Avertir le modérateur

22/11/2008

Suite à l'expulsion de la famille Rrusta, j'ai honte d'appartenir à ce pays dans lequel des enfants sont traités comme des délinquants

Suite de mon article d'hier : "Appel urgent pour une famille devant être expulsée le 22 novembre, dont quatre enfants".

 

 

--------------------------- URGENT __________________________ Des nouvelles :

 

dorian_cleavenger-c-t.jpgBonsoir,

 

Je suis triste ce soir, honteuse d'habiter la France. Honteuse de pouvoir y rester alors que des familles sont expulsées dans des conditions ignobles par des personnes iniques, viles, infâmes. Des enfants qui sont nés en France... sont expulsés avec leur parents ou sans eux, comme pour cette maman malienne dont je vous donne l'explication plus bas.

 

Je suis meurtrie ce soir de voir que l'on peut continuer de dormir sans réagir aux atrocités qui se passent dans notre pays. Alors je vous demande, si vous avez conscience que ce qui se passe est grave, de réagir en écrivant, en envoyant des mails, en signant les pétitions du site Éducation Sans Frontières, en faisant connaître à vos amis ce qui se passe.

Chloé Laroche

Voici les faits, donnés par le site d'Éducation Sans Frontières :

 

"Comme vous verrez dans le message, la famille kosovare de Pau a été expulsée. On a fait intervenir Josiane Balasko (qu'on remercie), en vain. La bête voulait ses proies...

C'est maintenant une jeune mère malienne qu'Hortefeux veut à son tableau de chasse. Il est prévu de l'expulser demain... sans sa fillette de 5 ans.  On dit ce qu'on pense aux responsables, sans injures ni diffamation... 

 

Ce 22 novembre 2008 :

 

SEMAINE DE TOUTES LES HORREURS CHEZ HORTEFEUX___________________fee-lune-t.jpg

 

Le ministre de la rafle et du drapeau que d'aucuns donnent partant de sa fonction semble décidé à laisser sa trace dans le livre des records de l'expulsion crasseuse.

Ce matin le préfet des Pyrénées Atlantiques a fait expulser une famille kosovare au départ d'Hendaye. Les parents et les quatre enfants (10 ans, 8 ans, 4 ans et 16 mois) ont été montés dans l'avion fourgon cellulaire du ministère préposé aux expulsions. Le plus jeune des enfants avait été opéré des amygdales trois jours auparavant. La maman avait été hospitalisée peu avant pour des problèmes psychiatriques graves. Comme quelques autres, la préfecture de Pau a mis au point une procédure ultra-rapide d'expulsion qui permet de couper court au contrôle de la justice. Les services préparent l'affaire dans la discrétion, demandent les laissez passer, réservent l'avion et, le jour dit, fondent sur leur proie, expulsé le jour même ou le lendemain, ce qui permet de se dispenser du passage devant le juge des libertés et de la détention. Félicitations au préfet des Pyrénées Atlantiques, beau travail, six expulsions d'un coup, dont quatre enfants, le ministre va être content. Au mois d'août, la famille Sylejmani et ses  enfants avait été expulsée dans les mêmes conditions de secret.

 

On continue en Seine-et-Marne où Fatoumata Diarra, jeune Malienne, a été arrêtée hier au guichet de la préfecture de Melun. Sa fille, Sira à cinq ans, elle est née en France, elle est scolarisée en maternelle à Dammarie Les Lys (77). Sira a passé sa première nuit séparée de sa mère enfermée au Centre de Rétention de Plaisir (78).

Sa maman, Fatoumata Diarra, est d'origine malienne, travaille, a un logement et veut vivre en France. Elle a déposé plusieurs dossiers de demande de régularisation dont deux sont en cours : un dossier de demandeur d'asile et un dossier de régularisation par le travail. Fatoumata Diarra a été arrêtée le vendredi 21 novembre à la préfecture alors qu'elle venait déposer ce dossier !

Sira est accueillie par des voisins. Le traitement imposé à madame Diarra et à sa fille Sira est inhumain On ne peut pas séparer un enfant de sa mère, quelque soit le prétexte, cela ne peut être toléré ! Elle est née en France et y vit. Elle est chez elle ! Cette enfant, de plus, est exposée aux plus grands risques dans son pays.

Madame Fatoumata Diarra et sa fille doivent pouvoir continuer à vivre parmi nous et Sira doit pouvoir poursuivre sa scolarité avec ses camarades.

Nous exigeons sa libération et demandons à monsieur le préfet de Seine et Marne de lui accorder un titre de séjour avec possibilité de travailler.

La même  semaine, le ministre de l'identité nationale avait été amené à régulariser précipitamment une  jeune femme privée du droit au séjour au prétexte du décès de son enfant français,  en rejetant la faute sur le préfet du 92 et en regrettant de n'avoir pas été informé. « Salauds de préfets » insinuait-il….

Cette fois-ci il est informé !

Les horreurs, ça suffit ! Le festival Hortefeux doit prendre fin. Cet homme et sa politique sont dangereux. Pour les sans papiers qu'ils martyrisent. Mais aussi pour l'administration et la police à qui ils imposent des gestes que la conscience des fonctionnaires ne peut que réprouver. Il faut que cela s'arrête. M. Hortefeux doit être arrêté.

Fatoumata sera traduite devant le juge des libertés et de la détention du TGI de Versailles (5 place André Mignot, 78000 Versailles) demain dimanche 23 novembre à 9 heures. Le RESF appelle à venir la soutenir. Une conférence de presse aura lieu devant le tribunal en présence de  la sœur de Fatoumata, d'enseignants de l'école de l'enfant et de parents d'élèves.

 ange-1124625925-t.jpgPour tous ceux que ces pratiques révoltent :

Téléphone, fax et mail du préfet de Seine et Marne.

Tel : 01 64 71 77 77   Fax : 01 64 71 75 25

secdircab@seine-et-marne.pref.gouv.fr

michel.guillot@seine-et-marne.pref.gouv.fr

fax : 01 64 71 76 51

Service éloignement 77 : 01 64 71 79 20

Service des étrangers  fax : 01 64 71 78 64

 

Fax ministère Hortefeux : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 - Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général  : secretariat.general@iminidco.gouv.fr

Conseiller du ministre : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

Directeur de cabinet : thierry.coudert@iminidco.gouv.fr

Directeur-adjoint : guillaume.larrive@iminidco.gouv.fr

Conseillers techniques : sabrina.belkhiri-fadel@iminidco.gouv.fr  et geoffroy.didier@iminidco.gouv.fr

 à Matignon  :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_minis...

Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

 

Chloé 

 

 

 

Action urgente pour un couple et leurs quatre enfants devant être expulsés ce soir ou demain par avion militaire. Pétition et courriers à faire.

Pau (64) : Pour le couple Rrusta et leur quatre enfants en Centre de Rétention -URGENT : expulsion ce soir ou 

demain !! ____________________images.jpeg

 

Nous demandons que Monsieur et Madame Rrusta-Berisha et leurs enfants soient libérés du centre de rétention d’Hendaye. Ce n’est pas la place pour une famille !  Nous demandons que la préfecture de Pau prenne acte de l’état de santé de Madame Rrusta-Berisha, et tienne compte des démarches administratives et juridiques faites et à venir pour protéger Madame Rrusta et toute sa famille.

 

images-2.jpeg__________“Comment accepter que des enfants soient traités comme des délinquants ? Comment accepter que des parents soient humiliés devant leurs enfants ? Comment accepter la violence faite à cette famille ? Nous ne pourrons jamais nous résigner, nous ne pourrons jamais oublier ces actes terribles et honteux commis dans le Pays des Droits de l'Homme.” (Isabelle) _____________________

 

20h00 ce soir :

 

"Pas de jld et requête en réfère rejeté. La famille sera expulsée ce soir ou demain par avion militaire !!

 

La deuxième "Opération Kossovo" de la préfecture de Pau n’a pas complètement réussi : la famille Rrusta n’a pas été expulsée hier, comme on peut supposer qu’elle aurait pu l’être.

 

La famille devrait être présentée samedi 22 novembre au juge des libertés et de la détention. Dès que l’heure est confirmée, un message d’information vous parviendra.

 

Monsieur ELVERT RRUSTA et Madame HASA BERISHA sont originaires de l’ex-Yougoslavie, de Serbie-Kosovo. Dès qu’ils ont pu, ils ont quitté cette région avec leurs trois enfants, Bleranda, née le 17 octobre 1998, Saranda, née le 31 juillet 2001 et Miranda, née le 24 février 2004, les visions d’horreur de la guerre les poursuivant malgré tout.

 

Réfugiés en France depuis le 31 mars 2007, ils ont cru pouvoir se reconstruire, oublier, tourner la page. Arblend naît en France le 3 juillet 2007, espoir d’une vie nouvelle.

 

Malgré toutes les démarches effectuées, leur situation, comme celles de beaucoup d’autres familles, reste extrêmement précaire, jusqu’à ce 20 novembre 2008, où la préfecture de Pau fait procéder à leur arrestation.

 

Les quatre enfants, âgés de 16 mois à 10 ans, sont emmenés avec leurs parents dans les locaux de la CRS 25 où ils resteront enfermés pendant des heures, alors que les enseignants, les parents des camarades de classe, les amis les cherchent vainement, appelant la préfecture, la police et la gendarmerie qui ont prétendu ne rien savoir !

 

Ce jeudi 20 novembre 2008, journée internationale des droits de l’enfant, journée commémorative de la signature par la France le 20 novembre 1989 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, quatre enfants ont été arrêtés, quatre enfants ont vu leur mère partir d’urgence à l’hôpital, victime du nouveau traumatisme de cette arrestation, quatre enfants ont vécu dans la terreur de l’expulsion, car l’avion était prévu, l’expulsion devait se faire en catimini !

 

Nous demandons que Monsieur et Madame Rrusta-Berisha et leurs enfants soient libérés du centre de rétention d’Hendaye. Ce n’est pas la place pour une famille !

 

Nous demandons que la préfecture de Pau prenne acte de l’état de santé de Madame Rrusta-Berisha, et tienne compte des démarches administratives et juridiques faites et à venir pour protéger Madame Rrusta et toute sa famille."

 

Comité de Soutien 

 Ecoles Primaire et Maternelle

 Gaston Phoebus PAU

 

 

SIGNER LA PÉTITION :

 

________ http://www.educationsansfrontieres.org/article16612.htmlimages-1.jpeg

 

 

OU ÉCRIRE AU PRÉFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES :

philippe.rey@pyrenees-atlantiques.pref.gouv.fr

OU ENCORE ÉCRIRE AU SECRÉTARIAT DE MONSIEUR HORTEFEUX : 

secretariat.general@iminidco.gouv.fr

 

---------------------------------

 

Ma lettre au Ministre Monsieur HORTEFEUX :

 

Monsieur le Ministre,

 

J'ai l'honneur de vous demander et de vous supplier de bien vouloir arrêter l'expulsion de la famille RRUSTA, qui comprend quatre enfants âgés de 16 mois à 10 ans.

 

J'ai appris avec effroi qu'ils se trouvaient dans un centre de rétention avec leurs parents, en attendant leur expulsion.

 

Au lendemain de la Journée des Droits de l'Enfant, vous ne pouvez accepter de poursuivre leur expulsion vers leur pays.

 

Dans le pays des Droits de l'Homme, les droits humains sont bafoués et je suis révoltée. Ces enfants n'ont pu recevoir les messages de soutien de leurs camarades de classe. Ils vont être rejetés de France comme des criminels. Ces enfants ne sont pas pires que les vôtres. Ils sont juste nés dans un pays difficile, que leurs parents ont fui, en temps de guerre. L’un d’eux est même né en France.

 

Je vous demande donc d'être clément et d'écouter ma supplique, car c'est une famille entière que vous déchirez, que vous brisez dans leur espérance, dans leur protection, en les renvoyant de France.

 

Je vous prie, Monsieur le Ministre, de bien vouloir agréer mes salutations distinguées.

 

Madame Laroche Chloé 

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu