Avertir le modérateur

16/11/2011

Je suis émue de la situation d'une maman congolaise privée de son existence. Mon propos sur l'identité, sur notre place dans la société, sur la légitimité reconnue ou non d'une adoption, d'un lien de coeur.

vigoureux,congo,afrique,identité,existence,adoption,exister,accueil,sans papiers,étranger,immigration,politique,frontiere,bénin,famille adoption,refus adoption,justice,tribunal,actualité,rapprochement familial,injustice,pétition,education sans frontieres,france,adolescence,colèreBonjour à tous et toutes,


J'avais déjà donné un lien dernièrement pour aider une maman congolaise à rentrer en France afin de retrouver ses enfants restés sur le territoire et de ramener deux de ses filles à Paris. Madame Vigoureux se trouve bloquée au Congo où elle s'était rendue afin de prouver son identité et de ramener un papier demandé par les autorités françaises.vigoureux,congo,afrique,identité,existence,adoption,exister,accueil,sans papiers,étranger,immigration,politique,frontiere,bénin,famille adoption,refus adoption,justice,tribunal,actualité,rapprochement familial,injustice,pétition,education sans frontieres,france,adolescence,colère

Il faut toujours prouver son identité alors que nous existons bel et bien, en tant qu'être humain. Pour ma part, combien de fois m'a-t-on demandé à la Caf notamment de prouver l'identité de mes filles adoptives, de prouver leur existence. La société nous a enregistré une fois mais d'années en années, combien de fois doit-on justifier de notre existence réelle et valable ?

Ma fille adoptive venue du Bénin fait les frais d'une situation scabreuse qui veut que son adoption ne soit pas reconnue en France. Issue d'une famille biologique dont le père est polygame et a abandonné tous ses enfants, les arrachant à leurs mères respectives, le dossier d'adoption subit les zones d'ombre de cette famille qui a menti au départ, se déclarant morts mais pourtant réellement bien vivants.

vigoureux,congo,afrique,identité,existence,adoption,exister,accueil,sans papiers,étranger,immigration,politique,frontiere,bénin,famille adoption,refus adoption,justice,tribunal,actualité,rapprochement familial,injustice,pétition,education sans frontieres,france,adolescence,colèreComment une adolescente peut-elle se construire et ne pas ressentir une colère sourde devant le refus français d'entériner son arrivée en France depuis 2003 ? En 2007, après un conseil de famille positif et l'accord d'une Juge des Tutelles, ma fille avait le coeur en joie et plein d'espoir. Depuis, tout est bloqué, lorsque d'audiences en audiences, de preuves en conclusions... le résultat entendu est : "Nous n'avons pas à entériner un lien affectif."

Cependant, si une famille adoptive n'est pas légalement acceptée par la société et qu'on lui demande par ailleurs d'exister au niveau de l'autorité, comment peut-elle s'enraciner dans la légitimité de son existence, puisque régulièrement, il m'a été dit : "Vous n'êtes pas sa mère aux yeux de la loi."

vigoureux,congo,afrique,identité,existence,adoption,exister,accueil,sans papiers,étranger,immigration,politique,frontiere,bénin,famille adoption,refus adoption,justice,tribunal,actualité,rapprochement familial,injustice,pétition,education sans frontieres,france,adolescence,colèreComment une enfant peut-elle s'enraciner dans son nouveau pays, y trouver la confiance de son identité grandissante, lorsqu'elle ne voit pas arriver de conclusions donnant une reconnaissance à ses parents adoptifs ? Elle rêvait d'avoir une carte d'identité, qu'elle n'a toujours pas, au bout de huit années. Elle portait notre nom à son arrivée en France. Ce nom lui a été arraché pour lui redonner définitivement son nom béninois. Déchirure infâme d'une société qui néglige de reconnaître un lien de coeur, l'identité d'un lien qui se veut loin du sang.vigoureux,congo,afrique,identité,existence,adoption,exister,accueil,sans papiers,étranger,immigration,politique,frontiere,bénin,famille adoption,refus adoption,justice,tribunal,actualité,rapprochement familial,injustice,pétition,education sans frontieres,france,adolescence,colère

Je suis désolée de tout cela, meurtrie pour ma fille, mais ne pouvant plus rien faire désormais, à part saisir la Cour européenne des Droits de l'Homme, je prête ma plume à d'autres familles en difficulté et ici, en l'occurrence, je souhaite que vous vous penchiez sur le cas de cette maman : Madame Vigoureux, en signant la pétition donnée plus bas et en lisant l'article ci-dessous envoyé par Éducation sans Frontières.

vigoureux,congo,afrique,identité,existence,adoption,exister,accueil,sans papiers,étranger,immigration,politique,frontiere,bénin,famille adoption,refus adoption,justice,tribunal,actualité,rapprochement familial,injustice,pétition,education sans frontieres,france,adolescence,colèreCette femme réside en France depuis vingt ans. On voudrait nous faire croire que cette personne n'a aucune existence ni identité française ?? Qu'elle n'a pas sa place ici avec ses enfants ? Quelle belle hypocrisie dans un état qui semble délaisser et rejeter tous ceux qui ne sont pas nés sur cette terre ! Pourquoi est-elle obligée de se justifier encore sur sa légitimité à exister dans notre pays ? Alors qu'elle a deux enfants nés ici, ayant la nationalité française !

Merci pour votre lecture de mon blog, qui compte près de cinq cents lecteurs par jour. 

Merci de signer en nombre la pétition dont vous trouverez le lien en bas du rapport ci-dessous.

 

vigoureux,congo,afrique,identité,existence,adoption,exister,accueil,sans papiers,étranger,immigration,politique,frontiere,bénin,famille adoption,refus adoption,justice,tribunal,actualité,rapprochement familial,injustice,pétition,education sans frontieres,france,adolescence,colèreChloé LAROCHE

 

 

______ "Depuis juillet dernier, une mère et ses deux filles de 13 et 15 ans, vivent un cauchemar, loin de chez elles, bloquées à Pointe-Noire, au Congo, faute de documents d’identité leur permettant de rentrer à Paris.


Brigitte Vigoureux, née au Congo et de nationalité belge, réside à Paris depuis plus de vingt ans. Quatre de ses enfants vivent avec elle, dont deux ont la nationalité française. Pour des raisons obscures que la Belgique refuse toujours de communiquer, à Paris, les autorités belges lui ont refusé le renouvellement de ses papiers d’identité et l’ont déclarée de nationalité indéterminée, ainsi que ses enfants. Elles lui réclament un certificat de naissance authentifié à la fois par son pays de naissance et par les autorités consulaires belges à Brazzaville.

En juillet dernier, munie d’un laissez-passer congolais, elle s’envole pour Brazzaville avec ses deux filles mineures, Thyssina 13 ans et Elaura 15 ans, afin de récupérer le document demandé. Sur place, elle effectue une demande de renouvellement de passeport auprès du consulat belge à Brazzaville, mais se heurte à un refus catégorique de l’ambassade. Brutalement devenues sans papiers et apatrides, Brigitte, Thyssina et Elaura ne peuvent rentrer à Paris. Bloquées depuis juillet à Pointe-Noire, elles ne survivent que parce qu’elles sont hébergées par la mère de Brigitte.

A Paris, son absence a totalement désorganisé la vie de la famille : le compte bancaire de sa mère ayant été bloqué, Amata, la cadette, attend sa bourse scolaire pour payer une partie des charges financières de l’appartement de la famille, Victor, l’aînée, étudiante devenue brutalement chef de famille, doit faire face à des problèmes de plus en plus aigus, et a dû trouver du travail pour régler les besoins les plus urgents. Quant au fils aîné qui vit au Canada, il a dû interrompre ses études, faute de pouvoir régler les frais de scolarité et s’est vu retirer son titre de séjour.

Thyssina et Elaura, de leur côté, n’ont pu effectuer leur rentrée scolaire, en septembre, dans les établissements du 13ème arrondissement de Paris où elles sont scolarisées : en 4ème au collège George Sand pour Thyssina, et en 2nde au lycée Claude Monet pour Elaura. En outre, depuis son arrivée à Pointe-Noire, Thyssina souffre du paludisme et a dû être hospitalisée.

L’avocat bruxellois qui cherche à démêler la situation administrative de Brigitte Vigoureux se heurte à un mur : en l’absence de gouvernement, il ne trouve aucun interlocuteur qui puisse lui fournir une explication. Et le consul de Belgique à Paris a prévenu le comité de soutien qui s’est organisé autour de la famille que le règlement de la situation administrative de Brigitte Vigoureux pourrait prendre des mois !

Pendant ce temps, la vie de la famille Vigoureux se dégrade de jour en jour. Dernier coup dur : Victor et Amata ont reçu une lettre d’huissier pour cause de loyers impayés !

Cela suffit !

Cette situation a assez duré : pour cause de carence de l’état belge, deux toutes jeunes filles sont déscolarisées, ont déjà perdu plus de deux mois de programmes scolaires et attendent de pouvoir rentrer chez elles, sans comprendre pourquoi elles subissent un tel ostracisme.

Thyssina et Elaura, ainsi que leur mère Brigitte Vigoureux, doivent revenir à Paris immédiatement !

Ces deux enfants n’ont pas à subir l’incurie de l’Etat belge !

C’est pourquoi nous demandons au défenseur de droits français, qui a été saisi du dossier, au ministre de l’intérieur, également saisi, d’accélérer les procédures en cours afin que Thyssina, Elaura et leur mère puissent enfin reprendre le cours de leur vie, ici, en France."

 

Et toujours : 
- Pétition pour leur retour : http://resf.info/article38830.html 
- Plus d’infos sur le blog Mediapart de RESF : http://resf.info/article38831.html

Contacts presse :
Marc Naelten (RESF Paris 5-13) : renaud-naelten@orange.fr 06 79 54 03 33
Daniel Cassiaux (collège George Sand) : 06 87 09 18 97
En Belgique : Nathalie Fessol : nath.edme.fessol@gmail.com 0032 2 763 02 09

 

22/04/2009

Ma lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l’Immigration pour Vassili KOCHKADZE, atteint par l'hépatite C et menacé d'expulsion vers la Géorgie.

wef003.jpgLETTRE OUVERTE à Monsieur le Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité Nationale et du Co-Développement.


Objet : Demande de ne pas expulser Vassili KOCHKADZE en Géorgie.

_________________________________________________________AA035484.jpg


Monsieur le Ministre Éric BESSON,

Sous couvert de Monsieur le Préfet de la Somme et de la Picardie,

 

Je me permets de solliciter votre attention sur le cas de Monsieur et Madame KOCHKADZE.

Voici un rappel des faits : Vassili KOCHKAZE, né le 16 mars 1979, et Choréna KOCHKAZE, son épouse, ont fui la GEORGIE pour arriver en France le 13 mai 2002 afin de solliciter une demande d’asile politique, leurs vies étant menacées en cas de retour… En effet, en avril 2000, Vassili KOCHKAZE a été arrêté, battu et gravement blessé par un coup de couteau à la poitrine nécessitant une hospitalisation, parce que son père était un militant politique. La demande d’asile politique a été rejetée tout comme les recours. Vassili est maintenant atteint de l’hépatite C. Leur fille Anano est née, en France, le 15 novembre 2002. Leur fils David, né le 16 octobre 1998 en GEORGIE les a rejoints le 17 septembre 2004.e003114.jpg


Arrêté, alors qu’il sortait de la prison d’Amiens, lundi 20 avril 2009 au matin, Vassili KOCHKADZE vient d’être placé au Centre de Rétention de Mesnil Amelot pour une possible expulsion en GEORGIE. Il reste que son arrestation après qu’il ait purgé sa peine, le risque d’une expulsion parce qu’il est déjà placé en Centre de Rétention, sans qu’il puisse revoir sa famille, constituent une réponse inhumaine aux actes républicains que devraient se donner un service d’Etat, car la « double peine » est maintenant abolie, semble-t-il…

De plus, la Préfecture de la Somme sait juridiquement :

images.jpeg- Que Vassili KOCHKADZE est en grande difficulté de santé : il est atteint d’une hépatite de type C. Il est consulté régulièrement par le Docteur CAPRON du Centre Hospitalier Nord d’Amiens.
- Qu’il ressort d’une jurisprudence établie que l’hépatite C ne peut être soignée en Géorgie : « tribunal administratif de Rouen, ord. Juge des référés, 18 dec.2006 –M.M.BASAEV ; N°06-02993 + ord. Juge des référés, 12 jan.2007- M. Zaza GOGUADZE; N°6-03260 + Juge délégué, M. Zourabe KASSOIANE ; N°7-00076 (R.07-025) + ord. Juge des référés, 13 mars 2007- M. Mamouka BROAIN. ; N°07DA01169 Cour Adm.d’Appel de Douai, M.Ura TELOIAN déc.2007…».


Une possible expulsion est totalement insupportable pour Vassili KOCHKADZE car l’absence de traitement peut amener des conséquences d’une exceptionnelle gravité, à savoir le risque d’évolution vers une cirrhose du foie à moyen terme. C’est pourquoi je me permets de vous interpeller, Monsieur le Ministre, car je souhaite qu’un regard bienveillant et humain puisse être apporté à Vassili KOCHKADZE en le libérant au plus vite et en faisant en sorte qu’il puisse se soigner décemment à Amiens.200385377-001.jpg


K30-403835.jpgEn outre, il est insoutenable pour Vassili KOCHKAZE, ayant fui la GEORGIE en 2002, de se voir expulser : il est marié avec Choréna et a deux enfants dont la petite Anano, je vous le rappelle, est née en France et a six ans.

Je vous prie, Monsieur le Ministre, de bien vouloir considérer ma demande et agréer l'expression de mon attachement aux Droits de l’Homme ainsi que l’expression respectueuse de mes salutations républicaines.

Chloé LAROCHE

 

Fait à Grenoble, le 22 avril 2009.

 

 

________________ VOUS POUVEZ VOUS AUSSI ÉCRIRE POUR CETTE FAMILLE, EN REPRODUISANT CETTE LETTRE ET EN L'ENVOYANT AUX ADRESSES MAILS SUIVANTES :

 

A la préfecture d’Amiens par courriel :

 

courrier@somme.pref.gouv.fr 

lena.cojan@interieur.gouv.fr




- Aux Ministères de l’Immigration, Élysée, Matignon, Affaires étrangères :

patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

thierry.coudert@iminidco.gouv.fr

guillaume.larrive@iminidco.gouv.fr

sabrina.belkhiri-fadel@iminidco.gouv.fr

geoffroy.didier@iminidco.gouv.fr

g@larrive.com

maxime.tandonnet@elysee.fr

claude.gueant@elysee.fr

emmanuelle.mignon@elysee.fr

david.martinon@elysee.fr

franck.louvrier@elysee.fr

jean-paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr

antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr

igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr

myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr

brigitte.collet@diplomatie.gouv.fr

olivier.serot-almeras@diplomatie.gouv.fr

'patrice.champion@diplomatie.gouv.fr

pierre.thenard@diplomatie.gouv.fr




________ POUR PLUS D'INFOS :

 

Réseau Education Sans Frontières de la Somme, BP80713, 80007 AMIENS cdx 01,

Contacts tel 06 31 91 08 07,

Permanences Hebdomadaires : Tous les mercredis à 17h30, salle Dewailly à Amiens

 

_________ et bien sûr : http://www.educationsansfrontieres.org

17/04/2009

Dans une gare de l'Ain, Miao LIN, un futur père de famille est menotté par les agents de la PAF sous les yeux horrifiés de sa compagne en état de choc.

1241993-1.jpgJe souhaite vous faire connaître le sort d'un jeune arrivé en France en 2003, Miao LIN. Sa compagne attend un bébé et Miao est un heureux futur papa. Il s'est très bien intégré en France. Il souhaite y vivre et y travailler. Il fait tout dans ce sens-là, mais malheureusement tout le monde n'est pas de cet avis.200392248-001.jpg

En effet, il attend de connaître le sort qui lui sera réservé depuis qu'il a été emmené dans un camp de rétention, menotté sous les yeux apeurés de sa compagne.

Je partage aujourd'hui avec vous le texte envoyé par le réseau d'Éducation sans Frontières (voir ci-après), en espérant que vous serez touchés, révoltés, retournés par cette situation révoltante et que vous irez signer nombreux la pétition sur le site www.educationsansfrontieres.org .... et pourquoi pas... envoyer fax et mails aux adresses données ci-dessous.

Je souhaite à Miao LIN de ne pas être expulsé vers la Chine, où il n'a plus aucune attache, ses parents étant ici en France.

dds_63.jpgJe lui souhaite de pouvoir regarder naître son enfant et de pouvoir l'élever avec sa compagne.SB10065545IW-001.jpg

Je souhaite aux autorités françaises de se souvenir encore et toujours que chaque enfant du monde a le DROIT de grandir auprès de ses deux parents.

Chloé Laroche

_________________________________1715003.jpg

 

"Miao Lin : jeunesse volée, bientôt bâillonné et attaché au siège d’un avion ?"  

TEXTE DU SITE www.educationsansfrontieres.org
du Mercredi 15 avril 2009.

 

"Le 31 mars, Miao est arrêté à la faveur d'un contrôle d'identité. En gare de Bellegarde sur Valserine (01), les agents de la PAF se font un malin plaisir de menotter ce futur père de famille sous les yeux horrifiés de sa compagne en état de choc. Miao fait partie de la vague d'arrestation des "18 de Paris" autrement dit du 1er avril offert par Eric Besson.

A partir de là, la situation se dégrade très vite : en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, aucun juge ne trouve à redire de l'étroitesse des lois, la légalité de la procédure est confirmée. L'une après l'autre, les voies de droit se ferment.

Plus de mille signatures sont recueillies dans les 48 heures. Régis Guyot (préfet de l'Ain, auteur de l'APRF pris contre Miao) a manifestement mieux à faire que de répondre aux nombreuses et pertinentes interventions émanant d'élus PS, Verts, PC (des conseillers d'arrondissements aux parlementaires compétents en passant par les vices-présidents de région et les maires : chacun-e s'est mobilisé-e).

"Culture du résultat"

Encore retenu au centre Satolas (Lyon), plus rien ne s'oppose à ce que, à tout instant, Miao soit placé dans un avion.

Il est urgent de faire entendre la voix des citoyens comme des élus et de libérer Miao.

Il est urgent d'obtenir l'abrogation de cette ignoble décision prescrivant la reconduite de Miao en Chine, conséquence directe du "culture du résultat" si cher aux préfets soumis aux impératifs du chiffre.

"Jeunesse sans-papiers, jeunesse volée"

Miao LIN, 23 ans, vit à Paris, sans papiers. En 2003, Miao est venu retrouver ses parents en France. Miao a été scolarisé dès son arrivée. Remarqué pour son assiduité, Miao est soutenu par ses professeurs. Son mérite est salué de tous. Après une année d'adaptation et deux CAP, toujours sans titre de séjour et pour autant dans l'obligation d'aider sa famille, à l'été 2008 Miao trouve du travail dans la restauration.

Enthousiaste, autonome, Miao s'est toujours acharné à travailler – beaucoup, tout le temps. Famille, corps enseignant, amis : Miao fait l'unanimité.

Sa compagne attend un enfant de lui. Un artisan des métiers du bois se démène pour pouvoir l'embaucher. Miao n'a plus d'attaches en Chine, il n'est du reste jamais allé à Pékin. Le renvoyer brisera sa famille et sa vie si chèrement construite en France."


Contacts :
Lucille Prado 06 65 64 86 72
Muriel Carpentier 06 30 91 27 81


Liens
http://www.educationsansfrontieres.org/?article18790
http://www.educationsansfrontieres.org/?article19098
http://www.educationsansfrontieres.org/?article18765
http://www.educationsansfrontieres.org/?article18820
http://www.educationsansfrontieres.org/?article18821


Actions d'envoi de fax et mails:


Le texte de la pétition http://resf.info/P1112 ou le modèle de fax dans l'appel à fax/mail peuvent servir de modèle dans vos courriers adressés:

A la préfecture de l'Ain, préfet Monsieur Régis GUYOT pour obtenir l'abrogation de l'APRF

Fax: 04 74 23 26 56

Mail: regis.guyot@ain.pref.gouv.fr

et Françoise GUILLERMIN /
Mail: francoise.guillermin@ain.pref.gouv.fr (même fax)

A la préfecture de Paris, préfet Monsieur Michel GAUDIN pour obtenir la régularisation :

Fax: 01 53 71 67 23

Mail: prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

Au MIIIN (Ministère de l'immigration, de l'intégration et de l'identité nationale ...) Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00

Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général:  secretariat.general@iminidco.gouv.fr (pensez à modifier l'en-tête de votre courrier).
Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication: laure.frugier@iminidco.gouv.fr

____________________________

21/02/2009

Je prends partie pour ces cinq histoires vraies, ordinaires et tragiques, de pères, de mères aussi, qu'on expulse. De familles qu'on démembre et d'enfants qu'on martyrise en les rendant quasi-orphelins.

images-3.jpegBonjour à tous et toutes,

J'ai reçu cette semaine un texte urgent du Réseau d'Éducation sans Frontières, à propos des pères et mères expulsés de France étant obligés de laisser des enfants derrière eux, leurs enfants. Vous pourrez lire ces témoignages ci-dessous.

images.jpegJe choisis d'éditer ci-dessous ce texte dans mon blog, comme j'en ai édité d'autres pour les faire connaître au plus grand nombre... et pour que vous réagissiez afin d'aider ces familles.images-10.jpeg

Je sais le risque encouru mais je pense comme le Réseau : "Ministres, préfets, conseillers divers sont des personnes publiques, qui ont des comptes à rendre à l'opinion. Il est sain, normal, légitime qu'ils sachent ce qui se pense et se dit de leur action… en des termes qui ne soient ni injurieux, ni diffamatoires même si d'aventure leur action semblerait parfois mériter de tels qualificatifs."

Je défends les personnes dont vous allez connaître l'histoire ci-dessous. Elles souffrent. Ce sont des êtres humains, des pères, des mères.images-2.jpeg
70677,1214010886,1.jpg

Des enfants ont le coeur explosé de voir leurs parents arrachés à leur foyer. Naphtali, Élodie, Maria, Juliana, Beverly, Davidson... sont les enfants martyrs d'une politique qui nie la famille.

Je suis choquée de savoir que ces enfants vivent des situations pareilles. Ils ont 3 ans, 13 ans, 3 ans et demi, 15 mois... Ils pleurent à cause de Ministres qui ne se souviennent pas des Droits de l'Enfant.. notamment d'avoir ce DROIT ESSENTIEL d'avoir leurs parents auprès d'eux, leur père, leur mère.

Chaque enfant sur Terre a ce droit. Ne le bafouons pas !!!!!!!images-6.jpeg
images-1.jpeg

Bien à vous et... réagissez aux adresses données.70677,1178578980,1.jpg

Ne laissons pas ces enfants, ne les abandonnons pas.

Chloé LAROCHE

 

_______________________

 

moton6.png

 

 

Voici donc le mail URGENT reçu du Réseau "ÉDUCATION SANS FRONTIÈRES" :

(http://www.educationsansfrontieres.org)

 

"Ci-dessous cinq histoires, ordinaires et tragiques, de pères, de mères aussi, qu'on expulse. De familles qu'on démembre et d'enfants qu'on martyrise en les rendant quasi-orphelins.

Son efficacité glacée mais chiffrée dans l'inhumanité, avait valu à M. Hortefeux le titre de ministre de la Rafle et du drapeau. M. Besson a déclaré à la presse que le titre ne lui plaît pas. On le comprend… mais encore faudrait-il qu'il fasse ce qu'il faut pour ne pas le mériter. Pour l'heure, il n'en prend pas le chemin comme en attestent les faits relatés ci-dessous, petite partie, hélas, des misères qu'engendre la politique de ce gouvernement.

images-5.jpegMinistres, préfets, conseillers divers sont des personnes publiques, qui ont des comptes à rendre à l'opinion. Il est sain, normal, légitime qu'ils sachent ce qui se pense et se dit de leur action… en des termes qui ne soient ni injurieux, ni diffamatoires même si d'aventure leur action semblerait parfois mériter de tels qualificatifs.
Les coordonnées de préfectures responsables se trouvent après chaque cas.

Ci-dessous celles des principaux responsables :
Ministère Besson
Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet : christian.decharrière@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

Matignon : http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

Elysée fax : 01 47 42 24 65 http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr


images-9.jpeg________ L'EXPULSION DE PIERRE LAPOINTE SERA EXECUTEE LE VENDREDI 20 FEVRIER A 10h10 A ORLY-SUD :


Pierre Lapointe, père de famille haïtien de Drancy sera expulsé par la force demain vendredi en direction de Port au Prince.
Sa compagne sera abandonnée à elle-même, la petite Beverly sera privée de son père.
Le petit Davidson, né d'une précédente union et pour lequel son père versait régulièrement une pension, sera privé de ce soutien.
La fabrique à orphelins s'est mise en route aussi en Seine Saint-Denis !
Pourtant nombreux sont ceux (parents, enseignants, élus, etc) qui ont réclamé au préfet une décision humanitaire et avec de bonnes raisons : Pierre Lapointe est en France depuis 9 ans, il travaille comme peintre en bâtiment, son employeur soutient sa demande de régularisation. Sa famille est ici : deux enfants nés en France. Le Ministère envisage-t-il de les expulser aussi ? Et leurs mères avec ? Vers Haïti, pays dévasté par la misère et la violence. Entre absurde et monstrueux, il faut choisir.70677,1199660931,1.jpg
La seule alternative honorable est de libérer Pierre LAPOINTE et de rendre un père à ses enfants et un compagnon à sa femme.
Votre soutien est urgent et peut seul enrayer la machine !

Préfecture de Seine Saint-Denis (M. Nacer MEDDAH)
fax cabinet du préfet = 01 48 30 22 88 / 01 41 60 60 72
mails : courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr
serge.morvan@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

(= DERNIÈRE MINUTE : NOUS SAVONS AUJOURD'HUI MALHEUREUSEMENT QUE PIERRE LAPOINTE A ÉTÉ EXPULSÉ.

 

 

261733,1225621383,5.jpg_______ QUASI-ORPHELINE DE PERE A 3 ANS : MERCI M. LE PREFET :

 

Arrêté le 11 février sur son lieu de travail à Levallois (92), Monsieur Shixiong LIN (dossier n° 7503612346) est enfermé au CRA de Palaiseau (91). La préfecture des Hauts de Seine a décidé son expulsion qui est prévue demain vendredi 20 février 20 à 17h20 (vol CA964, Roissy CDG1).


Shixiong Lin a 27 ans, il vit en France depuis l'âge de 21 ans. Il s'est marié en France, il a une fillette de 3 ans, Juliana, née en France qui doit faire sa rentrée à l'école de la rue Domrémy (Paris XIII) en septembre prochain.1224,1231069189,2.jpg

La seule question est de savoir si Juliana va être rendue quasi-orpheline de père ou pas par la décision de fonctionnaires français.

À l'évidence, quelles que soient les bonnes raisons que les fonctionnaires et les hauts fonctionnaires se donneront pour justifier leur décision, l'expulsion de Shixiong Lin en laissant sa femme et sa fille en France serait une saloperie. Elle ne doit pas avoir lieu, Shixiong Lin doit être libéré et régularisé.

Préfecture des Hauts-de-Seine (qui veut expulser Shixiong Lin)
patrick.strzoda@hauts-de-seine.pref.gouv.fr
Fax préfecture Nanterre : 01 40 97 21 19
N° de fax du préfet : 01 47 25 21 21
Mail secrétaire général : didier.montchamp@hauts-de-seine.pref.gouv.fr
Directrice de cabinet : josiane.chevalier@hauts-de-seine.pref.gouv.fr

Préfecture de police de Paris (qui peut régulariser Shixiong Lin)
fax PP 75 : 01 53 71 67 23
mail : prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

==== Pétition : http://www.educationsansfrontieres.org/?article17917

Anel a écrit : "Laissez ce jeune couple vivre tranquillement leur vie de famille, il y a d'autres manières de faire "du chiffre"."

 

(= DERNIÈRE MINUTE : NOUS SAVONS AUJOURD'HUI MALHEUREUSEMENT QUE Monsieur Shixiong LIN A ÉTÉ EXPULSÉ / Ajout le 22 février 2009

 

images-4.jpeg___________ ELODIE, 13 ANS RENDUE QUASI-ORPHELINE DE MERE PAR LA GRACE DE M. LE PREFET DU RHÔNE LE 20 FEVRIER :

Marie-Noelle M'BANI est Camerounaise. Elle est en Europe (Espagne et Italie) depuis 2000. Depuis six ans elle est venue en France pour être avec sa fille Elodie, 13 ans, dont le père est Français est pensionnaire à Bapaume dans le Nord, près de chez ses parents ; Marie-Noelle était en déplacement à Lyon où elle espérait trouver du travail.
Contrôlée à la Lyon-La Part Dieu, elle a été placée en rétention et doit être expulsée demain.images-7.jpeg

mél + fax préfet du Rhône : jacques.gerault@rhone.pref.gouv.fr , 04 78 60 49 38
mél + fax secrétaire général : rene.bidal@rhone.pref.gouv.fr, 04 72 61 49 38
mél + fax directeur de cabinet : michel.tournaire@rhone.pref.gouv.fr ,04 78 60 15 46
mél + fax directrice de la réglementation : michele.denis@rhone.pref.gouv.fr , 04 72 61 62 41
mél + fax sous-directeur de la réglementation : stephane.beroud@rhone.pref.gouv.fr
ou sylvia.legris@rhone.pref.gouv.fr , 04 72 61 62 52



images-8.jpeg__________ DOUCEUR ANGEVINE ET ACHARNEMENT POLICIER :


Ammar Amedjar est en prison depuis 15 jours. Il n'a commis aucun délit si ce n'est, en juin 2008, de refuser d'embarquer pour ne pas quitter ses deux filles et sa femme (Marocaine, en France depuis l'âge d'un an, carte de séjour).

Ramah et Ammar s'étaient mariés au Maroc. Impossible de faire venir Ammar en France, regroupement familial refusé. En mars 2008, il passe outre et arrive à Angers. En juin, la police l'arrête chez lui. Il refuse d'embarquer et est donc condamné à de la prison ferme mais est libéré. Quelques jours après, nouvelle arrestation à domicile, il est mis dans l'avion. Deux mois après, il revient clandestinement auprès des siens. Le 6 février, il est arrêté à côté de l'école où il venait de déposer Maria (3,5 ans) et emprisonné.
Maintenant, les choses sont simples : si on laisse faire, au terme de sa peine, Ammar risque d'être conduit directement de la prison à l'aéroport pour être expulsé une fois encore.

Il faut qu'Ammar Amedjar bénéficie de la grâce présidentielle pour sortir immédiatement de prison. Il faut d'autre part et évidemment, qu'un titre de séjour vie privée et familiale soit immédiatement délivré à Ammar Amedjar et que des excuses publiques soient faites à Rahma Amedjar pour le traitement scandaleux dont son mari a été victime.70677,1220866136,5.jpg

Le préalable à tout cela est l'engagement public du ministre Besson de ne pas faire conduire Ammar directement de la prison à l'aéroport ou au centre de rétention.

Numéros tel : 02 41 81 81 81 & 02 41 81 80 20
Fax: 02 41 88 04 63
Mails : marc.cabane@maine-et-loire.pref.gouv.fr
cabinet-prefet@maine-et-loire.pref.gouv.fr

 

70677,1178578980,1.jpg____________ LE PERE DE NAPHTALI, 15 MOIS, BANNI :


Ogima TSASA NDUKA a été condamné à une peine de prison il y a 10 ans. C'est du passé mais l'interdiction du territoire dont il avait été frappé court toujours. Cela signifie qu'Ogima conjoint d'Irène (naturalisée française) père de Naphtali, 15 mois, a été placé en rétention pour des faits qui remontent à 10 ans et pour lesquels il a payé. Il risque à tout moment d'être expulsé en république Démocratique du Congo.
Toute la vie d' Ogima est en France, ses oncles, ses tantes, sa soeur, sa conjointe et son fils .

Lors des dernières élections congolaises Ogima a été interviewé par un journaliste qui a transmis cette vidéo avec la photo et le nom d'Ogima au Congo. Les conséquences immédiates ont été la dévastation de l'appartement de sa soeur vivant à Kinshassa.
Nous ne pouvons accepter le départ d'Ogima, d'abord parce que son retour là bas est risqué, ensuite parce que nous ne voulons pas que Nephtali soit privé de son père et Irène de son conjoint."

Aidez nous en écrivant au ministère de l'intérieur pour demander qu'Ogima soit assigné à résidence pour que son interdiction du territoire français puisse être levée –c'est compliqué, mais ce sont les textes) :
site http://www.interieur.gouv.fr/sections/contact/ministre/ministre

___(Texte envoyé par le Réseau d'Éducation Sans Frontières)

 

moton6.pngATTENTION !!!! _________________ RAPPORT OFFICIEL :

 

"En 2007, en France,

74 enfants de moins de 2 ans,

53 entre 3 et 5 ans,

56 entre 6 en 10 ans,

et 59 de plus de 10 ansimages-9.jpeg

ont été privés de liberté et placés

dans des centres de rétention

avec leurs parents sans papiers.

Soit un total de 242 enfants.

________ En 2008, les chiffres exacts d'enfants privés de liberté en France ne sont pas encore connus.

En 2009, la comptabilisation a déjà commencé."_______________________

 

89599,1226418873,2.jpgDernier mot de Chloé : ALLEZ, S'IL VOUS PLAÎT, SUR LE SITE SUIVANT SIGNER LES PÉTITIONS POUR QUE TOUT CELA S'ARRÊTE : http://www.educationsansfrontieres.org

 

Exemples des pétitions que vous trouverez sur ce site. Cela vous donnera une idée de l'ampleur de la situation :


 

17/11/2008

Mon appel urgent pour une famille menacée d'expulsion. Deux enfants sont concernés. Pétition du Réseau "Éducation sans Frontières".

 

Bonjour,Mn_32.jpg

 

Vous savez que je suis indignée, révoltée, outrée... par la politique d'expulsion de nombreux étrangers sortis de France manu militari.

 

En voici un nouvel exemple, pour lequel je vous engage à bouger, car c'est une famille en souffrance, en danger et écartelée qui a besoin de votre aide.

Pour les aider, il faut rapidement participer à la pétition en cliquant sur ce lien et en allant signer sur  http://www.educationsansfrontieres.org/article16472.html

 

Cet appel est pour la famille KHALUIN. Deux enfants sont concernés dans ce drame.... Alors si votre coeur tremble de révolte et de solidarité, bougez en action d'écriture !!!Mn_EVENM009.jpg

 

Voici le récit de leur histoire rapportée par le site d'Éducation sans Frontières.

 

"Nogent sur Oise : régularisation pour la famille KHALUIN !

 

Mercredi 12 novembre, six policiers sont venus arrêter Monsieur KHALUIN au foyer ADOMA de Nogent sur Oise. Sa femme et ses enfants, absents à ce moment-là, ont pu échapper à l’arrestation. 

 

Ce sont des demandeurs d’asile qui ont fui la Chine à cause de persécutions religieuses. Ils ont reçu une Obligation à Quitter le Territoire Français. Le recours auprès de l’OFPRA a été rejeté la semaine dernière. Ils ont pourtant très peur d’un retour forcé en Chine car leurs coreligionnaires (ce sont des chrétiens) y sont persécutés (plusieurs ont été mis en prison). 

 

Les deux enfants (8 ans 1/2 et 3 ans) sont scolarisés dans les écoles élémentaire et maternelle de l’Obier. La petite parle le français sans aucun accent alors qu’elle n’est en France que depuis un an ! Tous ses enseignants sont admiratifs. C’est vraiment remarquable. La maman était professeur et elle apprend elle-même très vite le français. Dès son arrivée, elle a participé à la vie de l’école. Il s’agit d’une famille très dynamique, confiante et intelligente dont on devrait se réjouir de l’arrivée, car ce sont des personnes de qualité. Mn_BIJOU001.jpg

 

Nous, parents d’élèves, enseignants, citoyens, élus…, voulons que cette famille reste en sécurité en France et qu’elle voit sa situation régularisée."

 

Mn_10.jpg_____  Moi aussi, je voudrais que cette famille reste en sécurité en France et que ces enfants puissent vivre avec leurs deux parents.

 

Signons nombreux la pétition sur http://www.educationsansfrontieres.org/article16472.html

Chloé Laroche

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu