Avertir le modérateur

06/04/2019

La Saison Roumaine 2019 à Grenoble. Ma rencontre avec Marion Le Roy Dagen et le récit de ma présence aux Rencontres de la Saison Roumaine à la Maison de l'International.

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth Blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,Radu bata,Bonjour à tous et toutes,

Le 26 mars 2019, j’ai eu la chance de rencontrer Marion Le Roy Dagen, lors de sa conférence à la Maison de l’International de Grenoble, dans le cadre de la Saison Roumaine, qui dure six mois, jusqu’en mai 2019.

C’est une femme exceptionnelle qui revient de loin et a vécu l’enfer, dans un orphelinat roumain sous la dictature de Ceausescu. Elle a été adoptée à l’âge de six ans par un couple français. saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth Blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,Radu bata,

Son témoignage s’inclut dans l’exposition proposée par Élisabeth Blanchet pour l’Association Française des Orphelins de Roumanie (voir les photos que j’ai mises plus bas, prises le 14 mars, jour du vernissage).

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth Blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,Radu bata,Marion Le Roy Dagen a écrit un livre : « L’enfant et le dictateur » et a témoigné dans un film : « L’enfant du diable », réalisé par Ursula Wernly Fergui. Elle raconte qu’à la naissance de son enfant, à l’âge de 38 ans, son passé la rappelle et lui demande de faire le chemin de la compréhension par rapport à son abandon. Elle souhaite trouver des réponses à ses questions. Pour cela, elle retourne sur les lieux de l’orphelinat, abandonné aujourd’hui, retrouve les acteurs de l’adoption, ainsi que ses parents biologiques, et comprend aussi qu’il y a eu de l’argent demandé par le gouvernement de Ceausescu, dans de nombreuses adoptions avec des pays étrangers, dont la France. saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth Blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,Radu bata,

Lorsque les enfants n’étaient pas handicapés et semblaient en bonne santé, la dictature roumaine aurait vendu des enfants… on va dire donner des enfants contre de l’argent, ce qui a provoqué l’arrêt de toute adoption à partir de juin 2001, lorsque le nouveau gouvernement s’est rendu compte que nombre d’enfants roumains étaient partis à l’étranger, sous couvert d’adoptions.

Bien sûr, les parents adoptifs ne sont pas responsables de cela, sachant que dans toute adoption avec l’étranger, même à l’heure actuelle, il est demandé de l’argent pour finaliser les papiers d’adoption. Il faut compter plusieurs milliers d’euros, suivant les pays ; ce chiffre comprend les frais judiciaires, les frais de traduction des documents et divers, les soins médicaux de l’enfant -à payer parfois depuis la prise en charge de l’enfant par l’institution-, les honoraires d’avocat, les frais de passeport, les frais de voyage, etc.

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth Blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,Radu bata,Je poursuis avec le témoignage de Marion Le Roy Dagen, qui arrive à retrouver ses parents biologiques, dans un voyage se trouvant au coeur du film : « L’enfant du Diable » ; sa colère envers eux se change alors en acceptation, car elle découvre en ses géniteurs deux êtres qui lui expliquent ce qui s’est réellement passé.

Sa mère a été manipulée pour abandonner son enfant, étant très jeune, malade et sans moyens financiers. Le père n’a su que plus tard qu’il avait un enfant. Ensuite, on leur a fait croire que Marion était décédée.

Ce qui m’a frappée dans le témoignage de Marion Le Roy Dagen, c’est ce cheminement de la colère d’une enfant abandonnée dans de terribles conditions jusqu’à ce miracle de l’amour qui a rendu possible la rencontre d'une enfant adoptée avec ses parents biologiques. L’apaisement et la paix retrouvée est palpable dans le film « L’enfant du diable », entre tous les acteurs d’une réalité si cruelle.

Sous la dictature de Ceausescu et même après la chute du dictateur, des milliers d’enfants ont été abandonnés, sous prétexte de handicap et aussi de pauvreté des familles.

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bataMa fille Julia vient de l’un de ces orphelinats. Elle a aujourd’hui 26 ans et j’avais déjà parlé d’elle dans ce blog, afin de raconter sa venue en France et son parcours. Vous pourrez lire mes deux articles, l’un daté du 22 avril 2008, et l’autre du 22 septembre 2009 :

http://sosmaman.20minutes-blogs.fr/archive/2008/04/22/solidarite-avec-l-enfance-en-actes-concrets-accueil-et-opera.html

http://sosmaman.20minutes-blogs.fr/archive/2009/09/22/je-temoigne-du-parcours-de-ma-fille-venue-d-un-orphelinat-de.htmlsaison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata


Il faut savoir que dans ces orphelinats roumains, les enfants ne mangeaient pas à leur faim et qu’il n’y avait aucune sortie à l’extérieur. Les lits à barreaux remplissaient l’espace et étaient installés les uns contre les autres. Les bébés ne sortaient pas de leur lit et partaient en camin spital (hôpital psychiatrique) vers l’âge de trois ans. Il y avait beaucoup de violence au sein de ces orphelinats, qui devenaient des mouroirs et des prisons. Les enfants devenaient fous et les adultes présents ont pu terriblement s’autoriser à des viols et des attouchements sur ces enfants.

                                  (Photo ci-dessus de ma fille Julia, en 2007, 6 ans après son arrivée)

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bataDepuis cette période terrible, les associations SERA et CARE ont contribué à sortir des milliers d’enfants de l’enfer, à retrouver leurs familles pour certains, à trouver des familles d’accueil pour d’autres en France, s’engageant à des opérations médicales et soins de santé. De nombreuses actions ont été faites pour améliorer le sort des orphelinats restants, mais il reste encore du chemin, notamment pour tous ces adultes marqués à vie par un sort d’enfermement dramatique.

Vous trouverez en fin d'article quelques photos que j’ai pu prendre à la Maison de l’International à Grenoble. Vous y reconnaitrez le groupe Slavak, ainsi que des photos de la célèbre Blouse roumaine, avec aussi l’un des poèmes de Radu Bata, créateur de « poésettes », dont certaines furent chantés le 14 mars par Jean-Christophe Prince, au piano. Vous y verrez aussi les officiels de la soirée d’inauguration, dont Madame l’Ambassadrice de Roumanie.

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bataSi vous souhaitez lire mon témoignage sur l’adoption de ma fille Julia venue de Roumanie en 2001, plus sur ma deuxième adoption au Bénin en 2003, vous pouvez commander mon livre : « À la rencontre d’un chemin nommé Solidarité » à l’adresse suivante, avec un chèque de 13 euros, plus 5,62 euros de frais de port, à l’ordre de l’association « Ô Chêne de Chloé ».

L’adresse de commande est  : « Ô Chêne de Chloé », 9 rue Simon Nora - 38000 Grenoble.saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

 

 

 

 

 

 

 

 

------------------------ Merci de m'avoir lue et à très bientôt !

 

NE MANQUEZ PAS MES

PHOTOS CI-DESSOUS

PLUS DIVERSES INFOS.

 

Chloé Laroche

--------------------------------------------------------------------------

 

Contacts indispensables :

 

GIR - Association Grenoble Isère Roumanie  
2, rue du Pont St Jaime 38000 Grenoble
Téléphone : 0476516529
Site : www.grenoble-isere-roumanie.fr
Mail : giroumanie@yahoo.fr


                                  --------------------------

 

AFOR - Association Française des Orphelins de Roumanie

6C rue des Buissonnées 38600 Fontaine

orphelinsderoumanie.org

 

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------


Évènement de la Saison Roumaine à Grenoble 

en mai 2019 :


https://www.musee-en-musique.com/muzica/

Jeudi 23 mai 2019 à 12h30, auditorium du musée de Grenoble.

Muzică !

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bataAvec Clara Cernat, violon et Thierry Huillet, piano.

Hommage à des compositeurs roumains avec Clara Cernat, représentante de la brillante école de violon roumaine, et Thierry Huillet, pianiste et compositeur français, lauréat de grands Prix d’interprétation tels que le 1er Prix du Cleveland International Piano Competition.

Musique classique et populaire roumaine :
Enesco – Huillet – Porumbescu – Ciortea – Bartók

Un événement proposé dans le cadre de la « Ballade européenne » consacrée à la Roumanie.

Tarifs : 17 € – adhérent 13 € – réduit 8 €
Réserver en ligne chez Fnac Spectacles ou bien en appelant " Musée en Musique" au 04 76 87 77 31.


---------------------------------- puis ASSIETTE CONVIVIALE ROUMAINE AU RESTAURANT "LE 5", à 13 h 45. Sur réservation auprès de Musée en Musique au 04 76 87 77 31

Suivi à 15 h d'une rencontre-débat sur "l'Europe et la Roumanie à l'heure de sa présidence", à l'auditorium du Musée de Grenoble, organisée par l'UPEG, avec l'Ambassade de Roumanie et le Consulat Général de Roumanie de Lyon.

 

-------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------



Mes photos de la Saison Roumaine... et une vidéo, visible sur ma chaîne Youtube :

 

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

À la Saison Roumaine de Grenoble, le groupe SLAVAK, le 14 mars 2019, à la Maison de l'International  :

https://youtu.be/yMM1Zuob8tE

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

 

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

 

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

 

Extrait de mon livre : "À la rencontre d'un chemin nommé Solidarité" ----------

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

 

---------------

 

Merci MARION LE ROY DAGEN

pour votre courage de témoigner

 

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

 

 

---------------LA BLOUSE ROUMAINE, DES AILES EN SOIE :

 

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

------------------------------------------------

Photos de mes enfants, dont Julia, recueillie en novembre 2001, grâce aux associations humanitaires SERA et CARE.

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

 

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

 

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

saison roumaine,grenoble,maison de l'international,marion le roy dagen,l'enfant du diable,afor,grenoble isère roumanie,slavak,nathalie kuhn,l'enfant et le dictateur,Élisabeth blanchet,film,livre,ceausescu,dictateur,adoption,naissance,parent,parentalité,ambassade,orphelin,photo,identité,orphelinat,famille,ma fille,témoignage,voyage,abandon,bébé,enfer,chloé laroche,solidarité,musée en musique,clara cernat,radu bata

14/11/2015

Horreur à Paris... La France pleure ce matin. Des enfants n'auront plus leur maman à leur réveil.

12235052_10206851565742073_4726548825341629570_n.jpg

 

Bonjour à tous et toutes,

 

Un couple hier soir est allé à un concert à Paris, au Bataclan, boulevard Voltaire. Un homme et une femme heureux de se retrouver tous les deux et de partager cette soirée.

Soudain, le pire. Des hommes entrent en hurlant dans la salle de concert et tirent sur les personnes présentes. La femme est touchée.

L'homme est obligé de lâcher la main de sa compagne ensanglantée, poussé par les policiers.

Elle est morte. Un psychologue du 11 ème tente d'aider cet homme, un grand gaillard.

Il a vu des cadavres tout autour de lui, il a vu une violence inouïe.

Il n'était pas préparé à ça, personne n'était préparé.

Le psychologue lui donne des conseils pour le moment où il va retrouver ses enfants ce matin.

Comment leur dire ? L'horrible nouvelle. Leur maman ne sera plus jamais là.

Cet attentat a eu lieu cette nuit, terrible, avec quatre-vingt morts au sein de la salle de concert.

D'autres attentats ont eu lieu sur Paris au même moment, à d'autres endroits.  Avec plus de cent vingt morts et des centaines de blessés graves.

Le Président était visé lui aussi en plein match. Une réunion d'urgence gouvernementale a été ordonnée à minuit.

Les Parisiens doivent rester chez eux, a décrété le Chef de l'État. Il est trop dangereux de sortir.

Obama s'est exprimé ainsi : "La France a été touchée. C'est comme si on avait blessé l'humanité entière. Ce sont les Droits de l'Homme qui sont visés en plein coeur." 

Ce matin, je pleure pour tous ceux qui sont sortis hier soir pour aller manger au restaurant, pour écouter un concert, pour voir un match, pour fêter un anniversaire... et qui ne souriront plus.

J'adresse toutes mes condoléances à leurs familles, à leurs amis, leurs proches... et j'adresse aussi toutes mes pensées de solidarité aux blessés, aux policiers, aux médecins, au corps médical parisien et aux hommes politiques qui doivent faire face à ce drame terrible et à ces attaques terroristes.

 

Chloé LAROCHEth-54.jpeg

 

 

 

 

Lien de mon dernier livre :

http://jepubliemonlivre.chapitre.com/temoignages/2487-sol...

 

24/06/2015

Ma lettre aux parents d'Ayana, suite à la lettre de Jean-Marc Dupuis. Mon témoignage de maman orpheline face à la mort brutale de ma fille en 1997.

 

 

images-22.jpeg

 

Merci Jean-Marc Dupuis d'avoir écrit votre lettre (lettre que, chers lecteurs, vous trouverez ci-après... en-dessous de ma lettre) pour les parents d'Ayana. Merci Jean-Marc pour tout ce que vous écrivez aussi afin de protéger la santé de chacun d'entre nous.

Je voudrais écrire ceci aux parents d'Ayana, Julie et Jason :images-21.jpeg

Chers parents, j'ai vécu quelque chose d'un peu similaire en 1997 quand ma fille Océana, qui avait trente mois, est décédée en trois jours d'une encéphalite foudroyante. Elle avait reçu un vaccin en janvier après une varicelle. Le pédiatre a voulu la vacciner alors qu'elle venait d'avoir cette maladie. J'étais jeune à l'époque, j'ai laissé faire. Elle est décédée un mois après mais personne n'a voulu faire le rapprochement, étant donné qu'il y avait un virus de grippe très virulent et que ma fille l'a attrapé. Le pédiatre a attendu trois jours avant de donner des antibiotiques. Il était trop tard, le mal avait pris son cerveau, si vite. Par la suite, des liens ont pu être fait avec la résurgence grave de la varicelle réveillée par le vaccin, alliée à une grave complication de grippe. Mais tout cela est resté dans la tombe, au sein d'une supposition nébuleuse et sans véritables explications.

À l'hôpital, ma fille est tombée dans le coma, comme foudroyée. C'était le jeudi 13. Le lendemain matin, 14 février, les médecins nous ont dit : "On va devoir débrancher votre fille, son coeur bat mais son cerveau est mort. Vous n'avez rien à dire, nous le ferons." Le ciel nous est tombé dessus. je voyais ma fille vivre, respirer... et ils allaient la tuer. Une amie m'a appelée, m'a parlé doucement : "Laisse la partir, s'envoler, ne la retiens pas, c'est son heure de partir." C'est cela : accepter le destin, accepter que la mort emporte ceux que l'on aime, accepter l'impermanence pour chacun d'entre nous, accepter l'impuissance de ceux qui sauvent et qui protègent en général : les médecins, le corps médical.images-24.jpeg

Accepter qu'on me dise : "De toute façon, vous l'auriez amenée plus tôt, on n'aurait rien pu faire, on n'a pas de traitement pour ce qu'elle a, on est démunis." J'ai peigné ma fille une dernière fois, je l'ai habillée. C'est le 15 qu'ils ont débranché ma fille. Arrachement des entrailles, comme un pic dans le coeur et c'est à vie que mon ventre a vu un trou béant se faire en moi. Depuis, dix-huit ans ont passé, et je passe ma vie à donner, à aider, à tendre la main à autrui. J'ai adopté deux filles et j'ai eu un fils qui a dix ans maintenant. J'ai pu faire tout cela lorsque j'ai compris (très rapidement) que Dieu est le Dieu de tous, des vivants et des morts. Je vous explique : une maman qui perd son enfant ne le voit plus, ne le sent plus, elle ne sait pas où il est. C'est terrible, c'est un arrachement mortel. On a l'impression d'être entre ciel et terre, au bord de la tombe, en bascule d'éternité.Unknown-8.jpeg

Alors quand j'ai compris un jour en un éclair de lucidité que si Dieu existe, il existe pour les vivants mais aussi il protège les morts ; il s'en occupe, comme les anges s'en occupent, comme les entités de lumière s'en occupent, alors cela m'a rassurée. J'ai délégué aux forces de lumière et d'amour, j'ai accepté de renoncer à mon inquiétude profonde de maman et je suis entrée dans une certaine confiance. Je dis "certaine" car la peine est là, profonde, les larmes, l'absence terrible, les pensées obsédantes parfois -concernant les derniers jours avant le décès-, la culpabilité d'être encore vivant sans son enfant qui lui est mort, la colère de n'avoir rien pu faire, colère aussi contre les médecins, mais les médecins ne sont que la main du destin, implacable et frappeur.Unknown-7.jpeg

Je me suis reconstruite en écrivant un livre pour aider d'autres parents dans le deuil, puis d'autres livres, en créant plus tard un blog, en reprenant les concerts avec mon violon, en devenant ambulancière, en marchant en montagne et en emmenant des groupes avec moi vers les sommets, vers la vie, en choisissant l'adoption et de donner tout cet amour laissé au fond de moi à des enfants sans parents.

Je vous souhaite, Julie et Jason, beaucoup de courage. Votre petite Ayana vous protégera toujours sur votre chemin et vous protégera comme ma fille Océana me protège pour toujours et jusqu'à ma mort et bien au-delà.

Chloé Larocheimages-20.jpeg

 

 

 

 

 

______________  Lettre de Monsieur Jean-Marc DUPUIS :

 

Condoléances extrêmes aux parents d’Ayana

Pas de commentaire - 3 795 lecture

 

Chers amis,

Excusez-moi d’être direct, surtout sur un sujet si douloureux.

Mais vous, pensez-vous que vous pourriez trouver les mots justes pour réconforter deux jeunes parents qui se préparent à la mort de leur bébé ?

C’est ce qui est en train d’arriver à Julie Pitel et Jason Rivière, les parents de la petite Ayana. Leur bébé de sept mois est dans le coma depuis le 6 mai après avoir été vaccinée à l’Infanrix Hexa et au Prévenar [1].

Dimanche 21 juin, les médecins leur ont annoncé que le système de respiration artificielle qui maintient Ayana en vie va devoir être arrêté « dans six ou huit jours » [2]. En effet, ils estiment que son cerveau est « irrémédiablement détruit ».

C’est une épouvantable tragédie.

Moi-même qui ai perdu brutalement ma fille de 12 ans il y a peu, je me sentirais complètement démuni si je me trouvais face à ces jeunes parents.

Pourquoi ?

Parce que chaque cas est unique et je crois qu’il est impossible d’imaginer ce que ressentent des personnes dans un tel drame.

« Condoléances » est un mot qui vient de l’ancien français « condouloir », s’affliger avec quelqu’un [3].

« Je vous présente mes condoléances » veut dire « je souffre moi aussi avec vous du malheur qui vous afflige ».

Mais dans ce cas, j’aurais terriblement peur que mes paroles paraissent vaines, inutiles, et qu’elles ne les réconfortent pas, au contraire même : « Vous pouvez toujours parler, rien ne nous rendra jamais notre enfant ! », pourraient-ils me répondre, avec raison.

Et pourtant, même si je suis maladroit, je voudrais vraiment dire à Julie et Jason que je leur présente, sincèrement, mes plus extrêmes condoléances et je suggère à tous les lecteurs de Santé Nature Innovation qui le souhaitent de s’associer en ajoutant un mot en commentaire de ce texte.

Je voudrais qu’ils sachent combien je souffre pour eux et pour leur bébé. J’ai été bouleversé par le courage qu’ils ont montré à la télévision et depuis le début de cette affaire. Ils ont à peine 21 et 22 ans ! (vous pouvez par exemple voir le reportage ici)

Ce qu’ils sont en train de vivre, ils ne l’oublieront jamais. C’est une épreuve qui marque pour toujours. Dans 20, 30 ou 50 ans, les larmes leur monteront aux yeux chaque fois qu’ils repenseront à leur petite chérie.

Que faire maintenant ?

Selon les articles que j’ai pu lire dans les médias, Me Ludot, l’avocat qui défend Julie et Jason, est énergique et il les défend bien.

Il semble qu’il y ait eu un problème avec le SAMU, qui n’a pas voulu se déplacer alors que la petite avait 42,5°C de fièvre après sa vaccination. Elle aurait même fait une convulsion, qui est une urgence médicale extrêmement sérieuse et fait partie des effets secondaires bien connus des vaccins. S’ils avaient fait le minimum, ils auraient peut-être pu la sauver.

Selon le journal Le Parisien, Me Ludot aurait déclaré :

Nous voulons « tout savoir de ce qui s’est passé » et « nous voulons que soit tenu aux parents un discours loyal et honnête, à savoir que la nocivité des vaccins est à l’origine des 42° de fièvre (d’Ayana) : c’est l’association criminogène des deux vaccins, Prevenar et Infanrix » [4].

Cette demande paraît d’autant plus légitime que cette tragique affaire a eu lieu précisément au moment où les pouvoirs publics et la plupart des médias essayaient de diaboliser l’action du Pr Henri Joyeux pour la simple raison qu’il demandait le retour du vaccin DT-Polio, plutôt que l’obligation de fait imposée aux parents de recourir aux supervaccins comme l’Infanrix.

Les médias bien ennuyés

Confrontés aujourd’hui à leurs contradictions, ces mêmes médias sont aujourd’hui plus qu’ennuyés.

Ils sont en effet bien obligés de parler de l’affaire d’Ayana. Mais comment expliquer au public que l’Infanrix, dont ils ont dit qu’il n’était pas du tout dangereux, soit impliqué dans la mort d’un bébé qui était en parfaite santé avant les injections ?

La solution, assez piteuse, qu’ils ont en général choisie est de rester dans le vague.

La plupart, comme le journal Le Monde [5], L’Express [6], le Nouvel Observateur [7], reprenant l’AFP, ont choisi le mensonge par omission, en parlant d’un accident « suite à deux vaccins », sans préciser lesquels.

D’autres, et c’est peut-être pire encore, ont écrit que l’accident s’était produit après une injection de DT-Polio, opérant un amalgame aussi mensonger que dangereux entre le DT-Polio, qui est obligatoire, nécessaire, et dont nous attendons tous le retour dans les pharmacies, et l’Infanrix, qui n’est pas obligatoire, pas nécessaire, et que personne n’utiliserait s’il n’y avait pas de pénurie de DT-Polio, surtout qu’il coûte sept fois plus cher.

La ministre de la Santé Marisol Touraine garde le silence

La ministre de la Santé Marisol Touraine, enfin, a choisi… le silence.

En un sens, elle est logique avec elle-même puisqu’elle avait eu le cran de déclarer que « la vaccination, ça ne se discute pas », alors même que la petite Ayana venait de tomber dans le coma après avoir reçu son vaccin.

La mort d’Ayana ne doit pas rester vaine

Mais au fond, peu importe. Ce qu’on espère aujourd’hui, c’est que les parents d’Ayana parviendront à surmonter cette épreuve aussi terrible qu’injuste, et qu’ils seront soutenus par le plus grand nombre possible de personnes.

Nous avons aussi l’espoir que la mort de la petite Ayana ne restera pas vaine, et que le retour du simple vaccin DT-Polio sans aluminium dans les pharmacies de France permettra bientôt à tous les bébés d’être vaccinés dans les meilleures conditions de sécurité.

Comment se reconstruire

La seule chose positive que l’on peut essayer de dire aux parents d’Ayana, c’est que ce type d’épreuve vous transforme de façon définitive, mais pas forcément dans le mauvais sens.

Si vous parvenez à vous « reconstruire » après cela, votre nouvelle vie, votre nouvelle façon de vivre et de voir le monde, en sont irrémédiablement transformées.

Mais cette transformation n’est pas toujours uniquement une destruction. Il se peut aussi que la mort de votre enfant change votre regard sur la vie, sur les autres, sur vos autres enfants si vous en avez, sur votre conjoint et vos parents, en vous imposant un regard plus calme, compréhensif, plus chargé d’amour et de sagesse.

Après une tempête pareille, vous comprenez mieux les bornes de la vie sur terre, vous réalisez de façon concrète qu’il y a des limites auxquelles personne n’échappe, des frontières d’au-delà desquelles personne ne revient. Cela peut vous donner plus de sérénité et une plus grande capacité à apprécier le moment présent. Vous pouvez acquérir ce brin de fatalisme et de recul qui peuvent être une bonne chose si vous aviez tendance à être trop angoissé, trop impatient, trop pressé dans l’existence.

Que vous le vouliez ou non, vous êtes obligé de relativiser un certain nombre de choses. Beaucoup de risques ou d’épreuves qui vous inquiétaient avant vous paraissent bénins, par contraste avec ce que vous avez vécu.

Vous n’avez plus envie de vous énerver parce qu’on vous a éraflé votre voiture sur le parking du supermarché. Rater vos vacances, perdre votre travail, vivre un chagrin d’amour, recevoir une amende ou une facture salée inattendue ne sont plus des causes que vous prenez vraiment au sérieux pour vous rendre malheureux.

« Allez, c’est la vie », vous dites-vous plus facilement. Vous apprenez à faire contre mauvaise fortune bon cœur parce que vous savez maintenant que vous allez oublier tout ça bien vite, beaucoup plus vite que cette douleur qui, elle, est pour toujours dans votre cœur.

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

Unknown-7.jpeg

 



Pour en savoir plus, cliquez ici : http://www.santenatureinnovation.com/condoleances-extreme...

23/06/2012

Hommage à mes parents décédés ce jeudi à Capdenac. Pour Danielle et Alain Laroche.

Toute notre famille est sous le choc. Drame terrible de deux décès consécutifs, à quelques heures d'intervalle.

Photo 1 012.jpg


Notre mère est décédée le jeudi 21 juin 2012, après avoir atteint un point ultime de maigreur et d'impossibilité de manger, de s'alimenter, suite à un cancer qui s'est généralisé à différents organes.  


Notre père est mort ensuite, le même jour, dans une violente collision avec un poids-lourd. 

alain laroche,danielle laroche,avis de décès,cancer,maladie,orphelin,mort,parent,figeac,capdenac,lot,aveyron,accident,poids-lourd,drame,amour,philemon et baucis,hommage,amour filial,famille,espérance,au-delà,âme,éternité,deuil,textes pour cérémonie funèbre,isère,savoie,tarentaise,doucyComme Philémon, il a rejoint sa Baucis, unis à jamais par le destin et au-delà d'une vie aux multiples épreuves.

Son véhicule a été broyé dans le choc qui l'a renvoyé à quarante-cinq mètres, créant une explosion et un brasier dans lequel mon père est mort carbonisé. alain laroche,danielle laroche,avis de décès,cancer,maladie,orphelin,mort,parent,figeac,capdenac,lot,aveyron,accident,poids-lourd,drame,amour,philemon et baucis,hommage,amour filial,famille,espérance,au-delà,âme,éternité,deuil,textes pour cérémonie funèbre,isère,savoie,tarentaise,doucy

Heureusement, le chauffeur du camion est en vie, bien que brûlé en ayant essayé de sortir mon père de la voiture en feu, sans pouvoir finalement l'extraire du brasier. Il reste aujourd'hui très choqué. Je tiens à le remercier. Nous pensons à lui. IMG_0354.JPG

Je tiens à remercier aussi les pompiers qui sont encore sous le choc, ainsi que le Maire de Capdenac, les gendarmes de Figeac et toute la population très affectée par ce drame.

alain laroche,danielle laroche,avis de décès,cancer,maladie,orphelin,mort,parent,figeac,capdenac,lot,aveyron,accident,poids-lourd,drame,amour,philemon et baucis,hommage,amour filial,famille,espérance,au-delà,âme,éternité,deuil,textes pour cérémonie funèbre,isère,savoie,tarentaise,doucyJe remercie aussi l'équipe médicale de l'hôpital de Figeac, notamment le Docteur Frai et Madame Biragne Élise, interne, ainsi que les infirmières qui ont soigné ma mère. Merci infiniment aussi à Monsieur Patrick Jeanjean de Figeac, qui nous a accueillis avec humanité et respect de notre deuil pour l'organisation des obsèques.alain laroche,danielle laroche,avis de décès,cancer,maladie,orphelin,mort,parent,figeac,capdenac,lot,aveyron,accident,poids-lourd,drame,amour,philemon et baucis,hommage,amour filial,famille,espérance,au-delà,âme,éternité,deuil,textes pour cérémonie funèbre,isère,savoie,tarentaise,doucy


alain laroche,danielle laroche,avis de décès,cancer,maladie,orphelin,mort,parent,figeac,capdenac,lot,aveyron,accident,poids-lourd,drame,amour,philemon et baucis,hommage,amour filial,famille,espérance,au-delà,âme,éternité,deuil,textes pour cérémonie funèbre,Ma grand-mère a fait un rêve deux jours avant le drame. Mon grand-père décédé en 2000 venait dans son rêve et lui tenait très fortement la main. Il brûlait dans les flammes, comme mon père. C'était si fort, cette sensation de main tenue, qu'elle s'est réveillée très ébranlée. Signe des ancêtres et d'un au-delà qui, je le crois fortement, existe bien.


 

alain laroche,danielle laroche,avis de décès,cancer,maladie,orphelin,mort,parent,figeac,capdenac,lot,aveyron,accident,poids-lourd,drame,amour,philemon et baucis,hommage,amour filial,famille,espérance,au-delà,âme,éternité,deuil,textes pour cérémonie funèbre,isère,savoie,tarentaise,doucyMais pour nous, leurs quatre enfants, voir leurs deux cercueils l'un à côté de l'autre, les avoir vus vivants quelques jours avant et puis plus rien d'un coup, orphelins soudains de nos parents mariés depuis 1965... tout cela est très lourd en nos coeurs. Comment voulez-vous qu'il en soit autrement dans une mort aussi violente, dans un choc si terrible et brûlé vif, sans qu'on puisse voir le corps de notre père ? Merci d'apaiser par vos mots et vos pensées ce drame, dans vos commentaires sur internet ou ailleurs, et de penser à la famille qui demeure, choquée et ébranlée. Cordialement, Chloé L

 

______________________________________________________

http://www.ladepeche.fr/article/2012/06/22/1384247-la-voiture-se-jette-sous-le-camion-un-mort.html#xtor=RSS-6

_____________________

http://www.midilibre.fr/2012/06/21/dma-un-homme-de-70-ans-perit-carbonise-dans-une-terrible-collision-avec-un-poids-lourd,520887.php

_________________________________________________________________________


La cérémonie d'adieu s'est tenu à Capdenac-Gare au Crématorium à 10 h 30, le lundi 25 juin. 

Des condoléances peuvent être laissés à :

http://www.le-choix-funeraire.com/avisdedeces/avis-176.html

ou dans les commentaires de ce faire-part ici-présent.

 

__________________________________________________________________imm010_15A.jpgwww.amaranthes.fr.jpg


POUR MES PARENTS, VOICI QUELQUES TEXTES, QUELQUES PHOTOS...

 

"Par la mort, la famille ne se détruit pas, elle se transforme, une part d'elle va dans l'invisible. On croit que la mort est une absence, quand elle est une présence secrète. On croit qu'elle crée une infinie distance, alors qu'elle supprime toute distance, en ramenant à l'esprit ce qui se localisait dans la chair. Que de liens, elle renoue, que de barrières elle brise, que de murs elle fait crouler, que de brouillard elle dissipe, si nous le voulons bien. Plus il y a d'êtres qui ont quitté le foyer, plus les survivants ont d'attaches célestes. Le ciel n'est plus alors uniquement peuplé d'anges, de saints connus ou inconnus et du Dieu mystérieux. Il devient familier, c'est la maison de famille, la maison en son étage supérieur, si je puis dire et du haut en bas, le souvenir, les secours, les appels se répondent."


Père Sertillanges O.P.imm017_19.jpgimm008_11A.jpg


_______________________________


"La mort n'est rien. Je suis seulement passé dans la pièce à côté. Je suis moi, vous êtes vous. Ce que nous étions les uns pour les autres, nous le sommes toujours. Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné. Parlez de moi comme vous l'avez toujours fait. N'employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel et triste. Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble. Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi. Que mon nom soit prononcé comme il l'a toujours été, sans emphase d'aucune sorte, sans une trace d'ombre. La vie signifie tout ce qu'elle a toujours signifié. Elle est ce qu'elle a toujours été. Le fil n'est pas coupé. Pourquoi serais- je hors de votre pensée simplement parce que je suis hors de votre vue ? Je vous attends. Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin. Vous voyez, tout est bien."


Chanoine Scott Holland____________________________imm004_6A.jpg
LARGE27_1.JPG



"Je vivrai par-delà la mort,

Je chanterai à vos oreilles

Même après avoir été emporté,

Par la grande vague de la mer

Jusqu’au plus profond de l’océan.

Je m’assiérai à votre table

Bien que mon corps paraisse absent,

Je vous accompagnerai dans vos champs, Esprit invisible.

Je m’installerai avec vous devant l’âtre,

Hôte invisible aussi.

La mort ne change que les masques

Qui recouvrent nos visages.

Le forestier restera forestier,

Le laboureur, laboureur,

Et celui qui a lancé sa chanson au vent

La chantera aussi aux sphères mouvantes."


 

Khalil Gibran__________________________________oraison funèbre1.jpg

 


 

 


alain laroche,danielle laroche,avis de décès,cancer,maladie,orphelin,mort,parent,figeac,capdenac,lot,aveyron,accident,poids-lourd,drame,amour,philemon et baucis,hommage,amour filial,famille,espérance,au-delà,âme,éternité,deuil,textes pour cérémonie funèbreQuelqu'un meurt,

 

 

 

Et c'est comme des pas

 

Qui s'arrêtent.

 

Mais si c'était un départ

 

Pour un nouveau voyage...

 


 

Quelqu'un meurt,

 

Et c'est comme une porte

 

Qui claque.

 

Mais si c'était un passage

 

S'ouvrant sur d'autres paysages...

 


 

alain laroche,danielle laroche,avis de décès,cancer,maladie,orphelin,mort,parent,figeac,capdenac,lot,aveyron,accident,poids-lourd,drame,amour,philemon et baucis,hommage,amour filial,famille,espérance,au-delà,âme,éternité,deuil,textes pour cérémonie funèbreQuelqu'un meurt,

 

Et c'est comme un arbre

 

Qui tombe,

 

Mais si c'était une graine

 

Germant dans une terre nouvelle...

 

Quelqu'un meurt,

 

Et c'est comme un silence

 

Qui hurle.

 

Mais s'il nous aidait à entendre

 

La fragile musique de la vie...

 

 


Benoît Marchon________________________alain laroche,danielle laroche,avis de décès,cancer,maladie,orphelin,mort,parent,figeac,capdenac,lot,aveyron,accident,poids-lourd,drame,amour,philemon et baucis,hommage,amour filial,famille,espérance,au-delà,âme,éternité,deuil,textes pour cérémonie funèbre,alain laroche,danielle laroche,avis de décès,cancer,maladie,orphelin,mort,parent,figeac,capdenac,lot,aveyron,accident,poids-lourd,drame,amour,philemon et baucis,hommage,amour filial,famille,espérance,au-delà,âme,éternité,deuil,textes pour cérémonie funèbre,

P1100263 - copie.JPG


 


 

MUF00006.jpg2ch0013.jpg

20/01/2012

Ma lettre ouverte au Préfet d'Eure et Loir pour un papa géorgien expulsé hier en double peine, marié à une femme lourdement handicapée et père de deux garçons nés en France.

Je partage aujourd'hui avec vous ma lettre ouverte au Préfet d'Eure et Loir. Mon blog est lu chaque jour par de nombreux lecteurs, entre 400 et 500. J'écris pour atteindre le plus grand nombre et faire réagir et agir ceux qui me lisent. Afin que ce pays retrouve sa dignité, soyons des acteurs d'humanité !        

Chloé L


OBJET DE MA LETTRE

Demander le retour en France de David Kuridze.

_______________________________________________________________


Monsieur le Préfet d'Eure et Loir,

 

Hier jeudi, vous avez ordonné et laissé faire quelque chose de terrible puisque vous avez piétiné les Droits de l'enfant en expulsant un père de famille.

Un des premiers droits des enfants est de pouvoir vivre avec leurs parents. 

Mon fils a sept ans dans un mois et a été privé par la mort de son papa il y a quatre ans. C'est la vie qui a frappé mais là, c'est vous qui frappez, avec brutalité et inhumanité, en expulsant un papa géorgien vers son pays. C'est beaucoup de souffrance pour un enfant de se retrouver privé définitivement de l'un de ses parents.

David Kuridze venait de terminer une peine de prison et devait rentrer chez lui pour s'occuper de sa femme Lali, handicapée à 80 pour cent, et de ses deux enfants de neuf et dix ans.

Vous avez préféré appliquer la double peine alors que le Président s'était engagé en 2004 dans une opposition catégorique à cette mesure terrible, qui condamne deux fois la personne, une fois par la prison, la deuxième fois par l'expulsion du pays où il a fondé famille et vie durable.

Luka et Zaza, les deux fils de David, sont nés en France. Pourquoi devraient-ils payer tout cela par leur peine, leur souffrance d'enfants orphelins, leur déchirure.

Monsieur le Préfet, vous savez comme moi que Monsieur Guéant a dépassé ses objectifs d'expulsions de plus de cinq mille étrangers, alors pourquoi ne pas laisser ces deux enfants innocents auprès de leur père ?

Je vous rappelle que la Convention des Droits de l'Enfant signés en 1990 demande ceci aux États :


« Les États parties veillent à ce que l'enfant ne soit pas séparé de ses parents contre leur gré ».


 Monsieur le Préfet, je vous demande de faire revenir ce père en France afin qu'il puisse s'occuper de sa famille, de sa femme lourdement handicapée, de ses deux fils qui ont besoin de leur père pour construire une vie d'adulte saine et équilibrée.

Je vous fais confiance et m'adresse à votre esprit civique et humain.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de mes sentiments républicains.

Chloé LAROCHE


david kuridze,géorgie,expulsion,handicap,famille,droits de l'enfant,enfants,orphelin,courbevoie,prefet eure et loir,lionel beffrey,immigration,mr gueant,chiffre,sarkozy,france,politique,cruauté,double peine,prison,école marcel achard,oqtf,resf,reseau education sans frontieres,pétition,père,papa,séparation,destin,injustice,convention des droits de l'enfant,Préfet des Hauts-de-Seine,____________________________________david kuridze,géorgie,expulsion,handicap,famille,droits de l'enfant,enfants,orphelin,courbevoie,prefet eure et loir,lionel beffrey,immigration,mr gueant,chiffre,sarkozy,france,politique,cruauté,double peine,prison,école marcel achard,oqtf,resf,reseau education sans frontieres,pétition,père,papa,séparation,destin,injustice,convention des droits de l'enfant,préfet des hauts-de-seine


PÉTITION pour David Kuridze :

http://www.educationsansfrontieres.org/article40515.html


POUR ÉCRIRE AU PRÉFET :

 

Pour dire fermement mais sans injure ni diffamation ce que vous pensez de leur attitude à ces très hauts fonctionnaires :

 

 


Préfet d'Eure et Loir :lionel.beffre@eure-et-loir.gouv.fr
Secrétaire de la Préfecture d'Eur et Loir : blaise.gourtay@eure-et-loir.gouv.fr 
Préfet des Hauts-de-Seine : pierre-andre.peyvel@hauts-de-seine.gouv.fr
Secrétaire général de la préf. des Hauts-de-Seine : didier.montchamp@hauts-de-seine.gouv.fr 
  

 


31/01/2011

Situation monstrueuse aux Pays-Bas. Une mère morte d'avoir trop erré avec trois enfants orphelins. Rendez-vous demain à Paris. Appel du Réseau RESF.

2_a0fb8e8899.pngBonjour à tous et toutes,

2_a0fb8e8899.pngJe suis désolée d'avoir été si longue à refaire un article. Me revoici en tout cas.

Je suis touchée par ce qui arrive à cette famille dont la maman vient de décéder.

Sa photo est celle que vous voyez juste près de mon texte.

Elle avait 34 ans et est morte à Rennes début janvier d'avoir erré dans la rue avec ses trois enfants, entre la France et les Pays-Bas.

Aujourd'hui, le papa est enfermé aux Pays-Bas, et on ne reconnaît pas sa paternité, devant l'absence de certificats.

C'est ainsi qu'un petit bébé orphelin de sa mère grandit sans son père, dans un hôpital en France, ainsi qu'un enfant de treize ans et un autre de deux ans qui se retrouvent en famille d'accueil.

La famille d'accueil elle-même, d'origine mongole, est en demande d'asile. "Cette famille n’a pas les moyens d’assumer la charge de trois enfants. Si les services sociaux décident de placer les gamins ailleurs, ils vont être traumatisés… Quoi qu'il arrive, la situation ne sera pas vivable très longtemps !"

Venez donc nombreux demain à l'appel suivant :

Le Réseau Education sans frontières, la Cimade, le Gisti et le MRAP 35 appellent à un rassemblement le mercredi 2 février à 14 heures 30
devant l’ambassade des Pays-Bas, 7 rue Eblé, à Paris 7° (métro Duroc).

Merci à tous pour cette famille.

IS098R8YB.jpgEn mémoire de la maman, Alta MING, qui ne méritait pas cela, de mourir ainsi, si jeune, et de n'avoir pas été prise en charge et accueillie correctement.977734.jpgk3894199.jpg

Chloé LAROCHE

x20945832.jpg

____________________________________________

Article du RÉSEAU D'ÉDUCATION SANS FRONTIÈRES :

13 ANS, 2 ANS, 3 SEMAINES : LEUR MÈRE EST MORTE, LEUR PÈRE EN RÉTENTION

(ARTICLE : http://www.educationsansfrontieres.org/article34112.html)

 

"C’est la situation monstrueuse que les lois contre les immigrés et l’acharnement des brutes qui nous gouvernent aux Pays-Bas comme en France font subir à trois enfants de 13 ans, 2 ans et trois semaines.

Amarjargal GANAA et Alta MING, un couple de Mongols, demandent l’asile aux Pays-Bas en 2007. Déboutés, ils rejoignent la trop longue cohorte des réfugiés sans papiers. Leur fils Ulaaka (né en 1997) les rejoint. En juillet 2008, nait à Rotterdam un second enfant, Amarbayasqalan. Alta Ming est arrêtée le 25 juin 2010 et placée en centre fermé aux Pays-Bas. Le 28 octobre, le père, Amarjargal GANAA est également arrêté. Enceinte et malade, Alta est libérée le 20 novembre 2010. Les autorités néerlandaises lui donnent 48 heures pour quitter le pays. Amarjargal GANAA est maintenu en rétention pendant que sa femme et ses enfants sont chassés. Ils se réfugient en France, à Rennes, où vit une petite communauté mongole.

Hébergés tant bien que mal par leurs compatriotes, dormant parfois dans la rue, Alta et ses enfants sont brinqueballés d’hébergements d’urgence en hôtels miteux. Elle s’épuise. Le 4 janvier, elle décède à l’hôpital de Rennes, à l’âge de 34 ans. L’enfant qu’elle porte peut être sauvé. Prématuré, il est encore hospitalisé. Les deux aînés sont recueillis provisoirement par une famille mongole sous le contrôle de l’ASE. Le plus grand est scolarisé au Collège des Hautes Ourmes à Rennes.

Leur père, Amarjargal GANAA, a été présenté le 18 janvier à un juge néerlandais qui a décidé la prolongation de sa rétention. Il exige un document attestant la paternité pour le libérer !

Pour l’heure, les documents exigés de façon bureaucratique ne peuvent pas être produits. Mais les enfants, eux, existent bien. Au-delà des vérifications légitimes de l’identité des uns et des autres et des nécessaires précautions, des mesures d’urgence s’imposent. A commencer par la libération du père, Amarjargal GANAA, et l’autorisation de séjour indispensable pour qu’il retrouve ses enfants à Rennes. Avec l’aide et, bien entendu, la vigilance de l’ASE.

C’est pourquoi le Réseau Education sans frontières, la Cimade, le Gisti et le MRAP 35 appellent à un rassemblement
le mercredi 2 février à 14 heures 30
devant l’ambassade des Pays-Bas, 7 rue Eblé, à Paris 7° (métro Duroc).

La famille d’accueil et les enfants du couple seront présents, accompagnés de leurs soutiens et d’une partie de la communauté mongole rennaise, venus de Rennes en autocar, pour exprimer leur indignation face à la situation révoltante dans laquelle on maintient cette famille."


Voir à ce sujet :

  • Medias - Le Télégramme - Le Télégramme de BrestOrphelin de mère, un bébé mongol attend son père
    mercredi 26 janvier 2011
  • Medias - AFP - Agence France PresseUn bébé mongol de 3 semaines, casse-tête pour la France et les Pays Bas
    mercredi 26 janvier 2011
  • Le Mensuel de Rennes / Trois orphelins mongols attendent leur père, retenu aux Pays-Bas
    jeudi 20 janvier 2011
  • Le Mensuel de Rennes / Mingaltai, trois enfants, demandeuse d’asile, morte d’avoir trop erré
    samedi 8 janvier 2011
    _____________________________________________________________
    ___________________________________________________________________ AJOUT DERNIÈRES NOUVELLES DE CHLOÉ LAROCHE :


    15 février 2011____________________   SUPER NOUVELLE :

    HOURRA !!!!!!!!!!!!

    (http://www.educationsansfrontieres.org/article34420.html)

    LES ENFANTS GANAA ONT RETROUVE LEUR PERE… REGULARISE !

    "Ulaaka (13 ans) et Amarbayasqalan (2 ans), les fils aînés d’Amarjargal GANAA, ont retrouvé leur père lundi 7 février vers 9 heures à l’aéroport Charles De Gaulle. Le plus jeune des enfants, né prématurément le 4 janvier, est toujours hospitalisé. Accueilli d’abord à Roissy par ses enfants et leur famille d’accueil, une députée européenne, des militants RESF et des caméras de télévision, Amarjargal était attendu à Rennes par plusieurs dizaines de soutiens et la presse.

    Ce matin, il a été reçu en préfecture d’Ille et Vilaine. Une autorisation provisoire de séjour lui a été délivrée en attendant la carte Vie privée et familiale qu’il obtiendra dès qu’il aura un passeport.

    Le voilà donc tiré d’affaire… du moins sur le plan administratif, parce que, pour le reste, les autorités néerlandaises et françaises coalisées ont tout fait pour dévaster sa vie ! Il vient de passer trois mois d’internement en centre fermé, sa femme est morte d’épuisement en accouchant de leur troisième enfant après avoir elle-même été enfermée cinq mois en rétention, suivis de six semaines d’errance à Rennes avec ses deux enfants, à la rue ou dans des hébergements précaires.

    Mais cette issue, qu’on n’ose qualifier « d’heureuse » compte tenu des circonstances, n’est en rien l’effet d’un quelconque sens de l’humanité des autorités néerlandaises et françaises. Les Pays-Bas n’ont libéré Amarjargal GANAA et la France ne l’a accueilli que parce que la situation tragique des trois enfants, orphelins de mère et privés de père, abandonnés à Rennes, commençait à faire scandale. A Rennes, bien sûr, où la mobilisation s’est immédiatement mise en place, mais aussi au niveau national. Un rassemblement prévu devant l’ambassade des Pays-Bas qui, visiblement, ne savait plus comment se dépêtrer de cette affaire, n’a été annulé que lorsque les autorités néerlandaises et françaises se sont enfin mises d’accord pour qu’Amarjargal GANAA soit libéré et accueilli en France.

    Au-delà de la situation particulière de la famille Ganaa, on ne peut manquer de souligner l’attitude cynique de gouvernants qui s’emparent de chaque fait divers tragique pour faire leur auto-promotion mais se taisent honteusement devant les drames qu’occasionne leur politique démagogique contre les immigrés."


03/01/2011

"Je veux dire au monde une histoire à propos d'une colombe qui ne volait pas." On ne peut reproduire en un endroit ce que les Juifs ont vécu au cours de la Seconde guerre mondiale. Pour la bande de Gaza.

b12240.jpgBonjour à toutes et à tous,

 

Il y a deux ans la Bande de Gaza en Palestine connaissait un horrible carnage.

1417 personnes ont été massacrées par des bombardements cruels et sanglants.

Des enfants sont morts, des bébés, des écoliers, des personnes âgées.

Les médias en parlaient.1823001.jpg

Mais aujourd'hui, que se passe-t-il pour les habitants de Gaza ?

Depuis le 18 janvier 2009, date à laquelle les hostilités ont officiellement cessé, les habitants vivent un enfer.

1,5 million de personnes vivent un blocus terrible et souffrent de malnutrition, de manque d'eau et d'eau polluée.

Deux ans après ces crimes, les habitants de la bande de Gaza vivent dans une immense prison, ne pouvant étudier, voyager, se soigner correctement et reconstruire leurs maisons, du fait du blocus. Il n'y a pas de matériaux pour faire les maisons.

Que les fusils se taisent, que la paix vienne libérer tous ces êtres humains !

1832227.jpgOn ne peut reproduire en un endroit ce que les Juifs ont vécu dans les camps de concentration au cours de la Seconde guerre mondiale.

Regardez sur le lien donné ci-dessous le poème d'enfant envoyé il y a deux ans par NAHIDA : "Je veux dire au monde une histoire..."... et vous comprendrez la douleur psychologique dans laquelle vivent toutes ces personnes... qui vivent des deuils terribles, comme la mort brutale d'un ou plusieurs enfants, le massacre d'un père, d'une mère. Des enfants orphelins sont perdus dans cette immense prison.

Et nous continuons à vivre sans savoir, sans avoir conscience que pas loin, des êtres humains comme nous sont privés de vivre, d'être libres.... Des enfants, des femmes et des hommes.

Les images de ce lien sont insoutenables d'horreur alors je préfère vous prévenir.

Ne regardez pas en face l'horreur du monde.k0564930.jpg

Chloé LAROCHEk0623654.jpgk0080690.jpg

 

_______________________________________________________

13 septembre 2008

 

"Je veux dire au monde une histoire à propos d'une colombe

qui ne volait pas..."

 

Un poème d'enfant,
Des photos dures et émouvantes,
L'histoire de la Palestine,
Les crimes de l'Etat d'Israël d'occupation

par NAHIDA_______________

 

Lien :b11705.jpg

http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2008/09/13/10570960.html

k0981796.jpg

 

13/12/2010

J'écris ce soir pour les orphelins de Noël.... ceux qui ont un papa mais ne pourront plus le voir ou ne le voient plus, pour cause d'expulsions du territoire français.

k2668091.jpgBonsoir à tous et toutes,

Je n'irai pas dans cet article par quatre chemins mais sans langue de bois, je dis que c'est une honte que pour faire du chiffre d'expulsions, on en arrive dans notre pays à expulser coûte que coûte et au prix des larmes de centaines d'enfants.

Mon fils a perdu son papa de mort par maladie. C'est un coup de la vie et c'est déjà assez difficile mais quand je vois des enfants, souvent nés en France, pleurer à la veille des fêtes de fin d'année car leur père est emprisonné en centre de rétention pour étrangers et en voie d'être expulsés vers un pays qui n'est souvent plus le leur.... quelle honte pour la France.

Des enfants deviennent orphelins par force dans un pays où on défend les Droits de l'Homme et de l'Enfant !!!??? Je rappelle selon ces Droits que chaque enfant a le droit de vivre auprès de son parent, auprès de son père et de sa mère.

Mon fils pleure et beaucoup d'enfants pleurent à cause de la mort, à cause d'un accident, à cause du cancer de leur parent.

Mais que des enfants soient privés d'amour et de tendresse à cause de la politique d'immigration de mon pays, je ne saurais le supporter.u10083353.jpg

Je ne saurais supporter que mes enfants ouvrent leurs cadeaux en riant quand je sais que Naki (14 ans), Gülbahar (11 ans), Eren-Can (7 ans) enfants d’Ozay YILDIZ, Emilie (4 ans), son frère Enzo (2 ans) et Erine, leur petite sœur de 8 mois enfants de Xiaoshao LIN, Nakemin (8 ans), Mohamed (7 ans) et les deux jumeaux Lassina et Laséni (4 ans), enfants de Vakoleba KARAMAKO, Stéphane et Steve (4 ans) dont la maman attend un troisième enfant de Darios Elvis KUTCHE, Ilinca (5 ans), fille d’Ilie CHIORESCU, Zhengdan (10 ans), fille de Zhisheng ZHU, Xiao (12 ans) dont la maman Shumei ZHANG est en rétention, Dominique (9 ans) et Dylan (3 ans), fils d’Antonio DIAS VARELA, Taiba (11 ans), Djabri (6 ans), Sophia (3 ans) enfants de Mustapha Jelikli, Elena (10 ans) et Abram (8 ans) enfants de David Amirov.......

ne seront pas avec leur père, leur mère.... le soir de Noël.

Cela est intolérable et je pense très fort à eux, à tous ces enfants et à  ceux que je n'ai pas mentionné mais qui pleurent depuis des mois déjà le départ de leur père, de leur mère, d'un oncle, d'un grand-père, d'un frère expulsés vers l'inconnu d'un pays souvent terrifiant.

k0903024.jpgOussama Benbrahim, lycéen tunisien à Meaux, a été expulsé le 4 décembre après avoir été présenté trois fois à l’avion et tabassé trois fois en moins de 36 heures. L’affaire n’est pas terminée heureusement et des personnes se battent pour son retour.

Quand on sait qu'une nouvelle loi est sortie autorisant l'expulsion de mineur isolé, nous avons de quoi trembler pour les jeunes mineurs étrangers, lesquels ne peuvent plus faire un pas de travers sans craindre le rejet de toute la société.

Je souhaite que beaucoup de pères et de mamans inquiétés et incarcérés dans les centres de rétention français puissent ressortir libres pour que leurs enfants sourient et passent d'heureuses fêtes de Noël.

Je souhaite que mon gouvernement, celui de la France, ait plus de coeur et S'AMENDE des chiffres à faire, afin que chaque Préfet de France n'ait plus de taux de chiffres d'expulsion à honorer au mépris de l'humanisme et du respect des familles.k1824943.jpg

Je souhaite que la petite Ilinca, 5 ans, retrouve son papa, Ilie Chiorescu, 29 ans, moldave, placé en centre de rétention le 30 novembre par la préfecture de l'Oise.

Je souhaite que les quatre enfants de Vakoleba KARAMOKO, de nationalité ivoirienne, en France depuis 12 ans, retrouvent leur papa.

Il a fait plusieurs demandes de régularisation en 2002, 2006 et 2008, sans succès.

L’ainé des enfants a 8 ans ; les 2 derniers sont des jumeaux qui ont bientôt 4 ans.

L’un d’entre eux souffre de graves allergies alimentaires qui nécessitent des soins en France.

Arrêté sur son lieu de travail à Goussainville, M. Karamoko a été placé en rétention le 8 décembre par le préfet du Val d’Oise.

 

k0407154.jpgCi-dessous, vous trouverez d'autres situations signalées par le Réseau d'Éducation sans frontières dont j'indique l'article d'urgence pour Noël. Vous trouverez aussi les coordonnées des personnes soutenant chaque famille ainsi que les adresses  et mails des ministères auprès de qui agir concrètement.

 

Celui qui se tait fait plus de mal que celui qui parle.


Chloé LAROCHE

Ce 13 décembre 2010.

 

_________________________________________________________________ Les photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits. (Banque de Photographies et de Séquences Vidéos Libres de Droits Images). Merci à ce site !

 

1805931.jpgAPPEL du Réseau d'Éducation sans Frontières :

 

 

LES ORPHELINS DE NOEL

"Dans 15 jours, ce sera Noël, fête entre toutes des enfants et des parents, pour beaucoup. Joie, bisous, cadeaux, émerveillement des tout petits. Pourtant, pour un certain nombre d’enfants, Noël 2010 aura le goût de l’amertume, des larmes et de la souffrance. Pas pour des coups du sort inévitables, la maladie, la mort. Mais par la volonté délibérée d’un homme, Nicolas Sarkozy, qui dans l’espoir de remonter dans les sondages estime de son intérêt d’afficher le nombre d’expulsions à pratiquer dans l’année. Or, à en croire la Voix de son maître, le ministre de la Rafle, du drapeau et de la circulation routière hivernale, les chiffres prévus pour 2010 ne seraient pas atteints. Il faut donc expulser, expulser, expulser.k0390709.jpg

 

Et voilà pourquoi Hortefeux veut rendre quasi-orphelins de père Naki (14 ans), Gülbahar (11 ans), Eren-Can (7 ans) enfants d’Ozay YILDIZ, Emilie (4 ans), son frère Enzo (2 ans) et Erine, leur petite sœur de 8 mois enfants de Xiaoshao LIN, Nakemin (8 ans), Mohamed (7 ans) et les deux jumeaux Lassina et Laséni (4 ans), enfants de Vakoleba KARAMAKO, Stéphane et Steve (4 ans) dont la maman attend un troisième enfant de Darios Elvis KUTCHE, Ilinca (5 ans), fille d’ Ilie CHIORESCU, Zhengdan (10 ans), fille de Zhisheng ZHU, Xiao (12 ans) dont la maman Shumei ZHANG est en rétention, Dominique (9 ans) et Dylan (3 ans), fils d’Antonio DIAS VARELA, Taiba (11 ans), Djabri (6 ans), Sophia (3 ans) enfants de Mustapha Jelikli, Elena (10 ans) et Abram (8 ans) enfants de David Amirov. Aux yeux de Monsieur Hortefeux, les comptes sont vite faits : dix expulsions valent bien vingt-deux enfants de quelques mois à 14 ans qui pleurent leur père ou leur mère un jour de Noël.

 

k1539367.jpgCette façon de faire de la démagogie en méprisant les dégâts provoqués sur les enfants et les parents utilisés comme victimes expiatoires est inadmissible. Elle déshonore ceux qui  en décident mais aussi ceux qui, par cynisme, imbécilité politique ou soumission à leur maître la mettent en œuvre. Brice Hortefeux est au premier rang de ceux-là, probablement pour chacune des trois raisons.

 

Nous lui souhaitons donc de passer un excellent Noel en famille et d’avoir à ce moment-là une pensée pour les gamins dont il bousille non seulement Noël mais aussi toute l’enfance.

 

Nous publierons régulièrement une actualisation de la situation des futurs orphelins de Noel rêvés par Nicolas Sarkozy et servis par Brice Hortefeux.

 

Ci-dessous un bref résumé de la situation de chacune des familles avec les coordonnées de la préfecture responsable. Il est possible d’écrire au préfet, au ministre et au président (poliment et sans diffamation) pour leur souhaiter par anticipation de passer un joyeux Noël en famille."

_________________________ http://www.educationsansfrontieres.org

 

Pour protester : le ministère de la Rafle et du drapeau est en réorganisation. Il semble que ce soit le secrétaire général de l’ex-ministère qui gère :

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00
Secrétaire général
secretariat-general@immigration-integration.gouv.frSecrétaire général : stephane.fratacci@immigration-integration.gouv.fr


Au ministère de l’Intérieur Guillaume Larrivé (Directeur-adjoint du cabinet qui était déjà en charge des expulsions quand Sarkozy était ministre de l’Intérieur) guillaume.larrive@interieur.gouv.fr

Idem pour jean-marc.berlioz@interieur.gouv.fr

Matignon : http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/ecrire
Et là où se prennent les décisions
Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html <http://www.elysee.fr/ecrire/index.html>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration, immortel rédacteur du discours de Grenoble) maxime.tandonnet@elysee.fr

 

 

LISTE PROBABLEMENT NON-EXHAUSTIVE DES ACTUELS MEFAITS

DU MINISTRE DE LA RAFLE ET DU DRAPEAU

OQTF 93 – CRA Mesnil Amelot

Darios Elvis KUTCHE, de nationalité camerounaise, 28 ans, arrivé en France en 2007.

Arrêté lors d’un contrôle routier, il est placé en rétention le 03 décembre par la préfecture de Seine et Marne.

Il est le conjoint de Stéphanie LEUWAT en situation régulière et enceinte de lui de 6 mois. Il est aussi le beau-père de Stéphane (élémentaire Paul Langevin à Saint-Denis) et de Steve (classe de moyenne section à l’école Henri WALLON à Saint-Denis) dont il s'occupe, les enfants n'ayant plus de lien avec leur père naturel.

S’adresser à la préfecture du 77 pour sa libération : fax 01 64 71 78 64

jean-michel.drevet@seine-et-marne.pref.gouv.fr

A la préfecture du 93 pour l'annulation de l’OQTF Fax : 01 48 30 22 88

pref-secretariat-prefet@seine-saint-denis.gouv.fr courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

Contact : Malika CHEMMAH 06 43 34 51 47 / Rodolphe CIULLA, 06 70 19 67 61

 

 

APRF DE LA PP 75 CRA de Vincennes

Fax : 01 53 71 67 23

prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

 

M. LIN Xiaoshao, né en Chine, âgé de 32 ans, vit en France depuis 10 ans, sa femme depuis 6 ans, et est convoqué en janvier 2011 à la préfecture de Paris pour un examen de dossier.

Arrêté sur son lieu de travail, il est placé en rétention par la même préfecture le 8 décembre.

Il est père de 3 enfants, tous nés en France, Emilie, 4 ans, scolarisée à la maternelle, Enzo 2 ans ½ et Erine, 8 mois. Il possède une nombreuse famille régularisée en France, oncles, tantes, neveux, nièces.
contact : sylvie Brod 06 76 74 10 78

 

 

 

APRF DE L’OISE 60 CRA Mesnil Amelot

Fax 03 44 45 39 00 et 03 44 06 11 30
nicolas.desforges@oise.pref.gouv.fr

M. Ilie CHIORESCU, 29 ans, de nationalité moldave, a rejoint son épouse en France en février 2008.

Arrêté lors d’un contrôle routier, il est placé en rétention le 30 novembre par la préfecture de l’Oise.

Et pourtant, il est le père d’Ilinca, 5 ans, scolarisée en maternelle à Paris.

Il est installateur de panneaux solaires, régulièrement payé et déclaré à l’Urssaf. Lui et sa femme ont fait des études supérieures et parlent le français.

Contact : Jacqueline Dartigues 06 62 02 54 50

 

APRF du 94 - EN LRA à Choisy le Roi 94

Fax : 01 49 56 64 10 / 01 48 99 38 04 / 01 49 56 60 13 Tél : 01 49 56 64 17

Mail : michel.camux@val-de-marne.pref.gouv.fr

 

M. ZHU Zhisheng, 47 ans, de nationalité chinoise, vit en France depuis 8 ans avec sa femme, leur fille Zhengdan les a rejoints en France en 2007, à l’âge de 10 ans. Elle est en 5ème au Collège Lucie Aubrac à Paris et obtient de très bons résultats scolaires.

Arrêté à la sortie du métro à Maisons-Alfort, il est en rétention depuis le 9 décembre.

 

 

APRF du 95 CRA de PLAISIR (78)

Fax 01 30 32 51 85

pierre-henry.maccioni@val-doise.pref.gouv.fr

 

M. Vakoleba KARAMOKO, de nationalité ivoirienne, est en France depuis 12 ans, sa femme depuis 9 ans.

Il a fait plusieurs demandes de régularisation en 2002, 2006 et 2008, sans succès.

Ils ont 4 enfants nés en France, scolarisés dans le 17°, l’ainé a 8 ans, les 2 derniers, des jumeaux bientôt 4 ans.

L’un d’entre eux souffre de graves allergies alimentaires qui nécessitent des soins en France.

Arrêté sur son lieu de travail à Goussainville, M. Karamoko a été placé en rétention le 8 décembre par le préfet du Val d’Oise.

Contact : Malika 06 18 41 56 21

 

APRF DE LA PP 75 CRA de Cité

Fax : 01 53 71 67 23

prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

 

Mme Shumei ZHANG, née en Chine, âgée de 40 ans, est arrivée en France avec sa fille Xiao Man en 2007.

La famille a été parrainée en décembre 2007 à la mairie du 13°. Xiao Man est actuellement scolarisée en 5° au Kremlin Bicêtre.

Un autre enfant, une petite fille, est née à Paris en janvier 2010.

Mme ZHANG a été arrêtée sur son lieu de travail dans le 16° et placée en rétention le 11 décembre au CRA de Cité.

Contact : Emmanuelle Cézard  06 45 56 24 44 - Jocelyne Vaudenay 06 86 90 42 04

 

 

APRF D'AVIGNON – CRA de Nice

Fax préfecture : 04 90 86 20 76 et 04 90 85 03 00

Mails : francois.burdeyron@vaucluse.pref.gouv.frmyriel.porteous@vaucluse.gouv.fr ; valerie.grasset@vaucluse.gouv.fr ; agnes.pinault@vaucluse.gouv.fr ; pref-contact@vaucluse.gouv.fr

 

Monsieur Ozay  YILDIZ, ressortissant turc d’origine kurde a été interpellé mardi 7 décembre à Bollène.  Les gendarmes sont venus le chercher à son domicile le matin. Il était absent, ils ont demandé à ce qu'il se présente à la gendarmerie de Bollène ("sinon on reviendra le chercher") et sont repartis... avec le passeport ! M. Yildiz s'est rendu au commissariat à 15h, a été mis en GAV à Avignon, puis amené à l'aéroport de Nice le lendemain mercredi.

Pendant tout ce temps la famille n'a pas été prévenue ! Sa femme, ses enfants, ses parents, sont donc restés sans nouvelle du mardi après-midi au lendemain mercredi, pour apprendre que M. Yildiz avait été arrêté et qu'il risquait d'être renvoyé en Turquie. Un recours a été fait devant la Cour d'Appel de Marseille.

Ce maçon, père de famille, vit ici depuis 8 ans avec son épouse et leurs trois enfants, dont le dernier est né en France. Les parents de M. YILDIZ vivent à Marseille en toute légalité.

Ses trois enfants sont scolarisés à Bollène, ils ne connaissent que l’école française :

- Naki YILDIZ , 14 ans, est scolarisé au collège de Bollène.

- Gülbahar, 11 ans, et Eren- Can, 7 ans (né à Marseille), sont tous les deux scolarisés à l’école primaire Jean Giono

Contact : Pascale Arraou - 06 59 20 65 22 - pascale_arraou@orange.fr

 

APRF du 77 - EN CRA au Mesnil-Amelot

Fax préfecture 77 :  01 64 71 78 64 jean-michel.drevet@seine-et-marne.pref.gouv.fr

 

Antonio DIAS VARELA, 29 ans, Capverdien, en France depuis dix ans, habitant Villeneuve-le-Roi (94). Sa femme Josefa est aussi sans-papiers. Ils ont deux enfants, tous deux nés en France et y ayant toujours vécu, Dominique (9 ans) et Dylan (3 ans). Toute sa famille (parents, frères et sœurs) ainsi que celle de sa femme sont en situation régulière

Six demandes de régularisation à Créteil. Interpellé le 08/12 contrôle routier gendarmerie sur un péage à Meaux ;

Contact : Thierry Lerch <lerch.thierry@wanadoo.fr>,  tel 06 30 55 66 58

 

 

APRF du 69 - CRA Saint-Exupéry

Fax préfecture 04 78 60 49 38 jean-francois.carenco@rhone.pref.gouv.fr,

 

Mustapha JELIKHI, algérien, est entré en France en 2007 avec sa femme et ses deux premiers enfants, Taiba 11 ans, et Djabri 6 ans. Sophia 3 ans la troisième est née en FRANCE.

Arrêté le 7 décembre, lors d’un contrôle d’identité sur la voie publique, il risque l’expulsion car sa demande de régularisation a été rejetée. Technicien supérieur en agronomie, il parle parfaitement français . Ses trois enfants sont scolarisés à Villeurbanne . La plupart de ses frères et sœurs vivent hors d’Algérie, en situation régulière.

 

 

APRF de la Vienne - CRA de Palaiseau (91)

Fax préfecture 05.49.88.25.34 Préfet : bernard.tomasini@vienne.pref.gouv.fr

Directeur de cabinet : jean-philippe.setbon@vienne.pref.gouv.fr

David AMIROV est Yézide de nationalité… en discussion : le consulat de Géorgie a refusé de le reconnaître, celui de Russie ne s’est pas prononcé. Cela ne l’empêche pas d’être emprisonné au CRA de Palaiseau, à 300 km de sa famille depuis 22 jours. Naïrat, sa femme est de confession musulmane. Le mariage mixte n’a pas été accepté par sa famille. Ils vivent à Poitiers depuis trois ans. Les deux enfants, Elena (10 ans) et Abram ( 8 ans) attendent leur père. Elena, inconsolable, a écrit une lettre au maire de Poitiers lui demandant pour tout cadeau de Noël le retour de son papa.


25/08/2010

J'ai été très émue par la découverte du film L'Arbre qui retrace le deuil d'une famille et d'une veuve avec une sensibilité remarquable.

_Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_19458330.jpgL’arbre, c’est un très beau film à l’affiche, avec l’histoire d’une mère qui est aussi une femme._Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_l-arbre-charlotte-gainsbourg-dans-un-drame_62053_w250.jpg

 

Cette mère a quatre enfants et aime un homme. Elle est incarnée par Charlotte Gainsbourg dans un rôle sensible et profond, où chaque nuance de tristesse ou de joie ressemble à un faisceau de lumière.

 

Ces six êtres vivent sous la protection d’un figuier en Australie, dans une maison où chacun vit avec bonheur une vie de famille harmonieuse.

 

Les racines de l’arbre les protègent de tout mais pas de la mort, puisque le père décède subitement.

 

L’une des quatre enfants, Simone, trouve dans cet arbre un immense réconfort et chacun vit son deuil à sa façon._Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_19458326.jpg

 

_Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_19447377.jpgLa maman, Dawn, sombre dans une profonde tristesse et avance sur le chemin de la résilience en regardant la nature, en s’occupant de ses enfants de mieux en mieux, en retrouvant un travail et puis un jour en retrouvant l’amour.

 

_Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_19447372.jpgMais cet amour est difficile à émerger lorsque le deuil est là. Ce nouvel amour est difficile à exister quand l’arbre enracine l’amour perdu dans son coeur encore vivant mais attaché si profondément à la personne disparue.

 

Les racines d’un amour précédent peuvent être si étouffantes qu’elles empêchent certaines personnes de vivre et d’aller de l’avant.

 

Dans le film, l’arbre prend tant de place qu’il en arrive à fissurer la maison et le puits, comme un symbole de cet amour passé qu’il faudrait fuir en emmenant sa maison très loin._Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_19458327.jpg

 

Une maison nomade avec des coeurs qui peuvent se mettre en voyage pour porsuivre l’odyssée de leur vie, en ouvrant grand les fenêtres de leur coeur à un nouvel amour, signe d’une vie qui continue, d’un espoir qui renaît au-delà de toutes les souffrances et de toutes les larmes.

 

À un moment, la petite Simone dit à sa copine : “Il y a deux choix : être triste ou être heureux. Moi, j’ai choisi d’être heureuse.”

 

La maman, dans un autre passage du film, dit à sa petite : “Ton papa est là et je ne l’oublierai jamais, jusqu’à la fin de ma vie. Je peux sourire à des moments, être heureuse, mais c’est là, cette tristesse au fond de moi, et il faut apprendre à vivre avec.”

 

Apprendre à vivre avec et un jour pouvoir dire “j’avance”, je tourne la page, je quitte l’arbre aimé et ses racines afin de m’enraciner ailleurs.

 

_Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_Photo 0610.jpgJ’ai été très émue par ce film car il m’a renvoyée à mes propres deuils, deuil de ma fille et deuil du père de mon fils. Chacun dans ce monde a ses croix. Chacun apprend à être crucifié dessus un moment et puis à les transformer en portails de lumière, en branches de vie, en destinées humaines responsables et dignes._Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_Photo 0614.jpg

 

L’arbre en nous prend racine dans nos émotions et nos rêves, nos espoirs et nos révoltes, nos colères exprimées et nos tristesses assumées. Et un jour, il poursuit notre route lorsque notre corps retourne à la poussière, tel une âme millénaire aux millions de feuilles manuscrites d’une vie ancrée dans la terre mais regardant vers le ciel._Users_Anne_Chloe_Desktop_article arbre_Photo 0609.jpg

 

Chloé Laroche

 

 

 

28/02/2010

J'écris pour les cinq ans de mon fils, entre épreuves et sérénité, entre amour et pardon, entre deuil et résilience.

Copie de imm015_14A.jpgMon fils

 

Tu as eu cinq ans aujourd'hui

Cinq ans d'une vie de bonheur

Près d'une maman aimante

Mais des larmes pour ton papa

Disparu si loin disparu si tôt

Alors que tu l'avais retrouvé

Après des mois d'absence

De désertion de paternité

Et le voir s'amaigrir

Jusqu'à mourir sans retourCopie de imm013_12A.jpg

 

Tu as eu cinq ans aujourd'hui

Mais des tempêtes dans ton coeur

De voir le monde, de le sentir

Parfois si dur quand les ados

Montrent leur souffrance si fort

Que les petits subissent leur colère

Face à une révolte de jeunesse

Et regarder les aînés insulter

Malmener, voir les larmes

D'une mère impuissante

 

Copie de imm024_23A.jpgTa soeur handicapée

Un soir s'est jetée sur toi

Elle voulait te frapper

Et j'ai dû la plaquer au sol

Car le handicap mental

Est parfois dangereux

Tu as eu peur si fort

Et comment aimer après

Comme tu sais le faire si bien

Tu aimes ta soeur de Roumanie

 

imm009_9A.jpgTu as eu cinq ans aujourd'huiCopie de imm025_24A.jpg

Et face à tes deux soeurs d'adoption

Tu gardes ce regard d'amour

Même si parfois tu les mettrais dans un carton

Avec marqué dessus : retour au pays

Mais tu sais au fond de ton âme

Qu'elles viennent de l'enfer

D'un passé trop dur et révolu

Et que ta maman les aime

Donc toi aussi tu les aimes

 

 

imm007_10A.jpgTu as eu cinq ans aujourd'hui

Et pas un appel des grands-parents

Les paternels sont morts

Et les maternels sont en vie

Mais trop de mal à ta maman

Par un grand-père haineux

Qui vit dans un monde sans amour

Au coeur sec et froid

Dans lequel la tendresse est morte

Indifférence parentale

 

imm010_10A.jpgTu as eu cinq ans aujourd'huiCopie de imm026_25A.jpg

Et quand ils sont venus

De leur lointaine région

Tu n'as même pas su qu'ils étaient venus

Car ils n'ont pas pris la peine de passer

De venir te faire un gros bisou

Ta mère au coeur arraché

De leur absence et là il étaient si près

Mais ils n'ont pas donné signe de vie

Dans la misère pauvre des âmes

 

Photo014.jpgTu as eu cinq ans aujourd'hui

Plein de bonheur et une balade

Avec des amis et des enfants

On a pris la Bastille à Grenoble

Comme on prendrait le monde

Avec amour et enthousiasmeimm005_4A.jpg

Comme tu les fais vivre dans ton coeur

Tu me regardes et tu me fais

Un énorme bisou en riant

"C'est un baiser serré"

 

 

Copie de chloé+4-1.jpgBon anniversaire mon fils.

 

 

Ta maman

Chloé L

 

 

 

Nota : le lac sur les photos est le lac de Monteynard, situé au sud de Grenoble.

25/02/2010

J'écris pour les deux enfants de 4 et 7 ans dont le père a tué la maman avant de se suicider au Bois d'Arcy dans les Yvelines.

k2102538.jpgNous sommes deux enfants
orphelins et si tristes
notre père a tué notre mère
nous les aimions tant
et aujourd’hui comment
exprimer ces cris en nous
ces hurlements d’enfants
qui avons perdu nos parents

 

 

Perdus à jamaisk0220459.jpg
nous nous retrouvons seuls
mais Papa qu’as-tu fait
Nous as-tu oubliés
quelle folie t’a pris
tout entier
et l’amour de Maman
détruit pour toujours

 

imagesEFk96u.jpegTu nous as volé ses baisers
sa tendresse son amour
et aussi le tien enterré
tout au fond de la terre
et nous avons notre coeur
dans votre cercueil
comment vivre sans vous
pourquoi vous êtes partis

 

C’est l’année des violencesk0070304.jpg
de l’homme sur la femme
et toi Papa avec ton fusil
tu as tué le sourire maternel
tu as pris notre ventre
notre terre notre coeur bleu
on est deux enfants
et personne ne sait

 

k0210672.jpgPersonne ne sait
le trou à l’intérieur
de notre âme perdue
deux trous noirs
nos parents disparus
et notre vie emportée
par un terrible cyclone
de violence paternelle.

 

 

par Chloé pour les deux enfants orphelins du Bois d'Arcy_________________imagesS3SPca.jpeg

 

Je l'ai déjà écrit et je le répéterai...

si vous êtes à bout et que vous lisez ce texte....

en tant que parent,

N'infligez rien de tout cela à vos enfants....

APPELEZ LE numéro vert

CAP ÉCOUTE :

LE 0 800 33 34 35 (EN RHÔNE-ALPES)

ET LE 04 72 33 34 35 EN NATIONAL

de 9 h à 21 h du lundi au vendredi.

 

Il y a plein de numéros verts que j'ai déjà donné...

lisez "Quand l'amour dépasse l'entendement" ..

ou dans "Amour, droits de l'enfant, parentalité".

 

Chloé

k2443306.jpg

22/03/2009

Deux anniversaires : la mort du père de mon fils et la date d'arrivée de ma fille d'Afrique. Réflexions sur le deuil d'un enfant, sur le cancer, sur l'adoption, sur l'adolescence, sur la responsabilité d'être parent.

augustine berger 200.jpg

 

Cela va faire un an, le 7 avril, que le père de mon fils est décédé.

Mon fils, ce matin, me raconte que “quand il était bébé, son père l’a emmené dans une forêt. Une grande forêt avec des monstres, des araignées, des serpents.”

Il ajoute : “Un monstre a attaqué mon papa. Il lui a envoyé une grosse boule."

Je l’écoute et je lui demande si c’est un rêve qu’il raconte... Je m’aperçois que c’est la réalité, sa réalité qu’il décrit.

La forêt, c’est la vie.

Le père aide son enfant à traverser la vie, avec ses monstres, ses embûches, sa jungle, ses requins, ses tigres, ses araignées, ses fleurs magnifiques.

Mon fils voudrait revoir son père mais ce n’est pas possible.marguerite 200.jpg

La mort dans sa dimension inéluctable est difficile à comprendre pour un enfant.

Pour l’adulte, la mort d’un être aimé est déjà si difficile, avec sa cohorte de tristesse, de colère, de culpabilité, de résilience plus ou moins bien réussie.

Je dis à mon fils que le monstre dont il me parle est le cancer. Je lui dis ce mot terrible, ce mot que mon fils à quatre ans comprend.

Le cancer, la maladie.

Mon fils met ensuite des mots sur la réalité que je viens de lui dire : “Mon papa, il fumait beaucoup. On lui a envoyé une boule.” Comme un boulet, une boule, la tumeur qui tue. “Mon papa a été à l’hôpital. Puis il est parti au ciel.”

heureuses paques 200.jpgIl a dit ces mots et puis il a eu une attitude d’offrande avec les mains tournées vers le ciel.

Personnellement, je suis en colère qu’on puisse rentrer dans une clinique pour se faire opérer et que le chirurgien percute l’artère en voulant enlever une tumeur, tumeur si grosse finalement que le papa de mon fils s’est vidé de son sang devant l’équipe médicale.

Mon fils est dans la jungle et il n’a plus que sa maman pour traverser l’enfance.

Pourvu qu’il n’y ait plus de boules.

Mais sa grand-mère, ma mère, en a une. Je le sais depuis deux mois.

Maudit cancer.

bouquet 06 12 200.jpg

 

 

therese 200.jpgCela va faire six ans le 5 avril que j’ai ramené ma fille adoptive de son pays d’Afrique.

Elle m’a adoptée et je l’ai adoptée dès le premier jour.

Elle savait qu’elle resterait avec nous et que ce serait une nouvelle vie.

Et puis, dernièrement, sa propre réalité a jeté cette réalité à la mer. Jetant sa nouvelle mère avec.

Dans sa réalité d’aujourd’hui, réalité d’adolescente... elle ne reconnaît pas m’avoir appelée Maman. Elle ne se souvient plus de cette rencontre d’amour, de cette confiance d’enfant qui est heureuse de prendre l’avion pour une nouvelle vie.1099R-6475.jpg

Elle ne se souvient pas de sa vie en orphelinat, comme cette vie était difficile.

Elle nous regarde avec des yeux sombres, comme des voleurs d’enfant, voleurs d’une histoire sacrée entre une enfant et sa famille biologique.

Mais nous ne sommes pas des voleurs.

Nous étions sincères et désireux d’aimer cette enfant dite orpheline.

Elle a grandi entourée et choyée dans notre famille.

Mais il est difficile d’accepter l’amour quand on a été abandonné.

Alors, on se cabre comme un poulain, on heurte ceux qui nous aiment, on malmène les limites, on pousse ses parents, on les insulte, on fugue, on va jusqu’à la violence et jusqu’à prendre des risques par une prise d’autonomie trop précoce.

Ma fille s’est cabrée, oui.

00020565.jpgCette semaine, quand je suis sortie d’une réunion avec elle et des éducateurs... j’étais lessivée et je me suis dit que nombre de parents qui souhaitent adopter seraient dégoûtés de l’adoption en voyant cela, en voyant par où des parents adoptifs peuvent passer, en voyant ma colère devant les mots d’une éducatrice m’interpellant : “Mais madame, de toute façon, c’est vrai, vous n’êtes pas sa mère.” Elle a expliqué qu’aux yeux de ma fille, je n’étais clairement pas sa mère... biologique. Ce jour-là, j’ai parlé comme une lionne, comme une louve... relatant la réalité d’une adoption devant ma fille, insistant pour donner ma version des faits, de la réalité de mon voyage en Afrique, de ma rencontre avec ma fille... niée effrontément par celle-ci devant tous.

“Madame, c’est votre réalité. Votre fille a sa réalité. Ce n’est pas forcément la bonne mais ce qu’elle dit exprime ce qu’elle refoule, ce qui est caché, ce qui n’est pas l’apparence des choses.” Oui, en tant que parent, il faut apprendre à regarder derrière les apparences, derrière une insulte, derrière un uppercut des règles établies, derrière la violence d’un enfant, d’un adolescent. Savoir rester au niveau de l’adulte, prendre du recul, garder son calme, croire en la relation, ne pas voir la haine quand il y a regard de haine mais voir encore l’amour derrière. Pour ne pas être rejetant mais toujours présent, avec un repère d’éducation pour l’enfant, le jeune, l’adolescent... qui a besoin qu’on ne BAISSE PAS LA GARDE.

sf_060524_0749.jpgNombre de parents adoptifs rencontrent des problèmes à l’adolescence de leur enfant. Ce dernier peut malmener la relation pour voir jusqu’où ses parents sont capables de l’aimer, sans jamais l’abandonner quoi qu’il fasse. Il peut aussi être très insultant, voire violent physiquement, car les racines de ses origines sont présentes au plus profond de ses tripes et que ces racines demandent à être entendues. Elles demandent au jeune devenant adulte, petit arbre devenant grand... de descendre au plus profond de soi, dans la mémoire la plus ancienne, afin de s’ancrer assez fortement pour affronter l’avenir, cet avenir où le jeune adulte doit s’autonomiser.images-2.jpeg

Tout parent vit le départ de son enfant... et même les adolescents non adoptés peuvent malmener leurs parents. La violence existe aussi dans le comportement des enfants biologiques. Je pense d’ailleurs qu’il est nécessaire d’apprendre très tôt à l’enfant qu’il est interdit de lever la main sur son parent. C’est un interdit essentiel. S’il n’est pas bien intégré, cet interdit ne le sera plus lorsque l’enfant deviendra adolescent et se pensera alors tout puissant.

 

1099R-5028.jpgMon propos est de dire aux familles qui souhaitent adopter de poursuivre sur leur lancée et de croire en leur projet. Chaque enfant est différent et l’aventure de l’adoption est passionnante autant que l’enfantement, l’accouchement et la parentalité biologique.Mn_PERS003.jpg

Nous ne faisons pas des enfants pour nous mais pour permettre à un être de grandir et de s’autonomiser un jour dans l’harmonie, dans le respect des autres et de soi , dans une confiance en lui et en ses capacités. Capacité de rebondir, d’intégrer les épreuves, d’affronter la vie et ses impondérables, d’aimer l’autre dans l’harmonie hors de la dépendance et de la souffrance infligée ou subie.

 

Chloé Laroche

 

 

 

 

 

15/07/2008

Pour Cyrille, jeune ambulancier décédé durant le transport d'un patient violent. Mon témoignage d'ambulancière et de taxi, avec le récit de mon agression à Caluire.

ambulancier,taxi,agression,psychiatrie,urgences



 

HOMMAGE À CYRILLE HAQUEVAUX, AMBULANCIER DÉCÉDÉ TRAGIQUEMENT

ambulancier,taxi,agression,psychiatrie,urgences,cyrille haquevaux,saint-brieuc,danger,ambulance,accident,caluire,bande,violence,victime,orphelin,drame,métier,handicapé,handicap,protection,conducteur,courage,héros,collègue,traumatisme,témoignage,médical,accompagnement,fuite,suicide,déséquilibré,mort,deuil,gâchis



Je pense à toi, Cyrille, à ton enfant qui va arriver, à tous les ambulanciers de France et du monde entier qui font leur métier avec coeur.ambulancier,taxi,agression,psychiatrie,urgences,cyrille haquevaux,saint-brieuc,danger,ambulance,accident,caluire,bande,violence,victime,orphelin,drame,métier,handicapé,handicap,protection,conducteur,courage,héros,collègue,traumatisme,témoignage,médical,accompagnement,fuite,suicide,déséquilibré,mort,deuil,gâchis

Je suis touchée par ton décès tragique, causé par un patient violent et atteint mentalement que tu devais accompagner, et je tenais à te rendre hommage sur mon blog... où je parle de notre métier régulièrement dans le chapitre : "Ne tirez pas sur l'ambulance" (cliquer sur ce titre à gauche dans les catégories).ambulancier,taxi,agression,psychiatrie,urgences,cyrille haquevaux,saint-brieuc,danger,ambulance,accident,caluire,bande,violence,victime,orphelin,drame,métier,handicapé,handicap,protection,conducteur,courage,héros,collègue,traumatisme,témoignage,médical,accompagnement,fuite,suicide,déséquilibré,mort,deuil,gâchis

Cyrille Haquevaux, 24 ans, se trouvait à l'arrière de l'ambulance lorsque le patient transporté, atteint mentalement, s'est agité brutalement et a essayé de sauter de l'ambulance, entraînant dans sa chute le jeune ambulancier sur le bitume de la voix express. Cyrille ne se releva pas et fut emmené à l'hôpital de Saint-Brieuc. Il est maintenant décédé et son enfant va bientôt voir le jour, sans que Cyrille n'ait pu le voir, lui qui s'occupait de tous ses patients avec générosité et coeur.


ambulancier,taxi,agression,psychiatrie,urgences,cyrille haquevaux,saint-brieuc,danger,ambulance,accident,caluire,bande,violence,victime,orphelin,drame,métier,handicapé,handicap,protection,conducteur,courage,héros,collègue,traumatisme,témoignage,médical,accompagnement,fuite,suicide,déséquilibré,mort,deuil,gâchisJ'ai moi-même été agressée à Grenoble au mois de mars de cette année par un autiste adolescent qui m'a frappée violemment alors que je l'emmenais à son IME (voir mon premier article). Je conduisais un taxi, avec trois jeunes autistes à l'intérieur, et cela aurait pu être dramatique, pour les passagers et aussi pour les véhicules se trouvant autour, car j'étais à 110 km/heure sur l'autoroute. Je suis restée maître de mon véhicule et j'ai pu arrivée  à destination, avant de me rendre aux Urgences. Lorsque le directeur de l'Institut IME m'a rencontrée, il m'a dit sans aucune émotion ni compassion : "Si vous ne faites pas l'affaire, changez de métier, on trouvera quelqu'un d'autre."ambulancier,taxi,agression,psychiatrie,urgences,cyrille haquevaux,saint-brieuc,danger,ambulance,accident,caluire,bande,violence,victime,orphelin,drame,métier,handicapé,handicap,protection,conducteur,courage,héros,collègue,traumatisme,témoignage,médical,accompagnement,fuite,suicide,déséquilibré,mort,deuil,gâchis

J'ai repris le travail et les faits se sont reproduits, avec des coups violents reçus dans le dos et à la nuque, malgré mes avertissements à l'employeur et aux parents, lesquels ne m'ont pas cru. "Leur fils ne pouvait pas avoir fait cela." La mère m'a accusée de n'avoir aucune autorité. Au final, je n'ai eu aucun mot réconfortant ni le semblant d'une compréhension... J'ai eu du mal à m'en remettre, et en plus, suite à tout cela, j'ai perdu mon travail. Heureusement, j'en ai retrouvé un depuis, et j'ai repris courageusement la voie que j'aime : le transport et l'accompagnement de personnes malades, âgées et handicapées.


ambulancier,taxi,agression,psychiatrie,urgences,cyrille haquevaux,saint-brieuc,danger,ambulance,accident,caluire,bande,violence,victime,orphelin,drame,métier,handicapé,handicap,protection,conducteur,courage,héros,collègue,traumatisme,témoignage,médical,accompagnement,fuite,suicide,déséquilibré,mort,deuil,gâchis

En juin 2004, je m'étais déjà fait agresser à Caluire, près de Lyon, par une bande de jeunes qui ont lancé des pétards sur mon taxi, alors que je transportais un client et que j'étais arrêtée dans un embouteillage. Je suis sortie du véhicule et un des jeunes (il avait environ 18-20 ans) m'a menacée verbalement, avec tant de haine dans les yeux que j'en resterai à vie troublée...

Troublée et interpellée par la haine d'un inconnu qui vous prend pour cible, sans aucune raison. Il m'a lancé un pétard en plein visage, pétard qui a explosé près de l'oeil gauche. Je suis restée choquée en attendant les pompiers, qui m'ont emmenée aux Urgences. Ils ont été formidables. Les policiers sont venus assez rapidement sur les lieux et m'ont révélé qu'ils n'arrivaient pas à mettre la main sur cette bande et qu'ils craignaient ces jeunes. Ils étaient d'ailleurs tous partis en courant de la petite place où ils sévissaient.ambulancier,taxi,agression,psychiatrie,urgences,cyrille haquevaux,saint-brieuc,danger,ambulance,accident,caluire,bande,violence,victime,orphelin,drame,métier,handicapé,handicap,protection,conducteur,courage,héros,collègue,traumatisme,témoignage,médical,accompagnement,fuite,suicide,déséquilibré,mort,deuil,gâchis


J'ai eu beaucoup de chance de ne pas perdre un oeil ou l'ouïe et de n'avoir aujourd'hui aucune séquelle. Il n'y a eu aucun témoin ayant apparu non plus, alors qu'il y avait du monde aux balcons, dans les commerces, dans les voitures alentour. Personne n'est intervenu, ni n'a réagi pour m'aider, à part le client que je transportais... qui a eu peur lui aussi. J'étais alors enceinte et je remercie le Ciel de m'avoir permis de garder mon fils, malgré le choc.ambulancier,taxi,agression,psychiatrie,urgences

ambulancier,taxi,agression,psychiatrie,urgencesCe sont des métiers à risque, comme chaque fois que j'ai transporté en VSL (véhicule où on est seul avec le patient assis) des malades sortis de l'Hôpital Psychiatrique, parfois sur de longues distances.


Je me souviens d'un jour où on nous avait confié un monsieur de l'Hôpital psychiatrique pour l'emmener en dialyse. Il s'est mis à mordre mon collègue à l'arrière et à se débattre dans tous les sens. Le cadre ambulancier avec qui j'étais ce jour-là me suppliait de faire aussi vite que possible, ce que j'ai fait, passant à travers les embouteillages par miracle et aussi grâce aux automobilistes qui s'écartaient pour me laisser passer. J'ai traversé toute l'entrée de Grenoble à toutes trombes pour arriver le plus vite possible au CHU.

ambulancier,taxi,agression,psychiatrie,urgences,cyrille haquevaux,saint-brieuc,danger,ambulance,accident,caluire,bande,violence,victime,orphelin,drame,métier,handicapé,handicap,protection,conducteur,courage,héros,collègue,traumatisme,témoignage,médical,accompagnement,fuite,suicide,déséquilibré,mort,deuil,gâchisOn nous demande dans ces transports particuliers de fermer la porte à clé ... au cas où un patient aurait envie de sauter et de se tuer. Un collègue m'a révélé un jour qu'un de ces patients dépressifs avait saisi le volant et avait failli causer un accident !

Un médecin avait tout de même fait remarquer à ma patronne, lorsque j'ai été frappée, qu'aucun filet ou grille de protection n'était installé dans le véhicule que je conduisais.

Je pense à toi Cyrille......... et à ta famille, à ton enfant orphelin d'un papa. Je pense à ton collègue traumatisé par ton décès et par ce drame terrible.

Je pense à tous les ambulanciers de France et du monde. Nous faisons un beau métier mais quelles difficultés nous traversons et quelle méconnaissance de la société existe sur cette profession souvent rabaissée et délaissée ! C'est un métier de personnes généreuses et souvent exploitées. Un métier qui ne compte pas ses heures et ses kilomètres, ni son écoute aux patients. Un métier d'amour envers les autres, envers les souffrants. 

Chloé Laroche

____________________________________

RAJOUT : J'AI SU EN 2012 PAR LE COLLÈGUE DE CYRILLE (VOIR SON COMMENTAIRE) QUE SON FILS VA BIEN, QU'IL EST TRÈS BEAU ET QU'IL RESSEMBLE À SON PAPA.

_________________________________________

Photos : je remercie le site Photosearch et Bing images pour la plupart des photos de cet article. Le mandala de larmes vient du site : http://koah.over-blog.com/30-categorie-10168075.html

La photo de la personne tournée de dos devant le lac du Bois Français a été prise par moi.

_______________________________________________________________________

____________________________________________________________________________

___________________________________________________________________

.... Vous pouvez lire ci-après des extraits du site des Ambulanciers, expliquant les circonstances du décès de Cyrille, jeune ambulancier et futur papa.



__________________ Hommage à notre collègue ambulancier  dans l'exercice de ses fonctions____________

(extrait du site des Ambulanciers .... http://ambulancier.over-blog.com)


Le malade bouscule l'ambulancier installé à l'arrière.
Les deux hommes sont projetés, par l'arrière, sur la voie express.
Lourde chute pour l'ambulancier Cyrille Haquevaux, 24 ans.

Le jeune ambulancier est, lui, transporté au centre hospitalier de Saint-Brieuc puis à Pontchaillou, à Rennes, où il était dimanche en état de mort cérébrale. Sa conjointe doit accoucher dans quelques jours.


______________________________________


Extrait du reportage LCI :

PAS DE SANGLE.

Selon un employé de l'hôpital de Saint-Brieuc souhaitant rester anonyme, le jeune homme "très baraqué" venait de traverser une phase d'agitation, "de celle où ils veulent tout casser". D'après cette même source, le patient était allongé sur le brancard non sanglé. Au bout de 10 minutes de trajet, à hauteur de la commune de Plérin, "le patient réussit à ouvrir la porte du véhicule", raconte Bastien Diacono, le procureur adjoint du tribunal de Saint-Brieuc.

Dans des circonstances encore indéterminées, le malade entraîne dans sa fuite l'ambulancier. Les deux tombent sur le bitume. L'ambulancier ne se relèvera pas. Le patient, lui, passe la glissière de sécurité sur le terre-plein central. Le jeune homme est percuté par une voiture arrivant en sens inverse.

______________________________ Extrait du site : http://ambulancier.over-blog.fr _____________

Notre avis :

Un problème parmi tant d'autres, mais cette fois-ci un collègue y a laissé la vie, ce qui confirme ce que l'on a toujours dit : nous ne sommes pas de simples "transporteurs" mais des professionnels de santé formés et diplômés. Ce ne sont pas des colis que nous prenons en charge mais des personnes, malades de surcroît, avec leurs différents problèmes et pathologies. Je n'ai jamais vu un chauffeur routier se faire éjecter de son camion par un colis qu'il transportait.

Le deuxième Hic c'est la transmission d'informations entre le personnel soignant et les ambulanciers... quand on voit qu'il faut parfois se "battre" pour avoir un minimum de relève. Sachant que le malade est sous la responsabilité intégrale de l'ambulancier, une fois la grille de l'hôpital franchie, il est donc nécessaire d'obtenir certaines informations à caractère médical. RAPPEL : les ambulanciers sont tenus au secret médico-professionnel, donc apte au secret partagé. Un malade psychiatrique ayant une phase d'agitation même calme sera sanglé au minimum d'une ventrale par précaution, car on le sait ce genre de patient est totalement imprévisible. Si les informations citées plus haut avaient été transmises, cela aurait certainement engagé nos collègues à sangler le malade et l'on aurait pu ainsi éviter ce drame. Dommage qu'une fois de plus il faut attendre un mort pour amener une réflexion sur le sujet.

Nos pensées accompagnent sa famille.
Sincères Condoléances.

___________________________

Les faits:

SAINT-BRIEUC. - « C'est une histoire hors norme. Avec cette affluence sur la RN12, on a frôlé une catastrophe plus grande encore. » Le procureur adjoint, Bastien Diacono et les secouristes restent marqués par la scène qu'ils ont découverte, samedi, peu après 13 h, à la hauteur de Plérin (Côtes-d'Armor). « Deux corps allongés de chaque côté de la quatre voies, il nous a fallu un peu de temps pour comprendre. »

Quelques dizaines de minutes plus tôt, une ambulance de la toute jeune société Urge ambulances revenait du centre hospitalier de Saint-Brieuc pour véhiculer un patient vers l'hôpital psychiatrique de Bégard, à 50 km. Un homme âgé de 27 ans doit y être transféré à la demande de sa famille. Quelques heures auparavant, il a tenté de mettre fin à ses jours, en voulant sauter d'un pont.

Un témoin a tenté de le stopper.

Alors que le véhicule est en route, le malade bouscule l'ambulancier installé à l'arrière. Les deux hommes sont projetés, par l'arrière, sur la voie express. Lourde chute pour l'ambulancier Cyrille Haquevaux, 24 ans, qui reste à terre. Le patient, lui, se relève et entreprend de traverser la route. « Un témoin l'a saisi par le bras pour l'arrêter dans son élan », raconte un automobiliste. Mais l'homme réussit à traverser le rail de sécurité et à se lancer dans le flot de circulation. Une voiture le heurte brutalement. L'intervention des secours ne permettra pas de le réanimer.

Le jeune ambulancier est, lui, transporté au centre hospitalier de Saint-Brieuc puis à Pontchaillou, à Rennes, où il était dimanche en état de mort cérébrale. Sa conjointe doit accoucher dans quelques jours. Son collègue, conducteur, a, lui aussi, été hospitalisé, extrêmement choqué.

Transport à risque :

Pour Bastien Diacono, le représentant du parquet, « cela pose la question de la condition de transport de l'individu atteint de pathologie psychologique ». Pourquoi le malade n'a-t-il pas été attaché ? Sa dose de tranquillisants était-elle suffisante ?

« Nous ne sommes que des exécutants, témoigne Yann Kerleau, président du syndicat départemental des ambulanciers. Le transport est prescrit par un médecin avec consignes particulières. » Mais l'évaluation n'est pas toujours aisée.

« Ce sont des transports à haut risque, estime-t-il. Il n'est pas rare que nous ayons des problèmes avec des malades agités. » Son équipe a déjà été confrontée à une tentative d'étranglement, une agression... «Quand c'est une hospitalisation contre la volonté de la personne, j'oblige mes collègues à attacher les chevilles et les poignets. C'est plus délicat quand la personne est sensée et volontaire.»


Sébastien GROSMAITRE.

Ouest-France____________________________
Vos réactions sur le Forum :



le 08/07/2008 à 12h07
Condoléances à la famille de cet ambulancier, et encore une fois un grand bravo et merci, à tous ces hommes et femmes, qui mettent leur vie en danger, pour en sauver d'autres.
Moi, Chez moi

le 07/07/2008 à 21h17
J'ai moi un fils policier qui doit souvent transporter ce genre d'individu à Sainte Anne et qui a été blessé personne n'en parle.
Mimi, Val de reui

le 07/07/2008 à 20h58
Bonjour je suis CCA depuis plus de 20 ans. Avant les médecins discutaient avec les ambulanciers ; maintenant un ordre de mission, une prescription médicale de transport (bon de transport) et les ambulanciers débrouillez vous scandaleux!!! où va t on ? les ambulanciers sont la derniére roue de la charrette ; savez vous que nous sommes des transporteurs qui bénéficient de la convention collective des transports routiers !? un camion de bananes, de viande ou une ambulance : la même convention ! scandaleux ! j'aime mon métier mais actuellement il est temps que les différents ministéres de tutelle se réveillent en tout cas toutes mes condoléances attristées pour ce collégue qui a laissé la vie pour un "fada"' ; à qui le tour ?
Ambulancier catalan, Perpignan

le 07/07/2008 à 18h53
Étant moi même ambulancier , je ne peux qu'être ému et énervé en lisant cet article , car cela fait des années que l'on crie au loup en disant qu'un tel drame se produirait et on nous riait au nez , car parfois ces transports ce font même en Véhicule Sanitaire Léger... ce qui veut dire qu'il n'y a qu'un ambulancier dans le véhicule et que ce serait-il passé si le véhicule était allé percuter un car d'enfants ? Il est temps de réglementer correctement ce genre de transport mais encore une fois il faut un drame pour que l'on se penche sur notre métier ; malheureusement il est trop tard pour notre collègue , condoléances à la famille et bon courage.
Marpin, Saint-calais

_______________________________________________

Commentaires

Merci pour votre bel hommage à mon ancien coéquipier, stéphane de saint-brieuc.

Ecrit par : STEPHANE | 31.08.2008

______________________________

Nous sommes aussi ambulancières dans le Pas de Calais, nous déplorons ce drame et nous présentons à la famille nos plus sincères condoléances. ENCORE UNE FOIS CE DRAME AURAIT PU ETRE EVITE

Ecrit par : aicha - peggy | 17.09.2008

______________________________

Je suis passée en voiture juste après le drame les pompiers ambulance et un corps sur la 4 voies étaient là près de nous, nous allions sur st brieuc... Dès que je lis cette histoire je revois ces images, j'ai un petit bonhomme de 20 mois et je pense fort à la femme de l'ambulancier qui a maintenant un enfant, j'espère qu'elle est entourée même si cela ne remplacera pas le papa... et courage à son coéquipier qui était dans la voiture pour continuer son travail.

Ecrit par : mary | 05.01.2009

______________________________

Merci Mary pour votre commentaire et vos pensées pour cet ambulancier et sa famille ; merci à vous aussi, son co-équipier d'ambulance qui m'a écrit et à qui je pense fort. Nous soutenons très fort, ambulanciers de toute la France, sa compagne veuve et son enfant. Chloé

Ecrit par : L'auteur de ce blog | 05.01.2009

____________________________________________

 

TOUTES MES CONDOLEANCES A SA FAMILLE JE SUIS MOI MEME AMBULANCIER...................

Écrit par : Thieulent | 06/04/2010

Répondre à ce commentaire

 

Oui, nous pensons à sa famille et son enfant qui a quelques mois maintenant. Je pense à tous les ambulanciers de France et du monde. Un beau métier mais quelles difficultés et quelle méconnaissance de la société sur ce métier souvent !! Un métier de personnes généreuses et souvent exploitées. Un métier qui ne compte pas ses heures et ses kilomètres ni son écoute aux patients. Un métier d'amour envers les autres, envers les souffrants. Toutes mes pensées pour vous. Chloé Laroche

Écrit par : Chloé Laroche | 07/04/2010

Répondre à ce commentaire

 

Je suis aussi ambulancier et voulais signaler que notre profession comporte des risques malheuseument non reconnus. Je viens de perdre un collegue la semaine derniere d'un infarctus, il n'avait que 48 ans. Le stress de cette profession ne l'a pas aidé c'est sur.
Nous exercons ce metier par passion mais cela devient de plus en plus dur physiquement ainsi que mentalement.
Toutes mes pensées vont a la famille de Cyrille et de Jef.
Pascal

Écrit par : Pascal | 09/04/2010

Répondre à ce commentaire

 

Cyrille, 

mon pote, mon collègue,

cela va bientôt faire 4 ans que tu nous as quitté.
beaucoup, tellement de choses on changé depuis ton départ, 
si tu savais comme tu me manques
je ne peux m'empêcher de repenser à ce jour dès que je passe sur ces lieux maudits.
je ne sais pas pourquoi j'écris sur ce blog je pense que c'est un moyen d'exorciser ses vieux démons, une sorte de bouteille à la mer qui au fond de moi espère que ces mots te parviendrons.
Je voulais que tu saches que malgré le chagrin, la rage... j'ai tout fait pour sauver ce que tu avais eu tant de mal à créer...
Je m'excuse de n'avoir réussi. 
j'ai eu l'occasion de croiser ton fils, il est magnifique, il te ressemble.
rien ne sera jamais plus comme avant, j'en ai d'ailleurs quitté le métier, trop dur...
Bref tu nous manques à tous beaucoup, on ne t'oubliera jamais.

Écrit par : lukaz | 26/04/2012

Répondre à ce commentaire

 

Courage à vous Lukaz. Cyrille est parti si tôt. Ce métier est un beau métier mais si dur parfois et si peu aidé et protégé. Je pense à tous les ambulanciers de France et du monde et vous envoie mes meilleures pensées. Chloé L

Écrit par : Chloé Laroche | 27/04/2012

 

2121353313.2.jpg

18/05/2008

Ultime adieu au père de mon fils, mort sur la table d'opération. Il était ambulancier comme moi.

Au père de mon fils...
deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin





Tu es parti si vite, trop vite. Trop vite aussi de ma vie, de notre vie, il y a deux ans et demi. Tu es décédé brutalement ce lundi, d'un cancer au poumon... Parti sur une table d'opération qui était un espoir, mais qui a été ton dernier voyage. Nous nous étions rencontrés samedi dernier pour notre fils. Tu étais debout, bien vivant. Nous avons parlé. Je suis restée chez toi un moment. Il y avait ton amie, que je respecte. Tu avais perdu tous tes cheveux ; tu avais maigri à cause de la chimiothérapie. Tu étais heureux de voir notre fils qui a trois ans. Vous êtes allés au parc ensemble et puis le soir, je suis revenue. Nous avons encore parlé.

deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelinAvant que nous ne quittions ton foyer, tu as mis soudain une cassette vidéo, sans rien dire. C'était l'histoire de Moïse, avec l'histoire imagée de la création du Monde. Je suis restée avec notre fils, à regarder avec toi ces images de mers, d'océans, de volcans, d'univers... et j'ai pensé : "Ne me dis pas que tu vas rejoindre si vite la Création...". Je pensais à toi, à ton air grave, à ce côté médium que tu avais, à ce don de clairvoyance et de persuasion que j'ai connu en toi. Tu étais un poète, très inspiré.deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin

C'est toi qui m'avais dit un jour, dans les premiers temps où nous nous fréquentions :

"Chaque jour est un combat pour nos semblables. Les combats sont multiples mais se ressemblent tous. Le comble du combat de chacun d'entre nous est qu'il se trouve en notre âme, dans notre coeur. Et ce combat est unique en nous-mêmes."

Je notais ce que tu disais, car je sentais que cela venait de si haut... Et je t'ai aimé. Aimer au point de tout quitter, au point de venir vivre dans ta ville pour que nous demeurions ensemble, au point de te donner un enfant, au point de trouver un logement et de remuer ciel et terre pour nous trouver un nid... Le nid, je l'ai trouvé. Et puis, je t'ai attendu. Attendu.. Au début, les larmes ne font que des chapelets, et puis cela devient ruisseau et puis fleuve qui emporte tout. Il m'a fallu être forte, toute seule dans la vie. Tu ne m'aidais pas, même financièrement.deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin

Tu me disais que tu avais du brouillard dans la tête et qu'il te faudrait du temps. Que tu te battais avec toi-même. Qu'il y avait un mur à franchir et que tu cherchais le moyen de grimper dessus pour pouvoir nous rejoindre. Et puis, j'ai découvert un secret... un drame vécu dans ta vie, une déchirure connue de toi seul. Ton coeur déchiqueté par ce drame était enflé de mille larmes, que jamais tu n'as pu me montrer. Et moi, je portais ton enfant et je sentais ce poids, et je voulais savoir. Quand j'ai su, c'était trop tard. Le brouillard avait pris ta vie. La peur de t'engager plus avant. Tu ne voulais pas de contraintes et les promesses que tu m'avais faites se sont envolées dans la flamme du temps qui passe.

deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelinEn octobre 2005, j'ai écrit ce texte pour toi :

J'ai mal
de cette traversée du désert
Mal à mon oasis... mal
D'un mur où derrière
reste un homme
Qui n'arrive pas
À passer le mur
C'est le père de mon fils..
Et j'ai mal de
cette traversée d'abandon
De ces pointillés de solitude
Où les roses de l'amour
meurent de soif
De n'avoir plus d'oasis
De ne pas comprendre
Le mur invisible
Du coeur d'un homme
Qui de pierre nous a perdu
Dans le désert des solitudes
Pourtant une femme...
A essayé de briser le mur
Cette femme, moi sans toi. 5285cb733375c130a25fb3ef740e22b8.jpg

Puis, en décembre 2005, tu es passé nous voir comme un soleil d'espoir. Notre fils avait neuf mois. Tu m'as promis ce jour-là de passer plus souvent. Notre bébé t'avait retrouvé en une heure de temps et tu es parti en me donnant un baiser et la promesse de tes yeux. Ce fut le dernier et notre fils est tombé malade de cette attente si longue, de sa demande d'un papa, le sien... papa qui ne revient pas.

deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelinIl a toussé durant trois mois, comme si l'explosion de cette attente atteignait sa vie de petit homme et le souffle d'un fils qui a besoin de son père. En janvier 2007, tu es revenu sans prévenir et je t'ai fait comprendre que je voulais d'abord parler avec toi, avant que tu revoies ton fils, afin de poser les bases d'un équilibre pour notre enfant, mais tu l'as mal pris, envoyant même des pierres contre la vitre. Ce jour-là, j'ai eu peur et je voudrais que ce moment n'ait jamais existé, sachant ce que nous avions partagé et le lien fort qui nous unissait.

Et puis, en novembre 2007, tu es revenu dans la vie de notre enfant avec sagesse. Notre fils était si heureux de te retrouver. Il était fier de t'avoir comme papa. Tu lui manqueras beaucoup et pour moi, ton départ représente un grand vide dans mon coeur car tu étais le père de mon fils et ça, c'est sacré, devant l'Univers.

deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelinIl y a trois jours, il t'a vu une dernière fois, au PFI. Je lui ai bien expliqué les choses, avec les conseils d'une psychologue formée au deuil et à l'accompagnement des survivants. Notre fils t'a regardé un court instant. Il a vu tes yeux fermés et que tu ne parlais plus. Il m'a vu poser des roses près de ton corps. Puis il s'est échappé et a grimpé sur un fauteuil, pour rejoindre la vie, dans le sourire innocent de l'insouciance. Tu étais étendu sous un drap, à l'endroit où se trouvait Océana, ma fille que j'ai perdu il y a onze ans. C'est lorsque nous sommes sortis à l'extérieur que la colère est sortie dans le coeur de notre petit. Il a jeté son doudou et de ses poings m'a frappée.deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin


Ce matin, nous t'avons dit adieu avec lui, une dernière fois, avant qu'ils ne referment le cercueil. Et puis ils t'ont emmené vers ta dernière demeure, au cimetière, d'où tu as pris ton envol vers des cieux plus cléments.

Je parle à ton fils de ton départ avec des mots simples, des mots réels. Je le rassure, je lui dis que tu ne souffres plus, que tu l'aimes et que l'amour ne s'arrête pas. Je l'entoure de ma présence, de vie et de force... pour qu'il ait envie de manger, de s'amuser, de sourire à la vie. Il y a deux jours, il a repoussé son assiette en te réclamant. "Je veux mon Papa." Et puis il y a eu de sa part des gestes de colère, colère envers la vie. Lui dire qu'il a le droit d'être en colère, de pleurer aussi, d'être triste.deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin,opération,cancer,tumeur,clinique des cèdres échirolles,mort,décès brutal,paternité,papa,enfant,deuil,larme,perte,absence,amour,séparation,santé,peine enfant,abandon,intuition,moïse,amour,attente,couple,maternité,souffrance,promesse,sacrifice,solitude,deuil,veuvage,recueillement,souvenir,pardon,vie,hommage,


Perdre son papa, c'est un grand vide dans le coeur, dans la vie. Aujourd'hui, pour lui, aller à la cérémonie, du haut de ses trois ans, c'était courageux. Mais il a vu toute ta famille, tes frères et soeurs, tout ce monde qui t'aimait. Les hommes aussi qui se sont tous rassemblés devant ton cercueil au cimetière pour prier en arabe, comme un salut céleste venu de l'humanité.

deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin,opération,cancer,tumeur,clinique des cèdres échirolles,mort,décès brutal,paternité,papa,enfant,deuil,larme,perte,absence,amour,séparation,santé,peine enfant,abandon,intuition,moïse,amour,attente,couple,maternité,Et puis, nous sommes rentrés tous les deux à la maison et nous sommes restés seuls, dans le recueillement, avec des jeux tranquilles d'enfant, le ménage pour moi et... aussi la volonté d'écrire, écrire pour le collectif dans cette solitude où partager ce que je vis est essentiel. Écrire sur internet et partager mon écriture comme lorsque je publie mes livres, c'est aussi donner envie de vivre à d'autres et le courage de tenir dans les épreuves, dans "les combats multiples de la vie"... pour reprendre ton expression.

Je te dis adieu et je te remercie de m'avoir donné cet enfant, ce beau petit garçon qui sourit à la vie et qui est curieux de tout. Depuis le mois de novembre, tu avais retrouvé une présence auprès de lui et il y tenait.deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin,opération,cancer,tumeur,clinique des cèdres échirolles,mort,décès brutal,paternité,papa,enfant,deuil,larme,perte,absence,amour,séparation,santé,peine enfant,abandon,intuition,moïse,amour,attente,couple,maternité,

Que ton âme parte en paix rejoindre le Créateur.

Chloé

__________ Voir la fin de la page : "Sos d'une maman et conductrice de taxi sur Grenoble" où je parle aussi du départ du père de Yourdine :

http://sosmaman.20minutes-blogs.fr/archive/2008/04/10/

sos-d-une-maman-et-conductrice-de-taxi.html

 

La fleur blanche "berceau de Moïse" vient du site :

http://gardenbreizh.org/photos/berlugan/photo-127221.html

MERCI À SON AUTEUR : Berlugan.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu