Avertir le modérateur

13/11/2013

Présente à la cérémonie du 11 Novembre pour célébrer l'Armistice et honorer la mémoire de mon Grand-Père déporté, résistant et mutilé de guerre.


th-49.jpegCe lundi 11 Novembre, j'étais présente à la cérémonie de commémoration du 11 novembre à Crolles, concernant
l'Armistice de la Première Guerre mondiale.
 
 
 
En tant que petite fille de Jean-Louis Laroche, résistant et déporté dans trois camps de concentration, mutilé de guerre et fait prisonnier le 11 novembre 1943 dans la rafle de Grenoble (400 déportés) par les Allemands... j'étais présente en sa mémoire et en la mémoire de tous ceux qui sont tombés pour que nous soyons là, à vivre en Paix. WP_20131111_013.jpg


Mon grand-père a fait partie de tous ces grenoblois courageux qui sont descendus dans la rue le 11 novembre 1943 "pour crier à la face du monde leur amour de la Justice et chanter leur espoir de Liberté", malgré la présence des Allemands. Ils étaient près de six cents manifestants mais quatre cents hommes ont été déportés à la suite de cette rencontre héroïque.

11 novembre,commémoration,mémoire,résistance,défilé,11 novembre 1943,grenoble,rafle,nazi,déportation,résistant,manifestant,peuple,honorer,discours,politique,crolles,brottes,déportation,seconde guerre mondiale,mort,soldat,guerre,conflit,paix,courage,combat,liberté,fraternité,passé,avenir,70 ans plus tard, cette commémoration de l'Armistice du 11 novembre à Crolles fut très émouvante, avec une présence importante d'habitants et de représentants de la Mairie. Le Maire, Monsieur Brottes, a fait un discours devant le Monument aux Morts, puis devant la plaque dédié au Résistant fusillé lors de la Seconde Guerre mondiale : Henri Lanier, fusillé par l'ennemi le 29 mai 1943.


WP_20131111_012.jpgLe discours du Maire nous a rappelé que toute personne ayant la haine au coeur se trouve dans une impasse. Il a rappelé que les valeurs de la liberté d'expression, de la fraternité et de la paix, contre toute haine et tout racisme, nous conduit sur un chemin serein. Il a rappelé aussi que la mémoire du Passé doit relier mais ne doit pas diviser.


Je pense à ces propos entendus dans les Grandes Gueules sur RMC Radio, insupportables : "On s'en fout de ce qui s'est passé durant cette période de la Première Guerre"... et ..... : "Choisir le berceau, non la tombe"... Expression employée dans l'émission pour dire qu'il "vaut mieux parler du présent et du futur que du passé".

11 novembre,commémoration,mémoire,résistance,défilé,11 novembre 1943,grenoble,rafle,nazi,déportation,résistant,manifestant,peuple,honorer,discours,politique,crolles,brottes,déportation,seconde guerre mondiale,mort,soldat,guerre,conflit,paix,courage,combat,liberté,fraternité,passé,avenir,


 
Cependant, nous avons un devoir de mémoire, pour que ces faits de guerre ne se reproduisent pas, pour que la Seconde Guerre ne revienne jamais avec ses fantômes oubliés au fond de nos consciences, pour que les révisionnistes ne gagnent pas en disant que tout cela n'est jamais arrivé et qu'on aurait peut-être exagéré les chiffres des morts, des six millions de juifs tués par les Nazis dans les camps de la mort, plus les 50 millions de morts tombés au combat durant la Seconde Guerre mondiale et les 19 millions de morts durant la Première Guerre Mondiale.


Que la Paix demeure.... en sachant que deux générations ont déjà grandi depuis la dernière Guerre... sans guerre mondiale.th-45.jpeg


Chloé Laroche_______________


________________________________________

Consulter :


 

http://www.tracesdhistoire.fr/resources/

Digests+Deportes+Isere+1.pdf



http://www.ordredelaliberation.fr/

fr_ville/grenoble.html_______


________________________________________________________


Pour mon Grand-Père qui était présent ce jour-là du 11 novembre 1943 :


Article de Claude MULLER :

http://claudemuller.blog.lemonde.fr/2011/11/08/nous-sommes-tous-nes-le-11-novembre-1943-avec-les-resistants-grenoblois/

 

Nous sommes tous nés le 11 novembre 1943 avec les Résistants Grenoblois

"Ce jour-là, les Grenoblois rendent hommage au courage de centaines de Résistants qui, le 11 novembre 1943, ont osé manifester dans les rues de leur ville, bravant la présence des Allemands. Ce peuple s'est levé pour crier à la face du monde son amour de la Justice et chanter son espoir de Liberté.
Malheureusement, ils n'avaient pas encore pris la mesure de la férocité de la Gestapo. Encerclés, regroupés, parqués et exposés sur une place de la ville, 600 hommes et femmes l'ont trop vite appris. Trois jours plus tard, 400 hommes seront déportés vers les camps de Buchenwald, Dora et Mauthausen. Près de 7 sur 10 n'en reviendront pas.

Derrière les barbelés où ils ont été parqués immédiatement après la manifestation les patriotes Grenoblois sont sévèrement gardés. Un fusil-mitrailleur avec ses servants a été installé. C'est grâce au télé-objectif d’un audacieux photographe que ce document unique a pu être saisi. Photo Les Allograges - Archives Auguste Celse

Maurice Hugelé


Maurice Hugelé était l'un d'eux. Revenu de Buchenwald en mai 1945, il a tout au long de sa "deuxième" vie témoigné de cette horreur dans les écoles, les usines, les commémorations et partout où il le pouvait.
Pendant longtemps il a présidé l’Amicale des déportés du 11 novembre 1943. Chaque année, il revenait là ou les Allemands les avaient raflés, pour dire "plus jamais ça !"
Aujourd’hui disparu, je lui laisse la parole, non sans une certaine émotion.

Nous sommes place Pasteur, le 11 novembre 2009.

"Si nous nous exprimons et témoignons encore, ce n’est pas pour évoquer les souffrances passées, ou pour nous plaindre, mais pour faire réfléchir et tirer des leçons afin que nul n’ait plus jamais à connaître ce que nous avons vécu.
Leçons d’humilité, car, quelles que soient les positions que certains aient pu occuper devant la barbarie, nous étions tous des numéros, des anonymes, bons seulement à être utilisés jusqu’à épuisement total au service de la machine de guerre nazie.
Leçon d’humanisme, car, rien n’est plus insupportable que de subir l’esclavage et les humiliations que nous avons vues et connues. Le respect de l’être humain, sans distinction aucune, doit être une règle. Seule la solidarité, nous en sommes conscients, avec en plus un peu de chance, nous a permis de revenir.

Discours de Maurice Hugelé Place Pasteur, à Grenoble

Notre vie est maintenant bien avancée, notre regard reste lucide, mais nous constatons que les avancées sociales de 1945 sont remises en cause, elles permettaient pourtant de gommer certaines disparités, surtout au niveau des plus faibles ou des moins chanceux.
Elles contribuaient à établir un équilibre forgeant la cohésion nationale nécessaire dans les périodes difficiles, comme celle que nous traversons.
Nous remarquons en revanche que l’individualisme gagne du terrain, créant un climat de ségrégation et de crainte. L’autre est le concurrent, il faut l’écarter !
La conscience d’appartenir et contribuer à l’essor de notre nation fait place à la recherche de profits rapides, laissant sans ressources des milliers de personnes.
Ce n’était pas l’idéal recherché par ceux qui, ayant subi ou non notre sort, ont fait de leur mieux, pour que notre pays, avec la liberté retrouve la place qui était et devrait rester la sienne
Nos convictions restent vives, c’est la raison pour laquelle nous essayons d’expliquer, à ceux qui ont envie de comprendre, qu’il n’est pas inutile de tirer les leçons du passé."

Je publie ses mots en espérant que son discours traversera le temps et les générations à venir."
Claude Muller

http://claudemuller.blog.lemonde.fr/2011/11/08/nous-sommes-tous-nes-le-11-novembre-1943-avec-les-resistants-grenoblois/

 

31/08/2008

Les Justes reconnus mais ceux qui se battent aujourd'hui pour défendre les sans-papiers, expulsés, internés en camps ? Ceux-là sont bannis aujourd'hui.... Double politique d'un gouvernement cherchant à séduire l'Extrême-Droite.

2172 visiteurs ce mois d'août sur ce blog.

2007355247.jpg

_________________________ Mot de Chloé :

 

La Ligue des Droits de l’Homme de Toulon a écrit les deux articles que vous trouverez ci-après, articles de 2007 et 2008, avec lesquels je suis en total accord et que je choisis de  partager aujourd’hui avec vous.

Le deuxième article conclut ainsi : “Mais, au fait, ceux qui sont solidaires au quotidien avec les étrangers expulsés (cacher des sans-papiers, empêcher les brutales mises à l'avion des étrangers, défendre les familles en danger d'expulsion ou d'écartèlement)... ne sont-ils pas ceux que la nation consacrera comme Justes dans quelques dizaines d’années ?”

Oh combien je suis d’accord avec cette conclusion.

Les Justes ont été reconnus par la France comme des phares de solidarité, d’entraide et de fraternité envers leurs frères juifs. Des français ont agi concrètement pour défendre la vie d’un voisin, d’une mère, d’un enfant, d’un homme menacé par la Gestapo, d’un inconnu qu’il ont caché chez eux. 

Ils ont été des flammes d’humanité dans l’horreur de la Seconde guerre mondiale, horreur que Monsieur Sarkozy vient de dénoncer dans son discours le 25 août à Maillé, où 124 habitants de 3 mois à 89 ans ont été tués de façon atroce par 60 à 80 soldats nazis, le 25 août 1944. 49 enfants de moins de 14 ans dont des bébés de quelques mois ont été massacrés durant cette terrible tuerie.

Tout le monde a applaudi la présence et le discours de Monsieur Sarkozy ce jour-là à Maillé, en ce jour où ce village a enfin obtenu la fin du silence et de l’indifférence nationale. Le massacre a pris aux yeux des Français une mesure véritable de reconnaissance et de prise de conscience du passé  tombé dans l’oubli. Les massacrés, les martyrs de Maillé, les survivants... ont retrouvé la sérénité d’être entendus et reconnus, d’être compris et écoutés.

Mais pourquoi cette politique française à double face ? Le massacre du 25 août 1944 à Maillé est mis en exergue sur la première page du Gouvernement français, lequel met en place parallèlement depuis des mois des pratiques odieuses d’expusions et d’internements massifs en camps spéciaux pour étrangers et sans-papiers, ainsi que des mises à l’avion musclées de familles entières ou de chefs de famille étant obligés de laisser leur famille en France.166974259.jpg 

Je suis véritablement horrifiée par les expulsions et les internements d’étrangers, horrifiée par les raffles, par les chiffres à honorer de reconduites à la frontière (25 000 expulsions par an), par la souffrance causée aux couples déchirés, aux enfants enlevés à leurs écoles, à leurs parents, par l’attitude du gouvernement qui d’un côté se place en sauveur du monde en envoyant des soldats défendre la Paix contre des Talibans cruels... et puis développe par ailleurs une politique odieuse d’immigration, plaçant des personnes précises au coeur de centres spécialisés dans l’expulsion et la dénonciation, personnes que je comparerai aux S.S. Nazis et à la Gestapo.

C’est mon dernier mot et il est significativement fort. La Gestapo avait des méthodes et des actions. Aujourd’hui, on retrouve les mêmes méthodes dans un Gouvernement qui cherche à rallier toutes les voix d’Extrême-Droite en vendant son âme au diable d’une politique d’exclusion.

Chloé 118310870.jpg

 

 

 

_______________________ Poème d'un expulsé :

 

"ET QUI SE SOUVIENDRA DE MOI ?" _________ Nous tous, Keith Parker. Ton texte est relayé partout pour que chacun le lise en France. Chloé

 

Poème de Keith Parker de Crest.

 

 

La Rafle a commencé vers six 

 heures du matin. 

 

Enfant malade, mère affolée? Eux,

 ils s'en fichaient bien.

 

Les ordres sont les ordres, l'Etat

 ne veut plus vous voir.

 

On vous embarque, coûte que coûte.

 (On ne fait que not' devoir)

 

On les envoie à la misère, la souffrance,

 la mort ?

 

Et qui sait qui, demain parlera de

 leur sort?

 

CM2 doit parrainer un enfant d' la shoah

 Maîtresse m'a dit,

 

Comme ça tout le monde s'en souviendra.

 

C'est bien, mais c'est hier qu'elle

 me l'a dit.

 

La rafle, c'est aujourd'hui

 Et qui se souviendra de moi ?

 

Keith Parker

1629596683.jpg

 

______________________575844673.jpg

 

 (Articles extraits du site de la Ligue des Droits de l’Homme : http://www.ldh-toulon.net) :

 

SARKOZY À TOULON : son face à face avec la Ligue des droits de l’Homme.

 

Article de la rubrique  “les étrangers” / Date de publication : mardi 18 mars 2008.

 

A l’occasion de la venue à Toulon du président de la République pour un déplacement sur le thème de l’immigration et de l’intégration, les militants de la Ligue des droits de l’Homme lui ont remis le communiqué que vous trouverez ci-dessous. Les journaux télévisés de France 3 ainsi que la presse du lendemain ont rendu compte de cette “rencontre”.

La section toulonnaise de la LDH avait demandé à participer à la table-ronde. Cela nous a été refusé. Nous sommes malgré tout parvenus à transmettre notre communiqué à son destinataire.

 

Voici LE COMMUNIQUÉ :

 

980250214.jpgLes étrangers sont des hommes, tout n’est pas permis contre eux___________________________

 

La section de Toulon de la LDH salue les deux éminents représentants de la République que sont le Président de la République et le Ministre de l’Immigration, venus à Toulon promouvoir le thème « immigration maîtrisée, intégration réussie ».

Tous deux sont porteurs des valeurs de la République.

Il est de notre devoir de rappeler que la politique menée aujourd’hui dans le domaine de l’immigration est contraire aux valeurs d’humanité dont notre pays se revendique. Il est injustifiable d’en venir à considérer a priori l’étranger comme un fraudeur, de refuser un mariage au motif qu’un des conjoints n’est pas européen, de faire ramasser des enfants jusque dans des écoles, de traquer des « basanés » dans le but de faire du « chiffre », d’avoir recours à des tests ADN pour des familles candidates au regroupement familial…

Le recours à cette politique a été présenté comme un moyen de « priver » l’extrême droite de son électorat traditionnel. Certes, le résultat du premier tour des élections municipales en témoigne, l’extrême droite est quelque peu asséchée, mais la droite est trop souvent devenue extrême, oubliant les valeurs de solidarité et de fraternité auxquelles nous sommes attachés.

La France qui a souvent été un pays d’accueil pour les victimes apparaît aujourd’hui comme un pays avant tout xénophobe.

Les circonstances ne sont pas comparables, mais les déclarations du cardinal Saliège sont aujourd’hui d’actualité : « Les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux, contre ces hommes, contre ces femmes, contre ces pères et mères de famille. Ils font partie du genre humain. » C’est pourquoi la section de Toulon de la Ligue des droits de l’Homme demande solennellement au Président de la République de revenir à une politique digne de la France et respectueuse à l’égard de tous les étrangers.

Toulon, le 10 mars 2008.

 

Après la lecture ... 

A peu près simultanément, la banderole que les militants de la section locale de la LDH ont voulu déployer leur a été violemment arrachée, un militant était évacué manu militari par des policiers en civil pour avoir crié : « Toulon ne deviendra pas le laboratoire de la politique de Brice Hortefeux »...

Confisquée, la banderole !

Nulle fausse note ne serait tolérée. Toulon, tel un village-Potemkine, devait donner l’image rassurante d’une cité heureuse de recevoir son président.

Et voici dans quel état la banderole nous a été rendue le lendemain... Froissée, déchirée, détruite.

Les journaux télévisés de France 3 ont rendu compte de cette rencontre.

 

2110592182.jpg____________________________________________________________________________________________

(Deuxième article extrait du site de la Ligue des Droits de l’Homme : http://www.ldh-toulon.net) :

 

 

EXPULSIONS D'ÉTRANGERS hors de nos frontières :  faire du chiffre ... est-ce bien juste ? 

 

Article de la rubrique  les étrangers / Date de publication : mardi 23 janvier 2007.

 

Il y a quelques jours, la nation rendait un hommage solennel aux Justes qui ont permis à notre pays de « retrouver le sens de la fraternité, de la justice et du courage ».

La semaine précédente, Nicolas Sarkozy avait montré sa satisfaction des bons chiffres obtenus dans le domaine de la gestion des étrangers...

_____________________ 

 

Lors de la conférence de presse du 11 janvier 2007, au Ministère de l’Intérieur, le ministre-candidat s’est félicité de la « chute spectaculaire du nombre des demandes d’asile adressées à la France. Il a diminué de 10% en 2005 (passant de 57 000 en 2004 à 52 000 en 2005) et de 35% en 2006 (pour atteindre 35 000). »

Il a poursuivi :

« Parallèlement, nous avons raccompagné vers leurs pays, à partir de la métropole, 24 000 étrangers en situation illégale en 2006, ce qui représente une augmentation de 140% par rapport à 2002 et de 20% par rapport à 2005. Outre-mer, un effort considérable a également été accompli, puisque le nombre des éloignements a atteint 24 000 en 2006.

« Ces chiffres sont le résultat direct des objectifs chiffrés que j’ai fixés aux préfets, de l’augmentation de la capacité d’accueil dans les centres de rétention administrative (1 000 places en juin 2002, 2 400 places en juin 2007) et de l’organisation de vols groupés (40 en 2006 contre 17 en 2005). »

Et il a conclu avec une promesse : « 25 000 étrangers en situation irrégulière seront raccompagnés dans leur pays d’origine en 2007. »

____________________________

Au-dela des chiffres ... 

Peut-on imaginer les drames humains provoqués par chaque « reconduite à la frontière » ?

A-t-on conscience des dommages causés à notre société ?

•  Chaque étranger devient un délinquant potentiel. Chaque personne ayant une « tête d’étranger », un accent non « métropolitain », un nom à consonance exotique, une religion non « judéo-chrétienne », etc ... devient suspecte. Cette politique de stigmatisation des « étrangers », au mépris de toute solidarité, développe la xénophobie, et, à ce titre, gangrène la collectivité toute entière.

•  La législation de plus en plus répressive envers les « étrangers » s’étend petit à petit à toute la société, nos libertés sont grignotées (il suffit de penser à la multiplication des fichiers et à leurs détournements).

•  La solidarité avec les étrangers sans-papiers est pénalisée : l’aide au séjour d’étrangers en situation irrégulière est un délit, tenter d’empêcher des expulsions par avion entraine une condamnation « pour entrave à la circulation d’aéronefs », des militants du Réseau éducation sans frontières sont régulièrement inquiétés sous des prétextes plus ou moins fallacieux ...

 Mais, au fait, ceux qui sont solidaires au quotidien avec les étrangers expulsés ne sont-ils pas ceux que la nation consacrera comme Justes dans quelques dizaines d’années ?”

 

____________________________________________

Commentaires

Il y aura des procès plus tard. Venant en particulier des enfants français ayant été séparés de leur père, ou mère ou des 2, ou des conjoints français d'étrangers. Il y aura des procès pour ces Paponnades. 

Plusieurs pétitions ont été signées par le Syndicat de la Magistrature. Il y a des divergences chez les juges sur la façon d'appliquer les textes, et sur les textex eux-mêmes. 

Un exemple ; la circulaire du 19 mars 2007 qui explique aux préfets et aux consuls comment il faut traiter les conjoints de français ne mentionne même pas l'obligation de saisir la Commission du Ttitre de Séjour lorsque le Préfet songe à refuser un titre de séjour. 

C'est écrit noir sur blanc dans le CESEDA. C'est occulté par cette ciriculaire qui sert de base à tous les préfets. Cette circulaire est affichée sur le site Internet Service Public. C'est presque une forfaiture dont se rendent coupables les signataires et les exécutants de cette circulaire. 

Ces procès donneront lieu à quelques milliards d'indemnités. On peut espérer que les fautifs suivront le chemin de Papon. 

Il serait bon que des avocats se saisissent du sujet et que les différents plaignants potentiels commencent à se regrouper. Les manquements aux lois en cours sont légion. . 

L'exigence du visa long séjour pour le conjoint au titre de l'article 313-11 alinéa 4 n'a même pas été votée par le législateur. Ce législateur a même voté le loi du 24 juillet 2006 qui supprime l'obligation pour le conjoint d'être entré en France régulièrement. 

Comptez les points, regroupez vous, prenez des forces. 

Vu l'ambiance actuelle tout cela ne durera pas très longtemps. Préparons nous.

Ecrit par : bernard | 02.09.2008

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu