Avertir le modérateur

02/02/2010

Il faut qu'on se bouge. Pour des jeunes gens d'à peine 18 ans qui sont obligés de se cacher pour ne pas être expulsés, pour un jeune père de 23 ans, papa d'une enfant française, enfermé en vue d'expulsion... Cela suffit !

sf_n7z8427.jpgBonjour à tous et toutes,images.jpeg

Vous savez que je suis portée à défendre très souvent des personnes expulsées de France dans mon blog. Ce sont la plupart du temps des parents, très souvent des papas... qui ont leurs enfants scolarisés ici... et bien souvent nés en FRANCE !ITF025051.jpg

Dans ce que je vous présente ci-dessous à travers le communiqué reçu de RESF, le Réseau  d'Éducation sans Frontières, nous trouvons un papa de 23 ans qui est père de la petite Lola, née en 2005. Elle a le même âge que mon fils.

New_Prnt.jpgMon fils va avoir cinq ans et il a perdu son papa, décédé d'un cancer au poumon, sur la table d'opération. Il pleure son père disparu et c'est très difficile pour un enfant. Alors quand un père est vivant, soyons assez humain pour le laisser auprès de ses enfants !! Ne pas l'arracher à sa famille. Ce père est en prison, en centre de rétention pour étrangers de Marseille, et son expulsion est imminente. Il s'appelle Harrag Belhadj et vous pouvez écrire pour lui, téléphoner aussi aux numéros donnés, pour le défendre, pour éviter cette expulsion terrible pour sa famille et sa petite. Vous trouverez plus bas les coordonnées afin d'agir.imageslC9Hqt.jpeg

Que cette terre est triste des larmes des enfants arrachés à leurs parents. Quand c'est la mort, la maladie ou un tremblement de terre qui séparent et démembrent les familles, on parle de destin... mais là, on hurle : CRUAUTÉ, ACHARNEMENT, SCANDALE ABOMINABLE.

Chloé Laroche

imagesb3ZZtt.jpeg

___________________________________________________________________________________________________________________

2 février 2010___________________________ Communiqué reçu ce jour du Réseau d'Éducation sans Frontières : 


"Désavoué publiquement par les juges pour avoir arbitrairement privé de leurs droits 124 demandeurs d’asile, Eric Besson se venge sur les jeunes et les familles. Qu’importent les études en cours, les liens familiaux, la vie reconstruite. Qu’importent les droits. 

Ci-dessous quatre affaires, quatre vrais drames qui menacent la vie d’enfants ou de tout jeunes gens. Sans parler des autres, pareillement traqués et arrêtés, mais qui ont devant eux quelques jours ou semaines d’espoir. Le racolage de voix en saccageant des vies, ça suffit ! Le Ministre de la chasse à l’enfant est responsable, son président encore plus, mais il faut aussi que les hauts fonctionnaires et les moins hauts qu’on implique dans ces affaires honteuses prennent leurs responsabilités. Et qu’on les mette face à elles. Poliment, sans diffamation, mais fermement. Mails, fax, téléphone, tout est bon pour faire savoir ce qui se passe vraiment."

___________________________________________________________________________________________________________________


Ministre de l’Immigration :

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr

Secrétaire général : stephane.fratacci@iminidco.gouv.fr

fax : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00

Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr

Matignon :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

Et là où se prennent les décisions

Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

___________________________________________________________________________________________________________________



Les coordonnées des préfectures concernées se trouvent après chaque situation décrite.

1/ Expulsion programmée pour jeudi de Salima Boulazhar, 18 ans, sa sœur jumelle Salma, forcée de se cacher :

Salma et Salima, deux sœurs jumelles marocaines de 18 ans, venues en France à 13 ans, confiées par kafala (acte de prise en charge) à leur tante résidente en France quand leur grand-mère qui les élevait décède. Or la France ne reconnaît pas la kafala et comme l’adoption est impossible en droit marocain, les démarches de régularisation sont rendues difficiles. Elles font toute leur scolarité à Clermont-Ferrand : Collège La Charme, Collège Gérard Philippe, Lycée Camille Claudel, Lycée Marie Laurencin. Salima - cette année- est en apprentissage à l'Institut des métiers de Clermont-Ferrand.

Une demande de titre déposée avant leur majorité a été refusée par courrier du 27 Juillet. Après 7 mois de silence de la préfecture, le 19 janvier, les policiers sont venus chez leur tante, ont emmené Salima et l’ont conduite au centre de rétention de Lyon.

Salma a échappé à l’arrestation. Elle était alors hospitalisée, angoissée et dépressive depuis l’annonce du refus de séjour. Depuis elle se cache. Le juge des libertés a décidé de prolonger de 15 jours la détention de Salima. Nous savons que cela accorde 15 jours aux autorités pour obtenir « l’accord de réadmission » de Salima de la part des autorités marocaines. Tous ces établissements y compris se mobilisent pour elles, vendredi plus de 150 personnes se mobilisaient avec des élus devant la préfecture de Clermont Ferrand.

Malgré ce soutien, le préfet de région (qui n’est autre que l’ancien secrétaire général d’Hortefeux quand il était ministre de la rafle et du drapeau !) n’en démord pas : pas d’adoption, pas de papier. L’expulsion de Salima est programmée pour le 4/02/2010 à 9h.



Patrick STEFANINI Préfet de la région AUVERGNE

patrick.stefanini@puy-de-dome.pref.gouv.fr
Directeur du cabinet : fabien.masson@puy-de-dome.pref.gouv.fr

Chef des services administratifs du cabinet : david.besson@puy-de-dome.pref.gouv.fr

Préfecture du Puy de Dôme 18, Bd Desaix - 63033 CLERMONT-FERRAND CEDEX 01

Tél. : 04 73 98 63 63 Télécopie : 04 73 98 61 00

www.auvergne.pref.gouv.fr
public@puy-de-dome.pref.gouv.fr

Et aujourd'hui Youssouf un lycéen de 21 ans du LP Camille Claudel à Clermont-Ferrand a été arrêté près de chez lui en rentrant du lycée. Il doit être conduit au CRA de Lyon.

___________________________________________________________________________________________________________________



3/ Expulsion imminente pour Harrag Belhadj, 23 ans, détenu au Centre de rétention du Canet à Marseille, père d’une enfant française :  

Il est papa de la petite Lola, née en 2005, de nationalité française. Il vit avec la maman et le premier enfant de celle-ci. Il contribue aux besoins et aux soins des deux enfants.

Harrag est arrivé en 2005 de manière régulière pour rejoindre son père séjournant en France depuis 2001 et détenteur d’une carte de séjour de 10 ans. C’est en novembre dernier que la préfecture a refusé de prolonger son séjour. Il a un jeune frère de 14 ans scolarisé dans un collège de Marseille.

Durant son séjour, il a mis tout en oeuvre pour construire sa vie professionnelle. Il a obtenu deux CAP, l’un d’Informatique à l’EMO à St Joseph et l’autre en Électricité bâtiment et industrielle à Angoulême. Il est également certifié d’une formation en tant qu’agent de sécurité et a travaillé 6 mois dans ce secteur. L’expulsion est imminente (peut-être aujourd'hui mardi ).



Préfet Michel SAPPIN michel.sappin@bouches-du-rhone.pref.gouv.fr


Cabinet du Préfet cabinet@bouches-du-rhone.pref.gouv.fr


Secrétariat Général : Tel 04 91 15 64 90 / Fax : 04 91 15 62 10


Standard préfecture : Tel 04 91 15 60 00 - Fax 04 91 15 60 70

___________________________________________________________________________________________________________________



3/ Lahouari CHALI, père de famille algérien, en rétention au CRA de Palaiseau (91) :

Arrêté à Gennevilliers le 26 janvier 2010, lors d'un contrôle d'identité, Lahouari CHALI a été placé dans la prison administrative pour étrangers de Palaiseau.

Lahouari CHALI est entré en France le 5 mai 2004 en compagnie de sa femme et de leur fils aîné. Yacine, 6 ans, né en Algérie, est scolarisé en CP, à Paris 18ème. Sa sœur Rachida Farah, 5 ans, est née à Paris, elle est en en moyenne section à l'école maternelle André Del Sarte dans le 18e.

Le père de M. Chali vit en France ainsi que la mère, les deux demi-frères et la demi-soeur de sa femme, tous en situation régulière. Le 1er février, rejet du recours au Tribunal administratif. La machine à expulser est en marche.

Récemment deux retenus du CRA de Palaiseau ont tenté de mettre fin à leurs jours pour échapper à l’expulsion : tentative de pendaison, grève de la faim, vis avalées. Pas même une nuit entre l’hôpital à l’aéroport, et à l’arrivée à Tunis, la prison pour ce père de famille.



Patrick Strzoda - Préfet des Hauts-de-Seine (92) :

patrick.strzoda@hauts-de-seine.pref.gouv.fr

Secrétaire Général :

didier.montchamp@hauts-de-seine.pref.gouv.fr

Directrice de cabinet :

josiane.chevalier@hauts-de-seine.pref.gouv.fr

N° Fax du Préfet : 01 47 25 21 21 - 01 40 97 27 92

___________________________________________________________________________________________________________________



4/ 12 ans d’errance, ça n’est pas assez ! Nouvelle menace d’expulsion pour un père rom d’Evreux :

Mehmet OMEROVIC a été arrêté à Evreux le 29 janvier 2010, mis en garde à vue au motif d'un retard dans les formalités de mise à jour de son permis de conduire, et placé le 30 janvier en rétention au Centre de Rétention Administrative (CRA) de Oissel.

12 années d’errance, de souffrances et d’humiliations pour cette famille de cinq enfants ! Originaires de Bosnie, les Omérovic ont vécu, depuis 1992, tous les drames du conflit entre Serbes et Bosniaques. Accablés par les persécutions de tous ordres, parce qu’ils sont aussi roms et musulmans, privés du droit de travailler, de se loger, de se soigner, d’éduquer leurs enfants, ils ont fui leur pays une première fois pour demander l’asile en Allemagne en 1997. Déboutés, de leur demande, ils retournent en Bosnie, mais subissent à nouveau persécutions et privations de droits élémentaires. Ils tentent alors leur chance en France en 2005, où leur demande d’asile échoue également. Renvoyés de force en Bosnie, ils retrouvent la même situation et survivent grâce à des moyens de fortune. Nouvelle errance vers la France où ils sont arrivés en janvier 2009. Ils déposent une demande de titre de séjour auprès de la Préfecture d’Evreux, s’appuyant sur les dispositions légales en vigueur relatives à la préservation de la vie privée et familiale. Leur demande est rejetée en septembre 2009, rejet assorti d’une Obligation de Quitter le Territoire (OQTF). Un recours a été déposé par leur avocat auprès du Tribunal Administratif, et leur audience doit avoir lieu dès ce mois de février.

Soutenue depuis plus d’un an par divers intervenants sociaux et associations impliqués dans le soutien aux migrants en situation de détresse, la famille Omérovic pouvait encore, jusqu’à l’arrestation, espérer que l’Etat français prendrait en considération sa situation exceptionnelle et lui fournirait enfin la possibilité de se reconstruire. Ce père est aujourd’hui en très grand danger d’expulsion et la famille martyrisée une nouvelle fois.

Préfète de l’Eure : Fabienne BUCCIO : fabienne.buccio@eure.pref.gouv.fr

Préfecture : Bd. G. Chauvin 27022 EVREUX CEDEX Tél. : 02 32 78 27 27
Télécopie : 02 32 38 24 15 www.eure.pref.gouv.fr

___________________________________________________________________________________________________________________

25/01/2010

Une maman pleure ses deux enfants de 3 et 6 ans retenus en Tunisie. L'aîné se tape la tête contre les murs et le second réclame sa maman. Comment les gouvernements tolèrent-ils cela au bout de plusieurs mois ? Je soutiens Sabine BRUTO. Pétition en cours.

imagesVWLjBU.jpegBonsoir à tous et toutes,

J'ai été très touchée par le drame et l'appel au secours d'une maman désespérée, Sabine BRUTO.

Elle pleure ses deux garçons de 3 et 6 ans, qui sont retenus par leur père en Tunisie.

Les enfants souffrent aussi de cette situation, l'aîné se tapant la tête contre les murs.images4rOa3V.jpeg

Des enfants de cet âge ont besoin de leur mère. Ils ont besoin de sa tendresse, de sa présence, de son amour.

Une pétition a été créée pour elle et je vous invite à aller la signer sur le lien suivant :

http://www.mesopinions.com/detail-petition.php?ID_PETITION=1dcab0f6ec3be32d2a0ef6fa1bc67e49

imagesjVF8z4.jpegJe souhaite aussi vous faire partager l'article tiré du site de Top-alerte.com, écrit par Lorène Russell et donné ci-après.

Que Sabine garde le courage de se battre car tout cela est long et peut amener au désespoir.629941_10549046-o.gif

Je lui donne tout mon soutien et j'invite le père de ses enfants à les faire revenir en France, dans leur intérêt.

Chloé Laroche

 

___________________________________________________________________________

"Il est urgent de médiatiser cette affaire pour faire libérer deux enfants français qui n’ont pas pu faire leur rentrée scolaire en France, le 2 septembre 2009, et enrayer la tentative d’aliénation parentale en cours."

COMMUNIQUE DE PRESSE du 6 novembre 2009 sur http://www.top-alerte.com :

"Sabine BRUTO et R.H. se sont mariés à FONTENAY-SOUS- BOIS le 15 janvier 2005. Deux enfants sont nés de cette union : imagesKPQw5r.jpeg

- Adam, le 12 septembre 2003 à Saint Maurice (94), - Alexandre, le 29 septembre 2006 à Saint Maurice (94).

Après avoir vécu quelques temps en TUNISIE, Sabine BRUTO est revenue vivre en France avec Adam (enceinte d’Alexandre) au mois de juillet 2006. Monsieur R.H. est resté en TUNISIE, Sabine BRUTO lui a toujours amené régulièrement les enfants pendant les vacances scolaires. Monsieur R.H. n’a jamais vécu en France.

Par requête enregistrée auprès du greffe du Tribunal de Grande Instance de CRÉTEIL (94) le 6 mai 2009, Sabine BRUTO a entamé une procédure de divorce. Les époux sont convoqués à l’audience de conciliation le 26 avril 2010. Monsieur R.H n’a pas supporté que sa femme le quitte et a décidé de se venger en prenant leurs enfants Adam (6 ans) et Alexandre (3ans) en otage.

Les enfants étaient en vacances en Tunisie, chez leur père depuis le 28 juin 2009. Sabine BRUTO devait venir les chercher le 6 août 2009. Depuis cette date, ils sont retenus de force à Djerba par leur Père qui détient leurs passeports.

C’est un enlèvement international pour lequel l’ État français est totalement concerné, les deux enfants étant français. Les violences psychologiques qu’Adam et Alexandre subissent actuellement par leur père sont intolérables pour un État de droit comme la France.

imagesN7YMqU.jpegCes enfants ont été coupés brutalement de leur famille, désocialisés, isolés, parachutés dans des écoles où ils ne comprennent pas un mot puisqu’ils parlent français, la langue de leur pays de naissance. Comment Adam peut-il apprendre à lire, écrire et compter dans de telles conditions ?

Cet enlèvement est une atteinte aux droits des enfants les plus élémentaires.

Notre pays se doit de les protéger et d’agir d’urgence pour qu’Adam et Alexandre rentrent en France et retrouvent la vie qu’ils ont toujours connue auprès de leur mère Sabine, de leur grand-mère, Brigitte Nagard.

Cela faisait trois ans et demi que Sabine vivait seule à Fontenay-sous-Bois sans aucune aide financière du père alors qu’il possède des biens et des moyens financiers importants dans son pays. Il apparaît aujourd’hui que c’était le début d’une stratégie pour isoler Sabine.

Cette mère courage a été menacée. Mu par son désir de vengeance, sans aucune considération pour ses enfants, son ex-mari a été jusqu’à lui dire qu’il avait un réseau qui le rendait intouchable et qu’il allait engager des procédures pour arriver à ce qu’il désirait allant jusqu’à préciser qu’il « paie » la police.

Il a été jusqu’à affirmer qu’il connaissait par le biais d'un amie, des gens ‘haut-placés’ en France, lui permettant par exemple de mettre Sabine et son entourage sur écoute…

Il a effectivement engagé une procédure pour obtenir la garde des enfants avec un droit de visite infime pour la mère. On peut effectivement se demander jusqu’où vont ses relations puisque qu’il a obtenu la garde provisoire, vendredi dernier ?

On peut également se demander comment l’ État français n’a-t-il pas encore réagi pour permettre à ces deux enfants, citoyens français d’être libérés de cette séquestration arbitraire.

Sabine, a réussi à rester auprès de ses enfants en Tunisie jusqu’au procès, qu’en sera-t-il désormais. Toute sa vie est en France : travail, logement, famille. Son ex-mari a organisé en Tunisie son total isolement sous forme de séquestration organisée pour l’entraîner vers un épuisement physique et mental plus où moins rapide sans parler des insultes et menaces de mort devant les enfants.

Le père manipule et menace Adam. Il lui confie des ‘secrets’. Il lui dit que s’il rentre à Paris avec sa maman, il ne verra plus son papa… Il le culpabilise et cultive son syndrome de l’abandon.

En présence d’un témoin, Adam a été contraint pas son père de dormir sur une serviette sale, lui disant que c’était la faute de sa maman s’il devait dormir sur le sol…

Il apparaît clairement dans ce dossier que le père œuvre uniquement par vengeance et qu’il mettra tout en œuvre pour exclure leur mère de leur vie.

Le terrorisme psychologique que Sabine BRUTO et ses enfants subissent, sera lourd de conséquences pour le devenir des enfants, si la France n’agit pas rapidement.images4Akpkn.jpeg

R.H. se sent intouchable et apparemment, il l’est ! Lors d’une des audiences, Sabine BRUTO n’a pas eu le droit à la parole. Monsieur R.H. s’est exprimé pour sa part à sa convenance, en arabe (Sabine Bruto ne parlant pas arabe…) L’avocate n’était pas présente.

Le juge s’est déclaré incompétent et conseille de saisir le Juge aux affaires familiales.

Étant donné la gravité et l’urgence de la situation, les enfants étant retenus contre leur gré en TUNISIE par Monsieur R.H., une procédure de référé avait été déclenchée en FRANCE afin qu’il soit statué sur les modalités d’exercice de l’autorité parentale. L’audience, devant avoir lieu en avril 2010, a été ramenée au 1er décembre 2009.

De son côté Monsieur R.H. a déclenché une procédure de divorce en Tunisie en date du 29 août 2009 alors même que les enfants étaient sous le coup de l’enlèvement et donc interdits de rentrer en France.

Par ailleurs il faut préciser que Sabine Bruto avait saisi en France, le Juge aux affaires familiales le 6 mai 2009, le mariage ayant été célébré en France, donc le magistrat tunisien aurait du se déclarer incompétent. Une audience de conciliation a eu lieu le 23 septembre, à laquelle Sabine ne s’est pas présentée sur les conseils de ses avocats, au regard de l’illégalité de la procédure.

Lors de cette audience et comme je vous le disais précédemment, le père a obtenu la garde provisoire avec pour Sabine, un droit de visite de 1 journée tous les quinze jours. A aucun moment, le magistrat n’a demandé des preuves sur la véracité des arguments du père.

Les enfants sont aujourd’hui totalement sous l’emprise de leur père et sont déjà confrontés à un processus dans lequel il a commencé à les programmer pour qu’ils haïssent leur mère sans que ce ne soit justifié. Ce processus porte un nom : aliénation parentale et les conséquences pour Alexandre et Adam ainsi que leur mère, parent victime, peuvent rapidement devenir dramatiques.

Le syndrome d’aliénation parentale a été mis en lumière par le psychiatre Richard Gardner. Il se manifeste en général chez la mère, toutefois, le cas se présente chez des pères aveuglés par la vengeance ou dans des cultures où la femme n’a traditionnellement aucun droit tangible.

C’est actuellement la situation vécue par Sabine BRUTO sur les deux plans !

imagesG2m87d.jpegJ’espère que vous serez sensible à cette douloureuse affaire et que vous pourrez la rendre publique." 


Lorène Russell

Experte Enfance Maltraitée
Fondatrice Association l’ENFANT BLEU
Fondatrice Association ELAVIE

Vendredi 27 Novembre 2009_______________ http://www.top-alerte.com/Urgent-enlevement-d-enfants,-affaire-Sabine-Bruto-a-Fontenay-sous-Bois_a67.html


http://www.mesopinions.com/detail-petition.php?ID_PETITION=1dcab0f6ec3be32d2a0ef6fa1bc67e49

http://www.top-alerte.com/URGENT-marche-de-solidarite-pour-les-enfants-de-Sabine-BRUTO-%E2%80%8F_a149.html

http://videos.tf1.fr/jt-20h/le-combat-d-une-mere-5594494.html

01/01/2010

Mes voeux 2010 vont vers les familles dont on expulse les parents hors de France, vers le Réseau d'Éducation sans frontières, vers tous ceux qui sont seuls ou dans le deuil, vers les ambulanciers et les conducteurs, vers les enfants abandonnés...

imagesO9tXuD.jpegBonjour à tous et toutes,

HEUREUSE ANNÉE 2010...

 

Mes voeux pour 2010 vont vers les familles séparées volontairement par l’État français. Le nombre de ces familles, dont les enfants (ou l’enfant) sont parfois nés en France, est effarant. Comme vous le savez, j’écris pour faire connaître des situations de pères expulsés de France et de familles aussi, dont les enfants sont arrachés au banc de leur école française pour aller dans un pays qu'ils ne connaissent pas.arton4631.jpg

moton8.pngMes voeux vont vers les membres du Réseau d’Éducation sans Frontières, réseau invisible et immense dont je fais partie par mon blog et mes textes (voir les catégories à gauche de cet article : “Chloé défend les pères expulsés” et “Non aux expulsions et aux camps”). Mes voeux vont aussi vers la Cimade et le site des Amoureux au ban public, lequel défend des couples interdits d’amour... car l’homme ou la femme sont d’origine étrangère.

Mes voeux vont vers tous ceux qui visitent le site du Réseau d’Éducation sans frontières et signent les nombreuses pétitions pour toutes les familles menacées d’expulsion : http://www.educationsansfrontieres.org

default.jpeg Mes voeux pour cette nouvelle année vont vers tous les ambulanciers et les conducteurs de personnes à mobilité réduite qui font un métier difficile, méconnu mais plein de coeur, dans l’accompagnement et l’écoute quotidienne des personnes malades, handicapées, dialysées, accidentées et dépressives.

images5bpjIV.jpegMes voeux et mes pensées vont vers tous ceux qui souffrent, qui sont seuls, qui pleurent un être cher... vers tous les parents qui ont perdu leur enfant.

imagessQjkAV.jpegMes voeux vont vers tous les enfants abandonnés par leurs parents, par leur père, leur mère partie vers un nouvel amour en les oubliant... Je pense particulièrement à deux papas qui s’occupent de leurs enfants sans que leur maman ne s’intéresse à eux... Plus jamais de bisous maternels pour ces enfants-là, parfois petits, et qui souffrent terriblement de l’absence de leur mère, partie pour une passion dévorante.

Mes voeux pour 2010 vont vers tous les automobilistes... pour qu’il y ait plus de vivants à l’arrivée des trajets et des voyages et plus jamais d’enfants non attachés ou de feux rouges grillés, plus jamais de bandes blanches violées et de piétons renversés.imagesEdf6Nw.jpeg

imagesoaVd22.jpegMes voeux vont vers une prise de conscience accrue envers notre planète et vers les efforts que nous pouvons faire individuellement pour améliorer le capital avenir de la Terre.

imagesB78MI9.jpegMes voeux vont vers tous les hommes et femmes politiques, afin qu’ils soient tournés vers l’humain, vers la sincérité, vers l’honnêteté et qu’ils laissent tomber les chiffres à faire... à tout prix... Qu’ils laissent tomber la course à l’Élysée, qu’ils laissent derrière eux les mesquineries et les jalousies au sein d’un même parti, qu’ils avancent en se souvenant qu’un peuple attend d’eux qu’ils soient justes et qu’ils respectent les êtres humains, les Droits de l’Homme et de l’Enfant, le droit d’asile et le droit de pouvoir grandir auprès de ses parents, sans devoir les voir monter menottés dans un avion, alors qu’on a cinq ans, huit ans ou six mois.arton23840.png

Meilleurs voeux à tous ceux qui me lisent et sont fidèles. Mon blog a aujourd’hui entre 170 et 250 visiteurs par jour, voire 350 selon les mois, avec 548 visiteurs le 26 janvier 2009 ! Et jusqu'à 16 725 pages lues par jour ! Que ce blog puisse perdurer afin de partager encore longtemps avec vous mes idées sur l'authentique, sur la profondeur humaine et sur le franc-parler au coeur d'un monde qui a soif de limpidité et de coeur à coeur.imagesj9gyHz.jpegimagesAhW4aA.jpeg

images5ymx5K.jpegQue cette nouvelle année vous soit propice dans les domaines qui vous sont chers et vous tiennent à coeur.imagesX9Lt0C.jpeg

Je souhaite aussi une très belle année à tous les membres d'OVS, "On va sortir.com"... site qui propose à chacun de se faire des amis, d'aller à des sorties diverses ou d'en organiser. Dans un monde où la solitude prime et où les solitaires peuvent souffrir d'être mis à l'écart à cause d'un passage douloureux de leur vie, comme le divorce, un deuil, etc... ce site permet sur un plan national et régional de sortir de chez soi, de se prendre par la main et même de faire des sorties avec ses enfants, afin qu'eux aussi puissent bénéficier d'une ouverture vers les autres et sortir d'un environnement familial parfois replié sur lui-même.imagesgNEdT6.jpeg

Chloé Laroche

(http://letrioodyssee.site.voila.fr)

 

29/12/2009

Une française aime un algérien. Elle est enceinte de lui mais n'a plus le droit de le voir car il a été expulsé vers l'Algérie le 6 août 2009. L'identité nationale, c'est donc ça... Enlever un père à son enfant avant même qu'il ne soit né ?!

imagesDGkJ3g.jpeg_______"Mohamed doit obtenir un VISA lui permettant d'être présent pour la NAISSANCE de son enfant !"_______________________imagesXGHX5b.jpegAI03120.jpg

 

Bonsoir à tous et toutes,

Ce soir, j'ai reçu cet appel urgent des Amoureux au Ban public pour Angelina et son amoureux Mohammed. Ils s'aiment et attendent un enfant. Ils se sont mariés et lui a été expulsé de l'autre côté de la mer. Alors que Angelina va donner le jour à leur enfant, Mohammed se bat pour revenir.

imagesX9Lt0C.jpegMais la France fait la sourde oreille. Elle préfère se battre pour l'identité nationale et voir naître un nouveau petit français sans papa. Cela doit être la nouvelle France, celle qui croit qu'une seule couleur doit vivre ici et que nous demeurerons longtemps français en éliminant les browns, les noirs, les jaunes, les rouges, les violets et les gris. Peut-être que les stroumpfs trouveront grâce à leurs yeux. Je suis en colère pour cette famille, en colère contre les autorités françaises, en colère contre la politique d'immigration qui -pour faire du chiffre- écartèle les familles.

Ramenez Mohammed en France près de sa femme, s'il vous plaît.imagesESoqva.jpeg

Chloé Laroche

 

_______________________Signez la pétition : http://placeauxdroits.net/petition2/index.php?petition=28 ____________

 

TEXTE DES AMOUREUX AU BAN PUBLIC :

(http://amoureuxauban.net)

 

hennapose5.jpg"Mohamed, algérien, et Angelina, française, se sont mariés en France en avril 2008. Suite au mariage, Mohamed dépose une demande de titre de séjour qui est rejetée plusieurs mois plus tard avec obligation de quitter le territoire français. Le 5 août 2009, alors qu'Angélina est enceinte de 4 mois, Mohamed est arrêté au domicile conjugal par la police. Conduit au centre de rétention, il est expulsé le lendemain vers l'Algérie.

Le 8 octobre, l'avocate de Mohamed a saisi le consulat de France à Annaba d'une demande de visa. Le 25 novembre, Mohamed a confirmé cette demande en redéposant un dossier auprès des autorités consulaires françaises. A ce jour, aucune réponse n'a été donnée à ces demandes malgré l'imminence de l'accouchement d'Angélina. Le couple vit dans l'angoisse de ne pas pouvoir être réuni pour la naissance de leur enfant prévue dans moins d'un mois.imageseuowdM.jpeg

Nous, signataires de la pétition, nous associons aux Amoureux au ban public pour demander qu'un visa soit délivré à Mohamed dans les meilleurs délais afin qu'il soit présent auprès de son épouse pendant les derniers jours de grossesse et pour la naissance de l'enfant.

Nous dénonçons l'expulsion de Mohamed qui a constitué une violation manifeste du droit au respect de la vie familiale garanti par l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme."

Signez la pétition : http://placeauxdroits.net/petition2/index.php?petition=28

 

imagesOwKKHX.jpeg_____________ Urgent !!

Ecrivez à M. William BUNEL, consul de France à Annaba (Algérie) :
contact@ambafrance-dz.org

Monsieur le Consul,

Nous souhaitons attirer votre attention sur la situation de M. Khelfa Mohamed Fares qui vous a saisi d'une demande de visa en qualité de conjoint d'une ressortissante française.

Monsieur FARES et son épouse française, se sont mariés en France en avril 2008. M. FARES a été reconduit à la frontière le 6 août 2009 alors que sa femme était enceinte de 4 mois. Son avocate vous a saisi d'une demande de visa le 8 octobre dernier, demande confirmé par le dépôt auprès de vos services par M. FARES d'un dossier de visa le 25 novembre. A ce jour l'intéressé n'a reçu aucune réponse à cette demande et le couple vit dans l'angoisse de ne pas pouvoir être réuni pour la naissance de leur enfant prévue dans moins d'un mois.

Compte tenu des circonstances particulières de cette affaire, nous vous demandons par la présente de procéder à l'instruction de la demande de visa dans les meilleurs délais afin que M. FARES puisse être auprès de son épouse pour l'accouchement.

Veuillez recevoir, Monsieur le Consul, l'expression de ma considération distinguée.

Votre signature____

10/12/2009

Comment je me suis heurtée au système au sujet d'un enfant qui mendie dans la rue. Mon propos sur Éric Cantona et ses paroles au sujet de l'injustice et de l'indifférence. "ÊTRE FRANçAIS, C'EST ÊTRE HUMAIN."

Bonjour à tous et toutes,


1798059.jpgAujourd’hui, je souhaite vous parler du livre d’Éric Cantona en faveur des mal-logés et de son intervention ce matin avec Jean-Jacques Bourdin et aussi de la mendicité d’un jeune enfant dans les rues de Grenoble, avenue Jean Perrot, pour lequel j’ai essayé de bouger les différents services administratifs et policiers de Grenoble, action dont je vous donne le compte-rendu.

Le livre d’Éric Cantona se compose de photos qu’il a prises sur plusieurs mois en différents lieux, rencontrant des personnes démunies de toit. L’ouvrage s’appelle : “Elle, lui et les autres.”canto_courteligne.jpg

Éric Cantona s’est exprimé sur RMC ce matin ainsi que dans le Nouvel Observateur (voir le lien en fin de mon article) en disant que “les gens regardent mais ne voient pas”. Il parle avec véhémence pour défendre les milliers de personnes qui sont sans toit et vivent dans leur voiture ou dans des taudis. Trois millions et demi de personnes sont mal logées ou non logées en France.

Éric Cantona va plus loin : “Voilà. On trouve des excuses à tout, à tout le monde, à ce que les gens crèvent dans la rue. On s'habitue à zapper, à s'abrutir, à supporter la manipulation, le bourrage de crâne. Faut se battre contre cette facilité-là. »

images.jpgCette facilité de ne pas voir, de passer à côté de celui qui souffre sans en souffrir, cette incapacité à s’émouvoir et à réagir, cette inconscience qui fait qu’on brûle un feu rouge parce que égoïstement, on est pressé et que c’est trop long d’attendre. Dans mon métier de taxi, j’en vois chaque jour sur Grenoble, des feux brûlés comme on brûle sa vie, avec celle des autres automobilistes en face qui risquent aussi leur vie. Je vois beaucoup de jeunes hommes dans cette attitude. Ils jouent à la roulette russe et passent sans vergogne, sur un feu rouge bien mûr. À toute allure. Comme si le monde n’existait plus. Comme on passe près d’un enfant qui mendie, sans réagir, sans rien faire.

Éric dit "qu’être français, c’est être humain AVANT TOUT". Il dit aussi que être français, c’est être révolutionnaire, dans le sens qu’il faut bouger et ne pas laisser faire l’injustice, qu'il faut se BATTRE CONTRE L'INDIFFÉRENCE.

Tout le monde se rue sur lui aujourd’hui car il a osé mettre en balance la Marseillaise avec des sujets qu’il juge plus grave que celui de siffler l'Hymne national. On lui fait un faux procès. En effet, il voulait juste dire que devant la misère qu’il a croisée, devant la faim et le désarroi, devant le vide d’être à la rue, un hymne national n’est pas la priorité. Mais... quand on veut noyer son chien, on l’accuse de la rage, c’est bien connu !!

Alors voilà, en parlant de l’humanité d’être français... comme vous me connaissez dans le fait que j’interviens à chaque fois que je le peux, même dans la rue, je voudrais vous parler d’un petit garçon qui fait de la mendicité dans les rues de Grenoble.x19132500.jpg

Vous parler du parcours du combattant pour faire un signalement et des lois qui font que les services sociaux sont muselés. Sans-papiers, sans domicile, sans nom, roms, roumains, etc... vivent dans la marge et qui se préoccupe d’eux, quand un enfant doit être à l’école mais ne l’est pas, comme ce jeune garçon de sept ans qui mendie à Grenoble au lieu de pouvoir apprendre comme les autres et jouer comme les autres ?

Ce matin, donc, en passant dans mon taxi, je remarque ce jeune garçon, déjà vu hier au même carrefour du quartier Teisseire et de l'avenue Jean Perrot.

Je vais le voir, je lui donne un pain et un livre pour enfants que j’avais avec moi. Je lui pose des questions, lui parle de l‘école. Il me sourit tristement mais ne répond pas. Il a l’air malingre (chétif, faible). Il a des petits yeux fatigués et malheureux et tend sa boîte pour de l’argent. Des personnes viennent retirer des sous juste à côté de lui. Il s’essaye à aborder les personnes argentées mais essuie des refus. Il vit l’humiliation, le froid, la honte, la peur... car il est tout seul, avec une mère qui est bien plus loin (pas près de lui) et qui mendie elle-aussi.

En rentrant chez moi, j’ai appelé la police pour cet enfant, pour signaler sa présence dans la rue en mendicité.

La réponse du policier : “Madame, ne vous inquiétez pas, ses parents ne doivent pas être loin.
-Monsieur, ce n’est pas le problème. Que faites-vous de la situation de cet enfant qui mendie au lieu d’être à l’école ?
-Je sais, Madame, je sais, mais ce sont les services sociaux qui doivent s’en occuper.
-Et s’ils ne savent pas, qui va leur dire ? Ils ne sont pas dans la rue...
-Toute personne peut signaler ce genre de choses et les contacter. Appelez la Mairie, Madame.”

En quittant ce policier, j’ai senti qu’il était ému et en même temps impuissant.

images-1.jpgJ’appelle la Mairie de Grenoble. Ils me dirigent vers le CCAS.
J’appelle le CCAS. Ils me demandent d’appeler le Centre social de l’ Abbaye. “Sans nom, sans adresse, on ne pourra rien faire !! On intervient pour des personnes domiciliées. Et puis, vous êtes qui ?”

On me redirige finalement vers celui de Teisseire.

On me passe l’assistante sociale. Elle me dit plusieurs choses.
D’abord, elle veut savoir qui je suis, pourquoi je m’intéresse à cet enfant, quel est son nom et son adresse. Quelles sont mes coordonnées.

Elle m'a posé des questions sur cet enfant, sur son aspect, sur sa mère pas loin, sur son origine.

Voici en résumé le discours entendu de sa bouche sur l'ensemble de l'échange téléphonique :

“Difficile d’intervenir sans nom et sans adresse. Nous, on interviens pour des personnes dont on a le nom et l’adresse. Ce n’est pas notre travail d’aller dans la rue pour aider cet enfant. C’est au Samu Social de le faire. À Grenoble, il y a l’association “Rom Action” qui pourra peut-être se déplacer... Et puis, vous savez, nous avons beaucoup de lois nous empêchant d’aider les sans-papiers, les sans domiciles. Nous avons des chefs de service très à cheval sur ces lois et d’autres qui privilégient l’humain, passant au-dessus de certaines lois dures. On dit que les personnes entrant en France doivent pouvoir subvenir à leur manger et à leurs besoins. Si ce n’est apos le cas, on ne les aide pas. On n’y est pas autorisés. Alors on se bat entre la Protection de l’Enfance qui demande d’intervenir et contre des lois qui vont à l’encontre de l’aide à l’enfance et aux population démunies... Nous allons réfléchir mais nous ne pouvons intervenir dans la rue. Vous pouvez appeler le 119 pour cet enfant, pour demander qu’il soit aidé. Après, il y a le problème de l’autorisation de la mère... Comment faire ?! En tout cas, je vous remercie de nous l’avoir signalé et nous vous rappellerons. Nous allons voir ce que nous pouvons faire.”x20516818.jpg

Nous sommes en France et un petit garçon mendie dans la rue.

La police passe devant lui sans rien faire et pense aux services sociaux qui ne font rien. Les services sociaux passent devant cet enfant dans leur voiture particulière mais ne font rien car ils ne sont pas dans la rue. Ils pensent que la police pourrait intervenir et les prévenir après enquête.

Car sans nom et sans adresse, personne ne bouge !

PAA185000047.jpgEt après on va reprocher à Éric Cantona de dire qu’il a honte d’être français quand il observe autant d'injustice, de misère et de connerie humaine... Pardon, de bétise humaine.

Je pense à cet enfant et j'espère faire bouger les choses. Je ne m'arrêterai pas là. C'est ça, être "révolutionnaire", comme l'entend Éric Cantona.

Chloé Laroche



Voir l'article suivant sur le web : http://bibliobs.nouvelobs.com/20091208/16379/notre-petit-dejeuner-avec-eric-cantona-etre-francais-cest-etre-revolutionnaire

21/10/2009

Un papa d'origine arménienne a avalé des lames de rasoir aujourd'hui, alors qu'il devait être expulsé de France loin de ses enfants et de ses parents.

Bonjour à tous et toutes,
Rebonjour plutôt, après mon article écrit tout à l'heure sur la famine de Centrafrique,images-8.jpeg
images-6.jpegJe vous fais part en urgence de la réalité vécue par Monsieur Arkadi Akopian, qui devait être expulsé aujourd'hui de France vers l'Arménie. Vous vous rendez compte que sa seule issue a été d'avaler des lames de rasoir afin de ne pas être mis dans l'avion et arraché à ses enfants, encore petits, arraché à sa compagne, arraché à ses parents.
Je pense que les Arméniens ont assez souffert. Je rappelle le génocide auquel ils ont été confrontés.
Les Arméniens ont droit au bonheur, à la paix, au respect dû à une famille, à des enfants, à un papa.
Pourquoi la France doit-elle se séparer d'un arménien qui a vu naître ses deux enfants en France ?
Pourquoi deux enfants nés en France, dont l'un est scolarisé en maternelle, doivent-ils être privés de leur père ?
Soyez très nombreux à protester, à appeler, à envoyer mails et fax aux numéros suivants, donnés plus bas.
Merci de lire l'appel du Réseau d'Éducation sans Frontières envoyé aujourd'hui et transmis ci-dessous.
Pensées à tous.
images-7.jpegChloé LAROCHE
____________________________________
Arkadi Akopian ne doit pas être expulsé, et encore moins vers un pays où sa femme et ses enfants ne pourront jamais le retrouver.
"Arkadi Akopian a été interpellé le 5 octobre à Châteauroux. Sans papiers, il a été rapidement conduit en rétention au centre de Mesnil-Amelot.

Arkadi est papa de deux enfants nés en France, Bagdasar l’aîné,  scolarisé à l’école maternelle, et Gohar la petite dernière de 2 ans. Il vit en France, à Vierzon, avec sa compagne, et ses parents depuis près de 5 ans.

Ses parents sont en situation régulière, et sa mère est atteinte d’une grave maladie.

Alors qu’Arkadi est arménien, sa compagne Lala est azérie (Azerbaïdjan) et s’il devait être expulsé en Arménie, elle et ses enfants auraient beaucoup de difficultés à le rejoindre même s’ils le souhaitaient.

Aujourd’hui, mercredi 20 octobre, sur ordre de la préfecture de l'Indre, il a été conduit à l’aéroport de Roissy et devait embarquer dans l’avion de 13h20 pour être expulsé vers l'Arménie.

Parce qu’il voulait rester en France avec sa famille et qu’il a de sérieuses raisons de craindre pour sa sécurité en Arménie, il a préféré mettre sa vie en danger en avalant des lames de rasoirs plutôt que de se laisser expulser.

Le préfet de l’Indre dispose de la possibilité d’empêcher un drame et celle de permettre à une famille de rester unie, en mettant fin à la procédure d’expulsion et en faisant en sorte qu’Arkadi Akopian soit libéré."

 

Contact sur ce dossier : Nadia resf18 06.43.31.45.51

PREFECTURE DE L’INDRE : Merci de teléphoner (02.54.29.50.00) faxer (02.54.34.10.08) mailer (aller sur le site de la préfecture et cliquer sur contact) nombreux.

MINISTERE DU DEMEMBREMENT DES FAMILLES ET DES CHARTERS DE LA HONTE :

Fax: 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre
eric.besson@iminidco.gouv.fr

sp.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet : christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

 

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE DU DEMEMBREMENT DES FAMILLES :

Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <
franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration)
maxime.tandonnet@elysee.fr

 

__________________________________________

 

COMMENTAIRES :

______________________________________________________ATTENTION :

 

Appel à une pétition pour Sergey, arménien, pour sa fille et sa femme :

(voir sur le site de RESF : http://www.educationsansfrontieres.org)


P1343 - Sergey ne doit pas être expulsé - Gayané, 2 ans, doit garder son papa

“ Les états signent la convention, c’est que des mots pour faire joli !”.... Meriem (12 ans).
On aimerait pouvoir lui dire qu’elle a tort. 

Gayané va à la crèche. C’est une petite fille dont les yeux pétillent de malice et de curiosité. ... Mais qui comme n’importe quelle petite fille a besoin de son père, de sa mère. 

Du haut de ses quelques mois, cette petite fille a déjà largement vécu son taf de galère : peur et angoisse des parents d’une arrestation, de ne pas ou savoir dormir ... 

Gayané est née en France à Lyon. Elle aura 2 ans le 29 novembre 2009 quelques jours après le 20ème anniversaire de la déclaration des droits de l’enfant.

Le 28 octobre elle a vu son père disparaitre
Pourra-t-elle fêter son 2ème anniversaire avec lui?
Et pourtant :

« Les États parties veillent à ce que l’enfant ne soit pas séparé de ses parents contre leur gré, à moins que les autorités compétentes ne décident, sous réserve de révision judiciaire et conformément aux lois et procédures applicables, que cette séparation est nécessaire dans l’intérêt supérieur de l’enfant. »
Convention internationale des droits de l’enfant (art.9)

Mr Besson n’a t-il par ailleurs pas déclaré en juin 2009 que « le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore un droit qui s’applique à toutes les familles, qu’elles soient ou non en situation irrégulière. »

Serguey et sa femme sont arméniens. Ils sont arrivés en France en mars 2007. Dès leur arrivée, ils ont fait une demande d'asile qui a été rejetée en février 2009. Ils ont, alors, reçu une Obligation à Quitter le Territoire (OQTF) confirmée au TA en juillet 2009.

Compte-tenu d’éléments nouveaux, une demande de réexamen de la demande d’asile a été envoyée le 27 avril 2009 et en l’absence de réponse renouvellée le 22 sept 2009. 

Ils sont donc en France depuis 2 ans 1/2 et ont tissé des liens avec diverses personnes. Sergey a travaillé pendant 18 mois dans une entreprise de maintenance. Il a payé des impôts. 

Le 23 février 2009 Il déposait, avec la CGT, une demande de régularisation au titre du travail, auprès de la préfecture du Rhône. Cette demande est restée sans réponse.

Le 28 octobre il est arrêté en sortant d’une voiture devant le foyer où il logeait. Le 29, il était transféré au Centre de rétention de Lyon.
Une nouvelle demande d’asile a été déposée du centre de rétention avec des éléments nouveaux et sérieux.

Gayané attend son papa.
L'acharnement à démembrer les familles doit cesser.
Nous refusons que Gayané soit comdamnée à dire comme Meriem:
“ Les états signent la convention, c’est que des mots pour faire joli !”."

Allez signer nombreux la pétition sur le site donné plus haut !!

Ecrit par : Chloé Laroche | 04.11.2009

 

 

"Toute une région au sud-ouest de Bangui se meurt de faim dans l’indifférence générale, en République centrafricaine". Appel de l'organisation humanitaire : "ACTION contre la FAIM".

RTEmagicC_01d05c78c0.jpg.jpg

________________________________________

Bonjour à tous et toutes,

header.jpg

Vous pourrez lire ci-dessous, après ma note, un des communiqués que j'ai reçu dernièrement de l'organisation "ACTION contre la FAIM", envoyé comme un appel à l'aide envers nos concitoyens.

La crise actuelle touche de plein fouet les pays pauvres, avec un impact sur l'aide que les pays dits développés offrent aux pays comme l'Afrique. Cet impact se traduit malheureusement en baisse de l'aide financière.images-4.jpeg

images-2.jpegNous avons nos problèmes ici en Europe. Un pour cent des français ont pensé déjà au suicide. Certains passent à l'acte. Il y a beaucoup de problèmes au sein du monde du travail. De plus en plus de salariés se plaignent de la pression des patrons due aussi à la crise et du manque d'humanité perçue. Il faut bien sûr continuer à nous battre dans nos vies pour que la justice, la vraie, gagne du terrain et que le respect et l'intégrité de chacun soit respectés...

RTEmagicC_2f90dc835a.jpg.jpgMais rappelons-nous que des populations entières dans d'autres pays ne mangent pas, qu'elles n'ont pas de travail ou le perdent, que des enfants meurent de faim, touchés par une famine qui s'accroît, que la maladie gagne du terrain car les conditions alimentaires et d'hygiène ne peuvent être respectées au vu de l'évolution galopante de la crise mondiale rejaillissant sur ces pays encore plus durement touchés, touchés dans leur chair, par la mort d'enfants, par une faim imposée, par une famine sans solution, par un désastre humanitaire.

Je souhaite vous faire connaître le site d'ACTION contre la FAIM... afin que vous puissiez découvrir par vous-même l'ampleur de cette catastrophe planétaire, de ce drame collectif, et que vous puissiez aider à votre façon et comme vous le souhaitez.

Le site est : http://www.actioncontrelafaim.orgimages-1.jpeg

Merci de votre attention et de votre humanité.

 

images.jpegChloé LAROCHE

_________________________________________________________________________________________________

 

header.jpg______________________ Voici le communiqué reçu d'ACTION contre la FAIM :

 

 

"Les oubliés de Berberati"______

Lien : http://www.actioncontrelafaim.org/nos-missions/temoignages/temoignage/article/1/les-oublies-de-berberati/


REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

15/10/09

"Toute une région au sud-ouest de Bangui se meurt de faim dans l’indifférence générale."

Article publié dans le Journal du Dimanche du 11 octobre 2009 :

home.jpg"Elle est arrivée il y a dix jours, à pied, avec ses six enfants. Il lui a fallu une journée de piste, de l’aube à la nuit noire, pour rejoindre Berberati. Arlette, 32 ans, vit à Nazembé, à guère plus de 25 kilomètres dans la forêt, mais n’avait jamais vu la ville. « On m’a appris que des Blancs pouvaient soigner mon enfant ici, résume-t-elle. Alors je suis venue. » Sa fille Marie-Angèle, 4 ans, souffre de kwashiorkor, une forme de malnutrition caractérisée par des oedèmes à l’abdomen, aux pieds et au visage. Arlette campe, avec des dizaines d’autres mères flanquées de leur progéniture, sous un hangar qui jouxte l’unité nutritionnelle thérapeutique installée par Action contre la faim (ACF) dans l’hôpital régional de Berberati. Veuve depuis six ans, elle dit qu’elle n’a plus rien pour nourrir ses enfants. Elle-même a encore plus de mal à calmer sa faim depuis qu’elle est ici : l’association humanitaire, qui a lancé cette opération d’urgence sur ses fonds propres, n’a pas les moyens d’alimenter tout le monde.

« C’est la maladie de la famine qui veut les tuer » :

Berberati, 155.000 habitants, est à une grosse journée de piste au sud-ouest de Bangui, la capitale de la République centrafricaine. Comme le reste du pays, la ville semble s’être figée quelques décennies dans le passé : aucune route mais des pistes de terre rouge impraticables dès qu’il pleut, pas d’électricité, pratiquement pas d’eau courante. La région, avec ses ressources minières, or et diamants, et ses exploitations forestières, était pourtant considérée comme relativement prospère dans un pays figurant parmi les plus pauvres de la planète. Jusqu’au printemps dernier. C’est un médecin de Carnot, un peu plus au nord, qui, le premier, a sonné l’alarme après avoir détecté des signes cliniques inquiétants chez les enfants qu’il examinait. ACF et MSF, toutes deux déjà présentes dans le pays, ont lancé en juillet une enquête conjointe dans cette zone. Résultat : 7 % d’enfants en état de malnutrition sévère aiguë – un taux à comparer au seuil d’urgence fixé à 2 % par l’OMS.

Inès a été parmi les premières prises en charge, il y a six semaines. Cette toute jeune femme, qui ne connaît pas son âge, se tient, tendue, sur un banc du service de pédiatrie. Sa fille Cyntiche, 8 mois, est pendue à son sein. Son aîné, Dieu-Merci, 4 ans mais qui en paraît deux fois moins, est assis à côté. Avant, Dieu-Merci marchait. Ce n’est plus le cas depuis qu’il est malade. Quand on demande à Inès de quoi souffrent ses enfants, elle dit:  « C’est la maladie de la famine qui veut les tuer. » Elle a tenté de les nourrir du peu de manioc et de gombo qu’elle parvenait à ramasser dans les champs; mais ce n’est pas suffisant.

Modeste, lui, s’est remis à travailler la terre. Il cultive depuis peu un petit lopin, à 3 kilomètres de Berberati. Cet homme de 38 ans a été licencié il y a huit mois par l’entreprise forestière qui l’employait comme technicien de maintenance. Il gagnait de 65.000 à 100.000 francs CFA (100 à 150 €) selon les mois; il n’a désormais plus aucun revenu. Sa fille de 2 ans a maigri jusqu’à tomber malade. Après dix jours passés à l’hôpital, elle a repris du poids. Modeste, lui, ne voit plus d’horizon, atterré par la puissance de ce monstre – « la crise mondiale » – qu’il nomme sans bien comprendre comment il a pu en devenir la proie.

« Manger trois fois par jour, cela n’existe plus » :

Comme l’industrie du bois, les activités minières et commerciales se sont effondrées en mars. Les bureaux d’achat de diamants ont fermé un à un. La moitié des employés a été licencié dans la région de la Mambéré-Kadeï, selon le préfet Joël Parefa. « Il n’y a plus d’argent, résume-t-il. Alors on achète des produits moins riches, et on réduit la fréquence des repas. Chez nos parents, on mangeait trois fois par jour ; cela n’existe plus. » Sur les marchés, les commerçants n’arrivent plus à écouler leurs maigres étals de légumes et de fruits.

L’agriculture vivrière pourrait être une planche de salut. Mais de nombreux habitants de la région en ont perdu la tradition, pour s’être rués sur l’exploitation diamantifère. Ailleurs dans le pays, beaucoup ont été convertis à marche forcée aux cultures d’exportation, coton ou café. Le tout sans aucune constance, au gré des foucades des régimes qui se sont succédé, en général violemment, depuis un demi-siècle à Bangui. Cette lourde histoire et l’enclavement du pays au coeur d’une région particulièrement instable ont fait de la République centrafricaine un pays sinistré. Les fonctionnaires de cet Etat fantôme n’ont pas été payés depuis quarante mois, les milices armées font leur loi dans tout le Nord et l’Est, et l’espérance de vie, qui diminue en moyenne de six mois chaque année depuis 1966, est passée en dessous de 40 ans.

Malgré cela, la République centrafricaine est un pays orphelin de l’aide humanitaire. Les bailleurs internationaux s’en désintéressent, les yeux braqués sur le tumulte qui règne à ses frontières, au Soudan ou en République démocratique du Congo. Résultat : « Si, fin novembre, on n’a réussi à faire bouger personne, on sera obligé de tout fermer », craint une responsable d’ACF.

En attendant, l’opération d’urgence se poursuit. Les visiteurs à domicile, reconnaissables au « bâton de pèlerin » qui leur permet de mesurer les enfants, sillonnent la ville, s’arrêtent dans chaque maison. Sous les toits de palme sèche, certains habitants les écoutent, d’autres, rétifs, doivent être convaincus. Les enfants présentant les premiers signes cliniques de malnutrition sévère sont envoyés dans l’une des quatre unités de prise en charge ambulatoire installées dans des centres de santé. Là, ils sont de nouveau mesurés, pesés, palpés, puis suivis chaque semaine si le premier diagnostic est confirmé.

Aminatou, 2 ans, se rend depuis un mois au centre de Poto-Poto, dans le quartier musulman de Berberati. Elle a d’abord été hospitalisée quelques jours, car son état était alarmant. Beaucoup, dans le centre, pensaient qu’elle allait mourir. A présent, à chaque visite, Aminatou avale avec une délectation manifeste la dose de pâte d’arachide enrichie qui lui est délivrée. C’est sa grande sœur de 13 ans qui accompagne la fillette : sa mère est morte il y a un an. Aminatou vit aujourd’hui chez sa tante, qui l’a adoptée, et elle va mieux."

Article de Pierre-Laurent Mazars, envoyé spécial pour le Journal du Dimanche, à Berbérati.

Photos dans l'article : trois photos de Eric Dessons.

 

25/09/2009

Mes propos sur le gâchis de la destruction des motos à Grenoble, sur l’expulsion des migrants du camp de Calais menée par le Ministre Besson et sur le dénigrement de l’Homéopathie par le Docteur Parot dans la revue Bébézine.

Bonjour à tous et toutes,

 

img_3910ng.jpgAujourd’hui, je fais un article-colère concernant le gâchis de la destruction des motos à Grenoble, concernant aussi l’expulsion des migrants du camp de Calais menée par le Ministre Besson et enfin concernant le dénigrement de l’Homéopathie par le Docteur Parot dans la revue “Bébézine”.

 

Je vais commencer par le Député-Maire de ma ville, Monsieur Destot. Il a eu l’idée de confisquer et de détruire un certain nombre de motos et scooters qui défiguraient le paysage sonore de Grenoble, souhaitant donner une leçon aux jeunes bruyants.images-1.jpg

 

On a donc vu des dizaines de motos broyées et déchiquetées. Je trouve cela honteux et c’est du gâchis, à une époque où tout le monde n’a pas forcément les moyens de se payer une moto, à une époque de crise où les ménages ont du mal à boucler leur budget.

 

_thumb_lacher-de-ballon.jpgPourquoi, Monsieur le Député-Maire, n’avez-vous pas vendu toutes ces motos en faisant don de l’argent de leur vente aux Virades de l’Espoir qui vont démarrer ce week-end pour les enfants et personnes atteints de Mucoviscidose ? Max Gavi, qui est l’organisateur des Virades de l'Espoir en Isère, a remis en début d’année au CHU de Grenoble un chèque de 140 000 euros, somme récoltée à l'occasion des dernières Virades de l'Espoir le 28 septembre 2008. L’argent des motos vendues aurait été le bienvenu cette année._thumb_seance-d-aerosols.jpg

 

Je pense aussi aux jeunes à qui vous avez pris ces motos. Quelle rage vont-ils avoir au coeur ? Si vous aviez dit à ces jeunes que leurs motos étaient transformées en actions positives pour des personnes malades ou dans le besoin, ces jeunes ne seraient pas en colère devant cette action de pure destruction. L’éducation et la prévention sont tellement plus intéressantes que des actions de ce type ; cette prévention de la nuisance sonore des motos a d’ailleurs été faite avec bonheur dans le parc de la Villeneuve !

 

_____________

 

647029_calais-6.jpgLa politique est une vitrine dans laquelle des actions sont faites pour la gloire de leurs décideurs. Monsieur Besson, le Ministre de l’Immigration qui vient du monde de la Gauche avant de passer à Droite, est allé en personne déloger la Jungle de Calais, afin de satisfaire les nationalistes, les votants du Front National, les égoïstes de notre nation. Il a voulu mettre un coup de poing sur la table contre les passeurs qui s’en mettent plein les poches et vendent du rêve aux migrants. Des dizaines de jeunes expulsés du camp ce jour-là étaient mineurs, afghans, iraniens et irakiens. La guerre et la misère les ont poussés vers nous et ils espéraient ensuite aller en Angleterre, attendant à Calais dans des conditions déplorables, au point que l’un d’eux s’était noyé en se lavant dans le port. Ils ont été emmenés ce mardi en Centres de Rétention pour étrangers ou en Centres d’Hébergement pour les plus jeunes. Que vont devenir ces 278 personnes migrantes ? Être renvoyées pour la plupart dans leur pays ou... dans un pays à l’accueil déplorable comme la Grèce ou l’Italie.calais-jungle-migrants-3892578jxumh_1378.jpg

 

Monsieur Besson s’est félicité de son action forte... et “humaine”, selon ses termes. Ce Ministre qui n’hésite pas à être inhumain en démembrant des familles ou en séparant le père de famille du reste des siens, de ses enfants. Le petit Chama Dieumerci attend une décision et il est en CP. Partira-t-il de la France ? Son père partira-t-il sans lui, expulsé en Angola ?

 

Combien de familles vivent l’angoisse de l’expulsion hors de France et la vivent ensuite pour de vrai afin de satisfaire la loi du chiffre : 27 000 (vingt-sept mille) reconduites à la frontière doivent être effectuées en 2009. Loi du chiffre qui donne lieu à des extrêmités dangereuses, à des inhumanités touchant les familles et beaucoup d’enfants, parfois des bébés... à des injustices comme ces marocains qui rentraient juste au pays, en situation régulière... et qui se sont vus inquiétés.

 

Voir l’article : http://www.politique.net/2009042902-expulsion-etrangers-en-situation-reguliere.htm

 

Marianne a publié un article le 20 mars 2009 dont voici un extrait : "Quand les flics font du zèle pour plaire à leur chef, cela donne cette note distribuée à tous les gardiens de la paix de l'hôtel de police d'Angers. Le sens est clair : s'il n'y a plus d'étrangers en situation irrégulière en ville, il faut les inventer, autrement on risque de ne pas satisfaire les quotas (...) Un étranger mendiant sur la voie publique, même en règle, pourrait faire l'affaire".

 

78623-348im.jpgCeci dit, je n’ai rien contre les policiers que je n’ai jamais nommés “flics” car je sais que nombre d’entre eux vivent mal le fait de devoir être mêlés aux expulsions forcées des familles interpelées et enfermées en Camp de rétention pour étrangers, avant d’être placées de force dans les charters. La police doit obéir aux ordres et ils ne peuvent aller contre. Quand certains font du zèle par convictions personnelles, cela vient de l’individu, pas du corps de métier.phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpeg

 

b13376.jpgJe rajouterais que j’entends des personnes dire que cette politique de l’immigration est nécessaire pour réduire “la vague de migrants” et pour pallier à la misère qui grandit en France. Je ne suis pas d’accord. Il y a un grand nombre de personnes expulsées qui travaillent et qui font tourner l’économie. Même si c’est dans l’ombre. Ce sont des personnes courageuses qui font des métiers que grand nombre de personnes dites françaises ne veulent pas faire. Quant aux gens qui disent que les étrangers nous prennent nos allocations familiales et pompent l’État... je les invite à être parents de dix enfants et à vivre avec ce qu’ils touchent, à loger dans de modestes et petits logements, à s’adapter dans un nouveau pays sans parfois connaître la langue et pourtant à réussir en s’implantant et en résistant.

u12009591.jpgSi on ne les avait pas depuis des années, les routes de France ne seraient pas si belles !! Car qui veut faire l’ouvrier en plein soleil sur le bitume brûlant ? Personne, sauf les étrangers, les arabes, les noirs et d’autres immigrants.b13378.jpg

 

 

____________________________

 

k1233361.jpgJe finirais cet article en vous parlant de l’Homéopathie. Cette discipline médicale a été malmenée dans le journal “Bébézine, Le plaisir d’être parent” de septembre/octobre 2009, par le Docteur PAROT qui n’a pas hésité à écrire dans le “courrier des Pros” que l’Homéopathie n’était rien de plus qu’un “placebo” et que c’est une discipline fondée sur “le mensonge et la désinformation”. Ce médecin emploie au sujet de l’Homéopathie le terme de “pseudo-médecine” et espère ouvertement que son enseignement en universités sera supprimée des Facultés très prochainement, car “reposant sur des contrevérités scientifiques”.

 

Je suis très choquée de ces propos diffamatoires envers une médecine qui a fait ses preuves. L’homéopathie a soigné un nombre incalculable de pathologies dans le monde entier, dont pour mon expérience personnelle, les maux suivants : gastro-entérites (“arsenicum album” très efficace), angines, otites d’enfants, toux traînante pour mon jeune fils -que l’allopathie ne guérissait pas-, eczéma, grippe, abcès, insomnie, chocs moraux, deuil, piqûres d’insectes dont araignée, hernie hiatale, etc.

 

110_F_8468305_fUU7BlBMotAFSC8gdy8KknhcZWwhZ3i4.jpgPour ceux que cela intéresse, il y a un excellent livre écrit par Louis POMMIER  nommé le “Dictionnaire homéopathique d’urgence”. À l’intérieur de cet ouvrage indispensable, vous trouverez des conseils homéopathique pour des pathologies et des maux comme : la morsure de serpent, l’otite, les problèmes de prostate, la rougeole, l’intoxication par salmonelloses, l’insomnie, les hémorragies,  la grossesse nerveuse, les flatulences, l’épilepsie, la ménopause, l’anémie, l’anorexie, la dorsalgie, la constipation, la conjonctivite, etc.

 

Cela fait des années que je me rends compte des bienfaits de l’Homéopathie et que je me rends à l’évidence de la rapidité et véracité des bienfaits de cette médecine.k1233364.jpg

 

Quand un médecin allopathe décide de mettre mon fils de un an en 2006 sous traitement d’asthme pour une toux traînante, que ça n’agit pas, que cela dure des mois... jusqu’au moment où un médecin homéopathe me donne le bon remède... et que mon fils guérit et ne tousse plus du tout, vous allez me dire que c’est un placebo... Que l’enfant ressent les bonnes vibrations de la mère... persuadée que son enfant va guérir... du coup il guérit !! ?!

 

Puisque le Docteur parle de placebo en mettant l’Homéopathie plus bas que terre, je le mets au défi de me répondre et de me donner les bons arguments de son explication tendancieuse.

 

110_F_3771667_vqNIeW2G5khjjkAgaLxbn2lIpzFnDOYz.jpgSi un jour l’Homéopathie était interdite dans l’enseignement médical des Facultés de Médecine, cela marquerait un profond recul des consciences et du respect de l’Humanité, au même titre que la disparition des abeilles... lesquelles soit dit en passant donnent un remède homéopathique qui se nomme l’Apis et qui soigne très bien (donné en 5 ch) les piqûres d’insectes, en combinaison avec Ledum et Calendula (en 5 ch aussi) : guêpes, frelons, abeilles, moustiques, aoûtats. Vous pouvez consulter le livre donné ci-dessus, entre autres livres, pour plus d’informations sur les remèdes à donner.

 

Je rappelle que l’homéopathie s’attache à soigner le fond et les causes  profondes des maladies, s’attaquant au terrain de la personne... alors que la médecine allopathique s’attaque au mal comme un bulldozer cassant tout le terrain afin d’être sûr d’éradiquer le mal, comme dans la prise d’antibiotiques. Elle fait comme Monsieur Besson. Envoyer des cars de CRS et des bulldozers pour effacer la Jungle. Le problème est qu’ils sont en train de se rendre compte que les migrants reviennent et se regroupent... Le problème aussi est qu’ils voient le mal dans les migrants, comme un cancer. Les migrants sont des personnes humaines qui expriment ce que la “mal-a-dit”. Maladie du sens. Sens interdit ou sens de la vie, sens humain ou sens unique, sens d’impasse ou sens giratoire de l’énergie qui passe... que l’on accueille sans la contraindre et sans la rejeter.110_F_11840117_3RDLYMipmb5XaBdBnHznefdPtIPDjI1c.jpg

 

Si des médecins et praticiens de l’Homéopathie veulent ajouter leurs commentaires, ils sont les bienvenus. Les Ostéopathes ont été eux-aussi touchés gravement par les écrits du Docteur PAROT dans le même article. Il s’agirait selon lui “d’une des plus grandes fumisteries inter-nationales pseudo médicales organisées.” Il a sité trois sites dont deux qu’il a mis en ligne spécialement contre l’Ostéopathie. Je rappelle que dans tous les domaines il y a des charlatans et que l’on doit se montrer prudent devant des condamnations tendancieuses qui tendent à anéantir cette pratique et à l’éradiquer totalement.

 

110_F_8201985_PW0hedwBehhT2zplxsgLJu1oqi6uSIWh.jpgMerci à tous de m’avoir lue.

 

Chloé LAROCHE

 

 

 

03/09/2009

J'écris aux parents d'Alexandre, tombé accidentellement du 7ème étage dans la banlieue de Grenoble, à Pont de Claix. Je pense en ce jour de la rentrée scolaire à Chama Dieumerci, à Antoine disparu à Issoire, aux enfants noyés cet été, aux autres.

images-4.jpegBonjour à tous et toutes,images-2.jpeg

 

Aujourd'hui, c'est la rentrée scolaire et je pense à ces enfants qui ne rentreront pas cette année à l'école car ils sont morts ou disparus.

Je pense bien sûr à Antoine qui a disparu à Issoire il y a bientôt un an, le 11 septembre, pour lequel j'ai écrit plusieurs articles (voir à gauche : "Révolte pour l'enfance").antoine-issoire-2650549_1378.jpg

images-6.jpegJe pense aux enfants décédés, renversés par une voiture, aux dix enfants de moins de six ans retrouvés noyés cet été dans leur piscine familiale, à ceux dont la vie a été arrachée par leurs parents, aux enfants morts dans l'accident d'avion Paris-Rio. Je pense aux enfants expulsés avec leur parents qui ne retrouveront pas leur banc d'école en cette rentrée.

chama_s.jpgJe pense à Chama Dieumerci, qui ne sait pas si son père va partir de France. Il rentre en CP et n'a pas revu son père depuis plusieurs jours ;  ce dernier est enfermé en Centre de Rétention pour étrangers. Sa mère a abandonné cet enfant tout petit et aujourd'hui, c'est son père qui l'élève depuis six ans. Comment peut-on arracher ainsi un fils à son papa, à celui qui l'élève !? Comment Monsieur Besson peut-il se montrer fier et satisfait, selon ses dernières déclarations, à propos du chiffre des expulsions qu'il a mené à bien cette année !? Vous pouvez aller lire mon article écrit pour Chama, daté du 30 août. Allez aussi voir le site suivant où des actions sont proposées pour aider Chama et son papa : http://www.dieumerci.com

1447_1_imagette.jpgAujourd'hui, en cette rentrée scolaire, je pense aussi à Alexandre qui est tombé du septième étage d'un immeuble de Pont de Claix, dans la banlieue de Grenoble. Il avait six ans et s'amusait dans sa chambre, pendant que sa mère changeait son petit frère et que son père se reposait du travail. Il a poussé un meuble et est monté puis s'est penché et a basculé dans le vide. Sa maman a été hospitalisée. Les parents sont en état de choc.images-2.jpeg

Je leur envoie plein de pensées et je souhaite leur dire ceci : je ne vous connais pas mais je suis près de vous ; c'est un terrible accident et rien ne vous consolera jamais. J'ai perdu un enfant il y a douze ans et c'est toujours le même vide dans le creux de l'âme. Les larmes aux anniversaires, à plein de dates, et tous les jours selon, et la colère au fond de soi contre le destin cruel. Apprendre à accepter, petit à petit, vivre avec, le souvenir à jamais ancré dans la mémoire, continuer d'aimer les autres enfants, les frères et soeurs. Se relever et continuer avec ce handicap immense d'être amputé d'une partie de soi, d'un tout qui nous écartèle. Se relever pour continuer à donner de soi, à donner toujours plus, à donner tout ce qu'on n'a plus à perdre puisqu'on a tout perdu. Je vous embrasse et vous envoie toutes mes condoléances.images-1.jpeg

Votre fils Alexandre a rejoint ma fille Océana. Aujourd'hui, elle aurait quinze ans et je pense très fort à elle. Elle a pris le chemin du ciel et a semé dans ma vie depuis douze ans un parfum d'espérance, par lequel j'ai pris par la main depuis deux enfants abandonnées en orphelinats. Elles ont maintenant grandi. L'une a 16 ans et l'autre bientôt 14. Et mon fils est arrivé en 2005. Il est rentré en moyenne section de maternelle ce matin, heureux et content de retrouver ses camarades. Océana, elle, depuis 1997, n'a fait aucune rentrée. Elle n'a jamais pu aller à l'école. Elle avait deux ans et demi. Elle est entrée dans mon coeur pour toujours mais mon âme est toujours choquée de ce départ brutal, de cette maladie foudroyante qui l'a emportée avant qu'elle ne s'asseye sur un banc d'école.

SWI-111.jpgChacun de nous doit partir un jour mais on ne peut apprivoiser l'idée que notre enfant parte avant nous. On pense pouvoir l'aimer, le chérir, le prendre dans nos bras... sans que cela ne s'arrête jamais. Mais chacun de nous part un jour et il nous faut durant notre chemin ici-bas remplir notre part de vie comme un soleil qui donne et qui tend les bras. Ainsi, notre enfant continue de vivre à travers l'amour partagé et cette énergie nous porte vers lui, puisque c'est inéluctable, notre vie est comptée comme elle l'a été pour lui, pour notre enfant décédé.

Chloé LAROCHE

______________________

 

Commentaires

Merci pour votre empathie. J'ai perdu mes deux enfants et cela est une plaie difficile à soigner mais Martin GRAY "au nom de tous les miens " m'a fait réfléchir. Merci de Valentine

Ecrit par : vouilloz | 04.09.2009

______________________

 

Valentine,

Je vous envoie plein de pensées et vous remercie de votre témoignage. Martin Gray m'a aussi beaucoup aidé par ses livres, comme le "Livre de la Vie"... quand en 1999, quelques mois après la mort de ma fille Océana, j'ai perdu mes deux grands-mères presque en même temps et des amis chers. Cet auteur qui a perdu ses quatre enfants et sa femme dans un incendie du Sud de la France est un homme donnant l'espoir et la force de poursuivre.

J'ai lu aussi "Ces enfants du Ciel" de Jean Toulat ainsi que "Apprivoiser l'absence" de Annick Ernoult-Delcourt (Éditions Fayard pour les deux).
Il y aussi : "Parents orphelins" de Louise Courteau (témoignages de parents à la suite du décès de leur enfant). Et de Jean Monbourquette : "Aimer, perdre, grandir". J'ai aussi écrit un livre "Les Semences de l'Après-vie" mais il est épuisé. J'en ai mis des extraits sur mon blog (notamment "Les lettres à ma fille", des contes et quelques haïkus).

Comme l'écrit une maman pour sa fille décédée : "Sur terre, nous sommes maintenant "une de moins" ; mais le Ciel s'est enrichi de toi."
Je crois fortement que la résilience passe par les larmes et l'expression de ses émotions, le respect de celles-ci, mais aussi par la bataille pour la vie, c'est-à-dire rester en mesure de donner et de partager après cette épreuve, rester dans la dignité de l'humain qui ne se laisse pas aller mais demeure debout... se remet debout après l'effondrement de sa vie par la mort d'un enfant ou d'un proche.

Je vous embrasse. Plein de pensées à vous et aux parents orphelins qui viennent sur ce blog prendre un peu de réconfort et de compréhension des émotions qui les animent : colère, culpabilité, tristesse, écartèlement intérieur, sensation de vertige et de vide, d'une amputation, maux physiques et angoisses, perte de désir et de motivation, incompréhension, injustice, révolte, repli dur soi.

On peut avancer et arriver à retrouver la connection à la vie, en lisant, en écrivant, en allant marcher dans la nature, en écrivant à son enfant, en écoutant ses besoins, en respectant son deuil et aussi qu'il faut du temps.

Pensées à tous.

Chloé LAROCHE

Ecrit par : Chloé Laroche | 04.09.2009

__________________________________________

Pour dire STOP ! 

Rassemblement le 09/09/09 devant la Préfecture de Grenoble à 17h30, À L'APPEL DU RÉSEAU D'EDUCATION SANS FRONTIÈRES :

"L’État a honteusement profité des vacances pour expulser, il faut que l’on soit nombreux pour dire STOP."

Appel du RESF 38 avec l'appui de la coordination iséroise de soutien aux sans papiers.

Pas une seule chaise vide à la rentrée !


"Trois jours avant la rentrée des classes, des enfants sont traqués et reconduits avec leur mère à la frontière de façon abusive. 
Dans les dernières semaines d'août, 2 familles sont pourchassées dans le dessein d'être expulsées juste avant le retour de leurs enfants en classe. 
Du jamais vu en Isère depuis la création du Réseau Education Sans Frontières en 2005. 

Le Réseau Education Sans Frontières 38 appelle à un rassemblement devant
La Préfecture de l'Isère, place de Verdun à Grenoble
Mercredi 9 septembre à 17h30 

Nous demandons à tous les citoyens et citoyennes d'êtres présents avec nous pour exiger que tous les enfants, sans discrimination, soient scolarisés dans des conditions sereines de vie et d'apprentissage."

Ecrit par : Chloé Laroche | 07.09.2009

________________Prévention des accidents domestiques : attention aux enfants.

5/02/2009
(Article du site : http://www.secourisme.net)

"Les accidents de la vie courante touchant les jeunes enfants sont à l’origine de 20 % des décès chez les 1-4 ans. Afin de développer l’information des parents, le ministère chargé de la santé et l’INPES ont lancé une campagne de prévention fin janvier qui se poursuivra jusqu’au 25 avril.

Une brochure « Protégez votre enfant des accidents domestique » est disponible sur le site de l’INPES. Elle délivre de nombreux conseils aux parents d’enfants de 0 à 6 ans et indique les réflexes à adopter pour éviter les risques d’étouffement, de noyade, de chute, d’intoxication, de brûlure et d’électrocution. Elle évoque également la mort subite du nourrisson, le syndrome du bébé secoué ou encore les morsures d’animaux. Numéros d’urgence et liens utiles figurent à la fin du document."

Partager :
Poster une contribution au forum

30/08/2009

Chama rentre en CP mais n'aura peut-être plus son père près de lui pour la rentrée de tous les enfants français. Son papa est vivant, alors pourquoi pleurerait-il ? Pourquoi son père doit-il être expulsé de France après avoir élevé son fils tout seul ?!?

Bonjour à tous et toutes,

____________________________

tc_dads_009539.jpgSix ans que ce papa élève seul son enfant et on voudrait l'expulser, laissant seul ce petit garçon qui a besoin de son père !?! Mais où va-t-on ?? Dans quel État j'erre ? Pauvres humains qui expulsent d'autres humains rien que pour faire du chiffre !!

_____________________________

nan0010.jpg

Je suis révoltée et scandalisée par ce que vivent nombre de familles démembrées. Cet été a été marqué par nombre de batailles pour aider des familles menacées d'expulsion ou de déchirement. Certains combats ont pu sauver des pères et des mères finalement acceptés en France mais d'autres expulsions n'ont pu être évitées.images-2.jpeg

Vous pouvez vous rendre sur le site suivant et vous constaterez par vous -même : http://www.educationsansfrontieres.org

images-3.jpegChama est un petit garçon de six ans et il entre en CP. Cependant, son papa vient d'être enfermé sous prétexte qu'il est angolais et sans-papiers, ce qui ne l'a pas empêché d'élever son fils seul et d'honorer son rôle de père. Chama est né en France en 2003 et son pays de naissance voudrait renvoyer son père, celui qui s'occupe de lui avec sérieux et amour depuis sa naissance !?!

_____________________________________

images-1.jpeg

Pourquoi la France créerait-elle des orphelins alors que le destin a laissé un père à son fils. Bien vivants tous les deux, ils ont le droit de pouvoir vivre ensemble et de pouvoir vivre cet amour filial que nul sur cette terre ne saurait séparer.

_______________________________________

images-4.jpegSoyez donc nombreux à écrire la lettre donnée ci-dessous (proposée par le Réseau d'Éducation Sans Frontières) et à envoyer au Préfet de Saint-Denis, par fax ou mail. Vous pouvez aussi signer la pétition créée pour M. ABEL GABRIEL Joao et son fils Chama.

___________________

Chloé LAROCHE

 

images.jpeg________________________________ Envoyé par le Réseau d'Éducation Sans Frontières :tc_dads_009639.jpg

"URGENT : FAXEZ MAILEZ POUR DEMANDER LA LIBÉRATION DE M. ABEL GABRIEL Joao RETENU AU CRA DE BOBIGNY. SON ENFANT SE RETROUVE SEUL A QUELQUES JOURS DE LA RENTRÉE."

Préfecture de Seine-Saint-Denis : 

nacer.meddah@seine-saint-denis.pref.gouv.fr 
courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr
Fax :  01 48 30 22 88

Contact RESF - Malika Chemmah : 06 03 69 91 30

 

Signer la pétition

 

Modèle de lettre

 

 

A Monsieur Nacer MEDDAH,

Préfet de Seine Saint-Denis

Préfecture de la Seine-Saint-Denis

1, Esplanade Jean Moulin

93007 Bobigny Cedex

 

Saint-Denis, le 29 août 2009,

 

"Monsieur le Préfet,

 

Priverez-vous Chama Dieumerci, âgé de six ans, de sa rentrée scolaire, du soutien affectif et financier de son père ?

Arrêté le mercredi 26 août 2009 à Roissy, son papa, Monsieur Joao ABEL GABRIEL, ressortissant angolais, né le 24 août 1965 (n° étranger : 7503512525) a été placé au CRA de Bobigny le même jour.

Vendredi 28 août il a été présenté devant le juge des libertés qui a décidé de son maintien en rétention.

Il est arrivé en France en 2002 et vit à Saint-Denis de façon ininterrompue depuis 7 ans. En 2003, il a été débouté du droit d’asile et n’a depuis pas fait d’autres demandes de régularisation, non pas par négligence, au contraire il s’en souciait beaucoup, mais parce qu’il a été plus ou moins mal conseillé

M. ABEL GABRIEL se trouve dans un état d’angoisse extrême car arraché brutalement à son fils qu’il élève seul et de manière exemplaire depuis plusieurs années. Vous conviendrez comme moi que la place d’un père n’est pas en rétention mais auprès de son enfant et encore davantage à quelques jours de la rentrée scolaire.

Que diront parents et enseignants aux camarades de Chama Dieumerci devant sa chaise laissée vide ?

Parce que je pense également que « le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore qu’un droit, qui s’applique à toutes les familles », c’est avec confiance et détermination que je vous demande de procéder à la libération, à l’abrogation de l’APRF pris à l’ encontre de M. ABEL GABRIEL et à sa régularisation pour raisons humanitaires et à mettre tout en œuvre pour qu’il retrouve son fils au plus vite.

Recevez, Monsieur le Préfet, l’expression de mes sentiments citoyens les plus déterminés."

Votre signature__

______________________________________________

Commentaires

Bonsoir - vous pouvez aider Chama Dieumerci en vous associant à l'action lancée par le site http://www.dieumerci.fr - merci

Ecrit par : Thierry | 31.08.2009

 

____________________

 

Merci beaucoup Thierry. J'y vais tout de suite. De gros bisous pour Chama.
Chloé

Ecrit par : Chloé Laroche | 31.08.2009

 

____________________

Communiqué Resf / Après la conférence de M. Besson :

Le 4 septembre 2009 /
APRES LA CONFERENCE DE PRESSE DE M. BESSON__

"Les déclarations d’Eric Besson lors de sa conférence de presse du 3 septembre appellent quelques commentaires.
Il assure que « les parents [emprisonnés en CRA] sont libres de choisir d’amener ou pas leur enfants dans un centre de rétention ou de les confier à l’extérieur » et qu’il « ne suffit pas que l'on entre en France, que l'on inscrive son enfant à l'école pour qu'il y ait protection (ndlr: régularisation) des parents ». Arrogance, vulgarité, démagogie, M. Besson a vite appris de ses nouveaux amis. On dirait du Frédéric Lefèbvre !
Sur le fond, son discours oscille entre inconsistance et monstruosité. Il est stupéfiant d’entendre un ministre tenir des propos d’une telle légèreté sur les questions dont il a la charge. Ramener la véritable odyssée qu’est le parcours de nombre d’immigrés à de vagues formules simplistes (« Il ne suffit pas que l’on entre en France ») témoigne d’une inculture inquiétante. Ce sont des vies entières, des enfants, mais aussi un travail, un logement, des années de présence, une famille souvent que le ministre traite avec tant de désinvolture.
La « liberté » qu’accorde M. Besson aux parents de faire enfermer leurs enfants avec eux ou de les « confier à l’extérieur » (à qui ? A l’assistance publique ?) est une imbécillité ou une monstruosité. Probablement les deux. M. Besson s’imagine-t-il que c’est quand la police débarque à 7 h du matin, arrache les enfants du lit, menotte les parents, qu’on a la « liberté » d’abandonner ses enfants ?
En d’autres temps, les possédants, les bien-pensants et les parvenus soupçonnaient les milieux populaires de faire des enfants pour vivre des allocations familiales. M. Besson renouvelle le genre en les accusant d’utiliser leurs enfants pour obtenir des papiers. Le style, c’est l’homme. Il ne suffit pas d’énoncer des platitudes pour justifier des infamies."

Allez voir le site : http://www.educationsansfrontieres.org

Ecrit par : Chloé Laroche | 06.09.2009

 

____________________________________Le 9/09/09 : LE PÈRE DE CHAMA EST ENFIN LIBRE !!!!

 

Une heureuse nouvelle pour Chama et son papa, pour tous ceux qui les ont défendus et aidés :

le père Chama est enfin LIBRE depuis le 9 / 09 / 09.
Puisse-t-il être régularisé sur un long terme et vivre avec son fils une longue vie heureuse en France !!

Chloé

Ecrit par : Chloé Laroche | 11.09.2009

 

26/08/2009

Je défends la famille OGELE, expulsée sauvagement à Orléans de son logement avec quatre enfants, à trois semaines de la rentrée. Colère et indignation aussi pour Dah, mauritanien demandeur d'emploi qui a été dénoncé par un employé du Pôle Emploi.

as1128mrgn_12.jpgBonjour à tous et toutes,dl_m40_0083.jpg

 

La rentrée se prépare mais pour certaines familles, elle ne se fera pas normalement. En effet, dans notre pays, des enfants sont mis à la rue avec leurs parents, sous prétexte que ces enfants “pleurent et font du bruit”.

817906245.JPG.jpegAinsi, une famille vivait à Orléans, hébergée dans l’ancienne gendarmerie d’Olivet, un Centre d’hébergement géré par la Croix-Rouge. C’est un couple nigérian,  Monsieur et Madame OGELE. Ils ont quatre enfants et étaient dans une dynamique d’insertion, avec un emploi honoré par Madame.

Le 13 août, ils ont été expulsés violemment par la responsable du 115 elle-même, sur les ordres de la Présidente orléanaise de la Croix-Rouge, organisation qui se démarque habituellement par un comportement solidaire basé sur l’entraide et le service à autrui.images.jpeg

Quatre enfants de deux à sept ans ont vu leurs affaires jetées par la fenêtre du premier étage, emballées dans des sacs plastiques ou des draps.hs065213_bc2_wj.jpg

Trois semaines avant la rentrée scolaire, on leur a proposé une solution d’urgence sur huit nuits. Huit nuits à l’abri et la journée : dans la rue. Aujourd’hui, le délai de cette semaine d’abri d’urgence est passé. Où sont-ils ? Trois de ces enfants sont scolarisés. Que va décider le Préfet qui laisse des enfants dormir dans la rue. Va-t-il les placer à la DASS et leur trouver une famille d’accueil, séparant parents et enfants, dans la pire des tortures morales ?!! C’est malheureusement un risque.

425050.jpgSanctionner une famille pour un manque de logement, pour une expulsion sauvage, est inhumain. Ces parents risquent de se voir arracher leurs enfants parce qu’on les a mis dehors, parce que leurs enfants pleuraient et qu’ils faisaient trop de bruit ?!!

C’est abominable.

Je suis très inquiète, ainsi que nombre de personnes du Réseau d’Éducation sans Frontières. Comment peut-on en arriver là dans l’indifférence générale ?

hs065200_bc2.jpgCette info est passée discrètement au mois d’août, alors que beaucoup de français sont en vacances. Maintenant que vous êtes au courant, j’espère que vous allez réagir et écrire en masse à ce Préfet, afin de protester et de montrer que nous nous occupons de cette famille en danger.  Vous pouvez aussi écrire à Monsieur Serge GROUARD (UMP), Député-Maire d’Orléans.jf771BBEA_0365.jpg

Merci pour la solidarité que vous montrerez pour cette famille nigériane.

À Orléans, un événement m'a aussi beaucoup troublée. Un agent du Pôle Emploi a profité d'un rendez-vous donné à un demandeur d'emploi mauritanais, Dah, sans-papiers, pour le livrer à la Police et aux autorités. Il y a deux ans, en Rhône-Alpes, cela s'était déjà produit et c'est inacceptable. Vous pouvez vous rendre sur le lien suivant : http://cgt-pole-emploi.fr/index.php/les-editos/408-a-orleans-du-pole-emploi-au-centre-de-retention.html

images-2.jpegEn tant que petite-fille de Résistant de la Seconde Guerre Mondiale, je n'oublie pas ce qu'on pu faire tous les collaborateurs de notre pays ainsi que le Gouvernement de Vichy, qui ont dénoncé des milliers de personnes et de familles en danger afin de les faire expulser vers l'Allemagne, déportées et massacrées.images-1.jpeg

Aujourd'hui, le massacre est moral mais il existe. On ne tue personne mais on terrorise, on expulse violemment, on démembre des familles entières, on prive des enfants de leurs parents. On place des enfants dans des Centres de Rétention pour étrangers, avec leurs parents, dans l'attente d'une expulsion. On arrache des enfants de leurs bancs d'école, on les retire de leur classe. Certains enfants voient leur père embarqué de force dans un charter. Enfants en pleurs, parents déchirés.

dl_m40_0056.jpgAlors, on ne peut se taire et je ne me tairais pas.

Chloé LAROCHE

 

____________Voir l’article suivant ainsi que les photos et le film de l’expulsion :

 

http://resf45.hautetfort.com/archive/2009/08/24/4-jeunes-enfants-et-leurs-parents-jetes-a-la-rue-par-des-res.html

---------------------------------------------------

 

24 août 2009.

"Quatre jeunes enfants et leurs parents jetés à la rue par des responsables de la Croix Rouge d’Orléans."

 

“Cette famille, avec 4 enfants de 2 à 7 ans, logeait dans une chambre à l’ancienne gendarmerie d’Olivet. La maman venait d’avoir un titre de séjour et avait trouvé un travail. 3 des enfants sont scolarisés sur Olivet.

Le 13 août 2009 (3 semaines avant la rentrée scolaire) la responsable du 115, exécutant les ordres de la Présidente orléanaise de la Croix Rouge, accompagnée de 2 vigiles les a expulsés violemment.

Il n’y avait rien à discuter. « Vos enfants pleurent et font du bruit. On vous l’a déjà dit. Vous sortez aujourd’hui j’ai une autre famille à mettre à votre place. Ici c’est moi le chef, vous n’irez pas vous plaindre à Tours » (Tours parce que c’est là que réside la nouvelle directrice qui a en charge l’ancienne gendarmerie d’Olivet, depuis le licenciement express  de l’ancienne directrice).

Rapidement l’ensemble des affaires de la famille a été mis dans des sacs qui ont été jetés par la fenêtre du 1er étage. D’autres affaires ont été emballées sauvagement dans des draps, le tout avec des réflexions désobligeantes du genre : « Mais quelle quantité de vêtements ils ont ! » Comme si la famille les avait volés ou qu’elle les imaginait vivant nus ! Alors qu’il est évident qu’il en faut des vêtements pour 4 enfants et 2 adultes pour l’hiver et l’été. Un vigile a même bousculé la maman qui s’est retrouvée au sol. Cette expulsion s’est entièrement déroulée en présence des enfants. Pour plus de détails regardez, par ailleurs,  les photos prises durant cette sauvagerie.

Depuis, la famille passe la nuit aux Centre des Montées mais le matin tout le monde est dehors dans la rue jusqu’au soir 19h. Et pour combien de temps car on leur a déjà dit que les Montées c’est 8 nuits par mois et qu’après rien n’est sûr. Déjà, ce dimanche soir 23 août, la famille est à la rue pour la nuit : « vous avez épuisé votre quota de 8 nuits et il n’y a pas de places » leur a-t-on dit.  Plusieurs fois depuis leur expulsion les enfants ont été malades et les consultations se multiplient à l’hôpital.

Que va devenir cette famille qui commençait à se construire un avenir ? Quelle va être la rentrée scolaire des enfants ?

Cette situation ne semble pas émouvoir particulièrement le préfet. Il n’y a rien d’étonnant à cela : depuis des mois, quasiment tous les jours, des enfants dorment dans la rue et il n’a pas encore bougé le petit doigt.

Les responsables de la DASS n’y voient rien à redire et ne se bougent pas plus. Sauf à suggérer un placement des enfants. Ce serait un comble car la famille n’est en rien responsable de cette situation !

Faut-il voir, dans l’attitude des uns et des autres, une connivence et des arrangements concertés entre « amis » ? Faut-il y voir un accord d’actions concertées pour appliquer une honteuse politique vis-à-vis des demandeurs d’asile et des sans papiers ? La multiplication des situations où les uns et les autres agissent de concert, nous servent les mêmes arguments au mot prêt, font semblant de se rejeter la balle ou se servent de la lâcheté de l’un pour couvrir la leur, nous font penser qu’il n’y a pas de fumée sans feu dans cette situation de l’hébergement d’urgence sur Orléans.”

Pour lire l'article paru dans la République du Centre : http://resf45.hautetfort.com/media/00/01/817906245.JPG

Pour visionner le reportage de France 3 : http://www.dailymotion.com/video/xa8c2p_france-3-centre-e...817906245.JPG.jpeg

Pour les photos prises au moment de l'expulsion, trois liens à consulter :

 

http://resf45.hautetfort.com/media/00/02/1142793111.pdf

http://resf45.hautetfort.com/media/00/00/344105532.pdf

http://resf45.hautetfort.com/media/00/00/272073714.pdf

 

François (Réseau d’Éducation sans Frontières)____________________________

 

Le lien de cet article est :

http://resf45.hautetfort.com/archive/2009/08/24/4-jeunes-enfants-et-leurs-parents-jetes-a-la-rue-par-des-res.html

___________________________________________________

 

Commentaires

La croix rouge ne met pas les familles dehors sans raisons !!!!!!!!
J'ai écouté le reportage et la famille en question n'a pas respecté les règles du bâtiment ce que toutes personnes se doit de respecter . Pourquoi la croix rouge aurait mis seulement cette famille dehors et pas une dizaine ? c'est une question que je me pose.
C'est trop facile de taper sur ceux qui font quelques choses ( flic,pompier,croix rouge ,resto du coeur ect.....)
Mais je voudrais bien savoir si les personnes qui sont si outrés on hébergés cette famille a la rue ou si ils ont trouvé un logement pour eux ???
Qu'a fait ce blog ou MR AUCHERE françois de éducation sans frontière ??

J'espère avoir une reponse et que mon message soit publié 

merci

Ecrit par : isa | 31.08.2009

 

________________

 

Bonjour Isa,

Et vous, qu'avez-vous fait, Isa ? Monsieur AUCHERE aidait cette famille pour son intégration et il est outré comme moi de voir une famille avec des enfants mise dehors de cette façon. Vous n'avez qu'à regarder le film et les photos de l'expulsion. Que retiendront les enfants de ces scènes violentes et expéditives ? Que ce soit la Croix Rouge est encore plus révoltant, ne trouvez-vous pas ? Les associations humanitaires ne sont pas intouchables... ou alors ça devient des sectes, un groupement qui a toujours raison et détient seule la vérité. Pas touche ou on en prend plein la figure si on ose les critiquer. Avec tout le travail social qu'ils font, je trouve personnellement qu'il y a eu là un problème que j'ai voulu dénoncer dans cet article. Après, je respecte cette association puisque je suis moi-même secouriste et que je connais l'ampleur de leur travail et de leur efficacité. 

Après, me demander ce que j'ai fait pour cette famille... J'ai écrit pour elle afin de lui témoigner ma sympathie et mon intérêt, ma révolte et mon indignation, comme tout citoyen en a le droit. Beaucoup se taisent ou préfèrent penser que tout va bien dans le meilleur des mondes et que ceux qui sont expulsés "doivent sûrement avoir des choses à se reprocher". Vous dites que cette famille n'a pas respecté les règles... On peut trouver d'autres solutions en sachant aussi qu'il y a des enfants dans cette situation. 

De plus, Isa, si vous lisez tous mes articles, j'aurais beaucoup de monde à héberger ou à protéger et j'aimerais beaucoup pouvoir le faire (que ce soit des familles expulsées de leur logement ou du territoire français) mais il faudrait que je crée une fondation et que j'ai un minimum de moyens. Je lance donc appel à mécène pour financer un logement plus grand afin de faire de l'accueil et de l'hébergement de personnes en difficulté. Car pour l'instant, je m'occupe de trois enfants dont deux que j'ai retiré d'orphelinats, l'un roumain et l'autre béninois. Dans mon modeste appartement, je pourrais loger en dépannage trois personnes, voire quatre... si une association a besoin de mon aide. Je lance d'ailleurs cette proposition au Réseau d'Éducation Sans Frontières. Et si cette famille d'Orléans veut venir à Grenoble en attendant d'avoir mieux, c'est possible. 

Vous voyez Isa... Votre message est publié et vous avez une réponse de ma part. J'aurais grand plaisir à vous relire et je vous adresse mes meilleures salutations, en espérant avoir des nouvelles de cette famille et de ces enfants qui doivent être dans le plus grand désarroi quand d'autres préparent paisiblement leur rentrée. 

Chloé LAROCHE

Ecrit par : Chloé Laroche | 31.08.2009

 

______________________________

 

bonjour Chloé

Je fais partie de pas mal d'associations , c'est pour celà que ma réaction est sans doute violente . Plus on en fait et plus c'est un dû pour certains (heureusement ils sont minoritaire a penser ainsi). Ce qui me deplait dans l'article c'est la mauvaise foi du journaliste ,de la famille et de éduc sans frontiere qui font passé une association de plus en citant des personnes d'inhumain alors que cette famille a eu des avertissements et ils y a eu des plaintes envers eux .
La croix rouge ou autres organisme n'ont aucun interet d'expulsé cette famille sans raison.
Il y a des regles a respecter surtout dans la structure que l'on voit dans le reportage .
Saviez vous que la pmi sur demande de voisin est venu constater si les enfants n'étaient pas martyrisés tellement ils hurlaient.
Sur la photo je vois des personnes qui ramassent des affaires et un enfant assis sur un fauteuil bien sagement ( pas du tout traumatisé mais plutot comme du déjà vecu, hélas!!!)
Je sais que les photos sont souvent mal interprété ou bien souvent déformé pour mettre a sa sauce .
autres choses vous avez retiré 2 enfants de l'orphelinat pour avoir une médaille ?
Je comprends bien que toutes ses personnes ont quitté famille et pays pour des causes dure a imaginé et surtout a vivre mais faut arreter de faire croire que la france ou autres c'est mieux .
sans les associations qui sont saturé que deviennent ses personnes ???
J'espere qu'un jour vous aurez assez d'argent pour ouvrir une structure d'herbergement sans jamais refuser une seule famille surtout l'hiver !

Je pense que cette famille n'a pas eu de chance mais elle l'a eu !
Je pense que des personnes qui expulses doivent avoir du mal a géré cette situation .
Savez vous ce que devient cette famille ?

Isa

Ecrit par : isa | 31.08.2009

 

_____________________

 

Isa,

Vous devez être très proche de la situation pour en savoir autant sur les causes de l'expulsion de cette famille. Plaintes, suspicion de mauvais traitements, hurlements des enfants. Peut-être connaissez-vous la personne qui a opéré l'expulsion ? Est-ce qu'elle dort bien ? N'y avait-il pas d'autres moyens ? Cette famille vivait dans combien de mètres carré à deux adultes plus quatre enfants ? Par quelles soufrances antérieures sont-ils passés ? Quelles batailles cette famille a dû mener pour s'intégrer en France ? Comment pouvez-vous juger si rapidement ? 

On juge l'arbre à ses fruits. Ce que je vois, c'est l'effort de certaines personnes comme Mr Auchere, du Réseau d'Éducation sans Frontières, envolés d'un coup de balai.

Ce que je vois, ce sont quatre enfants qui ont été expulsés de leur logement. Ils ont vécu dans la rue depuis, après un hébergement d'urgence de huit nuits, et qui sait où ils sont à cette heure ?

Votre solution me parait visiblement toute trouvée : ces enfants vont être placés pour être épargnés de "mauvais traitements". Ils vont grandir dans des familles "honorables" et ne verront peut-être plus leurs parents, étrangers à ce pays, étrangers à leurs enfants, étrangers à ceux qui ont grandi ici et qui ne voient pas d'un bon oeil arriver des africains.

Vous aidez, vous faites partie de plein d'associations et vous arrivez à tenir certains propos qui me font penser au Front National.

Vous me demandez si je veux une "médaille"... Non merci. Je vous parlais de mon action pour répondre à votre défi, pour vous dire ce que je fais de mes mains et avec mon coeur.

Une dernière chose, avant de juger cette famille, je vous conseille de marcher dans leurs mocassins durant un mois, c'est-à-dire de prendre durant un mois leur destin tout entier, les mètres carré où ils vivaient, la pauvreté dans laquelle ils étaient, les difficultés de toutes sortes durant leur parcours en France... et après, on pourra reparler.

Et si cette famille m'entend, la famille OGELE, qu'elle sache que je pense très fort à elle et à ces quatre enfants, balottés par la vie. Je souhaite qu'une solution soit trouvée pour qu'ils puissent vivre dans un logement adapté à six personnes et qu'ils puissent grandir sans la peur au ventre.

Cordialement,

Chloé LAROCHE

PS : Quand vous parlez de "mauvaise foi du journaliste", vous parlez de quel journaliste ?

Ecrit par : Chloé Laroche | 31.08.2009

 

_________________________________________

Chloé

Effectivement je connais des associations pour en avoir fait partie qui brassent beaucoup de parole et de vents mais le pire dans tout cela elles sont persuadés d'avoir agi . Là voyez vous et ce n'est que mon point vue ,il n'y a rien de pire que de faire croire ou espéré a une famille que tous va s'arranger grâce a son association ! pour moi c'est prendre les gens pour des cons.

Ce que je veux dire c'est qu'a part la croix rouge qui a donner un toit a cette famille ? 

Les autres assos savaient que la famille Ogele allait etre expulsé !!!! Qu'ont elles fait pour eux ???? une montagne d'oreiller et de couvertures devant la prefecture , franchement Chloé c'est facile de raler et de brasser du vent .

Quitter son pays je sais que s'est tres difficile a supporter car l'exclusion est des 2 pays.

Je m'inquiete autant que vous de cette famille mais je n'ai pas la solution helas pour eux et pour tant d'autres . je parle comme une personne réaliste et non comme le FN car pour vous dire ce que l'on pense doit forcement faire parti du FN ou AUTRES.

Je pense aussi aux personnes qui font parti d'une assos et qui sont obligé de mettre une famille dehors la decision est dure .

Voyez vous je ne choisis pas de clan ,je pense a toutes ses personnes.

les famille vivent dans quelques metre carré grace a la croix rouge ( je le precise car je ne connais pas d'autres assos pour hébergé 100 familles).Mais n'oublions pas quelles ont un toit toutes ses familles , voilà ce que je retient .
La famille Ogele a eu cette chance d'avoir un toit certes avec des règles mais pour hébergés 100 familles il faut imposer des règles surtout dans une structure ou tant de culture se mélange,qu'en pensez vous ??

quand je parle de la mauvaise foi du journaliste ,c'est du journalisme que je fait allusion car le présentateur ne fait que répéter ce qui est écrit . ce que je reproche c'est qu'il n'y a pas tous le monde d'interroger pendant le reportage (voisins extérieur , voisins de structure, Pmi,Dass,ect..... parler moins de 3 minutes dans un journal pour essayer d'expliquer des mois de galère. 
Savez vous que la famille Ogele a déjà été expulsé d'une autre structure avant que la croix rouge les accueille. (je ne pense pas que vous sachiez grand chose sur cette famille ) 

Voilà ce que je voulais dire aider les personnes c'est très bien et tant que je peux le faire je vais etre sur le terrain mais faut arrêter de dire des conneries sur les assos qui font des choses et même si on ne fait pas bien un jour ,on fera mieux le lendemain .c'est ce que je pense chère Chloé .

posez vous les bonnes questions et le pourquoi du comment et surtout que faire quand on peut sinon on brasse du vent .

bonne journée

Ecrit par : isa | 01.09.2009

 

_____________________________________

 

Merci Isa.

Quand je vous lis, je me dis que finalement, il n'y a pas d'espoir pour certaines trajectoires, certains destins. Expulsés, ré-expulsés... exclus, renvoyés, sans racines, déchirés, bientôt démembrés de leurs enfants peut-être... Le train est en route et même les associations qui aident rebroussent chemin devant l'inéluctable.

Ce que je souhaite, c'est juste que les enfants de cette famille soient sortis de cette galère, de cette destinée sans issu.

Juste qu'ils puissent vivre une vie comme tous les enfants.

Malheureusement, je sais trop que quand on est enfant, on fait partie d'une famille et qu'on subit la destinée de cette famille et les aléas de ses parents.

Alors je vais dire une chose : soit ces quatre enfants subissent des mauvais traitements et ils doivent être sortis de là, soit ils n'en subissent pas et la rumeur est terrible.

Cordialement,

Chloé Laroche

Ecrit par : Chloé Laroche | 01.09.2009

02/08/2009

J'écris pour Cillian Sausset, petit garçon décédé dans un accident, et pour ses parents qui se battent afin que les administrations (la CAF, la SÉCU, les Impôts) reconnaissent nos enfants décédés et ne les rayent pas de la mémoire collective.

26678531_p.jpgBonjour à tous et toutes,

Il y a quatre ans, le 28 juillet 2005, les parents de Cillian ont reçu une terrible nouvelle : leur fils venait d'avoir un accident dans le car qui l'emmenait avec ses copains en sortie de centre aéré.

Un automobiliste a percuté le minibus qui transportait une dizaine d'enfants et c'est Cillian que la mort a emporté ; il est le seul enfant décédé dans cette tragédie.

En cette journée ensoleillée d'été, Cillian a regardé le ciel une dernière fois et avait embrassé une dernière fois ses parents qui ne savaient pas que c'était la dernière fois.1786420.jpg

Ils étaient heureux avec Cillian, 7 ans, et un deuxième enfant, Élouan, pour lequel Mireille avait choisi de prendre un congé parental de trois ans, afin de s'occuper de ses deux fils. Ils avaient le projet de construire une maison et de poursuivre cette vie familiale dans l'harmonie et le bonheur.

CB051128.jpgMais le destin a frappé comme un éclair foudroyant. Mireille et Benoît ont vu leur fils mort. Ils l'ont embrassé et lui ont dit au revoir une dernière fois. L'enterrement a eu lieu avec tout l'effroi et la douleur de se dire que plus jamais ils ne reverront leur petit Cillian.

Et puis, quelques jours après, ils ont reçu une lettre. Un courrier de la Caf, la Caisse d'Allocations Familiales, leur exprimant en termes peu humains qu'ils avaient dorénavant un seul enfant. Un seul enfant ne permet pas de bénéficier du congé parental pour le deuxième enfant, puisqu'il est tout seul.. alors qu'il avait encore un frère quelques jours avant. Et puis, les allocations familiales n'existent plus, d'un coup. Du coup, la maman a dû trouver rapidement un moyen de faire garder son jeune fils, afin de reprendre son travail, et le projet de construire a été mis de côté.

PRP053.jpgQuand on perd son enfant et qu'il était notre unique enfant, comme quand j'ai perdu ma fille Océana... les administrations (la Sécu, la Caf, les Impôts, etc) indiquent dans la case enfant : 0= zéro. La naissance et l'existence de l'enfant sont complètement niées. Nous étions des parents et d'un coup, en plus de l'absence terrible de notre enfant, on devient dépossédé de notre état de maman ou de papa. Notre enfant n'apparaît nul part, comme si nous n'avions jamais accouché, jamais allaité, jamais pouponné, jamais éduqué.42-15342541.jpg

Une association nommée ORPHEDENF se bat pour la reconnaissance de l'existence de nos enfants décédés, en demandant notamment que mille euros soient versés aux parents orphelins pour les frais d'obsèques et que les allocations soient encore versées sur un trimestre après le décès de l'enfant.

Les parents de Cillian Sausset se battent aussi pour que plus jamais ce qu'ils ont enduré avec les administrations n'arrivent à d'autres parents, pour que plus jamais on n'arrête un congé parental abruptement pour un petit frère endeuillé, pour que plus jamais une assistance sociale ne dise : "Hé bien, il va falloir vous rendre à l'évidence que votre enfant est mort et vous faire à cette idée."

74333.jpgMireille et Benoît Sausset ont créé un site internet et ont mis en place une pétition pour que les choses bougent, pour lutter contre la froideur et la rigidité des organismes publics, pour que les administrations reconnaissent nos enfants décédés. Leur site est : http://www.cillian-asso.fr

Chaque année en France, 800 000 enfants naissent. Chaque année en France, 7 000 enfants décèdent, de la naissance à l'âge de vingt ans.k0523006.jpg

Il n'est pas imaginable que la situation actuelle se poursuive ainsi au niveau de la conduite des administrations face au deuil des parents qui viennent de perdre un enfant. Je demande aux instances politiques de prendre ce sujet en considération et de ne pas effacer le prénom ni le nom de notre enfant de vos dossiers et de l'histoire familiale administrative.

Chloé LAROCHE

 

__________________________ LIENS :



Haut de page

Le site des parents de Cillian SAUSSET :

http://www.cillian-asso.fr

===== Signons nombreux leur pétition !!

POUR QUE LES ADMINISTRATIONS RECONNAISSENT L'EXISTENCE DE NOS ENFANTS DÉCÉDÉS.

 

Association Audrey

Association pour l'Information et la Prévention contre la méningite.
Association d'accompagnement des familles endeuillées en luttant pour humaniser l'administration.

 

associationaudrey.free.fr/antennes.htm Antennes: Regis76, Emeric42...



Haut de page

Association Jonathan Pierres Vivantes

Association de parents en deuil, bénévoles, qui propose:
  • un partage moral de la souffrance,
  • une entraide,
  • des accueils personnels,
  • des rencontres de groupes,
  • des sessions à thèmes,
  • un accompagnement des frères et sœurs,
  • un bulletin périodique...



Haut de page

Association LéA V.I.E.

Regroupement de parents ayant vécu la perte d'un enfant dès la conception, avant ou après la naissance.
  • APPORTE un soutien, une écoute, un partage,
  • PROPOSE une aide aux démarches administratives et matérielles,
  • SENSIBILISE et informe des besoins,



Haut de page

Association Orphedenf

Association qui regroupe les parents orphelins d’enfants, désireux en priorité de faire évoluer la législation en faveur des orphedenfants, terme qu'elle souhaite officialiser.

 

_____________________________________
______________________________________________

Commentaires

 

Bonjour Chloé,

Les administrations sont inhumaines en cas de décès d'un proche. Je comprends que pour la Caf et les impôts cela choque : je suis entièrement d'accord. Ces personnes (ou enfants) ont été déclarées à leur naissance, pourquoi les raye-t-on d'un seul coup de crayon ou de souris parce qu'ils sont partis. C'est honteux, un peu de dignité, zut (pour être polie).
Que les administrations trouvent un moyen pour laisser exister le souvenir de nos défunts. Je ne sais pas moi, par exemple un sigle qui signifierait : décédé, pour que leur mémoire reste intact à nos yeux.
Merci Chloé pour ce témoignage.

Ecrit par : Lolotte73 | 05.08.2009

 

Oui Lolotte, je suis d'accord. Le sigle "décédé" serait bien. Mais ne pas rayer les personnes.

Merci de venir me lire.

Sincèrement, Chloé

Ecrit par : Chloé Laroche | 05.08.2009

 

 

23/07/2009

Lettre ouverte à l'épouse du Président de la République, Carla BRUNI-SARKOZY, pour Jynia, une mère de famille qui va accoucher en août seule alors que le futur père vient d'être expulsé de France.

 

132015-carla-bruni-sarkozy-156x133-1.jpgMadame Carla BRUNI-SARKOZY,

 

Je me permets de vous écrire car je suis sûre que vous m’entendrez et que vous saurez percevoir dans mes mots l’urgence d’une situation qui ne saurait attendre.Photo 398.jpg

Tout d’abord, croyez-vous que les enfants se font dans des oeufs ? Couvés ou non couvés ? Choyés ou abandonnés dans la nature, au gré des vents et des vagues ?900577.jpg

Des femmes… attendent des enfants. Elles attendent... Mais pourquoi donc ?

k0650580.jpgUne femme attend un enfant… Il grandit dans son ventre et vient un jour au monde. Croyez-vous qu’elle soit seule ce jour-là ? Y aurait-il un papa ? Sa présence serait-elle utile et même nécessaire à l’enfant qui arrive ?

Une femme attend un enfant. Elle pleure. Pourquoi ? Elle a porté cet enfant huit mois dans son ventre et dans quelques jours il va naître. Mais elle va accoucher seule. Elle s’appelle Jynia.

Malheureusement pour la santé de la maman et de l’enfant, qui plus est dans le cadre d’une grossesse à risques, le papa vient d’être expulsé de force, mis à l’avion sur l’ordre de votre mari.

Il a été renvoyé au Nigéria, alors qu’il a déjà une petite fille d’un peu plus de deux ans et qu’il élève la première fille de Jynia, sa compagne.

Ces deux petites filles s’appellent Aimée et Emmanuella.

Vous chantez ces paroles, vos paroles, que j’adore : “Il faudrait que tout le monde réclame auprès des autorités une loi contre toute notre indifférence… Que personne ne soit oublié… Et que personne ne soit oublié.”FD004264.jpg

Carla, oui je réclame que vous ne soyez pas indifférente au sort de cette famille démembrée, au sort de ce papa exclu de sa paternité : Emmanuel Oladipo, au sort de Jynia, cette femme qui va accoucher seule, au sort d’Aimée et d’Emmanuella.

1912001.jpgJe vous en prie, demandez à votre mari qu’une mesure soit mise en place pour qu’Emmanuel revienne s’occuper de ses enfants et soit présent à l’accouchement de sa femme.

Vous chantez : “On me dit que le temps qui glisse est un salaud… Que de nos chagrins il s’en fait des manteaux.” N’habillons pas cette famille pour l”hiver. Cette famille écartelée pleure et le chagrin de chacun de ses membres est intolérable.

“Il semble que quelqu’un ait convoqué l’espoir”, avez-vous encore écrit et chanté… Soyez ce quelqu’un, Carla, pour Emmanuel Oladipo. Convoquez l’espoir, au nom de votre statut de Première Dame de France.

acu_024.jpgJe suis artiste comme vous et je crois que les anges nous suivent et nous accompagnent, afin que nous ne vivions pas comme des salauds mais que nous puissions chanter avec vous : “Il semble que mes bras soient devenus des ailes”.

“Tu fleuris au plus doux de mon âme”… Cet espoir, vous pouvez le semer dans le coeur de cet enfant à naître afin qu’il voit son père le serrer dans ses bras lorsqu’il viendra au monde au mois d’août 2009.

Je vous remercie de m’avoir lu et vous envoie tout cet espoir que je mets en cette lettre que je vous fais. De mon violon et de ma plume, je fais une flèche magique pour atteindre votre coeur.INGDMYFS0944.jpg

Très sincèrement,

282869SDC.jpgChloé LAROCHE

 

 

° La photo à gauche en haut : Carla Bruni-Sarkozy.

La photo à droite en haut : moi-même.

Les autres photos proviennent du site de Fotosearch.fr, que je remercie vivement.

25/06/2009

Lettre ouverte de soutien à Florence Cassez, enfermée pour soixante ans au Mexique, alors qu'elle n'a fait qu'aimer un homme qui s'est avéré être un bandit.

flo_cafe.jpgFlorence Cassez,

J'ai entendu ce matin, dans l'émission de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC, votre voix déchirant l'espace et le temps, nous annonçant que la décision du Mexique est de vous enfermer soixante ans et que cela équivaut pour vous à une mise à mort.images-6.jpeg

Vous êtes prise dans une tourmente sans mesure, comme un petit esquif emporté par le tumulte d'une tempête qui le dépasse. Les témoignages contre vous ne tiennent pas debout. Confondre une blonde et une rousse est énorme pour un témoin et nous ne parlerons pas de toutes les inepties du dossier d'accusation vous accablant. Des intérêts politiques, des réserves aussi entre grands personnages... créent l'oeil du cyclone dans lequel vous êtes prisonnière.

Les murs de votre prison ne sont rien au regard des murs de la conscience humaine, murs qui s'élèvent contre l'innocence, murs d'incohérences, murs d'impuissance, murs de soumission entre chefs d'états, murs de mensonges et d'intérêts inavouables des témoins et dites victimes.

images-3.jpegLe seul tort que vous avez eu a été d'aimer un homme peu recommandable, mais le saviez-vous ? Ce seul lien d'amour a fait que la police est venue vous chercher et vous a cuisinée dans une camionnette, afin de vous faire avouer. Aimer un homme peut ouvrir la porte sur l'inacceptable, sur d'autres portes comme celle qui s'est refermée derrière vous, à tout jamais, comme on vous l'a signifié.

Florence, je vous ai entendue désespérée ce matin et comment pouvez-vous être autrement, après cette sentence définitive. Mais je voudrais que vous gardiez espoir, car le monde évolue, les gens se battent pour vous... aussi, dans votre prison, gardez une fenêtre ouverte sur le monde invisible, celui qui a le pouvoir sur les choses de la vie et le destin. Votre esprit est une fenêtre ouverte sur le monde, sur ceux que vous aimez... et personne ne peut vous enlever la liberté de penser, de rêver, d'écrire, de croire, d'espérer encore.florence-cassez-oculto.jpg

Je vous embrasse très fort et place votre lien de site et votre pétition ici, afin de faire connaître à mes lecteurs ce combat à mener pour vous, chère Florence.banner_flo.jpg

Tenez bon. La force est en vous.

Chloé LAROCHE

 

Le lien de votre site : http://www.liberezflorencecassez.com

 

____________________________ PÉTITION____

Le texte de la pétition est à envoyer à l'adresse ci-dessous, signée et datée :

 

ASSOCIATION FLORENCE INNOCENTE

14 Route Nationale

62660 BEUVRY


Lettre pétition pour la libération d'une innocente, Florence Cassez.

 

Monsieur le Président de la République,

Depuis près de deux ans, Florence Cassez est emprisonnée au Mexique pour un délit qu'elle n'a pas commis.

Aucune injustice, nous le savons, notamment celles infligées à nos compatriotes à l'étranger, ne laisse insensible l'homme et Le Chef d'Etat que vous êtes.

Son procès, en cours depuis mars 2006, n'est à ce jour pas encore clôturé, malgré les demandes incessantes de son avocat.

Nous formons le voeu qu'il vous soit possible d'intervenir auprès des autorités mexicaines pour que Florence Cassez soit enfin libérée après des épreuves qui n'ont que trop duré.

Par avance, ses parents, sa famille, ses amis, et tous ceux que son sort a émus, vous en expriment leur profonde et respectueuse reconnaissance.

***************SIGNER LA PETITION*************

Envoyer un mail à soutien.florence@hotmail.fr

avec votre NomPrénom et votre adresse signer la pétition

20/06/2009

Du Niqab et de la burqa. Mon coeur est serré pour ces enfants, ces bébés, qui n'auront de leur mère que l'image effrayante d'un fantôme de femme, sans formes et sans peau découverte.

 

Bonjour à tous et toutes,

images-12.jpeg

 

 

 

images-7.jpegDes femmes sortent de chez elle avec des grilles devant les yeux, couvertes toute entière d’un voile.

Cette tenue s’appelle la Burqa.

 

Masque sur la vie, masque de la femme, masque de sa beauté, masque de sa force et de la vie.images-10.jpeg

 

Ces femmes ont chaud et traversent les rues françaises en souffrant le martyre, sous le soleil chaud de l’été.

 

e010694.jpgDes femmes aussi n’ont pas de grilles mais on ne leur voit que les yeux. Cette tenue s’appelle le Niqab.images-2.jpeg

 

D’autres ont le corps entièrement recouverts d’un voile mais on voit leur visage.

 

Elles le font par conviction religieuse, “pour leur Seigneur”, et aussi pour faire plaisir à leur mari. Certaines sont forcées de le faire.

 

images-6.jpegDes jeunes femmes pensent qu’il faut porter la burqa ou le Niqab alors que leurs ancêtres féminines se battent et se sont battues dans certains pays musulmans pour ne pas la porter. En Algérie, des jeunes filles ont été égorgées pour avoir refusé de porter le voile, le hijab.

 

Au Pakistan, depuis le 27 décembre 2008, les Talibans terrorisent les femmes dans cette région pour que les jeunes filles viennent au lycée habillées en burqa.images-17.jpeg

 

images-18.jpegImposant leur vision radicale de l’Islam, ils ont d’abord ordonné la fermeture des écoles pour filles, dans le nord du Pakistan. Devant la désobéissance ambiante, les Talibans et extrémistes musulmans ont détruits à l’explosif deux cent établissements. 40 000 jeunes filles on été privées d’éducation du jour au lendemain.images-5.jpeg

 

Depuis, dans la vallée de Swat où les Talibans ont pris le pouvoir, des écoles ont rouvert leur porte.... mais, avec le port de la burqa obligatoire. Des talibans sont postés en permanence devant les écoles pour surveiller cela.

 

À Mingora, deux femmes ont été sauvagement fouettées en public pour être allées faire les courses seules, non accompagnées d’un homme, comme il est exigé par les Talibans.

 

images-9.jpegShabana, une danseuse de Mingora, a été tuée car elle refusait d’abandonner son métier de danse interdit par la loi talibane. Son corps criblé de balles a été exposé dans un rond-point afin de faire peur aux résistantes de la même trempe. Nombre de “mujras”, les danseuses de Swat qui faisaient la fierté de cette vallée, ont dû partir à Lahore et sont devenues prostituées. Les danseurs, mais aussi les artistes et chanteurs de la province, ont dû renoncer à leur art.KS94133.jpg

 

L’intégrisme musulman se sert du Coran pour avoir le pouvoir sur les âmes, un pouvoir démesuré et contraire aux Droits de l’homme et de la femme. Le véritable Islam aime la mesure et n’aime pas les excès. Porter un voile sur la tête est acceptable, mais nombre de pays ont interdit le port de la burqa et du niqab, ce qui me paraît normal pour la défense des Droits de la femme.

 

Ce qui est anormal et révoltant, c’est qu’en France, rien n’interdit le port de ces deux tenues.images-4.jpeg

 

images-16.jpegCertains demandent qu’une enquête soit faite afin que l’on sache exactement si les porteuses de ces vêtements sont en accord avec ce déguisement ou contraintes de le porter.

 

D’autres comme Martine Aubry pensent qu’il ne faut pas interdire de telles tenues... car on risque de ne plus voir ces femmes sortir. Elles vont rester cloîtrées chez elle. Martine Aubry demande plutôt des discussions et un avancement dans la réflexion avec les personnes qui portent ces tenues. En résumé, elle souhaiterait convaincre ces personnes mais ne pas interdire.

 

images-11.jpegElle a raison dans un sens... Peut-être certains maris cloîtreront-ils leur femme si une telle loi était vôtée.

 

Mais on ne peut fonder une société et oeuvrer pour l’avancement des Droits humains sur des chantages de ce genre. En même temps, pour rassurer les croyants musulmans, si une loi d’interdiction de ces tenues était vôtée, la France serait en accord avec ce qu’a déclaré Dalil BOUBAKEUR, Recteur de la Mosquée de Paris :

"Le port de la burqa n’est pas une prescription coranique. D’après l’Islam, la femme doit se couvrir les cheveux et se vêtir décemment.”

Pour lui, la multiplication de ces tenues est le signe « du progrès de certaines tendances fondamentalistes ».images-14.jpeg

 

Lorque je rencontre dans la rue une femme portant la burqa ou le niqab, je ressens de la révolte et de la tristesse. Je vois ces mères que leurs enfants ne peuvent même pas toucher, le visage interdit d’accès, le sourire verrouillé dans le niqab, les yeux grillagés pour la burqa.011124AT.jpg

 

images-8.jpegMon coeur est serré pour ces enfants, ces bébés, qui n'auront de leur mère que l'image effrayante d'un fantôme de femme, sans formes et sans peau découverte. Sans voir leur sourire, sans sentir la chaleur des bras sur leur corps, sans contempler leur mère dans sa beauté, celle que Dieu donne à toutes les mamans.

 

Je me dis qu’au nom de Dieu, les hommes deviennent des démons.

 

Et que le Diable doit se frotter les mains d’avoir réussi à enfermer les femmes. Pour qu’à côté, on considère encore mieux les femmes occidentales comme des prostituées, qu’on peut violer et à qui on peut manquer de respect sans remords... puisqu’elles savent si bien susciter la convoitise masculine par leurs habits.1199015.jpg

 

Chloé Laroche

images-3.jpeg

 

 

 

... pour Shabana, pour toutes les femmes tuées à cause de l'intégrisme musulman

et de tout intégrisme, poison des Droits de l'Homme et de la Femme, poison de la liberté d'être et d'exister.

 

________________________________________

Commentaires :

 

Pour info :

http://www.elwatan.com/Les-artistes-persecutes-au-nord

Ecrit par : Chloé Laroche | 20.06.2009

________________________

Pour info :

http://www.freemuse.org/sw33496.asp

Ecrit par : Chloé Laroche | 20.06.2009

_________________________________

Pour info :

http://www.wluml.org/french/newsbytheme.shtml?cmd%5B141%5...

Ecrit par : Chloé Laroche | 21.06.2009

________________________________________________________________

Bonjour chloe,
je viens de decouvrir ton blog et voir ce post sur la burqa, je suis emue de voir combien tu es engagee pour la defense des femmes, et combien tu es touchee... Il est vrai ke pour ces femmes du talibans cela doit etre difficile d etre forcee et privees d'etudier. Mais sache que les femmes de france qui se vetissent ainsi n'ont pas la meme situation ke ces femmes, pour la plupart elles ont choisi. je suis francaise convertie a l islam et je porte le niqab et sache que personne m y a force je les fais pr Dieu et mes parents seraient tellement heureux si je ne le portais pas...pourquoi j ai fait ce choix parce ke pour moi il etait tellement beau de voir une femme aimer sa pudeur, se respecter et se preserver et parce ke j ai fait le choix de ne pas montrer mon corps a tout les hommes et kl est la partie la plus belle du corps : le visage . car je suis outree de voir qu aujourdhui on se sert du corps de la femme pour vehiculer des choses et pour faire de la propagande ... pourquoi UTILISER une femme a moitie nue pour vendre des voitures parce ke les premiers acheteurs sont des hommes n est ce pas ? si on visait les enfants on aurait mis autre chose, alors ki est la femme objet soumise??????? Celle ki choisit de rester digne et ne souhaite montrer sa poitrine ou ses fesses a personne d autres ka son epoux ou celle kon utilise chak jour a la tele ??????je suis maman de deux enfants tres epanouies et non effrayes comme tu le dis... ils aiment leur maman peu importe comment elle s habille je suis tres attentionnee a leur education je souhaite kils soient juste kils aiment leurs prochains et kils respectent autrui malgre les differences et contrairement a ce ke beaucoup croit malgre nos differences nous donnons le meilleurs de nous a nos enfants nous exercons enormement d activites d eveil de decouvertes de sorties a la ferme au zoo a la cite des sciences au sortie de nature et decouvertes au ballades et bien d autres c est dailleurs pr cela ke vous en voyez de plus en plus car nous ne sommes pas cloisonnees comme vous le pensez et nous ces femmes sans visage sachez ke nous sommes des femmes comme vous qui aiment rire et se parer et se faire belle entre nous les amies se divertir nous bloggons comme vous nous mangeons des cup cake comme vous lol nous faisons de la couture,des bijoux en fimo lol nous faisons des doudous en feutrine comme vous nous frequentons les salons de massage comme vous nous aimons le maquillage comme vous chanel, geurlain shisheido lancome lol et ce ke vous ignorez c ke nous achetons nos vetement dans les mm magasins ke vous et oui on s habille sous la burka dur a croire????????????????????????????? et oui addict des fringues vous nous voyez chez zara, mango, nafnaf, etam et autres et la le dernier ptit plaisir le sac lancel model gousset et la ptite paire de ballerine reppetto a 150 euros et demandez a mes voisns jsuis bien une femme en burka donc voila je voulais t eclaircir je pense ke les gens connaissent trop peu ses femmes en burqa de 2009 lol et ignorent kon a toute grandi ici en france et kon est pr beaucoup des francaises converties alors difficile de rentrer dans son pays comme on nous dit chak jour kd on s apelle mary stephanie julie ou virgine ... Il ya un grand mank de dialogue et trop de cliches et de bourage de tete mediatik ou on ne fait ke parler des femmes de kaboul aukl on nous identifie mais je vous assure rien a voir parce ke jen ai pas encore vu une avec le dernier louis vuitton ke ma copine nikab burka vient de s acheter...maintenant je ne dis pas kil n exixte pas des femmes en nikab ki sont pas forcees biensure ils doit y en avoir et je peux comprendre la demarche de vouloir les SAUVERRRR mais il ya des tonnes d associations vers leskl elles peuvent se tourner mais pensez a celles ki veulent le garder et voit leur vie comme ca pourkoi les forcer a l enlever ou est la liberte ???? si vous me contraignez a l enlever vous emputer ma liberte non????? voila chloe j espere ke c est plus clair pr toi et je tinvite a rencontrer des femmes de FRANCE et non de kaboul portant le nikab et tu seras bien etonnees de voir a kl point elles sont heureuses et epanouies (et en plus fashion victim lolol )parce ke nous cest sans PSY sans PROSAC ...sois curieuse de savoir ki nous somme vraiment et non ce ke l on vous fait croirepeut etre a tres bientot 
MARY

Ecrit par : mary | 22.06.2009

______________________________________________________

je precise aussi ke lon ne porte pas la burqa chez nous ni entre amies et kon embrasse nos enfants kon les gate de calins et de tendresse...

Ecrit par : mary | 22.06.2009

______________________________________________________

Mary, je vous remercie pour votre long témoignage et commentaire. Vous avez choisi de porter la burqa mais c'est un choix d'enfermement. Je pense qu'une femme qui se cache à ce point à l'extérieur a un problème psy et que ce n'est pas dans les traditions qu'il faut aller chercher mais dans la tête de la femme. Imaginez que demain matin, je prenne mon taxi en portant la burqa. Mon employeur me licencie sur le champ et mes clients vont me dire : "Tu es devenue folle, Chloé." Pour moi, c'est comme si demain aussi, j'allais au travail avec un masque de Venise en disant : "je garde mon visage pour moi et mes proches." Ce serait pour moi une insulte aux autres êtres humains que je vais croiser et accompagner dans mon métier. Ce n'est pas pour ça que je m'habille de façon indécente ! Je ne porte pas de décolleté ni de mini-jupe ni de vêtement attentant à la pudeur. Je suis féminine et je remercie Dieu, le vôtre aussi, de m'avoir donné les charmes d'une femme, la beauté de la création et des yeux, miroir de l'âme... yeux qui peuvent être vus par ceux que je croise et à qui je parle. C'est pour moi une politesse exquise et j'enlève aussi mes lunettes noires pour parler aux autres. Si un jour, je me retrouvais à porter la burqa ou le niqab, je courrai chez le psy... pour savoir et démonter ce qui m'a conduit à faire ce choix d'habit... de déguisement. 
Je vous parle franchement et tout à fait sereinement. Je pense à vos parents. Je pense à vous. Avec mes meilleures pensées.
Chloé Laroche

Ecrit par : Chloé Laroche | 22.06.2009

______________________________________________________

 

bonjour chloe
pourquoi irais je chez le psy ? si pour moi c est ma facon d etre heureuse pourquoi ne pas respecter ce choix ki peut paraitre incredible a vos yeux??? pourquoi respecter le choix de 2 hommes ou 2 femmes ki saiment et s accouplent ce ki est interdit ds la Bible ??? et ne pas respecter le choix d une femme ki ne veut se montrer??? ou est la tolerance ou est le respect des idees et des choix??? tant ke je ne fais de mal a personne je suis polie je n'agresse pas les gens ds la rue je respecte mes parents jai le meilleur comportement envers eux...pourquoi avez vous aussi peur de l inconnu et pourquoi vos coeurs ne s ouvrent pas sur d autre horizons ke votre simple GAULE?? pourquoi en angleterre les gens s acceptent malgre les differences prkoi aux etats unis il ya beaucoup plus de femme en niqab?? je pense chers francais ke votre esprit conservateur et peur de lautre vous empeche de comprendre ce ki peut faire le bonheur des autres. Pourquoi l odeur du riz des africains vous gene ?? ou celle de l encens des hindous ou les franc parler des algeriens remettez vous en kestion... je sais de koi je parle chloe les gens les plus ouvert et respectueux envers moi sont generalement des gens d une certaine categorie sociale tres curieux et ki ont beaucoup voyage qui comprenne et cherche a savoir kl etre se cache derriere se voile et nous considere comme des humains ki ont un coeur et ki ressente les choses. Meme si cela peut parraitre fou a vos yeux puiske vous parlez de PSYYY pensez vous ke je merite toutes ses insultes ke je subit depuis bientot 6 ans ???? repondez moi ou vertement les gens m insultent dans la rue de belfegor, de fantome du louvre de tout autre chose mechante et iirespectueuse alors ke je suis o marche ou dans la rue vous ki denfendez si bien les femmes vous trouvez ca juste et correcte???? ou est le bon comportement des francais ou est leur politesse??? et depuis les debats les soeurs se font de plus en plus insultees et mm agressees car les gens se disent l etat est avc nous on peut les insulter leur mettre la misere...je trouve cela vraiment absurde et nous nous laisserons pas nous harceler verbalement par toutes ces insultes chak jour de nos vies. k en pensez vous est ce normale kon souffre de ces mechancete gratuite dites moi vous ki voulez le bien pr votre prochain???

Ecrit par : mary | 22.06.2009

______________________________________________________

il ya un autre point ke je souhaite eclaircir avec vous c lorske vous parler de travail sachez bien une chose c ke toute femme ki est voilee comme moi ne desire pas simposer en france et son plus grand souhait est de partir vivre ds les pays musulmans la ou nous pourront vivire notre religion pleinement ou nous pourront travailler avc nos voiles et mettre nos diplome en pratik j ai vecu dans un pays musulman ou j etudiais ou je pratikais du sport ou j aillais a la piscine je mangeais o restaurant avc mon epoux et javais une vie tout a fait normal mais il est difficile de s etablir a letranger qd on est francais et on espere vivement partir o plus vite de ce pays ki nous deteste. interrogez les toutes ces femmes en niqab elles sont toutes impatientes de partir d ici .

Ecrit par : mary | 22.06.2009

______________________________________________________

bonjour a vous 

Je suis d'un coté compréhensif du combat que vous mené mais d'un n'autre vraiment bouleverser car moi même je le porte avec grande satisfaction je le fait car pour moi c un grand pas ver Dieu (Allah) je me suis battu pour le maitre.
Il n'est pas du tout obligatoire il vrait c'est une sunna (ce que le prophette et c femme fessai) oui je le porte car les femme du prophette mohamed sws le porter.
Je suis trés triste car la en se moment sa fait polimique vous vous batter pour qu'on soi libre mais le probléme si c interdit vous aller nous contraindre a ne plus sortir.
et oui si c interdit je ne vais plus vouloir sortir me promené profiter des belle chose que dieu nous a donné.
ba toi pour celle qui son obliger par leur mari pas celle qui le veul delle méme je ten supli tu as un beau combat.
j'aimeré que tu me réponde sa me toucheré 
au revoir.

Ecrit par : myriam | 22.06.2009

______________________________________________________ Réponses de Chloé :

 

Deux réponses : à MARY et MYRIAM.____________ Merci à vous de m'avoir lue et écrit !

Ma réponse à MARY qui m'a écrit plusieurs fois : Mary, je suis touchée par votre conviction et je vais faire le point avec vous, plusieurs points d'ailleurs. 1- Si une de vos soeurs musulmanes voilées en hijab (voile normal autour du visage) ou en niqab ou en burqa, était agressée ou insultée devant moi, je prendrai sa défense sans hésitation, car vous ne méritez pas cela. 2- Oui, vous êtes des êtres humains et avez un coeur... je n'ai jamais dit le contraire. 3- Non, je n'ai pas peur de l'inconnu et mon coeur est ouvert à plein d'horizons. 3- Oui, j'ai voyagé et fait même un tour dui monde pour la paix avec mon violon. Mais non, je n'ai pas vu de femmes en niqab ou en burqa à San Francisco, à Tahiti, en Australie, à Nouméa, en Indonésie, à Singapour, en Grèce. Même en Algérie, il y a vingt ans, les familles qui m'ont reçue ne connaissaient que le Hijab, voile que je respecte... mais pas le niqab, ni la burqa. 4- J'aime l'odeur du riz africain, j'aime l'encens indien, j'aime le franc-parler des algériens... J'ai adopté une enfant du Bénin, à la peau noire. J'ai adopté une enfant roumaine. Je recueille actuellement un jeune algérien qui a traversé une période difficile et qui se remet avec une formation à la clé. De plus, mon fils est né d'un papa algérien, lequel est malheureusement décédé. 5- Vous pouvez donc croire que je ne suis pas fermée ni obtue. Je ne suis pas raciste ni d'extrême-droite, au contraire. Je me suis toujours battue pour l'amitié et l'entraide entre les peuples, pour la compréhension des cultures et pour la tolérance. Mais je ne tolère pas le niqab ni la burga, comme je ne tolère pas l'excision. Comme je ne tolère pas la lapidation des femmes adultères. Comme je ne tolère pas les crimes d'honneur dans certains pays. 


Ma réponse à MYRIAM : Merci pour votre commentaire. Parler avec vous et avec Mary est un bonheur. C'est un échange, un pont entre des femmes. Je suis désolée de savoir de votre bouche que si une loi passait, vous ne sortiriez plus. Martine Aubry a donc raison et je m'en doutais. Vous vous obligeriez à rester enfermée alors que vous êtes dans un pays où vous êtes libre, où vous avez le droit d'être musulmane, le droit de pratiquer votre religion, où vous avez des mosquées (celle de Lyon est très belle) ?! Pensez à vos soeurs terrorisées par les Talibans. Pourquoi fuir la France, comme dit Mary, ou vous empêcher de sortir et de vivre votre vie de créature de Dieu ? Dieu demande-t-il que les femmes renconcent à la vie ? À l'heure de notre mort, on nous demandera ce que nous avons fait, pas ce que nous avons porté comme habits. De toute façon, dans la tombe, on est tout nu. Les habits qui nous couvrent ne sont plus qu'illusion, n'est-ce pas ?!! Alors, Myriam, je vous en prie, pourquoi le Hijab ne vous satisfait pas ? Il est permis et restera permis... et c'est ce que le Coran demande. Vivez votre vie, personne ne la vivra à votre place !!!!! Dans la paix d'Allah. Chloé LAROCHE

Ecrit par : Chloé Laroche | 22.06.2009

______________________________________________________ Suite pour info :

À propos du projet de loi contre le port du Niqab et de la Burqa (voiles intégrals), voici quelques réactions et actions :

-Rama Yade a déclaré samedi qu'elle n'était pas opposée à une loi interdisant le port de la burqa en France. La secrétaire d'État aux Droits de l'homme estime qu'une telle interdiction doit être décidée "à titre de défense de la laïcité et de la dignité de la femme".

Fadela Amara : "Je suis favorable à l'interdiction totale de la burqa dans notre pays", a dit la secrétaire d'État, qualifiant le voile intégral de "cercueil qui tue les libertés fondamentales... “Ce qui est certain c'est que la burqa est le signe d'une présence concrète du fondamentalisme sur notre sol... Globalement, les femmes qui ont la burqa, confiscation de leur existence même, sont des victimes", a-t-elle encore déclaré.

André Gerin, député communiste de Vénissieux : "Définir des propositions afin de lutter contre ces méthodes qui constituent une atteinte aux libertés individuelles sur le territoire national. Nous sommes aujourd'hui confrontés, dans les quartiers de nos villes, au port par certaines femmes musulmanes de la burqa, voilant et enfermant intégralement le corps et la tête dans de véritables prisons ambulantes ou du niqab qui ne laisse apparaître que les yeux. La vision de ces femmes emprisonnées nous est déjà intolérable lorsqu'elle nous vient d'Iran, d'Afghanistan, d'Arabie Saoudite... Elle est totalement inacceptable sur le sol de la République française."

Sihem Habchi, présidente de Ni putes, ni soumises (NPNS), accueille "plutôt bien" la proposition de création d'une commission d'enquête. "Le droit des femmes n'est pas une affaire de centimètres de tissu mais la burka est le symbole de l'oppression que subissent les femmes. Il faut encourager le débat sur cette question", a-t-elle déclaré à l'AFP. "Il ne faut pas avoir peur d'en parler, il faut rendre visible la réalité et la dégradation de la condition des femmes (...). Nous allons faire notre travail de lutte contre les fondamentalistes", a-t-elle ajouté. "La loi de 2004 sur la laïcité était nécessaire mais pas suffisante; il faut rouvrir le débat et ce sera à chacun de  se positionner sur la laïcité, sur la mixité. La France a une responsabilité face aux femmes qui sont en train de se battre en Iran pour leurs droits", a encore estimé Sihem Habchi.

Ecrit par : Chloé Laroche | 22.06.2009

______________________________________________________

Merci chloe pour tes reponses et de nous lire ca fait plaisir, je comprends mieux ta vie ton univers... je suis touchee de voir que tu as des enfants du monde entier ma maman qui me porte beaucoup d aide et de soutien, aussi a adopte une ptite fille et je serais toujours en admiration pr ces femmes ki savent aimer un enfant comme le sien mm si ils n ont pas son sang...je trouve dommage que tu ne tolere pas le niqab et la burqa parce ke tu semble sensible et respectueuse a la fois, comment reagirais tu si demain je viens vers toi, moi MARY avec mon niqab avc ki tu discutes est ce ke tu me rejetterais?? est ce ke tu m eviterais ?? refuserais tu de me regarder en face?? moi qui respecte ce ke tu entreprends... et dis moi si en grandissant ta fille yacinth tres mimi kelle est, souhaiterait de son plein gre porter le niqab comment reagirais tu ? ne faudrait il pas respecter son choix et l aimer malgre tout??? c tout simplement cela ke lon demande...

Ecrit par : mary | 22.06.2009

______________________________________________________

Mary, je te recevrai avec plaisir chez moi pour discuter avec toi, même en niqab. Mais j'aurais la tristesse de ne pas voir ton sourire et l'expression de ton visage. Et si ma fille, comme tu me le dis, décidait un jour de porter cette tenue, je souffrirais beaucoup de ne plus voir son sourire et de savoir que des dizaines de portes se fermeraient devant elle au lieu de s'ouvrir. Je lui parlerais pour la faire revenir à la raison, fais-moi confiance. Je lui parlerais des pays où les femmes, les petites filles, les collégiennes.. rêvent de ne plus porter ces tenues, ni le niqab ni la burqa !! Amitiés sincères pour toi. Chloé Laroche

Ecrit par : Chloé Laroche | 22.06.2009

______________________________________________________

merci chloe mais si je suis avec toi sans presence d homme tu peux me voir rien ne m empeche de me decouvrir tu peux voir mon visage et mes expressions tu pourras aussi voir mes nouvelles parures de bijoux... et mes beaux vetements lol et ta fille devt toi ne se couvrira pas, tu comprends.en tout cas jai ete heureuse de faire cet echange avc toi et mm si ton point de vue ne change pas au moins tu sais kil existe dans cette planete des femmes ki sont heureuse et fiere de le porter et ki sen porte tres bien et non nullement le besoin detre suivi psychologikement parce kon va voir un psy lorskon a une gene un trouble lorskon se sent mal ds sa peau ce ki nest pas notre cas. je continuerais de suivre t combats et espere ke tu comprends le mien.

Ecrit par : mary | 22.06.2009

______________________________________________________

Mary, je suis déjà soulagée d'apprendre que tes enfants peuvent te voir dans ta maison, voir ton visage et que vous faites des calins. Explique-moi plus comment tu procèdes avec ta tenue. Quand la mets-tu exactement... et chez toi, quand l'enlèves-tu ? La mets-tu devant ton mari en présence de tes enfants ? Si ton père vient, es-tu obligée de la remettre ? Ta mère peut-elle te voir sans la tenue ? Cela m'intéresse que tu me dises. Je te souhaite plein de belles choses et j'aimerais que tu t'épanouisses un jour dans un métier, dans une passion, et que tu puisses le faire sans interdit de la société humaine. Sincèrement, Chloé L

Ecrit par : Chloé Laroche | 22.06.2009

______________________________________________________

bonsoir Chloe je suis contente de voir ke tu te poses de bonnes kestions sur moi et mon quotidien... le niqab tout comme le voile doit etre porte uniquement devant les hommes etrangers avec ki l on pourrait se marier, je le dresse ke lorsque je sors de la maison, ou si un homme etranger vient a la maison comme par exemple un plombier le facteur ... autrement a la maison je m habille comme vous jai un placard ki va craker .... alors on fait des trok party avc les copines lol jaime beaucoup les vetements que j achete chez zara ou mango ou jaime beaucoup les vetements de createurs comme maje ou bel air ou comptoir des cotonniers ou mes belles chemises de veronique branqhino Incroyable pr une femme en burqa... ma mere mes soeurs mes freres mon pere mes oncles mes enfants me voyent kasiment jamais en burqa sauf kd je suis dehors. et des passions oui j en ai des passions je suis fan de deco jai un bel interieur qui me plait je lis les livre de benedicte regimont coach deco et psychologue deco, je squate litteralement ikea alinea maison du monde et les autres ... je suis tres bio kasi tous mes soins cosmetik sont bio et surtout equitable , je peinds sur la toile et je compte me mettre au cartonnage j aime beaucoup les choses fait main je consacre beaucoup de temps a mes enfants pr leur activites et la pr info je compte ouvrir ma boutik en ligne pr une nouvelle ligne de vetements trend inspiree du courant japonais et de la haute couture comme les chefs d'oeuvre de mr KENZO que j apprecie particulierement. mes soeurs ne sont pas musulmanes mais entre nous aucune barriere nous sommes tres proches elle respectent ce ke je fais elles sont plus agees ke moi, elles me parlent de leurs secrets de leurs problemes et mon avis et conseils leurs sont chers. elles savent m aimer et me considerer pour ce ke je suis et non ce ke je parais...ma grande soeur m aide beaucoup pr ma boutik et me soutien ds ce ke j entreprend. voila ma ptite bulle dans laquelle je suis heureuse et epanouie.

Ecrit par : mary | 22.06.2009

______________________________________________________

Bonjour Chloe

Je suis heureuse d'avoir découvert votre blog fort interessant!
je viens de lire vos échanges (Mary et vous), je suis très attristée car je viens de comprendre que vous ne saviez pas que l'on avait une vie, et j'ai bien compris alors pourquoi vous êtes si triste pour nous!

Je suis française convertie à notre belle religion qu'est l'Islam, je me reconnais beaucoup dans les écrits de Mary! A la maison nous sommes libre de nous habiller comme on le souhaite. Nous ne suivons pas de mode, ni l'ordre de nos époux (dailleurs je portait le niqab avant mon mariage) et je n'ai été embrigader par personne!

Par contre oui je me suis instruite sur le sujet, une conversion ne se fait pas sur un coup de tête! heureusement non!
Je vois plus le temps passe le bienfait de se voilé qui est motivé par la foi! Allah nous montre les signes de sa Sagesse tout les jours notamment lorsque l'on suit les journaux télévisés. Le monde coure à sa perte de plus en plus, les hommes n'arrivent pour la plupart a ne plus gérer une famille, a etre perturbé par la femme qui veut l'egaler... et d'autres problème encore, 

Quand je vois ces hommes qui suivent de belles jeunes filles qui ont la vie devant elle comme ont dit et qui les pourchasse en allant très souvent jusqu'au bout, le viol et la mort! c'est ça l'atrocité mais malheureusement, lhomme est trop habitué à ça alors il ne se révolte pas pour protégée ces enfants violer et tuer, non on ne se revolte pas on se contente d'une petite peine de prison et puis on avisera qd il sortira pour bonne conduite, il vaut mieux en attendant s'en prendre aux femmes qui portent le niqab (et non la burqa car cet habit est pour les afghanes)...

une soeur a dit une jolie parole très vrai, l'état veut dévoiler la femme musulmane pour voilé les problèmes de la france! Si comme tout le monde dit vous aimez les femme et voulez le bien pour elle, commencer par celle qui sont battue par leur maris, ou alors allez vérifié dans chaque cave française ce pays si remarquable, voir s'il n'y a pas une jeune femme qui certe ne porte pas le voile mais qui est enfermé et pour 7 enfants de son pere?!!! non ça ce n'est pas encore la fin du monde c'est pas grave, elle a été forcée mais bon...

attaquons nous plutot a celle qui ont choisi une religion et qui l'applique, j'aurai prefere une parole franche que lon me dise nous vous detestons comme vous etes, plutot que dentendre nous nous inquietons pour vous mes pauvres dame vous avez choisi le voile inetgrale alors on va vous empechez de vivre! car oui nous vivons, nous sortons nos liasse comme tout le monde pour se faire plaisir nous payons des impots, mais si vous nous interdisez notre liberté alors nous ne pourrons plus rien faire, nous serons soumise non pas a notre mari mais a l'état francais qui ne veut plus de nous dans la société..

ces hommes qui n'aime que les fermme qui viennent leur faire une douce bise... c'est malheureux moi française,me sentant rejeter de mon propre pays par fadela amara nicolas sarcozy! humm je ne sais plus qui est francais entre moi et eux...

l'homme a voulu suivre ses passions en donnant ses propres loi et en ecartant celles d'Allah alors que c'est LUI qui nous a tout donné!

Mais Chloe, voyez-vous l'homme n'a pas été créer comme la femme mais ils ont chacun des droits et des devoirs, l'home a des choses que la femme n'a pas et inversement, l'homme a une barbe qui pousse, la femme n'en a pas, la femme a ses règles et l'homme n'en a pas (heureusement! lol) c'est bien là une preuve irréfutable que l'homme est diferend de la femme, mais la femme a des droits tout comme l'homme ainsi que des devoirs et si l'on suivait cela il yaurai moins de conflit a l'intérieur du couple plus même à l'interieur de la société!

Lorsque vous jouer a un jeu de société, vous respectez bien les règles même si qquefois vous aimeriez alors les changé pour pouvoir gagner hein lol, mais si vous changiez ses règles le jeu ne serait plus interessant, le but du jeu ne serait alors pas atteint! et les gens ne joueraient plus avec vous (sourire)

... il y a des règles dans la religion, et la sagesse émane d'un Seigneur qui a créer toute choses et qui voit tout et sait tout!Nous n'avons pas été créer pour rien, ou perdre son temps ou autre, mais suivre ces règles ne veut pas dire que l'on ne vit plus! non au contraire, je me preserve, je reste propre, je vis je frequente des amies qui sont bien plus que des amies car elles sont mes soeurs en religion!

Il y a une bien dans tout, mais nous ne pouvons avec le minimum de science que l'on a, savoir ou est le bien si ce n'est Allah.. Allah nous dit dasn le Qur'an (Coran) "il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose mais qu'elle est un bien pour vous, et il se peut que vous aimiez une chose alors qu'elle est un mal pour vous"

Ne vous est-il pas déjà arriver de dire aaaah si j'avais su!! je n'aurai aps fais si je n'aurai pas fais ça?! et pourtant au moment ou vous l'avez fais vous étiez sure et persuader que c'était bien de le faire!

j'ai hate de vous lire Chloe, j'espere ne pas vous avoir offensé, 

a bientôt si Allah nous le permet

Ecrit par : oum souleym | 23.06.2009

______________________________________________________

Je voudrais simplement dire à Chloé que je comprends son combat, il est difficile que dans un pays libre comme la France on puisse voir des jeunes filles obligées de porter le "hijab", le "nikab" ou la "burqa".
Je tiens à dire que j'ai actuellement 20 ans, je suis française d'origine algérienne, et j'ai choisi il y a 1 ans de porter le "hijab", je suis étudiante en Administration Economique et Sociale. et je souhaiterais un jour porter le "NIQAB" Incha'Allah
Malheureusement, je ne mets pas le niqab comme Mary à qui je tiens à dire "tout mes respects à toi ma soeur!!!"
Il faut comprendre que certaine femme mette la burqa ou le niqab pour elle même, sans y être forcée. Une petite comparaison quand vous avez des bijoux d'une extrême valeur vous en faite quoi??? vous les cacher pour les préserver, éviter de les abimés... c'est pareil chez nous pour la femme en islam c'est un trésor on la cache pour la rpéserver des regards pervers!Tous simplement sans soit disant l'opprimés ou encore être un signe de rabaissement ou soumission à l'Homme. Car dans notre religion La femme et L'Homme sont égaux Il n'y a pas de personnes supérieures à telles personnes. On ne peut pas mettre toute les femmes dans le même sac parce que nous sommes toutes différentes et nous avons toutes une histoire différente. Vous vous imaginez si l'on devais interdire le voile intégrale dans la rue?? Elle est où la liberté? 
Il faut d'ailleurs éclaircir un point sur le "salafisme". les Salafs en Islam sont les pieux prédecesseurs, c'est-à-dire ceux qui suivent le coran et la sunna du Prophète (sws). Ce n'est donc pas veritablement une secte puisque eux suivent l'islam du temps du Prophète c'est-à-dire le "vrai". Mais il y a certaines personnes qui ce disent Salafs en tuant des gens tels que les terroristes par exemple mais que eux ne donne qu'une mauvaise image de l'islam malheureusement et qui font du salafisme un secte.
Je tiens à soutenir mes soeurs qui le porte par le propre envie, pour plaire à Dieu. Et que si il faut se battre en France contre cette loi, je me battrai à leurs côtés même si je ne le porte pas. Car toute personne merite de pouvoir s'habiller comme bon lui semble! que l'on soit Musulman,Chrétien,...et avant tout parce que je suis une de vos soeurs!
Et je tiens à dire à toute les femmes musulmanes qui sont opprimés,battues,...que je battrais pour elles aussi car en Islam la femme est une perle précieuse qu'il faut préserver et non opprimé!

Ecrit par : soraya | 23.06.2009

______________________________________________________ MERCI BEAUCOUP POUR TOUTES VOS RÉACTIONS et ces échanges !! Chloé

 

salam alaykoum

ma femme porte le sitar qui est une version de niqab avec un voile en plus sur les yeux, elle le porte depuis l age de 16 ans soit 3 ans avant mon mariage avec elle, son pére n etait pas pour, mais il ne la pas combatu respectant son choix, et j ai 3 enfants avec elle auquelles elle donne beaucoup d amour et de tendresse et qui sont fous d elle d ailleur a chaque fois qu ils voyent une femme en niqab dans la rue, ils se precipitent sur elle pour l ambrasser croyant qu elle est leurs mére cest rigolo à voir. Pour ma part le niqab n est pas une obligation comme la priere ou le jeune du ramadan mais il est preferable et meme fortement recommander surtout en cet epoque ou la femme est traquée du regard des pervers et utilisé comme objet de commerce ou ont la fait poser nue pour vendre un yaourt ou un champoing, est ce cela la dignité de la femme?? si ma femme decide de ne plus le porter je l accepte et si elle le porte je l accepte aussi elle le fait pour son seigneur et elle le fait pour se reserver exclusivement a moi et je suis tres satisfait d elle, de meme je fait le maximum d efforts pour la satisfaire et toujours lui apporter ce dont elle a besoin et je ne connait pas un frere dans mon entourage qui force sa femme a le porter, toutes le portent de leurs plein gré et elle sont tres epanouis, ma femme aussi aime beaucoup les vetements, les bijoux et les parfuns, et elle n ait pas voiler a la maison devant ces parents, ces freres et soeurs, ni meme devant mon pere car il ni a aucun mal a cela.
je remercie Allah d avoir creer le femme pour nous et de l avoir proteger et honnorer avec l islam.
je remercie les soeurs qui ont temoigner sur ce blog pour leurs sagesses et leurs bon comportements Qu Allah les protéges et leurs donne la patiente face au épreuves.
et je remercie aussi madame Chloé pour son combat Qu Allah ouvre son coeur au message de notre prophete mohammed que la priere d Allah soit sur lui.

Ecrit par : abdelhakim | 25.06.2009

http://niquab.ifrance.com/siteniqab.htm

Ecrit par : abdelhakim | 25.06.2009

conseil a une soeur portant le niqab
de cheikh al uthaymin qu Allah lui fasse misericorde

http://www.youtube.com/watch?v=-yFLHgnFxUQ

Ecrit par : abdelhakim | 25.06.2009

Loi du 15 mars 2004,
Triste anniversaire d’un racisme institutionnalisé

15 mars 2009 : Voilà 5 ans que les femmes voilées en France subissent
chaque jour les conséquences directes et indirectes de cette ignominie
législative. En débattant et votant cette loi dans un consensus social
et politique quasi unanime, la République Française a utilisé l’outil
par excellence, la voie parlementaire, pour institutionnaliser son
racisme et donner une consistance officielle à ses relents
colonialistes. D’aucuns attestent que « la situation l’exigeait » ou
encore qu’il était nécessaire de « réaffirmer des valeurs », comprenez
leurs valeurs, la vérité est tout autre : l’arbitraire de l’ordinaire
et le fanatisme républicain ne font que ressasser leur vieille
chanson.

Le coup de massue du 15 mars 2004 n’aurait pas dû en être un. Si le
recours à une loi a pu paraître surprenant, le contexte
politico-médiatique, mais aussi et surtout historique et social, ne
fait de cette loi que le parachèvement d’un projet idéologique que la
République porte depuis toujours.

Creil en 1989, Alma et Lila Lévy en 2003, la France s’est toujours
attachée - par l’intermédiaire de ses « appareils idéologiques » que
sont, entre autres, les médias - de problématiser le port du voile et
de créer de toutes pièces des « Affaires du voile ». Pointer du doigt
un comportement, et ce faisant une catégorie précise de la population,
essentialiser la jeune fille musulmane dans sa pratique ; voilà
comment, en France, chaque « fait divers » est devenu une réelle
affaire d’Etat.

Mais si on veut également comprendre pourquoi cette loi « coule de
source », il faut analyser les motivations idéologiques qui ont poussé
à son édification. Pour cela, il faut remonter à la représentation du
voile qu’a toujours eue la France dans son passé d’administratrice
coloniale. Puissance dominante en terre d’Islam, la France a élaboré
une réelle « politique du voile » dans ses colonies. Fanon, dans l’An
V de la Révolution algérienne décrit bien ce phénomène : « Les
responsables de l'administration française en Algérie, préposés à la
destruction de l'originalité du peuple, […], vont porter le maximum de
leurs efforts sur le port de voile, conçu en l'occurrence, comme
symbole du statut de la femme algérienne. Une telle position n'est pas
la conséquence d'une intuition fortuite. C'est à partir des analyses
des sociologues et des ethnologues que les spécialistes des affaires
dites indigènes et les
responsables des Bureaux arabes coordonnent leur travail. A un
premier niveau, il y a reprise pure et simple de la fameuse formule :
« Ayons les femmes et le reste suivra » ».

Et pour cela, la solution est toute trouvée : « Convertir la femme, la
gagner aux valeurs étrangères, l'arracher à son statut, c'est à la
fois conquérir un pouvoir réel sur l'homme et posséder les moyens
pratiques, efficaces, de déstructurer la culture algérienne ».
L’actualité et le réalisme de ces propos sont troublants. Comment, dès
lors, ne pas voir dans tous les discours politiques, médiatiques et
pseudo-sociologiques de ces dernières années, le signe d’un instinct
profondément colonial et paternaliste doublé d’une volonté dominante
de « pacifier » toute résistance culturelle et religieuse ?

Il est édifiant de constater comment la « superstructure » française,
dans ce qu’elle contient comme idées « reçues » et préjugés propres à
une société, a élaboré toute une perception, toute une construction
idéologique faisant de la femme voilée une « victime » ; victime de sa
« naïveté », de la domination « machiste » et de l’archaïsme de
l’homme musulman. On a donc missionné la femme « émancipée », celle de
NPNS et consœurs par exemple, pour lui « montrer la voie ». Celle-ci
passe, évidemment, par le « dévoilement ».

Ce qui explique aussi ce consensus social, en dehors de la
représentation occidentale de la femme musulmane « objet », c’est
celle du voile en lui-même. Celui-ci, « racialisé », ethnicisé,
rejette de facto toute personne qui le porte dans l’altérité et dans
ce qui est « autre ». En cela, la discrimination et le racisme de
cette loi n’est pas étonnant quand le seul fait de l’arborer vous
attribue un « statut inférieur ».

Cinq ans après, quel bilan et quelles perspectives ?

Les effets dévastateurs de la loi du 15 mars 2004 n’ont pas tardé à se
faire sentir dès son application. Des dizaines de jeunes filles
exclues de leurs établissements scolaires, des déscolarisations
forcées, des larmes, des familles déstructurées ; que dire, sinon que
cette loi a atteint son objectif de plein fouet. Non contents de
l’avoir fait adopter et appliquer sans conditions, nos valeureux «
émancipateurs » s’attachent désormais à lui donner un champ
d’application élargi. Des formations en dehors de tout cursus scolaire
aux mamans musulmanes qui accompagnent leurs enfants lors des sorties
scolaires, la chasse au voile, sans discernement, est ouverte. Depuis
2004, un phénomène d’islamophobie galopante voit le jour. Nos
bienpensants « antiracistes » et humanistes ne jugent pas nécessaire
de souligner que cette loi est devenue une véritable aubaine pour tous
ceux, avides de prétextes, qui veulent mener la
discrimination.

Certains voudraient faire de notre résignation la dernière étape
d’achèvement au succès de leur projet islamophobe et raciste. On peut
déjà leur prédire un échec ainsi qu’à ceux « d’entre nous » qui
pensent que le silence et la résignation est le meilleur moyen de se «
prémunir » d’une nouvelle loi liberticide. Après avoir joué à
merveille leur rôle d’officiers de « Bureaux arabes », ils sont
aujourd’hui le bras idéologique infiltré qui étouffe toute
contestation de la fameuse loi.

Mais si l’on veut réellement que cela ne se reproduise plus, ou du
moins plus de cette façon, il faut structurer cette contestation.
Notre propre part de responsabilité, en tant que femmes voilées, n’est
pas à négliger. Si des féministes enragées et autres gesticulations «
maternalistes » ont pu avoir une telle répercussion médiatique et
effective c’est que seul un silence assourdissant leur faisait face.
Et pour que cela change, il faut s’atteler à construire un discours
alternatif, un réel « féminisme » (le terme en lui-même, fortement
connoté, est d’ailleurs à bannir) débarrassé de ses relents
colonialistes et qui ne domine pas celles-là même qu’il est censé
représenter.

Cette construction est un travail de longue haleine, un travail qui ne
doit pas faire l’économie des références autres qu’occidentales et qui
doit avoir pour objet de faire entrer réellement la femme musulmane
dans un processus d’autodéfinition.


__________________
La honte est le sentiment que je rencontre à chaque fois qu’une attaque nous est portée, non pas parce qu’on nous attaque, mais par ce que notre réaction est quasi inexistante. Said. H

La valeur d'un être humain ne se mesure pas à la couleur de sa peau, à sa beauté ou à sa laideur, mais seulement à la pureté de son coeur.
L'encre du savant est aussi precieuse que le sang du martyr.

Ecrit par : Myriam | 25.06.2009

As'salam (Paix),

Elle était libre et souriante ma soeur musulmane, et vous l'avez tué en stigmatisant constament les musulman(e)s ... Vous l'avez tué parce qu'elle n'était pas sopumise aux mêmes principes que vous, et parce qu'elle était musulmane donc différente.

Marwa assassinée parce qu'elle portait un voile
http://www.islamophobie.net/art_read.php?ai=157

Porteurs du discours de la haine anti-musulmans : vous êtes responsables de la mort de Marwa ...
http://www.saphirnews.com/Porteurs-du-discours-de-la-hain...

Madame Chloé Laroche, au lieu de vous occuper des musulmanes intelligentes et libérées de la conception de femme objet liberaliste et capitaliste, musulmanes et fier de l'être, assumant pleinement leurs convictions religieuses sans faire de deux poids et deux mesures tels que pratiquent les laïcardistes fondamentalistes extremistes que vous êtes, ayant restreint la définition de liberté individuelle des autres, à la seule et unique définition passsionnelle de la liberté individuelle selon vous, ... Madame Chloé, occupez-vous en priorité de ces 2 000 000 de femmes battues en France, dont 400 meurent sous les coups de leurs maris non-musulmans ... Occupez-vous de la condition professionnelle des femmes travaillant et n'ayant pas de salaire égale, travaillant et étant pénalisé financièrement lorsqu'elles sont enceintes et en congés maternités, alors que la croissance et le pouvoir d'achat ne peut être relancer que par elles ... Occupez-vous de vos priorité, au lieu de vous improvisez défenseuse des femmes musulmanes qui sont surement plus libérés que vous, de l'image et de la définition conditionné par les hommes non-musulmans de ce qu'est être une femme libérée, car pour vous la liberté de la femme passe par le fait qu'elle est aujourd'hui le droit de jouer les potiches sexuelles des hommes dans les domaines ...

Si le sujet vous interresse réellement, et que vous souhaitez vous instruire et vous cultivez, au lieu de réagir épisodiquement en étant soumise aux volontés politiques de détourné l'attention d'un peuple majoritairement constitué de moutons, ainsi qu'aux divers médias avident de gloire et d'audimat, si vous souhaitez réellement savoir ce qu'il en est sur le sujet de la "burqa", sur les libertées de la femmes, ... Essayez déjà de faire un effort d'objectivité et ne réagissez pas passionnellement, appliquer le respect de la liberté individuelle et la liberté de culte dont les textes républicains font allusions, pour tous et pour toutes, peu importe sa race, sa couleur, sa nationalité, sa religion, ... et arrêtez de supposer qu'il y a toujours un homme imposant le port du voile ou de la burqa, essayer de supposer un instant que c'est un cheminement et un choix personnel de la part des femmes concerné(e)s.

Je concluerais sur deux adages que j'apprécie : 

"Cultivons nos différences et non pas l'indifférence !"
"Seul(e) l'inculte réfute en masse ce dont il(elle) est ignorant(e) !"

A bon(ne)s entend(euses)rs !

Tâlib, L.M - Un musulman occidental parmi d'autres, soumis à Un Dieu Unique par son propre cheminement et de sa propre volonté personnelle.

Ecrit par : Tâlib | 09.07.2009

Réponse de l'auteure de ce blog :

------Talib,

Ce qui est arrivé à Marwa et à sa famille est horrible. Je ferai un article ici pour elle. Cette femme a été insultée à cause du voile qu’elle portait et assassinée par la folie d'un homme qui devait être jugé. Cela n'a rien à voir avec le débat qui anime la France aujourd'hui. Vous allez trop loin en faisant les amalgames que j'ai lu dans votre commentaire. Vous parlez de liberté de pensée, de culte à respecter. Par ce principe, on peut aller très loin dans la tolérance. Mais que faites-vous de ces 15 jeunes filles aspergées d'acide parce qu'elles allaient à l'école, à Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan ? Certains extrémistes musulmans en viennent à se demander si les jeunes filles ne feraient pas mieux de rester chez elles. Et pour mieux convaincre ces dernières, on les asperge d'acide. On les défigure à vie. Et pour mieux enfermer les femmes, on invente le niqab et la burqa. Elles seront à l'abri du "regard des pervers". Il est vrai que la paranoïa siège dans toutes les religions et les sectes en sont friandes !!! Quand je sors dans la rue, les regards des hommes sur moi ne sont pas pervers. Et si il y en a de pervers, c'est leur problème, pas le mien. Pourquoi voir le mal partout ? Pourquoi se cacher sous un voile ne montrant que les yeux (le niqab) dans une société où on a besoin de voir l'autre pour communiquer. C'est même une politesse envers l’autre qui nous parle. Dans notre histoire, deux catégories de personnes se cachaient entièrement : les inquisiteurs et les bourreaux. Les cagoules sont interdites. Alors pourquoi le niqab et la burqa survivraient ? Pourquoi invoquer le refus de ce voile de fantôme en France pour dire que les français rejettent les croyants musulmans. Personnellement, c'est tout le contraire ! Je respecte le voile simple sur les cheveux de la femme musulmane. Beaucoup de français tolérants l'ont respecté depuis longtemps et continue de le respecter. Mais la burqa et le niqab, NON ! Je le redis, comme je l'ai déjà dit : si demain je vais à mon travail (je suis taxi pour personnes handicapées) et que j'emmène mes clients handicapés en niqab... d'abord 1- ils ne sauraient pas qui je suis et ils auraient peur (humain, n'est-ce pas ?) / 2- mon patron et mes collègues m'interneraient direct à l'asile de Saint Égrève ! (complètement folle la fille... Mon cas relèverait à juste titre d'une “approche délirante et morbide de la réalité et du regard des autres”. 3- je ferais affront aux femmes et aux jeunes filles qui ont en horreur de devoir porter la burqa à cause des Talibans, en Afghanistan et au Pakistan. 4- je ferais affront aux femmes des générations précédentes qui ont lutté pour une émancipation de la femme et de sa liberté, de son expression féminine, de sa possibilité de voter, de travailler, de penser. 5- je ferais honte à mes enfants qui ont besoin de voir que leur mère est épanouie, qu’elle vit au grand jour, qu’elle est belle sous la lumière du jour et du soleil, qu’elle ne se cache pas pour sortir, qu’elle n’a pas honte d’être ce qu’elle est, qu’elle assume le regard des autres. 
Voilà, Talib ! Que les Musulmans sachent garder la mesure de considérer que le voile Hijab (simple voile qui ne couvre que les cheveux) est très bien accepté en France par tous les Français (sauf les racistes) mais que le port du niqab et celui de la burqa heurtent nos consciences et la politesse humaine, heurtent notre histoire, heurtent la mémoire des femmes quis sont battues, violées, tuées dans le monde pour le refus de porter ces cercueiles ambulants. 

Dans la Paix d’Allah, qui est le même Dieu que celui de tous les hommes et de toutes les femmes, Dieu étant unique avec de multiples facettes. 

Chloé Laroche

Ecrit par : Chloé Laroche | 10.07.2009

As'salam (Paix),

Vous écrivez : "... Ce qui est arrivé à Marwa et à sa famille est horrible. Je ferai un article ici pour elle. Cette femme a été insultée à cause du voile qu’elle portait et assassinée par la folie d'un homme qui devait être jugé. Cela n'a rien à voir avec le débat qui anime la France aujourd'hui. ..." 
Ce qui est arrivé à ma soeur Marwa pourrait se reproduire en France à force de stigmatiser les musulmanes, et d'attiser les haines et les passions, c'est tout à fait en rapport avec le climat islamophobe Européen ... Je vous invite à ne pas rédiger d'article opportuniste suite à l'assassinat de Marwa.

Vous écrivez : " Mais que faites-vous de ces 15 jeunes filles aspergées d'acide parce qu'elles allaient à l'école, à Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan ?"

Bizarre cette façon de procéder qui est de détourner le sujet vers ce qui se passe en Afghanistan, en Arabie Saoudite, ... Alors que la polémique se passe en France et pourrait être traité différement ... Bizarre que vos préjugés sur ce genre de pays soit exprimé juste vis à vis de l'Islam, et que jamais vous ne rappelez aux politiques et patronats français leurs "magouilles" constantes, leurs bonnes ententes dipolomatique et leurs très nombreux accords politico-économique. N'oubliez pas que la majeur partie des maux dans les pays cités, proviennent des diverses politiques capitaliste et libéralistes occidentales ... Les causes viennent de France et d'ailleurs, et vous, vous aimez mettre en avant uniquement les conséquences. Pour exemple : la France fait partie des plus grand constructeur d'armes dans le monde, le bénéfice du marché de l'armement en France est en augmentation constante ... et pourtant, ces armes sorties d'entreprises française ne tuent pas en France ?! Ce qui est sur, c'est qu'elles se retrouvent dans les mains des enfants et adultes en Afrique ou au Moyen-Orient, partout dans le monde mais pas en France ... Bizarre, non ?

Sinon, je vous répondrais qu'avant de vouloir sauver le monde et réagir à ce qui se passe à des milliers de kilométres, de privilegier de nettoyer prés de chez vous, c'est à dire ici en France ... Vous relatez 15 jeunes filles, combien en reste-t-il qui n'ont pas été traité de cette manière interdite en l'Islam ? Pourquoi généraliser ce genre de cas ? Faites vous de même lorsque un athé viole des enfants ? Généralisez-vous à tous les athé et l'athéisme ? Sinon, prés de chez nous en France, elles sont 2 000 000 de femmes à être battu par an, dont 400 meurent sous les coups ... Cela se passe en France, pays des libertés et pays faisant la moral à d'autres pays, bizarrement la majorité du peuple français préférent sauver le monde, plutôt que de sauver les français(e)s prés d'eux(elles) ... Bizarre, non ?!

Vous écrivez : "... Elles seront à l'abri du "regard des pervers". Il est vrai que la paranoïa siège dans toutes les religions et les sectes en sont friandes !!!"

Il vaut mieux qu'une certaines forme de paranoïa siége, plutôt que le laxisme et libertinage dont les maux d'aujourd'hui découlent ... Comme un certain proverbe l'affirme : "Mieux vaut prévenir que guérir" Constatez l'augmentation constante du nombre des maux en France et de la perversion à tout niveau, et ce qui en découlent ... De qui cela vient ? Qui est au pouvoir et qui dirige ? ... Ce ne sont pas les musulman(e)s, ni même les musulmanes en burqa ... Ayez l'honneté de ne pas chercher de boucs émissaires et d'assumer les maux créé, véhiculé, amplifés, et cautionnés par une politique capitaliste et liberaliste des plus perverses.

Vous écrivez : "Dans notre histoire, deux catégories de personnes se cachaient entièrement : les inquisiteurs et les bourreaux. Les cagoules sont interdites. Alors pourquoi le niqab et la burqa survivraient ?" 

Vision simpliste et réductrice ... Les cagoules sont interdites où ? En France ? En Corse ? ... ? Pour qui sont-elles interdites ? Sinon, la burqa est-elle plus dangeureuse que les percing sur le visage ? Plus dangeureuse que les visages des femmes gothics vénérant le diable, pronant le suicide et la scarification ? Est-elle plus dangeureuse qu'un crâne rasé préparant une profanation des tombes et envisageant l'agression d'un être humain ?

Vous écrivez : "Mais la burqa et le niqab, NON ! Je le redis, comme je l'ai déjà dit : si demain je vais à mon travail (je suis taxi pour personnes handicapées) et que j'emmène mes clients handicapés en niqab... d'abord 1- ils ne sauraient pas qui je suis et ils auraient peur (humain, n'est-ce pas ?) / 2- mon patron et mes collègues m'interneraient direct à l'asile de Saint Égrève ! (complètement folle la fille... Mon cas relèverait à juste titre d'une “approche délirante et morbide de la réalité et du regard des autres”. 3- je ferais affront aux femmes et aux jeunes filles qui ont en horreur de devoir porter la burqa à cause des Talibans, en Afghanistan et au Pakistan. 4- je ferais affront aux femmes des générations précédentes qui ont lutté pour une émancipation de la femme et de sa liberté, de son expression féminine, de sa possibilité de voter, de travailler, de penser. 5- je ferais honte à mes enfants qui ont besoin de voir que leur mère est épanouie, qu’elle vit au grand jour, qu’elle est belle sous la lumière du jour et du soleil, qu’elle ne se cache pas pour sortir, qu’elle n’a pas honte d’être ce qu’elle est, qu’elle assume le regard des autres."

Là n'est pas la question ... Est-ce que les musulmanes portant la burqa et le niqab ont solicité à un instant donné (avant cette polémique politico-médiatique initié par un élu communiste ayant croisé sur le marché une femme en niqab, élu communiste aujourd'hui soutenu paradoxalement par l'UMP et le PS ... Hyprocrisie, quand tu les tiens !), voir même dans une entreprise privée ? Non ! Elles ont simplement souhaité pouvoir vivre leur foi, sans contraindre quiconque à à en faire de même ... et pourtant cela fait une polémique politico-médiatique et pire encore. Vos suppositions n'ont pas lui d'être, cela fait partie du discours habituel et des élucubrations de ceux et celles qui refusent la différence, qui voudraient que tout le monde soit fait dans le même moule (avec quelques variantes autorisées), et qui impose à autrui ce qu'il ne vouvrait pas qu'autrui lui impose. Arrêtez de faire le paralléle constament (par manque d'argument) avec les pays arabes, le problème se situe en France, terre de liberté, et terre qui se dit exemplaire dans le restpect des libertés et des différences. 

Vous écrivez : " Que les Musulmans sachent garder la mesure de considérer que le voile Hijab (simple voile qui ne couvre que les cheveux) est très bien accepté en France par tous les Français (sauf les racistes) mais que le port du niqab et celui de la burqa heurtent nos consciences et la politesse humaine, heurtent notre histoire, heurtent la mémoire des femmes quis sont battues, violées, tuées dans le monde pour le refus de porter ces cercueiles ambulants."

Le hidjab est bien accépté en France !?! Alors pourquoi avoir fait une loi contre ? Pourquoi avoir stigmatiser 165 jeunes étudiantes souhaitant simplement étudier avec leurs copines non-musulmanes mais en pratiquant leur foi sans imposer aux autres de le faire ? Pourquoi la discrimination et l'islamophobie augmente constament ? ... Jettez un oeil sur le témoignage fait (car nombreux musulmans ne témoignent de l'islamophobie subie) par Sabrina, doctorante exclue pour port du voile (vidéo à droite sur le lien cité) ... Très nombreux sont les actes tels que celui-ci, vous n'en avez peut être pas conscience car vous n'en avaez pas été informé par TF1 ou tout autres médias ... Bizarre, l'information variable en France !?

Je vous ajouterais ici-même (si vous me l'autorisez) quelques commentaires, questions / interpellations complémentaires liés à cette polémique politico-médiatique faite dans le but de détourner l'attention d'autres vraies priorités en France, et aussi dans le but de diviser pour mieux régner en attisant les haines et les passions des diverses communautés ... Certains écrits pourraient vous choquer, et/ou vous interpeller, c'est le but lorsque je partage mes opinions, mais par souci d'objectivité, je vous invite à les lires tout de même.

Je précise que peu importe la tournure ou le ton de mes écrits, ce n'est qu'un partage d'une opinion personnelle paratagé et non imposé, ici-même avec vous et peut être d'autres. Ni voyez nulle agression de ma part, ce n'est nullement mon intention, je ne fais que répondre à vos écrits, vos affirmations, vos préjugés.

Je concluerais à nouveau avec ces deux adages que j'apprécie : 

"Cultivons nos différences et non pas l'indifférence !"
"Seul(e) l'inculte réfute en masse ce dont il(elle) est ignorant(e) !"

A bon(ne)s entend(euses)rs !

Was'salam.

Ecrit par : Tâlib | 10.07.2009

Merci Talib ! Une chose est sûre ! Vous écrivez très bien, rapidement (car votre réponse n'a pas tardé !). Je rends hommage à votre verve, à votre enthousiasme et à votre dialectique (art de raisonner). Je suis d'accord avec vous sur les problèmes français que vous soulevez et j'en ai bien conscience. De réagir sur le niqab et la burqa ne m'empêche pas d'être consciente de la politique actuelle, notamment en matière d'immigration et de chasse aux sans-papiers, créant des situations familiales dramatiques ainsi que des déchirements entre des enfants et leur père ou leur mère rejetés dans leur pays d'origine. Cordialement, Chloé Laroche

Ecrit par : Chloé Laroche | 10.07.2009

As'salam (Paix),

Vous écrivez : "... De réagir sur le niqab et la burqa ne m'empêche pas d'être consciente de la politique actuelle, notamment en matière d'immigration et de chasse aux sans-papiers, créant des situations familiales dramatiques ainsi que des déchirements entre des enfants et leur père ou leur mère rejetés dans leur pays d'origine"

Réagissons ensemble sur ce les sujet on nous devrions réagir en priorité. Avoir des réactions (telles que décrite dans votre article) est démesuré. Avant de se lancer dans ce genre de polémique, il serait bon de s'informer auprès des concernées, concernant leur religion, leur foi, leurs envies, leurs décisions, leurs compréhensions personnelles, leurs attentes personnelles, ... 

Notez les premières réactions des enqueteurs de cette commission d'enquête créer spécialement pour la dite "burqa", ils viennent de constater que tous leurs péjugés et stéréotypes sont caduques, car auprès des concernées le premier constat est : Nul père ou grand frère contraigne les concernées, nul contrainte par les époux (époux souvent "rétissant" à la base), grande partie des concernées n'étant pas d'origine maghrébine ou arabe (pas possibilité de les renvoyer dans leurs pays) qui plus est, elles sont issues de famille catholique ou laïque, les concernées ont un cheminement personnel issu de leur intelligente reflexion personnelle, et elles ont pour la plupart des niveaux d'études supérieur.

Donc pourquoi vouloir les contraindre à rogner leur foi, leur pratique personnelle, alors qu'elles demandent qu'à vivre simplement leur différence, mais pas dans la différence, voir la stigmatisation et l'accusations de tous les maux machistes pronés par les chiennes de garde n'arrivant pas assumer simplement leur propre éthique de vie.

Relance de ma précédente proposition, je cite : 

"Je vous ajouterais ici-même (si vous me l'autorisez) quelques commentaires, questions / interpellations complémentaires liés à cette polémique politico-médiatique faite dans le but de détourner l'attention d'autres vraies priorités en France, et aussi dans le but de diviser pour mieux régner en attisant les haines et les passions des diverses communautés ... Certains écrits pourraient vous choquer, et/ou vous interpeller, c'est le but lorsque je partage mes opinions, mais par souci d'objectivité, je vous invite à les lires tout de même."

Êtes-vous interressée, madame Chloé Laroche ?

Cordialement.

Tâlib, L.M, un musulman occidental parmi d'autres

Ecrit par : Tâlib | 10.07.2009

As'salam (Paix),

Petite correction d'un mot utilisé dans une tournure de phrase. Juste au dessus de ma relance ...

"Donc pourquoi vouloir les contraindre à rogner leur foi, leur pratique personnelle, alors qu'elles demandent qu'à vivre simplement leur différence, mais pas dans l'INDIFFERENCE, voir la stigmatisation et l'accusations de tous les maux machistes pronés par les chiennes de garde n'arrivant pas assumer simplement leur propre éthique de vie."

Was'salam.

Ecrit par : Tâlib | 10.07.2009

11/06/2009

Je défends un père de famille expulsé vers la Turquie, laissant trois enfants de 17, 12 et 6 ans et une épouse désemparée et sans ressources. Eux sont français... POURTANT. Mais pas ce papa à qui on vole toute parentalité... par toute humanité perdue.

images-11.jpeg
Bonjour à tous et toutes,
images-7.jpeg
Un père de famille a été expulsé le 5 juin 2009 : "Nesemi est expulsé vers la Turquie depuis Roissy par le vol Air France de 12h 30."
Je suis alertée par le Réseau d'Éducation Sans Frontières sur ce drame terrible, qui laisse seuls trois enfants et leur maman, tous français :
"Nesemi, né en 1962, kurde de Turquie, en France depuis 198, est conjoint de Française et père de trois enfants français scolarisés à Paris. Il est aussi soutien de famille pour sa mère et son frère handicapé, tous deux restés en Turquie." 
Comment ne pas se révolter devant une situation intolérable qui prive trois enfants et une épouse d'un père et d'un mari.
images-8.jpeg
Voici les faits envoyés par le Réseau RESF. Je vous en fais part ci-après.
Soyons nombreux à protester et à écrire aux adresses indiquées plus bas.
Je suis infiniment désolée pour cette famille et ce déchirement imposé par la loi du chiffre du Gouvernement français.
Il est inhumain de priver un père de ses enfants et des enfants de leur papa. Ces enfants ont 17, 12 et 6 ans. Ils sont désemparés et sans ressources. 
images-10.jpegLorsque l'intolérable se fait jour, nous devons, en tant que citoyens et citoyennes, réagir.
Merci de m'avoir lue.
Merci de réagir en écrivant nombreux.
Chloé LAROCHE
images-9.jpeg
_____________________________   Transmis
par le Réseau d'Éducation Sans Frontières :
http://www.educationsansfrontieres.org/article20432.html
images-14.jpeg"NON À LA DOUBLE PEINE !"

"3 enfants français viennent de perdre définitivement leur père !

L'exécution ce vendredi 5 juin 2009 de la mesure d'éloignement qui frappait Nesemi laisse une femme et trois enfants français de 17, 12 et 6 ans désemparés et sans ressources.

Alors qu'il aurait dû bénéficier de la protection absolue, Nesemi est une victime de la double peine à laquelle l’actuel président de la République affirme avoir mis fin.

C'est une atteinte insupportable aux droits fondamentaux ainsi qu’un reniement des engagements pris par les plus hautes autorités de l’Etat.images-12.jpeg

Est-ce ainsi que le Ministère entend respecter le droit à la vie privée et familiale , en brisant celle d'une famille française unie et celle d'un homme en France depuis 22 ans, ex-réfugié, et ex- titulaire d'une carte de résident ?

 Nesemi, né en 1962, kurde de Turquie,  en France depuis 1987, est conjoint de Française et père de trois enfants français scolarisés à Paris. Il est aussi soutien de famille pour sa mère et son frère handicapé, tous deux restés en Turquie. Il a toujours travaillé et toujours subvenu aux besoins de sa famille. Il a été condamné à deux reprises, une fois à six mois de prison, et une seconde fois par la cour d'appel de Paris en 2003 à sept ans d'emprisonnement assortis d'une ITF définitive.

En 2007, à sa sortie de prison (réduction de peine de 7 à 5 ans pour bonne conduite), il est cueilli direct pour l'aéroport, 1er refus d'embarquer, passage au TGI de Bobigny : libération.

Depuis sa libération en 2007, Nesemi avait repris sa place au sein de la famille à Paris et retravaillait malgré les refus de l'administration de régulariser sa situation. Il avait plusieurs promesses d'embauche tant dans le bâtiment que dans la confection.

Le 2/06/ 2008  : la cour d'appel de Paris rejette sa requête de mainlevée de l'interdiction du territoire, en dépit de toutes les garanties et soutiens familiaux .

Le 26/01/2009 : arrêté alors qu'il est en Moselle pour travailler sur un chantier, le préfet de la Moselle prend à son encontre un APRF et une décision de placement en rétention.

 Le 24/02/2009 : amené à Roissy, il réussit à refuser d’embarquer. Placé d'abord en GAV, il n'est pas déféré en comparution immédiate mais ramené le soir même au CRA de METZ. Des élus parisiens interviennent auprès du ministère.

26/02/2009 : le JLD saisi pour interruption de la rétention par la GAV décide le maintien en rétention.

27/02/2009 : au 32e et dernier jour de sa rétention qui se terminait à 15 h, Nesemi est mis à 13 h 10  sur un vol pour la Turquie depuis l'aéroport de Bale-Mulhouse. Débarqué, il est placé en GAV et comparait samedi 28  devant le TGI de Mulhouse et est écroué.

02/03/2009 : le TGI de Mulhouse le condamne à 4 mois de prison ferme .

30/05/2009 : libéré avec remise de peine, il est à nouveau cueilli par la PAF et placé en rétention à Strasbourg.

05/06/2009 : Nesemi est expulsé vers la Turquie depuis Roissy par le vol Air France de 12h 30.  

L’expulsion de Nesemi est une remise en cause de l’article 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme qui protège le droit à la vie privée et familiale.

images-13.jpegEn effet, il est entré en France en 1987, soit il y a plus de 22 ans, et a épousé en 1991, soit il y 18 ans, une ressortissante française. De cette union sont nés trois enfants français.  

Les liens qui unissent ce père à son épouse et ses enfants sont si forts que sa famille n'a jamais cessé de venir le voir pendant les années de privation de liberté en prison ou en retention administrative que ce soit en région parisienne ou jusqu'à Metz.

L'éloignement forcé de ce père de famille est un traumatisme irréversible pour ses enfants, nés en 1992, 1996 et 2003, donc tous mineurs, et scolarisés, l'aîné en lycée, le second en collège, la petite en maternelle."
 

En vous inspirant de ces texte et en gardant des termes mesurés pour ne pas nuire aux intéressés, nous vous demandons de réagir auprès des autorités concernées :

 

Ministère :

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard : 01 77 72 61 00
Ministre : eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général : secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel : laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

 

Matignon  :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_minis...
Jean-Paul Faugère : <jean..paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr>,
Antoine Gosset-Grainville : <antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr>,
Arno Klarsfeld : <arno.klarsfeld@premier-ministre.gouv.fr>,
Myriam Lévy : <myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr>
Igor Mitrofanoff : <igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr>

Elysée :

fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
Claude Guéant : <claude.gueant@elysee.fr>
Franck Louvrier : <franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) : maxime.tandonnet@elysee.fr

samedi 6 juin 2009.

Pour Yazid Zarour, jeune algérien auxiliaire de vie d'une personne handicapée, j'écris au Préfet de l'Isère. Car Yazid est menacé d'expulsion du sol français.

images-5.jpegLETTRE OUVERTE.

 

Monsieur le Préfet de l'Isère,

 

J'ai l'honneur de vous écrire pour vous demander une faveur concernant un homme menacé d'expulsion de notre pays. Je suis écrivain et violoniste et je mets ma plume au service des causes perdues. Comme une Sainte Rita existant pour ceux qui souffrent et qui n'ont plus que ma plume pour défendre leur vie, ma plume alliée à d'autres plumes, à d'autres êtres humains solidaires comme moi... qui se permettent de prendre la défense de personnes oubliées et rejetées par la machine du monde qui avance inexorablement, sans parfois considérer l'humain dans son avancement glacé.

Alors, je vous en prie, lisez-moi.

Cet homme que je soutiens et pour lequel je vous écris s'appelle Yazid Zarour.

C'est un jeune algérien entré en France en novembre 2002 avec un visa étudiant. Il travaille depuis 2006 en qualité d'auxiliaire de vie auprès d'une personne lourdement handicapée, se déplaçant en fauteuil roulant. Cette personne s'appelle Olivier Morel. Il est professeur d'anglais au lycée Marie Curie d'Échirolles. Monsieur Morel est totalement satisfait de l'aide et de l'accompagnement apporté par Yazid. Pour assumer son travail pleinement, ce dernier est aussi devenu son co-locataire. C'est dire qu'il s'investit dans ce travail qui est aussi un lien humain devenu indispensable pour Monsieur Morel.images-6.jpeg

Je vous parle de cela en connaissance de cause, puisque je m'occupe moi-même de personnes handicapées, les accompagnant dans mon taxi spécialisé. Je sais à quel point la personne qui les accompagne et s'occupe d'eux est importante dans leur équilibre et leur lutte contre la souffrance, autant morale que physique.

Le 3 février 2009, Yazid a fait l'objet d'un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière. Suite à une forte mobilisation, après avoir été jugé devant le tribunal administratif de Lyon, Yazid a bénéficié d'une annulation de son OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français), prononcée le 6 février 2009, annulation contre laquelle vous faites appel.

Vous devez comprendre que ces menaces d’expulsion sont source d’inquiétude et de stress pour Messieurs Morel et Zarour. Ce dernier, entré en France sous statut d’étudiant, possède à ce jour un titre provisoire de séjour jusqu’au 10 Août. Il est absolument indispensable de le rendre définitif afin que Monsieur Morel soit plus serein dans sa vie privée et professionnelle, dans un contexte où tous les discours officiels affichent l’intégration des personnes handicapées comme une priorité nationale.

Nous attendons donc, conformément à vos engagements auprès de Madame David et de Monsieur Mermaz, parlementaires isérois, que vous étudiez le dossier de Yazid avec la plus haute bienveillance.

images.jpegIl est nécessaire de régulariser sa situation afin qu’il puisse résider en France et puisse travailler comme il l’a toujours fait depuis 2006 avec compétence, et dans une qualité de rapports humains avec Olivier Morel que celui-ci souhaite légitimement conserver.images-4.jpeg

En conséquence, Monsieur le Préfet, je vous serais très reconnaissante de recevoir ma demande. La voici : Monsieur Zarour doit rester sur le territoire national, avec autorisation de travail, pour exercer son activité salariée d’auxiliaire de vie auprès d’Olivier Morel. J'ai l'honneur de vous demander de tenir compte dans votre décision de la situation de ce travail particulier où les rapports humains sont essentiels.

Monsieur le Préfet de l'Isère, vous disposez d'un pouvoir discrétionnaire qui permettrait de régulariser immédiatement Yazid. Aussi, j'ai toute confiance en vous dans ma demande et je demeure à votre disposition pour échanger sur celle-ci.

Je vous prie, Monsieur le Préfet, d'agréer mes salutations distinguées.

 

Madame LAROCHE Chloé

 

+++ AVIS à mes lecteurs : vous aussi, vous pouvez écrire (mails, faxs, courriers) POUR DÉFENDRE YAZID ZAROUR, sans oublier bien sûr de rester courtois et poli. Vous pouvez vous inspirer de ma lettre et du texte de la pétition du Réseau d'Éducation sans Frontières : voir www.educationsansfrontieres.org/article20436.html

(Vous trouverez les adresses mails et les faxs à la fin de l'article)

 

________________ Voici pour mes lecteurs les informations données par le Réseau d'Éducation Sans Frontières :

 

Signez  et faites signez la pétition en ligne :

www.educationsansfrontieres.org/article20436.html


Voir aussi le reportage sur France 3 (à 3mn25s) : cliquer ici

 

"Premier acte de grande humanité du Préfet et première mobilisation !

Le 3 février 2009 à 9h du matin, Yazid est, en application d'une décision de la Préfecture de l'Isère de reconduite à la frontière, arrêté à leur domicile, embarqué au commissariat de Grenoble et transporté au centre de rétention de Saint-Exupéry. Olivier qui a besoin d'une assistance constante se retrouve seul dans son appartement, plongé dans une profonde détresse. Le 9 février, le Tribunal Administratif de Lyon annule la décision d'expulsion. Soulagement pour Yazid et Olivier. 

Deuxième acte indigne : "seule la fonction est importante, pas la personne qui l'occupe".

Le préfet s'acharne, il veut faire du chiffre et fait appel. Pour ce haut fonctionnaire zélé, Yazid n'est pas irremplaçable : n'y a t il pas, sur le seul bassin grenoblois, 324 demandes pour occuper un emploi d'auxiliaire de vie ?! Un pas de plus dans la déshumanisation, qui ne tient aucun compte, non seulement des qualités professionnelles et humaines de Yazid, mais de trois années de relations de confiance établies entre les deux hommes. Relations de confiance, patiemment construites dans tous les gestes d'une vie quotidienne partagée.

La mobilisation s'amplifie. Nous ne les laisserons pas faire.

Yazid a reçu une autorisation provisoire de séjour jusqu'au 10 août, mais ... sans autorisation de travailler ... lui qui travaille déjà en CDI pour l'association « Vivre Autonome ». À cette date, au coeur des vacances d'été, Yazid est de nouveau sous la menace d'une expulsion. Nouvelle angoisse pour Yazid et pour Olivier, sa situation physique et morale se dégrade, il « ne vit plus ». 

Nous refusons que Yazid, qui est bien intégré dans notre pays, soit obligé de le quitter. 

Nous refusons aussi pour Olivier Morel qu'il quitte le territoire national, car une telle décision, intolérable sur le plan humain, serait dramatique pour lui.

Non à l'intolérable !"

 

_______VOICI LES ADRESSES POUR ÉCRIRE (mails, faxs, courriers)

afin de DÉFENDRE YAZID ZAROUR, mais en restant courtois et poli.


Pour Monsieur Albert Dupuy, préfet de l'Isère : albert.dupuy@isere.pref.gouv.fr

Pour Monsieur David Coste, directeur de cabinet : david.coste@isere.pref.gouv.fr

Fax du cabinet du Préfet : 04 76 44 68 00
Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr

Matignon  :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_minis...
FAUGERE <jean.paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr>,
GOSSET-GRAINVILLE <
antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr>,
LEVY <myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr>
MITROFANOFF <
igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr>
Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <
franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration)
maxime.tandonnet@elysee.fr

 

10/05/2009

Lorsque Dalida s’est tuée, j’ai pleuré. Mon poème pour ceux qui ont envie de quitter ce monde. Mes mots pour les suicidaires et contre les idées noires.

images-10.jpeg________RÉALITÉ POSTHUME_________________

Je dédie ce poème à Dalida, à mes Grands-parents décédés, à Marhèse Grangé, à Chantal Favet, qui s’est jetée dans l’Isère durant l’été 1996, et à feu Philippe Réal, que j’étais allée voir à l’hôpital après sa première tentative de suicide.images-7.jpeg

 

 

 

Lorsque Dalida s’est tuéeimages-3.jpeg
J’ai pleuré
Car j’ai vu un cygne s’envoler
Le coeur plein de larmes
Vers un Au-delà bouleversé
Tremblement de terre
Des roses piquées dans leurs pétales


images-12.jpegLorsque Bérégovoy s’est tué
Elle a pleuré
Et sur ses joues ridées
J’ai vu les larmes
Se changer en mouettes
Ma Grand-mère portait le voileimages-9.jpeg
Des bateaux déshonorés


Lorsque Philippe s’est tué
Nous nous sommes tus
La réalité assassine
Lorsque les rêves sont trop forts
Oui jusqu’au bout de mes prièresimages-13.jpeg
Je serai près de toi, de vous
Jusqu’à la rive dernière


images-1.jpegMais je vous en supplie
Empêchez-les de vous rejoindre
Ceux qui veulent mourir
Dites-leur qu’il n’y a pas de place
Sur l’arbre mort des vies perdues
Dites-leur que les plus belles fleurs
Poussent sur le chemin de la vie présente


Dites-leur les souffrances
Du barrage construit
Sur une rivière en crue
Flux de larmes trop abondantes
Dites-leur que la solution
N’est pas de couper l’arbre
Mais de sauver les branches


images-11.jpegOh dites-leur le soleil exploséimages-5.jpeg
Des cellules de vos corps
Écartelés de regrets
Devant les sentiers possibles
De l’avenir caché
Dites-leur l’espoir des inconnues
Solutions d’une équation sacrée


images-4.jpegSurtout dites-leur
Que la fuite est terrible
Pour ceux qui restent
Impuissants d’amour
Devant l’acte définitif
Dites-leur qu’on revient toujours
Là où on s’est brisé le tronc


Oui dites-le leur... que
l’heure n’est pas encore venue
pour eux.


Chloé LAROCHE

images-6.jpeg
(Ce poème a été publié dans mon ouvrage :

“Soleil d’amour Soleil de colère”, livre épuisé aujourd’hui).

 

 


images-16.jpeg_____________________ Voici des numéros où vous pouvez appeler pour parler, dire les choses, exprimer vos angoisses, vos soucis, votre désespoir. Quelqu'un sera là pour vous entendre, vous écouter, de façon anonyme :

 

-Cap éCOUTE : n° vert 0800 33 34 35 (gratuit)

et aussi le 04 72 33 34 35

-SOS Suicide (écoute anonyme de toute souffrance) :
01 45 39 40 00

-Numéro gratuit d’écoute anonyme pour les Parents, Adolescents et Professionnels de l’éducation :
0 810 659 009 (numéro azur) ...

-Croix-Rouge Écoute Parents-Enfants :
0 800 858 858 (de 10 h à 22 h et week-end : de 10 h à 20 h)

-Femmes Battues : le 39 19 (anonyme et gratuit)images-15.jpeg

-SOS Viols : 0800 05 95 95 (numéro vert gratuit)

-SOS Femmes Violences conjugales :
(toutes violences -psychologiques, morales et physiques-) 01 40 33 80 60

SOLITUDE ET DEPRESSION

SOS Dépression    08 92 70 12 38
Des psychiatres et des psychologues essaient de soulager l'appelant et peuvent lui conseiller une adresse pour aller consulter. Le service peut également envoyer un psychiatre ou un psychologue à domicile en cas de crise grave. 
Ouvert 7 j/7, 24 h/24.

SOS Suicide    01 40 44 46 45
Bénévoles ayant suivi une formation psy. 
Pas d'antenne en province.

SOS Psychiatrie    01 47 07 24 24
Médecins psychiatres.

Urgences Psychiatrie    01 40 47 04 47
Médecins psychiatres.

Suicide écoute    01.45.39.40.00
Suicide Ecoute, s'est donné pour mission d'être à l'écoute téléphonique des suicidaires et des suicidant. Cinquante bénévoles formés à cette écoute particulière se succèdent pour recevoir 24heures sur 24 les appels des désespérés, dans l'anonymat et le respect des convictions de chacun.

Sos Espoir    01.43.70.69.26
SOS Espoir est une association de 1901. Des professeurs et des infirmières sont à l'écoute. Ils sont là pour aider les personnes qui sont en difficultés personnelles, en leur donnant un avis ou les orienter vers d'autres associations si le problème se trouve en dehors de leur cadre de compétence.

images-14.jpegimages-2.jpeg

 

29/04/2009

Inquiète pour une famille russe-arménienne de deux enfants, dont un bébé, arrachée par la police à leur domicile de Gray pour être emmenés. Ils ne répondent plus et risquent de se retrouver en camp de rétention pour étrangers, en vue d'une expulsion.

images-1.jpegBonjour à tous et toutes,

 

Aujourd'hui, un bébé de quatre mois a été arraché à son domicile avec ses parents et son frère de neuf ans, à six heures du matin.

Cela s'est passé à Gray, en Haute-Saône. Le papa est arménien et la maman russe.

Ils risquent d'être expulsés de notre pays.

On est sans nouvelles d'eux. images.jpeg

Emmenés par la police dans un véhicule.

En cette période, les choses s'accélérent. 

Plusieurs familles emmenées ainsi...

Ce soir, je pense à ce bébé, à son frère de neuf ans qui va perdre tous ses amis, son école.

Il est bon élève. À l'école de Gray. Il s'appelle Alexandre.

images-3.jpegJe pense à Maria et Sergey et leur souhaite de tenir, de garder courage.

Je pense aux larmes de cette famille, à la France no welcome.

Je pense que c'est moche. Moche veut dire "laid".

La laideur de l'âme, le déshonneur de l'humanité.

Comparer cette famille à des criminels, et les emmener

comme on fait à six heures le matin.

Emmener un bébé terrorisé de sentir cette tensionimages-5.jpeg

la police, les menottes, les cris, la précipitation

sans les couches, les biberons, la vie de tous les jours.

Que faire d'autre qu'écrire ? 

Si, j'ai téléphoné à la préfecture.

J'écris, j'envoie des mails (voir consignes ci-dessous).

Soyons nombreux à écrire pour cette famille.

 

Chloé LAROCHE

 

images-2.jpeg++++++++++++++    Je vous transmets ces informations reçues en urgence aujourd'hui du RÉSEAU D'ÉDUCATION SANS FRONTIÈRES :


"Un bébé de 4 mois en rétention !

La commission nationale de déontologie et de la sécurité (CNDS) publie son rapport et écrit :

« Par ailleurs, la Commission recommande d’inclure dans le CESEDA l’interdiction absolue de placement de mineurs dans un local de rétention administrative, compte tenu des exigences limitées de la réglementation à l’égard de ce type de structures et de leur inadaptation à l’accueil des enfants. »
http://www.cnds.fr/rapports/ra_pdf/Etude_Mineurs.pdf .

Monsieur BAKHSHIYAN est Arménien, son épouse est Russe, leur bébé aura quatre mois le 2 mai, et Alexandre, l'aîné, a 9 ans. Mercredi matin, 28 avril 2009, à 6 h du matin, Maria, la maman, son bébé, son fils très bon élève à l'école de Gray (Haute Saône) et le papa Sergey Bakshiyan ont été arrêtés chez eux. A midi, ils arrivaient à Nîmes.
On laisse imaginer à nos lecteurs la brutalité qu’a subie cette famille. Cueillie avant l’aube, les enfants arrachés au sommeil par l’intrusion de la police, immédiatement placés dans un véhicule et hop départ pour Nîmes, à l’autre bout de la France. Le bébé a-t-il eu droit à un biberon, à des couches ? Rien ne nous le dit.
Alors que leur avocat, Me Colle, a déposé un recours devant la cour d'Appel à Nancy, ils sont traités comme des criminels dangereux qu’il faut absolument mettre hors d’état de nuire.

Les policiers, le préfet, le ministre ne doivent pas avoir lu la recommandation de la CNDS.

Ou bien la politique du chiffre, la culture du résultat, la poursuite de la chasse aux familles, aux jeunes scolarisés, aux travailleurs sans papiers justifie l’enfermement d’un bébé de quatre mois et de sa famille !

D’un côté des mots, des recommandations et de l’autre la sinistre réalité.

A nous de protester vigoureusement pour que les recommandations de déontologie deviennent des actes au lieu de rester lettre morte."

Faxer, écrivez, mailer à la préfecture de Haute Saône pour dire votre indignation :

prefecture@haute-saone.pref. gouv.fr

Téléphone : ===== 03 84 77 70 01

Campagne de mails de protestation à adresser à la Préfecture de Haute-Saône :
une seule adresse disponible : prefecture@haute- saone.pref. gouv.fr


Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet : christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturellaura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr


Matignon :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_minis...
FAUGERE ,
GOSSET-GRAINVILLE ,
KLARSFELD ,
LEVY 
MITROFANOFF 

Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT 
LOUVRIER 
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

"A diffuser largement :

La politique de Mr Besson, de la casse des familles, de la violence faite à des enfants bat son plein pendant les vacances scolaires, avec le moins de témoins possible. Après une famille à Vesoul il y a quelques jours, après une famille à Luxeuil, ce matin c'est à Gray. 
Maria, la maman, son bébé, son fils très bon élève à l'école de Gray et le papa Sergey ont "disparu", leur portable ne répond plus.
Nous étions avec eux hier soir jusqu'à plus de 23h, nous leur avions dit de garder confiance, Me Colle leur avocat a déposé un recours devant la cour d'Appel à Nancy, et nous avions projeté de nous rendre en Préfecture d'ici quelques jours afin de trouver une solution humaine à leur situation. 
Mais la chasse aux familles bat son plein, après la famille Aouchev en 2008 à Gray, expulsée par avion spécial le 19 mai depuis Dole Tavaux, les ministres passent mais le nouveau ministre doit montrer qu'il a été bien choisi par ses pairs. Nous allons envoyer les dessins de Sasha Bakshiyan, le garçon, à Monsieur le président de la République et à son épouse très médiatique. 
Il est des matins pluvieux où même vomir ne sert à rien ! 
Il est des jours où on aime le cinéma comme Welcome! 

Nous vous invitons à demander à la préfecture où est passé le bébé et de protester contre ces méthodes honteuses !"

A diffuser largement sans modifier. Merci.

27/04/2009

C'est quoi la crise ? Crise des autorités, de la justice, des droits de l'homme, du respect des salariés, de l'humain en prise aux raisons économiques et aux intérêts de certains. Faits réels de la crise et effets réels.

1902004.jpgBonjour à tous et toutes,

Je souhaite aujourd’hui vous parler de choses vraies, comme d’habitude.
De choses de la crise...


pr78919.jpg____________La crise, oui...

quand un ami que je connais se fait voler sur son compte huit cent euros par une personne inconnue... qui s’est offert un voyage en Tunisie en utilisant le numéro de la carte bleue de cet ami,

quand cet homme se retrouve dans de gros problèmes financiers parceque sa banque iséroise lui a remboursé 265 euros seulement dans le cadre de l’assurance vol,

quand la banque de cet homme lui répond qu’il doit attendre le mois suivant pour être remboursé de la totalité de la somme,

quand, en attendant, il est obligé d’emprunter de l’argent à la seule personne qui accepte, c’est-à-dire moi, qui vit seule avec trois enfants à charge.

 

_________La crise, oui...

images.jpeg

quand je porte plainte contre un homme adulte qui a envoyé des sms avec propositions sexuelles à ma fille mineure et à une amie de ma fille mineure,

quand la plainte des deux mamans dont la mienne est rejetée par le Procureur,

images-4.jpegquand le chef d’une des gendarmeries de l’Isère me répond que aujourd’hui, je serais étonnée d’apprendre que “nombre de jeunes filles provoquent les garçons, les hommes, et que certaines vont même jusqu’à aller chercher le viol collectif, par des attitudes et des propos provoquant,”

quand j’ai été obligée de défendre dans son bureau les jeunes filles et ados, voire les toutes jeunes filles, en lui répondant que même si certaines l’ont fait et sont dans une telle attitude... ce n’est pas le cas de toutes les filles, et certaines sont vraiment victimes... comme ma fille et sa copine de treize ans, 1709002.jpg

quand l’autorité ne prend plus en compte qu’il y a des mineurs et mineures victimes avec des hommes majeurs en face... et défend l’homme majeur en expliquant que le pauvre homme a pu être provoqué et qu’il ne peut être ennuyé par une plainte basée sur rien du tout,

k0156971.jpg

 

 

_______ La crise, oui...

quand les salariés d’une entreprise iséroise sont tous convoqués et se retrouvent réunis en réunion de travail avec leur chef... et qu’au bout d’une demi-heure, les nouveaux dirigeants acquéreurs de la boîte entrent dans le local et saluent les employés ahuris, lesquels ne savent pas à qui ils serrent la main,

quand ces salariés entendent soudain de la bouche de leur chef qu’il n’est plus rien et qu’il a été démissionné quelques jours avant,

quand les mêmes salariés ont le sentiment de n’avoir pas été respectés, car non tenus au courant de la situation et du départ de leur patron,

quand le chef d’entreprise explique qu’il a pu sauver l’entreprise en acceptant de la vendre, et que sinon, la boîte allait droit au mur en moins d’un an,

 

k0132654.jpgF0029187.jpg________ La crise, oui...images-1.jpeg

quand la France accepte sans broncher ce qui vient de se passer à Calais (voir ci-dessous l'article du RESF pour que vous sachiez),

quand un père d'origine congolaise, Bienvenu Mbelani, est mené en camp de détention français alors que ses deux enfants mineurs de 10 et 8 ans arrivent en France et sont placés dans un autre camp de détention français,

quand Papa est en prison à Bobigny et les enfants en prison à Roissy, dans le monde merveilleux selon le Ministre Besson,

quand on brise des familles, expulsant les pères et enlevant, pour certaines familles étrangères, des enfants pourtant scolarisés de leur chaise d’école afin de les expulser en charter avec leurs parents,

sb10068472e-001.jpg

 

_______ La crise, oui...

quand des familles dorment, vivent, mangent à l’hôtel... dans une seule pièce pour plusieurs personnes... et doivent à leur propriétaire des centaines d’euros à payer, somme indécente payée pour pouvoir survivre,

quand des personnes âgées et des familles sont contraintes d’aller faire les poubelles des magasins et des marchés pour pouvoir subsister,

k0204769.jpgquand des parents ont si peur de l’avenir qu’ils en arrivent à abandonner leurs enfants pour qu’ils soient recueillis et bien traités,

quand les jeunes cherchent l’espoir dans l’alcool, la drogue, la dépendance virtuelle... au lieu de garder confiance en leur chemin,200136690-001.jpg

 

 

Car finalement la crise... c’est chacun qui la fait.

La crise, on peut la combattre en cherchant des valeurs qui ne sont pas fondées sur l’argent, sur l’égoïsme, sur les intérêts matériels.
Arrêter d’avoir peur et se contenter du peu qu’on peut avoir, tout en se battant contre les injustices qui nous frappent et l’oubli des pauvres et de ceux qui vivent dans des conditions indécentes.
Arrêter de ne regarder que sa misère et défendre aussi ceux qui vivent autour de nous, dans notre pays ou ailleurs.
Ne pas accepter que des familles soient malmenées et que des enfants ne puissent plus voir leurs parents.

Chloé LAROCHE

 

____________________ Comme promis, voici l'article concernant Calais, publié par le Réseau d'Éducation Sans Frontières

(le site, actions et pétitions : http://www.educationsansfrontieres.org) :

 

moton8.pngCommuniqué RESF : UN CHARTER DE KOSOVARS, UNE RAFLE D’AFGHANS, DEUX ENFANTS ( ) EN PRISON PUIS A L’ASE, LEUR PERE EN RETENTION…, ETC… 
L’HUMANISME FRACASSANT SELON ERIC BESSON

 

"Un charter de Kosovars :

Eric Besson est un humaniste qui, trop modeste, n’apprécie guère le titre de ministre de la Rafle et du drapeau attaché à sa fonction. Et pourtant…

Et pourtant… La semaine dernière, expulsion de 50 Kosovars et Albanais sur un vol charter organisé en collaboration avec l’Autriche. Spectacle grandiose, propre à combler le ministre : 50 malheureux, certains avec leur baluchon, d’autres sans rien, menottés, entravés, attachés à leur siège, encadrés de deux policiers chacun. Ce devait être beau comme du Besson ! Pourquoi aucune photo n’a-t-elle été publiée dans le but de « dissuader les migrants » ?

Une rafle d’Afghans :

Arrestations massives opérées à l’improviste par la police dans un quartier suspect : 200 Afghans arrêtés au petit matin à Calais au milieu d’un énorme déploiement de 500 policiers. Une rafle magnifique qui a sans doute tellement ravi le ministre qu’il s’est rendu à Calais quelques jours plus tard pour annoncer des récidives. 200 interpellations, sous prétexte de lutter contre les trafiquants. 200 personnes libérées le lendemain.

Deux enfants en prison, leur père en rétention… :

Si M. Besson fait dans l’acharnement collectif, il fait aussi dans le traitement individuel sordide.

Bienvenu Mbelani a 34 ans, père de P. (10 ans) et de J. (8 ans). Il est congolais (RDC), un pays où les morts dus aux guerres civiles et aux violences politiques se comptent par millions. En 2006, il parvient à quitter le pays et demande l’asile en France. Débouté comme de bien entendu. Il se retrouve sans papiers et frappé d’un APRF (Arrêté préfectoral de reconduite à la frontière). Malgré cela, ses deux enfants sont envoyés en France pour le rejoindre.  Ils atterrissent à Roissy le 10 avril avec des papiers qui ne sont pas en règle. Selon les procédures maintenues en place par le ministre Besson, les enfants (8 ans et 10 ans !) sont placés en zone d’attente, une prison pour étrangers, adultes mais aussi enfants, à qui on souhaite refuser l’entrée en France.

L’apprenant, Bienvenu Mbelani se précipite en zone d’attente (sur les conseils de son avocat, paraît-il… Si c’est vrai, celui là ferait mieux de s’occuper d’autre chose que du droit des étrangers !) Il est arrêté sur le champ et mis en rétention. Papa en prison à Bobigny, les enfants en prison à Roissy. Le monde selon Besson est merveilleux.

Au quatrième jour de détention, les enfants sont présentés au Juge de libertés et de la détention de Bobigny, comme des grands, sur le banc des accusés, dans une salle bourrée de policiers en uniforme. Ils sont dans la même salle que leur père, lui aussi présenté au JLD, mais ils n’ont le droit ni de communiquer ni de l’embrasser. La classe ! 8 ans et 10 ans, le gibier de potence fourni à la justice par les services de M. Besson a de l’allure ! Heureusement quand même, le JLD ordonne la libération des enfants qui sont placés dans une famille d’accueil par l’ASE. Mais leur père n’a toujours pas pu les contacter.

On en est là.

Notre ministre humaniste a trois solutions. Renvoyer le père et les enfants dans un pays qu’ils ont fui et où il est fort possible que le père soit immédiatement emprisonné… si ce n’est pire car quoi qui ait pu se passer avant son départ, le simple fait d’avoir demandé l’asile en France le désigne comme un opposant. Les enfants seraient ainsi livrés à eux-mêmes, rendus quasi-orphelins au nom de la préservation de l’unité familiale à laquelle on sait que les services de M. Besson sont très attachés quand ça les arrange. La seconde solution serait de garder les enfants confiés à l’ASE en France et de renvoyer le père au Congo. Le coup du chassé-croisé (les enfants arrivent d’Afrique au moment où le père y est réexpédié) est original… Son caractère inédit séduira peut-être le ministre.

Reste enfin la seule solution humainement acceptable : que Bienvenu Mbelani soit libéré et régularisé et qu’il récupère ses enfants afin de leur donner enfin une vie décente.  Trop simple et trop humaniste pour être possible ?

Père d’un enfant français, mari d’une handicapée française, en rétention !

Mohamed Allouche est tunisien, père d’un enfant français (sa femme est française). Il est arrivé en 2005 pour rejoindre sa femme et son fils. Outre le droit élémentaire de vivre en famille, la venue de Mohamed était d’autant plus nécessaire que la mère de son enfant est sourde et muette. Elle travaille dans une maison de retraite et a été la première femme atteinte de ce double handicap à obtenir le permis de conduire mais il n’empêche que la présence de son père est indispensable à Noufel (11 ans). Mohamed avait un récépissé provisoire de titre de séjour… sans autorisation de travail.

Mais, en août 2007, la préfecture de Nanterre faisait mener une enquête pour vérifier la réalité de la vie du couple. Pour un peu le ministère Hortefeux-Besson mériterait de s’appeler celui du trou de serrure !  Mohamed Allouche était contrôlé le 15 avril au métro Chatillon-Montrouge et placé en rétention après avoir reçu un APRF. Motif deux des nombreux documents fournis par le couple pour prouver leur vie commune portaient une adresse différente de leur adresse habituelle. C’est grave, ça, ça mérite de détruire une famille, de placer un individu en prison et sûrement de l’expulser… Sauf que l’adresse « suspecte » est celle des parents de l’épouse qui, pour une raison ou une autre avait jugé plus pratique de se faire expédier tel ou tel courrier chez ses parents. A se demander ce qui est le mieux partagé au ministère de M. Besson, la malveillance ou l’incompétence. Les deux peut-être ?

Il faut, naturellement, que Mohamed Allouche soit libéré, que le titre de séjour auquel il a droit lui soit immédiatement délivré, que les mauvais traitements qu’il a subis soient indemnisés et que le ministre lui présente des excuses."

 

 

Ministère de la Rafle et du Drapeau :
Fax: 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

 


Matignon  :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_minis...
FAUGERE <jean.paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr>,
GOSSET-GRAINVILLE <antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr...>,
KLARSFELD <arno.klarsfeld@premier-ministre.gouv.fr>,
LEVY <myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr>
MITROFANOFF <igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr>

 

Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

 

 

22/04/2009

Ma lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l’Immigration pour Vassili KOCHKADZE, atteint par l'hépatite C et menacé d'expulsion vers la Géorgie.

wef003.jpgLETTRE OUVERTE à Monsieur le Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité Nationale et du Co-Développement.


Objet : Demande de ne pas expulser Vassili KOCHKADZE en Géorgie.

_________________________________________________________AA035484.jpg


Monsieur le Ministre Éric BESSON,

Sous couvert de Monsieur le Préfet de la Somme et de la Picardie,

 

Je me permets de solliciter votre attention sur le cas de Monsieur et Madame KOCHKADZE.

Voici un rappel des faits : Vassili KOCHKAZE, né le 16 mars 1979, et Choréna KOCHKAZE, son épouse, ont fui la GEORGIE pour arriver en France le 13 mai 2002 afin de solliciter une demande d’asile politique, leurs vies étant menacées en cas de retour… En effet, en avril 2000, Vassili KOCHKAZE a été arrêté, battu et gravement blessé par un coup de couteau à la poitrine nécessitant une hospitalisation, parce que son père était un militant politique. La demande d’asile politique a été rejetée tout comme les recours. Vassili est maintenant atteint de l’hépatite C. Leur fille Anano est née, en France, le 15 novembre 2002. Leur fils David, né le 16 octobre 1998 en GEORGIE les a rejoints le 17 septembre 2004.e003114.jpg


Arrêté, alors qu’il sortait de la prison d’Amiens, lundi 20 avril 2009 au matin, Vassili KOCHKADZE vient d’être placé au Centre de Rétention de Mesnil Amelot pour une possible expulsion en GEORGIE. Il reste que son arrestation après qu’il ait purgé sa peine, le risque d’une expulsion parce qu’il est déjà placé en Centre de Rétention, sans qu’il puisse revoir sa famille, constituent une réponse inhumaine aux actes républicains que devraient se donner un service d’Etat, car la « double peine » est maintenant abolie, semble-t-il…

De plus, la Préfecture de la Somme sait juridiquement :

images.jpeg- Que Vassili KOCHKADZE est en grande difficulté de santé : il est atteint d’une hépatite de type C. Il est consulté régulièrement par le Docteur CAPRON du Centre Hospitalier Nord d’Amiens.
- Qu’il ressort d’une jurisprudence établie que l’hépatite C ne peut être soignée en Géorgie : « tribunal administratif de Rouen, ord. Juge des référés, 18 dec.2006 –M.M.BASAEV ; N°06-02993 + ord. Juge des référés, 12 jan.2007- M. Zaza GOGUADZE; N°6-03260 + Juge délégué, M. Zourabe KASSOIANE ; N°7-00076 (R.07-025) + ord. Juge des référés, 13 mars 2007- M. Mamouka BROAIN. ; N°07DA01169 Cour Adm.d’Appel de Douai, M.Ura TELOIAN déc.2007…».


Une possible expulsion est totalement insupportable pour Vassili KOCHKADZE car l’absence de traitement peut amener des conséquences d’une exceptionnelle gravité, à savoir le risque d’évolution vers une cirrhose du foie à moyen terme. C’est pourquoi je me permets de vous interpeller, Monsieur le Ministre, car je souhaite qu’un regard bienveillant et humain puisse être apporté à Vassili KOCHKADZE en le libérant au plus vite et en faisant en sorte qu’il puisse se soigner décemment à Amiens.200385377-001.jpg


K30-403835.jpgEn outre, il est insoutenable pour Vassili KOCHKAZE, ayant fui la GEORGIE en 2002, de se voir expulser : il est marié avec Choréna et a deux enfants dont la petite Anano, je vous le rappelle, est née en France et a six ans.

Je vous prie, Monsieur le Ministre, de bien vouloir considérer ma demande et agréer l'expression de mon attachement aux Droits de l’Homme ainsi que l’expression respectueuse de mes salutations républicaines.

Chloé LAROCHE

 

Fait à Grenoble, le 22 avril 2009.

 

 

________________ VOUS POUVEZ VOUS AUSSI ÉCRIRE POUR CETTE FAMILLE, EN REPRODUISANT CETTE LETTRE ET EN L'ENVOYANT AUX ADRESSES MAILS SUIVANTES :

 

A la préfecture d’Amiens par courriel :

 

courrier@somme.pref.gouv.fr 

lena.cojan@interieur.gouv.fr




- Aux Ministères de l’Immigration, Élysée, Matignon, Affaires étrangères :

patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

thierry.coudert@iminidco.gouv.fr

guillaume.larrive@iminidco.gouv.fr

sabrina.belkhiri-fadel@iminidco.gouv.fr

geoffroy.didier@iminidco.gouv.fr

g@larrive.com

maxime.tandonnet@elysee.fr

claude.gueant@elysee.fr

emmanuelle.mignon@elysee.fr

david.martinon@elysee.fr

franck.louvrier@elysee.fr

jean-paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr

antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr

igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr

myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr

brigitte.collet@diplomatie.gouv.fr

olivier.serot-almeras@diplomatie.gouv.fr

'patrice.champion@diplomatie.gouv.fr

pierre.thenard@diplomatie.gouv.fr




________ POUR PLUS D'INFOS :

 

Réseau Education Sans Frontières de la Somme, BP80713, 80007 AMIENS cdx 01,

Contacts tel 06 31 91 08 07,

Permanences Hebdomadaires : Tous les mercredis à 17h30, salle Dewailly à Amiens

 

_________ et bien sûr : http://www.educationsansfrontieres.org

20/04/2009

Hommages aux femmes qui se battent pour leur liberté en Afghanistan. Mon hommage à Malalaï KAKAR, femme afghane policière assassinée en 2008.


Bonjour à tous et toutes,

Mn_7a.jpg


Ce 15 avril, des femmes par dizaines sont descendues dans les rues en Afghanistan pour protester contre la loi instaurant le droit de violer sa propre femme tous les quatre jours, de lui faire l’amour sans son consentement. Le mari aurait même le droit de lui refuser de manger en cas de refus de faire l’acte.

Ces femmes sont descendues dans les rues, essuyant pierres et insultes.20090415-065516-g.jpg

Quand le voile de larmes descend dans le coeur des femmes, la colère gronde sur la terre.

Je voudrais aujourd’hui rendre hommage à toutes ces femmes courageuses qui ont derrière elles un passé douloureux, passé vécu sous le joug des pratiques talibanes. Elles se battent pour que le présent demeure ce qu’il est, en évitant qu’il ne devienne pire.

Elles se battent au quotidien pour que l’avenir dépose le voile du machisme, le voile de l’extrèmisme, le voile de la violence conjugale, le voile de la violence éternelle, celui de la honte de naître femme.

Qu’un jour, la femme abaissant le voile apparaisse sous son jour de beauté, illuminant comme un soleil les yeux des hommes qui n’oseront plus porter atteinte à l’intégrité de la moitié de l’humanité. Ces hommes laisseront les pierres sur le chemin, honteux d’avoir lancé la vindicte contre des femmes méritantes de défendre leur liberté.

1210304725-1.jpgAujourd’hui, je choisis de rendre hommage à Malalaï Kakar, cette femme policière d’Afghanistan qui a été assassinée devant son domicile en 2008, à Kandahar, un bastion des talibans dans le Sud du pays. Elle était la maman de six enfants qui pleurent aujourd’hui leur maman, maman méritante car elle défendait les femmes victimes de violences conjugales. Son mari était fière d’elle et l’encourageait à poursuivre son métier, disant que le pays avait besoin d’elle et de son exemple.

Elle avait 40 ans et était très aimée, respectée. Aujourd’hui, ceux qui l’ont tué pensent peut-être qu’ils ont fait une grande action en éliminant cette mère de la surface de la Terre. Honte à eux ! Ils sont excommuniés à jamais du coeur du Créateur et de tous ceux qui défendent la paix et l’amour.gang_rape.jpg

Que mille roses déploient leur parfum vers son âme et que sa famille soit emplie de consolation et de paix.

Adieu Malalaï Kakar.

Chloé Laroche

 

______________________________

__________________________________

 

Du site : http://www.mediapart.fr 

voici l'article de Christel :

 

“Ils l'ont tuée... Malalaï Kakar, la femme policier la plus célèbre d'Afghanistan, a été assassinée dimanche matin devant son domicile à Kandahar, un bastion des talibans dans le sud de l'Afghanistan.

Son fils est dans le coma.

 Elle avait 40 ans et six enfants, elle était capitaine et dirigeait le département des crimes contre les femmes de la police de Kandahar, la grande ville du sud du pays et berceau des talibans, qui l'avaient menacé à plusieurs reprises. Fille et soeur de policier, engagée dans la police à la fin des années 80, Malalaï Kakar avait fui le pays à l'arrivée au pouvoir des talibans, avant de reprendre ses fonctions à la chute de leur régime fin 2001.

Elle a fait l'objet de nombreux articles de la presse afghane et internationale. Elle était la première femme à s'engager dans la police de Kandahar après la chute des talibans. Malalaï était très respectée. Elle avait renoncé à porter la burqa il y a deux ans. Mais elle ne se déplaçait jamais sans son arme et toujours en compagnie d'un homme de sa famille.

Les policiers afghans paient un lourd tribut à la violence qui ensanglante le pays. Quelque 720 policiers ont ainsi été tués au cours des six derniers mois, selon le ministère de l'Intérieur. En juin dernier, une policière avait été tuée par balles dans la province de Herat, dans l'ouest de l'Afghanistan, et la police locale avait accusé les talibans de ce meurtre, qui aurait été le premier d'une femme policier par les insurgés fondamentalistes. Les talibans ont lancé une insurrection meurtrière depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir à la fin 2001 par une coalition internationale emmenée par les Etats-Unis. Les violences ont redoublé d'intensité depuis près de deux ans malgré la présence de 70.000 soldats de deux forces multinationales, l'une de l'Otan, l'autre sous commandement américain.

 Une pensée nocturne à sa famille et un hommage à son courage."

CHRISTEL

PS :  Une vidéo jointe dans l'édition qui la montre au quotidien faisant son travail de policier :

http://www.mediapart.fr/club/edition/le-club-des-insomniaques-mediapartiques/video/280908/malalai-kakar

------------Les commentaires de l’article de Christel :

 "Etre femme en Afghanistan. Etre femme en Afghanistan et refuser de porter la burqa. Etre femme refusant de porter la burqa et policier en Afghanistan.... Quel courage !"

28/09/2008 23:30 Par grain de sel____________

 

"Salut et fraternité !

Pour elle, pour Massoud, pour toutes celles qui furent lapidées dans les stades , pour tous ceux qui ne veulent plus vivre à genou en Afghanistan et ailleurs, qui peut dire que nous n'avons rien à faire là bas ???La religion quelle qu'elle soit, à la maison ; et la liberté de parler et de vivre libre et démocratiquement partout ailleurs. Voilà pourquoi quelque jeunes français sont morts comme cette femme, mais la liberté triomphera."

29/09/2008 09:38 / Par Jean Paul Monat_________________

 

"Il y a un beau portrait sur le Marie-Claire anglais :

http://www.marieclaire.com/world/news/kandahar-cop

29/09/2008 10:00 / Par Maguy Day_________________

________________________________________________________________________________

 "Son courage m'avait marqué dans le film dont j'ai posté un extrait sur l'édition en complément. Plus qu'une héroïne, c'est une femme courageuse et droite qui vient de mourir. Certes une certaine frange du pays (les non talibans, ceux qui croient qu'un autre est possible) et nous occidentaux en avions fait une heroïne, mais elle ne se voyait pas comme cela. Je ne sais pas si elle aurait aimé ce titre postume qu'on lui donne aujourd'hui. 

Des femmes qui luttent, comme elle, au quotidien, il en existe beaucoup. Je voulais juste qu'on oublie pas que être femme et vouloir assumer certains métiers ailleurs, ce n'est pas si simple. En tout cas, sa mort m'a profondément bouleversée."

29/09/2008 10:43 / Par Christel_______________________________________

 

17/04/2009

Dans une gare de l'Ain, Miao LIN, un futur père de famille est menotté par les agents de la PAF sous les yeux horrifiés de sa compagne en état de choc.

1241993-1.jpgJe souhaite vous faire connaître le sort d'un jeune arrivé en France en 2003, Miao LIN. Sa compagne attend un bébé et Miao est un heureux futur papa. Il s'est très bien intégré en France. Il souhaite y vivre et y travailler. Il fait tout dans ce sens-là, mais malheureusement tout le monde n'est pas de cet avis.200392248-001.jpg

En effet, il attend de connaître le sort qui lui sera réservé depuis qu'il a été emmené dans un camp de rétention, menotté sous les yeux apeurés de sa compagne.

Je partage aujourd'hui avec vous le texte envoyé par le réseau d'Éducation sans Frontières (voir ci-après), en espérant que vous serez touchés, révoltés, retournés par cette situation révoltante et que vous irez signer nombreux la pétition sur le site www.educationsansfrontieres.org .... et pourquoi pas... envoyer fax et mails aux adresses données ci-dessous.

Je souhaite à Miao LIN de ne pas être expulsé vers la Chine, où il n'a plus aucune attache, ses parents étant ici en France.

dds_63.jpgJe lui souhaite de pouvoir regarder naître son enfant et de pouvoir l'élever avec sa compagne.SB10065545IW-001.jpg

Je souhaite aux autorités françaises de se souvenir encore et toujours que chaque enfant du monde a le DROIT de grandir auprès de ses deux parents.

Chloé Laroche

_________________________________1715003.jpg

 

"Miao Lin : jeunesse volée, bientôt bâillonné et attaché au siège d’un avion ?"  

TEXTE DU SITE www.educationsansfrontieres.org
du Mercredi 15 avril 2009.

 

"Le 31 mars, Miao est arrêté à la faveur d'un contrôle d'identité. En gare de Bellegarde sur Valserine (01), les agents de la PAF se font un malin plaisir de menotter ce futur père de famille sous les yeux horrifiés de sa compagne en état de choc. Miao fait partie de la vague d'arrestation des "18 de Paris" autrement dit du 1er avril offert par Eric Besson.

A partir de là, la situation se dégrade très vite : en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, aucun juge ne trouve à redire de l'étroitesse des lois, la légalité de la procédure est confirmée. L'une après l'autre, les voies de droit se ferment.

Plus de mille signatures sont recueillies dans les 48 heures. Régis Guyot (préfet de l'Ain, auteur de l'APRF pris contre Miao) a manifestement mieux à faire que de répondre aux nombreuses et pertinentes interventions émanant d'élus PS, Verts, PC (des conseillers d'arrondissements aux parlementaires compétents en passant par les vices-présidents de région et les maires : chacun-e s'est mobilisé-e).

"Culture du résultat"

Encore retenu au centre Satolas (Lyon), plus rien ne s'oppose à ce que, à tout instant, Miao soit placé dans un avion.

Il est urgent de faire entendre la voix des citoyens comme des élus et de libérer Miao.

Il est urgent d'obtenir l'abrogation de cette ignoble décision prescrivant la reconduite de Miao en Chine, conséquence directe du "culture du résultat" si cher aux préfets soumis aux impératifs du chiffre.

"Jeunesse sans-papiers, jeunesse volée"

Miao LIN, 23 ans, vit à Paris, sans papiers. En 2003, Miao est venu retrouver ses parents en France. Miao a été scolarisé dès son arrivée. Remarqué pour son assiduité, Miao est soutenu par ses professeurs. Son mérite est salué de tous. Après une année d'adaptation et deux CAP, toujours sans titre de séjour et pour autant dans l'obligation d'aider sa famille, à l'été 2008 Miao trouve du travail dans la restauration.

Enthousiaste, autonome, Miao s'est toujours acharné à travailler – beaucoup, tout le temps. Famille, corps enseignant, amis : Miao fait l'unanimité.

Sa compagne attend un enfant de lui. Un artisan des métiers du bois se démène pour pouvoir l'embaucher. Miao n'a plus d'attaches en Chine, il n'est du reste jamais allé à Pékin. Le renvoyer brisera sa famille et sa vie si chèrement construite en France."


Contacts :
Lucille Prado 06 65 64 86 72
Muriel Carpentier 06 30 91 27 81


Liens
http://www.educationsansfrontieres.org/?article18790
http://www.educationsansfrontieres.org/?article19098
http://www.educationsansfrontieres.org/?article18765
http://www.educationsansfrontieres.org/?article18820
http://www.educationsansfrontieres.org/?article18821


Actions d'envoi de fax et mails:


Le texte de la pétition http://resf.info/P1112 ou le modèle de fax dans l'appel à fax/mail peuvent servir de modèle dans vos courriers adressés:

A la préfecture de l'Ain, préfet Monsieur Régis GUYOT pour obtenir l'abrogation de l'APRF

Fax: 04 74 23 26 56

Mail: regis.guyot@ain.pref.gouv.fr

et Françoise GUILLERMIN /
Mail: francoise.guillermin@ain.pref.gouv.fr (même fax)

A la préfecture de Paris, préfet Monsieur Michel GAUDIN pour obtenir la régularisation :

Fax: 01 53 71 67 23

Mail: prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

Au MIIIN (Ministère de l'immigration, de l'intégration et de l'identité nationale ...) Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00

Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général:  secretariat.general@iminidco.gouv.fr (pensez à modifier l'en-tête de votre courrier).
Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication: laure.frugier@iminidco.gouv.fr

____________________________

10/04/2009

Un an de blog ! J'écris pour la solidarité et la connaissance des souffrances d’autrui, morts ou vivants, afin que le coeur humain ne soit plus endormi et sache qu’il est sur une planète où d’autres humains vivent et souffrent, parfois horriblement.

Blog visité 45 764 fois depuis sa création le 10 avril 2008, avec 7804 visiteurs au cours du dernier mois, en mars 2009. Ce blog est tenu par Chloé Laroche, écrivaine iséroise et violoniste, conductrice-accompagnatrice de personnes handicapées et âgées. Elle a choisi de partager avec vous gratuitement sur le net ses livres, ceux qui sont épuisés dans le commerce et ceux qui ne sont pas encore édités. Elle offre ici ses textes, sa pensée, ses réactions face à l'actualité, son entraide pour les parents qui comme elle ont perdu un enfant ou qui comme elle ont adopté un enfant venu d'ailleurs ou handicapé.

_________________________________________________________________________________________

images-7.jpegBonjour à tous et toutes,

 

Aujourd’hui, mon blog a un an.

Il est beaucoup lu et consulté.

 

J’en suis heureuse car je le fais pour la solidarité et la connaissance des souffrances d’autrui, morts ou vivants, afin que le coeur humain ne soit plus endormi et sache qu’il est sur une planète où d’autres humains vivent et souffrent, parfois horriblement.images-5.jpeg

Un homme m’a dit ceci, lorsque je lui ai parlé des crimes et des viols commis par les quatre parachutistes de Toulouse en 1989 : “Tu sais, tous les soirs, il y a des femmes qui se font violées. Là, maintenant, pendant qu’on parle. Tu ne changeras rien. J’ai renoncé depuis longtemps à changer le monde et à combattre pour un monde meilleur. Je vis, c’est tout. Je pense à moi.”

Je sais que je ne changerai pas le monde. Le monde avance, il évolue.images-10.jpeg

Il est chargé de violences, d’atrocités, de guerres, de pauvreté, de faim, de crise.

images-8.jpegIl est beau aussi. La planète est belle. Les forêts. Les arbres sous la rosée. L’orage qui illumine la montagne. Les gentianes qui s'épanouissent tout en haut des sommets.

Et puis... l’ours blanc qui se bat contre un destin qui risque de l’emporter et des hommes impuissants devant la fonte des glaces, devant l’évolution d’un monde en essor industriel.

664998.jpgLe monde est beau devant l’enfant qui naît, le bébé qui grandit, l’enfant qui découvre le monde auprès de ses parents heureux et amoureux. Le monde est beau quand la mariée dit oui à son mari sans être forcée à le faire. Quand la femme fait l’amour avec un homme dans le respect mutuel et non dans la prise d’une forteresse féminine par un homme avide de pouvoir et de violation d’un territoire intime.

Le monde est beau quand les hommes peuvent communiquer et parler entre eux dans la résolution des conflits, au lieu de se tuer entre eux  et de violer des femmes et des enfants pour assouvir des instincts de domination d’un peuple sur un autre.

“Dénoncer est un acte citoyen”. Aussi, je dénonce dans mon blog et je parle. Je dénonce la cruauté et la violence. Je dénonce l’indifférence. Je défends la solidarité, l’entraide, la compassion, l’aide humaine.

i9.jpgJe défends les papas expulsés, arrachés à leurs enfants, leur femme. Je défends les familles expulsées, les enfants arrachés à leurs classes d’écoles françaises. Je me réjouis des combats gagnés, comme celui mené pour la famille de Jacques, 7 ans, qui a déjà vu deux fois en 18 mois ses deux parents enfermés en camp de rétention avant l’expulsion définitive. Celle-ci a été enrayée, Dieu merci. Voici l’appel du 29 mars faite pour eux par le Réseau d’Éducation Sans Frontières : “Mme Zengh et Monsieur Lin ont été tous deux arrêtés hier matin sur leur lieu de travail. Ils vivent en France depuis maintenant 10 ans. Comme nous tous, ils travaillent et déclarent leurs impôts. Et surtout, ils souhaitent élever leur fils Jacques en toute sérénité, parmi nous, et avec nous. Jacques a suivi une scolarité tout à fait normale : on le connaît depuis la petite section de maternelle à l’école 61 Vitruve et a intégré le 16 Riblette en ce début d’année scolaire avec ses copains en CP. C’est un bon élève, apprécié des enseignants et c’est un bon copain.” Jacques a retrouvé ses parents, après une bataille de mails, faxs, et de réactions de nombreux militants.images-1.jpeg

Mais combien d’enfants voient leur père expulsé ? Combien sont nés en France et  doivent partir dans un pays inconnu et dangereux pour leur famille ?!! Combien d’enfants vivent le traumatisme de l’écartèlement d’une famille, dont certains membres sont renvoyés de France... ou bien le déracinement brutal, assorti d’un arrachement aux sièges de leur école, à leurs camarades, à leur maison... ?

1604707744.jpgEn cette année, j’ai gagné une bataille personnelle et familiale. Je viens d’obtenir la nationalité française pour la petite roumaine handicapée dont je m'occupe depuis 2001, Julia. Elle a maintenant 16 ans et la France l’a acceptée comme une citoyenne, ce qui est une excellente nouvelle pour son avenir et le risque oublié maintenant d’une expulsion à l’âge de la majorité. Julia va bien et poursuit ses progrès grâce à l’IME qui l’accueille. Elle commence à travailler un peu, une demi-journée par semaine, pour des travaux d’artisanat, à sa demande. Elle ne parle toujours pas, sauf pour quelques mots ; la difficulté orale demeure. La question de son avenir s’est posé dernièrement, puisque son autonomie va être restreinte, étant donné son handicap mental. Elle n’est pas autonome, sauf dans un cadre précis. Elle ne peut sortir seule et n’a pas conscience seule des dangers. C’est une immense chance que Julia ait pu avoir sa place dans un IME, étant donné le nombre d’enfants handicapés qui ne peuvent bénéficier d’accompagnement et d’aide spécifique, adapté à leur handicap.

D’autre part, je poursuis pour ma fille du Bénin le combat pour l’adoption définitive dont j’ai parlé dans la catégorie “Adoption, parentalité, handicap”. J’ai fait appel de la décision de cet automne et je suis convoquée en juin avec mon avocate. Je vous tiendrai au courant de tout cela.1262767637-1.jpg

1474423421.jpgEt puis, mon fils a maintenant quatre ans. Après une varicelle sortie ces derniers temps, il va bien. Il grandit sereinement, même si la tristesse l’envahit parfois depuis la mort de son père il y a un an. Je parle avec lui de ce départ, mettant des mots sur les larmes, sur les colères parfois, sur cette colère d’enfant qui sort en agressivité. L’inéluctabilité de la mort est tellement effrayante pour un petit d’homme qu’il est parfois nécessaire de revenir sur les faits et de mettre des mots sur les maux. Maux de l’âme, mots d’un deuil difficile, silence d’une absence et souvenirs d’un corps sans vie. Pour moi, c’est difficile aussi, car au-delà des mois d’attente d’un homme absent de notre vie... c’est le père de mon fils qui s’est absenté pour toujours. Les souvenirs hantent parfois mon coeur et quand j’ai dit dernièrement à mon fils que je suis triste aussi, il m’a demandé pourquoi. “Parce que j’aimais ton père, que nous nous sommes aimés et que c’est grâce à cet amour que tu es arrivé.” 575383478.jpg

1328905394.jpgIl y a aussi ma fille Océana qui est partie si vite il y a douze ans. Elle me manque tant. images-4.jpeg

i15-1.jpgIl y a un an, j’ai commencé ce blog car j’étais dans un désert et un cataclysme d’évènements qui s’accumulaient. Cela a commencé par des agressions reçues d'un jeune homme autiste dans mon taxi, en mars 2008, qui me frappe violemment alors que je le conduis à son IME. Le 2 avril 2008, à la suite de ces violences et de deux arrêts de travail, mon contrat de travail est rompu. Le même jour, mon compagnon, un homme avec qui j’étais depuis trois mois me quitte. Brutalement. “Ta vie est trop difficile.” Puis plus tard, il s’explique : “Tu perds ton travail. Tu te fais frapper par cet handicapé mental. Et puis cette fille handicapée, dont tu t’occupes et pour laquelle tu t’es engagée, c’est trop difficile. Je ne supporte pas. Je sais, c’est lâche... Sans parler de ton autre fille adoptive dont l'adolescence la rend malmenante envers toi... Il n’y aurait pas tout ça, je serais resté. Je t'aimais vraiment.” Cet homme était en plein divorce, avec quatre enfants. Quelques semaines auparavant, il était très mal dans son coeur et sa tête. Je l’ai soutenu. J’ai vu ses larmes, écouté sa douleur, cru en notre rencontre. Et puis, il s’est réparé à mes côtés, a repris confiance en lui, et ce jour d’avril, il est parti.

images-2.jpegLe 7 avril, le frère du père de mon fils m’appelle. “Il est mort. Sur la table d’opération.” Le père de mon fils était mort. Ce fut un choc. Un choc aussi d’annoncer cette mort à mon fils âgé alors de trois ans. Un choc de l’amener près du corps étendu. Un choc de voir partir dans l’immensité la rose perdue d’un amour défunt. De rester sur terre le seul parent d’un enfant, seule moitié responsable d’une vie.images-2.jpeg

 

Aujourd’hui, cela fait un an.

images-6.jpegEt je choisis de parler de Abir Al Janabi, jeune fille irakienne de 16 ans. Pour dénoncer sa mort, son viol, ses viols, son calvaire. Pour que le monde sache. Pour que le monde ne se voile pas la face. Pour qu’il pleure. Pour qu’il se souvienne d’Abir et de sa famille assassinée par des soldats américains. Des soldats malades de la haine. Malades comme les quatre parachutistes qui ont violé et tué en 1989 deux femmes et une enfant (voir mon article d’hier).

Voici ci-après un article relatant la mort et le calvaire de cette jeune femme.

Je suis immensément peinée de ce qu'elle a dû endurer, immensément triste pour cette jeune femme et toute sa famille massacrée.

Avec mes meilleures pensées à tous et toutes.

Chloé Laroche

 

_______________________________ Archives Droit International ONU________________

Atrocités Américaines en IRAK : Le crime de Mahmoudiya.

 

Des soldats us-américains ont planifié durant une semaine le viol d'une jeune fille iraquienne de 16 ans, Abir Al Janabi, son assassinat et celui de sa famille :

“Trois mois après les faits, un nouveau crime perpétré par des soldats usaméricains en Iraq a été révélé au grand jour. Des soldats ont violé une jeune fille iraquienne avant de l'assassiner avec trois membres de sa famille, dont un enfant, dans une zone située à 9 Km au nord de Mahmoudiya (sud de Bagdad).

 

Les premières investigations de l'armée usaméricaine ont révélé la barbarie du crime, perpétré au mois de mars dernier, avec préméditation, puisque préparé durant une semaine, ce qui expose les auteurs à la peine de mort, selon un officier usaméricain.

 

L'agence Associated Press a indiqué le samedi 1er juillet 2006, sur la foi des déclarations d'un responsable usaméricain proche de l'enquête « que les soldats s'étaient introduits dans la maison d'une famille arabe sunnite, avaient séparé la femme de trois membres masculins de la famille, l'ont violée puis brûlée vive à l'aide d'un liquide inflammable en vue de camoufler le crime, puis tué les autres membres de la famille ».

 

Le responsable, qui a réclamé l'anonymat, a indiqué aussi que les soldats ont étudié les victimes durant une semaine et qu'ils avaient prémédité leur forfait ». Un autre haut responsable militaire usaméricain, qui lui aussi a réclamé l'anonymat, a révélé que l'une des victimes était un enfant et que l'affaire a été éventée au cours d'une séance de discussion de routine, indiquant qu'un soldat avait reconnu son rôle dans les faits et qu?il a été appréhendé.

 

Un crime d'opportunité

 

Le même responsable reconnaît que le crime semble être le fruit d'une «certaine opportunité», puisque les soldats impliqués n'ont pas subi l'attaque d'éléments armés, mais avaient tout simplement remarqué la femme, qu'ils ont ensuite violé et assassiné, au cours de leurs précédentes patrouilles. Un soldat non impliqué dans l'affaire a apporté son témoignage : il avait aperçu ses compagnons lors de la préparation de leur forfait, puis une fois celui-ci commis, remarqué leurs habits ensanglantés. Des responsables usaméricains ont reconnu qu'ils étaient au courant des assassinats des membres de la famille, mais croyaient que c'était le fait des violences interconfessionnelles.

 

Les premières soupçons se sont orientés vers deux soldats de la 502ème Division d'Infanterie, aperçus le 12 mars avec du sang sur leur tenue après le crime, attribué à l'époque à des hommes armés de la région. Mais un officier de police de Mahmoudiya, le capitaine Ihsane Abderrahmane, a indiqué qu'il avait reçu le lendemain du crime, le 13 mars, un rapport accusant les soldats usaméricains de l'assassinat de la famille iraquienne dans la zone de Khassir Abiad, proche de Mahmoudiya. Le porte-parole des forces usaméricaines a déclaré pour sa part dans un bref communiqué diffusé le vendredi 30 juin, que le général James Thorman, le plus haut gradé militaire usaméricain dans la région de Bagdad, a demandé à la direction des enquêtes criminelles de l'armée d'entreprendre une enquête systématique, un jour après les révélations faites par deux soldats.

 

La peine capitale

 

À propos de la peine encourue par les auteurs des faits, au cas où ils seraient confondus, l'agence AP dit que les soldats risquent la peine de mort selon le code pénal militaire usaméricain. Les responsables militaires usaméricains déclarent que les 4 soldats impliqués dans cette affaire ont été désarmés et mis aux arrêts dans une base militaire proche de Mahmoudiya. L'armée usaméricaine a déclaré que les soldats impliqués dans ce crime, appartiennent à la 502ème Division d'Infanterie à laquelle appartenaient les deux soldats faits prisonniers (par la Résistance, NDT) et dont les corps avaient été retrouvés le 19 juin, trois jours après leur capture. Les deux corps portaient les traces de supplices et l'un d'eux avait la tête coupée. Il semblerait, selon les militaires usaméricains, que cette situation avait fait naître un sentiment de culpabilité chez l'un des soldats de cette division, ce qui l'a poussé à révéler ce crime le 22 juin dernier.

 

Cette affaire est la plus grave que connaissent les soldats usaméricains après celle qui a conduit 14 d'entre eux, la semaine dernière, à être accusés de meurtres de civils iraquiens. De nombreuses autres affaires du même genre font l'objet d'enquêtes, tels que le meurtre de 24 civils à Haditha le 19 novembre 2005, en représailles à la mort d'un soldat dans l'explosion d'un engin, le meurtre avec préméditation de trois détenus dans la province de Salaheddine, l'assassinat d?un soldat iraquien au cours de son interrogatoire à Al Kaïm?.

 

Sur le plan politique, la députée iraquienne Safia Chebli, apparentée au groupe de Iyad Allaoui, a réclamé le 4 juin le questionnement du premier ministre Anouar Malki sur l'affaire du viol de la jeune Abir, ainsi qu'une enquête iraquienne indépendante. Le ministre de la justice quant à lui, a demandé l'intervention du Conseil de Sécurité pour lever l'immunité des troupes usaméricaines, estimant que c'est l'impunité dont profitent leurs soldats face à la justice iraquienne qui les encourage à commettre de tels crimes. En voyage au Koweit, le Premier ministre a déclaré pour sa part qu'il allait engager une enquête indépendante sur cette affaire.

 

Le témoignage accablant d'un voisin de la famille martyre

 

Le viol de nobles femmes iraquiennes par la soldatesque usaméricaine, est devenu monnaie courante dans la prison de Abou Ghraïb mais aussi dans la grande prison qu'est devenu aujourd'hui l'Iraq. Le crime que nous relatons ici a dépassé par son horreur, son ignominie et sa barbarie tout ce qu'on peut imaginer en la matière.

 

Le correspondant de Mafkarat Al Islam dans la région de Mahmoudiya, ville sunnite au sud de Bagdad, a rapporté qu'une force usaméricaine, composée de 10 à 15 soldats, a pénétré dans la maison de Kacem Hamza Rachid Al Janabi. Ce dernier est né en 1970, travaille comme gardien au dépôt de pommes de terre appartenant à l'État et y réside avec son épouse et ses quatre enfants : les deux filles, Abir (la brise), née en 1991, et Hédil, née en 1999 et les deux garçons : Mohamed (1998) et Ahmed (1996).

 

Les soldats usaméricains commencèrent par arrêter le mari Kacem, son épouse, Fakhria Taha Mohsen et leurs deux filles Abir et Hédil, les deux garçons étant encore à l'école. Il était 14 heures. Ils conduisirent les parents et la petite Hédil dans une même pièce et les exécutèrent à bout portant. Le père a reçu 4 balles dans la tête, la mère 5 balles dans le ventre et le bas-ventre et Hédil a été atteinte à la tête et à l'épaule. Puis ils conduisent Abir dans la pièce voisine, la déshabillent dans un coin et la violent à 10, à tour de rôle. Dès qu'ils accomplissent leur forfait, ils la frappent avec un objet tranchant sur la tête, selon le rapport d'autopsie, puis mettent un coussin sur son visage pour l'étouffer et y mettent le feu.

 

Le voisin de la famille martyre ajoute : « Une heure après les coups de feu, j'ai aperçu de la fumée qui s'échappait de la maison et j'ai vu les soldats partir précipitamment pour encercler la zone avec des éléments de la Garde nationale fantoche. Ils nous informent que des terroristes d'Al Qaïda se sont introduits dans la maison et ont tué toute la famille. Ils nous empêchent de pénétrer dans la maison. J'ai informé l'un des gardes que j'étais un voisin et qu'il me fallait voir les membres de la famille pour informer El Hadj Aboul Kacem le patriarche, du sort de son fils et de sa famille. C'est ainsi que l'on me laissa pénétrer à la maison.

 

En rentrant, j'ai trouvé le père, sa femme et leur fille Hédil, sans vie, baignant dans leur sang, sans aucune réaction quand j'ai touché les corps. Le sang continuait à couler et sortait de la pièce. Puis je suis rentré dans la deuxième pièce où se trouvait Abir. Le feu continuait à se dégager de ses cheveux, de sa bouche et de sa poitrine. Elle était dans un état indescriptible : ses habits étaient retroussés vers le haut et son soutien-gorge déchiré. Le sang continuait à couler d'entre ses jambes bien qu'elle fût morte depuis plus d'un quart d'heure et malgré le feu dans la pièce. J'ai compris qu'ils l'avaient violée : elle était couchée sur le visage, son arrière-train soulevé, les pieds et les mains liés. Je n'ai pu me retenir et j'ai pleuré. J'ai vite éteint le feu qui avait consumé une partie de sa tête, son visage, ses seins et ses cheveux et je l'ai couverte d'un bout de drap. J'ai réfléchi un peu à la situation et je me suis dit que si je parlais et protestais, ils allaient m'arrêter. J'ai donc gardé le silence et je suis sorti de la maison sans rien dire pour pouvoir témoigner en temps utile.

 

Au bout de trois heures les soldats d'occupation ont encerclé la maison et ont répandu la rumeur que la famille avait été assassinée par des terroristes parce qu'elle était chiite. Personne n'a évidemment cru à ce bobard parce que tout le monde se connaît et que la famille était bien connue de tous comme une famille des meilleurs sunnites. Face à cette situation, les forces d'occupation ont procédé juste après la prière du Maghreb au transfert des quatre corps des victimes à la base militaire usaméricaine, puis le lendemain à l'hôpital de Mahmoudiya, en donnant à son administration leur première version des faits. Le même jour, en compagnie des proches de la famille, nous avons pris les corps des suppliciés à l'hôpital et avions procédé à leur inhumation par la grâce d'Allah. »

 

Briser le silence

 

Le témoin ajoute : « Nous avons décidé de ne pas nous taire et avons demandé aux moujahidine de la région de réagir en urgence. C'est ainsi qu'ils ont monté une trentaine d'opérations contre les forces d'occupation en deux jours, faisant plus de quarante morts parmi les soldats usaméricains. Mais cela ne suffisait pas à nous calmer et nous nous sommes adressés aux médias, en commençant par la chaîne Al Arabiya, qui est puissante en Iraq. Personne ne nous a cru, estimant qu'ils tiraient leurs informations des communiqués officiels usaméricains et ne pouvaient s'engager dans une affaire qui les dépasse. C'est le correspondant officiel de Al Arabiya en Iraq, Ahmed Assalah en personne qui nous l'a dit. Nous nous sommes adressés à des journaux de Bagdad qui nous ont éconduits, parce que nous étions sunnites comme les victimes innocentes de ce drame. Les combattants nous ont conseillé la patience en nous promettant que le sang et l'honneur de Abir et de sa famille seraient vengés comme ils le méritaient. »

 

Craintes fondées

 

Le voisin continue son récit : « Le 9 mars 2006, la mère d'Abir est venue me demander si je pouvais héberger sa fille avec les miennes parce qu'elle craignait pour elle. Cela ne m'a pas étonné et j'ai évidemment accepté. Les soldats de l'occupation, disait-elle, lui jetaient des mauvais regards quand elle sortait pour conduire les vaches au pré et qu'elle passait par un contrôle usaméricain situé à 15 mètres de la maison paternelle. Mais dans mon for intérieur, j'ai pensé que les craintes de la mère étaient mal fondées, la fille étant chétive et avait à peine 16 ans. Je n'ai jamais pensé que les criminels exécuteraient leur crime en pleine journée. ».

 

Le témoin ajoute : « Les forces d'occupation sont venues vendredi dernier - un jour avant que le correspondant de Mafkarat Al Islam se rende sur les lieux du crime - et ont ordonné aux habitants d'exhumer le corps d'Abir pour des analyses. Ils m'ont demandé aussi de rester à leur disposition en tant que témoin, ce que je ferai et je suis prêt à aller n'importe où pour faire éclater la vérité.

 

Rappelons que Mafkarat Al Islam a été la première agence d'information à révéler ce nouveau crime des forces d'occupation.”

 

Sources : aljazeera.net, islamonline.net et Mafkarat Al Islam (Islam Mémo)

 

Traduit de l'arabe par Ahmed Manaï, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique (www.tlaxcala.es). Cette traduction est en Copyleft : elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l'intégrité et d'en citer les sources et les auteurs.

 

 

________________________________ Séminaire sur la violence à l’encontre des femmes____________

Ce samedi 22 novembre, de 13 à 17h, un séminaire se déroulera à l'Université Libre de Bruxelles au sujet de la violence contre les femmes. La violence: partout dans le monde, les femmes y sont confrontées : dans les villages et dans les villes, au sein des familles et dans la rue. Ces actes sont commis par des individus, par des groupes et même par des Etats. La violence existe sous différentes formes, plus masquées dans les pays capitalistes développés qui reconnaissaient formellement l’égalité des droits, plus ouvertes et brutales dans les pays qui sont plus en retard sur le plan économique.

 

Historique :

"Le 25 novembre 1960, au nord de la République Dominicaine, trois corps sans vie de femmes ont été retrouvés au bord d’un gouffre. Ces cadavres étaient ceux des sœurs Patria, Minerva et Maria Teresa Mirabel, toutes trois militantes du mouvement clandestin de Résistance contre la dictature de Trujillo.

Ce dernier a déclaré qu’il s’agissait d’un accident de circulation. Mais, très vite, on a compris que les sœurs avaient été violées avant d’être tuées. Le massacre des sœurs Mirabel a fait un grand scandale en République Dominicaine et a développé le mouvement de résistance. Au bout d’un an, la dictature a été renversée par le mouvement anti-Trujillo.

Les sœurs Mirabel sont devenues le symbole de la lutte pour les libertés. En 1981, les femmes d’Amérique Latine et des Caraïbes se sont réunies à Bogota, en Colombie. Elles y ont déclaré le 25 novembre «Journée Internationale de la Lutte contre la Violence Sexuelle faite aux Femmes».

En 1999, la journée a été reconnue par l’Organisation des Nations Unies.

 

La violence contre les femmes se passe partout dans le monde

En Irak, Abir, une fille de 15 ans, a été violée puis brulée vive par des soldats américains. Amineh a été lapidée en Afghanistan par les seigneurs de guerre. En Iran, Kheirieh a supplié d’être pendue au lieu d’être lapidée.

Pendant que dans une banlieue à Paris Sohane, 18 ans, était brulée pour «l’honneur» familial par les membres masculins de sa famille, Marjan, 16 ans, s’immolait par le feu en Iran pour éviter de devoir se marier avec un homme qui avait l’âge d’être son grand-père. Somara, au en Pakistan, est décédée à cause de brûlures au troisième degré sur 80% de son corps - elle n’a jamais voulu affirmer que c’était son mari qui était responsable.

Au Kurdistan, une guerre se déroule et les femmes kurdes et turques en sont les premières victimes. A côté du mal et de la misère engendrée par la guerre, ces femmes ont aussi à subir les crimes d’honneur, les mariages forcés et la violence au sein de la famille.

En Somalie, une fillette de 7 ans, Kolsoom, a hurlé de douleur pendant son excision. Elle a hurlé aussi fort que Maryam, 9 ans, dans son lit nuptial. Dans différentes régions du Congo, toute une génération de femmes se fait horriblement mutilée par la violence sexuelle des troupes rebelles aussi bien que des troupes gouvernementales. Dans beaucoup de villages, plus aucun enfant ne naîtra.

En Suède, Fadimeh a été tuée par son père et son frère. En Belgique, on peut lire chaque jour dans les journaux des rapports dramatiques de femmes tuées par leur partenaire ou ex-partenaire, souvent avec leurs enfants. Elles partagent le sort de la poète afghane Nadia. Aux Etats-Unis, Lisa et Joyce ont été violées et tuées par des inconnus.

Pendant que Nathalie attend ces clients dans un bordel d’Amsterdam, un bateau plein d’esclaves sexuels arrive d’Europe de l’Est dans le port de Hambourg. Des femmes sans-papiers n’ont souvent d’autre choix dans les villes européennes que d’être exploitées sexuellement, de mendier ou de travailler comme domestique, souvent sept jours sur sept, du matin jusqu’au soir et cela pour un salaire de misère.

Au cours de la période de sanctions économiques des Etats-Unis contre l’Irak, plus d’un million de femmes sont décédées. Dans le même temps, plus de 4 millions de femmes ont perdu la vie à cause des guerres, surtout en Afrique. Dans la Bosnie en guerre, toujours au même moment, des milliers de femmes se sont faites violées par des soldats.

 

Séminaire sur la violence contre les Femmes et sur la manière d’y résister

La violence: partout dans le monde, les femmes y sont confrontées : dans les villages et dans les villes, au sein des familles et dans la rue. Ces actes sont commis par des individus, par des groupes et même par des Etats. La violence existe sous différentes formes, plus masquées dans les pays capitalistes développés qui reconnaissaient formellement l’égalité des droits, plus ouvertes et brutales dans les pays qui sont plus en retard sur le plan économique.

Avec la crise financière et le drame de la crise alimentaire qui existent déjà, avec la crise économique à l’échelle mondiale qui arrive à toute vitesse, la situation ne va pas s’améliorer. Avec des pénuries sans cesses plus pénibles, la lutte pour les moyens disponibles va encore augmenter et, comme toujours, ce sont les plus faibles économiquement - les femmes, les immigrés, les plus vieux et les jeunes,… - qui vont devoir trinquer. Avec le chômage et la pauvreté qui augmentent, encore moins de femmes qu’aujourd’hui vont être dans la capacité de se construire une vie indépendante.

Mais tout cela ne se passera pas sans lutte. Une lutte contre la violence à l’encontre des femmes - qui prend déjà place dans différents endroits du monde - mais aussi une lutte contre les conditions de vie inhumaines que nous offre le système de profit, le capitalisme. Une lutte de femmes et d’hommes issus de la classe ouvrière et des couches pauvres contre les mauvaises conditions de travail et contre les salaires de misère, contre la pauvreté, l’analphabétisme, le chômage et l’esclavagisme, qui touchent relativement plus de femmes que d’hommes.

Ce samedi 22 novembre après-midi, des femmes combattives de différents pays veulent partager les histoires de lutte des différents continents, s’en inspirer et se stimuler à renforcer l’unité dans la lutte contre toute forme de violence. Nous ne pouvons l’emporter que si nous nous réunissons pour lutter conséquemment pour une société sans exploitation, sans oppression, sans violence et sans discrimination.

La lutte contre la violence, l’exploitation et l’oppression est une lutte que les femmes ne savent pas gagner à elles seules. Car pour vraiment en finir avec cette situation, il faut renverser le système actuel qui est basé sur le pouvoir, la rapacité et la course aux profits pour le remplacer par une société basée sur l’égalité et la coopération. Tous ceux - femmes et hommes - qui s’impliquent dans cette lutte et qui veulent discuter avec nous sont plus que bienvenus à ce séminaire."

 

Il faut unir la résistance !

Solidarité pour un monde sans violence !

 

22/03/2009

Arrêté à l’hôpital, expulsé vers Kinshasa, renvoyé vers Paris... Romano KANDA a un fils de vingt mois et une compagne qui a elle-même deux enfants. Histoire douloureuse de la politique d'immigration actuelle dont les expulsions ne se comptent plus.

 

 

arton17859-185b7.jpgBonjour à tous et toutes,accueil.jpg

À l'heure actuelle, Monsieur Romano Kanda  a dû rentrer du Congo où il n'a pas été accepté... et retrouver sa famille, du moins je l'espère. Adonaï, son fils de vingt mois, a dû être heureux de serrer dans ses petits bras son papa. Je souhaite que cette famille ne vive plus la peur et le déchirement de cette séparation forcée, que les enfants ne soient plus jamais séparés de cette manière que vous allez découvrir en lisant les articles ci-dessous, envoyés par le Réseau d'Éducation Sans Frontières.

Chloé Larochepe0062810.jpg

 

 

jp2006_0003589.jpg_______________________ Articles du RESF :

Source / auteur : http://www.educationsansfrontieres.org

 

Venu voir sa fille aux urgences... il est expulsé !

Récit d’une très mauvaise histoire :

 

"Monsieur Kanda, père de Famille de Thorigny en Seine et Marne arrêté le 18 mars aux urgences de l’hôpital alors qu’il était venu voir sa fille, a été expulsé ce matin à Kinshasa.

C’est à 9h ce matin alors que j’attendais avec sa compagne et leurs 3 enfants l’ouverture du tribunal de Meaux qu’il nous a appelé : Il était à la PAF de Roissy.

L’avion de Kinshasa décollait à 10h30, plus le temps de ne rien faire à part appeler préfecture et ministère pour essayer de bloquer le départ.

Voilà - je suis en colère, Romano est parti pour Kinshasa sans rien sans pouvoir dire, sans pouvoir dire au revoir à personne laissant son fils de 20 mois sa compagne et les deux enfants de celle-ci desemparés. 9 ans sur le sol francais ne suffisent plus, le droit à vivre en famille n’existe plus.

Maintenant il faut obtenir son retour immédiat.

ON NE PEUT LAISSER FAIRE ÇA."

B.C.

images.jpeg______________________________________BLD047984.jpg

Samedi 21 mars à 22 heures :

Complément au communiqué RESF pour Romano Kanda du samedi 21 mars à 18h14. 

 

“Arrivé à Kinshasa avec son escorte (combien de policiers ?) mais sans passeport et avec un vieux laissez-passer, Romano Kanda, ressortissant angolais, n’a pas été admis sur le territoire congolais. Retour à la case départ. Tout le monde a été remis dans l’avion à destination de Paris.

Il atterrit demain dimanche 22 mars à 6h00 au terminal 2C de l’aéroport Charles De Gaulle. Sa famille et une délégation du RESF seront là pour l’accueillir car personne n’envisage qu’après s’être comporté de façon aussi inhumaine et s’être ridiculisé de surcroît le ministère de l’expulsion minute ose continuer à le persécuter.jp2006_0003587.jpg

La presse est invitée à venir l’accueillir avec nous.”

 

00014606.jpg________________________________ TOUTE L'HISTOIRE :

 

Article précédent (communiqué du Réseau d’Éducation sans Frontières) du samedi 21 mars :

 

“Monsieur Besson doit être un ministre heureux : à l’heure où nous écrivons, Romano Kanda, ressortissant angolais vole vers Kinshasa, peut-être encore menotté, scotché à son siège et bâillonné. Son fils, Adonai (20 mois) reste en France. Bon voyage, papa !

 Romano vivait en France, en Seine et Marne, depuis neuf ans (2000). Il était établi avec Mimi, congolaise (RDC) en situation régulière et mère de deux enfants, Estelle 5 ans et Maxime 6 ans (enfant atteint d’un handicap mental) nés d’une première union.

 Le 18 mars dans la soirée, Mimi, a un geste malheureux : énervée par le bruit des enfants dans le studio où s’entasse la famille, elle donne un violent coup de balai à sa fille…Elle appelle aussitôt les secours qui, eux-mêmes appellent la police. L’enfant est hospitalisé. La gendarmerie place la mère en garde à vue, accompagnée des deux enfants restants. Informé, Romano abandonne son travail pour l’hôpital où se trouve Estelle. Les gendarmes lui demandent de venir chercher les enfants. Mais, coincé à l’hôpital, Romano ne peut s’exécuter immédiatement. Qu’à cela ne tienne, les gendarmes se déplacent à l’hôpital… l’arrêtent et l’expédient au Mesnil-Amelot. La classe !

 Une enfant à l’hôpital, les deux autres précairement hébergés chez la grand-mère, la mère en garde à vue, le père en rétention : sous la responsabilité de Monsieur Besson les services de l’Etat agissent au mieux de l’intérêt des enfants !

Mn_81a.jpg Romano Kanda devait être présenté au juge des libertés et de la détention ce matin, 21 mars, après 48 h de rétention. Sa femme et ses enfants accompagnés de militants du RESF l’y attendaient quand ils ont été informés par un coup de téléphone de Romano qu’il était à Roissy, en cours d’embarquement pour Kinshasa.

 Joint en urgence, le directeur-adjoint du cabinet de Monsieur Besson se renseignait auprès des préfectures responsables (Essonne et Seine-et-Marne) et, finalement, estimait que tout était pour le mieux. Pour un peu il se féliciterait de cette application sans faille des lois. Certes, il allait se renseigner sur les conditions de l’interpellation qui, peut-être, étaient un peu limites mais pour le reste l’Arrêté préfectoral de reconduite à la frontière a été validé par le tribunal administratif et la cour d’appel…  Tout baigne ! C’est jouer les Ponce-Pilate au petit-pied ! Les lois sont faites pour fabriquer des sans-papiers et pour les expulser, les tribunaux respectent les lois, les hauts-fonctionnaires appliquent les décisions des tribunaux et les saloperies se font en toute légalité pour le plus grand confort des belles âmes.

 Chez Besson, on a le plus grand respect du droit… à géométrie variable ! En effet, Romano Kanda n’a pas de passeport, la police a vainement perquisitionné (de quel droit ?) chez la grand-mère des enfants et chez la belle sœur pour le trouver. Romano n’a été présenté à aucun consulat, il a été expulsé vers la RDC avec un ancien laissez-passer… Une expulsion conduite dans des conditions suffisamment hasardeuses pour que, semble-t-il, la mention à expulser en moins de 48 heures (pour éviter le passage devant le juge des libertés) figure sur son dossier en préfecture !vols.jpg

 On ne peut pas laisser faire. Il faut exiger le retour sans délai de Romano Kanda, arrêté dans des conditions scandaleuses, expulsé à la va-vite et arraché à sa compagne et à ses enfants.”arton17859-185b7.jpg

 

 

 

18/03/2009

"Je m'en fous de ta vie"... Ce sont les gentils mots d'un collègue de travail à mon encontre. Récit d'une employée sur la relation solidaire au travail.

 

ENTRAIDE, SOLIDARITÉ, CRISE.

(Mon blog a été visité 42 063 fois depuis sa création en avril 2008, avec 2249 visiteurs en août, 4034 en septembre, 5248 en octobre, 5437 en novembre, 5505 en décembre, 6359 en janvier 2009, 5157 en février, 4103 du 1er au 18 mars.)

 

images-17.jpegBonjour à tous et toutes,

À la veille d'une grève importante en France, je souhaite vous proposer ce témoignage vivant, en tant que salariée d'une entreprise et employée adepte de la solidarité entre collègues.images-11.jpeg

Voici mon récit :

Il y a quelques temps, un collègue m'appelle et me demande de faire un transport à sa place. J'en avais un à faire sur Grenoble et lui me proposait d'aller sur Lyon, pour emmener une personne handicapée dans un hôpital. J'ai été obligée de refuser car c'était pendant les vacances scolaires et j'aurais dû faire garder mes enfants beaucoup plus longtemps car ce transport m'aurait fait rentrer tard. En fait, ce collègue devait faire garder son propre enfant et me demandait de faire ce transport pour rester auprès de lui. 

Quinze jours plus tard, un soir, alors que nous nous croisions dans un établissement où nous faisons chacun une tournée d'enfants handicapés, je lui demande s'il peut ramener deux sièges autos rehausseurs pour jeunes enfants, dont j'avais eu besoin pour deux petits et qu'il fallait ramener au dépôt. Mon collègue a fait la tête mais il les a pris quand même.

Ce lundi, je lui redemande ce service mais il me montre qu'il n'est pas content, aussi je me débrouille seule pour les sièges.

images-12.jpegLe lendemain, on se croise et il me dit : "Tu as un boulot. Tu n'as qu'à le faire." Il commence à moraliser en me disant qu'en plus c'est très bien que j'aille au dépôt car je peux laver mon véhicule. Je lui ai dit que je lavais régulièrement mon véhicule et qu'il n'avait pas à me parler ainsi, que j'étais seule avec mes enfants et que le soir, je devais aller chercher mon fils, que si je lui demandais ce service de temps en temps, c'était pour m'aider dans mon organisation et pour que les autres collègues aient les sièges au dépôt pour d'autres enfants à transporter.

Il m'a répondu tout net : "Je m'en fous de ta vie !"images-8.jpeg

Sur ces mots qui m'ont fait mal, j'ai tourné les talons et je suis partie.

Pour moi, la solidarité dans la vie et entre les collègues est très importante.

Je suis choquée de voir que la crise renferme certaines personnes sur leurs propres intérêts et que l'égoïsme individuel prévaut sur la solidarité et l'entraide, sur la gentillesse et l'ouverture à l'autre.

images-10.jpegDans la même journée, j'ai aidé un autre collègue à sortir des véhicules du hangar. Quand je peux, j'aide. Du coup, pour les clients transportés, le bénéfice est là aussi. Car la solidarité rejaillit sur eux. Sortir de son véhicule et tenir une porte à un client transporté qui marche avec des béquilles, au lieu de le laisser sortir seul du véhicule et entrer dans son immeuble... me paraît important. Parler cinq minutes avec une personne agée qu'on raccompagne parce qu'elle est si seule tout le temps et que cela lui fait du bien d'avoir un peu de compagnie. Faire le plein de la voiture pour le collègue suivant, même si c'est déjà tard et qu'on a envie de rentrer. Si chaque fois qu’un collègue nous demande un service, on lui dit qu’il n’a qu’à faire son travail et se débrouiller seul parce qu’il est payé pour ça... dans quelle société avance-t-on ?

Quel est l’avenir de la vie professionnelle, sans parler du reste ?

Nous traversons une crise, sur le plan collectif et individuel, aussi je crois qu’il faut demeurer solidaire et dans l’entraide, car nous ne vivons pas chacun sur une île déserte et si l’égoïsme gagne du terrain, nous ne sommes pas sortis de l’auberge.images-16.jpeg

images-9.jpegL'entraide face à la crise, c'est se demander comment l'autre vit et quel besoin il a. L'entraide face à la crise, c'est un sourire, une écoute, une parole avenante et gentille. L'entraide face à la crise, c'est arrêter d'avoir peur pour soi mais se dire qu'il y a des solutions à tout problème et que rebondir, ce n'est pas rebondir seul mais avec les autres, car les autres, c'est l'humanité. Les autres, c'est soi puissance des millions.

Chloé Laroche

 

___________________________________________


 
06/06/2008

Un salarié sur 6 se plaint de comportements hostiles de ses collègues

  Mépris, critiques systématiques du travail effectué voire propos dégradants... Une part non négligeable des salariés se sentent maltraités au travail. Une vaste enquête de la Dares fait le point.
 ____________________
 
 

"17 % des salariés français se disent l'objet de comportements hostiles de la part d'une ou plusieurs personnes dans leur travail. C'est l'un des principaux résultats qui ressort de la vaste enquête menée par les médecins du travail auprès de 50 000 salariés pour le compte de la Direction générale du travail et la Dares. Cette part passe à 25 % si l'on prend en compte les comportements hostiles auxquels les salariés ont pu être confrontés dans un poste antérieur. Trois grandes catégories de comportements hostiles sont distinguées :

 Le déni de reconnaissance du travail, où la personne voit ce qu'elle fait injustement critiqué ou saboté. 8,9 % des salariés sont concernés dans leur poste actuel.

 Les comportements dits méprisants, où la personne est volontairement ignorée ou est la cible de propos désobligeants. Ils concernent 6,5 % de la population salariée.

 Les atteintes dégradantes, où le salarié est la cible de propos avilissants, de sous-entendus sur sa santé mentale ou d'avances à caractère sexuel. 1,9 % des répondants se déclarent victimes de ce type de comportements.

 

 
Les différents comportements dits hostiles en entreprise
 
  Comportement Part de salariés victimes au moins une fois dans leur carrière (en %) Part de salariés victimes dans leur poste actuel (en %)  
  Le déni de reconnaissance du travail 14,0 8,9  
  Critique injustement votre travail 12,2 7,7  
  Vous charge de tâches inutiles ou dégradantes 4,3 2,7  
  Sabote votre travail, vous empêche de travailler correctement 3,7 2,3  
  Les comportements méprisants 10,6 6,5  
  Vous ignore, fait comme si vous n'étiez pas là 7,8 7,1  
  Tient sur vous des propos désobligeants 10,0 6,0  
  Vous empêche de vous exprimer 5,7 4,5  
  Vous ridiculise en public 3,9 2,0  
  Les atteintes dégradantes 3,1 1,9  
  Laisse entendre que vous êtes mentalement dérangé(e) 1,2 0,9  
  Vous dit des choses obscènes ou dégradantes 2,0 1,3  
  Vous fait des propositions à caractère sexuel de façon insistante 0,6 0,1  
  Au moins un comportement hostile 24,8 17,3  
 
Source : Dares, mai 2008
 

 

Les femmes et les jeunes plus concernés

Toutes les populations de l'entreprise ne sont bien évidemment pas touchées de la même manière par ces phénomènes. Les femmes se déclarent légèrement plus souvent concernées que les hommes (18 % contre 16,8 %). Elles sont plus spécifiquement la cible de comportements méprisants : elles sont ainsi significativement plus nombreuses à se déclarer ignorées, non écoutées voire ridiculisées. Les professions peu qualifiées sont également plus sujettes à ce type de comportements (18 % des employés administratifs, 18,2 % des employés de service et 18,6 % des ouvriers non qualifiés, contre 16,4 % des cadres).

Les jeunes de moins de 30 ans et dans une moindre mesure les quinquagénaires souffrent plus fréquemment de ces problèmes (plus de 19 % des jeunes et 17,3 % des seniors). La Dares note enfin que les comportements hostiles se font plus rares dans les petites structures : seuls 14 % s'en plaignent dans les établissements de moins de 10 salariés contre 20 % dans ceux de 50 à 200 salariés.

 

Des comportements liés à l'organisation du travail

Une certaine organisation du travail dans l'entreprise semble être corrélée à une forte récurrence de ces comportements hostiles. Ainsi, un rythme de travail surveillé de près par la hiérarchie, des interruptions fréquentes qui viennent perturber le travail du collaborateur, un déficit de moyens ou de formation pour accomplir les tâches sont souvent dénoncés par les personnes se déclarant sujettes à des comportements hostiles.

De même, la Dares souligne une corrélation entre l'occurrence de ces comportements et l'état de santé du collaborateur. Si en moyenne 12 % des salariés jugent leur santé mauvaise, ils sont 20 % parmi ceux qui dénoncent aussi des comportements méprisants, 22 % parmi ceux qui s'estiment victimes d'un déni de leur travail et 34 % parmi ceux qui se disent confrontés à des atteintes dégradantes. Enfin, se déclarer sujet à des comportements hostiles est plus courant lorsqu'on est confronté à des risques psycho-sociaux forts, à savoir une charge de travail ressentie comme pesante, un manque de latitude au niveau de la prise de décision et un déficit de soutien social (voir encadré ci-dessous)."

Extrait du site : http://www.journaldunet.com

 

01/03/2009

"ARRACHER UN HOMME A SA FEMME, UN PAPA A SES ENFANTS : Y A T-IL UNE VIOLENCE PIRE QUE CELLE-CI ?!!" Je défends Ammar AMEDJAR : ce père marocain menacé d'expulsion par le Gouvernement français.

"ARRACHER UN HOMME A SA FEMME, UN PAPA A SES ENFANTS : Y A T-IL UNE VIOLENCE PIRE QUE CELLE-CI ?!!
VISIBLEMENT NOUS N'AVONS PAS TOUS LA MEME NOTION DE CE QU'EST LA VIOLENCE."____________________________carte_photos_maroc_amour_006_petite.gif

 

images-3.jpegBonsoir à tous et toutes,

Dernièrement, j'ai parlé de Ammar AMEDJAR : ce père marocain menacé d'expulsion par le Gouvernement français, dans mon article du 21 février titré "Je prends partie pour ces cinq histoires vraies, ordinaires et tragiques, de pères, de mères aussi, qu'on expulse. De familles qu'on démembre et d'enfants qu'on martyrise en les rendant quasi-orphelins."

Aujourd'hui, Ammar AMEDJAR a refusé d'embarquer... mais après ?images-4.jpeg

Je pense à sa femme, à ses enfants aussi : Maria et Amina.

Je suis horrifiée par cette situation scandaleuse, par laquelle on empêche un homme et une femme de vivre ensemble tranquillement avec leur deux enfants. On empêche ce père de vivre avec sa famille.

Voici le texte relatant l'histoire de cette famille écrit aujourd'hui sur le site du Réseau RESF, que je choisis ci-dessous de partager avec vous.

moton43.jpgVous pourrez lire en final la lettre poignante de l'épouse de Ammar : Rahma AMEDJAR.images-2.jpeg

S'il vous plaît, soyez nombreux à signer la pétition pour ce papa, pour ses deux filles qui pleurent leur père, pour Rahma, qui a le droit humain de vivre avec l'homme qu'elle aime.

Vous trouverez le lien pour la pétition en fin d'article, après la lettre de Rahma. Vous pourrez la retrouver aussi sur le site du Réseau d'Éducation sans Frontières : http://www.educationsansfrontieres.org

Sincèrement vôtre,

Chloé LAROCHE

 

moton50.jpg_______________"Un sans-papier calomnié et bientôt expulsé ?"

 

MISE À JOUR : Dimanche 1ER MARS 2009 : 12h10

"Richard Moyon, un des membres de RESF, vient d'être interpellé. Il est au poste de police 2F de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Il informait les passagers du vol Paris-Casablanca de 12h55 des conditions de l'expulsion de Ammar Amedjar : celui-ci serait entravé, menotté, bâillonné. Libération a entendu l'interpellation de ce responsable de Réseau Education sans frontières via le téléphone portable de l'intéressé.

Richard Moyon a été arrêté en vue d'une «vérification d'identité», en compagnie d'un autre membre de RESF. C'est la première fois, selon RESF, que la police répond ainsi à une information des passagers.

Les documents dont était porteur les deux membres de RESF ont été confisqués. En échange, si l'on peut dire, la police leur a donné un texte, retraçant les différentes peines de prison et amende encourues en cas d'outrage, d'entrave à la circulation d'un aéronef et autres délits.

Richard Moyon vient de refuser de signer un procès-verbal, lui reprochant une «destruction de tracts» (sic).

A 13h, les deux membres de RESF ont été libérés. Ils seront convoqués au tribunal de police pour «distribution de tracts dans un lieu public», selon le PV (corrigé) qui leur a été remis et qu'ils ont refusé de signer.

Voici un rappel des faits, concernant Ammar Amedjar :mini_meknes.jpg

Ammar Amedjar va probablement être victime d’une tentative d’expulsion dans les tout prochaines heures, après avoir fait les frais d'un campagne de dénigrement et de calomnies de la part de fonctionnaires.

Il a 27 ans, il est marocain, mari d’une jeune femme de nationalité marocaine elle aussi mais qui réside en France depuis l'âge d'un an et qui est titulaire d'une carte de résident (10 ans).

Ils se sont mariés en 2005 au Maroc. Après le mariage, elle rentre chez elle, en France, où vit toute sa famille, afin de faire une demande de regroupement familial. Déchirée, entre la France où est sa vie depuis toujours et le Maroc où se trouve son mari, elle fait des aller-retour. Des enfants naissent, Maria puis Amina.

En mars 2008, lassé d'attendre un regroupement familial qui ne vient jamais, Ammar entre en France avec un visa de trois mois ; lorsque celui-ci expire, il décide de rester près de sa femme et de sa première fille, la seconde devant naître peu après.

En juin 2008, à quelques jours de la naissance d’Amina, la police l'interpelle à son domicile, le place en garde à vue puis en rétention à Rennes. Conduit à l'aéroport, il refuse d’embarquer. Il est remis en garde à vue et passe en comparution immédiate à Rennes. Il est libéré mais condamné à un mois de prison pour refus d'embarquement.

Il retourne chez lui ; quelques jours après des policiers se présentent à son domicile en lui demandant de les suivre « pour des formalités administratives à la préfecture ». Il se retrouve à nouveau en garde à vue. L'après midi même, il est monté dans l'avion. Craignant une nouvelle condamnation, il embarque pour Casablanca.mini_essaouira.jpg

Après 2 mois loin de sa femme et de ses enfants, il décide en septembre de revenir clandestinement en France.

Et voilà que le 6 février, à la veille des vacances scolaires (un hasard, sans doute !), il est arrêté, à moins de 100 m de l'école où il vient à pied, comme chaque matin, déposer sa fille. Il est emprisonné à la maison d'arrêt d'Angers pour purger sa peine.

Le 28 février à l’aube, il est extrait de prison pour être conduit au centre de rétention du Mesnil-Amelot en attendant l’expulsion.

Mais, dans cette affaire comme dans d’autres, le fait de priver une femme de son compagnon et deux enfants de leur père s’accompagne d’une honteuse campagne de dénigrement et de calomnies. Il est plus confortable d’expulser quelqu’un qu’on a au préalable sali… Certains hauts fonctionnaires ne s’en privent pas, ça leur soulage la conscience.

Le préfet d’Angers et les membres du cabinet du ministre Besson l’ont fait avec ardeur, prenant l’air entendu, citant complaisamment un rapport de police, procédant par sous-entendus, insinuant, se fondant sur des ragots démentis… Toute une vilaine entreprise de démolition maîtrisée. On reste pantois devant ces procédés : ces très hauts fonctionnaires, polytechniciens, énarques, préfets qui se veulent l’élite font leur miel des trous de serrure.

Sur la prétendue violence d’Ammar, Rahma s’est expliquée, longuement et directement auprès du préfet et du directeur-adjoint du cabinet du ministre. L’un comme l’autre savent qu’elle dit la vérité mais, en service commandé, ils ne peuvent pas le reconnaître et répètent en boucle leurs pauvres ragots. On les plaint. Rahma s’explique à nouveau dans la lettre ci-dessous. La dignité qu’elle y manifeste contraste avec la bassesse des procédés qui lui sont opposés.

mini_casa.jpgAjoutons que s’il y avait eu délit, c’était à la justice de sanctionner. Ce n’est pas à l’administration de décider d’une peine arbitraire et disproportionnée (le bannissement) pour un délit qui n’existe pas. En outre si tous les maris contre qui une main courante a été déposée avaient été expulsés, on en connait qui ne seraient pas là où ils sont… Vous voulez des noms ? Selon que vous serez puissant ou misérable…

Il en va de même pour la sordide affaire d’allocation de parent isolé que Rahma a continué de percevoir alors qu’Ammar était revenu… Que voulait-on qu’elle fasse ? Qu’elle signale à l’administration le retour clandestin de son mari expulsé quelques mois auparavant et condamné à de la prison pour refus d’embarquer ? Si Rahma a commis une faute, qu’on la poursuive en justice ! Pourquoi s’acharner sur son mari et ses enfants ?

Ne concernerait-elle que le sort d’Ammar Amedjar et de ses enfants, cette affaire serait insupportable. Elle est l’emblème de la politique de démagogie anti-immigrés conduite sous l’égide de M. Sarkozy. Ammar Amedjar a une épouse qui est française de langue, de culture et pourrait l’être de papiers si elle s’en était souciée, le couple a un logement, deux enfants dont une scolarisée, Ammar a une promesse d’embauche. Mais il va être expulsé (aux frais du contribuable !) pour que l’électorat de Le Pen reste acquis à Sarkozy lors des prochaines élections européennes ! 

Mais cette histoire inquiète aussi par ce qu’elle dit des dérives de la haute administration amenée pour satisfaire aux exigences du régime à clabauder dans le cloaque de la calomnie pour justifier servilement une décision que chacun des fonctionnaires qui ont rencontré Rahma sait illégitime. Dans Grandeur et servitude du service de l’Etat, certains ont surtout retenu la servilité."

• Katia Beudin, Richard Moyon •


carte_photos_maroc_amour_003_petite.gifDECLARATION DE RAHMA AMEDJAR :


"JE SUIS L'EPOUSE DE AMMAR AMEDJAR. MON MARI A VECU LA PRISON, AUJOURD'HUI C'EST LA RETENTION.
MAIS CE N'EST PAS ASSEZ POUR UN HOMME QUI REFUSE D'ABANDONNER SA FAMILLE, IL EST MENACE DE RECONDUITE A LA FRONTIERE.
IL EST ACCUSE DE VIOLENCE, UN PRETEXTE TROP FACILE MAIS IDEAL AUX YEUX DES AUTORITES DANS LE BUT DE DENIGRER, DE RABAISSER ET D'HUMILIER MON MARI ET MA FAMILLE MAIS ENCORE DE CREDIBILISER DES ACTES DEPLORABLES ET INADMISSIBLES. 
PIRE, AFIN DE S'ACCORDER LE DROIT DE BRISER A VOLONTE UNE FAMILLE ! 


ARRACHER UN HOMME A SA FEMME, UN PAPA A SES ENFANTS : Y A T-IL UNE VIOLENCE PIRE QUE CELLE-CI ?!!images-4.jpeg
VISIBLEMENT NOUS N'AVONS PAS TOUS LA MEME NOTION DE CE QU'EST LA VIOLENCE.


MON MARI EST SANS-PAPIERS MAIS PAS SANS SENTIMENTS, CELA NE FAIT PAS DE LUI UN SOUSHOMME ET ENCORE MOINS UN CRIMINEL.
IL SERAIT VIOLENT MAIS CA N'A PAS EMPECHE LE JUGE PUIS LE PREFET (QUI SOI-DISANT CHERCHENT A ME PROTEGER) DE ME CONSEILLER D'ALLER REJOINDRE ET VIVRE AU MAROC AVEC MON MARI. CETTE PRETENDUE VIOLENCE N'INTERESSERAIT-ELLE PLUS PERSONNE HORS DU TERRITOIRE FRANCAIS ??


MON MARI EST VICTIME D'UNE POLITIQUE D'AFFLIGEANCE ET DE DIFFAMATION !!!


LA VIOLENCE C'EST A 4 PERSONNES QU'ELLE EST FAITE, C'EST A MARIA, AMINA A AMMAR ET A MOI. NOUS CHERCHONS TOUT LES quatre PROTECTION CONTRE CETTE VIOLENCE-CI.
ON NE PEUT PAS EN VOULOIR A UN MARI QUI NE CHERCHE QU'A ASSUMER SES RESPONSABILITES DE PERE, QUI VEUT VIVRE ET PROTEGER SA FAMILLE. 


IL A, DEPUIS SON ARRIVEE EN SEPTEMBRE 2008 VECU DANS LA CRAINTE D'UNE NOUVELLE SEPARATION AVEC NOUS. 
IL ME DISAIT SANS CESSE : " CE N'EST MA SITUATION DE SANS-PAPIER ET DE MANQUE DE LIBERTE QUI ME CHAGRINE LE PLUS MAIS MA PEUR D'ETRE ARRACHE A VOUS UNE NOUVELLE FOIS, JE NE POURRAI PAS SUPPORTER "


moton50.jpgAUJOURD'HUI, LE MINISTERE ME REPROCHE DE NE PAS AVOIR DECLARE A LA CAF VIVRE A MON MARI. COMMENT POURRAIT-JE FAIRE UNE TELLE DECLARATION A DES SERVICES QUI ME DEMANDERAIENT L'IDENTITE DE MON MARI ALORS QUE MA SEULE CRAINTE ETAIT DE PERDRE UNE NOUVELLE FOIS CE DERNIER ? ON NE PEUT PAS M'EN VOULOIR D'AVOIR CHERCHE A PROTEGER LE PERE DE MES ENFANTS. N'IMPORTE QUI EN FERAIT AUTANT. MAIS SI J'AI BIEN COMPRIS LA PROTECTION SELON LES AUTORITES, C'EST ARRACHER UN HOMME A SA FAMILLE ET METTRE EN PERIL TOUT SES MEMBRES.


QUI PEUT ADHERER A DE TELLES IDEES ???"


RAHMA AMEDJAR

__________________________  PÉTITION : 

SIGNEZ MASSIVEMENT ET RAPIDEMENT pour Ammar AMEDJAR.

Les petites MARIA ET AMINA ne doivent pas perdre une nouvelle fois leur papa !
 
Pour que le droit de vivre en famille soit respecté ... Parce qu’un homme qui refuse d’être séparé de sa famille n’est pas un criminel ...

 

21/02/2009

Je prends partie pour ces cinq histoires vraies, ordinaires et tragiques, de pères, de mères aussi, qu'on expulse. De familles qu'on démembre et d'enfants qu'on martyrise en les rendant quasi-orphelins.

images-3.jpegBonjour à tous et toutes,

J'ai reçu cette semaine un texte urgent du Réseau d'Éducation sans Frontières, à propos des pères et mères expulsés de France étant obligés de laisser des enfants derrière eux, leurs enfants. Vous pourrez lire ces témoignages ci-dessous.

images.jpegJe choisis d'éditer ci-dessous ce texte dans mon blog, comme j'en ai édité d'autres pour les faire connaître au plus grand nombre... et pour que vous réagissiez afin d'aider ces familles.images-10.jpeg

Je sais le risque encouru mais je pense comme le Réseau : "Ministres, préfets, conseillers divers sont des personnes publiques, qui ont des comptes à rendre à l'opinion. Il est sain, normal, légitime qu'ils sachent ce qui se pense et se dit de leur action… en des termes qui ne soient ni injurieux, ni diffamatoires même si d'aventure leur action semblerait parfois mériter de tels qualificatifs."

Je défends les personnes dont vous allez connaître l'histoire ci-dessous. Elles souffrent. Ce sont des êtres humains, des pères, des mères.images-2.jpeg
70677,1214010886,1.jpg

Des enfants ont le coeur explosé de voir leurs parents arrachés à leur foyer. Naphtali, Élodie, Maria, Juliana, Beverly, Davidson... sont les enfants martyrs d'une politique qui nie la famille.

Je suis choquée de savoir que ces enfants vivent des situations pareilles. Ils ont 3 ans, 13 ans, 3 ans et demi, 15 mois... Ils pleurent à cause de Ministres qui ne se souviennent pas des Droits de l'Enfant.. notamment d'avoir ce DROIT ESSENTIEL d'avoir leurs parents auprès d'eux, leur père, leur mère.

Chaque enfant sur Terre a ce droit. Ne le bafouons pas !!!!!!!images-6.jpeg
images-1.jpeg

Bien à vous et... réagissez aux adresses données.70677,1178578980,1.jpg

Ne laissons pas ces enfants, ne les abandonnons pas.

Chloé LAROCHE

 

_______________________

 

moton6.png

 

 

Voici donc le mail URGENT reçu du Réseau "ÉDUCATION SANS FRONTIÈRES" :

(http://www.educationsansfrontieres.org)

 

"Ci-dessous cinq histoires, ordinaires et tragiques, de pères, de mères aussi, qu'on expulse. De familles qu'on démembre et d'enfants qu'on martyrise en les rendant quasi-orphelins.

Son efficacité glacée mais chiffrée dans l'inhumanité, avait valu à M. Hortefeux le titre de ministre de la Rafle et du drapeau. M. Besson a déclaré à la presse que le titre ne lui plaît pas. On le comprend… mais encore faudrait-il qu'il fasse ce qu'il faut pour ne pas le mériter. Pour l'heure, il n'en prend pas le chemin comme en attestent les faits relatés ci-dessous, petite partie, hélas, des misères qu'engendre la politique de ce gouvernement.

images-5.jpegMinistres, préfets, conseillers divers sont des personnes publiques, qui ont des comptes à rendre à l'opinion. Il est sain, normal, légitime qu'ils sachent ce qui se pense et se dit de leur action… en des termes qui ne soient ni injurieux, ni diffamatoires même si d'aventure leur action semblerait parfois mériter de tels qualificatifs.
Les coordonnées de préfectures responsables se trouvent après chaque cas.

Ci-dessous celles des principaux responsables :
Ministère Besson
Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet : christian.decharrière@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

Matignon : http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

Elysée fax : 01 47 42 24 65 http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr


images-9.jpeg________ L'EXPULSION DE PIERRE LAPOINTE SERA EXECUTEE LE VENDREDI 20 FEVRIER A 10h10 A ORLY-SUD :


Pierre Lapointe, père de famille haïtien de Drancy sera expulsé par la force demain vendredi en direction de Port au Prince.
Sa compagne sera abandonnée à elle-même, la petite Beverly sera privée de son père.
Le petit Davidson, né d'une précédente union et pour lequel son père versait régulièrement une pension, sera privé de ce soutien.
La fabrique à orphelins s'est mise en route aussi en Seine Saint-Denis !
Pourtant nombreux sont ceux (parents, enseignants, élus, etc) qui ont réclamé au préfet une décision humanitaire et avec de bonnes raisons : Pierre Lapointe est en France depuis 9 ans, il travaille comme peintre en bâtiment, son employeur soutient sa demande de régularisation. Sa famille est ici : deux enfants nés en France. Le Ministère envisage-t-il de les expulser aussi ? Et leurs mères avec ? Vers Haïti, pays dévasté par la misère et la violence. Entre absurde et monstrueux, il faut choisir.70677,1199660931,1.jpg
La seule alternative honorable est de libérer Pierre LAPOINTE et de rendre un père à ses enfants et un compagnon à sa femme.
Votre soutien est urgent et peut seul enrayer la machine !

Préfecture de Seine Saint-Denis (M. Nacer MEDDAH)
fax cabinet du préfet = 01 48 30 22 88 / 01 41 60 60 72
mails : courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr
serge.morvan@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

(= DERNIÈRE MINUTE : NOUS SAVONS AUJOURD'HUI MALHEUREUSEMENT QUE PIERRE LAPOINTE A ÉTÉ EXPULSÉ.

 

 

261733,1225621383,5.jpg_______ QUASI-ORPHELINE DE PERE A 3 ANS : MERCI M. LE PREFET :

 

Arrêté le 11 février sur son lieu de travail à Levallois (92), Monsieur Shixiong LIN (dossier n° 7503612346) est enfermé au CRA de Palaiseau (91). La préfecture des Hauts de Seine a décidé son expulsion qui est prévue demain vendredi 20 février 20 à 17h20 (vol CA964, Roissy CDG1).


Shixiong Lin a 27 ans, il vit en France depuis l'âge de 21 ans. Il s'est marié en France, il a une fillette de 3 ans, Juliana, née en France qui doit faire sa rentrée à l'école de la rue Domrémy (Paris XIII) en septembre prochain.1224,1231069189,2.jpg

La seule question est de savoir si Juliana va être rendue quasi-orpheline de père ou pas par la décision de fonctionnaires français.

À l'évidence, quelles que soient les bonnes raisons que les fonctionnaires et les hauts fonctionnaires se donneront pour justifier leur décision, l'expulsion de Shixiong Lin en laissant sa femme et sa fille en France serait une saloperie. Elle ne doit pas avoir lieu, Shixiong Lin doit être libéré et régularisé.

Préfecture des Hauts-de-Seine (qui veut expulser Shixiong Lin)
patrick.strzoda@hauts-de-seine.pref.gouv.fr
Fax préfecture Nanterre : 01 40 97 21 19
N° de fax du préfet : 01 47 25 21 21
Mail secrétaire général : didier.montchamp@hauts-de-seine.pref.gouv.fr
Directrice de cabinet : josiane.chevalier@hauts-de-seine.pref.gouv.fr

Préfecture de police de Paris (qui peut régulariser Shixiong Lin)
fax PP 75 : 01 53 71 67 23
mail : prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

==== Pétition : http://www.educationsansfrontieres.org/?article17917

Anel a écrit : "Laissez ce jeune couple vivre tranquillement leur vie de famille, il y a d'autres manières de faire "du chiffre"."

 

(= DERNIÈRE MINUTE : NOUS SAVONS AUJOURD'HUI MALHEUREUSEMENT QUE Monsieur Shixiong LIN A ÉTÉ EXPULSÉ / Ajout le 22 février 2009

 

images-4.jpeg___________ ELODIE, 13 ANS RENDUE QUASI-ORPHELINE DE MERE PAR LA GRACE DE M. LE PREFET DU RHÔNE LE 20 FEVRIER :

Marie-Noelle M'BANI est Camerounaise. Elle est en Europe (Espagne et Italie) depuis 2000. Depuis six ans elle est venue en France pour être avec sa fille Elodie, 13 ans, dont le père est Français est pensionnaire à Bapaume dans le Nord, près de chez ses parents ; Marie-Noelle était en déplacement à Lyon où elle espérait trouver du travail.
Contrôlée à la Lyon-La Part Dieu, elle a été placée en rétention et doit être expulsée demain.images-7.jpeg

mél + fax préfet du Rhône : jacques.gerault@rhone.pref.gouv.fr , 04 78 60 49 38
mél + fax secrétaire général : rene.bidal@rhone.pref.gouv.fr, 04 72 61 49 38
mél + fax directeur de cabinet : michel.tournaire@rhone.pref.gouv.fr ,04 78 60 15 46
mél + fax directrice de la réglementation : michele.denis@rhone.pref.gouv.fr , 04 72 61 62 41
mél + fax sous-directeur de la réglementation : stephane.beroud@rhone.pref.gouv.fr
ou sylvia.legris@rhone.pref.gouv.fr , 04 72 61 62 52



images-8.jpeg__________ DOUCEUR ANGEVINE ET ACHARNEMENT POLICIER :


Ammar Amedjar est en prison depuis 15 jours. Il n'a commis aucun délit si ce n'est, en juin 2008, de refuser d'embarquer pour ne pas quitter ses deux filles et sa femme (Marocaine, en France depuis l'âge d'un an, carte de séjour).

Ramah et Ammar s'étaient mariés au Maroc. Impossible de faire venir Ammar en France, regroupement familial refusé. En mars 2008, il passe outre et arrive à Angers. En juin, la police l'arrête chez lui. Il refuse d'embarquer et est donc condamné à de la prison ferme mais est libéré. Quelques jours après, nouvelle arrestation à domicile, il est mis dans l'avion. Deux mois après, il revient clandestinement auprès des siens. Le 6 février, il est arrêté à côté de l'école où il venait de déposer Maria (3,5 ans) et emprisonné.
Maintenant, les choses sont simples : si on laisse faire, au terme de sa peine, Ammar risque d'être conduit directement de la prison à l'aéroport pour être expulsé une fois encore.

Il faut qu'Ammar Amedjar bénéficie de la grâce présidentielle pour sortir immédiatement de prison. Il faut d'autre part et évidemment, qu'un titre de séjour vie privée et familiale soit immédiatement délivré à Ammar Amedjar et que des excuses publiques soient faites à Rahma Amedjar pour le traitement scandaleux dont son mari a été victime.70677,1220866136,5.jpg

Le préalable à tout cela est l'engagement public du ministre Besson de ne pas faire conduire Ammar directement de la prison à l'aéroport ou au centre de rétention.

Numéros tel : 02 41 81 81 81 & 02 41 81 80 20
Fax: 02 41 88 04 63
Mails : marc.cabane@maine-et-loire.pref.gouv.fr
cabinet-prefet@maine-et-loire.pref.gouv.fr

 

70677,1178578980,1.jpg____________ LE PERE DE NAPHTALI, 15 MOIS, BANNI :


Ogima TSASA NDUKA a été condamné à une peine de prison il y a 10 ans. C'est du passé mais l'interdiction du territoire dont il avait été frappé court toujours. Cela signifie qu'Ogima conjoint d'Irène (naturalisée française) père de Naphtali, 15 mois, a été placé en rétention pour des faits qui remontent à 10 ans et pour lesquels il a payé. Il risque à tout moment d'être expulsé en république Démocratique du Congo.
Toute la vie d' Ogima est en France, ses oncles, ses tantes, sa soeur, sa conjointe et son fils .

Lors des dernières élections congolaises Ogima a été interviewé par un journaliste qui a transmis cette vidéo avec la photo et le nom d'Ogima au Congo. Les conséquences immédiates ont été la dévastation de l'appartement de sa soeur vivant à Kinshassa.
Nous ne pouvons accepter le départ d'Ogima, d'abord parce que son retour là bas est risqué, ensuite parce que nous ne voulons pas que Nephtali soit privé de son père et Irène de son conjoint."

Aidez nous en écrivant au ministère de l'intérieur pour demander qu'Ogima soit assigné à résidence pour que son interdiction du territoire français puisse être levée –c'est compliqué, mais ce sont les textes) :
site http://www.interieur.gouv.fr/sections/contact/ministre/ministre

___(Texte envoyé par le Réseau d'Éducation Sans Frontières)

 

moton6.pngATTENTION !!!! _________________ RAPPORT OFFICIEL :

 

"En 2007, en France,

74 enfants de moins de 2 ans,

53 entre 3 et 5 ans,

56 entre 6 en 10 ans,

et 59 de plus de 10 ansimages-9.jpeg

ont été privés de liberté et placés

dans des centres de rétention

avec leurs parents sans papiers.

Soit un total de 242 enfants.

________ En 2008, les chiffres exacts d'enfants privés de liberté en France ne sont pas encore connus.

En 2009, la comptabilisation a déjà commencé."_______________________

 

89599,1226418873,2.jpgDernier mot de Chloé : ALLEZ, S'IL VOUS PLAÎT, SUR LE SITE SUIVANT SIGNER LES PÉTITIONS POUR QUE TOUT CELA S'ARRÊTE : http://www.educationsansfrontieres.org

 

Exemples des pétitions que vous trouverez sur ce site. Cela vous donnera une idée de l'ampleur de la situation :


 

16/02/2009

Propos sur les hommes et les femmes. L'âme des femmes et le poids des siècles. Présence maternelle et congé parental.

 

 

Mn_114b.jpgLa femme a cette capacité de mettre au monde un être humain, homme ou femme.

 

Serait-ce cela qui fait tant peur ? 

 

Tant peur à l’église, aux hommes, à la société qui a attendu 1945 pour permettre à une femme de voter en France.

 

L’Église a dû réunir un Concile pour débattre de la réalité de l’âme d’une femme.Mn_33a.jpgMn_51.jpg

 

"La femme avait-elle une âme ?!"

 

Tous ces hommes, cléricaux et politiques, sont sortis du ventre d’une femme et ils ont osé se poser la question.Mn_17a.jpg

Mn_14b.jpg

 

Mn_19b.jpg

Un homme doit se rappeler qu’il vient du ventre d’une femme. Qu’elle ait été aimante ou non, castratrice, étouffante, responsable ou non, négligente ou attentive... Il doit se rappeler qu’une femme est un être humain comme lui et que cette femme nommée sa mère lui a donné la vie au bout de neuf mois de transformations énormes de son corps, donnant la vie à une nouvelle existence, miracle sans nom d’un bébé à la construction infinitésimale, dans le détail de la moindre petite cellule.

ange_ange_bulle.jpg

 

L’homme, quand il prend une arme pour aller tuer un autre être humain, doit se rappeler cela : cet humain qu’il va tuer a été porté par une femme qui a donné son amour pendant neuf mois, couvant un petit être jusqu’au plus profond des ses tripes... et puis l’a élevé comme elle porterait le monde, avec infinie patience et amour incommensurable, au mépris de ses nuits, de sa fatigue et de sa propre vie parfois.

 

Mn_26a.jpgL'homme doit bien sûr considérer la femme comme son égal, mais en se rappelant qu’elle est une femme, avec des difficultés en plus à assumer telles que : changements hormonaux dans le cycle, règles tous les mois, soucis de tomber enceinte ou non dans le cadre de l’intimité dans le couple, énorme responsabilité de la conception puisque c’est dans son corps que cela se passe, inquiétudes pour que le matériel suive (un enfant ne s’élève pas d’amour et d’eau fraîche).

 

Mn_11b.jpgIl y a quelques temps, en France, je ne sais pas si on a réalisé que l’un des plus grands partis politiques français était en train d'attendre le résultat des votes pour savoir qui de deux femmes allait prendre la tête du parti socialiste.

 

Il y a près de soixante ans, quand les femmes ont déposé leur bulletin dans l’urne afin de voter pour la première fois en France.... si on leur avait dit ce qui se passe aujourd'hui, elles n'y auraient pas cru et se seraient moquées.

 

Oui, le monde avance. Il court. Il galope.

 

ange_ange_coeur.gifMais que les femmes se rappellent que leurs enfants ont besoin d’elles. Comme ils ont besoin des pères, de leur père.

Besoin d'elles, besoin d'eux... pour jouer, pour manger (pas toujours seuls à la cantine), pour se promener, pour courir dans l'herbe, pour regarder le ciel et les fleurs, pour apprendre, pour écouter des histoires, pour s'endormir, pour se réveiller, s'éveiller, pour vivre et grandir.

 

Car à force de courir après l’ambition, l’argent, le pouvoir... en laissant leurs enfants à garder à d’autres de façon parfois excessive ou les laissant tout seuls devant la télé ou l’ordinateur... de façon récurrente... Qui va remplacer l’amour et la présence d’une mère, essentiels pour un jeune enfant, important pour un grand.

 

Mn_2a.jpg

ange_b_b__ange_2.jpg

Mn_2b.jpgQuand Monsieur Sarkozy propose de diminuer le congé parental alors que c'était un choix possible jusque là, proposé par la Caf, Caisse d'Allocations Familiales, comme l'un des moyens de garde du jeune enfant, il y a de quoi s'inquiéter pour notre société qui privilégie la carrière des femmes et leur rôle dans le monde du travail. Jusqu'aux trois ans de l'enfant, c'était un choix possible, même si la femme n'avait pas grosse aide, mais elle pouvait le choisir et l'employeur ne pouvait s'y opposer et elle retrouvait son emploi au retour de ce congé où elle s'était occupé de son enfant comme elle le souhaitait.

Si la société était plus attentive au sort des femmes, certaines femmes seules, certaines femmes qu'aucun homme n'aide par décès ou abandon, n'auraient pas à sacrifier leurs enfants en travaillant comme des forcenées pour arriver à les faire vivre et à les nourrir... en s'échinant à temps plein voire plus, travaillant le jour et la nuit, sans oublier tout le reste : les courses, le ménage, la lessive et les repas.Mn_38b.jpg

 

Chloé Laroche

 

14/02/2009

Amorversaire de ma fille en ce jour. Quelques mots sur ma vie. Mes enfants et l'amour pour mon ange envolée. Paroles d'une maman face à la crise et à certaines décisions politiques sur la famille.

Bonsoir à tous et toutes,

 

images-1.jpegMa fille OCÉANA est partie il y a douze ans et son amorversaire est aujourd'hui. Elle me manque et mon coeur saigne comme chaque jour depuis son départ. Ma raison de poursuivre le chemin est l'amour qu'elle a laissé dans mon coeur et que je redonne autour de moi, à travers ces deux enfants que j'ai recueillies, à travers mon fils qui est né il y a quatre ans, son petit frère, à travers l'accueil que j'ai démarré d'un jeune en réinsertion et en reconstruction intérieure, qu'une association m'a confié.images.jpeg

Ma vie est un chemin de roses bordé d'arbres aux regards silencieux qui m'encouragent, un chemin de solitude sur un bateau parfois accosté par d'autres bateaux, certains en perdition qui viennent trouver la force de retrouver leur chemin, d'autres en perte de vitesse qui me regardent traverser l'océan sans m'accoster, se disant que ma trajectoire est bien trop téméraire dans ses engagements.

images-4.jpegJe regarde le monde, j'observe la crise, j'écoute, je réagis, je prends partie, je défends, je pétitionne, je me bats, j'écris, je travaille avec coeur, je fais les courses, j'approvisionne mon petit monde en choisissant les prix les moins chers, je lis, je m'informe, je pleure, je ris, je souris au soleil qui se lève chaque matin, je suis scandalisée par certaines décisions politiques, je suis déçue, je gère mon loyer et mes factures, je suis parfois fatiguée, je me lève toujours le matin, j'aime mes enfants, je conduis en évitant les grilleurs de feux rouges, ceux qui ne respectent rien.

La crise ne me fait pas peur vu qu'avant je vivais avec peu et qu'aujourd'hui, cela n'a pas changé.

Que le Président veuille diminuer la durée du congé parental me hérisse car j'ai choisi, après avoir donné naissance à mon fils, de prendre trois années de congé parental et je suis heureuse de l'avoir fait, même en vivant avec peu d'argent. Je l'ai vu grandir, j'ai été présente dans ses premières années, je lui ai donné le sein durant neuf mois, je l'ai emmené se promener, je l'ai vu se réveiller le matin et j'étais là pour ses repas. J'ai joué avec lui et l'ai accompagné à la garderie deux fois par semaine, pour qu'il s'adapte au monde et aux autres enfants. C'était mon choix et n'en déplaise à Monsieur Sarkozy... ma carrière ne s'en est pas trouvée affectée, puisque j'ai retrouvé un travail... puis un deuxième, suite à l'agression subie lors du premier. Je suis en CDI maintenant et le choix que j'ai pu faire, à la suite du congé maternité, de prendre un congé parental est pour moi très précieux.canada-1390113497-1130888.jpg

Voilà, c'était quelques mots en ce jour de la SAINT VALENTIN où ceux qui sont seuls le sont encore plus et je vous offre ci-dessous le poème d'une mère en deuil de son enfant.

Je remercie tous les lecteurs de mon blog et ceux, qui silencieux, suivent mon chemin et mes combats.

Chloé

 

images-3.jpeg

 

 

_________________Poème d'une maman en deuil de son enfant ____________

 

"JE VOUS EN PRIE, ne me demandez pas si j'ai réussi à surmonter, je ne le surmonterai jamais.

JE VOUS EN PRIE, ne me dites pas qu'il est mieux là où il est maintenant, il n'est pas ici auprès de moi.

JE VOUS EN PRIE, ne me dites pas qu'il ne souffre plus, je n'ai toujours pas accepté qu'il ait dû souffrir.

JE VOUS EN PRIE, ne me dites pas que vous savez ce que je ressens, à moins que vous aussi vous ayez perdu un enfant.

JE VOUS EN PRIE, ne me demandez pas de guérir, le deuil n'est pas une maladie dont on peut se débarrasser.

JE VOUS EN PRIE, ne me dites pas que Dieu n'inflige pas plus que ce que l'homme peut supporter.

JE VOUS EN PRIE, dites moi simplement que vous êtes désolés.

JE VOUS EN PRIE, dites moi simplement que vous vous souvenez de mon enfant, si vous vous rappelez de lui.

JE VOUS EN PRIE, laissez moi simplement parler de mon enfant.

JE VOUS EN PRIE, mentionnez le nom de mon enfant.

JE VOUS EN PRIE, laissez-moi simplement pleurer."

 

-----------------------------------------------------------

 

Commentaires

Bonjour à toi !
Je viens de découvrir ton site.
Je voulais prendre quelques instants pour venir te souhaiter mes sympathies pour la perte de ton enfant.

Je sais exactement ce que tu vis.

J'ai perdu, le 14 février 2009, mon mini bébé. J'étais à 23 semaines et 1 jour, j'ai des contractions qui ont commencé et j'ai dû accoucher de mon bébé qui a été en vie durant 1 heure.

Je me demande si on est capable de vivre après une aussi grosse perte... au lieu de sur-vivre?

Je tiens à te faire un câlin virtuel même si nous ne nous connaissons pas du tout.

Une maman qui a très mal
Elizabeth

Ecrit par : Elizabeth | 02.03.2009

 

Merci pour le poème, tout est exact, j'ai vraiment envie de rajouter, ne me dites pas Soyez fort, je ne comprends pas pourquoi je devrais être fort !

Ecrit par : Lionel | 06.03.2009

 

J'ai été très touchée par vos messages, Élizabeth et Lionel. 
Élizabeth, je pense à vous et à votre bébé.
Vous êtes au milieu de la rivière en plein courant et c'est cela "sur-vivre" : arriver à retrouver les bords, plus calmes... d'où on regarde cet endroit où l'on était quand on essayait de surmonter les flots, les larmes sans fin et la peine immense qui nous submerge.
Je vous envoie plein de pensées et de roses.
Sincèrement vôtre,
Chloé Laroche

Ecrit par : Chloé Laroche | 07.03.2009

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu