté ce monde. Son fidèle disciple Tenzin Zopa est bouleversé. À son chagrin s’ajoute le poids d’une lourde responsabilité. C’est à lui qu’incombe la mission de trouver l’enfant en qui son maître spirituel s’est réincarné. Après une consultation astrologique, il va de village en village. Inlassable pèlerin, il interroge et examine tout garçon entre 9 mois et 2 ans, prenant dans ses bras des tout-petits aussi morveux que mignons, et leur présentant inlassablement les rosaires ayant appartenu à Geshe Konchog.

Little buddha

De 2001 à 2006, Nati Baratz a suivi cette quête solitaire dans les splendides paysages de la vallée de Tsum, au Népal, où vivent de nombreux réfugiés tibétains. À condition de ne rien dévoiler avant la reconnaissance officielle de l’enfant, il a pu en filmer chaque étape. Le résultat est une immersion étonnante dans la culture bouddhiste tibétaine, un monde de hameaux de pierres et de monastères, étayé par une foi profonde, où les jeunes ont pour alternative le travail aux champs ou la vie monastique.

C’est aussi un conte initiatique qui voit un jeune homme gagner en assurance jusqu’à endosser à son tour le rôle du père. Un jour, Tenzin Zopa trouve "l’enfant élu", un bonhomme joufflu, vif et volontaire, avec qui il tisse peu à peu des liens. C’est le moment le plus dérangeant et le plus fort du film. Dérangeant parce que ce petit bouddha va devoir s’arracher à une partie de son enfance. Fort parce que Tenzin Phuntsok - ainsi l’a rebaptisé le Dalaï Lama au cours de la cérémonie officielle - est un petit garçon attachant et déjà charismatique, du haut de ses 3 ans et demi.”   (http://www.tibet-info.net)

 

 

 

 

 

23/07/2009

Lettre ouverte à l'épouse du Président de la République, Carla BRUNI-SARKOZY, pour Jynia, une mère de famille qui va accoucher en août seule alors que le futur père vient d'être expulsé de France.

 

132015-carla-bruni-sarkozy-156x133-1.jpgMadame Carla BRUNI-SARKOZY,

 

Je me permets de vous écrire car je suis sûre que vous m’entendrez et que vous saurez percevoir dans mes mots l’urgence d’une situation qui ne saurait attendre.Photo 398.jpg

Tout d’abord, croyez-vous que les enfants se font dans des oeufs ? Couvés ou non couvés ? Choyés ou abandonnés dans la nature, au gré des vents et des vagues ?900577.jpg

Des femmes… attendent des enfants. Elles attendent... Mais pourquoi donc ?

k0650580.jpgUne femme attend un enfant… Il grandit dans son ventre et vient un jour au monde. Croyez-vous qu’elle soit seule ce jour-là ? Y aurait-il un papa ? Sa présence serait-elle utile et même nécessaire à l’enfant qui arrive ?

Une femme attend un enfant. Elle pleure. Pourquoi ? Elle a porté cet enfant huit mois dans son ventre et dans quelques jours il va naître. Mais elle va accoucher seule. Elle s’appelle Jynia.

Malheureusement pour la santé de la maman et de l’enfant, qui plus est dans le cadre d’une grossesse à risques, le papa vient d’être expulsé de force, mis à l’avion sur l’ordre de votre mari.

Il a été renvoyé au Nigéria, alors qu’il a déjà une petite fille d’un peu plus de deux ans et qu’il élève la première fille de Jynia, sa compagne.

Ces deux petites filles s’appellent Aimée et Emmanuella.

Vous chantez ces paroles, vos paroles, que j’adore : “Il faudrait que tout le monde réclame auprès des autorités une loi contre toute notre indifférence… Que personne ne soit oublié… Et que personne ne soit oublié.”FD004264.jpg

Carla, oui je réclame que vous ne soyez pas indifférente au sort de cette famille démembrée, au sort de ce papa exclu de sa paternité : Emmanuel Oladipo, au sort de Jynia, cette femme qui va accoucher seule, au sort d’Aimée et d’Emmanuella.

1912001.jpgJe vous en prie, demandez à votre mari qu’une mesure soit mise en place pour qu’Emmanuel revienne s’occuper de ses enfants et soit présent à l’accouchement de sa femme.

Vous chantez : “On me dit que le temps qui glisse est un salaud… Que de nos chagrins il s’en fait des manteaux.” N’habillons pas cette famille pour l”hiver. Cette famille écartelée pleure et le chagrin de chacun de ses membres est intolérable.

“Il semble que quelqu’un ait convoqué l’espoir”, avez-vous encore écrit et chanté… Soyez ce quelqu’un, Carla, pour Emmanuel Oladipo. Convoquez l’espoir, au nom de votre statut de Première Dame de France.

acu_024.jpgJe suis artiste comme vous et je crois que les anges nous suivent et nous accompagnent, afin que nous ne vivions pas comme des salauds mais que nous puissions chanter avec vous : “Il semble que mes bras soient devenus des ailes”.

“Tu fleuris au plus doux de mon âme”… Cet espoir, vous pouvez le semer dans le coeur de cet enfant à naître afin qu’il voit son père le serrer dans ses bras lorsqu’il viendra au monde au mois d’août 2009.

Je vous remercie de m’avoir lu et vous envoie tout cet espoir que je mets en cette lettre que je vous fais. De mon violon et de ma plume, je fais une flèche magique pour atteindre votre coeur.INGDMYFS0944.jpg

Très sincèrement,

282869SDC.jpgChloé LAROCHE

 

 

° La photo à gauche en haut : Carla Bruni-Sarkozy.

La photo à droite en haut : moi-même.

Les autres photos proviennent du site de Fotosearch.fr, que je remercie vivement.

19/07/2009

Une femme enceinte privée de son mari et deux fillettes privées de leur papa. C'est le cadeau du 14 juillet à la FAMILLE.

BLD050933.jpgBonjour à tous et toutes,

 

J'ai reçu le communiqué de presse du 17 juillet du Réseau d'Éducation Sans Frontières (RESF) concernant l'expulsion d'un père de famille vers le Nigéria. Des choses graves se passent... qui me hérissent. Aussi, je vous en parle et vous transmets le communiqué en bas de mon article.

Vous savez que depuis quelques mois, j'ai déjà écrit quelques articles sur des pères expulsés de France, des pères ayant des enfants en France, lesquels pleurent tous leur papa.

ks110799.jpg

Vous pouvez découvrir la tragédie de ces situations d'écartèlement des familles en cliquant à gauche sur la catégorie : "Non aux expulsions et aux camps" et sur la catégorie : "Chloé défend les pères expulsés".

Pendant que le Président de la République régalait à l'Élysée lors du 14 juillet, pendant le concert et le feu d'artifice à la Tour Eiffel, pendant le défilé militaire... un drame se tramait à Paris.

75627162.jpgJynia, une maman enceinte devant accoucher au mois d'août, a dû emmener ses deux fillettes en RER et en bus voir une dernière fois leur papa Emmanuel à la prison administrative du Mesnil-Amelot, avant son expulsion vers le Nigéria. Ces fillettes s'appellent Aimée et Emmanuella. L'une a 5 ans, la deuxième a deux ans et 7 mois.

Leur père s'occupait d'elles jusqu'alors au quotidien car c'est la maman qui allait travailler, en usine.

On a supplié le Président, envoyé des mails, des faxs.BLD057095.jpg

La réponse... froide, fut la suivante : "Les Etats n’ont pas de sentiments, ils n’ont que des intérêts".

Emmanuel Oladipo a été expulsé le 14 juillet avec d'autres sans papiers, en larmes, désespéré, laissant une famille démembrée, une femme devant accoucher sans lui, un nourrisson qui n'aura pas de papa à la maternité.

Je trouve cela si triste, si révoltant !scp018788.jpg

Je souhaite que ce père de famille puisse revenir en France au plus vite et que l'État français fasse des excuses à cette famille déchirée.

73142405.jpgPlus tard, ces enfants porteront plainte pour atteinte aux Droits élémentaires de la Famille, ce droit parmi d'autres Droits d'avoir leur père et leur mère près d'eux.

Emmanuel, nous ne t'oublions pas. Je suis vraiment désolée pour toi.

Que Dieu te vienne en aide et te sorte de cette situation totalement injuste et horrible pour ta famille.

Que ta compagne ait la force d'espérer et d'accoucher sereinement, sans ta présence physique à ses côtés.

Que Carla Sarkozy lise mon article et fasse un geste pour toucher le coeur de son mari, pour qu'Emmanuel soit présent à l'accouchement de son futur enfant.BLD057098.jpg

 

Chloé LAROCHEpe0058169.jpg

 

PS : Voici ci-après l'article relatant l'expulsion d'Emmanuel vers le Nigéria envoyé par le site de RESF : http://www.educationsansfrontieres.org

__________________________________________________

 

 

200352333-001.jpg17 juillet 2009 / COMMUNIQUÉ DE PRESSE sur l'expulsion d'Emmanuel Oladipo envoyé par le Réseau d'Éducation sans Frontières :

Contact sur ce dossier : Danièle Thuillier-Jugan : 06 16 66 08 84 / Richard Moyon : 06 12 17 63 81

 

"Le 14 juillet 2009 a été un grand jour pour le Président : parade militaire sur les Champs-Elysées, garden-partie à l’Elysée, concert sur le Champ-de-Mars, feu d’artifice sur la Tour Eiffel et, cerise sur le gâteau, une famille démantibulée, éclatée entre deux continents, le père, Emmanuel OLADIPO, expédié par charter à des milliers de kilomètres de sa femme et de ses enfants. Une décision personnelle du chef de l’Etat.

Sa femme a deux enfants, Aimée, 5 ans, française, issue d'une première union et Emmanuella 2 ans et 7 mois, fille d’Emmanuel OLADIPO. Toutes deux sont élevées au quotidien par Emmanuel : c’est en effet sa femme qui travaille en usine de 5h à 14h puisqu’on lui interdit de travailler.

Madame Sylla, la mère des deux fillettes, est enceinte de huit mois. Elle doit accoucher début août. Elle s’est rendue le 14 juillet à la prison administrative du Mesnil-Amelot, avec ses deux fillettes, en RER et en bus, pour que les enfants voient une dernière fois leur père avant son expulsion.

Pendant ce temps, des centaines de mails et de fax demandant que la famille OLADIPO ne soit pas démembrée étaient adressés au Ministère de la Rafle et du drapeau ainsi qu'à l’Elysée. Les centaines de coups de téléphone, passés d’abord au Ministère puis à l’Elysée -quand il s’est confirmé que M. Besson compte pour du beurre-, n’ont pas réussi à empêcher l’irréparable. Les appels à l’humanité, la demande que les enfants ne soient pas privés de leur père, que Jinia Sylla n’accouche pas sans son compagnon n’ont pas été entendus.

« Le Président est informé, il suit l’affaire, il prendra une décision » répondait invariablement Olivier Thévenet, fonctionnaire chargé par ses supérieurs de couvrir de mots policés une politique abjecte. La décision du Président est tombée, méprisante, glaciale, inhumaine : l’expulsion pour Emmanuel OLADIPO, la privation de leur père pour trois enfants, de son compagnon pour une femme. « Les Etats n’ont pas de sentiments, ils n’ont que des intérêts » dit-on. C’est pareil pour les chefs d’Etat.

Le RESF, toutes celles et tous ceux qui sont intervenus au nom du droit à vivre en famille, du droit des enfants de vivre avec leurs parents et de la simple humanité adressent leurs vives félicitations à ceux qui, directement ou indirectement, ont collaboré à ce haut fait. Dans l’ordre le Président de la République qui, comme chacun sait, fait tout dans ce pays, même comme ici, les basses œuvres. Il faut aussi féliciter ses collaborateurs, son premier ministre et ses services mais aussi, de façon nominale, Messieurs Laurent Mercier (Conseiller de Besson), Olivier Thévenet, Maxime Tandonnet et Cédric Goubet qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour conduire cette lamentable histoire à son terme lamentable.

L’affaire ne s’arrête pourtant pas là. A cette attitude de barbares, nos technocrates de l’Elysée et d’ailleurs ajoutent un gaspillage insensé des deniers publics et une incurie qui partout ailleurs qu’à la Cour vaudrait le congédiement sans délai. Qu’on en juge.

 

Emmanuel Oladipo est réveillé à 4h30 du matin et conduit au Bourget. Il est monté dans un charter d’une capacité minimum de 80 places où le rejoignent une femme, nigériane aussi et six policiers. L’appareil décolle pour Amsterdam. 33 Nigérians (dont des femmes et des enfants) sont à leur tour embarqués ainsi que 6 policiers néerlandais. Direction Madrid où quelques sans papiers supplémentaires sont chargés avec 6 policiers espagnols. L’avion part pour Lagos. Mais, pris dans des turbulences (un gros trou d'air, ils ont eu une vraie peur), l’appareil tombe en panne. Il fait demi-tour et revient à Madrid vers 19h. Bricolages tous azimuts, l’avion repart vers 1 h du matin et atterrit à Lagos à 6h40. 24h de voyage, plus le retour pour les policiers à qui on souhaite de ne pas emprunter le même appareil… On imagine le prix ! Pas étonnant que le gouvernement doive emprunter !

 

Il est hors de question que l’affaire en reste là. Emmanuel Oladipo se rend sur le champ au consulat de France pour y demander un visa afin de pouvoir assister à la naissance de son enfant. Il est évident qu’après un tel enchaînement de gestes inhumains et d’incompétence, les plus hautes autorités de l’état auront à cœur de se faire pardonner en le lui faisant délivrer d’urgence."

* * *

____________________________________________________________ Article précédent du RESF :

 

[Resf.info] URGENT et IMPORTANT

M. EMMANUEL OLADIPO,

père menacé d'expulsion samedi

  • 9 juil. 09 à 17:20

    11/07/2009

    "Les gens m'insultent dans la rue et m'agressent parce que je porte le niqab, voile intégral." Échanges et non violence sur le port du voile intégral, niqab et burqa.

    PAA083000003.jpgBonjour à tous et toutes,

     

    Lorsque j’ai écrit et mis en ligne mon article du 20 juin sur le niqab et la burqa, j’ai reçu beaucoup de commentaires de femmes portant le voile intégral ainsi que de maris et d’hommes les défendant.

    Je redéfinis de suite les différents voiles, pour qu'il n'y ait pas de confusions. Le hidjab est le voile simple où l'on peut voir le visage de la femme. Le niqab est un voile intégral où l'on ne voit que les yeux. La burqa est un voile intégral où l'on ne voit rien même pas les yeux, protégés par un grillage.

    Je ne suis pas raciste ni d'extrême-droite, bien au contraire. Je me suis toujours battue pour l'amitié et l'entraide entre les peuples, pour la compréhension des cultures et pour la tolérance. Mais je ne tolère pas le niqab ni la burga, comme je ne tolère pas l'excision. Comme je ne tolère pas la lapidation des femmes adultères. Comme je ne tolère pas les crimes d'honneur dans certains pays.IS787-560.jpg

    On me venterait les mérites de l’excision, je n’accepterais pas le débat... Mais là, pour le voile intégral, je souhaite faire une mise au point et donner les arguments de celles qui le portent. Je voudrais aussi mettre sur le tapis la souffrance qu’elles ont à être insultée quotidiennement. On les traitent de "fantôme du Louvre", de "Belphégor". Mary m’a écrit : “Même si cela peut paraître fou à vos yeux puisque vous parlez de PSY, pensez-vous que je mérite toutes ces insultes que je subis depuis bientôt 6 ans ???? Répondez moi ouvertement ! Les gens m’insultent dans la rue de Bélfégor, de fantôme du Louvre, de toute autre chose méchante et irrespectueuse alors que je suis au marché ou dans la rue. Vous qui défendez si bien les femmes, vous trouvez ça juste et correct ???? Où est le bon comportement des francais, où est leur politesse??? Depuis les débats, les soeurs se font de plus en plus insulter et même agresser car les gens se disent : “L’État est avec nous, on peut les insulter, leur mettre la misère... Je trouve cela vraiment absurde et nous ne nous laisserons pas nous harceler verbalement par toutes ces insultes chaque jour de nos vies. Qu’en pensez-vous, est-ce normal qu’on souffre de ces méchancetés gratuites, dites-moi, vous qui voulez le bien pour votre prochain ???”

    42-16280585.jpgJe condamne les insultes et les agressions que subissent ces femmes. Si une de ces musulmanes voilées en hijab (voile simple sur les cheveux), en niqab ou en burqa était agressée ou insultée devant moi, je prendrais sa défense sans hésitation, car vous ne méritez pas cela, Mary. Le problème est que, en poursuivant votre choix malgré la réaction de la société qui n’aime pas ce qui ressemble au passé de l’histoire (autrefois, seuls les bourreaux et les inquisiteurs avaient le visage caché), vous vous placez délibérément en martyrs de Dieu. Mais le hic est que Dieu ne vous demande pas de vous cacher. Le Coran ne demande qu’un voile et des habits décents, couvrant les parties provoquantes de la femme.

    Les femmes qui m’ont écrit m’ont parlé de leur peur d’une loi contre le voile intégral, le niqab qu’elles portent (où seul leurs yeux sont vus), et m’ont révélé que si une loi passait, elles ne sortiraient plus. Elles pourraient se priver du monde, du soleil, de la lumière du jour et de la communication avec les autres humains pour un habit qui couvre leur visage. Myriam m’écrit ainsi : “Je suis très triste car là en ce moment ça fait polémique. Vous vous battez pour qu'on soit libre mais le problème si c’est interdit vous allez nous contraindre à ne plus sortir. Et oui si c’est interdit, je ne vais plus vouloir sortir me promener, profiter des belles choses que Dieu nous a donné.”CB011374.jpg

    J’ai répondu à Myriam : Je suis désolée de savoir de votre bouche que si une loi passait, vous ne sortiriez plus. Martine Aubry a donc raison et je m'en doutais. Vous vous obligeriez à rester enfermée alors que vous êtes dans un pays où vous êtes libre, où vous avez le droit d'être musulmane, le droit de pratiquer votre religion, où vous avez des mosquées (celle de Lyon est très belle !). Pensez à vos soeurs terrorisées par les Talibans. Pourquoi fuir la France, comme dit Mary, ou vous empêcher de sortir et de vivre votre vie de créature de Dieu ? Dieu demande-t-il que les femmes renconcent à la vie ? À l'heure de notre mort, on nous demandera ce que nous avons fait, pas ce que nous avons porté comme habits. De toute façon, dans la tombe, on est tout nu. Les habits qui nous couvrent ne sont plus qu'illusion, n'est-ce pas ?!! Alors, Myriam, je vous en prie, pourquoi le Hijab ne vous satisfait pas ? Il est permis et restera permis... et c'est ce que le Coran demande.

    42-16280578.jpgJe trouve cela excessif d’arriver à penser ne plus sortir si le niqab n’est pas autorisé, puisque le hidjab (voile simple couvrant les cheveux) est permis en France et est accepté généralement... sauf dans les écoles où une loi l’a interdit.

    La photo de gauche montre une femme voilée du hidjab. Elle est entourée d'un voile mais montre son visage, ses yeux, son sourire. Elle ressemble à une humaine. Elle respecte la politesse et ne se cache pas. Elle respecte la pudeur demandée par l'Islam.

    Mary m’a écrit ces mots : “J’ai fait ce choix parce que pour moi il était tellement beau de voir une femme aimer sa pudeur, se respecter et se préserver et parce que j’ai fait le choix de ne pas montrer mon corps à tous les hommes et quelle est la partie la plus belle du corps ? Le visage. Car je suis outrée de voir qu’aujourdhui on se sert du corps de la femme pour véhiculer des choses et pour faire de la propagande ... Pourquoi UTILISER une femme à moitié nue pour vendre des voitures parce que les premiers acheteurs sont des hommes, n’est ce pas ?”

    Mais oui, Mary, je suis d’accord, et je suis la première à bondir de cela, de cette utilisation marchande du corps de la femme, mais ce n’est pas une raison pour se voiler la face. Se voiler le visage pour ne pas le montrer aux hommes autres que ton mari est excessif et dénote une certaine paranoïa, une peur profonde du monde extérieur qui t’oblige à te protéger entièrement.

    u19987033.jpgImaginez que demain matin, je prenne mon taxi (je suis taxi spécialisée transportant des personnes à mobilité réduite) en portant le niqab (photo de gauche)... et pire, la burqa (voile intégral avec une grille sur les yeux). Mon employeur me licencierait sur le champ et mes clients me diraient : "Tu es devenue folle, Chloé." Pour moi, dans un sens, c'est comme si demain j'allais au travail avec un masque de Venise en clamant : "Je garde mon visage pour moi et mes proches." Ce serait pour moi une insulte aux autres êtres humains que je vais croiser et accompagner dans mon métier. Ce n'est pas pour ça que je m'habille de façon indécente ! Je suis féminine et je remercie Dieu de m'avoir donné les charmes d'une femme, la beauté de la création et des yeux, miroir de l'âme... yeux qui peuvent être vus par ceux que je croise et à qui je parle. C'est pour moi une politesse exquise et j'enlève aussi mes lunettes noires pour parler aux autres. Si un jour, je me retrouvais à porter la burqa ou le niqab, je courrais chez le psy... pour savoir et démonter ce qui m'a conduit à faire ce choix d'habit... de déguisement.k0384298.jpg

    Abdelhakim est un mari qui m’a écrit pour sa femme : “Ma femme porte le sitar qui est une version de niqab avec un voile en plus sur les yeux. Elle le porte depuis l’âge de 16 ans, soit 3 ans avant mon mariage avec elle, son père n’était pas pour, mais il ne l’a pas combattu respectant son choix, et j’ai 3 enfants avec elle auquels elle donne beaucoup d amour et de tendresse et qui sont fous d’ elle, d’ailleurs à chaque fois qu’ils voient une femme en niqab dans la rue, ils se précipitent sur elle pour l’embrasser croyant qu’elle est leur mère, c’est rigolo à voir. Pour ma part le niqab n’est pas une obligation comme la prière ou le jeune du ramadan mais il est préférable et même fortement recommandé, surtout en cette époque où la femme est traquée du regard des pervers et utilisée comme objet de commerce où on la fait poser nue pour vendre un yaourt ou un shampoing, est-ce cela la dignité de la femme ?? Si ma femme décide de ne plus le porter je l’accepte et si elle le porte je l’accepte aussi ;  elle le fait pour son Seigneur et elle le fait pour se réserver exclusivement à moi et je suis très satisfait d’elle, de même je fais le maximum d’efforts pour la satisfaire et toujours lui apporter ce dont elle a besoin et je ne connais pas un frère dans mon entourage qui force sa femme à le porter, toutes le portent de leur plein gré et elle sont très épanouies, ma femme aussi aime beaucoup les vêtements, les bijoux et les parfums, et elle n’est pas voilée à la maison devant ses parents, ses frères et soeurs, ni même devant mon père car il n’y a aucun mal à cela.”

    Mary m’expliquait aussi : “Je précise aussi que l’on ne porte pas la burqa chez nous dans la maison ni entre amies et qu’on embrasse nos enfants, qu’on les gâte de calins et de tendresse...”.

    Toutes ces femmes ont essayé de me rassurer sur leur sort. L’une d’elle m’a même écrit que cela l’énervait un peu que je m’inquiète... Ce sont les mots de Oum Souleym :  “J'aurais préféré une parole franche, que l’on me dise : nous vous détestons comme vous êtes, plutôt que d’entendre : nous nous inquiétons pour vous, mes pauvres dames, vous avez choisi le voile intégral alors on va vous empêcher de vivre ! Car oui nous vivons, nous sortons nos liasses comme tout le monde pour se faire plaisir, nous payons des impôts, mais si vous nous interdisez notre liberté alors nous ne pourrons plus rien faire, nous serons soumises non pas à notre mari mais à l'État francais qui ne veut plus de nous dans la société.”PAA083000003.jpg

    Non, Oum Souleym, je n'ai aucune haine et je ne déteste évidemment pas les femmes musulmanes. Je pense très fort à vos soeurs du Pakistan et d’Afghanistan, qui rêveraient de vivre la liberté de pouvoir montrer leur visage.

    Talib m’a écrit : “Elle était libre et souriante ma soeur musulmane, et vous l'avez tuée en stigmatisant constamment les musulman(e)s ... Vous l'avez tuée parce qu'elle n'était pas soumise aux mêmes principes que vous, et parce qu'elle était musulmane donc différente.” Talib m’a donné ce lien : Marwa assassinée parce qu'elle portait un voile : http://www.islamophobie.net/art_read.php?ai=157

    Je suis allée lire ce qui est arrivé à Marwa en Allemagne. Voici son histoire :

    u12463800.jpg“L’histoire remonte à août 2008, lorsque Marwa a poursuivi en justice pour diffamation son assassin, Axel, un chômeur allemand de 28 ans après qu’il l’ait traitée de « terroriste » parce qu’elle portait le hijab (voile islamique). Mais mercredi dernier, Axel l’a poignardée à 18 reprises dans l'enceinte d'un tribunal allemand après que les juges ont annoncé qu’elle avait gagné le procès et qu’il devait payer 2800 euros d’amende pour les insultes qu’il lui avait adressées.

    Marwa, une égyptienne de 32 ans, était l’épouse d’un universitaire égyptien, titulaire d’une bourse d’études en Allemagne. Son mari a également été blessé dans l’incident et se trouve maintenant hospitalisé dans un état critique, entre la vie et la mort.

    Cette femme, Marwa El-Sherbini, âgée de 32 ans, était enceinte de son deuxième enfant lorsqu’elle a été poignardée.”

    (Source : Global Voice)

    -----------------------------------

     

    e0000819.jpgMarwa portait le hijab et elle est morte

    Cette maman portait un enfant et ils sont morts

    De la folie d’un homme raciste et intolérant

    Je suis dans un pays de liberté

    Où on peut écrire son désaccord

    Cela ne veut pas dire que j’insulte mes soeurs

    Ni que j’approuve les violences faites

    À Marwa et à sa famille

    C’est un drame horrible

    Et je souhaite qu’aucune autre femme

    Ne subisse le même sort

    Et ne soit insultée pour le port du voile.


    Chloé LAROCHE

    10/07/2009

    Je m'adresse aux fumeurs, aux femmes fumeuses et enceintes, aux conducteurs fumeurs, aux jeunes fumeurs.

    1249.jpgBonjour à tous et toutes,images.jpeg

     

    Autour de moi, des personnes sont décédées du cancer du poumon : mon grand-père, le père de mon fils... D'autres personnes de mon entourage, encore vivantes, sont soignées à cause des méfaits de la cigarette.

    Dans mon métier d'ambulancière et de taxi spécialisée, j'ai transporté parfois des personnes atteintes de maux dûs au tabac avec des cancers du poumon et de la gorge, intubées aussi quelquefois, ne pouvant plus du tout utiliser leur voix ou avec les pires efforts pour aligner deux mots. Je ressentais une telle frustration de leur part de ne plus pouvoir communiquer. Certains patients avaient le visage déformé, dû au cancer de la bouche.Image74.jpg Ils me disaient tous leurs regrets, leur ignorance de ces maladies nées de la cigarette, me suppliaient de ne jamais fumer.

    La photo que j'ai choisi de vous montrer provient du site suivant

    http://www.stop-tabac.ch/fr/fr/images/galerie-de-photographies.html

    Pardonnez-moi si elle vous choque mais c'est mon but.

    Le cancer de la bouche, c'est plus de 5.000 décès par an !
    "80% à 90% des cancers de la bouche (atteinte tumorale de la lèvre) sont dus au tabagisme et à l'alcoolisme. Les fumeurs de pipes, cigares, narguilés, cigarettes, … sont particulièrement exposés. Ne pas avaler la fumée ne change rien aux risques de ce type de cancer." (http://www.tabac-stop.net/tabac6.html)

    images-4.jpeg

    Je constate que des femmes enceintes fument alors qu'elles portent leur enfant. Je constate que des conducteurs au volant fument dans leur voiture avec leurs enfants à côté.

    images-3.jpegJe constate que la police ne dit rien envers des conducteurs en train de fumer alors qu'ils verbalisent parfois quelqu'un en train de manger un sandwich. Le téléphone portable est interdit au volant mais pas la cigarette, dernier rempart de la liberté des automobilistes. Liberté entre guillemets car quand vous vous retrouvez avec une cigarette allumée... chutée par mégarde... qui se balade entre vos cuisses ou vos pieds... quelle est votre attention au volant ? Et quand la cigarette vous brûle (dans la même situation où vous ne savez pas où elle est passée)... comme c'est arrivé à quelqu'un de ma connaissance qui a fini dans un arbre... que penseriez-vous faire dans cette situation dramatique... Seriez-vous capable de garder votre calme, de souffrir en serrant les dents avant de vous garer gentiment ?? Croyez-moi, la cigarette au volant, c'est nul. Allez lire l'article suivant : 

    http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Un-homme-brule-gravement-en-allumant-une-cigaretteimages-5.jpeg

    images-2.jpegDe plus, en tant que taxi roulant toute la sainte journée, je constate que de nombreux conducteurs lancent ou laissent tomber leur mégot encore allumé sur la route, le mégot atterrissant vers les autres voitures ou les piétons, vers les arbres aussi et la verdure. C'est un acte anti-citoyen, dangereux et méprisant pour les autres, pour les conducteurs et les piétons, pour la nature, pour la forêt.

    Quant aux parents qui fument en présence de leurs enfants, quant aux femmes enceintes qui poursuivent leur addiction à la cigarette, alors qu'elles portent leur bébé... Que dire d'eux, d'elles... Qu'ils sont dangereux, qu'elles sont inconscientes... Qu'elles ne savent pas, qu'elles ont oublié que leur bébé fume tout autant qu'elles à son insu, développant des maux qu'elles n'ont pas souhaité pour lui. Pour leur rappeler certains points, je donne un article plus bas.

    images.jpeg


    Enfin, pour encourager ceux qui ont envie de s'arrêter de fumer, voici quelques éléments :


    1) S'ARRÊTER DE FUMER : c'est pouvoir ôter de son répertoire le numéro de Tabac-Info-Service : le 0 825 309 310.

    2) S'ARRÊTER DE FUMER : c'est arrêter la spirale infernale qui fait que d'ici 2020...  "le cancer du poumon deviendra le premier cancer féminin".

    3) S'ARRÊTER DE FUMER : c'est dire non au travail des jeunes enfants employés par les fabriquants de tabac, qui font de plus en plus appel à la main d'oeuvre infantile. Ces enfants ne sont pas scolarisés et, en plus, ils deviennent malades car trop longtemps exposés aux pesticides et aux feuilles de tabac.

    4) S'ARRÊTER DE FUMER : c'est économiser tout l'argent non négligeable que vous mettez dans l'achat de vos cigarettes.

    5) S'ARRÊTER DE FUMER : c'est avoir de meilleures dents, moins jaunies, et une belle peau, moins fripée.

    6) S'ARRÊTER DE FUMER : c'est donner l'exemple devant ses enfants et ceux que l'on ne connaît pas. Que vous n'ayiez plus jamais honte devant la phrase de ces jeunes collégiens à un arrêt de car : "Pourquoi vous fumez, Madame. C'est pas bien de faire ça... et après, on nous dit de ne pas fumer !? Et vous, pourquoi vous fumez ?!"

    7) S'ARRÊTER DE FUMER : c'est arrêter de compter le nombre de jours en moins à vivre, par cigarette fumée.

    8) S'ARRÊTER DE FUMER : c'est un sang purifié et le monoxyde de carbone complètement éliminé du corps après seulement 24 heures d'abstinence.

    9) S'ARRÊTER DE FUMER : c'est en allant sur www.stoptabac.com... pouvoir calculer "les plaisirs de remplacement". Par exemple : "au bout de six mois d'arrêt du tabac, si vous fumiez dix cigarettes par jour, vous pourriez vous offrir une semaine en montagne, un téléviseur 70 cm ou un billet d'avion aller-retour Paris-Rio".

    images-6.jpeg10) S'ARRÊTER DE FUMER QUAND ON EST ENCEINTE : c'est mettre toutes les chances de son côté et du côté du bébé. Pourquoi lui enlever son potentiel, manger de sa santé... alors qu'il pourrait naître en bonne santé, avec un poids normal et sans aucun souci physique ou mental. (Vous trouverez ci-dessous un article très intéressant sur les dangers du tabac lors de la grossesse. C'est un article du site : http://www.neufmois.fr)Image20.jpg

    ____________________________

     

    Je trouve tellement dommage de brûler sa vie par les deux bouts... le bout de la cigarette qui amène au bout de la vie, la mort. Des papas jeunes, des mères jeunes seront privés de voir grandir leurs enfants. Des grands-parents ne voient pas grandir leurs petits-enfants. Ils sont tous brûlés par ce mal qui tue, qui ronge, qui vole les vies.images-1.jpeg

    Aimer comme on fume une cigarette, fumer comme on aime et la vie nous emmène sur la marelle d'un jeu suicidaire.

    Regarder la boîte et lire "FUMER TUE"... ET CHOISIR DE NE PLUS JAMAIS FUMER. Car la vie mérite qu'on lui accorde sa chance, toutes les chances qu'on tient en mains à la naissance et en grandissant.


    Chloé LAROCHE___________________

     

     

    iconetitre Grossesse + tabac = danger pour bébé !

     
    pix pix

    "Vous êtes enceinte, quel bonheur ! Oui, mais vous fumez et c’est là qu’il y a un « hic ». Certaines prendront la décision de stopper net, tandis que d’autres non... Pour éviter de prendre ce mauvais départ, neufmois.fr vous informe sur les méfaits de la cigarette.

    Les risques pendant la grossesse et après l’accouchement
    La cigarette est un des facteurs qui augmente le risque de grossesse extra-utérine. La nicotine contenue dans la cigarette a une action toxique sur la mobilité tubaire. Autrement dit, l’œuf fécondé n’est pas acheminé jusqu’à la cavité utérine et lorsque l’embryon va se développer, il va entraîner de graves problèmes : douleurs, saignements, signes anormaux, qui se solderont par une fausse couche.

    Chez les grandes fumeuses (plus de vingt cigarettes par jour), le risque defausses couches spontanées est de 20 %. La nicotine altère le travail des hormones essentielles au bon fonctionnement de l’endomètre, nom donné à la muqueuse interne de l’utérus. Si sa qualité est amoindrie, il sera impropre à la nidation, autrement dit à l’implantation de l’œuf dans l’utérus. Par conséquent l’œuf sera rejeté par votre organisme.

    Saviez-vous aussi que fumer plus de vingt cigarettes par jour augmente de plus de 50 % le risque d’accouchement prématuré ? On parle de prématurité lorsque la future maman risque d’accoucher avant 37 semaines d’aménorrhées. Dans ce cas, votre bébé naît avant la fin de sa maturation et risque d’être trop fragile pour vivre aussi ‘normalement’ qu’un petit bébé né à terme. Il faudra lui porter beaucoup d’attention et être très vigilent quant aux complications que la prématurité peut déclencher.

    D’autre part, les substances nocives contenues dans les cigarettes franchissent la barrière placentaire et provoquent un retard de croissance intra-utérin. La taille de votre bébé, le périmètre de son crâne et de sa cage thoracique peuvent être en-dessous de la moyenne. Son poids moyen peut être également modifié et être amoindri de 300 grammes.

    Une fois votre bébé venu au monde, il n’est pas encore sorti d’affaire. En effet, le risque de mort subite du nourrisson est deux fois plus élevé lorsque vous avez fumé pendant votre grossesse. C’est pire encore si vous fumez encore et toujours après l’arrivée de votre petit bout.

    Ce n’est bien évidemment qu’un aperçu des dangers ! A cela, il faut ajouter la mort foetale in utero, les risques accrus de complications à l’accouchement, une diminution des défenses immunitaires et des problèmes respiratoires à court terme. N’oubliez pas, « Fumer pendant la grossesse, nuit à la santé de votre enfant »."

    Alexandra Rêteux (article du site : http://www.neufmois.fr)

     

    08/07/2009

    Comment vivre la crise en ciblant les valeurs humaines et la solidarité ? “La crise est un bon moment pour se remettre en cause, se poser les questions essentielles.”

    “La crise est un bon moment pour se remettre en cause, se poser les questions essentielles.” (Angélique Fornès)images-3.jpeg

     

    images-1.jpegBonjour à tous et toutes,

     

    Cette phrase a été prononcée par Angélique Fornès, de l’agence Fluoo. Je la reprends ici car elle me plaît, cette phrase.

     

    Mon propos va être de la développer pour aller plus loin ensemble, sur le plan des entreprises en crise comme sur le plan individuel ou planétaire.

     

    Tout est lié, ainsi que le constate très bien le Secrétaire général de l’ONU, Monsieur Ban Ki-Moon, qui dit que nous vivons une crise sans précédent faite de crises multiples (crise alimentaire, financière, épidémie mondiale de la grippe, crise des carburants, etc). Il poursuit en disant que du coup l’ONU ne reçoit plus assez d’aides des pays pour les missions de maintien à la Paix qu’ils gèrent. L’ONU emploie 78000 militaires, 11000 policiers, 23000 fonctionnaires pour 43  missions actuelles. Ils ont besoin d’aides financières et se retrouvent mis aux oubliettes de la crise.

     

    La Paix est une solidarité. Sans solidarité, sans objectif précis auquel on tient, la Paix ne peut exister. La Paix est une cible. Si on l’oublie, la flèche risque de se ficher n’importe où... et la guerre arrive. La guerre amenant son lot de crises collectives et de souffrances individuelles et familiales.

     

    La solidarité est donc partie prenante de la Paix. La solidarité fait qu’on peut se sortir de la crise. Vivre mieux, ne pas se renfermer sur soi. Comme le dit si bien Franck Pédersol, directeur d’Adn-Com, une agence de création et de communication sur Grenoble-Seyssinet : “La période incite beaucoup de gens à se replier sur eux-mêmes, donc ceux qui parlent peuvent mieux se faire entendre.” Oui, il faut parler, communiquer, donner aux autres l’envie de se battre, d’avancer, innover.

     

    Marie Martèse, par exemple, a créé la Roue Verte dans la région de Grenoble, afin d’inciter au co-voiturage dans les entreprises mais aussi sur le plan individuel.

     

    L’association Solexine existe depuis 1996 sur Grenoble et accueille plus de cent personnes par an, dans un esprit d’accueil et de solidarité basé sur le partage de la créativité.

     

    “Souvent, quand on vient à Solexine, c’est qu’on cherche quelque chose pour nous aider, parce qu’on se sent seul, qu’on n’a pas de boulot, ou qu’on est mis en marge ou parce qu’on a peu de ressources financières. Mais quand on se trouve à Solexine, ce qui est apprécié, c’est le fait d’être accueilli pour ce qu’on est venu chercher, pour ce qu’on accepte de donner. Ici on n’est pas étiqueté, ni suivi par son passé.

     

    Ce que propose Solexine, c’est de venir pratiquer, découvrir, créer dans différents domaines artistiques par le biais d’ateliers d’expression artistique tels que le dessin, la peinture, le chant, l’écriture créative, le théâtre, la poterie, l’informatique, le conte. Ces ateliers sont animés par des artistes professionnels, rémunérés, capables de communiquer leur passion et un certain nombre de techniques à un ensemble d’amateurs très divers, sans rentrer dans une logique de niveau de connaissances.”

     

    Voici donc une association qui dure, qui a de l’avenir, qui emploie des artistes et offre du bonheur !

     

    Je vais vous parler aussi de la Remise, association grenobloise de ré-insertion qui récupère, trie et revend des vêtements d’excellente qualité -bien que d’occasion. Elle existe depuis 1989, ce qui prouve que la solidarité n’a pas de crise, bien au contraire, puisque son rôle est aussi d’aider les familles à petits revenus à s’habiller correctement. On peut trouver à s’habiller dans ce lieu pour quelques euros, trouver des livres à vingt centimes, habiller les enfants toute l’année sans finir sous les ponts, trouver un petit haut à un euro, un pantalon à deux euros, des chaussures de montagne à quatre euros. Des personnes charmantes organisent tout cela, présentes et désireuses de s’en sortir, rémunérées dans le cadre d’un encouragement à la reprise du travail. Actuellement, la Remise, qui a deux sites, comprend 8 permanents salariés, 26 personnes en contrats d’insertion et 40 bénévoles.

     

    Enfin, je voudrais vous parler des familles d’accueil qui font partie du réseau d’aide de l’association Point Virgule rattachée au Codase. Ces familles accueillent pendant une durée de trois à six mois une personne désireuse de ne plus reprendre la toxicomanie dont elle était dépendante et de retrouver un équilibre de vie. C’est un exemple de solidarité et aussi, dans un contexte de crise, un moyen pour ces familles de mettre du beurre dans les épinards... une indemnité mensuelle leur étant versée. Ces familles accueillent donc chez elles une personne, homme ou femme de tout âge, et leur offrent un cadre de vie familial, les faisant participer aux activités du foyer, les emmenant en balades et leur redonnant des repères, des horaires, des repas en commun, la sécurité d’un foyer les accueillant pendant un temps, un temps de passage, de reconstruction. Suzanne Joux, qui gère les accueils dans les familles, est éducatrice à Point Virgule et a écrit un livre passionnant : “Terribles récits ordinaires”, paru en juin 2009 aux éditions Thot (3, rue du Drac à Fontaine 38 600). Je vais citer pour vous un passage de l’ouvrage de Suzanne Joux : “En cas de rechute, l’expérience de l’abstinence pourra leur permettre de savoir que “c’est possible”. Tout ce qu’ils auront accompli servira peut-être de balise dans les mauvais moments ultérieurs. Une de ces personnes accueillies a écrit par la suite : “Quand j’étais en famille d’accueil, j’ai labouré avec des ânes, je ne savais pas que j’étais capable de faire ça. J’ai gardé des photos. Je suis monté avec eux jusqu’au col, ça faisait sept cent mètres de dénivelé. Je me suis dit que j’étais pas complètement fini.”

     

    Peu de personnes se manifestent pour faire ce genre d’accueil, car il faut mettre de côté la peur, les craintes, parfois le jugement de ce qu’a pu être la personne avant. Aider quelqu’un qui a connu la dépendance de la drogue est un fait mais accueillir une personne qui a pu en faire le commerce peut heurter et remettre en question tous nos principes. C’est là que nous pouvons commencer à nous remettre en question, à nous positionner sur de vraies valeurs humaines. Cette personne a été en dérive, cette personne a pu causer du tort à d’autres, peut-être à de très jeunes en vendant de la drogue... mais aujourd’hui, elle veut s’en sortir, elle a fait amende honorable, elle fait une démarche de rentrer dans une famille... une famille inconnue, qui n’est pas la sienne, courageusement, pas à pas dans l’abstinence totale. Cette personne va connaître des angoisses, des doutes, des nostalgies du passé, ce passé où elle pouvait tout s’acheter sans travailler. Mais aujourd’hui, elle apprend ce qu’est une formation professionnelle, peut-être bientôt un travail.

     

    Alors au diable les jugements hâtifs sur la vie des gens. La crise nous demande aujourd’hui de prendre en compte tous les parcours de vie et c’est en aidant et en tendant la main aux autres que nous nous en sortirons, pas en clamant sur tous les toits qu’en 2020... les retraites ne seront plus payées... ou en faisant croire aux plus crédules que ça y est, Il va revenir (le Christ).

     

    La crise nous demande de nous repositionner et de sortir de notre coquille, de nous exprimer, de sortir ces dons que nous avons tous au fond de nous.

     

    Gérer la crise dans une entreprise, ce peut être simplement l’envoi de cartes de voeux, agréables et conviviales, petites choses simples qui ramènent la pensée des clients oublieux une fois l’an. Recevoir un gentil courrier est une chose si rare aujourd’hui, où tout passe par internet, avec mille cartes virtuelles que personne ne peut accrocher au mur.

     

    Gérer la crise financière dans la famille, ce peut être simplement s’inscrire et participer au Sel de sa région : Système d’Échange Local. Ce système permet d’échanger autrement et librement, sans argent. “Il privilégie le lien plutôt que le bien dans le respect des personnes, en valorisant la responsabilité de chacun, la coorpération et la solidarité.” Je vous donne le lien suivant afin de connaître le Sel de votre région : http://www.selidaire.org/spip/rubrique.php3?id_rubrique=211

     

    Gérer la crise sur le plan mondial, c’est aider la Paix à survivre, c’est faire les gestes simples d’hygiène élémentaire pour éviter la propagation croissante de la grippe, c’est trier ses déchets quotidiennement, c’est placer en épargne intérieure suffisamment d’énergie jusqu’à la fin de sa vie pour pouvoir rester solidaire éternellement, même à soixante-dix ans.

     

    Gérer la crise sur le plan individuel et au sein du couple, c’est arrêter de vivre les choses égoïstement, comme si l’amour était une course au temps perdu, une course effrénée de partenaires en partenaires, qui peut faire dire à certains : “Tu couches tout de suite ou pas... Si c’est non, je poursuis ma quête car je perds mon temps. J’ai besoin de savoir tout de suite.” Ou faire dire à d’autres : “Ah ben non, tu as des enfants. J’ai 54 ans. On a onze ans de différence. Je suis bien trop vieux. Je veux vivre pour moi. Ne plus m’embêter. En profiter avant qu’il ne soit trop tard. Je dois me grouiller car le temps passe si vite. Tu aurais été la femme de ma vie si tu avais été seule sans enfants. Alors comme je ne veux pas gâcher ma chance de rencontrer cette femme que j’attends et qui me correspondra, je préfère arrêter cette relation et me libérer.”

     

    Libération pour une liberté virtuelle, virtuel d’une crise qui existe bien, elle, dans tous les domaines, même simplement dans le lit double d’une maison où un célibataire pleure tout bas chaque soir, larmes d’une quête improbable, d’une solitude qui s’aggrave de jour en jour, encouragée par la peur de l’autre, peur de se perdre, peur de donner, peur de partager, peur d’une maman qui élève seule ses enfants.

     

    Chloé LAROCHE

     

     

    POUR INFORMATION du solidaire existant sur Grenoble, ma ville :

    ______________________________________________________________

    -La Brocante de Mamie : http://www.alpesolidaires.org/la-brocante-de-mamie-des-ordinateurs-pour-l-insertion

    ______________________________________________________________

    -La Remise : laremise-asso.org. / 35, rue Général Ferrié 38100 Grenoble

    et avenue Jean Perrot. Téléphone Tél. : 04 76 46 02 94.Tél. : 04 76 44 00 84. Fax : 04 76 46 75 65 ...

    ______________________________________________________________

    -Le SEL de Grenoble : www.seldegrenoble.asso.fr/fr/liens.htm

    ______________________________________________________________

    - Association Solexine : 12, Rue Ampère / 38100 Grenoble, France / 04 76 96 18 18

    ______________________________________________________________

    -Centre de lutte contre l'Isolement. et Prévention du suicide à Grenoble. 1, place de l'Étoile 38000 Grenoble 04.76.87.90.45 ...

     

    ______________________________________________________________

    -OZANAM. Centre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale / Brocante les mercredis et samedis :  38410 Vaulnaveys Le Bas Tél. 04 76 89 17 84. Fax. 04 76 89 01 06.

    ______________________________________________________________

     

    -EMMAÛS (Sassenage, le Versoud, la Mure) :  La communauté de Grenoble est composée:

    - d'environ 35 compagnons et compagnes sur le site de "Sassenage"

    - de 9 compagnons et compagnes sur le site de "La Mure"

    - de 12 compagnons et compagnes sur le site de "LE VERSOUD"

    - de 3 responsables, salariés d'Emmaüs Grenoble (2 à Sassenage, André et Helmut, 1 à La Mure, Mohamed)

    plus un futur responsable au Versoud à l'issue des travaux.

    - d'amis (bénévoles)

    Contact EMMAUS : http://www.emmaus-bourgoin.org. COMMUNAUTE DE GRENOBLE Z.I. Les Moironds Route de Valence 38360 SASSENAGE. Tél : 04 76 27 03 04 ...

    ______________________________________________________________

    - L’ÉCOLE DE LA PAIX : www.ecoledelapaix.org

     

    7, Rue Très Cloîtres

    38000 Grenoble, France

    04 76 63 81 41

     

    ______________________________________________________________

    -LA ROUE VERTE (CO-VOITURAGE) : : http://www.LaRoueVerte.com

    01/07/2009

    Pour Timéo, écrasé contre un mur par une personne âgée inapte à conduire. Ce petit garçon avait deux ans et demi mais il ne vit plus, son sang répandu sur la chaussée.

    Bonjour à tous et toutes,

    images-2.jpeg

     

     

     

    820554617_small.jpgUn petit garçon nommé Timéo marchait sur un trottoir quand une voiture lancée à grande vitesse contre le mur, suite à une fausse manoeuvre du conducteur, l'a écrasé mortellement, devant les yeux de sa maman horrifiée et impuissante.

    Cette femme, Laeticia Jacquemin, se bat depuis pour demander un contrôle du permis en faisant passer des tests d'aptitude, à mesure que l'on prend de l'âge. Car le chauffeur de cette voiture criminelle était âgé et n'était plus apte à conduire une voiture.

    Elle a créé un blog dont je vous donne le lien : http://timeotiange.skyrock.com821558715_small-1.jpg

    ainsi qu'une pétition (dont je donne le texte en fin d'article) ainsi que le lien.

    Laeticia a écrit un texte très beau, émouvant, pour la cérémonie d'adieu de Timéo. Je me permets de le partager avec vous, pour tous les parents, pour tous les enfants encore vivants, pour l'amour à partager quand il est temps.

    Vous le trouverez immédiatement après ce texte.

    Je souhaite mille courages et un océan de force aux parents de ce petit garçon et à sa famille. J'envoie plein de bisous à Timéo qui a rejoint dans le monde d'amour et de lumière ma petite Océana.

    Chloé Laroche

     

    814510949_small.jpg---------------------------

     

    Voici le texte de la maman de Timéo :

     

    "Avec ce qui s'est passé, j'ai appris beaucoup de chose, la plus grande chose c'est que tout l'amour que l'on a, on se doit de le donner sans tabou, sans interdit.

    Dire je t'aime à un enfant, c'est la plus belle chose que l'on puisse faire et le seul regret que je n'ai pas dans tout ça c'est d'avoir tant chéri mon fils et de lui avoir répété chaque jour à quel point je l'aimais.

    Beaucoup de choses de notre quotidien sont des futilités, alors il faut savoir saisir sa chance chaque jour à chaque instant pour chérir nos enfants sans limite, sans retenue.

    Les enfants sont faits par amour pour l'amour.

    La vie peut être aussi belle qu'injuste alors savourez la à chaque instant.

    Merci."

     

    Laeticia Jacquemin

     

    ______________________________images.jpeg

     

    Laeticia JACQUEMIN, qui fait le métier d'assistante maternelle, a écrit ce récit de l'accident :

     

    "Tous les mardis, un atelier d'éveil se déroule au relais assistante maternelle. Les enfants aiment beaucoup y aller pour peindre, jouer, faire des collages... Le mardi 3, ils ont peint de jolies boîtes pour pâques, avec des petits oeufs dedans. On n'en a pas mangé tout de suite, car "c'est pas vraiment l'heure..." (10h30). Le départ est toujours un peu délicat et ronchon, c'est toujours mieux de jouer que de s'habiller !!! Alors pour encourager mes petits hommes on chante...

     

    Je donne la main à Timéo à droite, à Simon à gauche, et Maelle la donne à Simon car c'est le plus grand, le temps de retourner à la voiture qui est à environ 200 mètres. Comme toujours, des voitures sont garées dans la rue sur laquelle débouche le relais, alors quand on traverse, les enfants disent bonjour à un monsieur qui attend dans sa voiture garée.

     

    On compte à 3 pour monter sur le trottoir, on ne saute pas, mais il faut bien motiver les troupes... Mais Mael en bout de lignes n'est pas monté en même temps alors "encore nounou à 3"... "1,2,3, aller go mes doudous !", alors on se tourne pour avancer, et là cette voiture recule d'une violence incroyable, elle a sauté le trottoir de 25 cm pour aller percuter le mur. Dans cette fraction de seconde je sens la main de mon doudou s'arracher à la mienne.

     

    Je hurle, je tape de toute mes forces sur cette voiture qui reste immobile, j'hurle toujours  "mon bébé est coincé je vous en prie !" les secondes s'écoulent et toujours rien... il avance et je rattrape mon fils qui s'écroule comme une poupée de chiffon. J'hurle de tout mon coeur, de douleur, d'appeler les pompiers, et je supplie Timéo de ne pas me laisser... Le temps parait interminable avant que les pompiers arrivent, et il y a tellement de sang... malheureusement pas le mien et Timéo ne me répondait pas..."

    Laeticia Jacquemin

     

    images-1.jpeg_________ TEXTE DE LA PÉTITION :

     

    Mon fils écrasé par une personne âgée : instaurons des contrôles d'aptitude à conduire.
    ( Nombre de signatures : 67266 )


    Date de création : 21/06/2007
    Date de cloture : 21/06/2009

    Auteur : Laetitia Jacquemin, maman de Timéo.
    Maman qui a perdu son fils par un accident stupide...

    A l'attention de : M. le Président de la République.

     

    "Nous avons perdu notre fils TIMEO (2 ans et demi à peine), lors d'un accident stupide où un automobiliste (âgé) garé le long du trottoir, à la suite d'une maladresse, a enclenché sa marche arrière propulsant subitement son véhicule sur le trottoir où nous marchions mon fils et moi.

    Timéo a été coincé entre la voiture et le mur de l'habitation !

    Depuis ce jour, et ce durant plus de 9 mois, l'automobiliste en question a circulé librement, muni de son permis , comme si la société n'avait pas prit conscience de sa part de responsabilité.

    Nous faisons cette pétition car il nous tient à coeur de mettre en place 
    1- des CONTRÔLES SYSTEMATIQUES D'APTITUDE A CONDUIRE (vision, audition, réflexes, connaissance des nouveaux panneaux...) tous les 10 ans depuis l'obtention du permis, puis environ tous les 3 ans à partir de 60 ans, d'une part, 
    2- et d'autre part, de ne pas laisser le permis à une personne responsable d'un homicide en attendant le verdict d'un procès qui peut durer des années... et faire d'autre victime !!! (si vous n'êtes d'accord qu'avec un seul de ces 2 points, vous pouvez le précisez dans la case "commentaire").

    Merci du fond du coeur, nos enfants sont plus précieux que tout, il faut se battre pour eux !!!"


    Lien vers le texte : http://www.timeotiange.skyblog.com

    Pour faire un lien vers cette pétition, cliquez-ici

    ___________________________________________ Lien de la pétition : http://www.mesopinions.com/Mon-fils-ecrase-par-une-personne-agee---instaurons-des-controles-d-aptitude-a-conduire-et-ne-le-laissons-pas-conduire-en-petition-petitions f652c5d3384af843f448a4fda3b5cef2.html

     

     

    25/06/2009

    Lettre ouverte de soutien à Florence Cassez, enfermée pour soixante ans au Mexique, alors qu'elle n'a fait qu'aimer un homme qui s'est avéré être un bandit.

    flo_cafe.jpgFlorence Cassez,

    J'ai entendu ce matin, dans l'émission de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC, votre voix déchirant l'espace et le temps, nous annonçant que la décision du Mexique est de vous enfermer soixante ans et que cela équivaut pour vous à une mise à mort.images-6.jpeg

    Vous êtes prise dans une tourmente sans mesure, comme un petit esquif emporté par le tumulte d'une tempête qui le dépasse. Les témoignages contre vous ne tiennent pas debout. Confondre une blonde et une rousse est énorme pour un témoin et nous ne parlerons pas de toutes les inepties du dossier d'accusation vous accablant. Des intérêts politiques, des réserves aussi entre grands personnages... créent l'oeil du cyclone dans lequel vous êtes prisonnière.

    Les murs de votre prison ne sont rien au regard des murs de la conscience humaine, murs qui s'élèvent contre l'innocence, murs d'incohérences, murs d'impuissance, murs de soumission entre chefs d'états, murs de mensonges et d'intérêts inavouables des témoins et dites victimes.

    images-3.jpegLe seul tort que vous avez eu a été d'aimer un homme peu recommandable, mais le saviez-vous ? Ce seul lien d'amour a fait que la police est venue vous chercher et vous a cuisinée dans une camionnette, afin de vous faire avouer. Aimer un homme peut ouvrir la porte sur l'inacceptable, sur d'autres portes comme celle qui s'est refermée derrière vous, à tout jamais, comme on vous l'a signifié.

    Florence, je vous ai entendue désespérée ce matin et comment pouvez-vous être autrement, après cette sentence définitive. Mais je voudrais que vous gardiez espoir, car le monde évolue, les gens se battent pour vous... aussi, dans votre prison, gardez une fenêtre ouverte sur le monde invisible, celui qui a le pouvoir sur les choses de la vie et le destin. Votre esprit est une fenêtre ouverte sur le monde, sur ceux que vous aimez... et personne ne peut vous enlever la liberté de penser, de rêver, d'écrire, de croire, d'espérer encore.florence-cassez-oculto.jpg

    Je vous embrasse très fort et place votre lien de site et votre pétition ici, afin de faire connaître à mes lecteurs ce combat à mener pour vous, chère Florence.banner_flo.jpg

    Tenez bon. La force est en vous.

    Chloé LAROCHE

     

    Le lien de votre site : http://www.liberezflorencecassez.com

     

    ____________________________ PÉTITION____

    Le texte de la pétition est à envoyer à l'adresse ci-dessous, signée et datée :

     

    ASSOCIATION FLORENCE INNOCENTE

    14 Route Nationale

    62660 BEUVRY


    Lettre pétition pour la libération d'une innocente, Florence Cassez.

     

    Monsieur le Président de la République,

    Depuis près de deux ans, Florence Cassez est emprisonnée au Mexique pour un délit qu'elle n'a pas commis.

    Aucune injustice, nous le savons, notamment celles infligées à nos compatriotes à l'étranger, ne laisse insensible l'homme et Le Chef d'Etat que vous êtes.

    Son procès, en cours depuis mars 2006, n'est à ce jour pas encore clôturé, malgré les demandes incessantes de son avocat.

    Nous formons le voeu qu'il vous soit possible d'intervenir auprès des autorités mexicaines pour que Florence Cassez soit enfin libérée après des épreuves qui n'ont que trop duré.

    Par avance, ses parents, sa famille, ses amis, et tous ceux que son sort a émus, vous en expriment leur profonde et respectueuse reconnaissance.

    ***************SIGNER LA PETITION*************

    Envoyer un mail à soutien.florence@hotmail.fr

    avec votre NomPrénom et votre adresse signer la pétition

    23/06/2009

    Sur la route de mon taxi, à Grenoble, je croise des regards. Voici l’histoire de ces regards, regards d’enfants, d’adultes, d’hommes et de femmes.

     
     
    images-1.jpegAu cours de mes trajets professionnels en taxi, véhicule dans lequel je transporte des personnes handicapées mentales et physiques, je croise des dizaines de regards.images-3.jpeg

    Aujourd’hui, j’ai croisé le regard d’un ouvrier sur un chantier fermé au public. Il travaille dur sous le soleil et construit ce qui sera le toit de futurs habitants. Moi, je circule sur les routes, libre et curieuse de chaque virage, de ce qui m’attend après. Lui, il grimpe d’étage en étage, admirant l’ouvrage de ses mains, le fruit de ses efforts répétés, de son obéissance aux ordres précis de gestes minutieux.

    images-7.jpegSouvent, je croise le regard d’un enfant marchant seul le long de la route, le regard gai ou triste selon l’enfant. Parfois il va à l’école, parfois va faire une course. Je suis étonnée de voir que des enfants de très jeunes âges vont à l’école tous seuls.

    L’autre jour, en arrivant dans le quartier de l’Abbaye, j’ai croisé le regard d’un petit garçon de cinq-six ans. Il était assis sur le bord du trottoir, le cartable sur le dos, les pieds posés sur la chaussée. Il était 17 h 45 !! Je me suis arrêtée et lui ai demandé ce qu’il faisait assis au bord de la route. “Que fais-tu ici tout seul ? Ne reste pas ici. C’est dangereux !” Il me montre sa maison vide. Il attend ses parents. Des jeunes de la cité semblant le connaître lui crient : “Ne reste pas là sur la route, petit.”images-5.jpeg

    Il y a ce regard d’une personne âgée qui a du mal à marcher et qui me sourit lorsque je la laisse passer. Ce regard d’une femme entourée d’enfants, avec un bébé dans une poussette et un petit dans un porte-bébé, plus des enfants encore autour. Regard du monde qui tourne et qui avance.
    `
    images-2.jpegJe rencontre le regard d’une femme voilée d’un hijab que je viens de laisser passer. Je me suis arrêtée pour elle alors que personne ne la laissait traverser. Elle me regarde et me remercie d’un grand sourire. Je me dis qu’elle est sage. Elle ne porte qu’un voile simple qui laisse voir son visage et son sourire, voile qui n’est ni le niqab ni la burqa. Elle porte le hijab et semble bien dans sa peau. Elle aimerait peut-être porter le niqab mais elle se dit que c’est plus raisonnable ainsi dans un pays où la plupart des femmes sortent les cheveux nus et les jambes à l’air. Peut-être travaille-t-elle et a-t-elle un poste qui lui donne la satisfaction de tenir son rôle dans une 
    société où elle a sa place, même voilée.images-8.jpeg

    J’ai croisé aussi le regard d’un homme qui avait cinq portables. Un dans chaque poche et trois dans la voiture. Vous ne me croyez pas ? Je vous dis qu’il existe. Il vit à Grenoble. C’est un voyageur. Les kilomètres qu’il fait chaque semaine dans le monde entier sont une toile d’araignée qu’il tisse sans que les femmes qu’il rencontre n’y prennent garde. 

    images-6.jpegJ’ai croisé le regard d’un autre homme qui criait au volant : “Tu ne comprends pas le français ? C’est fini entre nous, terminé. Je suis volage. L’amour, ça me fait peur. Dégage de ma vie.” Et puis j’ai suivi le regard de la femme de l’autre côté de la route. Elle traversa, hagarde, en manquant de se faire renverser. Parfois, quand l’amour s’arrête brutalement, quelles raisons de vivre restent-ils ? Le sentiment de n’être plus rien, la route qui continue sans nous, l’humiliation des paroles redoutables et cruelles, la réalité d’un ventre vide dont un homme a pris l’espace durant quelques mois, s’enfuyant en laissant le vide et le néant, le mépris d’un coeur effondré sur lui-même.

    Heureusement, un autre regard croise le mien. Celui d’un mendiant. Il vient vers moi et me demande de l’argent, alors que je suis arrêtée à un feu. Je vois sur son panneau : “trois enfants à nourrir.” Je cherche quelques pièces et lui donne. Je me dis que j’ai de la chance d’avoir un travail et de quoi nourrir mes enfants. 

    Je me souviens de cet autre regard dans le magasin où je suis allée dernièrement. Une dame âgée de type gitan me regarde fixement dans un rayon. Elle tient dans la main un paquet de farine. Son regard se fait insistant. Elle tend le paquet vers moi de loin. Elle n’a toujours rien dit. Son regard m’appelle. Je m’approche. Elle me montre le prix. Il lui manque soixante centimes. Je lui donne. Elle repart contente avec son paquet.images-4.jpeg

    Un autre regard me marque. Celui d’une femme qui s’est confiée à moi. Amoureuse d’un homme, elle ne supporte plus de vivre avec sa fille majeure qui vit sous le même toit. Cette fille ne la respecte pas. L’atmosphère devient lourde, conflictuelle ; c’est l’enfer dans son foyer. Son compagnon ne veut pas intervenir. Il laisse faire. Alors cette femme en tombe malade. D’une vraie maladie. Son regard aperçu une première fois a changé. Il est sombre, sans la flamme. Je parle un moment avec elle. Une étincelle apparaît à nouveau. Elle me fait la bise. Un moment d’amitié fait revenir le soleil.

    images.jpeg“Nous nous reverrons”, m’a-t-elle dit.

    Je rends hommage à tous ces regards, à toutes ces personnes croisées, à tous mes clients transportés, enfants, adolescents et adultes, à la population grenobloise que je côtois chaque jour.

    Parfois je manque de me faire tuer... comme l’autre jour, à Sassenage. Un homme a grillé un stop. J’ai pu m’arrêter. Et puis ce jour dernièrement où un jeune fou a pris un rond-point en sens inverse, se mettant à ma droite, alors que je l’évitais à gauche. Il m’a narguée d’un regard inconscient et sot. Tout comme ce jeune homme qui est venu sur moi avec sa mobylette, traversant une ligne blanche en face de moi pour me provoquer. Ces regards sont pleins de violence et je préfère les reléguer au rang de l’imbécilité et d’une conduite hors-la-loi. Seulement, d’une conduite hors-la-loi, ils peuvent devenir criminels, comme ce motard roulant sans permis à Marseille et qui a heurté le 13 juin une maman enceinte de huit mois et son fils de deux ans, qui rentraient de la plage de Corbières. Ils sont morts tous les quatre, car cette femme portait des jumeaux. Le papa a été hospitalisé dans un état de choc moral indescriptible. 

    Le regard que je tends à cette famille détruite est empli d’une immense tristesse. Je leur envoie à tous les cinq mes pensées les plus émues.

    Chloé LAROCHE

    21/06/2009

    J'ai écrit une histoire pour la Fête des Pères. Sur la paternalité, de son importance pour l'enfant, sur le silence et le mutisme à propos de l'existence d'un enfant, sur la séparation et le droit de garde.

     

    PAA327000019.jpgAux pères du monde entier.

     

     

    images-4.jpegMaréva pensait à une de ses amies, Milka. Cette dernière était une jeune maman qui n’avait rien dit de sa maternité au propre père de son enfant. Cet homme ne savait pas que cette femme avait attendu un fils de lui ni qu’elle avait accouché ni que son enfant grandissait. Ils s’étaient rencontrés, lui et elle quelquefois, mais n’avaient jamais vécu ensemble. Ils ne se voyaient plus depuis un an et le papa ignorant ne se doutait de rien.

     

    Un jour, Maréva envoya à Milka un conte qu’elle avait écrit pour lui exprimer l’importance qu’a un père dans la vie de son enfant. Il mériterait d’être lu par toutes les mères, par toutes les femmes, pour les pères... Voici le conte du Papa des étoiles.images-5.jpeg

     

     

    LE CONTE DU PAPA DES ÉTOILES----------

     

    Un matin d’automne, une femme sut qu’elle avait un petit bébé dans son ventre mais elle ne voulut pas en parler au papa. Et puis l’enfant est arrivé ; il est né et sa mère lui a dit :

     

    -Je suis ta maman mais tu as aussi un papa ; il n’est pas là car il est à des années-lumière de savoir que tu existes ! Mais un jour, tu le retrouveras et tu sauras que c’est lui, ton papa.”images-3.jpeg

     

    Bien sûr, le bébé a écouté ces paroles et il les a retenues. Aussi, un soir, alors qu’il avait grandi, il demanda à sa maman :

     

    images-12.jpeg-Papa vit sur quelle étoile ? Des années-lumières, ça fait loin... Comment faire pour le retrouver ?”

     

    Sa mère sourit et lui dit :

     

    -Pourquoi serait-il sur une étoile ? Il est là, tout près de toi, dans ton coeur. Appelle-le, parle-lui, dis-lui que tu l’aimes dans le secret de ton jardin et envoie-lui un signe. Il te répondra !”

     

    Alors l’enfant alla dans un champ, cueillit le plus petit des myosotis et dit à son papa, dans l’étoile de son coeur :images-8.jpeg

     

    -Papa chéri, que je voudrais connaître, à qui je voudrais faire des bisous... Si tu m’aimes, envoie-moi un myosotis comme signe de reconnaissance. Montre-moi que tu n’es pas sur une étoile dans le Ciel, mais bien sur la Terre !”

     

    Le petit garçon attendit longtemps un signe et puis un jour le facteur apporta une carte postale... Il y avait de jolis myosotis sur cette carte.

     

    -Maman, demanda l’enfant, qui t’a écrit cette carte ?

     

    images-17.jpeg-C’est un ami qui me dit qu’il est moine dans un monastère. Sur la carte, il a écrit une belle phrase : “Les étoiles ne sont pas si loin lorsqu’on sait les aimer !”

    Le visage de l’enfant s’éclaira : "Maman, peut-on aller le voir ? Il est loin d’ici ? Et puis c’est quoi “moine” ?”

    Sa mère répondit, une flamme dans les yeux :

    -Cet homme a choisi d’être moine... Cela veut dire qu’il vit à l’écart du monde pour se rapprocher de Dieu dans la paix de son coeur.”

     

    L’enfant réfléchit et dit soudain : "Alors, pour vivre près de son père, il a renoncé à tout... Je veux aller vivre avec lui, parce qu’on m’a dit que Dieu, c’est le Père de tous les hommes, et comme c’est le père de ton ami moine, il sera aussi mon papa !”

    images-18.jpeg

     

    PAA186000054.jpgL’enfant, depuis ce jour-là, ne mangea plus ; il refusait de s’alimenter et sa maman était désespérée ; elle ne savait plus que faire... Lorsque soudain, un beau matin, il reprit goût à la vie, au soleil, à sa maman. Celle-ci ne comprenait pas, jusqu’au jour où il lui offrit un bouquet de myosotis en lui disant :

     

    -Mon papa a trouvé la paix de son coeur près de son père, mais comme son Père, c’est aussi le mien... c’est comme si j’étais près de mon papa. Notre Père à tous les deux, c’est aussi ton papa, et Il t’aime, comme je t’aime aussi, Maman !”

     

    Sa mère fondit en larmes et serra son enfant dans ses bras. Plus tard, elle l’emmena en Grèce, à la rencontre de l’étoile qui s’était faite moine.images-7.jpeg

     

    Le jeune garçon fut heureux car il put réunir son Père du Ciel et son père de la Terre !

     

    Les étoiles ne sont pas si loin, lorsqu’on sait les aimer ! On sait toujours où les trouver, même si cela met des années... lumière ! _______ FIN DU CONTE du Papa des Étoiles.

     

    IS191-075.jpgEn réalité, lorsque l’amie de Maréva, Milka, reçut ce conte et le lut, elle le déchira et le mit à la poubelle car elle s’était fermée définitivement à l’idée que son fils puisse voir son père.

     

    Elle en voulait à cet homme pour diverses raisons et ne pouvait s’empêcher de se venger en le privant d’être papa. Elle n’avait pas compris que la relation d’un homme et d’une femme ne se mélange pas à la relation qu’ils ont avec leur enfant.images-10.jpeg

     

    Cependant, un jour, son enfant ne voulut plus manger car, à l’école, ses camarades de classe lui parlaient de son père absent, invisible, inconnu ; ils lui montraient en fait du doigt le vide effroyable de cette place manquante du père ; la plupart des parents de ses petits copains étaient séparés mais ils continuaient à voir leur père, même si c’était pour la majorité un week-end toutes les deux semaines.

     

    Milka s’inquiéta pour son petit Gali et l’emmena chez le pédiatre. Celui-ci parla quelques instants seul à seul avec le petit garçon.PAA186000054.jpg

     

    -Que se passe-t-il, Gali ? Pourquoi ne manges-tu plus ?

     

    -C’est que mon père me manque. Il n’est pas là et donc je n’ai pas faim. À  l’école, les autres me parlent de mon papa alors j’y pense beaucoup.

     

    -Tu sais, Gali, ton père est quelque part. On va en parler à Maman tous les deux, tu veux bien ?

     

    -Oui, je veux bien. Mais il voudra bien de moi ?

     

    -Oui, Gali, ne t’inquiète pas. Je suis sûr qu’il te porte à l’intérieur de son coeur en secret.”

     

    images-2.jpegGali poussa un soupir et sa maman revint dans la pièce. Elle écouta le médecin et ils parlèrent ensemble du papa de Gali ; le petit garçon était suspendu aux lèvres de sa mère ; la vie semblait revenir en lui ; il exultait d’espoir.images.jpeg

     

    Quelques temps après, Milka retrouva le père de son fils et lui annonça qu’il était papa. Mathis fut si heureux qu’il alla crier sa joie dans la rue. Il rencontra Gali et le reconnut comme son enfant. Il le prend désormais avec lui tous les mercredis et un week-end sur deux. Le petit garçon est en pleine santé. Il a retrouvé enfin l’autre moitié de sa vie.

    Chloé LAROCHE

    20/06/2009

    Du Niqab et de la burqa. Mon coeur est serré pour ces enfants, ces bébés, qui n'auront de leur mère que l'image effrayante d'un fantôme de femme, sans formes et sans peau découverte.

     

    Bonjour à tous et toutes,

    images-12.jpeg

     

     

     

    images-7.jpegDes femmes sortent de chez elle avec des grilles devant les yeux, couvertes toute entière d’un voile.

    Cette tenue s’appelle la Burqa.

     

    Masque sur la vie, masque de la femme, masque de sa beauté, masque de sa force et de la vie.images-10.jpeg

     

    Ces femmes ont chaud et traversent les rues françaises en souffrant le martyre, sous le soleil chaud de l’été.

     

    e010694.jpgDes femmes aussi n’ont pas de grilles mais on ne leur voit que les yeux. Cette tenue s’appelle le Niqab.images-2.jpeg

     

    D’autres ont le corps entièrement recouverts d’un voile mais on voit leur visage.

     

    Elles le font par conviction religieuse, “pour leur Seigneur”, et aussi pour faire plaisir à leur mari. Certaines sont forcées de le faire.

     

    images-6.jpegDes jeunes femmes pensent qu’il faut porter la burqa ou le Niqab alors que leurs ancêtres féminines se battent et se sont battues dans certains pays musulmans pour ne pas la porter. En Algérie, des jeunes filles ont été égorgées pour avoir refusé de porter le voile, le hijab.

     

    Au Pakistan, depuis le 27 décembre 2008, les Talibans terrorisent les femmes dans cette région pour que les jeunes filles viennent au lycée habillées en burqa.images-17.jpeg

     

    images-18.jpegImposant leur vision radicale de l’Islam, ils ont d’abord ordonné la fermeture des écoles pour filles, dans le nord du Pakistan. Devant la désobéissance ambiante, les Talibans et extrémistes musulmans ont détruits à l’explosif deux cent établissements. 40 000 jeunes filles on été privées d’éducation du jour au lendemain.images-5.jpeg

     

    Depuis, dans la vallée de Swat où les Talibans ont pris le pouvoir, des écoles ont rouvert leur porte.... mais, avec le port de la burqa obligatoire. Des talibans sont postés en permanence devant les écoles pour surveiller cela.

     

    À Mingora, deux femmes ont été sauvagement fouettées en public pour être allées faire les courses seules, non accompagnées d’un homme, comme il est exigé par les Talibans.

     

    images-9.jpegShabana, une danseuse de Mingora, a été tuée car elle refusait d’abandonner son métier de danse interdit par la loi talibane. Son corps criblé de balles a été exposé dans un rond-point afin de faire peur aux résistantes de la même trempe. Nombre de “mujras”, les danseuses de Swat qui faisaient la fierté de cette vallée, ont dû partir à Lahore et sont devenues prostituées. Les danseurs, mais aussi les artistes et chanteurs de la province, ont dû renoncer à leur art.KS94133.jpg

     

    L’intégrisme musulman se sert du Coran pour avoir le pouvoir sur les âmes, un pouvoir démesuré et contraire aux Droits de l’homme et de la femme. Le véritable Islam aime la mesure et n’aime pas les excès. Porter un voile sur la tête est acceptable, mais nombre de pays ont interdit le port de la burqa et du niqab, ce qui me paraît normal pour la défense des Droits de la femme.

     

    Ce qui est anormal et révoltant, c’est qu’en France, rien n’interdit le port de ces deux tenues.images-4.jpeg

     

    images-16.jpegCertains demandent qu’une enquête soit faite afin que l’on sache exactement si les porteuses de ces vêtements sont en accord avec ce déguisement ou contraintes de le porter.

     

    D’autres comme Martine Aubry pensent qu’il ne faut pas interdire de telles tenues... car on risque de ne plus voir ces femmes sortir. Elles vont rester cloîtrées chez elle. Martine Aubry demande plutôt des discussions et un avancement dans la réflexion avec les personnes qui portent ces tenues. En résumé, elle souhaiterait convaincre ces personnes mais ne pas interdire.

     

    images-11.jpegElle a raison dans un sens... Peut-être certains maris cloîtreront-ils leur femme si une telle loi était vôtée.

     

    Mais on ne peut fonder une société et oeuvrer pour l’avancement des Droits humains sur des chantages de ce genre. En même temps, pour rassurer les croyants musulmans, si une loi d’interdiction de ces tenues était vôtée, la France serait en accord avec ce qu’a déclaré Dalil BOUBAKEUR, Recteur de la Mosquée de Paris :

    "Le port de la burqa n’est pas une prescription coranique. D’après l’Islam, la femme doit se couvrir les cheveux et se vêtir décemment.”

    Pour lui, la multiplication de ces tenues est le signe « du progrès de certaines tendances fondamentalistes ».images-14.jpeg

     

    Lorque je rencontre dans la rue une femme portant la burqa ou le niqab, je ressens de la révolte et de la tristesse. Je vois ces mères que leurs enfants ne peuvent même pas toucher, le visage interdit d’accès, le sourire verrouillé dans le niqab, les yeux grillagés pour la burqa.011124AT.jpg

     

    images-8.jpegMon coeur est serré pour ces enfants, ces bébés, qui n'auront de leur mère que l'image effrayante d'un fantôme de femme, sans formes et sans peau découverte. Sans voir leur sourire, sans sentir la chaleur des bras sur leur corps, sans contempler leur mère dans sa beauté, celle que Dieu donne à toutes les mamans.

     

    Je me dis qu’au nom de Dieu, les hommes deviennent des démons.

     

    Et que le Diable doit se frotter les mains d’avoir réussi à enfermer les femmes. Pour qu’à côté, on considère encore mieux les femmes occidentales comme des prostituées, qu’on peut violer et à qui on peut manquer de respect sans remords... puisqu’elles savent si bien susciter la convoitise masculine par leurs habits.1199015.jpg

     

    Chloé Laroche

    images-3.jpeg

     

     

     

    ... pour Shabana, pour toutes les femmes tuées à cause de l'intégrisme musulman

    et de tout intégrisme, poison des Droits de l'Homme et de la Femme, poison de la liberté d'être et d'exister.

     

    ________________________________________

    Commentaires :

     

    Pour info :

    http://www.elwatan.com/Les-artistes-persecutes-au-nord

    Ecrit par : Chloé Laroche | 20.06.2009

    ________________________

    Pour info :

    http://www.freemuse.org/sw33496.asp

    Ecrit par : Chloé Laroche | 20.06.2009

    _________________________________

    Pour info :

    http://www.wluml.org/french/newsbytheme.shtml?cmd%5B141%5...

    Ecrit par : Chloé Laroche | 21.06.2009

    ________________________________________________________________

    Bonjour chloe,
    je viens de decouvrir ton blog et voir ce post sur la burqa, je suis emue de voir combien tu es engagee pour la defense des femmes, et combien tu es touchee... Il est vrai ke pour ces femmes du talibans cela doit etre difficile d etre forcee et privees d'etudier. Mais sache que les femmes de france qui se vetissent ainsi n'ont pas la meme situation ke ces femmes, pour la plupart elles ont choisi. je suis francaise convertie a l islam et je porte le niqab et sache que personne m y a force je les fais pr Dieu et mes parents seraient tellement heureux si je ne le portais pas...pourquoi j ai fait ce choix parce ke pour moi il etait tellement beau de voir une femme aimer sa pudeur, se respecter et se preserver et parce ke j ai fait le choix de ne pas montrer mon corps a tout les hommes et kl est la partie la plus belle du corps : le visage . car je suis outree de voir qu aujourdhui on se sert du corps de la femme pour vehiculer des choses et pour faire de la propagande ... pourquoi UTILISER une femme a moitie nue pour vendre des voitures parce ke les premiers acheteurs sont des hommes n est ce pas ? si on visait les enfants on aurait mis autre chose, alors ki est la femme objet soumise??????? Celle ki choisit de rester digne et ne souhaite montrer sa poitrine ou ses fesses a personne d autres ka son epoux ou celle kon utilise chak jour a la tele ??????je suis maman de deux enfants tres epanouies et non effrayes comme tu le dis... ils aiment leur maman peu importe comment elle s habille je suis tres attentionnee a leur education je souhaite kils soient juste kils aiment leurs prochains et kils respectent autrui malgre les differences et contrairement a ce ke beaucoup croit malgre nos differences nous donnons le meilleurs de nous a nos enfants nous exercons enormement d activites d eveil de decouvertes de sorties a la ferme au zoo a la cite des sciences au sortie de nature et decouvertes au ballades et bien d autres c est dailleurs pr cela ke vous en voyez de plus en plus car nous ne sommes pas cloisonnees comme vous le pensez et nous ces femmes sans visage sachez ke nous sommes des femmes comme vous qui aiment rire et se parer et se faire belle entre nous les amies se divertir nous bloggons comme vous nous mangeons des cup cake comme vous lol nous faisons de la couture,des bijoux en fimo lol nous faisons des doudous en feutrine comme vous nous frequentons les salons de massage comme vous nous aimons le maquillage comme vous chanel, geurlain shisheido lancome lol et ce ke vous ignorez c ke nous achetons nos vetement dans les mm magasins ke vous et oui on s habille sous la burka dur a croire????????????????????????????? et oui addict des fringues vous nous voyez chez zara, mango, nafnaf, etam et autres et la le dernier ptit plaisir le sac lancel model gousset et la ptite paire de ballerine reppetto a 150 euros et demandez a mes voisns jsuis bien une femme en burka donc voila je voulais t eclaircir je pense ke les gens connaissent trop peu ses femmes en burqa de 2009 lol et ignorent kon a toute grandi ici en france et kon est pr beaucoup des francaises converties alors difficile de rentrer dans son pays comme on nous dit chak jour kd on s apelle mary stephanie julie ou virgine ... Il ya un grand mank de dialogue et trop de cliches et de bourage de tete mediatik ou on ne fait ke parler des femmes de kaboul aukl on nous identifie mais je vous assure rien a voir parce ke jen ai pas encore vu une avec le dernier louis vuitton ke ma copine nikab burka vient de s acheter...maintenant je ne dis pas kil n exixte pas des femmes en nikab ki sont pas forcees biensure ils doit y en avoir et je peux comprendre la demarche de vouloir les SAUVERRRR mais il ya des tonnes d associations vers leskl elles peuvent se tourner mais pensez a celles ki veulent le garder et voit leur vie comme ca pourkoi les forcer a l enlever ou est la liberte ???? si vous me contraignez a l enlever vous emputer ma liberte non????? voila chloe j espere ke c est plus clair pr toi et je tinvite a rencontrer des femmes de FRANCE et non de kaboul portant le nikab et tu seras bien etonnees de voir a kl point elles sont heureuses et epanouies (et en plus fashion victim lolol )parce ke nous cest sans PSY sans PROSAC ...sois curieuse de savoir ki nous somme vraiment et non ce ke l on vous fait croirepeut etre a tres bientot 
    MARY

    Ecrit par : mary | 22.06.2009

    ______________________________________________________

    je precise aussi ke lon ne porte pas la burqa chez nous ni entre amies et kon embrasse nos enfants kon les gate de calins et de tendresse...

    Ecrit par : mary | 22.06.2009

    ______________________________________________________

    Mary, je vous remercie pour votre long témoignage et commentaire. Vous avez choisi de porter la burqa mais c'est un choix d'enfermement. Je pense qu'une femme qui se cache à ce point à l'extérieur a un problème psy et que ce n'est pas dans les traditions qu'il faut aller chercher mais dans la tête de la femme. Imaginez que demain matin, je prenne mon taxi en portant la burqa. Mon employeur me licencie sur le champ et mes clients vont me dire : "Tu es devenue folle, Chloé." Pour moi, c'est comme si demain aussi, j'allais au travail avec un masque de Venise en disant : "je garde mon visage pour moi et mes proches." Ce serait pour moi une insulte aux autres êtres humains que je vais croiser et accompagner dans mon métier. Ce n'est pas pour ça que je m'habille de façon indécente ! Je ne porte pas de décolleté ni de mini-jupe ni de vêtement attentant à la pudeur. Je suis féminine et je remercie Dieu, le vôtre aussi, de m'avoir donné les charmes d'une femme, la beauté de la création et des yeux, miroir de l'âme... yeux qui peuvent être vus par ceux que je croise et à qui je parle. C'est pour moi une politesse exquise et j'enlève aussi mes lunettes noires pour parler aux autres. Si un jour, je me retrouvais à porter la burqa ou le niqab, je courrai chez le psy... pour savoir et démonter ce qui m'a conduit à faire ce choix d'habit... de déguisement. 
    Je vous parle franchement et tout à fait sereinement. Je pense à vos parents. Je pense à vous. Avec mes meilleures pensées.
    Chloé Laroche

    Ecrit par : Chloé Laroche | 22.06.2009

    ______________________________________________________

     

    bonjour chloe
    pourquoi irais je chez le psy ? si pour moi c est ma facon d etre heureuse pourquoi ne pas respecter ce choix ki peut paraitre incredible a vos yeux??? pourquoi respecter le choix de 2 hommes ou 2 femmes ki saiment et s accouplent ce ki est interdit ds la Bible ??? et ne pas respecter le choix d une femme ki ne veut se montrer??? ou est la tolerance ou est le respect des idees et des choix??? tant ke je ne fais de mal a personne je suis polie je n'agresse pas les gens ds la rue je respecte mes parents jai le meilleur comportement envers eux...pourquoi avez vous aussi peur de l inconnu et pourquoi vos coeurs ne s ouvrent pas sur d autre horizons ke votre simple GAULE?? pourquoi en angleterre les gens s acceptent malgre les differences prkoi aux etats unis il ya beaucoup plus de femme en niqab?? je pense chers francais ke votre esprit conservateur et peur de lautre vous empeche de comprendre ce ki peut faire le bonheur des autres. Pourquoi l odeur du riz des africains vous gene ?? ou celle de l encens des hindous ou les franc parler des algeriens remettez vous en kestion... je sais de koi je parle chloe les gens les plus ouvert et respectueux envers moi sont generalement des gens d une certaine categorie sociale tres curieux et ki ont beaucoup voyage qui comprenne et cherche a savoir kl etre se cache derriere se voile et nous considere comme des humains ki ont un coeur et ki ressente les choses. Meme si cela peut parraitre fou a vos yeux puiske vous parlez de PSYYY pensez vous ke je merite toutes ses insultes ke je subit depuis bientot 6 ans ???? repondez moi ou vertement les gens m insultent dans la rue de belfegor, de fantome du louvre de tout autre chose mechante et iirespectueuse alors ke je suis o marche ou dans la rue vous ki denfendez si bien les femmes vous trouvez ca juste et correcte???? ou est le bon comportement des francais ou est leur politesse??? et depuis les debats les soeurs se font de plus en plus insultees et mm agressees car les gens se disent l etat est avc nous on peut les insulter leur mettre la misere...je trouve cela vraiment absurde et nous nous laisserons pas nous harceler verbalement par toutes ces insultes chak jour de nos vies. k en pensez vous est ce normale kon souffre de ces mechancete gratuite dites moi vous ki voulez le bien pr votre prochain???

    Ecrit par : mary | 22.06.2009

    ______________________________________________________

    il ya un autre point ke je souhaite eclaircir avec vous c lorske vous parler de travail sachez bien une chose c ke toute femme ki est voilee comme moi ne desire pas simposer en france et son plus grand souhait est de partir vivre ds les pays musulmans la ou nous pourront vivire notre religion pleinement ou nous pourront travailler avc nos voiles et mettre nos diplome en pratik j ai vecu dans un pays musulman ou j etudiais ou je pratikais du sport ou j aillais a la piscine je mangeais o restaurant avc mon epoux et javais une vie tout a fait normal mais il est difficile de s etablir a letranger qd on est francais et on espere vivement partir o plus vite de ce pays ki nous deteste. interrogez les toutes ces femmes en niqab elles sont toutes impatientes de partir d ici .

    Ecrit par : mary | 22.06.2009

    ______________________________________________________

    bonjour a vous 

    Je suis d'un coté compréhensif du combat que vous mené mais d'un n'autre vraiment bouleverser car moi même je le porte avec grande satisfaction je le fait car pour moi c un grand pas ver Dieu (Allah) je me suis battu pour le maitre.
    Il n'est pas du tout obligatoire il vrait c'est une sunna (ce que le prophette et c femme fessai) oui je le porte car les femme du prophette mohamed sws le porter.
    Je suis trés triste car la en se moment sa fait polimique vous vous batter pour qu'on soi libre mais le probléme si c interdit vous aller nous contraindre a ne plus sortir.
    et oui si c interdit je ne vais plus vouloir sortir me promené profiter des belle chose que dieu nous a donné.
    ba toi pour celle qui son obliger par leur mari pas celle qui le veul delle méme je ten supli tu as un beau combat.
    j'aimeré que tu me réponde sa me toucheré 
    au revoir.

    Ecrit par : myriam | 22.06.2009

    ______________________________________________________ Réponses de Chloé :

     

    Deux réponses : à MARY et MYRIAM.____________ Merci à vous de m'avoir lue et écrit !

    Ma réponse à MARY qui m'a écrit plusieurs fois : Mary, je suis touchée par votre conviction et je vais faire le point avec vous, plusieurs points d'ailleurs. 1- Si une de vos soeurs musulmanes voilées en hijab (voile normal autour du visage) ou en niqab ou en burqa, était agressée ou insultée devant moi, je prendrai sa défense sans hésitation, car vous ne méritez pas cela. 2- Oui, vous êtes des êtres humains et avez un coeur... je n'ai jamais dit le contraire. 3- Non, je n'ai pas peur de l'inconnu et mon coeur est ouvert à plein d'horizons. 3- Oui, j'ai voyagé et fait même un tour dui monde pour la paix avec mon violon. Mais non, je n'ai pas vu de femmes en niqab ou en burqa à San Francisco, à Tahiti, en Australie, à Nouméa, en Indonésie, à Singapour, en Grèce. Même en Algérie, il y a vingt ans, les familles qui m'ont reçue ne connaissaient que le Hijab, voile que je respecte... mais pas le niqab, ni la burqa. 4- J'aime l'odeur du riz africain, j'aime l'encens indien, j'aime le franc-parler des algériens... J'ai adopté une enfant du Bénin, à la peau noire. J'ai adopté une enfant roumaine. Je recueille actuellement un jeune algérien qui a traversé une période difficile et qui se remet avec une formation à la clé. De plus, mon fils est né d'un papa algérien, lequel est malheureusement décédé. 5- Vous pouvez donc croire que je ne suis pas fermée ni obtue. Je ne suis pas raciste ni d'extrême-droite, au contraire. Je me suis toujours battue pour l'amitié et l'entraide entre les peuples, pour la compréhension des cultures et pour la tolérance. Mais je ne tolère pas le niqab ni la burga, comme je ne tolère pas l'excision. Comme je ne tolère pas la lapidation des femmes adultères. Comme je ne tolère pas les crimes d'honneur dans certains pays. 


    Ma réponse à MYRIAM : Merci pour votre commentaire. Parler avec vous et avec Mary est un bonheur. C'est un échange, un pont entre des femmes. Je suis désolée de savoir de votre bouche que si une loi passait, vous ne sortiriez plus. Martine Aubry a donc raison et je m'en doutais. Vous vous obligeriez à rester enfermée alors que vous êtes dans un pays où vous êtes libre, où vous avez le droit d'être musulmane, le droit de pratiquer votre religion, où vous avez des mosquées (celle de Lyon est très belle) ?! Pensez à vos soeurs terrorisées par les Talibans. Pourquoi fuir la France, comme dit Mary, ou vous empêcher de sortir et de vivre votre vie de créature de Dieu ? Dieu demande-t-il que les femmes renconcent à la vie ? À l'heure de notre mort, on nous demandera ce que nous avons fait, pas ce que nous avons porté comme habits. De toute façon, dans la tombe, on est tout nu. Les habits qui nous couvrent ne sont plus qu'illusion, n'est-ce pas ?!! Alors, Myriam, je vous en prie, pourquoi le Hijab ne vous satisfait pas ? Il est permis et restera permis... et c'est ce que le Coran demande. Vivez votre vie, personne ne la vivra à votre place !!!!! Dans la paix d'Allah. Chloé LAROCHE

    Ecrit par : Chloé Laroche | 22.06.2009

    ______________________________________________________ Suite pour info :

    À propos du projet de loi contre le port du Niqab et de la Burqa (voiles intégrals), voici quelques réactions et actions :

    -Rama Yade a déclaré samedi qu'elle n'était pas opposée à une loi interdisant le port de la burqa en France. La secrétaire d'État aux Droits de l'homme estime qu'une telle interdiction doit être décidée "à titre de défense de la laïcité et de la dignité de la femme".

    Fadela Amara : "Je suis favorable à l'interdiction totale de la burqa dans notre pays", a dit la secrétaire d'État, qualifiant le voile intégral de "cercueil qui tue les libertés fondamentales... “Ce qui est certain c'est que la burqa est le signe d'une présence concrète du fondamentalisme sur notre sol... Globalement, les femmes qui ont la burqa, confiscation de leur existence même, sont des victimes", a-t-elle encore déclaré.

    André Gerin, député communiste de Vénissieux : "Définir des propositions afin de lutter contre ces méthodes qui constituent une atteinte aux libertés individuelles sur le territoire national. Nous sommes aujourd'hui confrontés, dans les quartiers de nos villes, au port par certaines femmes musulmanes de la burqa, voilant et enfermant intégralement le corps et la tête dans de véritables prisons ambulantes ou du niqab qui ne laisse apparaître que les yeux. La vision de ces femmes emprisonnées nous est déjà intolérable lorsqu'elle nous vient d'Iran, d'Afghanistan, d'Arabie Saoudite... Elle est totalement inacceptable sur le sol de la République française."

    Sihem Habchi, présidente de Ni putes, ni soumises (NPNS), accueille "plutôt bien" la proposition de création d'une commission d'enquête. "Le droit des femmes n'est pas une affaire de centimètres de tissu mais la burka est le symbole de l'oppression que subissent les femmes. Il faut encourager le débat sur cette question", a-t-elle déclaré à l'AFP. "Il ne faut pas avoir peur d'en parler, il faut rendre visible la réalité et la dégradation de la condition des femmes (...). Nous allons faire notre travail de lutte contre les fondamentalistes", a-t-elle ajouté. "La loi de 2004 sur la laïcité était nécessaire mais pas suffisante; il faut rouvrir le débat et ce sera à chacun de  se positionner sur la laïcité, sur la mixité. La France a une responsabilité face aux femmes qui sont en train de se battre en Iran pour leurs droits", a encore estimé Sihem Habchi.

    Ecrit par : Chloé Laroche | 22.06.2009

    ______________________________________________________

    Merci chloe pour tes reponses et de nous lire ca fait plaisir, je comprends mieux ta vie ton univers... je suis touchee de voir que tu as des enfants du monde entier ma maman qui me porte beaucoup d aide et de soutien, aussi a adopte une ptite fille et je serais toujours en admiration pr ces femmes ki savent aimer un enfant comme le sien mm si ils n ont pas son sang...je trouve dommage que tu ne tolere pas le niqab et la burqa parce ke tu semble sensible et respectueuse a la fois, comment reagirais tu si demain je viens vers toi, moi MARY avec mon niqab avc ki tu discutes est ce ke tu me rejetterais?? est ce ke tu m eviterais ?? refuserais tu de me regarder en face?? moi qui respecte ce ke tu entreprends... et dis moi si en grandissant ta fille yacinth tres mimi kelle est, souhaiterait de son plein gre porter le niqab comment reagirais tu ? ne faudrait il pas respecter son choix et l aimer malgre tout??? c tout simplement cela ke lon demande...

    Ecrit par : mary | 22.06.2009

    ______________________________________________________

    Mary, je te recevrai avec plaisir chez moi pour discuter avec toi, même en niqab. Mais j'aurais la tristesse de ne pas voir ton sourire et l'expression de ton visage. Et si ma fille, comme tu me le dis, décidait un jour de porter cette tenue, je souffrirais beaucoup de ne plus voir son sourire et de savoir que des dizaines de portes se fermeraient devant elle au lieu de s'ouvrir. Je lui parlerais pour la faire revenir à la raison, fais-moi confiance. Je lui parlerais des pays où les femmes, les petites filles, les collégiennes.. rêvent de ne plus porter ces tenues, ni le niqab ni la burqa !! Amitiés sincères pour toi. Chloé Laroche

    Ecrit par : Chloé Laroche | 22.06.2009

    ______________________________________________________

    merci chloe mais si je suis avec toi sans presence d homme tu peux me voir rien ne m empeche de me decouvrir tu peux voir mon visage et mes expressions tu pourras aussi voir mes nouvelles parures de bijoux... et mes beaux vetements lol et ta fille devt toi ne se couvrira pas, tu comprends.en tout cas jai ete heureuse de faire cet echange avc toi et mm si ton point de vue ne change pas au moins tu sais kil existe dans cette planete des femmes ki sont heureuse et fiere de le porter et ki sen porte tres bien et non nullement le besoin detre suivi psychologikement parce kon va voir un psy lorskon a une gene un trouble lorskon se sent mal ds sa peau ce ki nest pas notre cas. je continuerais de suivre t combats et espere ke tu comprends le mien.

    Ecrit par : mary | 22.06.2009

    ______________________________________________________

    Mary, je suis déjà soulagée d'apprendre que tes enfants peuvent te voir dans ta maison, voir ton visage et que vous faites des calins. Explique-moi plus comment tu procèdes avec ta tenue. Quand la mets-tu exactement... et chez toi, quand l'enlèves-tu ? La mets-tu devant ton mari en présence de tes enfants ? Si ton père vient, es-tu obligée de la remettre ? Ta mère peut-elle te voir sans la tenue ? Cela m'intéresse que tu me dises. Je te souhaite plein de belles choses et j'aimerais que tu t'épanouisses un jour dans un métier, dans une passion, et que tu puisses le faire sans interdit de la société humaine. Sincèrement, Chloé L

    Ecrit par : Chloé Laroche | 22.06.2009

    ______________________________________________________

    bonsoir Chloe je suis contente de voir ke tu te poses de bonnes kestions sur moi et mon quotidien... le niqab tout comme le voile doit etre porte uniquement devant les hommes etrangers avec ki l on pourrait se marier, je le dresse ke lorsque je sors de la maison, ou si un homme etranger vient a la maison comme par exemple un plombier le facteur ... autrement a la maison je m habille comme vous jai un placard ki va craker .... alors on fait des trok party avc les copines lol jaime beaucoup les vetements que j achete chez zara ou mango ou jaime beaucoup les vetements de createurs comme maje ou bel air ou comptoir des cotonniers ou mes belles chemises de veronique branqhino Incroyable pr une femme en burqa... ma mere mes soeurs mes freres mon pere mes oncles mes enfants me voyent kasiment jamais en burqa sauf kd je suis dehors. et des passions oui j en ai des passions je suis fan de deco jai un bel interieur qui me plait je lis les livre de benedicte regimont coach deco et psychologue deco, je squate litteralement ikea alinea maison du monde et les autres ... je suis tres bio kasi tous mes soins cosmetik sont bio et surtout equitable , je peinds sur la toile et je compte me mettre au cartonnage j aime beaucoup les choses fait main je consacre beaucoup de temps a mes enfants pr leur activites et la pr info je compte ouvrir ma boutik en ligne pr une nouvelle ligne de vetements trend inspiree du courant japonais et de la haute couture comme les chefs d'oeuvre de mr KENZO que j apprecie particulierement. mes soeurs ne sont pas musulmanes mais entre nous aucune barriere nous sommes tres proches elle respectent ce ke je fais elles sont plus agees ke moi, elles me parlent de leurs secrets de leurs problemes et mon avis et conseils leurs sont chers. elles savent m aimer et me considerer pour ce ke je suis et non ce ke je parais...ma grande soeur m aide beaucoup pr ma boutik et me soutien ds ce ke j entreprend. voila ma ptite bulle dans laquelle je suis heureuse et epanouie.

    Ecrit par : mary | 22.06.2009

    ______________________________________________________

    Bonjour Chloe

    Je suis heureuse d'avoir découvert votre blog fort interessant!
    je viens de lire vos échanges (Mary et vous), je suis très attristée car je viens de comprendre que vous ne saviez pas que l'on avait une vie, et j'ai bien compris alors pourquoi vous êtes si triste pour nous!

    Je suis française convertie à notre belle religion qu'est l'Islam, je me reconnais beaucoup dans les écrits de Mary! A la maison nous sommes libre de nous habiller comme on le souhaite. Nous ne suivons pas de mode, ni l'ordre de nos époux (dailleurs je portait le niqab avant mon mariage) et je n'ai été embrigader par personne!

    Par contre oui je me suis instruite sur le sujet, une conversion ne se fait pas sur un coup de tête! heureusement non!
    Je vois plus le temps passe le bienfait de se voilé qui est motivé par la foi! Allah nous montre les signes de sa Sagesse tout les jours notamment lorsque l'on suit les journaux télévisés. Le monde coure à sa perte de plus en plus, les hommes n'arrivent pour la plupart a ne plus gérer une famille, a etre perturbé par la femme qui veut l'egaler... et d'autres problème encore, 

    Quand je vois ces hommes qui suivent de belles jeunes filles qui ont la vie devant elle comme ont dit et qui les pourchasse en allant très souvent jusqu'au bout, le viol et la mort! c'est ça l'atrocité mais malheureusement, lhomme est trop habitué à ça alors il ne se révolte pas pour protégée ces enfants violer et tuer, non on ne se revolte pas on se contente d'une petite peine de prison et puis on avisera qd il sortira pour bonne conduite, il vaut mieux en attendant s'en prendre aux femmes qui portent le niqab (et non la burqa car cet habit est pour les afghanes)...

    une soeur a dit une jolie parole très vrai, l'état veut dévoiler la femme musulmane pour voilé les problèmes de la france! Si comme tout le monde dit vous aimez les femme et voulez le bien pour elle, commencer par celle qui sont battue par leur maris, ou alors allez vérifié dans chaque cave française ce pays si remarquable, voir s'il n'y a pas une jeune femme qui certe ne porte pas le voile mais qui est enfermé et pour 7 enfants de son pere?!!! non ça ce n'est pas encore la fin du monde c'est pas grave, elle a été forcée mais bon...

    attaquons nous plutot a celle qui ont choisi une religion et qui l'applique, j'aurai prefere une parole franche que lon me dise nous vous detestons comme vous etes, plutot que dentendre nous nous inquietons pour vous mes pauvres dame vous avez choisi le voile inetgrale alors on va vous empechez de vivre! car oui nous vivons, nous sortons nos liasse comme tout le monde pour se faire plaisir nous payons des impots, mais si vous nous interdisez notre liberté alors nous ne pourrons plus rien faire, nous serons soumise non pas a notre mari mais a l'état francais qui ne veut plus de nous dans la société..

    ces hommes qui n'aime que les fermme qui viennent leur faire une douce bise... c'est malheureux moi française,me sentant rejeter de mon propre pays par fadela amara nicolas sarcozy! humm je ne sais plus qui est francais entre moi et eux...

    l'homme a voulu suivre ses passions en donnant ses propres loi et en ecartant celles d'Allah alors que c'est LUI qui nous a tout donné!

    Mais Chloe, voyez-vous l'homme n'a pas été créer comme la femme mais ils ont chacun des droits et des devoirs, l'home a des choses que la femme n'a pas et inversement, l'homme a une barbe qui pousse, la femme n'en a pas, la femme a ses règles et l'homme n'en a pas (heureusement! lol) c'est bien là une preuve irréfutable que l'homme est diferend de la femme, mais la femme a des droits tout comme l'homme ainsi que des devoirs et si l'on suivait cela il yaurai moins de conflit a l'intérieur du couple plus même à l'interieur de la société!

    Lorsque vous jouer a un jeu de société, vous respectez bien les règles même si qquefois vous aimeriez alors les changé pour pouvoir gagner hein lol, mais si vous changiez ses règles le jeu ne serait plus interessant, le but du jeu ne serait alors pas atteint! et les gens ne joueraient plus avec vous (sourire)

    ... il y a des règles dans la religion, et la sagesse émane d'un Seigneur qui a créer toute choses et qui voit tout et sait tout!Nous n'avons pas été créer pour rien, ou perdre son temps ou autre, mais suivre ces règles ne veut pas dire que l'on ne vit plus! non au contraire, je me preserve, je reste propre, je vis je frequente des amies qui sont bien plus que des amies car elles sont mes soeurs en religion!

    Il y a une bien dans tout, mais nous ne pouvons avec le minimum de science que l'on a, savoir ou est le bien si ce n'est Allah.. Allah nous dit dasn le Qur'an (Coran) "il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose mais qu'elle est un bien pour vous, et il se peut que vous aimiez une chose alors qu'elle est un mal pour vous"

    Ne vous est-il pas déjà arriver de dire aaaah si j'avais su!! je n'aurai aps fais si je n'aurai pas fais ça?! et pourtant au moment ou vous l'avez fais vous étiez sure et persuader que c'était bien de le faire!

    j'ai hate de vous lire Chloe, j'espere ne pas vous avoir offensé, 

    a bientôt si Allah nous le permet

    Ecrit par : oum souleym | 23.06.2009

    ______________________________________________________

    Je voudrais simplement dire à Chloé que je comprends son combat, il est difficile que dans un pays libre comme la France on puisse voir des jeunes filles obligées de porter le "hijab", le "nikab" ou la "burqa".
    Je tiens à dire que j'ai actuellement 20 ans, je suis française d'origine algérienne, et j'ai choisi il y a 1 ans de porter le "hijab", je suis étudiante en Administration Economique et Sociale. et je souhaiterais un jour porter le "NIQAB" Incha'Allah
    Malheureusement, je ne mets pas le niqab comme Mary à qui je tiens à dire "tout mes respects à toi ma soeur!!!"
    Il faut comprendre que certaine femme mette la burqa ou le niqab pour elle même, sans y être forcée. Une petite comparaison quand vous avez des bijoux d'une extrême valeur vous en faite quoi??? vous les cacher pour les préserver, éviter de les abimés... c'est pareil chez nous pour la femme en islam c'est un trésor on la cache pour la rpéserver des regards pervers!Tous simplement sans soit disant l'opprimés ou encore être un signe de rabaissement ou soumission à l'Homme. Car dans notre religion La femme et L'Homme sont égaux Il n'y a pas de personnes supérieures à telles personnes. On ne peut pas mettre toute les femmes dans le même sac parce que nous sommes toutes différentes et nous avons toutes une histoire différente. Vous vous imaginez si l'on devais interdire le voile intégrale dans la rue?? Elle est où la liberté? 
    Il faut d'ailleurs éclaircir un point sur le "salafisme". les Salafs en Islam sont les pieux prédecesseurs, c'est-à-dire ceux qui suivent le coran et la sunna du Prophète (sws). Ce n'est donc pas veritablement une secte puisque eux suivent l'islam du temps du Prophète c'est-à-dire le "vrai". Mais il y a certaines personnes qui ce disent Salafs en tuant des gens tels que les terroristes par exemple mais que eux ne donne qu'une mauvaise image de l'islam malheureusement et qui font du salafisme un secte.
    Je tiens à soutenir mes soeurs qui le porte par le propre envie, pour plaire à Dieu. Et que si il faut se battre en France contre cette loi, je me battrai à leurs côtés même si je ne le porte pas. Car toute personne merite de pouvoir s'habiller comme bon lui semble! que l'on soit Musulman,Chrétien,...et avant tout parce que je suis une de vos soeurs!
    Et je tiens à dire à toute les femmes musulmanes qui sont opprimés,battues,...que je battrais pour elles aussi car en Islam la femme est une perle précieuse qu'il faut préserver et non opprimé!

    Ecrit par : soraya | 23.06.2009

    ______________________________________________________ MERCI BEAUCOUP POUR TOUTES VOS RÉACTIONS et ces échanges !! Chloé

     

    salam alaykoum

    ma femme porte le sitar qui est une version de niqab avec un voile en plus sur les yeux, elle le porte depuis l age de 16 ans soit 3 ans avant mon mariage avec elle, son pére n etait pas pour, mais il ne la pas combatu respectant son choix, et j ai 3 enfants avec elle auquelles elle donne beaucoup d amour et de tendresse et qui sont fous d elle d ailleur a chaque fois qu ils voyent une femme en niqab dans la rue, ils se precipitent sur elle pour l ambrasser croyant qu elle est leurs mére cest rigolo à voir. Pour ma part le niqab n est pas une obligation comme la priere ou le jeune du ramadan mais il est preferable et meme fortement recommander surtout en cet epoque ou la femme est traquée du regard des pervers et utilisé comme objet de commerce ou ont la fait poser nue pour vendre un yaourt ou un champoing, est ce cela la dignité de la femme?? si ma femme decide de ne plus le porter je l accepte et si elle le porte je l accepte aussi elle le fait pour son seigneur et elle le fait pour se reserver exclusivement a moi et je suis tres satisfait d elle, de meme je fait le maximum d efforts pour la satisfaire et toujours lui apporter ce dont elle a besoin et je ne connait pas un frere dans mon entourage qui force sa femme a le porter, toutes le portent de leurs plein gré et elle sont tres epanouis, ma femme aussi aime beaucoup les vetements, les bijoux et les parfuns, et elle n ait pas voiler a la maison devant ces parents, ces freres et soeurs, ni meme devant mon pere car il ni a aucun mal a cela.
    je remercie Allah d avoir creer le femme pour nous et de l avoir proteger et honnorer avec l islam.
    je remercie les soeurs qui ont temoigner sur ce blog pour leurs sagesses et leurs bon comportements Qu Allah les protéges et leurs donne la patiente face au épreuves.
    et je remercie aussi madame Chloé pour son combat Qu Allah ouvre son coeur au message de notre prophete mohammed que la priere d Allah soit sur lui.

    Ecrit par : abdelhakim | 25.06.2009

    http://niquab.ifrance.com/siteniqab.htm

    Ecrit par : abdelhakim | 25.06.2009

    conseil a une soeur portant le niqab
    de cheikh al uthaymin qu Allah lui fasse misericorde

    http://www.youtube.com/watch?v=-yFLHgnFxUQ

    Ecrit par : abdelhakim | 25.06.2009

    Loi du 15 mars 2004,
    Triste anniversaire d’un racisme institutionnalisé

    15 mars 2009 : Voilà 5 ans que les femmes voilées en France subissent
    chaque jour les conséquences directes et indirectes de cette ignominie
    législative. En débattant et votant cette loi dans un consensus social
    et politique quasi unanime, la République Française a utilisé l’outil
    par excellence, la voie parlementaire, pour institutionnaliser son
    racisme et donner une consistance officielle à ses relents
    colonialistes. D’aucuns attestent que « la situation l’exigeait » ou
    encore qu’il était nécessaire de « réaffirmer des valeurs », comprenez
    leurs valeurs, la vérité est tout autre : l’arbitraire de l’ordinaire
    et le fanatisme républicain ne font que ressasser leur vieille
    chanson.

    Le coup de massue du 15 mars 2004 n’aurait pas dû en être un. Si le
    recours à une loi a pu paraître surprenant, le contexte
    politico-médiatique, mais aussi et surtout historique et social, ne
    fait de cette loi que le parachèvement d’un projet idéologique que la
    République porte depuis toujours.

    Creil en 1989, Alma et Lila Lévy en 2003, la France s’est toujours
    attachée - par l’intermédiaire de ses « appareils idéologiques » que
    sont, entre autres, les médias - de problématiser le port du voile et
    de créer de toutes pièces des « Affaires du voile ». Pointer du doigt
    un comportement, et ce faisant une catégorie précise de la population,
    essentialiser la jeune fille musulmane dans sa pratique ; voilà
    comment, en France, chaque « fait divers » est devenu une réelle
    affaire d’Etat.

    Mais si on veut également comprendre pourquoi cette loi « coule de
    source », il faut analyser les motivations idéologiques qui ont poussé
    à son édification. Pour cela, il faut remonter à la représentation du
    voile qu’a toujours eue la France dans son passé d’administratrice
    coloniale. Puissance dominante en terre d’Islam, la France a élaboré
    une réelle « politique du voile » dans ses colonies. Fanon, dans l’An
    V de la Révolution algérienne décrit bien ce phénomène : « Les
    responsables de l'administration française en Algérie, préposés à la
    destruction de l'originalité du peuple, […], vont porter le maximum de
    leurs efforts sur le port de voile, conçu en l'occurrence, comme
    symbole du statut de la femme algérienne. Une telle position n'est pas
    la conséquence d'une intuition fortuite. C'est à partir des analyses
    des sociologues et des ethnologues que les spécialistes des affaires
    dites indigènes et les
    responsables des Bureaux arabes coordonnent leur travail. A un
    premier niveau, il y a reprise pure et simple de la fameuse formule :
    « Ayons les femmes et le reste suivra » ».

    Et pour cela, la solution est toute trouvée : « Convertir la femme, la
    gagner aux valeurs étrangères, l'arracher à son statut, c'est à la
    fois conquérir un pouvoir réel sur l'homme et posséder les moyens
    pratiques, efficaces, de déstructurer la culture algérienne ».
    L’actualité et le réalisme de ces propos sont troublants. Comment, dès
    lors, ne pas voir dans tous les discours politiques, médiatiques et
    pseudo-sociologiques de ces dernières années, le signe d’un instinct
    profondément colonial et paternaliste doublé d’une volonté dominante
    de « pacifier » toute résistance culturelle et religieuse ?

    Il est édifiant de constater comment la « superstructure » française,
    dans ce qu’elle contient comme idées « reçues » et préjugés propres à
    une société, a élaboré toute une perception, toute une construction
    idéologique faisant de la femme voilée une « victime » ; victime de sa
    « naïveté », de la domination « machiste » et de l’archaïsme de
    l’homme musulman. On a donc missionné la femme « émancipée », celle de
    NPNS et consœurs par exemple, pour lui « montrer la voie ». Celle-ci
    passe, évidemment, par le « dévoilement ».

    Ce qui explique aussi ce consensus social, en dehors de la
    représentation occidentale de la femme musulmane « objet », c’est
    celle du voile en lui-même. Celui-ci, « racialisé », ethnicisé,
    rejette de facto toute personne qui le porte dans l’altérité et dans
    ce qui est « autre ». En cela, la discrimination et le racisme de
    cette loi n’est pas étonnant quand le seul fait de l’arborer vous
    attribue un « statut inférieur ».

    Cinq ans après, quel bilan et quelles perspectives ?

    Les effets dévastateurs de la loi du 15 mars 2004 n’ont pas tardé à se
    faire sentir dès son application. Des dizaines de jeunes filles
    exclues de leurs établissements scolaires, des déscolarisations
    forcées, des larmes, des familles déstructurées ; que dire, sinon que
    cette loi a atteint son objectif de plein fouet. Non contents de
    l’avoir fait adopter et appliquer sans conditions, nos valeureux «
    émancipateurs » s’attachent désormais à lui donner un champ
    d’application élargi. Des formations en dehors de tout cursus scolaire
    aux mamans musulmanes qui accompagnent leurs enfants lors des sorties
    scolaires, la chasse au voile, sans discernement, est ouverte. Depuis
    2004, un phénomène d’islamophobie galopante voit le jour. Nos
    bienpensants « antiracistes » et humanistes ne jugent pas nécessaire
    de souligner que cette loi est devenue une véritable aubaine pour tous
    ceux, avides de prétextes, qui veulent mener la
    discrimination.

    Certains voudraient faire de notre résignation la dernière étape
    d’achèvement au succès de leur projet islamophobe et raciste. On peut
    déjà leur prédire un échec ainsi qu’à ceux « d’entre nous » qui
    pensent que le silence et la résignation est le meilleur moyen de se «
    prémunir » d’une nouvelle loi liberticide. Après avoir joué à
    merveille leur rôle d’officiers de « Bureaux arabes », ils sont
    aujourd’hui le bras idéologique infiltré qui étouffe toute
    contestation de la fameuse loi.

    Mais si l’on veut réellement que cela ne se reproduise plus, ou du
    moins plus de cette façon, il faut structurer cette contestation.
    Notre propre part de responsabilité, en tant que femmes voilées, n’est
    pas à négliger. Si des féministes enragées et autres gesticulations «
    maternalistes » ont pu avoir une telle répercussion médiatique et
    effective c’est que seul un silence assourdissant leur faisait face.
    Et pour que cela change, il faut s’atteler à construire un discours
    alternatif, un réel « féminisme » (le terme en lui-même, fortement
    connoté, est d’ailleurs à bannir) débarrassé de ses relents
    colonialistes et qui ne domine pas celles-là même qu’il est censé
    représenter.

    Cette construction est un travail de longue haleine, un travail qui ne
    doit pas faire l’économie des références autres qu’occidentales et qui
    doit avoir pour objet de faire entrer réellement la femme musulmane
    dans un processus d’autodéfinition.


    __________________
    La honte est le sentiment que je rencontre à chaque fois qu’une attaque nous est portée, non pas parce qu’on nous attaque, mais par ce que notre réaction est quasi inexistante. Said. H

    La valeur d'un être humain ne se mesure pas à la couleur de sa peau, à sa beauté ou à sa laideur, mais seulement à la pureté de son coeur.
    L'encre du savant est aussi precieuse que le sang du martyr.

    Ecrit par : Myriam | 25.06.2009

    As'salam (Paix),

    Elle était libre et souriante ma soeur musulmane, et vous l'avez tué en stigmatisant constament les musulman(e)s ... Vous l'avez tué parce qu'elle n'était pas sopumise aux mêmes principes que vous, et parce qu'elle était musulmane donc différente.

    Marwa assassinée parce qu'elle portait un voile
    http://www.islamophobie.net/art_read.php?ai=157

    Porteurs du discours de la haine anti-musulmans : vous êtes responsables de la mort de Marwa ...
    http://www.saphirnews.com/Porteurs-du-discours-de-la-hain...

    Madame Chloé Laroche, au lieu de vous occuper des musulmanes intelligentes et libérées de la conception de femme objet liberaliste et capitaliste, musulmanes et fier de l'être, assumant pleinement leurs convictions religieuses sans faire de deux poids et deux mesures tels que pratiquent les laïcardistes fondamentalistes extremistes que vous êtes, ayant restreint la définition de liberté individuelle des autres, à la seule et unique définition passsionnelle de la liberté individuelle selon vous, ... Madame Chloé, occupez-vous en priorité de ces 2 000 000 de femmes battues en France, dont 400 meurent sous les coups de leurs maris non-musulmans ... Occupez-vous de la condition professionnelle des femmes travaillant et n'ayant pas de salaire égale, travaillant et étant pénalisé financièrement lorsqu'elles sont enceintes et en congés maternités, alors que la croissance et le pouvoir d'achat ne peut être relancer que par elles ... Occupez-vous de vos priorité, au lieu de vous improvisez défenseuse des femmes musulmanes qui sont surement plus libérés que vous, de l'image et de la définition conditionné par les hommes non-musulmans de ce qu'est être une femme libérée, car pour vous la liberté de la femme passe par le fait qu'elle est aujourd'hui le droit de jouer les potiches sexuelles des hommes dans les domaines ...

    Si le sujet vous interresse réellement, et que vous souhaitez vous instruire et vous cultivez, au lieu de réagir épisodiquement en étant soumise aux volontés politiques de détourné l'attention d'un peuple majoritairement constitué de moutons, ainsi qu'aux divers médias avident de gloire et d'audimat, si vous souhaitez réellement savoir ce qu'il en est sur le sujet de la "burqa", sur les libertées de la femmes, ... Essayez déjà de faire un effort d'objectivité et ne réagissez pas passionnellement, appliquer le respect de la liberté individuelle et la liberté de culte dont les textes républicains font allusions, pour tous et pour toutes, peu importe sa race, sa couleur, sa nationalité, sa religion, ... et arrêtez de supposer qu'il y a toujours un homme imposant le port du voile ou de la burqa, essayer de supposer un instant que c'est un cheminement et un choix personnel de la part des femmes concerné(e)s.

    Je concluerais sur deux adages que j'apprécie : 

    "Cultivons nos différences et non pas l'indifférence !"
    "Seul(e) l'inculte réfute en masse ce dont il(elle) est ignorant(e) !"

    A bon(ne)s entend(euses)rs !

    Tâlib, L.M - Un musulman occidental parmi d'autres, soumis à Un Dieu Unique par son propre cheminement et de sa propre volonté personnelle.

    Ecrit par : Tâlib | 09.07.2009

    Réponse de l'auteure de ce blog :

    ------Talib,

    Ce qui est arrivé à Marwa et à sa famille est horrible. Je ferai un article ici pour elle. Cette femme a été insultée à cause du voile qu’elle portait et assassinée par la folie d'un homme qui devait être jugé. Cela n'a rien à voir avec le débat qui anime la France aujourd'hui. Vous allez trop loin en faisant les amalgames que j'ai lu dans votre commentaire. Vous parlez de liberté de pensée, de culte à respecter. Par ce principe, on peut aller très loin dans la tolérance. Mais que faites-vous de ces 15 jeunes filles aspergées d'acide parce qu'elles allaient à l'école, à Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan ? Certains extrémistes musulmans en viennent à se demander si les jeunes filles ne feraient pas mieux de rester chez elles. Et pour mieux convaincre ces dernières, on les asperge d'acide. On les défigure à vie. Et pour mieux enfermer les femmes, on invente le niqab et la burqa. Elles seront à l'abri du "regard des pervers". Il est vrai que la paranoïa siège dans toutes les religions et les sectes en sont friandes !!! Quand je sors dans la rue, les regards des hommes sur moi ne sont pas pervers. Et si il y en a de pervers, c'est leur problème, pas le mien. Pourquoi voir le mal partout ? Pourquoi se cacher sous un voile ne montrant que les yeux (le niqab) dans une société où on a besoin de voir l'autre pour communiquer. C'est même une politesse envers l’autre qui nous parle. Dans notre histoire, deux catégories de personnes se cachaient entièrement : les inquisiteurs et les bourreaux. Les cagoules sont interdites. Alors pourquoi le niqab et la burqa survivraient ? Pourquoi invoquer le refus de ce voile de fantôme en France pour dire que les français rejettent les croyants musulmans. Personnellement, c'est tout le contraire ! Je respecte le voile simple sur les cheveux de la femme musulmane. Beaucoup de français tolérants l'ont respecté depuis longtemps et continue de le respecter. Mais la burqa et le niqab, NON ! Je le redis, comme je l'ai déjà dit : si demain je vais à mon travail (je suis taxi pour personnes handicapées) et que j'emmène mes clients handicapés en niqab... d'abord 1- ils ne sauraient pas qui je suis et ils auraient peur (humain, n'est-ce pas ?) / 2- mon patron et mes collègues m'interneraient direct à l'asile de Saint Égrève ! (complètement folle la fille... Mon cas relèverait à juste titre d'une “approche délirante et morbide de la réalité et du regard des autres”. 3- je ferais affront aux femmes et aux jeunes filles qui ont en horreur de devoir porter la burqa à cause des Talibans, en Afghanistan et au Pakistan. 4- je ferais affront aux femmes des générations précédentes qui ont lutté pour une émancipation de la femme et de sa liberté, de son expression féminine, de sa possibilité de voter, de travailler, de penser. 5- je ferais honte à mes enfants qui ont besoin de voir que leur mère est épanouie, qu’elle vit au grand jour, qu’elle est belle sous la lumière du jour et du soleil, qu’elle ne se cache pas pour sortir, qu’elle n’a pas honte d’être ce qu’elle est, qu’elle assume le regard des autres. 
    Voilà, Talib ! Que les Musulmans sachent garder la mesure de considérer que le voile Hijab (simple voile qui ne couvre que les cheveux) est très bien accepté en France par tous les Français (sauf les racistes) mais que le port du niqab et celui de la burqa heurtent nos consciences et la politesse humaine, heurtent notre histoire, heurtent la mémoire des femmes quis sont battues, violées, tuées dans le monde pour le refus de porter ces cercueiles ambulants. 

    Dans la Paix d’Allah, qui est le même Dieu que celui de tous les hommes et de toutes les femmes, Dieu étant unique avec de multiples facettes. 

    Chloé Laroche

    Ecrit par : Chloé Laroche | 10.07.2009

    As'salam (Paix),

    Vous écrivez : "... Ce qui est arrivé à Marwa et à sa famille est horrible. Je ferai un article ici pour elle. Cette femme a été insultée à cause du voile qu’elle portait et assassinée par la folie d'un homme qui devait être jugé. Cela n'a rien à voir avec le débat qui anime la France aujourd'hui. ..." 
    Ce qui est arrivé à ma soeur Marwa pourrait se reproduire en France à force de stigmatiser les musulmanes, et d'attiser les haines et les passions, c'est tout à fait en rapport avec le climat islamophobe Européen ... Je vous invite à ne pas rédiger d'article opportuniste suite à l'assassinat de Marwa.

    Vous écrivez : " Mais que faites-vous de ces 15 jeunes filles aspergées d'acide parce qu'elles allaient à l'école, à Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan ?"

    Bizarre cette façon de procéder qui est de détourner le sujet vers ce qui se passe en Afghanistan, en Arabie Saoudite, ... Alors que la polémique se passe en France et pourrait être traité différement ... Bizarre que vos préjugés sur ce genre de pays soit exprimé juste vis à vis de l'Islam, et que jamais vous ne rappelez aux politiques et patronats français leurs "magouilles" constantes, leurs bonnes ententes dipolomatique et leurs très nombreux accords politico-économique. N'oubliez pas que la majeur partie des maux dans les pays cités, proviennent des diverses politiques capitaliste et libéralistes occidentales ... Les causes viennent de France et d'ailleurs, et vous, vous aimez mettre en avant uniquement les conséquences. Pour exemple : la France fait partie des plus grand constructeur d'armes dans le monde, le bénéfice du marché de l'armement en France est en augmentation constante ... et pourtant, ces armes sorties d'entreprises française ne tuent pas en France ?! Ce qui est sur, c'est qu'elles se retrouvent dans les mains des enfants et adultes en Afrique ou au Moyen-Orient, partout dans le monde mais pas en France ... Bizarre, non ?

    Sinon, je vous répondrais qu'avant de vouloir sauver le monde et réagir à ce qui se passe à des milliers de kilométres, de privilegier de nettoyer prés de chez vous, c'est à dire ici en France ... Vous relatez 15 jeunes filles, combien en reste-t-il qui n'ont pas été traité de cette manière interdite en l'Islam ? Pourquoi généraliser ce genre de cas ? Faites vous de même lorsque un athé viole des enfants ? Généralisez-vous à tous les athé et l'athéisme ? Sinon, prés de chez nous en France, elles sont 2 000 000 de femmes à être battu par an, dont 400 meurent sous les coups ... Cela se passe en France, pays des libertés et pays faisant la moral à d'autres pays, bizarrement la majorité du peuple français préférent sauver le monde, plutôt que de sauver les français(e)s prés d'eux(elles) ... Bizarre, non ?!

    Vous écrivez : "... Elles seront à l'abri du "regard des pervers". Il est vrai que la paranoïa siège dans toutes les religions et les sectes en sont friandes !!!"

    Il vaut mieux qu'une certaines forme de paranoïa siége, plutôt que le laxisme et libertinage dont les maux d'aujourd'hui découlent ... Comme un certain proverbe l'affirme : "Mieux vaut prévenir que guérir" Constatez l'augmentation constante du nombre des maux en France et de la perversion à tout niveau, et ce qui en découlent ... De qui cela vient ? Qui est au pouvoir et qui dirige ? ... Ce ne sont pas les musulman(e)s, ni même les musulmanes en burqa ... Ayez l'honneté de ne pas chercher de boucs émissaires et d'assumer les maux créé, véhiculé, amplifés, et cautionnés par une politique capitaliste et liberaliste des plus perverses.

    Vous écrivez : "Dans notre histoire, deux catégories de personnes se cachaient entièrement : les inquisiteurs et les bourreaux. Les cagoules sont interdites. Alors pourquoi le niqab et la burqa survivraient ?" 

    Vision simpliste et réductrice ... Les cagoules sont interdites où ? En France ? En Corse ? ... ? Pour qui sont-elles interdites ? Sinon, la burqa est-elle plus dangeureuse que les percing sur le visage ? Plus dangeureuse que les visages des femmes gothics vénérant le diable, pronant le suicide et la scarification ? Est-elle plus dangeureuse qu'un crâne rasé préparant une profanation des tombes et envisageant l'agression d'un être humain ?

    Vous écrivez : "Mais la burqa et le niqab, NON ! Je le redis, comme je l'ai déjà dit : si demain je vais à mon travail (je suis taxi pour personnes handicapées) et que j'emmène mes clients handicapés en niqab... d'abord 1- ils ne sauraient pas qui je suis et ils auraient peur (humain, n'est-ce pas ?) / 2- mon patron et mes collègues m'interneraient direct à l'asile de Saint Égrève ! (complètement folle la fille... Mon cas relèverait à juste titre d'une “approche délirante et morbide de la réalité et du regard des autres”. 3- je ferais affront aux femmes et aux jeunes filles qui ont en horreur de devoir porter la burqa à cause des Talibans, en Afghanistan et au Pakistan. 4- je ferais affront aux femmes des générations précédentes qui ont lutté pour une émancipation de la femme et de sa liberté, de son expression féminine, de sa possibilité de voter, de travailler, de penser. 5- je ferais honte à mes enfants qui ont besoin de voir que leur mère est épanouie, qu’elle vit au grand jour, qu’elle est belle sous la lumière du jour et du soleil, qu’elle ne se cache pas pour sortir, qu’elle n’a pas honte d’être ce qu’elle est, qu’elle assume le regard des autres."

    Là n'est pas la question ... Est-ce que les musulmanes portant la burqa et le niqab ont solicité à un instant donné (avant cette polémique politico-médiatique initié par un élu communiste ayant croisé sur le marché une femme en niqab, élu communiste aujourd'hui soutenu paradoxalement par l'UMP et le PS ... Hyprocrisie, quand tu les tiens !), voir même dans une entreprise privée ? Non ! Elles ont simplement souhaité pouvoir vivre leur foi, sans contraindre quiconque à à en faire de même ... et pourtant cela fait une polémique politico-médiatique et pire encore. Vos suppositions n'ont pas lui d'être, cela fait partie du discours habituel et des élucubrations de ceux et celles qui refusent la différence, qui voudraient que tout le monde soit fait dans le même moule (avec quelques variantes autorisées), et qui impose à autrui ce qu'il ne vouvrait pas qu'autrui lui impose. Arrêtez de faire le paralléle constament (par manque d'argument) avec les pays arabes, le problème se situe en France, terre de liberté, et terre qui se dit exemplaire dans le restpect des libertés et des différences. 

    Vous écrivez : " Que les Musulmans sachent garder la mesure de considérer que le voile Hijab (simple voile qui ne couvre que les cheveux) est très bien accepté en France par tous les Français (sauf les racistes) mais que le port du niqab et celui de la burqa heurtent nos consciences et la politesse humaine, heurtent notre histoire, heurtent la mémoire des femmes quis sont battues, violées, tuées dans le monde pour le refus de porter ces cercueiles ambulants."

    Le hidjab est bien accépté en France !?! Alors pourquoi avoir fait une loi contre ? Pourquoi avoir stigmatiser 165 jeunes étudiantes souhaitant simplement étudier avec leurs copines non-musulmanes mais en pratiquant leur foi sans imposer aux autres de le faire ? Pourquoi la discrimination et l'islamophobie augmente constament ? ... Jettez un oeil sur le témoignage fait (car nombreux musulmans ne témoignent de l'islamophobie subie) par Sabrina, doctorante exclue pour port du voile (vidéo à droite sur le lien cité) ... Très nombreux sont les actes tels que celui-ci, vous n'en avez peut être pas conscience car vous n'en avaez pas été informé par TF1 ou tout autres médias ... Bizarre, l'information variable en France !?

    Je vous ajouterais ici-même (si vous me l'autorisez) quelques commentaires, questions / interpellations complémentaires liés à cette polémique politico-médiatique faite dans le but de détourner l'attention d'autres vraies priorités en France, et aussi dans le but de diviser pour mieux régner en attisant les haines et les passions des diverses communautés ... Certains écrits pourraient vous choquer, et/ou vous interpeller, c'est le but lorsque je partage mes opinions, mais par souci d'objectivité, je vous invite à les lires tout de même.

    Je précise que peu importe la tournure ou le ton de mes écrits, ce n'est qu'un partage d'une opinion personnelle paratagé et non imposé, ici-même avec vous et peut être d'autres. Ni voyez nulle agression de ma part, ce n'est nullement mon intention, je ne fais que répondre à vos écrits, vos affirmations, vos préjugés.

    Je concluerais à nouveau avec ces deux adages que j'apprécie : 

    "Cultivons nos différences et non pas l'indifférence !"
    "Seul(e) l'inculte réfute en masse ce dont il(elle) est ignorant(e) !"

    A bon(ne)s entend(euses)rs !

    Was'salam.

    Ecrit par : Tâlib | 10.07.2009

    Merci Talib ! Une chose est sûre ! Vous écrivez très bien, rapidement (car votre réponse n'a pas tardé !). Je rends hommage à votre verve, à votre enthousiasme et à votre dialectique (art de raisonner). Je suis d'accord avec vous sur les problèmes français que vous soulevez et j'en ai bien conscience. De réagir sur le niqab et la burqa ne m'empêche pas d'être consciente de la politique actuelle, notamment en matière d'immigration et de chasse aux sans-papiers, créant des situations familiales dramatiques ainsi que des déchirements entre des enfants et leur père ou leur mère rejetés dans leur pays d'origine. Cordialement, Chloé Laroche

    Ecrit par : Chloé Laroche | 10.07.2009

    As'salam (Paix),

    Vous écrivez : "... De réagir sur le niqab et la burqa ne m'empêche pas d'être consciente de la politique actuelle, notamment en matière d'immigration et de chasse aux sans-papiers, créant des situations familiales dramatiques ainsi que des déchirements entre des enfants et leur père ou leur mère rejetés dans leur pays d'origine"

    Réagissons ensemble sur ce les sujet on nous devrions réagir en priorité. Avoir des réactions (telles que décrite dans votre article) est démesuré. Avant de se lancer dans ce genre de polémique, il serait bon de s'informer auprès des concernées, concernant leur religion, leur foi, leurs envies, leurs décisions, leurs compréhensions personnelles, leurs attentes personnelles, ... 

    Notez les premières réactions des enqueteurs de cette commission d'enquête créer spécialement pour la dite "burqa", ils viennent de constater que tous leurs péjugés et stéréotypes sont caduques, car auprès des concernées le premier constat est : Nul père ou grand frère contraigne les concernées, nul contrainte par les époux (époux souvent "rétissant" à la base), grande partie des concernées n'étant pas d'origine maghrébine ou arabe (pas possibilité de les renvoyer dans leurs pays) qui plus est, elles sont issues de famille catholique ou laïque, les concernées ont un cheminement personnel issu de leur intelligente reflexion personnelle, et elles ont pour la plupart des niveaux d'études supérieur.

    Donc pourquoi vouloir les contraindre à rogner leur foi, leur pratique personnelle, alors qu'elles demandent qu'à vivre simplement leur différence, mais pas dans la différence, voir la stigmatisation et l'accusations de tous les maux machistes pronés par les chiennes de garde n'arrivant pas assumer simplement leur propre éthique de vie.

    Relance de ma précédente proposition, je cite : 

    "Je vous ajouterais ici-même (si vous me l'autorisez) quelques commentaires, questions / interpellations complémentaires liés à cette polémique politico-médiatique faite dans le but de détourner l'attention d'autres vraies priorités en France, et aussi dans le but de diviser pour mieux régner en attisant les haines et les passions des diverses communautés ... Certains écrits pourraient vous choquer, et/ou vous interpeller, c'est le but lorsque je partage mes opinions, mais par souci d'objectivité, je vous invite à les lires tout de même."

    Êtes-vous interressée, madame Chloé Laroche ?

    Cordialement.

    Tâlib, L.M, un musulman occidental parmi d'autres

    Ecrit par : Tâlib | 10.07.2009

    As'salam (Paix),

    Petite correction d'un mot utilisé dans une tournure de phrase. Juste au dessus de ma relance ...

    "Donc pourquoi vouloir les contraindre à rogner leur foi, leur pratique personnelle, alors qu'elles demandent qu'à vivre simplement leur différence, mais pas dans l'INDIFFERENCE, voir la stigmatisation et l'accusations de tous les maux machistes pronés par les chiennes de garde n'arrivant pas assumer simplement leur propre éthique de vie."

    Was'salam.

    Ecrit par : Tâlib | 10.07.2009

    18/06/2009

    Chronique d'un fait grenoblois nocturne sur la violence ordinaire d'une femme jetée d'une voiture par son compagnon. Lorsque la société devient si dure que les hommes le deviennent aussi.

    Bonsoir à tous et toutes,

     

    u17953468.jpgLa violence ordinaire dans les mots et les actes entame la part d'humanité qui vit en chaque homme et en chaque femme.

    Entre la crise et l'espoir, il reste du chemin, lorsque la société devient si dure que les hommes le deviennent aussi.

    Hier soir, c'était mardi et une jeune femme a été jetée d'une voiture.

    Jetée ? Mais par qui ?

    Son ami, son compagnon de vie depuis trois ans.

    Un peu avant minuit, elle marchait entre Grenoble et Meylan, rejoignant son domicile à pied.SB10063658EQ-001.jpg

    Il faisait nuit et elle pleurait.

    Elle marchait, traversant le pont de cette longue avenue qui part de la Mairie de Grenoble.

    Son domicile à Meylan était encore loin.

    Jolie et habillée d'une jupe courte, elle aurait pu tomber sur des hommes aux idées mal-intentionnées.

    images-1.jpegJe me pose la question : quelle sorte d'homme est-ce pour laisser dans les rues cette jeune femme, pour la jeter hors de la voiture et la laisser marcher dans la nuit, en pleurs, désemparée, avec une très longue distance à parcourir pour rentrer, sans transports en commun à cette heure de la nuit ?

    Depuis trois ans qu'il vit avec cette femme, cet homme la connaît. Il l'a aimée. Il l'aime. Quelle violence faut-il dans le coeur pour agir ainsi ?

    AA024364.jpgCette femme a eu de la chance. Car soudain une voiture s'est arrêtée. C'était un de mes amis qui l'a aperçue et, soudain inquiet, lui a  demandé ce qu'il lui arrivait. Elle a expliqué les choses en pleurant. Il lui a proposé de la ramener chez elle. Elle a acceptée, visiblement soulagée.

    Cet ami s'est confié à moi et m'a parlé de cette femme. Il m'a dit : "Mais dans quel monde on vit ? Cet homme qui ose faire cela envers une femme qui vit avec lui depuis trois ans... Quelle violence !"

    J'espère que cette femme fera son bout de chemin pour prendre les décisions qui s'imposent. Mais parfois, des êtres restent dans une relation difficile, violente... et parfois aussi, il n'y a qu'un enfant de deux ans qui est témoin de la violence à la maison.k0211325.jpg

    Parfois, l'enfant est seul témoin des coups portés à sa mère, des humiliations, des insultes... Là, il n'y a pas UNE victime, il y en a deux.

    L'enfant se liquéfie à l'intérieur, se raidit, se durcit.

    u16188958.jpgAlors, pour vous, la femme du pont de la route de Chambéry... n'attendez pas d'avoir un enfant avec cet homme.

    Prenez votre coeur et sauvez-vous !

     

    Chloé LAROCHE

     

    Commentaires

    Pourquoi les couples se déchirent-ils de cette façon ? Comment en sont-ils arrivés à se haïr à ce point ? Quand les enfants sont témoins de ces drames, cela doit perturber l'enfant intérieurement : la peur ressentie, les cris répétés des parents en sa présence, l'angoisse qu'il doit avoir. 
    Les violences verbales et physiques doivent être déclarées aux autorités, mais faut-il encore que les victimes le veuillent. Certaines restent en couple, surtout quand il y a un enfant, mais cela ne va pas rassurer l'enfant, au contraire, il sera traumatisé le restant de sa vie. S'il arrive quelquechose à la maman (ou le papa), l'enfant sera placé automatiquement et enlevé de son cocon familial, ce qui entrainera une angoisse supplémentaire pour le petit.

    Les victimes doivent absolument dire ce qu'elles vivent au quotidien pour que le conjoint "attaquant" soit punit pour ses actes irresponsables.
    N'hésitez surtout pas, votre vie dépend de votre choix de dire les faits. Vous devez le faire IMPERATIVEMENT.

    Merci à Chloé de soulever ce très grave problème. 

    Prenons conscience que cela peut arriver à n'importe qui.

    Lolotte73

    Ecrit par : Lolotte73 | 18.06.2009

     

    Lolotte, j'ai mis le temps pour vous remercier de ce commentaire qui m'a touchée. Vous parlez très justement et je suis heureuse que vous réagissiez à mes articles. Je sais que vous êtes là, intervenant avec des mots qui me vont droit au coeur ou parfois vous lisez et restez dans le silence. Merci infiniment. Je pense à cette femme qui marchait dans la nuit en pleurs et à toutes celles qui reçoivent les coups. Je pense aussi à ces femmes qui ne défendent pas leur enfant contre les mauvais traitements d'un conjoint. J'ai vécu cela en face de ma mère. Cela marque profondément. Hier encore je me rappelais quand j'ai été jetée dans les orties à 5-6 ans par mon père. Si j'avais été ma mère, je n'aurais jamais pu assister à cette scène sans réagir, sans aider mon enfant, sans hurler. Les choses se sont passées comme si c'était normal. Il fallait serrer les dents. Ma mère les a serrées mais au détriment de son rôle de maman. Aimer un homme ne veut pas dire tout accepter, tout voir sans broncher. Un enfant qui a vu sa mère inerte et passive devant son appel au secours intérieur voit la moitié de son âme agoniser. Je vous embrasse, Lolotte. Chloé L

    Ecrit par : Chloé Laroche | 24.06.2009

     

    11/06/2009

    Je défends un père de famille expulsé vers la Turquie, laissant trois enfants de 17, 12 et 6 ans et une épouse désemparée et sans ressources. Eux sont français... POURTANT. Mais pas ce papa à qui on vole toute parentalité... par toute humanité perdue.

    images-11.jpeg
    Bonjour à tous et toutes,
    images-7.jpeg
    Un père de famille a été expulsé le 5 juin 2009 : "Nesemi est expulsé vers la Turquie depuis Roissy par le vol Air France de 12h 30."
    Je suis alertée par le Réseau d'Éducation Sans Frontières sur ce drame terrible, qui laisse seuls trois enfants et leur maman, tous français :
    "Nesemi, né en 1962, kurde de Turquie, en France depuis 198, est conjoint de Française et père de trois enfants français scolarisés à Paris. Il est aussi soutien de famille pour sa mère et son frère handicapé, tous deux restés en Turquie." 
    Comment ne pas se révolter devant une situation intolérable qui prive trois enfants et une épouse d'un père et d'un mari.
    images-8.jpeg
    Voici les faits envoyés par le Réseau RESF. Je vous en fais part ci-après.
    Soyons nombreux à protester et à écrire aux adresses indiquées plus bas.
    Je suis infiniment désolée pour cette famille et ce déchirement imposé par la loi du chiffre du Gouvernement français.
    Il est inhumain de priver un père de ses enfants et des enfants de leur papa. Ces enfants ont 17, 12 et 6 ans. Ils sont désemparés et sans ressources. 
    images-10.jpegLorsque l'intolérable se fait jour, nous devons, en tant que citoyens et citoyennes, réagir.
    Merci de m'avoir lue.
    Merci de réagir en écrivant nombreux.
    Chloé LAROCHE
    images-9.jpeg
    _____________________________   Transmis
    par le Réseau d'Éducation Sans Frontières :
    http://www.educationsansfrontieres.org/article20432.html
    images-14.jpeg"NON À LA DOUBLE PEINE !"

    "3 enfants français viennent de perdre définitivement leur père !

    L'exécution ce vendredi 5 juin 2009 de la mesure d'éloignement qui frappait Nesemi laisse une femme et trois enfants français de 17, 12 et 6 ans désemparés et sans ressources.

    Alors qu'il aurait dû bénéficier de la protection absolue, Nesemi est une victime de la double peine à laquelle l’actuel président de la République affirme avoir mis fin.

    C'est une atteinte insupportable aux droits fondamentaux ainsi qu’un reniement des engagements pris par les plus hautes autorités de l’Etat.images-12.jpeg

    Est-ce ainsi que le Ministère entend respecter le droit à la vie privée et familiale , en brisant celle d'une famille française unie et celle d'un homme en France depuis 22 ans, ex-réfugié, et ex- titulaire d'une carte de résident ?

     Nesemi, né en 1962, kurde de Turquie,  en France depuis 1987, est conjoint de Française et père de trois enfants français scolarisés à Paris. Il est aussi soutien de famille pour sa mère et son frère handicapé, tous deux restés en Turquie. Il a toujours travaillé et toujours subvenu aux besoins de sa famille. Il a été condamné à deux reprises, une fois à six mois de prison, et une seconde fois par la cour d'appel de Paris en 2003 à sept ans d'emprisonnement assortis d'une ITF définitive.

    En 2007, à sa sortie de prison (réduction de peine de 7 à 5 ans pour bonne conduite), il est cueilli direct pour l'aéroport, 1er refus d'embarquer, passage au TGI de Bobigny : libération.

    Depuis sa libération en 2007, Nesemi avait repris sa place au sein de la famille à Paris et retravaillait malgré les refus de l'administration de régulariser sa situation. Il avait plusieurs promesses d'embauche tant dans le bâtiment que dans la confection.

    Le 2/06/ 2008  : la cour d'appel de Paris rejette sa requête de mainlevée de l'interdiction du territoire, en dépit de toutes les garanties et soutiens familiaux .

    Le 26/01/2009 : arrêté alors qu'il est en Moselle pour travailler sur un chantier, le préfet de la Moselle prend à son encontre un APRF et une décision de placement en rétention.

     Le 24/02/2009 : amené à Roissy, il réussit à refuser d’embarquer. Placé d'abord en GAV, il n'est pas déféré en comparution immédiate mais ramené le soir même au CRA de METZ. Des élus parisiens interviennent auprès du ministère.

    26/02/2009 : le JLD saisi pour interruption de la rétention par la GAV décide le maintien en rétention.

    27/02/2009 : au 32e et dernier jour de sa rétention qui se terminait à 15 h, Nesemi est mis à 13 h 10  sur un vol pour la Turquie depuis l'aéroport de Bale-Mulhouse. Débarqué, il est placé en GAV et comparait samedi 28  devant le TGI de Mulhouse et est écroué.

    02/03/2009 : le TGI de Mulhouse le condamne à 4 mois de prison ferme .

    30/05/2009 : libéré avec remise de peine, il est à nouveau cueilli par la PAF et placé en rétention à Strasbourg.

    05/06/2009 : Nesemi est expulsé vers la Turquie depuis Roissy par le vol Air France de 12h 30.  

    L’expulsion de Nesemi est une remise en cause de l’article 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme qui protège le droit à la vie privée et familiale.

    images-13.jpegEn effet, il est entré en France en 1987, soit il y a plus de 22 ans, et a épousé en 1991, soit il y 18 ans, une ressortissante française. De cette union sont nés trois enfants français.  

    Les liens qui unissent ce père à son épouse et ses enfants sont si forts que sa famille n'a jamais cessé de venir le voir pendant les années de privation de liberté en prison ou en retention administrative que ce soit en région parisienne ou jusqu'à Metz.

    L'éloignement forcé de ce père de famille est un traumatisme irréversible pour ses enfants, nés en 1992, 1996 et 2003, donc tous mineurs, et scolarisés, l'aîné en lycée, le second en collège, la petite en maternelle."
     

    En vous inspirant de ces texte et en gardant des termes mesurés pour ne pas nuire aux intéressés, nous vous demandons de réagir auprès des autorités concernées :

     

    Ministère :

    Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard : 01 77 72 61 00
    Ministre : eric.besson@iminidco.gouv.fr
    Secrétaire général : secretariat.general@iminidco.gouv.fr
    Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
    Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
    Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
    Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel : laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

     

    Matignon  :
    http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_minis...
    Jean-Paul Faugère : <jean..paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr>,
    Antoine Gosset-Grainville : <antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr>,
    Arno Klarsfeld : <arno.klarsfeld@premier-ministre.gouv.fr>,
    Myriam Lévy : <myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr>
    Igor Mitrofanoff : <igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr>

    Elysée :

    fax : 01 47 42 24 65
    http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
    Claude Guéant : <claude.gueant@elysee.fr>
    Franck Louvrier : <franck.louvrier@elysee.fr>
    Maxime Tandonnet (conseiller immigration) : maxime.tandonnet@elysee.fr

    samedi 6 juin 2009.

    Pour Yazid Zarour, jeune algérien auxiliaire de vie d'une personne handicapée, j'écris au Préfet de l'Isère. Car Yazid est menacé d'expulsion du sol français.

    images-5.jpegLETTRE OUVERTE.

     

    Monsieur le Préfet de l'Isère,

     

    J'ai l'honneur de vous écrire pour vous demander une faveur concernant un homme menacé d'expulsion de notre pays. Je suis écrivain et violoniste et je mets ma plume au service des causes perdues. Comme une Sainte Rita existant pour ceux qui souffrent et qui n'ont plus que ma plume pour défendre leur vie, ma plume alliée à d'autres plumes, à d'autres êtres humains solidaires comme moi... qui se permettent de prendre la défense de personnes oubliées et rejetées par la machine du monde qui avance inexorablement, sans parfois considérer l'humain dans son avancement glacé.

    Alors, je vous en prie, lisez-moi.

    Cet homme que je soutiens et pour lequel je vous écris s'appelle Yazid Zarour.

    C'est un jeune algérien entré en France en novembre 2002 avec un visa étudiant. Il travaille depuis 2006 en qualité d'auxiliaire de vie auprès d'une personne lourdement handicapée, se déplaçant en fauteuil roulant. Cette personne s'appelle Olivier Morel. Il est professeur d'anglais au lycée Marie Curie d'Échirolles. Monsieur Morel est totalement satisfait de l'aide et de l'accompagnement apporté par Yazid. Pour assumer son travail pleinement, ce dernier est aussi devenu son co-locataire. C'est dire qu'il s'investit dans ce travail qui est aussi un lien humain devenu indispensable pour Monsieur Morel.images-6.jpeg

    Je vous parle de cela en connaissance de cause, puisque je m'occupe moi-même de personnes handicapées, les accompagnant dans mon taxi spécialisé. Je sais à quel point la personne qui les accompagne et s'occupe d'eux est importante dans leur équilibre et leur lutte contre la souffrance, autant morale que physique.

    Le 3 février 2009, Yazid a fait l'objet d'un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière. Suite à une forte mobilisation, après avoir été jugé devant le tribunal administratif de Lyon, Yazid a bénéficié d'une annulation de son OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français), prononcée le 6 février 2009, annulation contre laquelle vous faites appel.

    Vous devez comprendre que ces menaces d’expulsion sont source d’inquiétude et de stress pour Messieurs Morel et Zarour. Ce dernier, entré en France sous statut d’étudiant, possède à ce jour un titre provisoire de séjour jusqu’au 10 Août. Il est absolument indispensable de le rendre définitif afin que Monsieur Morel soit plus serein dans sa vie privée et professionnelle, dans un contexte où tous les discours officiels affichent l’intégration des personnes handicapées comme une priorité nationale.

    Nous attendons donc, conformément à vos engagements auprès de Madame David et de Monsieur Mermaz, parlementaires isérois, que vous étudiez le dossier de Yazid avec la plus haute bienveillance.

    images.jpegIl est nécessaire de régulariser sa situation afin qu’il puisse résider en France et puisse travailler comme il l’a toujours fait depuis 2006 avec compétence, et dans une qualité de rapports humains avec Olivier Morel que celui-ci souhaite légitimement conserver.images-4.jpeg

    En conséquence, Monsieur le Préfet, je vous serais très reconnaissante de recevoir ma demande. La voici : Monsieur Zarour doit rester sur le territoire national, avec autorisation de travail, pour exercer son activité salariée d’auxiliaire de vie auprès d’Olivier Morel. J'ai l'honneur de vous demander de tenir compte dans votre décision de la situation de ce travail particulier où les rapports humains sont essentiels.

    Monsieur le Préfet de l'Isère, vous disposez d'un pouvoir discrétionnaire qui permettrait de régulariser immédiatement Yazid. Aussi, j'ai toute confiance en vous dans ma demande et je demeure à votre disposition pour échanger sur celle-ci.

    Je vous prie, Monsieur le Préfet, d'agréer mes salutations distinguées.

     

    Madame LAROCHE Chloé

     

    +++ AVIS à mes lecteurs : vous aussi, vous pouvez écrire (mails, faxs, courriers) POUR DÉFENDRE YAZID ZAROUR, sans oublier bien sûr de rester courtois et poli. Vous pouvez vous inspirer de ma lettre et du texte de la pétition du Réseau d'Éducation sans Frontières : voir www.educationsansfrontieres.org/article20436.html

    (Vous trouverez les adresses mails et les faxs à la fin de l'article)

     

    ________________ Voici pour mes lecteurs les informations données par le Réseau d'Éducation Sans Frontières :

     

    Signez  et faites signez la pétition en ligne :

    www.educationsansfrontieres.org/article20436.html


    Voir aussi le reportage sur France 3 (à 3mn25s) : cliquer ici

     

    "Premier acte de grande humanité du Préfet et première mobilisation !

    Le 3 février 2009 à 9h du matin, Yazid est, en application d'une décision de la Préfecture de l'Isère de reconduite à la frontière, arrêté à leur domicile, embarqué au commissariat de Grenoble et transporté au centre de rétention de Saint-Exupéry. Olivier qui a besoin d'une assistance constante se retrouve seul dans son appartement, plongé dans une profonde détresse. Le 9 février, le Tribunal Administratif de Lyon annule la décision d'expulsion. Soulagement pour Yazid et Olivier. 

    Deuxième acte indigne : "seule la fonction est importante, pas la personne qui l'occupe".

    Le préfet s'acharne, il veut faire du chiffre et fait appel. Pour ce haut fonctionnaire zélé, Yazid n'est pas irremplaçable : n'y a t il pas, sur le seul bassin grenoblois, 324 demandes pour occuper un emploi d'auxiliaire de vie ?! Un pas de plus dans la déshumanisation, qui ne tient aucun compte, non seulement des qualités professionnelles et humaines de Yazid, mais de trois années de relations de confiance établies entre les deux hommes. Relations de confiance, patiemment construites dans tous les gestes d'une vie quotidienne partagée.

    La mobilisation s'amplifie. Nous ne les laisserons pas faire.

    Yazid a reçu une autorisation provisoire de séjour jusqu'au 10 août, mais ... sans autorisation de travailler ... lui qui travaille déjà en CDI pour l'association « Vivre Autonome ». À cette date, au coeur des vacances d'été, Yazid est de nouveau sous la menace d'une expulsion. Nouvelle angoisse pour Yazid et pour Olivier, sa situation physique et morale se dégrade, il « ne vit plus ». 

    Nous refusons que Yazid, qui est bien intégré dans notre pays, soit obligé de le quitter. 

    Nous refusons aussi pour Olivier Morel qu'il quitte le territoire national, car une telle décision, intolérable sur le plan humain, serait dramatique pour lui.

    Non à l'intolérable !"

     

    _______VOICI LES ADRESSES POUR ÉCRIRE (mails, faxs, courriers)

    afin de DÉFENDRE YAZID ZAROUR, mais en restant courtois et poli.


    Pour Monsieur Albert Dupuy, préfet de l'Isère : albert.dupuy@isere.pref.gouv.fr

    Pour Monsieur David Coste, directeur de cabinet : david.coste@isere.pref.gouv.fr

    Fax du cabinet du Préfet : 04 76 44 68 00
    Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
    Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
    Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
    Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
    Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
    Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr

    Matignon  :
    http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_minis...
    FAUGERE <jean.paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr>,
    GOSSET-GRAINVILLE <
    antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr>,
    LEVY <myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr>
    MITROFANOFF <
    igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr>
    Elysée fax : 01 47 42 24 65
    http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
    GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
    LOUVRIER <
    franck.louvrier@elysee.fr>
    Maxime Tandonnet (conseiller immigration)
    maxime.tandonnet@elysee.fr

     

    07/06/2009

    Je pense à toutes les mères en ce jour, notamment à celles qui pleurent, en deuil de leur enfant ou en baby blues, en éloignement de leur enfant ou en souffrance, en difficulté matérielle ou en désert affectif.

    images-2.jpegBonjour à tous et toutes,

     

    En ce jour, nous fêtons les mamans.k0441790.jpg

    Les mamans du monde entier. La mienne, celle de la mienne, la tienne, la sienne, la nôtre.

    Mais il y a des mamans aujourd'hui qui n'ont pas fêté cette fête parce que personne ne leur a souhaité.

    Car certaines mères sont seules. Abandonnées de tous, même de leurs enfants...

    ... Des enfants grands, adultes, qui en veulent à leur mère, pour diverses raisons : problèmes d'héritage, problèmes de l'enfance, difficultés à respecter l'éducation des petits-enfants donnée par les parents, ressentiments envers une mère qui ne les a pas protégés étant enfants, rancune envers une mère qui est partie en laissant ses enfants, incompréhension basée parfois sur des malentendus ou des mensonges de l'entourage.

    bxp64901.jpgCertaines n'ont plus leur enfant parce qu'il est mort. Elles ressentent un immense vide au creux de leur âme, jusqu'au plus profond de leurs cellules. Elles souffrent seules et, au bout de plusieurs années, personne ne se souvient qu'elles pleurent ce jour-là, comme tous les autres jours de l'année.images-4.jpeg

    Certaines mères aussi vivent en accompagnant leur enfant handicapé, enfant ou adulte. Parfois, il n'y a aucune communication possible, dans le cas du handicap mental, et parfois aussi, l'enfant grandit sans bouger, sans marcher, sans parler. Le courage qu'il faut à ces mères est digne de la création des montagnes. Elles sont fortes pour deux, pour trois, pour mille actes de la vie quotidienne. Parfois il y en a qui se suicident, ou qui veulent arrêter l'enfer du handicap, en suicidant leur enfant. Mais beaucoup poursuivent. Elles poursuivent avec l'énergie du désespoir. Avec l'amour de leur enfant né de leur chair, de leur coeur crucifié.

    images-5.jpegEt puis il y a les mères qui vivent la difficulté de devenir maman. Elles le sont mais elles n'y arrivent pas. Elles ont besoin d'aide. Parfois elles en ont conscience et elles demandent du soutien. Elles vont alors en unité "mère-enfant". Mais certaines se suicident pour ne pas sombrer avec leur enfant. Pour ne pas lui faire du mal, dans le malaise profond qu'elles vivent en face de lui. Je donne des informations plus loin pour aider ces mamans en détresse.
    bull_index.gif

    alloparentsbebe.gifJe pense aussi aux mères qui ont des difficultés financières, à celles qui travaillent mais sans arriver à joindre les deux bouts. Je pense à celles qui n'auront jamais le RSA car il faut qu'elles poursuivent le père de leur(s) enfant(s), lequel les a menacées si elles demandaient une pension. Elles ne font donc pas de démarches judiciaires pour garder une harmonie acceptable... afin de garder le père avec ce qu'il a à donner (du temps pour ses enfants, parfois) et n'ont de ce fait aucun jugement à présenter à la CAF, donc elles n'auront pas d'aides ni de RSA. De toute façon, le RSA n'est que le changement de nom du RMI et de l'Allocation de parent isolé, entre autres aides existant avant.

     

    u13434912.jpgJ'embrasse toutes ces mères, celles qui gardent le courage de se battre chaque jour pour leur famille, pour rester debout et dignes, moralement fortes, physiquement aussi... pour assumer le travail, les enfants, le ménage, les courses, la cuisine, la lessive, les papiers, les dossiers, l'autorité parentale conjointe ou non, les factures, leurs handicaps personnels, le logement et les loyers, la solitude, les soucis, les maladies, les pannes, etc.

     

    images-7.jpeg

    J'embrasse aussi les mères qui sont en combat contre un homme qui les bat ou qui les a battues. Certaines ont quitté ce compagnon violent qui l'a été aussi parfois avec les enfants. Mais certaines aussi perdent le combat et se retrouvent privées de la garde de leurs enfants, par décision de justice. Certaines doivent faire de la prison à cause d'une décision incompréhensible, leur compagnon ayant été défendu au delà du possible. Je pense à cette maman qui s'est suicidée après un jugement en la faveur du mari, contre l'avis de toutes les associations sociales et les instances de défense des enfants. Elle a vu son compagnon avoir la garde de son enfant, au mépris de tous les avertissements. Aujourd'hui, elle est morte et cet enfant ne peut souhaiter bonne fête à sa maman.images-8.jpegimages-9.jpeg

    BCP042-43.jpg

     

    J'embrasse aussi toutes les mères qui n'y arrivent plus, qui ont des idées noires, désespérées, et je leur dis qu'il faut poursuivre car la vie est imprévisible. Elle donne des épines puis après arrivent les roses. Le soleil revient un beau jour. Alors gardons le parapluie du bon moral, du courage, de la ténacité, de la patience, du calme, de l'humour, de la confiance, de l'amour.

    Chloé LAROCHE

     

     

    images-1.jpeg________________________________ Pour information :

     

    www.maman-blues.org est le site consacré à la Difficulté Maternelle.

    "On ne naît pas mère, On le devient... C'est un long parcours qui retrouve un trésor laissé de côté depuis l'enfance, constitué pendant l'enfance : la mère est un secret d'enfance." Jean-Marie Delassus


    "Événement éminemment physiologique, la Maternité s'accompagne également de remaniements psychiques qui changent radicalement l'être de la femme.
    Devenir mère est un voyage intérieur, un retour en soi qui s'accompagne parfois de bouleversements sensibles et imprévus.
    C'est une traversée d'une rive à une autre, d'une femme à une mère qui peut prendre du temps et nécessiter un accompagnement spécifique.

    Nous avons donc souhaité que les aléas émotionnels et psychiques de la maternité ne restent pas sans avoir eux aussi un lieu d'expression et de partage, en complément de leur nécessaire accompagnement par les services de santé.

    Une femme sur 10 serait touchée par ce tremblement de mère !

    Avertissement : ce site ne saurait en aucun cas se substituer à un avis ou suivi médical.
    www.maman-blues.org se place résolument du côté des mères et des parents, dans un esprit de soutien, de solidarité et de partage de leur histoire et leurs souffrances.
    Les conseils ou adresses que nous pouvons être amenés à formuler dans le cadre des échanges sur notre forum de discussions ne peuvent remplacer ceux émis dans le cadre d'un suivi médical."

     

     

    06/06/2009

    Plein jour sur le célibat des prêtres, hommes condamnés par l'Église à ne pas aimer quand le Christ ne parle que d'amour.

     

     

     

    Bonsoir à tous et toutes,

    images-1.jpegCela fait longtemps que je m'intéresse à ce problème du célibat des prêtres, non pas tant pour les prêtres que pour les femmes qui vivent dans l'ombre un amour culpabilisant. Parfois, ce sont aussi des enfants, les enfants de cette union non acceptée qui vivent ce lourd secret.images-8.jpeg

    Je ne vis pas moi-même cette situation mais vous me connaissez maintenant. Je défends ceux et celles qui vivent l'injustice et qui sont opprimés par la bêtise de l'homme, le seul qui puisse empêcher un autre homme d'aimer.

    Car empêcher un prêtre d'aimer une femme en plein jour et de se marier, puis d'avoir des enfants avec elle... Qui l'a décrété si ce n'est l'homme lui-même... au douzième  siècle seulement !!!

    Jésus n'a jamais demandé cela, lui qui parlait d'amour et qui a même dit : "Aimez vous les uns les autres".

    images-5.jpegIl s'arracherait les cheveux s'il voyait ce que provoque la frustration chez certains prêtres. Car devant l'interdit manifeste de toucher une femme, ces derniers s'en prennent parfois à des enfants. D'où le nombre incalculable d'affaires de prêtres pédophiles aux États-Unis, en Allemagne, en Suisse, en France et partout dans le monde. Certains se suicident. Des affaires sont volontairement étouffées et parfois même on a vu l'évêque demander aux victimes de donner leur pardon au fauteur.

    Les prêtres sont des hommes et ils ont droit à l'amour, comme chacun ici bas. Pourquoi seraient-ils privés de tendresse, de présence féminine, d'amour physique, d'avoir des enfants, de fonder une famille. Un jour, un homme catholique, père de bonne famille, m'a répondu ceci : "Chloé, un prêtre ne doit pas avoir de femme pour accorder tout son temps à l'Église, aux autres, aux paroissiens, à sa mission."images-10.jpeg

    Les pères qui travaillent passent du temps dans leur profession. Cela ne les empêche pas d'avoir une compagne et des enfants. Certains pères travaillent de nuit, d'autres ne rentrent pas de la semaine et sont présents le week-end, d'autres encore peuvent ressortir en urgence de chez eux, appelés par leur métier (personnels du Samu, médecins, policiers, gendarmes, etc). Alors quelle est cette hypocrisie qui menotte les prêtres au point de les rendre soumis à une loi arbitraire ?!!

    Avez-vous pensé à ce bébé qui naît d'une union cachée entre un prêtre et sa compagne, la femme qu'il aime en secret ?

    images.jpegCe bébé portera à vie le sceau du secret, le sceau du silence, le lourd héritage des pleurs de sa mère, aimée dans le secret, peut-être jusqu'à la fin de ses jours... pour que son bien-aimé ne soit pas jeté du métier qu'il aime : prêtre.

    Voilà, c'était mon plaidoyer ce soir contre le célibat des prêtres.

    À très bientôt.

     

    Chloé LAROCHE

     

    PS : Vous trouverez ci-après quelques documents, dont une lettre de Léon Laclau , auteur du livre : "Pour l'amour d'une femme, privé d'Eglise". Vous pourrez lire aussi des documents de l'association PLEIN JOUR : Plein Jour est une Association d'aide aux femmes compagnes de prêtres et qui lutte avec d'autres contre cette règle inadaptée d'un célibat imposé. Vous trouverez en plus une pétition concernant ce sujet : "Demande d'ouverture d'un dialogue sur la question du célibat ecclésiastique. La question du célibat ecclésiastique concerne d'abord les catholiques qui ont à faire le ménage dans leur propre église ! Elle concerne aussi tous ceux qui défendent la cause des Droits de l'homme. Comment peut-on mettre comme condition à une fonction l'obligation du célibat ? C'est la question des droits de ces hommes et de ces femmes victimes d'une loi moyenâgeuse qui ne vaut pas mieux que les pratiques inhumaines qu'on reproche aujourd'hui à certaines sectes." 

     

    Extrait du site

    http://plein-jour.eu

    images-3.jpeg

     

     

    "Chaque année, quelque 250 prêtres démissionnent (une moyenne de ces 40 dernières années. Ndlr) . 
    La moitié pour aller vivre au grand jour une liaison amoureuse jusque-là clandestine. 
    L’Eglise catholique préfère rester extrêmement discrète sur cette question…

    Mais combien sont-ils à vivre ensuite, à un moment ou un autre de leur sacerdoce, ce déchirement entre l’amour de Dieu et celui d’une femmeOu d’un homme ? 

    L’Eglise catholique n’est guère prolixe sur le sujet, préférant fermer les yeux aussi longtemps que cette "double vie" ne s’étale pas au grand jour, ou ne fait pas scandale.

    Pourtant, les rares chiffres qui circulent montrent que le phénomène n’est pas anodin. 

    Rien qu’en France, quelque 10.000 prêtres auraient raccroché la soutane depuis Vatican II (1965), soit environ 250 par anLa majorité le fait pour se marier."

     

    images-9.jpeg

    CONTACT avec la Présidente de Plein Jour et son équipe :

    Dominique VENTURINI, Le Cigalon, 8 rue du Serpolet, 84160 Lourmarin
    Mail : venturinid@wanadoo.fr  /  Tél. 04 90 68 02 30

     

    Contact avec le gestionnaire du Site : jean.combe34@gmail.com
    Adresse du Blog : http://pleinjour.wordpress.com

    Adresse du Site : http://plein-jour.eu

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    Pétition - Demande d'ouverture d'un dialogue 

    sur la question du célibat ecclésiastique

    La question du célibat ecclésiastique concerne d'abord les catholiques qui ont à faire le ménage dans leur propre église !
    Elle concerne aussi tous ceux qui défendent la cause des droits de l'homme
    Comment peut-on mettre comme condition à une fonction l'obligation du célibat ?
    C'est la question des droits de ces hommes et de ces femmes victimes d'une loi moyenâgeuse qui ne vaut pas mieux que les pratiques inhumaines qu'on reproche aujourd'hui à certaines sectes.

    APPUYEZ NOTRE LUTTE 
     diffusez-la autour de vous.

    ----------------------------

    images-11.jpegPLEIN JOUR est issue de l’association CLAIRE-VOIE. En 1993, cette dernière, en contact avec de nombreuses femmes concernées par la règle du célibat obligatoire pour les prêtres, a demandé à la hiérarchie de l’Eglise catholique romaine de constituer avec elle une COMMISSION TRIPARTITE (responsables religieux, prêtres et femmes) aux fins d’examiner, entre toutes les parties impliquées, les problèmes multiformes engendrés par cette règle, et de leur rechercher des solutions, à la lumière des réalités,  et conformément aux principes de justice universellement admis. PLEIN JOUR s’associe à cette demande.

    Rappelant que la règle du célibat ecclésiastique n’a pas été établie par le fondateur du christianisme (décret de 1139), elle souligne que les pressions exercées sur les prêtres et leurs compagnes, pour qu’ils se séparent ou demeurent dans la clandestinité, sont contraires à la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (art. 16), et elle condamne, au même titre, les persécutions ou discriminations dont les prêtres mariés et leur famille peuvent faire l’objet.

    En conséquence, et compte tenu du nombre et de la gravité des situations qu’elle rencontre, elle renouvelle cette année cette demande de dialogue pour que cette question qui concerne non pas uniquement les clercs, mais des milliers de femmes et d’enfants, - soit enfin abordée de manière équitable par l’Autorité Catholique Romaine.

    Nous, soussignés, déclarons nous associer à cette demande.

    Nom et adresse: ...................................................................................


    Signature
     ..............................................................................................


    (Vous pouvez d'ailleurs l'envoyer à certains responsables de votre église : prêtres ou évêques)

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    images-6.jpeg_____LETTRE de LÉON et MARGA :

    Voeux pour tous_________________

     

    Léon Laclau, 

    chemin de Boué

    64800 Asson

     

    ) 05 59 71 46 03

    Léon : leon.laclau@free.fr

    Marga : mlamadon@hotmail.fr

     

    Asson, le 28 janvier 2009.

     

    "Chers amis,

     

    Notre Sud Ouest panse ses plaies après le passage de la tempête ‘Klaus’. La région est triste à cause des victimes et des dégâts considérables mais elle est forte de cet extraordinaire élan de solidarité qui s’est exprimé alors que tous les moyens traditionnels de communication (téléphone, électricité, routes, chemins de fer) étaient coupés. Preuve que le langage du cœur peut dépasser bien des obstacles pour laisser place à l'entraide matérielle et au soutien moral.

     

    Voici un an, je vous envoyais des nouvelles de notre "parcours de combattant". Déjà, à cette époque, nous avions rebondi, grâce au soutien de nos familles et de celui de tant d'amis, connus ou inconnus ; grâce aussi à l'emploi que j'avais obtenu au Conseil Général des Pyrénées Atlantiques. Marga est toujours infirmière dans un service Alzheimer.

     

    En fin janvier, ce fut la parution de mon livre-témoignage : "Pour l'amour d'une femme, privé d'Eglise". J'ai reçu beaucoup de réactions positives avec des encouragements à militer pour que l'Eglise évolue dans son fonctionnement. Les responsables religieux sont restés bien évidemment muets.

     

    Le dernier trimestre 2008 a été marqué par deux temps forts :

     

    Tout d’abord, notre mariage, le 4 octobre, à la mairie de Vic en Bigorre : un moment chaleureux, vécu avec nos familles respectives venues du Pays Basque et des Pays Bas et nos amis de la Bigorre, du Béarn et de la Gironde. Ce fut pour nous un immense bonheur de prononcer publiquement ce "oui" que nous nous chuchotions au creux de l'oreille depuis tant d'années. Les médias s'étaient donnés rendez-vous ce jour-là dans cette jolie petite ville des Hautes Pyrénées. Elles étaient venues couvrir ce qui leur paraissait être l'aboutissement logique d'une belle histoire douloureuse mais aussi, couvrir une histoire qui interroge l'Eglise catholique. Je sais que les autorités religieuses ont été exaspérées par cette médiatisation alors que, dans la même période, elles se sont réjouies de la couverture exceptionnelle accordée à Benoît XVI lors de son voyage très "catholique et romain" sur les terres parisiennes et bigourdanes. Bien sûr, des journalistes présents m'ont posé la question de circonstance : "cela vous fait quoi de ne pas pouvoir vous marier religieusement ?" - Rien…, leur ai-je répondu. Car je sais que le regard de Dieu est bien plus large que les restrictions disciplinaires de l'Eglise. Nous croyons que Dieu est heureux de nous savoir heureux et qu'il nous couvre de sa bénédiction.

    Puis, en novembre, ce fut notre déménagement et notre retour à Asson : terre de relations fortes et vraies tissées pendant mes dernières années de sacerdoce, terre de souffrances profondes occasionnées par la sanction de l'Eglise, mais aussi terre d'espoir pour une nouvelle insertion humaine et laïque dans ce Piémont pyrénéen que nous aimons tant. Nous participons déjà à diverses associations : ADMR (aide à la personne), Asson Animations (animation-village), Gais Montagnards (camps de jeunes, loisirs), don du sang. Nous nous sommes rapprochés de nos lieux de travail (25 et 20 kms au lieu de 50 et 40 kms).

      

    Dans les courriers que nous avons reçus, vous êtes très nombreux à souhaiter que l'Eglise évolue dans son organisation et dans son rapport au monde.

    "Notre évêque est très loin des gens; il écoute mais il vit dans une bulle dorée. On ne sent pas d'humanité chez lui. Je ne vois plus d'avenir dans cette Eglise hypocrite, loin des gens du peuple, inaccessible pour une grande majorité, très jugeante et qui est devenue une machine à exclusion. Pour moi qui suis catholique pratiquante, c’est révoltant. Une grande majorité silencieuse est de cet avis et a pris ses distances non pas vis à vis du spirituel mais de l'Eglise catholique."

    Des expressions comme celle-là, des cris de révolte dénonçant l'hypocrisie dans l’Eglise, nous en avons reçus… par centaines. Sont dénoncés aussi, dans le clergé, les amours mal vécues, les jeux de séduction amoureuse, l'appétit du pouvoir ou de l'argent. Autant de dérapages, autant de manques à gagner pour l'annonce de l'Évangile.

     

    L'Évangile garde toujours pour moi beaucoup de fraîcheur. C'est une parole qui nous fait vivre dans l'espérance et qui nous donne envie de participer à la vie du monde. Mais l'Eglise est en souffrance. Les "cadres" vieillissent et se durcissent. Les courants traditionalistes, portés par une idéologie quelque peu réactionnaire, tentent de déconnecter les chrétiens des questions posées par le monde d'aujourd'hui en leur proposant une spiritualité sécuritaire faite de sacré et de liturgie (en latin, si possible). Nous avons de sérieuses raisons de nous inquiéter et nous devons rester vigilants.

    Je me suis investi dans l’Eglise avec beaucoup de cœur pendant presque 30 ans. Aujourd’hui, je n'ai pas de haine mais une grande déception. Le fonctionnement même de l’institution enferme beaucoup trop de prêtres dans l’hypocrisie, souvent contre leur gré. Je pense à H. et à F qui sont venus nous voir cet été. H. est prêtre, avec une importante responsabilité dans son diocèse. F. est sa compagne depuis plusieurs années. Son évêque, qui est au courant de la situation, lui a simplement dit : « Pas de vagues… ». Nous sommes ici dans le registre du « pas vu, pas pris » qui disqualifie ceux qui se réclament de l’Evangile, parole de vie et parole de vérité. Combien sont-ils à vivre ainsi, à la fois tiraillés entre leurs deux passions et conscients qu’ils imposent à leur compagne de rester dans l’ombre alors que, quand on aime, on aspire au grand soleil ?

     

    Qu’y a-t-il lieu de faire ?

    Il nous faut surtout continuer à garder la foi et à nous donner des moyens pour entretenir cette foi.

    Il nous faut continuer à participer à une Eglise proche des gens, telle que Vatican II l’a souhaité.

    Il nous faut résister à tous ces courants conservateurs qui abusent de notre générosité et qui étouffent la vraie flamme de l’Evangile.

    Il nous faut aussi libérer la parole au sujet de ces situations de souffrances que vivent tant de prêtres et de compagnes de prêtres. Les responsables de l’Eglise font la sourde oreille sur la question. Nous devons nous faire entendre. Alors, si vous êtes vous-mêmes concernés ou si vous êtes témoins de telle ou telle situation, prenez un moment pour témoigner. Et si vous connaissez quelqu’un qui est concerné, proposez-lui de témoigner. La discrétion à tous les nivaux sera préservée. 

    Vous pouvez nous écrire, comme vous pouvez prendre contact avec Dominique Venturini (Cigalon - rue du Serpolet - 84160 Lourmarin, venturinid@wanadoo.fr). Elle est responsable de l’association « Plein Jour », une association de soutien aux femmes qui sont désemparées face à l’amour impossible avec un prêtre et qui se battent pour l'abolition de la règle du célibat dans l'Eglise catholique romaine. 

    http://plein-jour.eu

     

    Après le « parcours du combattant », c’est le temps du « parcours du militant »…

    Marga se joint à moi pour vous redire toute notre amitié.

    Nous vous souhaitons beaucoup de petits bonheurs tout au long de cette nouvelle année."

     

    Léon LACLAU

     

    Lire le livre de Léon LACLAU"Pour l'amour d'une femme, privé d'Eglise".  

     

     

    ___________ Voir aussi ci-dessous  tous les commentaires écrits par les lecteurs...  débat et échanges très intéressants !!

    (cliquer sur "Commentaires")

     

     

    Être un bon parent, un parent adulte, c'est quoi ? Je dresse la liste des comportements positifs et constructifs d'un parent responsable.


    -Users-Anne_Chloe-Desktop-253221SDC.jpgBonjour à tous et toutes,

    Je voulais depuis un moment faire un article sur les bons parents, sur les mauvais et les moyens. Je provoque volontairement car je sais qu’aussitôt, certains vont me dire qu’il n’y a pas de bons parents ni de mauvais. 

    Alors je vais tout de suite donner le ton. J’ai vu encore ce matin, en roulant dans mon taxi, une petite fille de six ans non attachée, à l’arrière d’une voiture conduite par une femme. 

    Il y a quelques jours encore, j’ai stoppé net de colère quand j’ai vu à l’avant d’une voiture en marche un bébé debout sur les jambes de sa mère. Ce bébé de quelques mois était appuyé sur le devant intérieur, au-dessus de la boîte à gants, donc juste près du pare-brise. Vous allez me faire croire que ce ne sont pas de mauvais parents ? Qu’ils sont juste négligents ? C’est bien cela le problème !! Quand je vois en sillonnant la ville des bébés l’été sans chapeau... et l’hiver sans bonnet, ça me donne envie de ramoner les parents.

    Alors voilà, j’ai décidé de réfléchir et de faire une liste pour aider les parents à réfléchir eux-aussi.

    Que font les bons parents, les parents responsables et adultes ?-Users-Anne_Chloe-Desktop-BLD065652.jpg

    ILS............

    -attachent leurs enfants dans la voiture, même pour une courte distance,
    -veillent à les protéger du soleil et du froid, en leur mettant chapeaux, bonnets, crème solaire, lunette de soleil à la plage et sur la neige,
    -veillent à leur hygiène corporelle (cheveux, surveillance des poux, coupage d’ongles, mains propres et lavées régulièrement, dents brossées tous les jours),
    -Users-Anne_Chloe-Desktop-u21549466.jpg-proposent des horaires réguliers (repas, dodo, devoirs) et ne laissent pas leurs enfants veiller (jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de veiller),
    -sont conscient du fait qu’un enfant a besoin de dormir un certain nombre d’heures donc ils font en sorte que leur enfant se couche, en mettant en place un rituel : histoire à raconter, chanson, berceuse, calin, petite prière rassurante chassant les angoisses et les fantômes (à l’ange gardien, au Saint Esprit, au Créateur... pour ceux qui veulent),
    -connaissent les dangers domestiques et appliquent une surveillance adaptée à l’âge de l’enfant (le bain, les fenêtres, les médicaments, la table à langer, les cacahuètes, les petits objets risquant d’être avalés, les cordons, les colliers et les chaînettes risquant d’étrangler, les sacs plastiques risquant d’étouffer, les escaliers, les casseroles risquant de brûler),
    -vérifient l’eau du bain avant de baigner leur enfant (37 °C) et ne laissent jamais leur enfant seul dans le bain,
    -savent qu’il faut seulement trois secondes pour qu’un enfant se brûle au 3ème degré avec de l’eau à 60 °C (la peau des enfants est très sensible), 
    -testent la température du biberon avant de le donner à leur enfant et ne laissent jamais un enfant seul dans la cuisine,
    -ne fument jamais en présence de leur enfant et ne laissent pas d’allumettes et de briquets ni de bougies allumées à la portée de leur enfant,
    -ont conscience du danger des prises électriques, installent des cache-prises et apprennent à leur enfant à ne pas y toucher ni à jouer avec,
    -ne donnent pas de médicaments à l’enfant pour dormir et ne secouent jamais leur bébé parce qu’il pleure,
    -sont conscient du moment où ils peuvent déraper et savent se faire relayer, voire aider psychologiquement, lorqu’ils sentent qu’ils peuvent faire du mal à leur enfant par mal-être, malaise, fatigue extrême,
    -Users-Anne_Chloe-Desktop-pr91988.jpg-surveillent leur enfant sur les aires de jeux et veillent à ce que ses vêtements ne risquent pas de l’étrangler en jouant (ceintures, écharpes, cordons, colliers, chaînettes)... Des enfants sont morts ainsi sur une balançoire ou un toboggan),
    -ne laissent jamais un enfant seul dans une voiture ou près d’un point d’eau (piscine, lac, étang, mer)... Un enfant peut se noyer en quelques minutes, sans un bruit, même dans 20 cm d’eau,
    -ne laissent jamais leur enfant seul avec des animaux, mêmes familiers, et lui apprennent qu’un animal peut avoir des réactions inattendues et dangereuses, lui rappelant qu’on ne doit jamais surprendre un animal ni lui tirer les oreilles ou la queue ni approcher sa tête de celle de la bête,
    -ne fument jamais et ne boivent jamais en étant enceintes, étant conscientes des séquelles que va supporter le bébé (retard mental, petit poids, gros problèmes de santé, débilité, handicaps divers, asthme, leucémie, etc),
    -ne gâtent pas leur enfant et ne les adorent pas “matériellement” (en les couvrant de cadeaux au lieu de s’occuper d’eux, de jouer avec eux et de leur faire découvrir le monde),
    -n’étouffent pas leur enfant pour le programmer comme un clone (sur-investissement pathologique), en l’obligeant à faire des activités (musique, sport, jeu d’échecs, compétitions à outrance, “il faut que tu sois le meilleur”, “tu dois réussir”,etc),
    -laissent l’enfant rêver et lui apprennent à jouer seul, à écrire ou à lire, à retrouver les jeux de son âge, sans être dépendant de la télévision, de l’ordinateur et des jeux vidéos,
    -lui expliquent que le tri sélectif est important et qu’il peut le faire depuis tout petit (exemple : mettre la bouteille de lait vide dans le sac destiné à la poubelle verte),
    -apprennent à leur enfant à protéger la terre, à ne rien jeter par terre et dans la nature, à respecter l’eau, les rivières, la mer, à recycler les piles, à ne pas changer de portable tous les six mois, à utiliser du papier recyclé, à ne pas gâcher la nourriture,-Users-Anne_Chloe-Desktop-56381384.jpg
    -savent que l’enfant a besoin de limites et de règles claires encadrant le quotidien, gardant cette pensée à l’esprit que tout cela le sécurise et lui évite des angoisses, 
    -apprennent à l’enfant à respecter les autres, à pratiquer la politesse et l’entraide, mais aussi à savoir dire non aux adultes qui déraillent et à se protéger de leurs agissements et de leurs approches,
    -n’acceptent pas de garder des secrets de famille concernant leur enfant sans lui en parler (sur ses origines, sa venue au monde, sa conception, son adoption, ses frères et soeurs, même décédés, le décès d’un parent, les grands-parents, etc),
    -respectent l’amour et l’attachement de l’enfant à l’autre parent (père et mère), en se rappelant que chacun lui apporte un univers différent, ces deux univers faisant la construction de l’enfant,
    -ne se battent jamais devant leurs enfants (coups, insultes, menaces, conflits, etc),
    -Users-Anne_Chloe-Desktop-u13598153.jpg-essayent dans un divorce et une séparation de rester des parents dignes, en dehors des conflits du couple, et d’aménager la garde des enfants dans leur intérêt,
    -ne déménagent pas à l’autre bout de la France ou à l’étranger quand il y a divorce car l’autre parent n’a pas à subir cela, ni l’enfant,
    -ont le courage de protéger leur enfant si l’autre parent est dangereux (viols, maltraitance sur enfant, barbarie, attouchements sexuels, violences, etc) et préviennent dans ce cas les autorités, avec plainte déposée si nécessaire, sans avoir peur des représailles, sachant que des associations existent et peuvent protéger les familles en danger,
    -n’acceptent jamais, au grand jamais, que l’autre parent maltraite les enfants, les viole, les enferme, les frappe, les violente, 
    -ont conscience que l’enfant peut être détruit par des phrases de ce genre : “Quand mes filles sont venues au monde, elles ont tué ma vie. Elles auraient mieux fait de ne pas naître. Depuis, je n’ai que souffrance...”.. Dans ce cas-là, il vaut mieux que l’enfant parte dans une autre famille, une famille accueillante, une famille qui soutiendra l’enfant dans son évolution, son envie de grandir et qui lui donnera l’amour dont a besoin tout enfant pour se construire.

    -Users-Anne_Chloe-Desktop-hmt008.jpg_______ Voilà, je crois que tout parent peut être un bon parent. S'il ne l'est pas, il peut le devenir, en sortant de l’ignorance, en s’informant, en se disant que devenir un parent adulte, cela s’apprend... en demandant conseil, en parlant, en sollicitant de l’aide, en lisant des livres sur le sujet, en appelant l’École des Parents pour se faire aider, soutenir, accompagner, en se faisant aider sur le plan psychologique pour parfois dépasser et régler un passé d’enfance personnelle douloureuse. Je crois que parfois un bon parent peut aussi déraper... dans un des 
    points évoqués ci-dessus, mais dans certains cas, il faut être conscient que c’est la mort ou l’accident (quand il suffit d’une seconde pour que l’enfant se noit), voire une maladie grave qui est risquée dans la négligence ou l’incapacité (par exemple, dans l’addiction à la cigarette en étant enceinte ou devant l’enfant présent).

    Voilà, peut-être pourrais-je aider un peu avec cet article. -Users-Anne_Chloe-Desktop-sf_n7z8427.jpg

    Si vous avez d’autres idées ou des remarques à faire sur cet article, n’hésitez pas ! Je les rajouterai à ma liste.

    Avec mes meilleures pensées à tous et toutes.

    Chloé LAROCHE

    01/06/2009

    Ma fille est en fugue depuis une semaine. Mon récit de maman face à cette situation. Rencontres avec la police et appel au 116 000, numéro créé pour les enfants disparus et les fugues. Ma réflexion aussi sur le divorce et les sans-papiers.

    CAJ0015.jpgBonjour à tous et toutes,

    Ce n’est pas facile pour moi aujourd’hui de venir écrire ce que j’ai à vous dire, mais je me dis qu’un écrivain, c’est comme un chanteur ou un acteur de théâtre. Il doit continuer d’écrire comme ces derniers continuent de chanter ou de jouer leur rôle sur scène, même quand ils vivent quelque chose de difficile. Donc j’écris aujourd’hui pour porter un témoignage pour d’autres parents et peut-être aider d’autres familles dans ce cas-là, vivant la fugue d’un enfant, d’un adolescent.

    Ma fille est en fugue depuis une semaine. Elle a été déclarée immédiatement à l’Hôtel de police.

    J’ai appelé aussi le 116 000, numéro concernant les disparitions d’enfants ainsi que les fugues. Une dame m’a écoutée et a pris tous les renseignements. Elle m’a dit qu’un juriste de leur équipe allait me rappeler.

    Il l’a fait dès le lendemain. Il m’a donné quelques conseils, notamment celui de chercher à savoir si ma fille a bien été inscrite au Fichier des Personnes Disparues. Puis, de demander de la localiser au portable, pour savoir si elle est toujours dans la région ou si elle partie. “Nous ne pouvons l’exiger, car c’est le Procureur qui prend cette décision. Les policiers ne peuvent prendre la décision seuls. Et sachez que ce n’est pas comme dans les films : on ne localise pas quelqu’un au numéro et à la rue mais au quartier et à la ville.”

    AA026170.jpgLe jour même, je me rends à l’Hôtel de Police où j’arrive à l’accueil. “Bonjour Monsieur. Je suis attendue au Service des fugues..” -”C’est quoi ça ?” me répond un jeune policier, qui soutient mon regard et écoute ma réponse de façon peu avenante et froide. “Allez vous asseoir, je vais appeler.”

    Je monte ensuite à l’étage, attendue par un policier du Sercice des fugues.
    -"Bonjour Madame, asseyez-vous, qu’est-ce qui vous amène ?
    -C’est pour ma fille qui a fugué. Mais vous devez être au courant...
    -Non, pas forcément, car c’est la Brigade des mineurs qui a dû prendre votre première déclaration.
    -J’ai amené des photos et des informations pouvant vous aider. Et puis, je voudrais savoir si vous avez inscrit ma fille au Fichier des Personnes Disparues...
    -Votre fille est-elle coutumière du fait ? A-t-elle déjà fugué ?
    -Oui, Monsieur.
    -Dans ce cas-là, on ne l’inscrira pas. Parce que nous n’avons pas envie de l’inscrire pour la désinscrire. Car ensuite il faudra encore la réinscrire pour la désinscrire. Non, Madame. Elle est coutumière du fait.
    -Et pour le portable ? Ferez-vous une recherche pour la localiser ?
    -C’est la même chose. Et puis votre fille, elle doit être par là. Elle n’aura pas quitté la ville...
    -Qu’en savez-vous ? Elle est déjà partie à Marseille avec une copine. Nous sommes allés la chercher à Lyon, d’où la police nous a appelés, car elles ont été interceptées dans un train.
    -De toute façon, à mon niveau, je ne prends pas cette décision et je ne pense pas qu’on le demande. Votre fille a fugué, elle n’a pas été enlevée... Elle n’est pas en danger comme d’autres qui disparaissent.
    -..........
    -Je suis désolé, Madame.”

    imm024_23A - copie.jpgJe quitte l’Hôtel de Police.

    Décontenancée, je rappelle le soir-même le 116 000. Un monsieur écoute mes doléances et me dit qu’il va essayer de joindre le juriste, lequel me rappelle dans l’heure.1891453218.jpg

    -"Madame, vous êtes tombée sur un policier incompétent. Nous avons l’habitude. Cela arrive parfois. Mais ne baissez pas les bras. Ils n’ont pas le droit de vous refuser l’inscription au Fichier des Personnes Disparues. Vous allez y retourner demain matin et vous tomberez sur quelqu’un d’autre. Avec un peu de chance, cette nouvelle personne saura vous aider.
    -Merci beaucoup, je vais faire ainsi.”

    SO001457.jpgLe lendemain, je retourne à la Police. Une charmante policière est à l’accueil . Mais j’attends un moment car un jeune couple est en démêlé avec elle, en la présence d’un enfant de quatre-cinq ans.

    C’est déchirant, car ils sont en désaccord sur le lieu où le père doit prendre son fils le jour même. Il insiste lourdement et tient tête à la policière qui fait de son mieux pour lui expliquer qu’il faut voir l’intérêt de l’enfant avant tout. Et l’intérêt de l’enfant est de ne pas voir ses parents se déchirer devant la police. Il était presque l’heure du repas et cet enfant ne savait même pas ce qui l’attendait.

    Quand les parents sont partis, l’enfant s’est agrippé à sa mère, en criant : “Je ne veux pas aller avec lui, je veux rester avec toi.”

    La mère est partie la tête basse, en retenant ses larmes. J’ai pleuré, très remuée de voir ça.

    La policière a dit : “On ne peut imaginer ce que les enfants endurent dans ces situations. J’en sais quelque chose. Mon fils est en analyse à l’âge de trois ans, après une séparation difficile.”

    Je tire mon chapeau à cette jeune policière qui a servi de médiateur et qui est restée impassible extérieurement.

    À l’accueil, elle gère beaucoup de situations et il lui faut beaucoup de cran.

    images.jpegQuant au sujet des séparations... et en pensant aux parents d’Élise, tiraillée entre la Russie et la France... je donnerais l’exemple de mon frère benjamin, qui a une fille au Québec. Quand il a divorcé avec sa mère, cette dernière est retournée au Québec avec leur fille, encore très petite. Mon frère a eu l’intelligence de laisser cette enfant vivre en paix avec sa mère. Il n’a pas fait d’enlèvement ni de pression. Il est allé la voir quand il pouvait et garde depuis un contact avec elle, en sachant qu’un jour sa fille passera du temps avec lui. Je pense qu’un enfant ne peut être balotté entre deux pays, entre deux personnes qui se déchirent. Un enfant a besoin de son père et de sa mère, mais dans certaines situations, peut-être vaut-il mieux que l’un pense à la paix de l’enfant, au fait qu’un enfant a besoin de stabilité, de repères... de voir que ses parents ne sont pas en guerre.images-1.jpeg

    Pour en revenir à mon problème et à ma fille en fugue... je suis reçue donc par une policière très compétente ce jour-là, dans un autre étage.

    Je lui explique ce qui se passe. La dame qui semble avoir de l’expérience me prend très au sérieux et me propose de rentrer les coordonnées de ma fille dans le Fichier des Personnes Disparues. Je suis soulagée. Elle accepte aussi ma demande de localisation de ma fille par son portable, en me disant que ça prendra un peu de temps, vu le week-end de la Pentecôte. Elle me dit que malgré tout, c’est moins inquiétant comme disparition que des jeunes qui disparaissent en laissant des menaces de suicide, comme dernièrement. Elle a essayé d’appeler ma fille sur le portable, mais sans succès.43133.jpg

    Cela fait une semaine aujourd’hui que ma fille est partie et elle raccroche à chaque fois que quelqu’un essaye de la joindre. Pour la première fois, elle refuse toute communication et échange verbal. Je lui ai envoyé des sms et des messages très gentils, lui demandant de revenir et de penser à ses cours du collège, à son avenir qu’elle met en péril, à sa situation de papiers pour laquelle je me bats et pour laquelle je passe en appel au mois de juin.

    Dernièrement, Rachel, venant du Cameroun et passant son bac, a reçu une OQTF (obligation de quitter le territoire français) le jour de ses dix-huit ans... comme Yvan, venu de Colombie. Ils étaient tous deux élèves au lycée Jules Ferry à Paris. Ils se sont alors battus comme des lions pour avoir leurs papiers, soutenus par le Réseau d’Éducation sans Frontières, par leurs professeurs, par leurs copains.

    Rachel et Yvan témoignent dans le film de Marion Stalens : "Invitation à quitter la France". Voir le lien : http://www.educationsansfrontieres.org/?article8293).


    Rachel exprime tout le bonheur qu’elle ressent d’avoir la chance d’être en France. Elle est heureuse de pouvoir être française et de se sentir accueillie par ce pays qu’elle aime. Elle veut faire des études pour être une grande avocate. Afin aussi de retourner en Afrique et d’aider les siens. Le fait d’avoir des papiers lui donne cette liberté de retourner dans son pays et lui enlève cette angoisse de devoir se cacher.

    Se cacher comme Rachel Ségal, qui était petite fille juive, et qui a été cachée par une famille française, pendant la Seconde guerre mondiale. “Ce que je vois aujourd’hui dans les expulsions d’étrangers, dit-elle dans le film, ressemble étrangement à ce que j’ai vécu. La loi du chiffre, la froideur devant des cas différents de familles vivant parfois depuis de longues années en France, des enfants nés en France et mis dans des charters. Des parents menottés, des pères embarqués laissant leur famille derrière eux. Des jeunes couples séparés. Il faut réagir quand on atteint l’intolérable.”

    Voilà, je pense à ma fille et j’attends qu’elle revienne, un poids dans le coeur... énorme.imm024_23A.jpg

     

    Je t'aime, ma fille, et depuis l'Afrique où nous nous sommes vues pour la première fois il y a six ans, un arc-en-ciel d'amour nous unit. Je comprends que tu cherches ton autonomie mais tu as encore besoin de ta famille, de nous, de suivre tes cours... et nous aussi, nous avons besoin de savoir où tu es et de te voir.

    imm005_4A - copie.jpgTon petit frère te demande et est inquiet comme nous tous.

     

    Chloé LAROCHE

     

    Commentaires :

    Je suis heureuse car ma fille a été retrouvée ce matin. Elle a fugué durant onze jours. Je suis soulagée. Elle va bien. Merci pour votre soutien. Chloé L

    Ecrit par : Chloé Laroche | 06.06.2009

     

    ___________________ À propos du numéro 116 000 :

    Voici un extrait de l’article d’Aurélie BEAU -lu sur www.lyon-webzine.com-concernant le 116 000 : “Maintenant, toutes les victimes de disparition d'enfants en Europe ont un numéro commun : le 116 000. Il est gratuit, disponible 24h/24, 7 jours sur 7 et valable dans dix pays de l'union européenne : la Belgique, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Italie, les Pays Bas, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Slovaquie. Maintenant, tous ces pays sont reliés en réseaux et mettent leurs compétences en commun en cas de disparition. Le 116 000 propose plusieurs services. C'est tout d'abord une écoute et un soutien pour les familles. C'est aussi et surtout un accompagnement dans les démarches judiciaires et administratives. Parfois, les familles se retrouvent désemparées. Les bénévoles de SOS Enfants disparus sont formés pour les aider et les conseiller. C'est que la situation devient inquiétante. Le nombre de disparitions d'enfants en France a nettement augmenté en 2008. On note 48 277 inscriptions de mineurs au fichier des personnes recherchées, plus de 47 000 fugues, 855 disparitions inquiétantes, 360 enlèvements parentaux. Le nombre d'appel à SOS Enfants disparus a augmenté de 6,35% par rapport à 2007. L'association a traité 1741 appels en 2008, 7421 en quatre ans.” (extrait du site http://www.lyon-webzine.com/societe/event-4634-116-000-alerte-en...disparus.html)_________________________

     

    Soyez fortes les mamans, je sais que c'est très difficile mais elles vont revenir !!!!! et pour les enfants, je vous dis : reste près de ta maman le plus longtemps possible car quand elle sera plus là, tu vas regretter !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! croyez-moi !

    Ecrit par : elisa | 26.06.2009

    ___________________________________________

    et même, ça ne se fait pas de laisser sa maman comme ça !!!!! c'est si bon UNE MAMAN que le bon dieu en a voulu UNE !!!!! garde toi ça dans la tète

    Ecrit par : elisa | 26.06.2009

    ___________________________________________

     

    ça, c'est pour les mamans. Peut-être que si les enfants partent c'est parce qu'ils en ont marre et peut-être que vous ne les laissez rien faire ou..... je ne sais pas, je ne connais pas la famille de tout le monde. Mais je crois qu ils partent et ils se disent : je vais la faire souffrir, comme elle ne me laisse rien faire, je vais partir faire ce que je veux, et elle va se rendre compte que j'en ai marre de son attitude avec moi...

    Ecrit par : elisa | 26.06.2009

     

    ___________________________________________ Réponse de Chloé :

     

    Élisa, merci beaucoup pour vos trois commentaires de ce matin. 

    La différence entre la fugue d'un enfant et celle d'un adolescent est grande. Je l'ai compris par la réaction de la police et par les explications de certains sites psy. Une fugue à dix ans ou seize ans (comme ma fille) n'a pas le même poids, et puis il y a aussi des milliers de raisons à une fugue. Certains fuguent pour une rencontre sur internet (là, il y a des raisons de s'inquiéter !), ou parcequ'ils sont violés et maltraités (et là, on peut se poser la question de ce fait dans la fugue d'une jeune enfant), ou parce qu'ils se mettent volontairement en danger pour se prouver qu'ils sont grands (une sorte d'initiation au moment de l'adolescence), ou parce qu'ils étouffent comme vous dites et qu'ils veulent connaître la liberté de tout pouvoir faire (mais on est vite limité, en tant que fugueur... quand on s'aperçoit qu'on est obligé de se cacher et qu'on ne peut avancer sans argent, sans nourriture et sans toit)... ou ils fuguent parcequ'ils en ont marre du collège, des contraintes, des devoirs, des règles, de l'hygiène, du monde tel qu'il est. La fugue de ma fille l'a fait réfléchir. De mon côté, en tant que maman, douze jours sans savoir où elle était, c'est très dur. J'avais l'impression que ma vie était en arrêt, un poids dans le coeur. Beaucoup d'inquiétude et aussi le vide du silence total. On ne sait pas quand on va revoir notre enfant. C'est l'inconnu total. On imagine le pire, on ne sait avec qui il est, chez qui il dort, si on ne lui fait pas de mal. La fugue est une épreuve pour les parents. Quand ça dure douze jours, c'est difficile, mais je pense aux parents qui n'ont jamais revu leur enfant, ou bien au bout d'un an... C'est le cauchemar. Un trou béant dans le coeur. Le néant qui parasite la vie. Si vous êtes un jeune en fugue et que vous me lisez, donnez des nouvelles à vos parents (mail, sms, appel, message, lettre) ou appelez un ami proche de la famille pour dire que vous êtes en vie, que tout va bien pour vous, que vous rentrerez bientôt, que vous vivez cette expérience comme une nécessité mais que vous aimez vos proches. Et puis... si vous êtes partis parce qu'il se passe des choses inacceptables dans votre famille, alors ne restez pas seul avec ça. Parlez-en à la police, aux associations d'aide aux Victimes : elles font des permanences dans les commissariats. Appelez le 119, numéro où vous pouvez tout dire, tout raconter de ce que vous vivez et ils vous aideront. Mille pensées. Chloé Laroche

    Ecrit par : Chloé Laroche | 26.06.2009

    ________________________________

     

     

    bonjour

    j'ai été très touchée par vos messages, car je subis en ce moment cette situation. Ma fille (vient d'avoir 18 ans) elle est partie avec une copine à Paris (nous sommes de Bordeaux) on ne sait où elles sont exactement .....!
    juste qu'elles avaient préparé leur départ : des copains à elles (sur internet) leur ont trouvé soit disant un appartement, ...elle m'envoie un texto le soir pour me dire que tout va bien.....mais nous sommes dans l'angoisse tous les jours.......J'espère qu'elle va se raisonner et revenir..

    MERCI

    Ecrit par : chenu | 12.09.2009

     

    ___________________________________

    Bonjour et merci de votre commentaire laissé aujourd'hui sur mon blog. J'espère que votre fille va revenir vers vous. Dans votre cas, elle est majeure et peut, par cette décision de s'installer à Paris, vouloir montrer qu'elle souhaite devenir autonome et qu'elle peut se débrouiller seule. Après, il est certain qu'elle peut tomber sur de mauvaises fréquentations mais là, il faut en fait lui faire confiance. Si elle a de la réflexion, de la jugeotte comme on dit et que vous la connaissez débrouillarde et apte à se défendre psychologiquement, alors vous pouvez être sereine. Quand j'ai eu dix-huit ans, mes parents ont fait le contraire que la situation que vous me dépeignez. Ils sont partis vivre sur l'île de la Réunion, nous laissant seuls avec mon frère en France, un frère de 17 ans. J'ai dû travailler tout en finissant mes études et apprendre à gérer ma vie seule. Nous sommes restés sans les revoir durant deux années. Ils sont rentrés mais nous ne sommes jamais retournés avec eux. Nous étions devenus des adultes autonomes, aptes à choisir et à diriger notre vie. Nous avons rencontrés des difficultés, des privations, des embuches, de mauvaises gens voulant profiter de notre naïveté de jeunes, mais nous nous sommes sortis de tout.

    Faites confiance à votre fille et pensez que vous avez au moins un sms tous les soirs. C'est déjà ça, bien que ce ne soit pas satisfaisant pour une maman inquiète, je sais bien.

    Je profite de vous répondre pour rappeler les règles de sécurité qu'a donné Madame Brigitte SIFFERT, Directrice départementale de la sécurité publique à Châteauroux, ville où a été enlevée une jeune fille de 17 ans sauvée in extrémis. 

    Voici son commentaire et ses recommandations :

    "Cette jeune fille a eu beaucoup de chance. C'est le résultat d'un énorme sang froid de sa part et aussi d'une très belle collaboration entre services de police. Selon les premiers éléments de l'enquête, Amélie n'aurait pas subi de violences pour monter dans la voiture. Les deux individus ont utilisé une ruse, disant apparemment qu'ils travaillaient pour l'Unicef et qu'ils avaient besoin d'un coup de main. La jeune fille, peut-être un peu naïve, n'a rien vu venir. Elle n'était pas préparée à ce genre de chose et n'a pas su dire non. ATTENTION : Ne jamais monter dans une voiture avec un inconnu."

    Alors que ce genre d'affaires, aux issues parfois bien plus dramatiques que celle-ci, se multiplie ces dernières semaines, la commissaire principale Brigitte SIFFERT rappelle quelques consignes de base : 

    Que faire si l'on est accosté par quelqu'un en voiture ?
    "Que l'on soit un garçon ou une fille, il ne faut JAMAIS monter dans une voiture avec un inconnu. Quelque soit le prétexte invoqué. Encore plus si la personne dit être en détresse ou mourante car ce type d'agresseur profite de la crédulité des jeunes pour faire d'eux une proie. A Châteauroux, qui est pourtant une ville très tranquille, la jeune fille ne doit son salut qu'à l'incroyable chance qu'elle a eu de pouvoir communiquer avec son téléphone". 
    Que faire si la personne insiste ? 
    "Il faut prévenir ses parents, faire du bruit, crier, courir... tout ce qui peut faire attirer l'attention sur vous". 
    Les jeunes filles doivent-elles se méfier d'autres types de situation ?
    "Il faut toujours se méfier des inconnus. Et je recommanderai aux femmes d'éviter de se trouver seules dans des endroits isolés, comme de faire un footing en forêt". 
    Quand les parents doivent-ils parler de ce genre de risque à leurs enfants ? 
    "Le plus tôt possible. Dès qu'ils sont en âge de comprendre en fait. Quitte à dramatiser un petit peu les faits Ce qu'il faut aussi, c'est leur parler de faits réels qui sont arrivés pas loin de chez vous. Et de bien expliquer que cela n'arrive pas qu'aux autres, malheureusement".  

    Recevez mes meilleures et sincères salutations.

    Chloé Laroche

    Ecrit par : Chloé Laroche | 12.09.2009

    28/05/2009

    Que votre soleil éclaircisse l'ombre ... La solidarité en Isère avec des familles en menace d'expulsion de France, des infos sur le RÉSEAU D'ÉDUCATION SANS FRONTIÈRES de Grenoble et un témoignage sur le numéro 116 000, pour les enfants disparus.

     

    Bonjour à tous et toutes,

     

    images-3.jpegJe vous transmets aujourd'hui des informations concernant le Réseau d'Éducation sans Frontières de Grenoble, avec des appels à signer deux pétitions, ainsi que deux appels à être présents nombreux pour des convocations au Tribunal Administratif de Grenoble, les 29 mai et 11 juin, afin de soutenir deux familles de l'Isère.arton4633.jpg

     

    Il y a aussi une rencontre-concert ce samedi 30 mai à la salle Antigone, rue des Violettes à Grenoble, pour une soirée de soutien à RESF, le Réseau d'Éducation sans Frontières, avec la présence des groupes "Coeurs Gloutons" et "Melocotón".

    J'y serai et j'espère que vous viendrez nombreux soutenir l'action de RESF, ce réseau qui aide et accompagne des dizaines, des centaines de familles qui souffrent, dans l'angoisse de l'expulsion de toute la famille ou bien de l'un des parents... Ce sont aussi des enfants qui souffrent de devoir quitter brutalement un pays où ils sont nés, un pays où ils ont leur place à l'école, un pays qui s'appelle la France.FVL072.jpg

     

    C'est en se soutenant et en étant solidaire que le monde peut avancer et bouger, que des personnes isolées sentent qu'elles ne sont plus seules et qu'un groupe de personnes solidaires est là pour les soutenir.images-5.jpeg

     

    La solidarité prend mille formes. 

     

    Je souhaite vous parler d'une de ces solidarités...

     

    116000affiche_20090525.jpgUn numéro s'est mis en place dernièrement. C'est le 116 000. Je l'ai appelé ce matin. Il concerne les familles dont l'enfant ou l'adolescent a disparu. Il concerne aussi les fugues. Je souhaite témoigner pour que d'autres familles sachent à quoi sert ce numéro. Une personne m'a écoutée, a pris et noté tous les renseignements, m'a donné des conseils et m'a dit qu'ils me rappelaient dans les deux jours, délai qu'ils se sont fixé pour rappeler les familles. Ils proposent aussi une aide psychologique dans les cas nécessaires afin d'aider les parents dans l'angoisse et l'attente de retrouver leur enfant.

     

    Voici un extrait de l’article d’Aurélie BEAU -lu sur www.lyon-webzine.com- concernant le 116 000 : “Maintenant, toutes les victimes de disparition d'enfants en Europe ont un numéro commun : le 116 000. Il est gratuit, disponible 24h/24, 7 jours sur 7 et valable dans dix pays de l'union européenne : la Belgique, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Italie, les Pays Bas, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Slovaquie. Maintenant, tous ces pays sont reliés en réseaux et mettent leurs compétences en commun en cas de disparition. Le 116 000 propose plusieurs services. C'est tout d'abord une écoute et un soutien pour les familles. C'est aussi et surtout un accompagnement dans les démarches judiciaires et administratives. Parfois, les familles se retrouvent désemparées. Les bénévoles de SOS Enfants disparus sont formés pour les aider et les conseiller. C'est que la situation devient inquiétante. Le nombre de disparitions d'enfants en France a nettement augmenté en 2008. On note 48 277 inscriptions de mineurs au fichier des personnes recherchées, plus de 47 000 fugues, 855 disparitions inquiétantes, 360 enlèvements parentaux. Le nombre d'appel à SOS Enfants disparus a augmenté de 6,35% par rapport à 2007. L'association a traité 1741 appels en 2008, 7421 en quatre ans.” (extrait du site http://www.lyon-webzine.com/societe/event-4634-116-000-alerte-en...disparus.html)_______________________________________

     

     

    images.jpegJe vous souhaite à tous

    “tout le bonheur du monde

    Pour aujourd'hui comme pour demain

    Que votre soleil éclaircisse l'ombre

    Qu'il brille d'amour au quotidien”.

     

    Merci à Sinsemilla pour cette chanson.

     

    Chloé LAROCHE

     

    PS : N’oubliez pas de lire les informations que je donne ci-dessous pour le réseau RESF à Grenoble, car il y a le 30 mai et le 29 mai... à ne pas oublier !!

     

     

     

    moton6.png_________________________ INFOS DONNÉES SUR LE SITE : http://www.educationsansfrontieres.org

    --------------------------------------

     

     

    Le 29 mai à 11 heures : Passage au Tribunal Administratif de Grenoble pour une famille.

     

     

    “Venez soutenir cette famille au Tribunal Administratif de Grenoble qui a reçu une obligation à quitter le territoire français :

    Une famille originaire de Mongolie, arrivée en France en avril 2007, avec deux enfants de 7 et 15 ans -enfants scolarisés à l'école Jules Ferry et au collège Vercors passe au Tribunal Administratif ce vendredi 29 mai à 11 heures pour une OQTF.

    Les collectifs Jules Ferry et Abbaye comptent sur votre soutien.”

      

    Pour le collectif Jules Ferry.

    Le mardi 26 mai 2009.

     

    _________________________________________________

     

    images-1.jpegSamedi 30 mai de 19 h 30 à 22 h 30 : soirée de soutien à RESF à Antigone.

     

    “Vous voulez savoir ce qu’est le Réseau Education Sans Frontières ? 

    Venez nous découvrir dans ce superbe lieu qu’est Antigone.

     

    Soirée de soutien au Réseau Education Sans Frontières

    à Antigone, le samedi 30 mai :

     

    Nous aborderons au cours de cette soirée la problématique des sans papiers : qui ils sont, leurs difficultés et notamment le rôle que peuvent jouer les citoyens et les différents collectifs de soutien. La soirée s'articulera autour de documentaires et des plages d'information, de débats et de moment musicaux.

     

    19h30  : projection du documentaire : "Invitation à quitter la France" de Marion Stalens (52 min)

    20h30 - 21h30 : information / débat autour du film : 

    21h30 - 22h30 :  concert des Coeurs Gloutons / Melocotón

     

    À cette occasion vous pourrez aussi acheter la compilation de soutien à RESF 38 qui regroupe 17 groupes grenoblois.

     

    ADRESSE :  22, rue des Violettes, 38100 Grenoble

     Tram C, arrêts "Vallier-Catane" ou "Dr Calmette"

     06 86 32 26 58 / 04 76 99 93 23

    www.bibliothequeantigone.org

     

    Le documentaire "Invitation à quitter la France" de Marion Stalens (52 min) : Rachelle est camerounaise. Ivan est colombien. Tous deux sont élèves de terminale au Lycée Jules Ferry à Paris. Le jour de leurs dix-huit ans, alors qu’ils s’apprêtent à passer leur bac, ils reçoivent des autorités préfectorales  une « Invitation à quitter le territoire français » et deviennent du jour au lendemain des « sans papiers » passibles d’expulsion. Amis, professeurs et parents d’élèves se mobilisent autour d’eux pour faire face à cette menace. Au plus près des lycéens et de leur entourage, Marion Stalens la réalisatrice a suivi pendant plusieurs mois le parcours du combattant des deux jeunes gens. Au-delà d’une chronique dont les évènements se  déroulent au plus fort des expulsions  de l’été 2006,  le film permet d’observer l’émergence de nouvelles formes de solidarité dans la société française.  

     Plus d'infos :  http://www.educationsansfrontieres.org/?article8293

     

    Les Coeurs Gloutons, ce sont 8 voix, réunis autour de l'accordéon de Guillaume Paul, qui égrènent leurs chansons à l'univers poétique, surréaliste et un tantinet libertaire... Un ensemble qui ne manque pas d'originalité. Ils vont jusqu'à inventer des langues nouvelles, comme le latin moderne ou le yaourt bulgare !

     

    Plus d'infos : http://www.voxinternationaltheatre.fr/vox/glou/gloutons.h...

     

    Melocotón Melocotón est un sextette a capella qui explore l'étendue des possibilités vocales à travers des compositions et des arrangements originaux de chansons et de standards, dans une ambiance jazz parfois teintée de folk music ou de sons electros. Improvisations, beatbox, chants diphoniques, imitations d'instruments rythment nos morceaux, parfois connus mais toujours revisités de façon étonnante ...”.

     

    Plus d'infos : http://www.melocotonvocalproject.com/

     

    _________________________________________________images-4.jpeg

     

    YPL027.jpg11 juin 2009 : passage au Tribunal Administratif pour la famille LE.

     

    “Cette famille a besoin d’un soutien fort, ils passent au TA de Grenoble bientôt.

    La famille LE passe au Tribunal Administratif de Grenoble le 11 juin 2009 à 12 heures, venez nombreux !!

     

    Pour en savoir plus sur la famille et son histoire :

     

    En France depuis plus de 10 ans cette famille risque très bientôt l’expulsion. Ils sont en France depuis longtemps, ils ont une petite fille scolarisée et même des promesses d’embauche mais cela ne suffit pas ! Mr et Mme LE et leur fille Jade  ne doivent pas être obligés de quitter le territoire français.

    Les familles viennent en France pour différentes raisons, mais elles ont en commun de ne pas avoir d’autres choix que de quitter leur pays pour vivre dans des conditions dignes.

    C’est en 1999, il y a 10 ans, que Monsieur LE est arrivé en France après avoir quitté le Vietnam, son pays où il n’arrivait plus à faire vivre sa famille de son métier de pêcheur.

    Séparé de sa femme et de son enfant, il a tout tenté pour regrouper sa famille, et c’est en  2004 qu’ils ont pu se retrouver.

    À partir de là, Madame et Monsieur LE n’ont eu  qu’un  souhait, celui  de pouvoir construire en France un avenir meilleur à leur fille Jade. Depuis, ils n’ont cessé de faire les démarches nécessaires à leur régularisation.

    Scolarisée depuis 5 ans en France, Jade c’est admirablement intégrée. Les  enseignants de son école sont satisfaits  de ses résultats, et elle maîtrise parfaitement la langue française.

    Pour construire l’avenir de leur famille, Monsieur et Madame LE ont cherché  un contrat de travail. Aujourd’hui c’est chose faite, ils ont trouvé un employeur prêt à les embaucher, mais ils ont reçu une réponse négative à leur demande de titre de séjour et on leur demande de quitter le territoire avant le 5 février 2009.

    Pourquoi détruire leur avenir, construit avec tant de persévérance ?

    Il est temps après dix ans d’incertitudes et d’angoisse que cette famille puisse vivre dans la dignité et le respect des droits humains en France.”

    Merci de signer la PÉTITION concernant la famille LE :

    http://www.educationsansfrontieres.org/article17758.html

     

    _________________________________________________OS47027.jpg

     

    YPL024.jpgSoutien à une femme et 3 enfants qui risquent l’expulsion !!!

     

    PÉTITION à signer : 

    http://www.educationsansfrontieres.org/article19844.html

     

    “En France depuis 2007, cette jeune infirmière de 30 ans a fuit la violence que l’on exerçait sur elle en Algérie. Elle a bravé l'interdit pour protéger ses enfants alors âgés de 3 ans et demi,  1 an et de son bébé à naître.             

    Elle a trouvé refuge auprès de la seule famille qui ne se soit pas détournée, sa soeur en Isère. Maintenant elle voudrait pouvoir vivre en liberté, finir ses équivalences professionnelles qui lui permetront d'exercer le métier d'infirmière en France et pour cela obtenir un titre de séjour qui lui assurera une réelle protection.

    Si elle retourne en Algérie elle ne bénéficiera d'aucun appui, bien au contraire ! Personne depuis deux ans dans sa famille ne s'est soucié de ce qu'elle devenait ainsi que ses enfants.

    Les lois de la République doivent protéger les 3 petits garçons qui courent un réel danger s'ils sont expulsés ! Nawel doit être régularisée afin d'offrir un foyer sûr à ses enfants !”

    Merci de signer la pétition pour elle :

    http://www.educationsansfrontieres.org/article19844.html

     

    _________________________________________________

     

     

     

     

     
    Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
    high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu