Avertir le modérateur

16/07/2013

Du transport des enfants et mineurs en ambulance et de la responsabilité des chauffeurs. Mon témoignage véridique sur la profession d'ambulancier et la déontologie de ce métier passionnant.

Bonjour à tous,


ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,Suite à mes articles sur le métier d'ambulancier, j'ai eu une question d'un lecteur me demandant -en tant qu'ambulancier- quelle est la responsabilité juridique des chauffeurs conduisant des enfants et des mineurs en VSL, en taxi médicalisé et ambulances.ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,

En fait, on nous confie des enfants, c'est vrai ; des enfants handicapés, handicapés physiques ou mentaux, des jeunes atteints de graves maladies, des enfants allant en Centres Médico- Psychologique ou en rééducation d'orthophonie ou de kinésithérapie.

J'en ai souvent transporté et j'en transporte encore. C'est parce qu'on nous fait confiance, en tant qu'ambulanciers et professionnels de l'accompagnement routier médical. Les parents, les établissements hospitaliers, les patrons nous font confiance.

Nous devons effectivement être à la hauteur de cette confiance puisque nous devenons un adulte responsable de l'enfant qu'on nous confie, que ce soit au niveau de la sécurité routière, de la bonne mise de la ceinture de sécurité et du fait de protéger l'enfant lorsqu'il entre et descend du véhicule.ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,

Nous sommes aussi responsables de l'enfant qui peut nous confier des secrets, secret de famille ou confidences de coeur lourd. Nous avons le devoir de le soutenir et de l'écouter, voire de signaler des faits graves le concernant... auprès des autorités judiciaires, médicales et administratives, selon l'article226-14 du code pénal - article 44 du code de déontologie médicale. Les faits peuvent englober toute maltraitance, tout abus sexuel, toute cruauté mentale, toute négligence ayant des conséquences préjudiciables à l'enfant pour sa santé et son développement physique et psychique.ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,sécurité routière,maîtrise,contrôle,rôle,autorité,devoirs,justice

Et puis, parfois l'enfant ne parle pas, ce qu'il convient aussi de respecter.

ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,Il ne faut jamais brusquer un enfant ni lui demander de se taire alors qu'il a envie de parler. 

Il faut savoir que des ambulanciers ont pu, en transportant des enfants handicapés mentaux, s'en occuper avec bien peu de considération ou de respect, pensant que ces enfants ne parlent pas ou sont diminués intellectuellement et émotionnellement. Ils ont pu leur hurler dessus par rapport à leur comportement mais c'est totalement contraire à la déontologie de notre métier. J'ai été témoin occasionnellement du mauvais comportement de collègues, bien que ce soit un fait rare, mais pas exceptionnel. Il n'y a pas que des personnes exemplaires dans notre profession, et parfois, des ambulanciers n'ont aucun coeur et font ce métier par obligation et nécessité de manger.ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,

Comme il y a un grand turn-over dans le métier et que seuls ceux qui ont vraiment la vocation arrivent à rester... pensons qu'un certain nombre de chauffeurs ambulanciers peuvent manquer de patience et parfois de conscience professionnelle. C'est un métier où nous faisons aussi beaucoup d'heures, alors certains peuvent faire passer leur stress de conduite et de route sur les patients transportés et donc sur les enfants.

ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,Personnellement, je pense qu'on en demande beaucoup parfois aux ambulanciers, c'est sûr, puisque certains jeunes ou adolescents auraient besoin d'une personne accompagnante dans le VSL ou le taxi. L'ambulancier conducteur de VSL et taxi médicalisé se retrouve seul à conduire, en devant gérer en même temps des jeunes pouvant saisir le volant ou bien même donner des coups, puisque cela m'est arrivé avec un jeune autiste adolescent.

Je me souviens aussi d'une jeune autiste de treize ans que je transportais et qui donnait de grands coups sur le tableau avant de la voiture et dans la portière. Il fallait que je lui parle pour la rassurer et ma voix l'apaisait... Tout cela en conduisant et en assurant la sécurité !ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,sécurité routière,maîtrise,contrôle,rôle,autorité,devoirs,justice

Une collègue m'avait confié que cette jeune s'était enfuie une fois de la voiture sur un pont. Elle avait dû lui courir après, laissant le véhicule. Ce dernier ne fermait pas de l'intérieur et lorsque ma collègue en a parlé au patron que j'avais alors... il lui a répondu qu'elle n'avait qu'à se débrouiller et que ce n'était pas son problème, en tant que patron !!!

J'ai aussi transporté un jeune paraplégique adolescent dont je mettais le fauteuil dans le coffre. Il commençait à avoir des besoins sexuels et me mettait à chaque fois la main sur la cuisse, alors que je conduisais. Il essayait de me caresser. Je lui expliquais à chaque fois que non, il ne fallait pas faire cela, que c'était interdit. ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,

Un jour, une collègue d'une boîte qui n'existe plus, est arrivée en pleurant. Un patient s'était masturbé à côté d'elle, sans qu'elle n'ait pu rien faire ni l'empêcher. Elle en était traumatisée. Sa réaction a été tout à fait normal, dans une situation gravissime. Nous sommes au service d'autrui mais nous n'avons pas à tout accepter, sous prétexte que ceux que nous transportons nous manquent de respect. Un adolescent autiste presque adulte m'a frappée alors que je le conduisais, en 2008. Ma plainte est toujours sur le bureau du Procureur, classée parmi toutes les autres, irrecevables et incongrues... Normal, les parents de ce jeune ne voulaient pas entendre parler de traitement médicamenteux, aussi valait-il mieux dire comme ils l'ont fait que je n'avais "pas assez d'autorité" et que je manquais de compétence !

Toujours est-il que j'ai évité par deux fois l'accident et que leur fils est toujours vivant ! J'ai juste essuyé de violents coups dans le dos, le cou et l'épaule droite.

Ceci pour conclure que quoi qu'il se passe, l'ambulancier doit juriquement et dans les faits amener l'enfant ou le jeune mineur à bon port, sans accident et sans traumatisme moral.ambulance,ambulancier,taxi,vsl,transport,enfant,mineur,responsabilité,chauffeur,juridique,loi,déontologie médicale,métier,médical,santé,route,stress,respect,droit de l'enfant,confidence,parole,échange,écoute,protection,voiture,ceinture de sécurité,psychologie,handicap,violence,témoignage,vérité,colère,maltraitance,abus,

Quant à l'ambulancier, il lui reste le choix d'aller voir un bon psy pour vider son sac ou sa boîte à gants.

Chloé LAROCHE


À lire :

http://www.secourisme.net/spip.php?article174

http://sos-ambulanciers.forumactif.com/t172-les-responsabilites-de-lambulancier

 

 

 

 

 

 

13/04/2012

Les moniteurs d'auto-écoles... Catégorie d'humains spécialement doués pour la patience, le don de soi, le dévouement aux autres et l'accompagnement vers une meilleure sécurité sur la route.

images-3.jpegBonsoir à tous et toutes,


Vous êtes-vous déjà demandé quels risques prenaient les moniteurs d'auto-écoles sur la route, en donnant leur cours à des personnes ne sachant pas conduire, dans la jungle dangereuse de la route ?

Pensez-vous que ces personnes aient une baguette magique, donnant leur enseignement en un claquement de doigts afin que des élèves débutants deviennent de parfaits conducteurs ?images-2.jpeg

Pensez-vous que les enseignants de la conduite soient assis toute la journée tranquillement dans une voiture à se laisser transporter ?

Faites-vous partie de ces automobilistes qui ne respectent pas les voitures auto-écoles, klaxonnant sans complexe et les intimidant en les serrant de près, sans compter les insultes et gestes malveillants à l'encontre des moniteurs et de leurs élèves ?

Les moniteurs d'auto-écoles... Catégorie d'humains spécialement doués pour la patience, le don de soi, le dévouement aux autres et l'accompagnement vers une meilleure sécurité sur la route.

images-7.jpegLes enseignants de la conduite pourraient avoir une auréole d'anges de la route, tant ils sont méritants de travailler trente-neuf heures par semaine sur un terrain dangereux, celui du circuit routier, expliquant inlassablement les règles de Sécurité routière.

Quand un élève cale en plein rond-point ou qu'il rentre malencontreusement dans un boulevard à contre-sens, et qu'en une seconde, le moniteur doit récupérer la situation, on peut le saluer bien bas de prendre des risques sur sa propre vie afin d'en sauver d'autres à long terme.

Car il faut bien penser que les trente heures de cours  prises pour avoir son permis n'est que le tremplin d'une longue vie dans le réseau routier et que l'enseignement d'un moniteur résonne durant de longues années dans la tête de l'élève, si celui-ci est sérieux et attentif.

295133_3318147926063_1639200705_2699010_1842915792_n.jpgIl existe, vous le savez, des élèves qui jettent l'enseignement de leur moniteur par la fenêtre dès qu'ils obtiennent le permis désiré. On les retrouve sur la route au volant d'une voiture devenue engin de mort, ne respectant plus ni les feux, ni les piétons, ni les vélos, et devenant des dangers ambulants.images-8.jpeg

À cause d'une incivilité grandissante dans le monde des conducteurs, les moniteurs apprennent désormais à leurs élèves qu'en traversant un carrefour, on doit regarder à gauche et à droite avant de traverser... car certains automobilistes ne respectent pas les feux, ni les priorités à droite ni les panneaux de Stop.


La priorité dont on peut bénéficier sur la route n'est pas absolue car non respectée... Comme le dit un moniteur de ma connaissance à ses élèves : "Sois toujours sûr de toi mais jamais des autres sur la route."

Cela veut dire : Anticipe les erreurs des autres et sois toi-même le plus respectueux des règles du Code de la route.Unknown.jpeg

Deux enfants sur trois sont encore mal attachés, dont 5,5 pour cent ne sont pas du tout attachés à l'arrière dans les voitures. C'est terrible, quand on sait que chaque semaine quatre enfants de moins de dix ans sont tués en voiture sur la route, dont deux enfants non attachés.

 

moniteur auto-école,auto-école,sécurité routière,vitesse,enfants non attachés en voiture,ceinture de sécurité,patience,métier difficile,risque,route,ligue contre la violence routière,cours,élève,don de soi,stress,enseignant de la conduite,permis de conduire,actualité,insultes sur la route,monitrice auto-école femme,métier,profession,routier,voiture,permis à points,mortalité routièreLa Ligue contre la Violence Routière

rappelle

qu'on n'attache pas

son enfant 

parce que c'est obligatoire  :


on l'attache pour le protéger.


Ne jamais démarrer sans avoir vérifié

au préalable :

 

  • que le dispositif de retenue convient bien 
  • à la morphologie de l‘enfant et qu'il est bien fixé
  • que la ceinture est bien positionnée :
    . pas de ceinture contre le cou
    . pas de nuque dans le vide
  • enfin que tout le monde est bien attaché en voiture, 
  • y compris les parents.

 

Habitués dès leur plus jeune âge, les enfants devenus grands

accepteront volontiers de s'attacher.

 

100501_Auto_Ecole.jpgJe terminerai cet article en demandant que les moniteurs d'auto-écoles soient plus respectés dans l'exercice de leur métier. Ils donnent de leur vie, de leur patience extrême parfois avec des élèves à qui il faut répéter trente fois la même chose, refaire la même leçon, répéter les mêmes règles, assurer la sécurité tout en assurant un cours, avec des personnes qui ne passent aucun test psychologique ou psychomoteur avant de démarrer les cours.

Les moniteurs touchent à peine plus que le Smic horaire et enchaînent les cours et les risques comme des perles sur le fil de leur vie.moniteur auto-école,auto-école,sécurité routière,vitesse,enfants non attachés en voiture,ceinture de sécurité,patience,métier difficile,risque,route,ligue contre la violence routière,cours,élève,don de soi,stress,enseignant de la conduite,permis de conduire,actualité,insultes sur la route,monitrice auto-école femme,métier,profession,routier,voiture,permis à points,mortalité routière

Un moniteur exerçant depuis trente ans m'a confié : "Je n'ai compris que dernièrement que j'étais en fait un agent de sécurité routière. En tant qu'enseignant de la conduite, nous avons une responsabilité importante et un rôle essentiel pour éviter des morts et des blessés sur la route."

Et une monitrice m'a confiée, en tant que femme : "Il y a trente ou vingt ans, les femmes monitrices se faisaient régulièrement insulter sur la route par d'autres automobilistes, ces derniers leur demandant textuellement de retourner à leurs casseroles."

Cette enseignante de la conduite a très mal vécu ces mauvais traitements, mais elle est restée tout de même, dans ce métier qu'elle a servi et aimé.moniteur auto-école,auto-école,sécurité routière,vitesse,enfants non attachés en voiture,ceinture de sécurité,patience,métier difficile,risque,route,ligue contre la violence routière,cours,élève,don de soi,stress,enseignant de la conduite,permis de conduire,actualité,insultes sur la route,monitrice auto-école femme,métier,profession,routier,voiture,permis à points,mortalité routière

Les anges passent, la sécurité routière reste.


Chloé LAROCHE


_______________________________


http://www.violenceroutiere.org/dossier.php?id=83

http://www.ladepeche.fr/article/2012/04/04/1322937-le-moniteur-agresse-en-pleine-lecon.html

http://fr-fr.facebook.com/pages/Tu-sais-que-tu-es-moniteur-auto-école-quand/120955597923076



 

 

17/06/2010

On est tous responsables de la sécurité routière et quand je vois un enfant non attaché dans une voiture, que fais-je ? Je le plains ou j'agis ?

Photo014.jpg

 

Aujourd’hui, alors que je conduisais mon véhicule de travail pour aller chercher des jeunes handicapés, je me suis retrouvée à un feu derrière une voiture verte où se trouvaient deux femmes à l’avant et une petite fille de un an et demi à l’arrière.

Cette petite fille n’était pas attachée et naviguait de l’arrière de la voiture à l’avant où elle allait embrasser sa mère. Il y avait beaucoup de tendresse et d’amour entre elles. La jeune maman tournait la tête sur la droite pour embrasser son enfant en attendant le passage au feu vert.dossier_cinq_a.jpg

Pourtant cette enfant était en danger et j’étais témoin de cela. Devais-je intervenir ? Ne pas intervenir ? Laisser la mort frapper cette enfant sans chercher à prévenir, sans aller aider un petit être laissé sans protection dans un véhicule qui peut devenir une arme de mort avec un pare-brise éclaté par l’impact d’un corps d’enfant non attaché.

Un premier feu est passé au vert et je n'ai rien fait. J’étais derrière cette voiture, mon sang s’est glacé et je n’ai rien pu faire. Elle a tourné et j’ai tourné derrière... Puis un deuxième feu. Je sors ? Je vais voir la maman pour lui parler ? Je n’ose pas.... Je me dis que je dois intervenir pour cette enfant et puis le respect de la liberté d’autrui me cloue dans mon siège au volant de ma voiture.

images.jpegLe respect de la connerie d’autrui... m’a clouée et a fait que je n’ai rien pu dire. Puis un stop. La voiture est toujours devant moi et je la suis. C’est mon itinéraire. Le hasard m’a placée derrière ce véhicule où j’observe toujours l’enfant non attachée.

Un autre feu rouge se présente. Zut, à bas le respect de la connerie d’autrui.Photo014.jpg

“Non assistance à personne en danger”, c’est un terme que je connais, que nous connaissons tous, que vous connaissez.

Alors à ce titre, j’ai planté ma voiture sur la route, derrière la voiture verte arrêtée au feu, et je suis allée tambour battant parler à la mère.

“Je voudrais vous parler”, dis-je d’un ton décidé.

Elle se retourne vers moi surprise.
“Vous m’avez fait peur”, dit-elle.

Je lui dis : “Madame, pourriez-vous attacher votre enfant ? Vous savez, je connais un enfant de son âge qui un jour, alors que le papa freinait, est passé dans le pare-brise... et il est mort. S’il vous plaît, pensez à lui et attachez-le !”

La maman me répond excédée : “Vous n'êtes pas de la police !?!”

Et elle démarre en trombe en me laissant en plein milieu de la route.imagesZftgBb.jpeg

Elle a tourné plus loin à gauche.

imagesKyFBXN.jpegJe me dis qu’elle repensera à cette femme qui a planté sa voiture en plein milieu de la chaussée pour venir lui parler de la sécurité de son enfant et qu’elle l’attachera à l'avenir. 

Je me dis que la bienséance ne tient pas quand on voit un enfant en danger sur la route.

Et qu’il faut bouger pour qu’un nouvel enfant ne meurt pas projeté contre un pare-brise ou éjecté d’une voiture, paralysé à vie ou bien mort définitivement.

Je ne suis pas de la police, non, mais une professionnelle de la route qui se sent responsable de la sécurité citoyenne.

Le site “securiteroutiere.gouv.fr” nous rappelle ceci : “Selon certaines enquêtes, près de la moitié des enfants de 0 à 14 ans continueraient à voyager non attachés ou mal attachés, c’est-à-dire dans des dispositifs de retenue non adaptés à leur taille, détériorés ou mal installés. Comme pour les adultes, c’est surtout en ville et sur les trajets courts que l’oubli de la ceinture se produit. Or, dans une collision à 50 km/h, un enfant non attaché de 30 kg se transforme en un projectile de 1 tonne. Un choc à cette vitesse représente les mêmes risques qu’une chute du quatrième étage d’un immeuble ! dossier_cinq_b.jpg

Attacher ses enfants en voiture —et cela, même pour quelques centaines de mètres, même si l’on roule à 20 km/h— n’est pas moins indispensable que de les empêcher de jouer sur un rebord de fenêtre en étage et sans rambarde…”.

Chloé Laroche

17/03/2009

Ma chronique routière se poursuit aujourd'hui avec mon observation d'un enfant encore non attaché dans une voiture et diverses réflexions sur la sécurité des piétons et des vélos.

 

BPH115.jpgJe poursuis ce soir ma chronique de la route, chronique que j’ai démarré ces temps-ci pour témoigner, dans le cadre de mon métier de conductrice professionnelle, de mon observation des comportements routiers. 

 

Aujourd’hui, j’ai découvert une ville qui roule bien, avec des automobilistes respectueux du Code en majorité, en très grande majorité. Mes concitoyens conduisent bien et finalement produisent très peu d’accidents et d’accrochages, au vu de la circulation abondante.tete-auto.jpg

 

images-3.jpegLes piétons sont respectés et ils remercient volontiers lorsqu’un automobiliste les laisse passer. Aujourd’hui, j’en ai laissé passer sept d’un coup sur les Grands Boulevards. On aurait dit que j’étais le Messie... Ils m’ont tous offert de grands sourires, des remerciements de la main et le sourire illuminé des enfants. “Oh, une dame qui laisse passer..”. Ce n’est quand même pas si étonnant..! À moins qu’ils n’aient pas l’habitude de voir une voiture s’arrêter en pleine avenue alors qu’il n’y a ni feu ni stop... juste un passage piéton, avec des piétons qui attendent.images-7.jpeg

 

bxp59761.jpgJe vais enfoncer le clou d’hier, dans ma chronique, où je parlais déjà d’un jeune enfant non attaché dans une voiture. C’est assez rare que j’en vois... mais aujourd’hui, j’en ai vu un à nouveau dans une Clio rouge. Il y avait des femmes dans la voiture. L’enfant de six ans était à l’arrière, debout, non attaché. Je les ai remarqués sur l’avenue Jeanne d’Arc, puis la voiture s’est engagée sur l’avenue Marie Reynoard. Cela me hérisse que les adultes n’aient pas cette conscience d’attacher l’enfant pour sa sécurité car, en cas de coup de frein, l’enfant est mort, projeté à travers le pare-brise ou d’autre façon atroce.

 

Ce matin, un automobiliste a grillé le stop qui était sensé l’arrêter.collision-camion-auto.jpg

Il est passé devant moi pour rejoindre le Quai du Drac à Fontaine, alors que j’étais dans la rue de la Liberté.

 

images.jpegEt une dame en vélo a pris un gros risque, me coupant la route à la sortie d’un rond-point, à Sassenage. Elle était sensée s’arrêter à un stop spécialement conçu pour que les vélos s'arrêtent sur leur piste cyclable mais elle a dû penser que les voitures polluent assez pour pouvoir laisser passer les vélos en toute occasion. Cependant, il faut toujours avoir à l’esprit qu’un vélo est fragile devant une voiture. Continuer de penser que tous les automobilistes s’arrêtent est une erreur.

Et puis... ne jamais oublier qu’un vélo doit respecter le Code tout autant qu’une voiture : feux rouges, stops, sens interdits, etc. Ne jamais non plus dépasser le cinquante en ville... (sourire).images-2.jpeg

 

 

 

 

images-4.jpegPour finir, comme chaque jour, j’ai constaté des feux rouges grillés et des piétons inconscients des dangers de la chaussée, comme cette maman tenant la main de son jeune fils sur la route  avec l’enfant marchant du côté des voitures. 

 

200331750-001.jpgPensez qu’une voiture pèse son poids et que la vitesse décuple le poids arrivant sur vous, pauvre piéton sans armure et sans défenses.

 

À demain sur la route de la vie.

 

Chloé Laroche

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu