Avertir le modérateur

22/12/2010

Ma nouvelle : "Le Baiser du Pasteur". Rencontre de deux croyants, une mère endeuillée qui croit en Marie avec un pasteur protestant. Du désir de vivre, de l'envie d'aimer, de l'envie de vie.

SI UN ÉDITEUR LISAIT CE TEXTE ET CE BLOG ET QU'IL AIT L'IDÉE DE RÉÉDITER CET OUVRAGE ET CES TEXTES, MERCI DE CONTACTER L'AUTEUR DU BLOG... QUI RECHERCHE UN ÉDITEUR POUR PLUSIEURS LIVRES... chloe.email@laposte.net. Merci d'avance !

Cette nouvelle est la huitième du livre de Chloé LAROCHE : "les Semences de l'Après-Vie"_______________________________

 

 

u10060941.jpgLE

BAISER

DU

PASTEUR

 

 

 

____________ Nouvelle n° 8 de Chloé LAROCHEk0071838.jpgu17724221.jpg


CE TEXTE EST PROTÉGÉ ET TOUS DROITS RÉSERVÉS




Accueille la Vie
Comme un bouquet de roses
Cueillies en Mère934835.jpg

(Haïku de Chloé L)

 

“Un ange nous a pris par la main, vous et moi.
Nous sommes ainsi fixés
ensemble, l’un tout contre l’autre.
Seul un ange entre nous.”

Tobias Palmer : “Un ange auprès de moi”






C’était une Maman triste ; elle allait souvent à la messe et ses larmes coulaient dans le sang du Seigneur.

Son martyr était là, cruel, insensé...

Quel était le sens de la mort de sa fille ? Elle venait d’avoir seize ans, sa fille, et aujourd’hui elle était morte... morte renversée par une voiture... une voiture qui avait bu. Un chauffeur qui avait cru pouvoir conduire en noyant le monde dans l’alcool !NVS3491.jpg

Cette femme s’appelait Princesse et aujourd’hui elle avait envie de mourir ; en fait, elle n’avait pas vraiment envie de mourir mais plutôt de retrouver sa fille dans le monde où elle était... Sa détresse était si intense, même au bout de deux ans ! Ses larmes faisaient des rivières rejoignant la mer de tous les parents orphelins.

b11705.jpgPrincesse savait pourtant que sa fille était près de Dieu et qu’un jour elle la retrouverait ; mais elle souffrait tant que parfois elle faisait des choses insensées.

Ce jour-là, elle ne put assister à la fin de la messe... Elle était trop perturbée intérieurement ; elle sortit de l’église et chercha son véhicule. Mais elle ne se rappelait plus où il était garée ; en fait, elle ne connaissait pas la ville où elle se trouvait !

En effet, le matin même, elle avait pris sa voiture et roulé près de deux cent kilomètres, sans s’arrêter ; souvent elle partait, loin des siens, loin de ses amis, loin de tout. Partir, c’était alors comme mourir un peu... Elle avait l’impression ainsi de vivre une petite mort et de retrouver un peu sa fille dans cet ailleurs, dans cet inconnu sans frontières, dans ce départ renouvelé.GS212076.jpg

Princesse cherchait donc sa voiture ; dans sa quête, elle aperçut une autre église, une église au toit étrange, et se sentit attirée vers l’intérieur. Elle entra dans cette maison de Dieu ; un jeune officiant était là et l’accueillit.

“Que puis-je faire pour vous, Madame ?
-Mon père, je souffre tant. On m’a arraché mon âme, ma fille chérie est morte !...
-Madame, Dieu nous envoie les épreuves qu’on peut supporter... Vous avez sûrement beaucoup de force et Dieu le sait !
-Qu’en savez-vous... si j’ai assez de force pour supporter ce que je supporte ? Personne ne sait... Bénissez-moi, mon père, cela m’aidera à poursuivre mon chemin.”

u18909557.jpgA ces mots, l’homme d’église la saisit à plein bras et posa un baiser sur ses lèvres ; Princesse se débatit, ne comprenant rien à ce geste ; il la lâcha enfin et, la regardant avec amour, ne dit rien. La jeune femme sentit l’amour de Dieu en elle et sortit de l’église en courant ; elle venait de recevoir le baiser du Christ, ce qui n’était, semble-t-il, jamais encore arrivé à personne !

Elle venait de communier à la puissance d’amour qui bouleverse tout, qui embrase tout, qui renverse le chagrin.

C'était comme dans un rêve où la magie intérieure opère, pouvoir de renaissance et de résilience, où le prince embrasse sa princesse qui se réveille soudain d'un infini d'années endormies.u14195506.jpg

Princesse poursuivit son chemin tout en cherchant son véhicule... Or il y avait au coin de la rue une femme tzigane qui disait la bonne aventure aux passants ; elle interpela la jeune femme mais celle-ci passa son chemin, pensant en son for intérieur :

-Aujourd’hui, que pourrait-on me prédire ? J’ai tout perdu et, en même temps, le Ciel entier est soudain dans mon coeur... Les morts sont tous vivants autour de moi ! Même le Christ est vivant... sur mon front couronné par les couleurs de l’Espoir. Que pourrait bien me dire cette femme si ce n’est que les oiseaux volent dans le ciel et que les marmottes vivent dans la montagne..! Aujourd’hui, je sais tellement plus... Je sais que ma force de vie est digne de la confiance que Dieu a placée en moi.”78556-19mv.jpg

u12289498.jpgPrincesse retrouva enfin sa voiture et, pour la première fois, prit la route sur laquelle sa fille avait été renversée ; elle s’arrêta à l’endroit de sa mort et cria vers le ciel :

-Parfois, c’est vrai, je doute de l’existence d’une vie après la mort, je me laisse envahir par des pensées de néant, de destruction et de vide absolu, je ne sais plus si ma fille est vivante près de Vous... Je me condamne à ne plus vivre, à ne plus aimer comme une femme, à ne plus ressentir de vie dans mon corps...! L’acte de ce prêtre a servi à me sortir de mon état de choc et à voir la réalité en face... La preuve est que je suis venue en ce lieu du décès de ma fille, chose que je n’avais jamais pu faire jusqu’à présent ! Ne punissez pas ce prêtre pour son geste... S’il Vous plaît, jugez-le seulement sur son amour et sa compassion !”

C’est alors qu’un nuage se détacha des autres et forma un coeur rose entre les étoiles rendues invisibles par la lumière du jour...

Le regard de Princesse se posa sur un morceau de parchemin... glissé sous les essuie-glaces de sa voiture ; les paroles suivantes y étaient gravées en lettres blanches :

Lorsque nous mourrons, nos actes seront jugés selon les critères de l’Amour et non selon nos critères de sentiments coupables.

Le mot était signé :
Un pasteur qui vous aime.k1319768.jpg

Princesse rougit en lisant les mots “qui vous aime” . Elle pensa :

-Il est donc pasteur..! Les pasteurs peuvent se marier et avoir des enfants. Personne ne les empêche d’aimer et d’épouser une femme... Dieu a créé l’homme et la femme ; il a créé l’Amour ; il a créé l’Acte d’amour et seul cet acte permet de faire venir une âme sur la Terre ! Il n’y a rien de plus beau que l’union d’un homme et d’une femme ; c’est comme si le Ciel et la Terre s’embrassaient ; c’est comme si l’Univers entier communiait à l’Amour de Dieu. Salir l’amour ou le condamner est un blasphème contre Dieu car Dieu est seul Créateur ; il a créé l’amour et l’union sacrée entre l’homme et la femme.”

k0441657.jpgToute à ses pensées, Princesse n’avait pas remarqué qu’un petit lapin s’était approché d’elle ; il était blanc et semblait perdu. Il commença à grignoter les lacets des chaussures féminines. “Un lapin, s’écria la jeune femme. Que fais-tu là ? Serais-tu un signe de ma fille Ambre, qui est morte à cet endroit ? Je l’appelais souvent Angora, car elle était tendre et douce ; elle avait la lumière fragile qui traverse le lapin. Viens avec moi, petit animal, je vais te porter à quelqu’un, quelque part où tu seras bien.”RBF00066.jpg

Princesse monta dans sa voiture et prit la route de l’église où se trouvait le pasteur qui l’avait embrassée. Celui-ci l’attendait sur le seuil de sa demeure sacrée.

-Je n’ai cessé de penser à vous... Je suis désolé pour le baiser que je vous ai donné... Pardonnez-moi ! Je n’aurais pas dû... Je vous ai bouleversée !”k1749146.jpg

La jeune femme sourit et lui tendit le lapin ; mais celui-ci s’échappa avec promptitude et détala vers un parc, un jardin public proche de l’église protestante ; Princesse courut pour le rattraper, suivie par Ambroise, le pasteur.

Ils retrouvèrent l’animal immaculé blotti sous une statue de la Vierge en larmes ; tous deux se sentirent soulagés. Ambroise prit alors doucement la main de la mère orpheline et lui dit :

-Epousez-moi ! Vous serez heureuse avec moi. Ne refusez pas le bonheur au sein de votre douleur. ”

La jeune femme le regarda un long moment et s’agenouilla devant le pasteur surpris en s’adressant à lui en ces termes :

-Marie a perdu son fils Jésus comme j’ai perdu ma fille Ambre ; Elle comprend ma souffrance car Elle l’a vécue. Comment pourrais-je fréquenter, aimer un homme qui n’accepte pas Marie dans sa religion, qui n’accepte pas les larmes d’une Mère qui a perdu son Fils sacrifié à l’Humanité. Comment le pourrais-je ?”

pe0001159.jpgAmbroise s’agenouilla près d’elle et lui répondit avec sérénité :

-Vous savez, l’Amour peut tout. C’est vrai, je vous aime... aussi j’apprendrai à aimer et à connaître Marie à travers vous. J’aimerai la Mère du Christ et Elle m’apprendra les larmes de la Compassion versées sur le monde ; elle m’apprendra l’abnégation et le renoncement ; elle m’enseignera le dépassement de la souffrance par le don de mes larmes à ceux qui souffrent comme moi sur la Terre ; aujourd’hui, je suis atteint par le virus du sida, que j’ai contracté au cours d’une transfusion de sang après un accident de voiture ; je me bats pour vivre, je me battrai pour vous, en partageant ma vie avec vous, Princesse, et Marie me soutiendra dans l’offrande de mon épreuve au monde souffrant. Acceptez-vous de m’épouser, Soleil de mon âme ?k0111843.jpg

-Oui ! répondit la jeune femme. Je vous donne ma main et mes lendemains pour que nos vies soient le don de l’Espoir à l’Amour de Dieu. Nous vivrons jusqu’au bout de nos larmes et Marie les transformera en roses pour qu’une pluie bénite tombe sur tous les malades du sida et sur tous les endeuillés de la Terre.”

Les yeux de la statue s’étaient tournés vers eux mais ils ne le remarquèrent pas car leurs propres iris étaient enlacés dans la Joie de Dieu ; le lapin sauta sur les genoux de Princesse et se blottit sur son coeur.pe0001200.jpg

Ambre souriait dans le Ciel et fit tomber quelques gouttes de rosée sur l’aurore de la nouvelle vie de sa mère aimante.k1738086.jpg

 

Chloé LAROCHE

 

___________________________________________________________________________


k0981796.jpgVotre vie d’humain
Est une rose blanche
Que Dieu protège

 

(HAÏKU DE CHLOÉ L)

 

________________________ Ce texte est protégé et ne doit pas être recopié ou utilisé sans l'accord de l'auteur.

Ouvrage déposé. ______________

"Les Semences de l'Après-vie" est l'ouvrage inspiré par l'amour infini que porte Chloé Laroche à sa fille Océana, envolée à l'âge de deux ans et demi vers l'Au-Delà. Elle a écrit 13 nouvelles dans ce livre qu'on ne trouve plus dans le commerce. C'est pour cela que Chloé a choisi de partager avec vous ces 13 nouvelles dans ses 13 prochains articles, ici sur son blog.... "Je souhaite par ce livre donner force et courage à toutes les personnes endeuillées et leur dire que la mort n'est pas véritable séparation ni trou noir du néant ; les êtres aimés disparus sont unis à nous pour la vie... qui ne finit pas." (extrait de la 4ème de couverture du livre de Chloé Laroche)______________________________________

cri12005.jpgLes photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits (Banque de Photographies et de Séquences Vidéos Libres de Droits Images).

u16145515.jpg

07/08/2008

Dieu seul le sait mais nous aussi. Pauvreté et solidarité, avec ATD Quart Monde, l'Abbé Pierre et Coluche. Poème contre les Négationnistes. Poème "Sidéens, femmes et divorcés".

Ces poèmes sont extraits de l'ouvrage de Chloé Laroche, édité en 2000 : "Soleil d'amour Soleil de Colère" -ISBN : 2-9516004-0-2, aux éditions L'Âme du Ciel.

 

PANTOUM POUR L'ABBÉ PIERRE ET COLUCHE________________1231960303.jpg




À toi l’Abbé Pierre qui fit jaillir ces mots :
“Servir premier le plus souffrant” même avant soi
À toi Coluche pour qui Pierre est un héros
Voici ce qu’un jour tu lui dis : “Eh ben voilà”


“Servir premier le plus souffrant” même avant soi
L’Abbé nous y invite avec ses chiffonniers
Voici ce qu’un jour tu lui dis : “Eh ben voilà”
Lui offrant un chèque de solidarité


L’Abbé nous y invite avec ses chiffonniers
Ils vivent si pauvres pour donner le bonheur
Lui offrant un chèque de solidarité
Tu lui fis un clin d’âme des Restos du Coeur


Ils vivent si pauvres pour donner le bonheur
Dans l’immense toit d’Emmaüs né pour l’Amour
Tu lui fis un clin d’âme des Restos du Coeur
Tous les deux vous resterez en nous pour toujours


Dans l’immense toit d’Emmaüs né pour l’Amour
La mort n’existe plus car la vie nous gagne
Tous les deux vous resterez en nous pour toujours
Car grâce à vous l’indifférence est au bagne

Janvier 1993____________________________________________________64888910.jpg

 

 

ODE POUR LES PAUVRES___________________

En hommage au Père Joseph Wresinski,
fondateur du Mouvement ATD Quart-Monde




La dignité n’est pas le privilège des riches
Dans le Quart-Monde hommes et femmes marchent debout
Surtout ne me soutenez pas que les pauvres trichent
Ou alors essayez de vivre avec eux sans le sou
Chez nous ils sont des milliers d’êtres à souffrir de faim
Exclus et rejetés par le don du pain quotidien
Ils ont perdu leur travail, leurs enfants, tous leurs espoirs
Et très souvent ne savent ni lire ni écrire
Mais ils gardent le courage d’esquiver le pire
Même si quelques uns pour fuir se mettent à boire


Tant que vivra la misère l’Homme ne peut rire
Dans notre beau pays combien d’enfants n’ont pas de jeux
Les sourires de leurs parents sont rougis de soupirs
À Noël mille tristes larmes emplissent leurs yeux
Puissent ceux qui possèdent donner à ceux qui n’ont rien
De l’argent, des vêtements, des jouets ou un jardin
Pour qu’enfin dame Solidarité s’émerveille
D’avoir autant de fiers fidèles à son service
Et surtout n’attendez pas un instant plus propice
Mais donnez bien vite avant le brouillard du sommeil


Dans la rue grise les mendiants sont les baromètres
De la générosité sans fard des passants pressés
Qui saura entrouvrir assez grande sa fenêtre
Pour accueillir cette femme assise avec son bébé ?
Le confort, le luxe et l’argent seraient-ils si jaloux
Pour susurrer qu’elle aurait peut-être en elle des poux
Ce ne sont que prétextes de gens lâches et sans coeur
Pensez au lendemain : ces âmes seules dans le froid
Ne laissez pas s’éteindre leur étincelle de joie
Qui au feu d’un foyer leur rendrait un nouveau bonheur


Joseph disait que “la misère est l’oeuvre des hommes”
Il ajoutait : “Seuls les hommes peuvent la détruire”
Aujourd’hui l’indigence a reperdu de ses formes
Le Mouvement d’Aide à Toute Détresse la fait fuir
Depuis déjà trente-cinq ans que ce groupe a surgi
Grâce à toi qui te nommais père Joseph Wresinski
La misère est toujours là mais des hommes se battent
Pour dire qu’elle existe et pour la faire reculer
Si chacun les aide elle devra rendre les clés
Qu’elle a volées aux tristes sans-logis... échec et mat !




Janvier 1993  64888910.jpg____________________________________________________________________________________




MORTS EN ALGÉRIE____________2 août 1996

Dédié à  Monseigneur Claverie




Mort à Oran
Mort en priant
Tu étais de ceux
De la colère de Dieu

L’humanité blessée
N’oubliera pas ton feu
Les étoiles versent les larmes
Qui naissent du sang qui coule

Tu te nommais Pierre
Évêque en Algérie
Et tu maudissais la guerre
Que livre la horde sauvage

Cette horde criminelle
Qui tua sept de nos frères
Moines éperdus de prières
Âmes folles de Dieu

Mais Dieu est grand
Car Il est Allah
Il est Jéhovah
Yahvé tout-puissant

Sa colère doit être grande
Devant la foi qui tue
Il n’aime que l’Amour
Unissant tous les croyants

L’Algérie était heureuse
Lorsque je l’avais visitée
Mais aujourd’hui elle pleure
Et ses larmes coulent en chaque femme


Chaque algérienne qui se tait ou qui crie
Chaque journaliste qui vit dans la terreur
Chaque religieux qui tremble pour les siens
Chaque chauffeur qui meurt près de son Évêque

 

225582826.jpg

 

SIDÉENS, FEMMES ET DIVORCÉS________________________


(Dédié à Monseigneur Jacques Gaillot, évêque d’Évreux
et à mon amie feu Aimée Guicharet qui soutenait les sidéens)



Quand la Pierre de l’Église renia Jésus
La foi des fidèles ne s’arrêta pas là
Aujourd’hui lorsque le Sida nous met à nu
Le Pape nie l’objet empêchant le trépas
Saint-Pierre aussi avait renié Jésus trois fois
Mais son amour de Dieu fut plus fort que l’effroi
Un séropositif ne peut plus donc aimer
Puisque sans préservatif il devient tueur
Laisserez-vous des enfants perdre le bonheur
D’avoir trouvé l’amour, même contaminé ?


Quand la Pierre de l’Église renia Jésus
Marie et ses soeurs en foi ne faiblirent point
Pourtant ici encore la femme est exclue
Certains parlent du mythe d’Ève si lointain
Saint-Pierre aussi avait renié Jésus trois fois
Mais son amour de Dieu fut plus fort que l’effroi
Salomé était de la race de Judas
Pourquoi exclure les femmes donnant la vie
Pour un péché qu’elles n’ont même pas commis ?
Femmes évêques, pourquoi ne serait-ce pas ?


Quand la Pierre de l’Église renia Jésus
L’amour des coeurs les uns pour les autres croissait
Aujourd’hui deux amours successifs sont reclus
Un homme divorcé ne peut aimer après
Saint-Pierre aussi avait renié Jésus trois fois
Mais son amour de Dieu fut plus fort que l’effroi
Quelqu’un m’a dit : “L’Église sert de garde-fou”
Mais quel jeune serait assez fou pour mourir
Sur l’autel du Sida dans la foi du pire ?
Quelle femme battue peut chérir son époux ?_____________Février 1993

 

EN VÉRITÉ_______________________


“Pour ne pas oublier, il faut savoir à son tour.
Pour faire savoir, il ne faut pas accepter d’oublier.”
L’abbé Pierre




La vérité ne tue pas
C’est le silence qui tue
Mais il y a aussi des vérités
Qui tuent
Car elles font le silence
Sur les autres
Les autres vérités


En effet
La vérité n’est vraie
Que si le silence sonne faux
Car il y a des silences
Qui sont vrais
Authentique vérité
De celui qui prie
De celle qui médite
De celui qui appelle en soi
L’ultime vérité


La vérité ne tue pas
C’est le silence qui tue
L’homme qui se tait devant
Sa femme qui se tait
Chacun se terre dans sa vérité
Sans chercher à partager
Ses quatre vérités
Honnêtement
Avec l’autre sincèrement


La vérité est tue
Et les mensonges naissent
Toute honte bue
Le silence tue
La vérité qui se noie
Au bord des coeurs
Assoiffés d’authentique
De cristal limpide
De franchise infinie
Terrible souffrance
Du mutisme sans fond


Mais toute vérité
N’est pas bonne à se dire
Le silence est parfois
Le tombeau de secrets
Inaccessibles à certaines vérités
Et puis il y a celles qui sont admises
Par ceux qui croient
Détenir l’unique vérité :
Celle qui peut tenir au silence
Les pires crimes contre l’Humanité
Souffrances tues
Êtres tués une seconde fois
Par la Négation de la Vérité




1996_________________________________________________Poème dédié aux déportés victimes
du Nazisme, envoyé
aux Négationnistes

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu