Avertir le modérateur

11/09/2012

ELLE REGARDE LE CIEL... qui est en elle et voit voler dans ses rêves le papillon de son âme.

LE PAPILLON DE SON ÂME ____________________



Elle regarde le cielUnknown-1.jpegUnknown-2.jpeg

Qui est en elle

Et voit voler dans ses rêves

Le papillon de son âme

 


Il est bleu l'admirable

Le merveilleux

Cet avenir dont elle rêve

À la couleur océan

 


Cet océan que nos frères

Ont pollué sans retour

Verra t-il un jour

La couleur des papillons

Qui ont bercé notre enfance ?

 

 

Chloé LAROCHE

RÉSILIENCE DANS LA NUIT... Poésie à l'adresse de ceux qui ont envie d'oublier mais doivent vivre.

RÉSILIENCE DANS LA NUIT_________________bxp46603.jpg

 

 

Je voudrais dormir

Pendant des jours

Ne pas me réveiller

Et puis un jour

Ouvrir les yeux

Parce qu'on aura

Cru en moi

 

Je voudrais dormir

Comme on meurt un jour

Mais revenir à la vie

Parce que le chemin

N'est pas fini

Et regarder le soleil

Comme un ami du présent

 

Je voudrais dormir

Pour oublier le passé

Adoucir les blessures

Et puis revenir

Encore plus fort

Pour regarder l'avenir

Avec les yeux neufs d'un enfant

 

Je voudrais dormir

Pour anesthésier les larmes

Et les figer à jamais

Ne garder que les roses

Aimer ma vie, mon sentier

Et donner mon coeur

À tous les éveillés.

 

Chloé Laroche

 

12/04/2012

Mon blog a quatre ans... Partager ses paradis à travers les enfers qu'on peut vivre. Au travers des enfers dont on peut se sortir, offrir sa part de force, d'énergie de vie et de paradis.

MON BLOG A QUATRE ANS_____________


Il y a quatre ans exactement, quand j'ai démarré ce blog, je vivais un cauchemar, pas le premier de ma vie, loin de là, mais là, en avril 2008, arrivaient de nouvelles épreuves.

anniversaire_fleurs_joliecarte9.gif

Je me suis fait frapper dans mon taxi par un handicapé mental psychotique lourd que je conduisais et qui était assis à côté de moi au volant. J'ai été par deux fois frappée sur la même course, dont l'une sur l'autoroute, avant d'atterrir aux Urgences et après avoir maîtrisé le véhicule à 110 km/heure. Puis quelques jours après, j'ai reçu d'autres coups violents donnés par le  même individu placé cette fois à l'arrière du taxi, sur ordre du patron. Aucune mesure de protection n'avait été mise en place, malgré les avertissements  d'un médecin.

Ma plainte n'a jamais abouti, le Procureur jugeant peut-être que l'on ne porte pas plainte contre un handicapé mental. Ce n'était pas mon propos d'avoir gain de cause contre une personne handicapée, mais surtout de faire prendre en compte que cet individu pouvait être dangereux et avait besoin de soins appropriés, vérité que ses parents ne voulaient pas entendre, me traitant d'incapable et de menteuse.

J'ai perdu mon travail dans les jours suivant ces agressions. Le père de mon fils est décédé cinq jours après, le 7 avril 2008, sur la table d'opération où il devait être libéré d'une tumeur cancéreuse.

Trois jours après naissait ce blog...

Ce terrain d'écriture et de communication m'a permis de renouer le fil de ma vie aux fils de mes lecteurs, lien ténu mais solide représentant le monde, la vie et la compréhension d'autres personnes, dans le désert que je traversais alors, avec un enfant de trois ans, mon fils devenu orphelin de père, et deux jeunes orphelines dont je m'occupais.

Ce blog m'a permis de tendre la main -à travers mon coeur brisé- vers d'autres douleurs, d'autres résiliences, d'autres chemins de croix.anniversaire,blog,résilience,femme,agression,handicap,taxi,ambulance,chauffeur,protection,choc,violence,chômage,emploi,mort,deuil,société,actualité,force,vie,courage,maman,paradis,enfer,espoir,avenir,communiquer,écrire,partager,silence,enfant,amour,altruisme,sensibilité,résistance,raymond aubrac,lucie aubrac,souffrance,offrande,don

Je souffre encore des coups reçus, du chômage revécu malheureusement depuis en 2010, après un nouvel emploi reperdu, sur fond de harcèlement moral et après avoir vu partir un autre patron, très apprécié et viré sans pitié par le rachat d'une grosse boîte. Je souffre de ce monde si plein de cruauté et de violence, de toutes les utopies envolées sur l'espoir d'une humanité perdue et de ces blessures béantes que sont les deuils et les absences définitives de ma première fille, du père de mon fils, d'amis et amies partis si vite là-haut, de ma famille sans vie. 

Je souffre de constater combien l'innocence est crucifiée, combien les enfants peuvent souffrir en ce monde, torturés, tués et maltraités... malheureux et seuls, bien souvent, la parole baillonnée.

Mais offrir nos souffrances est la finalité de nos existences. Offrir et s'offrir à l'espoir, à la vie. Penser aux vies envolées comme des colombes  vers le ciel béant de joie et d'amour.

bul0167.jpgJe crois que le mieux est de partager ses paradis à travers les enfers qu'on peut vivre. Je crois qu'au travers des enfers dont on peut se sortir, on doit offrir sa part de force, d'énergie de vie et de paradis intérieur à ceux qui souffrent encore.

C'est la raison de ce blog.

Malgré tout, il faut garder la flamme de l'espoir intacte, comme l'ont fait les Survivants des Camps de Concentration.

Comme nous l'ont enseigné inlassablement Lucie et Raymond AUBRAC. "Au-delà des sacrifices de la Résistance, ce qui laisse une trace c'est l'espoir", disait Raymond AUBRAC SAMUEL.


Chloé LAROCHE

 

23/02/2012

Tout mettre en oeuvre en tant qu'homme, en tant que marin sur la mer déchaînée, avant de se donner la main pour prier. Ne pas faire l'économie du rapport aux autres, de la solidarité vivante.

marin,bateau,costa concordia,naufrage,italie,négligence,folie,sainte anne,prière,responsabilité,autorité,alcool,route,voiture,risque,danger,mort,victime,choix,suicide,secte,gourou,abus de pouvoir,s'affirmer,dire non,s'opposer,sécurité,témoignage,action,actualité,france,famille,foi,courage,force,silence,amour des autres,solidarité,entraide,marie,prière des marins,mer,océan,bretagne

 

 

Bonjour à tous et à toutes,

 

 

 

Aujourd'hui, je souhaite vous entretenir de Sainte Anne, Patronne des Marins, et de la similitude de la situation de marin avec nos vies, nos trajectoires, nos sillages et nos plans de navigation. Je viens vous parler de prière mais aussi de ce qu'il faut faire : tout mettre en oeuvre en tant qu'homme, en tant que marin sur la mer déchaînée, avant de se donner la main pour prier.marin,bateau,costa concordia,naufrage,italie,négligence,folie,sainte anne,prière,responsabilité,autorité,alcool,route,voiture,risque,danger,mort,victime,choix,suicide,secte,gourou,abus de pouvoir,s'affirmer,dire non,s'opposer,sécurité,témoignage,action,actualité,france,famille,foi,courage,force,silence,amour des autres,solidarité,entraide,marie,prière des marins,mer,océan,bretagne

 

Prier et se tourner vers Dieu ou ses saints ne doit jamais être : faire l'économie du rapport aux autres, de la solidarité, de l'action que nous pouvons faire en tant qu'humain. Nous traversons parfois nos vies comme ces marins qui laissent leur bateau voguer sans gouvernail, en roues libres et en mise en danger, ou bien comme ces navigateurs qui maîtrisent leur navire dans la sécurité et le respect d'eux-mêmes et des autres.

 

marin,bateau,costa concordia,naufrage,italie,négligence,folie,sainte anne,prière,responsabilité,autorité,alcool,route,voiture,risque,danger,mort,victime,choix,suicide,secte,gourou,abus de pouvoir,s'affirmer,dire non,s'opposer,sécurité,témoignage,action,actualité,france,famille,foi,courage,force,silence,amour des autres,solidarité,entraide,marie,prière des marins,mer,océan,bretagneParfois les épreuves sont si dures que l'équipage, après avoir mis en oeuvre tout ce qui était possible de faire, se retrouve et, se donnant la main, prie Sainte Anne, avant de se retrouver sain et sauf sur la terre ferme. Parfois aussi, on est obligé de quitter le bateau car il coule.

 

Malheureusement, le 13 janvier 2012, dans le Costa Concordia, de nombreuses personnes sont restées prisonnières d'un navire piloté par un capitaine inconscient et fou, qui voulait épater les gens en leur faisant croire qu'il pourrait faire entrer le paquebot dans le chas d'une aiguille, près de l'île de Giglio. Il a heurté un récif en choisissant de passer dans un endroit dangereux, au mépris de la sécurité de ses passagers, s'approchant trop près des côtes.marin,bateau,costa concordia,naufrage,italie,négligence,folie,sainte anne,prière,responsabilité,autorité,alcool,route,voiture,risque,danger,mort,victime,choix,suicide,secte,gourou,abus de pouvoir,s'affirmer,dire non,s'opposer,sécurité,témoignage,action,actualité,france,famille,foi,courage,force,silence,amour des autres,solidarité,entraide,marie,prière des marins,mer,océan,bretagne

 

Parfois, dans la vie, on place sa vie entre les mains d'une autre personne à qui on fait une totale confiance. Comme dans les sorties de boîte, la jeune fille fait confiance à son ami qui a bu et se laisse conduire, mais devant la mort elle se retrouve, dans un naufrage d'alcool. La voiture est un bateau allant sur des routes qui peuvent prendre l'eau et faire verser l'équipage en une mer de larmes.

 

L'alcool est aujourd'hui la première cause de mortalité prématurée sur la route chez les jeunes, le saviez-vous ? Prier ne suffit pas en voiture. Il faut aussi savoir refuser de monter avec une personne qui a bu et aussi se permettre d'empêcher une personne alcoolisée de prendre le volant.

 

marin,bateau,costa concordia,naufrage,italie,négligence,folie,sainte anne,prière,responsabilité,autorité,alcool,route,voiture,risque,danger,mort,victime,choix,suicide,secte,gourou,abus de pouvoir,s'affirmer,dire non,s'opposer,sécurité,témoignage,action,actualité,france,famille,foi,courage,force,silence,amour des autres,solidarité,entraide,marie,prière des marins,mer,océan,bretagneL'équipage, ainsi que le second du Costa Concordia, n'aurait-il pas pu éviter à ce capitaine trop hardi d'accomplir son oeuvre en l'immobilisant, en empêchant sa folie de s'accomplir ? L'autorité d'une personne sur les autres et sur nous-même nous empêche-t-elle de demeurer libre de notre sécurité et de nos précautions pour nous sauver ? Cela rejoint l'impact que peut avoir un gourou sur les consciences de personnes assujetties à son pouvoir, pouvant emmener un groupe dans un suicide collectif sans que personne ne s'y oppose ou réagisse. Tout comme un père peut emmener ses enfants à la mort, sans qu'ils se défendent, sauf si le plus âgé dit non et par son exemple, il donne le sursaut de survie aux autres. Un jeune homme a ainsi sauvé ses six frères et soeurs de pendaison, en s'opposant à l'autorité d'un père devenu fou. Ceci s'est passé il y a bien longtemps dans une famille de ma connaissance et les enfants devenus âgés en sont encore marqués. Les cordes étaient prêtes pour leur cou dans une fin atroce,  mais l'aîné a dévié le cours de leur vie, éloignant la mort et le naufrage évident.marin,bateau,costa concordia,naufrage,italie,négligence,folie,sainte anne,prière,responsabilité,autorité,alcool,route,voiture,risque,danger,mort,victime,choix,suicide,secte,gourou,abus de pouvoir,s'affirmer,dire non,s'opposer,sécurité,témoignage,action,actualité,france,famille,foi,courage,force,silence,amour des autres,solidarité,entraide,marie,prière des marins,mer,océan,bretagne

 

Nous avons tous dans les mains et le coeur le devoir d'agir.... et de prier ou de ne pas prier ensuite. Le lâcher-prise, la confiance, l'amour d'autrui, le souci de leur sécurité et le silence sont aussi des formes de prière et de communion avec l'extérieur, avec le monde. 

 

Je vous remercie de m'avoir lu. Je pense ce soir à toutes les victimes du Costa Concordia ainsi qu'à leurs familles. Huit corps ont encore été retrouvés hier depuis le naufrage du 13 janvier, dont celui d'une petite fille.

 

Anne-Chloé LAROCHE___________________________________marin,bateau,costa concordia,naufrage,italie,négligence,folie,sainte anne,prière,responsabilité,autorité,alcool,route,voiture,risque,danger,mort,victime,choix,suicide,secte,gourou,abus de pouvoir,s'affirmer,dire non,s'opposer,sécurité,témoignage,action,actualité,france,famille,foi,courage,force,silence,amour des autres,solidarité,entraide,marie,prière des marins,mer,océan,bretagne

 

 

 

 

 

marin,bateau,costa concordia,naufrage,italie,négligence,folie,sainte anne,prière,responsabilité,autorité,alcool,route,voiture,risque,danger,mort,victime,choix,suicide,secte,gourou,abus de pouvoir,s'affirmer,dire non,s'opposer,sécurité,témoignage,action,actualité,france,famille,foi,courage,force,silence,amour des autres,solidarité,entraide,marie,prière des marins,mer,océan,bretagnePrière du Marin

 

 

 

Au nom du Père qui a séparé les eaux d’avec le ciel et la terre
et du Fils qui foule et apaise la tempête
et de l’Esprit qui plane au-dessus des océans.

Vierge Marie, Reine des flots à qui les marins, même mécréants, ont toujours été dévots, vois à tes pieds tes fils qui voudraient se hausser jusqu’à toi.

Obtiens-leur une âme pure comme une brise de mer,
un coeur fort comme les flots qui les portent,
une volonté tendue comme voile sous le vent,
une attention qui veille sans mollir comme gabier dans la hune,
un corps bien armé pour les luttes contre les tempêtes de la vie.

Mais surtout, ô Notre Dame,
ne les laisse pas seuls à la barre,
fais leur relever les écueils où ils s’échoueraient
avant d’ancrer, près de toi, au port de l’Éternité.
Amen

Paul Bernard

 

 

marin,bateau,costa concordia,naufrage,italie,négligence,folie,sainte anne,prière,responsabilité,autorité,alcool,route,voiture,risque,danger,mort,victime,choix,suicide,secte,gourou,abus de pouvoir,s'affirmer,dire non,s'opposer,sécurité,témoignage,action,actualité,france,famille,foi,courage,force,silence,amour des autres,solidarité,entraide,marie,prière des marins,mer,océan,bretagneVierge Marie, Etoile des mers,

Reine des flots, 
Vous à qui les marins, même mécréants, 
ont toujours été dévots,
Voyez à Vos pieds vos navigateurs

qui voudraient se hisser jusqu’à Vous.
Obtenez-leur une âme pure comme brise de mer,
un coeur fort comme les flots qui les portent,
une volonté tendue comme voile sous le vent,
une attention qui veille sans mollir comme gabier dans la hune,
un corps bien armé pour les luttes contre les tempêtes de la vie. 
Mais surtout ô Notre Dame,
ne les laissez pas seuls à la barre,
faites leur éviter les écueils où ils s’échoueraient

avant d’ancrer près de Vous au port de l’Eternité. 
Amen. 

 

 

 

marin,bateau,costa concordia,naufrage,italie,négligence,folie,sainte anne,prière,responsabilité,autorité,alcool,route,voiture,risque,danger,mort,victime,choix,suicide,secte,gourou,abus de pouvoir,s'affirmer,dire non,s'opposer,sécurité,témoignage,action,actualité,france,famille,foi,courage,force,silence,amour des autres,solidarité,entraide,marie,prière des marins,mer,océan,bretagnePrières à Sainte Anne

 

 

 

Sainte Anne, mère de Marie

Sois la gardienne de la foi en nos coeurs,

de la grâce en nos âmes

de la solidité de nos foyers,

de l'amour dans nos familles,

de la paix dans le monde.

 

Garde vivante en nous

la vertu d'espérance.

 

Sainte Anne, veille sur nous.

 

 

 

marin,bateau,costa concordia,naufrage,italie,négligence,folie,sainte anne,prière,responsabilité,autorité,alcool,route,voiture,risque,danger,mort,victime,choix,suicide,secte,gourou,abus de pouvoir,s'affirmer,dire non,s'opposer,sécurité,témoignage,action,actualité,france,famille,foi,courage,force,silence,amour des autres,solidarité,entraide,marie,prière des marins,mer,océan,bretagneSainte ANNE,

 

 

Dans les tourments de la vie, sois notre guide, nous te confions notre amour pour toi et pour les autres.
Sois notre phare dans la nuit, notre mère pour nous ramener à bon port, maintenant et pour toujours.

Je te demande aussi de veiller sur moi et toute ma nombreuse famille, ainsi que mes amis, et de me venir en aide dans l'embarras et la détresse qui m'accablent, comme malheureusement trop de personnes, ces temps-ci : chômage, pauvreté, précarité, santé fragile. 

 

Le monde d'aujourd'hui, comme une mer agitée, met à l'épreuve notre courage et notre foi. Toi qui aux premières heures de notre histoire,

as exaucé la prière fervente des marins bretons en péril,

pose encore sur nous ton regard de bonté.

 

 

 

 

 

02/02/2012

La liberté sur la route, c'est quoi ?

code de la route,sécurité routière,accident,liberté,conduire,moniteur auto-école,conducteur,vigilance,permis,règle,cadre,respect,courtoisie,route,moto,piéton,handicap,deuil,mort,vie,paraplégique,choc,priorité à droite,stop,incivilité,feu rouge,tués,voiture,contrôle technique,permis à points,police,contrôle,rouler sans permis,chauffardLettre à une personne roulant sans règles

et au mépris du Code de la Route__________

Mon Propos sur la LIBERTÉ de CONDUIRE___


Tu dis que l'État porte atteinte à ta liberté en te prenant des points sur ton permis. Et tu t'élèves contre toutes les règles du Code de la Route, trop restrictives à ton goût. Tu voudrais que la vitesse autorisée sur route et autoroute soit plus élevée. Tu voudrais pouvoir passer aux feux rouges sans contrainte ni sanctions. Tu voudrais pouvoir renverser un piéton sans faire de prison ni payer de dommages à la victime. Tu voudrais pouvoir rouler avec une voiture sans contrôle technique ou sans assurance et parfois même, tu le fais. Le permis est pour toi un papier inutile et d'ailleurs souvent, tu ne l'as plus car il t'a été retiré.code de la route,sécurité routière,accident,liberté,conduire,moniteur auto-école,conducteur,vigilance,permis,règle,cadre,respect,courtoisie,route,moto,piéton,handicap,deuil,mort,vie,paraplégique,choc,priorité à droite,stop,incivilité,feu rouge,tués,voiture,contrôle technique,permis à points,police,contrôle,rouler sans permis,chauffard

Tu fais partie de ceux qui arrivent à grande vitesse derrière un autre véhicule, le collant pour le pousser afin qu'il aille plus vite, stressant les occupants par ton stress communicatif. 

Tu fais aussi partie de ceux qui coupent la route à ceux qui ont pris une voie de sortie d'autoroute. Tu n'hésites pas à couper la ligne de dissuasion afin de t'introduire sur cette voie par la gauche, en dernière minute, surprenant les autres véhicules et risquant de provoquer un choc grave.

code de la route,sécurité routière,accident,liberté,conduire,moniteur auto-école,conducteur,vigilance,permis,règle,cadre,respect,courtoisie,route,moto,piéton,handicap,deuil,mort,vie,paraplégique,choc,priorité à droite,stop,incivilité,feu rouge,tués,voiture,contrôle technique,permis à points,police,contrôle,rouler sans permis,chauffardJe te vois aussi ne pas respecter les feux rouges, traversant un carrefour à grande vitesse, au mépris des autres usagers. 

Tu trouves ta liberté dans le fait d'empiéter sur celle des autres, mais es-tu vraiment libre dans ta tête ? Si un jour tu renverses un enfant, comment pourras-tu demeurer libre et serein jusqu'au dernier jour de ton existence ?

Si un jour, tu tuais une mère de famille et ses enfants dans la voiture qui passera au feu vert et croisera ta trajectoire assassine, seras-tu libre d'être ce que tu es aujourd'hui ? Si un jour, parce que tu ne respectes pas une priorité à droite en passant à une vitesse élevée et renversant une moto, pourras-tu continuer ta vie sainement et libre de toute entrave de culpabilité ?code de la route,sécurité routière,accident,liberté,conduire,moniteur auto-école,conducteur,vigilance,permis,règle,cadre,respect,courtoisie,route,moto,piéton,handicap,deuil,mort,vie,paraplégique,choc,priorité à droite,stop,incivilité,feu rouge,tués,voiture,contrôle technique,permis à points,police,contrôle,rouler sans permis,chauffard

Les règles qui ont été mises en vigueur sont là pour notre sécurité à tous et nous donnent un cadre afin que chacun soit libre d'aller et venir comme bon lui semble et en gardant la vie ainsi que la liberté de se mouvoir. C'est toute la logique du Code de la Route existant pour notre protection et celle des autres, évitant aussi que notre voiture ne devienne une arme dangereuse par un mauvais comportement de conduite. 

code de la route,sécurité routière,accident,liberté,conduire,moniteur auto-école,conducteur,vigilance,permis,règle,cadre,respect,courtoisie,route,moto,piéton,handicap,deuil,mort,vie,paraplégique,choc,priorité à droite,stop,incivilité,feu rouge,tués,voiture,contrôle technique,permis à points,police,contrôle,rouler sans permis,chauffardIl faut savoir qu'une personne rendue handicapée dans un accident de voiture a perdu la majeure capacité de se déplacer, de se mouvoir, de conduire, de vivre normalement. Elle a perdu une grande partie de cette liberté si chère à tous les valides. Parfois, ce handicap provient de la simple erreur d'un autre automobiliste qui allait trop vite ou n'a pas respecté un stop ou une priorité. 

code de la route,sécurité routière,accident,liberté,conduire,moniteur auto-école,conducteur,vigilance,permis,règle,cadre,respect,courtoisie,route,moto,piéton,handicap,deuil,mort,vie,paraplégique,choc,priorité à droite,stop,incivilité,feu rouge,tués,voiture,contrôle technique,permis à points,police,contrôle,rouler sans permis,chauffardParfois aussi, nous mettons en danger nos propres occupants et parfois nos enfants. Je pense à cette maman qui a vu son jeune fils gravement atteint et aujourd'hui handicapé lourd car elle n'a pas respecté une priorité à droite. La voiture la heurtant a enlevé à son fils toute chance de vivre normalement. Il est aujourd'hui comme un légume, inerte et souffrant de multiples maux, avec un handicap mental le privant de tout apprentissage et de toute communication, et cette mère pleure tous les jours.code de la route,sécurité routière,accident,liberté,conduire,moniteur auto-école,conducteur,vigilance,permis,règle,cadre,respect,courtoisie,route,moto,piéton,handicap,deuil,mort,vie,paraplégique,choc,priorité à droite,stop,incivilité,feu rouge,tués,voiture,contrôle technique,permis à points,police,contrôle,rouler sans permis,chauffard

Peut-être était-elle pressée. Peut-être n'a-t'elle pas ralenti à l'approche de l'intersection... Comme chacun devrait le faire prudemment. Sur la route, il ne faut jamais déroger aux règles même si on a des impératifs d'horaires. Il vaut mieux arriver vivant en retard... que mort... à l'heure.

code de la route,sécurité routière,accident,liberté,conduire,moniteur auto-école,conducteur,vigilance,permis,règle,cadre,respect,courtoisie,route,moto,piéton,handicap,deuil,mort,vie,paraplégique,choc,priorité à droite,stop,incivilité,feu rouge,tués,voiture,contrôle technique,permis à points,police,contrôle,rouler sans permis,chauffardBien sûr, on peut me rétorquer que quand notre heure arrive, la mort nous attend au carrefour... Que le destin frappe et nous donne les erreurs qui font notre destinée. Mais nous sommes aussi maîtres de notre chemin et de notre volant, par l'attention et la vigilance que nous pouvons déployer en conduisant.

Aujourd'hui, j'étais dans un véhicule et notre conducteur nous a sauvé par deux fois d'un accident grave, incidents causés par deux automobilistes sans gêne et roulant à grande vitesse, coupant pour l'un un virage et pour l'autre sortant d'une voie privée sans regarder ni s'arrêter avant de d'engager sur la voie où nous nous trouvions. Ces personnes vivent dans leur espace de liberté, sortant du cadre et obligeant les autres à piler brutalement afin de ne pas rentrer dans leur champ de danger potentiel. Le choc à chaque fois aurait été terrible si notre conducteur n'avait pas réagi en nous protégeant dans la seconde.

code de la route,sécurité routière,accident,liberté,conduire,moniteur auto-école,conducteur,vigilance,permis,règle,cadre,respect,courtoisie,route,moto,piéton,handicap,deuil,mort,vie,paraplégique,choc,priorité à droite,stop,incivilité,feu rouge,tués,voiture,contrôle technique,permis à points,police,contrôle,rouler sans permis,chauffardLa conduite d'une voiture est comme celle de notre vie. Si on est présent et attentif aux autres, si on ne vit pas juste pour soi mais en se considérant en interaction avec le monde et les êtres le peuplant, alors on choisit délibérément d'honorer les règles d'une vie commune. Dans le cadre de la conduite, on respectera dans le même esprit les règles du Code de la Route, alliées à la courtoisie et à la protection des autres usagers.

La liberté n'a pas de prix, surtout celle de laisser la vie aux autres ainsi que la faculté de se déplacer et de se mouvoir, sans handicap ni perte d'un être cher.code de la route,sécurité routière,accident,liberté,conduire,moniteur auto-école,conducteur,vigilance,permis,règle,cadre,respect,courtoisie,route,moto,piéton,handicap,deuil,mort,vie,paraplégique,choc,priorité à droite,stop,incivilité,feu rouge,tués,voiture,contrôle technique,permis à points,police,contrôle,rouler sans permis,chauffard


Chloé LAROCHE


P.S. : je rappelle que tous mes articles sur la Sécurité Routière peuvent être lus en cliquant à gauche dans la catégorie "Appel à la bonne conduite sur la route".

À la fin de tous les articles de cette catégorie, vous devez cliquer sur "voir toutes les notes" pour lire la suite des articles.

------------------------------------------------------------------------


 

Conduite intérieure. Toi qui conduis, sais-tu conduire les autres sans les mener au mur ?

 

images-5.jpegToi qui conduis

Sais-tu te conduire

Dans le flot de la vie

Dans le flot de la circulation ?

Circulation urbaine

Ou circulation cardiaque

Flot continuimages-9.jpeg

 

Toi qui conduis

Sais-tu te conduire

Au volant de ta vie

Respect d'autrui

À l'abord des carrefours

Écrases-tu ton frère

Sur les clous du présent

 

images-13.jpegToi qui conduis

Sais-tu te conduire

À travers les artères de ta ville

Et la vie a-t-elle le prix

Que tu mets dans les feux rouges grillés

Et les stops évincés...

Pauses d'une existence survoltée

 

images-3.jpegToi qui conduis

Sais-tu conduire les autres

Sans les mener au mur

Sans qu'ils supplient

Ton arrêt total

Immobilisation d'une violence larvée

Dans les mains de ton volant

 

images-14.jpegToi qui conduis

N'oublie pas

Que ta vie

Que chaque vie

Est accrochée à un fil

Non pas le fil de la vitesseimages-2.jpeg

Mais le sens obligatoire 

De la vigilance

Rond-point où chaque véhicule

Laisse passer l'oxygène

De la vie qui dure

De la vie qu'on n'écrase pas

De la vie qui respire

 

Chloé Laroche

 

 

 





 

 

 

 

19/05/2011

Comment vivre en restant nous-mêmes, en conservant notre authenticité, notre vérité profonde. Mes propos sur l'art, la créativité, le choix sexuel, la nature, la beauté de la vie, le respect des autres.

P1040940 - copie.JPGBonjour à tous et toutes,

 

Pourquoi la vie serait-elle seulement belle ? La vie est ce qu'on doit vivre. Parfois c'est dur, douloureux... mais il faut garder le cap car on peut un jour sortir du tunnel et trouver une belle île où se reposer ainsi que de jolies fleurs. La nature nous apporte l'embellissement de notre âme. Si nous la regardons et accueillons sa beauté en nous, elle y met des graines et ses graines font les fleurs de notre coeur. Quand le jardin d'espoir en nous est cultivé, il nous aide à résister et à affronter les tempêtes de notre chemin.

Pour affronter les tempêtes de notre chemin, il faut garder à l'esprit que la vie est un combat, combat d'énergies, combat de mobilisation de nos énergies, combat du guerrier invisible en nous, combat de nos possibilités contre l'inertie, combat des forces vives pour assurer l'intégrité de notre vie et de celle de notre planète.

Florence Legat, championne de ski, confirme ce propos en déclarant qu'il ne faut jamais lâcher prise  : "En montagne, si on lâche prise, on se casse la gueule, alors ne lâchez pas prise. La vie est un combat. "k0479156.jpg

Ne pas abandonner nos idéaux, savoir écouter notre âme et notre coeur, avancer dans l'honnêteté de son destin. Paulo Coelho a dit : "Combien de fois abandonnons-nous notre chemin, attirés par l'éclat trompeur du chemin d'à côté ?"

Être nous-même et le rester, rester fidèle à nos aspirations profondes demande une écoute attentive de notre être intérieur. Vivre ses rêves, les réaliser et pour cela passer à la pratique, se recentrer sur notre chemin, nos ressentis, nos intuitions.

Pour ce qui est de retrouver l'authenticité de notre parcours, il y a mille et unes façons de l'accomplir. Ainsi un homme qui s'appelait Bruno a quitté un jour sa femme pour un homme. Il avait 33 ans. Il lui a dit : "Je t'aime mais je te quitte". Cet homme se sentait mal dans sa vie avant de partir. Il avait la conscience agitée et avait du mal à trouver le sommeil. Quand il a fait son choix et est parti pour vivre sa nouvelle vie, il a retrouvé toute son énergie et un sang neuf a coulé dans ses veines. Il avait à nouveau des projets, des envies.

k1761111.jpgUne nuit, j'ai entendu cet autre témoignage dans l'émission de télévision "Toute une histoire" avec Sophie Davant, l'expérience très intéressante d'un couple.... L'homme a révélé un jour à sa femme qu'il était homosexuel…. mais ils sont restés ensemble dans la même maison. Chacun a retrouvé un partenaire et les quatre vivent sous le même toit, avec deux appartements séparés juste par des portes. Les enfants du couple n'ont pas eu besoin de déménager et de changer leurs habitudes. Simplement, ils vivent une semaine sur deux chez le père puis chez la mère. Mais la mère peut aller tous les soirs embrasser ses enfants. Et elle boit le café avec le nouveau compagnon de son ex.

La psychologue trouvait cela bien pour les enfants et elle a ajouté que cela peut se faire lorsque la tension du désir n'est plus mais que seul l'affectif demeure, dans l'amitié et le respect de la parentalité de chacun. J'ai trouvé ce témoignage intéressant pour vivre l'ouverture et la tolérance. Et aussi parce que ces personnes ont trouvé le respect sur leur chemin quant à leur vérité profonde.

Oui, être en accord avec soi est déjà de se sentir exister et d'être pleinement incarné dans son corps, son âme et sa vie. ÊTRE ET PENSER. Parfois, des personnes ne sont pas tout à fait incarnées et ont l'impression d'être décalées ou pas à leur place. Il faut alors qu'elles se mettent à la terre, qu'elles vivent leur corps et le mettent au sport, qu'elles prennent le vert, ainsi le mental arrêtera d'être le singe de la farce….. et puis : "Quoi qu'il arrive, il dépend de moi d'en tirer du bien". Epictète1815654.jpg

Unknown-1.jpegCréer aussi afin de donner la parole à notre être créateur, à nos talents qui dorment à l'intérieur et qui ne demandent qu'à émerger et exister. J'ai déjà vu des personnes d'un certain âge demander à démarrer le violon et j'ai eu un élève qui avait 70 ans. Il était si heureux de travailler son instrument et fier de pouvoir jouer de cet instrument dont il était amoureux, de cette musique qu'il pouvait faire sortir de des doigts comme une magie de la vie, comme un peintre qui mélange les couleurs pour le bonheur de nos yeux, comme Chagall qui nous fait rêver dans la poésie de ses tableaux.

145440.jpgJe n'oublie pas ceux qui se sont jettés corps perdus dans l'art et ont tout misés sur leur sensibilité mais sont tombés comme des anges perdus dans ce monde abrutissant parfois. Je pense à mon amie Marhèse avec qui je présentais un spectacle Poésie et Musique dans les années 90. Elle était un modèle de vie, d'enthousiasme, de dynamisme et de créativité.... mais le passé l'a rattrapée et elle a fini coincée entre médicaments psychotropes et alcool... Un jour elle a été retrouvée morte chez elle ; elle était tombée depuis plusieurs jours, sous le poids de l'alcool et de la dépression. Combien de femmes boivent sans qu'on le sache.... car elles ont honte et restent avec ce secret bien caché mais sans pouvoir se faire aider ?

Elle regarde le cielUnknown-1.jpegUnknown-2.jpeg

qui est en elle

et voit voler dans ses rêves

le papillon de son âme

 

Il est bleu l'admirable

le merveilleux

cet avenir dont elle rêve

à la couleur océan

 

Cet océan que nos frères

ont pollué sans retour

verra t-il un jour

la couleur des papillons

qui ont bercé notre enfance ?

 

 

Chloé LAROCHE

17/01/2011

De la mort à la vie. De l'amour à la révolte. De la naissance à cette vie à un départ vers l'autre vie. Des calins gratuits à Grenoble à la Tunisie en révolution. Pour Alain et Jean-François qui nous ont quittés.

Bonjour à tous et toutes,P1010027.JPG

 

Photo 3115 3.jpgSamedi, je suis allée rencontrer place Félix Poulat à Grenoble le groupe des "calins gratuits", qui fait partie d’Ovs (site Onvasortir.com) en Isère. Il y avait aussi des amis de Peuplades de Grenoble.

C’est Chris qui a initié ce concept dans notre région. Le principe est de proposer des accolades aux passants et d’échanger de l’amour à travers un échange de quelques secondes.Photo 3150 3.jpg

 

J’ai vu une femme au bord des larmes.

 

«Oui, ça me fait du bien un calin", dit-elle en serrant une des participantes dans ses bras.

"Je vis quelque chose dans ma vie de très dur en ce moment.»Photo 3132 4.jpg

J’ai vu des jeunes s’embrasser à plein bras à plusieurs, avec chaleur et joie.

J’ai vu des regards s’illuminer et j’ai vu aussi des regards se dérober.Photo 3148 4.jpg

 

J’ai vu des hommes donner des calins avec de la tendresse au bord du coeur.

J’ai vu des femmes ouvrir leurs bras comme des mamans pour des inconnus.

 

15448-39dg.jpgEt en face, j’ai vu des tunisiens sur la même place manifester pour leur pays, pour dire qu’ils sont en souci pour leurs proches restés au pays.

J’ai entendu leur douleur pour un peuple, le leur, en train de lutter pour la liberté d'être et de survivre dans un monde de plus en plus dur.

 

Une jeune femme est venue vers moi pour me parler.

Elle est tunisienne et m’a fait part de ses craintes, de la révolte de son peuple aussi.

Je lui ai parlé de ma honte devant la déclaration de Michèle Alliot-Marie qui a proposé d’envoyer les forces françaises pour aider à la répression du peuple, alors que pendant ce temps, la police de Ben Ali tirait à balles réelles sur les manifestants.

 

Vous vous rappelez de ce jeune qui s’est immolé par le feu le 17 décembre ?8f00a5d2-18da-11e0-b554-742b4d6e1915.jpg

On lui avait enlevé son outil de travail, un simple étal sur un marché ainsi que toute sa marchandise. Il s’appelait Mohammed Bouazizi et avait 26 ans. La police lui a tout enlevé et il a voulu en perdre la vie. Cinq mille personnes ont suivi son cercueil et ont juré de le venger.

Tous les jeunes se sont retrouvés dans sa mort et la colère est montée. Devant des années de dictature, les tunisiens ont libéré leur ras-le-bol et leur rébellion devant la répression de leur liberté d’expression.

 

Photo 3128 1.jpgSur la place Félix Poulat à Grenoble, samedi, j’ai vu l’amour d’un côté et ces cris de révolte de l’autre côté. Tout cela se mêlait avec la foule passant d'un bout à l'autre de la place.

Je suis entrée un moment dans l’église de cette place. Il n’y avait personne. J’ai vu des fantômes, j’ai vu mes souvenirs dans cette église. Le baptême de ma fille décédée. Ma grand-mère que j’aimais tant. Et tant d’amis et amies disparus, partis de l'autre côté pour toujours. J’ai vu ma fille à quatre mois dans sa robe blanche puis dans son cercueil avec son ensemble rouge, accompagnée de son doudou.

Et aujourd’hui, je suis allée aux funérailles de Jean-François, un jeune de vingt ans qui s’est tué en voiture.

L’église était pleine et les parents si dignes.Photo 3152 1.jpg

Comment accepter l’inacceptable ? Le papa Michel a fait un hommage à son fils d’une grandeur d’âme peu commune, un hommage où il lui a dit que sur terre, il était un ange avec des bras et des jambes et que désormais il serait un ange au ciel avec des ailes. «Va, monte le plus haut possible,» lui a-t-il dit, "mais envoie-moi des signes de temps en temps.»

Accepter la mort de ceux qu’on aime, c’est se dire que Dieu ne reprend pas. Il a donné le souffle de la naissance pour que chacun vive mais quand la mort arrive, ce n’est pas Dieu qui reprend la vie, mais c’est le chemin qui se finit ici-bas. Après on est tous là pour entourer ceux qui restent, afin qu’ils puissent poursuivre leur chemin.

P1010008.JPGQuand on perd un enfant, on est d’abord dans le choc, la sidération.... et puis on s’écroule. On vit une grande fatigue physique, un vide immense. On a l’impression d’être un peu mort avec notre enfant. La vie ne nous touche plus. Le bonheur non plus.

Et puis, au bout de plusieurs mois, on regarde la beauté du monde à nouveau, doucement. Et puis un jour, on sourit et on rit à pleine voix. Car on a compris que pour notre enfant, il faut se battre et poursuivre sa vie à fond car chaque vie est courte et qu’on a à donner, partager, aimer encore.P1010002 - copie.JPG

Mais on porte une croix que personne ne saurait voir, car le vide intense au fond des tripes marque à vie le coeur et l’âme des parents orphelins, qui ont un pied dans la tombe, un pied dans le ciel et les deux mains ici-bas, des mains qui se tordent de douleur ou bien qui s’ouvrent et donnent pour partager.P1010002 - copie.JPG

Quand je suis rentrée de la cérémonie, je suis allée chercher mon fils et devant la porte de l’école, j'ai reçu un coup de fil. J’ai fondu en larmes. Un ami était mort. Il était hospitalisé depuis plusieurs semaines à l'Hôpital Sud pour des problèmes de coeur qui lui apportaient des malaises au quotidien et avait été envoyé il y a dix jours à Bordeaux pour une opération sensée le sauver de ses troubles cardiaques. Il est parti au ciel à soixante ans. Il s’appelait Alain et était passionné par les véhicules de Russie, les tracteurs et tous objets roulants venus de l'Est. C’était un homme généreux et ouvert, avec un immense sourire.P1010071.JPG

P1010077.JPGIl m’avait confié dernièrement : «Tout va mal dans ma vie, pourquoi ça s’arrangerait avec cette opération ?» Il avait très peur. J’ai essayé de lui donner de l’espérance, de lui dire qu’après, il commencerait une nouvelle vie, que l’opération, ce serait comme un tunnel, qu’après on ne sait pas ce qu’il y a, c’est l’inconnu, mais que la vie est là à nouveau, avec de nouveaux espoirs, de nouvelles forces.... Quand je me rappelle mes paroles, je me dis que je lui ai parlé de sa mort et de ce que je ressentais intuitivement.P1010037.JPG

J’aurais aimé qu’il revienne et je suis très triste car c’était un ami cher.

Même quand on est dans l’espoir d’un ailleurs et la croyance en un au-delà, comment ne pas souffrir au plus profond de la perte de nos amis, de notre famille, de nos êtres chers ?

Il nous reste à poursuivre notre chemin et à ouvrir notre coeur pour que les petites poussières d'or de tous ces êtres qu'on a aimés nous atteignent et nous illuminent de plénitude et de sérénité, d'émerveillement devant la vie et de confiance en l'avenir.

à toi Alain, à toi Marhèse, à toi Marie-Dominique, à toi Francis, à toi Louis, à toi Philippe, à toi Aimée, à toi Jean, à toi Zoubir, à vous que j'ai aimés, tous des amis et puis le père de mon fils.

à ma fille Océana partie si petite... à mes grands-parents chéris.

P1010096.JPGP1010054.JPG

Chloé Laroche

______________________________________ Les photos de mon article sont de moi sauf la photo du globe (fotosearch libre de droits) et la photo de Mohammed Bouazizi sur son lit d'hôpital : (crédits photo : Tunisian Presidency/AP). Mes photos ont été faites hier sur une balade au-dessus du lac de Monteynard ainsi que place Félix Poulat à Grenoble, lors des calins gratuits de samedi, où je me trouvais en tant que reporter. Les fleurs que j'ai prises étaient dans l'église Saint Louis.

 

 

P1010084.JPGVoici pour vous qui êtes dans le deuil ces deux vidéos et ce texte que j’ai trouvé

et que j’offre aux enfants d’Alain et à Michel, le père de Jean-François, ainsi qu'à sa maman...

 

http://www.youtube.com/watch?v=RP87uKyYAKA (Puisque tu pars/GOLDMAN)

http://www.youtube.com/watch?v=WRrxwbloQHM (Les fleurs du Bien/OBISPO)

 

LETTRE VENUE D'AILLEURS_______________

 

"Tu as souhaité m'écrire, laissant le soin aux nuages,

le soin de me transmettre ton message.

Cette seule intention m'autorise à te répondre

afin de te dire qu'en partant, j'ai bien emporté

toute la richesse et l'amour de notre vécu,

et, si du poids de mon corps je me suis allégé,

je n'en reste pas moins, dans l'ombre, à tes côtés.

Dés lors, si tu es à la recherche de notre hier,

laisse voguer en toi les pensées et les rêves,

car, dans ces voyages, nous nous retrouverons

pour vivre ensemble cette intime complicité,

et donner ainsi toute sa force à son éternité.

Que la caresse du vent, un rayon de soleil,

une étoile filante ou une goutte de pluie

soient les anges porteurs de cet écrit

pour en traduire auprès de toi le sentiment,

afin que, laissant de côté regrets comme oublis,

tu vives intensément chaque moment de la vie."

______________________________

(Michel Thivent)

27/12/2010

Ce soir, je vous aide à voir la vie en rose car tout ce que j'écris sur mon blog n'est pas toujours rose... Mais c'est la vie, la vraie. Pluie de pétales de rose sur tous mes lecteurs.

1788958.jpgÀ mes chers lecteurs,

 

Depuis bientôt trois ans que je fais ce blog, je ne vous ai pas toujours gâtés en beauté de la vie et en joie.

Car je traite souvent de sujets graves et sérieux, de souffrances vécues par moi ou par d'autres,

des combats que je mène pour mes enfants et aussi sur d'autres plans

et des vies de bien des familles en crise ou tout simplement en pauvreté.Copie de 098.JPG

 

Pourtant, vous êtes toujours là et en chiffre croissant, puisque il y a quelques jours, vous avez été huit cent lecteurs en une seule journée. En général, vous êtes entre trois cent et quatre cent visiteurs par jour et cela m'encourage à poursuivre car selon les dires de certains, j'aide beaucoup de personnes à trouver le courage et la force de poursuivre et de se battre.

 

C'est le but de ce blog et aussi de résister à l'indifférence et à l'injustice.

Ainsi que d'écrire sans langue de bois et avec franchise.

 

k0751865.jpgAussi pour vous remercier de votre fidélité, je vous offre ces quelques phrases et propositions choisies pour vous parmi les 512 propositions de Dominique Glocheux proposées dans son livre : "La vie en rose, mode d'emploi".

 

J'aime beaucoup cet ouvrage et je me suis amusée à choisir pour vous celles qui me parlaient le plus, en choisissant aussi quelques photos accompagnant les textes, que j'ai prélevées sur le site Fotosearch, comme à mon habitude.... photos libres de droits.k1422569.jpg

 

Bonne ballade donc et à demain pour le prochain article !

 

k2894681.jpgChloé LAROCHE

________________________________________________________________________________________

 

Tirés de "LA VIE EN ROSE, mode d'emploi" de Dominique GLOCHEUX :u14818407.jpgk0342529.jpg

 

200. "Ne râtez pas une occasion de déjeuner sur l'herbe."u13841053.jpg

242. "Prenez l'habitude de ramener des fleurs chez vous, au moins une fois par semaine."

255. "Si vous deviez mourir d'ici demain, que feriez-vous de vos derniers instants ?

Faites-le dans les 48 heures."

283. "Apprenez à dire "je t'aime" en italien, hébreu, grec, japonais, arabe, chinois, russe, suédois, espagnol."

u27778063.jpg284. (Ti amo, Ani ohev otar, S'Agapo, Ai shite imassu, Bahibak, Wo ai nei, Ya liubliu tiebia, Jag alskar dig, Te quiero.)

442. "Ouvrez vos armoires, triez, rangez, et donnez à des oeuvres humanitaires, tout ce que vous n'avez pas porté ou utilisé depuis deux ans."

474. "Offrez un exemplaire de ce livre, avec votre dédicace, à tous les êtres qui vous sont chers."

475. "Organisez une soirée chez vous. Sans raison spéciale. Mais officiellement, trouvez-en une."41SLZfMLbpL._SL500_AA300_.jpg

134. "Visitez des lieux historiques."

27. "Au volant, laissez les piétons traverser tranquillement."

26. "Emmenez votre amour contempler le cosmos qui disparait, juste une heure avant l'aube. Magique."

243. "Emmenez votre amour en pique-nique. En bord de mer ou de rivière. En haut d'un phare ou dans la neige."

221. "Cherchez à être le plus souvent possible avec la bonne personne, au bon endroit, au bon moment."

217. "Achetez beaucoup plus de légumes et de fruits."

22. "Ne gagnez pas du temps. Utilisez-le à fond."k1960764.jpg

206. "Apprenez trois tours de magie."

257. "Lisez des histoires aux enfants."k0151316.jpg

274. "Montez une fois à dos de chameau ou d'éléphant."

291. "Soyez votre meilleur ami."

300. "Enfilez le tee-shirt porté par votre amour."

302. "Dégustez un délicieux vin chaud à la cannelle, quand la neige tombe."

305. "Créez une fête annuelle à date fixe, pour réunir tous vos amis. Exemple : le dernier dimanche de janvier."juf01008.jpgk0138689.jpgk0048670.jpgk0561902.jpg

 

 

 

 

 

Moi, j'inviterai tous mes amis le dernier dimanche de juin à L'AUBERGE DU CHARMANT SOM afin de monter à la Croix du Charmant Som à 14 h 30 pour un super concert à la Croix avec mon violon.

Copie de 098.JPGHEUREUSES FÊTES DE FIN D'ANNÉE À TOUS !

CHLOÉ

 

1832227.jpgk2588891.jpgk0617198.jpg

17/12/2010

Il était une fois une petite fille enfermée par son père dans une tour. Elle ne s’appelait pas Raiponce mais lui ressemblait beaucoup.

15445-68MV.jpgJe vais vous raconter l’histoire vraie d’un conte de fée.

 

Il était une fois une petite fille enfermée par son père dans une tour. Elle ne s’appelait pas Raiponce mais lui ressemblait beaucoup. C'était moi.Unknown-1.jpeg

 

Elle ne pouvait aller dans le monde sans qu’elle entende des paroles blessantes de son père sur le monde extérieur.

 

Et il l'empêchait de créer des liens, la gardant à la maison et ne lui permettant pas d'aller à l'école.

 

gs325069.jpgIl lui faisait vivre un autre monde, un monde créé de ses propres rêves, de sa folie, de ses propres blessures. Il disait qu'ils devaient faire revivre une race perdue comptant sur leur présence ici-bas pour recréer un nouveau monde écartant celui qui était présent.

 

Mais la petite fille avait dans le coeur l’amour des autres et plein de fenêtres dans son être profond ouvertes sur les autres hommes, les autres femmes et les enfants.k2230670.jpg

 

Et c’est cela qui l’aida à tenir et à s’échapper un jour de sa tour.

 

Mais elle garda dans son coeur les traces de coups et les insultes d’un père qui ne respectaient pas la pureté et l’innocence de ses enfants, voulant noircir leur âme et leur inculquer la haine d’autrui. Elle garda dans son coeur à jamais indélébiles les pleurs et les cris de son frère, à jamais les sourires perdus d'une enfance meurtrie.

 

k2308981.jpgSon père ressemblait à cette mère abusive ayant volé la princesse Raiponce à ses parents. Cette mère tentait à chaque fois qu’elle voyait sa fille de la maintenir sous son joug et de faire en sorte de lui faire perdre toute confiance en elle. Mais la jeune fille était bien plus forte et puisait cette force dans sa propre âme, reconnaissant en secret la beauté du monde et cette liberté qu’elle retrouva un jour et qui ornait son être tout entier.

 

Notre jeune fille, à l'âge de dix-huit ans, regarda le monde en face et se construisit un chemin où la peur n’était plus de mise et où elle devint la reine de son propre destin, oubliant toute la culpabilité d’un père qui disait mourir si elle ne l'alimentait pas de sa présence et de l’offrande de sa vie à sa mission erronée.

bxp51183.jpg
La jeune fille devint femme et dut se libérer de l’image de ce père pour trouver son prince mais elle resta enfermée dans l’amour de ce père et dans cette tour dont il fallait qu’elle se libère. Tour invisible qui lui faisait toujours rencontrer des enfermeurs de liberté et des destructeurs de sa propre confiance.k0200760.jpg

 

Elle dut faire un gros travail pour se libérer de cette tour et de son passé afin de rencontrer une personne qui ne serait plus un geôlier.

 

k0006555.jpg

 

 

009021.jpgUn jour, bien plus tard, elle rencontra un homme enfermé lui-même dans une tour depuis des années. Alors elle renversa les rôles et se fit prince pour aller voir sa princesse et lui rendre visite le plus souvent possible.

 

Elle s’émut de cet homme qui avait eu les mêmes souffrances qu’elle et qui n’avait pu de toute sa vie sortir de sa tour, enfermé par sa mère par mille sortilèges l’empêchant d’être libre.Unknown-2.jpeg

 

Il l’attendait à sa fenêtre et était heureux de la retrouver. Elle était heureux de grimper jusqu’à chez lui mais lui n’arrivait pas à sortir de sa tour et à lui dire qu’un jour, il viendrait chez elle.

 

k0737017.jpgAlors il étouffait et comme il était un homme, il s’en voulait mais restait enfermé dans sa tour. La princesse étouffait aussi et ils se disputaient car le feu brûlait de deux enfances terribles qui avaient créé un couple insoluble.

 

raiponce-de-byron-howard-et-nathan-greno-10344923qxtfk.jpg

 

 

La princesse n’hésitait pas à aller chercher son prince jusque dans sa tour intérieure quand parfois il refusait son amour, leur amour, quand il disait que tout cela ne servait à rien.051006.jpgUnknown-6.jpeg

 

La jeune femme s’était tant battue dans sa vie pour acquérir sa liberté et pour briser la tour infernale où son père l’avait placée... qu’elle avait toujours la force de revenir même quand son prince la décevait ou ne voulait plus de ses baisers, dans les moments de refus extrêmes de la vie qu'il traversait.

 

C0028194.jpgElle comprenait que lorsque l’enfant a été brutalisé, battu, privé, humilié... l’homme qui grandit garde des séquelles à vie. Elle-même avait vécu les mêmes choses, parfois on lui avait tapé la tête contre les murs, parfois on l’avait privée de manger, parfois on l’avait humiliée à en mourir... mais elle avait pu s’enfuir un jour, à la force de son étoile.

 

Et elle était là, au pied de cette tour d’un homme qui ne voyait plus son étoile et qui même parfois ne voyait plus l’énergie de cette femme qui grimpait le voir et qui l’aimait.

 

Jusqu’au jour où elle eut un accident de parcours et elle ne put venir le voir.

Il ne reçut donc plus jamais de visites.

Elle pensait peut-être le voir mais elle ne vit jamais personne venir.u16966675.jpg

 

Car les tours sont telles que les êtres sont prisonniers de leur passé.

 

Et l’homme resta seul jusqu’au jour où soudain il se dit que le monde

pouvait être plus beau que les nuages intérieurs, se demandant aussi si sa belle était encore vivante.

 

bxp63152.jpgIl arriva à la retrouver et à lui montrer que son enfant intérieur était guéri et qu’il s’était libéré de l’emprise d’une mauvaise sorcière qui l’avait ensorcelé par sa haine du monde et par la peur de tout : sa propre mère.

 

Ils s’aimèrent de nouveau et la jeune femme n’eut plus jamais de tour à grimper ni de bisous à mendier à son chéri.k0873873.jpg

 

Chloé LAROCHEpr77000.jpg

 

 

Les photos choisies par l'auteur pour son article proviennent du site http://www.fotosearch.fr avec des photos libres de droits (Banque de Photographies et de Séquences Vidéos Libres de Droits Images). Sauf les six dessins du film Raiponce qui proviennent du film lui-même des productions © Walt Disney Studios Motion PicturesUnknown-5.jpeg France.Unknown-4.jpeg

12/03/2010

J'écris en hommage au policier dans le coma, attaqué avec des pierres au cours d'un contrôle routier à Épernay, dans la Marne.

"Après avoir été victime d'un jet de pierre lors d'un contrôle routier à Epernay (Marne), un policier est toujours plongé dans un coma artificiel. Agé de 50 ans, ce gradé a fait plusieurs malaises avant d'être hospitalisé. Atteint d'un traumatisme crânien, il a été plongé dans un coma artificiel, son état s'étant brusquement dégradé ces dernières heures."

Le 10 Mars 2010.policier,police,violence,silence,coma,vie,mort,brutalité,contrôle routier,poème,taire,ange,combat,actualité,peur,métier difficile,révolte,injustice,deuil,tristesse,hommage,attaque,justice,suicide,malaise,vocation,sacrifice,pensées,famille,force de l'ordre,autorité,droitimages5T7MzN.jpeg

______________________________________________________________________________________________________________________

 

imagesynCaaS.jpeg________________ J'ÉCRIS POUR CE POLICIER CAR IL NE PEUT PLUS S'EXPRIMER.

IL FAISAIT SON TRAVAIL ET IL A PAYÉ DE SA SANTÉ POUR DES P'TITS CONS QUI NE SAVENT PAS QUOI FAIRE DE LA LEUR.

J'AI ÉCRIT CE POÈME POUR QU'IL REVIENNE À LA VIE, AFIN QU'IL POURSUIVE SON CHEMIN.

CAR LES MOTS ONT LA MAGIE DES RÊVES ET LA FORCE DE LA VIE.

___________________________________________________________________________________________________

 

  policier,police,violence,silence,coma,vie,mort,brutalité,contrôle routier,poème,taire,ange,combat,actualité,peur,métier difficile,révolte,injustice,deuil,tristesse,hommage,attaque,justice,suicide,malaise,vocation,sacrifice,pensées,famille,force de l'ordre,autorité,droitPris pour cible _______________


Quand je me terre
Loin de mes congénères
Le silence arrive comme loup
Et j'écoute le bruit des houxdefault5ZtQXq.jpeg

Quand je me tais
Le coeur secret
Que je n'ai rien à dire
C'est qu'il n'y a plus à sourire


imagesVeovZN.jpeg

Alors je déchire les cordes
Des violons muets en hordes
Et ils jouent à nouveau
Des symphonies sur l'eau


Puis je prends ma pirogue
Et j'écoute le long bug
Celui du monde qui gémit
À force de retenir ses cris

policier,police,violence,silence,coma,vie,mort,brutalité,contrôle routier,poème,taire,ange,combat,actualité,peur,métier difficile,révolte,injustice,deuil,tristesse,hommage,attaque,justice,suicide,malaise,vocation,sacrifice,pensées,famille,force de l'ordre,autorité,droit


Finalement je reviens
À la vie qui jamais ne s'éteint
Avec des envies d'échanges
De mots d'anges....

imagesd4eZ45.jpeg


Dits par ceux qui ne se taisent pas
Car se taire, c'est replier ses ailes


Mais j'ai été pris pour cible

Policier innocent au cielpolicier,police,violence,silence,coma,vie,mort,brutalité,contrôle routier,poème,taire,ange,combat,actualité,peur,métier difficile,révolte,injustice,deuil,tristesse,hommage,attaque,justice,suicide,malaise,vocation,sacrifice,pensées,famille,force de l'ordre,autorité,droit


Reviendrai-je du coma vivant

Dans lequel mon destin m'a plongé impuissant

Par la faute d'une arme de haine et d'horreur

Utilisée par des êtres humains sans coeur.


Chloé Laroche___________policier,police,violence,silence,coma,vie,mort,brutalité,contrôle routier,poème,taire,ange,combat,actualité,peur,métier difficile,révolte,injustice,deuil,tristesse,hommage,attaque,justice,suicide,malaise,vocation,sacrifice,pensées,famille,force de l'ordre,autorité,droit
policier,police,violence,silence,coma,vie,mort,brutalité,contrôle routier,poème,taire,ange,combat,actualité,peur,métier difficile,révolte,injustice,deuil,tristesse,hommage,attaque,justice,suicide,malaise,vocation,sacrifice,pensées,famille,force de l'ordre,autorité,droit

 



Je vous annonce que ce policier est sorti du coma depuis et qu'il est vivant. ________________________________________________________________

images1Tqk5h.jpegCOMMENTAIRES de nombreux policiers :

 

Madame,
Au nom du "blog de police", un groupe de discussion sur la réalité du métier des forces de l'ordre sur Facebook, qui regroupe près de 5000 policiers :
Merci de ce très beau texte.
Tout simplement.

Ecrit par : Marc Louboutin | 12.03.2010

________________________________________________________________

Merci pour lui, très beau poème et qui réchauffe le coeur de voir que des gens nous apportent leur soutien...

Ecrit par : Sébastien GRELLET | 12.03.2010

________________________________________________________________imagesQsfzFb.jpeg

Merci infiniment pour ce très beau texte, puisse-t-il un jour le lire lui-même !
Merci pour tout.

Ecrit par : Laëtitia BOULEAU | 12.03.2010
________________________________________________________________


Merci à toi pour ce texte magnifique.

Claude

Ecrit par : sousbrigadier | 12.03.2010

________________________________

 

RÉPONSE DE CHLOÉ LAROCHE :

imagesRZbykc.jpeg

Merci à tous les policiers qui m'ont envoyé plein de messages de remerciements pour mon texte. Le métier de policier est loin d'être facile et il ne faut pas oublier que les policiers rendent service à chacun de nous car ils sont très souvent dans l'aide aux autres plutôt que dans la répression... dans laquelle la population les imagine. Ils sont près de ceux qui subissent des violences, ils protègent les victimes et défendent les lois. Alors, que ce policier dans le coma ne soit pas mort du silence de ceux qui se taisent ou ont la haine.

Amicalement à tous, Chloé Laroche


12.03.2010

________________________________________________________________

Un grand MERCI pour le soutien moral que vous nous apportez.
Olivier, Gardien de la Paix (ou plutot de ce qu'il en reste...)

Ecrit par : SAKESYN Olivier | 12.03.2010
________________________________________________________________images9y27Vx.jpeg

Au nom de tous mes collègues, je tiens à vous remercier Madame de ce joli poème qui réchauffe le coeur et qui nous touche particulièrement

Ecrit par : BERTHAULT | 12.03.2010

________________________________________________________________

Merci pour ce joli texte, et merci pour votre soutien, policier et papa comme ce collègue, nous avons besoin du soutien des citoyens pour lutter contre cette délinquance de plus en plus violente à notre égard... En espérant que l'état de santé de notre frère d'arme se stabilise... Et que la justice soit rendue sans état d'âme avec ce type de voyou !!!

Ecrit par : benoît | 12.03.2010
________________________________________________________________

Belle écriture, un souffle d'espoir, un sourire .. sur un sujet si grave !
Merci à vous

Ecrit par : cat | 12.03.2010
imagesVM8sY0.jpeg________________________________________________________________


Merci beaucoup Madame, pour notre collègue. Si seulement plus de citoyens exemplaires comme vous êtes nous soutiendraient nous serions plus fort dans notre combat qui est avant tout d'assurer la sécurite de nos citoyens, merci encore.

Ecrit par : Tony perus | 12.03.2010

________________________________________________________________


Merci à toi, de penser à notre collégue, il en a besoin de cette chaleur humaine et de penser à nous par la même occasion. Je pense aussi à son épouse, ses enfants, ses parents. Et aux miens, si nous étions dans la même posture. J'aime ce métier, mais de plus en plus, je sens l'amertume me gagner face à cette bande d'incapables, incapables de gérer la sécurité de leurs "policiers", policiers qui leur font des tapis rouges lors de leur déplacement, alors que ceux-ci ne veulent pas voir " du bleu ". Vivement le changement! c'est vous civils, citoyens qui feront le changement en réagissant ainsi, en soutenant notre métier ingrat.
Merci Chloésf_n7z8427.jpg.

Ecrit par : ludo | 12.03.2010

________________________________________________________________

05/08/2009

"Tu t'es vu quand t'as bu ?"... Mon témoignage pour une jeune femme saoule retrouvée allongée par terre contre la fontaine de la Place Notre Dame hier soir à minuit, à Grenoble. Mon propos sur l'alcool et ses méfaits.

images-20.jpeg

Blog visité 64952 fois depuis avril 2008.

images.jpeg
Bonjour à tous et toutes,

 

images-2.jpegHier soir, je sortais d'une répétition de violon avec mon trio, au centre ville de Grenoble. Il était plus de minuit et je ne souhaitais pas m'attarder dans les rues désertes.

J'ai traversé la place Notre Dame où les cafés étaient encore ouverts avec une terrasse encore pleine de consommateurs.

Soudain, j'aperçois une forme allongée par terre, contre la fontaine de la place. Deux hommes s'affairaient près d'elle et semblaient ivres, bien plus qu'éméchés.images-9.jpegimages-6.jpeg

Il y avait à quelques pas une terrasse et personne ne bougeait pour porter secours à cette personne à terre.

Cela m'a beaucoup choquée et j'ai appelé le 112, pour avertir du danger de cette situation pour la personne à terre.

images-17.jpegLes pompiers m'ont demandé de me rapprocher de cette personne, en ayant entendu tout de même que j'étais seule et pas très rassurée. Je me suis approchée mais un des deux hommes m'a accueillie agressivement. J'ai dit que j'étais secouriste alors il s'est décalé et j'ai vu le visage d'une jeune femme, collé contre le sol, les yeux fermés. Elle était consciente mais vomissait et semblait vraiment mal.

Les pompiers m'ont passé le Samu et j'ai attendu un moment d'avoir un médecin en ligne. En attendant, le monsieur est devenu plus agressif envers moi, disant à la jeune femme que j'étais là et qu'on allait sûrement l'emmener aux Urgences. Alors elle a réagi et a montré à travers ses paroles une peur d'avoir "des ennuis". Elle s'est mise à grommeler agressivement. Elle a encore vomi et puis s'est levée difficilement et s'est appuyée sur l'homme pour partir de cet endroit. Le médecin m'a alors demandé de rentrer chez moi.images-12.jpeg

images-4.jpegEntre temps, personne n'a bougé. Je regardais les gens assis et indifférents.

Je suis rentrée avec mon violon et mes partitions, dans la rue de la Paix.

filles058p.jpgJe voudrais dire à cette jeune femme qu'elle s'est mise en danger hier soir et que chaque année en France 45 000 personnes meurent à cause de l'alcool.

Je voudrais que cette jeune femme entende cette phrase résonner : "Tu t'es vue quand t'as bu ??!" Je voudrais qu'elle ait conscience que des femmes sont violées à cause de l'alcool, que des femmes se mettent à faire des choses qu'elles regrettent ensuite, que des sites sont créés sur internet avec des photos de femmes saoules et que cela fait partie de certains fantasmes de pervers, que certains hommes aiment saouler les femmes pour les dés-inhiber et leur faire faire ce qu'ils veulent. Ensuite, les photos circulent en privé ou sur la toile.

images-3.jpegCe que je souhaite ajouter aussi est que les secours d'urgence ont bien changé, faute de moyens et d'effectifs. Un homme ayant travaillé au Samu dans les années soixante-dix m'a dit que dans un cas comme celui-ci, ils seraient venus tout de suite. Il a ajouté qu'ils n'ont pas eu conscience des risques qu'ils m'ont fait prendre. Au final, on ne sait pas ce qu'est devenu cette jeune femme et si elle est bien rentrée chez elle. Elle aurait été mieux aux Urgences. Mais les urgences d'aujourd'hui sont les urgences vitales, pas les autres.images-13.jpeg

Chloé LAROCHE

 

 

______________________ Informations sur l'alcool et ses dangers (extrait du site http://www.retourvital.com) :

 

Des seuils de dangerosité méconnusimages-11.jpeg

"Contrairement à ce que beaucoup de Français croient, il n'est pas nécessaire d'être physiquement dépendant de l'alcool ni de se « saouler » pour décéder d'un cancer ou d'une autre maladie causée par l'alcool. En effet, les seuils de dangerosité pour la santé de la consommation d'alcool déterminés par l'OMS sont de :

-deux verres par jour pour les femmes

-trois verres par jour pour les hommes

-quatre verres en cas de consommation occasionnelle

Au-delà de ses seuils, la consommation d'alcool devient rapidement dangereuse pour la santé, causant entre autres de nombreux cancers, maladies digestives et problèmes cardiaques. D'autre part, dans les cas suivants, toute boisson alcoolisée représente un risque :

  • pendant la grossesse et l'allaitement (en France, environ 1 000 cas de syndrome d'alcoolisme fœtal par an, qui se traduit par de nombreuses malformations pour l'enfant)images-21.jpeg
  • pour les enfants
  • quand on conduit un véhicule
  • pour les opérateurs de machines dans l'industrie
  • quand on exerce un travail qui nécessite de la vigilance
  • quand on prend certains médicaments
  • pour certaines maladies chroniques ou aiguës (hépatite virale, pancréatite, épilepsie…)

En France, les hommes qui consomment de l'alcool en consomment en moyenne 2,9 verres par jour, les femmes 1,7. Le nombre de buveurs qui dépassent les seuils de dangerosité représente 14 % des adultes pour les hommes, 4 % pour les femmes, soit au total 4,5 millions de personnes.

45 000 morts par an et 4,5 millions de Français en danger

La consommation d'alcool représente un risque majeur, en particulier pour les nombreux Français qui croient que le seuil de danger est plus élevé ou sous-estiment leur consommation. En effet, l'alcool est responsable d'environ 45 000 morts chaque année en France (soit 8 % de tous les décès) : 38 000 chez les hommes et 7 000 chez les femmes. En moyenne, l'alcool est à l'origine d'un décès sur 7 chez les hommes, contre 1 sur 33 chez les femmes.

La perte d'espérance de vie en cas de consommation excessive d'alcool est estimée à 1,2 ans. En mars 2000, un rapport publié dans « la documentation Française » estimait que la répartition des décès dus à l'alcool en France était la suivante :

Type de décès Total Hommes Femmes
Cancers* 16 000 14 000 2 000
Maladies digestives** 8 200 6 000 2 200
Maladies cardio-vasculaires 7 600 7 000 600
Accidents*** 7 100 6 000 1 100
Troubles mentaux 2 500 2 000 500
Maladies respiratoires 1 100 1 000 100
Autres 2 500 2 000 500
Total : 45 000 38 000 7 000

* lèvres, bouche, pharynx, œsophage, larynx

** dont cirrhoses du foie

*** de la route, du travail, domestiques, suicides

 

images-16.jpegLes risques de cirrhose du foie et d'accident sont bien connus de la majorité des Français, mais il n'en est pas de même des risques de cancers et de maladies cardio-vasculaires.

Pour ce qui est des maladies cardio-vasculaires, autant certaines études semblent montrer qu'une consommation modérée (un verre par jour par exemple) diminue les risques cardio-vasculaires, autant une consommation de plus de trois verres les augmente rapidement.

L'excès d'alcool crée également des carences en vitamines, ce qui diminue la résistance aux maladies.

L'association alcool – tabac est un facteur d'aggravation du risque, qui devient alors supérieur à la somme des risques de l'alcool et du tabac pris séparément.

Des conséquences sociales graves

La consommation trop importante d'alcool a également un effet destructeur pour la société, pour la minorité de buveurs excessifs qui deviennent dépendants et ne contrôlent plus leur consommation.

L'alcool est en effet responsable de nombreuses violences contre soi-même (suicides ou tentatives de suicides) et contre les autres (conjoints et enfants battus)."

_____________________________________________________________________________________________________________________

 

____________________________________boutaddurl.gif Le blog de Chloé LAROCHE est référencé sur internet par Actulab :

<a href="http://www.actulab.com/referencer-un-site.php" target="_blank" title="gratuit et sans contrepartie...">Référencement instantané</a>

 

25/06/2008

Le silence est entré dans mon ambulance. Mon hommage aux ambulanciers. Hommage aux patients. Attente d'un traitement. Attente de l'ambulancier après l'attente chez le médecin ou à l'hôpital.

(Extrait de mon livre paru en décembre 2003 : "Transports d'âmes et d'hommes", aux éditions L'Âme du Ciel sous l'ISBN -2-9516004-2-9).



LE SILENCE ET L'ATTENTE________________ambulancier,taxi,maladie,écoute,cancer,accompagnement,mère teresa



Le silence est entré dans la voiture que je conduis. Une Astra blanche avec la croix bleue des ambulanciers sur le capot.

Ma patiente est assise à côté de moi.

Quelques mots ont été échangés. Et puis le silence a gagné. Non pas lourd mais consenti, de part et d’autre. Lourd de sens, oui, car la maladie est là, présente. Le cancer mine ma patiente depuis des années. Sans rémission.

Elle m’a soudain reparlé.
Et puis le silence est revenu, comme la neige qui se dégage doucement devant nous, sur la route.

Je rencontre ce silence tous les jours, à travers les patients que je prends en charge. Silence de neige, silence de patience, silence d’attente...
L’attente d’arriver à destination, l’attente dans les embouteillages, l’attente dans les salles d’attente pour rencontrer le médecin, l’attente de l’ambulancier qui emmène et ramène, l’attente d’un avenir meilleur, l’attente d’une santé disparue, l’attente d’un traitement en salle de chimiothérapie...

Dans toute cette attente, les patients ont besoin de sérénité et de calme. Ils ont besoin que nous les transportions avec beaucoup de tact et de respect.

Chloé Laroche


________________ Mon hommage

aux ambulanciers du monde :ambulancier,taxi,maladie,écoute,cancer,accompagnement,mère teresa



Le métier d’ambulancier est une profession où les anges gardiens ne chôment jamais dans l’ensemble du monde entier.

Je lisais tout à l’heure le témoignage d’une femme : Marta Gray, dans “La couleur du silence” de Yves Eurieult (éditions Ramuel), qui a travaillé aux côtés de Mère Teresa à Calcutta en Inde.

Elle racontait l’horreur qu’elle a vécu là-bas, les corps vivants dévorés par les vers, les enfants de neuf mois qui avaient la taille d’un foetus à terme, les malades infectés que leur amenaient les ambulanciers pour qu’ils meurent dignement dans le centre de la Sainte femme.

Je pense aux ambulanciers de ce pays, à ceux de Palestine et d’Israël, à ceux d’Algérie et de la Tchétchénie...

Je pense aux quarante-quatre ambulances qui ont été réquisitionnées le soir où la boîte de nuit de Saint Laurent du Pont a été détruite par un incendie dramatique... Ces professionnels du transport médical sont allés chercher les corps des victimes, de tous ces jeunes isérois, morts dans la fête d’une dernière nuit.

Ils ont fait la navette pendant des heures entre le lieu du drame et le gymnase pour que les dépouilles soient dignement rendues à leur famille.

Le métier d’ambulancier ressemble à celui de passeur des âmes et des corps... Il est un accompagnateur dans le passage entre la vie et la mort, soit dans un sens soit dans l’autre.

La plupart du temps, il n’y a heureusement que la vie et l’espoir.

Mais dans bien des cas, de par le monde, l’ambulancier se bat pour donner à la Vie une chance : il se bat pour que la Mort n’arrive pas pendant le passage du transport... afin que le malade soit soigné à l’arrivée, sur le lieu béni où les médecins exercent.


Chloé Laroche

___________________________


Pour lire tous mes articles concernant le métier d'ambulancier

et de taxi médicalisé, consulter :

https://sosmaman.20minutes-blogs.fr/ne-tirez-pas-sur-l-ambulance/


Le mandala de larmes vient du site : 

http://koah.over-blog.com/30-categorie-10168075.html

24/06/2008

Trois destins rencontrés en ambulance. De la vie au désespoir. Du combat désespéré à la lutte finale contre la maladie, la solitude et la mort.

(Extrait de mon livre paru en décembre 2003 : "Transports d'âmes et d'hommes", aux éditions L'Âme du Ciel sous l'ISBN -2-9516004-2-9).



TROIS RENCONTRES

BOULEVERSANTES_____________maladie,handicap,ambulancier,écoute,suicide,cancer,tragédie,ambulance,accompagenement,route,conducteur,rencontre,voyage,soeur emmanuelle,témoignage,isère,espoir,courage




Trois rencontres m’ont bouleversée durant cette journée de travail en ambulance.

Trois destins aux multiples souffrances.

D’abord, je vais chercher un homme handicapé, chez lui. Il est en fauteuil roulant. Arrivés à l’ambulance, je l’aide à l’asseoir dans le véhicule. Je plie son fauteuil et le soulève pour le ranger à l’arrière du véhicule.

La dernière fois que je l’ai vu, au cours d’un précédent transport, il devait partir en voyage au Brésil. Je lui demande alors comment cela s’est passé.
-Qu’est-ce qui vous a plu le plus là-bas ?
-Le Christ, m’a-t-il répondu !
-Le Christ ?
-Oui, et j’ai eu la chance de le voir de près en hélicoptère. Il fait trente mètres de haut...
-C’est le Christ qui surplombe la baie de Rio de Janeiro ! Il a les bras tendus, ouverts sur le monde. C’est si beau de représenter Jésus ainsi, lui ai-je dit.
-C’est vrai ! C’est magnifique !
-Vous étiez seul là-bas ?
-Non, nous étions neuf à partir, neuf membres de ma famille, à cause d’événements douloureux. Ma soeur venait de perdre son fils et son mari ... et nous avons perdu notre mère aussi.... Pour Noël, nous avons préféré partir le plus loin possible...”.

Ils ont mis un océan entre leurs morts perdus et leurs vies présentes... Océan de larmes, océan d’espoir face aux drames vécus.

J’ai ressenti beaucoup de douceur de la part de cet homme pour sa soeur. Il m’a parlé d’elle et de sa force, de ses blessures gravées dans la chair, de sa volonté de s’en sortir par elle-même. Survivance éperdue d’une mère orpheline et d’une veuve solitaire.

Et puis, plus tard dans la journée, je suis allée chercher une dame.

Elle m’a ouvert son coeur spontanément.
Nous roulions dans la neige.

Cette patiente m’a parlé de sa vie de veuve, de ses cancers successifs, de son mari suicidé, de tous les suicides qui s’accumulaient au sein de la famille. Elle m’a parlé de ses enfants, de ses peurs pour eux, de son angoisse de la pulsion de suicide “peut-être héréditaire”, de son combat pour la vie, de la flamme de son existence risquant de s’éteindre bientôt.

J’ai écouté cette dame tout au long du parcours. Je l’ai regardée avec admiration et respect. Elle n’avait à vivre, selon les médecins, que quelques mois. Je l’ai déposée à la Clinique tout en lui laissant quelques mots d’espoir et la chaleur d’une présence à ses côtés, présence fugace mais intense.

Et puis ce soir, j’ai transporté un homme de quarante ans, sortant régulièrement de l’Hôpital Psychiatrique afin de poursuivre une rééducation de la parole. Ce patient a une maladie qui s’est développée tardivement, maladie que sa mère lui a transmise.

Étant enfant, il a vu sa maman enfermée derrière des barreaux, ceux d’un asile. À la fin, on ne lui permettait plus de la voir. Aujourd’hui, il maîtrise difficilement ses mouvements et a beaucoup de mal à parler. Il se bat pour rééduquer sa parole et réapprendre à articuler.

Cet homme est le père de deux adolescents. “Je ne les vois pas souvent. Ils me manquent tellement !” me confie-t-il.

Cet homme travaillait autrefois. Il avait alors une vie normale, une famille. Aujourd’hui, il est enfermé dans ce pavillon psychiatrique.


Après la fin de mon travail, je suis rentrée chez moi avec les images de ces trois vies qui m’ont bouleversée... avec les mots de toutes ces vies que je croise.

Je pense aussi à cet homme dont j’ai parlé plus haut... que nous appellerons François et qui est rentré en chambre stérile depuis neuf jours.

Je suis allée le voir au tout début de son entrée à l’Hôpital. Je le lui avais promis. C’était son premier jour d’isolement. Je lui ai parlé à travers la vitre, avec le téléphone du couloir.

Il paraissait très ému de me voir. Je lui ai dit qu’il commençait un voyage et que je lui souhaitais bonne chance pour ces six semaines où il allait être enfermé, isolé dans cette pièce pour sa greffe de moelle.

Dans ses yeux, j’ai lu un grand espoir... La peur de ne pas survivre aussi. Mais l’espoir surtout. L’espoir de vivre grâce à cette greffe.

Ce soir, je pense aussi à Soeur Emmanuelle.
On l’a incitée à prendre congé des bidonvilles d’Égypte où elle a tant fait pour les plus pauvres. Elle vit maintenant dans le Sud de la France.

Je l’ai entendue parler sur l’origine de son engagement :
-Je ne voulais pas vivoter mais vivre pleinement. Tout donner et partager. Aujourd’hui, je peux partir en paix. Je sais qu’après moi, d’autres continueront. L’important, c’est d’ajouter sa goutte à l’océan d’amour. Il est important que chacun le fasse dans sa vie. Chaque goutte est importante.”

J'ai fait ces trois rencontres durant la semaine de prévention du suicide. Je pense très fort à toutes les familles qui ont perdu un proche par cette fin terrible. Chacun de nous est unique, unique à jamais. Chaque existence est une goutte de vie unique.

 

Chloé LAROCHE

 

 

La photo de fleur provient de ce lien :

http://www.gogoall.net/fonds/nature/f/fleurs/fleur_16.jpg

 

POUR LIRE TOUS MES ARTICLES

SUR LE MÉTIER D'AMBULANCIER, MON MÉTIER :

https://sosmaman.20minutes-blogs.fr/ne-tirez-pas-sur-l-ambulance/









12/06/2008

Flashs-back de mon métier d'ambulancière. Vie et mort. Maladie et courage. Solitude et isolement. Regard sur un métier merveilleux mais peu reconnu.

(Extrait de mon livre paru en décembre 2003 : "Transports d'âmes et d'hommes", aux éditions L'Âme du Ciel sous l'ISBN -2-9516004-2-9).



CHRONIQUES
D'UNE AMBULANCIÈRE________________ _________________ _________________ solitude,isolement,handicap,ambulance,deuil,anévrisme,ambulancier,dépression,suicide,écoute,métier,isère,taxi,vsl,musique,moto,accident moto,paraplégique,vie,combat,maladie,rééducation,courage,résilience,urgence,femme enceinte,perte sang,bébé,enfant,prise en charge,médical,médecin,hôpital,témoignage,vérité,blog,livre internet,édition,éditeur,vivant,avenir,espoir,tragédie,drame,perte,amputation,hospitalisation,peur





Ce qui me frappe le plus, ce sont la solitude et l’isolement de certains patients.

Un soir, nous avons été appelés en urgence avec mon coéquipier pour une dame qui faisait une hémorragie vaginale. Elle était assise par terre dans sa cuisine. Il y avait du sang près d’elle. Du sang qui s’était écoulé violemment de ses entrailles. Son bébé de quelques mois était posé près d’elle, impuissant et démuni face à la souffrance de sa mère.

Nous les avons emmenés tous les deux à l’Hôpital. Le père était, selon cette maman, incapable de s’occuper de l’enfant. Nous avons donc confié ce dernier au service de pédiatrie. La jeune mère n’avait plus d’amis, son mari n’étant pas pour qu’elle en ait et plutôt contre... Un mari en situation irrégulière, un mari à protéger dans la solitude d’une vie captive de l’amour.

Nous avons confié cette jeune personne aux Urgences gynécologiques et lui avons laissé en quittant le service quelques mots rassurants pour elle et son bébé.



Je me souviens aussi de cette jeune femme africaine, transportée il y a quelques semaines. Nous l’avons sortie d’un hôpital pour l’emmener dans un autre. Durant le voyage, j’étais à l’arrière de l’ambulance, auprès d’elle, et je l’ai écoutée. Elle était belle, sauvage et écorchée vive dans l’âme.

-J’ai fait une connerie”, m’a-t-elle dit. Ce qui voulait dire en d’autres termes qu’elle venait de faire une tentative de suicide.

Elle vivait dans une totale solitude. Une solitude d’isolement qui sentait la blessure du racisme. Elle pleurait son pays et ne se sentait en aucune façon intégrée dans sa petite ville de province. Elle m’a parlé de ce racisme vécu au quotidien, dans le travail et dans la rue. Pourquoi elle, si jeune et si belle. La couleur de sa peau envahissait tant le coeur des gens qu’ils ne voyaient plus cet être humain en face d’eux ? Je lui ai parlé de la communauté africaine implantée à cinquante kilomètres, dans la grande ville voisine. Pour tisser des liens. Refaire surface avec son identité culturelle. Mais elle n’avait malheureusement pas de voiture.

La dépression n’a pas de couleur et le désespoir peut hélas tomber sur chacun des habitant de la Terre, par-delà toute frontière et sous n’importe quelle latitude. Relever la tête et se battre, ne pas se laisser abattre, est le don du courage laissé à chacun de nous, que nous soyons noirs ou blancs, jaunes ou rouges.

Nous avons laissé cette jeune femme dans sa nouvelle chambre hospitalière. Elle allait pouvoir se reposer. Mais je savais en la quittant qu’un sourire était né dans son coeur, une étincelle d’espoir, une lueur allumée par notre échange.



Un après-midi, nous sommes allés dans un centre d’accueil spécialisé pour chercher une dame et l’emmener passer un scanner.

C’était une femme jeune, au visage d’ange. Elle était prostrée, paralysée ainsi depuis plus de dix ans.
-C’est une rupture d’anévrisme qui l’a frappée d’un seul coup. Elle était dynamique, pleine d’énergie, de projets et maman d’un petit garçon. Elle a eu un jour très mal à la tête et soudainement elle a disparu dans ce gouffre de la maladie.”

C’était sa soeur qui se confiait ainsi à moi...
-Notre vie dans la famille n’a plus jamais été celle d’avant.”
Elle sortit fébrilement des photos de son sac.
-Tenez, ce sont des photos de ma soeur. Regardez comme elle était belle et épanouie.”
J’ai regardé, très émue, ces photos d’une jeune femme de trente ans, heureuse de vivre. Je me suis dit en voyant ce qu’elle était devenue que la souffrance du Christ offerte sur la croix se poursuit inlassablement dans l’humanité martyre.

Cette crucifixion de la chair et de l’âme, cet écartèlement qui n’en finit plus au coeur de la vie, a commencé dans ma propre existence le jour où des hommes en noir ont cloué et fermé à jamais le cercueil de ma fille de trente mois. Pour continuer à vivre et pour exister pleinement, il faut apprendre à offrir sa souffrance pour qu’une transmutation s’accomplisse dans d’autres vies que la sienne. S’offrir comme un coeur ouvert et le donner aux Anges pour qu’ils le transplantent dans d’autres vies en détresse ou en perdition.

Un collègue m’a dit : “Tu vas t’essouffler. Tu verras, le métier d’ambulancier, c’est un métier de business. Il faut enchaîner les courses le plus vite possible, transporter les patients de façon rentable et puis savoir se préserver soi-même psychologiquement en gardant de la distance avec les personnes transportées. Un jour, tu te surprendras à regarder ta montre lors d’une urgence et à regretter que ce soit sur toi et ton collègue que ce transport est tombé... Un jour, tu te surprendras à penser que tel patient régulier qui sent tellement mauvais car tellement infecté... soit bientôt mort pour ne plus avoir à le transporter.”

”Jamais ! Tu m’entends !”, lui ai-je répondu. Non, cela jamais !

Faire ce métier dans un esprit de service, d’écoute, d’accueil et d’accompagnement du patient, donner un sourire, sourire sans compter, rassurer le malade, le laisser là où on devait le transporter et lui serrer les mains chaleureusement, l’écouter aussi, se taire lorsqu’il veut la paix... Voilà ce qui me motive.

La plupart des ambulanciers ont cet esprit de service. Ceux qui ne l’ont pas changent rapidement de métier ou alors ils se fabriquent une carapace à travers laquelle n’apparaissent plus que des gestes formels et standards.

Le collègue dont je parlais précédemment et qui veut me faire croire que je vais vite changer dans ma façon d’appréhender le métier... ce même collègue est un jeune homme qui sait faire rire les malades. Il sait leur donner de la joie avec son humour naturel. Il se tient proche du malade, scrutant son état de santé, et il est capable, au jugé de ses observations, de me demander de conduire plus rapidement, si c’est moi qui tiens les rênes de l’ambulance, afin que le malade souffre moins longtemps.

Un jour où nous travaillions ensemble, nous avons dû transporter une jeune femme qui venait de subir une césarienne. Il m’a avoué ensuite que cela lui faisait toujours quelque chose de transporter des personnes jeunes.

C’est pour cela que je crois en l’Humanité. C’est parce que même si un être humain dit qu’il se protège de la souffrance d’autrui, qu’il est détaché et éloigné de tous les maux de ses frères humains... il peut être aussi tout le contraire dans les actes concrets.




La Toussaint et le jour des Morts viennent de passer. Les fleurs ont réchauffé les tombes dans les cimetières.
J’ai travaillé durant ces deux jours en ambulance.

Nous sommes allés chercher un homme paraplégique pour le transférer d’un hôpital à un autre.

-Cela fait treize ans que j’ai eu cet accident de moto qui m’a coûté mes jambes, mais vous savez, me dit-il, j’ai plus appris de la vie depuis cet accident que dans mon existence d’avant.”

Cet homme prénommé Serge avait l’oeil vif et son sourire était empli d’enthousiasme envers la vie. Il était, me semblait-il, empli de dynamisme, de volonté et d’ardeur de connaître et d’apprendre. Il passa de notre brancard à son lit sans avoir besoin de notre aide, glissant ses jambes inertes à une rapidité impressionnante.

Dans l’ambulance, nous avons parlé de musique, de clavier, de Jean-Sébastien Bach. Je lui ai dit que j’étais violoniste et que je faisais aussi des concerts. Il m’a confié alors qu’il avait un rêve : apprendre le piano pour arriver à jouer un morceau, la Toccata de Bach.

Je me suis dit qu’être capable d’apprendre à jouer d’un instrument pour interpréter une seule partition, unique et magnifique, c’est comme un grand amour. On peut tout quitter pour lui. Pour une seule personne, une seule sur la Terre, on peut quitter son pays, ses amis, sa famille, aller au bout du monde pour rejoindre l’oasis de son coeur. Pour un seul être, on peut tout apprendre. On peut apprendre à naviguer, à voler dans les airs, à piloter sa vie... apprendre à aimer, muter pour aimer.



La veille de la Toussaint, nous avons emmené un homme âgé qui se trouvait dans une maison de retraite. Il était tombé et il y avait un risque de fracture du col du fémur. Nous l’avons placé dans un matelas coquille afin de lui éviter tout mouvement et pour qu’il ne souffre pas trop aussi pendant le transport vers les Urgences. Lorsque j’ai rempli ses papiers pour la prise en charge, comme nous le faisons pour chaque malade, j’ai remarqué qu’il y avait une note écrite sur la fiche de liaison : “Deux enfants DCD”... Décédés... Il avait perdu ses deux enfants adultes durant la même année !

Une vague de compassion a traversé mon âme et j’ai prié pour cet homme qui restait maintenant tout seul dans cette demeure de fin de vie, veuf et orphelin de ses deux enfants. Je lui ai parlé un peu pendant le transport. Je lui ai dit qu’il avait un beau prénom, celui d’un ange. Le prénom d’un homme qui a tout donné. D’autres auraient écrit... “qui a tout perdu”. Perdre, c’est vivre dans le vide et le néant. Donner, c’est transmuter ses souffrances et les offrir pour que le meilleur advienne.

J’ai compris dernièrement que je ne suis pas vraiment loin de ma fille défunte. La distance qui me sépare d’elle est infime dans le temps de l’infiniment grand de l’univers. Dans soixante-dix ans et peut-être avant, ma vie se terminera et alors je retrouverai Océana et toutes les personnes que j’ai aimées et qui sont parties. Lorsque je regarde le monde tourner et la vie danser autour de moi, je me dis sereinement que dans cent vingt ans, aucun être humain vivant aujourd’hui ne sera plus. Le bébé qui naît aujourd’hui, la femme mère de cinq enfants, le chef de famille qui pense gouverner les siens, le collégien qui apprend, le salarié qui trime... tous seront morts. Et d’autres humains auront pris la relève d’une nouvelle humanité.

C’est pour cela que l’important, c’est de vivre sa vie pleinement, de manière à l’enrichir, à la fleurir, à lui donner les ailes de l’Amour.

Laisser tomber le superflu, le “je m’en foutisme”, l’égoïsme, les regrets où l’on se noie, la nostalgie qui freine la vie, les querelles inutiles, les conflits imbéciles... encore que parfois ces derniers soient nécessaires... et vivre le temps qui nous reste avec tous ceux qui demeurent encore vivants.


solitude,isolement,handicap,ambulance,deuil,anévrisme,ambulancier,dépression,suicide,écoute,métier,isère,taxi,vsl,musique,moto,accident moto,paraplégique,vie,combat,maladie,rééducation,courage,résilience,urgence,femme enceinte,perte sang,bébé,enfant,prise en charge,médical,médecin,hôpital,témoignage,vérité,blog,livre internet,édition,éditeur,vivant,avenir,espoir,tragédie,drame,perte,amputation,hospitalisation,peurChloé Laroche

(Fragments de mon ouvrage paru en 2003,

mais épuisé à ce jour : "Transports d'âmes et d'hommes").


POUR LIRE TOUS MES ARTICLES

SUR LE MÉTIER D'AMBULANCIER, MON MÉTIER :

https://sosmaman.20minutes-blogs.fr/ne-tirez-pas-sur-l-ambulance/

18/05/2008

Ultime adieu au père de mon fils, mort sur la table d'opération. Il était ambulancier comme moi.

Au père de mon fils...
deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin





Tu es parti si vite, trop vite. Trop vite aussi de ma vie, de notre vie, il y a deux ans et demi. Tu es décédé brutalement ce lundi, d'un cancer au poumon... Parti sur une table d'opération qui était un espoir, mais qui a été ton dernier voyage. Nous nous étions rencontrés samedi dernier pour notre fils. Tu étais debout, bien vivant. Nous avons parlé. Je suis restée chez toi un moment. Il y avait ton amie, que je respecte. Tu avais perdu tous tes cheveux ; tu avais maigri à cause de la chimiothérapie. Tu étais heureux de voir notre fils qui a trois ans. Vous êtes allés au parc ensemble et puis le soir, je suis revenue. Nous avons encore parlé.

deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelinAvant que nous ne quittions ton foyer, tu as mis soudain une cassette vidéo, sans rien dire. C'était l'histoire de Moïse, avec l'histoire imagée de la création du Monde. Je suis restée avec notre fils, à regarder avec toi ces images de mers, d'océans, de volcans, d'univers... et j'ai pensé : "Ne me dis pas que tu vas rejoindre si vite la Création...". Je pensais à toi, à ton air grave, à ce côté médium que tu avais, à ce don de clairvoyance et de persuasion que j'ai connu en toi. Tu étais un poète, très inspiré.deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin

C'est toi qui m'avais dit un jour, dans les premiers temps où nous nous fréquentions :

"Chaque jour est un combat pour nos semblables. Les combats sont multiples mais se ressemblent tous. Le comble du combat de chacun d'entre nous est qu'il se trouve en notre âme, dans notre coeur. Et ce combat est unique en nous-mêmes."

Je notais ce que tu disais, car je sentais que cela venait de si haut... Et je t'ai aimé. Aimer au point de tout quitter, au point de venir vivre dans ta ville pour que nous demeurions ensemble, au point de te donner un enfant, au point de trouver un logement et de remuer ciel et terre pour nous trouver un nid... Le nid, je l'ai trouvé. Et puis, je t'ai attendu. Attendu.. Au début, les larmes ne font que des chapelets, et puis cela devient ruisseau et puis fleuve qui emporte tout. Il m'a fallu être forte, toute seule dans la vie. Tu ne m'aidais pas, même financièrement.deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin

Tu me disais que tu avais du brouillard dans la tête et qu'il te faudrait du temps. Que tu te battais avec toi-même. Qu'il y avait un mur à franchir et que tu cherchais le moyen de grimper dessus pour pouvoir nous rejoindre. Et puis, j'ai découvert un secret... un drame vécu dans ta vie, une déchirure connue de toi seul. Ton coeur déchiqueté par ce drame était enflé de mille larmes, que jamais tu n'as pu me montrer. Et moi, je portais ton enfant et je sentais ce poids, et je voulais savoir. Quand j'ai su, c'était trop tard. Le brouillard avait pris ta vie. La peur de t'engager plus avant. Tu ne voulais pas de contraintes et les promesses que tu m'avais faites se sont envolées dans la flamme du temps qui passe.

deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelinEn octobre 2005, j'ai écrit ce texte pour toi :

J'ai mal
de cette traversée du désert
Mal à mon oasis... mal
D'un mur où derrière
reste un homme
Qui n'arrive pas
À passer le mur
C'est le père de mon fils..
Et j'ai mal de
cette traversée d'abandon
De ces pointillés de solitude
Où les roses de l'amour
meurent de soif
De n'avoir plus d'oasis
De ne pas comprendre
Le mur invisible
Du coeur d'un homme
Qui de pierre nous a perdu
Dans le désert des solitudes
Pourtant une femme...
A essayé de briser le mur
Cette femme, moi sans toi. 5285cb733375c130a25fb3ef740e22b8.jpg

Puis, en décembre 2005, tu es passé nous voir comme un soleil d'espoir. Notre fils avait neuf mois. Tu m'as promis ce jour-là de passer plus souvent. Notre bébé t'avait retrouvé en une heure de temps et tu es parti en me donnant un baiser et la promesse de tes yeux. Ce fut le dernier et notre fils est tombé malade de cette attente si longue, de sa demande d'un papa, le sien... papa qui ne revient pas.

deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelinIl a toussé durant trois mois, comme si l'explosion de cette attente atteignait sa vie de petit homme et le souffle d'un fils qui a besoin de son père. En janvier 2007, tu es revenu sans prévenir et je t'ai fait comprendre que je voulais d'abord parler avec toi, avant que tu revoies ton fils, afin de poser les bases d'un équilibre pour notre enfant, mais tu l'as mal pris, envoyant même des pierres contre la vitre. Ce jour-là, j'ai eu peur et je voudrais que ce moment n'ait jamais existé, sachant ce que nous avions partagé et le lien fort qui nous unissait.

Et puis, en novembre 2007, tu es revenu dans la vie de notre enfant avec sagesse. Notre fils était si heureux de te retrouver. Il était fier de t'avoir comme papa. Tu lui manqueras beaucoup et pour moi, ton départ représente un grand vide dans mon coeur car tu étais le père de mon fils et ça, c'est sacré, devant l'Univers.

deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelinIl y a trois jours, il t'a vu une dernière fois, au PFI. Je lui ai bien expliqué les choses, avec les conseils d'une psychologue formée au deuil et à l'accompagnement des survivants. Notre fils t'a regardé un court instant. Il a vu tes yeux fermés et que tu ne parlais plus. Il m'a vu poser des roses près de ton corps. Puis il s'est échappé et a grimpé sur un fauteuil, pour rejoindre la vie, dans le sourire innocent de l'insouciance. Tu étais étendu sous un drap, à l'endroit où se trouvait Océana, ma fille que j'ai perdu il y a onze ans. C'est lorsque nous sommes sortis à l'extérieur que la colère est sortie dans le coeur de notre petit. Il a jeté son doudou et de ses poings m'a frappée.deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin


Ce matin, nous t'avons dit adieu avec lui, une dernière fois, avant qu'ils ne referment le cercueil. Et puis ils t'ont emmené vers ta dernière demeure, au cimetière, d'où tu as pris ton envol vers des cieux plus cléments.

Je parle à ton fils de ton départ avec des mots simples, des mots réels. Je le rassure, je lui dis que tu ne souffres plus, que tu l'aimes et que l'amour ne s'arrête pas. Je l'entoure de ma présence, de vie et de force... pour qu'il ait envie de manger, de s'amuser, de sourire à la vie. Il y a deux jours, il a repoussé son assiette en te réclamant. "Je veux mon Papa." Et puis il y a eu de sa part des gestes de colère, colère envers la vie. Lui dire qu'il a le droit d'être en colère, de pleurer aussi, d'être triste.deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin,opération,cancer,tumeur,clinique des cèdres échirolles,mort,décès brutal,paternité,papa,enfant,deuil,larme,perte,absence,amour,séparation,santé,peine enfant,abandon,intuition,moïse,amour,attente,couple,maternité,souffrance,promesse,sacrifice,solitude,deuil,veuvage,recueillement,souvenir,pardon,vie,hommage,


Perdre son papa, c'est un grand vide dans le coeur, dans la vie. Aujourd'hui, pour lui, aller à la cérémonie, du haut de ses trois ans, c'était courageux. Mais il a vu toute ta famille, tes frères et soeurs, tout ce monde qui t'aimait. Les hommes aussi qui se sont tous rassemblés devant ton cercueil au cimetière pour prier en arabe, comme un salut céleste venu de l'humanité.

deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin,opération,cancer,tumeur,clinique des cèdres échirolles,mort,décès brutal,paternité,papa,enfant,deuil,larme,perte,absence,amour,séparation,santé,peine enfant,abandon,intuition,moïse,amour,attente,couple,maternité,Et puis, nous sommes rentrés tous les deux à la maison et nous sommes restés seuls, dans le recueillement, avec des jeux tranquilles d'enfant, le ménage pour moi et... aussi la volonté d'écrire, écrire pour le collectif dans cette solitude où partager ce que je vis est essentiel. Écrire sur internet et partager mon écriture comme lorsque je publie mes livres, c'est aussi donner envie de vivre à d'autres et le courage de tenir dans les épreuves, dans "les combats multiples de la vie"... pour reprendre ton expression.

Je te dis adieu et je te remercie de m'avoir donné cet enfant, ce beau petit garçon qui sourit à la vie et qui est curieux de tout. Depuis le mois de novembre, tu avais retrouvé une présence auprès de lui et il y tenait.deuil,hommage,père,rencontre,couple mixte,deuil enfant,orphelin,opération,cancer,tumeur,clinique des cèdres échirolles,mort,décès brutal,paternité,papa,enfant,deuil,larme,perte,absence,amour,séparation,santé,peine enfant,abandon,intuition,moïse,amour,attente,couple,maternité,

Que ton âme parte en paix rejoindre le Créateur.

Chloé

__________ Voir la fin de la page : "Sos d'une maman et conductrice de taxi sur Grenoble" où je parle aussi du départ du père de Yourdine :

https://sosmaman.20minutes-blogs.fr/archive/2008/04/10/

sos-d-une-maman-et-conductrice-de-taxi.html

 

La fleur blanche "berceau de Moïse" vient du site :

http://gardenbreizh.org/photos/berlugan/photo-127221.html

MERCI À SON AUTEUR : Berlugan.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu