Avertir le modérateur

20/02/2013

L'école est pour tous, à quelques exceptions près... avec les moyens et personnels manquants. Mon témoignage de maman citoyenne gardant les yeux ouverts.

école,grenoble,école primaire,négligence,parent,citoyen,enfant,souffrance,scolarité,enseignement,rased,professeur,violence,abus,négligence,école publique,honte,punition,récréation,Bonsoir à tous et toutes,


L'année passée, au moment où Monsieur Sarkozy, encore Président, disait : "L'école est pour tous et doit s'adresser à tous les enfants", je vivais l'exclusion de l'école publique avec mon fils qui allait avoir sept ans.

L'exclusion d'un bon élève par le dégoût de l'école publique...école,école publique,rythmes scolaires,parent,enfant,citoyen,iufm,professeur,instituteur,violence,négligence,récréation,actualité,politique,école privée,niveau scolaire,ennui,punition,abus,exclusion,départ,déception,rased,grenoble,enseignement,ministre éducation,honte,peur,parole,écoute,classe,scolaire,décision,changement d'école,radiation,année scolaire,cp,élève,justice,règlement

Quand on oblige un enfant à recopier le règlement de l'école à l'écart de tous, (pas le résumé mais celui qui s'adresse aux adultes), parce qu'il avait parlé à la cantine. Quand on laisse la violence s'installer dans la cour de l'école, au point que mon fils a vu son pantalon baissé et que la honte a été mise sur lui quand on a laissé croire que c'est lui qui montrait ses fesses... Quand un directeur prend à partie un enfant devant tous alors qu'il est déjà exclu par les autres. Quand les professeurs des écoles, n'ayant plus d'aides dans leur classe (Rased), laissent de côté un bon élève -qui du coup s'ennuie- pour s'occuper des nombreux enfants en difficulté de leur classe. Quand on abandonne un élève dans l'école alors que toute la classe part finaliser un projet de construction à l'extérieur, comme c'est arrivé pour mon fils, le jour où il a dû recopier le règlement de l'école, sans même le comprendre.9417629-petite-fille-triste-les-larmes-aux-yeux.jpg

Mon fils est sorti de son école de la Villeneuve avant les vacances de février 2012 en pleurant et en disant qu'il ne voulait plus jamais retourner à l'école. Ce même enfant qui demandait à l'âge de deux ans d'aller à l'école et à trois ans d'apprendre à lire et écrire ! 

J'avais demandé depuis quelques temps de rencontrer la psychologue, proposant aussi un changement de classe pour mon fils, mais le temps a manqué à cette professionnelle et l'eau a coulé sous le pont de l'ennui, laissant le champ libre à la déception grandissant dans le coeur de mon fils.

11429439-garcon-debout-devant-un-tableau-noir-avec-bulle-de-pensee.jpgDernièrement, une conseillère familiale m'a confié son opinion que les parents devaient rester en retrait de l'école et de ce qui s'y passe, et qu'ils n'ont pas à s'opposer aux décisions et comportements du corps enseignant ni à donner leur opinion.

Je pense au contraire que nous sommes citoyens et qu'en tant que citoyens et parents, nous avons la responsabilité de prendre conscience d'un malaise existant au sein de l'école quand notre enfant souffre d'un état de fait. Si nous constatons des violences se poursuivant en cours de récréation, sans qu'un adulte n'intervienne -par faute bien sûr de manque de personnel-, si nous constatons que notre enfant est tombé et que personne ne nous a prévenu jusqu'au soir, laissant une plaie au crâne sans soins, prétextant qu'aujourd'hui, on ne doit rien soigner ni désinfecter, il est de notre devoir de parents d'agir et de signaler. Ce dernier fait s'est passé dans une école privée et il est véridique.14733387-retour-a-l-39-ecole-belle-carte-avec-les-maple-leafs-de-illustration.jpg


J'ai changé mon fils d'école et, au retour des vacances de février 2012, il a été reçu dans un nouvel établissement, dans une école privée accessible financièrement (je ne paye que quatre-vingt euros par mois). Il est arrivé dans une classe qui l'a très bien accepté ; mon fils a été accueilli par une maîtresse qui a su le rassurer sur l'école et sur le fait de pouvoir s'ouvrir de ses éventuelles difficultés avec d'autres enfants aux enseignants. Pouvoir accueillir la parole de l'enfant sans qu'il ait peur d'être puni, comme mon fils le vivait dans l'école précédente, et arrêter de punir tout le monde quand on préfère ne pas désigner un coupable. Quand on nous force à avaler de la terre comme mon fils en CP l'a vécu et qu'on est puni comme celui qui nous a humilié, parce que cela arrange le corps enseignant, c'est extrêmement injuste et destructeur.12668173-triste-larme-pleurer-d-39-un-il-d-39-un-enfant.jpg

Mon fils a rejoint une classe qui avait son niveau, avec beaucoup d'enfants ayant de l'énergie à revendre mais avec de l'avance pour la plupart. Il aime à nouveau l'école et a d'excellentes notes en CE1. Mais je dois dire que j'ai été amère d'entendre à propos de l'école publique qu'elle "existait pour tous", au moment où mon fils l'a quittée. Je pense que ce ne sont pas les rythmes scolaires qui sont à changer, mais plutôt l'encadrement des enfants, le nombre de personnel qualifié pouvant seconder les professeurs des écoles, les Rased à recruter en nombre, la formation IUFM des maîtres à remettre en route et des aides spéciales à mettre en place pour les enfants n'arrivant pas à apprendre à lire et à écrire.13208405-retour-a-la-carte-du-frere-mignon-et-soeur-de-l-39-age-ecole-primaire-a-pied-de-l-39-arret-de-bus-sc.jpg

Chloé LAROCHE13169775-les-enfants-des-ecoles-a-enseignement.jpg15831191-des-enfants-heureux-ensemble-sur-la-terre.jpg

 

05/12/2011

De la peur collective à la prise de conscience individuelle. Ne pas accepter le sacrifice des enfants sur l'autel du profit et des intérêts politiques. Je défends trois familles Roms iséroises.

crise,peur,sarkozy,saint martin le vinoux,iufm,professeur des écoles,rased,école villeneuve,grenoble,expulsion roms,expulsion enfant scolarisé,trêve hivernale,étrangers,immigration,pétition,resf,conseil général,la patate chaudeBonjour à tous et toutes,

 

Le Président de la France a choisi de mettre en fin de semaine dans son discours l'accent sur le fait que la peur était revenue dans notre pays et que cette peur entamait la confiance.

Il a parlé notamment de "la peur pour la France de perdre la maîtrise de son destin."crise,peur,sarkozy,saint martin le vinoux,iufm,professeur des écoles,rased,école villeneuve,grenoble,expulsion roms,expulsion enfant scolarisé,trêve hivernale,étrangers,immigration,pétition,resf,conseil général,la patate chaude

On a compté 44 fois le mot "CRISE" dans ce discours récent de Monsieur Sarkozy.

Personnellement, je ne suis pas d'accord d'accentuer ainsi la peur dans des discours officiels. Les petites gens ont besoin d'être soutenues, pas écrasées par ce qu'elles savent déjà du combat qu'elles mènent chaque jour pour survivre.

crise,peur,sarkozy,saint martin le vinoux,iufm,professeur des écoles,rased,école villeneuve,grenoble,expulsion roms,expulsion enfant scolarisé,trêve hivernale,étrangers,immigration,pétition,resf,conseil général,la patate chaudeOn rajoute par ce discours de l'anxiété à l'anxiété. C'est clairement une tactique pour que les Français se réfugient vers celui qui se dit pouvoir sauver encore la France.

Bien sûr, on peut avoir peur de la situation de crise, des multiples licenciements, des boîtes qui se maintiennent au ras de l'eau, n'embauchant plus.

Mais on peut avoir encore plus peur devant l'oeuvre de démolition du Gouvernement actuel, lequel a été capable d'anéantir la formation des professeurs des écoles en quelques mois.

Aujourd'hui, je constate dans l'école de mon fils que les Rased manquent cruellement, ces personnes qualifiées qui aidaient les enfants en difficulté dans les écoles primaires afin de soulager les professeurs.

Actuellement, ces derniers travaillent en se taisant, sacrifiant sans relâche de leur mérite afin de remplir leurs objectifs du mieux qu'ils peuvent.

crise,peur,sarkozy,saint martin le vinoux,iufm,professeur des écoles,rased,école villeneuve,grenoble,expulsion roms,expulsion enfant scolarisé,trêve hivernale,étrangers,immigration,pétition,resf,conseil général,la patate chaudeLorsque je regarde l'entrée de l'école de mon fils à la Villeneuve quartier Sud, j'ai honte. Les murs sont sales, les abords peu engageants. Des enfants grimpent au-dessus sur la passerelle en venant en cours, risquant de tomber, sans que personne ne s'en émeuve et sans aucune surveillance. On sacrifie la nouvelle génération à des intérêts supérieurs. On préfère offrir un magnifique stade mais ne pas consacrer de budget à des écoles qui ont le mérite de survivre sans sombrer dans l'amertume.

Ma peur survient aussi lorsque je constate que des faits effroyables se produisent ici-même dans ma région et que ces faits atteignent des enfants scolarisés, trois familles de Roms expulsables sans délai.

Lorsque des humains sont capables de toucher au sort d'enfants à protéger, alors il est opportun de se dire que notre société a basculé dans le sordide et dans le retour à une histoire dont chacun a honte et qui date d'il y a soixante-dix ans.crise,peur,sarkozy,saint martin le vinoux,iufm,professeur des écoles,rased,école villeneuve,grenoble,expulsion roms,expulsion enfant scolarisé,trêve hivernale,étrangers,immigration,pétition,resf,conseil général,la patate chaude

Une personne a signé la pétition les concernant et a laissé ce commentaire :

"Rafles à l'école,  à Emmaüs ou dans la rue, chasse aux gosses, tes droits ne sont pas un problème quand t'en as plus...".

Une autre personne, Myriam, a laissé cet intéressant commentaire sur la pétition :

"Le Conseil Général doit entrer en RÉSISTANCE et non pas accompagner cette politique indigne d'expulsions et digne des années 30, c'est insupportable de voir où nous en sommes arrivés , ouvrez donc les yeux mesdames et messieurs les élus, nous entrons dans une période trouble 

crise,peur,sarkozy,saint martin le vinoux,iufm,professeur des écoles,rased,école villeneuve,grenoble,expulsion roms,expulsion enfant scolarisé,trêve hivernale,étrangers,immigration,pétition,resf,conseil général,la patate chaude“En certaines circonstances, écrivait David Rousset, la vérité impose que l’on se dresse contre sa classe, contre son parti, contre son État.” Nous y sommes. » ! Dressez vous contre cette politique xénophobe, il ne suffit pas de dénoncer il faut des actes !"

J'invite donc mes concitoyens à aller signer cette pétition afin de ne pas laisser des enfants scolarisés être arrachés aux bancs de leur école à Saint Martin le Vinoux, commune limitrophe de Grenoble.

Voici le lien de cette pétition où vous pourrez lire le texte complet concernant la situation gravissime de ces trois familles Roms :

http://www.mesopinions.com/LE-CONSEIL-GENERAL-DE-L-ISERE-EXPULSE-petition-petitions-2768bf36458ac0defe0496954f9c93f3.html

En dessous de mon article, ici bas, vous pourrez aussi lire l'appel du Collectif de la Patate Chaude, qui accompagne ces familles.

“En certaines circonstances, écrivait David Rousset, la vérité impose que l’on se dresse contre sa classe, contre son parti, contre son État.”

Nous y sommes. 

Chloé LAROCHE

_______________________________________________________________________________

"LE CONSEIL GENERAL EXPULSE !


Depuis le mois de novembre 2010, 3 familles roms occupent avec le soutien du collectif "la Patate Chaude" et de l’association Droit Au Logement (DAL) une maison appartenant au Conseil Général de l’Isère, située à Saint Martin le Vinoux. Ce dernier, qui avait laissé entendre qu’il ne lancerait pas de procédure d’expulsion si les familles essayaient d’obtenir un logement par la voie « légale », les a finalement assignées au tribunal, et le 20 octobre, un jugement d'une rare dureté a été rendu : l'expulsion est ordonnée sans aucun délai.
Pourtant, depuis leur arrivée sur l’agglomération en 2007, ces familles ont effectué de nombreuses démarches auprès des pouvoirs publics – notamment auprès du Conseil Général – pour obtenir un toit et bénéficier d’un accompagnement social en suivant les procédures habituelles. L’occupation de cette maison n’est que la conséquence des échecs répétés de ces démarches. Ces derniers mois, elles ont monté des dossiers DALO (Droit Au Logement Opposable) conjointement avec le collectif la Patate Chaude, mais ceux-ci se heurtent à un refus systématique, confirmant la discrimination dans l’accès aux droits dont sont victimes les personnes d’origine rom.
Les habitants de la maison de Saint Martin le Vinoux ont fui la Roumanie, où les Roms sont victimes de discriminations, et sont venus en France avec l’espoir que leurs enfants puissent y faire des études. Ceux-ci sont d’ailleurs actuellement tous scolarisés, la plupart sur la commune de Saint Martin le Vinoux. Après avoir été expulsés d’une ancienne station Total qu’ils ont occupée pendant plusieurs mois, et avoir vécu dans une extrême précarité sur un campement au bord de l’Isère, ils ont enfin trouvé un minimum de stabilité indispensable à leur bien-être et à celui de leurs enfants.Ce même 20 octobre, un jugement identique a été rendu à l'encontre de familles avec enfants et qui s'étaient mises à l'abri dans une maison achetée à la Tronche par le Conseil général, pour les mêmes raisons qu'à St Martin-le-Vinoux : le projet de rocade nord, aujourd'hui abandonné.

En demandant ces expulsions, sans aucune proposition de relogement, le Conseil Général, qui prétend pourtant dénoncer la politique xénophobe de l’État envers les Roms et les étrangers, s’inscrit dans le prolongement de cette politique cynique qui leur donne à comprendre qu’ils ne sont pas les bienvenus en France.
De plus, ces expulsions mettraient à la rue des hommes, des femmes et des enfants à l'entrée de l'hiver. Comment accepter cela, alors que l'institution à l'initiative de ces expulsions est précisément celle en charge de la protection de l'enfance ? 

Nous vous appelons donc à vous joindre à nous pour demander au Conseil Général, malgré cette décision de justice, de ne pas demander de recours aux forces de l'ordre et de ne pas jeter de nouveau ces personnes dans la précarité et l’insécurité que représente la survie dans la rue.

D'avance merci."

Le collectif "la Patate Chaude" 

_________________________________PÉTITION :

http://www.mesopinions.com/LE-CONSEIL-GENERAL-DE-L-ISERE-EXPULSE-petition-petitions-2768bf36458ac0defe0496954f9c93f3.html

05/03/2009

Mon propos ce soir sur la "violence" des enfants, sur le travail des instituteurs, sur l'impact du deuil, des adultes, de leurs comportements, de leur exemple... sur les enfants.

Bonsoir à tous et toutes,

 

thumb_bebe~1.jpgLundi matin, j’ai écouté avec bonheur le témoignage d’une institutrice en maternelle, Tina, sur RMC. Elle témoignait sur les enfants dits “difficiles” et répondait à la question : “Êtes-vous d’accord pour le dépistage précoce de la violence chez les jeunes enfants ?”... Elle a répondu : “Mais on le fait déjà dans les écoles. On dépiste les comportements débordants des enfants dont on s’occupe et, en travaillant avec les parents, on arrive à aider l’enfant. Il est vrai que si les parents baissent les bras et délaissent l’éducation et l’accompagnement de leur enfant, c’est perdu, on n’y arrive pas... Mais vous vous rendez compte, ce serait stigmatiser un enfant que de le mettre dans un fichier pour un acte violent, pour un comportement inquiétant à une époque de sa vie. Cela le suivrait partout, durant toute sa existence. Non, il faut aider l’enfant qui a des problèmes de comportement. Il a besoin qu’on l’aide, qu’on l’écoute. C’est essentiel.”thumb_bebe~9.jpg


Un enfant qui est violent peut l’être, à mon sens, à cause d’un deuil, à cause d’un traumatisme, à cause d’un manque (manque de sa mère ou de son père qui travaille trop ou est absent), pas assez de calins, d’attentions, trop de négligence, ou alors un manque total de limites... qui l’insécurise aussi. Un enfant peut être violent parcequ’il a vu un film, des images qu’il ne devait pas voir, même pornographiques, anodines pour certains mais graves pour de jeunes enfants, perturbés par la mise en scène de la sexualité d’adultes. Certains parents laissent leurs enfants visionner de tels films avec eux ; j’en ai eu le témoignage et la confirmation, sans savoir qui sont ces personnes, mais elles existent et je ne pense pas qu’elles se vantent de cela !!! Je suis horrifiée de savoir que de tels parents agissent ainsi et font plus graves encore.thumb_cee2c671.jpg

thumb_swimming-ba45bies-8.jpgBrigitte Lahaie disait très justement dans son émission d’aujourd’hui sur RMC, à propos du divorce et de la séparation des parents, que être adulte, c’est savoir protéger ses enfants et faire passer leur intégrité et leur équilibre avant de satisfaire nos envies et nos désirs. Je pense que dans le cadre d’un divorce, si l’un des parents se sert de l’enfant comme objet de chantage et de monnaie d’échange dans la relation à son ex-conjoint, le petit aura bien du mal à grandir en paix, sans violence : cette violence peut être rentrée, telle une colère de volcan souterraine qui explose un jour brutalement soit par une violence qui s’exprime par des mots, de l’agressivité, un mal-être général. Deux parents qui se séparent doivent le faire intelligemment pour leurs enfants et se comporter en adultes, c’est-à-dire dans la paix, la communication et une organisation à l’écoute des enfants et de leur rythme. Un père qui dit et avoue humblement qu’il ne peut assumer la garde de son fils mais qu’il sera toujours là pour lui et qu’il le prendra régulièrement à des moments bien définis et réguliers... ce père est un point d’équilibre pour un enfant, un point d’ancrage, de rassurance pour l’enfant. Un jeune homme a témoigné dans l’émission en disant que le divorce de ses parents s’était passé merveilleusement car il avait libéré son père et sa mère, et qu’ils ont réussi à aimer leur fils chacun, sans conflit entre eux et en total accord, pour le bien de leur enfant. C’est bien cela être adulte.thumb_bebe3.jpg

À propos du deuil d’un enfant et de ses conséquences, je peux témoigner pour mon fils. Mon fils avait trois ans quand son papa est décédé, l’année passée. Cela a provoqué beaucoup de tristesse et puis de la colère en lui, qui s’est transformée en agressivité, en coups sortant de lui et qui se portaient sur moi. Après il me disait : “Maman, c’est parce que Papa est parti.”.. ou bien : “Je suis en colère pour mon Papa.”

Ce n’est pas facile de voir son enfant lever la main sur vous, si petit, prendre ses petits poings et vous frapper au visage, comme si les vivants étaient coupables de rester, comme si la colère pouvait traverser les corps physiques pour parler aux morts, coupables d’être partis.

thumb_1187463400.jpgJ’ai toujours réagi par la douceur, l’écoute, la fermeté aussi de lui dire que frapper sa mère est interdit. Lui proposer un coussin pour frapper dessus, sortir cette colère.

Je l’ai beaucoup entouré, écouté, rassuré. Parfois j’ai mis des mots sur des émotions que je ressentais de lui, sur son deuil, sur cette colère qui ne se disait plus mais qui était là.

Il a eu aussi une période où il voulait quelque chose et puis son contraire tout de suite après, puis il revenait ensuite à son premier choix, avec une contradiction dans son comportement très inquiétante.

L’homéopathie l’a beaucoup aidé dans tous ces passages. Pour ce comportement dont je viens de parler, un remède s'est révélé miraculeux : "Staphysagria" en 9 ch trois fois par jour, trois granules, durant plusieurs jours. Ce remède convient aussi pour la colère rentrée. Pour la perte d’appétit, l'agressivité, les crises de colère, le remède "Lypocodium" en 15 ch (3 granules deux fois par jour durant plusieurs jours) a été très efficace. Vous pouvez aller voir un médecin homéopathe pour vous faire aider pour vos enfants et vous-même. Il y a aussi des livres très bien sur comment soigner ses enfants et les aider en homéopathie, sans forcément courir chez les médecins. Ceci est d'ailleurs recommandé aujourd'hui par la Sécurité Sociale, qui apprécie de nos jours que nous nous prenions en main. L'homéopathie n'est pas très chère et chacun pourrait s'autonomiser en s'intéressant de plus près à cette médecine douce et peu coûteuse.


thumb_swimming-ba45bies-8.jpgPour en revenir au deuil vécu par un enfant : quand j’ai perdu ma fille Océana il y a douze ans, mon neveu, qui avait à peu près le même âge qu’elle, a beaucoup souffert du départ de ma fille. Il avait trois ans et demi et ce deuil brutal l’a mis en face de cette réalité de la mort, absence inéluctable qui peut ébranler le psychisme d’un enfant. À l’époque, des adultes lui ont dit que ma fille était sous la terre dans une boîte et qu’elle n’existait plus.... Plus rien que le néant. Comment voulez-vous qu’un enfant vive avec ces mots ? De mon côté, je lui ai parlé du papillon, lui disant que la mort, c’est une nouvelle vie qui commence, que l’âme quitte son enveloppe et prend son envol pour d’autres chemins... et surtout que l’amour se poursuit, que notre amour est infini, éternel, ne meurt pas, lui. Que ma fille vivait dans notre coeur, qu’elle était partie mais que, nous, nous poursuivions notre route en la gardant dans nos pensées bien vivante.thumb_normal_bibi.jpg

Au début de la semaine, un petit garçon a été accusé d’avoir poignardé sa soeur... Chacun sur les ondes a parlé de la violence chez les enfants, de cette société, des jeux vidéo, de la télévision... En fait, ce n’était pas lui qui avait frappé, c’était sa mère. Une mère dépassée par sa propre vie, ses responsabilités... Le trou noir.

Combien d’enfants voient leurs parents dépassés, perdus, sans espoir, sans le goût de la vie, sans réactions.... Combien payent dans leur comportement celui des parents ? Combien prennent sur eux les croix de leurs ascendants...
Combien servent d’éponge aux larmes de leur mère, de leur père ?

thumb_329421558[1].jpgJe pense à ces fillettes qui ne voient plus leur père car leur mère a décidé de partir à mille kilomètres du domicile conjugal.

Je pense à cette petite fille emmenée par sa mère aux États-Unis. Je pense à son père qui a fait une dépression de ne plus la voir. Depuis, il a refait sa vie et a refondé une famille.

Je pense à cette mère qui a laissé ses quatre enfants pour vivre le grand amour. La plus âgée avait treize ans. Elle s’est occupée de ses frères et soeurs. Ils ont vu leur père se tordre de chagrin au plus profond du coeur.

Où sont les adultes ?thumb_Bebe_.jpg

Réveillez-vous, les enfants ont besoin de vous pour devenir d’autres adultes responsables et harmonieux.

Secouez-vous, les enfants de ce monde ont besoin de votre écoute, de votre parole, de votre regard, de votre force intérieure, de votre courage, de votre énergie pour avancer et se battre dans un monde qui demande des forces nouvelles et battantes.

Chloé LAROCHE

21/11/2008

Je me fais l'avocate des enseignants et Rased. Vitesse du monde et cortèges de manifestations.

Quand le Ministre de l'Éducation Nationale dit dédaigneusement que "le monde va plus vite que les cortèges de manifestations"... il oublie de dire que le monde ne marche pas. Il tourne. Il tourne mal. Et pour qu'on ne tourne pas en rond, ceux qui sont mécontents marchent pour protester. ange_ailes_color_es.jpg

Les enseignants ont donc manifesté hier et certains leur jettent la pierre. Certains leur envient les vacances, les horaires, les "avantages".

Mais ceux qui les dénigrent ne voient pas les enseignants et profs travailler d'arrache-pied chez eux, sur les cours, les corrections. Ils ne voient pas les séances d'humiliations et de bras de fer virtuels en face d'élèves devenus souvent insupportables, insultants, méprisants... pour certains.

ange_ange_amour2.jpgIls ne voient pas la dose de patience qu'ils doivent déployer devant des élèves difficiles même à partir de la Maternelle. L'énergie énorme décuplée pour éduquer les nouvelles générations, pour leur inculquer des matières, une connaissance, une ouverture sur le monde.

"Le monde va plus vite que les cortèges" mais qui dit que les cortèges n'ont jamais bougé les choses ? C'est à force de se faire entendre qu'on obtient gain de cause, qu'on obtient l'écoute de sa parole... et quand des enseignants comme les Rased sont menacés d'extinction, c'est comme une espèce menacée qui se défend avant de mourir.

Des Rased qui ont pour mission d'aider des enfants en difficulté scolaire. Un tiers d'entre eux va être supprimé puis le reste va ensuite être mis en reconversion professionnelle au sein de l'Éducation Nationale.

Si le ours blancs défilaient pour protester de leur extinction proche... qui dirait que leur cortège est inutile ?

Sûrement un mammouth....

Excusez-moi, Monsieur le Ministre de l'Éducation Nationale.

 

Chloé Laroche

26/10/2008

LA FRANCE SE COMPACTE, SE RÉTRACTE, SE CONTRACTE. Suppressions d’emplois, disparitions des tribunaux, disparition des centres météo, des postes de RASED et de nombreux bataillons d’armée.

Blog visité 5248 fois ce mois.

 

 

Mn_12b.jpgLA FRANCE SE COMPACTE, SE RÉTRACTE, SE CONTRACTE.

Suppressions d’emplois, disparitions des Tribunaux, désertification des petites villes et alentour, disparition des centres Météo -passés de 115 à 40, un tiers des postes de Rased supprimés dans l'Éducation, déménagement de nombreux bataillons d’armées, comme celui de Bourg-Saint-Maurice_________________Mn_58.jpg

 

Bonsoir !


Nous sommes sur un navire qui prend l’eau. Comment ne pas comprendre que nombre de Français vivent la peur au ventre et que certains pètent un cable ?

Dans l'Éducation Nationale, un nombre important de postes va être supprimé, 900 dans l'enseignement supérieur et près de 9000 dans les collèges et lycées. Un tiers des enseignants spécialisés nommés "Rased" doit être remercié (RASED = réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté).

À Bourg-Saint-Maurice, un quart de la population va devoir partir à cause de la réorganisation nationale de l’armée... Le maire s’arrache les cheveux. Le 7ème bataillon de Chasseurs Alpins employait 1200 personnes, des personnes qui ont une famille, des enfants, une compagne, un compagnon. Tout ce monde, près de 2OOO personnes, est appelé à quitter la Savoie pour l’Isère. Mn_112.jpg


Mn_24.jpgDes Tribunaux vont être fermés, condamnant de nombreuses personnes à faire 90 kilomètres voire plus pour joindre une aide juridique ou se rendre à une convocation. Le principe général de réforme de la carte judiciaire est de garder une cour d'appel par région et un tribunal de grande instance par département. La France disposant actuellement de 35 cours d'appel et 181 TGI, la réforme dans son ensemble supposerait donc mathématiquement la suppression d'environ un tribunal sur deux et d'une douzaine de cours d'appel. Les avocats ont déjà manifesté contre ce qu’ils appellent la “désertification judiciaire”. Ils ont cadenassé symboliquement des tribunaux comme celui de Metz... beau symbole pour le pays des Droits de l’Homme, où la Justice se met elle-même en prison, se cadenasse et se ferme des portes.

Quelle mouche a piqué Monsieur Sarkozy et son gouvernement ?
Réduire les budgets sur tous les fronts, réduire les effectifs jusqu’à fermer des Centres Météo-France pour n’en garder que 40 pour cent et ne remplacer aucun départ à la retraite, ce qui signifie 500 emplois perdus d’ici à 2017 dans ce secteur. Cela explique évidemment la grève des Centres concernés de Météo-France. Combien on les comprend !Mn_21.jpg

Mn_11.jpgBeaucoup d’habitants de régions un peu reculées se sentent abandonnés, abandonnés dans le cadre de cette désertification générale. Bientôt, il faudra habiter une grande ville pour avoir la sentiment d’exister et d’être pris en compte. Les emplois de proximité rendaient la France plus humaine : petits tribunaux, modestes postes de village, garnisons d’armées, centres Météo, etc. Aujourd’hui, des lignes de chemins de fer s’arrêtent et laissent la place aux cars, avec des horaires disparates. Des commerces ferment faute de populations. Des écoles se taisent pour cause de classe unique. Des écoliers se lèvent plus tôt pour aller dans la ville la plus proche. Des écoliers encore sont obligés de dire adieu à leurs copains pour suivre leurs parents... obligés eux-mêmes de changer de département à cause de Monsieur Sarkozy et de Rachida Dati.

La France se concentre, mais sur quoi ?
LA FRANCE SE COMPACTE, SE RÉTRACTE, SE CONTRACTE.

 

Bon courage à toutes les personnes concernées par mes propos ci-dessusMn_21b.jpg

et dont la vie est bouleversée par les tempêtes sarkozystes.

 

Chloé Laroche

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu