Avertir le modérateur

18/03/2013

Une famille en danger, renvoyée avec ses trois enfants en Albanie... Un jeune marocain en attente d'expulsion, alors qu'il poursuit ses études. Quel acharnement sur des innocents !

P1130863.JPGBonsoir à tous,


Ce soir, je suis indignée au plus haut point.

En effet, les évènements se durcissent quant aux familles expulsées et moi qui avais voté la gauche pour que plus jamais on n'expulse des enfants hors de France manu militari, écoliers ou lycées, ou encore des papas renvoyés de France sans leur famille... je déchante grandement et suis très déçue et horrifiée de ce que j'observe depuis l'année dernière, que ce soit envers des papas, mais aussi des mamans et des enfants scolarisés et même nés en France !images-1.jpeg

Je suis en relation avec le réseau Éducation sans Frontières et vous transmets parfois par mes articles depuis 2008 les appels et la détresse des familles expulsées ou enfermées en "camps de rétention".

Vous retrouverez mes articles sur le sujet dans les catégories : "Chloé défend les papas expulsés" et "Non aux expulsions et aux camps" (voir catégories à gauche de cette page).

Cette fois, c'est toute une famille, venue d'Albanie, qui a été expulsée de France le 14 mars. Je parle de Sélami et Améla MAXHURAJ, et de leurs trois enfants : Klévis, 12 ans, Ergy, 11 ans et Vonessa, 9 ans. Ils ont été chargés par la police dans deux voitures. Un avion les attendait pour les expulser vers l’Albanie. Discrètement et sans bruit.

1071171995.jpegIls risquent leur vie en Albanie, à cause de risques mafieux et d'histoires de vendetta, dont la maman a déjà été victime. Les trois enfants avaient trouvé en France depuis 2011 refuge et sécurité, bien qu'ils aient connu la vie dans la rue et à l'hôtel avec leurs parents, depuis leur arrivée dans notre pays. Ils parlent tous les trois très bien le français. Les deux garçons font du foot et Vonessa pratique la danse. Que vont-ils devenir, encore une fois transplantés, encore une fois exclus ?

Dernièrement, c'est un bébé de sept mois, Florina, qu'on a séparé de sa maman emprisonnée en camp de rétention. Elle l'allaitait encore. C'est intolérable. Que fait-on des Droits de l'Enfant dans notre pays ? Des droits des mamans, des parents ? Le 12 mars, la maman a été libérée, mais jusqu'à quand ??MM007.jpg

Je voudrais vous parler aussi d'un jeune homme de vingt ans d'origine marocaine, Taoufik Najem, qu'on risque d'expulser, alors que son frère a déjà été tué l'année passée dans son pays. Son père est en France depuis quarante ans. Pourtant Taoufik est emprisonné depuis le 8 mars en camp de rétention avant son expulsion imminente vers le Maroc. Il a obtenu son CAP Menuiserie en 2012 et poursuit vers un bac professionnel. Pourquoi le gouvernement français voudrait-il briser son avenir ?

Vous me lisez et peut-être voudriez-vous faire quelque chose pour ces familles.

Je vous propose d'aller voir le site d'Éducation sans frontières.org

et de lire les transmissions reçues par le réseau, transmissions que je vous livre ci-dessous. 

Ensuite, vous pourrez écrire aux différents emails du Gouvernement ou téléphoner pour défendre ces familles et protester.

Je vous en remercie par avance pour eux.

xbell0.jpgCar nous sommes des citoyens et nous avons le droit de dire que nous ne sommes pas d'accord, quand nous ne le sommes pas, dans un pays de liberté et protégeant les Droits de l'Homme... et ceux des Enfants.

Chloé LAROCHE


___________________________________

Infos

et transmissions de RESF  

(réseau Éducation sans frontières) :


 

LA VALLS DES EXPULSIONS

 

SE DANSE AVEC DES FAMILLES DEMEMBREES

 

 

 

"Expulsion en famille, les parents et les enfants sur un même vol commercial (et non sur un charter comme nous l’avions craint un moment pour la famille albanaise Maxhuraj expulsée le 13 mars sans que ni le ministère ni la préfecture coupables ne veuillent dire comment elle l’avait été), démembrement de familles, expulsion de lycéens en cours de scolarité, la palette des horreurs que le ministre Valls se plaît à mettre au service du président Hollande s’enrichit chaque jour.

 

Certes, comme le répètent Monsieur Valls et son cabinet, ces mesures sont légales, pour la bonne raison que ce gouvernement applique, et avec le zèle qu’on verra ci-dessous, des lois et des textes que le Parti socialiste avait vigoureusement dénoncés à leur promulgation. Etre dans la légalité n’a jamais empêché d’être dans l’odieux : l’esclavage, l’apartheid, la peine de mort, la torture ou, à une autre échelle, l’interdiction du vote des femmes ou l’interdiction de l’IVG, ont été des pratiques légales. Une légalité qu’il fallait respecter ou combattre ? Dans quel camp Valls aurait-il été ? Quand la loi organise des pratiques inhumaines ou odieuses, c’est la loi qu’il faut changer. Et, accessoirement, faire savoir à ceux qui l’appliquent avec zèle, l’estime dans laquelle on les tient."

 

 

 

 Pour faire savoir à qui de droit la haute estime dans laquelle sont tenus leurs agissements (les coordonnées des préfectures coupables figurent après chaque situation) :

 

A l'Elysée :

 

Secrétaire général : pierre-rene.lemas@elysee.fr

 

Directrice de cabinet : sylvie.hubac@elysee.fr

 

Directeur de cabinet adjoint : alain.zabulon@elysee.fr  

 

Chef de cabinet : pierre.besnard@elysee.fr  

 

Conseiller politique : aquilino.morelle@elysee.fr

 

A l'Intérieur :

 

Dircab  thierry.lataste@interieur.gouv.fr

 

Conseiller yves.colmou@interieur.gouv.fr

 

Dircab adjoint renaud.vedel@interieur.gouv.fr

 

Dircab adjoint thomas.andrieu@interieur.gouv.fr

 

Conseiller immigration : raphael.sodini@interieur.gouv.fr

 

Chef de cabinet sec.chefcab@interieur.gouv.fr

 

____________________________________________________________________

 


 

Florina, bébé de 7 mois arraché brutalement au sein maternel, Valls récidive !
Libérée sur décision préfectorale le 12 mars 2013

 

 

Il ne fait décidément pas bon d'être un bébé Rom de nos jours en France.... Florina n'a que 7 mois mais a connu déjà deux épisodes douloureux de séparation d'avec sa mère qui la nourrit au sein. Une première fois à la fin de l'année 2012 dans les mêmes circonstances : contrôlée à Gare du Nord, le préfet de police place la mère de Florina en rétention sur la base d'une Obligation de Quitter le Territoire Français en date de juillet 2012, soit antérieure à la naissance de sa fille. Depuis vendredi 8 mars, alors que nous célébrons la journée de la femme, Florina et sa mère Florentina souffrent de nouveau psychologiquement et physiquement de cette séparation arbitraire causée par une politique du chiffre qui consiste à expulser n'importe qui, n'importe comment, sans se soucier le moins du monde de l'intérêt supérieur de l'enfant qui doit pourtant prévaloir dans toutes les décisions administratives comme indiqué dans la Convention Internationale des droits de l'Enfant, ratifiée par la France. C'est d'ailleurs à ce titre que Florentina avait pu être libérée sur décision préfectorale, le 28 décembre dernier. Alors pourquoi trois mois après, les mêmes horreurs se reproduisent-elles contre cette maman et son bébé ? Florina refuse les biberons que lui donne son père depuis 3 jours. Remettre en liberté cette maman est une question de bon sens, rien de plus car il y va de sa santé et de celle de son enfant.

Pour féliciter les responsables de si glorieux faits : 
Préfet de police de Paris : Bernard BOUCAULT
Fax : 01 53 73 67 23
mail : prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

A l'Elysée :
Secrétaire général : pierre-rene.lemas@elysee.fr
Directrice de cabinet : sylvie.hubac@elysee.fr
Directeur de cabinet adjoint : alain.zabulon@elysee.fr 
Chef de cabinet : pierre.besnard@elysee.fr
Conseiller politique : aquilino.morelle@elysee.fr

Matignon : premier-ministre@cab.pm.gouv.fr

A l'Intérieur :
Dircab thierry.lataste@interieur.gouv.fr
Conseiller yves.colmou@interieur.gouv.fr
Dircab adjoint renaud.vedel@interieur.gouv.fr
Dircab adjoint thomas.andrieu@interieur.gouv.fr
Conseiller immigration : raphael.sodini@interieur.gouv.fr
Chef de cabinet sec.chefcab@interieur.gouv.fr

mardi 12 mars 2013.

 

 

 

________________________________________________________________________________

 


 

Sans-papiers malgré lui, expulsé par Valls, la chaise de Taoufik restera vide lundi 18 mars au lycée Bartholdi (St-Denis) .

 


 

Taoufik NAJEM est scolarisé en classe de seconde TMA "Technicien Menuiserie Agenceur" au lycée Bartholdi et habite à la Courneuve avec son père qui réside  en France depuis 40 ans.

 

La première fois qu'il est entré en France, Taoufik n'avait que 12 ans. Il a été scolarisé à Drancy puis en raison de difficultés liées au logement, son père l'a renvoyé au Maroc. La situation du père stabilisée, il a pu revenir en France à l'âge de 15 ans et y vit depuis de manière continue. Il a obtenu son CAP "menuiserie" en juin dernier et poursuit ses études en vue d’obtenir un bac professionnel.

 

Enfermé à la prison pour étrangers de Vincennes depuis le 8 mars 2013 sur la base d'une obligation à quitter le territoire français délivrée contre lui en mai dernier, il risque d'être expulsé vers le Maroc dans les prochains jours. Seule la mobilisation citoyenne pourra empêcher qu’un jeune homme de 20 ans soit expulsé vers un pays où il ne souhaite pas retourner et où son frère ainé a été tué il y a un an.

 

Taoufik est décrit par le personnel du lycée comme un élève sérieux et assidu, loin du délinquant que Valls et ses exécutants essaient de nous décrire pour justifier ces reconduites arbitraires et iniques. Ainsi ses professeurs devront expliquer à leurs élèves, aux camarades de Taoufik dont beaucoup sont aussi nés ailleurs, pourquoi la France, pays des droits humains, expulse leur copain pour le seul fait qu'il n'a pas les bons papiers.

 

En France depuis 8 ans, Taoufik remplit pourtant les critères définis dans la circulaire du 28 novembre 2012. A quoi servent les promesses de réexaminer les dossiers antérieurs à la lumière de ce texte ? Quel danger un lycéen sans histoires  peut-il bien représenter pour la France ? Cette décision est d'autant plus absurde quand on sait que le métier auquel le conduiront ses études est en pénurie de main d’œuvre en France.

 

 Monsieur le Ministre, expliquez à ses camarades et ses professeurs où sont l'humanité et la nécessité de votre acte !

 

 

 

Pour sa libération :

 

Préfet de police de Paris : Bernard BOUCAULT

 

Fax : 01 53 73 67 23

 

mail : prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

 

 

 

Pour l'annulation de son OQTF et sa régularisation :
Préfet 93: Christian LAMBERT

 

pref-secretariat-prefet@seine-saint-denis.gouv.fr

 

Fax secrétariat préfet : 01 41 60 58 07    
Directrice des étrangers : Arlette MAGNE

 

arlette.magne@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

 

Fax : 01 41 60 56 63

 

Secrétaire général : Eric SPITZ

 

eric.spitz@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

 

Fax : 01 41 60 59 28

 



30/12/2012

Lettre au Président HOLLANDE et au Ministre Manuel VALLS pour défendre les Roms, les pères expulsés, un jeune hémiplégique expulsé et de jeunes étrangers en danger de retour dans leur pays.


immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéMonsieur le Président François HOLLANDE,

Monsieur le Ministre Manuel VALLS,

 


J'ai l'honneur de vous écrire pour vous dire que je suis profondément déçue par votre politique de l'Immigration.immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité

Pendant le Gouvernement de Monsieur Sarkozy, je me suis indignée et ai souvent écrit pour des familles expulsées de France, dont on arrachait si souvent pour se faire les enfants exclus de France aux bancs de leur école, comme cela s'est passé à l'école du Jardin de Ville de Grenoble, ma ville, et dans bien d'autres écoles, au pays des Droits de l'Homme et bien entendu des Droits de l'Enfant.

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéSans parler des pères expulsés alors que leurs enfants nés en France pleuraient l'absence d'un père... Combien de fois ai-je répété au cours de mes articles dans "Chloé défend les pères expulsés" que mon fils a perdu son papa à cause d'un cancer à l'âge de quarante-sept ans... qu'il le pleure à cause de la mort, cause inéluctable... mais ces enfants qui pleurent et sont privés de leur père ne sont frappés du destin que par la cause de certains hommes politiques, aux terribles mains guidées par des lois iniques et inhumaines.

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéAujourd'hui, après avoir voté pour vous en ayant l'espoir que les étrangers présents sur le sol français et ayant des enfants scolarisés en France ne se verront plus jamais inquiétés, que les camps de Roms ne seront plus jamais expulsés sans relogement décent, que des jeunes mineurs ne seront pas renvoyés dans leur pays avec la mise en danger pour beaucoup que ce renvoi leur apporte... Je suis déçue donc de voir que la même politique d'immigration s'est mise en place, que les Roms se voient expulsés de lieux en lieux, qu'ils sont comme Marie et Joseph rejetés par tous avant d'avoir été accueillis à la marge de la société, dans une étable, que des enfants Roms à Grenoble errent dans les rues et ne sont pas scolarisés, qu'à Fontaine, on a relogé douze personnes dans 25 mètres carré, qu'une femme enceinte Rom a accouché et a été renvoyée avec son bébé au bout de trois jours à peine dans son campement, que les pouvoirs locaux grenoblois répondent : "On ne peut s'occuper de toute la misère du monde". immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité

Il est facile de jeter la pierre à un campement de Roms et à cette population qui "fait peur". Quand on veut noyer son chien, on l'accuse de la rage. C'est ce qui s'est passé pour l'évacuation du camp de Roms à La Tronche, près de l'Hôpital. Les habitants se sont plaint et au final, le camp a été expulsé lamentablement. Les associations avaient commencé un travail d'insertion avec eux et d'aide aux enfants. Après, chaque famille ayant été disséminée, le travail n'a pu être poursuivi, au détriment d'un grand nombre de petits Roms.

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéJe souhaite vous dire et vous signaler que lorsque la population d'un quartier a envie d'accueillir les Roms comme des êtres humains normaux, cela se passe très bien ; les Roms sont respectueux et renvoient une image d'harmonie et de respect des consignes et des quartiers. Personne ne déplore de vols et de cambriolages, car chacun a fait un pas vers l'autre. Cela s'est passé cet automne au quartier des Granges d'Échirolles, avec un témoignage d'une habitante, Cheryl Pereira, qui un jour, recevant un tract horrible de médisances sur le campement de Roms basé près d'Alpexpo, entre Grenoble et Échirolles, a décidé de s'occuper d'eux et de renverser l'opinion, en regardant avec ses propres voisins chaque Rom à travers un oeil empli d'humanité et de respect envers des êtres humains vivant dans des conditions terribles, sous des tentes, par toutes conditions atmosphériques.immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité

Un collectif s'est monté pour venir en aide à ces Roms, les emmenant chez le médecin, leur apportant couvertures et vêtements, consolidant leurs tentes, trouvant gâteaux et repas chauds. Il y avait une soixantaine de personnes, dont beaucoup de femmes et d'enfants. Ils avaient froid, craignaient les rats. Des enfants marchaient en sandalettes, les pieds tout mouillés.


immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité,sarkozyEt puis, ils ont été évacués vers un gymnase de Grenoble. Le collectif s'est relayé pour servir des repas chauds, trouvant de multiples idées pour venir en aide aux Roms. Lorsque soudain, honteusement, les familles ont été évacuées du gymnase. Certaines, ayant des enfants mineurs, sont parties en foyer, les autres dans la rue... Le collectif continue de soutenir ces familles, interpelant sans relâche les autorités.

Ce collectif se nomme :

«Collectif citoyen des habitants des Granges et d’Echirolles, soutien aux gens de l’ex-Yougoslavie, atterris sous des tentes sur les terrains d’Alpexpo».

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéJe viens d'apprendre par ailleurs que vous avez refusé la demande d'un jeune handicapé de onze ans de pouvoir revenir sur le sol français, expulsé sous le gouvernement de Monsieur Sarkozy. Il se nomme Blendon Gashi et a été expulsé vers le Kosovo avec son frère jumeau et ses parents en janvier dernier par ordre de Monsieur Guéant. Depuis, Monsieur Ayrault refuse son retour, malgré que cette expulsion ait empêché une opération très importante prévue pour le petit garçon, devant traiter les conséquences de son hémiplégie.immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité

Cet enfant était scolarisé avec son frère à Châlons-en-Champagne. De quel droit arrache-t-on des enfants à une classe, à une école, à un traitement médical, à la France devenue leur pays ? De quel droit respectez-vous fidèlement la décision ignominieuse de Monsieur Guéant ? De quel droit refusez-vous d'octroyer des visas à ces enfants, à cette famille déjà assez marquée par le sort ?

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéComment avez-vous pu en outre enfermer le jeune Ahmed Sohail, 23 ans, et ordonner contre lui un avis d'expulsion pour le 30 décembre ? Ce jeune a vu ses parents assassinés au Pakistan. Il a pu être sauvé en venant en France, à l'âge de quinze ans, où il se trouve depuis donc huit années. S'il retourne là-bas, il sera enfermé. Il faudrait qu'une personne verse trois cent euros pour qu'il soit libéré. Mais là-bas, il ne connaît plus personne. Il a manqué son CAP de plombier à cause de tous ces déboires, à cause de l'absence de papiers, à cause surtout du rejet de notre pays. Pourtant, aujourd'hui, il ne connaît qu'une langue, le français.immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité

De plus, à cette date du 30 décembre, un papa cap-verdien, Monsieur Ribeiro, doit aussi être expulsé de Marignane alors qu'il vit en France depuis douze ans et qu'il a un enfant, un fils qui n'a pas vu son papa depuis septembre, celui-ci étant enfermé en camp de rétention pour étrangers. Cet enfant est scolarisé en CP, il est né en France et va être privé d'un père vivant à quatre mille kilomètres de lui.

Je vous parle de l'actualité, du présent des expulsions. Malheureusement, il y en a eu de nombreuses autres depuis votre élection. Cela me déçoit tellement, me remplit de larmes...

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéJe vous fais cette lettre car je me suis engagée personnellement dans la cause de la défense des étrangers, accueillant successivement chez moi trois jeunes filles africaines, placées par des juges français chez moi et par la Sauvegarde de l'Enfance et l'ASE. J'ai vu leur détresse, j'ai entendu leur histoire, très douloureuse pour chacune, avec des viols, le meurtre d'un père pour l'une devant ses yeux, un avortement suite à un viol pour l'autre. Je reconnais les efforts des associations et du Gouvernement français pour elles et pour grand nombre d'étrangers, mais par pitié, ne renvoyez pas de papas, ne séparez pas les familles, n'enlevez pas les enfants de leur école, ne démembrez pas les familles, ne rejetez pas de France les étrangers mineurs, les lycéens, les jeunes vivant depuis des années sur notre sol.immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité



J'ai recueillie en 2003 une jeune béninoise. Je viens d'obtenir pour elle seulement ce mois-ci, au bout de presque dix années de combat, une carte d'identité et la nationalité française. C'est un grand bonheur pour cette enfant devenue ma fille. Je remercie pour cela le Gouvernement français, le Tribunal de Grenoble, dont Monsieur Parra, la Préfecture et la Mairie de Grenoble.

Je vous prie, Monsieur le Président, Monsieur Manuel Valls, d'accéder à mes demandes indiquées ci-dessus et de faire revenir le jeune Blendon Gashi, ainsi que de ne pas expulser le jeune Ahmed Sohail ni le papa cap-verdien, Monsieur Ribeiro. Je vous remercie aussi de ne plus expulser de pères de famille et de ne plus séparer de familles, au nom des Droits de l'Enfant et de l'Homme.

Veuillez agréer, Monsieur le Président et Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments distingués, respectueux et courtois.


Chloé LAROCHE______________________________________immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidaritéimmigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité

immigration,lettre au président,lettre à manuel valls,hollande,guéant,ayrault,politique,lettre ouverte,resf,réseau education sans frontieres,expulsion étranger,hémiplégie,handicapé,droits de l'enfant,granges,échirolles,cheryl pereira,roms,camps,relogement,sans papiers,pauvreté,crise,hospitalité,exclusion,gymnase,camp de rétention,cra,blendon gashi,kosovo,ahmed sohail,ribeiro,marignane,main tendue,honte,solidarité 




ARTICLES À LIRE  (en rapport avec mon article) :


http://www.rue89.com/2012/11/09/pourquoi-nous-avons-aide-les-roms-en-bas-de-chez-nous-echirolles-236889

http://www.educationsansfrontieres.org/article45489.html?var_confirm=92zdxktX

http://www.educationsansfrontieres.org/article45335.html

 

_____________________ Si vous voulez les aidez, lisez ceci et écrivez..... SIGNEZ les pétitions :



1/ Vol prévu à Roissy pour Ahmed SOHAIL jeune ressortissant pakistanais de 23 ans arrivé en France à l'âge de 15 ans.

Ses parents, victimes de persécutions, et sans doute assassinés depuis, avaient fait le pari de lui donner une chance en le confiant à un passeur.

Il s'est retrouvé à 15 ans, errant dans les rues de Paris. Balloté de foyer en foyer pour mineurs étrangers, il fugue à plusieurs reprises. Pris en charge par l’ASE en 2006, il tente de se reconstruire dans une famille d’accueil. A 18 ans, il bénéficie d’un contrat “jeune majeur” passé avec l’ASE et obtient un titre de séjour « étudiant » jusqu’à 21 ans. Mais au terme de ce contrat, plus d’accompagnement social, plus de logement.

Il trouve un patron disposé à l’embaucher comme plombier. Il demande le changement du statut étudiant au statut salarié. Mais la Préfecture de Seine-Saint-Denis fait traîner les choses, plus d’un an, tant et si bien que le patron, lassé, renonce à employer Ahmed qui se retrouve sans emploi et sans papiers ! Résultat... une OQTF de mai 2011. Ahmed travaille, comme plombier (il a un CAP), comme maçon, ou électricien. Il est hébergé chez des compatriotes, à qui il verse régulièrement un loyer. Il a des amis, ses éducateurs se souviennent de lui et témoignent en sa faveur.

Il est en rétention depuis plus d’un mois, depuis le 21 novembre 2012 et il devrait être monté de force dans un avion le 30 décembre à destination d’un pays où personne ne l’attend.

 

Préfet de police de Paris : Bernard BOUCAULT

Fax : 01 53 73 67 23
mail : prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

 

 

2/ Expulsion programmée à Marignane pour M. Ribeiro

Depuis le 3 septembre, M. Ribeiro, cap-verdien, père d’un enfant français scolarisé en CP n’aura connu que l’enfermement : .garde à vue + rétention (25 jours) + rétention (20 jours) + prison (2 mois) + rétention (25 jours), il vient d’apprendre qu’il sera expulsé demain 30 décembre.

Dangereux criminel, ou étranger contre lequel la machine à expulser s’acharne ? Le 18 octobre, après 44 jours au CRA de Marseille, veille de sa fin de période de rétention, M. Ribeiro a refusé l’embarquement à l’aéroport de Marignane.  

Le TGI d'Aix en Provence l’a condamné à 2 mois de prison ferme, qui l’ont conduit à la  prison des Baumettes pour "s’être soustrait à une mesure de reconduite à la frontière". Le 6 décembre, jour de sa « libération », 4 policiers l’ont cueilli directement à la prison pour le ramener  au centre de rétention.

M. Ribeiro vit en France depuis 12 ans, il a déjà eu une carte de séjour, dont le renouvellement lui a été refusé suite au verdict du juge des affaires familiales considérant que depuis sa séparation avec sa femme, il n’assurait pas convenablement l’éducation de son fils, E. Depuis, son ex-compagne a écrit au juge pour expliquer les dégâts que causerait une expulsion. Un père peu présent dans l’éducation de son fils, ce n’est pas pareil qu’un père banni à 4000 km!. Et pendant que la justice délibère, pendant que le préfet prend ses arrêtés d’expulsions, pendant que la police trimbale Mr Ribeiro de cellule en cellule, ce petit garçon n’a vu son père qu’au travers d’un parloir depuis 4 mois, ne l’a pas vu à Noël et si nous n’arrivons pas à faire revenir M. le Préfet sur sa décision, ne le verra plus.

Pourtant, le 18 janvier, M. Ribeiro doit repasser devant le juge des affaires familiales, et prétendre à nouveau à une carte de séjour pour parent d’enfant français. Pourtant, la pétition lancée par le RESF a recueilli plus de 1000 signatures. Pourtant, M. Charroux, député de la circonscription de Martigues, a écrit au Préfet pour attirer son attention sur cette situation. Pourtant une délégation du RESF et de la LDH a été reçue à la sous-préfecture d’Istres pour demander la libération de Mr Ribeiro.

Demain, M Ribeiro doit passer à 10 h 30 devant un Juge qui pourrait décider de sa mise en liberté.  ! Quelques heures plus tôt, il aura été conduit  à l’aéroport

 

Préfecture des Bouches du Rhône : Standard 04 84 35 40 00

Prefet 13 :  hugues.parant@bouches-du-rhone.pref.gouv.fr;

Secretariat general :  pref-secretariat-sg@bouches-du-rhone.gouv.fr;

Directeur de cabinet :  christophe.merlin@bouches-du-rhone.gouv.fr

Directeur service Immigration et intégration :  francis.izquierdo@bouches-du-rhone.gouv.fr

 

 

3/ Un père géorgien enfermé au CRA de Saint-Jacques de La Lande

Zviad SULADZE, géorgien, réside avec sa famille à Saint-Brieuc, il a été interpelé par la police à Rennes lors d’un contrôle routier le 18 décembre et conduit au Centre de Rétention Administrative de Saint-Jacques de La Lande

En France depuis 2004, il a demandé plusieurs fois l’asile et a sollicité sa régularisation, mais les réponses furent toujours négatives.

Il est père de 2 enfants, Olga 16 ans, venue rejoindre son père après le décès de sa mère il y a deux ans en Géorgie, et scolarisée au Sacré-Cœur, et un petit garçon de 21 mois d’un second mariage.

Le matin de Noël, la Police des frontières (PAF) est venue au domicile de la famille. Depuis, Olga et sa belle-mère vivent dans la crainte. Zviad est malade, il a un rendez-vous à l’hôpital de Saint-Brieuc le 15 janvier. Mais il peut être monté dans l’avion à tout moment.

 

Préfecture Ile et Vilaine : Tél: +33 2 99 02 10 35

Télécopie : +33 2 99 02 10 15

Préfet : michel.cadot@ille-et-vilaine.gouv.fr

Secrétaire général : claude.fleutiaux@ille-et-vilaine.gouv.fr

 

 

Préfecture des Côtes d’Armor (22) : Tél : +33 2 96 62 44 22

Fax : +33 2 96 62 05 75

Préfet : pierre.soubelet@cotes-darmor.gouv.fr

Tél : +33 2 96 62 43 88

Fax : +33 2 96 62 44 21


Téléphone :  +33 2 96 62 43 28

Fax : +33 2 96 62 43 28

 

Et là où se prennent les décisions :

A l'Elysée :

Secrétaire général : pierre-rene.lemas@elysee.fr

Directrice de cabinet : sylvie.hubac@elysee.fr

Directeur de cabinet adjoint : alain.zabulon@elysee.fr

Chef de cabinet : pierre.besnard@elysee.fr

Conseiller politique : aquilino.morelle@elysee.fr

Matignon : premier-ministre@cab.pm.gouv.fr

A l'Intérieur :

Conseiller yves.colmou@interieur.gouv.fr

Dircab adjoint renaud.vedel@interieur.gouv.fr

Dircab adjoint thomas.andrieu@interieur.gouv.fr

Conseiller immigration : raphael.sodini@interieur.gouv.fr

Chef de cabinet sec.chefcab@interieur.gouv.fr

 

 

NOUS EXIGEONS LE RETOUR DE BLENDON GASHI

Le 18 janvier 2012 au matin, Blendon GASHI, 10 ans, hémiplégique, était expulsé avec ses parents et son frère jumeau Blendi vers le Kosovo. Cela se passait sous Sarkozy et Guéant.

Interpellé sur ces faits inacceptables, le gouvernement Ayrault refuse de revenir sur la décision de son prédécesseur et l’entérine : la demande de visa de la mère de Blendi et Blendon pour ses fils et elle-même vient d’être rejetée par les services consulaires sur instruction du cabinet du ministre de l’Intérieur.

Ces faits déshonorent ceux qui les ordonnent, ne peuvent que bouleverser ceux qui les exécutent et font honte à ceux qui les laissent se commettre. Il faut réagir !

Nous exigeons le retour immédiat et sans délai de Blendon et de sa famille en France pour qu’il bénéficie des soins que son état impose.

Pour voir la liste des premiers signataires et signer : http://www.educationsansfrontieres.org/article45489.html?id_rubrique=

 

20/07/2012

Fêtons l'avancée de la protection des enfants étrangers qui ne seront plus enfermés en CRA, centres de rétention... mais il demeure que des pères continuent à être expulsés de notre pays.

msadarmorique_1231341281335_LOGO_FAMILLE_NOMBREUSE.gifBonjour à tous et toutes,


Vous savez que depuis quelques années, je prends la défense de nombreux papas expulsés et de familles aussi, ainsi que d'enfants arrachés à leur école pour être placés en camp de rétention avant expulsion définitive.

Le gouvernement ayant changé, de nombreuses associations ont l'espoir que les choses changent. Elles commencent à changer effectivement puisque Monsieur VALLS a décidé de ne plus accepter les enfermements des enfants en CRA, centre de rétention.

Je vous invite à lire à ce sujet ce très bel article : 

http://www.placeauxdroits.net/portail/node/19

Cet article démontre tout ce qui reste à faire après ces premières mesures décidées par le Ministre de l'Intérieur.

rose-09-vip-blog-com-778674scsnowflake-vip-blog-com-714971p.jpgEn effet, des papas continuent d'être expulsés alors que le premier droit d'un enfant est d'avoir ses parents près de lui.

Aujourd'hui, un père risque l'expulsion vers l'Italie alors que son fils de cinq ans est à Paris. Pourquoi ceci ? C'est révoltant. Je vous invite donc à prendre position et à signer la pétition ci-dessous.

Je terminerai mon article en demandant avec force au nouveau Gouvernement que les familles ne soient plus jamais écartelées comme je l'ai constaté ces dernières années. Je vous rappelle que dans ma ville, à l'école du Jardin de Ville, trois enfants ont été arrachés aux bancs de leur école primaire et maternelle pour être expulsés avec leurs parents le 24 novembre 2008.

Voir mon article écrit pour eux : 

https://sosmaman.20minutes-blogs.fr/archive/2008/12/02/un-pere-est-venu-chercher-ses-enfants-a-l-ecole-encadre-de-p.html#trackbacksh

Je vous remercie de lire à ce sujet tous les articles écrits dans la catégorie que vous trouverez à gauche de la page de mon blog : "Chloé défend les pères expulsés" et "Non aux expulsions et aux camps".

Et que Monsieur CHEN ne soit pas expulsé en ce jour. Je vous tiens au courant de son sort. Puisse-t-il demeurer avec son fils. 

expulsion étranger,monsieur chen,cra,centre de rétention,réseau education sans frontieres,france,immigration,valls,ministre,politique,hollande,droits de l'enfant,Dernièrement le papa d'une fillette, expulsé lui aussi, m'a écrit que sa fille devait ressentir la même chose que mon fils orphelin : cette absence déchirante de la présence du père.

La seule chose est que dans ce cas, ce sont les hommes qui créent la souffrance et qu'elle pourrait être évitée, le destin étant déjà largement suffisant à apporter la mort et les épreuves dans les familles.


Chloé LAROCHE



__________________________________________________


TEXTE DE LA PÉTITION pour Monsieur CHEN____________

"Les hommes changent, les méthodes restent…

 "Le préfet de police de Paris, nouvellement nommé par Manuel Valls, a obtenu, la rétention de M. Ou CHEN, Chinois de Belleville dont le seul tort est de ne pas connaître le Code des étrangers (Ceséda), ce qui l'a conduit à croire que son titre de séjour italien valait pour l'espace Schengen et notamment la France.

Le construction européenne est ainsi faite que l’espace Schengen qui permet la libre circulation des européens, ne vaut pas pour les étrangers et qu’un titre de séjour valable dans un pays de cet espace ne permet pas de s’installer dans un autre pays de ce même espace…

C’est en vertu de cette discrimination, qu’un père de famille chinois, M. Ou CHEN, régularisé en Italie ne peut rejoindre sa famille en France et s’occuper de son fils scolarisé à la maternelle Tourtille et qu’ainsi, arrêté à Paris, il va être expulsé vers l’Italie incessamment

La politique du chiffre, pourtant amplement dénoncée, continue de faire des victimes.

Demandons au Préfet de police de Paris, nouvellement nommé, de libérer M. CHEN afin qu’il puisse retrouver les siens et poursuivre une vie familiale normale.

 
L'expulsion vers l'Italie de cet homme, dont toute la famille réside à Paris (et notamment son fils de cinq ans) est absurde mais conforme au Ceséda. 
 
Les autorités italiennes ont donné leur accord pour son retour en Italie, il y a plus de 20 jours.
 
Or depuis, la préfecture s'est « endormie » – la privation de liberté d'un étranger ne pesant pas cher – et vient seulement de se réveiller la veille du passage devant le Juge des libertés et de la détention (JLD) au 24e jour. Ce dernier, en effet serait obligé de prononcer une libération devant le peu de diligence du Préfet à trouver un billet d'avion ou de train durant ces 20 jours.
 
Aussi, le nouveau préfet a donc décidé en catastrophe d'expulser par avion quelques heures seulement avant la présentation devant le JLD !"
 
Si, pour vous, les droits humains ne se bradent pas, signez la pétition :
 
http://www.educationsansfrontieres.org/article43848.html?id_rubrique=
 
_______________________________________________________________________

28/09/2011

Ils leur avaient dit : "Vous ne craignez pas l'expulsion, vous avez huit enfants." Mais c'était sans faire avec le service de l'Immigration qui a décidé d'agir avec inhumanité.


étranger,tchetchenie,immigration,politique,actualité,école,resf,reseau education sans frontieres,pologne,huit enfantsBonjour à toutes et tous,

 

 

étranger,tchetchenie,immigration,politique,actualité,école,resf,reseau education sans frontieres,pologne,huit enfantsJ'ai pleuré en lisant le texte que je vous transmets ci-dessous, article que le Réseau d'Éducation sans Frontières m'a envoyé en urgence.étranger,tchetchenie,immigration,politique,actualité,école,resf,reseau education sans frontieres,pologne,huit enfants

Alors, je vous en conjure, mes chers lecteurs, écrivez pour cette famille (aux mails et fax donnés plus bas) et battons-nous pour que ces huit enfants d'une même famille reviennent dans leur école et ne vivent plus ce choc de l'expulsion.étranger,tchetchenie,immigration,politique,actualité,école,resf,reseau education sans frontieres,pologne,huit enfants

 

Cordialement à tous,

 

Chloé LAROCHEétranger,tchetchenie,immigration,politique,actualité,école,resf,reseau education sans frontieres,pologne,huit enfants

 

 

 

___________________________________________________________________________________________

 

Renvoi d’une famille Tchétchène

Opération policière préfectorale

ce matin, 27 septembre, à La Roche sur Yon :

 

"A 6.00 heures ce matin, à la mosquée de la Roche sur Yon, une cinquantaine de gardes mobiles, policiers et représentants de la préfecture sont venus réveiller et interpeller une famille tchétchène de 2 adultes et 8 enfants, la famille Dzhanaraliev.
Rue bloquée dans le quartier, déploiement de force sans commune mesure avec la situation d'une famille paisible ne représentant aucun danger et dont 7 des 8 enfants âgés de 2 à 18 ans, sont scolarisés à La Roche sur Yon.

Tout ce cirque policier pour renvoyer en Pologne, pays supposé de leur entrée en Europe. Juridiquement et administrativement cette réadmission est contestable et une saisine du Conseil d'état est en cours.

De plus lors de leur passage en Pologne, ils ont subi des maltraitances, ce qui explique leur demande de d'asile en France. Or, le 22 septembre, la cour de justice européenne, par la voix de son procureur général, a statué sur le fait que des demandeurs d’asile ne peuvent être transférés vers un autre état membre, lorsqu’il y a pour eux un risque d’une atteinte grave aux droits que la Charte des droits fondamentaux  leur garantit.

 

La famille bouleversée, en détresse, avec les enfants en pleurs, a seulement pu contacter la bénévole de la Cimade qui les suivait depuis plusieurs semaines.
Arrivés sur place, aucun membre des associations qui les ont soutenus depuis leur présence à La Roche sur Yon (Vendée) n'a été admis à les assister, les réconforter, lors de cette opération. Le fort dispositif de sécurité empêchait tout contact avec la famille et même tout accès à la rue.

Rien ne justifiait l'heure, l'urgence et un tel déploiement des forces de l'ordre.

Dans quel état se trouvent les enfants ayant subi une telle interpellation matinale ?

 

Au-delà de la violence inhérente à un tel évènement, il convient de préciser que le plus jeune des enfants est atteint d'une pathologie cardiaque ayant nécessité une opération lourde. L'avis d'un cardiologue pédiatrique est indispensable avant tout long déplacement.

Une nouvelle fois, on stigmatise ceux qui aident des personnes en détresse, on bafoue les plus élémentaires des droits de protection de l’enfance et on crée, sous la pression d'un ministère de plus en plus répressif, un climat malsain, propice à toutes les interprétations.

Une nouvelle fois, la France s’apprête à bafouer le droit communautaire et à s’abstraire d’une décision de justice. 

 

RESF Vendée demande que cessent ces situations inadmissibles. L'Etat doit  permettre aux associations de remplir leur mission en toute circonstance.

 L'humanité doit prendre le pas sur les chiffres.

L'indignation des élus, des associations, des mouvements politiques et syndicaux qui suivent cette famille est totale !

 

Histoire récente :

 

Pendant la guerre de 1994 en Tchétchénie le père a aidé des combattants. 13 hommes de sa famille ont été tués dans cette période.

A la fin de la guerre pourchassés par le gouvernement prorusse, ils se sont cachés pendant 3 ans environ, se séparant et bougeant sans cesse.

En 2006, la situation devient intenable, le père est recherché et menacé, ils partent en Pologne avec leur passeport, demandent l'asile, obtiennent un droit de séjour de 2 ans mais sans le statut de réfugiés

En Pologne, ils ont subi des maltraitances, (en particulier un des enfants est violemment battu gardant des séquelles physiques et psychologiques importantes)

Ils ont pris peur et la famille sans avoir pu informer le père se réfugie au Danemark.

En mars 2010, le Danemark les renvoie en Pologne. Devant l'angoisse des enfants.

ils n'y restent que 2 jours et repartent en Tchétchénie toujours sans le père.

Ils sont 1 mois tranquilles puis  ils sont sommés de dire où est le père et comme moyen de pression les 2 enfants ainés sont séquestrés une nuit par des paramilitaires. Depuis l'ainé est resté mutique.

En octobre 2010, en insécurité totale ils se réfugient au Danemark, qui demande leur retour vers la Pologne.

Terrorisés, ils rejoignent le frère de Madame en séjour régulier en Suède.

Le père qui n'avait pas revu sa famille les rejoint en Suède. Même histoire, la Suède demande le retour en Pologne.

Ils fuient de nouveau mais cette fois ci vers la France (Strasbourg) pensant pouvoir demander l'asile car ayant quitté l'UE pendant plus de 6 mois. Les preuves de leur séjour en 2010 en Tchétchénie sont jugées non probantes par le préfet du Bas Rhin. Celui-ci refuse leur admission et ordonne leur retour immédiat en Pologne.

La famille arrive alors en Vendée en juin 2011, est accueillie par les associations locales d'aide et ces 3 derniers mois est logée en modulaire dans la cour de la mosquée avec l'accord et l'aide de la Mairie.

Ils se trouvent au centre de rétention de Rennes et risquent leur renvoi de nouveau vers la Pologne alors que ne sont pas connus les résultats des derniers recours – Conseil d'état en particulier."

 

Dernière heure : Magomed a été gardé à l'hôpital, le vol est donc annulé pour demain !
La communauté tchétchène de Rennes organise un rassemblement devant le CRA demain.

ON A QUELQUES HEURES DE PLUS POUR EMPECHER L’INACCEPTABLE DE SE PRODUIRE !

 

 

 

Précisions sur la famille  Dzhanaraliev

mère Rumissa 06 12 1974

père Musa 30 06 1966

Murid 02 04 1993  Garçon

Mashad 07 07 1995 G 

Muslim 31 O5 1997 G

Elina 13 11 1998 Fille

Eliza 13 08 2000 F 

Rajana 06 03 2005 F

Malik 20 04 2007 G

Magomed 14 02 2009 G (c'est lui qui a subi une opération du cœur à la naissance) 

 

Fax, mails, coups de téléphone pour dire, sans injure ni diffamation ce qu’on pense de tout ça :

Coordonnées de la Préfecture du Bas-Rhin qui est en charge du dossier

raphael.lemehaute@bas-rhin.pref.gouv.fr

pierre.ory@bas-rhin.pref.gouv.fr

infos@bas-rhin.pref.gouv.fr

 

secretaire-general@bas-rhin.pref.gouv.fr

par fax

03/88/21/61/ 55 (fax du secrétaire général)

03/88/21/62/ 16 (fax de la préfecture)

03/88/21/68/ 07 (fax du sous-préfet)

Quand on n’a pas de fax : http://fax-gratuit.net/tt/index

Préfecture de la Vendée qui a organisé cette expulsion de façon inqualifiable.

Téléphone 33 2 51 36 70 85

fax +33 2 51 05 51 38

 

Là où se prennent les décisions 
Elysée : 01 42 92 81 00

Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html <http://www.elysee.fr/ecrire/index.html> 

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) a été viré. Il n’a officiellement pas de remplaçant mais Guillaume Larrivé est de retour depuis mars : longtemps  conseiller immigration de Sarkozy (avec Tandonnet) au ministère de l’intérieur. Il connait bien et n’aime pas le réseau. Raison de plus pour se rappeler à son bon souvenir :guillaume.larrive@elysee.fr

Mais aussi au Conseiller spécial Henri Guaino henri.guaino@elysee.fr 

et au secrétaire général xavier.musca@elysee.fr

Ministère de l’Intérieur

claude.gueant@interieur.gouv.fr

Directeur de cabinet : stephane.bouillon@interieur.gouv.fr

Dircab-adjoint : georges-francois.leclerc@interieur.gouv.fr

Les membres du cabinet chargés de l’immigration :

pierre.regnault-de-la-mothe@interieur.gouv.fr

henri.zeller@interieur.gouv.fr

christophe.reynaud@interieur.gouv.fr

 

Secrétariat général à l’Immigration :

Fax: 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00
Secrétariat général 
secretariat-general@immigration-integration.gouv.fr 

Secrétaire général : stephane.fratacci@immigration-integration.gouv.fr  01 77 72 61 65

Directeur de cabinet : gautier.beranger@immigration-integration.gouv.fr 01 77 72 62 66

Chef de cabinet : charlotte.orgebin@immigration-integration.gouv.fr 01 77 72 62 40

 


09/06/2011

Ma lettre au Préfet de Paris pour libérer une jeune africaine mineure et la garder en France, auprès de sa mère et pour finir ses études.

Tree-of-Life-7-180x240.jpgMonsieur le Préfet de Paris,


Je me permets de solliciter votre promptitude sur une affaire grave qui touche une jeune fille.

Maimouna MEITE est lycéenne et vient d'avoir 19 ans … Elle est née le 8 juin 1992. Elle prépare un bac professionnel au lycée François Truffaut dans le 3ème arrondissement de Paris.

Elle a été élevée par sa grand-mère en Côte d’Ivoire. Au décès de celle-ci, Mainouna avait tout juste seize ans. C'est à ce moment-là que sa mère vivant en France en situation régulière (titre VPF) l’a fait venir auprès d’elle. Depuis septembre 2008, elle suit sa scolarité à Paris.

Maimouna a été arrêtée ce 8 juin au guichet de la préfecture de police et a été placée en rétention au CRA de Cité, le jour de son anniversaire.

Un vol pour la Côte d'Ivoire lui a été annoncé pour aujourd'hui, 9 juin.

Vous vous imaginez le désarroi de cette jeune femme obligée de rentrer dans son pays, sans personne pour la protéger.

Je vous demande donc, Monsieur le Préfet, de libérer cette jeune fille et de réexaminer favorablement sa situation, au regard de sa vie familiale présente.

Je vous prie, vous supplie, de garder cette jeune fille sur le territoire français afin qu'elle puisse enfin avoir la sérénité d'un destin plus clément que ce qu'elle a vécu jusqu'ici.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de mes salutations distinguées.


Chloé Laroche

 

_________________________________________________________________________

___________________________APPEL A FAX / MAIL POUR MAIMOUNA dont l'expulsion est imminente.
Préfecture de Police :
Fax : 01 53 71 57 10
Mail : prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr
Vous pouvez écrire en vous inspirant du courrier ci-dessus et en restant courtois.
Voir le site RESF : http://www.educationsansfrontieres.org

 

14/04/2011

Ma lettre pour les trois ans de mon blog. Puissent les familles être respectées et ne pas être séparées, puissent les parents rester auprès de leurs enfants et ne pas être arrachés aux fruits de leurs entrailles.

P1040294.JPGBonjour à toutes et tous,resize_S269191_Chris38920__P351411.png

 

Ce blog a reçu 196569 visites depuis sa création en avril 2008, avec 11460 visites en mars 2011.

Il vient d’avoir trois ans d’existence.

Je remercie toutes les personnes qui me lisent et sont fidèles à mes écrits, à ma sincérité et ma franchise.

Je vous remercie de me suivre dans certains combats qu’on arrive parfois à remporter comme pour ces trois enfants qui venaient de perdre leur mère et qui ne pouvaient retrouver leur père... expulsé. Ils sont maintenant réunis.

Lien : https://sosmaman.20minutes-blogs.fr/chloe-defend-les-pere...

P1040328.JPGLe petit Vazgen a pu rester en France avec ses parents et c’est grâce aussi à notre combat et à celui de tous ceux du réseau d’Éducation sans Frontières.

Lien : https://sosmaman.20minutes-blogs.fr/archive/2011/01/10/ce-matin-un-petit-garcon-ne-retrouvera-pas-le-chemin-de-son.html#comments

Il y a certains drames qui laissent le souvenir de l’absence terrible des morts et des disparus. Comme la disparition du petit Antoine à Issoire, que l'on n'a pas retrouvé depuis le 11 septembre 2008.P1040303.JPG

Lien : https://sosmaman.20minutes-blogs.fr/archive/2008/09/14/ce-soir-je-pense-au-petit-antoine-disparu-a issoire.html#comments

Il y a des douleurs de parents adoptifs qui ne sont pas reconnus officiellement comme parents et des enfants adoptés sans identité... comme nous, comme ma fille venue du Bénin.... pour laquelle je vous demande encore de signer la pétition :

http://www.mesopinions.com/L-adoption-de-ma-fille-n-est-pas-validée-en-France-depuis-7-ans-petition-petitions-63113acadfd163c940ec9228182e1d58.html#signer-petition

Je poursuivrai encore longtemps ces combats car la vie est un combat.... Comme en montagne, lorsqu'on lâche prise, on tombe... ainsi certains combats sont identiques à une course en montagne. On ne doit pas lâcher prise.

J’ai des pensées pour ceux qui sont tristes aujourd'hui -et il y en a (rupture, deuil, chômage, divorce, difficultés, etc)- qui se battent pour avancer.P1040517.JPG

k2191706.jpgQue les silences se brisent.... Couvrons les fusillades.... qu'elles cessent devant le chant de la paix. Je pense à tous ces morts, ces enfants cachés dans la forêt en Côte d'Ivoire.... leurs parents massacrés, toutes ces vies brisées.

Vivre pour le meilleur, se mettre debout pour tout donner... La jeune fille du Congo que j'accueillais a quitté ma maison.... oiseau qui a grandi et s'envole vers son autonomie. Je l'ai accueillie, protégée, nourrie.... et la voilà partie. Il faut savoir rester détaché de ces séparations nécessaires pour le bien d'autrui. Ne rien garder et laisser partir pour que les chemins se poursuivent en liberté et légèreté.isp0802384.jpg

Je poursuivrai aussi mes balades où j’emmène mes amis et ceux qui le souhaitent sur les chemins de la nature et de la beauté du monde qui nourrit notre harmonie intérieure, dans cette société de plus en plus chaotique et affolante.

Je vous souhaite à tous tout le bonheur du monde et que votre soleil éclaircisse l’ombre.

P1040687 - copie.JPGPour les trois ans de ce blog, merci d’aller signer cette pétition pour une famille écartelée, avec trois enfants en bas âge, dont la situation est dépeinte dans le texte ci-dessous.

"Doudou 6 ans, Bryan 4 ans et Fendi 2 ans ne voient plus leur père depuis plus de 15 jours, sauf derrière des barreaux, et craignent de le perdre. Leur père n’a commis aucun crime, il est simplement enfermé parce qu’il n’a pas le bon papier."

Pétition :  http://resf.info/P1874 pour Roger N'Zembélé

Voir : http://www.educationsansfrontieres.org/article35664.html

Je vous en remercie infiniment pour eux.P1040703.JPG

 

Chloé LAROCHE

____________________________ (Les trois premières photos vertes que j'ai insérées dans cet article sont celles que j'ai faites lors d'une balade au Monastère de la Grande Chartreuse en mars 2011. Celle de la cascade, je l'ai prise aux cuves de Sassenage et celle de droite : aux Bruyants dans le Vercors).

________________________________________________________________________________________

 

INFORMATIONS REÇUES DU RÉSEAU RESF

POUR LA FAMILLE DONT JE VIENS DE VOUS PARLER :

 

"Dernière nouvelle : ce matin mercredi 13 avril, Roger N'Zembele a été extrait du CRA. Les policiers l'ont informé qu'ils le transportaient à Paris pour demander un laissez passer à l'ambassade de RDC. Ce document est nécessaire pour expulser quelqu'un qui n'a pas de passeport valide. Nous espérons que ce transport ne cache pas une expulsion express.

Doudou 6 ans, Bryan 4 ans et Fendi 2 ans ne voient plus leur père depuis plus de 15 jours, sauf derrière des barreaux, et craignent de le perdre. Leur père n’a commis aucun crime, il est simplement enfermé parce qu’il n’a pas le bon papier.

Monsieur Roger N'Zembele, a été arrêté à son domicile et enfermé au Centre de Rétention Administrative (CRA) de Lyon lundi 28 mars. Originaire de RDC, il habite Vénissieux (69).

Opposant politique, il est arrivé en France en 2002. Ses demandes d'asile politique ont été rejetées ainsi que sa demande Vie Privée et Familiale.

Or, depuis 10 ans qu’il est en France, il a construit sa vie ici : il vit  avec sa concubine angolaise (en situation régulière), le fils aîné de celle-ci dont il s'occupe et leurs deux enfants. Doudou 6 ans et Bryan 4 ans sont scolarisés en maternelle à l'école Léo Lagrange de Vénissieux ; Fendi, 2 ans est inscrite à la crèche E. Cotton.

Les enseignants, les parents d’élèves, les voisins se mobilisent et refusent que cette famille soit détruite, que les enfants soient privés de leur père alors que toutes les conventions internationales défendent le droit des enfants à vivre avec leurs deux parents. Un collectif de soutien est en train de se mettre en place. Il avait organisé ce mardi 12 avril, un goûter de soutien et d’information à la maternelle Léo Lagrange.

Beaucoup de parents sont restés et avaient amené de nombreux gâteaux. Toute l'équipe enseignante était là. Il y avait aussi la mairie (Lotfi Benkhelifa, Marie Seemann), le conseil régional (Christian Falconnet, Marie Christine Burricand), le PCF, un responsable du réseau anti-expulsion, une responsable FCPE (Annabelle Billaud), de nombreux militants RESF...

Une dizaine de panneaux ont été réalisés et emportés par les familles afin de les accrocher à leur fenêtre. Un atelier dessins à été mis en place pour les enfants.

Jeudi 14 avril, le juge des Libertés doit statuer sur la prolongation de rétention de Monsieur N’Zembele. Les enseignants des écoles de Vénissieux seront en grève, l’école des enfants de Roger sera fermée avec l’accord des parents d’élèves et tous iront le soutenir au Tribunal de Grande Instance (67 rue Servient- arrêt tram : palais de justice- mairie du 3ème ou métro place Guichard).

Au cas où Roger N'Zembele serait maintenu en CRA, le collectif réfléchit à de nouvelles actions."

RESF 69

Nous avons besoin de l'aide de tous.

Merci de signer la pétition et de la transmettre à votre carnet d'adresse,

Pétition :  http://resf.info/P1874 pour Roger N'Zembélé

 

24/08/2009

Pour un père serbe expulsable de France et ses deux enfants dont l'un est né en France en 2000. Il a neuf ans et sa soeur a treize ans. Ils risquent de ne jamais revoir leur père. "Le maintien de l'unité familiale est une règle immuable."

images-10.jpeg
Bonjour à tous et toutes,images-11.jpeg
images-5.jpegActuellement, une famille est encore malmenée, déchirée, écartelée... et c'est insupportable.
Un père serbe en prison.
images-12.jpegDeux enfants de treize et neuf ans qui pleurent leur papa.
Des enfants scolarisés en France depuis toujours et un père, Vojin MILIC, présent sur notre sol depuis treize ans.
Il est enfermé depuis le 12 août au Centre de Rétention de Palaiseau, dans l'attente d'une expulsion de France.
Je vous informe de cette situation car nous ne pouvons laisser mentir Monsieur Besson qui a déclaré, je cite :
"Le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore un droit, qui s’applique à toutes les familles, qu’elles soient ou non en situation régulière".images-3.jpeg
C'est une très belle phrase et j'aimerais que Monsieur Besson l'assume et la rende vivante. Que ces deux enfants et leur mère ne pleurent plus et qu'on stoppe cette situation, qu'on leur rende leur père et leur mari.
Je vous transmets à cet effet l'appel du Réseau d'Éducation sans Frontières que vous trouverez ci-dessous, ainsi que les actions à faire.
Soyons nombreux à réagir et à agir vite en écrivant aux différentes adresses INDIQUÉES EN FIN D'ARTICLE.
Chloé LAROCHE
images-4.jpeg_______________________
"Vojin MILIC est serbe. Il est enfermé au CRA de Palaiseau depuis son arrestation à Beauvais lors d'un contrôle routier le 12 août. Il vit en France depuis 1996, soit 13 ans. Sa femme Snezana MILIC qui vit en France depuis 10 ans a rendez-vous la semaine prochaine en préfecture de Bobigny pour y retirer son titre Vie privée et familiale. Jouana, l’aînée de ses enfants est arrivée en France en 1999, à l’âge de 3 ans, son jeune frère y est né, en 2000. L’un et l’autre y ont fait toute leur scolarité. Ils sont très affectés par la disparition de leur père.

En outre, immédiatement après une première arrestation, il y a un an, Vojin MILIC a fait une septicémie. Il a passé six jours dans le coma et son état nécessite des soins.

Son arrestation et l’éventualité de son expulsion suscitent stupeur et incompréhension de tous ceux qui connaissent la famille. Aussi, ce matin (22 août), quand il a été traduit devant le juge des libertés d'Evry, sa femme, sa fille, son frère et sa belle-soeur (Français), la directrice de l'école de son fils qui était venue de Drancy avec son mari, les militants du RESF, tous avaient bon espoir : un juge, ‑‑celui des Libertés, qui plus est !‑‑ ne pouvait laisser une telle injustice en l'état.

C'était se tromper lourdement. Le juge était là pour dire la loi, celle de Monsieur Sarkozy. Il l'a dite, sans trembler ni rougir : Vojin MILIC reste en prison administrative. Sa femme et sa fille en pleurs ? Sa famille étranglée d'indignation ? Les policiers présents qui avaient honte du travail qu'on leur fait faire ? Ce n'est pas son problème... On lui a souhaité de déjeuner de bon appétit quand on l'a croisé, quittant ce qu'on peine à appeler le palais de Justice...images-6.jpeg

images-9.jpegVojin MILIC sera ramené au CRA de Palaiseau. Il était prévu qu’il soit expulsé lundi mais la police n’a pas obtenu de laissez-passer. On va donc le laisser mariner et se désespérer des jours et des jours encore. Des jours qu’il faut mettre à profit pour réagir encore plus fort. Alerter la presse, faire savoir ce qui se passe au pays dont Sarkozy est président. Dire, clamer partout que Besson ment quand il soutient « Le maintien de l’unité familiale est une règle immuable, générale, plus encore un droit, qui s’applique à toutes les familles, qu’elles soient ou non en situation régulière ».

 

images-7.jpegLE DEMEMBREMENT DES FAMILLES, CA SUFFIT !

 

Pour protester (sans injures ni diffamation)

Préfecture de Seine-Saint-Denis qui a pris l'APRF du 05/09/2008

Nacer MEDDAH, Préfet : nacer.meddah@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

Directrice des étrangers : arlette.magne@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

et : courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

Fax : 01 48 30 22 88

Préfecture de l'Oise qui a procédé à l'arrestation et à la mise en rétention

courrier@oise.pref.gouv.fr

philippe.gregoire@oise.pref.gouv.fr

Fax 03 44 45 39 00

 

Ministère du démembrement des familles

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

 


Elysée parce que c'est là en réalité que les décisions se prennent  fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

______________

_________________ Le Réseau d'Éducation Sans Frontières : http://www.educationsansfrontieres.org

 

 

23/07/2009

Lettre ouverte à l'épouse du Président de la République, Carla BRUNI-SARKOZY, pour Jynia, une mère de famille qui va accoucher en août seule alors que le futur père vient d'être expulsé de France.

 

132015-carla-bruni-sarkozy-156x133-1.jpgMadame Carla BRUNI-SARKOZY,

 

Je me permets de vous écrire car je suis sûre que vous m’entendrez et que vous saurez percevoir dans mes mots l’urgence d’une situation qui ne saurait attendre.Photo 398.jpg

Tout d’abord, croyez-vous que les enfants se font dans des oeufs ? Couvés ou non couvés ? Choyés ou abandonnés dans la nature, au gré des vents et des vagues ?900577.jpg

Des femmes… attendent des enfants. Elles attendent... Mais pourquoi donc ?

k0650580.jpgUne femme attend un enfant… Il grandit dans son ventre et vient un jour au monde. Croyez-vous qu’elle soit seule ce jour-là ? Y aurait-il un papa ? Sa présence serait-elle utile et même nécessaire à l’enfant qui arrive ?

Une femme attend un enfant. Elle pleure. Pourquoi ? Elle a porté cet enfant huit mois dans son ventre et dans quelques jours il va naître. Mais elle va accoucher seule. Elle s’appelle Jynia.

Malheureusement pour la santé de la maman et de l’enfant, qui plus est dans le cadre d’une grossesse à risques, le papa vient d’être expulsé de force, mis à l’avion sur l’ordre de votre mari.

Il a été renvoyé au Nigéria, alors qu’il a déjà une petite fille d’un peu plus de deux ans et qu’il élève la première fille de Jynia, sa compagne.

Ces deux petites filles s’appellent Aimée et Emmanuella.

Vous chantez ces paroles, vos paroles, que j’adore : “Il faudrait que tout le monde réclame auprès des autorités une loi contre toute notre indifférence… Que personne ne soit oublié… Et que personne ne soit oublié.”FD004264.jpg

Carla, oui je réclame que vous ne soyez pas indifférente au sort de cette famille démembrée, au sort de ce papa exclu de sa paternité : Emmanuel Oladipo, au sort de Jynia, cette femme qui va accoucher seule, au sort d’Aimée et d’Emmanuella.

1912001.jpgJe vous en prie, demandez à votre mari qu’une mesure soit mise en place pour qu’Emmanuel revienne s’occuper de ses enfants et soit présent à l’accouchement de sa femme.

Vous chantez : “On me dit que le temps qui glisse est un salaud… Que de nos chagrins il s’en fait des manteaux.” N’habillons pas cette famille pour l”hiver. Cette famille écartelée pleure et le chagrin de chacun de ses membres est intolérable.

“Il semble que quelqu’un ait convoqué l’espoir”, avez-vous encore écrit et chanté… Soyez ce quelqu’un, Carla, pour Emmanuel Oladipo. Convoquez l’espoir, au nom de votre statut de Première Dame de France.

acu_024.jpgJe suis artiste comme vous et je crois que les anges nous suivent et nous accompagnent, afin que nous ne vivions pas comme des salauds mais que nous puissions chanter avec vous : “Il semble que mes bras soient devenus des ailes”.

“Tu fleuris au plus doux de mon âme”… Cet espoir, vous pouvez le semer dans le coeur de cet enfant à naître afin qu’il voit son père le serrer dans ses bras lorsqu’il viendra au monde au mois d’août 2009.

Je vous remercie de m’avoir lu et vous envoie tout cet espoir que je mets en cette lettre que je vous fais. De mon violon et de ma plume, je fais une flèche magique pour atteindre votre coeur.INGDMYFS0944.jpg

Très sincèrement,

282869SDC.jpgChloé LAROCHE

 

 

° La photo à gauche en haut : Carla Bruni-Sarkozy.

La photo à droite en haut : moi-même.

Les autres photos proviennent du site de Fotosearch.fr, que je remercie vivement.

19/07/2009

Une femme enceinte privée de son mari et deux fillettes privées de leur papa. C'est le cadeau du 14 juillet à la FAMILLE.

BLD050933.jpgBonjour à tous et toutes,

 

J'ai reçu le communiqué de presse du 17 juillet du Réseau d'Éducation Sans Frontières (RESF) concernant l'expulsion d'un père de famille vers le Nigéria. Des choses graves se passent... qui me hérissent. Aussi, je vous en parle et vous transmets le communiqué en bas de mon article.

Vous savez que depuis quelques mois, j'ai déjà écrit quelques articles sur des pères expulsés de France, des pères ayant des enfants en France, lesquels pleurent tous leur papa.

ks110799.jpg

Vous pouvez découvrir la tragédie de ces situations d'écartèlement des familles en cliquant à gauche sur la catégorie : "Non aux expulsions et aux camps" et sur la catégorie : "Chloé défend les pères expulsés".

Pendant que le Président de la République régalait à l'Élysée lors du 14 juillet, pendant le concert et le feu d'artifice à la Tour Eiffel, pendant le défilé militaire... un drame se tramait à Paris.

75627162.jpgJynia, une maman enceinte devant accoucher au mois d'août, a dû emmener ses deux fillettes en RER et en bus voir une dernière fois leur papa Emmanuel à la prison administrative du Mesnil-Amelot, avant son expulsion vers le Nigéria. Ces fillettes s'appellent Aimée et Emmanuella. L'une a 5 ans, la deuxième a deux ans et 7 mois.

Leur père s'occupait d'elles jusqu'alors au quotidien car c'est la maman qui allait travailler, en usine.

On a supplié le Président, envoyé des mails, des faxs.BLD057095.jpg

La réponse... froide, fut la suivante : "Les Etats n’ont pas de sentiments, ils n’ont que des intérêts".

Emmanuel Oladipo a été expulsé le 14 juillet avec d'autres sans papiers, en larmes, désespéré, laissant une famille démembrée, une femme devant accoucher sans lui, un nourrisson qui n'aura pas de papa à la maternité.

Je trouve cela si triste, si révoltant !scp018788.jpg

Je souhaite que ce père de famille puisse revenir en France au plus vite et que l'État français fasse des excuses à cette famille déchirée.

73142405.jpgPlus tard, ces enfants porteront plainte pour atteinte aux Droits élémentaires de la Famille, ce droit parmi d'autres Droits d'avoir leur père et leur mère près d'eux.

Emmanuel, nous ne t'oublions pas. Je suis vraiment désolée pour toi.

Que Dieu te vienne en aide et te sorte de cette situation totalement injuste et horrible pour ta famille.

Que ta compagne ait la force d'espérer et d'accoucher sereinement, sans ta présence physique à ses côtés.

Que Carla Sarkozy lise mon article et fasse un geste pour toucher le coeur de son mari, pour qu'Emmanuel soit présent à l'accouchement de son futur enfant.BLD057098.jpg

 

Chloé LAROCHEpe0058169.jpg

 

PS : Voici ci-après l'article relatant l'expulsion d'Emmanuel vers le Nigéria envoyé par le site de RESF : http://www.educationsansfrontieres.org

__________________________________________________

 

 

200352333-001.jpg17 juillet 2009 / COMMUNIQUÉ DE PRESSE sur l'expulsion d'Emmanuel Oladipo envoyé par le Réseau d'Éducation sans Frontières :

Contact sur ce dossier : Danièle Thuillier-Jugan : 06 16 66 08 84 / Richard Moyon : 06 12 17 63 81

 

"Le 14 juillet 2009 a été un grand jour pour le Président : parade militaire sur les Champs-Elysées, garden-partie à l’Elysée, concert sur le Champ-de-Mars, feu d’artifice sur la Tour Eiffel et, cerise sur le gâteau, une famille démantibulée, éclatée entre deux continents, le père, Emmanuel OLADIPO, expédié par charter à des milliers de kilomètres de sa femme et de ses enfants. Une décision personnelle du chef de l’Etat.

Sa femme a deux enfants, Aimée, 5 ans, française, issue d'une première union et Emmanuella 2 ans et 7 mois, fille d’Emmanuel OLADIPO. Toutes deux sont élevées au quotidien par Emmanuel : c’est en effet sa femme qui travaille en usine de 5h à 14h puisqu’on lui interdit de travailler.

Madame Sylla, la mère des deux fillettes, est enceinte de huit mois. Elle doit accoucher début août. Elle s’est rendue le 14 juillet à la prison administrative du Mesnil-Amelot, avec ses deux fillettes, en RER et en bus, pour que les enfants voient une dernière fois leur père avant son expulsion.

Pendant ce temps, des centaines de mails et de fax demandant que la famille OLADIPO ne soit pas démembrée étaient adressés au Ministère de la Rafle et du drapeau ainsi qu'à l’Elysée. Les centaines de coups de téléphone, passés d’abord au Ministère puis à l’Elysée -quand il s’est confirmé que M. Besson compte pour du beurre-, n’ont pas réussi à empêcher l’irréparable. Les appels à l’humanité, la demande que les enfants ne soient pas privés de leur père, que Jinia Sylla n’accouche pas sans son compagnon n’ont pas été entendus.

« Le Président est informé, il suit l’affaire, il prendra une décision » répondait invariablement Olivier Thévenet, fonctionnaire chargé par ses supérieurs de couvrir de mots policés une politique abjecte. La décision du Président est tombée, méprisante, glaciale, inhumaine : l’expulsion pour Emmanuel OLADIPO, la privation de leur père pour trois enfants, de son compagnon pour une femme. « Les Etats n’ont pas de sentiments, ils n’ont que des intérêts » dit-on. C’est pareil pour les chefs d’Etat.

Le RESF, toutes celles et tous ceux qui sont intervenus au nom du droit à vivre en famille, du droit des enfants de vivre avec leurs parents et de la simple humanité adressent leurs vives félicitations à ceux qui, directement ou indirectement, ont collaboré à ce haut fait. Dans l’ordre le Président de la République qui, comme chacun sait, fait tout dans ce pays, même comme ici, les basses œuvres. Il faut aussi féliciter ses collaborateurs, son premier ministre et ses services mais aussi, de façon nominale, Messieurs Laurent Mercier (Conseiller de Besson), Olivier Thévenet, Maxime Tandonnet et Cédric Goubet qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour conduire cette lamentable histoire à son terme lamentable.

L’affaire ne s’arrête pourtant pas là. A cette attitude de barbares, nos technocrates de l’Elysée et d’ailleurs ajoutent un gaspillage insensé des deniers publics et une incurie qui partout ailleurs qu’à la Cour vaudrait le congédiement sans délai. Qu’on en juge.

 

Emmanuel Oladipo est réveillé à 4h30 du matin et conduit au Bourget. Il est monté dans un charter d’une capacité minimum de 80 places où le rejoignent une femme, nigériane aussi et six policiers. L’appareil décolle pour Amsterdam. 33 Nigérians (dont des femmes et des enfants) sont à leur tour embarqués ainsi que 6 policiers néerlandais. Direction Madrid où quelques sans papiers supplémentaires sont chargés avec 6 policiers espagnols. L’avion part pour Lagos. Mais, pris dans des turbulences (un gros trou d'air, ils ont eu une vraie peur), l’appareil tombe en panne. Il fait demi-tour et revient à Madrid vers 19h. Bricolages tous azimuts, l’avion repart vers 1 h du matin et atterrit à Lagos à 6h40. 24h de voyage, plus le retour pour les policiers à qui on souhaite de ne pas emprunter le même appareil… On imagine le prix ! Pas étonnant que le gouvernement doive emprunter !

 

Il est hors de question que l’affaire en reste là. Emmanuel Oladipo se rend sur le champ au consulat de France pour y demander un visa afin de pouvoir assister à la naissance de son enfant. Il est évident qu’après un tel enchaînement de gestes inhumains et d’incompétence, les plus hautes autorités de l’état auront à cœur de se faire pardonner en le lui faisant délivrer d’urgence."

* * *

____________________________________________________________ Article précédent du RESF :

 

[Resf.info] URGENT et IMPORTANT

M. EMMANUEL OLADIPO,

père menacé d'expulsion samedi

  • 9 juil. 09 à 17:20
     
    Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
    high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu