Avertir le modérateur

10/06/2019

Invitation de Chloé Laroche au Salon du Livre de La Pierre, en Isère, pour une dédicace de ses livres, en compagnie de trente auteurs.

Bonjour à tous et toutes,la pierre,salon,écrivain,roman,isère,grenoble,grésivaudan,laroche,dédicace,rencontre,signature,nouvel auteur,littérature,histoire,résistance,tencin,crolles,livre,ouvrage,régional,talent,france,région,public,populaire,partage,communication,résilience,expression,art,création,ombre de l'histoire,claude rouge,piotto,chloé laroche,short edition,édition,éditeur,maquis,prost

 

Je vous informe avec joie que je participe comme écrivain au Salon du Livre de La Pierre, près de Tencin en Isère, le dimanche 16 juin 2019, entre 10 h et 18 h.

Mon premier roman : "Le livre qui avait fin ou le Voyage de Yémima" est enfin édité et je me ferai un plaisir de vous le dédicacer, à cette occasion, ainsi que tous mes autres ouvrages présents sur mon stand.

Trente auteurs seront présents au même salon pour dédicacer leur ouvrage.

Venez nombreux !

Allez vite voir l'affiche en fin d'article, avec tous les noms des auteurs présents !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mon ouvrage : "Il en ailes, Elle en île - Quand un couple traverse le cancer" est toujours beaucoup apprécié des patients, des couples traversant l'épreuve du cancer et des médecins qui le recommandent.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tous mes livres peuvent être commandés auprès de moi, en demande par mail à : ac.laroche38@gmail.com.

 

Vous pouvez aussi les découvrir sur cette page :

https://www.monbestseller.com/membre/chloe-laroche

 

Merci à vous, tous mes lecteurs, pour votre lecture, votre fidélité et votre sympathie à mon égard.

 

Chloé Laroche

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

MON ROMAN (extrait de la 4ème de couverture)

Le livre qui avait fin ou le voyage de Yémima

 

Anne avait l’habitude. Son taxi, celui qu’elle conduisait chaque jour, était empli de fantômes et elle savait qu’ils s’entassaient parfois à dix ou douze dans le véhicule. Ils étaient en fait d’anciens patients que Anne avait transportés, des patients qui l’avaient beaucoup appréciée pour son égard envers eux, pour sa déférence et sa disponibilité. 

-Le piolet de votre père ? Il était montagnard ?
-Oui, c’est tout ce qu’il m’a laissé. Je ne l’ai pas connu. Ma mère m’a dit pendant très longtemps qu’il était mort dans les Écrins, juste avant ma venue au monde... On avait retrouvé son piolet et depuis que je fais de la montagne, je ne m’en sépare jamais. Je sais qu’il aimait faire la traversée des trois Pics. C’était un jeu pour lui... un jeu de cordes et de vide pour l’alpiniste qu’il était, en funambule génial dansant dans les parois. Lorsque je viens ici, c’est un peu comme si je le retrouvais. (extraits du livre)

Dans ce premier roman, écrit par Chloé Laroche, des personnages attachants nous emmènent découvrir leur existence sur les sommets de l'Isère et les ponts du monde entier. Vous y trouverez deux ouvrages imbriqués, dont l’un est très mystérieux, et vous découvrirez des personnages comme Hugo ou Michel qui sont des âmes en partance, ainsi que Yémima, née dans une Algérie gouvernée désormais par les femmes, qui a entrepris une quête contre ses phobies, et aussi Anne qui transporte dans son taxi des personnes malades, elle-même luttant contre le cancer et sa récidive et dont le fils souffre de phobie scolaire, sans oublier Éléna qui a perdu toute sa famille et qui vit en Californie avec son fils Aladin, et enfin un passage au Japon en compagnie de Hikari, directeur du Mémorial de la Paix à Nagasaki.

Vous irez à la rencontre de Vincent, un ancien marin vivant dans le Trièves, et de Daphnis, montagnard alpin qui pleure sa fille enlevée à l’âge de sept ans et dont la compagne dépérit, suite à ce drame. Enfin, Clothilde espère pouvoir se libérer de l’emprise de la secte qui lui a pris son fils et son équilibre. Elle rencontre Éloïse dans le métro parisien.

 

Prix de cet ouvrage : 10 euros

 

----------------------------------------------------------------------------------

la pierre,salon,écrivain,roman,prost,isère,grenoble,grésivaudan,laroche,dédicace,rencontre,signature,nouvel auteur,littérature,histoire,résistance,tencin,crolles,livre,ouvrage,régional,talent,france,région,public,populaire,partage,communication,résilience,expression,art,création,ombre de l'histoire,claude rouge,piotto,chloé laroche,short edition,édition,éditeur,maquis

14/05/2016

Ma critique sur le film "Ma Loute". Le réalisateur n'est pas si loin de la réalité du monde. Il nous amène à regarder derrière les apparences.

Chers lecteurs,

 

 

Ce soir, je suis allée voir le film : "Ma Loute". 

Je suis assez d'accord avec le commentaire lu après avoir vu ce film, un commentaire écrit par "Ener1" sur le site de Allociné : "Le scénario aurait pû être bien mais dès qu'ils commencent à bouffer de l'humain sanguinolent, non merci ... J'aurai sû, j'aurai pas venu ...".

Moi non plus, je ne serai pas venue si j'avais su. En même temps, lorsqu'on creuse un peu derrière les apparences trompeuses, les terreurs du film, les abominations et les excentricités montrées... on s'aperçoit que le réalisateur n'est pas si loin de la réalité du monde.

Un ami m'avait accompagnée pour visionner cette création cinématographique mais il a été loin de penser, au contraire de moi, que ce film montrait une certaine réalité, à tel point que devant le pied que tend la mère anthropophage à ses enfants, cela lui a paru tellement irréel que cela lui a paru aussi risible.

Mais c'est bien ce que montre ce film : qu'à force de penser que l'humanité n'est que belle et bonne, on en vient à faire du déni sur les horreurs réelles qui existent. Cet ami pensait que cela était tellement énorme que cela ne pouvait exister. Mais malheureusement, cela existe et tant de choses terribles ont existé. 

Bruno Dumont nous parle aussi d'inceste, par un frère et un père, sur une femme devenue hystérique et hyper sensible. Sa souffrance est tellement à fleur de peau et extrême qu'elle en est devenue  excentrique, à force d'être expansive. Sa fille, Billie, qui est née de ce viol incestueux, vit maintenant chez son oncle, lequel peut être aussi son père. Elle est attirée par le jeune criminel qui tue plein de personnes alentour et lui aussi semble attiré par elle.

Mais à un moment, cette jeune fille va voir arriver sur elle un déchainement inouï de violence et de coups, de la part de ce jeune qu'elle aime, nommé Ma Loute. Elle l'avait dit aux policiers : "Je suis une jeune fille déguisée en garçon."

Voilà ici le problème du Genre qu'on ne résoudra pas, puisque tous les journalistes de Cannes et les cinéphiles se demandent encore si Billie est une fille ou un garçon.

Mais le jeune Ma Loute, en la portant dans ses bras, pense sentir autre chose, faisant penser à des attributs masculins. C'est alors qu'il la frappe, en lui disant qu'elle l'avait trahi. C'est une scène terrible, comme le passage où la mère de Ma Loute frappe violemment avec une rame les personnes prises dans le filet et qui attendent d'être  mangées par cette famille anthropophage. La scène où les trois jeunes enfants mangent avec leur grand frère Ma Loute les restes humains est insoutenable.

Mais ce qui me choque, en lisant certains commentaires et notamment un article d'une journaliste à Cannes, c'est que des personnes portent aux nues l'histoire d'amour entre ces deux jeunes, entre Billie et Ma Loute, comme si cela transfigurait le film.

Parce que deux êtres s'aiment, alors on peut tout pardonner ? La fin montre bien cela : Billie découvre Ma Loute au bord de l'océan avec une autre jeune femme. Elle sait tout, mais elle ne dit rien. Elle ne dénonce pas... Pourquoi ? 

Peu-être parce que le film veut dire que ces deux jeunes sont deux victimes, victimes de leur milieu familial, victimes de leur enfance, victimes de la violence extrême.

Peut-être  parce que Ma Loute a sauvé Billie, sa mère et son oncle, en les emportant loin de ses parents avides de sang sur une charrette, trouvée ensuite par les policiers. Il a pris cette décision de courage ultime d'arrêter le massacre, de dire NON à une famille toxique et malsaine.

Tous les acteurs sont magnifiques dans leur rôle, les non-professionnels comme les professionnels. Le Commissaire Machin est troublant dans sa légèreté, se mettant à rouler sans problème, malgré son poids... à voler aussi. C'est par des scènes telles que celles-ci qu'on comprend que le réalisateur nous amène à regarder et voir derrière les apparences, à réfléchir sur notre façon de voir une personne obèse, une personne dite folle, une personne excentrique, une personne sans genre, une personne maladroite, une personne bossue, etc.

J'ai trouvé dans ce film beaucoup de sensibilité autant qu'une grande cruauté, qui me fait recommander de ne pas aller le voir si vous avez moins de seize ans ou si vous êtes d'une nature émotive et sensible.

 

Chloé LAROCHE

 

 

 

 

14/05/2014

Un jour d'août, en Maurienne... Récit de la chute d'un ange de quatorze ans, jeune montagnard. Récit sur le destin et l'acceptation de notre impermanence. Notre vie est un mandala.

th-116.jpegBonjour à tous et toutes,

 

Je suis passionnée de montagne et je suis donc dépositaire de cette histoire que je souhaite partager avec vous.

Ces faits sont réels et marquent encore le seul rescapé de cette sortie en montagne, rescapé qui a pris de l'âge mais qui, à chaque 25 août, se souvient et pleure. Il avait seize ans à l'époque mais le destin lui a montré que la mort peut frapper à tout moment et qu'elle peut être terrible et brutale, nous ramenant à notre propre existence de vivants qui bien souvent nous pensons immortels, faisant s'écouler le temps comme si la plage de notre vie était infinie.th-112.jpeg

Un jour donc, il y a fort longtemps, dans les années quarante, en Maurienne, un jeune homme de trente-cinq ans environ décida d'emmener trois jeunes de quatorze, douze et seize ans pour faire l'ascension de la Croix des Têtes en Maurienne.

Il était prêtre et a fait partie de la Résistance, véritable héros de sa région.

Ce jour-là d'août, les quatre hommes laissèrent leur corde dans le sac et grimpèrent comme des chamois dans ces parois que je vous laisse apprécier dans le lien suivant :

http://laurentguerin.pagesperso-orange.fr/montagne/croix-tetes/croix-tetes.html

Le jeune prêtre avait proposé d'emmener Jean, un jeune garçon de quatorze ans qui souffrait d'asthme. "Le bon air de la montagne lui fera du bien", avait-il dit à ses parents.

th-117.jpegEffectivement, lorsque Jean était en montagne, il allait beaucoup mieux et se trouvait transfiguré. Malheureusement, la montagne l'aimait tant aussi qu'elle l'a emporté.

Ils se trouvaient dans une montée de barre rocheuse, dans une paroi, non encordés, lorsque soudain le mauvais temps qui tournait à l'orage leur fit peur. Le meneur décida de redescendre les jeunes gens. Jean se trouvait devant, décalé un peu sur la droite. Il savait se tenir sur les rochers et grimper sur les parois comme un chamois. Mais lorsqu'il voulut redescendre, la pierre sous son pied céda et il chuta, sur plus de trente mètres.th-111.jpeg

Le jeune de seize ans le vit tomber et il se rappelle encore de ce corps disloqué, de ce cerveau éclaté, des membres écartelés par la paroi et les rochers en contrebas. Son ami était mort, si brutalement, si violemment. Sans qu'il ait pu lui dire adieu.  

Il fit preuve d'un grand courage, protégeant en même temps le jeune de douze ans d'autres chutes, car avec le prêtre, ils durent porter le corps jusqu'au torrent le plus proche, avant d'aller chercher des secours pour emmener la dépouille. Ce fut horrible pour ces trois humains qui ne voyaient en la montagne que la résonance de leurs rires quelques heures auparavant. Ils pensaient au fait qu'ils ne s'étaient pas encordés. Seraient-ils encore vivants s'ils avaient été solidaires de leur ami avec la corde installée, emportant les quatre hommes dans un destin final, ou bien auraient-ils pu lui éviter cette chute terrible ?

P1170644 - copie.JPGLes parents du jeune décédé acceptèrent la mort de leur fils sans porter plainte ni chercher d'ennui au meneur de cette randonnée. Ils dirent que c'était le destin, sans vouloir faire porter sur quiconque le poids d'une responsabilité incombant au seul tort d'une pierre qui se décroche, entraînant la chute d'un ange.

Lorsque je contemple les créateurs d'un mandala de sable, j'observe qu'ils créent une oeuvre magnifique, comme la femme porte son bébé en elle durant neuf mois, pour ensuite le donner à la vie.

Puis, le mandala reste là durant des jours, offert à la contemplation de ceux qui savent l'apprécier, dans le silence des yeux qui savourent sa beauté. Jusqu'au jour où l'on ramasse le sable coloré, le ramenant en une urne qu'on offre à la rivière ou aux vents, tel l'être humain qui retourne à la source des âmes, après avoir offert le déroulement de sa vie aux regards des personnes proches qui resteront à jamais habitées par le mandala de son existence désormais finie ici-bas. th-104.jpeg

Chloé Larocheth-114.jpeg




____________________________


Images de Mandalas :

http://www.bing.com/images/search?q=mandala&qpvt=mandala&FORM=IGRE#a

 

 

 

17/03/2014

Mon propos sur le film "The Box"... Pour que l'humanité soit sauvée, il faut arrêter d'appuyer sur le bouton et devenir altruiste, penser à tous les inconnus liés à nous indirectement.

the box,richard kelly,critique film,cinéma,cameron diaz,science fiction,mystère,boîte,pandore,ève,femme,faute,morale,famille,secret,testeur,test,humanité,altruisme,amour,mort autrui,inconnu,enfant,non-dit,terreur,libre arbitre,punition,acte,choix,responsabilité,lâcheté,crime,karma,justice,condamnation,planète,pollution,arme,trafic,drogue,châtiment,enfer,création,sens,profondeur,philosophie,réflexion,vie,mort,sacrifice


Ce soir sur France 4, les téléspectateurs ont pu revoir "The Box" de Richard Kelly, film qui fit polémique, par rapport à ceux qui ont dit ne rien comprendre à ce film, à d'autres qui ont pu écrire de lui qu'il était... (pardonnez-moi des termes rapportés)... "une grosse merde incompréhensible, à éviter ou à réserver aux pseudos intellos qui croient tout savoir" et à ceux qui ont su voir une profondeur et un sens à cette réalisation étonnante.the box,richard kelly,critique film,cinéma,cameron diaz,science fiction,mystère,boîte,pandore,ève,femme,faute,morale,famille,secret,testeur,test,humanité,altruisme,amour,mort autrui,inconnu,enfant,non-dit,terreur,libre arbitre,punition,acte,choix,responsabilité,lâcheté,crime,karma,justice,condamnation,planète,pollution,arme,trafic,drogue,châtiment,enfer,création,sens,profondeur,philosophie,réflexion,vie,mort,sacrifice

Je pense que ce film représente tout à fait ce que pourrait penser de nous une race extra-terrestre venue nous tester et nous condamnant à l'extermination pour ne pas avoir pu mettre de côté nos désirs égoïstes et les avoir fait passer avant l'attitude altruiste de considérer la vie d'autrui plus importante que l'argent, le profit et l'appât du gain.

Le grand Testeur, dans le film, dit de la race humaine que nous vivons dans des boîtes (nos maisons), que nous roulons dans des boîtes (nos voitures), pour aller travailler dans des boîtes et pour finir au terme de notre vie dans une boîte. Il a donc pris comme symbole la BOÎTE qu'il fait déposer devant la porte d'un couple. Boîte qui nous rappelle la boîte de Pandore mais aussi la pomme qu'Ève croque et dont elle tente Adam. 

the box,richard kelly,critique film,cinéma,cameron diaz,science fiction,mystère,boîte,pandore,ève,femme,faute,morale,famille,secret,testeur,test,humanité,altruisme,amour,mort autrui,inconnu,enfant,non-dit,terreur,libre arbitre,punition,acte,choix,responsabilité,lâcheté,crime,karma,justice,condamnation,planète,pollution,arme,trafic,drogue,châtiment,enfer,création,sens,profondeur,philosophie,réflexion,vie,mort,sacrificeMalheureusement, dans ce film, c'est toujours la femme, comme dans la Genèse, qui accepte d'appuyer sur le bouton de la boîte afin de gagner un million de dollards. Oui, mais contre quoi ? Contre la vie d'un être humain qui va inéluctablement mourir. Lorsque la femme appuie sur le bouton, on sent qu'elle le fait parce que l'homme n'appuie pas mais qu'il aurait bien envie et laisse faire sa femme. Ils sont donc tous les deux complices, sauf que l'homme en plus est lâche et irresponsable. Il pourrait empêcher sa femme d'appuyer sur ce bouton en lui disant : "Tu es folle ; en appuyant sur ce bouton, on va devenir riche, mais une personne va mourir."

À chaque fois donc, lorsque la femme appuie sur le bouton de la boîte, une autre femme meurt ailleurs... tuée par le mari, lequel n'a d'autre choix que de tuer sa femme pour sauver leur enfant, enfant que le Testeur a fait enlever, obligeant le mari à choisir entre sa compagne et leur enfant. La femme se sacrifie et accepte de mourir pour sauver son enfant et quelque part expier sa faute première. C'est un cercle vicieux et le Testeur dit bien que si l'humanité veut être sauvée, il faut arrêter d'accepter d'appuyer sur le bouton et choisir par libre arbitre l'altruisme.the box,richard kelly,critique film,cinéma,cameron diaz,science fiction,mystère,boîte,pandore,ève,femme,faute,morale,famille,secret,testeur,test,humanité,altruisme,amour,mort autrui,inconnu,enfant,non-dit,terreur,libre arbitre,punition,acte,choix,responsabilité,lâcheté,crime,karma,justice,condamnation,planète,pollution,arme,trafic,drogue,châtiment,enfer,création,sens,profondeur,philosophie,réflexion,vie,mort,sacrifice

Appuyer sur le bouton, c'est, pour une mère de famille, un père, mettre ses proches à l'abri du besoin, penser égoïstement à ses enfants, à son conjoint, en taisant à jamais la souffrance d'un autre être humain tué par le profit d'autrui, par la pollution, par le marché des armes, par celui des drogues dures, par les usines aux produits agressifs et mortifères, par les pesticides largués à grande échelle sur les cultures, par les aliments dénaturés, par les forêts qu'on coupe pour satisfaire certains marchés.

Face à la problématique de l'humain adulte qui essaye de se faire une place au soleil et de tirer profit à son avantage, on voit aussi l'Enfant qui s'interroge sur son propre avenir, lié à la planète Terre.the box,richard kelly,critique film,cinéma,cameron diaz,science fiction,mystère,boîte,pandore,ève,femme,faute,morale,famille,secret,testeur,test,humanité,altruisme,amour,mort autrui,inconnu,enfant,non-dit,terreur,libre arbitre,punition,acte,choix,responsabilité,lâcheté,crime,karma,justice,condamnation,planète,pollution,arme,trafic,drogue,châtiment,enfer,création,sens,profondeur,philosophie,réflexion,vie,mort,sacrifice

Derrière de nombreuses scènes du film, on voit nettement -par superposition d'un regard cherchant à l'arrière de cette toile cinématographique- toute la problématique de l'enfant témoin de l'angoisse qui monte dans le couple parental sans qu'on ne lui dise rien, cet enfant qui assiste à tout en secret, qui ne peut rien dire, qui ne comprend pas et qui au final devient sourd et aveugle, peut-être d'avoir trop vécu de non-dits.

Le père tue sa mère à la fin pour redonner la vue et l'ouïe à leur fils, afin que ce fils soit libéré mais c'est le père qui est finalement emmené par les policiers comme un criminel, laissant l'enfant seul avec lui-même et avec le Testeur. Le chef de famille paye le fait d'avoir laissé faire, d'avoir participé à la destruction d'autrui qui rejoint son propre lui-même, son propre couple et son propre enfant. Il comprend que tout est lié et qu'accepter une grosse somme d'argent contre la vie d'un autrui inconnu est terrible, car bien qu'inconnue, la personne qui a perdu la vie rejoint son propre destin, celui de cet homme.

the box,richard kelly,critique film,cinéma,cameron diaz,science fiction,mystère,boîte,pandore,ève,femme,faute,morale,famille,secret,testeur,test,humanité,altruisme,amour,mort autrui,inconnu,enfant,non-dit,terreur,libre arbitre,punition,acte,choix,responsabilité,lâcheté,crime,karma,justice,condamnation,planète,pollution,arme,trafic,drogue,châtiment,enfer,création,sens,profondeur,philosophie,réflexion,vie,mort,sacrificeL'humanité est mise en boîte dans ce film, dans une société où le matérialisme a pris le pas bien souvent sur l'altruisme. Il est à se demander si nous arriverons à réussir le test à grande échelle industrielle pour sauver des vies, nos vies, celles de chacun, et laisser une planète saine à nos enfants, pour qu'ils ne deviennent ni sourds, ni muets, ni aveugles, ni asphyxiés.

La réponse est dans mon précédent article, malheureusement... réaliste et pessimiste, mais avec l'espoir tout de même que des humains, -avec cet exemple des parents orphelins en Italie qui luttent contre la pollution de la Terre de Feu-... que des humains arrivent à refuser que le bouton continue d'être appuyé par des personnes avides et sans coeur qui n'en ont rien à faire que des enfants meurent et que des femmes et des hommes soient foudroyés de douleur devant la mort de leur enfant.the box,richard kelly,critique film,cinéma,cameron diaz,science fiction,mystère,boîte,pandore,ève,femme,faute,morale,famille,secret,testeur,test,humanité,altruisme,amour,mort autrui,inconnu,enfant,non-dit,terreur,libre arbitre,punition,acte,choix,responsabilité,lâcheté,crime,karma,justice,condamnation,planète,pollution,arme,trafic,drogue,châtiment,enfer,création,sens,profondeur,philosophie,réflexion,vie,mort,sacrifice

Ce film nous rappelle aussi que l'on peut se sentir bien dans sa vie, à l'aise matériellement, mais que si l'on passe à côté de ceux qui n'ont rien sans faire un acte de don et de générosité envers eux, alors la boîte se remplit d'obscurité et notre coeur se rétrécit aussi vite que les lumières de Noël s'éteignent après le luxe des cadeaux dépensés sans penser aux plus démunis. Les boîtes de cadeaux à la période des fêtes sont jolies et enrobées de beaux papiers. Mais si l'on donnait de l'argent pour les plus pauvres, pour les Restos du Coeur, pour le Secours Populaire, pour le Quart-Monde, pour au moins le quart du budget alloué à nos cadeaux, alors l'humanité s'en porterait mieux et l'altruisme grandirait pour éviter au grand Testeur de nous éliminer définitivement de notre belle planète.

the box,richard kelly,critique film,cinéma,cameron diaz,science fiction,mystère,boîte,pandore,ève,femme,faute,morale,famille,secret,testeur,test,humanité,altruisme,amour,mort autrui,inconnu,enfant,non-dit,terreur,libre arbitre,punition,acte,choix,responsabilité,lâcheté,crime,karma,justice,condamnation,planète,pollution,arme,trafic,drogue,châtiment,enfer,création,sens,profondeur,philosophie,réflexion,vie,mort,sacrifice

Chloé LAROCHE


 

the box,richard kelly,critique film,cinéma,cameron diaz,science fiction,mystère,boîte,pandore,ève,femme,faute,morale,famille,secret,testeur,test,humanité,altruisme,amour,mort autrui,inconnu,enfant,non-dit,terreur,libre arbitre,punition,acte,choix,responsabilité,lâcheté,crime,karma,justice,condamnation,planète,pollution,arme,trafic,drogue,châtiment,enfer,création,sens,profondeur,philosophie,réflexion,vie,mort,sacrifice


11/09/2012

ELLE REGARDE LE CIEL... qui est en elle et voit voler dans ses rêves le papillon de son âme.

LE PAPILLON DE SON ÂME ____________________



Elle regarde le cielUnknown-1.jpegUnknown-2.jpeg

Qui est en elle

Et voit voler dans ses rêves

Le papillon de son âme

 


Il est bleu l'admirable

Le merveilleux

Cet avenir dont elle rêve

À la couleur océan

 


Cet océan que nos frères

Ont pollué sans retour

Verra t-il un jour

La couleur des papillons

Qui ont bercé notre enfance ?

 

 

Chloé LAROCHE

16/02/2012

Aimer son prochain par-delà sa propre douleur et dire les ignominies pour que l'ignorance ne paralyse pas notre solidarité et notre devoir de mémoire, de la SYRIE aux tueries de la Seconde guerre.

u19982279.jpgBonjour à tous et toutes,

 

Je traverse actuellement la période difficile de l'anniversaire du départ de ma fille aînée et je vis dans le corps l'amoncellement intérieur de souffrance depuis toutes ces années où on apprend à accepter afin de poursuivre sa destinée, afin de donner son coeur et son énergie à d'autres personnes en souffrance.


On est très seul face à ce handicap intérieur qui ne se voit pas, l'amputation de cette partie de nous mise au monde par notre ventre, notre enfant arraché à la vie.u14061573.jpg


On apprend à gérer et à reconnaître les périodes de plus grande fatigue afin de se préserver et d'accepter qu'à certains moments on peut être plus fragile, plus vulnérable.


images.jpegLe deuil d'un enfant s'apaise et se dilue dans le temps, par rapport au degré de souffrance morale intense que l'on vit à l'annonce de la mort, mais le deuil ne se finit jamais puisque l'on est amputé et que notre vie a basculé entre terre et ciel, un pied dans la tombe où le vertige de la mort nous fait chavirer.


thumbnail-7.aspx.jpegIl faut choisir en un choix conscient de se battre, de dire oui à la vie, de renoncer à cet amour vivant et ayant vécu, disparu avec notre enfant, amour qui vit au-delà de nous-même dans la création, la créativité, le don de soi.


Il faut se dire que notre vie s'arrêtera et le rejoindra un jour pas si lointain, qu'elle rejoindra ceux que l'on a aimé et qui sont partis si loin de nous. En attendant, on a des choses encore à vivre ici, des mains à serrer et à tendre, des sourires à donner, un coeur à partager, des souffrances à soulager, des ignominies à dénoncer.


PAA091000051.jpgJe suis profondément meurtrie de voir qu'en Syrie, tant d'enfants meurent sans qu'on ne puisse rien faire, qu'une ville : Homs, soit ainsi martyrisée et bombardée sans arrêt, que la Russie et la Chine bloquent toute décision pour venir en aide à ce peuple. En une nuit, plus de deux cent civils, dont des enfants, ont été massacrés et cela continue. De jeunes enfants sont torturés, brûlés à la cigarette ou électrocutés. Dans certains quartiers de la ville, on a retrouvé des familles entières égorgées et massacrées de façon barbare. Des familles ont été sorties de chez elles dans la rue et des voitures leur fonçaient dessus pour les écraser.


x14402629.jpgJ'ai été infiniment bouleversée aussi d'avoir vu une terrible photo prise lors d'un massacre d'enfants durant la Seconde guerre mondiale, photo prise de dizaines d'enfants étendus par terre, si jeunes et le corps froid, tués par les Nazis. Meurtrie de voir autant de cruauté dans l'Humanité. Meurtrie de comprendre de jour en jour ce qu'a été le massacre des Juifs, en prenant conscience du passé qui nous sali à jamais en tant que français à travers la France de Pétain, passé qui nous crucifie pour toujours à travers le sort de milliers de familles juives décimées et à travers tous ceux (juifs, résistants, tziganes, homosexuels) qui sont morts en camps de "concentration" en Allemagne et de "rétention" en France.


page03-1pt.gifComment le 10 juin 1944, des soldats S.S. ont pu prendre un village entier, tuant à 16 h tous les hommes rassemblés en différents lieux, dans un petit bourg tranquille et sans histoire, Oradour sur Glane ? Comment ont-ils pu enfermer quatre cent femmes et enfants dans l'église afin de les tuer, leur tirant dessus à bout portant et les asphyxiant, tirant même sur deux femmes qui s'enfuyaient avec un bébé. Il y eut 642 victimes en ce jour terrible que la France n'oubliera jamais.


Aujourd'hui et hier, on a le devoir de réagir, de savoir et de ne jamais oublier. Mais l'histoire se répète, même si elle ne porte pas le même nom.bul0167.jpg


Aujourd'hui, en France, il y a des camps de rétention comme on en trouvait dans la France de Vichy. La Cimade entrait en ces lieux avec la Croix-Rouge pour venir en aide aux juifs enfermés, aux femmes, aux enfants.

Aujourd'hui, la Cimade poursuit son oeuvre, comme quoi on avance sur le même mode, dans les mêmes rouages, sauf qu'il n'y a plus de trains pour emmener les juifs à la mort mais il y a des avions pour expulser des papas, des familles entières hors de France. Des enfants sont enfermés actuellement en camps de rétention. Il faut le savoir. Allez sur le site du réseau d'Éducation sans Frontières.org et vous comprendrez.

Ce soir, sur ce site, j'ai été interpelée par le cas d'une famille de Villejuif menacée d'expulsion dans le mois. Une famille qui comprend quatre enfants qui viennent de perdre leur mère d'un cancer. Il leur reste leur père. Le sous-préfet a décrété que maintenant que la maman est morte, les enfants doivent être déscolarisés et renvoyés en Algérie avec leur père. Cela fait deux ans qu'ils sont là. Les enfants ont deux tantes en France.

u19257753.jpgLa douleur de leur deuil est à prendre en considération dans une situation intolérable où les chiffres de l'Immigration ne devraient pas intervenir comme cotât. Je suis de tout coeur près de ce père éprouvé par le deuil de sa femme et près de ces enfants menacés de quitter le territoire français. C'est inhumain de leur faire subir ça.


Je demande donc pour 

Monsieur Amine BOUKHENCHOUCHE

père de Waïl, Rayane, Allaa Edine et Abir 

 

un titre de séjour « vie privée et familiale ».

 


 

Chloé LAROCHE________________x15302831.jpg


P.-S. : MERCI de signer la pétition demandant

le titre de séjour pour cette famille sur ce lien :

http://www.educationsansfrontieres.org/

article41331.html


De plus, aujourd'hui, jeudi 16 février, un rassemblement de soutien se tiendra à 16 h 30 devant l'école Pasteur.

Villejuif (94) : Rassemblement de soutien pour Monsieur Amine BOUKHENCHOUCHE et ses quatre enfants : Waïl, Rayane, Allaa Edine et Abir !

devant l’école élémentaire Pasteur 48 rue Louis Pasteur (métro ligne 7 direction Villejuif station Villejuif Léo Lagrange. La rue Pasteur est parallèle à la nationale 7 côté Villejuif).




26/08/2010

Mon poème pour la maternité... Quand un écrivain et un photographe allient leur art. Mon texte sur une photo de Skander, photographe émérite.

J'ai un ami, Skander, qui est un excellent photographe.

Il a fait cette magnifique photo de maternité et j'ai eu envie d'écrire ce texte que je partage avec vous.

http://www.flickr.com/photos/skazar/4862244617/in/set-721...

 

_Users_Anne_Chloe_Desktop_4862244617_6b90e3b83d_s.jpgQUAND UN COEUR PREND FORME____________________

Quand un coeur prend forme
sur le ventre d’une femme
un enfant vit en son sein
et les mains de ses parents
se fondent dans l’amour de lui

Quand le ventre d’une femme
devient aussi rond que la terre
les mains du couple se retrouvent
pour fêter la tendresse d’un monde
qui se crée à chaque instant

Quand la tendresse du monde
vient à s’échapper du nombril
les mains s’enlacent pour donner
l’amour de deux coeurs qui se croisent
à jamais réunies dans un petit être futur

Quand deux coeurs se croisent
la vie tressaille au fond d’un utérus
petit berceau étonnant de la vie
dans lequel une âme tisse les liens
de sa venue dans une lignée terrestre.

Chloé Laroche

_______________ Les sites de photos de Skander :

www.skazar.book.fr

http://www.flickr.com/photos/skazar

22/05/2010

Quand la résistance s’engage sur un site qui propose la délation pour gagner des points, les draps blancs ne s’allongent pas aux fenêtres pour défendre Mohammed à la Villeneuve de Grenoble.

Copie de 100_3077.JPGBonsoir à tous et toutes !

Quand la résistance s’engage sur un site qui propose la délation pour gagner des points, les draps blancs ne s’allongent pas aux fenêtres pour défendre Mohammed à la Villeneuve de Grenoble.imagesjQy2id.jpeg

En effet, Mohammed est un papa d’origine algérienne qui a été expulsé de France vers son pays, le 17 mars. La police est venu le chercher et l’a emmené devant ses deux enfants alors que son épouse était absente et ne l’a pas vu partir.

Imaginez la détresse qu’a éprouvé cette femme en rentrant chez elle et la tristesse d’Ali et Youssef qui pleurent leur papa. Ces deux enfants sont à l’école primaire du Lac à la Villeneuve à Grenoble. Le soutien s’est engagé autour de cette famille et un appel à la population a été lancé pour que les habitants protestent en mettant des draps blancs aux fenêtres et aux balcons.imagesZlJGUG.jpeg

Les fenêtres devraient être recouvertes par centaines dans ce quartier populaire mais hélas, un drap blanc est visible de ci de là, mais de façon si sporadique qu’on pourrait croire qu’un habitant l’a laissé là par hasard ou parce qu’il ne range pas ses draps !!

moton8.pngAujourd’hui, jour du 22 mai, la presse est sensée venir pour constater la blancheur immaculée suspendue aux fenêtres mais ils repartiront avec le sentiment qu’un papa peut être expulsé sans que le monde ne s’en émeuve. Je crois au contraire que les larmes coulent dans les coeurs en dedans ; les fenêtres représentent les yeux de l’âme communautaire, tellement en colère qu’elles restent murées dans le silence.

Il y a des réunions tous les mercredis et samedis matins avec le collectif de défense de Mohammed, collectif que vous pouvez rencontrer sur la place du marché de la Villeneuve à Grenoble.imageshO9bO8.jpeg

Je pense très fort à ce papa et à cette famille déchirée comme tant d’autres par la politique actuelle d’immigration, laquelle crée des situations familiales dramatiques que vous pouvez découvrir par centaines sur le site www.educationsansfrontieres.org.

Ces familles ont besoin de nous car à travers elles ce sont les droits de l’enfant, les droits des pères et des mères qui sont bafoués.

83Lio_resize.pngEt puis il y a une autre résistance dont je voulais vous parler ce soir. C’est l’histoire d’un site qui propose des sorties et qui fait se rencontrer des milliers de personnes en France sur un mode convivial et d’autonomie, c’est-à-dire que chaque membre peut proposer des sorties de toute sorte.

Mais depuis cette semaine, un nouveau concept est proposé par le webmaster de ce site. Il est désormais possible de faire de la délation et de gagner des points en cliquant sur la photo d’un membre si celle-ci ne convient pas (par exemple, si la personne n’est "pas reconnaissable" ou s’il y a un décor ou des rajouts à la photo ou une créativité particulière) ou bien encore si le pseudo est “ostentatoire” ou si les phrases mises dans le profil ne nous revient pas ("propos incorrect ou déplacé").Azilliz67_resize.jpg

Donc les membres peuvent cliquer pour dénoncer et soumettre l’objet de leur dénonciation à tous les membres du site qui peuvent cliquer sur POUR ou CONTRE. Si la communauté valide sa délation, le membre gagne 25 points et au bout de 5000 points il gagne un abonnement d’un mois gratuits.

Tenessee_resize.jpgLe problème est que depuis la mise en route de ce système, de nombreux membres ont vu leur photo disparaître, sous des prétextes fallacieux. Ils reçoivent de plus une menace de suppression de compte s’il leur prenait l’idée de remettre la même photo.

Alors pour indiquer leur mécontentement, de nombreux membres sur toute la France enlèvent leur photo ou en ajoutent une provoquante pour faire réagir. Ou bien mettent un carré blanc avec un ruban rouge sur leur profil.

Des pseudos comme : 1CHATON, 1fanfan5983, 1parisien, 4noisette, 1Yemanja, 1_____pirates... ont été inquiétés, pour cause de concepts ostentatoires.

Sur le descriptif d’un profil, le délateur a cru bon de soumettre le vote pour ceci :Myopalm_resize.jpg

Pedro38_resize.jpg“Pour être vraiment médiéval, il ne faut pas avoir de corps. Pour être vraiment moderne, il ne faut pas avoir d'âme. Pour être vraiment grec, il faut être nu.”Sebvarces_resize.jpg

Une jeune femme de Grenoble a mis une photo où elle avait un voile sur les cheveux. Un délateur l’a mise en vote. Certains votants ont cru bon d’indiquer : “Je vote pour ou contre ? Le webmaster autorise-t-il le voile ? Est-ce un signe ostentatoire de religion et cela est-il “indécent et choquant”, termes d’origine de cette délation.

En tout cas, pour l’instant sa photo reste en place et c’est bon signe. Cela veut dire que la communauté de ce site n’est pas pour la discrimination culturelle. Attention, il n’est question ici ni de niqab ni de burqa, car vous savez ce que j’en pense et je l’ai dit dans un autre article.

Wally13_resizeJYHJK3.jpgRien que d’en parler, cela me donne envie de mettre mon masque vénitien... Hé oui, on ne verrait que mes yeux et je me présenterais ainsi à l’Hôtel de Police de Grenoble. Rien que pour voir la tête des gens, des salariés et du public venu là pour traiter de ses plaintes. C’est là qu’on voit que le visage entier et découvert est important dans notre société !Purchye_resize.gif

Mais je retourne à mes moutons... pardon, à mes photos de membres. C’est bien la délation qui est choquante présentement. Et cette façon de faire de la part du webmaster de récompenser les délateurs par des points : on peut gagner 25 points par délation.Ballinette_resize.jpg

Il récompense aussi les votes du plus grand nombre, ce qui fait que si le délateur n’est pas approuvé sur une photo ou un profil porté au vote général, le délateur perd 9 points et les votants en gagnent.

Ce que je regrette dans tout ça, c’est que finalement la créativité et l’inventivité originale de chacun n’est pas acceptée et qu’il faut rentrer dans le moule pour être approuvé forcément.

Stephsimo_resize.jpgCe que je regrette, c’est que le bon sens n’existe même plus. En effet, il est admis que chaque membre puisse ne pas mettre de photo... Alors s’il en met une, pourquoi devoir le sanctionner sur sa façon de se présenter. S’il a envie de se présenter en puzzle ou la tête penchée ou avec des lunettes de soleil ou encore sur une moto ou un cheval ou dans un carré blanc... pourquoi pas ?!! Et puis, si on voit le bas des jambes d'une membre parce qu’elle porte une jupe ... est-ce indécent ?!!

J’espère que cette crise d’identité va pouvoir se résorber sur ce site et que la délation se fera furtive voire absente avec le temps. Le temps qui délite tout. “Avec le temps, va, tout s’en va, avec le temps.... “.Pheix1953_resize.jpg

Comme le dit un des membres mis en cause par un délateur : “La clarté ne naît pas de ce qu'on imagine le clair, mais de ce qu'on prend conscience de l'obscur.”

Chloé LAROCHESelena13_resize.jpgAoeil_resize.jpg

Adan38_resize.jpgAngelus83500_resize.jpg0n-y-va_resize.jpgSerge38_resize.jpg

31/03/2009

Monsieur ORELSAN, si vous lisez cette lettre, je vous demande d’écouter ma demande : celle de retirer définitivement cette chanson d’internet et de tout lieu.

Ce blog a reçu 7240 visites au cours du mois de mars 2009.

 

SB10065419O-001.jpgMonsieur Orelsan,

Vous avez écrit une chanson intitulée “Sale pute” mettant en scène, en paroles et en clip, un homme trompé par son amie.

Cet homme souffre et vous le faites parler à travers votre chanson. Vous exprimez sa haine et sa colère dans des termes très choquants.SB10064396E-001.jpg

Cet homme souhaite de la violence à cette femme. Il souhaite la mort de son enfant. “J’veux que tu tombes enceinte et que tu perdes l’enfant”... sont ses paroles. “Si j’te casse un bras, considère qu’on s’est quitté en bons termes”.

Je vous ai entendu vous exprimer et vous défendre à la radio... depuis le tollé général soulevé par votre chanson.

Vous avez dit : “Je n’ai jamais frappé personne. Cela m’embête d’avoir à m’expliquer sur le fait d’avoir écrit cette chanson, d’autant plus qu’elle n’est pas sur mon album.”

Pourtant, cette chanson est visible sur internet depuis deux ans. La création voyage, la création entre dans les têtes, imbibent les esprits, façonnent les jeunes et les moins jeunes, perturbent les plus fragiles.

SB10064396F-001.jpgPour la liberté de créer, on ne peut tout accepter et surtout pas l’incitation à la haine, surtout pas la violence toute nue, surtout pas... quand on sait qu’en France et dans le monde, des femmes meurent chaque mois d’avoir voulu quitter leur mari, leur compagnon. Parfois même, les hommes tuent les enfants du couple, par vengeance, cette vengeance dont vous parlez tant dans votre chanson.

Il y a quelques mois, un homme a découpé sa compagne en envoyant son tronc flotter sur une rivière dans une valise. C’était le 10 juin 2008. On a retrouvé la tête de cette femme plus tard. Pourquoi a-t-il fait cela ? “Parce qu’elle voulait me quitter”, a-t-il avoué.

Le 1er novembre 2008, à Bègles en Gironde, nous apprenions qu’un homme avait tué sa femme de plusieurs coups de couteaux car il n’a pas supporté la séparation après des années de mariage, la supprimant de la surface de la Terre comme si sa femme était son objet.SB10065706E-001.jpg

Le 26 juillet 2008 à Francheville, un homme a tué sa femme et ses deux enfants de 11 et 13 ans. Pascal Peillon n’avait pas supporté l’IDÉE d’une séparation avec sa femme Jacqueline, 38 ans. Il a étouffé ses fils avec un sac plastique, avant de mettre le feu à la maison, un feu qui a eu d’abord l’apparence d’une accident mais qui s’est révélé être un triple meurtre.

Je peux vous citer des dizaines et des dizaines d’histoires de ce type. L’histoire se répète sans cesse. Même dans le département de l’Isère où j’habite. Trois enfants sont morts dans un village. Tués par leur père. La mère a pu s’enfuir. Fantôme survivante d’un drame horrible de la séparation. Celle qu’elle souhaitait. Celle qu’elle n’oserait plus, si elle pouvait revivre dans le passé, en connaissance de ce sombre destin.

Vous devriez avoir honte jusqu’au bout de votre vie d’avoir écrit autant de haine dans votre chanson car vous êtes un créateur et en tant que tel, vous avez des responsabilités.

SB10065474DI-001.jpgDans cette création précise “Sale pute”, vous avez insulté les femmes. Vous avez essayé de faire comprendre à la terre entière qu’un homme trompé peut devenir violent, très violent... mais ça, on le savait. Par contre, donner la parole à la violence conjugale en des termes aussi directs, c’est grave, infiniment grave.

Imaginez qu’un homme trompé écoute votre chanson. Il écoute, il écoute, il voit le clip. Les paroles lui ronge l’esprit, lui donne des idées. “Oui, la vengeance. Oui, lui faire mal. Oui, qu’elle en crève.” Hé bien oui, Monsieur Orelsan, le créateur a ce pouvoir de dynamiser l’esprit des gens, des écoutants, des admirateurs de son talent.

Si vous lisez cette lettre, je vous demande d’écouter ma demande : celle de retirer définitivement cette chanson d’internet et de tout lieu.SB10065375S-001.jpg

Au nom de toutes les femmes mortes, de tous les enfants assassinés par la folie d’un homme, un homme qui ne peut supporter qu’une femme, sa femme, le quitte. Un homme qui ne voit que la violence pour répondre, pour évacuer la souffrance qui le submerge. Qui ne voit que la destruction, que la mort.


 Chloé Laroche

 

567006547.jpgPS. Allez lire par curiosité ce que j'ai écrit dans la catégorie : "Quand l'amour dépasse l'entendement". En voici un extrait, texte que j'ai écrit le 16 juillet 2008 : J’ai déjà parlé dans un de mes articles des hommes qui tuent leurs enfants et leur femme suite à une séparation ou un divorce. C’est effarant comme la liste s’allonge... Dans ma région, à Bougé-Chambalud : trois enfants tués par leur père, lequel s'est suicidé ensuite, en 2006. À Saint Siméon de Bressieux : un informaticien isérois de 48 ans a tué les trois enfants de sa femme avant de se suicider. L’homme avait menacé de mort sa compagne, qui a réussi à s’enfuir et se réfugier chez des voisins. Quand elle a voulu revenir, la maison était en feu et ses enfants issus d’un premier lit (5, 6, 17 ans) tués par balle. Le meurtrier a épargné le bébé de 18 mois dont il était le père. Aux Abrets en 2006 : Nicolas, 10 ans, tué par son ex-beau-père, lequel voulait se venger de la mère de l’enfant.... . Antoine a été retrouvé dernièrement flottant entre deux mondes, après avoir été jeté sciemment dans un lac par un homme qui avait “aimé” sa maman, petite Anne aide soignante, retrouvée morte assassinée, baignant dans son sang et frappée à mort par son ex-compagnon. En janvier 2008, un homme s’est défenestré, à Metz, avec le fils de sa compagne âgé de deux ans, suite à une rupture... Maxime Giasson Saint-Hilaire, 7 ans, a été abattu d’un coup de fusil de chasse le 27 septembre 1998 à Montmagny, au Québec, par son père adoptif, Pascal Giasson, 23 ans, quelques semaines après sa séparation d’avec la mère de l’enfant. Quelques jours plus tard, au Québec, le 30, par influence probable du drame précédent.... Myriam Chrétien, 6 ans, et Audrey, 3 ans, ont été abattues à coups de fusils de chasse à Hull par leur père René Chrétien, 32 ans. Celui-ci “bénéficiait de la garde alternée et est passé les chercher à une date indue, à l’école et à la garderie, soi-disant pour les amener en camping”.

 

____________________________COMMENTAIRE D'ÉNORA à propos de la critique des "Censeurs", eux-mêmes critiques de la chanson :

"Le type en question n'en est pas à son coup d'essai, cf son titre "St Valentin" où il est question d'éjac faciale, où les femmes en tant que telle sont de la sous-merde, de la viande à baiser, comme dans les pire porno. Donc, personnellement, ça m'ennuie un tantinet que ma nièce connaisse déjà ce clip où une femme adultère est une "truie bonne pour l'abattoir, une salope qui mérite qu'on lui décroche la mâchoire (bravo pour la rime). Ma nièce a 14 ans et tous ses camarades de classes connaissent cette saloperie. Libre à vous de dénoncer la censure mais respectez 1 minimum les femmes qui se sentent insultées par cette prose à gerber - Citation : "On verra comment tu suces quand je te déboîterais la mâchoire".

Ecrit par : Enora | 28.03.2009 (sur le site de 20minutes.fr)

__________________________________________________________________________________________________________________

 

CE QU'A DIT L'ACTUALITÉ :

Tollé autour de la chanson "Sale pute" du rappeur Orelsan.

par AFP, 27 Mars 2009

"Une chanson intitulée "sale pute" diffusée sur internet fait scandale en France, une ministre la qualifiant d'"apologie sordide de la brutalité envers les femmes", au point que le rappeur Orelsan a décidé de présenter ses excuses.

La chanson décrit de façon très crue la "haine" d'un jeune homme qui, découvrant qu'il a été trompé, déambule une bouteille d'alcool à la main en promettant à sa petite amie toute une série de violences physiques.

"J'ai la haine, J'rêve de t'voir souffrir", "On verra comment tu fais la belle avec une jambe cassée", "si j'te casse un bras, considère qu'on s'est quitté en bons termes", "j'veux t'voir retourner brûler dans les flammes", dit-il notamment.

"J'te déteste, j'veux que tu crèves lentement, j'veux que tu tombes enceinte et que tu perdes l'enfant", dit-il aussi, reprenant par la suite ce thème en des termes encore plus violents.

Présenté parfois par la presse comme un "Eminem français", Orelsan, 26 ans, a fait ses excuses vendredi pour sa chanson controversée, assurant à l'AFP qu'il n'avait "pas voulu se faire un coup de pub". La chanson, en ligne depuis deux ans, "est choquante", a reconnu le jeune homme aux cheveux ras, lors d'une interview dans les locaux parisiens de son label 3e Bureau (Wagram Music).

L'artiste doit se produire le 25 avril au Printemps de Bourges. Mais des internautes, choqués par les paroles de la chanson, ont tiré la sonnette d'alarme et sensibilisé des politiques pour qu'il soit déprogrammé.

La ministre de la Culture, Christine Albanel, s'est déclarée "révoltée" par cette chanson, "apologie sordide de la brutalité envers les femmes, d?une cruauté inouïe", appelant vendredi à sa suppression des plateformes de diffusion de vidéos en ligne.

"La liberté d?expression s'arrête où commencent l'incitation à la violence et la manifestation de la haine la plus nauséabonde", écrit dans un communiqué la ministre, qui plaide pour "un internet civilisé".

Les plateformes YouTube et Dailymotion ont restreint l'accès du clip aux seules personnes enregistrées et adultes mais n'ont pas supprimé la vidéo.

YouTube a expliqué que le contenu ne lui semblait pas "manifestement illégal" mais qu'elle pourrait la retirer "sur réquisition judiciaire".

Une autre chanson avec le même titre et dont les paroles sont encore plus violentes était par ailleurs accessible sur internet, a constaté l'AFP.

L'association "ni putes, ni soumises", créée après le meurtre en 2002 d'une jeune fille brûlée vive par dépit amoureux, s'est prête à appeler au boycott du festival de Bourges (centre), l'un des plus importants festival de musique en France, si Orelsan était maintenu au programme.

"Nous ne pouvons nous satisfaire de la seule censure de la chanson +Sale pute+", a affirmé l'association.

Après le parti communiste, le parti socialiste a demandé à son tour vendredi que la chanson soit retirée des sites internet et que son auteur soit déprogrammé du festival. Les organisateurs ont pour l'heure refusé."

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu