Avertir le modérateur

09/11/2014

Passeurs d'amour, dépositaires de la mémoire humaine, agents de tolérance et d'écoute... Choisirons-nous de nous retrancher dans l'oubli ou d'endosser la responsabilité d'un choix d'humanité ?

 

Bonjour à tous et toutes,the giver,cinéma,film,meryl streep,mémoire,humanité,crime,communauté,secte,folie,pouvoir,conscience,système,fermeture,enfermement,élargissement,amour,interdiction,règle,loi,consommation,magasin,noël,sdf,sans-abri,solidarité,écoute,peur,avenir,passé,présent,âge,personne âgée,hospitalité,différence,paix,guerre,passeur,dépositaire,jugement,art,actualité,épreuve,vie,mort

 

On m'a raconté ce jour qu'une entreprise iséroise invite son personnel à une fête de Noël fin novembre... et je constate comme vous que dans les magasins, on parle de Noël avant même que la Toussaint soit passée.

the giver,cinéma,film,meryl streep,mémoire,humanité,crime,communauté,secte,folie,pouvoir,conscience,système,fermeture,enfermement,élargissement,amour,interdiction,règle,loi,consommation,magasin,noël,sdf,sans-abri,solidarité,écoute,peur,avenir,passé,présent,âge,personne âgée,hospitalité,différence,paix,guerre,passeur,dépositaire,jugement,art,actualité,épreuve,vie,mortUn jour, on sera mort avant même d'avoir terminé sa vie... et puis, un jour, on sera né avant même d'être conçu, sans jamais avoir connu le ventre d'une femme, dans une société où tout sera calculé d'avance, même l'amour, peut-être éradiqué à jamais, comme dans l'excellent film  : "The Giver".the giver,cinéma,film,meryl streep,mémoire,humanité,crime,communauté,secte,folie,pouvoir,conscience,système,fermeture,enfermement,élargissement,amour,interdiction,règle,loi,consommation,magasin,noël,sdf,sans-abri,solidarité,écoute,peur,avenir,passé,présent,âge,personne âgée,hospitalité,différence,paix,guerre,passeur,dépositaire,jugement,art,actualité,épreuve,vie,mort

Dans ce film remarquable, on observe une nouvelle société dans laquelle la mémoire a été retirée du cerveau des habitants, ainsi que l'émotion, les couleurs, les différences, les relations amoureuses.

On perçoit qu'une immense peur a pu entrer dans le coeur de l'humanité à cause de la violence, de l'intolérance et des guerres et ... qu'une seule solution s'est alors imposée : niveler la population à une unicité obligatoire.

Dans ce nouveau monde raconté dans le film, un acte nommé "élargissement" se pratique afin de masquer l'acte de tuer. On tue des bébés car ils ne grossissent pas aussi bien que les autres, ou bien parce qu'ils sont nés handicapés ou différents. Le simple fait de changer le mot fait que la population ne se pose aucune question sur le fait "d'élargir" une personne. Chacun fait ce qu'on lui demande, même si c'est pour emmener un petit à la morgue dans une boîte blanche.

the giver,cinéma,film,meryl streep,mémoire,humanité,crime,communauté,secte,folie,pouvoir,conscience,système,fermeture,enfermement,élargissement,amour,interdiction,règle,loi,consommation,magasin,noël,sdf,sans-abri,solidarité,écoute,peur,avenir,passé,présent,âge,personne âgée,hospitalité,différence,paix,guerre,passeur,dépositaire,jugement,art,actualité,épreuve,vie,mortEt puis, soudain, un jeune homme devient le dépositaire de la mémoire de ce peuple et prend conscience, grâce à son passeur (son instructeur empli de la mémoire de tout le passé des humains)... de la beauté de l'humanité, à travers tout ce qu'elle a traversé durant de centaines d'années, à travers aussi la force de ceux qui se sont battus pour que la justice et l'amour triomphe. Il se bat alors lui-même pour rendre la mémoire aux siens, afin de sauver ceux qu'ils aiment de l'emprise d'un système de sages devenus fous et sectaires.

Il souffre de comprendre que l'humain peut tuer, que parmi sa communauté, l'on tue, que son meilleur ami a pu le trahir, que l'amour a été banni de sa communauté. Mais il trouve la force en lui, grâce à son passé et aux images de toute la terre, de retrouver les couleurs du passé afin de reconstruire le présent et l'avenir.the giver,cinéma,film,meryl streep,mémoire,humanité,crime,communauté,secte,folie,pouvoir,conscience,système,fermeture,enfermement,élargissement,amour,interdiction,règle,loi,consommation,magasin,noël,sdf,sans-abri,solidarité,écoute,peur,avenir,passé,présent,âge,personne âgée,hospitalité,différence,paix,guerre,passeur,dépositaire,jugement,art,actualité,épreuve,vie,mort

Nous aussi, nous pouvons défendre l'amour et la solidarité dans nos vies. Nous pouvons découvrir qu'il ne sert à rien d'éradiquer les différences pour apporter la paix au monde. Et savoir aussi que nous demeurons libres de nos choix, choix de consommation, choix d'égoïsme ou de générosité.

Nous pouvons porter un regard de jugement sur une personne mais que savons-nous de son passé, de ses souffrances, de ses blessures ? Gommer le passé pour ne garder du présent que l'évidence d'une faute visible devant tous, c'est comme couper les racines d'un arbre dont on ne verrait que les branches flottant dans l'espace.

the giver,cinéma,film,meryl streep,mémoire,humanité,crime,communauté,secte,folie,pouvoir,conscience,système,fermeture,enfermement,élargissement,amour,interdiction,règle,loi,consommation,magasin,noël,sdf,sans-abri,solidarité,écoute,peur,avenir,passé,présent,âge,personne âgée,hospitalité,différence,paix,guerre,passeur,dépositaire,jugement,art,actualité,épreuve,vie,mortUn jour, il y a bien longtemps, un sans-abri errait dans les rues un soir de Noël sur Grenoble. Il était rejeté de tous, il avait froid et souffrait terriblement d'être seul un soir de Noël.

Deux jeunes frères l'ont rencontré et se sont mis à lui parler, simplement et de coeur à coeur.

Cet homme était tombé très bas, après avoir été ingénieur, avoir perdu son travail, être quitté par sa femme. Il avait tout perdu.

Les deux jeunes l'ont invité à venir passer Noël chez eux, avec leur parents, qui ont très bien reçu cet homme cabossé par la vie.the giver,cinéma,film,meryl streep,mémoire,humanité,crime,communauté,secte,folie,pouvoir,conscience,système,fermeture,enfermement,élargissement,amour,interdiction,règle,loi,consommation,magasin,noël,sdf,sans-abri,solidarité,écoute,peur,avenir,passé,présent,âge,personne âgée,hospitalité,différence,paix,guerre,passeur,dépositaire,jugement,art,actualité,épreuve,vie,mort

L'un des deux jeunes, aujourd'hui âgé d'environ trente-huit ans, m'a confié que ce fut son plus beau Noël. Il m'a raconté ensuite le souvenir des Noëls qu'il passait à aller jouer de l'accordéon dans la maison de retraite de son grand-père.

Il voyait le bonheur et la joie s'allumer dans le regard de tous les anciens, lorsqu'il rallumait leur passé à la flamme des souvenirs heureux ou malheureux d'existences accomplies, grâce aux morceaux joués réveillant les émotions et le destin antérieur.

the giver,cinéma,film,meryl streep,mémoire,humanité,crime,communauté,secte,folie,pouvoir,conscience,système,fermeture,enfermement,élargissement,amour,interdiction,règle,loi,consommation,magasin,noël,sdf,sans-abri,solidarité,écoute,peur,avenir,passé,présent,âge,personne âgée,hospitalité,différence,paix,guerre,passeur,dépositaire,jugement,art,actualité,épreuve,vie,mortJe pense ce soir à l'homme, un autre homme, qui m'a confié un secret enfoui très loin  dans son passé, un fait causé par un pasteur avide de l'amour des petits enfants. Cet homme a vu en moi le dépositaire d'une mémoire qui guérit lorsqu'on prend soin d'en entendre le pire, gardant le meilleur pour guérir les blessures du présent.

Nous pouvons tous être les passeurs d'amour et dépositaires de la mémoire de ceux que nous aimons, de ceux qui nous donnent leur confiance.

Chloé LAROCHEthe giver,cinéma,film,meryl streep,mémoire,humanité,crime,communauté,secte,folie,pouvoir,conscience,système,fermeture,enfermement,élargissement,amour,interdiction,règle,loi,consommation,magasin,noël,sdf,sans-abri,solidarité,écoute,peur,avenir,passé,présent,âge,personne âgée,hospitalité,différence,paix,guerre,passeur,dépositaire,jugement,art,actualité,épreuve,vie,mort

 

 

 

 

 

16/10/2014

Lettre à toi qui a envie de partir là-bas en Syrie.... Mais reste donc là ! Il y a tant à faire. Regarde cette femme, maman des SDF de Grenoble...

Lettre à toi qui a envie

de partir là-bas en Syrie...

Mais reste donc là ! Il y a tant à faire.

Regarde cette femme, maman des SDF de Grenoble...

 

___________________________________________________________________________k3623422.jpg

 

Tu es jeune et j'ai à te parler. Et d'ailleurs, même si tu es plus vieux... je te parlerai.

Tu veux partir là-bas te battre... Quitter la France pour aller te battre en Syrie.

Pour moi, ce serait du suicide, un gâchis total de ta personne alors qu'il y a tant à faire ici.

Tu réponds à un appel religieux peut-être, à une envie de te battre pour arrêter un conflit qui a ôté la vie à tant de civils innocents... mais chaque religion ne demande t'elle pas de vivre le partage et l'amour, et non la guerre et le sang ? Se battre au côté de ceux qui veulent la violence et le terrorisme, est-ce compatible avec ta soif de justice et de paix ?

Aujourd'hui, j'ai rencontré une femme à Grenoble. Elle a quatre-vingts ans, elle est malade mais tous les jours, elle parcoure les rues de sa ville pour aider les sans-abris.

Elle les loge, les nourrit, leur achète le nécessaire pour vivre et leur trouve même du travail, comme pour cet homme à qui elle a trouvé un emploi de serveur place Grenette.denyse,sdf,sans-abri,aide,compassion,amour,don,maladie,offrande,partage,syrie,letrre,partir,guerre,internet,facebook,religion,islamiste,paix,france,actualité,jeune,combat,voyage,jeunesse,politique,restos du coeur,vie,courage,maman,deuil,enfant,luge,accident,grenoble,isère,résilience,existence,ange,témoignage,taxi,ambulance,écoute,admiration,quatre-vingts ans,route,confidences,écrivain

Elle a acheté un four à micro-ondes et divers meubles à un ancien sans-abri qui avait trouvé une petite chambre. Un jour, elle a dit à un homme perdu : "Demain, habille-toi bien et attends-moi." Quand Denyse est arrivé, elle ne l'a pas reconnu, tellement il s'était mis sur son trente-et-un, si beau et fringuant. Elle l'a présenté à un nouveau travail et depuis, il est sorti d'affaire.

Dernièrement, elle a rencontré une jeune fille étudiante qui restait assise par terre à côté d'un sans-abri.

-Mais que fais-tu là, toi ?

-Je suis amoureuse de cet homme...  

-Oui, mais, par amour, tu ne vas pas couler avec lui, te laisser aller à cette vie ?

-Si, car je l'aime !"denyse,sdf,sans-abri,aide,compassion,amour,don,maladie,offrande,partage,syrie,letrre,partir,guerre,internet,facebook,religion,islamiste,paix,france,actualité,jeune,combat,voyage,jeunesse,politique,restos du coeur,vie,courage,maman,deuil,enfant,luge,accident,grenoble,isère,résilience,existence,ange,témoignage,taxi,ambulance,écoute,admiration,quatre-vingts ans,route,confidences,écrivain

Alors Denyse se demande comment elle va pouvoir la sauver de là.

-Je vais l'appeler", me dit-elle, alors que je la ramène de l'hôpital dans mon taxi sanitaire. "Je lui dirai que je reviens de l'hôpital, que j'ai besoin d'elle, car j'ai trop mal, et elle viendra."

Et puis elle me raconta comment elle avait essayé de sauver une chienne de trois ans des abus d'un sans-abri. Celui-ci lui faisait faire des petits sans arrêt, afin de les revendre. Elle était épuisée, au bord de la mort. Denyse a prévenu la SPA ; ils lui ont prodigué des soins mais c'était trop tard, la chienne est finalement décédée.

denyse,sdf,sans-abri,aide,compassion,amour,don,maladie,offrande,partage,syrie,letrre,partir,guerre,internet,facebook,religion,islamiste,paix,france,actualité,jeune,combat,voyage,jeunesse,politique,restos du coeur,vie,courage,maman,deuil,enfant,luge,accident,grenoble,isère,résilience,existence,ange,témoignage,taxi,ambulance,écoute,admiration,quatre-vingts ans,route,confidences,écrivainDenyse ne s'arrête jamais d'aider, de se préoccuper de ceux qui sont dans la souffrance et le besoin. Mais dans son coeur vit une grande douleur : son petit-fils de sept ans est mort en faisant de la luge à Lans-en-Vercors.

Dans la déchirure extrême de son coeur de grand-mère orpheline, Denyse a perdu plus de quinze kilos en un mois. th-95.jpeg

Malgré ce choc immense, traversant cette terrible épreuve avec courage et détermination, Denyse poursuit son chemin au coeur de sa ville, en faisant le bien autour d'elle.

Son fils, prenant exemple sur sa mère, parraine sept enfants dans le monde, envoyant de l'argent pour leur scolarité et pour qu'ils mangent à leur faim.

Denyse a réussi à persuader des membres de sa famille -restaurateurs- de donner les restes des plats non utilisés aux Restos du Coeur. Elle est fière de me dire qu'ils ont accepté et que cela fonctionne dorénavant, grâce à son action.denyse,sdf,sans-abri,aide,compassion,amour,don,maladie,offrande,partage,syrie,letrre,partir,guerre,internet,facebook,religion,islamiste,paix,france,actualité,jeune,combat,voyage,jeunesse,politique,restos du coeur,vie,courage,maman,deuil,enfant,luge,accident,grenoble,isère,résilience,existence,ange,témoignage,taxi,ambulance,écoute,admiration,quatre-vingts ans,route,confidences,écrivain

Alors, toi qui veux partir si loin pour faire le bien, reste parmi nous et ouvre tes mains et ton coeur sans prendre l'avion. Garde ta vie là où elle se trouve car ton chemin est ici, près des tiens, dans ton village, ta ville, là où le Ciel t'a placé. 

Pourquoi partir pour revenir dévasté, traumatisé par des images, des scènes horribles qui t'empêcheront d'accomplir ce pour quoi tu es né ?

J'espère que ma lettre aura su te convaincre de ne pas écouter les sirènes charmeuses d'Internet et de Facebook et qu'elle t'aura donné l'envie de poursuivre le chemin tracé par Denyse. Cette femme va un jour prochain quitter notre terre pour rejoindre la Terre des Anges, alors il faudra des personnes comme toi pour prendre sa relève.

Quand les sans-abris et sans-domiciles-fixes rencontrent Denyse dans la rue, ils l'appellent Maman tout au fond de leur âme et portent leur main sur le coeur. C'est cela l'amour véridique et la véritable religion de l'humain, réelle humanité en vérité.

Sincèrement,denyse,sdf,sans-abri,aide,compassion,amour,don,maladie,offrande,partage,syrie,letrre,partir,guerre,internet,facebook,religion,islamiste,paix,france,actualité,jeune,combat,voyage,jeunesse,politique,restos du coeur,vie,courage,maman,deuil,enfant,luge,accident,grenoble,isère,résilience,existence,ange,témoignage,taxi,ambulance,écoute,admiration,quatre-vingts ans,route,confidences,écrivaindenyse,sdf,sans-abri,aide,compassion,amour,don,maladie,offrande,partage,syrie,letrre,partir,guerre,internet,facebook,religion,islamiste,paix,france,actualité,jeune,combat,voyage,jeunesse,politique,restos du coeur,vie,courage,maman,deuil,enfant,luge,accident,grenoble,isère,résilience,existence,ange,témoignage,taxi,ambulance,écoute,admiration,quatre-vingts ans,route,confidences,écrivain

Chloé Larochedenyse,sdf,sans-abri,aide,compassion,amour,don,maladie,offrande,partage,syrie,letrre,partir,guerre,internet,facebook,religion,islamiste,paix,france,actualité,jeune,combat,voyage,jeunesse,politique,restos du coeur,vie,courage,maman,deuil,enfant,luge,accident,grenoble,isère,résilience,existence,ange,témoignage,taxi,ambulance,écoute,admiration,quatre-vingts ans,route,confidences,écrivain

 

 

 

 

 

27/12/2012

Nuit de Noël, messe à la Villeneuve dans les quartiers d'une cité nommée Grenoble. Quand la nuit prend la terre et la guerre des pays, seul l'amour peut ramener le soleil.

k0034337.jpgBonsoir à tous et toutes,images-13.jpeg


Lundi soir, je me suis rendue avec mes enfants à la messe de veillée de Noël dans le quartier de la Villeneuve de Grenoble.

L'Espace 600, salle de spectacle et de théâtre de la Villeneuve, avait été réquisitionné et généreusement prêté pour cette rencontre inoubliable.

images-10.jpegInoubliable à mes yeux car cette messe fut un modèle d'humanisme et de rappel de diverses qualités humaines et laïques, comme l'hospitalité à l'étranger, la compassion pour la souffrance des hommes de toutes couleurs et de toutes origines, l'accueil aussi de la souffrance des endeuillés et des victimes des violences urbaines.

Le prêtre, Jean Deries, qui a choisi de vivre sa retraite dans ce quartier, a dit de belles paroles, ressemblant à l'église que j'aime, celle qui parle d'amour et d'accueil, de partage et de solidarité, celle qui crée des ponts et non des murs.

tlc8e1lr.jpgL'équipe de Malherbe et Villeneuve avait préparé des chants magnifiques avec une belle équipe de musiciens, agrémentés de diapositives, avec des mises en scènes avec  les enfants. Une tente avait été montée sur la scène pour rappeler que des personnes n'ont toujours pas de toit et que des familles expulsées vivent dans la rue. Le Père Deries n'a pas hésité à parler des Roms, des réfugiés expulsés par tous, qui ne trouvent refuge nul part, tel Marie et Joseph qui n'ont pas été reçus non plus dans la salle commune mais dans l'étable. Jésus avait été placé dans une mangeoire, premier berceau d'un bébé divin.images-12.jpeg

Cette messe a rappelé toutes les vertus de l'hospitalité envers les étrangers, de l'ouverture de notre pays aux réfugiés, et du fait de pouvoir les recevoir dans la dignité et sans rejet. 

images-3.jpegIl nous a été rappelé aussi que la marche blanche effectuée dans nos quartiers pour Sofiane et Kévin avait été la marche d'un peuple de paix et d'amour, de soutien aux familles endeuillées et de lutte contre la violence par un esprit de pardon et de non-violence voulue par les parents des deux jeunes assassinés.

Les évangiles ont été écrits, mais comme l'a dit si bien le prêtre ce soir de Noël, c'est à nous aujourd'hui de poursuivre leur écriture en vivant en témoins de lumière, en témoins de paix et d'amour.Conference-sur-la-fin-du-monde-vue-depuis-l-Antiquite_1_illustrationEtab.jpg

Je ne rapporte pas ici ces paroles seulement pour les chrétiens mais pour tous les hommes qui croient aux qualités et valeurs humaines. L'amour des autres, l'amour du bien et de l'honnêteté, ainsi que l'hospitalité et la solidarité, n'ont pas besoin d'étiquettes et de drapeaux religieux ou spirituels pour exister et se partager.

800px-Crèche_provençale.jpgCe sont des valeurs laïques, je dirais même républicaines et civiques, qui nous aident à faire vivre un quartier, une ville, un pays, une famille.

Pendant ce temps-là, à Notre-Dame de Paris, l'homélie disait ceci, prononcée par Monseigneur André Vingt-Trois :

"Comment oublier ce soir les peuples massacrés et dispersés par les guerres qui ensanglantent le globe... ? Comment oublier nos frères chrétiens d'Orient, soumis à des pressions diverses et, parfois, à la persécution ouverte ? Comment oublier les "laissés pour compte" de notre société, premières victimes de la crise économique, qui vivent d'expédients, refoulés sur les marges des rendements financiers ? Comment oublier enfin dans cette nuit où la sainte famille ne trouve pas de place dans la salle commune de l'auberge, les immigrés qui errent à travers nos pays opulents sans trouver de place dans nos nations, nos entreprises et nos foyers, nos esprits et nos coeurs ?

Non, la nuit n'est pas seulement symbolique, elle est bien réelle. L'humanité vit bien dans le pays de la mort, même si elle essaye de l'oublier."


images-11.jpegOui, l'humanité traverse des temps difficiles et très


douloureux. Des peuples entiers sont terrassés par la


guerre et la destruction, sans que d'autres ne puissent


intervenir, comme en Syrie. Cette impuissance est très


difficile et une colère sourde monte sur la planète


envers les peuples qui bloquent l'énergie de solidarité,


envers leurs gouvernants surtout, pour ne pas nommer


la Chine et la Russie.


u15025134.jpgLes jeunes aussi sont touchés par le


phénomène internet, nouveau loup sorti des


bois pour entrer dans l'ordinateur et dévorer


les innocents. Nombre de parents se trouvent


démunis face à ce phénomène grandissants et


les prédateurs sont nombreux à se saisir de ces nouvelles portes


d'entrée vers la chair fraîche.


La banalisation des fugues et de nouveaux comportements chez


nos jeunes font que même la police ne s'inquiètent plus de


disparitions d'adolescents, laissant faire la nature et refusant de


déployer les grands moyens, comme pour ces deux jeunes filles


disparues depuis trois semaines et dont les parents très inquiets


sont sans nouvelles. Cela m'a rappelé bien sûr ce que j'ai vécu en


juin 2009 lors d'une longue fugue de ma fille. Il a fallu que je


bataille pour que la police inscrive ma fille sur le fichier des


personnes disparues.


Voir mon article : http://sosmaman.20minutes-

blogs.fr/archive/2009/06/01/ma-fille-est-en-fugue-depuis-une-

semaine-mon-recit-de-maman.html


Je vous parle de ceci car Noël est le jour où les familles se


rassemblent, se retrouvent, et les parents de 


Camille Lauran, 16 ans, et Geneviève Euvrard, 17 ans...


n'ont pas eu cette joie. 42929448-4f5c-11e2-8edb-f21234471230-493x328.jpg


Je pense très fort à eux car je connais l'angoisse

des parents qui ne savent où se trouve leur

enfant et, en cette période des Fêtes, je leur

témoigne mon entière sympathie et toute l'espérance de

retrouver ces deux jeunes filles qui ont co-voituré du Puy-en-Velay jusqu'à

Toulouse... puis ont disparu totalement.


Il y a une semaine, leurs parents écrivaient au Procureur en ces

termes :

«Nous avions demandé à vos services de bien vouloir faire paraître leurs photos dans la presse nationale afin que la population puisse transmettre des indices aux enquêteurs. Vous avez refusé par deux fois. Faudrait-il que leurs noms apparaissent dans la rubrique nécrologique pour que vous accédiez à cette demande?»

amour.jpg


"La nuit n'est plus symbolique, elle est bien


réelle"... 


Heureusement, la nuit se termine un jour pour 

 

voir




apparaître l'aurore... Quand l'espoir apparaît, la nuit se




termine pour voir s'éloigner les cauchemars et venir le




soleil, pour voir naître l'enfant en nous comme une




nouvelle étoile pour toute l'année qui commence.

 


Chloé LAROCHE

 







 

18/03/2011

Le Père Fréchet était l'Abbé Pierre de l'Isère. Mon hommage à un homme qui considérait chaque homme cabossé comme une histoire sacrée.

images-7.jpegBonjour à tous et toutes,u24457337.jpg

Je viens dire adieu à un grand homme, le Père Fréchet, le prêtre des pauvres et des sans-abri en Isère. Il vient de décéder, après de nombreux mois de lutte contre la maladie.

Cet homme disait que "tout homme est une histoire sacrée" et avait un regard sur les êtres empli de tolérance et de lucidité mêlées. Il ajoutait à cette phrase… tout homme est une histoire sacrée …"même les cabossés de la vie".k0064030.jpg

Je l'ai rencontré à la fin de l'année 1994. J'étais une maman isolée avec une enfant de quatre mois, Océana. Je m'étais moi-même retrouvée sans domicile fixe durant six mois, après une séparation douloureuse. Des amis m'avaient hébergée puis on m'avait ensuite prêté un studio, avant que je ne retrouve un logement à mon nom.

Le Père Fréchet m'avait confié alors, sans connaître ma situation, la mission d'animer quelques fois le restaurant "le 51", ce lieu aux repas à moins d'un euro, qu'il avait ouvert rue de Stalingrad à Grenoble pour permettre aux plus pauvres de manger pour quelques francs. Avec mon violon et des amis musiciens que j'amenais avec moi, nous animions musicalement des soirées destinées aux personnes démunies dont le Père Fréchet s'occupait. Je n'étais donc pas la "bonne du curé" mais sa violoniste !

k0233241.jpgJe me souviens avoir animé avec mon violon la crèche vivante de décembre 1996 à sa paroisse, la paroisse Saint-Paul. Il y avait là tous les animaux de la ferme qu'il avait créée à Miribel-Lanchâtre, vâches, âne, agneaux, brebis... que l'on avait descendus à Grenoble pour l'occasion. L'abbé Pierre de l'Isère était fier de ce projet à la campagne destiné à réinsérer des personnes exclues de la société par des parcours difficiles, exclusion survenue après un chômage ou un divorce, un deuil ou d'autres épreuves de la vie. Le Père Fréchet aimait à répéter : "La misère est une insulte au Créateur" ou encore "Changeons nos regards et la vie jaillira."k1448972.jpg

Ce jour-là, il y eut une solidarité immense, avec beaucoup de vivres et de cadeaux apportés pour les enfants à l'occasion de Noël... dons offerts par de nombreuses personnes solidaires et soutenant l'oeuvre de la paroisse Saint Paul.

C'était ainsi chaque vendredi où le Père organisait une distribution de nourritures, de lait, de nombreuses denrées alimentaires et de vêtements.k0577121.jpg

Il m'avait demandé à plusieurs reprises d'animer les repas de Noël pour les plus démunis. Je me souviens de ces grandes tablées et de la joie de tous ceux qui y étaient présents, femmes, enfants, hommes. Je me souviens du sourire du Père Fréchet mais aussi de cet air grave qu'il avait. Il était tellement confronté à la situation désespérée de centaines de personnes… qui parfois l'ont trahi ou agressé. Il s'est fait voler, agresser, insulté…. mais comme tous ceux qui oeuvrent pour le bien, la tolérance, la solidarité et l'entraide… il a été malmené. Il a pourtant toujours gardé le courage de poursuivre et offrait des sermons si humains que des fidèles venaient de partout pour l'écouter, tant sa parole était humaine.

Il disait que les pauvres ont besoin d'aide alimentaire mais qu'ils ont aussi besoin de nourriture morale, de rencontres sociales et d'insertion solidaire.

k1697095.jpgEt puis un jour, ma fille a rejoint le ciel, à l'âge de deux ans et demi, en février 1997. C'est le père Fréchet qui a officié la messe de son départ. Il était bouleversé. L'église était pleine. Toutes les personnes que je connaissais au 51 étaient là, des sans-abri, des personnes à la rue ou dans des caravanes, des voisins de la paroisse, des voisines, des amis de partout. Tout le monde m'a embrassée et j'étais emportée par une vague d'amour immense mais qui n'a pas emporté mon chagrin et ma peine.

J'étais écroulée, détruite, et depuis, mon violon n'a plus jamais chanté pour les sans-abri de la Paroisse Saint Paul. Il est allé jouer sur d'autres chemins, pour d'autres coeurs, d'autres visages. Pour des visages de personnes âgées à l'hôpital par exemple.k1784230.jpg

k3075469.jpgEt puis un jour, sept ans plus tard, je suis allée le voir… et je lui ai demandé de baptiser mes deux filles adoptives… J'ai vu alors la lumière dans ses yeux. C'était en 2004…. J'attendais mon fils, j'étais enceinte de lui, et le Père Fréchet a vu la lumière de Noël dans mon coeur, la Nativité, le miracle de la vie qui revient.IS431-075.jpg

Il a baptisé mes filles du Bénin et de Roumanie. Le ciel m'avait rendu la vie, de l'espoir, du courage, beaucoup de courage.

Aujourd'hui, le Père Fréchet a rejoint Océana et le Ciel. Puisse-t-il aller parmi les Anges et les Saints et tous nous protéger. Puisse-t-il bénir son oeuvre, oeuvre reprise par le Secours Catholique, lequel poursuit sa mission d'accueil des plus pauvres.

J'ai découvert le texte que notre maire Michel DESTOT a écrit pour le départ du Père Fréchet sur son site. Je le partage avec vous ici, car ce texte m'a beaucoup plu, étant très fidèle à ce qu'était le Père Fréchet :

"Avec la disparition du Père Fréchet, les Grenoblois perdent aujourd'hui un frère en humanité aimé et respecté pour ses engagements comme pour la radicalité de ses convictions et de ses combats. Engagé sa vie durant "entre foi et colère", souvent indigné et rageur, toujours sincère et généreux, le Père Fréchet a consacré sa vie aux pauvres parmi les pauvres, aux paumés, et aux marginaux, ici et ailleurs dans le monde. Il bousculait, interpellait, rudoyait parfois ses interlocuteurs qu'il jugeait trop policés, trop prudents, trop raisonnables, trop résignés pour lui, qui professait que "tout homme, même le plus cabossé, était une histoire sacrée". Homme de passion, par sa ferveur, il les ramenait – il nous ramenait - sans cesse et sans concession à une exigence première : l'amour de l'autre, sans condition. Dans l'actualité sombre et tourmentée que nous traversons, le témoignage de cette vie accomplie donne sans aucun doute des raisons d'espérer et de poursuivre les combats entrepris." (Michel DESTOT)isp0802384.jpg

 

k2191706.jpgPère Fréchet, que mes meilleures pensées vous accompagnent dans votre dernière demeure.

Vous ne manquerez pas là-haut, j'en suis sûre, de recueillir quelques anges sans domicile fixe.

 

Chloé LAROCHE _____________________________________

 

 

Nota bene ____________________________ Les photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits. Seule la photo du Père Fréchet en haut à gauche provient d'une collection privée.

26/08/2009

Je défends la famille OGELE, expulsée sauvagement à Orléans de son logement avec quatre enfants, à trois semaines de la rentrée. Colère et indignation aussi pour Dah, mauritanien demandeur d'emploi qui a été dénoncé par un employé du Pôle Emploi.

as1128mrgn_12.jpgBonjour à tous et toutes,dl_m40_0083.jpg

 

La rentrée se prépare mais pour certaines familles, elle ne se fera pas normalement. En effet, dans notre pays, des enfants sont mis à la rue avec leurs parents, sous prétexte que ces enfants “pleurent et font du bruit”.

817906245.JPG.jpegAinsi, une famille vivait à Orléans, hébergée dans l’ancienne gendarmerie d’Olivet, un Centre d’hébergement géré par la Croix-Rouge. C’est un couple nigérian,  Monsieur et Madame OGELE. Ils ont quatre enfants et étaient dans une dynamique d’insertion, avec un emploi honoré par Madame.

Le 13 août, ils ont été expulsés violemment par la responsable du 115 elle-même, sur les ordres de la Présidente orléanaise de la Croix-Rouge, organisation qui se démarque habituellement par un comportement solidaire basé sur l’entraide et le service à autrui.images.jpeg

Quatre enfants de deux à sept ans ont vu leurs affaires jetées par la fenêtre du premier étage, emballées dans des sacs plastiques ou des draps.hs065213_bc2_wj.jpg

Trois semaines avant la rentrée scolaire, on leur a proposé une solution d’urgence sur huit nuits. Huit nuits à l’abri et la journée : dans la rue. Aujourd’hui, le délai de cette semaine d’abri d’urgence est passé. Où sont-ils ? Trois de ces enfants sont scolarisés. Que va décider le Préfet qui laisse des enfants dormir dans la rue. Va-t-il les placer à la DASS et leur trouver une famille d’accueil, séparant parents et enfants, dans la pire des tortures morales ?!! C’est malheureusement un risque.

425050.jpgSanctionner une famille pour un manque de logement, pour une expulsion sauvage, est inhumain. Ces parents risquent de se voir arracher leurs enfants parce qu’on les a mis dehors, parce que leurs enfants pleuraient et qu’ils faisaient trop de bruit ?!!

C’est abominable.

Je suis très inquiète, ainsi que nombre de personnes du Réseau d’Éducation sans Frontières. Comment peut-on en arriver là dans l’indifférence générale ?

hs065200_bc2.jpgCette info est passée discrètement au mois d’août, alors que beaucoup de français sont en vacances. Maintenant que vous êtes au courant, j’espère que vous allez réagir et écrire en masse à ce Préfet, afin de protester et de montrer que nous nous occupons de cette famille en danger.  Vous pouvez aussi écrire à Monsieur Serge GROUARD (UMP), Député-Maire d’Orléans.jf771BBEA_0365.jpg

Merci pour la solidarité que vous montrerez pour cette famille nigériane.

À Orléans, un événement m'a aussi beaucoup troublée. Un agent du Pôle Emploi a profité d'un rendez-vous donné à un demandeur d'emploi mauritanais, Dah, sans-papiers, pour le livrer à la Police et aux autorités. Il y a deux ans, en Rhône-Alpes, cela s'était déjà produit et c'est inacceptable. Vous pouvez vous rendre sur le lien suivant : http://cgt-pole-emploi.fr/index.php/les-editos/408-a-orleans-du-pole-emploi-au-centre-de-retention.html

images-2.jpegEn tant que petite-fille de Résistant de la Seconde Guerre Mondiale, je n'oublie pas ce qu'on pu faire tous les collaborateurs de notre pays ainsi que le Gouvernement de Vichy, qui ont dénoncé des milliers de personnes et de familles en danger afin de les faire expulser vers l'Allemagne, déportées et massacrées.images-1.jpeg

Aujourd'hui, le massacre est moral mais il existe. On ne tue personne mais on terrorise, on expulse violemment, on démembre des familles entières, on prive des enfants de leurs parents. On place des enfants dans des Centres de Rétention pour étrangers, avec leurs parents, dans l'attente d'une expulsion. On arrache des enfants de leurs bancs d'école, on les retire de leur classe. Certains enfants voient leur père embarqué de force dans un charter. Enfants en pleurs, parents déchirés.

dl_m40_0056.jpgAlors, on ne peut se taire et je ne me tairais pas.

Chloé LAROCHE

 

____________Voir l’article suivant ainsi que les photos et le film de l’expulsion :

 

http://resf45.hautetfort.com/archive/2009/08/24/4-jeunes-enfants-et-leurs-parents-jetes-a-la-rue-par-des-res.html

---------------------------------------------------

 

24 août 2009.

"Quatre jeunes enfants et leurs parents jetés à la rue par des responsables de la Croix Rouge d’Orléans."

 

“Cette famille, avec 4 enfants de 2 à 7 ans, logeait dans une chambre à l’ancienne gendarmerie d’Olivet. La maman venait d’avoir un titre de séjour et avait trouvé un travail. 3 des enfants sont scolarisés sur Olivet.

Le 13 août 2009 (3 semaines avant la rentrée scolaire) la responsable du 115, exécutant les ordres de la Présidente orléanaise de la Croix Rouge, accompagnée de 2 vigiles les a expulsés violemment.

Il n’y avait rien à discuter. « Vos enfants pleurent et font du bruit. On vous l’a déjà dit. Vous sortez aujourd’hui j’ai une autre famille à mettre à votre place. Ici c’est moi le chef, vous n’irez pas vous plaindre à Tours » (Tours parce que c’est là que réside la nouvelle directrice qui a en charge l’ancienne gendarmerie d’Olivet, depuis le licenciement express  de l’ancienne directrice).

Rapidement l’ensemble des affaires de la famille a été mis dans des sacs qui ont été jetés par la fenêtre du 1er étage. D’autres affaires ont été emballées sauvagement dans des draps, le tout avec des réflexions désobligeantes du genre : « Mais quelle quantité de vêtements ils ont ! » Comme si la famille les avait volés ou qu’elle les imaginait vivant nus ! Alors qu’il est évident qu’il en faut des vêtements pour 4 enfants et 2 adultes pour l’hiver et l’été. Un vigile a même bousculé la maman qui s’est retrouvée au sol. Cette expulsion s’est entièrement déroulée en présence des enfants. Pour plus de détails regardez, par ailleurs,  les photos prises durant cette sauvagerie.

Depuis, la famille passe la nuit aux Centre des Montées mais le matin tout le monde est dehors dans la rue jusqu’au soir 19h. Et pour combien de temps car on leur a déjà dit que les Montées c’est 8 nuits par mois et qu’après rien n’est sûr. Déjà, ce dimanche soir 23 août, la famille est à la rue pour la nuit : « vous avez épuisé votre quota de 8 nuits et il n’y a pas de places » leur a-t-on dit.  Plusieurs fois depuis leur expulsion les enfants ont été malades et les consultations se multiplient à l’hôpital.

Que va devenir cette famille qui commençait à se construire un avenir ? Quelle va être la rentrée scolaire des enfants ?

Cette situation ne semble pas émouvoir particulièrement le préfet. Il n’y a rien d’étonnant à cela : depuis des mois, quasiment tous les jours, des enfants dorment dans la rue et il n’a pas encore bougé le petit doigt.

Les responsables de la DASS n’y voient rien à redire et ne se bougent pas plus. Sauf à suggérer un placement des enfants. Ce serait un comble car la famille n’est en rien responsable de cette situation !

Faut-il voir, dans l’attitude des uns et des autres, une connivence et des arrangements concertés entre « amis » ? Faut-il y voir un accord d’actions concertées pour appliquer une honteuse politique vis-à-vis des demandeurs d’asile et des sans papiers ? La multiplication des situations où les uns et les autres agissent de concert, nous servent les mêmes arguments au mot prêt, font semblant de se rejeter la balle ou se servent de la lâcheté de l’un pour couvrir la leur, nous font penser qu’il n’y a pas de fumée sans feu dans cette situation de l’hébergement d’urgence sur Orléans.”

Pour lire l'article paru dans la République du Centre : http://resf45.hautetfort.com/media/00/01/817906245.JPG

Pour visionner le reportage de France 3 : http://www.dailymotion.com/video/xa8c2p_france-3-centre-e...817906245.JPG.jpeg

Pour les photos prises au moment de l'expulsion, trois liens à consulter :

 

http://resf45.hautetfort.com/media/00/02/1142793111.pdf

http://resf45.hautetfort.com/media/00/00/344105532.pdf

http://resf45.hautetfort.com/media/00/00/272073714.pdf

 

François (Réseau d’Éducation sans Frontières)____________________________

 

Le lien de cet article est :

http://resf45.hautetfort.com/archive/2009/08/24/4-jeunes-enfants-et-leurs-parents-jetes-a-la-rue-par-des-res.html

___________________________________________________

 

Commentaires

La croix rouge ne met pas les familles dehors sans raisons !!!!!!!!
J'ai écouté le reportage et la famille en question n'a pas respecté les règles du bâtiment ce que toutes personnes se doit de respecter . Pourquoi la croix rouge aurait mis seulement cette famille dehors et pas une dizaine ? c'est une question que je me pose.
C'est trop facile de taper sur ceux qui font quelques choses ( flic,pompier,croix rouge ,resto du coeur ect.....)
Mais je voudrais bien savoir si les personnes qui sont si outrés on hébergés cette famille a la rue ou si ils ont trouvé un logement pour eux ???
Qu'a fait ce blog ou MR AUCHERE françois de éducation sans frontière ??

J'espère avoir une reponse et que mon message soit publié 

merci

Ecrit par : isa | 31.08.2009

 

________________

 

Bonjour Isa,

Et vous, qu'avez-vous fait, Isa ? Monsieur AUCHERE aidait cette famille pour son intégration et il est outré comme moi de voir une famille avec des enfants mise dehors de cette façon. Vous n'avez qu'à regarder le film et les photos de l'expulsion. Que retiendront les enfants de ces scènes violentes et expéditives ? Que ce soit la Croix Rouge est encore plus révoltant, ne trouvez-vous pas ? Les associations humanitaires ne sont pas intouchables... ou alors ça devient des sectes, un groupement qui a toujours raison et détient seule la vérité. Pas touche ou on en prend plein la figure si on ose les critiquer. Avec tout le travail social qu'ils font, je trouve personnellement qu'il y a eu là un problème que j'ai voulu dénoncer dans cet article. Après, je respecte cette association puisque je suis moi-même secouriste et que je connais l'ampleur de leur travail et de leur efficacité. 

Après, me demander ce que j'ai fait pour cette famille... J'ai écrit pour elle afin de lui témoigner ma sympathie et mon intérêt, ma révolte et mon indignation, comme tout citoyen en a le droit. Beaucoup se taisent ou préfèrent penser que tout va bien dans le meilleur des mondes et que ceux qui sont expulsés "doivent sûrement avoir des choses à se reprocher". Vous dites que cette famille n'a pas respecté les règles... On peut trouver d'autres solutions en sachant aussi qu'il y a des enfants dans cette situation. 

De plus, Isa, si vous lisez tous mes articles, j'aurais beaucoup de monde à héberger ou à protéger et j'aimerais beaucoup pouvoir le faire (que ce soit des familles expulsées de leur logement ou du territoire français) mais il faudrait que je crée une fondation et que j'ai un minimum de moyens. Je lance donc appel à mécène pour financer un logement plus grand afin de faire de l'accueil et de l'hébergement de personnes en difficulté. Car pour l'instant, je m'occupe de trois enfants dont deux que j'ai retiré d'orphelinats, l'un roumain et l'autre béninois. Dans mon modeste appartement, je pourrais loger en dépannage trois personnes, voire quatre... si une association a besoin de mon aide. Je lance d'ailleurs cette proposition au Réseau d'Éducation Sans Frontières. Et si cette famille d'Orléans veut venir à Grenoble en attendant d'avoir mieux, c'est possible. 

Vous voyez Isa... Votre message est publié et vous avez une réponse de ma part. J'aurais grand plaisir à vous relire et je vous adresse mes meilleures salutations, en espérant avoir des nouvelles de cette famille et de ces enfants qui doivent être dans le plus grand désarroi quand d'autres préparent paisiblement leur rentrée. 

Chloé LAROCHE

Ecrit par : Chloé Laroche | 31.08.2009

 

______________________________

 

bonjour Chloé

Je fais partie de pas mal d'associations , c'est pour celà que ma réaction est sans doute violente . Plus on en fait et plus c'est un dû pour certains (heureusement ils sont minoritaire a penser ainsi). Ce qui me deplait dans l'article c'est la mauvaise foi du journaliste ,de la famille et de éduc sans frontiere qui font passé une association de plus en citant des personnes d'inhumain alors que cette famille a eu des avertissements et ils y a eu des plaintes envers eux .
La croix rouge ou autres organisme n'ont aucun interet d'expulsé cette famille sans raison.
Il y a des regles a respecter surtout dans la structure que l'on voit dans le reportage .
Saviez vous que la pmi sur demande de voisin est venu constater si les enfants n'étaient pas martyrisés tellement ils hurlaient.
Sur la photo je vois des personnes qui ramassent des affaires et un enfant assis sur un fauteuil bien sagement ( pas du tout traumatisé mais plutot comme du déjà vecu, hélas!!!)
Je sais que les photos sont souvent mal interprété ou bien souvent déformé pour mettre a sa sauce .
autres choses vous avez retiré 2 enfants de l'orphelinat pour avoir une médaille ?
Je comprends bien que toutes ses personnes ont quitté famille et pays pour des causes dure a imaginé et surtout a vivre mais faut arreter de faire croire que la france ou autres c'est mieux .
sans les associations qui sont saturé que deviennent ses personnes ???
J'espere qu'un jour vous aurez assez d'argent pour ouvrir une structure d'herbergement sans jamais refuser une seule famille surtout l'hiver !

Je pense que cette famille n'a pas eu de chance mais elle l'a eu !
Je pense que des personnes qui expulses doivent avoir du mal a géré cette situation .
Savez vous ce que devient cette famille ?

Isa

Ecrit par : isa | 31.08.2009

 

_____________________

 

Isa,

Vous devez être très proche de la situation pour en savoir autant sur les causes de l'expulsion de cette famille. Plaintes, suspicion de mauvais traitements, hurlements des enfants. Peut-être connaissez-vous la personne qui a opéré l'expulsion ? Est-ce qu'elle dort bien ? N'y avait-il pas d'autres moyens ? Cette famille vivait dans combien de mètres carré à deux adultes plus quatre enfants ? Par quelles soufrances antérieures sont-ils passés ? Quelles batailles cette famille a dû mener pour s'intégrer en France ? Comment pouvez-vous juger si rapidement ? 

On juge l'arbre à ses fruits. Ce que je vois, c'est l'effort de certaines personnes comme Mr Auchere, du Réseau d'Éducation sans Frontières, envolés d'un coup de balai.

Ce que je vois, ce sont quatre enfants qui ont été expulsés de leur logement. Ils ont vécu dans la rue depuis, après un hébergement d'urgence de huit nuits, et qui sait où ils sont à cette heure ?

Votre solution me parait visiblement toute trouvée : ces enfants vont être placés pour être épargnés de "mauvais traitements". Ils vont grandir dans des familles "honorables" et ne verront peut-être plus leurs parents, étrangers à ce pays, étrangers à leurs enfants, étrangers à ceux qui ont grandi ici et qui ne voient pas d'un bon oeil arriver des africains.

Vous aidez, vous faites partie de plein d'associations et vous arrivez à tenir certains propos qui me font penser au Front National.

Vous me demandez si je veux une "médaille"... Non merci. Je vous parlais de mon action pour répondre à votre défi, pour vous dire ce que je fais de mes mains et avec mon coeur.

Une dernière chose, avant de juger cette famille, je vous conseille de marcher dans leurs mocassins durant un mois, c'est-à-dire de prendre durant un mois leur destin tout entier, les mètres carré où ils vivaient, la pauvreté dans laquelle ils étaient, les difficultés de toutes sortes durant leur parcours en France... et après, on pourra reparler.

Et si cette famille m'entend, la famille OGELE, qu'elle sache que je pense très fort à elle et à ces quatre enfants, balottés par la vie. Je souhaite qu'une solution soit trouvée pour qu'ils puissent vivre dans un logement adapté à six personnes et qu'ils puissent grandir sans la peur au ventre.

Cordialement,

Chloé LAROCHE

PS : Quand vous parlez de "mauvaise foi du journaliste", vous parlez de quel journaliste ?

Ecrit par : Chloé Laroche | 31.08.2009

 

_________________________________________

Chloé

Effectivement je connais des associations pour en avoir fait partie qui brassent beaucoup de parole et de vents mais le pire dans tout cela elles sont persuadés d'avoir agi . Là voyez vous et ce n'est que mon point vue ,il n'y a rien de pire que de faire croire ou espéré a une famille que tous va s'arranger grâce a son association ! pour moi c'est prendre les gens pour des cons.

Ce que je veux dire c'est qu'a part la croix rouge qui a donner un toit a cette famille ? 

Les autres assos savaient que la famille Ogele allait etre expulsé !!!! Qu'ont elles fait pour eux ???? une montagne d'oreiller et de couvertures devant la prefecture , franchement Chloé c'est facile de raler et de brasser du vent .

Quitter son pays je sais que s'est tres difficile a supporter car l'exclusion est des 2 pays.

Je m'inquiete autant que vous de cette famille mais je n'ai pas la solution helas pour eux et pour tant d'autres . je parle comme une personne réaliste et non comme le FN car pour vous dire ce que l'on pense doit forcement faire parti du FN ou AUTRES.

Je pense aussi aux personnes qui font parti d'une assos et qui sont obligé de mettre une famille dehors la decision est dure .

Voyez vous je ne choisis pas de clan ,je pense a toutes ses personnes.

les famille vivent dans quelques metre carré grace a la croix rouge ( je le precise car je ne connais pas d'autres assos pour hébergé 100 familles).Mais n'oublions pas quelles ont un toit toutes ses familles , voilà ce que je retient .
La famille Ogele a eu cette chance d'avoir un toit certes avec des règles mais pour hébergés 100 familles il faut imposer des règles surtout dans une structure ou tant de culture se mélange,qu'en pensez vous ??

quand je parle de la mauvaise foi du journaliste ,c'est du journalisme que je fait allusion car le présentateur ne fait que répéter ce qui est écrit . ce que je reproche c'est qu'il n'y a pas tous le monde d'interroger pendant le reportage (voisins extérieur , voisins de structure, Pmi,Dass,ect..... parler moins de 3 minutes dans un journal pour essayer d'expliquer des mois de galère. 
Savez vous que la famille Ogele a déjà été expulsé d'une autre structure avant que la croix rouge les accueille. (je ne pense pas que vous sachiez grand chose sur cette famille ) 

Voilà ce que je voulais dire aider les personnes c'est très bien et tant que je peux le faire je vais etre sur le terrain mais faut arrêter de dire des conneries sur les assos qui font des choses et même si on ne fait pas bien un jour ,on fera mieux le lendemain .c'est ce que je pense chère Chloé .

posez vous les bonnes questions et le pourquoi du comment et surtout que faire quand on peut sinon on brasse du vent .

bonne journée

Ecrit par : isa | 01.09.2009

 

_____________________________________

 

Merci Isa.

Quand je vous lis, je me dis que finalement, il n'y a pas d'espoir pour certaines trajectoires, certains destins. Expulsés, ré-expulsés... exclus, renvoyés, sans racines, déchirés, bientôt démembrés de leurs enfants peut-être... Le train est en route et même les associations qui aident rebroussent chemin devant l'inéluctable.

Ce que je souhaite, c'est juste que les enfants de cette famille soient sortis de cette galère, de cette destinée sans issu.

Juste qu'ils puissent vivre une vie comme tous les enfants.

Malheureusement, je sais trop que quand on est enfant, on fait partie d'une famille et qu'on subit la destinée de cette famille et les aléas de ses parents.

Alors je vais dire une chose : soit ces quatre enfants subissent des mauvais traitements et ils doivent être sortis de là, soit ils n'en subissent pas et la rumeur est terrible.

Cordialement,

Chloé Laroche

Ecrit par : Chloé Laroche | 01.09.2009

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu