Avertir le modérateur

09/01/2017

Heureuse année à tous et... Brèves de 2016 à 2017.

Retrouvez-moi régulièrement sur Facebook : 

chloe.laroche.33 ou sur Short Édition pour mes textes (poèmes, nouvelles ou haïkus).

 

________________________________________________________________________ 

 

Le jeudi 5 janvier 2017 :

 

Je suis passée à 9 h sur RMC Radio avec Jean-Jacques BOURDIN pour défendre Cédric HERROU dans la vallée de la ROYA près de Nice, agriculteur menacé par la Justice pour avoir aidé des migrants en détresse. Vous pouvez écouter l'intervention en podcast.

 

______________________________________________________________ Voir aussi : entraides-citoyennes.org _______________ C'est édifiant !!

 

________________________________________________________________________ 

 

Le 1er janvier 2017 :

 

Nous avons joué dans le parc de Crolles avec mon Trio afin d'apporter joie et harmonies au public présent malgré le brouillard et le froid. Depuis sept années, nous offrons ainsi dans un parc de l'Isère un concert gratuit avec goûter partagé afin de réunir toutes les personnes désireuses de se retrouver dans un moment convivial et d'amitié.

Avec le Trio du Violon Soli-terre composé de Marc Parisi, Louis Tomas et moi-même.

Pour nous solliciter en vue d'autres concerts, merci de me contacter sur :

ac.laroche38@gmail.com

 

________________________________________________________________________ 

 

 

Le 29 décembre 2016 :

 

Bonjour à tous ! Je suis heureuse que Madame Sauvage ait été libérée hier soir ; la magistrature n'est pas très heureuse par contre car cela va à l'encontre de décisions de justice mais parfois la Justice peut se révéler injuste et même pas très humaniste, comme ce qui m'est arrivé pour l'adoption de ma fille où des juges ont refusé catégoriquement d'entériner une décision africaine, ce qui m''a valu des années de procédure en France. J'ai entendu des femmes juges me dire : "Nous n'avons pas à valider un lien affectif". Alors que ma fille n'attendait que cela, qu'on l'accepte pleinement sur le sol français en reconnaissant officiellement une adoption vécue dans les faits.

 

 

________________________________________________________________________ 

 

Le 27 décembre 2016 :

 

Je suis passée le 27 décembre à 13 h 40 sur RMC Radio pour parler de mon métier d'ambulancier et de la prise en charge des personnes en psychiatrie. Vous pouvez l'écouter en podcast. J'ai notamment témoigné de l'agression dont j'avais été victime en 2008 par un adolescent autiste et dont j'ai déjà témoigné ici sur mon blog.

 

 

________________________________________________________________________ 

 

 Le 26 décembre 2016 :

 

Je pense très fort au Choeur disparu dans ce terrible accident d'avion. C'est une immense perte pour tous les artistes de coeur. Ils étaient très talentueux et sillonnaient le monde avec leurs chants magiques, classiques ou populaires.

 
 
 

________________________________________________________________________ 

 

Le 25 décembre 2016 :
 
Je vous souhaite, à tous mes amis et ma famille, une très belle journée de Noël en souhaitant au monde entier la paix et la solidarité entre les peuples et les nations... et à chacun de vous la protection du ciel et des étoiles. Chloé
 
 
 

________________________________________________________________________ 

 

Le 15 décembre 2016 :
 
Un être libre pour moi, c'est une personne qui vit librement dans l'univers et avec les autres en les respectant. C'est un être authentique qui aime l'intégrité et le Vrai. Il est le chevalier des valeurs humaines et sait que les animaux peuvent avoir les mêmes valeurs d'entraide, d'amitié et de solidarité.
 
 

________________________________________________________________________ 

 

 
Le 14 décembre 2016 :
 
Dernièrement, dans mon entreprise d'ambulanciers, deux patients ont rejoint le ciel. Depuis quatre ans et demi, c'est trente qui sont partis et que nous accompagnions très régulièrement. Le lien qui s'est créé n'est pas brisé. Il ressemble à un fil d'ange invisible qui nous relie entre deux mondes entre mêlés. Nous faisons partie de leurs derniers visages vus, de leurs derniers moments de partage et d'écoute. Ceci est précieux et reste comme un trésor d'humanité. Chloé Laroche
 
 
 

________________________________________________________________________ 

 

Le 19 décembre 2016 :
 
Je partage avec vous mon émotion et toutes mes pensées tournées vers Alep. Ce matin, un syrien expliquait que ses deux jeunes fils ont été tués dans sa propre maison et qu'il est depuis un corps sans âme. C'est terrible et face à notre impuissance les étoiles pleurent. Chloé Laroche
 
 

________________________________________________________________________ 

 

Le 13 décembre 2016 :
 

Mon haïku pour la Sainte Lucie. .................

Si tu parles vrai
Grand besoin de vérité
La flamme vivra

Chloé Laroche

 
 

________________________________________________________________________ 

 

Le 4 décembre 2016 :
 

Bonjour à tous ! J'ai participé à 8 h 08 ce matin au Concours d'écriture "la Matinale en Cavale" sur le thème donné à 8 h 08 : "explorateur". J'ai écrit ce texte ci-dessous que je dédie à toutes les personnes paraplégiques et souffrant de handicaps. Amicalement à tous, Chloé Laroche

 
 

Pantoum pour un homme privé d'ailes 

Chloé Laroche
Il avait retrouvé les glaces éternelles
Sur son frêle kayak aux bordures violettes
Il avait suivi le chemin bleuté des mouettes
Depuis la France tiré par son rêve d'elle
 
Sur son frêle kayak aux bordures violettes
Il avait vécu les peurs des Inuits sans ciel
Depuis la France tiré par son rêve d'elle
Sa maman partie si loin pour noyer ses dettes

Il avait vécu les peurs des Inuits sans ciel
Dans les larmes de son enfance d'oubliette
Sa maman partie si loin pour noyer ses dettes
A creusé dans son coeur le voyage essentiel

Dans les larmes de son enfance d'oubliette
Le kayak arc-en-ciel de ses rêves réels
A creusé dans son coeur le voyage essentiel
Explorant le monde sur sa frêle joëlette

Le kayak arc-en-ciel de ses rêves réels
A jeté à la mer son handicap sans fête
Explorant le monde sur sa frêle joëlette
Il avait retrouvé les glaces éternelles.
 
Chloé Laroche
 
 

 

________________________________________________________________________ 

 

______________________________________________
 

Rallumer les étoiles 


Chloé Laroche

 

 

 

 

34 lectures

3 votes

Qui a voté ?

Je suis allée écouter la grande chanteuse d'Argentine Maria de la Paz à l'Opéra de Lyon. Elle a fait couler les larmes du fond de mon humanité et là, dans la salle où brillaient une centaine de bougies, j'ai envoyé ma flamme et mon courage aux milliers de Syriens suppliant que la paix revienne. Je me suis vue chevauchant la voix de Piazzola sur un tango impétueux et offrir au ciel le don des vies envolées dans la mer ensanglantée. Des cris d'enfants de la ville d'Alep ont transpercé le piano et trouvèrent en fin de concert la sérénité dans les notes bouillantes du violon indigné. Mes larmes coulaient et je sus le lendemain que des bateaux de réfugiés Syriens avaient pu être secourus, sauvés de la mer en rage, mère impuissante devant la destruction d'un peuple innocent.
 
 
Je suis allée écouter la grande chanteuse d'Argentine Maria de la Paz à l'Opéra de Lyon. Elle a fait couler les larmes du fond de mon humanité et là, dans la salle où brillaient une centaine de bougies, j'ai envoyé ma flamme et mon courage aux milliers de Syriens suppliant que la paix revienne. Je me suis vue chevauchant la voix de Piazzola sur un tango impétueux et offrir au ciel le don des vies envolées dans la mer ensanglantée. Des cris d'enfants de la ville d'Alep ont transpercé le piano et trouvèrent en fin de concert la sérénité dans les notes bouillantes du violon indigné. Mes larmes coulaient et je sus le lendemain que des bateaux de réfugiés Syriens avaient pu être secourus, sauvés de la mer en rage, mère impuissante devant la destruction d'un peuple innocent.
________________________________________________________
Le 13 Novembre 2016 : j'ai joué la veille du 13 avec mon trio pour l'anniversaire des 80 ans d'un ami. J'ai fortement pensé à Sting en jouant avec mon violon, Sting qui a eu ce courage immense de rouvrir hier soir le Bataclan à Paris par un concert très émouvant, dans ce lieu où une telle barbarie a eu lieu il y a un an. La musique est un rempart qui rompt la violence et offre réconfort et sérénité, acceptation du pire dans l'oblation et l'offrande d'une création liant le monde des vivants à celui de milliers de vies rompues mais germant en nos coeurs comme des fleurs immortelles. Chloé Laroche
La vie doit continuer et les artistes contribuent à ce rôle dans la société, à apporter de la joie et du bonheur pour que le sourire arrive encore à vivre sur cette planète terrible.

Je suis infiniment triste de ce qui s'est passé le 13 novembre 2015 à Paris et lors du 14 juillet 2016 à Nice. C'est horrible et je pense à ceux qui se battent encore dans les hôpitaux pour garder la vie. La vie doit continuer et les artistes contribuent à ce rôle dans la société, à apporter de la joie et du bonheur pour que le sourire arrive encore à vivre sur cette planète terrible.  Chloé

________________________________________________________________________ 

 

________________________________________________________________________ 

 

 
___________________________________________________ Le 10 Novembre 2016 : Hé oui, "pardon" est le mot le plus difficile à prononcer mais nous sommes nombreux à l'avoir en tête au lendemain de l'élection Trumpienne. Pardon pour toutes les femmes, pour les Mexicains, pour les plus pauvres, pour les sans dents, pour toute l'Amérique du Sud, pour les accords écologiques qui tremblent, pour tous ceux qui pleurent aujourd'hui sur la Paix du monde... Je regarde mes animaux, je regarde mon fils... et je fais confiance en l'innocence de ces êtres, celle qui tient la Terre à bout de bras. Chloé_________
Je suis passée le 7 octobre 2016 vers 14 h sur RMC avec Éric BRUNET pour témoigner du parcours de mon fils en primaire, dans un débat sur les écoles privées et la prise en charge des enfants différents.  Vous pouvez écouter l'intervention en podcast.

________________________________________________________________________ 

 

 

________________________________________________________________________ 

 

 
__________________________________________

 

 
 
___________________________________

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Chloé Laroche
 
_____________________________________
 
 
3 Décembre 2016 :
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

Rallumer les étoiles -------- 3 décembre 2016---------

 


 
 

18/09/2012

Les RETRAITÉS ont pour la plupart des problèmes de santé, ce qui nous attend tous... Alors soyons solidaires aujourd'hui et n'attribuons jamais à nos seniors d'avoir dévalisé la Sécurité Sociale.

retraité,senior,retraite,impôt,rmc,bourdin,radio,auditeur,culpabilité,santé,vieillesse,médecine,sécurité sociale,trou de la sécu,crise,dette,transport,vsl,médecin,scandale,accusation,france,politique,ministre,maladie__________________________________retraité,senior,retraite,impôt,rmc,bourdin,radio,auditeur,culpabilité,santé,vieillesse,médecine,sécurité sociale,trou de la sécu,crise,dette,transport,vsl,médecin,scandale,accusation,france,politique,ministre,maladie

Bonjour à tous et toutes,


Ces derniers temps, j'entends des propos révoltants sur les radios, à propos de tout et de rien, mais là, je vais vous parler des retraités.

Un auditeur sur RMC Radio a osé dire à l'antenne à Jean-Jacques Bourdin qu'il fallait faire payer les retraités car ce serait eux, selon lui, qui creusent le trou de la Sécurité Sociale.

On en a entendu de toutes les  couleurs concernant les impôts à demander aux retraités, en ces temps difficiles de crise.

Savez-vous que nombre de retraités sont obligés de travailler à soixante-dix ans, voire plus... de se lever à cinq heures du matin pour livrer des journaux, payés à coups de lance-pierre... de trouver des petits travaux payés au noir par des particuliers... de vendre des tricots fabriqués au prix de longues heures, dont les mailles sont tachés des larmes de la pauvreté des seniors... ?

retraité,senior,retraite,impôt,rmc,bourdin,radio,auditeur,culpabilité,santé,vieillesse,médecine,sécurité sociale,trou de la sécu,crise,dette,transport,vsl,médecin,scandale,accusation,france,politique,ministre,maladieLes retraités ont pour la plupart des problèmes de santé, ce qui nous attend tous..., problèmes de santé qui les conduisent à avoir besoin de soins médicaux, de transports médicalisés, d'hospitalisations,...  mais n'oublions jamais qu'ils ont cotisé durant quarante ans avant de toucher leur retraite.

Alors soyons solidaires aujourd'hui et n'attribuons jamais à nos seniors d'avoir confectionné le trou de la Sécurité Sociale.

Être malade et se sentir diminué par la vieillesse ou le handicap, ou encore par la dépendance... ne doit pas être chargé du poids immense d'une culpabilité factice émise par une société à la recherche d'un bouc-émissaire.

Chloé Laroche

 

12/01/2010

Mon hommage à des hommes qui n'ont pas hésité à se jeter dans l'eau glacé pour sauver des personnes accidentées. De la vie à la mort. Mes pensées pour Hakim et ses parents en deuil.

imagesxbcDR5.jpegBonsoir à tous et toutes,

Depuis le premier de l’An 2010, plusieurs événements m’ont interpelée, dont certains sont des exemples de solidarité. Ils font écho à l’article que j’avais écrit sur les héros d’aujourd’hui et sur le héros qui sommeille en nous et ne demande qu’à oeuvrer.

Randy Kiener, à 16 ans, n’a pas hésité à se jeter dans le Canal du Midi à plus de deux heures du matin pour sauver450_F200MAR.jpg Christophe, un jeune père de 35 ans, tombé avec sa voiture dans une eau glaciale. L’Aude peut être fière de cet adolescent qui a sauvé un papa et par là même une famille de trois enfants du deuil et des larmes éternelles.images6efqZv.jpeg

h-20-1876726-1262962635.jpgEddy Devauchelle est un habitant de la Somme qui a sauvé en ce début janvier une femme enceinte et son enfant de la noyade. La jeune femme était coincée sous une voiture renversée dans la rivière. Eddy n’a pas hésité à plonger et à la dégager. Son mari le suppliait de la sauver et à deux, ils l’ont sortie de l’eau. Eddy a fait les premiers secours et a secoué les gens autour qui ne bougeaient pas, pétrifiés par la scène. Aujourd’hui, cette femme est vivante et elle porte toujours son bébé. Eddy est discret et affirme qu’il a fait son devoir de citoyen.

Le devoir de citoyen : le devoir de tout humain qui est solidaire de la communauté des hommes, de ceux qu’il ne connaît pas mais dont il est proche, aussi proche que si c’était son frère ou sa soeur.

images4686bX.jpegJe me sens proche depuis le début de la famille du policier écrasé par deux cambrioleurs fin décembre. Cet homme de 51 ans a vu un énorme 4x4 se diriger vers lui avant de voir se consumer ses dernières heures. Deux hommes étaient à l’intérieur et n’ont pas hésité à tuer un autre homme avec ce véhicule volé. Les policiers font un métier difficile et même si la population leur en veulent pour les contraventions et l'autorité mal perçue, il faut se rappeler qu’ils nous protègent aussi et qu’ils élucident beaucoup d’affaires de drogues, criminalités, violences diverses, pédophilie, accidents de la route, etc. Mes pensées vont vers la famille de ce policier et à son fils.

Je me sens proche aussi de Hakim et de ses parents, qui pleurent un fils de 18 ans. Il était lycéen dans l’établissement scolaire Darius Milhaud en Val-de-Marne, en classe de BEP vente. Il est mort pour rien de trois coups de couteaux. Cet après-midi, une marche s’est déroulée pour lui et des dizaines de roses ont célébré son souvenir, à travers toutes les larmes de ceux qui l’aimaient. Son corps va être emmené en Tunisie et je respecte la volonté de ses parents et de sa famille qui souhaitent lui donner sépulture dans le pays de ses ancêtres.imageshcJphN.jpeg

images.jpegJe m’élève contre tous ceux qui sont indignés qu’au bout de trois générations en France, des familles osent emmener les corps de leurs enfants défunts pour les enterrer ailleurs, dans les pays d’Afrique Noire ou du Nord, dans le sol de leurs ancêtres. Une dame s’est exprimée ainsi ce matin dans l’émission de Jean-Jacques Bourdin sur Rmc, en disant que ça suffisait et qu’il fallait arrêter d’accepter ce genre de pratiques, que c’était impensable de ne pas enterrer ces jeunes ici. Mais, Madame, si vous étiez une seconde à la place de ces parents qui viennent de perdre leur fils, leur enfant, vous vous figeriez sur place de douleur et vous regretteriez avec honte ce que vous avez osé émettre sur les ondes. Perdre un enfant est un ouragan dans une vie. Les parents en deuil perdent leur bonheur, la joie de leur vie, et leur souffle est enterré avec leur enfant. Ils vivent mutilés toute leur vie et portent cette croix comme une épreuve invisible et terrible, comme un sacrifice intérieur qu’ils ne peuvent qu’accepter, en attendant de rejoindre le fruit de leur chair.

Madame, il y a bien une chose qu’on peut respecter, ce sont les rites qui entourent la mort et le départ d’un être humain. La famille endeuillée est respectable et n’a pas à subir les affronts de ceux qui au nom d’une identité nationale garderaient les morts sur notre sol en leur interdisant de prendre l’avion pour leur dernier repos. Alors qu’à contrario, on oblige des étrangers à embarquer dans des avions vers leur pays d’origine, alors qu’ils ont des enfants nés en France et bien vivants ! Des pères sont régulièrement expulsés de France au nom de ceux qui militent pour une identité nationale uniforme, sans couleurs et sans âme.

imagesYTXlrw.jpegFaut-il attendre que les gens meurent pour les retenir ?imagesIVKrXI.jpeg
Pour apprendre que les troisièmes générations issues de l’immigration ont besoin de leur parents et qu’il est inhumain de les séparer de leur père, de leur mère.

Pour respecter leur peine et le deuil de leur chagrin éperdu d’amour, amour éteint à jamais... sauf dans le coeur explosé de leur vie d’humain qui continue.

Chloé Laroche

18/01/2009

Mon appel à la PAIX pour la bande de Gaza fait sur Radio "RMC Info". Le quotidien des palestiniens et de leurs enfants à Gaza. Je relaie le témoignage de Mohammed Ali, habitant de Gaza.

images-2.jpegBonjour,

Cette semaine, j'ai lancé sur la radio "RMC Info", grâce à Jean-Jacques Bourdin, animateur de "Bourdin and Co", un appel pour la Paix à Gaza... que l'État d'Israël arrête son offensive et que le Hamas n'envoie plus de roquettes. Monsieur Bourdin avait demandé que des juifs et des musulmans interviennent pour lancer un appel à la paix. Je suis intervenue en tant que croyante ouverte à la sagesse du monde entier, disant que la religion, les religions... existent toutes à la base pour manifester la solidarité, l'amour universel, l'entraide. J'ai dit que si on alignait tous les cercueils des enfants morts durant cette guerre dans la bande de Gaza... chacun pleurerait toutes les larmes de son corps devant ce "spectacle" insoutenable, et que cela suffisait que des petites victimes payent de leur vie et de leur souffrance ce conflit inhumain.images-7.jpeg

J'ai découvert sur internet le témoignage du quotidien d'un palestinien à Gaza pendant l'offensive israëlienne ; il s'appelle Mohammed Ali et j'ai souhaité vous faire connaître ses écrits. Mohammed exprime la peur des enfants, le dénuement dans lequel ils vivent, la terreur de cette guerre terrible pour les civils, l'horreur des images réelles. Vou pourrez le lire ci-dessous. images-3.jpeg

images-4.jpegQue leur chemin évite les bombes. Que les enfants soient épargnés. Qu'on ne voit plus de petits cadavres inertes dans les bras des parents palestiniens. Qu'on ne voit plus de petites jambes arrachées, d'enfants rendus aveugles, de corps pris dans les décombres, petits corps crucifiés par la haine, la violence éternelle. Que les enfants dans les deux camps n'aient plus la terreur la nuit dans leur lit à cause des bombes et de la mort qui rôde.

Que la Paix revienne, que la trêve se fasse réellement entre Israël et la Palestine.

Chloé Laroche

___________________________________

 

images.jpeg"NE SOMMES-NOUS PAS HUMAINS ?"___________ Témoignage de Mohammed Ali :

Mohammed Ali vit à Gaza et travaille pour Oxfam.
Il raconte la vie à Gaza pendant l’offensive militaire israélienne. 

 

Le 14 Janvier.

"Mon petit garçon de 15 mois présente déjà des signes de traumatisme. Quand il parvient enfin à s’endormir pendant quelques heures il se réveille soudain, en criant comme si on lui faisait du mal. Je me demande ce que son petit esprit peut bien penser. J’aimerais tellement le consoler, mais que pourrais-je lui dire ? Comment pourrais-je le rassurer ?

Aujourd’hui il a de la fièvre et il est malade, mais je ne peux pas me rendre chez le docteur car seulement les cas les plus urgents reçoivent l’attention des médecins. Les cas les plus urgents sont ceux aux portes de la mort.

Ma sœur m’a téléphoné. Elle était hors d’haleine et n’arrivait pas à parler clairement. En bruits de fond, j’entendais ses enfants qui criaient. Elle me suppliait « S’il te plait, essaie de les calmer ». Ma nièce de 10 ans a alors pris le téléphone en geignant. Je lui ai demandé pourquoi elle pleurait. « On va mourir », me dit-elle. « Je récitais la prière de la mort… il y a eu une bombe tout près de nous… mon frère avait du verre brisé sur lui » 

Ma sœur a rappelé un peu plus tard dans la journée, cette fois pour me dire que les voisins avaient reçu un avis de l’armée israélienne que leur maison allait être démolie. Chaque fois que les avions israéliens passaient au-dessus de la maison des voisins, ma sœur pouvait entendre leurs cris de panique.

Aujourd’hui, vers la fin de la pause quotidienne des combats, mon frère est sorti pour chercher de la nourriture. Il est revenu à la maison les mains vides. La seul chose qu’il ait ramené est comment, à quelques pas de lui, trois personnes ont été tuées.

J’ai passé la plus grande partie de la journée dans une école administrée par l’UNRWA (Agence de l’Onu pour les réfugiés palestiniens). Là-bas une femme m’a dit quelque chose que je ne parviens pas encore à sortir de ma tête. Elle m’a dit : « Les morts sont chanceux. Ils n’ont pas à voir et entendre toutes les horreurs qui sont autour de nous. Nous sommes tous entre la vie et la mort. » Je n’ai rien su lui dire pour soulager sa souffrance. J’ai simplement posé ma main sur mon cœur en signe de sincérité.

Dernièrement, j’ai été content d’avoir un peu plus d’électricité que d’habitude, mais aujourd’hui quand j’ai allumé la télévision j’aurais préféré ne rien voir du tout. On y montrait des images d’une fillette de 13 ans qui venait de perdre ses deux jambes dans une attaque de l’armée israélienne. Elle continuait de sourire.

J’étais assis dans mon salon, devant la télé et des larmes coulaient le long de mes joues et j’écoutais cette petite dire au journaliste qu’elle aussi un jour ferait le même métier.

Tout de suite après on a montré un petit garçon qui a perdu ses deux yeux. À la fin du reportage, il tourne sa tête vers la caméra et dit simplement « Merci ». Je me disais ‘le pauvre vient de perdre la vue à jamais et c’est comme si il remerciait le monde entier de le regarder dans cet état. Pourquoi ? On remercie le monde de son inaction ? On le remercie de voir encore plus de morts et de destruction passer devant ses yeux ?

C’est le monde qui est aveugle à ce qui se passe ici. Combien d’enfants verront leurs futurs réduits à néant avant que tout cela cesse, avant que l’on vienne à notre aide?

Quand je vois ces enfants, je pense aux miens et je ne peux me retenir de sangloter.

Je me demande, combien de vies seront détruites avant que le monde ne se décide à agir. Je ne saurai peut-être jamais…"

 

Le 7 Janvier.


"L’air, la mer et le sol de la ville de Gaza sont maintenant occupés par l’armée israélienne. L’armée occupe même les esprits, les nerfs et les oreilles des Gazaouis. J’ai essayé de mettre du coton dans les oreilles de mes deux enfants afin de les arrêter de trembler et de sursauter à chaque fois qu’ils entendent le bruit d’une attaque pendant le peu de temps où ils arrivent enfin à trouver le sommeil mais l’idée du coton n’a pas fonctionné. 

Quels dégâts sont fait à leurs petits cœurs qui peinent à supporter tout ce stress ?

Il y a quelques jours, nous n’avions plus de diesel pour le générateur de la maison. Pendant trois jours, nous sommes restés coincés dans une petite chambre avec 11 personnes et très peu de lumière. Nous n’avions plus d’eau non plus ; la pompe du puits ne fonctionne que s’il y a suffisamment d’électricité, ce qui fait cruellement défaut à toute la bande de Gaza depuis le début de ce cauchemar.

Contrairement à plusieurs autres familles, nous avons eu la chance de trouver 20 litres de diesel pour alimenter le générateur. L’approvisionnement en essence depuis Israël vers Gaza est interrompu depuis le début de l’attaque actuelle et nous avons dû payer sept fois le prix normal.

Il nous reste l’équivalent d’une journée de nourriture et la provision de couches pour les bébés est au plus bas. Comme presque rien ne rentre à Gaza depuis le début du blocus, il y a 18 mois, les couches ne sont pas de très bonne qualité. Mauvaise qualité veut dire grosses fuites et en plus nous devons baigner les petits dans de l’eau glacée.

Ma sœur, qui habitait avec nous quand j’écrivais la dernière fois, a décidé de retourner chez elle, malgré nos vives protestations. Elle avait peur qu’à cause du manque de nourriture, nous n’aurions pas assez pour manger plus d’un repas par jour, au lieu des deux repas que nous avons pour le moment. Ma sœur avait encore un peu de nourriture chez elle, ce qui lui permettra à elle et sa famille de tenir un peu plus longtemps.

Nous sommes maintenant 11, entassés dans la salle à manger de mes parents. Mon frère et moi avons déménagé nos familles ici en croyant que le rez-de-chaussée serait l’option la plus sécuritaire. Nous avons une expression en Arabe qui dit ‘mourir en groupe est une grâce’. Je me dis que peut-être, et seulement peut-être, mourir tous ensemble serait moins douloureux que de mourir seuls.

Je n’ai dormi en tout que huit heures depuis le début de ce conflit; nous entendons des attaques à chaque minute.

En mon for intérieur, je pense à ce qui se passerait si l’un de nous était blessé ou avait besoin d’un docteur ? Les ambulances ont des difficultés à rejoindre les blessés, les routes sont bloquées par des débris et l’armée israélienne est toujours sur le chemin des secours. On pourrait se vider de notre sang et même si les secours arrivaient jusqu’à nous, on pourrait être bombardés sur le chemin de l’hôpital… une fois à l’hôpital qui dit qu’il y aurait de la place pour nous … y aurait-il assez de médicaments, d’électricité ou d’essence pour faire fonctionner l’équipement médical essentiel… nous ne pourrions même pas sortir de la Bande de Gaza pour recevoir un traitement d’urgence.

Les hôpitaux fonctionnent maintenant à l’aide de générateurs, ce qui rend la vie encore plus difficile pour les docteurs qui tentent désespérément de s’occuper des blessés qui arrivent jusqu’aux urgences. Si l’essence vient à manquer, tous ceux qui dépendent de machines pour survivre mourrons.

Aujourd’hui j’ai entendu l’appel d’une femme à une station de radio, alors que les secours ne pouvaient arriver jusqu’à elle. J’imagine qu’elle devait croire que la station de radio pourrait lui venir en aide. Elle pleurait « ma maison est en feu, mes enfants sont en train de mourir ». Je ne sais pas ce qui est advenu d’elle et des enfants. Je n’ose pas l’imaginer.

Je passe beaucoup trop de temps à penser que cette heure est peut-être ma dernière heure. Chaque soir, alors que j’essaie de trouver le sommeil, j’entends à la radio le nombre de morts. Je me demande si le journal du matin parlera de moi, si je ferai partie du décompte des corps. Je serai un chiffre de plus pour tous ceux qui voient les morts et la destruction de Gaza. Peut-être que puisque je travaille pour Oxfam je serais alors un nom et pas seulement un chiffre. Peut-être que l’on parlerait de moi pendant une minute pour ensuite m’oublier, comme tous ceux qui ont récemment perdu la vie.

Je n’ai pas peur de mourir. Je sais bien qu’un jour nous devrons tous mourir. Mais je ne veux pas mourir comme ça, assis chez moi avec mes enfants dans les bras, dans l’attente de notre mort. Je suis dégoûté par cette injustice. 

Mais qu’est-ce que la communauté internationale attend ? On veut plus de gens démembrés, encore plus de familles anéanties ? Le temps passe et le nombre de morts et de blessés augmente. Mais qu’est-ce qu’elle attend ?

Ce qui se passe est contre tout sens d’humanité. Ne sommes-nous pas humains ?"

MOHAMMED ALI.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu