Avertir le modérateur

15/09/2011

J'écris pour les nouveaux professeurs des écoles recrutés après le Master et jetés sans savoir nager en pédagogie pour assurer 27 heures de cours de la Maternelle au CM2.

professeur des écoles,iufm,instituteur,école maternelle,école primaire,formation,actualité,éducation nationale,master,maîtriseBonjour à tous et toutes,

 

Il est étonnant de constater que notre État, l'État français, semble faire des économies sur des domaines comme l'Éducation.

 

Je dis "semble" car il semblerait que ce soit le cas, malgré que je sois obligée de me pincer pour y croire.

 

Les professeurs des écoles sont maintenant jetés dans les classes sans formation comme auparavant, avec pour tout bagage et passeport pédagogique leur seule jugeote et leur appréciation de la situation.professeur des écoles,iufm,instituteur,école maternelle,école primaire,formation,actualité,éducation nationale,master,maîtrise

 

professeur des écoles,iufm,instituteur,école maternelle,école primaire,formation,actualité,éducation nationale,master,maîtriseOn recrute les nouveaux professeurs des écoles (anciennement on disait "instituteurs"), en fin de maîtrise, avec des années d'études universitaires à leur actif, et même parfois des ingénieurs… à défaut d'accepter les Bacs + 2, Deugs, Licences et autres personnes motivées à devenir instituteurs et à se former correctement.

 

Pour devenir professeur des écoles, il faut désormais depuis 2010 un Master ou Maîtrise. 

 

 

Le master est un diplôme qui se prépare après la licence, en quatre semestres.professeur des écoles,iufm,instituteur,école maternelle,école primaire,formation,actualité,éducation nationale,master,maîtrise

 

Comptons donc quatre à cinq années d'université, sans aucun contact avec des enfants, et plongeons après concours réussi, dans une classe de 25 à 30 enfants, pour 27 heures de cours à assurer de la Maternelle au CM2.

 

professeur des écoles,iufm,instituteur,école maternelle,école primaire,formation,actualité,éducation nationale,master,maîtriseIl est absolument inconscient de laisser des enfants entre les mains de personnes n'ayant pas été formées à la petite enfance, à l'enfance et à la pédagogie. Autrefois, les futurs instituteurs bénéficiaient d'une formation en chant, musique, danse, pédagogie, tenue d'une classe, et avaient des modules sur chaque matière à enseigner comme les maths et le français. professeur des écoles,iufm,instituteur,école maternelle,école primaire,formation,actualité,éducation nationale,master,maîtrise

 

Ils avaient des stages avec accompagnement et possibilité de corrections des défauts. Ils se confrontaient les uns aux autres et partageaient leurs questionnements, doutes et progrès.

 

professeur des écoles,iufm,instituteur,école maternelle,école primaire,formation,actualité,éducation nationale,master,maîtriseAujourd'hui, ils sont dès la première année, après la réussite de leur concours, professeurs-stagiaires mais en responsabilité d'une classe immédiatement et à plein temps. Ils ont un tuteur chargé de les aider. Mais en sachant que le tuteur est souvent pris lui-même par un travail important de professeur, les nouveaux professeurs des écoles se retrouvent très souvent livrés à eux-mêmes, jetés par le Ministère de l'Éducation Nationale dans la rivière sans savoir nager.professeur des écoles,iufm,instituteur,école maternelle,école primaire,formation,actualité,éducation nationale,master,maîtrise

 

Nous faisons donc des économies sur le dos de nos enfants, pour compenser ce que l'État français a su redonner aux plus riches des Français.

 

Et nous regardons lâchement le travail de sape et de destruction des meilleures structures françaises qui, comme les Tribunaux, se voient réduits à peau de chagrin et offerts à ceux qui ont les moyens de se défendre loin des tribunaux de proximité fermés à jamais.

 

professeur des écoles,iufm,instituteur,école maternelle,école primaire,formation,actualité,éducation nationale,master,maîtriseJe souhaite beaucoup de courage aux nouveaux professeurs des écoles et je leur dis de poursuivre leur solidarité ou de la construire en formant des groupes d'entraide et de solidarité pédagogique. C'est un métier qui s'apprend comme on apprend le métier de journaliste ou celui de médecin ou encore celui de coiffeur. Avoir détruit la structure d'études des professeurs des écoles, nommée IUFM, relève d'une pure folie.

 

Mais cette folie est si répandue qu'elle en est devenue douce.

La douceur étant parfois la pire quand il s'agit de la folie d'un système.

Car elle s'apparente au laisser-aller et à l'inconscience.

 

Chloé LAROCHEprofesseur des écoles,iufm,instituteur,école maternelle,école primaire,formation,actualité,éducation nationale,master,maîtriseprofesseur des écoles,iufm,instituteur,école maternelle,école primaire,formation,actualité,éducation nationale,master,maîtriseprofesseur des écoles,iufm,instituteur,école maternelle,école primaire,formation,actualité,éducation nationale,master,maîtrise

 

 

 

22/01/2009

Que le projet de suppression des écoles maternelles ne voit jamais le jour. Mon témoignage comme intervenante de musique dans les écoles maternelles et comme maman.

Le 22 Janvier 2009.

Blog visité 26444 fois depuis avril 2008.

 

images-3.jpegBonjour à tous et toutes,

 

Depuis quelques temps, j’entends une vague gronder et arriver sur toutes les écoles maternelles de France. 

Dans celle de mon fils aussi. 

On reçoit des tracts disant que l’école maternelle est menacée et par ailleurs j’entends Xavier Darcos, le Ministre de l'Éducation , qui a dit il y a quelques temps sur RMC Info et récemment sur France 2 que ce projet de suppression des écoles maternelles n’est pas d’actualité. Il dit que c’est une rumeur, un bobard.

Pourtant, cette vague gronde et les parents ont peur pour leurs enfants, car l’école maternelle est très importante pour eux. Elle apporte créativité et découverte de l’écriture, apprentissage de la musique, de la peinture, des travaux manuels, ainsi que découverte des sports, gym et activités de sorties diverses.

images.jpegJ’ai travaillé durant de nombreuses années en écoles maternelles comme musicienne intervenante à l’école, étant titulaire du fameux DUMI, le sésame des musiciens pour enseigner à l’école. J’y ai monté des projets musicaux, des spectacles sur les musiques du monde... avec des classes d’enfants de 3 à 6 ans. Vous ne pouvez imaginer ce que les enfants détiennent en eux d’imagination, de créativité, d’attention, de capacité d’apprentissage et de concentration.images-2.jpeg

Je défends du fond du coeur les écoles maternelles et je rends hommage aux instituteurs qui font un travail remarquable. Les instituteurs, que j’ai appris à connaître depuis 1984, date de mon premier travail en école maternelle... dans le Quartier de la Villeneuve de Grenoble... développent des trésors d’éducation, d’apprentissage, d’idées diverses pour stimuler les enfants dans leur évolution, dans ce rôle de tuteurs pour des petits arbres qui  attendent tant de l’adulte pour découvrir le monde, le plus tôt possible.

187640SDC.jpgMEDFR05250.jpgÀ trois ans, un enfant est grand ouvert pour écouter, pour comprendre, pour admirer la création et créer lui-même. Il a besoin de cette école maternelle. Mon fils le savait car dès l’âge de deux ans et demi, il pleurait en demandant d’aller à l’école. Mais il n'était pas encore propre, alors il a dû attendre, car contrairement aux propos tenus par Xavier Darcos, les professeurs des écoles ne changent pas les couches... et aujourd’hui, à l'âge de trois et demi, mon fils est heureux d’aller enfin à l'école depuis la rentrée de septembre.

Alors, que ce projet de suppression des écoles maternelles ne soit jamais concrétisé, jamais !!!!!!!!!!!images-1.jpeg

Chloé LAROCHE


 

____________ ANNEXE :

Voici des éléments de réflexion et des articles écrits sur le sujet, récoltés par mes soins. À vous de juger !!

 

 

Darcos va supprimer l’école maternelle

11 juillet 2008 Par Sébastien Rome (http://www.le69-3.or)

jeudi 17 juillet 2008, par Moé

 

“Le gouvernement va mettre en place un large plan d’économie dans l’Education nationale en réduisant la scolarité des élèves. Progressivement, les élèves de deux ans puis de trois ans et enfin de quatre ans ne seront plus accueillis à l’école maternelle. Le plan en préparation depuis plusieurs mois à Bercy sera bientôt mis en œuvre. En effet, la Caisse d’allocations familiales de Montpellier vient d’annoncer aux crèches et aux PMI qu’elles devraient s’apprêter à accueillir (ou plutôt garder en leur sein) les enfants de 2/3 ans à la rentrée 2009 puis, à terme, les enfants de 3/4 ans.”

 

___________________________

 

__________________  Interview de Gilles Moindrot, secrétaire général du SNU-ipp :

(sur http://www.enfant.com)

 

"Xavier Darcos a déclaré hier, sur l’antenne de France 2, ne pas souhaiter modifier l’accueil à l’école maternelle. Gilles Moindrot, le secrétaire général du SNU-ipp, syndicat de professeurs des écoles, est dubitatif." (Actu du 20/01/2009)

 

« Il n’y a aucun projet de modification de l’accueil à l’école maternelle… c’est un bobard ! » Comment réagissez-vous aux propos du ministre de l’Education nationale, Xavier Darcos, tenus hier sur France 2, dans Télématin ?

• Je suis étonné qu’il évoque les « bobards ». Ni les parents ni les enseignants n’ont inventé ces attaques contre l’école maternelle. C’est quand même le ministère de l’Education nationale qui a lancé cette crainte et qui l’alimente. Nous n’avons rien inventé !

Comprenez-vous l’inquiétude des parents ?

• Tout à fait. Les attaques sont une réalité depuis une dizaine d’années. Le nombre d’élèves de moins de 3 ans ne cesse de baisser. Il est passé d’un tiers d’une classe d’âge à moins de 20 % aujourd’hui. Ce sont des faits réels qui nourrissent l’inquiétude des parents.

Sait-on qui sera concerné par les suppressions de postes ?

• Le ministre annonce la suppression de 13 500 postes, dont 6 000 dans les écoles. Or dans le même temps, le nombre d’élèves augmente. On attend 14 000 élèves supplémentaires en primaire (maternelle + élémentaire) à la rentrée prochaine. Résultat, les classes vont être surchargées, les enfants en difficulté moins aidés.

• Cette diminution touchera aussi des postes qui participent à la qualité de l’école comme les relations avec les musées, les parcs nationaux ou encore les nouvelles technologies. L’offre éducative est rabougrie !

Qu’attendez-vous du ministre ?

• Il faut qu’il donne des garanties en matière de postes, de formation, des documents pédagogiques, des outils, des signes forts pour la valorisation du métier d’enseignant. Les paroles ne suffisent pas. Ce n’est pas parce qu’il dit qu’il ne va pas toucher à l’école maternelle que nous allons le croire. Il doit maintenant valoriser l’école et faire en sorte qu’elle garantisse une bonne base à toute la scolarité.

Propos recueillis par Maria Poblete

© Enfant.com

 

 

Un commentaire à cet article : par libellule le 21 janvier 2009

 

La menace sur l'école maternelle était claire :remplacement prévu de toutes petites sections par des jardins d'éveil payants dès la prochaine rentrée (information avérée relayée par ouest france; voir aussi le rapport Tabarot) avec l'objectif de continuer avec les petites et moyennes sections par la suite. Face à l'inquiétude des parents on n'en entends plus trop parler pour l'instant mais il faut rester vigilants car le rapport tabarot précise bien que si l'école maternelle est gratuite elle n'est pas obligatoire mais elle côute cher à la collectivité. trouver les informations reste long et difficile...”.

 

_____________________________

________________ Les attaques contre l'école maternelle :

(www.enfant.com)

 

• “Cela commence au printemps dernier lorsqu’un livre clame qu’il faut fermer les écoles maternelles. Cela continue avec la proposition d’une députée sur la création de « jardins d’éveil », qui permettraient la pré-scolarisation.

• Puis viennent les propos peu élogieux de Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale. Il déclare : « Est-il vraiment logique, alors que nous sommes si soucieux de la bonne utilisation des crédits de l’Etat, que nous fassions passer des concours bac+5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches ? ».

• En novembre, dans un rapport, des sénateurs remettent en cause la scolarisation à l'âge de 2 ans et relancent l’idée des jardins d’éveil.

L’école maternelle vue par les parents :

• Selon un sondage commandé par le syndicat d’enseignants Snuipp à l’institut CSA*, 78 % des parents estiment que l’école maternelle fonctionne bien. Le pourcentage s’élève à 94 % lorsque ce sont les parents d’enfants de maternelle qui s’expriment.”

*Août 2008, « L’opinion des Français sur l’école maternelle et l’école élémentaire ».

Maria Poblete

© Enfant.com

 

Commentaires sur cet article :

 

• par Tornamorell Yolande le 21 janvier 2009 :

• “On voit bien la méthode Sarkozy, par les médias faire entrer dans la tête des francais qu'il faut pour le bien de leurs enfants remplacer l'école maternelle par un systéme payant ? Il s'agit en fait de privatiser l'école publique pour des raisons comptables en oubliant que c'est un droit acquis depuis plus de 50 ans et inscrit dans la constitution et les économies ainsi faites sur le dos des plus démunis vont droit dans les poches des amis de Sarkozy car le bouclier fiscal est maintenu pour les plus riches, les dépenses de l'Elysée multipliées par 400 et autres parachutes dorés toujours d'actualité.

Il faut réagir plus fortement et vite tous ensembles dans la rue si nécessaire contre cette politique de restriction tous azimuts de notre modéle social tant envié dans le monde.

Pour mes enfants j'ai combattu dans ma vie pour que l'ascenseur social fontionne mais depuis que le libéralisme économique veut s'imposer partout je suis trés inquiète pour l'avenir de l'humanité aujourd'hui joué en bourse.”

 

• par Claire le 18 janvier 2009 :

• “Je ne suis pas sûre que l'effet bénéfique ou pas de la maternelle soit en jeu, on penserait plutôt que les seuls intérêts soient financiers. Nos gouvernants pensent certainement qu'en laissant médire quelques technocrates qui ne connaissent même pas notre métier, le doute s'insinuera dans l'esprit des français : L'école maternelle serait-elle un repaire de fainéants toujours en récréation ?... Il sera tellement plus facile de la vider de ses enseignants et de ses enseignements. Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage. Mais décidément les ficelles sont bien grosses et ceux qui les manipulent bien arrogants. Si je ne pensais pas ce conseil inutile, je les prierais de se renseigner sur la maternelle, cela leur éviterait de dire des énormités capables de passer le mur du son.”

 

• par Jocelyne Marque le 18 janvier 2009 :

• “Je suis enseignante en maternelle (grande section), à un an de la retraite.

Je ne devrais plus être concernée... Et pourtant ! 

J'ai peur que si nous ne réagissons pas, l'avenir soit bien sombre pour nos enfants !

Quand j'ai commencé à enseigner, voilà près de trente ans, notre Ecole Maternelle faisait l'admiration de beaucoup de pays.

A présent, nous ne sommes bons qu'à changer les couches. Pourquoi un tel revirement ? Pourquoi ce mépris ?

Les enseignants du premier cycle sont toujours aussi motivés, passionnés et enthousiastes… 

Les anciens comme les plus jeunes.”

 

• par Patricia le 17 janvier 2009 :

• “Mr Darcos ne connait pas son sujet : les enfants qui n'ont pas 3 ans l'année de la rentrée scolaire ne sont pas comptabilisés dans les effectifs ! Ce n'est pas donc celà qui permet qu'une classe soit maintenue !

De plus, bien entendu que les enfants qui entrent à l'école doivent etre propres.

Quand ils font 2 ans de petite section, la maitresse leur fait un programme adapté la 1ere année, pour que la 2ème année il ne s'ennuie pas.

Mais il faut quand même reconnaitre que la plupart des pédiatres déconseillent de mettre les enfants a l'école avant ses 3 ans l'année de la rentrée car sinon celà leur fait trop d'année de maternelles.

Enfin, il me semble que le projet de jardins d'éveil était pour les enfants jusqu'à 5 ans ! La petite section et la moyenne section seraient suprimées ! Qui s'occuperait de ces jardins : des gens sans qualifications, des ATSEM, ...? Qui va payer, surtout dans les petites communes rurales qui ont du mal a faire vivre leurs écoles ?”

 

• par finou34 le 15 janvier 2009 :

• “L'école maternelle c'est avant tout un savoir pour TOUS et GRATUIT, chaque enfant, peu importe de quel niveau social il est issu peut accéder à toutes les richesses de l'école maternelle

Jardins d'enfants payants ou places réservées?

Cela va creuser indiscutablement les fossés sociaux, les savoirs et les aptitudes des enfants qui auront pu bénéficier d'activités d'éveils et les autres, issus d'un environnement moins bénéfique.

Les apprentissages seront retardés, si nos enfants écrivent en attaché à la fin de la grande section, voire avant, c'est bien parceque le graphisme à travers la peinture et autres exercices est travaillé par jeu avec le plaisir mais autour d'objectifs bien définis dès la petite section !!!

C'est détruire une grande richesse française, par excuse laborieuse d'économie ! Economie sur le dos de nos enfants ??? NON !

C'est désolant, il faut se battre, on ne peut pas laisser des générations se perdre...”.

_______________________

____________________________ <a href="http://www.actulab.com/referencer-un-site.php" target="_blank" title="gratuit et sans contrepartie...">Référencement instantané</a>

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu